Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Une autre fonction des capitaines de galées du marché vénitiennes : le contrôle des officiers d’outre mer

Doris Stöckly

Texte intégral

  • 1 B. Doumerc, Il dominio del mare, Storia di Venezia 4, Rome 1996, p. 113-180 ; D. Stöckly, Le systè (...)

1La splendeur notoire de la Sérénissime est due avant tout à sa forte position dans le commerce international maritime organisé en un véritable système de navigation d’État, mais on trouve également une navigation privée sous réglementation d’État1.

  • 2 Au début des convois on constate effectivement un nombre plus élevé d’investisseurs par galée qui (...)

2La commune de Venise avait recours en temps de paix à ses galées de guerre bien armées, mais d’assez faible tonnage, pour le trafic de biens précieux de faible volume, ce qui avait pour avantage de rentabiliser les navires de guerre et en même temps de protéger le transport de biens légers précieux. En mettant aux enchères tous les ans un nombre de galées limité sur différentes lignes, à des dates de voyage précises, des escales prescrites et en fonction de nolis définis, la Sérénissime contrôlait donc une bonne partie du grand commerce, tout en mettant à la disposition de ses hommes d’affaires la protection et les subventions nécessaires. Moyennant la somme offerte aux enchères les patrons se faisaient attribuer le droit d’effectuer un voyage commercial sous la protection des privilèges de la Commune. Pour les nobles, qui seuls se voyaient attribuer le droit de commander ces galées marchandes, et pour les négociants, ce système constituait une garantie de l’État pour leurs affaires. Les formes usuelles de contrats (la commande et la colleganza) permettaient aux Vénitiens moins aisés d’investir de petites sommes dans ce même commerce et de profiter ainsi de ces dispositions2. À côté de ce commerce dirigé par la Commune, un grand nombre de navires privés voyageaient sans être soumis à une réglementation aussi stricte : des navires ronds et des nefs, susceptibles de transporter avec un équipage réduit les grandes charges volumineuses, effectuaient le trajet à moindre coût.

  • 3 Pour l’organisation des territoires d’outre-mer, voir F. Thiriet, La Romanie vénitienne au moyen-â (...)
  • 4 M. Caravale, L’evoluzione delle strutture, Storia di Venezia 3, Rome 1997, p. 347 s.

3Dans l’intérêt du système, il fallait disposer d’un réseau de ports et de personnels participant au commerce dans les villes et territoires outre-mer produisant les biens convoités que les caravanes acheminaient. Des quartiers urbains, des comptoirs, voire des colonies vénitiennes, se développaient tout autour de la Méditerranée, en partie à la suite des croisades. Deux éléments de base pour le commerce international de Venise apparurent ainsi : les regimen, territoires entièrement sous domination vénitienne, et les rettorie, désignant la communauté des résidents vénitiens dans des contrées placées sous la juridiction d’une autorité locale3. L’administration était toutefois semblable à celle de la métropole : un seul homme, dépositaire du pouvoir de la Sérénissime et appelé bailli, recteur ou consul, la dirigeait, assisté par deux conseillers, tous patriciens élus à Venise par le Grand Conseil. Parallèlement un conseil local délibérait sur la politique locale. Le consul - en l’occurrence celui de La Tana, dont il sera plus loin question - emmenait sa familia, un certain nombre de fonctionnaires et serviteurs, des hommes d’armes, un scribe, un médecin, etc. Une partie de ces fonctionnaires d’outre-mer étaient également élus par la Sérénissime qui les rémunérait. Le consul touchait également un salaire et il lui était interdit de faire du commerce jusqu’à l’avant-dernier mois de sa mission. Au terme de celle-ci, limitée normalement à deux ans, il était tenu de rendre compte de sa gestion devant les officiers de la Razon4. L’Avogaria di Comun était également en mesure de mener des enquêtes auprès des administrations locales. Ainsi, le système du commerce international impliquait à côté des hommes d’affaires - voyageurs ou résidents - un personnel très important à Venise même et dans les comptoirs autour de la Méditerranée.

  • 5 Ibid.,p. 347.
  • 6 Thiriet, La Romanie vénitienne, cité supra n. 3, p. 198 s.

4Pour s’assurer un certain contrôle des agents et des territoires outre-mer, Venise avait recours à différentes formules, renforçant ainsi son pouvoir et garantissant la stabilité du droit pour ses sujets même à l’extérieur de la cité5 : d’une part, le consul et ses conseillers se surveillaient mutuellement et dès le milieu du xive siècle un sindicatus fut installé ; il était envoyé périodiquement par la Sérénissime pour enquêter sur les territoires et prendre les mesures nécessaires en vue d’améliorer l’administration locale6. D’autre part, celle-ci se servait également depuis le début du xve siècle des capitaines de convois de galées d’État, pour enquêter sur l’administration locale et porter les plaintes devant les tribunaux à Venise. Issus des familles les plus respectées et toujours très expérimentés aussi bien en matière de commerce que de navigation, ils étaient responsables des voyages dans le cadre du régime d’Etat et disposaient d’un pouvoir absolu sur l’équipage et les marchands embarqués. Ils prenaient connaissance des droits et devoirs qu’ils acceptaient par une déclaration écrite standardisée assortie d’un serment, appelée commissio.

  • 7 G. Gullino, L’evoluzione costituzionale, Storia di Venezia 4, cité supra n. 1, p. 348.
  • 8 Les additiones ou zonte, sont des commissions de Savi (sages) instaurées pour résoudre un problème (...)
  • 9 Et illis consulibus, consiliariis et aliis de familia dicti consuli qui videbuntur ipsi capitanei (...)
  • 10 Comissio Capitaneum Romaniae, ASV secreta commissioni reg. 4 fol. 5.

5En 1406 le Grand Conseil confie le contrôle des recteurs aux avocats de la Commune7, et en 1414, le Sénat et les additiones8 ajoutent dans les commissions des capitaines des galées de Romanie, outre le contrôle des galées, la surveillance des magistrats vénitiens d’outre-mer : en tant que représentants de la Signoria, ils assuraient la présence du pouvoir de l’Etat dans les territoires d’outre-mer, notamment à La Tana. Les capitaines des convois de galées marchandes prêtaient serment donc avant tout voyage quod debeant audire omnes conqueri volentes de consulibus, consiliariis, capellannus, [concurlatonibus ?] et aliis de familia consulum Tane et acipere omnes querellas et testificationes eis productas9. Une fois arrivés au terme du voyage, les capitaines de convoi devaient se présenter et proclamer publiquement la possibilité pour quiconque de déposer plainte auprès d’eux contre tout fonctionnaire du regimen, le consul aussi bien que sa familia et tout membre du conseil local. Les capitaines devaient également recevoir sous forme écrite toutes les plaintes et les témoignages. Quand ils étaient convaincus de la culpabilité d’un magistrat, ils lui donnaient l’occasion de prendre connaissance du dossier et l’invitaient à prendre position et à se défendre. Ils rapportaient ensuite le dossier d’accusation à Venise et le présentaient aux avocats de la Commune qui poursuivaient l’accusé suivant des règles définies10.

  • 11 Il doit s’agir du doge et de ses conseillers qui faisaient partie de la cour.
  • 12 Ruggiero, Politica et giustizia, Storia di Venezia 3, cité supra n. 4, p. 398 ; Caravale, Le istit (...)

6Pour garantir une certaine sécurité du droit dans cette ville, où le droit institutionnel n’avait qu’une importance relativement limitée, une procédure fixe, transparente et affirmée était nécessaire. Elle se déroulait devant le Sénat, les XL et l’additio11, et comportait en effet sept étapes : la dénonciation, qui pouvait émaner d’un individu aussi bien que d’un autre organe du gouvernement, la compilation de témoignages et de preuves, l’exposition du cas par les avocats devant la cour, la défense (avec une assistance légale pour qui n’était pas en mesure de se payer son propre avocat), la discussion de la sentence ou de la peine à envisager (votée à la majorité) qui était ensuite proposée par les avocats de la Commune aux XL, et enfin l’approbation de celle-ci (qui bien souvent était conforme à la contre-proposition des membres influents du conseil des LX, généralement inspirée par des motifs politiques, plutôt qu’à celle des avocats)12.

7La réglementation de l’État avait beau être très stricte, elle ne pouvait pas pour autant empêcher les conflits entre les divers agents aux intérêts très variés. Suivant leur nature, les litiges étaient traités par des institutions judiciaires différentes, notamment les Giudici di Petizion et l’Avogaria di Comun. Nous trouvons parmi les accusés des marchands, le personnel des galées, mais également des personnes restées à Venise. La nature des conflits dans le large cadre de la navigation commerciale était très variée ; elle allait d’inculpations de patrons de navires par les marchands pour avoir mal géré le voyage, à des accusations entre marchands et associés pour avoir fait de mauvaises affaires ou bien à l’inculpation de ceux qui profitaient de l’absence des hommes d’affaires pour en harceler les femmes ou extorquer des fonds à la famille restée à Venise.

  • 13 Avant la fin du xive siècle les cas de représailles et de faillites allaient également devant les (...)

8Devant les juges de la Pétition (giudici di petizion) étaient portés à la fois les différends commerciaux dépassant cinquante ducats, les dettes entre Vénitiens ou impliquant au moins un Vénitien, les questions concernant les sociétés et les colleganze, ainsi que les doutes sur des testaments13. Les patrons de galées pouvaient notamment être inculpés pour transport de marchandises interdites, pour refus de transport obligatoire de biens, pour des marchandises non parvenues à bon port ou arrivées en mauvais état. Les partenaires de sociétés commerciales portaient leurs différends devant le même tribunal quand les comptes étaient mal faits ou quand des dettes subsistaient.

  • 14 ASV Avogaria di Commun, Raspe, ACR 1, 126. etc.
  • 15 Pour le développement de leur compétences, voir Da Mosto, L’archivio di Stato di Venezia, p. 68.
  • 16 Caravale, L’evoluzione, cité supra n. 4, p. 348.
  • 17 Gullino, L’evoluzione costituzionale, cité supra n. 7, p. 348.
  • 18 A. Zannini, L’impiego pubblico, Storia di Venezia 4, p. 433.
  • 19 Ruggiero, Politica e giustizia, cité supra n. 12, p. 390 s. et note 5, p. 406.
  • 20 Ibid., p. 390 s.
  • 21 Ibid., p. 394.

9L’Avogaria di Comun intervenait pour tout cas d’infraction contre des réglementations officielles et défendait les droits des citoyens (cittadini) devant les grands conseils. Cette magistrature très ancienne jouait un rôle d’accusateur public et de cour d’appel en matière criminelle. Elle pouvait donc intervenir au cas où des galées étaient surchargées ou chargées à des endroits interdits. Le Sénat prescrivait en effet pour chaque galée la marchandise à charger et ne tolérait pas qu’elle prenne trop de poids en sorte que le voyage devienne dangereux. Les endroits de la galée où il était interdit d’entreposer des marchandises afin de ne pas empêcher la navigation, étaient bien définis. L’Avogaria di Comun intervenait aussi en cas de vol à bord, de déviation par rapport à la route prescrite, d’aide non apportée à navire en danger ou d’outrage à magistrat de la Sérénissime14. Les crimes tels les adultères, assassinats, viols et blessures avec plaies apparentes étaient également portés devant les trois avocats de la Commune15. Les procès contre les fonctionnaires des territoires d’outre-mer étaient menés par la même magistrature16. Depuis 1407 il lui incombait en outre de fournir les preuves de noblesse nécessaires pour être accepté au Grand Conseil17. Les avocats de la Commune n’avaient souvent pas de formation juridique et ne touchaient pas de salaire, comme tous les magistrats vénitiens, élus pour la plupart en fonction de leurs origines et non pas pour leur savoir spécifique18. Bien que n’exerçant aucun pouvoir législatif, ils étaient garants de la loi et représentaient en quelque sorte la mémoire de la Commune en collectant et supervisant ses activités dans ce domaine, avant tout constituées de partes (actes à valeur de loi) votées par les conseils législatifs de la ville (le Maggior Consiglio, la Quarantia et le Sénat). Afin d’assurer un certain contrôle sur les très nombreuses partes, un des trois avocats participait à chaque séance des conseils19. Entourés de notaires et de secrétaires, ils maîtrisaient un savoir juridique très étendu. Les avocats de la Commune, élus pour une période de seize mois à deux ans, disposaient donc de la plus grande expérience en matière pénale dans cette ville20. En absence de loi, les juges avaient le droit de trouver eux-même la norme ou la coutume qui leur paraissait convenir au cas à juger21.

10Un exemple d’inculpation d’un consul vénitien de La Tana illustre bien le fonctionnement effectif du contrôle administratif installé par la Sérénissime.

  • 22 ASV Avogaria di Comun, Raspe : ACR 7 fol. 177v.
  • 23 ASV Notatorio del Colleggio V, fol. 156, Senato Misti 53, fol. 138v, 161 v.
  • 24 ASV Petizion 45, fol. 5-7.
  • 25 ASV Petizion 38, fol. 119v s.

11Les registres Raspe de l’Avogaria di Comun nous présentent entre autres un cas exemplaire d’accusation contre le consul de La Tana de 1421 à 1423, Hermolao Valaresso22. Il arriva à La Tana avec le convoi des galées en automne 1421. Ce voyage laissa déjà des traces dans les sources, car contrairement à l’usage, il fut obligé par les patrons des galées de payer son trajet23, sans que nous en connaissions les motifs. Les témoignages mis à part, nous ne disposons que de très peu d’informations à son sujet. Un dénommé Hermolao Valaresso, marchand de draps, rentra en 1419 (probablement de Modon) pour s’installer avec sa famille à Venise24. S’il s’agit bien de notre personnage, il aurait donc intégré ses nouvelles fonctions peu après son retour, profitant probablement de l’expérience de son séjour précédent en Romanie. En 1426, donc après notre procès, les registres des Giudici di Petizion mentionnent encore un Hermolao Valaresso impliqué dans un litige avec Giovanni Manavan pour un transport de draps25. Il aurait donc repris ses activités après la condamnation par l’Avogaria di Comun. Nous savons en outre que, avec le même convoi, les galées amenaient aussi des arbalétriers à La Tana où la situation des Vénitiens face au khan de Crimée était si précaire qu’il avait été jugé nécessaire de renforcer les fortifications et de compléter l’armement des défenseurs.

  • 26 B. Doumerc, Les Vénitiens à La Tana au xve siècle, Le Moyen Âge 94/3-4, 1988, p. 363.

12Le poste de consul vénitien à La Tana avait été créé en 1333, après l’envoi d’une ambassade à la cour mongole26. Il dirigeait le comptoir, aidé par un conseil de douze marchands et un officier de police, l’amiratus (admiral), nommé par le Sénat vénitien. Les Vénitiens payaient une taxe annuelle au khan pour la location du sol occupé et un droit sur toute marchandise importée et exportée était prélevé. Les Vénitiens étaient contraints de faire de grands efforts pour fortifier la cité, car le comptoir de La Tana constituait un centre de commerce et d’artisanat régional important, en permanence attaqué par les khans locaux. L’offensive de 1418 qui causa la mort de tous les Vénitiens sur place, fut suivie d’importants efforts de reconstruction et de fortification. Les autorités vénitiennes firent garder les portes de la ville par des hommes d’armes supplémentaires venus exprès de Venise et, jusqu’en 1428, ils envoyèrent régulièrement des artisans et des matériaux (bois, fer) pour renforcer le mur d’enceinte. Tous ces hommes spécialisés dans la construction des fortifications voyageaient régulièrement sur les convois de galées. La ville se trouvait donc toujours en état de chantier et d’alerte lors du consulat de Hermolao Valaresso en 1421. Les témoignages apportés à son procès montrent en effet que la vie quotidienne dans les territoires d’outre-mer était dominée par le souci permanent de défense contre les princes locaux et l’attente de rares contacts avec la patrie.

  • 27 ASV Senato Misti 47 fol. 11, 18, 21, 119v s. ; Misti 53 fol. 54 ; Misti 54 fol. 116 s. ; Giudici d (...)

13En 1423, le capitaine Moyses Grimani (fils de Pietro) dirigea vers La Tana le convoi de trois galées dont le départ de Venise était fixé au 22 juillet. Deux des trois embarcations, dont la capitanea, avaient en fait pour destination le comptoir de Crimée situé sur la rive gauche de l’embouchure du Don en mer Noire, tandis que la troisième allait à Trébizonde. A bord de ce convoi — très probablement sur la galea capitanea - voyageaient comme à l’habitude un médecin-barbier et des arbalétriers, mais également le nouveau consul de La Tana et toute sa familia, qui allait remplacer Hermolao Valaresso à l’expiration de son mandat. Grimani avait une grande expérience de la navigation commerciale, car il avait été patron d’une galée sur la ligne de Beyrouth en 1405 et 1407, d’une galée de pèlerins allant à Jaffa en 1411, et capitaine du convoi d’Alexandrie en 142027.

14En 1423, l’ordo des galées prévoit un séjour à La Tana de huit à quatorze jours que Grimani comptait bien utiliser : à son arrivée, certainement dans les premiers jours d’octobre, il fit faire une proclamation qui appelait tous ceux qui n’étaient pas satisfaits du consul local et des autres officiers à déposer leurs plaintes. Grimani fut surpris par les querelles multe et infinite dont il écoutait les témoignages. Il les rassembla également sous forme écrite sans doute dans la seule journée du 6 octobre, date de la première accusation. Le lendemain, Valaresso devait avoir eu accès à tous ces éléments, car il refusa de saisir son droit de défense immédiat pour rejeter les accusations, alors qu’il y avait été invité.

15Il est fort probable que les deux galées du capitaine Grimani, en partance à la fin du mois d’octobre, ramenèrent Valaresso et sa familia à Venise où, peu après son retour, Grimani présenta le dossier aux avocats de la Commune qui mirent en place la procédure contre l’ancien consul menant à l’inculpation du 10 janvier 1424. L’inculpation et le jugement sont formulés en latin, tandis que les accusations, assez détaillées, sont rapportées en dialecte vénitien.

  1. Le 6 octobre 1423, Facio Chatufari, fils de Zan de Négrepont mort pour la Sérénissime comme comite d’une des galées de Négrepont combattant les Turcs, se plaignit devant le capitaine Moyses Grimani d’avoir été réveillé et tiré du lit par le cavalier du consul Valaresso et d’avoir été emprisonné sans raison. Il fut ligoté, puis torturé (soumis au torimento) sans qu’on lui fournisse d’explication. Lorsqu’il insista pour en avoir, on l’accusa d’avoir eu une relation avec une jeune femme de l’entourage du consul, ce qu’il nia fermement. Il assura donc avoir été accusé à tort et maltraité.
  2. Valaresso imposa à Giacomo de Bonaventura, qui se trouvait à cheval devant le château (castellum) du consul, de s’y présenter le lendemain matin sous peine de 50 besants. Lorsqu’il protesta contre le ton employé et la menace d’amende, l’entourage du consul le rattrapa sur le chemin de retour et le frappa si fort à coups de poings qu’il eut le nez cassé. Il fut poursuivi jusque sur le territoire des Génois. Le consul lui infligea en outre une peine de 500 besants et fit proclamer publiquement qu’il était accusé par Buran Taiapiera et donc invité à se défendre sur les marches (du château). Taiapiera assurant en fait qu’il n’avait jamais lancé d’accusation contre Bonaventura, celui-ci réclama réparation de la calomnie et du déshonneur public et exigea dommages et intérêts pour les blessures.
  3. Les maçons (murarius) Giacomo Andree, Nicolô de Corfou et l’ouvrier maçon (manoval) Andrea de Nactanno ainsi qu’un autre maçon se plaignirent du fait que le 29 [sic !] février dernier (nuper preterito, or ni l’année 1423 ni 1422 n’étaient des années bissextiles), Hermolao Valaresso leur avait ordonné de nettoyer la place publique enneigée. Mais comme ils estimèrent que cela ne faisait pas partie de leur travail, ils refusèrent. Le consul les fit alors ligoter et battre. En outre, le salaire de cinq besants par jour promis à Matheo, fils de feu Francesco, pour sa double qualification de spécialiste de maçonnerie et de charpente, ainsi que la récompense pour les fers qu’il avait apportés lui-même, ne lui furent pas payés. Il eut beau travailler un mois et demi, on ne lui donna pas plus de quatre aspres pour dix jours. Comme il cessa son ouvrage en signe de protestation, il fut incarcéré pendant huit jours et lorsqu’il reprit ses activités sur les murailles, Valaresso lui brisa la main droite avec une grosse pierre. Toute aide médicale lui fut refusée, le consul affirmant que lui-même s’y connaissait mieux que le barbier local.
  4. Vetor Baseio, fils de Jacomo, marchand, arrivé avec les galées de 1422, avait constaté que Valaresso achetait des marchandises acheminées sur une caravane. Mais au lieu de les charger sur les galées de la muda comme cela était exigé, il les fit transporter par la nave de Matheo de Polo, son compère. En outre, il acheta pour son propre compte du sel qu’il fit passer pour celui de son neveu Marcelo. Ce sel fut entreposé dans une maison louée par un Sarrasin qu’il expulsa en prétendant qu’elle était louée à Felipe Marcelo (son neveu ?). Enfin, il vendit des tissus qu’il mit au compte de la Commune pour une valeur de huit besants alors qu’ils n’en valaient que trois.
  5. Un tiers se plaignit au nom de Costanzo Gismondo d’avoir été interpellé par Valaresso, un soir où il était de garde. Valaresso lui demanda son épée sans fournir de raison. Gismondo ne réagissant pas, il se fit réitérer la demande. Pourtant, quand Valaresso exigea l’épée au nom de la Signoria, il la lui tendit immédiatement. Le consul se vexa néanmoins tellement qu’il fit ligoter Gismondo, lui infligea un coup qui aurait pu le tuer et le fit conduire dans le castellum où on le laissa ligoté sans soigner ses blessures. Par peur de Valaresso, Gismondo dut partir pour Caffa, ce qui lui causa grand dommage. Le barbier et des marchands furent cités comme témoins.
  6. Valaresso envoya deux de ses hommes pour chercher Zaccaria, fils de feu Sarafedin, Sarrasin. Ne le trouvant pas, ils emmenèrent sa femme et sa fille à la loggia devant Valaresso. Ce dernier donna cinquante coups de corde à la fille de Zaccaria et n’épargna pas sa femme enceinte. Puis Zaccaria lui-même subit le même châtiment. Déprimée et terrorisée, la femme perdit son enfant au sixième mois de grossesse.
  7. Derus Messo de La Tana accusa le consul de l’avoir violemment battu avec un étendard (stendardo) et de s’être approprié une esclave. A l’arrivée d’Ugolin de Russia, marchand d’esclaves, une des femmes s’échappa en effet sur le territoire vénitien. Valaresso la fit arrêter et l’amena chez lui. Derus Messo la rechercha partout pour le compte de son compagnon, mais le consul le mit à la porte en l’injuriant et en le battant si fort qu’il dut s’enfuir chez les Génois. Finalement Valaresso proposa tout de même de payer 150 besants pour l’esclave en question. Or, Messo estimait qu’elle en valait 250. Il exigea donc son droit pour l’esclave et compensation pour les coups reçus.
  8. Andrea de Modrussa, ouvrier maçon (manoval) de la Signoria travaillait dans une fosse de la Ca Foscarini à côté d’une montagne de sel28, lorsque Valaresso lui demanda de vider la fosse et de transporter le sel ailleurs, parce qu’il voulait la louer. Andrea dit avoir été embauché par la Signoria pour travailler aux murailles de La Tana et non pour transporter du sel. Ceci vexa tant le consul qu’il le frappa et le laissa si grièvement blessé qu’il ne put quitter le lit pendant deux mois. Ses soins lui coûtèrent plus de dix ducats, qu’il exigea en dédommagement. Puis le consul voulut faire construire une loggia et confisqua dans ce but le bois de Thomas Cornario. Les artisans refusèrent encore d’y travailler et Andrea fut chargé de les punir par des coups. Parce qu’il refusa, le consul le frappa de nouveau si fort que les blessures nécessitèrent les soins du médecin-barbier qui servit en même temps de témoin. Le consul brûla tout le bois de Cornario pendant l’hiver.
  9. Thomas Cornario ancien trucimanus (traducteur) de la Commune se plaignit du fait que le consul s’était approprié sans le payer le bois de construction que Cornario avait fait venir. Lorsqu’il protesta, le consul l’emprisonna pendant plus de deux mois et demi au cours desquels il ne put vaquer à ses affaires. Le fils de Cornario racheta du bois pour son père, mais se le vit encore confisquer par le consul qui l’utilisa pour le chauffage. A sa sortie de prison, Thomas fut privé de son poste de traducteur, il ne lui resta plus qu’à partir pour Caffa. Il exigea son salaire pour la deuxième année de son contrat et 300 ducats en compensation.
  10. Zan de Larti avait acheté une maison à La Tana qu’il habitait seul. Le consul Valaresso l’obligea à héberger Zan de Fior. En échange on lui promit de payer le logis, mais ni Fior ni le consul ne le firent. Après que Zan eut porté plainte, Valaresso brisa la porte de sa maison et envoya des arbalétriers avec ordre de l’emmener en prison où il resta plus de deux mois. Larti exigea un dédommagement pour le coût du logement et l’emprisonnement injustifié ainsi que le bris de la porte.
  11. Juste avant le départ des galées pour La Tana, Hermolao Valaresso demanda au frère (pre) Andrea de Mezze s’il ne voulait pas s’associer à sa familia en tant que chapelain. Valaresso lui promit bien des choses, maison et nourriture tout au long de sa mission et lui offrit même un matelas-lit pour le voyage à bord du navire. Mais au départ Mezze dut écrire trois lettres au nom de Valaresso qui n’en fut pas satisfait. Il l’injuria publiquement, portant ainsi atteinte à son honneur de chapelain. Lorsque celui-ci voulut à plusieurs reprises quitter son poste, il se trouva toujours retenu par le consul. Lors de la procession de corpus Christi le consul injuria et maltraita le frère de Mezze qui s’enfuit parce qu’il n’avait pas pris la tête de la procession malgré l’ordre de Valaresso. Les arbalétriers du consul le retrouvèrent et le malmenèrent malgré une menace d’excommunication.
  12. Niccolò Morosini, fils de feu Gasparin, se plaignit pour lui-même et au nom de son fils Sandro pour irrégularité dans les affaires du consul. La ziguda [ ?] très utile qu’ils avaient envoyée de Constantinople à La Tana fut nolisée par Sandro à des Génois. Il s’avéra pourtant que Valaresso la convoitait pour le compte de la coque d’Antonio Polo, son parent. Sandro ne pouvant annuler le nolisement, il se trouva emprisonné. Par conséquent il ne put vaquer aux affaires familiales et la place louée au prix de 14 000 ducats dans la coque de Marco Barbarino pour transporter du caviar et des esclaves resta pratiquement vide. En outre, avant d’être emprisonné, Sandro avait acheté un poêle entreposé sur un terrain, ce qui déplut à Valaresso qui amena le poêle en question dans la maison de Michali Mitrioti où tout le bois fut brûlé. Nicole envoya à son fils par les galées de 1421 (capitaine Vido da Canal) des tissus (17 balle di panni) et des camelots (16 carats) d’une valeur de 2 144 ducats, mais ils furent imposés par le consul pour 2 700 ducats. Morosini protesta contre le nolis trop élevé. Pour obtenir un dédommagement correct, Morosini fournit des chiffres très exacts et cita des témoins en même temps qu’il exigea une justification et les preuves de Valaresso.

16Les accusations détaillées de ce procès nous montrent une palette assez large de délits susceptibles d’être jugés ainsi que divers aspects de la société vénitienne à La Tana au début du xve siècle : le bois utilisé pour la construction, le chauffage et la cuisine, semble avoir été rare et précieux. Le consul fut accusé à trois reprises de fraude sur le bois. Il s’appropriait également la marchandise d’autrui au point de voler pratiquement une esclave en fuite. Valaresso effectua des affaires pour son propre compte et les dissimula en les faisant passer pour des affaires de ses proches. Il abusa de sa position pour obtenir de meilleurs revenus au détriment des marchands présents, par exemple en leur imposant trop de tâches. Il abusa de son pouvoir en faisant travailler pour ses propres besoins des maçons et d’autres ouvriers envoyés par la Sérénissime pour la défense de La Tana, parfois même en leur fixant des tâches inappropriées. Même sa familia ne fut pas à l’abri de ses mauvaises intentions : il promit des salaires et des récompenses qu’il ne donna pas.

17Il nous est également permis d’avoir un aperçu des relations avec les Génois : leur territoire est considéré comme terre totalement étrangère qui peut néanmoins servir de refuge. Les mœurs de la petite société de Vénitiens, composée avant tout d’hommes isolés et toujours sur le qui-vive, sont en effet assez rudes : on se bat facilement, en ayant bien souvent recours dans des controverses personnelles aux armes dont le port était habituel. En outre arbitraire et torture semblent bien être à l’ordre du jour. Il semblerait néanmoins que Valaresso ait abusé particulièrement de son pouvoir en frappant et incarcérant ses concitoyens et son personnel qui ignoraient totalement les raisons de ses colères.

18Les avocats de la Commune qui avaient bien pris note des accusations présentèrent alors leur demande de sanction devant le Sénat, les XL et les additones. Nous n’avons sur le procès pas d’autre information que le vote final : cette assemblée de 129 personnes vota par 43 voix de non sincere (sans décision), 77 voix pour et 9 contre pour une peine de six mois de cachot inférieur et une amende de 500 livres. Valaresso ne devait être libéré qu’au moment où la somme serait payée. Par ailleurs il fut privé pendant cinq ans de toute fonction publique (regimen) hors de la ville de Venise, notamment du consulat de La Tana. Thomas Cornario, que Valaresso avait renvoyé du poste de traducteur, retrouva celui-ci pour une nouvelle période de deux ans. Une dernière clause d’usage régulier dans les sentences rappela qu’aucune grâce, révocation, rémission ou suspension ne serait possible sous peine d’une amende de 500 ducats pour quiconque voudrait revenir sur ce jugement. Une demande dans ce sens devait même être sanctionnée par une peine identique et toute demande de grâce de cette peine devait également être sanctionnée par la même peine et ainsi de suite.

  • 29 G. Ruggiero, Law and punishment in early renaissance Venice, The Journal of criminal Law and Crimi (...)
  • 30 Id., Politica e giustizia, p. 403.

19Il s’agit dans le cas d’Hermolao Valaresso d’une sentence tout à fait habituelle, car dès le xive siècle, l’incarcération remplaça de plus en plus les amendes, surtout quant il s’agissait d’accusés peu fortunés. Les prisons étaient en effet surpeuplées : tous ceux qui n’étaient pas en mesure de payer leurs amendes restaient incarcérés pour une durée indéterminée. La justice vénitienne tendit à infliger davantage d’amendes pécuniaires à des nobles, par égard pour leur position, mais aussi pour remplir ses caisses29. Plus tard la prison fut remplacée par la peine des galères ou le bannissement et les punitions corporelles furent réintroduites30. Valaresso versa donc une somme considérable et la gravité relative des faits se reflète dans la durée de la peine de prison qui se situe dans la moyenne des sentences prononcées. La Sérénissime utilisa donc l’appareil pénal d’une façon très pragmatique et rationnelle afin d’en tirer le meilleur profit pour la Commune. Elle ne ménageait donc pas outre mesure les fonctionnaires abusant de leurs droits et garantissait ainsi la stabilité du droit nécessaire au commerce international florissant.

Notes

1 B. Doumerc, Il dominio del mare, Storia di Venezia 4, Rome 1996, p. 113-180 ; D. Stöckly, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise, Leyde 1995 (The medieval Mediterranean 5).

2 Au début des convois on constate effectivement un nombre plus élevé d’investisseurs par galée qui par la suite se concentre sur quelques familles riches, voir B. Doumerc, D. Stöckly, L’évolution du capitalisme marchand à Venise : le financement des galere da mercato à la fin du xve siècle, Annales, Histoire, Sciences Sociales 50/51, 1995, p. 133-147.

3 Pour l’organisation des territoires d’outre-mer, voir F. Thiriet, La Romanie vénitienne au moyen-âge : le développement et l’exploitation du domaine colonial vénitien, Paris 1959 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 193), p. 191-198.

4 M. Caravale, L’evoluzione delle strutture, Storia di Venezia 3, Rome 1997, p. 347 s.

5 Ibid.,p. 347.

6 Thiriet, La Romanie vénitienne, cité supra n. 3, p. 198 s.

7 G. Gullino, L’evoluzione costituzionale, Storia di Venezia 4, cité supra n. 1, p. 348.

8 Les additiones ou zonte, sont des commissions de Savi (sages) instaurées pour résoudre un problème défini, mais devenues stables, qui participaient par exemple à la Signoria, A. Da Mosto, L’archivio di Stato di Venezia : indice generale storico, descrittivo ed analitico 1, Roma 1937, p. 22.

9 Et illis consulibus, consiliariis et aliis de familia dicti consuli qui videbuntur ipsi capitanei fefelisse seu fecisse contra debitum juris debeat dictus capitaneus percipere quod ad complementum regiminum suorum debeant cum prima muda navium seu galearum venire Venecias et presentare se coram domino et advo-catores communis, aliter contra eos procederetur, eorum absentla non obstante. Et quod capitaneus ipsarum galearum debeat, quando reverleritur Venecias, omnes taies processus presentare advocatores comunis qui advocatores eos debeant contra tales delinquentes procedere secundum suum officii liber-tate, Ita tamen quod quando capitaneus, postquam acceperit dictas denuncias et testificationes, debeant dare in scriptis ipsas accusas seu capitula, dare dictis consulibus et facere quod dent in scriptis eorum responsiones et eorum testes in Tana, ASV ACR Raspe 7. 177v.

10 Comissio Capitaneum Romaniae, ASV secreta commissioni reg. 4 fol. 5.

11 Il doit s’agir du doge et de ses conseillers qui faisaient partie de la cour.

12 Ruggiero, Politica et giustizia, Storia di Venezia 3, cité supra n. 4, p. 398 ; Caravale, Le istituzioni, cité supra n. 5. p. 341.

13 Avant la fin du xive siècle les cas de représailles et de faillites allaient également devant les Giudici di Petizion, Da mosto, L’archivio di Stato di Venezia, cité supra n. 8, p. 92.

14 ASV Avogaria di Commun, Raspe, ACR 1, 126. etc.

15 Pour le développement de leur compétences, voir Da Mosto, L’archivio di Stato di Venezia, p. 68.

16 Caravale, L’evoluzione, cité supra n. 4, p. 348.

17 Gullino, L’evoluzione costituzionale, cité supra n. 7, p. 348.

18 A. Zannini, L’impiego pubblico, Storia di Venezia 4, p. 433.

19 Ruggiero, Politica e giustizia, cité supra n. 12, p. 390 s. et note 5, p. 406.

20 Ibid., p. 390 s.

21 Ibid., p. 394.

22 ASV Avogaria di Comun, Raspe : ACR 7 fol. 177v.

23 ASV Notatorio del Colleggio V, fol. 156, Senato Misti 53, fol. 138v, 161 v.

24 ASV Petizion 45, fol. 5-7.

25 ASV Petizion 38, fol. 119v s.

26 B. Doumerc, Les Vénitiens à La Tana au xve siècle, Le Moyen Âge 94/3-4, 1988, p. 363.

27 ASV Senato Misti 47 fol. 11, 18, 21, 119v s. ; Misti 53 fol. 54 ; Misti 54 fol. 116 s. ; Giudici di Petizion 20 fol. 34 s. et 21 fol. 31. Aucune de ces sources ne nous donne de patronyme.

28 Il s’agit probablement du sel de mer qui était stocké sous forme de grande colline et couvert d’argile pour le garder intact jusqu’au moment du transport.

29 G. Ruggiero, Law and punishment in early renaissance Venice, The Journal of criminal Law and Criminology 69, 1978, p. 250.

30 Id., Politica e giustizia, p. 403.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540