Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Saint Homebon († 1197), patron des marchands et des artisans drapiers à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne

André Vauchez

Texte intégral

  • 1 Sur ce personnage, cf. A. Vauchez, Le « trafiquant céleste » : saint Homebon de Crémone (t 1197), (...)

1Saint Homebon (Omobono, Homobonus), un pieux laïc de Crémone, en Lombardie, qui fut canonisé par Innocent III le 12 janvier 1199, n’est pas aujourd’hui un personnage très connu ni très vénéré dans le monde catholique, en dehors de sa ville natale dont il est le saint patron1.

  • 2 Sur le contexte politico-religieux de l’époque, cf. A. Vauchez, Innocent III, Sicard de Crémone et (...)
  • 3 L’existence d’un « Consorzio di Sant’Omobono », dont les membres se consacraient à l’assistance au (...)

2De fait, cette canonisation semble avoir eu peu d’échos et le culte demeura purement local jusqu’au xive siècle. Le modèle que le pape avait voulu exalter – celui du pénitent charitable, soumis à l’Église et n’hésitant pas à la défendre contre les hérétiques – ne fut pas en effet très en faveur dans cette Italie du Nord déchirée par les conflits entre les partis, où les Guelfes ne l’emportèrent définitivement sur les Gibelins qu’à partir des années 1270 et où l’inquisition se rendit rapidement impopulaire par ses excès2. Les deux Vies de ce saint, qui furent rédigées à Crémone entre la fin du xiie et le milieu du xiiie siècle, mentionnent bien – ce que n’avait pas fait Innocent III dans la bulle de canonisation – que l’homme de Dieu avait exercé la profession de marchand drapier avant de se convertir, à un âge déjà assez avancé, à une vie pieuse et à la bienfaisance envers les pauvres ; mais cet aspect original de la vie d’Homebon n’a guère retenu l’attention de leurs rédacteurs qui préférèrent mettre l’accent sur sa charité, sa patience dans les épreuves et son extrême dévotion. Et si, dans sa ville natale, divers consortia se placèrent sous sa protection aux xiiie et xive siècles, il s’agit dans tous les cas d’associations charitables ou de groupements dévots et en aucun cas de confréries professionnelles3 (fig. 1).

Fig. 1 - Saint Homebon en pénitent. Statue du début du xiiie siècle, Crémone, église Sant’Omobono (avec l’aimable autorisation de l’École française de Rome)

  • 4 Sur l’iconographie de saint Homebon, en plus des répertoires cités par Vauchez, Le « trafiquant cé (...)
  • 5 En attendant l’édition critique des Vies de saint Homebon que j’espère publier prochainement, on p (...)

3En fait, ce n’est que tardivement – aux xve et xvie siècles – qu’Homebon finit par devenir un saint du travail et des travailleurs ou, plus exactement, un saint de la charité et du travail, car les deux figures – celle de l’« aumônier » et celle du pieux artisan – furent le plus souvent associées, en particulier dans les représentations iconographiques qui commencèrent alors à se multiplier4. La question qui se pose est de savoir comment et quand s’est produit ce tournant qui fit de ce personnage, dont les premières biographies se bornaient à souligner qu’il avait abandonné le negotium et les affaires de ce monde pour l’otium d’une vie pénitente, le patron des tailleurs et des métiers du textile. Une inflexion en ce sens apparaît pour la première fois dans la Vie Labentibus annis, connue par un manuscrit de Munich (vers 1500) – où est recopié un dossier hagiographique crémonais consacré à saint Homebon, daté de 1301, ce qui constitue un terminus ante quem – et dont on peut situer la rédaction dans les années 1280-13005. L’auteur anonyme de ce texte vise en effet à situer le saint dans son temps. Il est le premier à indiquer son nom de famille (Tucenghi) et à préciser qu’il appartenait à une famille de marchands drapiers, installée dans le quartier « populaire » de Cittanova à Crémone, qui possédait des terres et une vigne au-delà des murs de la ville. La Vie Labentibus annis présente le saint comme un homme estimé de tous dès son plus jeune âge pour ses vertus, et non comme un converti ; elle souligne également qu’il effectuait le plus honnêtement possible son travail de marchand et qu’il fut un fils obéissant ainsi qu’un mari exemplaire pour son épouse dont il eut des fils. Certes, on ferait fausse route en cherchant dans ce texte la trace d’une spiritualité de la vie familiale ou du travail : la femme d’Homebon y est présentée sous les traits d’une mégère acariâtre qui s’efforçait de combattre les initiatives trop généreuses de son mari en faveur des pauvres, de crainte de le voir dissiper le patrimoine familial, et les activités professionnelles de ce dernier sont rapidement mentionnées. Néanmoins, les réalités concrètes d’une existence humaine y sont évoquées de façon réaliste et cette œuvre est très éloignée, sur ce point, de la bulle de canonisation et des deux premières biographies du saint.

  • 6 Comme le montre bien la liste des confréries de métier de Crémone et de leurs saints patrons établ (...)
  • 7 Sur le manuscrit de Reggio, cf. Piazzi, Omobono di Cremona, cité supra n. 5, p. 27. La Vita en ita (...)
  • 8 Cf. Omobono, dir. Bonometti, cité supra n. 4, p. 105-107.
  • 9 Ibid., p. 45-46.
  • 10 Cf. R. Rota, Tracce di opere d’arte e note circa il culto di S. Omobono, Omobono, dir. Bonometti, (...)

4Dans l’état actuel de nos connaissances, il est impossible de déterminer exactement à partir de quelle date et dans quelle ville des « arti » ou des confréries de drapiers ont commencé à choisir Homebon comme saint patron et à promouvoir son culte. Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, cette forme de dévotion n’est pas partie de Crémone, où l’aspect civique de son culte demeura toujours prépondérant6. Peut-être est-ce à Reggio Emilia, d’où proviennent deux manuscrits contenant le texte des Vitae de saint Homebon, dont l’un – qui date de la seconde moitié du xive siècle – appartenait à l’Arte dei Sarti de cette ville, ou de Modène où se trouve encore – à la Bibliothèque Estense – l’unique manuscrit de sa Vie en langue vulgaire « Della cipta di Cremona », véritable patchwork formé de fragments empruntés à toutes les biographies latines antérieures, qui avait sans doute été composé pour la confrérie des tailleurs de Modène, puisque l’effigie du saint qui figure sur le premier feuillet est entourée de quatre paires de ciseaux7. En tout état de cause, les indices d’un lien privilégié entre le culte de saint Homebon et les métiers du textile se multiplient en Italie du Nord à partir de la fin du xive siècle : à Venise, en 1391, la confrérie des tailleurs fonda à Canareggio l’« Ospedale dei poveri sarti » qui fut placé sous la protection de saint Christophe et de saint Homebon, comme en témoigne une plaque de marbre qui porte l’effigie des deux patrons8 ; à Bologne, le beau tableau de Pietro di Giovanni Lianori représentant saint Homebon en train de prélever une aumône dans sa bourse – actuellement conservé au musée du Petit Palais, à Avignon – fut sans doute commandé vers 1430-1440 par une confrérie de tailleurs, puisque le saint y est représenté tenant une paire de ciseaux9. De l’Émilie-Romagne, le culte gagna Novare, Mantoue, Trévise et Udine vers le nord et Rome au xvie siècle vers le sud, avant de s’étendre ensuite à l’ensemble de la péninsule aux xviie et xviiie siècles10.

  • 11 Sur ce phénomène historique, cf. St. A. Epstein, Wage Labour and Guilds in Medieval Europe, Chapel (...)

5Le grand essor du culte de saint Homebon dans une bonne partie de l’Europe occidentale se situe à l’époque de la Renaissance et de la Contre-Réforme (v. 1430-v. 1650). Désormais, c’est vers le milieu des confréries professionnelles qu’il faut se tourner pour comprendre le remodelage dont fit l’objet la figure du saint tailleur et la diffusion de son culte de sa cité au nord et à l’ouest des Alpes. Ce succès est lié à deux facteurs bien distincts mais qui, dans ce cas, ont fini par conjuguer leurs effets : le premier est l’affirmation des métiers ou corporations (« arti » italiens, guildes anglaises et flamandes, « Zünfte » germaniques, etc.) qui existaient dans certains cas depuis longtemps mais qui, à la faveur des crises de la fin du xive siècle, furent reconnues et se firent garantir des droits et des privilèges par les autorités civiles et ecclésiastiques, quand elles ne s’emparèrent pas elles-mêmes du pouvoir, comme on le vit dans un certain nombre de villes allemandes au xve siècle11.

  • 12 Voir, à ce sujet, l’ouvrage ancien mais toujours utile de L. Du Broc de Segange, Les saints patron (...)

6Ces organisations avaient avant tout des finalités professionnelles, mais elles se doublaient d’associations pieuses et caritatives, placées sous le patronage d’un ou de plusieurs saints en rapport avec la profession que ce dernier avait exercée de son vivant ou avec tel ou tel de ses attributs : saints Crépin et Crépinien pour les cordonniers dans le domaine français, saint Pierre pour les pêcheurs, sainte Barbe pour les mineurs et les couvreurs, etc. Chaque corps de métier se choisit donc son propre saint patron auquel il rendait des honneurs particuliers et sous la bannière duquel il se plaçait lors des processions organisées au niveau de la cité tout entière12. D’autre part, avec la Renaissance, s’affirme une réhabilitation de la vita activa, accompagnée d’une redécouverte des vertus du travail, qui poussa les artisans, aussi bien valets que maîtres qui constituaient parfois des associations distinctes, à placer leurs activités sous la protection d’un intercesseur céleste pour exalter la dignité de leur profession.

  • 13 Vitrail de Saint « Gotman » (= Homebon), Maison de la corporation des tailleurs de Bâle, 1508 (His (...)
  • 14 M. Wehrli-Johns, Wie kommt der heilige Homobonus nach Base] ? Von Stadtpatron zur Wappen-träger de (...)
  • 15 Petrus de Natalibus, Catalogus sanctorum, Lyon 1534, fol. CCLIv.
  • 16 Wehrli-Johns, Wie kommt der heilige Homobonus nach Basel ?, cité supra n. 14. p. 104-105.
  • 17 Ms. Munich, Staatsbibliothek, ras. lat. 434, fol. 257-263.
  • 18 Wehrli-Johns, Wie kommt der heilige Homobonus nach Basel ?, p. 106.

7C’est dans ce contexte social et mental qu’il faut se placer si l’on veut comprendre le succès tardif que devait connaître le culte du saint de Crémone après 1500. Au moment même où le culte de saint Roch, passé de Venise à Nuremberg grâce aux marchands-banquiers de la famille Imhoff, allait s’étendre à l’ensemble du monde germanique, celui de saint Homebon est attesté à Bâle, riche cité commerçante du nord de la Suisse. Le Musée historique de cette ville a en effet conservé un vitrail provenant de la « Zunfthaus » des tailleurs et portant la date de 1508 ; le saint y est représenté de face, vêtu comme un bourgeois aisé et la tête couverte d’un chaperon, en train de faire l’aumône à deux pauvres de taille réduite, tandis qu’il tient de la main gauche une paire de ciseaux fermés (fig. 2)13. Son identité ne fait pas de doute puisqu’une inscription qui figure sur l’auréole entourant sa tête le désigne comme « Sant Gotman » ou Guotman, traduction allemande d’Omobono. Une étude précise permet de formuler quelques hypothèses au sujet de cette œuvre d’art originale14. Elle fut en effet commandée en 1507 à un maître-verrier inconnu, peut-être installé à Strasbourg, par la corporation des tailleurs et drapiers de Bâle. On peut évidemment se demander comment ces derniers avaient entendu parler du saint patron de Crémone. Peut-être fut-ce par l’intermédiaire de la Chartreuse de Kleinbasel, dont la bibliothèque avait reçu en don, en 1506, un exemplaire imprimé du Catalogus sanctorum, composé vers 1370 par l’évêque de Jesolo Petrus de Natalibus, où figurait une notice concernant Homebon dans laquelle ce dernier est présenté comme un marchand (negociator)15. Or cet ouvrage avait été offert aux Chartreux par un ancien prieur, Hieronymus Zschekenburlin, issu d’une famille lombarde, dont le beau-frère fit exécuter en 1513 des vitraux pour une autre corporation de Bâle, en s’inspirant des gravures qui accompagnaient les Vies des saints dans l’édition illustrée du Catalogus publiée à Vicence en 149316. Mais tout ce cheminement demeure hypothétique et le nom de saint Homebon a pu aussi tomber sous les yeux de quelques maîtres tailleurs bâlois à la lecture du Liber chronicarum de l’humaniste et médecin municipal de Nuremberg, Hartmann Schedel (1440-1514), qui fit copier vers 1500 le dossier de textes hagiographiques relatifs à Homebon, constitué à Crémone en 1301, et qui lui consacra une mention dans sa Weltchronik qui connut une large diffusion dans les pays germaniques17. En tout cas, le culte de Saint Homebon devait être bien établi à Bâle dès cette époque puisque sa fête, le 13 novembre, était l’occasion de débordements tels que le conseil municipal (Rat) fut obligé de rappeler en 1520 à ses administrés qu’il convenait d’honorer ce jour par des aumônes et des œuvres de pénitence, et non par des réjouissances et des danses (« dass sie hinfür iren heiligen sant Guotman mit betten, almosen geben und andren guoten werchen, und nit mit fyren und tanzen eren »)18. Mais le problème fut réglé brutalement, quelques années plus tard, par la Réforme protestante qui s’imposa à Bâle dès 1524 et interdit le culte des saints.

Fig. 2 - Homebon (« Gotman »), saint de la charité et du travail. Vitrail, Bâle, Maison de la Corporation des tailleurs, 1508, aujourd’hui conservé à l’Historisches Museum, Basel
(© Historisches Museum Basel. Photo : HMB P. Portner)

8Dans le inonde demeuré catholique en revanche, Homebon allait poursuivre une longue et brillante carrière à la faveur de la Contre-Réforme. L’Église ne tarda pas en effet à comprendre l’intérêt qu’il y avait pour elle, sur le plan pastoral, à répondre à la demande de saints patrons attitrés qui émanait du monde des corporations et des travailleurs. Les préjugés ecclésiastiques contre le travail manuel et le négoce s’étant fortement atténués au cours des xive et xve siècles, la voie était libre pour une sacralisation du travail et de la vie professionnelle qui se généralisa après 1500 et surtout aux xviie et xviiie siècles. La diffusion du culte de saint Homebon, dans cette perspective, alla de pair avec celle de saint Isidore le Laboureur, lui aussi un personnage médiéval dont le rayonnement demeura longtemps limité à la région de Madrid mais qui, une fois tiré de son obscurité par un hagiographe franciscain, devint entre le xve et le xviie siècle, le saint patron des paysans dans le monde hispanique et fut canonisé en 1596, à la demande de Philippe II. Le culte d’Homebon ne connut pas un succès aussi fulgurant, mais peut-être des enquêtes plus approfondies permettraient-elles de se faire une idée plus précise de sa popularité dans les divers pays européens à l’époque moderne.

  • 19 Cf. A. Martini, Arti di mestieri e fede nella Roma dei papi, Bologne 1965, p. 128-129.

9À Rome, la dévotion envers lui est attestée à partir du milieu du xvie siècle, puisque l’Universitas sartorum sutorumque (« Arte dei sarti e calzolai ») semble avoir eu comme patron « san Buonhuomo » dès 1566. Ce corps de métier avait son siège au Capitole, dans le palais des Conservateurs, ce qui explique que l’on puisse y voir encore aujourd’hui les restes de son effigie à côté des armes du métier19. En 1573, après la destruction de l’église Sant’Andrea in Ursi où ils se réunissaient, les tailleurs obtinrent du pape Grégoire XIII la concession de la vieille église de Santa Maria in Portico, au pied de la Roche Tarpéienne, qui prit le nom de Sant’Omobono. Ils y fondèrent une nouvelle confrérie en l’honneur de saint Homebon et de saint Antoine de Padoue qui participait avec les autres à la grande procession urbaine qui se rendait le 15 août à Sainte-Marie-Majeure. On connaît le texte d’une des prières que les confrères romains adressaient à leur saint patron :

  • 20 Ibid., p. 204.

« O glorioso protettore,
che con l’ago e col ditale
lavorasti da sartore,
dacci sempre un buon lavoro,
ti preghiamo tutti in coro.
Facci bene guadagnare
con il nostro lavorare !
Di tue grazie facci dono,
O santissimo Omobono20. »

  • 21 Tirso de Molina, Santo y sastre (saint et tailleur), Obras completas de Tirso de Molina, éd. B. de (...)
  • 22 Je remercie Bernard Dompnier de m’avoir communiqué ces informations, fruits d’une recherche en cou (...)
  • 23 Cf. J. J. Heirwegh, J. L. Van Belle, Saints patrons des métiers en Wallonie. Catalogue de l’exposi (...)
  • 24 Cf. Nicolas Borély, La Vie de Messire Christophe d’Authier de Sisgau, évêque de Bethléem, Lyon 170 (...)
  • 25 Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 150 H23 (statuts de la confrérie de sain (...)
  • 26 Cf. M. Agulhon, Les populations du Var de la Révolution à la seconde République, Paris 1970, p. 21 (...)

10À la même époque, saint Homebon était déjà connu et vénéré dans le monde ibérique, comme l’illustre le fait que le dramaturge Tirso de Molina (1580-1648) lui consacra en 1612 une œuvre destinée à être représentée en public et que les tailleurs de Barcelone chantaient des cantiques en son honneur21. De là son culte passa dans la Nouvelle Espagne, en particulier au Mexique : une confrérie érigée en son honneur dans l’église de la Très-Sainte-Trinité de Mexico fut indulgenciée par l’Église romaine en 1698, ainsi qu’une autre le fut en 1770 dans le même diocèse22. Dans les Pays-Bas espagnols (nord de la France actuelle et Belgique), le patronage d’Homebon fut adopté, sans doute au début du xviie siècle, par les garçons tailleurs et les fripiers de Tournai, les tailleurs de Binche et les fripiers de Namur23. En France, son culte semble avoir été introduit par Christophe d’Authier, fondateur d’une congrégation missionnaire, les Prêtres du Saint-Sacrement, qui l’importa d’Italie et institua les premières confréries d’artisans à Valence et à Marseille24 ; des documents d’archives attestent l’existence de cette dernière en 1643 et elle était encore bien vivante en 1754, puisqu’elle fit imprimer ses statuts cette année-là25. Ce n’était certainement pas un cas isolé, puisque à Brignolles, dans le Var, existait, au moins depuis 1743, une congrégation pieuse rassemblant des cultivateurs sous le patronage de « saint Hommebon », qui fut relancée en 1838 par le curé de Brignolles et évolua par la suite vers une forme de mutualité agricole26. Mais, dans cette région et à cette époque, le saint de Crémone semble avoir joué le rôle de protecteur des travailleurs manuels, tant citadins que ruraux, sans lien particulier avec les métiers du textile et de la confection. De toute façon, le nom d’Homebon figurait alors dans des répertoires imprimés mis à la disposition du clergé pour lui permettre d’attribuer les patronages des saints en fonction des diverses catégories socio-professionnelles, comme l’ouvrage intitulé La boutique sacrée des saints et vertueux artisans, paru à Lille en 1650, ou l’Encomia coelitum publié à Vienne (Autriche) en 1763 par le jésuite Mosculus. Et l’on mesurera ainsi le chemin parcouru depuis la Vie Cum orbita solis (sans doute composée en 1198 par l’évêque Sicard de Crémone promoteur de sa canonisation) où l’accent était mis sur la dure pénitence qu’Homebon avait dû effectuer pour effacer la souillure liée à la pratique de la mercatura, en la comparant à une prière que les tailleurs du xviie siècle étaient invités à adresser à leur protecteur céleste :

  • 27 Deus, qui sanctum Homobonum docuisti sic exercere temporalia lucra ut bona mercetur aeterna, da no (...)

11« Dieu, qui a appris à saint Homebon à se distinguer dans l’acquisition des gains temporels au point de mériter les biens éternels, fais qu’instruits par son exemple, nous sachions nous comporter honnêtement dans les affaires de ce monde et nous donner plus de peine encore pour les biens éternels. Saint Homebon, priez pour nous, les marchands27 ! »

Notes

1 Sur ce personnage, cf. A. Vauchez, Le « trafiquant céleste » : saint Homebon de Crémone (t 1197), marchand et « père des pauvres », Horizons marins, itinéraires spirituels, dir. H. Dubois, J. C. Hocquet, A. Vauchez, Paris 1987, 1, p. 115-122 ; Id., s. v. « Omobono », Il grande libro dei santi, 3, éd. C. Leonardi, A. Riccardi, G. Zarri, Cinisello Balsamo 1998, p. 1520-1521. Sur l’importance de sa canonisation, cf. Id., La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Age, Rome 1988, p. 412-414. et ad indicem. La meilleure édition de la bulle de canonisation (Quia pietas) se trouve dans O. Hageneder, A. Haidacher, Das Register Innocenzo III., 1, Pontifikatsjahr 1198/99, Cologne-Vienne-Graz 1964, p. 762-764.

2 Sur le contexte politico-religieux de l’époque, cf. A. Vauchez, Innocent III, Sicard de Crémone et la canonisation de saint Homebon (†1197), Innocenzo III, Urbs et orbis. Atti del congresso internazionale (Roma, settembre 1998), éd. A. Sommerlechner, Rome 2002, 1, p. 435-455.

3 L’existence d’un « Consorzio di Sant’Omobono », dont les membres se consacraient à l’assistance aux pauvres, est attestée à Crémone dès la seconde moitié du xiiie siècle. Sur le nouveau « Consorzio » qui fut créé par l’évêque de Crémone en 1357 en l’honneur de la Vierge Marie et de saint Homebon, cf. Diocesi di Cremona, dir. A. Caprioli, A. Rimoldi, L. Vaccaro, Brescia 1998 (Storia religiosa délia Lombardia 6). p. 103.

4 Sur l’iconographie de saint Homebon, en plus des répertoires cités par Vauchez, Le « trafiquant céleste », cité supra n. 1, p. 122, n. 27, cf. G. Kaftal, Iconography of the Saints in the Painting of North West Italy, Florence 1985, c. 349-350, et surtout Omohono. La figura del santo nell’iconografia, secoli xiii-xix, dir. P. Bonometti, Cinisello Balsamo 1999.

5 En attendant l’édition critique des Vies de saint Homebon que j’espère publier prochainement, on peut renvoyer à D. Piazzi Omohono di Cremona. Biografie dal xiii al xvi secolo. Crémone 1991, où l’on trouvera le texte et la traduction italienne de la Vie Labentibus annis aux pages 60-67.

6 Comme le montre bien la liste des confréries de métier de Crémone et de leurs saints patrons établie par F. Aporti, Memorie di storia ecclesiastica cremonese, 2, Crémone 1837, p. 214-215, d’où saint Homebon est absent.

7 Sur le manuscrit de Reggio, cf. Piazzi, Omobono di Cremona, cité supra n. 5, p. 27. La Vita en italien a été publiée par G. Bertoni, Di una Vita di S. Omobono del secolo xiv, Bollettino Storico Cremonese 3, 1938, p. 161-176, repris par Piazzi, Omobono di Cremona, p. 72-77.

8 Cf. Omobono, dir. Bonometti, cité supra n. 4, p. 105-107.

9 Ibid., p. 45-46.

10 Cf. R. Rota, Tracce di opere d’arte e note circa il culto di S. Omobono, Omobono, dir. Bonometti, p. 155-157.

11 Sur ce phénomène historique, cf. St. A. Epstein, Wage Labour and Guilds in Medieval Europe, Chapel Hill-Londres 1991 ; sur ses répercussions dans le domaine religieux, voir M. B. Becker, Lay Piety in Renaissance Florence, The Pursuit of Holiness in Late Medieval and Renaissance Religion, éd. Ch. Trinkaus, Leyde 1974, p. 77-199, en part. p. 194 s.

12 Voir, à ce sujet, l’ouvrage ancien mais toujours utile de L. Du Broc de Segange, Les saints patrons des corporations, Paris 1887.

13 Vitrail de Saint « Gotman » (= Homebon), Maison de la corporation des tailleurs de Bâle, 1508 (Historisches Museum, Basel), reproduit infra, p. 844.

14 M. Wehrli-Johns, Wie kommt der heilige Homobonus nach Base] ? Von Stadtpatron zur Wappen-träger der Schneider, Mundo milita miracula. Festschrift Hans Conrad Peyer, éd. H. Berger, Zurich 1992, p. 99-106 et 233-236.

15 Petrus de Natalibus, Catalogus sanctorum, Lyon 1534, fol. CCLIv.

16 Wehrli-Johns, Wie kommt der heilige Homobonus nach Basel ?, cité supra n. 14. p. 104-105.

17 Ms. Munich, Staatsbibliothek, ras. lat. 434, fol. 257-263.

18 Wehrli-Johns, Wie kommt der heilige Homobonus nach Basel ?, p. 106.

19 Cf. A. Martini, Arti di mestieri e fede nella Roma dei papi, Bologne 1965, p. 128-129.

20 Ibid., p. 204.

21 Tirso de Molina, Santo y sastre (saint et tailleur), Obras completas de Tirso de Molina, éd. B. de Los Rios, Madrid 1946-1958, p. 55-80.

22 Je remercie Bernard Dompnier de m’avoir communiqué ces informations, fruits d’une recherche en cours sur les brefs d’indulgences de l’époque moderne dans les Archives du Vatican.

23 Cf. J. J. Heirwegh, J. L. Van Belle, Saints patrons des métiers en Wallonie. Catalogue de l’exposition de Braîne-le-Château, Braîne-le-Château 1984, en particulier p. 26.

24 Cf. Nicolas Borély, La Vie de Messire Christophe d’Authier de Sisgau, évêque de Bethléem, Lyon 1703, p. 98-99 : « Le premier [de ces établissements] est une congrégation qu’il établit en l’église de sa communauté sous le titre de saint Hommebon, en faveur des artisans, œuvre si sainte et si utile qu’elle a servi de modèle à plusieurs autres qu’on a établi à son imitation en divers lieux de la France. » Sur ce personnage et son œuvre, cf. P. Broutin, La réforme pastorale en France au xviie siècle, Tournai 1956, 2, p. 269-282. Je remercie B. Dompnier de m’avoir signalé ce texte.

25 Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 150 H23 (statuts de la confrérie de saint Homebon, 1754). Je remercie Marie-Hélène Froeschlé-Chopard de m’avoir fourni cette référence, ainsi que celle qui figure à la note suivante.

26 Cf. M. Agulhon, Les populations du Var de la Révolution à la seconde République, Paris 1970, p. 217-218.

27 Deus, qui sanctum Homobonum docuisti sic exercere temporalia lucra ut bona mercetur aeterna, da nobis ejus exemplo instructis secularia negotia tractare fideliter et solicitius pro aeternis satagere. Sancte Homobonus, ora pro nobis mercatoribus !, cité par Du Broc de Segange, cité supra n. 12, 2, p. 457-458.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Saint Homebon en pénitent. Statue du début du xiiie siècle, Crémone, église Sant’Omobono (avec l’aimable autorisation de l’École française de Rome)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Légende Fig. 2 - Homebon (« Gotman »), saint de la charité et du travail. Vitrail, Bâle, Maison de la Corporation des tailleurs, 1508, aujourd’hui conservé à l’Historisches Museum, Basel(© Historisches Museum Basel. Photo : HMB P. Portner)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4017/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 490k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540