Version classiqueVersion mobile

Maurice Halbwachs

 | 
Yves Déloye
, 
Claudine Haroche

Première partie. Halbwachs et les sciences sociales

Maurice Halbwachs, la créativité en sociologie

Pierre Ansart

Texte intégral

1Avant de commencer mon exposé, j’aimerais rappeler l’image que Maurice Halbwachs nous donnait de la sociologie dans ses cours à la Sorbonne. Lorsque je pénétrais à la Sorbonne pour la première fois, en octobre 1941, il était chargé du cours de sociologie et je suivis régulièrement son enseignement pendant l’année 1941-1942. Maurice Halbwachs ne cherchait pas à éblouir ses étudiants, il ne cherchait pas à construire de brillantes conférences, il ne cherchait pas non plus à nous expliquer dogmatiquement ce qu’était ou ce que devait être la sociologie. Il nous montrait simplement comment il travaillait. L’étudiant qui l’écoutait lire ses notes avait l’impression de le suivre dans son laboratoire et de le regarder travailler. Il avait choisi cette année-là d’exposer ses travaux sural classe ouvrière en commençant par le rappel des chiffres, puis en rassemblant ses recherches antérieures sur le sujet et en faisant succéder différents modes d’approche. J’étais, comme la plupart de mes camarades, dans le petit groupe que nous formions, fasciné par ce cours qui nous entraînait loin de l’érudition littéraire ou philosophique, mais surpris, étonné parfois, par certaines affirmations. Et, confusément, sans pouvoir l’exprimer clairement, je me demandais comment il procédait pour maîtriser tant de données différentes et de points de vue différents.

2C’est un peu cette même question que je voudrais reposer en la formulant autrement. L’œuvre de Maurice Halbwachs, œuvre très considérable en étendue, a deux particularités majeures : la diversité des domaines abordés et le renouvellement des hypothèses et des méthodes. Diversité des objets : Halbwachs traite successivement ou simultanément de sociologie économique, de morphologie sociale (selon le vocabulaire de l’époque), de démographie urbaine, il aborde la socio-histoire des villes, il consacre son ouvrage le plus volumineux à la question du suicide et de ses causes ; en 1925, il jette les fondements de la sociologie de la mémoire, problème qu’il ne cessera ensuite de reprendre et de repenser, sans néanmoins délaisser ses travaux sur les classes sociales, sur les motivations propres aux différentes classes, par exemple. Renouvellement des méthodes : dans son livre de 1930 sur les causes du suicide, il fonde toutes ses analyses sur les données statistiques, mais dans ses travaux sur la mémoire, il délaisse complètement cette méthode. Œuvre donc considérable, exceptionnellement riche et, en certaines de ses parties, fondatrice de problématiques neuves, mais souvent énigmatique par cette extrême pluralité des domaines, des hypothèses et des méthodes.

3La question à laquelle je voudrais essayer de répondre interroge cette singulière créativité. Comment rendre compte de cette aptitude à renouveler les objets d’étude, comment expliquer, s’il est possible, la création de nouveaux territoires de la sociologie, de nouvelles hypothèses et de nouvelles conceptualisations ? Quelle est la dynamique de la recherche étude la création au sein même de l’œuvre ? Et au terme de ce parcours, a-t-il abandonné partiellement ou complètement ses conceptions initiales ?

L’hypothèse fondatrice

  • 1 Cf. C. Topalov, « Maurice Halbwachs et les villes (1908-1912). Une enquête d’histoire sociale des (...)
  • 2 M. Halbwachs, La Classe ouvrière et les niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins d (...)

4S’il y a bien une extrême diversité des domaines abordés, il nous faut, en contrepartie, mettre en relief l’hypothèse fondatrice, l’axe initial de réflexion, qui, est exprimé dès les premiers travaux, les thèses des années 1909 et 1912. Dans sa thèse de droit, en 1909, Les Expropriations et le prix des terrains à Paris (1860-1900), Halbwachs se propose de démontrer qu’un phénomène apparemment historique et ne relevant, semble-t-il, que de l’approche traditionnelle procédant à l’étude des décisions des autorités et des urbanistes, obéit, en fait, aux pressions du « milieu social »selon son expression. Loin que le remodelage du centre de Paris ait été l’œuvre des dirigeants politiques, de Haussmann et des spéculateurs, comme on le croit généralement, ce remodelage urbain fut, en réalité, la conséquence de pressions plus générales et profondes issues des mouvements de population1. Les expropriations et les ouvertures de voies nouvelles ne sont pas les effets de quelques décisions arbitraires, mais elles résultent, montre-t-il, des besoins de circulation liés aux mouvements de la population que révèle l’étude de ses transformations « morphologiques ». Et, de même, dans sa thèse de 1912, sur La Classe ouvrière et les niveaux de vie2, Halbwachs développe la thèse selon laquelle on ne peut expliquer la répartition des dépenses par le seul montant des revenus ouvriers, mais qu’il faut tenir compte du facteur essentiel qu’est le niveau de vie ouvrier et dans ce concept de niveau de vie, Halbwachs inclut les habitudes quotidiennes et la représentation que se font les ouvriers des biens considérés comme les plus importants.

  • 3 É. Durkheim, Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Alcan, 1895, chap. V.

5Ces hypothèses initiales ne seront jamais abandonnées dans leurs grandes lignes et ne cesseront de fournir les points d’ancrage et les orientations de la critique. Contre les historiens (et ultérieurement contre les psychologues) tentés de rendre compte des faits à partir de phénomènes isolés et particuliers, contre les approches individualistes expliquant les consommations par les jugements et les choix individuels, Halbwachs se propose de démontrer que c’est la restitution du contexte social qui permet d’expliquer ces faits : ce sont les caractéristiques propres à la classe ouvrière qui font comprendre pourquoi les ouvriers manifestent les mêmes besoins malgré leur diversité. Halbwachs met donc clairement en œuvre les principes durkheimiens selon lesquels il faut expliquer les faits sociaux par les faits sociaux3, écarter les explications annexes et observer les organisations sociales qui influencent les individus dans leurs comportements. Halbwachs qui a rejoint la rédaction de l’Année sociologique en 1908, et qui participe alors à la création du Groupe d’études socialistes, ne se départira pas des grandes lignes de ce programme de recherche. Le choix politique n’en est pas indifférent, il trace une préoccupation permanente, celle de privilégier les causes et les problèmes sociaux, par-delà les attitudes partisanes.

La critique des hypothèses de base

6Ces principes d’inspiration durkheimienne constituent l’objectif fondamental des recherches, l’arsenal intellectuel qui fournit les mises en garde et les réserves à l’égard des sciences sociales ou psychologiques qui les négligent. Mais Halbwachs ne se soucie pas de leur donner une forme dogmatique, il ne cherche pas à les ériger en règles mais à les appliquer êta les vérifier dans ses recherches. Dès lors les principes fondamentaux ne sont pas seulement des lignes directrices constituants pour des programmes de recherches, mais aussi des instruments à préciser, à redéfinir et, éventuellement à critiquer pour les rendre plus opératoires.

7Deux impératifs que se donne Halbwachs le poussent à ces révisions : l’impératif de reconnaissance de la complexité et le souci de l’empiricité. Les Causes du suicide offre à Halbwachs une occasion cruciale de mettre en question des affirmations catégoriques d’Émile Durkheim simplifiant à l’extrême les relations sociales. L’introduction de cet ouvrage met en question l’affirmation des Règles de la méthode sociologique selon laquelle l’objet de la sociologie serait la mise en évidence des seules « causes », c’est-à-dire, selon la définition durkheimienne des faits sociaux :

  • 4 É. Durkheim, Les Règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1947, p. 5.

« [...] des manières d’agir, de penser et de sentir, extérieures à l’individu, et qui sont douées d’un pouvoir de coercition en vertu duquel ils s’imposent à lui... »4

8Halbwachs s’interroge tout d’abord sur le rejet ainsi affirmé de prendre en compte les « motifs », les raisons psychologiques des suicides.

9« Cette distinction si tranchée, entre les motifs et les causes serait », écrit Halbwachs, « vraisemblable » s’il n’existait aucun rapport entre les causes objectives des suicides et les motivations psychologiques des suicidés, or, ajoute-t-il :

  • 5 M. Halbwachs, Les Causes du suicide, Introduction, Paris, Alcan, 1930, p. 12.

« Lorsqu’au dénuement affectif d’un célibataire vient se joindre le déclassement ou le déshonneur de l’homme ruiné, l’isolement moral du malade ou du désespéré, ce sont deux états de même nature qui se superposent, ce sont des forces du même genre qui combinent leur action. Il n’y a donc aucune raison, dans une explication du suicide, d’exclure les unes et de retenir les autres. »5

10Cette réintroduction des motifs, et donc des dimensions psychologiques des comportements suicidaires, de l’expérience affective et cognitive du candidat au suicide, correspond à une mutation importante dans l’épistémologie d’Halbwachs, comme nous le verrons ultérieurement. Cependant elle ne signifie pas le rejet des principes durkheimiens, comme lesouligne la page suivante de l’Introduction :

  • 6 Ibid., p. 13.

« Ainsi, les suicides s’expliquent toujours par des causes sociales. Mais celles-ci se présentent tantôt comme des forces collectives proprement dites, telles que les coutumes familiales et religieuses ou les grands courants politiques et nationaux, et tantôt sous la forme de motifs individuels, plus ou moins nombreux et répartis de façon différente suivant que la société est elle-même plu sou moins complexe. »6

11Cette rectification en entraîne d’autres, celle, en particulier, qui consiste à réintroduire l’examen des maladies mentales dans les « causes » du suicide, et de reconsidérer les explications médicales que Durkheim avait exclues du débat. Cette rectification invite aussi à restituer la situation du candidat au suicide et la représentation qu’il en avait.

  • 7 M. Halbwachs, La Théorie de l’homme moyen, essai sur Quételet et la Statistique morale, Paris, Alc (...)

12Non moins importante, pour cette reconsidération critique des thèses durkheimiennes, est le reproche de réduction des complexités qui leur est fait. C’est, dans l’œuvre d’Halbwachs une thèse permanente : c’était la critique essentielle qui avait été faite en 1912 à la conception de « l’homme moyen » développée par Quételet7. Halbwachs s’inquiète du morcellement opéré par l’analyse, il s’inquiète de la décomposition des causes, qui risque de faire méconnaître la complexité des réalités sociales. Il convient, écrit-il, de replacer les faits dans leur contexte, et, autant qu’il est possible de les repenser dans le milieu, dans la totalité sociale, où ils se manifestent. Contre Durkheim, par exemple, il estime qu’il est impossible d’étudier séparément l’importance du facteur religieux sur le suicide, et d’ignorer les facteurs domestique, politique, économique ou géographique.

13Ces remarques ne conduisent pas, dans son ouvrage sur Les Causes du suicide, à une rupture avec le paradigme de Durkheim. Il s’agit, en quelque sorte de mettre la théorie à l’épreuve, de la confronter avec les nouvelles données, de travailler à partir du modèle initial pour l’améliorer, d’inventer, par ce travail critique, les corrections jugées nécessaires afin de l’adapter aux réalités.

Du libre usage des méthodes

14Une deuxième source de l’inventivité sociologique réside, me semble-t-il, dans l’utilisation des méthodes de recherche et dans la conception décente utilisation.

15Le cas le plus exemplaire de ce recours aux méthodes nous est donné par l’usage que fait Halbwachs des statistiques du suicide. Dans son Introduction aux Causes du Suicide, il pose pour principe que seul l’examen rigoureux des données quantitatives permet, dans ce domaine, de répondre aux questions sur la nature et les raisons du suicide, et il évoque ici l’insuffisance d’une sociologie descriptive :

  • 8 M. Halbwachs, Les Causes du suicide, op. cit., p. 5-6.

« Il ne suffit pas de peindre les coutumes, les croyances, les manières d’être et d’agir, telles qu’on peut les observer dans une région. Une description de ce genre qui ne s’accompagne pas de données quantitatives demeure imprécise, et ne conduit qu’à des conclusions incertaines. »8

16Comme Durkheim en avait montré la voie, il s’agit tout d’abord de rassembler les données sur les chiffres des cas de suicides établis par les organismes administratifs de différentes nations européennes. Un premier travail s’impose, celui du choix raisonné de ces données, de leur recueil et de leur collation, celui, aussi, d’une critique de leur fiabilité. À ce niveau, une recherche n’est jamais définitive : trente trois ans après la publication du maître-livre de Durkheim sur ce sujet, d’autres données ont été ont été établies dont il faudra rendre compte et dont on peut prévoir qu’elles corrigeront les conclusions établies antérieurement. C’est en ces termes qu'il conviendrait d’entendre cet « empirisme rationaliste » qu’il se propose de réaliser.

  • 9 M. Halbwachs, « L’expérimentation statistique et les probabilités », Revue philosophique, (1923), (...)

17Le travail du statisticien se poursuit sur ce matériel rectifié : rechercher les corrélations, mesurer les écarts, détecter les variations et les répétitions. Halbwachs use du mot « expériences » pour désigner ce travail9. Il s’agit de se donner des hypothèses d’interprétation, puis de vérifier expérimentalement si elles se vérifient ou si elles sont invalidées par le calcul. Est-ce que, par exemple, les taux de suicide varient, non seulement entrées différents pays européens, mais entre les régions ou provinces, entre les grandes, moyennes et les petites villes ? Ce sont là des hypothèses plus fines que celles que Durkheim avait élaborées. C’est que les chiffres reparlent pas d’eux-mêmes : il ne suffit pas de constater des données et leurs « variations notables », il importe, certes, d’user des meilleurs modes retraitement statistique mais surtout, il importe d’inventer les meilleures hypothèses, celles qui seront confirmées ou mettront sur la voie d’autres hypothèses susceptibles d’être confirmées.

18Il ressort de cette conception de l’usage des statistiques en sociologie, que les réponses ne sont pas fournies par les chiffres au chercheur. Les données chiffrées sont indispensables dans certaines recherches où le quantitatif est accessible, mais les chiffres ne suppriment pas la tâche primordiale de l’invention des hypothèses. De plus, cette insistance mise sur le travail inventif suggère que d’autres méthodes sont possibles, plus descriptives et qualitatives, où les chiffres sont inopérants mais pour lesquelles le travail d’invention des hypothèses et de conceptualisation restera essentiel.

19Cette conception des méthodes, faisant du chercheur le maître d’œuvre des instruments méthodologiques, rend possible la diversité des instruments et la pluralité de leur choix. Elle explique en partie l’extrême contraste des procédures entre les deux œuvres maîtresses que sont Les Cadres sociaux de la mémoire (publiés en 1925) et Les Causes du suicide (publiés en1930). Dans Les Cadres sociaux, Halbwachs fait appel à ce qu’il appelle la « méthode d’observation intérieure », par laquelle l’analyste examine ses propres souvenirs et le fonctionnement de sa mémoire, puis il élabore la notion de cadres sociaux. Dans Les Causes du suicide, il fait, au contraire, du traitement statistique l’instrument essentiel de l’enquête. Halbwachs récuse, en fait, l’enfermement méthodologique et privilégie la liberté d’invention face à la diversité des données.

Des terrains et des sources d’information multiples

20Une troisième source d’inventivité me paraît provenir de la pluralité des recherches, de la pluralité des terrains de recherche et de la diversité des sources d’information :

21– Diversité des terrains. Ne citons que les principaux : les expropriations à Paris, de 1860 à 1900 ; l’évolution des besoins dans la classe ouvrière ; les causes du suicide ; les cadres sociaux de la mémoire ; la topographie légendaire des Évangiles ; la mémoire collective chez les musiciens. Ce sont là les objets d’étude auxquels Halbwachs a consacré des recherches étendues. Mais il en est d’autres, publiés sous forme de « Mémoires » ou de longs articles dont la diversité montre la singulière ampleur des curiosités et des intérêts : citons pêle-mêle, les « Plans d’extension de Paris du xviie au xixe siècles » ; « Berlin et son extension » ; « La population d’Istanbul depuis un siècle » ; « L’interprétation du rêve chez les primitifs » ; « La représentation de l’âme chez les Grecs » ; et plusieurs articles sur les budgets ouvriers, et sur les méthodes en sociologie...

  • 10 Cf. O. Martin, « Maurice Halbwachs et les sciences humaines de son temps », Revue d’histoire des s (...)
  • 11 « À celui qui aborde sans idée préconçue, sur le terrain des faits, l’antique problème des rapport (...)

22– À cette pluralité des terrains correspond une pluralité des sciences humaines et des sciences sociales abordées. Halbwachs ne se limite pas à la seule sociologie dans son acception durkheimienne. Il s’intéresse à l’anthropologie, à la démographie, à cette morphologie dont une partie deviendra la géographie humaine, aux sciences économiques et à la sociologie économique, à l’histoire, mais aussi à la psychologie, à la psychologie collective10. Chacune de ces sciences sont utilisées ou redéfinies selon les problèmes rencontrés. De même que sont repensés ou critiqués les auteurs contemporains auxquels Halbwachs consacre des comptes rendus dans l’Année sociologique ou d’autres revues : Max Weber, Vilfredo Pareto, Charles Blondel, Marcel Granet, John Maynard Keynes, Thorstein Veblen, Werner Sombart. Halbwachs ne cesse d’actualiser, dans ces années 1910-1940, une culture encyclopédique dans le domaine des sciences humaines et sociales. C’est dans ce contexte culturel qu’il est conforté ou, au contraire, provoqué à réagir contre des thèses qui lui paraissent directement contraires à ses hypothèses fondamentales. C’est, en partie, le cas pour les travaux de Charles Blondel, mais, sans aucun doute, la rencontre la plus provocatrice (et la plus créatrice) fut la lecture et la réflexion critique des thèses de Bergson, la prise de conscience de la profonde contradiction entre les analyses de Matière et Mémoire et les hypothèses sociologiques sur le rôle de la culture sociale dans toute connaissance. Le prestige de Bergson, la diffusion considérable de ses travaux par-delà les limites du milieu philosophique, la connaissance personnelle qu’avait Halbwachs de l’auteur de l’Essai sur les données immédiates de la conscience, tous ces éléments rendaient éminemment attrayante la contradiction. La théorie de la mémoire développée par Bergson était d’autant plus provocante pour Halbwachs qu’elle se situait dans le débat métaphysique du dualisme, affirmait « la réalité de l’esprit et la réalité de la matière » sans aucunement interroger « l’influence » du milieu social, ce qui était le thème fondamental d’Halbwachs11. Dans son ouvrage de 1896, Bergson abordait les problèmes essentiels d’une théorie de la mémoire ; la nature des souvenirs, les questions de la remémoration, de la localisation des souvenirs, offrant ainsi et à chaque pas les chapitres d’une réflexion sur le rôle du milieu social sur le fonctionnement de la mémoire.

Le travail sur les concepts et leur validation

23La quatrième dimension que nous pouvons souligner réunit les processus de l’invention, de l’exposition et de la validation. Nous pouvons illustrer ce triple processus par le choix des concepts et leur justification dans l’ordonnancement des matières dans les ouvrages principaux.

24Arrêtons-nous d’abord sur l’expression « Les cadres sociaux de la mémoire », formulation obscure pour tous les esprits habitués à séparer les phénomènes relevant du social et les phénomènes relevant de la vie psychique, et que l’auteur va donc être amené à justifier. Le mot implique une théorie et son exposition justificative est simultanément une recherchées preuves. On note qu’Halbwachs ne cherche pas à inventer des néologismes, il choisit au contraire un mot du vocabulaire courant avec ses ambiguïtés, et va donc devoir, à partir d’un mot familier, constituer un concept théorique.

  • 12 « C’est en ce sens qu’il existerait une mémoire collective et des cadres sociaux de la mémoire, et (...)
  • 13 Ibid., p. 2.

25La thèse est annoncée en peu de mots dans l’avant-propos12, puis l’ouvrage débute habilement en faisant du rêve une contre-épreuve. Sans aborder de front la thèse de Bergson, il s’agit de montrer que, en aucun cas, un rêve n’est « le souvenir exact, la reproduction pure et simple de ce que j’ai fait ou vu à tel moment et en tel lieu »13.

26Comment démontrer cette thèse ? Sur quelles données se fonder ? Halbwachs indique qu’il a mené une enquête qui a duré quatre années visant à rassembler des témoignages de rêves personnels et des récits rapportés. Cette liste des témoins est considérable : tout d’abord lui-même, puis « quelques personnes qui s’étaient exercées à observer leurs visions nocturnes », Henri Piéron, Bergson lui-même, puis des auteurs ayant écrit et étudié les rêves, Freud, Foucault, Albert Kaploun et des auteurs du xixe siècle comme Alfred Maury, auteur d’un livre intitulé Le Sommeil et les rêves, Hervey de Saint-Denis. Et le chapitre se termine par une évocation des rêves décrits par Jean-Jacques Rousseau dans l’Émile et La Nouvelle Héloïse.

27Par-delà ce premier dossier sur le rêve, les chapitres suivants sur le langage, et plus encore les trois exemples successifs, la famille, les groupes religieux, les classes sociales, sont l’occasion pour Halbwachs de reprendre sa conception des cadres sociaux de la mémoire, dans le sens de son extension et de sa diversification. Ces « cadres », ce sont d’abord les cadres de l’espace, la disposition des lieux et des choses, ce sont les structures du temps, à la fois naturelles et sociales, et c’est encore le langage qui permet l’extériorisation de la pensée et qui rend possible le travail de remémoration. En ce sens, les cadres sont les moyens de fixer les souvenirs, de leur donner une stabilité, et de les retrouver par le travail de remémoration. Mais les chapitres suivants ajoutent des significations nouvelles à la notion de « cadres sociaux » dont on apprend successivement 1) qu’ils ne cessent d’évoluer à mesure de la transformation des groupes ; 2) qu’ils sont modifiés par l’intervention des nouveaux groupes comme on le verra par exemple dans le cas de la topographie légendaire des lieux saints ; 3) que ces cadres sont donc multiples et propres à chaque groupe, chaque famille, religion ou classe sociale ; 4) et qu’en raison de cette immanence du « cadre » au groupe, on peut dire que le groupe (réel et/ou imaginé) constitue un cadre auquel le sujet se réfère dans le rappel et la remémoration. Lorsqu’un adulte se remémore un épisode de son enfance, il reconstitue le groupe familial dont il faisait partie et c’est ce groupe réimaginé qui forme le cadre de la remémoration.

  • 14 Ibid., Table des matières, p. 403.

28Nous pouvons suivre ce même travail d’élaboration et de développement, de répétition aussi ou de rectification, sur chacune des grandes notions que sont : la mémoire collective, les représentations sociales et surtout sur cette notion clef qu’exprime le mot de reconstruction. Terme qui est au centre de la thèse développée dans l’ouvrage sur les cadres sociaux et qui se formule lapidairement en ces termes : « La mémoire ne fait pas revivre le passé, mais elle le reconstruit. »14 Et l’objet de l’ouvrage est de justifier cette idée et, pour cela, d’élaborer les significations de ce concept.

29Là encore Halbwachs ne cherche pas un néologisme, il reprend un mot du vocabulaire courant et le décline selon les associations usuelles : construire, reconstruire. La conceptualisation, là encore, est opérée progressivement et conduit, à terme, à toute une conception de la mémoire, et, en fait, à une théorie du social.

  • 15 Ibid., p. 212-216.
  • 16 Ibid., p. 232.

30Pour illustrer les processus de reconstruction, le champ des témoignages et des exemples s’élargit : Halbwachs évoque la famille romaine et ses pratiques religieuses15, la famille chinoise de la période féodale16 ; il cite Homère et la mythologie grecque, la Bible et les Évangiles, la théorie platonicienne des idées, saint Augustin et les pères de l’Église, le jansénisme et les écrits de Luther. Le chapitre sur les classes sociales est l’occasion d’une ample réflexion sur l’histoire médiévale de la classe noble, sur la« mémoire collective noble » et ses transformations, sur l’histoire de bourgeoisie, et il reprend à cette occasion les analyses de Max Weber sur l’Éthique protestante. C’est dire que le développement du concept suppose un ample détour anthropologique, historique, et l’introduction du problème de la reconstruction au niveau de la théorie sociologique.

31Au cours de cette recherche et de son exposition, le concept de reconstruction élaboré tout d’abord pour désigner le seul travail intellectuel de reconstitution du souvenir en faisant appel aux différents cadres sociaux, s’élargit jusqu’à signifier un ensemble de phénomènes convergents liés aux mémoires collectives et à leurs transformations. On apprend ainsi, au cours des développements, que la reconstruction n’est pas seulement un phénomène individuel, mais qu’elle est aussi un phénomène de groupe. Une famille reconstruit son passé comme des amis qui se retrouvent après un temps de séparation reconstruisent ensemble un passé à travers leurs évocations et leurs échanges. Halbwachs use parfois du mot construction au lieu du mot reconstruction. Glissement sémantique significatif, car, en effet, Halbwachs s’attache à analyser ce qu’il nomme « l’activité constructive de l’esprit » et la reconstruction, telle qu’il la comprend est, en effet, simultanément une construction. Construction non arbitraire et qui obéit à une logique où les exigences et les attentes du présent jouent un rôle. Comme il le répète en ce qui concerne la mémoire religieuse :

  • 17 Ibid., p. 300.

« Ainsi la mémoire religieuse, bien qu’elle s’efforce de s’isoler de la société temporelle, obéit aux mêmes lois que toute mémoire collective : elle ne conserve pas le passé, mais elle le reconstruit, à l’aide des traces matérielles, des rites, des textes, des traditions qu’il a laissés, mais aussi à l’aide des données psychologiques et sociales récentes, c’est-à-dire avec le présent. »17

  • 18 Ibid., p. 277.

32Peut-être, pourrait-on dire qu’il y a davantage de reconstruction dans la tendance dogmatique que dans la tendance mystique qu’Halbwachs distingue dans toute histoire d’une religion. La religion dogmatique s’efforce de maintenir davantage de continuité et de fidélité à la théologie primitive18, alors que les mystiques écartent le poids de la tradition et se proposent de « reprendre contact directement » avec la religion primitive. Mais, en fait, les dogmatiques comme les mystiques, selon des voies différentes, associent reconstruction du passé et construction du passé à partir du présent :

  • 19 Ibid., p. 285.

« Dès lors ils (les mystiques du xiie et du xiiie siècles) devaient projeter dans le passé leurs sentiments ou façons de voir personnelles, ou celles de groupes dont ils subissaient plus ou moins inconsciemment l’influence : or rien ne prouve que ces points de vue se rapprochaient plus du passé réel que la tradition de l’Église. »19

33Traditionalistes et mystiques opèrent, en réalité, des tâches comparables de reconstruction et de construction à partir d’aspirations différentes issues du présent et au sein de groupes différenciés.

  • 20 P. Berger, T. Luckmann, La Construction sociale de la réalité, traduit par P. Taminiaux, Paris, Mé (...)

34Ainsi, la réflexion sur la reconstruction du passé conduit d’une analyse de la mémoire individuelle, puis à la conception de la mémoire collective, à une théorie générale de la mémoire et, plus encore, à une réflexion sur la construction sociale. Et l’on peut légitimement penser que ces travaux ont été l’une des sources des travaux sur la « Construction sociale de la réalité sociale »20, et du vaste mouvement de pensée sur ce thème de la construction du social.

La cohérence de l’œuvre

35Nous pouvons maintenant tenter de répondre à la question que nous posions au début de cet exposé sur la diversité et sur le degré de cohérence de l’œuvre de Maurice Halbwachs. Ce sont là deux questions différentes, car la diversité des problèmes posés n’entraîne pas nécessairement des contradictions dans les grilles de lecture.

361. Cette diversité des objets d’étude est considérable, nous l’avons souligné. Elle ne doit pas cependant pas surprendre outre mesure, en ces années de refondation de la sociologie et des sciences sociales. Durkheim avait montré la voie en étudiant des problèmes aussi différents que la division du travail social, les origines des religions ou les statistiques du suicide. Halbwachs va plus loin dans cette aisance à ouvrir des dossiers différents et aussi dans cette possibilité de revenir sur un sujet déjà traité pour en repenser les conclusions. Une classification hâtive des œuvres pourrait nous faire penser qu’après avoir ouvert le dossier de la sociologie de la mémoire, Halbwachs y aurait consacré toutes ses énergies. C’est évidemment inexact : après avoir publié Les Cadres sociaux de la mémoire en 1925, il se consacre au long travail sur le suicide qui sera publié en 1930. Et dans les dix années qui suivent, il poursuit ses réflexions sur la mémoire collective, il publie La Mémoire collective chez les musiciens en 1939, mais il poursuit dans le même temps ses travaux sur les classes sociales, sur L’Évolution des besoins dans les classes ouvrières (1933). Il publie en 1938son mémoire intitulé Analyse des mobiles dominants qui orientent l’activité des individus dans la vie sociale. Retenons de cette chronologie des recherches la singulière maîtrise intellectuelle qui lui permet à la fois de changer d’objet, de renouveler ses questionnements tout en les distinguant sans ambiguïté.

  • 21 M. Halbwachs, « Mémoire collective et mémoire individuelle », dans La Mémoire collective, Paris, A (...)

372. Halbwachs, d’autre part, recourt, comme nous l’avons vu, à des méthodes de recherche totalement différentes. Totale différence entre les méthodes d’approche utilisées dans l’étude de la mémoire collective et la méthode quantitative de traitement des statistiques mise en œuvre dans Les Causes du suicide. Pour illustrer cette distance entre les méthodes utilisées et les conceptualisations opposées qu’elles entraînent, on pourrait comparer tel chapitre des Causes du suicide, fait de tableaux chiffrés sur les comportements suicidaires, et tel chapitre de Mémoire collective et mémoire individuelle écrit à la première personne et dans lequel Halbwachs interroge ses propres souvenirs et en décrit minutieusement le cheminement21. Un lecteur non averti pourrait penser que ces pages ont été écrites par deux auteurs différents. Mais, là encore, il y a peu de raisons de penser qu’Halbwachs se soit de quelque façon contredit et ait manqué de cohérence. Il adapte ses méthodes aux objets considérés et délaisse les méthodes visant à la plus grande objectivité, telles les statistiques, lorsqu’il traite de phénomènes relevant de la subjectivité. Il y a lieu ici de souligner l’exceptionnelle maîtrise de la pluralité des méthodes et une sorte de désinvolture par rapport à tout dogmatisme des méthodes exclusives.

  • 22 Dans la postface à son édition critique de La Mémoire collective, Gérard Namer a bien montré la co (...)

383. Par contre, le doute peut se justifier en ce qui concerne la théorie sociologique en générale. On peut repérer, non pas une évolution continue, et encore moins un moment de crise ou de rupture dans le travail et dans les rectifications, mais un glissement tantôt marqué, tantôt effacé, qui conduit d’une conception objectivante et fortement contraignante du social à une conception qui fait la part plus grande à la mémoire individuelle, à la subjectivité, à la conscience individuelle, en d’autres termes au sujet. Et ce glissement sans cesse remanié s’opère surtout dans le domaine de la sociologie ou de la socio psychologie de la mémoire, sans que soit délaissée la théorie de la mémoire collective qui avait été proposée en192522.

39Ferait-on l’hypothèse d’un abandon des thèses initiales proches d’une théorie déterministe du social, de « l’influence » du milieu social sur les comportements au profit d’une conception individualiste du social ? Je ne le pense pas. Il me semble plutôt qu’Halbwachs s’est efforcé de penser les contradictions entre l’externalité des « cadres », des institutions, des classes objectives, et d’autre part l’activité des groupes et des sujets, de maintenir, en d’autres termes, les thèses durkheimiennes sur l’objectivité du social(en les amendant) et les aspirations, les motifs, les reconstructions réalisées par les groupes multiples et les sujets individuels.

40Halbwachs parvient ainsi à une conception du social qui fait une large place à la psychologie collective qui autorise plusieurs approches, et c’est une remarque qu’il fait à plusieurs reprises selon laquelle à partir d’approches différentes, on parviendra, de façon justifiée, à des aperçus différents. Les liens sociaux, les structures, les institutions ont leur force, leur lourdeur, leur « influence », selon son vocabulaire, sur les sujets, et il n’est pas inapproprié de conserver les termes de « cadre social » et de « cause ». Le problème étant, une fois mis entre parenthèses sans les nier les causes économiques, d’investiguer plus particulièrement les niveaux de vie, les représentations sociales, les dynamismes culturels. Le social, le groupe, la mémoire des groupes, ne sont jamais absents. Comme l’écrit Halbwachs dans une phrase hautement significative : « En réalité, nous ne sommes jamais seul. » Les mémoires collectives m’entourent et ne cessent de se transformer, mais simultanément, je porte en moi-même des fragments de mémoires collectives que je reconstruis en fonction de ce que je suis et de ce que je cherche. Halbwachs emploie à plusieurs reprises l’expression d’« inconscient social » pour désigner les mécanismes inaperçus de construction et de reconstruction des mémoires collectives. Le sujet vit dans ces mémoires et de ces mémoires, sans être totalement maître de ses reconstructions, lui qui porte en soi sa part de « mémoire involontaire », mais qui peut néanmoins lui-même ou avec d’autres, corrigr ou enrichir sa mémoire. Le lien social, lesté de mémoire, est un lieu de jouissance ou de nostalgie, mais la pire situation est celle de celui qui est privé de mémoire à reconstruire, à partager par le langage, la présence ou par l’imagination, c’est-à-dire être radicalement solitaire et privé de la présence, réelle ou symbolique, de l’autre.

Une source philosophique ?

  • 23 M. Halbwachs, Leibniz, Paris, Alcan, coll. « Les Philosophes », 1907 (nouvelle édition revue et co (...)
  • 24 B. Gertzberg, Le Problème de la limitation des créatures chez Leibniz, Préface de Maurice Halbawch (...)

41En terminant, je poserai une dernière question concernant les rapports éventuels entre la formation philosophique de Halbwachs et certains aspects de son œuvre. Son premier livre publié fut un ouvrage sur Leibniz, paru dans la collection Les Philosophes chez Alcan, en 1907. Il reprit ce texte pour en faire une édition plus développée, plus de dix ans après en192823. Et, plus tard encore, en 1937, il écrivit une courte préface pour un mémoire de philosophie portant sur le problème du mal chez Leibniz24. Que penser de cet intérêt, de cette fidélité à l’auteur de la Monadologie ?Aurait-il, à tout le moins, trouvé chez Leibniz (1646-1716) des formes de pensée, des intuitions proches de ses modes de réflexion ? Et cette œuvre n’aurait-elle été aussi un modèle de créativité intellectuelle ?

42– Soulignons quelques aspects essentiels : Leibniz répugne aux idées simples et au dogmatisme, qu’il s’agisse de science, de philosophie ou de religion. Dans le grand débat de la fin du xviie et du début du xviiie siècle sur la nature et l’origine des idées, par exemple, il ne cherche ni à simplifier le débat, ni à approuver sans critique l’innéisme cartésien ou le sensualisme, il reconnaît l’apport de chacune de ces positions et cherche à dépasser la contradiction en découvrant des médiations, des passages, des états intermédiaires entre des idées confuses et les idées claires et distinctes, il s’intéresse aux « degrés insensibles », selon son expression, entre les unes et les autres.

43Dans ses conceptions métaphysiques comme dans sa critique du mécanisme, il perçoit l’univers comme éminemment pluriel et dynamique. Les monades sont indéfiniment multiples et impénétrables, sans portes ni fenêtres, mais elles ne sont pas inertes, le monde est fait de forces, de forces vives et interagissantes. L’univers est ainsi un ensemble de rapports de forces, et de réciprocités. L’individu y est ni passif ni actif en permanence, il est tantôt plus influencé, tantôt plus actif, et ce serait dans l’acte de remémoration que la conscience serait particulièrement active. Halbwachs commente en ces termes cette thèse de Leibniz :

  • 25 M. Halbwachs, Leibniz, op. cit., p. 116 (nous citons l’édition de 1928).

« Nous pouvons dire que, dans la substance (la monade), la forme d’activité par excellence est la mémoire, et qu’à mesure qu’une substance (monade) est moins active elle devient moins capable de souvenir. Mais, réciproquement, on ne se souvient qu’à condition d’opposer à l’état présent les souvenirs... »25

44–. Leibniz offre aussi l’exemple d’une pensée encyclopédique, indéfiniment avide de connaissances et de découvertes. Il étudie la philosophie, la théologie, la logique, les mathématiques, la physique, mais aussi la scolastique et l’alchimie, il s’intéresse à la politique extérieure, aux rapports entre les nations européennes. Et il écrit sur tous ces sujets. En mathématiques, il est de ceux qui découvrent alors le calcul infinitésimal. En physique il est, contre Descartes, le théoricien de la force vive. Il écrit de multiples essais sur les religions, sur les projets politiques (il conseille à Louis XIV de conquérir l’Égypte). L’œuvre de Leibniz est exceptionnelle de diversité et d’inventivité.

  • 26 Ibid., p. 23.

45–. Disons encore que Leibniz fut animé par un exceptionnel esprit de conciliation. Conciliateur des sciences, il estimait regrettable l’isolement des sciences et des savants et n’a cessé de proposer des formules d’échanges et de dialogues entre les sciences et entre les savants. Il était farouchement ennemi, dit-il, de « l’esprit de secte en philosophie »26. Il s’est activement engagé dans des relations, des dialogues, ayant pour but de réconcilier les différentes religions et, en premier lieu, le catholicisme et le protestantisme. Il considérait cette réconciliation comme essentielle, tout d’abord pour les États européens, et donc pour le progrès des sciences et, en un mot, pour le progrès de la raison. C’est un aspect de son célèbre optimisme et de ses aphorismes sur « le meilleur des mondes possibles », tant moqué par Voltaire. Et, certes, Halbwachs ne s’engage pas dans cette discussion théologique, mais on peut noter que sa vision du social n’est pas une vision conflictualiste et encore moins tragique. Le social (et non le politique), le social est notre monde, notre lieu de vie, là où nous puisons, en particulier par le biais des mémoires collectives, les conditions de la réalisation de nous-même.

46Dans quelle mesure y a-t-il, dans l’œuvre d’Halbwachs, des échos de la philosophie et de l’esprit humaniste de Leibniz ? Ce serait, sans doute, une hypothèse à explorer.

Notes

1 Cf. C. Topalov, « Maurice Halbwachs et les villes (1908-1912). Une enquête d’histoire sociale des sciences sociales », Annales, Histoire, Sciences sociales, vol. 53, 5 (septembre octobre 1997), p. 1057-1083.

2 M. Halbwachs, La Classe ouvrière et les niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines, Paris, Alcan, 1912.

3 É. Durkheim, Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Alcan, 1895, chap. V.

4 É. Durkheim, Les Règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 1947, p. 5.

5 M. Halbwachs, Les Causes du suicide, Introduction, Paris, Alcan, 1930, p. 12.

6 Ibid., p. 13.

7 M. Halbwachs, La Théorie de l’homme moyen, essai sur Quételet et la Statistique morale, Paris, Alcan, 1912.

8 M. Halbwachs, Les Causes du suicide, op. cit., p. 5-6.

9 M. Halbwachs, « L’expérimentation statistique et les probabilités », Revue philosophique, (1923), p. 57-97.

10 Cf. O. Martin, « Maurice Halbwachs et les sciences humaines de son temps », Revue d’histoire des sciences humaines, vol. I, 1 (1999).

11 « À celui qui aborde sans idée préconçue, sur le terrain des faits, l’antique problème des rapports de l’âme et du corps, ce problème apparaît bien vite comme se resserrant autour de la question de la mémoire, et même plus spécialement de la mémoire des mots : c’est delà, sans aucun doute, que devra partir la lumière capable d’éclairer les côtés plus obscurs du problème », H. Bergson, Matière et Mémoire, Essai sur la relation du corps à l’esprit, Avant-propos de la 7e édition, Paris, PUF, coll. « Œuvres », 1970, p. 165.

12 « C’est en ce sens qu’il existerait une mémoire collective et des cadres sociaux de la mémoire, et c’est dans la mesure où notre pensée individuelle se replace dans ces cadres et participe à cette mémoire qu’elle serait capable de se souvenir », Les Cadres sociaux de la mémoire, op. cit., p. IX.

13 Ibid., p. 2.

14 Ibid., Table des matières, p. 403.

15 Ibid., p. 212-216.

16 Ibid., p. 232.

17 Ibid., p. 300.

18 Ibid., p. 277.

19 Ibid., p. 285.

20 P. Berger, T. Luckmann, La Construction sociale de la réalité, traduit par P. Taminiaux, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986.

21 M. Halbwachs, « Mémoire collective et mémoire individuelle », dans La Mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997.

22 Dans la postface à son édition critique de La Mémoire collective, Gérard Namer a bien montré la continuation du travail de critique et de rectification commencé, à ce sujet, dès la parution des Cadres sociaux, et combien l’œuvre d’Halbwachs est, sur ce point, une œuvre inachevée.

23 M. Halbwachs, Leibniz, Paris, Alcan, coll. « Les Philosophes », 1907 (nouvelle édition revue et considérablement augmentée, Paris, Mellottée, 1928).

24 B. Gertzberg, Le Problème de la limitation des créatures chez Leibniz, Préface de Maurice Halbawchs, Paris, Librairie Picart, 1937.

25 M. Halbwachs, Leibniz, op. cit., p. 116 (nous citons l’édition de 1928).

26 Ibid., p. 23.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search