Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

À propos du commerce vénitien des « schienali » (schinalia) (première moitié du xve siècle)

Angéliki Tzavara

Texte intégral

  • 1 Il libro dei conti di Giacomo Badoer, éd. U. Dorini, T. Bertelè, Rome 1956 (Il Nuovo Ramusio 3) (c (...)
  • 2 L. Messedaglia, Schienale e morona. Storia di due vocaboli e contributo allo studio degli usi alim (...)
  • 3 Par exemple selon Ippolito Salviani : Ibidem praeterea ex sturionis pulpis, ex tota dorsi longitud (...)

1Dans le livre de comptes qu’il tint pendant son séjour commercial à Constantinople, le Vénitien Giacomo Badoer nota, en 1437 et 1438, des dépenses qu’il avait faites pour l’achat des scenai1. Ce terme vénitien prendrait en italien moderne la forme schienali, c’est-à-dire « dos », « échines ». Luigi Messedaglia fut le premier à s’intéresser à sa signification ; grâce à l’analyse de la littérature, des réceptaires et des études ichtyologiques des xve et xvie siècles, il put donner du mot schienale cette définition : « strisce di polpa, tolte dal dorso di storioni levantini, salate e seccate, e vendute a fascio, in Levante, ai mercanti italiani »2. Quelques naturalistes du xvie siècle dont les écrits ont également été mis à profit par Messedaglia donnent une description fort précise de cet aliment : Paul Jove (Paolo Giovio) mentionne des magasins de poissons salés en mer Noire où l’on produisait du caviar et des schienali faits des flancs des esturgeons et conservés grâce au sel ou fumés ; le Français Pierre Belon et l’Italien Ippolito Salviani fournissent des informations similaires et les deux savants ajoutent que les schienali étaient fabriqués avec toute la longueur du dos de l’esturgeon3. Des documents inédits, provenant des Archives d’État de Venise, permettent d’étudier quelques aspects de la commercialisation de cet article, dont le nom apparaît le plus souvent sous la forme schinalia.

  • 4 Badoer, cité supra n. 1, p. 387 et 604.
  • 5 Dans son glossaire, G. Bertelè, Il libro dei conti di Giacomo Badoer (Costantinopoli 1436-1440). C (...)
  • 6 ASV, Cancelleria inferiore, Notai, busta 130, n° 7 notaio Nicolò Natale, fasc. B, f. 1 v.
  • 7 ASG, Notai giudiziarii 11 (Antonio Percipiano, filza 2), doc. 11. Cette information m’a été aimabl (...)
  • 8 N. D. Prokof’eva. Akty venecianskogo notarija v Tane Donato a Mano (1413-1419), Pricernomor’e v sr (...)
  • 9 Pour un cas supplémentaire, voir infra le procès contre Filippo Correr.

2Le schienale était donc la chair, le filet de l’esturgeon, détaché de son dos et conservé salé ou séché, voire fumé. Mais il faut noter qu’il existait un autre type de poissons salés, appelé schene : l’animal dont il était tiré, était appelé andachieri ou antichieri. En 1438, Giacomo Badoer acheta à Bartolomeo Rosso 11 schienali, 12 pièces de chair d’esturgeon (morona) sèche et 12 scene de antichier4. Il semble donc que le marchand vénitien les distingue des schienali5. S’agit-il d’une autre espèce de poisson ou bien d’une variété de la famille des acipenseridae, à laquelle appartient l’esturgeon ? Malheureusement, les documents où les antichieri sont mentionnés sont très peu nombreux et peu éclairants. Dans un testament passé à Tana le 14 mai 1384, on trouve également mention de ces poissons : Primo de Raguse, le testateur, qui nous fournit également des informations sur le commerce du caviar, y lègue à ses fils le profit d’une vente d’antichier6. Presque un siècle plus tard, les actes d’un procès tenu à Venise le 1er février 1473 concernent un naufrage au cours duquel furent perdues des marchandises, dont une grande quantité d’antichieri (item sia dimandado quanti andacheh, zoe pessi sechi, erano cargadi sula dicta nave... ; anticherios siccos duo mila septigentos et ultra7). Le testament de Primo de Raguse ne donne aucune indication spécifique sur ce que sont les antichieri, sinon qu’il s’agit de poissons. Le procès de 1473 en revanche fournit quelque information supplémentaire, en particulier l’indication que ce sont des poissons séchés. Un autre document est encore plus précis : le 29 mai 1415, Lorenzo del Nievo, de Vicence, donna une procuration à Nicoletto dei Gotti (de Gothis) de Candie, patron d’une petite coque, pour charger à Constantinople, entre autres marchandises, « sept caratelli de caviar, dont cinq sont d’esturgeons et deux d’antichieri » (charatelos septem chavialium, de quibus quinque sunt de stureon et duo de antigeriis...)8. Grâce à ce document, on est en droit de penser que les esturgeons et les antichieri ne sont pas identiques, même s’il est possible que les antichieri aient été des poissons similaires, peut-être appartenant à la même famille c’est-à-dire celle des acipenseridae. En tous cas, il semble que lorsque l’on trouve mention de schienali, sans autre précision, il s’agit généralement d’esturgeons, tandis que lorsque l’on a affaire à des schienali d’un autre poisson, comme les anticheri, c’est expressément indiqué9.

  • 10 Sur Bartolomeo Scappi, son traité de gastronomie et les recettes des schienali, voir Messedaglia, (...)
  • 11 Francesco Corner de feu Donato se trouvait encore à Tana en 1449 : dans trois documents datés du 1 (...)
  • 12 Badoer, p. 151 : a di dito per le mie spexe per l’amontar de scenai 25 ch’el me chonprô e manda da (...)
  • 13 Badoer, p. 387 : a dí 24 novembre per le mie spexe, per l’amontar de scenali 11 e de scene 12 de a (...)
  • 14 ASV, Cancelleria inferiore, Notai, busta 227, notaio Angeletto de Venetiis, protoc. 1412-1417, f. (...)

3Le schienale était un aliment coûteux et apprécié : des recettes élaborées existaient pour l’accommoder. Au xvie siècle, dans son traité de gastronomie, Bartolomeo Scappi, cuisinier du pape Pie V, révèle quelques-unes de ces recettes pour déguster correctement les schienali : en effet, comme plat maigre, ils étaient très recherchés pendant le carême, en particulier par les ecclésiastiques10. Mais ces derniers n’étaient pas les seuls amateurs de ce met délicat : comme nous l’avons vu, Giacomo Badoer acheta à deux reprises des schienali provenant de Tana. Le 14 novembre 1437, il nota un versement à Francesco Corner, fils de feu Donato11, pour l’achat de 25 schienali qu’il comptait envoyer à Venise pour les offrir à son frère et à d’autres relations12. Le 24 novembre de l’année suivante, Giacomo enregistra dans son livre l’achat de schienali, antichieri et morone qu’il voulait également envoyer à Venise, par le bateau de Giacomo di Manoli, à son frère et à son beau-père13. On voit donc que le marchand vénitien réservait spécifiquement ce produit pour des dons à ses parents. Il choisit pour eux des articles de luxe, typiques de ce Levant où il séjournait. Un autre indice qui peut attester d’une consommation domestique des schienali et de leur achat en petites quantités est la procuration que Demetrio Contarini, habitant à Venise dans la paroisse de Santa Maria Zobenigo, donna à Costanzo Maurica, notaire de Candie, afin qu’il reçoive pour lui de Giorgio de Coron 10 schienali ou leur équivalent en argent14.

4Voyons à présent quelques aspects du commerce des schienali : le transport, le nolis, le prix. Pour s’en faire une idée, il faut recourir à une série de procès examinés par les juges des Pétitions et dont le contenu donne, parfois incidemment, des informations à ce propos. Il a semblé utile d’en présenter en annexe une analyse plus détaillée, afin de ne pas en dénaturer la signification ; nous y renverrons dans les lignes qui suivent. Ces dix procès sont très précieux pour appréhender le commerce des schienali. Le plus souvent, les écritures des notaires de la Cour des Pétitions ne sont pas précises et les plaidoiries des parties ne le sont pas davantage. Cependant, quelques procès sont plus circonstanciés : les deux parties entrent alors dans le détail de leurs affaires, rapportent parfois mot à mot des discussions et retracent pas à pas le déroulement des faits. Ce matériel judiciaire, complété par des documents notariés passés surtout à Tana, permet de décrire le commerce des schienali par les marchands vénitiens de Crimée jusqu’en métropole.

  • 15 Sur la pêche et les poissons en mer Noire, voir M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve s (...)
  • 16 Sur le comptoir vénitien de Tana, voir E. Skrzinskaja, Storia della Tana, Studi Veneziani 10, 1968 (...)
  • 17 I viaggi in Persia degli ambasciatori veneti Barbaro e Contarini, éd. L. Lockhart, R. Morozzo dell (...)
  • 18 Voir supra n. 11.

5Les schienali provenaient de la mer Noire15. Les marchands vénitiens les importaient de Tana où ils avaient établi un comptoir depuis le début du xive siècle16. Des pêcheries étaient situées dans le territoire de Tana : Giosafat Barbara, marchand, voyageur et ambassadeur vénitien qui fit plusieurs séjours dans cette ville, en possédait une. Il nous informe qu’outre le nécessaire pour l’élevage et la pêche, il s’y trouvait des installations pourvues du nécessaire pour saler et conditionner les poissons en vue du commerce de gros17. La même source mentionne en outre un autre homme d’affaires vénitien, Zuan da Valle, également propriétaire d’une pêcherie dans la région : pendant que la horde d’un seigneur mongol de passage saccageait la pêcherie de Barbara, Zuan fit creuser un fossé où il put cacher 30 caratelli de caviar qui échappèrent ainsi au pillage. Une pêcherie fait l’objet d’un contrat entre le Vénitien Francesco Corner et des Génois18.

  • 19 Sur la pêche et le commerce des poissons à Constantinople, voir K. P. Matschke, Situation, Organis (...)
  • 20 Francesco Balducci Pegolotti, La pratica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge, Mass. 1936, p. (...)
  • 21 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg.22, f. 20v-21v (F. Zorzi contre M. Polani) [= (...)
  • 22 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze e interdetti, reg. 8, f. 50-v (N. Barbarico contre M. Contarini (...)
  • 23 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 29, f. 53-54v (A. di Giovani contre D. Corner (...)
  • 24 Th. Ganchou, Giacomo Badoer et kyr Theodoros Batatzès, « chomerchier di pesi » à Constantinople (f (...)
  • 25 ASV, Cancelleria inferiore, Notai, b. 19, notaio Benedetto Bianco, protoc. 1 (1359-60), f. 32. Sur (...)
  • 26 ASV, Cancelleria inferiore, Notai, b. 227, notaio Angeletto de Venetiis, protoc. 1412-1417, f. 219
  • 27 ASV, Cancelleria inferiore, Notai, b. 94, n° 1, notaio Michele de Gorgoraptis, original sur parche (...)
  • 28 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 27, f. 31v-32 (P. de Urbino contre les commis (...)

6Les documents dont nous disposons nous informent sur l’extension géographique du commerce des schienali. Ceux-ci étaient chargés à Tana sur des navires vénitiens, coques et galées, surtout celles empruntant la muda de Romanie dont la destination ultime était cette ville de la mer Noire. Une des étapes importantes du commerce de cette marchandise était Constantinople19 : Francesco Balducci Pegolotti, dans sa Pratica della mercatura, mentionne des schienali en vente sur le marché de cette ville20. On a vu que Giacomo Badoer, pendant son séjour dans la capitale byzantine, y achetait des schienali et d’autres produits de la pêche provenant de Tana afin de les envoyer à Venise. Quelques-uns des procès analysés en annexe éclairent également cet aspect : en 1411, Antonio Negro garantit une opération de change de Constantinople à Venise avec 400 schienali21. La même année, Marino Contarini fit charger à Constantinople 7 992 schienali dont 3 872 furent déchargés à Modon22. En 1413, quelques 400 schienali furent envoyés à Coron pour être confiés à Francesco dei Quartieri pour le compte d’une société de marchands vénitiens fondée à Constantinople23. On sait que la capitale byzantine était une plaque-tournante du grand négoce oriental, mais il semble qu’elle l’ait été aussi du trafic moins connu des schienali. Il existait, sur le commerce des poissons, une imposition particulière, un komerkion, comme en témoigne l’existence d’un « commerciaire des poissons » (« chomerchier di pesi ») mentionné dans le livre de comptes de Giacomo Badoer24. Les colonies vénitiennes de Coron et de Modon constituaient aussi des lieux de commerce et de dépôt des schienali. Un autre document, daté du 11 août 1360 à Tana, mentionne une quantité de 800 schienali qui servaient de caution pour une somme d’argent. Selon cet accord entre le Grec Nicolas Sarandinos, fils de feu Constantin, de Monemvasie et le Vénitien Micheletto Emo, fils de feu Pietro, marchand à Tana, cette somme devait être transportée à Coron sur le linh du patron Francesco Binello, bourgeois de Péra, et remise aux mains de Felice Bon, habitant de cette ville moréote25. Quelques documents laissent penser qu’il en allait de même pour Candie : ainsi, une procuration donnée par Dimitrio Contarini à Costanzo Maurica, notaire de Candie, pour récupérer 10 schienali aux mains de Giorgio de Coron (le document n’indique pas toutefois où se trouvaient les poissons)26. Un indice un peu plus sûr se trouve dans une sentence du 20 août 1407 des juges du Mobile : Giorgio Capello réclamait au Grec Manoli compravendi de Candie 7 ducats, reste d’une vente de schienali27. La destination finale du voyage des schienali était cependant d’ordinaire Venise : ils y étaient importés pour le marché intérieur ou pour être ensuite exportés. Un des procès résumés en annexe signale ainsi un envoi de schienali en Lombardie28.

  • 29 ASV, Senato Misti, reg. 52, f. 249-254 (copia).

7Parfois le sort des schienali était réglé par les clauses des enchères (incanti) des galées de Romanie, comme c’est le cas de l’incanto de l’année 1418. Afin de charger les marchandises locales, les patrons des galées de Romanie devaient décharger les salumina, dont les poissons salés, les schienali : si, lorsque les galées arrivaient à Modon, il ne s’y trouvait plus de place pour charger les marchandises de la Basse Romanie, les schienali devaient être débarqués et laissés à Modon où ils seraient chargés par d’autres galées qui arriveraient ultérieurement. Les patrons pouvaient agir de la même manière à Constantinople, à Nègrepont ou lors d’autres escales si les circonstances l’imposaient29. C’est une des raisons pour lesquelles on chargeait des schienali provenant en fait essentiellement de la mer Noire sur d’autres marchés, en particulier à Constantinople et à Modon.

  • 30 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 46, f. 117v (A. Contarini contre G. Pardo) [= (...)

8En ce qui concerne le transport et le nolis, la documentation est un peu plus généreuse. Essayons donc de reconstituer ce que devait faire un marchand qui souhaitait commercer des schienali. Il devait bien évidemment d’abord acquérir la marchandise, puis la mettre en dépôt jusqu’au moment de son transport. Andreas Sophianos avait ainsi à Tana un entrepôt où Antonio Contarini avait emmagasiné ses schienali avant qu’ils ne soient chargés sur un navire en partance pour Venise30. Pour embarquer ses schienali à Tana, le marchand devait s’entendre avec le patron d’une galée ou d’une coque afin d’établir avec lui les conditions du transport, en particulier le port de destination et le nolis. Voyons les informations de nos documents sur les prix des nolis à partir de Tana et des autres marchés :

  • 31 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 9, f. 19-20 (M. Magno contre G. de Bognolino) (...)
  • 32 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze e interdetti, reg. 8, f. 50-v (N. Barbarico contre M. Contarini (...)
  • 33 A. A. Talyzina, Venecianskij notarij v Tane Cristoforo Rizzo (1411-1413), Pricernomor’e v srednie (...)
  • 34 ASV, Senato Misti, reg. 52, f. 249-254 (copia). Il s’agit des prix des nolis mentionnés dans le te (...)

Note31
Note32
Note33
Note34

  • 35 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 46, f. 117v (A. Contarini contre G. Pardo) [= (...)

9Il faut noter aussi que, pour quitter Tana avec leurs marchandises, les négociants devaient obtenir une autorisation d’exportation du consul des Vénitiens dans cette ville. Ce contrôle visait en particulier à éviter que quelque marchand ne déguerpisse en laissant derrière lui ses dettes, comme ce fut par exemple le cas d’Antonio Contarini35.

  • 36 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 9, f. 19v (M. Magno contre G. de Bognolino) [ (...)
  • 37 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 20, f. 31v-32 (F. Cocco contre C. de Modon) [ (...)
  • 38 En ce qui concerne le commerce vénitien des schienali, notre documentation ne confirme pas ce que (...)

10Quand le marchand avait réglé avec le patron les détails du fret, il faisait transporter ses schienali au port sur un chariot (plaustrum) dans lequel on pouvait charger, selon Giacobello de Bognolino, patron d’une coque, jusqu’à 180 schienali au maximum36. Une fois au port, les marchandises devaient être présentées au scribe et/ou au patron. Les schienali étaient comptés un par un et enregistrés dans le livre de bord (quadernum scribani navis) par le scribe. En même temps, le marchand recevait une attestation (poliza) pour sa cargaison. Puis, les poissons étaient chargés sur un bateau nolisé par le patron pour transporter les marchandises jusqu’à la galée ou la coque qui était ancrée plus loin dans la rade. Dans les procès examinés, on voit que les bâtiments étaient des galées dans trois cas sur six, des coques dans deux cas sur six et, dans un seul cas, une nef. Une fois les schienali à bord du navire, ils étaient à nouveau comptés. Il est probable que ce processus pouvait se répéter même lors d’une escale comme ce fut le cas pour les schienali de Francesco Cocco à Modon (toutefois le témoin interrogé dans cette affaire ne sait pas trop si les schienali ont été chargés effectivement à Tana ou bien à Modon)37. Enfin, on posait ces marchandises dans la cale (par exemple in caucha de subto) où elles resteraient jusqu’à leur arrivée à Venise. Les schienali pouvaient être transportés dans des tonneaux (bote) ou dans des caisses (casse), mais dans un cas au moins ils furent simplement entassés dans la cale du navire, répartis en deux piles distinctes, en fonction de leur qualité38. À Venise, le patron devait les remettre à leurs propriétaires légitimes, selon ce qui avait été enregistré lors du départ de Tana.

  • 39 Pegolotti, La pratica della mercatura, cité supra n. 20, p. 380.

11Les schienali étaient en effet de deux qualités : ceux de sanser et ceux de sorta. La première catégorie était la meilleure : ce sont les schienali « du courtier » (sanser, sensale), c’est-à-dire ceux qui offrent les plus intéressantes perspectives de commercialisation parce qu’ils présentent certaines caractéristiques spécifiques comme la couleur, l’odeur et la taille. Le manuel de Pegolotti explique aux marchands comment reconnaître les bons schienali : e vogliono essere grandi e grossi e di buono odore secondo schienali ; e quanto più sono grandi e più grossi e più coloriti in colore rosseto buio tanta sono megliori39. La seconde catégorie incluait les schienali « de hasard » (sorta), de qualité plus médiocre ou simplement de dimension inférieure. Ceux-ci trouvaient néanmoins un débouché sur le marché vénitien, mais ils y étaient vendus moins chers. Dans le cas où un lot de schienali de sorta à vendre contenait aussi quelques schienali de sanser, son prix pouvait s’en trouver augmenté. Les prix que nous avons notés sont les suivants :

  • 40 ASV. Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 7, f. 37-38 (M. Corner contre B. Soler) [= in (...)
  • 41 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 27, f. 40v-41 (P. de Urbino contre commissair (...)
  • 42 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 20, f. 31v-32 (F. Cocco contre C. de Modon) [(...)
  • 43 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 29, f. 53-54v (F. Zorzi contre M. Polani) [= (...)
  • 44 Badoer, p. 604.
  • 45 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 102, f. 136-139 (A. Memo contre F. Correr) [= (...)
  • 46 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 105, f. 62-v (A. Memo contre F. Correr) [= in (...)

Note40
Note41
Note42
Note43
Note44
Note45
Note46

12Parfois, les schienali étaient avariés. Bien sûr, cela les rendait impossibles à commercialiser et le marchand à qui ils appartenaient perdait tout simplement son investissement. Ce fut le cas de Filippo Correr en 1446.

***

13Le trafic des filets d’esturgeons, appelés schienali, appartient à un versant en général peu connu du commerce levantin de Venise : le commerce des poissons salés ou séchés. À l’aide des documents judiciaires et notariaux provenant des Archives d’État de Venise, nous avons voulu montrer quelques aspects de ce négoce des schienali. On peut en résumer les caractéristiques :

14Les marchés principaux en étaient Tana, Constantinople, Coron et Modon.

15Le transport était effectué principalement sur les galées ou les coques après un minutieux contrôle des marchandises par les deux parties contractantes : le marchand et le patron du navire.

16Le nolis dépendait essentiellement de la distance, et il atteignait entre 3 et 5 ducats pour 100 schienali.

17La qualité des schienali était décisive pour leur commerce. Les schienali avariés ne trouvaient évidemment pas d’acheteur, et le marchand en était pour ses frais. Mais même ceux qui atteignaient leur port de destination en bon état, ne garantissaient pas tous un profit égal : les schienali de sorta étaient les moins chers (leur prix oscillant en 1403 entre 20 et 22 ducats pour 100 schienali) ; les schienali de sanser atteignaient les prix les plus intéressants (40 ducats pour 100 schienali en 1403) : grands et gros, appétissants par leur odeur et leur couleur.

  • 47 Messedaglia, Schienale e morona, p. 1-2. Tifi Odasi était un poète satirique du xve siècle, d’orig (...)

18Telles étaient les conditions dans lesquelles les marchands vénitiens importaient les schienali à Venise, avant que ceux-ci n’aboutissent sur les marchés et en dernier lieu sur les tables de la ville et de son arrière-pays. Le gourmet docteur Paolo, dans la poésie satitique de Tifi Odasi47, Macaronea, arriva au point d’engager sa ceinture d’étain dorée et de la troquer contre une autre faite de nœuds pour se procurer ses deux délices, la morona et le schienale :

Portat centuram cum centum milia gropis,
centum impegnavit factum de pleltre doratum,
propter schinalem, propter comprare moronam.
Angéliki Tzavara

Annexes

ANNEXE. PROCÈS CONCERNANT LES SCHIENALI DEVANT LES JUGES DES PÉTITIONS

1] 1402, 19 décembre. Matteo Magno contre Giacobello di Bognolino48

Le plaignant, Matteo Magno, de la paroisse de Santa Maria Zobenigo, était pennese49 sur la coque de Giacobello di Bognolino lors du voyage de Tana de septembre précédent. Dans cette ville, il acheta 365 schienali pour commercer « comme le font les pauvres gens parce qu’ils espèrent quelque bénéfice » (ut faciunt pauperes homines pro volendo aliquid lucrari). Il voulut les faire charger sur la coque où il était employé, vraisemblablement sans payer de nolis, mais le patron s’y refusa et le menaça, s’il le faisait, de jeter ses schienali hors du bateau. Matteo lui proposa donc de payer le nolis pour ceux de ses poissons qui seraient chargés en cale et d’en mettre aussi quelques-uns dans sa caisse (capsa)50 sans payer le nolis pour ceux-ci. Le patron lui permit alors de les charger, mais tôt le matin, pour ne pas être vu des marchands. Tandis que Matteo embarquait ses articles sur le petit navire qui les porterait jusqu’à la coque, le scribe du navire survint et lui demanda ce qu’il faisait. Le pennese répondit qu’il chargeait ses schienali avec la permission du patron, mais le scribe ne nota rien, prétextant qu’il avait autres choses à faire. Matteo réussit à charger dans la cale de la coque (in coucha de subto) 260 schienali. Il ne dit rien des 105 schienali restant, qu’il dut soit placer dans sa caisse, donc sans payer le nolis, soit laisser ou vendre à Tana. À l’arrivée à Venise, le patron et le scribe refusèrent de lui rendre son bien en prétendant n’avoir rien reçu. Giacobello soutient pour sa défense qu’il avait donné à Matteo la licence de charger autant de schienali qu’il pouvait sur un plaustrum, mais qu’il ignorait s’il l’avait effectivement fait ; selon le patron, ce que le marin avait placé dans son coffre individuel (capsa) n’était pas en sécurité et quelque marchand ou marin pouvait l’avoir dérobé. Les juges donnent raison à Matteo, à condition qu’il paie le nolis de ses 260 schienali.

2] 1403, 19 mars. Marco Corner contre Bartolomeo Soler51

Les plaignants, Fantino Michiel et Domenico Contarini, représentants de Marco Corner, fils de Giacomo, accusent Bartolomeo Soler, patron d’une coque de la muda de Romanie : Leonardo Corner, frère de Marco, a chargé sur la coque de ce patron, à Tana, 1494 schienali. À l’arrivée à Venise, il manque à recevoir 137 schienali de sanser. Les représentants de Marco réclament ces marchandises ou leur valeur. Ils demandent aussi l’échange de 383 schienali de sorta contre le même nombre de schienali de sanser qu’ils auraient dû recevoir, ou la différence de prix entre les deux types de produits. Bartolomeo répond qu’il y avait dans la coque des schienali chargés en deux tas, un de ceux de sanser et un de ceux de sorta (quod in Tana fuerunt caricata schynalia de sansser et sorta in dicta navi et fuerunt facti duo montes, videlicet unius de sansser et unius de sorta) et qu’il a remis à Venise les 1 494 schienali, ainsi que 800 schienali de sorta et 453 de sanser provenant d’un dépôt (magazen) au lieu des 1 253 schienali de sorta. Le patron prouve cette dernière assertion par le livre de bord iper quaternum scribani navis) et par l’enquête des estimateurs de la Commune (per extimatores communis) dans le dépôt des accusateurs, où ils ont trouvé sur le tas des schienali de sorta d’autres de sanser qui y étaient mélangés.

3] 1407, 7 mai. Prêtre Paolo d’Urbino contre la succession de Geronimo dei Vicini52

Le défunt Geronimo dei Vicini (a Vicinis) avait exigé au nom du prêtre Paolo d’Urbino des sommes auprès de plusieurs de ses débiteurs ; lorsqu’il mourut, il lui restait à rendre à ce dernier 140 ducats. Selon son fils Giacomo, de la paroisse de Sant’Agata, représentant de la succession, Geronimo, avait acheté 400 schienali pour le prêtre Paolo, dont ce dernier avait reçu 100. Les schienali restant avaient été envoyés en Lombardie pour être vendus.

4] 1411, 4 février. Francesco Cocco contre Constantin de Modon53

Francesco Cocco accuse Constantin de Modon de ne pas lui avoir restitué 60 schienali qui se trouvaient dans la canipa d’une galée. Alors que Francesco se trouvait avec la galée à Modon, il voulut faire compter et estimer ses schienali qui, selon lui, étaient au nombre de 514, en présence de deux témoins. Une fois la galée arrivée à Venise, il envoya un domestique (famulus) nommé Nicole Rizo réceptionner les poissons, dont 60 manquaient. Francesco Cocco n’était pas un simple marchand, mais le propriétaire ou l’armateur de la galère (cum sua galea) dont Constantin de Modon était le cambusier (caniparius), donc un dépendant de Francesco. Ce dernier ne paraît pas avoir été un individu très commode : Constantin dit de lui qu’il ne le traitait pas comme son cambusier mais comme son esclave. En ce qui concerne les faits, Constantin, étant sur la galée à Modon, fut envoyé dans la ville pour acheter du vin pour le navire. À son retour, il trouva la porte centrale de la glava54 ouverte (portam de medio glave apertam) et les schienali à l’intérieur. Il appela donc son beau-frère, Francesco da Legge, pour l’aider à les estimer mais ils ne les comptèrent pas. Il déclare d’ailleurs au procès qu’il ignore si les schienali avaient été chargés à Tana ou à Modon55.

5] 1411, 16 mai. Nicolò Barbarigo contre Marino Contarini56

Nicolò Barbarigo, armateur d’une galée ayant fait le voyage de Tana, fait comparaître le marchand Marino Contarini, fils d’Alessandro. Ce dernier lui doit encore 69 ducats et 5 gros, reste d’une dette de 124 ducats et 17 gros résultant d’un accord de la main de Marino (il a déjà payé 55 ducats et 12 gros). L’accusateur ne donne pas de précision sur l’origine de cette dette, mais Marino explique qu’il doit cet argent à Nicolò pour le nolis de 7 992 schienali chargés à Constantinople pour Venise à raison de 5 ducats pour cent schienali. Il a finalement déchargé 3 872 schienali à Modon où il s’est acquitté du fret, mais, puisque tout le chargement n’est pas allé comme prévu jusqu’à Venise, il s’estime en droit de payer moins que ce qui a été convenu pour les schienali déchargés à Modon, à savoir seulement 3 ducats pour cent schienali, soit au total 116 ducats et 6 gros, ou plutôt, en déduisant les 55 ducats et demi déjà versés, 60 ducats et 18 gros. Les juges ne suivent pas son interprétation et le condamnent. On notera qu’il n’y a pas de cohérence entre les chiffres que les deux parties soumettent aux juges mais cela peut s’expliquer par une divergence dans l’estimation du nombre des schienali déchargés à Modon (la somme de 124 ducats, 17 gros réclamée par Nicolò correspondrait, à raison de 5 ducats la centaine, au nolis d’environ 2 550 schienali, et non 3 872).

6] 1412, 27 janvier. Fantino Zorzi contre Maffeo Polani57

Marsilio Zorzi, fils de Fantino, se trouvait à Constantinople d’où, à la fin de 1411, il donna, à titre de change (ad cambium sive nomine cambii), 204 hyperpères et 3 karats de Constantinople, équivalant à 71 ducats d’or, à Antonio Negro58. Ce dernier devait remettre cette somme à Fantino Zorzi, en vertu d’un acte passé à Constantinople le 4 novembre 1411. Antonio désigna comme caution de la somme les 400 schienali de sansario qu’il avait dans une galée de Trébizonde dont le patron était Maffeo Polani. Mais Marsilio ayant des doutes sur la présence des schienali, demanda au patron des garanties supplémcntaires59. Maffeo confirma alors, en présence de Zaccaria Contarini, fils de Lodovico, qu’Antonio Negro avait effectivement chargé les poissons dans sa galée et qu’ils resteraient là jusqu’au paiement de la somme à Venise. Comme Fantino Zorzi n’a rien reçu, il assigne Maffeo Polani devant les juges des Pétitions60.

7] 1417, 24 mai. Fantino Zorzi contre Maffeo Polani61

Une société avait été constituée au mois de mai de 1413 à Constantinople entre Antonio di Giovanni da Navara et Donato Corner, fils de Paolo. Le premier marchand reproche maintenant au second d’avoir truqué ses comptes afin de le faire passer pour débiteur et demande une somme équivalant à un peu plus de 813 hyperpères. Ce qui nous intéresse ici de ce long procès, c’est la défense de Donato, représenté par Giovanni Dolfin : il demande que 280 hyperpères soient soustraits de la somme réclamée par Antonio. Il s’agit du prix de 400 schienali appartenant à leur société et qui furent envoyés à Coron aux soins de Francesco dei Quartieri (de Quarteriis). Les juges, après avoir entendu les arguments d’Antonio, décident qu’il doit donner à Giovanni soit la moitié des schienali, c’est-à-dire 200, soit leur valeur : 140 hyperpères de Romanie.

8] [1429], 27 septembre. Antonio Contarini contre Giacomo Pardo62

Antonio Contarini, fils de feu Bartolomeo, accuse Giacomo Pardo, scribe du navire du patron Silvestro Bon : il aurait délivré une attestation (poliza) à Antonio qui avait chargé 300 schienali sur le navire où il travaillait, mais lorsque le navire arriva à Venise et qu’Antonio alla au port pour recevoir ses schienali, on lui répondit qu’il n’y avait rien pour lui63. Il suspecta tout de suite le scribe auquel il réclama ses 300 schienali. Comme preuve, il présente sa poliza à confronter avec le livre de bord (quadernum scribani navis). Les faits qui se déroulèrent à Tana avant le départ du navire sont décrits par Giacomo, pour sa défense et évidemment de son point de vue : Antonio arriva à Tana sur les galées de la muda de Romanie avec lesquelles il devait repartir64. Dans cette ville, il rencontra Giacomo et lui demanda de charger sur le navire de Silvestro Bon 18 tonneaux (bote) de morona pour Venise. Giacomo, en qualité de scribe du bateau, lui délivra une reconnaissance pour cette marchandise. Trois ou quatre jours après, Antonio se rendit à la maison du scribe au milieu de la nuit, avant le départ des galées, et lui demanda d’ajouter à l’attestation concernant les tonneaux de morona 300 schienali qu’il avait laissés en dépôt à un Grec, Andreas Sophianos (Sofiano)65. Giacomo affirme devant les juges des Pétitions qu’il a d’abord refusé de le faire, parce qu’il n’avait pas même vu la marchandise, mais Antonio a insisté et a réussi à le convaincre. Après cinq jours, le navire où Giacomo travaillait devait partir à son tour et le scribe alla chercher les schienali d’Antonio Contarini. Mais quand il les réclama à Sophianos, celui-ci lui répondit qu’il n’avait que 184 schienali et que s’il les voulait il devrait payer le loyer du dépôt (se i voio pagar el so fito del magazen). Giacomo se rendit alors auprès du consul des Vénitiens à Tana. Ce dernier trouva plutôt amusant le tour qu’avait pris l’affaire et lui conseilla de ne rien payer et de trouver des témoins de ces faits. Puis Giacomo quitta Tana où les schienali, comme il soutenait, étaient restés à pourrir (e i diti scinalli si romaxe marçi a la Tana)66.
Pourtant, le scribe n’était pas aussi innocent qu’il voulait le faire croire. En effet, presque un an auparavant, le 13 juillet 1428, les juges des Pétitions avaient interrogé sous serment un témoin à propos de la même affaire67. Celui-ci était présent à l’office de Marino Pisani, consul des Vénitiens à Tana, quand Giacomo se présenta devant ce dernier avec Andreas Sophianos qui déclara, selon le témoin, qu’il n’avait même pas en sa possession 80 schienali appartenant à Antonio Contarini. Le consul savait qu’Antonio, en partant de Tana, avait laissé derrière lui des dettes et qu’en outre il était parti sans autorisation (absque licentia mea). Giacomo demanda au consul une lettre officielle à utiliser à Venise contre Antonio Contarini, mais le consul refusa de la lui donner en lui disant qu’il n’aurait pas dû délivrer une reconnaissance pour des marchandises qu’il n’avait jamais reçues. Enfin, Giacomo accepta l’autorisation du consul pour l’exportation des schienali disponibles. Mais le témoin assura que, plus tard, sur le bateau qui allait charger le navire en rade, il l’avait vu transporter 50 ou 60 schienali en déclarant que ceux-ci lui appartenaient.

9-10] 1446, 9 juillet, et 1447, 17 mai. Antonio Memo contre Filippo Correr68

Deux autres procès concernent une société établie entre Antonio Memo, fils de feu Nicolô, et Filippo Correr, fils de feu Paolo, pour le voyage de Tana. Il semble que Filippo était le marchand qui se rendit effectivement à Tana et présenta à son retour son livre de comptes à son associé. Le 9 juillet 1446, Antonio assigna Filippo devant les juges des Pétitions en l’accusant d’avoir présenté des comptes faussés69. Ce qui nous intéresse ici, c’est le passage de ces comptes relatif aux schienali. Voici les extraits des comptes d’Antonio pour des sommes à réclamer (f. 136) :

Scienali 1443 me anollo chasse 8 fo sollo 7— l. — s. 6 d.—

Anchor i diti schinali per molti erori et mancamenti mancha et che de esser messo a conto — — l. 3 s. 10 d. 18/12

Scenali vende a maistro Zuan de Franza de 1444 mancha — l. — s. 4 d. 9

Schenali del 1445 per mancamento eror de trar fuora eror nel resta in tuto —— l.6 s. 8 d. 6/17

Morone e schenali del 1444 mete aver pagado ala ternaria plui de quelo la paga — l. — s. 1 d. 3

Filippo soutient pour sa défense qu’une partie des schienali étaient avariés, non seulement ceux qu’il détenait lui mais aussi ceux de tous les autres marchands70. En ce qui concerne une autre partie de cette marchandise, il prétend qu’elle a été volée et invoque pour preuve les actes de l’Office de Nuit71. Il ne donne pas de détails sur les affaires commerciales ayant pour objet ces schienali. Il fut condamné à payer à Antonio une partie de la somme réclamée.

Un an après, le 17 mai 1447, Antonio demanda à Filippo 8 livres pour deux tonneaux : un de morone et un de schienali72.

Notes

1 Il libro dei conti di Giacomo Badoer, éd. U. Dorini, T. Bertelè, Rome 1956 (Il Nuovo Ramusio 3) (ci-après Badoer), p. 151, 280, 387 et 604.

2 L. Messedaglia, Schienale e morona. Storia di due vocaboli e contributo allo studio degli usi alimentari e dei traffici veneti con il Levante, Atti del Reale Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti 101, 1941-1942, p. 1-58 et spécialement p. 48 ; Id., A proposito di schienale e di morona. Nuovi appunti. ibid. 103, 1943-1944, p. 111-132. Schiena signifie « dos ».

3 Par exemple selon Ippolito Salviani : Ibidem praeterea ex sturionis pulpis, ex tota dorsi longitudine integris dissectis, sale conditis, et fumo demum exsicatis, ea etiam salsamenta, quae schinalia, vel spinalia vulgo apellamus, parantur. Le texte est reproduit par Messedaglia. Schienale e morona, cité note précédente, p. 28-29, 30 et 31.

4 Badoer, cité supra n. 1, p. 387 et 604.

5 Dans son glossaire, G. Bertelè, Il libro dei conti di Giacomo Badoer (Costantinopoli 1436-1440). Complemento e indici, Padoue 2002, p. 243, identifie l’antichier avec l’esturgeon.

6 ASV, Cancelleria inferiore, Notai, busta 130, n° 7 notaio Nicolò Natale, fasc. B, f. 1 v.

7 ASG, Notai giudiziarii 11 (Antonio Percipiano, filza 2), doc. 11. Cette information m’a été aimablement communiquée par Thierry Ganchou.

8 N. D. Prokof’eva. Akty venecianskogo notarija v Tane Donato a Mano (1413-1419), Pricernomor’e v srednie veka, éd. S. P. Karpov. t. 4. Moscou-Saint-Pétersbourg 2000, p. 75. n° 50 (29 mai 1415).

9 Pour un cas supplémentaire, voir infra le procès contre Filippo Correr.

10 Sur Bartolomeo Scappi, son traité de gastronomie et les recettes des schienali, voir Messedaglia, Schienale e morona, p. 12-18.

11 Francesco Corner de feu Donato se trouvait encore à Tana en 1449 : dans trois documents datés du 13 février 1439 (1438 more veneto), il apparaît en affaires avec des Génois à propos d’une pêcherie (pescheria) (ASV. Cancelleria inferiore. Notai, busta 148, n° 6, notaio Pietro Pelacan, protocollo 3, f. 32v-34).

12 Badoer, p. 151 : a di dito per le mie spexe per l’amontar de scenai 25 ch’el me chonprô e manda da la Tana i qual el me scrise costar bexanti... che val — a c. 41 perp. 14 car. 6 ; p. 280 : a di dito per Francesco Corner per l’amontar de scenai 25, i qual el me compro a la Tana, i qual mandí a donar a Veniexia a mio fradelo e ad altre persone, montono — c. 74 perp. 14 car. 6.

13 Badoer, p. 387 : a dí 24 novembre per le mie spexe, per l’amontar de scenali 11 e de scene 12 de antichier e pezi 12 de morona secha, ch’el me mandò per la nave patron Jachomo de Manoli, le qual chose el mete montar somo j° e bexanti 20 che val — c. 301 perp. 10 car. 12 ; p. 604 : a di dito per ser Bortolamio Roso per l’amontar de scenali 11 che costò à la Tana somo j°, e pezi 12 de scene d’antichier i qual costò asp. 10 el pezo, e alcuni pezi di morona secha, le qual chose mandi a donar a mio fradelo per la nave de Jachomo de Manoli e a mio suoxero, val — a c. 192 perp. 10 car. 12.

14 ASV, Cancelleria inferiore, Notai, busta 227, notaio Angeletto de Venetiis, protoc. 1412-1417, f. 219.

15 Sur la pêche et les poissons en mer Noire, voir M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Rome 1978, p. 705-708 ; L. Balletto, Pesca e pescatori nella Crimea genovese del secolo xv, Atti dell’Accademia Ligure di Scienze e Lettere 43, 1988, p. 189-199.

16 Sur le comptoir vénitien de Tana, voir E. Skrzinskaja, Storia della Tana, Studi Veneziani 10, 1968, p. 3-45 ; M. Berindei, G. Veinstein, La Tana-Azaq de la présence italienne à l’emprise ottomane (fin xiiie-milieu xvie siècle), Turcica 8/2, 1976, p. 110-201 ; B. Doumerc, La Tana au xve siècle : comptoir ou colonie, État et colonisation au Moyen Âge, éd. M. Balard, Lyon 1989, p. 251-266.

17 I viaggi in Persia degli ambasciatori veneti Barbaro e Contarini, éd. L. Lockhart, R. Morozzo della rocca, M. F. Tiepolo, Rome 1973 (Il Nuovo Ramusio 7), p. 77-78. En 1448, un acte de protestation rédigé à Tana mentionne le commerce de 14 tonneaux de schienali appartenant à Giosafat Barbaro : ASV, Cancelleria inferiore. Notai, busta 148, notaio Pietro Pellacan, f. 36v-37.

18 Voir supra n. 11.

19 Sur la pêche et le commerce des poissons à Constantinople, voir K. P. Matschke, Situation, Organisation und Aktion der Fischer von Konstantinopel und Umgebung in der byzantinischen Spätzeit, Byzantinobulgarica 6, 1980, p. 281-298, et G. Dagron, Poissons, pêcheurs et poissonniers de Constantinople, Constantinople and its Hinterland, éd. C. Mango, G. Dagron, Cambridge 1995, p. 57-73.

20 Francesco Balducci Pegolotti, La pratica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge, Mass. 1936, p. 39.

21 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg.22, f. 20v-21v (F. Zorzi contre M. Polani) [= infra procès n° 6].

22 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze e interdetti, reg. 8, f. 50-v (N. Barbarico contre M. Contarini) [= infra procès n° 5].

23 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 29, f. 53-54v (A. di Giovani contre D. Corner) [= infra procès n° 7].

24 Th. Ganchou, Giacomo Badoer et kyr Theodoros Batatzès, « chomerchier di pesi » à Constantinople (flor. 1401-1449), RÉB 61,2003, p. 49-95, montre que « chomerchier di pesi » est un commerciaire du poisson, et non « des poids ».

25 ASV, Cancelleria inferiore, Notai, b. 19, notaio Benedetto Bianco, protoc. 1 (1359-60), f. 32. Sur Felice Bon, voir Documenta Veneta Coroni et Methoni rogata. Euristica e critica documentaria per gli oculi capitales Communis Veneciarum (secoli xiv-xv), éd. A. Nanetti, Athènes 1999, p. 153, 213-218, 221, 243, nos 3.41, 4.7-11, 4.15, 4.48.

26 ASV, Cancelleria inferiore, Notai, b. 227, notaio Angeletto de Venetiis, protoc. 1412-1417, f. 219.

27 ASV, Cancelleria inferiore, Notai, b. 94, n° 1, notaio Michele de Gorgoraptis, original sur parchemin.

28 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 27, f. 31v-32 (P. de Urbino contre les commissaires de G. a Vicinis) [= infra procès n° 3].

29 ASV, Senato Misti, reg. 52, f. 249-254 (copia).

30 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 46, f. 117v (A. Contarini contre G. Pardo) [= infra procès n° 8].

31 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 9, f. 19-20 (M. Magno contre G. de Bognolino) [= infra procès n° 1].

32 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze e interdetti, reg. 8, f. 50-v (N. Barbarico contre M. Contarini) [= infra procès n° 5].

33 A. A. Talyzina, Venecianskij notarij v Tane Cristoforo Rizzo (1411-1413), Pricernomor’e v srednie veka, cité supra n. 8, p. 28-29 n° 6 (5 juillet 1413) :...pro quolibet centenario schinalium – ducatos 3 cum dimidio pro Venetiis... Il s’agit d’un accord entre trois patrons de navires ad viagium Tane sur des prix de nolis fixe.

34 ASV, Senato Misti, reg. 52, f. 249-254 (copia). Il s’agit des prix des nolis mentionnés dans le texte de l’incanto des galées de Romanie de l’année 1418. Sur le système de l’incanto des galées : D. Stöckly, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise (fin xiiie-milieu xve siècle), Leyde 1995 (The medieval Mediterranean 5).

35 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 46, f. 117v (A. Contarini contre G. Pardo) [= infra procès n° 8].

36 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 9, f. 19v (M. Magno contre G. de Bognolino) [= infra procès n° 1].

37 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 20, f. 31v-32 (F. Cocco contre C. de Modon) [= infra procès n° 4].

38 En ce qui concerne le commerce vénitien des schienali, notre documentation ne confirme pas ce que dit Pegolotti, selon qui les schienali étaient vendus en fagots (fascio) de 20. Le miliarium était aussi absent dans les procès des juges des Pétitions où nous trouvons en revanche les prix des schienali et des nolis exprimés non au poids mais pour 100 schienali ; sur le miliarium, voir L. Balletto, Il « miliarium » nel commercio del pesce nel Mar Nero, Symposium internazionale : Bulgaria Pontica Medii Aevi, Nesebar, 23-27 maggio 1979, Cuneo 1979, p. 3-14. Au moment de charger les poissons, les marchands d’un côté et le patron et le scribe de l’autre les comptaient simultanément.

39 Pegolotti, La pratica della mercatura, cité supra n. 20, p. 380.

40 ASV. Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 7, f. 37-38 (M. Corner contre B. Soler) [= infra procès n° 2].

41 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 27, f. 40v-41 (P. de Urbino contre commissaires de G. a Vicinis) [= infra procès n° 3],

42 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 20, f. 31v-32 (F. Cocco contre C. de Modon) [= infra procès n° 4],

43 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 29, f. 53-54v (F. Zorzi contre M. Polani) [= infra procès n° 6].

44 Badoer, p. 604.

45 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 102, f. 136-139 (A. Memo contre F. Correr) [= infra procès nos 9-10].

46 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 105, f. 62-v (A. Memo contre F. Correr) [= infra procès nos 9-10].

47 Messedaglia, Schienale e morona, p. 1-2. Tifi Odasi était un poète satirique du xve siècle, d’origine bergamasque, qui vivait à Padoue et mourut en 1492. Le dottor Paolo est une des figures caricaturales de son poème Macaronea.

48 ASV. Giudizi di Petizion. Sentenze a giustizia, reg. 9, f. 19-20.

49 Le « pennese » était le marin préposé à la garde du matériel déposé dans le navire, et en particulier des victuailles destinées à l’équipage.

50 Il s’agit probablement d’un espace dans le navire réservé aux effets personnels de chaque membre de l’équipage.

51 ASV. Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 7, f. 37-38.

52 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 27, f. 40v-41.

53 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 20, f. 31v-32.

54 La glava est un magasin situé dans la partie inférieure du navire.

55 Costantino de Modon entra probablement au service de Francesco Cocco à Modon puisqu’il ignorait le contenu de la caneva.

56 ASV. Giudizi di Petizion. Sentenze e interdetti. reg. 8, f. 50-v.

57 ASV. Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia. reg. 22, f. 20v-21v.

58 Un ducat équivalait donc alors à 2 hyperpères et 21 karats.

59 Marsilio craignait qu’Antonio ne décharge les schienali.

60 Pour sa défense. Maffeo présente les faits sous un jour un peu différent en soutenant qu’il n’est pas garant de cette affaire.

61 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 29. f. 53-54v.

62 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 46, f. 117-118v. Ce document est daté du 27 septembre de la huitième indiction. Mais ce registre, composite, contient des documents de diverses années comme par exemple 1428, 1460 et 1415 (indiction 8). Nous avons daté celui-ci de 1429 à cause d’un autre document, un témoignage sur la question soulevée entre Giacomo Pardo et Antonio Contarini : ASV, Giudizi di Petizion. Sentenze a giustizia, reg. 44. f. 25v-26.

63 ASV. Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia. reg. 46, f. 117r-v :...unde zonta la nave predicta che in Venexia e credendo mi aver i mie schinali rechoro con la mia poliza et dimando i predicti mei scinali 300 de di che i chomesi de la nave perdita me dise non esser de mio niente suxo...

64 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 46, f. 117v :...e li me aparse misser Antuonio Contarini con le galie... ; ...le galie se parte e laso in terra... Sur les galées de Romanie : Stöckly, Le système de l’Incanto, cité supra n. 34, p. 101-119. Le fait qu’Antonio se trouvait à Tana sur les galées de Romanie, qui y resteraient pour 14 jours (S. P. Karpov, La navigazione veneziana nel Mar Nero xiii-xv sec, Ravenne 2000, p. 91), montre qu’il n’avait pas beaucoup de temps à sa disposition.

65 ASV, Giudizi di Petizion. Sentenze a giustizia, reg. 46, f. 117v :...dapuo tre ho quatro zorni salvo el vero el predicto misser Antonio vien da mi, a chaxa mia, a una hora de note lqual note partia a ponto le galie. el dise lachomo frar chom debio far sta note el parte le galie e laso in terra scinali 300 in man de ser Andrea Sofiano [...] dolze frar la vostra nave non ne anchora perpartir, fume servixio sottoscrive in questa polliza de le 18 chomo le charge per resto 300 scinali. Andrea Sofiano était un habitant de Tana comme nous informe un témoignage sur ce procès : ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 44, f. 25v. Un Filippo Sofiano est témoin dans un contrat de nolis daté du 5 juin 1413 à Tana : Talyzina, Veneziansij notarij v Tane Cristoforo Rizzo, cité supra n. 33, p. 27 n° 4.

66 ASV, Giudizi di Petizion. Sentenze a giustizia, reg. 46, f. 118.

67 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 44, f. 25v-26.

68 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 102, f. 136-139 et reg. 105, f. 62-v.

69 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 102, f. 136-139.

70 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 102, f. 137 : …esser sta tuti schenali guasti dei qual mai ho posuto cavar danaro e non solamente mi ma tuti i marchadanti ano de questi schenali guasti.

71 ASV, Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia. reg. 102, f. 137 : Ulterius i schenali abuti questo ano digo me fo involadi come apar al ofizio de note.

72 ASV. Giudizi di Petizion, Sentenze a giustizia, reg. 105, f. 62 : Apresso consit che quelo habia messo man suxo una bota de panze de morone e una de schinali de ant[icheri] che avevu per partadi per apresentar e mio uxo le qual valeva l. 8... Nous supposons qu’il faut lire schienali de ant[icheri], et non de Ant[onio], puisque c’est Antonio qui parle à la première personne.

Table des illustrations

Légende Note31Note32Note33Note34
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Note40Note41Note42Note43Note44Note45Note46
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540