Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Zayton, un évêché au bout du monde

Jean Richard

Texte intégral

  • 1 Le Liber ostensor doit être publié en 2004 dans la collection de l’École française de Rome par les (...)
  • 2 Mihi ostensa fuit illa civitas tamquam in terra orientali famosior.

1On doit au Père Boisset la découverte et le commentaire d’un texte appartenant à la littérature prophétique du xive siècle, texte figurant dans le Liber ostensor du franciscain Jean de Roquetaillade, qui l’écrivit en 13561. L’auteur, traitant de l’avènement prochain de l’Antéchrist, qu’il situait vers 1360, raconte comment, au temps de son noviciat, durant l’été de 1322, vers midi, il eut dans son sommeil une vision où il se voyait, en compagnie d’autres jeunes frères, débarquer d’un navire et apprendre que l’Antéchrist était né en Orient, « dans la cité, qui s’appelle Zayton » ; et, s’étant rendu dans cette cité, il avait vu un enfant assis sur un lit, au milieu de trésors inestimables, lequel tenait des propos qui lui avaient paru incroyables. Et ceci s’achevait par la vision de sa propre décapitation, par les soins de ce même Antéchrist. Or, affirme Jean, il n’avait jusque-là jamais entendu le nom de Zayton ; et il n’apprit l’existence de cette ville, « la cité la plus fameuse de la terre d’Orient », qu’en 1325, quand il eut connaissance d’une lettre de l’évêque du lieu, Gérard Alboyni2.

  • 3 Cf. F. B. Reichert. Begegnungen mit China. Die Entdeckung Ostasiens im Mittelalter. Sigmaringen 19 (...)
  • 4 L’un de ces surintendants, Chou Ju-kua, a écrit en 1235 un traité sur les pays étrangers (cf. l’ar (...)
  • 5 Citons seulement : M. Balard, Les Génois en Asie centrale et en Extrême-Orient au xive siècle : un (...)

2Zayton (l’ancienne Tsiuan-tchéou ou Ch’üan-ch’ou, devenue un temps Chin-chang-hsien, aujourd’hui Quanzhou au Fujian) était effectivement pour les Occidentaux de ce temps le point le plus oriental de la terre habitée, sur les rives de cet Océan qui était censé entourer le monde. Son nom était relativement connu, et il n’est pas impossible que Jean l’ait entendu mentionner sans y prêter attention. Les premiers Occidentaux qui ont touché la Chine au Moyen Âge ont en effet eu connaissance de ce port, situé à l’embouchure d’un fleuve côtier dans le Fou-kien (Fujian). Marco Polo, qui en donne une description admirative, s’y est embarqué pour son voyage de retour et il a sans doute été précédé par d’autres voyageurs occidentaux, parmi lesquels peut-être le premier missionnaire latin qui ait atteint la Chine, Jean de Montecorvino ; et bien d’autres l’ont suivi3. La ville était en effet depuis le ixe siècle au moins un port actif, au terminus de la ligne maritime partant de l’Inde du Sud et au point de départ de la route terrestre qui atteignait la Chine septentrionale et notamment, au xiiie siècle, la capitale des Mongols, Khan-baliq. C’est là que résidait, au temps de la dynastie Song, depuis 1087, le surintendant des navires de commerce4. Les navires venant de l’Inde y apportaient des cargaisons d’épices et des pierres précieuses, au témoignage de Marco Polo qui affirmait que, pour une charge de poivre arrivant à Alexandrie, il y en avait cent qui arrivaient à Zayton. Quant à Ibn Batutah, il décrivait ce port comme l’un des plus grands du monde. Les marchands étrangers y avaient leur quartier au sud de la ville et, depuis 1131, les marchands arabes, dont ceux qui venaient de Bahrein, disposaient d’une mosquée et étaient placés sous l’autorité d’un cheikh. Il n’est pas nécessaire d’insister sur l’importance du commerce qui transitait par Zayton ; nous nous bornerons à renvoyer aux nombreux travaux qui l’ont mise en lumière5.

  • 6 J. Richard, La papauté et les missions d’Orient au Moyen Âge (xiiie-xve s.), Rome 19982 (Collectio (...)
  • 7 Ibid., p. 145-151 ; cf. G. Fedalto, La chiesa latina in Oriente, 3 vol. , Vérone 1973, 1, p. 413-4 (...)

3Ce qui nous retiendra ici est la place que devait tenir Zayton dans l’organisation ecclésiastique de la mission de Chine au temps des papes d’Avignon6. On sait que c’est en recevant des informations provenant de Jean de Montecorvino, lequel avait atteint Khanbaliq à la fin de 1293 au terme d’un long périple qui l’avait fait passer par l’Inde, que Clément V se décida à créer une hiérarchie ecclésiastique dans l’Empire mongol. Montecorvino avait d’abord centré son apostolat sur le pays des Öngüt, où il avait bâti une église dans la capitale de ce royaume, Olon-süme, et jeté les bases d’une chrétienté de rite latin dotée d’une liturgie de langue turque, avant d’être obligé de revenir à Khanbaliq, en 1298 ; mais il avait réalisé dans cette nouvelle résidence de nombreuses conversions (on comptait ses baptêmes par milliers) et il avait fondé un couvent peuplé de convertis. Le pape érigea le 23 juillet 1307 Khanbaliq en archevêché et désigna Montecorvino pour en être l’archevêque. En même temps, il envoyait à celui-ci six franciscains qui avaient reçu à la curie la consécration épiscopale pour être ses suffragants, en stipulant que ces évêques auraient le pouvoir d’élire le successeur de l’archevêque et de le consacrer sans en référer à Rome. Ces episcopi in dominio Tartarorum ne portaient le titre d’aucun siège épiscopal : le pape s’en remettait à Montecorvino pour leur assigner des évêchés7.

  • 8 Richard. Papauté, cité supra n. 6, p. 157-158.

4Sur ces six évêques, l’un devait finalement rester en Occident, bien qu’il ait été en 1313 sur le point de partir pour la Chine : c’était Guillaume de Villeneuve, futur évêque de Savone ; deux moururent dans l’Inde ; trois seulement, Peregrino de Castello, Gérard Alboyni et André de Pérouse, parvinrent à Khanbaliq ; leur nombre suffisait pour procéder valablement à la consécration archiépiscopale de Montecorvino ; mais le pape désigna en 1310-1311 trois autres évêques pour remplacer les disparus : un seul d’entre eux, Pierre de Florence, rejoignit ses confrères8.

5L’organisation habituelle de l’Église médiévale, telle qu’elle s’était adaptée aux pays de mission de l’Europe septentrionale et orientale, comportait la division du territoire placé sous l’autorité d’un archevêque en diocèses assez bien délimités, chacun doté d’un évêque assisté d’un chapitre cathédral. Ici le domaine attribué à Montecorvino était immense, d’autant plus que les Occidentaux considéraient le grand-khan comme ayant autorité sur les différents ulus gouvernés en fait par des dynasties indépendantes ; les distances étaient considérables – il fallait des mois pour aller de Khanbaliq à la mer Noire. Aussi, lorsque Jérôme de Catalogne, l’un des évêques désignés en 1310, se fixa dans l’empire de la Horde d’Or et obtint de Jean XXII l’érection de Caffa en évêché, la chancellerie pontificale ne paraît pas avoir cru nécessaire d’en aviser l’archevêque de Khanbaliq, bien que Caffa fût in dominio Tartarorum. En fait l’autorité de ce dernier se limitait au seul empire des descendants de Qubilaï ; Jean XXII en prit acte plus tard quand il constitua la province ecclésiastique de Sultanieh.

  • 9 A. Matanic, Bulla missionaria « Cum hora undecima » ejusque juridicum « Directorium apparatus », A (...)

6L’organisation même de l’évêché en terre de mission, dans ces pays de l’Empire mongol où l’évangélisation était au xive siècle l’affaire des seuls ordres mendiants (et dans le khanat de Chine, malgré le vœu de Montecorvino, les Dominicains n’ont pas pris leur place à côté des Franciscains), ne comportait pas la présence d’un chapitre cathédral dont le rôle aurait été réduit à la célébration de l’office canonial : le couvent des Frères Mineurs en tenait lieu. Le rôle de l’évêque comme chef du diocèse consistait surtout à assurer les ordinations, à procéder aux bénédictions, à concéder des grâces ; or les bulles Cum hora undecima accordées aux religieux lors de leur départ en pays de mission conféraient à ceux-ci plusieurs des prérogatives qui, en pays de chrétienté, relevaient du chef du diocèse9. Du fait que la présence de trois évêques était nécessaire pour que la consécration de l’archevêque pût être canoniquement valable, on peut se demander si Clément V, en désignant six évêques pour se rendre en Chine, ne pensait pas avant tout à rendre possible cette consécration, la division du territoire entre plusieurs diocèses venant en seconde ligne, tant que l’évangélisation de la population indigène n’aurait pas pris une extension significative.

  • 10 R. Müller, Jean de Montecorvino (1247-1328), premier archevêque de Chine. Action et contexte missi (...)

7En tout cas, l’archevêque nouvellement consacré paraît avoir retenu auprès de lui la plupart des franciscains qui l’avaient rejoint en 1309 et en 1313, et, dans un premier temps, les trois évêques. Les besoins de la mission de Khanbaliq, qui connut un développement considérable lorsque Montecorvino rallia à Rome les Alains transplantés en Mongolie, lui interdisaient sans doute de disperser les moyens d’évangélisation dont il disposait10. Il ne fit exception que dans le cas de Zayton, où il envoya très tôt un de ses suffragants.

  • 11 Golubovich, Bibl. (cité supra n. 7), 3, p. 194-197 ; A. Van den Wyngaert, Sinica franciscana, 1, I (...)
  • 12 Golubovich, Bibl., 3, p. 304-308 ; Van den Wyngaert, Sinica franciscana, 1 (cité note précédente), (...)

8Nous sommes informés sur ce point par les lettres que les évêques de cette cité ont envoyées à divers correspondants. La première ne nous est pas parvenue ; elle ne nous est connue que par le témoignage de Jean de Roquetaillade, qui nous dit en avoir eu connaissance en 1325. Elle émanait de Gérard Alboyni (ou Albuini) qui était, nous dit-il, un saint prélat, originaire du diocèse de Rodez. La seconde lettre, émanant de son successeur, Peregrino de Castello, aurait été envoyée au vicaire général de l’ordre franciscain dans la vicaria Orientis ; elle pose un problème d’authenticité, du fait qu’elle a été considérée comme authentique par le Père Van den Wyngaert et la plupart des historiens, tandis que le Père Golubovich la regardait comme l’œuvre d’un faussaire du xvie siècle, Alfonso Ceccarelli. Datée du 30 décembre 1318, elle aurait été composée en reprenant les éléments de la troisième lettre à laquelle, de fait, elle n’apporte guère de compléments11. Cette dernière a été écrite en janvier 1326 (ou plutôt 1327, en tenant compte du style utilisé par l’auteur) et adressée au gardien du couvent franciscain de Pérouse12. André rapporte comment, après son arrivée à Khanbaliq, il demeura pendant trois ans dans cette ville, en vivant d’une pension que lui faisait le grand-khan, pension suffisante pour qu’il pût entretenir huit personnes. Cependant un de ses confrères, Gérard, avait été investi du siège de Zayton, où il avait pu élever « une belle et grande église ». A la mort de Gérard, Montecorvino aurait voulu confier Zayton à André ; mais, sur le refus de celui-ci, c’est Peregrino qui succéda au Rouergat, sans doute en 1317. Néanmoins André gagna lui aussi Zayton, escorté par huit cavaliers que l’empereur avait chargés de l’accompagner. C’est encore la pension impériale (dont le montant avait été évalué par des marchands génois à cent florins d’or par an) qui assurait son existence, et qui lui permit de s’installer dans un bois situé à un quart de lieue de la cité et d’y bâtir une église et un bâtiment susceptible d’accueillir jusqu’à vingt religieux. Mais en 1322, Peregrino mourut et l’archevêque lui donna André pour successeur ; ce dernier partagea dès lors son temps entre l’église cathédrale et son ermitage.

  • 13 J. Forster, Crosses from the walls of Zaitun, Journal of Royal Asiatic Society, 1954, p. 1-25 (on (...)
  • 14 Ces martyrs étaient les quatre franciscains partis pour la Chine avec le dominicain Jourdain de Sé (...)
  • 15 Au témoignage du Livre de l’estat du grant caan, de l’archevêque de Sultanieh Jean de Cori.
  • 16 Golubovich, Bibl., 5, p.92.
  • 17 Id., Ibid., 3, p. 390; cf. Richard, Papauté, p.155, n. 116.
  • 18 Sur la présence des yeh-li kowen (chrétiens indigènes), cf. Enoki, The Nestorian christianism, p.  (...)

9On possède la pierre tombale qui porte le nom d’André de Pérouse : remployée dans les murailles de la ville, elle a été retrouvée, malheureusement assez mutilée, lors de la destruction de celles-ci ; la date de son décès paraît être 133213. C’est André qui reçut, en 1326, la visite d’Odoric de Pordenone qui déposa à Zayton les reliques des martyrs de Thâna14. Il paraît avoir eu pour successeur le dernier survivant des évêques consacrés par Clément V, Pierre de Florence15. On connaît encore un évêque de Zayton, Jacques de Florence, franciscain lui aussi, qui fut mis à mort par des musulmans alors qu’il traversait l’Asie centrale, en 136216. Fut-il le dernier évêque de la cité ? Il est malheureusement impossible de tirer parti de la découverte, faite en 1892 par le Père Vila, d’une pierre tombale retrouvée près de Lin-tsin qui aurait été celle d’un évêque franciscain, mort en 138717. La localisation même d’un siège épiscopal à Zayton, le seul dont l’existence soit connue avec certitude dans la province ecclésiastique de Khanbaliq, est évidemment la conséquence de la présence dans cette ville d’une communauté de chrétiens se réclamant de l’obédience de l’Église de Rome. Il existait aussi dans le Fou-kien des chrétiens orientaux, de rite chaldéen, que les Occidentaux appelaient alors nestoriens ; leur présence remontait peut-être à la première implantation du christianisme en Chine, au temps des Tang ; elle avait pu bénéficier de la fréquentation de Zayton par des marchands venus de l’Inde ; ces chrétiens avaient leur évêque : un Mar Shleman portait en 1313 le titre d’administrateur pour les chrétiens et les manichéens18. Quant aux chrétiens relevant de Rome, ils ne comprenaient pas seulement les marchands italiens de passage (on a vu qu’André de Pérouse avait pu s’informer auprès de Génois de la valeur de la pension qui lui était faite), mais des membres d’autres communautés ; c’est une riche Arménienne qui avait fourni à l’évêque Gérard les moyens de construire son église et son couvent. Parmi les Occidentaux, certains s’étaient fixés là avec leur famille pour un temps plus ou moins long, à l’exemple des Viglioni de Yang-tchéou. Il y avait donc une communauté de rite latin à desservir, et ceci appelait la présence d’une résidence franciscaine et d’un évêché. Mais la mission auprès des chrétiens orientaux (sur laquelle la lettre d’André de Pérouse ne nous donne pas d’indications, à la différence de celles de Montecorvino), des « idolâtres », des juifs et des musulmans entrait aussi dans les perspectives de cet établissement : André signale que, grâce à la liberté de culte et de prédication que garantissaient les autorités mongoles, il avait pu baptiser de nombreux païens, qui ne se comportaient d’ailleurs pas tous en bons chrétiens, tandis qu’il n’avait pu gagner à la foi ni juifs, ni sarrasins.

  • 19 On a beaucoup mis l’accent sur le caractère de marchands qui était celui des frères Polo ; mais le (...)
  • 20 Golubovich, Bibl., 4, p. 279-280; Van den Wyngaert, Sinica franciscana, 1, p. 536. Odoric parle de (...)
  • 21 R. Lopez supposait (Nouveaux documents, cité supra n. 5, p. 453) qu’il pouvait y avoir dans la vil (...)

10Les ressources de l’évêché, en dehors de la pension impériale que mentionne André, reposaient donc sur les aumônes de ces chrétiens, soit occidentaux - qu’ils fussent marchands, aventuriers ou peut-être simples mercenaires au service mongol19 -, soit ralliés à l’Église romaine, comme l’Arménienne déjà citée. Mais elles permettaient aux Franciscains de bâtir : Jean de Marignolli, légat pontifical qui s’embarqua à Zayton pour l’Inde le 26 décembre 1345, fait état de l’existence de trois églises pulcherrimas, optimas et ditissimas, sans doute la cathédrale, l’église du couvent et celle de l’ermitage bâti par André de Pérouse (c’est dans celle du couvent que furent déposées les reliques rapportées par Odoric) ; elles étaient pourvues de cloches : Marignolli en fit fondre deux qui furent bénies par lui et baptisées l’une Jeanne et l’autre Antonine20. À cela s’ajoutait la possession d’un bain et d’un fondacco où les marchands déposaient leurs marchandises : ce sont donc les Franciscains qui mettaient à la disposition de ceux-ci les installations qui leur étaient nécessaires21. On est donc en présence d’une mission prospère ; mais nous ignorons quels étaient les effectifs des missionnaires placés sous l’autorité de l’évêque : la mission de Chine réclamait sans cesse des renforts et nous connaissons des départs de religieux, mais sans savoir où ils étaient affectés à leur arrivée.

  • 22 Sur ces pierres tombales, cf. n. 17. Marcellino della Civezza, qui en avait signalé la découverte, (...)
  • 23 F. A. Rouleau, The Yang-chow Latin tombstone as a landmark of medieval christianity in China, Hava (...)

11Si l’évêché nous est connu, grâce notamment aux relations des envoyés pontificaux que furent Odoric et Marignolli, nous restons dans l’incertitude en ce qui concerne le diocèse. Il est peu vraisemblable que l’autorité de l’évêque se soit limitée à la seule cité de Zayton ; mais Montecorvino avait-il, en confiant la charge épiscopale à Gérard Alboyni, procédé à une division de son immense archidiocèse ? Il serait tentant, compte tenu de la distinction traditionnelle entre le Cathay (la Chine du Nord) et le Manzi (la Chine du Sud, que les Occidentaux regardaient comme faisant partie des Indes), d’attribuer à Khanbaliq le ressort de la première et à Zayton celui de la seconde ; mais aucun document ne vient à l’appui d’une telle hypothèse. L’existence d’autres résidences franciscaines dans l’empire mongol de Chine nous est connue : les textes de l’ordre mentionnent tantôt trois, tantôt quatre loca, voire davantage, mais nous ignorons, par exemple, si Almaligh, qui eut un moment sa résidence et son évêché, était regardé comme relevant de Khanbaliq alors qu’une dynastie gengiskhanide particulière y régnait. C’est la découverte de pierres tombales qui a permis de supposer qu’à Lin-tsin (le Lancerny de Marco Polo, au Chan-toung), où Odoric n’a pas mentionné la présence d’une résidence, il y aurait eu des franciscains22 ; mais la situation de cette ville paraît trop septentrionale pour qu’il soit possible de la regarder comme soumise à l’évêque de Zayton. Par contre la question peut se poser à propos de Yang-tchéou (Jamcai, l’actuelle Yangzhou au Kiangsu), où Odoric a rencontré un locus fratrum minorum (le locus étant une résidence moins importante qu’un couvent) et où les fouilles ont mis au jour les pierres tombales des deux enfants de Domenico de Viglioni, Catherine, morte en 1342, et Antoine, mort en 1344 ; leur père, qui est donné comme défunt dans l’épitaphe de sa fille, était un marchand génois notable dont Roberto Lopez a retrouvé la mention. Le grand intérêt de ces deux stèles est une iconographie qui associe des thèmes occidentaux (un martyre de sainte Catherine, une Vierge à l’Enfant, un Christ du Jugement Dernier) à une exécution de type purement chinois23. Ce sont sans doute les franciscains du lieu qui ont présidé aux obsèques des deux enfants (et peut-être à celles de leur père) et commandé les stèles, tandis que des artisans chinois ont gravé les pierres. Ces franciscains étaient-ils dans l’obédience de l’évêque de Zayton ?

12Cette dernière ville ne nous a pas livré de témoignages de ce genre, mais nous pouvons nous représenter la vie de ce petit évêché placé à l’extrêmité des « routes de la soie » dans une ville cosmopolite fréquentée par les marchands d’Occident comme par ceux de l’Orient, desservie par une communauté franciscaine, et où des enfants, nés en terre lointaine, peut-être d’unions mixtes, comme d’autres chrétiens, pouvaient être recommandés lors de leur décès aux prières de leurs frères en chrétienté.

  • 24 La série chronologique des pierres tombales à inscriptions musulmanes provenant de Zayton, comme l (...)
  • 25 Richard, Papauté, p. 286.

13Dès 1360, Zayton tombait aux mains des rebelles qui allaient fonder la dynastie des Ming. Ceci marquait-il la fin d’un évêché qui avait largement profité de la bienveillance des Yuan, et les religieux latins auraient-ils été expulsés ? On sait que la vision d’une Chine refoulant les éléments allogènes et se fermant aux étrangers sous la nouvelle dynastie demande à être atténuée : Zayton a continué à être fréquenté par des navires venant de l’Inde24, et c’est au xve siècle que les expéditions maritimes des Chinois, loin d’être interdites, ont atteint les côtes orientales de l’Afrique. La Papauté a encore nommé des archevêques pour le siège de Khanbaliq, dont les chrétiens du Cathay réclamaient la provision ; mais ces nominations n’ont sans doute pas été suivies d’effet ; on ne connaît plus non plus au xve siècle de départs de franciscains pour la Chine. Reste la possibilité d’initiatives individuelles comme celle de ce Mathieu Escandel de Bude que cite Mendez Pinto, témoin malheureusement peu sûr25. Mais la disparition de l’évêché et du couvent franciscain de Zayton, qui répond au ralentissement des relations de l’Europe avec l’Extrême-Orient, a dû intervenir dans les dernières années du xive siècle. Le plan grandiose de Clément V dans lequel se situait la création de cet évêché avait certes connu un début de réalisation prometteur ; mais il n’avait pu prendre tout son effet dans le contexte de ce siècle qui s’achevait sur l’effondrement de l’empire mongol de Chine, sur les campagnes de Tamerlan et la disparition des liaisons qui avaient été nouées entre l’Europe et l’Extrême-Orient.

Notes

1 Le Liber ostensor doit être publié en 2004 dans la collection de l’École française de Rome par les soins de M. Vauchez et de ses collaborateurs. Nous remercions M. Vauchez d’avoir bien voulu nous communiquer le texte du passage en question, et le R Boisset de nous l’avoir signalé dès 1987. Ce dernier en a donné un fort utile commentaire dans sa communication au colloque de Chantilly de 1988 : L. Boisset, Visions d’Orient chez Jean de Roquetaillade. Les textes prophétiques et les prophéties en Occident (xiie-xvie siècles) ( = Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge 102/2, 1990, p. 391-401).

2 Mihi ostensa fuit illa civitas tamquam in terra orientali famosior.

3 Cf. F. B. Reichert. Begegnungen mit China. Die Entdeckung Ostasiens im Mittelalter. Sigmaringen 1992, lequel a relevé les très nombreuses mentions de voyageurs ayant atteint l’Extrême-Orient à l’époque mongole, notamment p. 80-81.

4 L’un de ces surintendants, Chou Ju-kua, a écrit en 1235 un traité sur les pays étrangers (cf. l’article cité ci-dessous de K. Enoki).

5 Citons seulement : M. Balard, Les Génois en Asie centrale et en Extrême-Orient au xive siècle : un cas exceptionnel. Économies et sociétés au Moyen Âge (Mélanges Edouard Perroy), Paris 1973, p. 681-689 : L. Petech, Les marchands italiens dans l’empire mongol. Journal Asiatique 250, 1962. p. 549-574 ; R. S. Lopez, Nouveaux documents sur les marchands italiens en Chine à l’époque mongole, Comptes-rendus de V Académie des Inscriptions, 1977, p. 445-457 ; K. Enoki, The Nestorian christianism in China in medieval times, L’Oriente cristiano nella storia della civiltà, Rome 1964 (Accademia dei Lincei. Problemi attuali di scienza e di cultura, quad. 62), p. 45-83 et notamment p. 52-54.

6 J. Richard, La papauté et les missions d’Orient au Moyen Âge (xiiie-xve s.), Rome 19982 (Collection de l’École française de Rome 33).

7 Ibid., p. 145-151 ; cf. G. Fedalto, La chiesa latina in Oriente, 3 vol. , Vérone 1973, 1, p. 413-415. Ces évêques étaient dits absque titillo alicujus ecclesie. Textes dans G. Golubovich, Biblioteca bio-bibliografica della Terra Santa e dell’Oriente francescano, 5 vol. , Quaracchi 1906-1927, 3, p. 105-108.

8 Richard. Papauté, cité supra n. 6, p. 157-158.

9 A. Matanic, Bulla missionaria « Cum hora undecima » ejusque juridicum « Directorium apparatus », Archivum franciscanum historicum 50, 1957, p. 364-378.

10 R. Müller, Jean de Montecorvino (1247-1328), premier archevêque de Chine. Action et contexte missionnaire, Neue Zeitschrift für Missionswissenschaft 44, 1988, p. 81-109, 197-217, 263-264.

11 Golubovich, Bibl. (cité supra n. 7), 3, p. 194-197 ; A. Van den Wyngaert, Sinica franciscana, 1, Itinera et relationes FF. MM. saec. xiii et xiv, Quaracchi 1929, p. 867.

12 Golubovich, Bibl., 3, p. 304-308 ; Van den Wyngaert, Sinica franciscana, 1 (cité note précédente), p. 192-193.

13 J. Forster, Crosses from the walls of Zaitun, Journal of Royal Asiatic Society, 1954, p. 1-25 (on lit seulement Hic sepultus... Andreas Perus... ordinis... apostolus - ou plutôt episcopus ? - M..XII...). K. Enoki (The Nestorian christianism, cité supra n. 5) a lu 1332.

14 Ces martyrs étaient les quatre franciscains partis pour la Chine avec le dominicain Jourdain de Séverac et qui furent mis à mort dans l’Inde par les musulmans en 1321. On notera qu’André de Pérouse fait état de leur mort dans sa lettre.

15 Au témoignage du Livre de l’estat du grant caan, de l’archevêque de Sultanieh Jean de Cori.

16 Golubovich, Bibl., 5, p.92.

17 Id., Ibid., 3, p. 390; cf. Richard, Papauté, p.155, n. 116.

18 Sur la présence des yeh-li kowen (chrétiens indigènes), cf. Enoki, The Nestorian christianism, p. 55 s. Sur la fréquentation de l’océan Indien par les marchands venus de Mésopotamie et d’Arménie, cf. B. E. Colless, The traders of the pearl. The mercantile and misionary activities of Persian and Armenian Christians in Southern Asia. Abr Nahrain 9, 1969-1970, p. 17-30 ; 10. 1970-1971, p. 102-121 ; 11, 1971-1972, p. 1-21 ; 12, 1972-1973, p. 114-135. Les Polo avaient signalé à l’administration mongole la présence de ces chrétiens dans le Fou-kien : Marco Polo. The Description of the world, éd. A. C. Moule, P. Pelliot, Londres 1938, p. 53-54.

19 On a beaucoup mis l’accent sur le caractère de marchands qui était celui des frères Polo ; mais leur long séjour dans l’empire de Qubilaï les fait surtout apparaître comme de ces Occidentaux qui se sont mis au service des Mongols et qui furent particulièrement nombreux dans l’empire mongol de Perse. Philippe de Mézières a encore connu un Bargadin de Metz qui avait servi le khan de Cathay. L’aide des marchands était précieuse : il suffit de citer celle que Pietro de Lucalongo apporta à Montecorvino et dont celui-ci se louait, en même temps qu’il déplorait l’activité d’un chirurgien lombard qui décriait la mission.

20 Golubovich, Bibl., 4, p. 279-280; Van den Wyngaert, Sinica franciscana, 1, p. 536. Odoric parle des deux loca que les frères avaient à Zayton et André de Pérouse précise que dans son ermitage quatre chambres étaient susceptibles de recevoir des prélats.

21 R. Lopez supposait (Nouveaux documents, cité supra n. 5, p. 453) qu’il pouvait y avoir dans la ville « d’autres hospices catholiques ». Nous n’avons pas d’indications sur ce point. Sur l’emplacement du couvent franciscain : Enoki, The Nestorian christianism, p. 63.

22 Sur ces pierres tombales, cf. n. 17. Marcellino della Civezza, qui en avait signalé la découverte, indiquait que l’une d’elles portait le nom d’un frère Bernard, qui aurait été compagnon d’Odoric.

23 F. A. Rouleau, The Yang-chow Latin tombstone as a landmark of medieval christianity in China, Havard Journal of Asiatic studies 17, 1954, p. 345 s.; Lopez, Nouveaux documents, p. 455-457; Enoki, The Nestorian christianism, p. 65 et pl. V.

24 La série chronologique des pierres tombales à inscriptions musulmanes provenant de Zayton, comme le note K. Enoki, ne s’interrompt pas avant 1387.

25 Richard, Papauté, p. 286.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540