Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Les Ornano : des seigneurs feudataires corso-génois (1498-1610)

Michel Vergé-Franceschi

Texte intégral

  • 1 Cet article est tiré de M. Vergé-Franceschi, A.-M. Graziani, Sampiero Corso (v. 1498-1564), un mer (...)

1Les Ornano1 ont un patronyme qui traverse l’histoire (génoise, corse et française) sur environ cinq siècles (1500-2000), depuis leurs maisons-tours insulaires au xve siècle jusqu’à la mairie de Deauville il y a peu. La famille a donné plusieurs maréchaux de France, notamment au xviie siècle, le premier protégé d’Henri IV et en partie établi au Louvre, le second emprisonné par Louis XIII et mort dans les cachots du château de Vincennes.

2La longue « saga » des Ornano prend naissance dans quelques tours fortifiées, entourées de maquis, défendues contre des voisins, rivaux et encombrants, les seigneurs de Leca, les délia Rocca, les Istria, les Bozzi. Elle se prolonge dans la péninsule Italienne à Rome, à la cour pontificale des Médicis (Léon X, Clément VII), puis à Florence dans les palais médicéens du cardinal Hippolyte de Médicis. Elle se poursuit dans le royaume de France, où les Ornano sont élevés « enfants d’honneur » des futurs Charles IX et Henri III dans les châteaux de la Loire ou à Paris.

3Sampiero Corso se partage entre Bastia, dont il connaît les geôles sur ordre de Gênes, Aix-en-Provence, dont il est gouverneur, Marseille, où le Roi le loge des années durant avec son épouse Vannina au Jardin du Roi, ancienne forteresse de plaisance du roi René, Blois et Fontainebleau, où Catherine de Médicis héberge celui qui est devenu l’un des officiers de la maison militaire du futur Henri II. Le fils de Sampiero, le premier maréchal, Alphonse d’Ornano (1548-1610), sert successivement à Grenoble, comme gouverneur du Dauphiné, ou à Lyon, en combattant les Ligueurs. Il anime à Marseille le parti corse ou « parti du Roi » farouchement anti-ligueur et serviteur d’Henri IV ; il meurt à Paris et repose à Bordeaux, à sa demande, en qualité de gouverneur de Guyenne. Le deuxième maréchal, Jean-Baptiste d’Ornano (1581-1626), vit à Rouen comme lieutenant général du Roi en Normandie, à Quillebeuf, dont il est gouverneur comme de Pont de l’Arche, et il est enterré à Aubenas en Vivarais. C’est lui qui mourut prisonnier au château de Vincennes.

4En Corse, les Ornano étaient des feudataires, des seigneurs châtelains, connus de tous, respectés ou jalousés. En France, ils étaient des émigrés, inconnus. Ces émigrés furent des « urbains », des citadins, alors qu’en Corse ils étaient des ruraux, des gentilshommes campagnards. Les tours de Vico ou de Santa Maria Sicché ressemblent peu à Blois ou à Fontainebleau. Néanmoins, ces émigrés surent se mouvoir à Rome, Florence et Paris avec une aisance étonnante et devenir à nouveau des châtelains français : « baron de Lunel » (le maréchal Alphonse), « marquis de Montlaur » (le maréchal Jean-Baptiste), « seigneur de Mazargues, capitaine du château de Tarascon, de Crest, du Pont-Saint-Esprit et de Pourquerolles » (le frère de ce dernier).

5Pourtant, le choc culturel devait être grand entre Bastelica, le village où Sampiero Corso vit le jour en 1498, et ce qui suivit. Sampiero, embarqué sans doute à Ajaccio, alors petite ville en construction (depuis 1492), découvre vraisemblablement « la Terre ferme » à partir de Livourne ou d’Ostie. L’étape suivante, Florence, dut être pour lui un choc architectural. Comment l’adolescent, sorti du hameau de Dominicacci, d’une cinquantaine de feux (soit 200 à 250 habitants), ou de la tour isolée de Minusto, n’aurait-il pas été impressionné par le ponte Vecchio qui enjambe l’Arno (1237), la Loggia de 1355 ou la place du Dôme avec son Baptistère octogone, le campanile de Giotto (1334) et le Dôme lui-même (de 1298/1358), dont les vitraux sont alors quasi neufs (1434) ? Quand on sortait de la châtaigneraie de Bastelica, découvrir Florence à l’époque de Marignan devait être plus qu’un enchantement : un véritable choc susceptible de faire naître dans l’âme d’un adolescent rustique la désespérance absolue ou l’ambition effrénée.

6L’activité artistique est alors considérable à Florence : on y taille des marbres, on multiplie les peintures, on réalise des fresques. Florence est une ville où l’adolescent ne côtoie dans les rues que des sculpteurs, des doreurs, des bronziers, des artistes. Loin des porcs et des moutons de son village natal, Sampiero commence à découvrir l’Europe et le monde dans ce qu’ils ont de plus beau : la Renaissance florentine. À quatorze ans, le jeune homme parcourt les rues de l’une des plus belles villes de tous les temps. Florence est alors un chapelet d’églises en travaux : Santa Croce, Sant’Ambroggio, Santa Annunziata, San Lorenzo, Santa Maria-Maddalena, San Marco, Santa Maria Novella, Santa Maria Nuova, San Michele, San Niccolò, Santo Spirito, Santa Trinita, l’église del Carmine. On est loin de l’unique église paroissiale de Bastelica ou de Cauro. Loin des tours insulaires élevées de deux petits étages sur rez-de-chaussée. Tout cela est encore plus beau, plus impressionnant, plus grandiose que ce que son oncle Tristano Corso, capitaine de Giovanni de Médicis, lui avait raconté.

7Florence, c’est une profusion de palais en train de se construire, de s’embellir, de s’enrichir de statues, de mosaïques, de couleurs : ici le Palazzo Vecchio (1298), là le palais Pitti (1440) et là encore le Palazzo des Médicis, élevé en 1464. En quelques semaines, Sampiero adolescent passe brutalement de l’univers rural des châteaux ruinés de sa campagne profonde au Palazzo Vecchio en cours de réaménagement fin 1512. En un mois environ, Sampiero passe d’un village où mangent, dorment et vivent en silence deux cents anonymes à une ville qui immortalise avec éclat Dante, Savonarole et Machiavel.

8À l’origine, et même s’il s’agit d’une authentique maison féodale, rien ne prédestinait à pareil avenir les Ornano, ou plutôt la première maison d’Ornano, qu’il faut distinguer de la seconde, issue de Sampiero.

LES ORNANO : DE PETITS CHÂTELAINS ET DES SEIGNEURS FEUDATAIRES

9Nous connaissons tous la statue bordelaise d’Alphonse d’Ornano, maréchal de France (1595), décoré du cordon bleu de l’ordre du Saint-Esprit (1595) qu’il porte ici sur la poitrine. Cette statue du maréchal agenouillé est aujourd’hui au Musée d’Aquitaine à Bordeaux, après avoir été sur la sépulture d’Alphonse en l’église bordelaise des pères de La Mercy.

  • 2 Voir F. Demartini, Armorial Corse, Ajaccio 2002, préface de M. Vergé-Franceschi.

10Les Ornano sortent de l’Ornano2, micro-région corse qui constitue « le fief d’Ornano », à l’est d’Ajaccio. La région est dominée au nord-est par le Monte Renoso, à plus de 2 300 mètres d’altitude. À l’ouest, elle est bornée par une rivière, la Gravona, qui la sépare du comté féodal de Cinarca. À l’est, une autre rivière, la Tarava, la sépare du fief de La Rocca. La mer en forme la dernière frontière depuis le golfe d’Ajaccio jusqu’au golfe du Valinco.

  • 3 Voir Les Doria, la Méditerranée et la Corse, dir. M. Vergé-Franceschi, Ajaccio 2001.

11« Né de la plèbe », selon les chroniqueurs du temps, Sampiero Corso (v. 1498-1567) n’est pas né dans l’une de ces maisons seigneuriales ornées de créneaux comme la maison bonifacienne des podestats, ou décorées d’armoiries comme ces maisons également bonifaciennes qui portent l’aigle des Doria3 ou le blason des Salinieri. Il serait né dans une maison bastelicaise.

12Pour les hommes du xviie siècle, Sampiero passe pour un Ornano, au point que le père Moreri écrit dans son Dictionnaire : « Ornano, maison originaire de Corse qui a donné deux maréchaux de France et autres officiers de la couronne, dont on ne rapporte ici la postérité que depuis : I. Sampiero, dit Bastelica [...], colonel général des Corses en France, célèbre sous le nom de Sampiero [...], élevé dans la maison du cardinal Hippolyte de Médicis. »

13Ceci est loin d’être exact car Sampiero ne porta jamais le nom de « d’Ornano » et ne signa jamais sous ce patronyme. Avant Sampiero, les Ornano sont une grande famille féodale.

Une grande famille féodale

14Les Ornano revendiquent pour aïeul un prince romain légendaire, Ugo Colonna, qui serait mort à Rome en 834 et qui est regardé par nombre de familles nobles corses comme leur premier ancêtre. C’est la raison pour laquelle ces familles se sont fait reconnaître au xvie siècle par les princes romains de la famille Colonna – d’où les actuels Colonna d’Ornano ou Colonna d’Istria qui n’apparaissent que du temps d’Henri III, dans les années 1580.

15De 834 au xiie siècle, l’histoire corse est assez mal connue, mais les descendants de ce légendaire Ugo apparaissent dans les chroniques médiévales, notamment celle de Giovanni délia Grossa récemment rééditée : ils s’appellent Arrigo Bel Messere, seigneur corse assassiné en l’an 1000 en même temps que ses sept fils, noyés sous le pont de la Pietra à proximité de Bastelica. Ils se nomment Arrigo ou Cinarchese (au début du xiie siècle) et ils peuplent le merveilleux médiéval : « Il est mort le comte Arrigo, et la Corse ira de mal en pis », telle est l’étonnante chanson qui descend subitement du Ciel en l’an mil !

16À partir du xiiie siècle, les sources se font plus précises et apparaît alors un grand seigneur corse, Guglielmo de Cinarca, passé à la postérité sous le nom de Guglielmo « le Martyr ». Son frère aîné est la tige des seigneurs de Leca. Guglielmo, premier seigneur feudataire della Rocca, périt assassiné, étouffé par ses neveux, hommes délicats qui ne voulaient pas laisser de traces de leur crime crapuleux !

17Guglielmo a deux fils : l’aîné, Giudice le Grand, fut « comte de Corse » de 1264 à 1289, avant de mourir dans les prisons de Gênes vers 1300. Par ses deux fils, il est la tige des seigneurs de La Rocca et des seigneurs d’Istria, futurs Colonna d’Istria. Le frère cadet de Giudice, Truffetta, est le premier seigneur du fief d’Ornano, à proximité du comté de Cinarca.

18Deux choses sont désormais à retenir :

  • les Corses médiévaux aspirent à plus de justice, d’où le nom de « Giudice » (= Juge, le Grand juge), qui porte une balance, symbole de justice, en guise d’armoiries – d’où la balance qui existe sur la plupart des blasons Colonna jusqu’à aujourd’hui : Colonna d’Istria, Colonna d’Ornano, Colonna de Leca, Colonna de Bozzi, Colonna de Bozzi della Foata, etc.
  • la Cinarca, ou « comté de Cinarca », est le berceau de tous ces grands seigneurs insulaires d’époque médiévale : d’où leur nom de « seigneurs cinarchais », auteurs des « guerres cinarchaises » car ces feudataires sont particulièrement remuants.

Des seigneurs remuants

19En Corse, être seigneur n’a pas tout à fait le même sens que par exemple en France : certes la terre compte, mais les châteaux féodaux corses n’ont ni l’ampleur ni la taille des forteresses qui existent alors dans le reste de l’Occident et rien ne ressemble en Corse à la cité de Carcassonne, au Mont-Saint-Michel ou aux tours de La Rochelle. Ce qui y est important, c’est le pouvoir sur les hommes (appelés « vassaux ») et la possession des troupeaux. On ne peut certes pas minimiser les châteaux corses, qui ont fait du reste l’objet de travaux intéressants, notamment en matière d’archéologie et dans des thèses récentes. Mais les Génois au xvie siècle diront eux-mêmes qu’il est inutile de vouloir « raser » ces châteaux car ils seront reconstruits « le lendemain », ce qui en dit long sur ces forteresses de bois et de pierres qui tentent de garder des vallées, des passages, des ponts, des pitons rocheux et isolés : château de Giglio (1347), d’Orese (1375 sur la punta degli Mazzoni près d’Ocana), de Piazzile (1558), de Calanche (1558), tous deux distants de 300 mètres et bâtis sur le flanc de la montagne de Piedilonga, face à Cognocoli, château d’Istria (1564).

  • 4 Voir P.-P.-R. Colonna de Cesari Rocca, Les maisons historiques de la Corse. Les seigneurs d’Ornano (...)

20Toujours est-il que ces familles seigneuriales sont toutes à la recherche d’un espace, d’où des luttes incessantes entre elles, des massacres familiaux successifs, des guerres intérieures permanentes, dites guerres « cinarchaises ». Il résulte de ces guerres des tensions familiales dignes de celles que l’on peut connaître ailleurs aux xiiie et xive siècles : les fils (bâtards) trahissent les pères âgés (tel le traître Salinese), les frères se combattent entre eux, les frères légitimes combattant les frères adultérins, puis les frères légitimes, cadets, se combattant entre eux ou contre leur aîné, et les cousins germains recourent également à l’assassinat. Toute cette histoire cinarchaise ressemble assez à un long bain de sang (comme chez les Mérovingiens, les Carolingiens ou les premiers Capétiens), dont les « peuples » font les frais, d’autant plus que chaque grand seigneur est tenté de rechercher des alliés en dehors de la Corse afin d’obtenir le pouvoir sur telle ou telle microrégion. Ainsi l’archidiacre Filippini (1594) donne-t-il un Orlando d’Ornano pour « seigneur d’Ornano, de Celavo et de Cauro » en 1347. Mais le fils de ce dernier, un certain Giovanni d’Ornano, « seigneur d’Orese et d’Istria », aurait eu ses châteaux détruits par Vincentello d’Istria avant 14344.

Des alliances solides

21Afin de dominer les autres seigneurs locaux (Leca, della Rocca, Istria, Ornano, Bozzi), chaque seigneur corse a une triple politique matrimoniale :

  • contracter des alliances à l’intérieur de l’île avec d’autres seigneurs du Sud (toujours au sein de ces quatre ou cinq familles), d’où des liens familiaux inextricables ;
  • contracter des alliances avec les deux autres grandes familles féodales du nord de l’île, les Da Mare dans le nord du Cap Corse et les Gentile dans le sud ;
  • contracter des alliances extérieures avec Pise, l’Aragon, Gênes, voire la France ou Florence.

22Il en résulte des rapports privilégiés avec l’extérieur de l’île, par exemple des Istria avec Barcelone où plusieurs d’entre eux sont « pages de la Reine », faits « chevaliers » et « écuyers ». Un Arrigo della Rocca est par exemple deuxième « comte de Corse de 1374 à 1401 au nom de l’Aragon ». Son père, Guglielmo della Rocca, était « vicaire en Corse de la Commune de Gênes » de 1340 à 1354. Il en restera dans la tradition corse le désir de mettre son épée au service des « puissances » comme Venise, Naples, la Papauté, etc.

23Par rapport aux Leca, aux della Rocca, aux Istria, les seigneurs d’Ornano sont cependant en retrait : leurs alliances avec l’extérieur sont quasi inexistantes, leur fief médiocre, leurs châteaux modestes et ils se contentent d’être de simples seigneurs châtelains prenant part aux combats contre tels ou tels cousins. Giudicello d’Ornano est ainsi l’ennemi de Vincentello Ier d’Istria (v. 1380-1434), 3e comte de Corse de 1401 à 1434 au nom de l’Aragon. Son fils Nicroso d’Ornano complote et, en 1417, a la gorge coupée par Polo della Rocca (v. 1400-v. 1467), 4e comte de Corse en 1436. Son fils Rolando d’Ornano (v. 1400-1460) périt assassiné. Le fils de celui-ci, Alfonso d’Ornano (v. 1450-1494), est assassiné le jour de Noël 1494 et le père de Sampiero Corso écrit peu après qu’il souhaiterait embrasser le couteau qui l’a tué.

24Pour faire face à ses rivaux, un Carlo d’Ornano se fortifie dans son château de la Rocca de Cauro et dans celui d’Orese, pris par les Génois en 1447.

25C’est avec Alfonso d’Ornano, né bâtard et assassiné à la Noël 1494, que la famille d’Ornano commence à péricliter : son fils Francesco (v. 1489-1560), qui porte « de gueules au château d’or », se fait mercenaire au service de l’étranger (Gênes), mais épouse néanmoins une Istria (1512) pour mettre fin aux guerres qui opposaient les deux clans et ladite Franchetta d’Istria (v. 1508-v. 1555), femme de tête et de poigne, ne cesse bientôt de ruminer les déceptions nées de son mariage. Elle, une Istria, issue des « comtes de Corse », se retrouve femme certes d’un de ses cousins, mais qui est un simple petit mercenaire génois dont le père passait avant tout pour un voleur de troupeaux ! Le couple ne laisse qu’une fille unique, Vannina (v. 1527-1564). C’est là que tout bascule.

UN GENDRE ROTURIER POUR REDORER LE BLASON DES ORNANO : SAMPIERO CORSO

26En 1528, Francesco d’Ornano et Franchetta d’Istria sont très loin de ce qu’étaient leurs glorieux ancêtres. Franchetta notamment porte le patronyme de son arrière-arrière-grand-oncle Vincentello Ier d’Istria (v. 1380-1434), « comte de Corse » à l’immense prestige, et ne peut se résoudre à n’être que l’épouse d’un homme de vingt ans son aîné (Francesco d’Ornano) qu’on lui a donné à épouser (1512) à l’âge de quatre ans pour mettre fin à l’inimitié existant entre les Ornano et les Istria.

27Francesco et Franchetta promettent donc devant notaire en 1528 de donner leur fille unique Vannina, âgée d’un an environ, au mercenaire Sampiero Corso de Bastelica (v. 1498-1567), âgé alors de trente ans. Sampiero est certes « né de la plèbe » selon les chroniqueurs, ce que confirment les recherches ; mais il appartient cependant à une famille de notables corses qui ont donné des officiers de grand talent :

  • son oncle Giacomo Corso est mort commandant de la garnison de Gênes, forte de 4 000 hommes ;
  • son autre oncle Tristano Corso, dit parfois Tristano « d’Ornano » car originaire de la pieve, est mort capitaine au service de Jean de Médicis à Florence ;
  • son frère Filippo Corso, maréchal de camp au service de François Ier, a été tué au camp de Boulogne en 1544.

28Sampiero représente donc dès 1528 le plus beau parti de Corse : il est successivement capitaine, puis colonel au service de François Ier (colonel des bandes corses) et il va recevoir deux fleurs de lys du roi pour orner son blason après avoir sauvé le futur Henri II au siège de Perpignan. Sampiero, qui apparaît dans les archives sous le nom de « Sampiero de Basterga » (i.e. de Bastelica), est riche et le butin ramené par lui des différents théâtres opérationnels du siècle est bien supérieur à la valeur du petit fief d’Ornano.

29Une fois promis en mariage devant notaire, Sampiero laisse en Corse Vannina, encore au berceau, et continue de guerroyer. Trente ans durant (1513-1545), Sampiero est présent, défendant ou attaquant dans toute une série de villes et de châteaux : on le voit à Florence et à Rome (1513), dans les Marches, à Pesaro (1517), à Milan (1521), à La Bicocca (1522), à Romagnano (1524), à Marseille (1524), à Savone (1524-1525), à Borgo Forte (1526), à Plaisance (1527), à Bologne (1527), à Naples (1528), à Florence à nouveau (1529-1530), à Marseille encore pour assister au mariage de Catherine de Médicis avec le futur Henri II (1533), à Rome à nouveau (1535). En 1536, il est à Raconigi, à Savigliano, à Fossano en Piémont, puis en Provence où il est fait prisonnier à Brignoles le 8 août 1536. En 1542, il est présent au siège de Perpignan, puis à celui de Coni en Piémont encore. L’année suivante, il combat à Landrecies en Hainaut (1543), puis à Cerisoles en Piémont (1544), avant de s’illustrer à la défense de Saint-Dizier sur la Marne. En septembre-octobre 1544, il défend Montreuil-sur-Mer dans le Pas-de-Calais puis rentre en Corse épouser Vannina, religieusement cette fois-ci, en juin 1545.

30Vannina étant à présent nubile, le mariage put en effet être célébré entre l’adolescente de 18 ans et ce colonel de 47 ans qui n’a cessé de « faire carrière ». Entré au service des Médicis en 1513, auprès de Léon X, et de Giovanni de Médicis (dit « Giovanni des Bandes noires »), il a suivi la fortune de cette famille et assisté en 1533 au mariage marseillais de Catherine de Médicis. Lorsque son protecteur le cardinal Hippolyte de Médicis est mort, il est passé au service de Catherine, devenue Dauphine en 1536. En 1547, lorsqu’elle devient reine, Sampiero se retrouve attaché à la Maison militaire du nouveau roi Henri II.

31Né à Bastelica, dans une maison plébéienne, Sampiero a alors ses deux fils Alfonso (v. 1548-1610) et Anton Francesco (v. 1549-1576) élevés « enfants d’honneur » du futur Henri III de Valois. La première étape de l’ascension familiale s’achève : on est passé des modestes tours féodales des Ornano au Louvre, à Blois et à Chambord. Sampiero et Vannina vivent bientôt à Marseille au « Jardin du Roi », ancienne demeure royale du roi René, offerte en viager à Sampiero par Charles IX. On est passé de Bastelica en 1498 à Marseille : du château à la ville et ce, grâce à Sampiero, véritable fondateur, de par son épouse, de la deuxième maison d’Ornano.

LES ORNANO : DE GRANDES AUTORITÉS « URBAINES »

32Sampiero, né en Corse, à la différence de son petit-fils le maréchal Jean-Baptiste, né à Sisteron en 1581, est resté sa vie durant un insulaire. Une fois marié à la fille unique d’un feudataire corse, Sampiero a eu un double objectif : continuer à servir la reine Catherine de Médicis tout en tentant de prendre le pouvoir en Corse à partir du fief d’Ornano.

33Servir la reine fut assez facile dans un contexte où la Corse est considérée par l’épouse d’Henri II comme « le merveilleux cavalier qui chevauche la Méditerranée ». L’île tient en bride Barcelone et Gênes, alliées depuis qu’en 1528 Andrea Doria est allé se mettre sous la quasi-suzeraineté de Charles Quint. « Qui tient la Corse, tient Gênes » notent les ministres de l’Empereur. En outre, au plan maritime, pour tenter de résister aux galères espagnoles, François Ier et Henri II ont besoin de l’appui des galères ottomanes. Lorsque celles-ci hivernent à Toulon (1544), les chiourmes turques constituent un véritable danger pour les populations toulonnaises, d’où leur évacuation forcée sur ordre du roi. Dans ce contexte, la Corse pouvait offrir au Roi une foule d’avantages : des ports pour les galères turques, quasiment alliées au roi depuis la signature des « Capitulations » (1538), des « chairs » (i. e. des vivres : sangliers, lièvres, perdrix, merles) pour les matelots turcs, des « aiguades » pour faire de l’eau, voire des troupes et des marins cap corsins.

34Sampiero, qui a proposé au cardinal du Bellay d’assassiner Charles Quint à Rome sur le pont Saint-Ange (1536), est donc l’homme véritablement providentiel : il peut amener la Corse dans le camp du Valois et en récompense il pourrait devenir « roi de Corse » ou « vice-roi » sous la suzeraineté française. Du reste les Corses d’Alger, parlant de Sampiero de passage à Alger, s’écrient : « Il est là notre roi ! » « Roi de Corse » ou « comte de Corse au nom d’Henri II », cela est possible puisque Vannina, fille unique issue des comtes de Corse au nom de l’Aragon, représente le jus sanguinis, le droit du sang. Si, au jus sanguinis, Sampiero joint la vox populi, il pourra alors devenir « comte » ou « vice-roi » de Corse comme autrefois les aïeux de Vannina.

35Après avoir débarqué en l’île de Wight (1545) et avoir séjourné dans les cachots bastiais sur ordre de Gênes (1547), Sampiero est partout au service du nouveau roi Henri II Il est à Rome (1547), en Italie (1551-1552) et il est celui qui introduit les Turcs dans l’île, permettant la prise par les Franco-Turcs de Bastia (1553), d’Ajaccio (1553) et même de Bonifacio (1553) ! À partir de ce moment-là, avant et même après la paix du Cateau-Cambrésis (1559), Sampiero se présente sous une double image : celle de colonel français d’une part, qui participe à la prise de Calais (1558), et celle de seigneur corse d’autre part, qui devient en quelque sorte le dernier des Cinarchesi.

36Quoique établi à Marseille et à Aix (1560-1561), dont il fut l’éphémère gouverneur, Sampiero quitta assez vite sa forteresse du Jardin du Roi pour se relancer en Corse dans les guerres dites « de Sampiero », tout en allant chercher des renforts pour Catherine de Médicis auprès de Soliman (1562), via Alger. Mais jusqu’à son assassinat en 1567, à proximité de sa maison-tour de Bastelica, Sampiero n’est jamais un seigneur châtelain : jusqu’au bout, il ne signe jamais « d’Ornano », mais toujours « Sampero Corso » comme en témoigne une lettre de novembre 1566.

37De Florence à Rome, en passant par Marseille et Calais, Sampiero est resté un roturier citadin et non un seigneur châtelain comme les Ornano ancêtres de son épouse. Les châteaux, Sampiero les a plutôt assiégés qu’habités, même s’il a été blessé le 8 décembre 1564 par les Doria lors de la prise du château d’Istria.

38Avec son fils aîné, en revanche, les choses changent. En 1594-1595, le plus illustre des Ornano, curieusement, ne s’appelle pas Ornano : il s’agit d’Alphonse dit « Alphonso Corso », fils de Sampiero et de Vannina d’Ornano. A la mode corse, il n’a toujours pas de patronyme : il est fils de feu Sampiero (quondam Sampiero). Son enfance a été rude. En 1564, son père Sampiero a étranglé sa mère Vannina, sans doute sur ordre de Catherine de Médicis qui ne voulait pas montrer à toute l’Europe qu’elle ne respectait pas la paix du Cateau-Cambrésis. Vannina avait en effet pris des « papiers » compromettants, chez elle à Marseille, prouvant que Sampiero et Catherine de Médicis voulaient à nouveau agiter Soliman contre Gênes et le roi catholique, alliés depuis 1528. Que ces « papiers » soient connus, et la Reine de France passait pour le trublion de l’Europe. Éliminer Vannina, au nom de l’éternel « secret-défense » devenait indispensable. La faire exécuter par son propre mari, sans témoins, sans juges ni procès, sans même un confesseur, après un mois d’isolement, était la seule solution pour conserver le secret.

39Sampiero ayant été à son tour assassiné par les Ornano, cousins de Vannina (1567), Alphonse, dès 1569, poursuivi par les Génois, doit s’établir en France avec 300 partisans de son père. Dès 1588, Alphonse propose à Henri III d’assassiner le duc de Guise (selon le journal de Pierre de l’Étoile). Puis, à partir de 1588-1589, Alphonse s’est mis à constituer à Marseille le « parti corse », parti royaliste qui fut d’une fidélité exemplaire à Henri IV lors de son accession au pouvoir. C’est notamment un Corse de Calvi, Pietro Baglione, qui est chargé au nom d’Henri IV, par le gouverneur de Provence, d’assassiner le consul de Marseille Cazaulx, ligueur qui introduisit les Espagnols à Marseille (1595). Baglione obéit (1596) et Henri IV le couvrit d’honneurs (le roi fit notamment élever le tombeau de Pierre Baglione en 1598, conservé aujourd’hui au musée lapidaire de Marseille).

  • 5 Selon le père Anselme, Histoire généalogique de la maison royale de France des pairs, grands offic (...)
  • 6 Voir E. Le Bouteillec, Le maréchal Alphonse d’Ornano en Dauphiné et Lyonnais, maîtrise d’histoire (...)

40Alphonse d’Ornano, appelé dans sa jeunesse d’Ornano Corso, notamment en défendant en 1564 Le Havre contre les Anglais, est en 1595 un homme de près de cinquante ans. « Nourri et élevé à la cour d’Henri II comme enfant d’honneur des Princes de France, affectionné à Henri III5 », « enfant d’honneur des rois François II et Henri III » (ancien duc d’Orléans, candidat à la possession de la Corse après la mort, en 1562, d’Antoine de Bourbon, roi de Navarre), il devint colonel général des Corses de 1569 à 1595, chevalier du Saint-Esprit le 7 janvier 1595, maréchal de France le 6 septembre 1595, gouverneur du Dauphiné6 et lieutenant général pour le Roi en Guyenne.

  • 7 Selon les Mémoires de Guillaume de Saulx de Tavannes.
  • 8 Paris, BnF, Carrés d’Hozier 476.
  • 9 Ibid., Chérin 150, Dossiers Bleus 505.

41Après avoir servi dans les Cévennes contre les protestants (1573, 1575, 1586, 1587), il combat en Dauphiné, le 16 août 1587, sous les ordres de Bernard de Nogent. Prisonnier des Ligueurs près de Lyon en 1590, il dut verser 20 000 écus de rançon au Ligueur Claude de Bauffremont de Senecey, gouverneur d’Auxonne au nom de la Ligue7. En 1594, il fut « parmi les premiers » à reconnaître Henri IV pour Roi et il le fit reconnaître à Lyon, Grenoble, et Valence. En 1595, Alphonse a pris le nom patronymique de sa mère Vannina d’Ornano, notamment pour prouver sa noblesse (uniquement maternelle !) et recevoir le cordon bleu du Saint-Esprit. Donné pour « seigneur de Vico et baron de Lunel »8, il mourut à Paris, en l’hôtel de Balagny, de la maladie de la pierre, le 20 ou le 21 janvier 1610, à l’âge de 62 ou 63 ans. Il fut inhumé à Bordeaux, en l’église des religieux de La Mercy, où il repose toujours. Mais son tombeau a été transporté au Musée de Bordeaux9.

42De son mariage, célébré le 2 juin 1576 avec Marguerite de Pontevès-Carcès, des comtes de Flassans, dame de Mazargues, fille du comte de Carcès, que l’on appelle parfois par erreur Marguerite de Grasse de Pontevès-Carcès, alors qu’elle n’appartient pas à la maison de Grasse, ni d’ailleurs à la maison de Pontevès, vieilles maisons provençales d’extraction chevaleresque, Alphonse d’Ornano a laissé une nombreuse postérité dont Jean-Baptiste, né en 1581 à Sisteron, second maréchal d’Ornano.

43Par sa mère, Jean-Baptiste appartient à une maison aixoise, les Durand, issus d’un maître rational de la grande cour royale de Provence (1469) dont le fils, Bertrand Durand, seigneur de Flassans, conseiller au parlement de Provence (1501), épousa Madeleine de Pontevès. Le fils de ce couple, Georges Durand, conseiller au parlement de Provence, fut adopté par son cousin germain Jean-Baptiste de Pontevès-Carcès, par testament du 10 octobre 1490, à charge de relever son nom et ses armes. Son descendant, Jean (de Durand) de Pontevès-Carcès, seigneur de Flassans (1512-1582), comte de Carcès par lettres de 1551, connut particulièrement bien Sampiero et Vannina.

44Jean-Baptiste d’Ornano fut colonel général des Corses après son père le 6 septembre 1595, maréchal de France le 7 avril 1626, lieutenant général pour le roi en Normandie, gouverneur de Quillebeuf et de Pont de l’Arche, enterré à Aubenas en Vivarais, marquis de Montlaur par sa femme Marie de Raymond de Montlaur (jeune veuve épousée en 1608). Il mourut, sans aucune postérité, empoisonné au château de Vincennes, en septembre-octobre 1626, sur ordre de Richelieu, le cardinal craignant son ascendant. Gouverneur du duc d’Orléans (Gaston, frère de Louis XIII), à partir du 10 octobre 1619, et premier gentilhomme de sa chambre, on l’accusa en effet de comploter contre le roi en faveur de Gaston, établi le plus souvent à Blois.

45Alphonse laissa trois frères :

  1. François-Henry-Alphonse, seigneur de Mazargues, colonel général des Corses après son frère, écuyer de Monsieur, frère du roi (Gaston, duc d’Orléans), gentilhomme de la chambre du Roi (Louis XIII), capitaine du château de Tarascon, de Crest, de Pont-Saint-Esprit et « de Pourquerolles », gouverneur de Saint-André-lès-Avignons, et qui fonda le couvent des Carmes de Mazargues à Marseille (1644). Il épousa en 1615 une jeune veuve, Marguerite de Raymond de Montlaur (sœur de la précédente) qui lui donna un fils, Gio-Paolo, abbé mort en 1656 sans postérité et enterré aux Augustins Déchaussés de la place des Victoires à Paris, et trois filles : l’abbesse de Villedieu, Marguerite comtesse de Grignan (qui fit souche), et Anne, comtesse d’Harcourt après son mariage (1645) avec François de Lorraine, petit-fils d’Henri IV (laquelle fit souche également).
  2. San Pietro, dit M. de Sainte-Croix, seigneur de Mazargues, maître de camp du régiment d’Ornano, marié à l’héritière de Saussac de Lupé, qui donna naissance à Jacques-Théodore, marquis d’Ornano (marié, mais mort sans aucune postérité), et à Marie, mariée en 1659 à François de Lasseran de Massencomme, cousin du feu maréchal de Montluc (d’où postérité).
  3. Joseph-Charles (v. 1582-Paris 1670), abbé puis maître de la garde-robe de Gaston, duc d’Orléans, qui eut de son épouse Charlotte Perdiel Gaston-Jean-Baptiste d’Ornano, dit d’Ornano de Colonna d’Aubenas, maître de la garde-robe de Gaston, duc d’Orléans, mousquetaire puis capitaine de cavalerie en 1668 (né vers 1638, mort célibataire et sans postérité en 1674), et deux filles dont Mme Le Cordier de La Londe, marquise du Tronc de Varaville.

46Le maréchal Jean-Baptiste d’Ornano avait aussi deux sœurs :

  1. Anne
  2. Louise, mariée en 1596 à Thomas II Lenche (1573-1623)10, fils d’Antoine Lenche (v. 1540-1588), consul de Marseille et petit-neveu de Thomas Ier Lenche. Leur postérité masculine s’éteignit en la personne de Scipion Lenche (v. 1640-1677), maître de camp de la compagnie des mousquetaires du Roi sous Louis XIV, tué à Cassel11.

47Aujourd’hui, le nom de d’Ornano n’est plus porté que par des cousins de Sampiero et des maréchaux Alphonse et Jean-Baptiste, dont les descendants existent mais uniquement en ligne féminine. Ces Ornano s’appellent d’Ornano ou Colonna d’Ornano, les Ornano de Corse ayant réussi à se faire reconnaître pour parents, selon l’usage, par les princes Colonna de Rome (reconnaissance de parenté du 7 mars 1580, renouvelée le 7 mars 1597 par le prince Ascanio Colonna, renouvelée le 20 janvier 1629 devant le gouverneur de Corse, puis le 15 mars 1661 par le cardinal Gerolamo Colonna, puis le 28 avril 1668 par le prince Onofrio Colonna, puis le 9 mars 1770 par le prince Lorenzo Colonna).

48En conclusion, les Ornano, qui ont donné un troisième maréchal de France en 1861, époux de Marie Walewska, maîtresse de Napoléon, ont formé au cours des temps une curieuse famille : corse, au service de la France, et de souche prétendue romaine, les Ornano n’ont cessé d’évoluer entre villes et châteaux seigneuriaux, royaux (le Louvre, Blois), impériaux plus tard (Fontainebleau, les Tuileries). Loin des maisons-tours qui leur ont le plus souvent donné le jour à Vico ou à Santa Maria-Sicché, établis à Paris ou dans les châteaux de la Loire, ou encore au Jardin du Roi à Marseille, morts en l’hôtel de Balagny (à Paris) ou au château de Vincennes (1626), ils ont été à Grenoble, Bordeaux ou Rouen des gouverneurs du Dauphiné, de Guyenne ou de Normandie d’une exceptionnelle qualité.

Notes

1 Cet article est tiré de M. Vergé-Franceschi, A.-M. Graziani, Sampiero Corso (v. 1498-1564), un mercenaire européen, Ajaccio 1999.

2 Voir F. Demartini, Armorial Corse, Ajaccio 2002, préface de M. Vergé-Franceschi.

3 Voir Les Doria, la Méditerranée et la Corse, dir. M. Vergé-Franceschi, Ajaccio 2001.

4 Voir P.-P.-R. Colonna de Cesari Rocca, Les maisons historiques de la Corse. Les seigneurs d’Ornano et leurs descendants, Paris 1899.

5 Selon le père Anselme, Histoire généalogique de la maison royale de France des pairs, grands officiers de la couronne et de la maison du roy et des anciens barons du royaume, 7, Paris 1967, p. 391.

6 Voir E. Le Bouteillec, Le maréchal Alphonse d’Ornano en Dauphiné et Lyonnais, maîtrise d’histoire moderne sous la dir. de M. Vergé-Franceschi, Université de Savoie, Chambéry 2000. Mémoire couronné par le Ministère de la Défense (Prix du Centre d’Études d’Histoire de la Défense, C.E.H.D., Vincennes).

7 Selon les Mémoires de Guillaume de Saulx de Tavannes.

8 Paris, BnF, Carrés d’Hozier 476.

9 Ibid., Chérin 150, Dossiers Bleus 505.

10 BnF, Dossiers Bleus 505, généalogie d’Ornano dressée le Ier septembre 1706.

11 Parmi les descendants de Sampiero, nous pouvons également citer :
– François de Castellane-Adhémar de Monteil, comte de Grignan (1629-1714). arrière-arrière-petit-fils de Sampiero, lieutenant général pour le roi en Provence, gendre de Mme de Sévigné, à partir de 1669. Il est fils de Marguerite d’Ornano, petite-fille d’Alphonse, qui épousa en 1628 Louis Gaucher Adhémar de Monteil, comte de Grignan.
– Anne d’Ornano (morte veuve en 1695), fille d’Henry-François-Alphonse, fils d’Alphonse, fils de Sampiero. Maîtresse de son futur mari, François de Lorraine (1623-Paris 1694), elle lui donna cinq enfants légitimes et François, légitimé par lettres patentes de Louis XIV en 1694. François de Lorraine, comte d’Harcourt (1623-1694) épousa cette arrière-petite-fille de Sampiero en 1645 au Palais Royal, en présence de Louis XIV. François de Lorraine est le fils de Charles de Lorraine, duc d’Elbeuf (1596-1657) marié en 1619 à Catherine-Henriette, légitimée de France (1596-1663), fille d’Henri IV et de Gabrielle d’Estrées.
– Alphonse-Henri-Charles de Lorraine (1648-1719), prince d’Harcourt. marié en 1667 à Françoise de Brancas. Fils d’Anne d’Ornano, il a pour trisaïeul Sampiero.
– Marie-Angélique-Henriette de Lorraine (morte en couches en 1674), sœur du précédent, mariée en 1671 au duc de Cadaval.
– Anne-Marie-Joseph (1679-1739), prince de Guise, marié en 1705. Fils d’Alphonse-Henri-Charles (1648-1719).
– Le prince de Montlaur (1684-1705).
– Le prince de Maubec (1686-1706).
– Élisabeth Sophie de Lorraine (morte en 1716), fille d’Anne-Marie-Joseph, prince de Guise (1679-1739). Elle épousa en 1734 Louis-François-Armand de Vignerot du Plessis, duc de Richelieu, maréchal de France qui s’illustra par la prise de Minorque aux Anglais en 1756.
– Louise-Henriette-Françoise de Lorraine (1707-1737), mariée en 1725 au duc de Bouillon mort en 1730.
– Madeleine d’Ornano, fille d’Alphonse, devenue par mariage (1659) marquise de La Garde-Montluc.
– François de Lasseran de Massencomme, marquis de La Garde-Montluc, gouverneur d’Orthez, lieutenant de la compagnie d’ordonnances du duc de Guise. Il eut de la petite-fille de Sampiero une nombreuse postérité, parisienne notamment, dont leur fils, François, brigadier des armées du Roi.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540