Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

De prima origine Sancti Lazari Hierosolymitani

François-Olivier Touati

Texte intégral

  • 1 Voir infra l’édition et la traduction proposée de ce document.
  • 2 Estoire d’Eracles, éd. RHC Occ, II, Paris 1845, p. 82.
  • 3 Inventaire et comptes de la succession d’Eudes, comte de Nevers [9 août 1266], éd. A. M. Chazaud, (...)

1« La maison des lépreux de Saint-Lazare » : c’est ainsi qu’en 1130, pour la première fois, la documentation du royaume latin atteste l’existence d’une léproserie à Jérusalem. L’acte qui la dévoile émane du patriarche Guillaume : il confirme la donation par son prédécesseur Gormond de Picquigny (1118-1128) à un certain Abraham, moine arménien, d’une citerne, « à l’usage des pauvres »1. Par sa forme et jusqu’à son objet, il n’y a là rien qui puisse surprendre. Mention incidente comme c’est le cas pour de nombreux établissements d’assistance, tant en Orient qu’en Occident, et notamment s’agissant de communautés de lépreux : une léproserie de femmes est ainsi révélée bordant le rempart occidental de la ville sainte en 1187, probablement au moment de sa disparition2 ; les « mésiaus » de Beyrouth ou de Bethléem, destinataires de legs testamentaires, ne doivent qu’à leurs bienfaiteurs et au hasard de la transmission des sources, d’être connus, tardivement3. La citerne dont il s’agit ici est fondatrice : elle signe la survie dans le milieu climatique rencontré. Pareil enjeu sera au centre des préoccupations lorsque Saint-Lazare construira sa nouvelle maison à Acre en 1240, curieusement le dernier acte par lequel se clôt la rédaction de son cartulaire. À y regarder de plus près, toutefois, cette confirmation renvoie à une double antériorité : une donation initiale effectuée à l’instigation du patriarche, peut-être dès 1118, au plus tard en 1128 ; elle croise également la description contemporaine (1130) des lieux de la Cité sainte, faite par un narrateur anonyme :

  • 4 De situ urbis Jérusalem, éd. S. de Sandoli, Itinera Hierosolymitana crucesignatum (sœc. xii-xiii), (...)

2« Hors des murs de Jérusalem, entre la tour de Tancrède et la porte Saint-Étienne [se trouve] la résidence des lépreux (leprosorum mansio). On prétend que c’est le prince des Juifs Hyrcan qui, le premier, a fondé ces hôpitaux (xenodochia) avec l’argent venu du tombeau de David4. »

  • 5 On ne voit pas sur quoi se fonde E. Rey, Les colonies franques de Syrie aux xiie et xiiie siècles, (...)

3Du plus lointain au plus près cette occurrence interroge : à peine créée, sitôt historicisée ? Dès lors, la question du commencement qui est aussi celle des fondements mêmes de Saint-Lazare et de son évolution est posée5.

DES LIEUX DE MÉMOIRE

  • 6 Fr.-O. Touati, Entre Orient et Occident : les archives de Saint-Lazare de Jérusalem au Moyen Âge, (...)
  • 7 A. Calvet, Les Légendes de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, Paris 2000.
  • 8 R. Mc Grath, The Romance of the Maccabees in Medieval Art and Literature, Princeton 1963. Entre 12 (...)
  • 9 De gloria martyrum, PL 71, col. 721-722 : c. XVII, De fluvio Jordane ; c. XVIII, De aquis Levidœ u (...)

4L’ancienneté de Saint-Lazare de Jérusalem est un thème précoce et récurrent du regard porté à son histoire : son argument s’est développé de façon constante suivant les transformations de la maison de Jérusalem en « ordre » religieux. Il n’a cessé d’alimenter la gloire de ses protecteurs et de justifier, notamment en France et en Italie jusqu’au xviiie siècle, tout autant sa mythologie chevaleresque que les débats sur son maintien : convoquant tour à tour Tibère, Vespasien, Valens, aux côtés de saint Basile, et des papes Damase et Grégoire le Grand, cette quête d’antériorité s’est voulue légitimatrice de droit6. Le rejet de cette surenchère historiographique occidentale, sans fondement authentique vérifiable, ne saurait toutefois éliminer trop rapidement l’opinion tenue à Jérusalem même dès 1130 : la légende révèle l’atmosphère culturelle et religieuse qui environne alors la maison des lépreux, dans une ambiance partagée avec l’hôpital devenu, à partir de 1113, l’Hôpital Saint-Jean7. La référence au prince Hyrcan et au Livre des Maccabées, retraçant les exploits de cette lignée de princes juifs fidèles à Dieu face à l’oppression des Séleucides, occupe une place centrale dans la propagande anti-sarrasine des xiie et xiiie siècles8. Référence interpolée toutefois, puisqu’il faut attendre le pseudo-Hégésippe au vie siècle, suivi d’Isidore de Séville au viie siècle, pour que s’établisse la version d’un hôpital créé à Jérusalem par le roi Hyrcan, grâce au trésor providentiellement trouvé au tombeau de David. Réactualisé après la reprise de Jérusalem en 1099 avant d’être inscrit ultérieurement au rang des légendes illustres du Temple et de l’Hôpital, ce passage concerne au premier chef l’établissement des lépreux pour lequel il renvoie, par conséquent, à la date de l’interpolation : vie siècle. Au même moment, Grégoire de Tours fait écho en Occident du nombre de pèlerins, surtout des malades, qui gagnent alors la Terre sainte et en particulier le cours du Jourdain jusqu’à Jéricho et la mer Morte, avant de rejoindre Jérusalem. Parmi eux, il assure même avoir vu un lépreux guéri revenir en Gaule, non sans autres épreuves subies au long du trajet – en Italie, dit-il, « terre de brigands »9.

  • 10 Commemoratorium de casis Dei vel monasteriis, éd. T. Tobler, A. Molinier, Itinera Hierosolymita et (...)
  • 11 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, trad. A. J. Festugière, Les Moines d’Orient, III/1, Paris 1 (...)
  • 12 Lagrange, Saint-Étienne, cité note précédente ; A. Bonnery, Jérusalem, symboles et représentations (...)

5La fréquentation assidue des lieux saints par nombre de lépreux occidentaux est encore plus précisément attestée au début du ixe siècle. Un mémoire sur les sanctuaires adressé à Charlemagne révèle l’un des lieux de leur prédilection : le tombeau du protomartyr saint Étienne et son église desservie par deux clercs et... quinze lépreux10. Trois sites sont susceptibles de correspondre à son emplacement, chacun construit au ve siècle sur l’initiative de l’impératrice Eudocie (421-460), épouse séparée du basileus Théodose II (408-450) : la basilique du Mont-Sion, dans la partie sud de Jérusalem (aujourd’hui hors les murs), où les reliques du saint avaient été déposées après leur redécouverte en 415, et deux églises du même vocable, Saint-Étienne, l’une sur le Mont des Oliviers, l’autre au-delà de la porte septentrionale de la ville (aujourd’hui porte de Damas) au lieu présumé de sa lapidation11. Si chacun de ces emplacements est à même de s’accorder avec un pan de la tradition aussi mouvante qu’enchevêtrée d’une reconnaissance des lieux sacrés, le Mont-Sion étant aussi lié au tombeau de David, l’église du Mont des Oliviers lieu de l’agonie, proche du tombeau de la Vierge visité par les lépreux au témoignage de Grégoire de Tours, sur la route de Béthanie la ville de Lazare et de sa résurrection, de forts indices convergent en faveur du dernier site, lieu de la tombe du protomartyr12.

  • 13 Théodore de Pétra, Vie de saint Theodosios, éd. H. Usener, Der Heilige Theodosios. Schriften des T (...)
  • 14 Th. S. Miller, The Birth of the Hospital in the Byzantine Empire, Baltimore-Londres 1985, p. 22, 9 (...)

6L’action d’Eudocie paraît un marqueur fondamental de la protogenèse de Saint-Lazare : c’est à elle, à l’occasion de ses deux pèlerinages, et surtout durant son séjour de plus de dix ans à Jérusalem, de 444 à 460, que sont dues non seulement les constructions précédentes mais aussi la création de nosokomeia et de xenones, fondations hospitalières majeures, destinées aux malades et aux pèlerins de toute condition, que Théodose le Cénobiarque (424-529) devait parachever, en complétant leur disposition (ptochotrophion), notamment en faveur des lépreux « crucifiés au monde pour le Christ »13. Originaire des environs de Césarée en Cappadoce, saint Théodose ne pouvait avoir qu’un seul modèle d’inspiration, semblable à celui qui avait guidé Jean Chrysostome en faveur des malades et lépreux d’Antioche un siècle plus tôt, et qui s’imposait à tout le monde grec : l’extraordinaire centre de vie communautaire spirituelle mais avant tout centre d’accueil et de soins créé à Césarée par saint Basile vers 369-372, et qui était géré par un monastère14.

7Ainsi, la mémoire transmise à travers les méandres de la tradition légendaire ne contredit aucunement le processus initial d’implantation hospitalière à Jérusalem : à la fondatrice laïque Eudocie, la part matérielle de l’initiative, autrement dit le « trésor d’Hircan trouvé au sépulcre de David », à Théodose l’organisation religieuse et la direction spirituelle, selon les principes basiliens. Créations complémentaires séparées ou polyvalentes, elles ne s’opposent pas à l’héritage ultérieurement revendiqué autant par Saint-Lazare, qui semble en avoir été le gardien le plus fidèle, que par les Hospitaliers.

ADAPTATIONS ET REFONDATIONS

8Alors que les fondations eudociennes se voient rejointes aux vie et viie siècles par une inflation hospitalière, à laquelle participent autant l’empereur Justinien (543) que le pape Grégoire le Grand (590-604), trois phénomènes semblent permettre de préciser la destinée des lépreux de Jérusalem, ou du moins leur cadre d’accueil.

Le lieu

  • 15 R. Riess, Über die angebliche Aufdeckung des Eudokia-(Stephans) Kirche, Zeitschrift des Deutschen (...)
  • 16 Ce que confirme l’archéologie : J. Zias, Leprosy in the Byzantine Monasteries of the Judean Desert (...)
  • 17 Bahat, The Illustrated Atlas of Jerusalem, p. 77 ; autour de l’église de Saint-Polyeucte, où des m (...)
  • 18 Id., History of the Armenians in the Holy Land, Jérusalem 19892, p. 2 et p. 6-9. Je remercie Gérar (...)
  • 19 Pallade, Dialogue sur la vie de saint Jean Chrysostome, éd. A. M. Malingrey, P. Leclerq, Paris 198 (...)
  • 20 J. Prawer, The Jerusalem the Crusaders captured : a Contribution to the Medieval Topography of the (...)

9Malgré les destructions dont les sanctuaires stéphaniens ont fait l’objet, une première fois en 614 sous l’assaut des Perses, seule l’église du nord de la cité, à 250 mètres de la porte dont le nom se fixe alors comme porte Saint-Étienne, a fait l’objet de constantes restaurations, maintenant son titre sans rupture, la première notamment sous l’impulsion du patriarche Modeste en 63315. Eudocie avait choisi d’y être inhumée, tel est peut-être un signe de dévotion envers les malades susceptibles d’y demeurer. Modeste a-t-il été d’autre part influencé par son expérience d’higoumène au monastère fondé par Théodose (aujourd’hui à Deir Dosi, au sud-est de Jérusalem), abritant lui aussi une importante communauté de lépreux16 ? L’environnement spatial de ce sanctuaire est alors marqué par un fort développement de l’installation arménienne, hors de l’enceinte urbaine : un vaste complexe monastique y a été notamment découvert17. Il est donc vraisemblable que Saint-Étienne ait alors été confié aux Arméniens, d’autant que ces derniers avaient été associés dès l’origine à la structure même des fondations charitables de saint Théodose et aux entreprises de reconstructions accomplies par Modeste18. Enfin, l’autorité patriarcale, qui voit son autonomie accrue par la domination arabe (à partir de 638), s’affirme particulièrement dans le domaine hospitalier : lui revient la responsabilité éminente du nosokomeion de Jérusalem, bientôt placé sous le titre de Saint-Jean l’Aumônier, le prototype de cette forme d’assistance épiscopale urbaine étant fourni par l’exemple de saint Jean Chrysostome : deux prêtres entourés de serviteurs et de malades19. Telle est exactement l’image donnée à Charlemagne de l’organisation de Saint-Étienne. Si les destructions successives d’al-Hakim en 1009 et du tremblement de terre de 1033 n’en ont pas affecté le fonctionnement ni perturbé la fréquentation, telle a pu être aussi la situation découverte par les Francs en 1099 : à la veille de reconquérir la ville, les armées du comte de Flandre et de Robert de Normandie campent autour de l’église toujours en place20. Le champ était dès lors ouvert au patriarche latin, remplaçant son prédécesseur grec, de pouvoir agir selon les besoins comme garant éminent des fondations pieuses et chef de l’Église de Jérusalem.

L’intervention du patriarche

  • 21 J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, c. 1050-1310, Londres 1967 ; sur (...)

10L’intervention de Gormond de Picquigny, située entre 1118 au plus tôt et 1128, est indissociable du triple processus d’établissement du royaume franc, de substitution de l’Église latine aux cadres grecs et du réaménagement de Jérusalem dans la première moitié du xiie siècle. Le délai écoulé entre l’arrivée des Francs et l’intérêt révélé envers la communauté des lépreux est indicatif : Gormond est le cinquième prélat latin. Les priorités militaires et politiques l’avaient emporté sur les préoccupations ecclésiales : il s’agissait d’assurer la cohabitation latine avec les communautés chrétiennes orientales. En matière d’hospitalité, l’enjeu capital de l’accueil massif des pèlerins avait orienté toutes les énergies dans la réorganisation de l’Hôpital en 111321. Ce délai plaide en faveur d’une continuité de la fonction remplie par Saint-Étienne : la présence d’Abraham, moine arménien, le confirme.

11Aussi la donation faite in usum pauperum est bien le premier acte d’une transformation achevée en 1130-1145 par sa rétrocession, moyennant la retraite proposée au moine, pour la fin de ses jours, dans ce qui constitue désormais la « maison des lépreux de Saint-Lazare ».

Translation et refondations

  • 22 W. Porges, The Clergy, the Poor and the Non-combattants in the 1st Crusade, Speculum 21, 1956, p. (...)
  • 23 Confirmation du pape Adrien IV à l’abbé de Sainte-Marie-Latine, le 21 avril 1158 (R.R.H., p. 85, n (...)
  • 24 Michel le Syrien y achève sa chronique en 1138 ; J.-P. Martin, Les premiers croisés et les syriens (...)
  • 25 Renforcées par les alliances matrimoniales : G. Dédéyan, Un projet de colonisation arménienne dans (...)

12Ces transferts et nouvelles fondations doivent se comprendre à la lumière de la redistribution des églises : ils entraînent la recomposition spatiale de Jérusalem. Alors que la tombe de saint Étienne pouvait susciter le désir d’une réappropriation latine, il fallait en libérer l’une des fonctions majeures, devenue peut-être inadaptée face à l’afflux de lépreux et malades de toutes sortes amenés dans les pas des croisés22. Le déplacement des infirmes et de leur gîte (mansio) du côté gauche de la route de Naplouse les rapproche des murs de la cité où précisément des travaux d’adduction (ou d’évacuation) d’eau sont alors entrepris sans perturber outre mesure leur paysage ou les habitudes. Le nouvel établissement se trouve au milieu des jardins et des vignes, à quelques centaines de mètres de l’église Saint-Étienne, sur des parcelles partagées, selon des conventions sans doute récentes, entre les chanoines du Saint-Sépulcre, Sainte-Marie-Latine et les Hospitaliers23. Il restait à réaffecter le clergé arménien avec lequel tout devait se négocier dans le cadre de relations privilégiées, pour rester en bons termes. Comme la communauté jacobite, qui voit confirmer son installation à l’église de Marie-Madeleine24, les Arméniens dont le nombre s’amplifie seulement avec la chute d’Édesse en 1144 sont installés (ou réinstallés) à Saint-Jacques, la cathédrale du premier évêque de Jérusalem, dans la partie sud-est de la cité, face au palais royal. La marque de déférence est notoire, la proximité avec le pouvoir aussi25. Utiliser la compétence des Arméniens, ou en prolonger les habitudes auprès des lépreux, permettait d’abord de ne rien brusquer et d’assurer la transition, observant les formes de vie commune, religieuse, alors en place.

  • 26 Éd. P. W. Edbury, John of Ibelin and the Kingdom of Jerusalem, Woodbridge 1997, p. 110-111 : « Le (...)

13La forme pointilleuse de l’acte passé par le successeur de Gormond en faveur d’Abraham, principal agent probablement investi du transfert des lépreux autant que de la pérennité de l’approvisionnement en eau (pour des malades réputés assoiffés), laisse supposer des négociations serrées. La dépossession de Saint-Étienne ne pouvait laisser l’Église arménienne indifférente ; à moins de lui proposer à la fois de poursuivre, même lointainement, la direction morale du groupe qu’elle avait jusque-là encadré : c’est ce à quoi fait allusion, avant 1266, le Livre des Assises de Jean d’Ibelin, assurant sa dépendance de « l’évêque des Irmins »26. À moins encore de lui offrir davantage, par sa réinstallation dans un monastère nouvellement construit (ou à construire) à l’opposé de la cité, le dédiant, lui aussi, à saint Étienne...

DU PREMIER MARTYR AU PREMIER RESSUSCITÉ

14S’il n’y a probablement, malgré une liaison scripturaire immédiate, qu’un hasard entre le nom d’Abraham, moine arménien en charge des lépreux de Jérusalem en ce début du xiie siècle et le patronage sous lequel se place, dès son transfert, la communauté rénovée, le choix de saint Lazare, absolument inédit dans la Cité sainte, a force de manifeste. Alors qu’avec saint Etienne était exaltée la valeur du martyr – la lapidation étant volontiers assimilée à la flagellation du Christ –, l’identification au modèle de Lazare, « celui que Dieu aide » en araméen, offrait d’en parachever la perspective : celle de la glorieuse Résurrection, au plus près de son théâtre central pour l’humanité chrétienne, le Saint-Sépulcre.

  • 27 Vies des saints et des bienheureux, par les Bénédictins de Paris, Paris 1956, XII, déc, p. 511-527 (...)
  • 28 Le culte de saint Lazare à Chypre paraît lié de longue date à la présence arménienne : on n’en pos (...)

15Jusque-là, la dévotion à saint Lazare, attestée de manière précoce tant en Orient (début du ive siècle) qu’en Occident (iie siècle), s’était essentiellement attachée au lieu même de la résurrection par le Christ, à Béthanie – en araméen « maison de douleur » – à trois kilomètres à l’est de Jérusalem. Dès la fin du ive siècle, Éthérie y décrit la procession et la cérémonie qui, conformément au récit unique de l’Évangile de Jean (XI, 38-44), se déroulaient pendant la vigile des Rameaux, avec l’assistance de tout le peuple de Jérusalem au Lazarium, la première tombe de Lazare, auprès duquel se fixe un monastère associant Marthe et Marie, sœurs du ressuscité27. La tradition attestée en 774 par Jean d’Eubée fait de Lazare le premier évêque de Chypre, mort à Kition (Larnaca : « le tombeau [de Lazare] ») d’où ses reliques ont été transportées entre 900 et 906 à Constantinople au monastère reconstruit en son honneur et celui de Marie-Madeleine par Léon VI le Sage, après sa fondation initiale par son beau-père Stylianos Tzaoutzès, un arménien...28

  • 29 En particulier Jean Chrysostome. Homélie sur Lazare, Basile, Homélie contre la richesse, Grégoire (...)
  • 30 Le 2 mars, le 22 mai (date anniversaire de sa seconde mort) et le 3 août ; à Constantinople, le 4 (...)
  • 31 Martyrologes et ménologes orientaux, éd. F. Nau, Paris 1915 (PO 10), p. 39, 83, 99, 104. 126, 131  (...)

16Sujet d’importantes homélies de la part des Pères orientaux, à côté du pauvre Lazare (Luc XVI, 19-31)29, sa dévotion semble voir été privilégiée par les Églises copte, jacobite et arménienne : elles lui consacrent au moins deux fêtes – distinctes de celles de Constantinople – hors de la vigile des Rameaux30, et l’on observe, à partir de la fin du xe siècle, dans les listes de leurs évêques ou dans leurs chroniques, celle du jacobite Michel le Syrien par exemple, une proportion croissante de l’usage de son nom31.

  • 32 Constantelos, Byzantine Philanthropy, p. 144.
  • 33 M. Aubineau, Zoticos de Constantinople, nourricier des pauvres et serviteur des lépreux, An. Boll. (...)
  • 34 Cette tradition, qui remonte à Eusèbe de Césarée, est reprise par la Chronique d’Édesse (fin vie s (...)
  • 35 Jean Damascène (de Damas), moine au couvent de Mar Saba près de Jérusalem (f av. 753), est le mail (...)
  • 36 Paris, BNF, Évangéliaire de Poussay : Madrid, Escorial. Codex aureus ; E. Kirschbaum, Lexikon der (...)
  • 37 Relatio de legatione Constantinopolitana, éd. J. Becker, Hanovre 19153 (MGH. Script, rer. Germ., 4 (...)

17Développée en Terre sainte aux xe-xie siècles, cette vénération ne semble pas avoir été jusque-là spécialement associée aux malades ou aux lépreux, hormis le cas limité d’un autre Lazare, le Galésiote († 1053), venu prier à l’église Saint-Basile à Césarée de Cappadoce et ayant eu à affronter l’inhospitalité des habitants environnant son ermitage32. D’autres modèles prédominaient : saint Étienne, saint Basile, saint Jean Chrysostome ou saint Zoticos, dernièrement promu par l’Église grecque33, d’autres figures exemplaires : Abgar, roi d’Édesse et fondateur légendaire du christianisme arménien, purifié de sa lèpre par le voile du Christ, et prêt à être rapproché de la guérison de Constantin par les Latins34 ; ou encore, dans le domaine de la littérature édifiante, Joasaph, le disciple ou le fils de Barlaam35. Aussi, l’arrivée des Francs pourrait bien avoir servi sur ce fond, de révélateur décisif. Il serait bien sûr trop beau de disposer de sources directes qui en expliciteraient le choix : les coïncidences sont toutefois saisissantes. L’un des premiers jalons est une image : celle de l’Évangéliaire d’Otton III (980-1002) qui exalte la résurrection de Lazare. Cinquante ans plus tard, c’est Lazare, le pauvre ulcéreux gisant à la porte du Riche, qui figure dans un autre évangéliaire impérial : celui d’Henri III (t 1056). Avec d’autres (telles les fresques de l’église Saint-Georges de Reichenau, au diocèse de Constance en Allemagne), cette représentation s’inscrit dans la mission alors tracée de l’idéal impérial, protecteur, dispensateur de bien aux affligés36, non sans concurrence avec les princes byzantins, comme Liutprand de Crémone (serviteur d’Otton Ier et d’Otton II) s’en était fait le porte-parole, accusant les Byzantins de leur insouciance coupable envers les déshérités37.

  • 38 Afin d’alléger les références sur cette relation capitale, nous nous permettons de renvoyer à notr (...)
  • 39 V. Saxer, Le culte de Marie Madeleine en Occident des origines à la fin du Moyen Age, Auxerre-Pari (...)
  • 40 Touati. Maladie et société, cité supra n. 9, p. 253-254.

18Une telle mauvaise foi polémique dans la surenchère était propre à alimenter l’alliance objective avec les chrétiens d’Orient ayant pris leurs distances de Constantinople. Elle témoigne aussi d’un sentiment nouveau ou renouvelé envers les malades en Occident suivant une vague montante au xie siècle : des grandes figures réformatrices qui en incarnent le projet, Robert d’Arbrissel († 1116) représente le second jalon majeur par sa sensibilité toute particulière à l’égard des lépreux, majeur à travers la cité monastique qu’il crée à Fontevraud. Après avoir rencontré le pape Urbain II à Angers en 1096, Robert fixe sa communauté composite à Fontevraud en 1100 ou 1101, deux ans au plus après la reprise de Jérusalem. Là surgissent alors cinq sanctuaires, chacun attaché à un groupe : Notre-Dame pour les vierges consacrées, Saint-Jean pour les frères, Saint-Benoît pour les malades, Sainte-Marie-Madeleine pour les pénitentes (autres femmes et prostituées repenties) et Saint-Lazare pour ses « chers fils lépreux », « pauvres du Christ »38. La conformité de ce programme avec l’image même de la Jérusalem rêvée et sa simultanéité avec celle concrètement rencontrée n’est-elle que pure coïncidence ? Pour la première fois le vocable de Lazare était associé à une communauté de lépreux : celui de saint Nicolas et davantage celui de Marie-Madeleine, réinventée à Vézelay cinquante ans plus tôt, l’avaient devancé permettant la fermentation exégétique nécessaire39. S’agit-il chez Robert d’Arbrissel d’une interversion consciemment inspirée de l’exemple de Saint-Benoît-sur-Loire où l’hospice monastique se trouve être au xie siècle sous l’invocation encore unique, à notre connaissance, de Lazare40 ?

  • 41 C’est dire l’intérêt des correspondances avec les « sanctuaires » successifs où est portée la dépo (...)

19La correspondance de cette répartition avec la géographie sacrée également reconstituée à Jérusalem à mesure de la redistribution de ses sanctuaires et des réaménagements de la ville sitôt les Francs arrivés est saisissante : Sainte-Marie-[Latine], Sainte-Marie-la-Grande, Saint-Jean l’Aumônier (vocable bientôt commué en Saint-Jean-Baptiste), Sainte-Marie-Madeleine, ces quatre églises desservant l’Hôpital en pleine rénovation ; la dernière est doublée par celle des Jacobites à proximité de la maison de Simon le lépreux, chez lequel le Christ était venu manger, et superposé par les Latins à la figure de Lazare, l’ulcéreux chassé de la table du riche autant qu’à celui de Béthanie41. À l’exact point de rencontre entre le regard occidental et l’évangile ouvert que les lieux saints proposaient de reconnaître hic et nunc, la protection retenue pour la communauté des lépreux de Jérusalem ne saurait se réduire à un simple jeu d’influences mutuelles, même si le « modèle » hiérosolymitain était susceptible de rejaillir en Occident. Elle marque l’aboutissement d’une convergence de sensibilités religieuses et des réalités vécues.

  • 42 Par exemple, IIe homélie catéchétique de Sévère d’Antioche, Les « Homiliae cathedrales » de Sévère (...)
  • 43 Sur ces correspondances, Touati, Maladie et société, p. 382-387.
  • 44 A. Borg, Observations on the historiated Lintel of the Holy Sepulchre, Jerusalem, Journal of the W (...)

20Ici l’espace est exégèse. Aussi ce choix, comme à Fontevraud ou inversement, est-il fondamentalement structurel : aux intercesseurs et annonciateurs privilégiés déjà déclinés ne manquait aux yeux latins que Lazare. Madeleine appelle Lazare comme Marie appelle le Christ ; Jean [« le Baptiste », et, en ce sens, le glissement d’invocation partant de saint Jean l’Aumônier va de soi] a appelé le Fils de l’Homme qui lui-même, à la demande de Madeleine, appelle son ami de Béthanie à sortir des ténèbres. Jean Baptiste n’ose délier les sandales des pieds qui seront oints par Madeleine. Il baptise dans le Jourdain qui a purifié Naâman de sa lèpre et vers lequel se pressent désormais les malades42. Jean est la victime du banquet d’Hérode, comme le pauvre Lazare (appelé par Abraham) l’a été du festin du Riche et comme le Christ en célèbre la Pâque43. La souffrance de ces infirmes par excellence, véritables figures du Christ, participe éminemment de la Passion rédemptrice. La résurrection de Lazare annonce celle du Sauveur. Être appelé c’est franchir le seuil : celui du Saint-Sépulcre qui couronne cette proximité accrue à Jérusalem entre les lépreux et l’église du Tombeau. Et comme s’il fallait encore en souligner la jonction parfaite, la sculpture du linteau qui surmonte cette « Galilée » réalisée avant 1149, non sans parallèles stylistiques avec la sculpture de Fontevraud, donne la signature catéchétique44. Telle est la série des liaisons offertes par l’Écriture : lui répond la relation ontologique entre ces lieux qui ne forment qu’un seul bloc.

  • 45 Cl. Clermont-Ganneau, Archæological and epigraphic notes on Palestine, Palestine Exploration Fund (...)
  • 46 H. E. Mayer, Die Grundung des Doppelklosters St Lazarus in Bethanien, Bistümer, Klöster und Stifte (...)

21Dans cette première moitié du xiie siècle, ce que l’on peut considérer comme la refondation de Saint-Lazare de Jérusalem est donc le fruit d’un double héritage : un héritage historique, celui d’une tradition hospitalière ancienne ; et un héritage spirituel, puisque cette tradition surgit comme la traduction voulue du texte sacré sous les yeux particuliers des Latins. Des mécanismes d’interaction alors mis en œuvre entre Orient et Occident, hormis certaines convergences, les sources ne donnent qu’un reflet, encore loin de répondre à toutes nos interrogations. La figuration de Lazare, sur le sceau des lépreux de Jérusalem, le représente comme évêque : s’agit-il d’une concession à la tradition d’Orient, donnée aux interlocuteurs arméniens, alors que partout ailleurs les sceaux de léproserie qui se placent sous son invocation privilégient la scène de la résurrection45 ? S’agissait-il plutôt d’éviter une confusion avec le sceau de Saint-Lazare de Béthanie, précisément là où le roi Foulques d’Anjou et son épouse, la reine Mélisende arménienne par sa mère – parmi les tout premiers bienfaiteurs connus de la léproserie de Jérusalem -instaurent en 1138, sous obédience bénédictine, un monastère double dirigé par une abbesse, comme à Fontevraud...46 ?

  • 47 Touati, Maladie et société, p. 382 et 476-479 ; Id., Archives de la lèpre. Atlas des léproseries e (...)
  • 48 Donation de Chauffournois (L’Encloître, Indre-et-Loire) à Robert d’Arbrissel par Léon de Langeais, (...)
  • 49 Acte de Foulque V en faveur de l’abbaye Saint-Florent de Saumur édité par J. Chartrou, L’Anjou de (...)

22Seul à notre connaissance le sceau de Saint-Lazare d’Orléans en reprend la version, là-même où dès 1112 apparaît l’identification des lépreux à « de pauvres lazares »47. Dès lors quelle antériorité reconnaître et par quels biais ? Ceux dus aux aller et retour des croisés ou des pèlerins à l’instar d’Hervé de la Trinité, ancien disciple de Robert d’Arbrissel, de Dreux de Langeais, frère d’un important donateur de Fontevraud, de Payen de Mondoubleau participant de la première croisade, de l’évêque d’Angers Renaud de Martigné qui accompagne le premier voyage du comte Foulques en 1120, ou de multiples autres dans la foulée réformatrice ligérienne ou bourguignonne48 ? Qualifié en 1127 de « chevalier de Saint-Étienne de Jérusalem », c’est-à-dire lié confraternellement à la communauté et servant à sa protection matérielle et militaire, le proche compagnon du comte d’Anjou, Robert de Craon, dont la nièce allait devenir la « première » abbesse en titre de Fontevraud, est à n’en pas douter un témoin essentiel de cette interaction et du devenir de Saint-Lazare dans la cité sainte49. Selon quels plans et quels modèles arrêtés à l’avance ou progressivement construits, que nous ne parvenons encore qu’à décrypter indirectement : pontificaux, épiscopaux, ou monastiques ? Sur place, les chanoines du Saint-Sépulcre, aux côtés du patriarche, en sont peut-être aussi la cheville ouvrière. D’autres acteurs, au premier plan desquels apparaît l’élite laïque, viendront en parfaire l’établissement.

DOCUMENT. [1130-1145, 27 septembre]

  • 50 Guillaume de Malines, prieur du Saint-Sépulcre en 1117, ou seulement à partir de 1128 ( ?), patria (...)
  • 51 Gams, Series episcoporum ecclesie, cité note précédente, p. 452. Gormond de Picquigny (Somme), cin (...)

23Acte de Guillaume, patriarche de Jérusalem50, portant la concession faite par un moine arménien du nom d’Abraham à la maison des lépreux de Saint-Lazare [de Jérusalem] d’une citerne qui lui avait été donnée à l’usage des pauvres par Gormond, son prédécesseur au siège patriarcal (1118-1128)51. Abraham conservera sa vie durant l’usage de la citerne et recevra vivres et vêtements de Saint-Lazare qui en recouvrera pleine propriété à sa mort.

24B. Cartulaire de Saint-Lazare de Jérusalem, Turin, Archivio Storico dell’Ordine Mauriziano e di San Lazzaro, Mazzo uno, n° 1°, p. 14 [acte tronqué].

  1. P. G. Nizzardo, Storia dell’Ordine Equestre de Santi Morizio e Lazaro, 1679, Turin, Biblioteca Reale, manuscrit Storia Patria n° 437, p. 39 (copie défectueuse).
  2. Comte de Marsy, Fragment d’un cartulaire de l’ordre de Saint Lazare, en Terre-sainte, Archives de l’Orient latin 2, 1884, n° I.
  3. Fr.-O. Touati, Actes et cartulaire de Saint-Lazare de Jérusalem, 1124 ?-1191, Habilitation à diriger des Recherches, Université de Paris I, 2001, t. III, p. 41-42.

25Indiqué : L. Cibrario, Breve Storia degli Ordini di S. Maurizio e di S. Lazzaro avanti e dopo l’unione dei medesimi, Turin 1844, p. 221-222. – R.R.H., n° 136. – R. Petiet, Contribution à l’Histoire de l’Ordre de St-Lazare de Jérusalem en France, Paris 1914, p. 58. – R. Ellenblum, Frankish Rural Seulement in the Latin Kingdom of Jerusalem, Cambridge 1998, p. 238.

26Willelmus, Dei gratia, sancte Jerusalem patriarcha, omnibus tam presentibus quam futuris sancte matris Ecclesie filiis, salutem et benedictionem. Dilectioni vestre, karissimi, notum fieri volumus quod quidam monachus armenius, Abraham nomine, cisternam a domino Warmundo patriarcha predecessore nostro in usum pauperum sibi datam, domui leprosorum Sancti Lazari in nostra concessit presentia, ita dumtaxat ut, quamdiu viveret, cisternam eandem possideret ac de domo illa victum et vestimentum haberet. Eo vero mortuo, cisterna prefate domus sempiterne manciparetur possessioni.

TRADUCTION

27Guillaume, par la grâce de Dieu, patriarche de la sainte Jérusalem, à tous les fils de [notre] sainte mère l’Église, tant présents que futurs, salut et bénédiction. À votre affectueuse attention, très chers, nous voulons faire savoir qu’un certain moine arménien, du nom d’Abraham, a concédé en notre présence à la maison des lépreux de Saint-Lazare la citerne qui lui avait été donnée à l’usage des pauvres par le patriarche Gormond, notre prédécesseur ; moyennant quoi, tant qu’il vivra, il conservera cette même citerne et aura vivre et couvert de la part de cette maison. Une fois mort, ladite citerne demeurera en possession de ladite maison pour toujours.

Notes

1 Voir infra l’édition et la traduction proposée de ce document.

2 Estoire d’Eracles, éd. RHC Occ, II, Paris 1845, p. 82.

3 Inventaire et comptes de la succession d’Eudes, comte de Nevers [9 août 1266], éd. A. M. Chazaud, Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France 32, 1871, p. 199.

4 De situ urbis Jérusalem, éd. S. de Sandoli, Itinera Hierosolymitana crucesignatum (sœc. xii-xiii), Jérusalem 1978, 2, p. 102 : Extra muros Ierusalem inter turrem Tancredi et portam Sancti Stephani, leprosorum mansio, xenodochia princeps Iudeorum Hircanus de pecunia quant abstraxerat de sepulcro David, primus instituisse fertur (BNF, ms. lat. 5129, fol. 61v) ; M. de Voguë, Les églises latines de Terre sainte, Paris 1860, p. 414.

5 On ne voit pas sur quoi se fonde E. Rey, Les colonies franques de Syrie aux xiie et xiiie siècles, Paris 1893, p. 280, pour affirmer que le premier maître de Saint-Lazare « nommé Roger paraît avoir été élu sous le règne de Baudouin Ier », hormis une confusion avec Roger de Saint-Lazare, tenancier de Saint-Lazare de Béthanie, seulement attesté avec son épouse Marie à partir de 1135 (R.R.H., p. 38-39, nos 156 et158), de même qu’avec l’église Saint-Lazare de Béthanie. fief du Saint-Sépulcre en 1112 (Cartulaire du Chapitre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, éd. G. Bresc-Bautier, Paris 1984 [Documents relatifs à l’histoire des croisades publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 15], nos 20 et 26), date jusqu’à présent unanimement reprise comme étant celle de la fondation de Saint-Lazare à Jérusalem.

6 Fr.-O. Touati, Entre Orient et Occident : les archives de Saint-Lazare de Jérusalem au Moyen Âge, La présence latine en Orient au Moyen Age, Paris 2000, p. 95-129.

7 A. Calvet, Les Légendes de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, Paris 2000.

8 R. Mc Grath, The Romance of the Maccabees in Medieval Art and Literature, Princeton 1963. Entre 1242 et 1268, l’œuvre de Gautier de Belleperche, La chevalerie de Judas Macchabée, éd. J. R. Smeets, Assen 1991, en est un des témoins privilégiés.

9 De gloria martyrum, PL 71, col. 721-722 : c. XVII, De fluvio Jordane ; c. XVIII, De aquis Levidœ urbis ; c. XIX, De leproso mundato in loco ubi Dominus est baptizatus et reliquiis B. Mariœ. Liber miraculorum, éd. L. Bordier, Paris 1857, p. 54-55 ; Decem Libri Historiœ Francorum, I, 40 ; II, 39 ; V, 21 ; sur le regard de Grégoire de Tours envers les lépreux, Fr.-O. Touati, Maladie et société au Moyen Age. La lèpre, les lépreux et les léproseries dans la province ecclésiastique de Sens jusqu’au milieu du xive siècle, Bruxelles 1998 (Bibliothèque du Moyen Âge 11), p. 88-89, et sur le Jourdain, purificateur de la lèpre de Naâman, p. 104-105, 193 et 203.

10 Commemoratorium de casis Dei vel monasteriis, éd. T. Tobler, A. Molinier, Itinera Hierosolymita et descriptiones Terrœ sanctœ, Genève 1880, 1, p. 302 : In Sancto Stephano, ubi sepultus fuit, cierici II, leprosis XV.

11 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, trad. A. J. Festugière, Les Moines d’Orient, III/1, Paris 1962, p. 108, XXXV, 54, 4-7 : M. de Vogüé, Les églises de la Terre sainte, Paris 1860, p. 332-334 ; H. Leclercq, Étienne (Martyre et sépulture du saint), DACL 5, 1, Paris 1922, col. 624-672. À côté de l’ouvrage fondamental du père M.-J. Lagrange, Saint-Étienne et son sanctuaire à Jérusalem, Paris 1894 (ici, p. 42-72), D. Bahat, The Illustrated Atlas of Jerusalem, Jérusalem 1996, p. 69-74 ; E. D. Hunt, Holy Land Pilgrimage in the Later Roman Empire, A.D. 312-460, Oxford 1982, p. 235-240. Ces différents sites de même titre ne s’opposent pas à la description donnée en 870 par Bernard le Trésorier situant par ailleurs une église Saint-Étienne à proximité de celle du Mont-Sion (Itinera, éd. Tobler - Molinier, cité note précédente, p. 315).

12 Lagrange, Saint-Étienne, cité note précédente ; A. Bonnery, Jérusalem, symboles et représentations dans l’Occident médiéval, Paris 1998, p. 36-38 ; Récits des premiers pèlerins chrétiens au Proche-Orient (ive-viie siècles), éd. P. Maraval, Paris 1996.

13 Théodore de Pétra, Vie de saint Theodosios, éd. H. Usener, Der Heilige Theodosios. Schriften des Theodoros und Kyrillos, Leipzig 1890, trad. Festugière, Les Moines d’Orient, cité supra n. 11, III/3, p. 83-160 (ici, XL, 14-18), et Vie de saint Euthyme, ibid, II1/1, p. 107, XXV, 5-7. La liste des fondations d’Eudocie est rapportée par Cyrille de Scythopolis, Vita Ioannis Hesychaslis, éd. E. Schwartz, Leipzig 1939, p. 204. F. M. Abel, Jérusalem, DACL 7, 2, Paris 1927, col. 2328 ; Leclercq, Étienne, cité supra n. 11, col. 649-653 ; D. J. Constantelos, Byzantine Philanthropy and Social Welfare, New Brunswick-New Jersey 1968, p. 112, 160-162, 225 et 263.

14 Th. S. Miller, The Birth of the Hospital in the Byzantine Empire, Baltimore-Londres 1985, p. 22, 93, 125-126 et 134-136 ; Basil of Caesarea : Christian, Humanist, Ascetic, éd. P. J. Fedwick, Toronto1981 ; Constantelos, Byzantine Philanthropy, cité note précédente, p. 154-157 et 181-183 ; Jean Chrysostome, Consolatio ad Stagyram, PG 47, col. 490-491.

15 R. Riess, Über die angebliche Aufdeckung des Eudokia-(Stephans) Kirche, Zeitschrift des Deutschen Palästinavereins 8, 1885, p. 162-170 ; Bonnery, Jérusalem, cité supra n. 12, p. 38-40 ; Bahat, The Illustrated Atlas of Jérusalem, cité supra n. 11, p. 74-78.

16 Ce que confirme l’archéologie : J. Zias, Leprosy in the Byzantine Monasteries of the Judean Desert, Koroth 9, 1985, p. 242-248 ; Cl. Dauphin, Leprosy, Lust and lice : Health and Hygiene in Byzantine Palestine, Bulletin of the Anglo-Israel Archaeological Society 15, 1996-1997, p. 60-65.

17 Bahat, The Illustrated Atlas of Jerusalem, p. 77 ; autour de l’église de Saint-Polyeucte, où des mosaïques portant des inscriptions arméniennes ont été découvertes ; K. Hintlian, La communauté arménienne de Jérusalem, Arménie, 3 000 ans d’Histoire, Quétigny 1992 (Les dossiers d’Archéologie 177), p. 112-113.

18 Id., History of the Armenians in the Holy Land, Jérusalem 19892, p. 2 et p. 6-9. Je remercie Gérard Dédéyan de m’avoir offert cet ouvrage, introuvable en France. Les lectionnaires arméniens confirment l’importance de ce premier martyrium (A. Renoux, Le codex arménien de Jérusalem, Turnhout 1971 [PO 36, 2], p. 198-199).

19 Pallade, Dialogue sur la vie de saint Jean Chrysostome, éd. A. M. Malingrey, P. Leclerq, Paris 1988 (Sources chrétiennes 341), 1, 1988, p. 122-123. Sur ces modèles, C. Thirard, Hôtelleries et infirmeries dans les monastères paléochrétiens du patriarcat de Jérusalem, Archéologie et architecture hospitalières de la fin de l’Antiquité à l’aube des Temps modernes, dir. Fr.-O. Touati, Paris 2004, p. 27-34.

20 J. Prawer, The Jerusalem the Crusaders captured : a Contribution to the Medieval Topography of the City, Crusade and Settlement, éd. P. W. Edbury, Cardiff 1985, p. 1-16.

21 J. Riley-Smith, The Knights of St. John in Jerusalem and Cyprus, c. 1050-1310, Londres 1967 ; sur les établisements d’accueil en Terre sainte, nous nous permettons de renvoyer à notre analyse, La Terre sainte : un laboratoire hospitalier au Moyen Âge. Sozialgeschichte mittelalterlicher Hospitäler, Konstanzer Arbeitskreis für Mittelalterliche Geschichte (Colloque de Reichenau, 19-22 mars 2002), dir. N. Bulst, Constance 2004 (sous presse).

22 W. Porges, The Clergy, the Poor and the Non-combattants in the 1st Crusade, Speculum 21, 1956, p. 1-23. B. Hamilton, The Latin Church in the Crusader States ; the Secular Church, Londres 1980. p. 52-85.

23 Confirmation du pape Adrien IV à l’abbé de Sainte-Marie-Latine, le 21 avril 1158 (R.R.H., p. 85, n° 331) ; également R.R.H., p. 103, n° 391.

24 Michel le Syrien y achève sa chronique en 1138 ; J.-P. Martin, Les premiers croisés et les syriens jacobites de Jérusalem, Journal asiatique 13, p. 55-68 ; J.-M. Fiey, Le pèlerinage des Nestoriens et Jacobites à Jérusalem, Cahiers de Civilisation médiévale 12, 1969, p. 123.

25 Renforcées par les alliances matrimoniales : G. Dédéyan, Un projet de colonisation arménienne dans le Royaume latin de Jérusalem sous Amaury Ier (1162-1174), Le Partage du monde. Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, dir. M. Balard, A. Ducellier, Paris 1998 (Byzantina Sorbonensia 17), p. 104-106 ; J. H. Forse, Armenians and the First Crusade, Journal of Medieval History 17, 1991, p. 13-22 ; J. France, La stratégie arménienne de la première croisade, Les Lusignans et l’Outre-Mer, Actes du Colloque de Poitiers, Poitiers 1993, p. 141-148.

26 Éd. P. W. Edbury, John of Ibelin and the Kingdom of Jerusalem, Woodbridge 1997, p. 110-111 : « Le patriarche de Jerusalem a.v. arcevesques suffragans : [...] Et l’arcevesque des Ermins qui est el royaume a suffragans .ii., l’arcevesque des Jacopins et le maistre de Saint Ladre des meseaus. »

27 Vies des saints et des bienheureux, par les Bénédictins de Paris, Paris 1956, XII, déc, p. 511-527. H. Leclercq, Lazare, DACL, 8, 2, Paris 1929, col. 2009-2086 ; V. Saxer, Lazzaro. Bibliotheca sanctorum 7, Rome 1966, col. 1135-1149 ; Lazare, Catholicisme. Hier, aujourd’hui, demain : Encyclopédie 7, Paris 1975, col. 103-108.

28 Le culte de saint Lazare à Chypre paraît lié de longue date à la présence arménienne : on n’en possède, hélas, que des relations tardives, hormis la mention par Pietro della Valle (en 1614) de « nombreuses pierres inscrites en arménien » près du tombeau du saint, également relevées au xviiie siècle par Giovanni Mariti (Cl. D. Cobham, Excerpta Cypria. Materials for a History of Cyprus, Cambridge 1908, p. 41, 66 et 213 ; L. de Mas-Latrie, Histoire de l’Île de Chypre sous le règne de la maison de Lusignan, 1, Paris 1861, p. 93). À Nicosie, Marguerite d’Ibelin, donnée comme descendante d’un roi arménien, est mentionnée (au début du xiiie siècle ?) comme abbesse du monastère Saint-Lazare (Florio Bustron, Historia o vero commentant de Cipro [xve s.], éd. R. de Mas Latrie, Chronique de l’Île de Chypre, Paris 1886, p. 211) ; R. H. Doulley, The historical signifiance of the translation of St Lazaros from Kypros to Byzantion, Byz. 19, 1949, p. 59-71.

29 En particulier Jean Chrysostome. Homélie sur Lazare, Basile, Homélie contre la richesse, Grégoire de Nazianze et Grégoire de Nysse, De l’amour des pauvres ; avec prudence quant à la traduction, florilège présenté par A. G. Hamman, Riches et pauvres dans l’Église ancienne, Paris 1982 (1re éd. 1962) ; M. B. Cunningham, Basil of Seleucia’s Homily on Lazarus. A new edition, An. Boll. 103, 1985. p. 161-184.

30 Le 2 mars, le 22 mai (date anniversaire de sa seconde mort) et le 3 août ; à Constantinople, le 4 mai (date de translation des reliques), le 17 octobre (essentiellement à Chypre), date de son arrivée dans l’île. En Occident, les martyrologes d’Adonet d’Usuard situent sa fête au 17 décembre, date qui s’impose dans la liturgie latine du Saint-Sépulcre.

31 Martyrologes et ménologes orientaux, éd. F. Nau, Paris 1915 (PO 10), p. 39, 83, 99, 104. 126, 131 ; Calendrier d’Abou’l-Barakât, éd. E. Tisserand, ibid., p. 266, 273-274 ; Chronique de Michel le Syrien V, éd. J.-B. Chabot, Paris 1905, p. 64 s., p. 27, 134, 147, 255, et Liste des évêques, p. 453-475. Sur l’importance du thème de Lazare, de la Guérison des lépreux et du Repas chez Simon dans l’iconographie : S. Der Nersessian, Manuscrits arméniens illustrés de la Bibliothèque des Pères Mekhitharistes de Venise, Paris 1936. L’importance de ce culte ressort de sa diffusion dans l’Église géorgienne à travers l’éloge attribué au moine sinaïte Jean Zosime : B. Martin-Hisard, La langue slave, la langue géorgienne et Byzance au xe siècle, Byzantinoslavica 50, 1989, p. 33-45 ; je remercie Bernadette Martin de ses précieuses indications.

32 Constantelos, Byzantine Philanthropy, p. 144.

33 M. Aubineau, Zoticos de Constantinople, nourricier des pauvres et serviteur des lépreux, An. Boll. 93, 1975, p. 67-108.

34 Cette tradition, qui remonte à Eusèbe de Césarée, est reprise par la Chronique d’Édesse (fin vie siècle) : présentation du dossier hagiographique et traduction des versions de La Doctrine d’Addaï par A. Desreumaux, Histoire du roi Abgar et de Jésus, Turnhout 1993, et Moïse de Khorène, Histoire de l’Arménie, trad. A. et J.-P. Mahé, Paris 1993, p. 181 -191. La version transmise par les Gesta Francorum (RHC Occ, III, Paris 1861, p. 542, note) diffère de cette tradition, faisant de son baptême dans la piscine par l’apôtre Thadée l’intermédiaire du miracle.

35 Jean Damascène (de Damas), moine au couvent de Mar Saba près de Jérusalem (f av. 753), est le maillon essentiel de cette tradition issue de la vie légendaire de Boudha (voir Vita sanctorum Barlaam eremitae et Josaphat Indiae regis, PL 73, col. 442-606, et PG 96, col. 859-1240) ; S. Der Nersessian, L’Illustration du roman de Barlaam et Joasaph, Paris 1937, et R. Manselli, The Legend of Barlaam and Joasaph in Byzantium and the Romance Europe, Rome 1957.

36 Paris, BNF, Évangéliaire de Poussay : Madrid, Escorial. Codex aureus ; E. Kirschbaum, Lexikon der christlichen Ikonographie 3, Rome-Fribourg 1990, col. 32 ; G. Millet, Recherches sur l’iconographie de l’Évangile aux xive, xve et xvie siècles, Paris 1916, p. 231-254, chapitre V, « Lazare » ; L. Réau, Iconographie de l’art chrétien, Paris 1957, p. 348-353.

37 Relatio de legatione Constantinopolitana, éd. J. Becker, Hanovre 19153 (MGH. Script, rer. Germ., 41), p. 175.

38 Afin d’alléger les références sur cette relation capitale, nous nous permettons de renvoyer à notre contribution. Saint Lazare, Fontevraud, Jérusalem, Robert d’Arbrissel et la vie religieuse dans l’Ouest de la France, Actes du colloque international de Fontevraud (déc. 2001), dir. J. Dalarun. Paris-Turnhout 2004, p. 199-238.

39 V. Saxer, Le culte de Marie Madeleine en Occident des origines à la fin du Moyen Age, Auxerre-Paris 1959 ; É. Pinto-Mathieu, Marie-Madeleine dans la littérature du Moyen Âge, Paris 1997 ; J. Dalarun, L’impossible sainteté : la vie retrouvée de Robert d’Arbrissel (v. 1045-1116), fondateur de Fontevraud, Paris 1985. p. 183-192, et Id., Madeleine. Histoire des femmes en Occident, dir. G. Duby, M. Perrot. Paris 1990. 2. Le Moyen Age, p. 45-50. Il n’est pas sans intérêt de noter le trajet de la « redécouverte » de saint Lazare et de son culte : Marseille, au centre du transit maritime avec l’Orient, vers 1040-1049, Autun en 1147.

40 Touati. Maladie et société, cité supra n. 9, p. 253-254.

41 C’est dire l’intérêt des correspondances avec les « sanctuaires » successifs où est portée la dépouille de Robert d’Arbrissel (André, Vita altéra, éd. Dalarun, L’impossible sainteté, cité supra n. 39, p. 295, § 66).

42 Par exemple, IIe homélie catéchétique de Sévère d’Antioche, Les « Homiliae cathedrales » de Sévère d’Antioche, éd. M. Brièle, Fr. Graffin, Turnhout 1971 (PO 36, 1), p. 67-71.

43 Sur ces correspondances, Touati, Maladie et société, p. 382-387.

44 A. Borg, Observations on the historiated Lintel of the Holy Sepulchre, Jerusalem, Journal of the Warburg and Courtauld Institutes 32, 1969, p. 25-40 et Id., The Holy Sepulcre Lintel, ibid. 35, 1972, p. 389-390 ; B. Kühnel, Crusader Art of the Twelfth Century, Berlin 1994, p. 42-47 et 197-199 ; N. Kenaan-Kedar, Les deux linteaux de l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, Les Croisades. L’Orient et l’Occident d’Urbain II à Saint Louis, 1096-1270 (Catalogue d’exposition. Jacobins, Toulouse), dir. M. Rey-Delqué. Milan 1997, p. 286-290. Aucune de ces études ne fait allusion au voisinage de Saint-Lazare.

45 Cl. Clermont-Ganneau, Archæological and epigraphic notes on Palestine, Palestine Exploration Fund 1901, p. 109-114 ; G. Schlumberger et al., Sigillographie de l’Orient latin, Paris 1943, n° 129 bis.

46 H. E. Mayer, Die Grundung des Doppelklosters St Lazarus in Bethanien, Bistümer, Klöster und Stifte im Königsreich Jerusalem, Stuttgart 1977 (Schriften der MGH 26), p. 372-402.

47 Touati, Maladie et société, p. 382 et 476-479 ; Id., Archives de la lèpre. Atlas des léproseries entre Loire et Marne au Moyen Âge, Paris 1996, p. 300. Cette identification aux pauvres, davantage qu’aux lépreux, a-t-elle été plus précoce en Italie du Sud (plus directement sous influence orientale ?) à en juger par la première occurrence qui semble y apparaître, au xe siècle ou au xie siècle ( ?), dans la Vie de saint Athanase de Naples (t 872), éd. MGH, SRL, Hanovre 1878, p. 445.

48 Donation de Chauffournois (L’Encloître, Indre-et-Loire) à Robert d’Arbrissel par Léon de Langeais, vers 1103 ; à ses côtés, son frère Dreux, « sur le point de partir à Jérusalem » (éd. J. X. Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d’Indre-et-Loire 3. Tours 1880, p. 7).

49 Acte de Foulque V en faveur de l’abbaye Saint-Florent de Saumur édité par J. Chartrou, L’Anjou de 1109 à 1151. Foulque de Jérusalem et Geoffroy Plantagenêt, Paris 1928, n° 37, p. 366.

50 Guillaume de Malines, prieur du Saint-Sépulcre en 1117, ou seulement à partir de 1128 ( ?), patriarche latin de Jérusalem de 1130 à sa mort en 1145 (Du Cange, p. 719-720 ; P. B. Gams, Séries episcoporum ecclesie..., Ratisbonne 1873, p. 462 ; G. Ouri, Guillaume de Messines, l’ermite de Fontaine-les-Blanches devenu patriarche de Jérusalem, Bulletin trimestriel de la Société archéologique de Touraine 37, 1973, p. 225 s.). H. E. Mayer, Die Kanzlei der lateinischen Könige von Jerusalem I, Hanovre 1996 (Schriften der MGH 40), p. 565, 582, 588-592, attribue la rédaction de cet acte au chancelier Élie suivant le style du formulaire (notum fieri volumus), ce qui ne fait qu’en renforcer la dimension « angevine »...

51 Gams, Series episcoporum ecclesie, cité note précédente, p. 452. Gormond de Picquigny (Somme), cinquième patriarche de Jérusalem, auquel succède, jusqu’en 1130, Étienne, ancien abbé de Saint-Jean-en-Vallée de Chartres.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540