Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Gênes, l’Afrique et l’Orient : le Maghreb almohade dans la politique génoise en Méditerranée

Dominique Valérian

Texte intégral

  • 1 M. Balard. Notes sur le commerce génois en Tunisie au xiiie siècle, Cahiers de Tunisie 155/156, 19 (...)

1« Le volume modeste des investissements, la composition sociologique et l’origine géographique de la communauté génoise de Tunis où l’aristocratie communale est peu représentée, le caractère encore inorganique d’une administration réduite à un consul, à un notaire, à un chapelain, occasionnellement assistés d’un conseil délibératif, tous ces caractères font de Tunis un relais certes essentiel pour le commerce génois mais en aucun cas un terrain d’expérimentation pour des entreprises coloniales et mercantiles1. » S’éloignant de l’Orient le temps d’une escale tunisoise à l’occasion du Ve Congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb, Michel Balard constatait la place modeste occupée au xiiie siècle par la capitale de l’Ifrīqiya dans les investissements génois et dans la politique méditerranéenne de la République d’une manière générale. Mais il rappelait aussi l’unité de ce monde méditerranéen, traversé par des hommes, des biens et des idées, façonné par des expériences commerciales, politiques et sociales dont on peut suivre la genèse et le développement au cours du Moyen Âge.

2Comprendre la place du Maghreb dans l’expansion génoise en Méditerranée exige donc de s’intéresser bien sûr à ses caractères propres, mais aussi de le resituer dans un contexte large, à l’échelle d’une Méditerranée où l’Orient joue, pour les Génois, un rôle de premier plan. La première moitié du xiie siècle est pour cela un moment intéressant, car c’est là que se mettent en place certaines caractéristiques majeures de la région, dans un contexte marqué à la fois par les croisades, le recul des musulmans sur les mers, mais aussi par un essor sans précédent du commerce avec les pays d’Islam. C’est aussi l’époque où s’affirme, avec plus de force qu’auparavant, l’individualité du Maghreb par rapport au reste du monde musulman, sur le plan tant économique que politique.

  • 2 Ibid., p. 370-371.
  • 3 D. Abulafia, The Two Italies : Economic Relations between the Norman Kingdom of Sicily and the Nor (...)
  • 4 Calculs à partir des dépouillements d’É. Bach, La Cité de Gênes au xiie siècle, Copenhague 1955, a (...)
  • 5 H. C. Krueger, Genoese Trade with North-West Africa in the xiith Century, Speculum 8, 1933, p. 388
  • 6 Ibid., p. 385.
  • 7 Ibid., p. 390. Il ajoute que les deux seuls personnages à avoir des investissements importants dan (...)
  • 8 R. S. Lopez. I Genovesi in Africa Occidentale nel Medio Evo, Studi sull’economia genovese nel Medi (...)

3Le Maghreb n’a pas, de toute évidence, l’attrait de l’Orient, qu’il soit byzantin, latin ou musulman, et ce malgré sa plus grande proximité géographique et l’ancienneté de ses relations avec l’Italie. La part de Tunis dans les investissements génois de la seconde moitié du xiie siècle est à cet égard éloquente : à l’exception de l’année 1180, pour laquelle les données sont trop lacunaires, elle oscille entre 0 et 5 %2. Si l’on considère l’ensemble du Maghreb, les chiffres restent modestes, mais ne sont cependant pas insignifiants : entre 7,5 et 20 % pour les années 1150-11603, mais entre 22 et 40 % pour les années 1180-11904. Par ailleurs, on a pu dire que les marchés maghrébins n’intéressaient guère l’aristocratie politique et commerçante de Gênes, qui au contraire investit massivement en Orient5. Bref, un marché secondaire, tout juste bon à attirer les pauvres, les femmes et les jeunes en formation6. Krueger va même jusqu’à affirmer qu’entre 1154 et 1164 « the great Genoese families had little interest in an area whose mercantile worth had not yet been established7 ». Tout cela n’est pas absolument faux : le Maghreb n’a jamais occupé la place de l’Orient dans les préoccupations des élites dirigeantes génoises ni dans l’imaginaire des Latins de l’époque. Dans son travail sur les Génois en Afrique occidentale au Moyen Âge, Roberto Sabatino Lopez pouvait ainsi affirmer que la pénétration génoise au Maghreb se caractérise à cette époque par « l’initiative individuelle et le commerce » et « une dispersion intrépide dans toutes les directions, comme par un phénomène de capillarité8 ». Là encore, l’idée que cette région ne pouvait intéresser la République et était abandonnée à des acteurs isolés et de second rang.

  • 9 Annali genovesi di Caffaro e de’suoi continuatori dal MXCIX al MCCXCIII, 1.éd. L. T. Belgrano, Gên (...)
  • 10 Annali genovesi di Caffaro e de’suoi continuatori dal MXCIX al MCCXCIII. 2, éd. L. T. Belgrano, C. (...)
  • 11 Cf. Pistarino, Genova e il Maghreb, cité supra n. 3. p. 27.

4Pourtant cette image peu flatteuse ne cadre ni avec l’intensité et la régularité des relations commerciales entre Gênes et les grands ports du Maghreb, ni surtout avec l’attention portée par la Commune à conserver de bonnes relations diplomatiques avec les Almohades. En 1161 Gênes signe avec le calife ‘Abd al-Mu’min un traité pour une durée de quinze ans, assurant la sécurité pour les Génois sur terre et sur mer9. Cette trêve est renouvelée en 119110 et en 1208, montrant une réelle continuité dans la politique génoise à l’égard des Almohades11. Certes la région n’a pas attiré les grandes conquêtes militaires de la chrétienté, à l’exception de l’expérience, très particulière, des Normands de Sicile en Ifrīqiya sous le règne de Roger II. Pour autant, on est loin d’une juxtaposition désordonnée d’« initiatives individuelles » sans cohérence, mais bien en présence d’une politique suivie de la part de Gênes au Maghreb.

  • 12 Cf. Id., Comune, « Compagna » e Commonwealth nel medioevo genovese, La Storia dei Genovesi. Atti d (...)
  • 13 E. H. Byrne, Genoese Trade with Syria in the Twelfth Century, American Historical Review 25/2, 192 (...)

5Or si la Commune s’intéresse de si près à maintenir de bonnes relations avec les califes d’Occident, c’est bien que tel est l’intérêt des grandes familles qui constituent l’oligarchie à la fois politique et marchande de Gênes en cette seconde moitié du siècle. Jusque dans les années 1160 au moins, ce sont en effet ces mêmes familles qui dominent à la fois la vie politique de la Commune et le grand commerce oriental qui fait une grande partie de la fortune de la ville. La Commune fonctionne alors davantage comme une consorteria marchande que comme une cité-État, assurant le minimum institutionnel nécessaire au déploiement des affaires de ce groupe dirigeant12. Ces familles, qui se partagent les charges publiques, sont peu nombreuses au départ et sont toutes plus ou moins liées à l’aristocratie vicomtale13 : les Della Volta, Usodimare, Burone, Vento et Mallone décident alors de la politique génoise, notamment en Méditerranée. La compréhension des débuts de l’expansion génoise au Maghreb passe donc en partie par l’analyse de l’intérêt de la région pour ce groupe restreint dont les préoccupations sont tournées principalement vers l’Orient. Il y a par conséquent un lien étroit entre la pénétration des marchés maghrébins et la politique orientale de la République.

  • 14 Les problèmes politiques et militaires liés à la Reconquista en péninsule Ibérique jouent à cet ég (...)
  • 15 Ch. Picard, La mer et les musulmans d’Occident au Moyen Age. viiie-xiiie siècle, Paris 1997, p. 14 (...)
  • 16 Il Cartolaredi Giovanni Scriba, éd. M. Chiaudano. M. Moresco, Turin 1935, nos 79 (17/5/1156), 81 ( (...)
  • 17 Abū al-Ἁbbās Ahmad b. Ἁbd Allāh al-Ġubrīnī, ’Unwān al-dirāya, éd. R. Būnār, Alger 1970, p. 77. Dan (...)
  • 18 Tunis et le littoral jusqu’à Tripoli sont conquis en 1159.

6La signature des traités de paix avec les Almohades doit ainsi s’analyser à l’échelle de la Méditerranée occidentale14, mais aussi en fonction des intérêts du grand commerce oriental. Les Almohades disposent, au moins jusqu’à la fin du xiie siècle, d’une flotte puissante, construite et entretenue dans des arsenaux installés dans tous les grands ports du Maghreb et d’al-Andalus15. Cette flotte constitue une menace potentielle sur le plan politique et militaire, mais il n’est pas sûr que cette menace, qui pèse du reste surtout sur les royaumes chrétiens de péninsule Ibérique, ait beaucoup préoccupé les Génois. À cette époque les côtes italiennes ne font plus guère l’objet des expéditions militaires musulmanes, comme au xe et encore au début du xie siècle. Il subsiste cependant un risque lié à la piraterie musulmane, qui perturbe la circulation des navires en Méditerranée occidentale. En 1156 Drudone et Bongiovanni Sagonese sont ainsi captifs à Tunis et organisent leur rachat16, et on sait que Bougie était à la fin du xiie siècle un port où se pratiquait la piraterie17. Mais ce qui préoccupe avant tout les Génois est de garantir la libre circulation des navires en direction de l’Orient et donc le passage entre la Sicile et l’Ifrīqiya. Ce n’est sans doute pas un hasard si le premier traité signé avec les Almohades date de 1160, c’est-à-dire immédiatement après la conquête du Maghreb oriental et notamment des ports occupés jusque-là par les Normands18. Ces accords, renouvelés jusqu’à la fin de la période almohade et reconduits ensuite par les Hafsides, garantissent les Génois contre toute action hostile sur terre comme sur mer. En intéressant les califes au commerce maritime (en particulier par les taxes douanières que ces derniers en retirent), Gênes peut ainsi espérer neutraliser une menace réelle pesant sur son commerce non seulement en Méditerranée occidentale, mais aussi en direction de l’Orient.

7Mais les échanges avec le Maghreb n’ont pas pour simple objectif d’acheter la paix avec ce puissant voisin : ils constituent une part parfois non négligeable des affaires génoises en Méditerranée. Le Maghreb intéresse donc les Génois également comme marché à investir et à exploiter. Pour comprendre l’utilité de cette région pour les familles dirigeantes génoises il faut partir de l’analyse de leurs investissements commerciaux.

  • 19 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Rome-Gênes 1978, p. 506 ; Id., Notes sur (...)
  • 20 ASG. min. 2, fol. 84r (24/8/1184).
  • 21 Byrne, Genoese Trade with Syria, p. 201 : « The richest and steadiest source of supply upon which (...)
  • 22 Ibid., p. 201 ; Balard, Notes sur le commerce entre l’Italie et l’Égypte, cité supra n. 19, p. 630
  • 23 Byrne. Genoese Trade with Syria, p. 210. Le commerce vers la Syrie franque est alors ouvert à tous (...)
  • 24 Il Cartolare di Giovanni Scriba, cité supra n. 16, nos 979 (1/10/1162), 1219 (20/6/1164), 1230 (30 (...)

8Ces grandes familles de l’aristocratie politique et marchande de Gênes sont en apparence peu présentes sur les marchés maghrébins, alors qu’elles réalisent le gros de leurs affaires dans le commerce avec l’Orient chrétien et musulman19. Au contraire on rencontre une multitude d’opérateurs petits et moyens, qui le plus souvent ne sortent de l’anonymat que le temps d’un voyage ou d’un investissement modeste en direction d’un des ports du Maghreb. Ainsi cette société entre Opizone fils de feu Opizone de Castello et Fazaben de San Damiano pour Bougie, dans laquelle le premier investit 2 livres et le second une livre, prenant en plus 3 livres 4 sous en commande20. Cette situation contraste avec ce que l’on connaît des marchés orientaux, où ces petits opérateurs sont moins nombreux. Ils sont même totalement écartés de la Syrie franque dans les années 1150-116021. Encore ne faut-il pas exagérer cette différence, car sur le marché d’Alexandrie, où les grandes familles génoises n’ont pas de poids politique, on trouve une situation analogue à celle du Maghreb22. Par ailleurs les contrats commerciaux des années 1170-1190 montrent une ouverture des marchés syriens à des opérateurs beaucoup plus diversifiés23. Il reste que le marché maghrébin est laissé ouvert à des marchands et des investisseurs à qui le grand commerce syrien est fermé, au moins jusque dans les années 1160. Leur implication dans ce commerce est facilitée par la proximité des côtes africaines et la faible valeur relative des produits transportés, qui rendent les investissements plus accessibles. Certains acteurs cependant sont d’une certaine envergure et sont souvent liés aux grandes familles présentes sur le marché syrien. C’est le cas d’un certain Puella (sans doute le même qu’Ingone Puella que l’on trouve à la même époque dans les actes de Giovanni Scriba), qui investit à plusieurs reprises pour le Maghreb, en 1162 et 116424. On le voit en relation avec Blancardo (qui intervient plusieurs fois comme témoin dans des contrats de Puella et lui confie une commande importante pour la Sardaigne en 1160), Bonvassallo Malfigliastro, Guglielmo Vento (qui apparaît dans un contrat pour Alexandrie) et Guglielmo Doria qui lui emprunte de l’argent.

  • 25 Ibid., n° 949 ; Krueger, Genoese Trade, p. 381.
  • 26 Bach, La Cité de Gênes, p. 61.
  • 27 Cf. Krueger, Genoese Trade, p. 386-388.
  • 28 Il Cartolare di Giovanni Scriba, n° 597 (2/1/1160).
  • 29 Ibid., n° 599 (12/1/1160). Giordano met 100 livres et Oberto 50 livres, qu’ils confient à Bonovass (...)
  • 30 Il est témoin pour un contrat de société d’Oberto Spinola (ibid., n° 603, 16/1/1160) et ce dernier (...)
  • 31 Krueger, Genoese Trade, p. 392-394.

9Pour autant les marchés maghrébins ne sont pas totalement abandonnés à ces opérateurs de petite ou moyenne envergure et intéressent également les grandes familles génoises, dont aucune ou presque n’est totalement absente des affaires maghrébines. Un an après la signature de la paix avec les Almohades un certain Ottobono, que Krueger identifie avec le légat qui avait négocié l’accord, investit ainsi 50 livres dans une commande pour Salé25. Dans les actes du notaire Giovanni Scriba, qui, il est vrai, travaille beaucoup pour ces familles26, ils sont nombreux à s’intéresser au Maghreb27. En 1160 par exemple, sur 14 contrats concernent le Maghreb, 7 font apparaître comme investisseurs des grands marchands génois impliqués également dans les affaires orientales : Oberto Spinola, Buongiovanni Malfigliastro, Blancardo, Buongiovanni Lercari, Guglielmo Burone, Idone Mallone, Ingone della Volta et Lanfranco Alberico. Il faudrait y ajouter Giordano Gisulfo qui intervient dans un prêt maritime de 80 livres pour Bougie28 puis, aux côtés d’Oberto Spinola, dans une commande pour la même destination29. Sans être lui-même intéressé au commerce oriental, il appartient également à une grande famille de Gênes et est toujours très étroitement associé à Oberto Spinola30. Cet intérêt des élites politiques pour les marchés africains ne se dément pas par la suite, même si les familles dominantes changent, comme le montre l’exemple des Cavarunci dans les années 1191-1192. Gionata en particulier, qui a été consul en 1183, est le plus actif et intervient dans de nombreux contrats, principalement avec le Maghreb, même s’il s’intéresse également à l’Outremont et à l’Orient31.

  • 32 Certaines concernent cependant des sommes importantes, comme la société contractée en 1156 par Gug (...)
  • 33 Ibid., n° 705 (28/7/1160).
  • 34 Ibid., n° 741 (26/8/1160).

10Ces opérations, du moins quand elles ne concernent que le Maghreb, montrent des sommes relativement modestes32 si on les compare à celles que ces personnages sont capables d’investir en Orient. Les chiffres les plus élevés se rencontrent surtout dans des opérations pour lesquelles les marchés maghrébins sont intégrés dans des circuits commerciaux plus larges, étendus à l’Orient. L’autre caractéristique des opérations de ces marchands est en effet qu’elles dépassent souvent le strict cadre maghrébin, le voyage ayant pour destination principale l’Orient et prévoyant un retour par le Maghreb ou inversement. Ainsi le 28 juillet 1160 Guglielmo Burone et Idone Mallone confient 200 livres en commande à Guglielmoto Ciriolo et Ugone Elie, à porter à Alexandrie et de là où ces derniers jugent préférable d’aller, avec possibilité de se rendre notamment à Bougie33. Malheureusement on ignore le plus souvent la part réellement investie au Maghreb par rapport à celle destinée à l’Orient. Ce lien avec les affaires d’Orient apparaît également dans un contrat entre Ingo della Volta et Opizone di Amico Clerico qui prévoit d’investir 128 livres 10 sous pour Bougie, somme qui provient d’affaires réalisées outre-mer34.

11Le Maghreb n’est donc pas totalement délaissé par ces grandes familles qui y ont un intérêt commercial évident, car la région n’est pas dénuée d’atouts propres. C’est d’abord un marché de consommation pour les exportations européennes qui trouvent des clients dans les grandes villes almohades que sont principalement Ceuta, Bougie et Tunis, qui n’ont alors rien à envier à la plupart des villes européennes. C’est par ailleurs une zone d’approvisionnement pour certains produits recherchés. Jusqu’à la fin du xiiie siècle les laines maghrébines sont considérées par les lainiers européens comme de bonne qualité, de même que les cuirs, et l’essor de l’élevage dans les régions intérieures fournit des quantités importantes à ce trafic. Peut-être rapporte-t-on également de l’or africain, monnayé ou non, pour alimenter le commerce oriental. Cette question reste encore largement ouverte aujourd’hui, et les indices sont trop ténus pour avancer autre chose que des hypothèses.

12Mais ce n’est sans doute pas là ce qui fait pour ces grands marchands l’attrait principal du Maghreb, qui doit au contraire être analysé principalement en fonction de leurs intérêts orientaux. Tout indique en effet que le Maghreb s’intègre dans des stratégies ayant pour visée principale la Méditerranée orientale et cette complémentarité doit être étudiée à plusieurs niveaux.

  • 35 Ibid., n° 1276 (11/8/1164). Le capital et les bénéfices devront être rendus au retour à Ingo della (...)
  • 36 Notai liguri dei secoli xii e xiii. 4, Oberto Scriba de Mercato 1186, éd. M. Chiaudano, Gênes 1940 (...)
  • 37 Ibid., n° 171 (20/10/1186).
  • 38 Notai liguri dei secoli xii e xiii. 4, Oberto Scriba de Mercato 1186, cité supra n. 36, n° 136 (15 (...)
  • 39 Ibn Diubayr, Rihla, trad. P. Charles-Dominique, Relation des péripéties qui surviennent pendant le (...)

13Tout d’abord les ports de l’Occident musulman sont situés sur certaines routes maritimes reliant l’Égypte et la Syrie, à une époque où la navigation hauturière est encore exceptionnelle. Plusieurs contrats montrent clairement que les navires effectuaient des périples qui les faisaient s’arrêter dans les grands ports de la rive méridionale de la Méditerranée. Ces itinéraires n’ont pas encore la régularité qu’il acquièrent au xve siècle et une grande liberté est le plus souvent laissée au marchand de s’adapter aux opportunités du marché. Mais les navires revenant d’Orient qui ne passaient pas par le nord et la Romanie suivaient les côtes de l’Égypte et de l’Afrique du Nord, pour remonter soit par la Sicile soit le long des côtes espagnoles. Plusieurs contrats nous en fournissent des exemples. En 1164 les fils de feu Guglielmo délia Volta confient une commande de 100 livres à Guglielmo Richerio, qui doit la porter à Alexandrie, et de là à Bougie, à Ceuta, au Garb (sans doute ici le Maroc, peut-être atlantique) ou en Yspania, c’est-à-dire en al-Andalus35. Autre marchand largement impliqué dans les affaires orientales, Vasallo Straleira fait en 1186 un contrat de société avec Gandolfo Ottaino, d’un montant total de 150 livres auxquelles s’ajoutent 229 livres 12 sous confiés en commande. Gandolfo doit porter le tout vers l’Outre-mer (la Syrie franque) et de là revenir par Alexandrie, Ceuta ou Bougie36. Plus rarement les contrats détaillent le trajet dans l’autre sens, comme pour le voyage qu’effectue Rolando Sudaca pour le compte de Guglielmo Malfigliastro à Ceuta puis Alexandrie, où il devra si possible remettre le tout à Enrico Nepitella37. De même en 1190 Simone Buontommaso fait un contrat avec sa femme et Ugo Embriaco pour Ceuta, avec la possibilité de se rendre ensuite à Alexandrie et de revenir par Ceuta38. Les marchés maghrébins permettent donc de rentabiliser des voyages longs et coûteux en profitant des différentes escales possibles sur la route et des opportunités commerciales qui pourraient se présenter. De toute évidence certains produits orientaux étaient vendus directement au Maghreb, sans faire le détour par Gênes, et inversement. La nature de ces échanges nous reste cependant largement inconnue, faute d’actes notariés instrumentés dans les ports musulmans pour cette époque. On sait en revanche que les navires génois embarquaient des passagers musulmans. Le phénomène est bien connu pour les pèlerins qui se rendent aux lieux saints en Orient, comme le montre l’exemple d’ibn Djubayr qui embarque à Ceuta sur un navire génois avec d’autres coreligionnaires à destination d’Alexandrie. À son arrivée il raconte ses mésaventures à la douane et s’insurge devant l’exigence des agents ayyûbides qui font payer la zakât à tous les passagers et il ajoute que « la plupart des passagers n’avaient entrepris ce voyage que pour accomplir l’obligation du pèlerinage et n’avaient emporté que des provisions de route », ce qui sous-entend que certains d’entre eux au moins (dont le nombre est peut-être sous-estimé par notre voyageur) faisaient du commerce39. Ce rôle des navires génois – et chrétiens d’une manière générale – s’explique d’une part par les difficultés de la route terrestre à travers le Maghreb et en particulier la Tripolitaine, rendue dangereuse par la présence de tribus nomades pillardes et l’absence de pouvoir fort, et d’autre part par les faiblesses grandissantes des flottes marchandes musulmanes. C’est en tout cas pour les armateurs et les capitalistes génois un moyen de rentabiliser leurs investissements en multipliant les opérations sur un même voyage.

  • 40 Il Cartolare di Giovanni Scriba, n° 509 (12/10/1158).
  • 41 Ibid., n° 910 (20/9/1161). Le manuscrit porte « ar. unum perlarum » que H. C. Krueger propose de l (...)

14Ce rôle des Génois dans la redistribution des produits d’Orient au Maghreb ne se limite cependant pas à ces voyages directs le long des côtes africaines. On trouve en effet parfois des exportations, au départ de Gênes, de produits orientaux en direction des ports de l’Occident musulman qui deviennent alors des marchés complémentaires de l’Europe pour les produits rapportés d’Orient. Ainsi en 1158 Lamberto Balneo se rend à Bougie avec notamment du coton, qui est peut-être d’origine orientale, du poivre et de la noix de muscade40. Quelques années plus tard, en 1161, la nave de Tanto part pour Ceuta avec de la noix de muscade, du safran et des perles qui constituent le gage d’un prêt maritime de 300 besants massamutini41. Ce commerce triangulaire n’est sans doute pas essentiel en volume, mais il touche des produits de haute valeur, qui intéressent directement les grands marchands génois. Là encore le marché de consommation maghrébin, du moins dans les villes où les clients fortunés ne manquent pas, ne doit pas être négligé.

  • 42 S. D. Goitein, La Tunisie du xie siècle à la lumière des documents de la Géniza du Caire, Études d (...)
  • 43 Cf. L. Liagre de Sturler, Le commerce de l’alun en Flandre au Moyen Âge, Le Moyen Âge 61, 1955, p. (...)
  • 44 Il Cartolare di Giovanni Scriba, n° 812 (16/4/1161).
  • 45 Ibid., n° 1227 (28/6/1164).
  • 46 ASG, not. Oberto Scriba, Manoscritti 102, fol. 5v (13/8/1179).
  • 47 Le pays de Kawār serait autour de l’oasis de Bilma, au nord du lac Tchad, où l’on trouve notamment (...)
  • 48 Idrisi, trad. du chevalier Jaubert, revue par A. Nef, La première géographie de l’Occident. Paris (...)
  • 49 M.-L. Heers, Les Génois et le commerce de l’alun. Revue d’histoire économique et sociale 32, 1954, (...)
  • 50 Cl. Cahen, Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale. Journal of the (...)

15Cette complémentarité peut également être analysée à travers les produits achetés par les Génois. Si le Maghreb n’est plus une zone d’approvisionnement en produits orientaux, comme elle l’était encore au début du xie siècle42, certains articles recherchés par les Européens pouvaient cependant se trouver à la fois en Orient et au Maghreb. C’est le cas d’un produit qui demande une attention particulière, en raison d’une part de son importance dans l’économie européenne et d’autre part de la place qu’il occupe dans le commerce égyptien. Il s’agit de l’alun, dont on connaît le rôle dans l’industrie, notamment textile43. On le rencontre parmi les produits achetés par certains grands marchands impliqués dans le commerce oriental, comme Guglielmo Malone qui en 1161 envoie Bongiovanni Lercario à Bougie porter de la soie et des toiles d’Yspania, spécifiant dans le contrat qu’il doit investir l’argent gagné pour acheter si possible de la cire ou de l’alun44. Trois ans plus tard Blancardo, un marchand actif sur le marché égyptien, règle des comptes avec Bongiovanni Scriba sur le point de partir à Bougie et le contrat concerne notamment 107 cantares et deux tiers d’alun de Bougie qui restent d’une ancienne société entre les deux hommes45. Enfin en 1179 on trouve 20 cantares et demi d’alun, au cantare de Bougie, dans un contrat entre Oglierio de Carthagena et Bernardo Ruffo46. L’origine de cet alun n’est pas très claire, mais il est possible qu’il vienne des mines de Kawār dans le Sahara47, d’où il était acheminé par caravanes à Ouargla, une des portes du désert pour Bougie48. Or à cette époque, jusqu’à la mise en place de l’exploitation de l’alun de Phocée dans la seconde moitié du xiiie siècle49, la principale zone d’approvisionnement est l’Égypte. Mais le produit, en raison de son importance pour les Européens, y fait l’objet d’un contrôle étroit du pouvoir musulman qui en garde le monopole, à travers l’institution du matjar50. Cette situation présentait des inconvénients pour les marchands latins, qui pouvaient donc avoir intérêt à exploiter une autre zone d’approvisionnement, même de moindre valeur, au Maghreb. C’était la garantie, en cas de fermeture du marché égyptien ou de problèmes avec le pouvoir fatimide puis ayyûbide, de ne pas voir se tarir brutalement les arrivées de ce produit essentiel. On peut également penser que l’existence de ce commerce maghrébin d’alun a donné aux marchands latins en Égypte une plus grande marge de manœuvre pour les négociations avec le matjar, même si sur ce point on ne peut dépasser le stade de l’hypothèse.

  • 51 Cf. Abulafia, The Two Italies, cité supra n. 3, p. 131, qui évoque également les relations tendues (...)
  • 52 Pour Stabile, Il Cartolare di Giovanni Scriba, nos 898 et 903 (14/9/1161), 981 (3/10/1162), 1029 ( (...)
  • 53 Ibid., n° 1227. Le document date du 28 juin 1164 et fait référence à une cargaison déjà arrivée à (...)
  • 54 À partir des dépouillements de Bach, La Cité de Gênes, annexes. En 1179 les investissements au Mag (...)

16Plus généralement le Maghreb a pu être considéré comme un marché de substitution en cas de difficultés passagères en Orient. Les actes de Giovanni Scriba pour l’année 1163 nous en donnent un exemple intéressant. Aucun contrat n’est passé à destination de la Syrie ou d’Alexandrie, ce qui peut s’expliquer par les difficultés rencontrées dans les États latins, en raison du conflit entre Gênes et Pise, et en Égypte à cause des expéditions du roi de Jérusalem Amaury51. En revanche il n’y a pas d’interruption du trafic avec les ports maghrébins qui, de Salé à Tunis, continuent à être fréquentés. Il est révélateur que deux marchands d’envergure comme Blancardo et le banquier Stabile, actifs sur les marchés orientaux depuis 1157, développent leurs affaires au Maghreb précisément à partir de 116052 et que Blancardo va chercher à Bougie de l’alun, produit qu’il ne peut plus trouver en Égypte53. On peut également relever qu’en 1182, alors que la part de l’Orient chute à moins de 10 % du total des investissements génois (667 livres), celle du Maghreb monte à près de 40 % (avec 2 693 livres), son chiffre de loin le plus élevé au xiie siècle54. Lorsque deux ans plus tard les activités en Orient reprennent (33,1 % pour 1 370 livres), le commerce maghrébin recule, en valeur relative mais aussi en valeur absolue (29,2 % pour 1 169 livres). L’interprétation de ces données doit bien sûr être faite avec prudence, car de nombreux facteurs nous restent inconnus, mais il semble bien que dans ces années de difficultés génoises en Orient le Maghreb a pu attirer des investissements qui ne trouvaient pas à se faire sur des marchés plus lucratifs.

  • 55 On relève cette année 1190 de nombreux contrats pour la Syrie et surtout pour la Sicile et la Sard (...)
  • 56 H. Gilles, Législation et doctrine canoniques sur les Sarrasins, Islam et chrétiens du Midi : xiie(...)
  • 57 M. Gaudefroy-Demombynes, Une lettre de Saladin au calife almohade, Mélanges René Basset, 2. Paris (...)
  • 58 C’est en particulier la version d’Ibn Khaldûn, Muqaddima, trad. V. Monteil, Discours sur l’histoir (...)
  • 59 Il peut d’ailleurs y avoir été poussé par ses sujets ou les oulémas de son entourage.
  • 60 Pistarino, Genova e il Maghreb, p. 59-60.
  • 61 Notai liguri dei secoli xii e xiii. 2, Guglielmo Cassinese, 1190-1192, éd. M. W. Hall-Coll, H. C. (...)

17Pour autant il faut nuancer cette idée de marché de substitution. Tout d’abord il ne semble pas que les marchands chrétiens aient cherché, dans ces années de perturbation du commerce oriental, à trouver au Maghreb des produits comme les épices qui auraient pu y arriver par voie de terre depuis l’Égypte. Il est vrai que les frets de retour nous sont mal connus, mais il ne semble pas que la route terrestre par la Tripolitaine ait connu alors un regain d’activité. Par ailleurs si les grandes familles marchandes ne sont pas totalement absentes du commerce maghrébin pendant ces années, leur rôle n’augmente pas par rapport aux périodes précédentes. Enfin si depuis la fin de la conquête almohade en 1159 la région représente un réel pôle de stabilité, cela ne signifie pas pour autant qu’elle est totalement à l’abris des remous politiques et du conflit qui oppose alors l’Islam et la chrétienté. L’année 1190 en offre un bon exemple. Depuis la reprise des offensives de Saladin contre les Francs, et surtout le lancement de la troisième croisade en réaction à la prise de Jérusalem, les relations entre Gênes et les Ayyûbides se sont dégradées, d’autant que la République met ses navires au service de la croisade. Le commerce avec l’Égypte est alors totalement interrompu et on ne relève aucun investissement en 1190 avec Alexandrie, ce qui n’a rien de surprenant. On aurait pu supposer que le Maghreb attirerait alors des investissements importants, d’autant que la reprise de la croisade et la mobilisation de la flotte génoise n’interrompent pas le commerce maritime sur les autres marchés55. Or à l’exception d’une commande de 86 livres pour le Garb, on ne trouve aucun investissement à destination des ports maghrébins. Il y a à cela deux explications possibles. La première est que les Génois se sont interdits ou se sont vu interdire tout commerce avec le monde musulman, Maghreb compris, dans le but de ne pas renforcer les adversaires de la Croix. Mais on n’a pas connaissance d’une telle interdiction pour ces années, qu’elle émane des autorités de la Commune ou de la papauté, et ces prohibitions, à cette époque, ne concernent en général que les produits stratégiques, tels qu’ils ont été définis lors du IIIe concile de Latran en 117956. On peut cependant imaginer que, même en l’absence d’interdiction précise, le climat de mobilisation de la chrétienté contre l’Islam ne favorisait guère le commerce avec le Maghreb. L’absence presque totale de tout commerce rend cette hypothèse cependant fragile, car les marchands génois n’ont jamais été exagérément sensibles à ces considérations religieuses. L’autre explication possible est que les Almohades ont interdit cette année le commerce avec les chrétiens. On sait que Saladin, sans doute à l’automne 1189, écrit une lettre au calife Abû Ya‘qûb pour solliciter son aide contre les croisés, lui demandant en particulier d’utiliser sa flotte pour bloquer le canal de Sicile et le passage des armées ennemies57. On considère en général que cette lettre n’eut pas de suite58, le calife almohade ne se sentant pas concerné par les affaires d’Orient, d’autant qu’un conflit l’avait indirectement opposé à Saladin quelques années plus tôt. De fait il n’y a pas de trace d’intervention armée des Almohades au cours de la troisième croisade, ni d’effort pour bloquer les flottes croisées, mais le témoignage des archives génoises invite à nuancer cette conclusion. L’absence de commerce entre les ports maghrébins et Gênes en cette année 1190 incite au contraire à penser que ces ports leur furent interdits. Il est du reste assez compréhensible que le calife ait été sensible à la nécessité de participer à l’effort commun des musulmans contre les chrétiens59. Dans ce contexte il pouvait s’avérer délicat pour lui, voire dangereux politiquement, de continuer à accueillir les marchands chrétiens dans les terres musulmanes. S’il n’existe plus de solidarité militaire et politique entre l’Occident et l’Orient musulman, il semble donc bien qu’une crise majeure telle que la troisième croisade ait eu des répercussions sur les échanges commerciaux entre Gênes et le Maghreb. Dès 1191 cependant une nouvelle trêve est signée, ce qui peut correspondre à la nécessité de renouveler la précédente venant à expiration (si l’on retient l’hypothèse de Krueger d’un accord en 1176), mais aussi à une volonté d’effacer les traces de la crise de 1190. En 1191 les contrats commerciaux avec le Maghreb se font en effet de nouveau nombreux, alors que l’Égypte est encore absente des investissements génois60. Le 11 mai Marchese de Staiano prend ainsi une commande pour Bougie avec la possibilité de se rendre ensuite où il le souhaite, à l’exception d’Alexandrie61, ce qui semble indiquer qu’une fois le plus fort de la crise passé, le Maghreb retrouve son rôle de marché de substitution.

18L’intérêt de l’élite dirigeante génoise pour les marchés maghrébins tout au long de la période almohade s’inscrit donc dans une politique cohérente à l’échelle de la Méditerranée et en lien étroit avec les affaires orientales. Sur le plan diplomatique et militaire il s’agit de laisser libre un passage stratégique pour le commerce du Levant et plus généralement de garantir la libre circulation des navires dans le bassin occidental de la Méditerranée, notamment le long des côtes italiennes. Les grands ports almohades, alors très prospères, représentent cependant un intérêt réel pour les marchands génois, y compris les plus grands, qui y voient le moyen de diversifier leurs investissements. Ils y trouvent une clientèle fortunée susceptible d’acheter les productions européennes ou les produits de luxe rapportés d’Orient, soit directement, soit en passant par Gênes, profitant en cela des difficultés de l’ancienne route terrestre entre l’Égypte et l’Ifrīqiya. Le Maghreb fournit par ailleurs de la laine et des cuirs, mais aussi de l’alun, nécessaires à l’industrie européenne en plein essor. Surtout, la relative stabilité politique de l’empire almohade jusqu’à la fin du xiie siècle et le souci des califes de maintenir autant que possible le Maghreb à l’écart des luttes entre l’Islam et la chrétienté en font un marché moins fragile et moins sensible aux conflits qui déchirent la Méditerranée à cette époque.

19L’intérêt de Gênes pour l’Afrique du Nord s’explique donc par les mérites propres des marchés maghrébins, qu’il ne faut pas sous-estimer, mais aussi par cette complémentarité avec l’Orient. Ses ports sont ouverts à des marchands qui ne peuvent accéder aux richesses du Levant, par manque d’envergure ou parce que ce commerce leur est fermé. Ils constituent également une solution de repli provisoire en cas de difficultés en Orient, sans jamais parvenir cependant à retrouver le rôle d’intermédiaire qu’ils avaient joué jusqu’au xie siècle.

Notes

1 M. Balard. Notes sur le commerce génois en Tunisie au xiiie siècle, Cahiers de Tunisie 155/156, 1991, p. 381.

2 Ibid., p. 370-371.

3 D. Abulafia, The Two Italies : Economic Relations between the Norman Kingdom of Sicily and the Northern Communes. Cambridge 1977, p. 111, 113, 119. Voir également les calculs de G. Pistarino, Genova e il Maghreb ne] secolo xii, Italia e Algeria, aspetti storici di un’amicizia mediterranea, éd. R. H. Rainero, Milan 1982, p. 23-68.

4 Calculs à partir des dépouillements d’É. Bach, La Cité de Gênes au xiie siècle, Copenhague 1955, annexes.

5 H. C. Krueger, Genoese Trade with North-West Africa in the xiith Century, Speculum 8, 1933, p. 388.

6 Ibid., p. 385.

7 Ibid., p. 390. Il ajoute que les deux seuls personnages à avoir des investissements importants dans la région sont « Semitic, closely related to the Arabs in race and customs ». Il fait là référence à Blancardo et Soliman de Salerne, que l’on croyait à son époque d’origine orientale (E. H. Byrne, Eastemers in Genoa, Journal of the American Oriental Society 38/1, 1918, p. 176-187).

8 R. S. Lopez. I Genovesi in Africa Occidentale nel Medio Evo, Studi sull’economia genovese nel Medio Evo, 1, Turin 1936, p. 5. Il oppose alors ce mode de pénétration à celui de Rome en Afrique dans l’Antiquité, marqué par « l’action collective et la conquête ».

9 Annali genovesi di Caffaro e de’suoi continuatori dal MXCIX al MCCXCIII, 1.éd. L. T. Belgrano, Gênes 1890. p. 62.

10 Annali genovesi di Caffaro e de’suoi continuatori dal MXCIX al MCCXCIII. 2, éd. L. T. Belgrano, C. Imperriale di Sant’Angelo, Gênes 1901, p. 41. H. C. Krueger pense qu’un traité a sans doute été signé en 1176 pour renouveler celui de 1161 (Krueger, Genoese Trade, cité supra n. 5, p. 379).

11 Cf. Pistarino, Genova e il Maghreb, cité supra n. 3. p. 27.

12 Cf. Id., Comune, « Compagna » e Commonwealth nel medioevo genovese, La Storia dei Genovesi. Atti del convegno di studi sui ceti dirigenti nelle istituzioni della repubblica di Genova, Genova, 10-12 giugno 1982, Gênes 1983, 3, p. 10, 20.

13 E. H. Byrne, Genoese Trade with Syria in the Twelfth Century, American Historical Review 25/2, 1920, p. 199-200 ; Bach, La Cité de Gênes, cité supra n. 4, p. 106 s.

14 Les problèmes politiques et militaires liés à la Reconquista en péninsule Ibérique jouent à cet égard un rôle important. Cf. G. Pistarino, Genova e l’islam nel Mediterraneo occidentale (secoli xii-xiii), Anuario de Estudios Medievales 10, 1980, p. 189-205.

15 Ch. Picard, La mer et les musulmans d’Occident au Moyen Age. viiie-xiiie siècle, Paris 1997, p. 141-144, et son article dans ce volume.

16 Il Cartolaredi Giovanni Scriba, éd. M. Chiaudano. M. Moresco, Turin 1935, nos 79 (17/5/1156), 81 (18/5/1156).

17 Abū al-Ἁbbās Ahmad b. Ἁbd Allāh al-Ġubrīnī, ’Unwān al-dirāya, éd. R. Būnār, Alger 1970, p. 77. Dans le traité de 1160 les taxes levées par les Almohades à Bougie sont de 10 %, contre 8 % ailleurs, la différence devant être versée à la Commune, sans doute en dédommagement d’une action de piraterie liée à ce port.

18 Tunis et le littoral jusqu’à Tripoli sont conquis en 1159.

19 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Rome-Gênes 1978, p. 506 ; Id., Notes sur le commerce entre l’Italie et l’Égypte sous les Fatimides, L’Égypte fatimide, son art et son histoire, éd. M. Barrucand, Paris 1999, p. 630 ; Byrne, Genoese Trade with Syria, cité supra n. 13, p. 198-208.

20 ASG. min. 2, fol. 84r (24/8/1184).

21 Byrne, Genoese Trade with Syria, p. 201 : « The richest and steadiest source of supply upon which Genoese commercial prosperity was based, the trade with Syria, was in this way limited to a narrow group of feudal families, bent on maintaining their commercial supremacy through political domination in Genoa and in the colonies. »

22 Ibid., p. 201 ; Balard, Notes sur le commerce entre l’Italie et l’Égypte, cité supra n. 19, p. 630.

23 Byrne. Genoese Trade with Syria, p. 210. Le commerce vers la Syrie franque est alors ouvert à tous, ce qui se traduit par une diversification des investisseurs, visible notamment dans les minutiers des années 1180 et 1190.

24 Il Cartolare di Giovanni Scriba, cité supra n. 16, nos 979 (1/10/1162), 1219 (20/6/1164), 1230 (30/6/1164), 1274 (8/8/1164). Les destinations sont Tunis, Bougie, le Garb, mais on le voit également investir pour la Sardaigne, la Sicile et Alexandrie.

25 Ibid., n° 949 ; Krueger, Genoese Trade, p. 381.

26 Bach, La Cité de Gênes, p. 61.

27 Cf. Krueger, Genoese Trade, p. 386-388.

28 Il Cartolare di Giovanni Scriba, n° 597 (2/1/1160).

29 Ibid., n° 599 (12/1/1160). Giordano met 100 livres et Oberto 50 livres, qu’ils confient à Bonovassallo de Mastaro.

30 Il est témoin pour un contrat de société d’Oberto Spinola (ibid., n° 603, 16/1/1160) et ce dernier est plusieurs fois témoin dans des actes concernant Giordano (ibid., nos 604, 17/1/1160 ; 964, 25/8/1162). De même, le 26/6/1160 Giordano contracte une société avec Guglielmo de Medolico qui portera en plus, licentia Oberti, 72 livres en commande de Giordano.

31 Krueger, Genoese Trade, p. 392-394.

32 Certaines concernent cependant des sommes importantes, comme la société contractée en 1156 par Guglielmo Burone et Idone Rica à destination de Bougie, pour un total de 200 livres. Il Cartolare di Giovanni Scriba, n° 59 (16/4/1156). Compte tenu des sommes moyennes investies dans le commerce maghrébin, on voit que ces grandes familles y occupent une place parfois non négligeable.

33 Ibid., n° 705 (28/7/1160).

34 Ibid., n° 741 (26/8/1160).

35 Ibid., n° 1276 (11/8/1164). Le capital et les bénéfices devront être rendus au retour à Ingo della Volta.

36 Notai liguri dei secoli xii e xiii. 4, Oberto Scriba de Mercato 1186, éd. M. Chiaudano, Gênes 1940, n° 32 (24/9/1186).

37 Ibid., n° 171 (20/10/1186).

38 Notai liguri dei secoli xii e xiii. 4, Oberto Scriba de Mercato 1186, cité supra n. 36, n° 136 (15/10/1186).

39 Ibn Diubayr, Rihla, trad. P. Charles-Dominique, Relation des péripéties qui surviennent pendant les voyages (Rihla), Voyageurs arabes, Paris 1995, p. 71, 75.

40 Il Cartolare di Giovanni Scriba, n° 509 (12/10/1158).

41 Ibid., n° 910 (20/9/1161). Le manuscrit porte « ar. unum perlarum » que H. C. Krueger propose de lire « arsetinum unum perlarum », un rang (ou collier) de perles. H. C. Krueger, The Wares of Exchange in the Genoese-African Traffic of the Twelfth Century, Speculum 12, 1937, p. 64.

42 S. D. Goitein, La Tunisie du xie siècle à la lumière des documents de la Géniza du Caire, Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, Paris 1962, 2, p. 559-579.

43 Cf. L. Liagre de Sturler, Le commerce de l’alun en Flandre au Moyen Âge, Le Moyen Âge 61, 1955, p. 177-178

44 Il Cartolare di Giovanni Scriba, n° 812 (16/4/1161).

45 Ibid., n° 1227 (28/6/1164).

46 ASG, not. Oberto Scriba, Manoscritti 102, fol. 5v (13/8/1179).

47 Le pays de Kawār serait autour de l’oasis de Bilma, au nord du lac Tchad, où l’on trouve notamment des salines. D. Lange, L’alun du Kawar, une exportation africaine vers l’Europe, Cahiers du CRA, Histoire 2, 1982, p. 21-24 ; Id., Royaumes et peuples du Tchad, Histoire générale de l’Afrique. 4, L’Afrique du xiie au xvie siècle, dir. D. T. Niane, Paris 1985, p. 276-277 et carte p. 286.

48 Idrisi, trad. du chevalier Jaubert, revue par A. Nef, La première géographie de l’Occident. Paris 1999, p. 81, 110-111.

49 M.-L. Heers, Les Génois et le commerce de l’alun. Revue d’histoire économique et sociale 32, 1954, p. 31-53. Balard, La Romanie génoise, cité supra n. 19, p. 769-782.

50 Cl. Cahen, Douanes et commerce dans les ports méditerranéens de l’Égypte médiévale. Journal of the Economic and Social History of the Orient 7, 1964, p. 260 ; Id., L’alun avant Phocée, Revue d’histoire économique et sociale 41, 1963, p. 433-447.

51 Cf. Abulafia, The Two Italies, cité supra n. 3, p. 131, qui évoque également les relations tendues avec la Sicile, qui bloquent le passage vers la Méditerranée orientale.

52 Pour Stabile, Il Cartolare di Giovanni Scriba, nos 898 et 903 (14/9/1161), 981 (3/10/1162), 1029 (17/3/1163), 1130 (29/9/1163), 1210 (13/6/1164) ; pour Blancardo, ibid., n° 639 (8/5/1160), 805 (1161), 849 (10/7/1161), 1084 (28/8/1163), 1227 (28/6/1164).

53 Ibid., n° 1227. Le document date du 28 juin 1164 et fait référence à une cargaison déjà arrivée à Gênes, soit sans doute au début de l’année ou à la fin de 1163, au cœur de la crise en Égypte.

54 À partir des dépouillements de Bach, La Cité de Gênes, annexes. En 1179 les investissements au Maghreb et en Orient sont à peu près équivalents, de l’ordre de 700 livres, et représentent dans les deux cas environ 1/3 des investissements de l’année (calculs à partir des actes du notaire Oberto Scriba, ASG, Manoscritti 102). En valeur absolue le chiffre des affaires orientales est stable, et même augmente pour la Syrie dans la mesure ou aucun contrat n’est enregistré pour la Romanie en 1182, l’année du massacre des Latins de la capitale byzantine (en 1179 les investissements orientaux se partagent par moitié entre les deux destinations). Mais il faut tenir compte du fait que pour l’année 1182 un nombre beaucoup plus important d’actes a été conservé. Il y a donc bien une diminution relative du commerce avec la Syrie. Aucun acte n’est enregistré pour Alexandrie durant ces années, ce qui n’a rien de surprenant compte tenu du contexte dans l’Égypte ayyûbide et du conflit qui reprend de la vigueur avec les Francs. Sur les difficultés des Génois en Syrie dans ces années 1170-1180, voir Byrne, Genoese Trade with Syria, p. 209.

55 On relève cette année 1190 de nombreux contrats pour la Syrie et surtout pour la Sicile et la Sardaigne.

56 H. Gilles, Législation et doctrine canoniques sur les Sarrasins, Islam et chrétiens du Midi : xiie-xive siècle, 18e Colloque de Fanjeaux, 1982, Toulouse 1983 (Cahiers de Fanjeaux 18), p. 196.

57 M. Gaudefroy-Demombynes, Une lettre de Saladin au calife almohade, Mélanges René Basset, 2. Paris 1925, p. 284-289.

58 C’est en particulier la version d’Ibn Khaldûn, Muqaddima, trad. V. Monteil, Discours sur l’histoire universelle, Paris 1967-1968, p. 524.

59 Il peut d’ailleurs y avoir été poussé par ses sujets ou les oulémas de son entourage.

60 Pistarino, Genova e il Maghreb, p. 59-60.

61 Notai liguri dei secoli xii e xiii. 2, Guglielmo Cassinese, 1190-1192, éd. M. W. Hall-Coll, H. C. Krueger, R. L. Reynolds, Turin 1938, n° 605 (11/5/1191).

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540