Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

L’Apocalypse et le sens des affaires. Les moines de Saint-Jean de Patmos, leurs activités économiques et leurs relations avec les Latins (XIIIe et XIVe siècles)

Guillaume Saint-Guillain

Texte intégral

  • 1 MM. 6, p. 229-233, n° XCVI, ici p. 232 : ...κειμήλια χρυσκαι αργυρμή ζήτει έν τήγουμενείω, ὅτ (...)

« Des objets d’or et d’argent, n’en cherche pas dans la demeure abbatiale, car tu n’en découvriras pas. Dieu et ma conscience m’en soient témoins, durant que j’étais higoumène, pas un de ces objets n’a été thésaurisé, et moi-même je n’en ai détourné ni caché aucun pour la misère de ma vieillesse, par envie d’une plus grande gloire ou parce que j’aurais aspiré à un évêché ou à une autre abbaye plus importante : au contraire, mon seul souci fut de m’efforcer, tout au long de l’année et à la façon des marchands, avec de petites embarcations, d’acquérir l’indispensable pour le monastère, de subvenir et pourvoir à ses besoins, de prendre garde aux pirates et d’accomplir toutes les servitudes de l’approvisionnement ».
Testament de Germanos, kathigoumène de Patmos (1272)1.

  • 2 A propos de l’idéologie économique byzantine voir A. E. Laiou, Economie Thought and Ideology. EHB, (...)
  • 3 Sur la gestion de leur patrimoine par les monastères byzantins, voir la synthèse récente de K. Smyr (...)
  • 4 Dans le cas de Patmos, la règle de Christodoulos n’envisage pas pour les moines d’autre activité ma (...)
  • 5 Pour le cas de l’Athos, voir M. Živojinović, The Trade of Mount Athos Monasteries, ZRVI 29-30, 1991 (...)
  • 6 Signe flagrant de contradiction et donc de surchauffe idéologique : les activités économiques des m (...)
  • 7 A. E. Laiou,& The Church, Economie Thought and Economie Practice, The Christian East, its Instituti (...)
  • 8 S. Borsari, Venezia e Bisanzio nel xii secolo. I rapporti economici, Venise 1988 (Deputazione di St (...)

1On imagine mal deux figures plus emblématiques du Moyen Âge et pourtant plus antithétiques que le moine et le marchand : le premier voué à la stabilité, à une vie communautaire autarcique et au mépris des richesses, le second à leur accumulation au cours d’une existence faite d’errance et de rencontres. L’idéal d’autosuffisance, qui exclut normalement l’échange, pour ne rien dire du profit, peut a priori sembler une évidence pour les monastères grecs plus encore que pour leurs homologues latins : à l’idéologie économique qui imprègne le modèle monastique commun à l’Orient et à l’Occident s’unirait celle propre aux Byzantins, considérés comme des adeptes fervents de l’autarcie2. Mais, à Byzance comme en Occident, les contraintes de la gestion d’un patrimoine qui pouvait prendre bien des formes ont pu estomper cette distance3, au point que, comme dans d’autres circonstances le marchand a pu se faire moine, le moine, parfois, s’est fait marchand. Les monastères byzantins faisaient partie intégrante de la société rurale, ne fût-ce que parce que, mis à part un peu de jardinage, c’étaient des paysans et non les moines eux-mêmes qui travaillaient la terre, que celle-ci ait été exploitée en faire-valoir direct ou indirect4. L’idéal de « bonne administration » du monastère, en particulier à partir des xe-xie siècles lorsque les religieux commencèrent à s’intéresser plus activement à la gestion de leurs domaines, imposait une connaissance précise de la valeur des terroirs mais aussi des techniques agricoles permettant d’en augmenter la productivité, qui souvent réclamaient un investissement : de là à considérer des cultures de pur rendement destinées essentiellement à la commercialisation, tels l’olivier ou la vigne, comme une amélioration du patrimoine monastique et donc une œuvre pieuse, le pas est aisément franchi et voici les moines à l’assaut du marché et produisant pour le marché5. Cette tension évidente entre l’utopie monastique et la réalité imposa un réajustement idéologique6 : accusés de se conduire « à la façon des marchands » (ἐμπορικς), les moines prétendirent ne s’engager dans le commerce que pour assurer leur survie, faisant paradoxalement de l’échange une modalité sinon une exigence de l’autarcie7. Dans une société où la fiscalité et donc l’exemption fiscale (ἐξκουσεία) jouaient un rôle important dans la circulation des richesses, les exonérations de charges que certains monastères obtinrent pour les navires qu’ils affrétaient (ἐξκουσεία πλοίων), censément pour rapatrier les productions de leurs dépendances éloignées, présentaient un intérêt évident. Dès le xiie siècle, les grands établissements monastiques possédaient des bâtiments de fort tonnage et étaient donc probablement les seuls à pouvoir, dans une certaine mesure, concurrencer les marchands latins désormais également exemptés et dont la prépondérance s’affirmait alors, et ce non seulement parce que ces établissements écoulaient leurs propres surplus agricoles, mais aussi parce qu’ils nolisaient leurs navires à des particuliers8. Cette situation se trouva remise en cause par le bouleversement du paysage politique au début du xiiie siècle : l’éclatement de l’Empire byzantin en de multiples entités et la prise de contrôle de larges portions de son territoire par des Latins a priori peu favorables à l’Église grecque posèrent la question de la survie de ce rôle économique des monastères dans un espace où les marchands italiens triomphaient plus que jamais. Le cas, certainement exceptionnel, du monastère de Saint-Jean le Théologien dans l’île de Patmos montre comment un grand établissement provincial a pu s’acclimater aux nouvelles conditions consécutives à la chute de Constantinople en 1204 et conserver ses fonctions commerciales qui ont ensuite contribué à la survie de cette institution jusqu’à nos jours. Je voudrais examiner ici les étapes par lesquelles est passée la normalisation des relations entre leurs nouveaux voisins latins, surtout vénitiens, et les moines de Patmos, puis les activités de ces derniers dans les échanges maritimes au xive siècle, à l’issue de ce processus d’intégration.

  • 9 Les origines du monastère sont bien connues grâce à trois documents, la Règle (hypotypôsis) rédigée (...)
  • 10 Sur les exemptions de Patmos en matière de fiscalité directe voir N. Oikonomidès, Fiscalité et exem (...)
  • 11 Au dire de Christodoulos, Anna Dalassènè, mère de l’empereur, facilita l’obtention du chrysobulle d (...)

2Le monastère de Patmos fut fondé par Christodoulos, un moine natif de Bithynie, chassé de Palestine puis d’Anatolie par l’avancée des Turcs9. En avril 1088, il reçut de l’empereur Alexis Ier Komnènos l’île de Patmos, en pleine propriété et libre de toute obligation fiscale : elle était alors désertée et à l’abandon, mais potentiellement exploitable et riche du souvenir de l’Évangéliste qui y avait composé l’Apocalypse10. La fondation bénéficiait d’augustes patronages : plusieurs membres de la nouvelle dynastie soutinrent le projet de Christodoulos ou s’intéressèrent à son établissement11. Les débuts furent pourtant difficiles, voire catastrophiques : les Turcs menaçaient l’île et le régime strict que Christodoulos prétendait y établir mécontentait une grande partie de ses moines, qui l’abandonnèrent. Il est vrai que certains de ses préceptes menaçaient la viabilité même de sa fondation : son projet initial prétendait, sur le modèle athonite, bannir de l’île laïcs mariés, femmes, adolescents et eunuques, le travail n’étant assuré que par des laïcs célibataires. Les candidats ne paraissent pas s’être bousculés, aussi dut-il se résoudre à permettre la présence des familles, cantonnées dans le nord de l’île. Cette ségrégation, qui interdisait aux femmes et aux enfants la protection des murs du monastère, ne semble pas lui avoir survécu.

  • 12 Sur les conditions agraires et économiques à Patmos voir P. Karlin-Hayter, Notes sur les archives d (...)
  • 13 Laiou, Exchange and Trade, cité supra n. 7, p. 741-742, n. 211 ; Malamut, Les îles de l’Empire byza (...)
  • 14 É. Vranoussi, A propos des opérations des Normands dans la mer Égée et à Chypre après la prise de T (...)
  • 15 Branousè, ἁγιολογικὰ κείμενα, p. 166 ; Ead. éd., Βυζαντινά γγραφα, p. 70*. Il est vrai que cett (...)

3Rendu à plus de réalisme dans sa gestion domaniale, débarrassé de la menace turque par la reconquête byzantine en Anatolie, le monastère, devenu stavropè-giaque avant 1132 et donc libéré de l’ingérence épiscopale, connut une incontestable prospérité au xiie siècle, notamment grâce aux productions et aux revenus de sa vingtaine de dépendances dans les îles avoisinantes, en Asie Mineure et en Crète ; Patmos même semble avoir été alors relativement prospère : peu avant 1156, dans son éloge de Christodoulos, Athanasios d’Antioche décrit une île luxuriante où s’ébattent en nombre moutons et chèvres12. Le rôle du négoce dans l’économie du monastère fut officiellement sanctionné en 1197 par un chrysobulle autorisant les moines à utiliser un de leurs navires pour commercer « tout ce qui leur semblera approprié », alors que les privilèges antérieurs spécifiaient que ces navires ne devaient transporter que les produits nécessaires au couvent13. Une nouvelle campagne de construction à la fin du siècle témoigne de ce moment d’opulence : elle embellit des bâtiments à l’origine tristement fonctionnels. Le monastère conservait pourtant l’aspect extérieur qui est encore le sien aujourd’hui : celui d’une austère forteresse, refuge contre les dangers venus de la mer. Aux pirates musulmans s’ajoutaient désormais les pirates latins : en 1185, les Normands, qui venaient de prendre Thessalonique, tentèrent de s’emparer des reliques de Christodoulos ; ils échouèrent, mais l’année suivante Patmos fit partie des îles rançonnées par Margaritone, l’amiral du roi de Sicile14. Tous les visiteurs latins n’étaient pourtant pas aussi agressifs : en septembre 1191, c’est en pèlerin que le roi de France Philippe Auguste fit escale à Patmos où il offrit un don important en numéraire15. Ces divers événements n’en présageaient pas moins, chacun à sa manière, la prise de Constantinople par la quatrième croisade, une douzaine d’années plus tard.

  • 16 Patmos n’est pas mentionnée dans la Partitio, mais les îles voisines de Kôs et Samos ainsi que Stro (...)
  • 17 Živojinović. The Trade of Mount Athos Monasteries, p. 110 ; Nystazopoulou-Pélékidou, T πλοῖα τς Μ (...)
  • 18 Branousè éd., Βυζαντινά ἔγγραφα, p. 119-123, n° 13. Le document n’est daté que de l’indiction. F. D (...)
  • 19 S. Borsari, Studi suite colonie veneziane in Romania nel xiii secolo, Naples 1966 (Seminario di Sto (...)
  • 20 R. Cessi éd., Deliberazioni del Maggior Consiglio di Venezia, 1, Bologne 1950 (Accademia dei Lincei (...)
  • 21 DMCV 1, p. 50, n° 15.
  • 22 DMCV 1, p. 50, n° 16 : Isti sunt illi qui robaverunt et abstulerunt bona monasterii Sancti Iohannis (...)
  • 23 DMCV 1, p. 54. n° 29.
  • 24 Le 4 février Angelo David se porte garant pour son fils Michele, aux arrêts, sous peine de 50 livre (...)
  • 25 DMCV 1, p. 58, n° 44.
  • 26 DMCV 1, p. 58, n° 46 (4 avril 1224) : c’est messer Berengo da Cannareggio qui paya.
  • 27 DMCV 1, p. 58, n° 48 (4 avril 1224) : le condamné paya lui-même. Voir aussi la mention ajoutée à DM (...)
  • 28 DMCV 1, p. 58, n° 51 (11 avril 1224) : Nicolò paya lui-même.
  • 29 DMCV 1, p. 58, n° 47 (4 avril 1224) : Marco paya lui-même. Une lacune empêche de connaître sa part (...)

4Dans l’espace politique morcelé qui naît après 1204, les moines de Patmos durent protéger leur patrimoine de l’avidité des vainqueurs. La Partitio Romanie, le traité de partage de l’Empire entre les conquérants francs et vénitiens, plaçait Patmos dans la zone d’influence de l’empereur latin16. Il est cependant douteux que le monastère ait jamais eu affaire à celui-ci, car ces régions demeurèrent sous le contrôle des Byzantins, en raison de la proximité de l’empire de Nicée et d’un Etat grec autonome dans le Dodécanèse. La conquête latine de 1204 semble cependant avoir porté un rude coup au commerce des flottes monastiques17. En outre, plus tangible que la menace d’une conquête militaire était celle des pirates qui opéraient à titre privé. Leurs méfaits à Patmos durant le xiiie siècle sont récurrents, mais le premier mentionné est le plus intéressant : au début des années 1220, un groupe de pirates s’en prit au monastère et déroba son trésor. Il est probable que ce soit à cette attaque que se réfère en termes très vagues un chrysobulle délivré en mars 1221 par l’empereur byzantin en résidence à Nicée18, qui constituerait donc un terminus ante quem, mais l’essentiel de ce que nous en savons provient d’une série de documents vénitiens enregistrés dans le Liber plegiorum de la Commune et qui datent de 1223 et 122419. Ils sont de diverses natures : le premier, du 12 décembre 1223, est un précepte du doge et de ses conseillers à Pietro Norai, de la paroisse de Sant’Ermagora, lui défendant sous peine de 1 000 livres vénitiennes de vendre les objets qu’il a achetés à Marino Giusto, de la paroisse de San Vitale20. Le même jour, ce dernier certifie qu’avec ses associés Giovanni Saponaio et Nicolô Stadio il a acheté à Modon (l’une des deux places fortes vénitiennes de Messénie) à Marco Vido et son frère, de la paroisse des Santi Apostoli, à Nicolô, homme de Marco Stado, de la paroisse de San Giovanni Evangelista, à Marco Maglaenzoco, de la paroisse de Santa Agnese, et à leurs associés une série d’objets dont certains sont ceux revendus à Pietro Norai21. Un troisième document du même jour révèle quelle était l’origine de ces objets et pourquoi les autorités enquêtaient à leur sujet puisqu’il donne la liste de « ceux qui ont volé et emporté les biens du monastère de Saint-Jean de Patmos » ; parmi ces onze suspects figurent ceux, mentionnés dans le document précédent, qui revendirent le butin à Modon22. Les autres actes balisent les étapes de la procédure judiciaire : le 17 janvier 1224, Marco Vido s’engage à obéir aux ordres du doge dans l’affaire du vol du trésor de Patmos, auquel il est soupçonné d’avoir participé (occasione illius robarie, que facta fuit de rebus seu tesauro Sancti Iohannis in Polmosia, ad quam faciendam dicebatur ipsum Marcum interfuisse)23. Les 4, 5 et 6 février, cinq des suspects, inculpés, obtiennent la liberté grâce à la caution de garants qui s’engagent à les présenter à la justice dans les trois jours suivant sommation sous peine d’amende24. En février ou mars, une sentence, perdue, fut rendue par le doge, ses conseillers et le conseil de la Quarantia. Marco Vido admit les faits et avoua avoir reçu, comme part du butin, 26 hyperpères et un quart (manifestavit ipse Marcus ad robariam illam interfuisse, et inde habuisse yperperos XXVI et quartam in sua parte) : il fut condamné à 100 livres d’amende, que son garant Marco Polo paya pour lui ; le condamné fut déclaré quitte le 2 avril 122425. Donato Benedetto, qui avait reçu seulement 7 hyperpères et demi, avait été condamné à 18 livres26, Michele David, qui avait reçu 7 hyperpères, à 15 livres27, Nicolô Sagornino, qui reçut 20 hyperpères et un quart, à 80 livres28, et Marco Maglaenzoco à 56 livres29. On ne sait rien d’éventuelles amendes contre les autres accusés.

  • 30 Voir Annexe I.
  • 31 Branousè, αγιολογικά κείμενα, p. 172-174. Pour l’identification probable du pirate, voir G. Sain (...)
  • 32 Voir le passage du testament cité en exergue. Le constat de l’higoumène Germanos quant à la dispari (...)
  • 33 Branousè, T ἁγιολογικ κείμενα, p. 170 ; Ead. éd., Βυζαντινὰ γγραφα, p. 103*-104*.

5Ces documents fournissent des détails précieux sur la composition du trésor de Patmos30, mais ils permettent aussi de voir que les autorités communales s’employèrent activement à empêcher la vente du butin : elles ne peuvent l’avoir fait que parce qu’elles avaient été saisies d’une plainte du monastère, et que cette plainte ait abouti à la récupération et probablement à la restitution du trésor est une preuve des bonnes relations déjà établies à cette époque avec Venise. Patmos affronta pourtant encore au cours du xiiie siècle la piraterie des « Italiens sans Dieu » (ἄθεοι Ἰταλοί). Peu avant décembre 1272, Marco Ghisi, membre d’une famille vénitienne établie en Grèce, assiégea le monastère, captura une partie des habitants de l’île et ne les libéra que contre une forte rançon, laissant les moines sans un sou, comme le rapporte le testament du kathigoumène Germanos31 : Saint-Jean de Patmos avait été alors dépouillé des objets précieux qu’il avait probablement pu recouvrer un demi siècle plus tôt32. Un autre raid de pirates survint sous le même higoumène en février 1280 : ceux-ci dérobèrent un doigt de saint Christodoulos et furent châtiés sur le champ par une tempête33. Au siècle suivant cependant, ce ne sont plus tant les pirates latins que les Turcs dont les déprédations sont redoutées. À cette époque, Patmos a définitivement trouvé sa place au sein de la Romanie latine.

  • 34 Sur les relations de Patmos avec la Crète vénitienne aux xiiie et xive siècles, voir S. Borsari,. I (...)
  • 35 En 1206, le sébaste Stéphanos Hagiostéphanitès avait fait don à Saint-Jean de Patmos de biens situé (...)
  • 36 Sur la révolte de 1217-1219, voir Borsari, Il dominio veneziano a Creta, cité supra n. 34, p. 36-39
  • 37 G. L. F. Tafel, G. M. Thomas éd., Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik V (...)

6Si les Latins auxquels Saint-Jean de Patmos eut affaire furent surtout les Vénitiens, ce fut aussi en raison de ses possessions en Crète34. La colonisation de cette île par Venise, entreprise dans la seconde décennie du xiiie siècle, y impliquait une réorganisation de la propriété foncière au profit des colons latins et une appropriation de l’autorité publique par les agents de la Commune : elle suscita donc plusieurs révoltes des archontes qui jusqu’alors détenaient l’une et l’autre. La première, en 1211-1212, fut conduite par les Hagiostéphanitai, lignage avec lequel le monastère de Patmos avait des accointances35. Lors de la seconde, menée par les chefs de deux autres familles archontales, le sébaste Kônstantinos Skordylès et Théodôros Mélissènos36, les moines de Patmos, qui possédaient des biens en Crète, soutinrent les rebelles et obtinrent une amnistie dans le traité entre ces derniers et le gouvernement vénitien (13 septembre 1219)37. Ce fut le début de la politique de double allégeance du monastère qui joua désormais de sa position frontalière pour assurer sa survie, réclamant par exemple, comme on l’a vu en 1224, la restitution des biens dérobés par les pirates latins, tout en justifiant en même temps par les ravages de ces mêmes pirates l’obtention de nouveaux avantages en Asie Mineure de la part des empereurs de Nicée. Ce double ou parfois triple jeu devait se perpétuer jusqu’à l’époque moderne : contre la confirmation de ses privilèges, Patmos se montrera toujours disposée à reconnaître l’autorité des puissants de l’heure, Byzantins, Latins ou Turcs.

  • 38 Par exemple Nystazopoulou-Pélékidou, Τπλοῖα τς Μονς Πάτμου, p. 110.
  • 39 La ducale du doge au duc de Crète Andrea Zeno est perdue mais on en conserve une traduction partiel (...)
  • 40 S. McKee éd., Wills from Late Medieval Venetian Crete, 1312-1420, Washington 1998, 2, p. 752-754, n (...)

7Il n’y a donc aucune raison de supposer, comme on a pu le faire38, un déclin durable des échanges entre Patmos et la Crète après 1204, sous prétexte que cette dernière île n’appartenait plus à l’Empire grec. On va voir que la flotte du monastère était toujours là pour les assurer. Les bonnes relations établies avec Venise, grâce à la protection des archontes crétois, dès le traité de 1219, et dont la probable restitution du trésor en 1224 est un premier témoignage, permirent au monastère de sauver son patrimoine dans la principale colonie vénitienne et donc de maintenir ses contacts maritimes avec elle. Le prestige dont l’Évangéliste et l’établissement qui lui était consacré jouissaient aussi auprès des Latins joua probablement un rôle dans ce processus, mais ce qui est certain c’est que les biens de Patmos, comme ceux de Sainte-Catherine du Mont Sinaï et contrairement à ceux des grands monastères impériaux, échappèrent à la confiscation. C’est encore grâce à l’introduction d’une clause dans un traité entre des archontes crétois de la famille Skordylès et les autorités vénitiennes, vers 1265, que le cœur de ce patrimoine, le métoque de Saint-Jean de Stylos, se vit confirmer son autonomie par le doge Ranieri Zeno le 11 août 126739. On retrouve au xive siècle des indices de la permanence de cette dévotion à Saint-Jean de Patmos dans la bourgeoisie Cretoise, et non plus à un niveau aristocratique, par exemple le testament d’un habitant de Candie, Nikolaos Rômaiopoulos (15 juin 1376), qui lègue 500 hyperpères « à la fraternité ou communauté des moines de Saint-Jean de l’île de Patmos, en tant que membre de cette communauté »40.

  • 41 La ducale de 1271 est insérée dans la confirmation de 1307 (références n. 43) et il subsiste aussi (...)
  • 42 Il représente à la fois Stylos et les moines de Patmos : honestum virum Paulum, kalogerum Sancti lo (...)
  • 43 La délibération du Sénat n’est plus connue que par un bref résumé : Sp. M. Théotokès, στορικκρητ (...)
  • 44 Contrairement aux deux autres, cette mesure n’est plus connue que par le résumé de la délibération (...)
  • 45 Délibération du Sénat dans H. Noiret, Documents inédits pour servir à l’histoire de la domination v (...)
  • 46 Il s’agissait d’une terre, destinée à la construction de maisons pour les moines du métoque, qui n’ (...)

8Christodoulos avait choisi Patmos pour son isolement, mais le monastère était en fait le cœur d’un réseau dont les composants devaient être maintenus en relation avec le centre sous peine d’asphyxie. Au début du xiiie siècle, il lui fut donc vital d’obtenir des empereurs de Nicée de nouvelles exemptions facilitant la circulation des navires dans l’espace qu’ils contrôlaient. Mais la ducale du 14 mai 1271 adressée par le doge Lorenzo Tiepolo au duc de Crète témoigne symétriquement de cette nécessité dans l’espace vénitien41 : le doge signalait au gouverneur colonial qu’il avait été informé de la question du blé et des revenus crétois de Saint-Jean de Patmos ; il ordonnait donc que, malgré les dispositions générales en vigueur, et compte tenu de la bonne réputation des moines, ces derniers pussent continuer à exporter jusqu’à 1 000 mesures de grains de Crète vers leur île, ce que l’administration Cretoise les empêchait de faire. De nouvelles difficultés avec les autorités locales survinrent peut-être par la suite car, trente ans plus tard, un certain Paulos, hiéromoine de Saint-Jean de Stylos, fut envoyé par ses frères42 à Venise afin d’obtenir confirmation de l’acte de 1271, ce qui lui fut accordé par le Sénat : une ducale en ce sens fut adressée au duc de Crète le 22 juin 130743. Les moines de Stylos obtinrent aussi l’assurance qu’ils ne seraient plus inquiétés par le châtelain vénitien de Bicorne (Apokorônas)44. L’autorisation d’exportation annuelle de mille mesures de grain vers Patmos suscita néanmoins de nouvelles frictions durant le xive siècle avec les gouverneurs vénitiens qui « ne permettent pas auxdits caloyers d’exporter toute cette quantité, mais permettent parfois d’en exporter une partie et parfois rien », si bien qu’au bout du compte les moines envoyèrent un autre ambassadeur à Venise, le moine Iôannikios, qui se la fit à nouveau confirmer le 17 novembre 138545 : le froment devait provenir des terres de Saint-Jean de Stylos et ne pouvait être acheté, et l’exportation n’était permise que si le cours sur le marché crétois était inférieur à 40 hyperpères les cent mesures. On voit que cette autorisation demeurait vitale pour le monastère insulaire : la préservation de ses domaines en Crète n’avait d’intérêt que s’il pouvait assurer le rapatriement d’une partie des productions ainsi que des revenus provenant du reste de cette production. Stylos demeurait donc dans une stricte relation de dépendance utilitaire avec Patmos : significativement, un économe était à la tête du métoque (le premier cité est Paulos, économe de Stylos qui, le 3 janvier 1296, obtint de Pietro Mudazzo et Pietro Dolfin, conseillers et vice-recteurs de La Canée, confirmation d’une donation de Giacomo Barozzi, jadis recteur de La Canée46).

  • 47 Niceforum Curtessi de Sancto Iohanne de Patno fut affranchi le 9 juillet 1305 par son maître Bando (...)
  • 48 Les opérations de course contre les territoires byzantins se situent en 1300-1302. Le document ne p (...)
  • 49 La ducale est transmise par une copie moderne défectueuse et un résumé en grec (MM, 6, p. 389-390, (...)

9La maison mère s’efforça de mettre en valeur cette dépendance qui bénéficiait de la protection vénitienne, d’autant plus précieuse à l’époque où la défense byzantine s’effondrait en Asie Mineure. En juin 1307, en même temps qu’il obtenait confirmation du privilège d’exportation du grain, le caloyer Paulos présenta une autre requête : il exposa que les moines de Patmos avaient mis à l’abri trente-neuf parèques de cette île (villanos de insula Palmosae predicta) à Stylos, par crainte des attaques turques, qui venaient de faire leur réapparition en mer Egée (crainte justifiée : des insulaires avaient déjà été razziés et réduits en esclavage, comme, avant 1305, un certain Nikèphoros Kourtésès47). En outre, au temps de la guerre entre Venise et Byzance, les moines de Stylos avaient racheté à des corsaires trente-huit autres parèques qu’ils conduisirent au même endroit48. Paulos demandait à ce que Stylos puisse disposer librement de ces soixante-dix-sept parèques, ce qui lui fut accordé contre une redevance annuelle d’un hyperpère par tête versée à la Commune49. Le métoque de Stylos apparaît donc à la fois comme un lieu de refuge où mettre à l’abri la main-d’œuvre agricole, richesse bien plus précieuse que la vaisselle d’argent, et comme une source sûre d’approvisionnement et de revenus, à mettre en valeur alors que le patrimoine du monastère dans l’Empire byzantin se réduit comme peau de chagrin. Tous ces bienfaits impliquaient une reconnaissance formelle de l’autorité de Venise par la communauté monastique : chaque année, en signe d’allégeance, l’économe de Saint-Jean de Stylos devait l’hommage d’un faucon au duc de Crète et d’un taureau au recteur de La Canée, à titre de régale.

  • 50 La lettre patriarcale de mai 1292 lui restituant ses dépendances des Spondai et d’Alsos, à Kôs, rap (...)
  • 51 Par exemple, Makris, Studien zur spätbyzantinischen Schiffahrt, cité supra n. 8, p. 246-247, relève (...)
  • 52 Ibid., p. 103-105.
  • 53 Plus d’un siècle auparavant, le testament de Christodoulos mentionnait déjà deux navires de ce type (...)
  • 54 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Rome 1978 (Bibliothèque des Écoles frança (...)
  • 55 MM, 6, p. 230. Voir Karlin-Hayter, Notes sur les archives de Patmos, cité supra n. 12, p. 213 ; Nys (...)

10En échange de cette soumission symbolique, la bienveillance des Vénitiens conservait aux moines de Patmos leurs biens en Crète et leur épargnait les tracasseries de l’administration locale exactement comme la protection des empereurs et des patriarches grecs leur avait longtemps permis d’arrondir leurs biens en Anatolie et dans le Dodécanèse et de les défendre contre les empiétements juridictionnels des évêques : en effet, ouvert au monde latin, le monastère insulaire n’en demeura pas moins jusqu’au début du xive siècle étroitement lié à l’Empire byzantin aux marges duquel il se situait encore. Il est donc naturel que les troubles qui agitaient cet empire aient alors trouvé un écho jusque dans cette île lointaine : le schisme arsénite puis peut-être la politique religieuse de Michel VIII semblent avoir désorganisé l’établissement et entraîné une décomposition temporaire de son patrimoine en territoire byzantin, ce à quoi une lettre patriarcale mit bon ordre une fois la paix revenue au sein de l’Église50. Les actes impériaux du xiiie siècle concernaient aussi les privilèges commerciaux du monastère, dans un empire où le contrôle des activités économiques n’était d’ailleurs plus comparable à ce qu’il fut avant 120451. Théodore Ier et Jean III exemptèrent deux platidia du monastère ; après la reconquête de Constantinople (1261), les empereurs Palaiologoi transférèrent l’exemption à quatre sandalia52. Le platidion (πλατίδιον, latin platida, platina, platum, etc.) est un navire de transport à fond plat, assez rudimentaire53. Le sandalion (σανδάλιον, latin sandalum, xandalum, etc.) en revanche est un type de barque de transport, utilisé aussi pour la pêche, mais dont la capacité de charge peut quand même être importante54. Souvenons-nous qu’en 1203 l’unique navire exempté de Patmos ne jaugeait que 2 000 modioi (340 hectolitres) : il est donc possible que, contrairement à une idée répandue, le tonnage exonéré dont jouissait Patmos dans la seconde moitié du xiiie siècle ait dépassé de fait les immunités d’avant 1204. Ce n’est pas le seul indice d’un développement de la flotte patmiote à cette époque. Dans son testament de 1272, le kathigoumène Germanos déclare avoir vu, durant son abbatiat, quinze navires chargés coulés à fond, soit une moyenne de un par an : l’armada commerciale ne se réduisait donc pas, dans la seconde moitié du xiiie siècle, aux quatre sandalia dispensés de taxe55.

  • 56 G. Fedalto, La Chiesa latina in Oriente, 1, Vérone 19812 (Studi religiosi 3/1), p. 447.
  • 57 On conserve vingt actes impériaux pour Patmos de la seconde moitié du xiiie siècle, six de la premi (...)

11Mais la situation changea considérablement avec le xive siècle : la conquête turque enleva définitivement à Patmos ses riches possessions en Asie Mineure. Par ailleurs, l’occupation du Dodécanèse par les chevaliers hospitaliers plaça les domaines du monastère dans les îles voisines sous une nouvelle juridiction latine. Au milieu du siècle, pratiquement plus aucun de ses biens ne se trouvait donc sous le pouvoir du souverain grec, si l’on excepte une dépendance dans l’île de Lemnos : les moines n’étaient plus désormais aux portes de l’Empire byzantin, mais bien loin de lui. Parallèlement, la situation du monastère en première ligne des territoires chrétiens face aux Turcs explique son entrée dans le champ des préoccupations de la papauté, principale organisatrice des croisades égéennes : en témoigne l’apparition d’un évêché latin de Patmos, probablement tout virtuel56. L’évolution des sources reflète fidèlement ces transformations : pratiquement plus aucun acte patriarcal ne concerne Patmos ; les actes impériaux eux-mêmes ne tardent pas à disparaître presque totalement et les derniers ont précisément pour objet la confirmation ou la concession de propriétés dans ce qui reste encore du domaine insulaire de l’Empire, à Kôs, Lemnos et Chio57.

  • 58 On l’a vu, les moines étaient autorisés à exporter vers Patmos 1 000 mesures depuis leurs dépendanc (...)

12C’est que le réseau patmiote a été déchiré par les bouleversements de la géographie politique autour de 1300 et que le monastère se trouve en quelque sorte à cette époque jeté à la mer : il ne peut plus alors compter pour sa survie que sur ses dépendances en territoire latin, mais aussi sur sa capacité traditionnelle à remplir une fonction économique d’échange et non pas seulement de production. Les documents des archives vénitiennes de Crète permettent d’observer ces activités économiques de façon beaucoup plus précise que la documentation grecque. Peut-être doit-on même s’étonner qu’ils ne soient pas plus abondants, mais il faut se rappeler que le port de Crète avec lequel les moines de Patmos devaient entretenir les relations les plus régulières était La Canée, d’où ils chargeaient les productions de leur métoque de Stylos. Or, les documents qui nous sont parvenus ne concernent que Candie, la capitale de l’île. Ils n’en sont que plus intéressants pour notre propos, puisque la présence de navires de Patmos dans ce port ne saurait en revanche se justifier seulement par les nécessités de ce transport des propres productions du monastère mais suppose une activité purement commerciale, unique raison qui puisse d’ailleurs expliquer l’existence et l’emploi d’une flotte monastique : un seul voyage annuel d’un seul navire du monastère aurait suffi à transporter la totalité du grain qu’il lui était permis d’exporter de Crète58.

  • 59 Je prépare une étude d’ensemble de cette documentation : j’y renvoie pour un examen plus détaillé.
  • 60 Voir Annexe II. Les données ne son ! pas continues : outre des lacunes ponctuelles, il y en a une p (...)
  • 61 Le patron est qualifié quatre fois de caloyer, une fois de moine, une fois simplement de papas (pap (...)
  • 62 On a quatre fois griparia, deux fois barcha et un cas où le texte est endommagé. La gripière (gripa (...)
  • 63 Il est cependant parfois difficile d’être affirmatif quant au nombre de marins en raison de l’état (...)
  • 64 À moins qu’il ne s’agisse dans son cas d’un patronyme, mais compte tenu du contexte c’est peu vrais (...)

13Tout navire privé quittant le port de Candie devait obtenir une autorisation administrative et désigner un répondant local qui certifiait notamment que l’embarcation ne transportait pas clandestinement à son bord des esclaves ou des parèques crétois. Il ne subsiste que des épaves de la série complète que ces autorisations, enregistrées dans les livres de l’administration vénitienne de Crète, devaient constituer pour le xive siècle, suffisamment néanmoins pour se faire une idée assez précise du réseau d’échange régional dont Candie était le centre59. On conserve par exemple un peu moins de 300 de ces autorisations pour la période comprise entre septembre 1355 et juillet 1357 : sept d’entre elles seulement concernent des navires à destination de Patmos60. Chaque fois le document indique le garant local, le patron du navire, le type d’embarcation, la destination et, information qu’on ne retrouve pas dans la documentation ultérieure, la liste des membres d’équipage. Dans six de nos sept cas, l’embarcation a pour patron un moine61. Le navire est décrit soit comme une barque (barcha), soit comme une gripière (griparia)62 : on peut y voir une évolution des types d’embarcations utilisés par rapport au siècle précédent, si l’on se fie aux pauvres informations des sources byzantines qui, on l’a vu, parlent alors seulement de platidia et de sandalia. Le nombre de marins va de cinq à onze, sans qu’il paraisse lié au type d’embarcation63. Contrairement à ce qui s’observe ailleurs, aucun membre de l’équipage ne se voit assigner de fonction particulière : on n’a pas de mention d’un scribe, et une seule fois d’un pilote (nauclerius, mais il est possible que Léôn Patmiôtès que l’on trouve une seule fois avec ce titre exerce néanmoins cette fonction dans les deux autres cas où on le voit paraître). En revanche, sur un total de cinquante-neuf postes de marins, cinq sont occupés par des diacres (dhiaco ou diacus, pour διάκος), un par un prêtre (papas) et un autre par un « caloyer », donc un moine64. L’équipage lui-même est donc en partie clérical. Le reste des marins est probablement formé d’habitants de Patmos, comme le montre le fait que l’on retrouve certains d’entre eux lors de voyages successifs, ou bien des porteurs du même patronyme comme Iannès, Léôn et Théotokès Zôtos (Çotho) ou Kôstas et Iannès Karônès (Caroni), et comme le confirme le nom même de Michaèl. Basileios et Léôn Patmiôtès (Patnioti ou de Patno, de Patnos).

  • 65 Léôn Patmiôtès est à nouveau associé comme pilote à un moine Grègorios qui est certainement le même (...)
  • 66 La présence de celui-ci à Candie était involontaire. Venise et Gênes avaient fait la paix le 1er ju (...)
  • 67 Document 2. Sur la place du fromage crétois dans le commerce méditerranéen, voir D. Jacoby, Cretan (...)
  • 68 Annexe II, n° 1.
  • 69 Karlin-Hayter, Notes sur les archives de Patmos, p. 200-201.

14Pour connaître les activités auxquelles se livraient nos moines marins, il faut toutefois se tourner vers un autre type de documentation, car les autorisations de sortie du port de Candie ne disent rien des chargements et de leurs propriétaires. Les actes notariés suppléent heureusement ce manque et le quasi-silence des sources byzantines sur les activités commerciales des navires monastiques. On voit ainsi en juillet 1355 le moine Grègorios, patron d’un linh du monastère qui a pour pilote Léôn Patmiôtès65, noliser ce navire à un Latin habitant de Constantinople, Francesco delle Grotte66, pour le transport de 50 migliaia de fromage (plus de 25 tonnes et demie) de Candie à Rhodes, bien que les Patmiotes ne soient pas absolument sûrs que leur navire puisse emporter tout ce chargement67. Si tel fut bien le cas, le nolis de 1,5 florin par migliaio aura rapporté 75 florins (environ 225 hyperpères). Le navire est décrit ici comme un linh, ce qui fait hésiter à l’identifier à celui qui reçut l’autorisation de quitter le port de Candie en septembre suivant, car ce dernier est qualifié de gripière, même s’il a par ailleurs le même patron et le même pilote68 : ceux-ci revinrent-ils entre-temps à Candie à bord d’une gripière, ou lignum ne désigne-t-il, dans le contrat de nolisement, qu’un navire en général (en fait une gripière) et non un linh ? En tout cas ce document montre la flotte de Patmos impliquée dans un commerce interrégional qui est réputé la chasse gardée des Latins, et pour un type de produit dont on sait que l’île de Patmos elle-même était exportatrice : deux siècles et demi plus tôt, au temps de Christodoulos, les moines vendaient déjà leur propre fromage sur les rives du Bosphore69. Il est clair cependant que le fromage est ici crétois et que les Patmiotes ne jouent que le rôle de transporteurs.

  • 70 Bien qu’il ne soit pas désigné comme tel, Agapèthos Pothètos est peut-être le pilote du navire dont (...)
  • 71 Document 1.
  • 72 Cristoforo Buondelmonti, Liber insularum Archipelagi, éd. G. R. L. De Sinner, Christoph[ori] Bondel (...)
  • 73 N. Jorga, Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve siècle, 1, Paris 1899, p. (...)

15Ils n’étaient d’ailleurs nullement spécialisés dans l’acheminement du fromage. En septembre 1353, le moine Iônas et Agapètos Pothètos, qui paraît être un laïc mais un dépendant du monastère de Patmos70, conclurent un contrat de nolisement avec deux Candiotes pour l’utilisation d’un linh du monastère dans un voyage commercial qui les conduirait d’abord à Kôs, où ils devaient décharger certaines marchandises que l’on doit supposer destinées soit à la commercialisation soit aux besoins des propriétés de Patmos dans cette île, et ensuite de là en « Turquie », c’est-à-dire en Anatolie, pour y prendre livraison d’une cargaison de 1 000 mesures de froment (soit 172 hectolitres environ) appartenant aux deux Candiotes, qui serait rapportée à Candie71. Le fret était fixé à 9 hyperpères les cent mesures, soit un gain potentiel de 90 hyperpères pour le transporteur. Les importations vers la Crète de céréales en provenance des territoires turcs sont assez bien connues, mais il est bien sûr particulièrement intéressant de voir les fonctions de transport assurées par un navire de Saint-Jean de Patmos : les moines avaient perdu les riches domaines de la région du Méandre qui leur assuraient jadis approvisionnement et surplus en céréales, mais ils n’avaient pas pour autant oublié le chemin de l’Anatolie et y disposaient peut-être encore de contacts utiles. Au début du xve siècle, le prêtre Cristoforo Buondelmonti témoigne, dans sa description des îles de l’Égée, du modus vivendi que les moines avaient établi avec les émirats de la côte micrasiatique et du fait qu’ils continuaient à se procurer dans ces territoires, évidemment par achat, une partie de leur ravitaillement72. Ces bonnes relations leur permettaient de jouer aussi un rôle d’intermédiaires entre la Crète et la Turquie, comme en 1403 lorsque, peu après la défaite du sultan Bayezid à Ankara, l’émir de Menteshe restauré par Tamerlan se proposait de faire porter ses offres de paix en Crète « par les gripières des caloyers de Saint-Jean de Patmos »73

  • 74 Document 3.
  • 75 Un ans plus tôt Basileios tès Ploumès était marin sur une gripière du monastère : Annexe II, n° 2.
  • 76 Le moine Kallinikos était patron d’une barque du monastère qui quitta Candie deux jours plus tard ( (...)
  • 77 Au xive siècle, la juridiction ecclésiastique supplée aux carences de l’État dans son rôle de contr (...)

16Bien sûr, les liens de ceux-ci étaient encore plus naturels avec le Dodécanèse, contrôlé par les chevaliers de l’Hôpital, où ils conservaient des propriétés. On n’est donc pas surpris de trouver à nouveau mention le 22 mai 1357 d’une gripière du monastère qui se rendait de Candie à Rhodes74 : elle avait cette fois pour patron un laïc, Basileios tès Ploumès75, assisté du pilote Léôn Tzakas. On est plus surpris en revanche de voir un Florentin, Renucio Caserelli, résidant dans la cité micrasiatique de Palatia (Milet), principal centre économique de l’émirat turc de Menteshe, et qui se rendait à Rhodes, certainement à bord de ce navire, emprunter la somme rondelette de 63 ducats au patron et au pilote, mais aussi au moine Kallinikos76. Ainsi, non seulement les moines de Patmos louaient leurs navires pour le transport de marchandises appartenant à des tiers, mais ils s’adonnaient également au prêt. De fait, malgré sa limitation théorique, son assimilation à l’usure et son contrôle par l’Église et à sa suite par la législation civile, le prêt à intérêt n’était pas inconnu dans les milieux cléricaux byzantins ; certes, le xive siècle fut un moment de remise en cause du prêt par la pensée ecclésiastique77, mais il n’est que plus intéressant de voir les moines de Patmos, loin de la cour patriarcale, s’y livrer sans complexe.

  • 78 Document 5.
  • 79 Nikolaos Grispos faisait partie des marins embarqués le 29 juillet 1356 à bord de la gripière patro (...)

17Outre les marchandises, les navires convoyaient donc aussi des passagers. Un autre contrat, du 14 mai 1372, porte sur un transport de ce genre78 : Nikolaos Grispos79, un laïc, patron d’une gripière du monastère de Saint-Jean, y accepte contre argent de conduire à Rhodes un Allemand, Johannes von Geller, certainement un pèlerin qui souhaitait, comme beaucoup de ses pareils, visiter l’île des chevaliers. On peut penser que le transport des pèlerins devait être une occupation assez commune pour les vaisseaux de Saint-Jean, notamment parce que, en raison du prestige entourant l’île, nombre de ceux-ci devaient désirer se rendre à Patmos où la grotte dans laquelle l’Apôtre rédigea l’Apocalypse avait été aménagée à leur intention et décorée de fresques vers le milieu du xie siècle.

  • 80 Dans Saint-Guillain, Amorgos au xive siècle, cité supra n. 31, p. 114, n. 315, j’ai suggéré que Gal (...)
  • 81 Pothètos est probablement le « prêtre Pothètos, patron d’une barque de Saint-Jean de Patmos » (pres (...)
  • 82 Barsanouphios était inconnu jusqu’ici : il faut l’ajouter à la liste, très lacunaire, des kathigoum (...)
  • 83 Document 4. Cette procuration en suit une autre du même Michele Damico à Ugolino Sarmea, habitant d (...)
  • 84 Ibid., p. 160, n° XV (texte du procès), et p. 113-114 et 146 (commentaire et régeste).
  • 85 Ibid., p. 122. Les indices concernant les liens anciens d’Amorgos avec Patmos sont toutefois bien m (...)

18On a déjà vu plus haut un navire de Patmos à destination de la Turquie devant faire escale à Kôs. Le monastère conservait dans cette île d’importantes dépendances et par conséquent y bénéficiait sûrement d’un certain rayonnement social. Michele Damico, un habitant de Chio, se choisit donc des procureurs dont il savait que l’aide pourrait être précieuse lorsqu’il désigna le 12 octobre 1357, pour le représenter et récupérer pour lui l’argent que lui devait un Latin habitant Kôs, trois notables patmiotes : Galaktiôn, l’économe du monastère80, Pothètos81, le frère de Barsanouphios, un ci-devant kathigoumène82, et le prêtre Géôrgios Krètikos83. Certains de ceux-ci étaient absents lors de la rédaction de la procuration, mais l’un d’eux au moins était à Candie et ne s’y trouvait pas par hasard : Galaktiôn, l’économe du monastère, y avait été envoyé pour représenter sa communauté dans un procès qui se tint le lendemain, 13 octobre 1357, devant les autorités vénitiennes de Crète et qui impliquait les navires de Patmos. Il nous en montre les équipages dans un rôle inattendu, celui de pilleurs d’épaves : un navire transportant une cargaison de vin appartenant à des marchands crétois avait en effet été attaqué par des pirates turcs puis abandonné à Grambousa, l’un des ports de l’île d’Amorgos. Deux gripières du monastère de Saint-Jean passèrent par là et les marins firent main basse sur un certain nombre de tonneaux. Dieu sait comment, les marchands l’avaient appris et réclamaient maintenant compensation. Galaktiôn reconnut les faits, mais fit valoir que sur les sept grands et les cinq petits tonneaux dérobés, certains étaient déjà gâtés par l’eau de mer. Il fut condamné à payer 200 hyperpères aux marchands84. L’incident est intéressant non seulement pour l’histoire de la flottille patmiote, mais aussi parce qu’il peut témoigner de la permanence de liens entre Patmos et Amorgos, où un monastère local, la Panagia Chozobiôtissa, avait peut-être été longtemps auparavant une dépendance de Patmos. Si cela avait été effectivement le cas, la conquête latine y avait mis un terme, mais la présence des navires patmiotes en 1357 pourrait attester, un peu comme pour l’Asie Mineure, des relations ayant survécu à la rétraction de l’emprise patrimoniale de Saint-Jean de Patmos85.

  • 86 Karlin-Hayter, Notes sur les archives de Patmos, p. 213-214 ; Nystazopoulou-Pélékidou, T πλοῖα τῆς(...)
  • 87 ASV, Duca di Candia, busta M, Actorum 9 (olim 14), f. 75v et 80v. Malgré l’écart de douze ans, c’es (...)

19Tous ces témoignages posent la question du respect de l’esprit et de la lettre de la règle de Christodoulos : loin de mener leur existence à l’abri de leur île semi-déserte, les moines, ou du moins certains d’entre eux, sont contraints par les nécessités du commerce à endurer la promiscuité de la vie à bord, à fréquenter les ports de Crète, à manier l’argent. Car il est clair que les navires de Patmos, élément désormais fondamental de son patrimoine, sont exploités pour l’essentiel directement par les moines qui ne se font pas seulement marchands, mais aussi marins. Dans deux cas cependant, le patron du navire n’est pas un moine, mais dans un de ces cas un moine est néanmoins présent ; nous ne savons pas à quel titre ces laïcs commandent les embarcations du monastère : peut être simplement comme ses employés ou dépendants, mais il n’est pas exclu non plus que certains navires aient été occasionnellement loués à des laïcs, comme cela se pratiquait déjà aux origines du monastère86. Ces cas sont peut-être sous-représentés ici : par exemple, deux autorisations de sortie du port de Candie des 26 mai et 27 juin 1368 concernent une barque puis un linh du monastère dont le patron est Basileios Patmiôtès (Vasilio de Santo Iohanne Palmosa, Vassili da Patno)87. Mais il est néanmoins manifeste que ce n’était pas au milieu du xive siècle le mode de rentabilisation le plus ordinaire de ces navires.

  • 88 Živojinović, The Trade of Mount Athos Monasteries, p. 110-111, et A. Laiou, Economie Activities of (...)
  • 89 Oikomidès, Hommes d’affaires, cité supra n. 77, p. 75 ; Makris, Studien zur spätbyzantinischen Schi (...)
  • 90 À propos de la dynamique économique et commerciale de la société grecque en dépit de la prépondéran (...)

20Le réseau des possessions de Patmos constitué durant le siècle précédant la prise de Constantinople par les croisés a pu être en partie maintenu et même accru en dépit du fait qu’il se trouvait désormais situé à cheval sur la « ligne de démarcation » entre Latins et Byzantins, mais il s’est trouvé un siècle plus tard lourdement amputé par la conquête turque de l’Asie Mineure. Pourtant, au-delà de cette date, les navires de Patmos continuent à se mouvoir dans l’espace qu’il avait délimité, entre la Crète, le Dodécanèse et la Turquie. Les liens avec le pouvoir impérial perdent dès lors de leur importance : ce sont les relations politiques et économiques au niveau local et régional qui déterminent désormais la survie du monastère, laquelle passe notamment par le maintien et peut-être le développement de ses activités commerciales. Patmos n’est d’ailleurs pas un cas isolé et la vieille excuse du commerce imposé aux moines par la nécessité peut-être pas si éloignée de la vérité en ces temps difficiles : en 1349, un acte de l’empereur Jean VI Kantakouzènos montre qu’un navire d’un tonnage de 100 politikoi modioi (307,5 hectolitres), appartenant à un métoque constantinopolitain du monastère athonite de Batopédi est exempté du kommerkion pour les produits destinés à son usage propre mais le paye pour les produits destinés à être vendus ; les moines sont par ailleurs sur le point d’acquérir un autre navire de 300 politikoi modioi (922,5 hectolitres). En 1356, l’empereur Jean V Palaiologos permet au même monastère d’acheter ou de faire construire un navire plus grand, d’un tonnage maximal de 700 modioi (environ 2 153 hectolitres), avec une visée commerciale puisqu’il sera exempté du kommerkion et d’autres taxes en mer Noire, en Égée, à Constantinople et dans les îles de l’Empire88. En 1415, un navire du monastère de Saint-Georges, dans l’île de Skyros, visitait le Dodécanèse, certainement pour commercer, et même le monastère constantinopolitain de Saint-Athanase possédait un linh qui trafiquait en 1361 aux bouches du Danube, à Kilia89. Dans l’empire émietté et privé de substance territoriale des deux derniers siècles de Byzance, les grands établissements monastiques n’ont d’autre ressource pour se perpétuer que de se tourner vers la mer et le commerce et de s’insérer, au niveau régional, dans le système d’échange en partie modelé par les intérêts économiques des républiques italiennes et de leurs colonies. Une reconversion qui n’est pas si éloignée de celle que connaît alors, sous la pression des mêmes contraintes, l’aristocratie byzantine90.

Annexes

ANNEXE I

LE TRÉSOR DE PATMOS ET SON PILLAGE VERS 1220

Des actes entourant le procès perdu de 1224, les plus précieux sont les deux premiers car ils permettent d’établir une liste des objets volés et revendus, pour certains deux fois91. Elle peut être confrontée à l’inventaire (κώδνξ) du trésor et de la bibliothèque du monastère dressé en 1200, qui permet une identification plus précise92.

Les pièces revendues à Modon par les pillards étaient les suivantes :

– Une vingtaine d’icônes, grandes et petites, avec des cadres d’argent (anconas circumdatas argenti circa XX inter parvas et magnas). L’inventaire de 1200 mentionne précisément 19 icônes, et fournit des détails minutieux sur leur décoration précieuse93 : cela signifie que les pirates durent emporter la totalité de celles qui se trouvaient dans le trésor du monastère.

– Des anneaux et des coupelles d’argent pour un poids de six marcs (et marcas argenti sex inter anulos et scutillos).

Deux calices (duo calices). L’inventaire de 1200 mentionnait quatre « calices sacrées » (ἅγια ποτήρια), trois en argent et le quatrième en jaspe noir rehaussé d’argent.

– Un encensoir d’argent (unum teribulum)94.

Une cuiller liturgique (unum cacillum)95. L’inventaire cite cinq de ces objets d’argent (λαβίδαι ὅμοιαι ε’) destinés à retirer le pain du calice et à donner la communion96.

– Une patène ou bien peut-être un plateau (plathone)97.

Un « calice de panagia » (alius calix de panaghia), c’est-à-dire un panagiarion, un type particulier de plat liturgique, comportant généralement en son centre un médaillon de la Vierge, et utilisé, lors de certains rituels d’inspiration eucharistique, pour l’élévation d’un fragment de pain (il s’agit donc plutôt d’une patène que d’un calice, mais qui adopte souvent la forme d’un bol et non d’un plat98).

Le poids de ces divers objets d’argent était de 16 marcs, ce qui représente donc, avec les anneaux et les coupelles, un poids total de 22 marcs (environ 5,25 kg).

– Les pillards firent aussi main basse sur un certain nombre de tissus de soie (aliquante pecie de seta), tout ou partie de ceux dont l’inventaire de 1200 donne également le détail.

– Deux ou trois reliquaires pendentifs (ὲγκόλπια) avaient également été dérobés (et ancolfi duo vel tres), ce qui est peu comparé à l’inventaire, qui mentionne cinq enkolpia et où la liste des reliques forme une section particulière99.

– Cinq croix, trois à l’armature de fer couverte d’argent, une de bois couverte d’argent (quatuor cruces quarum tres sunt de ferro cum argento et quarta lignea cohoperta argento) et une d’argent doré (et una quinta aurea cohoperta auro : l’expression, redondante, doit être un lapsus pour « d’argent recouverte d’or »). L’inventaire de 1200 ne connaît que quatre croix : une grande croix d’argent dorée, deux croix cloutées d’argent, une autre émaillée de figures.

– L’argent liquide, tout ou partie de la trésorerie des moines100, consistait en 200 manoèlata (ducenti manulatos angellatos101). Le manoèlaton (μανοηλάτον ou μανολάτον, en latin manuelatus, manlus, etc.) est un des noms de la monnaie d’électrum valant un tiers de l’hyperpère d’or, ainsi désignée car les espèces les plus courantes étaient celles frappées sous Manuel Ier102. Ces manoèlata sont dits angélata (ἀγγελάτα) ; une source byzantine exactement contemporaine emploie le même adjectif à propos du même type de monnaies103. Peut-être signifie-t-il qu’ils ont été frappés par un membre de la dynastie des Angéloi104, mais, compte tenu de la genèse habituelle des noms de monnaies, il faut plutôt comprendre qu’ils portaient l’image d’un ange (voir par exemple l’adjectif hagiogéôrgiaton pour les monnaies de Jean II à l’effigie de saint Georges). Comme ce thème iconographique ne fut pas employé entre 1204 et 1220, il doit s’agir d’espèces antérieures, certainement des monnaies d’Isaac II portant une représentation de l’empereur et de saint Michel côte à côte105.

La totalité des objets d’argent avaient été revendus par Marino Giusto à Pietro Norai avant que les autorités n’interviennent, mais pas les icônes, les soieries, les reliquaires, les croix et les monnaies106.

On voit que la plupart des pièces mentionnées en 1223 figurent dans l’inventaire de 1200. L’inverse n’est pas vrai : si toutes les icônes semblent avoir été subtilisées, ce n’est pas le cas des reliquaires, pourtant fort précieux, pas plus que d’aucun des manuscrits qui occupent environ les quatre cinquièmes de l’inventaire107. Mais cette liste est seulement celle des objets vendus à Modon à Marino Giusto, et il se peut qu’une autre partie du trésor, dérobée également, ait connu un sort différent. La même incertitude concerne le prix de cette vente : nous connaissons les parts de butin de cinq des pirates, mais leur addition ne peut correspondre à ce que leur paya Marino Giusto, sauf à croire que le trésor fut bradé, car alors il ne leur aurait pas rapporté plus de 80 hyperpères108. Cette somme pourrait correspondre plutôt à un butin en espèces, immédiatement partagé, mais elle est un peu élevée pour coïncider avec les 200 manoèlata dérobés au monastère et, en outre, ces monnaies font partie des objets vendus à Modon. Dans cette hypothèse, la trésorerie des moines aurait donc recelé en argent liquide d’une part les 80 hyperpères environ, que les pirates auraient aussitôt répartis entre eux, et d’autre part les 200 manoèlata que, pour une raison inconnue, ils auraient préféré écouler avec l’argenterie. Une autre hypothèse est cependant envisageable et même préférable : le sort de six des pillards présumés nous demeure inconnu ; il n’est pas impossible que, bien que nous l’ignorions en raison de l’état de la documentation, ils aient été également coupables et aient reçu eux aussi leur part du bénéfice, dont le total serait alors bien supérieur à 80 hyperpères et devrait plutôt se situer entre 150 et 200 hyperpères, une somme parfaitement susceptible d’être celle retirée de la vente des objets du trésor et des manoèlata109.

ANNEXE II

NAVIRES DE PATMOS EN PARTANCE DU PORT DE CANDIE (SEPTEMBRE 1355-JUILLET 1357)a

1. 1355, 24 septembre

type de navire : griparia

patron : calogerus Gligori

garant : /......] habitator burgi Candide apud ecclesiam Sancti lohannis Exafilina

destination : Patmos

liste des marins (10) : Leo Patmioti nauclerius ; papa Michael ; dhiaco Gharvatino ; dhiaco Amurgini ; [......] ; Iani tu Çoghu ; Iani tu Calu ; Leo Franco ; Lendi calogero ; Georgius [...]

2.1356, 5 juillet

type de navire : due griparie

patron : Theodullus calogerus

garant : Iohannes Mortadho habitator burgi Candide destination : Patmos

liste des marins(12) : Iani Çotho ; Leo Çotho ; Canicopulo ; Michael Cluneri ; Pothito de Gemelana ; Iohannes tu Chalu ; Vasili tis Plumis ; Iani, diacho ; Decapsita ; Vasili tu Çan[.„] ; Costas Lorio ( ?) ; Vasili, diaco

3. 1356, 29 juillet

type de navire : griparia

patron : Gregorius calogerus

garant : [...] [...]dho habitator burgi Candide

destination : Patmos

liste des marins (11) : Leo Patmioti ; Iohannes Theodoritus ; Costas Caroni ; Iani Caroni Callo Cacomandria ; Iani Psara ; Georgius Andriomeno ; Kiriachus [...] ; Iani Tralina ( ?) ; Nicolaus Grispo ; Nichitas Crussati

4. 1356, 1er octobre

type de navire : barcha

patron : papas Georgius Nomico de Sancto Iohanne Palmosa

garant : Michael Basilo cultrarius habitator Candide

destination : Patmos ( ?)b

liste des marins (5) : Vassili de Pothitu ; Caçuri Proghoro ; Vassili Çangari ; Theotoqui Çotho ; Costas de papa Valla

5. 1356, 12 novembre

type de navire : [...]

patron : Basilius Patnioti

garant : [......]

destination : Patmos

liste des marins (5) : Michael de Pathno ; Michali Thlacicha ; Michali Canioti ; Thodoro [...] ; [......]

6. 1357, 24 mai

type de navire : barcha

patron : Calinicus calogerus Sancti lohannis de Pathmos

garant : [Nico]laus Clinioti filius naturalis ser Mathei

destination : Patmos

liste des marins (9) : Leo de Patnos ; Vassili Zacharia ; Iohannes Charolambi ; Leo Franco ; [...] Nicherodres ; diacus Cornaropulo ; Michael Vlacita ; Vassili Çangari ; Costas Gipsia

7.1357, 26 juin

type de navire : griparia

patron : Ianichi monacus de Sancto lohanne Palmosa

garant : [P]etrus Tarello habitator burgi Candide

destination : Patmos

liste des marins (7) : Iani Çotho ; papa Caloianni ; Pregh[…] de Çancarina ; Çorçi Lunardo ; Calo Caçomandrinus ; Callo Amurgino ; Constantin Crisopoliti

DOCUMENTS

1. 1353, 11 septembre, Candie. Le moine Iônas et Agapètos Pothètos, servants du monastère de Saint-Jean l’Apôtre et Évangéliste de Patmos, concluent un contrat avec Iôannès Modènos, habitant Candie, et Géôrgios Rômènos, habitant du bourg, qui devront s’embarquer avec eux à bord du linh du monastère actuellement dans le port de Candie et se rendre à Kôs, où le navire sera déchargé des marchandises qui s’y trouvent, puis en Turquie. Là, Modènos et Rômènos chargeront dans les dix jours 1 000 mesures de froment, après quoi le navire reviendra à Candie. Le fret sera de 9 hyperpères pour cent mesures.

ASV, Notai di Candia, busta 101, notaio Giovanni Gerardo, f. 253r. En marge à droite : Ionne monaci et al(iorum) soc(ium) suorum.

Die undecimo. Manifestum facimus nos Ionnas monachus et Agapitus Pothyto famuli monasterii Sancti lohannis Apostoli etc Evangeliste de Patmos ex una parte et Iohannes Modino habitator Candide ac Georgius Romino habitator burgi Candide ex altera cum nostris successoribus et heredibus vicissim quia nos Iohannes et Georgius tenemur ascendere super lignum suprascripti monasterii presentialiter in portu Candide manens et accedere cum vobis Ionna et Agapito ad Langonum ubi debetis disonerare dictum lignum de mercibus quibus nunc est oneratum et inde recedere quant cito fieri poterit, accessuri Turchiam in parte illa que vobis et nobis videbitur magis securus, ubi debemus vobis presentare mensuras Cretensesd frumenti mille infra dies decem postquam illuc applicuerimus, quo onere recepto teneamini reverti Candidam simul nobiscum absque mora, salvo tamen impedimenta Dei et dominationis. Tamen est sciendum quod superfluum oneris dicti ligni vos potestis ponere ad libitum vestrum. Et pro nabulo cuiuslibet centenarii mensurarum suprascripti frumenti,e teneamur dare vobis yperpera Cretensia novem infra dies octo postquam onus nostrum nobis presentaveritis Candide. Ad hec autem nos suprascripti Ionnas et Agapitus sumus contenu et illa tenemur attendere et observare modo et ordine suprascriptis. Si qua igitur partium etc. pena yperperorum viginti quinque, contractu firmo. Testes Io(hannes) de Firmo notarius, Ni(colaus) Iusto, Andr(eas) Lamfule, He(manuel) Quirino, Ni(colaus) Mar(ci) Brogognono. Complere et dare.

Dedi suprascripto Iohanni Modino. Dedi Agapito suprascripto similem.

2. 1355, 13 juillet, Candie. Le moine Grègorios, patron, et Léôn Patmiôtès, pilote, tous deux du monastère de Saint-Jean l’Évangéliste de Patmos, s’engagent auprès de Francesco delle Grotte, habitant de Constantinople, à prendre à bord du linh du monastère ancré dans le port de Candie 50 migliaia de fromage, ou tout ce que le navire pourra contenir. Le chargement devra être présenté dans les huit jours et transporté à Rhodes où sera réglé le fret d’un florin et demi par migliaio.

ASV, Notai di Candia, busta 101, notaio Giovanni Gerardo, f. 58r (alias 102r). En marge à droite : Gregorii monaci et Leonis Patnioti ac Francisci de le Grote.

Die terciodecimo. Manifestum facimus nos Gregorius monachus patronus et Leo Patnioti nauclerus ambo de monasterio Sancti Iohannis Evangeliste de Patmo ex una parte et Franciscus de le Grote habitator Constantinopoli ex altera cum nostris successoribus et heredibus vicissim quia nos Gregorius et Leo nauliçamus tibi Francisco super lignum monasterii suprascripti nunc existens in portu Candide milliaria quinquaginta casei vel tot quot ipsum lignum apte continere poterit si non potest continere dictum numerum specificatum, et debemus habere ipsum lignum preparatum et furnitum de omnibus sibi neccessariis et cum personis undecim inter omnes. Tu vero teneris hinc ad dies octo proximos incipere ad dandum nobis dictum onus et continuare sine dilatione ad dandum illud donec perfecte illud recipiamus. Et illo recepto, debemus recedere de dicto portu cum tempus habebimus congruum, sine impedimenta Dei et dominationis, causa eundi et pro eundo recte Rodum ubi teneris dare nobis pro nabulo cuiuslibet milliarii dicti casei florenum auri unum ac dimidium infra dies decem postquam Rodum applicuerimus. Ad hec autem ego Franciscus suprascriptus sum contentus et teneor attendere et observare omnia suprascripta, remotis quibuslibet occasionibus et exceptionibus. Si qua igitur partium etc. pena yperperorum quinquaginta, contractu firmo. Testes Ra(nucius) Geno, Ni(colaus) de Clementino, Mar(cus) de Raynerio, He(manuel) Cortesano. Complere et dare.

Dedi Gregorio monacho suprascripto.

3. 1357, 22 mai, Candie. Renucio Caserelli, de Florence, habitant à Palatia, reconnaît avoir reçu du moine Kallinikos et de Basileios tès Ploumès, patrons, et Léôn Tzakas, pilote d’une gripière du monastère de Saint-Jean l’Apôtre et Evangéliste de Patmos un prêt d’une valeur de 63 ducats, remboursable dans les dix jours suivant l’arrivée du navire à Rhodes.

ASV, Notai di Candia, busta 101, notaio Giovanni Gerardo, f. 101r.

Die vigesimo secundo. Manifestum facio ego Renucius Casereli de Florencia, habitator in Palatia Turchie, quia recepi cum meis heredibus a vobis Calini[co]f monachog et Baxilio de Plumu patronis et Leone Cacha nauclero unius griparee monasterii Sancti lohannis Apostoli et Evangeliste Patmensis et vestris successoribus tantum de vestro habere quod ascendit ducatos Venetos auri iusti ponderis sexaginta très, quos debeo dare et deliberare vobis vel parti vestrum hanc cartam per manibus habenti a modo in antea infra dies decem postquam vestrum lignum predictum applicuerit portum Rodi de suo presenti viatico, existente tamen dicto vestro habere in vestro tali periculo maris et gentium clarefacto in quali erunt dictum lignum et eius merces. Hec autem pena capitalis et ducatorum aurih XX pro centenario etc. Testes ser Mi(chael) de Ceca, ser Io(hannes) de Torcello quondam ser Pas(qualis), An(tonius) de Canale. Complere et dare. Dedi.

4. 1357, 12 octobre, Candie. Michele Damico, habitant de Chio, donne procuration à Galaktiôn, économe du monastère de Saint-Jean de Patmos, à Pothètos, frère de Barsa-nouphios jadis higoumène du dit monastère, et au papas Géôrgios Krètikos, tous habitants de Patmos, absents, pour recouvrer ce qui lui revient auprès des exécuteurs testamentaires ou héritiers de Bertino Filacanevo d’Ancône, jadis habitant de Kôs.

ASV, Notai di Candia, busta 101, notaio Giovanni Gerardo, f. 117v.

Eodem die. Michael de Amico suprascriptus facit commissionemi ser Galactioni yconomo monasterii Sancti lohannis Patmensis et Pothyto fratri ser Varssanufii olim ygumeni eiusdem monasterii ac papati Georgii Critico, omnibus habitatoribus Patmi, absentibus tanquam presentibus, in quorum vel cuius manibus erit,j ad pettendum, recipiendum a commissariis vel heredibus aut possessoribus bonorum Bertini de Anconak Filacanevo quondam habitatoris Langoni olim filii Nicolai Filacanevo totum id quod ab eis pettere et exigere poterunt et debebunt quocumque modo, cum cartis et sine cartis, et respondendi, cartas securitatis, manifestationis, pacti et concordie et quicquid aliud opus fuerit faciendi etc. Si igitur etc., pena suprascripta, contractu firmo. Testes suprascripti. Complere et dare sibi. Dedi.

5. 1372, 14 mai, Candie. Contrat de transport : Nikolaos Grispos, de Patmos, patron d’une gripière du monastère de Saint-Jean, s’engage à conduire à Rhodes Johannes von Geller, d’Allemagne, avec ses bagages, contre un nolis de quinze ducats.

ASV, Notai di Candia, busta 11, notaio Antonio Bresciano, protocollo II, f. 96v (olim 301v).

Eodem die. Manifestum facimus nos Nicola Grispo de insula Pathmos patronus cuiusdam griparee monasterii Sancti lohannis dicte insule ex parte una et lohannes de Geler de Alamania ex parte altera cum nostris heredibus una pars alteri vicissim quia in Christi nomine ad talem pactum et concordium advenimus presentent nauliçationem facientes hoc modo nam ego suprascriptus Nicola contentus sum conducere te suprascriptum lohanneml in Rodum, Deo dante, cum dicta gripaream et accipere super eam res et arnesias tuas et merces si ipsam onerare volueris ita quod sit ad postam tuam usque ad dictum locum, recedendo de portu Candide per totam XVIIIam diem mensis maii instantis vel antea. Ego autem suprascriptus lohannes contentus sum tibique suprascripto Nicole promitto hincn recedere ad dictum terminum et venire tecum in Rodum cum dicta grip-parea, et pro eius nabulo tibi dare debeo statim ut applicabimus in Rodum ducatos auri boni et iusti ponderis Veneciarum XV. Si quis igitur partium etc. pena yper-perorum Cretensium XXV, contractu firmo. Testes suprascripti. Complere et dare parti cuilibet cartam suam.

Dedi suprascripto Nicole. Dedi suprascripto Iohanni.

Notes

1 MM. 6, p. 229-233, n° XCVI, ici p. 232 : ...κειμήλια χρυσκαι αργυρμή ζήτει έν τήγουμενείω, ὅτι οὐχ εὑρήσεις. μάρτυς μου ύ Θεòς και ή ἐμή συνείδησις, οκ ἐθησαυρίσθη ἐν τἐμοήγουμενείᾳ ἓν μόνον ἐκ τούτων τν ῥηθησομένων, οδατòς ἐγἐνοσφισάμην απέκρυψα διὰ γήρως ἀσθένειαν εις δόξης πλειοτέρας έπιθυμν ἐπισκοπής όρεγóμενος έτέρου ήγουμενείου μειζοτέρου, ἀλλἓν καὶ μόνονν τò ἐμόν καταθύμιον τοῦ ἀγωνίζεσθαι κατἐνιαυτòν καὶ ἐμπορικῶς διὰ πλοιαρίων ἀναζητεν τα τῆς μονῆς χρειώδη καί ἐξαρκεῖν εἰς ατά ταύτην καὶ ἐπαρκεῖν καὶ τοὺς πειρατς θεραπεύειν καὶ πσαν δουλέιαν διτῶν βρομάτων ἐργάζεσθαι.

2 A propos de l’idéologie économique byzantine voir A. E. Laiou, Economie Thought and Ideology. EHB, 3, p. 1123-1144. Sur l’idéal autarcique, thème discursif plus que modèle économique, voir ibid., p. 1125-1130.

3 Sur la gestion de leur patrimoine par les monastères byzantins, voir la synthèse récente de K. Smyrlis, The Management of Monastic Estates : The Evidence of the Typika, DOP 56, 2002, p. 245-261. Pour la période antérieure à celle évoquée ici, voir M. Kaplan, Les moines et leurs biens fonciers à Byzance du viie au xe siècle : acquisition, conservation et mise en valeur. Revue bénédictine 103. 1993, p. 209-223.

4 Dans le cas de Patmos, la règle de Christodoulos n’envisage pas pour les moines d’autre activité manuelle que la calligraphie et, pour les solitaires, quelques travaux destinés à les garder de l’acédie.

5 Pour le cas de l’Athos, voir M. Živojinović, The Trade of Mount Athos Monasteries, ZRVI 29-30, 1991, p. 101-116. Avec un bel optimisme, les règlements monastiques (typika) des xie-xiie siècles considèrent comme allant de soi que leur bilan annuel dégage un bénéfice : J. Lefort, K. Smyrlis, La gestion du numéraire dans les monastères byzantins. Revue numismatique 153, 1998, p. 187-215, ici p. 189.

6 Signe flagrant de contradiction et donc de surchauffe idéologique : les activités économiques des moines à cette époque nous sont connues en partie grâce à une réglementation qui s’efforce, probablement en vain, de lutter contre cette évolution.

7 A. E. Laiou,& The Church, Economie Thought and Economie Practice, The Christian East, its Institutions and its Thought. A Critical Reflection. Papers of the International Scholarly Congress for the 75th Anniversary of the Pontifical Oriental Institute, éd. R. F. Taft, Rome 1996 (OCA 251), p. 435-464. ici p. 457-461. L’auteur souligne que l’autarcie s’était imposée comme modèle à une époque de stagnation où l'autosuffisance constituait donc une réussite en soi : dans un contexte économique différent, l’idéologie dut être amendée pour combler la distance que la réalité avait prise avec ce modèle. Voir aussi Ead., Economie Thought and Ideology, cité supra n. 2, p. 1129; Ead., Exchange and Trade, Seventh-Twelfth Centuries, EHB, 2, p. 697-770, ici p. 744-745; et Živojinović, The Trade of Mount Athos Monasteries, cité supra n. 5, p. 104-105. Sur l’opinion des canonistes, voir A. E. Laiou, God and Mammon: Crédit, Trade, Profit and the Canonists, Το Βυζάντιο κατά τον 12ο αιώνα. Κανονικό δίκαιο, κράτος και κοινωνία, éd. Ν. Oikonomidès, Athènes 1991 (Εταιρεία βυζαντινών και μεταβυζαντινών μελετών. Δίπτυχων παράφυλλα 3), ρ. 261-300, en particulier p. 285-296 sur le commerce.

8 S. Borsari, Venezia e Bisanzio nel xii secolo. I rapporti economici, Venise 1988 (Deputazione di Storia patria per le Venezie. Miscellanea di Studi e Memorie 26). p. 89-90. Il est vrai cependant que notre ignorance quant à des flottilles privées appartenant à des laïcs et dotées d’avantages fiscaux comparables résulte peut-être de l’état de la documentation. Sur les monastères et le commerce maritime avant et après 1204, voir G. Makris, Studien zur späthyzantinischen Schiffahrt, Gênes 1988 (Collana storica di fond e studi 52), p. 265-270. Sur la flotte de Patmos au xiie siècle voir É. Malamut, Les îles de l’Empire byzantin, viiie-xiie siècles, Paris 1988 (Byzantina Sorbonensia 8), 2, p. 446-453, et M. Nystazopoulou-Pélékidou, Τπλοῖα τῆς Μονῆς Πάτμου (11ος-13ος αἰώνας), Διεθνὲς συμπόσιο. Πρακτικὰ. ερὰ Μονὴ ἁγίου Ἰωάννου τοῦ Θεολόγου 900 χρόνια ἱστορικῆς μαρτυρίας (1088-1988), Athènes 1989 (‘ Εταιρεία Βυζαντινῶν καὶ μεταβυζαντινῶν μελετῶν. Διπτχων παράφυλλα 2), p. 93-114.

9 Les origines du monastère sont bien connues grâce à trois documents, la Règle (hypotypôsis) rédigée pour lui par Christodoulos, le testament de ce dernier et son codicille : MM, 6, p. 59-90, nos XIX-XX ; traduction anglaise par P. Karlin-Hayter, Christodoulos : Rule, Testament and Codicil of Christodoulos for the Monastery of St. John the Theologian on Patmos, Byzantine Monastic Foundation Documents. A Complete Translation of Surviving Founders’ Typika and Testaments, éd. J. Thomas, A. Constantinides Hero, G. Constable, 2, Washington 2000 (Dumbarton Oaks Studies 35), p. 564-606. Sur ces documents et sur les sources hagiographiques voir aussi É. L. Branousè, T ἁγιολογικὰ κείμενα τοῦ ὁσίου Χριστοδούλου, ιδρυτοῦ τῆς ἐν Πάτμ μονῆς. Φιλολογικὴ παράδοσις καὶ ἱστορικαὶ μαρτυρίαι, Athènes 1966 (Δωδεκανησιακή Ἱστορικὴ κα Λαογραφικὴ Ἑταιρεία. Αὐτοτελὴ Δημοσιεύματα 2) ; les actes impériaux concernant Patmos ont fait l’objet d’une nouvelle édition : Ead., éd., Βυζαντινὰ γγραφα τῆς μονῆς Πάτμου, 1, Αὐτοκρατορικά, Athènes 1980. Pour un résumé de l’histoire du monastère, voir l’introduction à ce dernier ouvrage et, plus succinctement, celle à la traduction des documents de fondation par P. Karlin-Hayter ainsi que T. E. G[Regory], N. P. Š[evčenko], Patmos, ODB, 3, p. 1596-1597.

10 Sur les exemptions de Patmos en matière de fiscalité directe voir N. Oikonomidès, Fiscalité et exemption fiscale à Byzance (ixe-xie s.), Athènes 1996 (Institut de Recherches byzantines. Monographies 2), p. 205-207 et 217-218. Sur l’aura de sacralité autour de l’île, voir un miracle dans la vie de sainte Irène (xe siècle). Un marin habitant Patmos s’approche en bateau de la partie inhabitée de l’île d’où un personnage surnaturel lui apporte, en marchant sur les flots, six pommes du Paradis, trois destinées au patriarche Ignace et trois à sainte Irène : Vie de sainte Irène de Chrysobalanton, éd. et trad. anglaise J. O. Rosenqvist, The Life of Saint Irène Abbess of Chrysobalanton. A Critical Edition with Introduction, Notes and Indices, Stockholm 1986 (Studia Byzantina Upsaliensia 1), p. 80-85. La bipartition de l’île entre une zone habitée et un désert sanctifié préfigure curieusement l’organisation de l’espace que Christodoulos voudra y imposer à la fin du siècle suivant (voir infra).

11 Au dire de Christodoulos, Anna Dalassènè, mère de l’empereur, facilita l’obtention du chrysobulle de 1088. Elle assura plus tard à Patmos une ristourne fiscale supplémentaire. La fille d’Alexis, Anna Komnènè, succéda à sa grand-mère dans ce patronage : M. Nystazopoulou-Pélékidis, Anne Comnène, protectrice du couvent de Patmos, Μνημόσυνον Σοφίας Ἀντωνιάδη, Venise 1974 (Βιβλιοθήκη τοῦ Ἑλληνικοῦ Ἰνστιτούτου Βενετίας 6), p. 8-16 ; voir aussi Oikonomidès, Fiscalité et exemption fiscale, cité note précédente, p. 230-231.

12 Sur les conditions agraires et économiques à Patmos voir P. Karlin-Hayter, Notes sur les archives de Patmos comme source pour la démographie et l’économie de l’île, Byz. Forsch. 5, 1977 ( = Les îles de l’Empire byzantin. Symposion Byzantinon. Colloque international des historiens de Byzance. Strasbourg, 25-29 septembre 1973, éd. F. Thiriet), p. 189-215, ici p. 205.

13 Laiou, Exchange and Trade, cité supra n. 7, p. 741-742, n. 211 ; Malamut, Les îles de l’Empire byzantin, cité supra n. 8, 2, p. 452 ; Nystazopoulou-Pélékidou, Τα πλοία της Μονής Πάτμου, cité supra n. 8, p. 98. Document dans Branousè éd., Βυζαντινά γγραφα, cité supra n. 9, p. 103-118, n° 11.

14 É. Vranoussi, A propos des opérations des Normands dans la mer Égée et à Chypre après la prise de Thessalonique (1185-1186). Du nouveau sur une source hagiographique négligée, Βυζαντινά 8, 1976, p. 203-211 (reprend Ead., γιολογικὰ κείμενα, cité supra n. 9, p. 140-167) ; Malamut, Les îles de l’Empire byzantin, 1, p. 122 ; J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris 1990 (Byzantina Sorbonensia 9), p. 120.

15 Branousè, ἁγιολογικὰ κείμενα, p. 166 ; Ead. éd., Βυζαντινά γγραφα, p. 70*. Il est vrai que cette visite du roi de France donne aussi lieu à une nouvelle tentative de vol de reliques.

16 Patmos n’est pas mentionnée dans la Partitio, mais les îles voisines de Kôs et Samos ainsi que Strobèlos sur la côte anatolienne, tous lieux dont elle dépendait étroitement, se trouvaient dans la part attribuée à l’empereur. L’hypothèse parfois avancée selon laquelle Patmos aurait été dans la part de Venise est sans fondement.

17 Živojinović. The Trade of Mount Athos Monasteries, p. 110 ; Nystazopoulou-Pélékidou, T πλοῖα τς Μονς Πάτμου, p. 103.

18 Branousè éd., Βυζαντινά ἔγγραφα, p. 119-123, n° 13. Le document n’est daté que de l’indiction. F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches von 565-1453, éd. P. Wirth, Munich 19772, 2, p. 30, n° 1755, le considère de 1236. En revanche, 1221 est la datation défendue par V. Laurent, Le synodicon de Sybrita et les métropolites de Crète aux xe-xiiie siècles, ÉO 32, 1933, p. 385-412, ici p. 402-403, et retenue par la dernière éditrice.

19 S. Borsari, Studi suite colonie veneziane in Romania nel xiii secolo, Naples 1966 (Seminario di Storia Medioevale e Moderna 3), p. 43, a signalé ce dossier, sans en donner toutefois une analyse détaillée. Sur le Liber plegiorum. voir G. Rösch, Venedig und das Reich. Handels- und verkehrs-politische Beziehungen in der deutschen Kaiserzeit, Tübingen 1982 (Bibliothek des Deutschen historischen Instituts in Rom 53), p. 184-186.

20 R. Cessi éd., Deliberazioni del Maggior Consiglio di Venezia, 1, Bologne 1950 (Accademia dei Lincei, Commissione per gli atti delle assemblee costituzionali italiane) [cité désormais DMCV 1], p. 50, n° 14.

21 DMCV 1, p. 50, n° 15.

22 DMCV 1, p. 50, n° 16 : Isti sunt illi qui robaverunt et abstulerunt bona monasterii Sancti Iohannis Polmose : Marcus Wido et frater eius de Sancto Apostolo, Donatus de Canareclo, Nycolaus Sagornino, Michael David de Murano, Daniel de Cadra, Petrus de Cadra, socius eiusdem Petri, Piçolus Bonus de Sancto Hermachora, Nycolao Capeleto de Sancto Iohanne Novo, et Marcus Maglaenzoco, de conflnio Sancte Agnetis.

23 DMCV 1, p. 54. n° 29.

24 Le 4 février Angelo David se porte garant pour son fils Michele, aux arrêts, sous peine de 50 livres (DMCV 1, p. 6, n° 10), Tomà Istrigo et Stefano Valentino pour le même sous peine de 25 livres (ibid., p. 6, n° 11), Marco et Domenico Megano de Murano sous peine de 25 livres (ibid., p. 6, n° 12). Le 5 février, Marco Sagornino, de la paroisse de San Geremia, et Leonardo Todero, de celle de San Pietro di Castello, pour Nicolò Sagornino, sous peine de 100 livres, Marco Polo de Canareggio pour Marco Vido, sous peine de 100 livres, Martino Maglaenzoco, de Santa Agnese, pour Marco Maglaenzoco, sous peine de 100 livres (ibid., p. 7, n° 14, 15 et 16), et un autre habitant de la paroisse pour le même (ibid., I, p. 54, n° 30). Le 6 février Pietro Arimondo, de Santa Marina et messer Berengo da Cannareggio pour Donato Benedetto (certainement le Donatus de Canareclo de la liste des suspects), de San Geremia, sous peine de 100 livres (ibid., p. 7, n° 17).

25 DMCV 1, p. 58, n° 44.

26 DMCV 1, p. 58, n° 46 (4 avril 1224) : c’est messer Berengo da Cannareggio qui paya.

27 DMCV 1, p. 58, n° 48 (4 avril 1224) : le condamné paya lui-même. Voir aussi la mention ajoutée à DMCV 1, p. 6. N° 12 : persolvit Vibras XV dictus Michael.

28 DMCV 1, p. 58, n° 51 (11 avril 1224) : Nicolò paya lui-même.

29 DMCV 1, p. 58, n° 47 (4 avril 1224) : Marco paya lui-même. Une lacune empêche de connaître sa part dans le butin.

30 Voir Annexe I.

31 Branousè, αγιολογικά κείμενα, p. 172-174. Pour l’identification probable du pirate, voir G. Saint-Guillain, Amorgos au xive siècle. Une seigneurie insulaire entre Cyclades féodales et Crète vénitienne, BZ 94, 2001, p. 62-189, ici p. 127-128.

32 Voir le passage du testament cité en exergue. Le constat de l’higoumène Germanos quant à la disparition de la vaisselle sacrée est confirmé par le fait qu’aucun des objets énumérés dans l’inventaire de 1200 n’est aujourd’hui conservé.

33 Branousè, T ἁγιολογικ κείμενα, p. 170 ; Ead. éd., Βυζαντινὰ γγραφα, p. 103*-104*.

34 Sur les relations de Patmos avec la Crète vénitienne aux xiiie et xive siècles, voir S. Borsari,. Il dominio veneziano a Creta nel xiii secolo, Naples 1963 (Seminario di storia medioevale e moderna 1), p. 121-123,et Ch. A. Maltézou,Tà Λατινικά έγγραφα τού Πατμιακοϋ αρχείου, Σύμμεικτα !, 1970, ρ. 349-378, surtout p. 349-352.

35 En 1206, le sébaste Stéphanos Hagiostéphanitès avait fait don à Saint-Jean de Patmos de biens situés en Crète : MM, 6, p. 150-151, n° XLIV ; sur la famille, voir Cheynet, Pouvoir et contestations, cité supra n. 14, p. 239.

36 Sur la révolte de 1217-1219, voir Borsari, Il dominio veneziano a Creta, cité supra n. 34, p. 36-39.

37 G. L. F. Tafel, G. M. Thomas éd., Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik Venedig, 2, Vienne 1856 (Fontes rerum Austriacarum 13), p. 210-213, n° CCLV : Omnes monachi clerici obedientes de Pathimos et ceteri monasterii qui sunt in tenuta illa debeant esse sine aliqua querimonia et damno. Borsari, Il dominio veneziano a Creta, p. 122, souligne le rôle de la protection des familles archontales dans l’instauration de l’exception patmiote en Crète.

38 Par exemple Nystazopoulou-Pélékidou, Τπλοῖα τς Μονς Πάτμου, p. 110.

39 La ducale du doge au duc de Crète Andrea Zeno est perdue mais on en conserve une traduction partielle en grec : MM, 6, p. 220, n° XC. Voir Borsari, Il dominio veneziano a Creta, p. 122, et Maltézou, ΤΛατινικὰ ἔγγραφα, cité supra n. 34, p. 350. Sur le métoque de Saint-Jean de Stylos voir aussi Ead., Feudatari e contadini a Creta veneziana : il caso di Stilo, Rivista di Bizantinistica 3, 1993, p. 299-318.

40 S. McKee éd., Wills from Late Medieval Venetian Crete, 1312-1420, Washington 1998, 2, p. 752-754, n° 592 : Primo namque dimitto fraternitati seu comunitati monachorum Sancti lohannis insule Palmose tamquam unus ex numero ipsius comunitatis yperpera cretensia quingenta (corriger dans l’édition : unus et non unius, numero et non numereo, comme le confirme l’examen du manuscrit). Certainement, Nikolaos dut revêtir l’habit monastique à l’article de la mort. Le 7 janvier 1360, l’orfèvre Géôrgios Sélopoulos institua aussi un legs annuel d’une salma de vin en faveur du monastère (ibid., p. 792, n° 625).

41 La ducale de 1271 est insérée dans la confirmation de 1307 (références n. 43) et il subsiste aussi une traduction partielle en grec qui permet de compléter les passages détériorés : MM, 6, p. 221, n° XC. Voir Borsari, Il dominio veneziano a Creta, p. 122, et n. 65 pour la date, ainsi que Maltézou, ’Tὰ Λατινικἔγγραφα, p. 350, n. 3 (qui établit le jour).

42 Il représente à la fois Stylos et les moines de Patmos : honestum virum Paulum, kalogerum Sancti lohannis de Stilo de insula Crete, nomine dicti monasterii Sancti lohannis de Stilo et procuratorio nomine kalogerorum [seu] fratrum monasterii Sancti lohannis de Palmosa.

43 La délibération du Sénat n’est plus connue que par un bref résumé : Sp. M. Théotokès, στορικκρητικἔγγραφα ἐκδιδόμενα ἐκ του Ἀρχείου τñς Βενετίας. Θεσπίσματα τῆς Βενετικῆς Γερουσίας (1281-1385), 1, Athènes 1936 (Μνημεῖα τς Ἑλληνικς Ἱστορίας 2/1), ρ. 31, nos 29-30, et R. Cessi, P. Sambin éd., Le deliberazioni del consiglio dei Rogati (Senato). Série « Mixtorum », 1, Venise 1960 (Monumenti Storici pubblicati dalle Deputazione di Storia Patria per le Venezie 15), p. 123, n° 242. Le texte de la ducale la rendant exécutoire, qui doit en reprendre les termes, est en revanche conservé, quoique mutilé : MM, 6, p. 388-389, n° II. Il en subsiste aussi un extrait traduit en grec : MM, 6, p. 220, n° XC.

44 Contrairement aux deux autres, cette mesure n’est plus connue que par le résumé de la délibération du Sénat (Théotokès, στορικ κρητικ γγραφα ἐκδιδόμενα, cité note précédente, 1, p. 31, n° 30, et Cessi - Sambin éd., Le deliberazioni del Consiglio dei Rogati, cité note précédente, 1, p. 123, n° 242) : Kalogeri de Stilo non graventur per castellanum Bicorne.

45 Délibération du Sénat dans H. Noiret, Documents inédits pour servir à l’histoire de la domination vénitienne en Crète de 1380 à 1485, Paris 1892 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 61), p. 2-3 : cum comparuerit coram nostro dominio quidam lohannichius calogerius pro parte calogerorum S. lohannis de Pathmos, devotorum nostrorum, exponens quod ducalis henignilas amore Dei et reverentia sancti lohannis Apostoli et Evangeliste a tempore quo habuimus insulam Crete concessit dictis calogeriis monasterium S. lohannis del Scillo (sic, lire Stillo) positum in districtu nostro Canee, insula Crete, facientes ei plura privilegia immunitatum et in diversis temporibus et spe-cialiter ad extrahendum annuatim mensuras mille frumenti de redditibus dicti monasterii del Scillo, pro conducendo illud ad insulam predictam de Pathmos pro sustentatione calogerorum in dicta insula commorantium ; et quod per rectores nostros non permittuntur dicti calogeri extrahere totam quanti-tatem predictam, sed aliquando permittuntur extrahere partem et aliquando nichil...

46 Il s’agissait d’une terre, destinée à la construction de maisons pour les moines du métoque, qui n’avait pas été inscrite au cadastre au nom de l’économe comme elle l’aurait dû. Andriolo et Martinello, crieurs publics, assurèrent avoir arpenté cette terre, et les conseillers confirmèrent la donation : MM, 6, p. 387-388, n° I. Voir Borsari, Il dominio veneziano a Creta, p. 122, et n.66 pour la date, et Maltézou, Tὰ Λατινικὰ ἔγγραφα, p. 351. L’économe peut être identique au caloyer Paulos envoyé une dizaine d’années plus tard à Venise (voir n. 42). Sur le rôle de l’économe dans l’administration des métoques voir Smyrlis, The Management of Monastic Estates, cité supra n. 3, p. 247-248 et 251.

47 Niceforum Curtessi de Sancto Iohanne de Patno fut affranchi le 9 juillet 1305 par son maître Bando del Gombo, Pisan, jadis habitant d’Anaia et désormais de Constantinople, lequel l’avait acheté à deux habitants de Nasso (certainement Assos plutôt que Naxos) qui l’avaient eux-mêmes acheté aux Turcs : A. M. Stahl éd., The Documents of Angelo de Cartura and Donato Fontanella, Venetian Notaries in Fourteenth-Century Crete, Washington 2000, p. 48, n° 125 (l’éditeur a lu Patro, mais le protocole du notaire porte bien Patro : ASV, Notai di Candia, busta 186, notaio Angelo de Cartura, protocollo, f. 9v) ; le document avait été précédemment signalé, sans références précises et avec attribution erronée au notaire Nicolô Pizolo, par Ch. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, 2, Gand 1977 (Rijksuniversiteit te Gent. Werken uitgegeven door de Faculteit van de letteren en wijsbegeerte 162), p. 822.

48 Les opérations de course contre les territoires byzantins se situent en 1300-1302. Le document ne peut se référer à la campagne des capitaines vénitiens Giovanni Querini et Marco Minotto en 1307-1308, car elle lui est certainement postérieure de plusieurs mois et c’était une opération de la marine d’État et non de corsaires.

49 La ducale est transmise par une copie moderne défectueuse et un résumé en grec (MM, 6, p. 389-390, n° III, et p. 221). La décision est aussi partiellement connue par un résumé de la délibération du Sénat correspondante, qui en donne le mois (Habeant villanos XXXVIIII per eos conductos de Polmosa et reddant communi yperpera 39 pro ipsis) : Théotokès, Ἱστορικ κρητικ γγραφα, 1, p. 31, n° 31, et Cessi - Sambin éd., Le deliberazioni del Consiglio dei Rogati, 1, p. 123, n° 242. Ce résumé forme une seule notice avec celui concernant l’exportation du grain : les deux décisions sont donc probablement du même jour. La ducale donnait la liste des parèques, mais seul le début en est conservé. Voir aussi Borsari, Il dominio veneziano a Creta, p. 123, n. 67; Branousè, T ἁγιολογικά κείμενα, p. 180; Maltézou, Tὰ Λατινικὰ ἔγγραφα, p. 351; D. Jacoby, From Byzantium to Latin Romania: Continuity and Change, Mediterranean Historical Review 4, 1989 (= Latins and Greeks in the Eastern Mediterranean after 1204, éd. B. Arbel, B. Hamilton, D. Jacoby, Londres-Totowa, New Jersey 1989), p. 1-44, ici p. 40, n. 70. D. Jacoby est d’avis que la capitation de un hyperpère pour les parèques rachetés signifie que ceux-ci étaient à l’origine des parèques sans maître, ou éleuthères, et comme tels astreints à verser à l’État la redevance servile, le vilanazio. Toutefois, la taxation est imposée ici sur les soixante-dix-sept parèques, certainement comme parèques étrangers (ξένοι), et non pas seulement sur les trente-huit rachetés. Sur ces statuts sociojuridiques, voir Id., Une classe fiscale à Byzance et en Romanie latine : les inconnus du fisc, éleuthères ou étrangers, Actes du XIVe Congrès international des études byzantines (Bucarest, 1971), Bucarest 1975, 2, p. 139-152 (= Recherches sur la Méditerranée orientale du xiie au xve siècle. Peuples, sociétés, économies, Londres 1979, III)

50 La lettre patriarcale de mai 1292 lui restituant ses dépendances des Spondai et d’Alsos, à Kôs, rapporte que le monastère était prospère jusqu’à ce que les troubles dans l’Église aient dispersé les moines et ruiné leur établissement : V. Laurent, Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople. I, Les Actes des Patriarches, 4, Paris 1971, p. 339-340, n° 1550 ; voir aussi ibid., p. 183, et Branousè, γιολογικ κείμενα, p. 177-178. Texte dans MM, 6, p. 240-241, n° CIII.

51 Par exemple, Makris, Studien zur spätbyzantinischen Schiffahrt, cité supra n. 8, p. 246-247, relève qu’avant 1204, les immunités accordées à Patmos spécifiaient les dimensions des navires, alors qu’après 1204 il n’en est plus question, ce qui est certainement le signe de l’absence d’un contrôle administratif en la matière. Voir aussi Nystazopoulou-Pélékidou, Tὰ πλοία τς Μονής Πάτμου, p. 105.

52 Ibid., p. 103-105.

53 Plus d’un siècle auparavant, le testament de Christodoulos mentionnait déjà deux navires de ce type, dont un à deux mâts.

54 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Rome 1978 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 235), 2, p. 553, signale un sandalion qui, en 1289-1290, transporte de Caffa à Trébizonde 700 muids de blé (2 525 hectolitres s’il s’agit de muids de Caffa) ! Cas extrême, mais qui montre qu’il ne faut pas sous-estimer le sandalion.

55 MM, 6, p. 230. Voir Karlin-Hayter, Notes sur les archives de Patmos, cité supra n. 12, p. 213 ; Nystazopoulou-Pelékidou, Tὰ πλοα τς Μονς Πάτμου, p. 106, n. 1, qui demeure pourtant sceptique sur l’importance de la flotte de Patmos à cette époque.

56 G. Fedalto, La Chiesa latina in Oriente, 1, Vérone 19812 (Studi religiosi 3/1), p. 447.

57 On conserve vingt actes impériaux pour Patmos de la seconde moitié du xiiie siècle, six de la première moitié du xive (en fait tous du premier tiers du siècle), aucun de la seconde moitié (Ch. Kraus, Die kaiserlichen Privilegienurkunden fur Patmos, BZ 91, 1998, p. 359-378, a démontré l’authenticité des chrysobulles de décembre 1326 et juillet 1331, considérés jusqu’alors comme des faux). Il subsiste en outre une quinzaine d’actes de fonctionnaires impériaux postérieurs à 1204, tous du xiiie siècle. Makris, Studien zur spätbyzantinischen Schiffahrt, p82, note fort justement que le dernier horismos impérial accordant des immunités aux navires de Patmos date de 1283 et que ce n’est probablement pas un hasard. Symptomatique de la transition entre pouvoirs byzantin et latin dans le Dodécanèse est l’acte par lequel Zôè Doukaina Philanthropènè Mouriskissa, épouse byzantine du Génois Andrea Moresco, promet de ne pas s’en prendre aux propriétés de Saint-Jean de Patmos situées à Kôs et Léros (îles que son mari tenait de l’empereur) : MM, 6, p. 247-248, n° CVI (non daté mais entre 1304 et 1309, plus probablement 1308/1309) ; sur ce document voir D. Polemis, The Doukai. A Contribution to Byzantine Prosopography, Londres 1968 (University of London Historical Studies 22), p. 170, n° 176, et A. Luttrell, The Genoese at Rhodes, 1306-1312, Oriente e Occidente tra Medioevo ed Età moderne. Studi in onore di Geo Pistarino, éd. L. Balletto, Gênes 1997, 2, p. 737-761, ici p. 743. Moresco est encore un amiral et donc un dignitaire byzantin, mais déjà un Latin.

58 On l’a vu, les moines étaient autorisés à exporter vers Patmos 1 000 mesures depuis leurs dépendances Crétoise : notre document 1 montre qu’une gripière pouvait aisément effectuer en un voyage le transport d’une telle quantité.

59 Je prépare une étude d’ensemble de cette documentation : j’y renvoie pour un examen plus détaillé.

60 Voir Annexe II. Les données ne son ! pas continues : outre des lacunes ponctuelles, il y en a une plus importante de mi-février à mi-mai 1357.

61 Le patron est qualifié quatre fois de caloyer, une fois de moine, une fois simplement de papas (papa Georgio Nomico de Sancto lohanne Palmosa). Dans des autorisations non examinées ici, on trouve aussi presbyter (prêtre) : voir infra n. 81.

62 On a quatre fois griparia, deux fois barcha et un cas où le texte est endommagé. La gripière (griparia. griparea, en grec γρυπαρία ou γρυπαρέα) est un navire de petit tonnage aux multiples usages, à un seul mât et pourvu de rames.

63 Il est cependant parfois difficile d’être affirmatif quant au nombre de marins en raison de l’état de conservation matérielle du document. On a une fois douze marins, mais pour deux gripières. Le document 2 prévoit onze hommes au total (donc patron et pilote compris) pour manœuvrer un linh.

64 À moins qu’il ne s’agisse dans son cas d’un patronyme, mais compte tenu du contexte c’est peu vraisemblable. Il y a aussi un probable fils de prêtre, Kôstas tou papa Bala (Costas de papa Valla).

65 Léôn Patmiôtès est à nouveau associé comme pilote à un moine Grègorios qui est certainement le même, lorsque celui-ci est patron d’une gripière du monastère, exactement un an plus tard, en juillet 1356 : voir Annexe II, n° 3.

66 La présence de celui-ci à Candie était involontaire. Venise et Gênes avaient fait la paix le 1er juin 1355, à l’issue de la guerre des Détroits ; mais auparavant, ou avant que la nouvelle soit connue, les galères de Crète commandées par Pietro Querini avaient capturé la coque de Francesco delle Grotte : voir procuration du 2 juillet à ce dernier par Simon de Selaria. habitant de Famagouste, pour réclamer au gouvernement vénitien de Crète compensation pour quatre ballots de tissus chargés sur son navire, sicut est s[criptum] in quat[ern]o tue coche nuper capte per galleas Candide quorum erat capitaneus ser Peints Quirino habitator dicte Candide, et autre procuration, du 3 juillet, de Stefano Bavoso, habitant de Pise, à Leale Zane de Venise, demeurant à Candie, pour comparaître à Candie ou Venise et réclamer mercaciones et res michi ablatas per galleas Candide quarum erat capitaneus ser Petrus Quirino desuper cocham Francisci de le Grote (ASV, Notai di Candia, busta 101, notaio Giovanni Gerardo, f. 56r). Figure parmi les témoins de cet acte un Ge(orgius) Guabrielopulo, soit Géôrgios Gabrièlopoulos, aristocrate et intellectuel byzantin (PLP, 2, p. 137, n° 3433), justement attesté à Candie en 1355 par un acte du même notaire, deux folios plus loin (R.-j. Loenertz éd., Emmanuelis Raul epistulae XII, πετηρὶς Ἑταιρείας Βυζαντινῶν Σπουδῶν 26, 1956, p. 130-163, ici p. 163). Son intervention ici ne peut guère s’expliquer que par des liens avec Francesco délie Grotte, seul habitant de Constantinople impliqué. Ce dernier donna aussi procuration à Leale Zane pro quodam suo negocie, devant le notaire Marco Barisano, mentionnée dans un document mutilé de septembre 1355 (ASV, Duca di Candia, busta 10 bis, Actorum 6, f. 19r). Il avait donc quitté Candie à cette date.

67 Document 2. Sur la place du fromage crétois dans le commerce méditerranéen, voir D. Jacoby, Cretan Cheese : A Neglected Aspect of Venetian Medieval Trade, Medieval and Renaissance Venice. In honor of Donald E. Queller, éd. Ε. Ε. Kittell, Th. F. Madden, Urbana-Chicago 1999, p. 49-68 (voir en particulier n. 19 pour l’estimation du poids).

68 Annexe II, n° 1.

69 Karlin-Hayter, Notes sur les archives de Patmos, p. 200-201.

70 Bien qu’il ne soit pas désigné comme tel, Agapèthos Pothètos est peut-être le pilote du navire dont le moine Iônas est le patron. Basileios tou Pothètou, marin sur une barque du monastère en octobre 1356 (Annexe II, n° 4), peut être un parent.

71 Document 1.

72 Cristoforo Buondelmonti, Liber insularum Archipelagi, éd. G. R. L. De Sinner, Christoph[ori] Bondelmontii, Florentini, Librum Insularum Archipelagi, e codicibus parisinis regiis nunc primum totum edidit, Leipzig-Berlin 1824, p. 106 ; Buondelmonti attribue la fondation du monastère aux disciples de saint Jean lui-même, qui dum Christi fidem miraculis magnis praedicaret, multi ex discipulis suis in hanc insulam accesserunt, et monasterium non longe a suo oraculo construxerunt, in quo quidem usque in hodiernum a caloieris habitatur, et, a Turcis nullam habentes molestiam, saepe in Turchiam recurrunt ad sustentationem vitae.

73 N. Jorga, Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve siècle, 1, Paris 1899, p. 108 : « Le qual letere voleva mandar cum greparie de’ caloieri de S. Zuane de Pathmos. »

74 Document 3.

75 Un ans plus tôt Basileios tès Ploumès était marin sur une gripière du monastère : Annexe II, n° 2.

76 Le moine Kallinikos était patron d’une barque du monastère qui quitta Candie deux jours plus tard (voir Annexe II, n° 6). Bien qu’il soit mentionné comme patron de la gripière avec Basileios dans le document 3, il est donc probable qu’en fait ce dernier exerçait seul cette fonction.

77 Au xive siècle, la juridiction ecclésiastique supplée aux carences de l’État dans son rôle de contrôle social en s’efforçant de limiter, en partie au mépris des réalités économiques, l’impact du prêt à intérêt sur une société affamée de crédit : N. Oikonomidès, Hommes d’affaires grecs et latins à Constantinople (xiie-xve siècles), Montréal 1979, p. 54-63, en particulier p. 56 ; Laiou, The Church. Economie Thought and Economie Practice, cité supra n. 7, p. 454-457. D. Gofas, The Byzantine Law of Interest, EHB, 3, p. 1095-1204. Sur l’attitude des canonistes byzantins du xiie siècle, voir Laiou, God and Mammon, cité supra n. 7, p. 266-285 (p. 274, 278 et 280-281 sur le prêt à intérêt par des clercs).

78 Document 5.

79 Nikolaos Grispos faisait partie des marins embarqués le 29 juillet 1356 à bord de la gripière patronnée par le moine Grègorios : Annexe II, n° 3. Seize ans plus tard il était monté en grade puisqu’il était lui-même patron d’une gripière.

80 Dans Saint-Guillain, Amorgos au xive siècle, cité supra n. 31, p. 114, n. 315, j’ai suggéré que Galaktiôn était peut-être non l’économe de Patmos mais celui du métoque de Saint-Jean de Stylos. Cela me paraît à présent exclu : le responsable du métoque est toujours désigné dans les documents vénitiens comme économe de Stylos, et non de Patmos ; en revanche, Galaktiôn apparaît bien comme « économe du monastère de Saint-Jean de Patmos » dans le document 4. L’économe de la maison mère est souvent qualifié de « grand économe » (μέγας οικονόμος) (Smyrlis, The Management of Monastic Estates, p. 247, n. 9) mais cela ne paraît pas le cas à Patmos.

81 Pothètos est probablement le « prêtre Pothètos, patron d’une barque de Saint-Jean de Patmos » (presbiteri Pothito patrono cuiusdam barche Sancti Iohannis de Patnos) qui reçut permission de quitter le port de Candie pour Patmos trois ans plus tard, le 11 août 1360 : ASV, Duca di Candia, busta 10 bis, Actorum 8, f. 2v.

82 Barsanouphios était inconnu jusqu’ici : il faut l’ajouter à la liste, très lacunaire, des kathigoumènes de Patmos. Mais la chronologie de son abbatiat est impossible à fixer plus précisément : son plus proche prédécesseur avéré est Grègorios, cité en 1307. Notre document montre que Barsanouphios n’était déjà plus en fonction en 1358. Son premier successeur connu de nous paraît être Théodoulos, attesté par une inscription de la fin du xive siècle : PLP, 4, p. 23, n° 7221. Il faut en revanche radier de cette liste le moine Iôannikios, ambassadeur du monastère à Venise en 1385 : Maltézou. Tὰ Λατινικἔγγραφα, p. 350, et Branouse éd., Βυζαντιν γγραφα, p. *97 et *113, le considèrent comme kathigoumène, mais le document qui le cite ne le qualifie que de caloyer (voir supra n. 45).

83 Document 4. Cette procuration en suit une autre du même Michele Damico à Ugolino Sarmea, habitant du bourg de Candie, pour réclamer l’argent que lui devait une certaine Margherita di Mabilia, habitante de Négrepont. Sur Michele Damico voir Saint-Guillain, Amorgos au xive siècle, p. 80, 108 et 116.

84 Ibid., p. 160, n° XV (texte du procès), et p. 113-114 et 146 (commentaire et régeste).

85 Ibid., p. 122. Les indices concernant les liens anciens d’Amorgos avec Patmos sont toutefois bien maigres. Ajoutons un petit signe supplémentaire des relations entre les deux îles au xive siècle : le 30 juillet 1359, Tomà Ghisi, l’un des coseigneurs d’Amorgos, se porte garant pour un navire de Saint-Jean de Patmos dont le patron est ser Giovanni Catellano (ASV, Duca di Candia, busta 10 bis, Actorum 7 [olim 12-13], f.49v).

86 Karlin-Hayter, Notes sur les archives de Patmos, p. 213-214 ; Nystazopoulou-Pélékidou, T πλοῖα τῆς Μονῆς Πάτμου, p. 93-94 et 108-109.

87 ASV, Duca di Candia, busta M, Actorum 9 (olim 14), f. 75v et 80v. Malgré l’écart de douze ans, c’est probablement le même Basileios Patmiôtès qui commandait un navire en 1356 : Annexe II, n° 5.

88 Živojinović, The Trade of Mount Athos Monasteries, p. 110-111, et A. Laiou, Economie Activities of Vatopedi in the Fourteenth Century, Ιερά μονή Βατοπεδίου. Ιστορία και τέχνη, Athènes 1999 (Αθωνικά σύμμεικτα 7), p. 55-71, ici p. 56-59, dont on suit l’interprétation en particulier en ce qui concerne la capacité du navire de 700 modioi : bien que cela ne soit pas spécifié, il s’agirait de politikoi modioi et donc d’un grand navire, sinon d’un tonnage global exempté ne correspondant pas à la capacité d’un navire réel (mais cette dernière hypothèse est moins satisfaisante).

89 Oikomidès, Hommes d’affaires, cité supra n. 77, p. 75 ; Makris, Studien zur spätbyzantinischen Schiffahrt, p. 268-270, qui fournit quelques autres exemples.

90 À propos de la dynamique économique et commerciale de la société grecque en dépit de la prépondérance supposée sclérosante des marchands italiens, voir la synthèse de M. Balard, Les hommes d’affaires occidentaux ont-ils asphyxié l’économie byzantine ?, Europa medievale e mondo bizantino. Contatti effettivi e possibilità di studi comparat !, éd. G. Arnaldi, G. Cavallo, Rome 1997 (Nuovi studi storici 40), p. 255-265, qui nuance sur ce point les conclusions dOikomidès, Hommes d’affaires, p. 114-131, et d’A. E. Laiou, The Byzantine Economy in the Mediterranean Trade System: Thirteenth-Fifteenth Centuries, DOP 34-35, 1980-1981, p. 177-222, ici p. 191-217.

91 DMCV 1, p. 50, n° 14 et 15 (12 décembre 1223).

92 L’inventaire de 1200 a été publié par Ch. Diehl, Le trésor et la bibliothèque de Patmos au commencement du 13e siècle, BZ 1, 1892, p. 488-525, accompagné d’un copieux commentaire (seul repris dans Id., Études byzantines. Paris 1905. p. 307-336). Ch. Astruc, L’inventaire dressé en septembre 1200 du trésor et de la bibliothèque de Patmos. Édition diplomatique, TM 8. 1981, p. 15-30, en a procuré une nouvelle édition, corrigeant des erreurs de lecture de Diehl sans dispenser du recours à son étude.

93 Diehl, Le trésor et la bibliothèque, cité note précédente, p. 511-512, et commentaire p. 494 ; Astruc, L’inventaire, cité note précédente, p. 20-21. Des dix-neuf icônes (non compris les reliquaires figurés) énumérées par l’inventaire, seule celle de saint Jean mentionnée en tête paraît encore partiellement conservée aujourd’hui : la décoration de métal précieux du moins semble d’origine, mais la peinture elle-même a été refaite ou remplacée (M. Chatzidakis, Icons of Patmos. Questions of Byzantine and Post-Byzantine Painting. Athènes 1985, p. 45-48, n° 2, et pl. 78-79).

94 Dans la liste des objets revendus à Pietro Norai, le mot est toutefois au pluriel (voir infra n. 106).

95 P. Sella, Glossario latino italiano. Stato della Chiesa, Veneto, Abruzzi, Cité du Vatican 1944 (Studi e Testi 109), p. 96, suggère comme sens .s.v. « cacillus » : « piccolo calice ? ». Il faut plutôt y voir un diminutif de cacium, donc une petite cuiller et non un calice. Dans la liste des objets revendus à Pietro Norai, le mot employé est bien cacium : voir n. 106.

96 Sur l’introduction des cuillers dans la liturgie grecque voir B. Caseau, L’abandon de la communion dans la main (ive-xiiie siècles), TM 14, 2002 ( = Mélanges Gilbert Dagron). p. 79-94.

97 Le latin platina I platena est attesté avec la signification de « plateau ». Mais Du Cange, Glossarium mediae et infimae latinitatis, 5, Niort 1885, donne parmi les sens du mot platina celui de « patène » (voir l’ancien français « plataine », même sens) qui convient mieux ici.

98 Dans la liste des objets vendus à Pietro Norai, celui-ci est d’ailleurs qualifié non de calix mais de vas-sellum : voir n. 106. Sur ce type de récipient et les occasions où il en était fait usage, voir J. J. Yiannias, The Elevation of the Panaghia, DOP 26, 1972, p. 227-236, et L. Ph. B[ouras], Panagiarion, ODB, 3, p. 1569.

99 Sur les reliquaires, voir Diehl, Le trésor et la bibliothèque, p. 493-494, et pour le texte, ibid., p. 511-513, et Astruc, L’inventaire, p. 20-21 (quatre enkolpia sont rangés avec les icônes, un seul avec les reliques). Sur le terme ἐγκόλπιον, voir K. Wessel, Enkolpion, Reallexikon zur Byzantinischen Kunst, 2, Stuttgart 1967-1971, col. 152-164, et plus succinctement S. D. C[ampbell], A. C[utler], Enkolpion, ODB, 1, p. 700. Pour un superbe exemple d’une collection monastique d’enkolpia, voir Y. Ikonomaki-Papadopoulos, B. Pitarakis, K. Loverdou-Tsigarida, The Holy and Great Monastery of Vatopaidi. Enkolpia, Mont Athos 2001.

100 Sur la circulation et la thésaurisation des espèces à l’intérieur des monastères, voir Lefort-Smyrlis, La gestion du numéraire, cité supra n. 5 ; voir aussi C. Morrisson, Coinage and Money in Byzantine Typika, DOP 56, 2002, p. 263-275.

101 L’édition porte augellatos mais il s’agit certainement d’une erreur de lecture pour angellatos.

102 M. F. Hendy, Coinage and Money in the Byzantine Empire, 1081-1261, Washington 1969 (Dumbarton Oaks Studies 12), p. 19-20, 27 et 225-226, et T. Bertelè, C. Morrisson, Numismatique byzantine, Wetteren 1978, p. 106, n. 1. Le mot peut aussi désigner l’hyperpère du temps de Manuel, mais ce n’est visiblement pas le cas ici.

103 Dans un acte de l’archevêque d’Ochrid Dèmètrios Chomatènos : Demetrii Chomateni Ponemata diaphora. Das Aktencorpus des Ohrider Erzbischofs Demetrios Chomatenos, éd. G. Prinzing, Berlin-New York 2002 (CFHB 38), p. 283, n° 82, 1. 2, on trouve mention de « monnaies tricéphales angélata » (νομίσματα τρικέφαλα ἀγγελάτα ; le nomisma triképhalon est une autre désignation du manoèlaton).

104 E. Trapp et alii, Lexikon zur byzantinische Gräzität besonders des 9.-12. Jahrhunderts, 1, Vienne 1994 (Veröffentlichungen der Kommission fur Byzantinistik VI/1), p. 6, citant Chomatènos (voir n. 103), fait de l’adjectif un substantif το άγγελάτον et propose comme sens : « Münze mit dem Bildnis eines Herrschers aus der Familie Angelos ».

105 M. F. Hendy éd., Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection. IV,Alexius I to Michael VIII, 1081-1261, Washington 1999, 1, p. 368 et p. 373-377. C. Morrisson, The Emperor, the Saint and the City : Coinage and Money in Thessalonike from the Thirteenth to the Fifteenth Century, DOP 57, 2003, aboutit à la même conclusion que moi quant au sens de l’adjectif angélaton (je la remercie de m’avoir signalé ce point avant la parution de son article).

106 Le document donnant la liste des objets revendus à Pietro Norai (DMCV 1, p. 50, n° 14) mentionne explicitement seulement les deux calices, le panagiarion, la cuiller et des encensoirs, mais ajoute « et d’autre argent » (videlicet duos calices argenteos et vassellum I argenti, quod appellatur panagia, et cacium I argenti, et teribulos argenti, et alium argentum, qui inter istum et alium fuit marche XXII). Or, le poids total de ces articles, 22 marcs, correspond à celui que nous avons trouvé plus haut pour l’ensemble de la vaisselle d’argent dérobée au monastère.

107 En revanche, c’est surtout la section de l’inventaire donnant la liste des manuscrits qui a suscité analyses et commentaires, les intérêts des byzantinistes différant souvent de ceux des pirates. Les moines de Patmos veillèrent toujours à enrichir cette bibliothèque, notamment par la copie de manuscrits et par des dons, mais aussi par d’autres moyens. Pour un exemple original de leurs méthodes d’acquisition, voir comment, en 1462, les procureurs du monastères se font rembourser une partie des revenus du métoque de Stylos sous forme de deux manuscrits, dont un manuscrit ancien de saint Jean Damascène : G. Saint-Guillain, Le copiste Géôrgios Chômatas et les moines de Patmos, RÉB (sous presse).

108 Il manque d’ailleurs la part de Marco Maglaenzoco, en raison d’une lacune du texte. Sans elle, on arrive à 61 hyperpères. Bien que l’amende ne soit pas exactement fonction de la part de butin, on peut estimer que, condamné à 56 livres, il n’a pas dû toucher plus de 20 hyperpères, ce qui porterait le total autour de 80 hyperpères au plus.

109 Le manoèlaton valant en principe 1/3 d’hyperpère, 200 manoèlata égalent à peu près 66,5 hyperpères ; 5,25 kg d’argent correspondent grosso modo à une valeur de 125 hyperpères. Sans compter les icônes, les soieries, les reliquaires et les croix, le trésor atteignait donc déjà une valeur supérieure à 190 hyperpères. Il va de soi que, en raison de sa provenance frauduleuse, il a pu néanmoins être monnayé en dessous de sa valeur réelle.

Notes de fin

a Sources: ASV, Duca di Candia, busta 10 bis, Actorum 6, f. 17v, 62r, 66v, 80v, 88v, 117v, 125v. Dans ce tableau, les noms des patrons ont été dans la mesure du possible mis au nominatif et non au cas auquel ils figurent dans le document.

b Le document est détérioré mais la destination est probablement Patmos.

c Apostoli et suscrit.

d Cretenses suscrit.

e suprascripti frumenti suscrit.

f Fin de la ligne effacée au coin supérieur droit du folio.

g monacho répété et barré.

h auri suscrit.

i commissionem suscrit.

j in... erit suscrit.

k de Ancona suscrit.

l suprascriptum Iohannem en note à la suite du texte avec signe de renvoi.

m cum dicta griparea suscrit.

n hinc suscrit.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540