Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Lucques, Gênes et le trafic de la soie (v. 1250-v. 1340)

Pierre Racine

Volltext

  • 1 J. Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, Paris 1987.
  • 2 Y. Renourd. Les hommes d’affaires italiens du Moyen Âge. Paris 1968 (nouvelle édition).
  • 3 La thèse de F. Edler de Roover, The Silk Trade of Lucca during the Thirteenth and Fourteenth Centu (...)
  • 4 Les Occidentaux faisaient venir par Venise déjà au xe siècle des étoffes de soie byzantines et des (...)
  • 5 Texte du traité de Nymphée, latin, car l’original grec est perdu, dans C. Manfroni, Le relazioni f (...)
  • 6 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début xve siècle), 2 vol. , Rome 1978, 2, p. 723-733.

1De l’or et des épices1, tel est le titre que donnait à l’un de ses livres un historien contemporain, qui y voyait les produits à partir desquels s’est construite la fortune des hommes d’affaires du Moyen Âge, notamment italiens2. Il s’agit assurément de produits de luxe, recherchés par l’aristocratie européenne. Il convient de leur ajouter la soie qui, importée d’Asie, a permis la confection de vêtements de luxe venus enrichir la garde-robe des gens de Cour, des milieux aisés des grandes villes, sans compter les souverains et les princes eux-mêmes, après qu’ils eurent séduit durant des siècles les ecclésiastiques3. La soie n’était certes pas inconnue du monde occidental avant le xiiie siècle, mais jusqu’au milieu de ce siècle les étoffes de soie provenaient essentiellement du monde byzantin ou musulman4 A partir de 1250 et surtout après le traité de Nymphée qui ouvrait aux Génois le trafic commercial sur les rives de la mer Noire5, la soie arrive en Europe occidentale en abondance, à la différence de la période antérieure où étaient surtout importés des tissus. Or, le port de Gênes a pris une place de premier plan dans ce trafic, d’une part pour l’arrivée de la soie grège en provenance d’Asie, d’autre part pour l’exportation des tissus travaillés principalement dans la ville de Lucques par des artisans spécialisés6.

  • 7 A. Guillou, Production and Profits in the Byzantine Province of Italy (tenth to eleventh centuries (...)
  • 8 Cf. note 4.

2Il est désormais bien connu que l’art du tissage de la soie était pratiqué en Italie, comme d’ailleurs la production de la soie grège, bien avant le xiiie siècle. En Calabre, avec les Byzantins, en Sicile sous l’impulsion musulmane, avait été introduite et s’était diffusée la gelsoculture7, mais la production de tissus de soie en provenance des régions méridionales de la péninsule couvrait surtout les besoins de ce que l’on peut appeler un marché fort restreint, même si certaines étoffes pouvaient parvenir sur les foires de Pavie à travers les marchands de Gaète, Amalfi et Salerne8. En réalité, le marché des tissus de soie ne pouvait intéresser que les milieux des cours carolingienne ou post-carolingiennes ou ceux des églises. Jusqu’au début du xiiie siècle, la soie ne représentait qu’un marché de peu d’ampleur, sans que se révèle encore le désir en Occident d’une consommation de vêtements de luxe à base de tissus de soie.

  • 9 Le gros vénitien de six deniers remonte à la fin du xiie siècle, avant d’être imité par d’autres v (...)
  • 10 R. S. Lopez. Settecento anni fa : il ritorno all’oro nell’Occidente duecentesco. Rivista storica i (...)
  • 11 R. H. Bautier, L’or et l’argent en Occident de la fin du xiiie au début du xive siècle. Comptes Re (...)
  • 12 Exemple d’un Lombard qui prête aux princes : P. Racine, Homme d’affaires ou Lombard : le cas de Ga (...)
  • 13 Les comtes de Flandre, de Hainaut et d’Artois sont parmi les clients des Lucquois : F. Edler de Ro (...)

3C’est au cours du xiiie siècle que se manifeste peu à peu en Occident le désir des milieux sociaux supérieurs d’acheter et de porter des habits de soie ou de recouvrir d’étoffes de soie leur décor quotidien. Il faut y voir, bien sûr, la marque de leur enrichissement et de celui qui gagnait alors l’ensemble de la société. La frappe du gros d’argent au début du xiiie siècle9, puis le retour à la monnaie d’or10 traduisent d’une part l’essor d’un trafic commercial qui requiert de nouveaux signes monétaires, d’autre part un élargissement du volume monétaire en circulation, même si les stocks de métaux précieux ne répondaient pas toujours aux besoins des nouveaux États, obligés à la fin du siècle à pratiquer des mutations monétaires11. Les princes n’hésitent pas à s’endetter en s’adressant à des « Lombards » pour se procurer les étoffes de luxe qu’ils envient12, et en achètent eux-mêmes13. Leur expansion au sein des milieux urbains provoque au cours du xive siècle l’apparition de lois somptuaires pour ralentir, à défaut de pouvoir l’interdire, l’essor d’un tel trafic.

  • 14 R. S. Lopez, Silk industry in the Byzantine Empire, Speculum 20, 1945, p. 1-42; D. Jacoby, Silk in (...)
  • 15 M. Del Treppo, A. Leone, Amalfi medievale, Naples 1977 (Biblioteca di studi meridionali).
  • 16 Edler de Roover, Lucques, cité supra n. 13, p. 1330.

4La soie est le seul fil textile continu fourni par la nature. Les filaments ont une section de forme triangulaire, qui donne aux tissus des qualités spéciales de réflexion de la lumière, ce qui caractérise à proprement parler l’aspect « soyeux ». Elle présente d’excellentes propriétés mécaniques, donnant des articles textiles confortables, provenant de l’élevage du ver à soie. Il n’est pas surprenant que les qualités présentées par les étoffes de soie par rapport aux draps de laine ou aux futaines aient séduit les Occidentaux. Les ateliers byzantins, à Constantinople, à Thèbes, avaient depuis longtemps acquis une grande réputation pour la transformation de la soie grège14. En Occident, au xe siècle vivaient de nombreux tisserands et teinturiers juifs à Amalfi, Gaète et Salerne15. C’est autour de l’an Mil que certains d’entre eux vinrent s’établir à Lucques, sans doute appelés par le marquis Boniface qui pensait ainsi apporter à la ville une activité qui par la qualité de sa main-d’œuvre lui ferait acquérir une grande renommée16. Lucques a donc très tôt présenté les conditions favorables à l’essor de l’industrie de la soie : habileté et savoir-faire de sa main-d’œuvre, organisation commerciale par des societates disposant de capitaux, important la matière première et se chargeant de la commercialisation des tissus.

  • 17 E. Lazzareschi, L’arte della seta in Lucca, Lucques 1930.
  • 18 Le statut de 1255 a été publié avec d'autres par A. Mancini, dans Annali delle Università Toscane (...)
  • 19 Le baudequin est une étoffe de soie lourde utilisée notamment pour les dais.
  • 20 Le brocart est un tissu de soie rehaussé de dessins brodés en fil d’or ou d’argent.
  • 21 Le cendal est une étoffe de soie légère.
  • 22 Le damas est une étoffe de soie tissée de telle façon que les dessins présentés à l’endroit en sat (...)
  • 23 Le samit est un demi-satin formé d’une chaîne de soie soutenue par une trame de fil.
  • 24 Le velours est un tissu à deux chaînes : l’une produit le fond du tissu et l’autre le « velouté ». (...)
  • 25 Edler de Roover, Lucques. p. 1331.
  • 26 Ibid.
  • 27 Voir les rubriques correspondantes du statut de 1308 dans la publication assurée par L. Del Prete (...)

5Les opérations du travail de la soie sont bien connues : tirage, moulinage, décreusage, teinture, ourdissage et tissage. Entre chaque opération, le fil était enroulé sur des bobines grâce à un dévidoir. Toutes ces opérations se déroulaient à Lucques, au sein de petits ateliers pour le moulinage, nécessitant un outillage coûteux, si bien que les patrons étaient dépendants de marchands qui les rétribuaient à la tâche17 ; le statut corporatif de 1255 mentionne 86 teinturiers travaillant vraisemblablement pour plusieurs marchands ou fabricants, mais à l’exception d’un article qui interdisait sous peine de graves sanctions d’employer un autre produit que le kermès pour teindre en écarlate, nous n’avons aucune autre indication18. Quant à l’ourdissage, aucun document ne permet de savoir où et comment il se déroulait. Les tisserands, eux, étaient fortement spécialisés en fonction de la production des velours, damas et autres tissus. Un apprentissage spécial était exigé. Les archives notariales lucquoises font connaître des métiers spéciaux pour tisser des étoffes comme le baudequin19, le brocart20, le cendal21, le damas22, le samit23, le velours24. Pour les étoffes à dessins, il était nécessaire de recourir à deux chaînes, donc à des métiers à deux ensouples de chaîne. Le jeune apprenti, qui devait se tenir au-dessus du métier à semples, le « linicciarolo », occupait une position inconfortable. Si encore à la fin du xiiie siècle il est courant que le tisserand soit propriétaire de son métier, il n’en va plus de même au xive siècle où il lui faut ou le payer à crédit ou le louer à un marchand-fabricant25. Les livres de comptes que devaient tenir les fabricants étaient réputés comporter l’inscription des matières premières ou semi-ouvrées remises aux artisans, comme les salaires et avances payés aux ouvriers26. Le statut communal de 1308 interdisait sous peine d’une amende de dix livres d’acheter de la soie, des colorants, des fils d’or ou d’argent à qui n’était pas considéré comme marchand ou courtier de bonne renommée27. Ce même statut interdisait à un ouvrier ou à quelqu’un qui n’était pas commerçant d’accepter ces marchandises en gage d’une avance de fonds. Les patrons d’atelier de leur côté ne devaient pas contraindre leurs ouvriers à se faire payer en pièces de tissu au lieu de numéraire.

  • 28 Lazzareschi, L’arte, cité supra n. 17, en donne quelques exemples.
  • 29 W. F. Volbach, I tessuti del Museo Sacro Vatican, Cité du Vatican 1942.
  • 30 Voir les Comptes du Trésor publiés par R. Fawtier, Paris 1930, et les Comptes royaux par R. Fawtie (...)
  • 31 Le plus souvent, l’évocation de la vie de leur temps et celle du temps passé sont mises en confron (...)
  • 32 Edler de Roover, Lucques, p. 1334-1335.
  • 33 L. Ciucci, L’arte della seta in Lucca, Côme 1930, décrit dans ses 83 pages les divers tissus fabri (...)
  • 34 Edler de Roover, Lucques. p. 1335-1336.

6Les diverses étoffes qui sortaient de ces ateliers avaient des usages bien définis. Jusqu’au grand développement de l’industrie de la soie au milieu du xiiie siècle, l’Église fut le premier client pour les draperies et parements d’autel, comme pour les vêtements sacerdotaux (chapes, chasubles, dalmatiques). Les inventaires des églises lucquoises en sont un bon témoignage28. Un inventaire du trésor pontifical de 1295 montre que le brocart, le samit et le cendal étaient employés pour les baldaquins et les tentures, le samit et le cendal, la « pourpre » et le « camoas » pour les parements d’autel, le samit et les soies plus légères pour les vêtements sacerdotaux29. Au cours du xiiie siècle, une clientèle laïque, composée de nobles et de souverains, s’est dessinée, relayant parfois celle de l’Eglise, à la recherche de tissus variés, des étoffes légères aux draps d’or et d’argent. Les comptes des rois de France citent ainsi brocarts, velours et damas, satins, sarcenits, tabis (soie moirée) et taffetas en provenance de Lucques30. Les poètes et troubadours se sont eux-mêmes complu à décrire les somptueux vêtements de personnages qu’ils mettaient en scène31. Les dessinateurs lucquois se sont montrés très tôt capables d’adapter les dessins byzantins et musulmans, représentant des animaux ou des oiseaux plus ou moins stylisés et disposés le plus souvent dans des médaillons. Dès le xiiie siècle, sous l’influence de l’héraldique, les médaillons en viennent à remplacer les animaux avec des bandes feuilletées et fleuronnées s’entrecroisant en formant losanges et carrés32. La diaspre, soie unie, brochée d’or ou d’argent, était surtout de couleur blanche, mais le rouge, le vert, le jaune, voire la bichromie, pouvaient s’y rencontrer, si l’on se réfère à certains inventaires de sacristie. Pour ce tissu qui ressemblait au damas, il était nécessaire de recourir à deux chaînes à base de fil fortement tordu, la trame étant alors à base d’un fil légèrement tordu, les figures étant tramées en un fil plus épais et plus brillant que le fond33. L’influence des styles chinois au xive siècle introduit plus de souplesse et une certaine symétrie pour donner l’impression de mouvement, malgré la répétition inévitable des mêmes motifs dans les tissus34.

  • 35 Ce départ de tisserands du royaume de Sicile est sans doute dû aux difficultés qu’ils rencontraien (...)
  • 36 La conquête du royaume de Sicile par Charles d’Anjou en 1266, sous la protection de la papauté, fa (...)
  • 37 L’histoire de Lucques est marquée au xive siècle par les violentes querelles entre la faction des (...)
  • 38 T. Bini, I Lucchesi a Venezia. Alcuni studi sopra i secoli xiii e xiv, 2 vol. , Lucques 1854-1856.

7L’arrivée de tisserands siciliens au lendemain de l’écroulement de l’empire de Frédéric II était sans doute liée à la place qu’avait déjà prise Lucques dans l’industrie de la soie en Europe occidentale à cette époque35. Les tisserands siciliens gagnaient Lucques, sachant pouvoir s’intégrer dans le cycle de la production des tissus de soie, apportant avec eux leur savoir-faire. Une nouvelle vague de travailleurs siciliens de la soie arrive à Lucques après la victoire de Charles d’Anjou sur Manfred en 126636. Ces derniers arrivants ne font que consacrer la place eminente de Lucques dans le travail de la soie dans l’Occident chrétien. A la fin du xiiie siècle, la suprématie de l’industrie lucquoise de la soie est assurée en Occident ; elle se trouve atteinte par les troubles qui marquent l’histoire de la ville à partir du début du xive siècle37, entraînant le départ de maints artisans vers Venise38, mais la réputation de la production lucquoise n’en continue pas moins de rayonner jusqu’à l’éclatement de la Peste Noire à travers l’Occident.

  • 39 Cf. note 6.
  • 40 I libri iurium della repubblica di Genova, I/1, éd. A. Rovere. Gênes 1992, n° 162, p. 236.
  • 41 P. Lisciandrelli, Trattati e negoziazioni politiche della repubblica di Genova. 950-1799. Regesti, (...)
  • 42 R. Di Tucci, Genova e gli stranieri (secc. xii-xvii). Rivista italiana di diritto internazionale e (...)

8Qu’il s’agisse de l’importation de la soie grège ou de l’exportation des étoffes de soie que nous avons présentées comme spécialités de l’industrie lucquoise, le port de Gênes a été le maillon fondamental sur lequel pouvaient s’appuyer les marchands-fabricants lucquois39. Les relations entre Lucques et Gênes remontent au xiie siècle. En conflit avec Pise qui contestait à Lucques la primauté en Toscane, à la recherche d’un port qui pût assurer aux commerçants lucquois un débouché pour leurs exportations et accueillir leurs importations, les cinq consuls lucquois avaient été amenés à conclure en 1153 un traité commercial avec le gouvernement communal génois40. Les marchands lucquois en route vers les places commerciales de Méditerranée occidentale et des foires d’Outre-Alpes pouvaient traverser le territoire génois avec leurs marchandises en franchise et sous la protection des autorités. Les tissus de laine qu’ils rapportaient des foires d’Outremonts étaient soumis à une taxe de cinq sous génois par balle. Une nouvelle étape est franchie en 1166 lorsque le gouvernement communal génois accorde aux marchands lucquois les mêmes avantages qu’à ses propres concitoyens pour trafiquer sur le port41. Dès lors, les Lucquois pouvaient se rendre en Orient sur des navires génois pour y faire directement leurs achats de soie, comme d’ailleurs d’autres marchandises, telles les épices. La position des Lucquois à la fin du xiie siècle sur la place de Gênes rappelle que le port ligure a été largement ouvert aux étrangers, et les Lucquois figurent de ce point de vue aux côtés d’étrangers non moins actifs, les Astésans et les Placentins42.

  • 43 La pace di Costanza. 1183. Un diffìcile equilibrio di poteri fra società italiane ed Impero. Milan (...)
  • 44 Cette date de 1342 est importante, car elle marque le véritable début du déclin de l’industrie luc (...)
  • 45 D. Jacoby, Les communes italiennes et les Ordres Militaires à Acre, État et colonisation au Moyen (...)
  • 46 Le terme de soie syrienne ne manque pas d’être ambigu. Elle pouvait consister en soie provenant de (...)

9Gênes devient au xiiie siècle sous l’influence des Lucquois le grand centre de transbordement pour la soie grège. En raison du conflit permanent qui régnait entre Lucques et Pise, reflet des luttes intercommunales propres à l’Italie centro-septentrionale, divisée après la paix de Constance entre Etats-cités43, le port de Pise était exclu de l’approvisionnement en soie grège pour l’industrie lucquoise, jusqu’à ce qu’en 1342 la ville soit passée sous le contrôle du gouvernement communal pisan44. Quant à Venise, l’éloignement explique combien la livraison de la soie grège par voie terrestre aurait été coûteuse. Les Lucquois ont même disposé au cours de la seconde moitié du xiiie siècle d’un fondaco à Acre, qui leur a servi d’entrepôt pour l’alun, les épices et la soie, mais à cette date le port d’Acre ne joue plus qu’un rôle secondaire par rapport à l’essor de L’Aïas et Famagouste et des colonies génoises de mer Noire45. Ils étaient d’ailleurs tributaires de la marine génoise pour leur trafic avec Acre, où ne parvenait qu’une quantité réduite de soie « syrienne »46.

  • 47 Route mise en évidence par r. H. Bautier, Les relations économiques des Occidentaux avec les pays (...)
  • 48 Odoricus de rebus cognitis. Odorico da Pordenone nella prima edizione a stampa del 1513, éd. L. Mo (...)
  • 49 S. Karpov, L’Impero di Trebizonda, Venezia, Genova e Roma. 1204-1461. Rapporti politici, diplomati (...)
  • 50 J. Heers, Marco Polo, Paris 1984, p. 141-149.
  • 51 F. B. Pegolotti, La Pratica della Mercatura, éd. A. Evans, Cambridge, Mass. 1936, p. 22-23.

10Le trafic de la soie grège s’est en effet fortement accéléré dans la deuxième moitié du xiiie siècle, à partir du moment où la route vers l’Extrême-Orient s’est ouverte aux marchands occidentaux, qui n’avaient plus à passer par des intermédiaires musulmans. Ce n’est d’ailleurs pas une seule, mais diverses routes qui permettaient de gagner la Chine et l’Inde. L’une partait de L’Aïas, dans le royaume arménien de Cilicie, pour traverser un territoire dominé par les Mongols, en direction du golfe Persique, puis de l’océan Indien47. L’itinéraire est long et requiert un délai de deux ans pour arriver en Chine. Il n’en a pas moins été emprunté par le missionnaire Odoric de Pordenone48. Une seconde route, plus courte, part de Trébizonde, gagne Tabriz, Merv, Samarcande, Kachgar et le Pamir, le désert de Gobi et Pékin49. Se retrouve là une partie du chemin suivi par Marco Polo, parti, lui, de L’Aïas, et gagnant le nord pour parvenir à Cambaluc50. Le troisième itinéraire a son point de départ sur les rives de la mer Noire, pour se diriger vers la mer Caspienne, le Turkestan et le désert de Gobi. C’est le chemin décrit par Pegolotti, qui l’estime très sûr pour qui veut se rendre en Chine, mais il faut tout de même compter presque un an pour le parcourir51.

  • 52 Voir par exemple les nouvelles 4 ou 9 de la deuxième journée.
  • 53 Voir les chapitres qui y sont consacrés par Marco Polo lors de ses missions en Chine.
  • 54 Edler de Roover, Lucques, p. 1320-1321.
  • 55 P. Racine, Le marché génois de la soie en 1288, RÉSEE 8, 1970, p. 403-417.
  • 56 Bautier, Les relations économiques, cité supra n. 47, p. 289-290, à partir des comptes de la gabel (...)
  • 57 R. S. Lopez, Nuove luci sugli Italiani in Estremo Oriente prima di Colombo, Studi colombiani 3,195 (...)
  • 58 Balard, La Romanie, cité supra n. 6, p. 727.
  • 59 Pegolotti, La Pratica, cité supra n. 51, p. 22.

11Le dynamisme des Génois, vanté par Boccace dans le Décaméron52, les porte aussi bien en Chine qu’en Inde. Ils peuvent certes y rencontrer la concurrence vénitienne, mais ce sont eux qui sont principalement à la base du trafic de la soie grège, comme le révèlent les actes notariés génois. La Chine est assurément le pays de la soie et Marco Polo a pu observer la part prépondérante de la soie dans l’habillement chinois53. Florence Edler de Roover estime que la soie travaillée à Lucques provenait au xiiie siècle des pays riverains de la mer Caspienne, apportée aux colonies génoises de mer Noire54. Si l’on se réfère aux actes du notaire génois Enrico Guglielmo Rosso, que nous avions analysés il y a une trentaine d’années pour l’année 128855, soit 70 actes, il apparaît que les Lucquois se sont particulièrement intéressés à la soie en provenance de ces régions, qui, semble-t-il, se présentait comme une matière de choix par rapport à la soie chinoise, considérée comme commune. Nous n’avions alors pu relever de mentions de poids, car dominait dans les documents notariés l’expression tantam setam, avec la provenance et le prix. Ce problème du prix a d’ailleurs opposé Robert-Henri Bautier56 à Roberto Sabatino Lopez57 et Michel Balard a cru bon d’observer que si le prix de la soie de Chine est meilleur marché que celui de la soie des environs de la Caspienne, il faut y voir le fait qu’il s’agit d’une marchandise importée en plus grande quantité58. Par ailleurs, il convient de tenir compte de la longueur du voyage, beaucoup plus importante pour la soie chinoise que pour celle des environs de la Caspienne. La soie chinoise était en outre transportée dans des conditions relativement difficiles, par chariots, traînés dans le désert par des chameaux, quand ce n’est pas à dos de chameau, ce qui fait qu’elle arrivait souvent en mauvais état sur le port de Gênes59.

  • 60 Racine, Le marché, cité supra n. 55, p. 409.
  • 61 Edler de Roover, Lucques, p. 1321.
  • 62 L’Arte di Por Santa Maria ne devient vraiment important qu’au xve siècle, même s’il faisait partie (...)

12La prépondérance lucquoise dans ce trafic de la soie grège est évidente : 61 % des achats sont en 1288 l’œuvre de marchands lucquois, et l’on peut estimer que cette année est de ce point de vue une année moyenne pour le trafic de la soie à Gênes60. La soie qui arrivait par torsello (balle) ou farda de 100 livres était expédiée de Gênes vers Lucques. Faut-il voir dans le choix de la soie en provenance de la mer Caspienne par les Lucquois une préférence liée à la qualité du produit ? Florence Edler de Roover le pense, qui attribue à la soie des régions de la Caspienne finesse, robustesse et souplesse quant aux fibres, permettant la fabrication de tissus de meilleure qualité qu’avec la soie d’origine chinoise61. Mais la demande de produits de luxe devient telle que la soie chinoise permet aux tisserands lucquois de livrer des produits à des prix relativement compétitifs au xive siècle. Les autres acheteurs de soie sont en 1288 les Placentins (13,9 %), les Florentins (10,6 %) et la société des Amannati de Pistoia (6,8 %). Au cours de la première moitié du xive siècle s’esquissent des transformations destinées à modifier durablement le trafic : les Placentins disparaissent pratiquement du trafic de la soie, suppléés de plus en plus par les Florentins. Or, à Florence, l’Arte della Seta en est encore à ses premiers pas dans la première moitié du xive siècle62. Les actes notariés génois ne permettent malheureusement pas de savoir à qui les Placentins pouvaient vendre la soie qu’ils achetaient. À la fin du xiiie siècle, il n’y a pas d’artisans soyeux travaillant à Plaisance, du moins les documents de l’Archivio di Stato ne nous ont pas fourni d’exemples de tisserands et d’articles de soie. Il ne nous a donc pas été donné de connaître la direction prise par cette soie dont les hommes d’affaires placentins prenaient possession à Gênes, pas plus que celle des Amannati, même si nous soupçonnons qu’à Pistoia devaient travailler quelques artisans soyeux à la fin du xiiie siècle.

  • 63 T. W. Blomquist, Commercial association in Thirteenth Century Lucca, Busines History Review 45, 19 (...)
  • 64 R. W. Kaeuper, Bankers to the Crown : the Riccardi of Lucca and Edward I, Princeton 1978; E. Re, L (...)
  • 65 Ils ont été publiés par P. Pelu, I libri dei mercanti lucchesi degli anni 1371, 1372, 1381, 1407, (...)
  • 66 Cf. note 63.
  • 67 Texte de l’accord de 1275 entre l’universitas et le roi de France quant à l’installation des march (...)
  • 68 Texte de l’accord de 1295 publié par L. Gautier, Les Lombards dans les Deux-Bourgognes, Paris 1907 (...)

13Les Lucquois qui venaient acheter la soie à Gênes étaient membres de sociétés commerciales, dont l’organisation est bien connue, compagnies à base de capitaux familiaux, accueillant les dépôts d’associés63. C’est le régime traditionnel qui se retrouvait à Plaisance, à Florence, à Sienne et dans toutes les grandes villes commerciales italiennes dont les marchands viennent travailler sur le port de Gênes. Elles sont loin d’être solides et font partie de ces « colosses aux pieds d’argile » dont certains s’écroulent dès la fin du xiiie siècle, tels les Riccardi64. Au xive siècle, le gouvernement communal lucquois, au lendemain des grandes faillites des années 1300, fait établir un libro dei mercanti, un registre où sont inscrits chaque année les noms des sociétés et de tous les marchands, avec leurs marques, la liste des associés, des facteurs et des commis, et même des garçons de course. Ces livres faisaient foi en cas de faillite ou de procès. Dans l’état actuel de la conservation des archives lucquoises, le premier qui nous soit parvenu date de 1371, alors que l’institution est bien antérieure65. Ces compagnies ne sont d’ailleurs pas uniquement spécialisées dans le trafic de la soie, et, à l’image des autres compagnies des villes italiennes, les Riccardi ou les Guinigi se livraient au trafic des épices, des draps et pratiquaient des opérations de change. Il n’y avait là rien d’original. Elles avaient des représentants et des facteurs sur les places étrangères, sur les foires de Champagne, à Paris, à Londres ou à Bruges66. Elles ont fait partie de l’universitas mercatorum tuscanorum et lombardorum qui passe des accords commerciaux et politiques avec le roi de France en 127567 et le comte de Bourgogne en 129568. Les Lucquois étaient en relations étroites avec les pays d’Outre-Alpes.

  • 69 R. H. Bautier, Les foires de Champagne, La Foire, Bruxelles 1953, p. 97-148 (Recueils de la Sociét (...)
  • 70 H. Pirenne, Histoire économique de l’Europe occidentale, Paris 1951, p. 151.
  • 71 F. Bourquelot, Études sur les foires de Champagne, 2 vol. , Paris 1865, 1, p. 166, et 2, p. 10 (Pr (...)
  • 72 R. S. Lopez en donne des exemples depuis L’Aïas dans la contribution citée à la note 57.

14Or, les Génois, avec l’aide des Astésans et des Placentins, ont largement contribué au développement des relations étroites qui unissaient le port ligure et les villes des foires de Champagne, qui jusqu’au milieu du xive siècle sont demeurées le grand centre commercial et financier de l’Europe occidentale69. Même au temps où les foires deviennent à la fin du xiiie siècle le grand clearing house de l’Europe occidentale70, elles n’en demeurent pas moins un grand lieu d’échange des produits de luxe apportés par les marchands italiens (épices), dont les Lucquois, contre les draps flamands et les fourrures des marchands allemands. À Provins, Troyes ou Bar-sur-Aube, les marchands lucquois louent des maisons d’habitation, des dépôts et des écuries71. Le temps des représentants permanents et du marchand sédentaire n’est pas encore venu à la fin du xiiie et au début du xive siècle. De Gênes, les marchands lucquois font ainsi circuler la soie vers leurs ateliers et les étoffes en direction des villes de foires. Le système de paiement des produits est par ailleurs bien connu, qui permettait de payer à crédit la soie achetée à Gênes, voire à L’Aïas, sur une ville des foires72. Faut-il penser qu’il y aurait eu une sorte de compensation par vente de soieries ou achat de produits sur les foires ? Les documents génois ne nous ont rien fourni de tel.

  • 73 R. Doehaerd, Les galères génoises dans la Manche et la mer du Nord à la fin du xiiie et au début d (...)
  • 74 Les Riccardi sont alors acquéreurs de laine et prêteurs près de la Couronne anglaise.
  • 75 Si les Lucquois délèguent des représentants sur la place de Paris, ils ne figurent pas parmi les L (...)
  • 76 Cf. note 30.
  • 77 P. Dollinger, La Hanse, xiie-xviie siècles, Paris 19882, ne signale pas de soieries lucquoises dan (...)

15Les routes par lesquelles les Lucquois venaient aux foires de Champagne sont assez bien individualisées. Ils préféraient d’ailleurs faire voyager leurs étoffes par voie terrestre plutôt que par voie maritime. Il est caractéristique que nous n’ayons pas trouvé de transport de soieries par la route maritime créée par les Génois entre la Méditerranée et la mer du Nord73. Les archives londoniennes du Public Record Office nous ont bien révélé la présence à Londres et en Angleterre de représentants de la société des Riccardi, sans qu’il soit question de trafic d’étoffes de soie74. Lorsque Paris devient à la fin du xiiie siècle une place commerciale et financière de premier ordre, les Lucquois ne dédaignent pas d’y déléguer des représentants de leurs compagnies75. Il est vrai qu’ils y trouvent des clients comme les comtes de Flandre ou d’Artois qui deviennent des acheteurs réguliers pour de somptueux brocarts d’or autant que pour des étoffes plus légères comme le cendal. Les Comptes de l’Argenterie et les Comptes de l’Hôtel des rois de France en portent témoignage76. A Bruges, comme à Londres, où les Lucquois apportent leurs soieries, par voie terrestre d’une part, et par un passage maritime aussi court que possible entre Bruges et Londres, ils font connaître leurs produits aux marchands de la Hanse, et leurs tissus gagnent dès la première moitié du xive siècle des villes comme Dantzig, Lubeck ou Stralsund où ils viennent parer les églises de ces villes77.

  • 78 Ce goût pour les étoffes lucquoises s’accentuera au temps des ducs Valois : cf. L. Mirot, Études l (...)
  • 79 R. Stopani, La via francigena. Una strada europea nell’Italia del Medioevo, Bologne 1992 (Bibliote (...)
  • 80 R. S. Lopez, Le relazioni commerciali fra Genova e la Francia nel Mediterraneo, Coopcrazione intel (...)
  • 81 Voir par exemple les contrats relevés par R. H. Bautier, Les registres des foires de Champagne, Bu (...)
  • 82 A la différence des marchands siennois, nous n’avons pas de lettres de marchands lucquois correspo (...)

16Ce sont ainsi les marchands lucquois qui circulent eux-mêmes depuis l’Italie, avec Gênes comme centre de distribution de la matière première et des produits fabriqués. Jusqu’en 1340, ils sont restés fidèles aux foires et aux routes des foires pour se rendre à Provins, Troyes et Bar-sur-Aube. Sur les routes lorraines empruntées principalement par les Milanais à la recherche de la laine et des draps flamands grâce à l’ouverture des grands cols alpins, Saint-Gothard et Simplon, nous n’avons pas trouvé mention de marchands lucquois, même si les ducs de Bourgogne n’ont pas été insensibles au xive siècle à la beauté des soieries lucquoises78. Pour gagner les foires et Paris, les marchands lucquois disposaient de deux grands systèmes routiers : l’un par la via francigena, par le Mont-Cenis ou le Grand-Saint-Bernard, soit la grande route des pèlerins vers Rome, sur laquelle Lucques constituait d’ailleurs une étape importante79 ; l’autre par Marseille et surtout Montpellier ou Aigues-Mortes, Nîmes, la route qui, par la vallée de la Loire puis les affluents de la Seine ouvrait sur les villes de foires et la capitale80. Dans les deux cas, la marchandise était remise à des voituriers pour être portée aux foires et éventuellement être vendue directement si possible aux cours royales ou princières, aux nobles ou aux prélats81. Les Lucquois se faisaient tenir au courant des possibilités du marché par des correspondants, et surtout entendaient connaître les grandes cérémonies royales, mariages pour la commercialisation de leurs produits colorés, et funérailles, mais les envois de soieries de couleur étaient alors réduits82.

  • 83 Voir la synthèse de B. Dini, L’industria serica in Italia. Secc. xiii-xv, La seta in Europa, secc.(...)
  • 84 La seta in Italia dal Medioevo al Seicento. Dal baco al drappo, éd. L. Molà, R. C. Mueller, C. Zan (...)
  • 85 M. Somme, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme au pouvoir au xv siècle, Villeneu (...)
  • 86 Les Lucquois sont restés actifs à Gênes à la fin du xive et au début du xve siècle : G. Casarino, (...)

171342, Lucques tombe entre les mains des Pisans. Ses tisserands quittent alors la ville pour beaucoup d’entre eux au profit de Venise, Florence, Bologne ou Gênes, toutes villes où se répand le travail de la soie83. Des villes comme Bologne ou Florence se tournent alors vers Venise pour leur approvisionnement en matière première84. Certes, Lucques garde son prestige et les tissus lucquois sont encore l’objet d’une demande importante tant des souverains, des princes et des nobles que des prélats. La haute qualité des produits lucquois ne plaide malheureusement pas toujours en leur faveur sur les grands marchés de la fin du Moyen Âge, car ils sont coûteux, et les grands ducs de Bourgogne par exemple préfèrent s’adresser aux Médicis plutôt qu’aux marchands lucquois85. Lucques demeure après 1350 une ville où sont produits des tissus de luxe, dont le niveau est d’ailleurs garanti par des prescriptions statutaires. Gênes, en raison de sa proximité, après l’intermède pisan, est resté le port qui a continué à fournir en soie grège les marchands-fabricants lucquois86. Lorsque les Florentins mettent la main sur Pise en 1406, malgré l’ensablement progressif du site, ils s’efforcent de faire du port le point d’arrivée de la soie travaillée en Toscane, en tentant de pousser les Lucquois à venir s’y établir, mais le conflit qui oppose Lucques à Florence jusqu’à la prise du pouvoir par Côme de Médicis ne leur permet pas de pouvoir utiliser le port toscan. La conjonction Gênes-Lucques n’en a pas moins témoigné du grand moment d’enrichissement de l’Occident au Moyen Âge, permettant le rayonnement de la ville comme capitale de la soie, jusqu’à ce qu’elle finisse par se heurter à la concurrence des autres grandes villes italiennes à partir de la seconde moitié du xive siècle, en liaison avec l’émigration du savoir-faire de ses artisans. Elle ne s’en affirme pas moins jusqu’au xviiie siècle une grande ville du travail de la soie avant d’être relayée par Milan et Lyon.

Anmerkungen

1 J. Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, Paris 1987.

2 Y. Renourd. Les hommes d’affaires italiens du Moyen Âge. Paris 1968 (nouvelle édition).

3 La thèse de F. Edler de Roover, The Silk Trade of Lucca during the Thirteenth and Fourteenth Centuries. Chicago 1930, est encore de nos jours l’ouvrage le plus complet sur le travail de la soie et le commerce des articles de soie, non seulement pour Lucques, mais pour une grande partie de l’Occident.

4 Les Occidentaux faisaient venir par Venise déjà au xe siècle des étoffes de soie byzantines et des tissus musulmans par l’Espagne et les ports de l’Italie méridionale, Amalfi notamment, comme le révèle le texte des Honorancie civitatis Papie, éd. C. Bruhl, C. Violante, Cologne-Graz 1983.

5 Texte du traité de Nymphée, latin, car l’original grec est perdu, dans C. Manfroni, Le relazioni fra Genova, l’Impero bizantino e i Turchi, ASLi 28, 1898, p. 791-809.

6 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début xve siècle), 2 vol. , Rome 1978, 2, p. 723-733.

7 A. Guillou, Production and Profits in the Byzantine Province of Italy (tenth to eleventh centuries), an Expanding Society, DOP 28, 1974, p. 89-109; L. C. Chiarelli, Al Idrisi’s Description of Sicily, a Critical Survey, Scripta mediterranea 1, 1980, p. 29-43.

8 Cf. note 4.

9 Le gros vénitien de six deniers remonte à la fin du xiie siècle, avant d’être imité par d’autres villes « lombardes » (Plaisance en 1218) : cf. R. S. Lopez, Prima del ritorno all’oro nell’Occidente duecentesco. Rivista storica italiana 79, 1967, rééd. dans Su e giù per Genova, Gênes 1975, p. 305-312.

10 R. S. Lopez. Settecento anni fa : il ritorno all’oro nell’Occidente duecentesco. Rivista storica italiana 65, 1953, p. 19-55 et 161-198. Id., Back to Gold : 1252, Economie History Review, 2nd s., 9,1956, p. 219-240.

11 R. H. Bautier, L’or et l’argent en Occident de la fin du xiiie au début du xive siècle. Comptes Rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1951, p. 169-174 ; C. M. Cipolla, Currency Depreciation in Mediaeval Europe, Economic History Review, 2nd s., 15, 1963, p. 413-422 ; R. Cazelles, Quelques réflexions à propos des mutations de la monnaie royale française, 1295-1360, Le Moyen Âge. 1966. p. 83-105 et 249-278.

12 Exemple d’un Lombard qui prête aux princes : P. Racine, Homme d’affaires ou Lombard : le cas de Gandoulfe d’Arcelles, Credito e società : Le fonti, le tecniche e gli uomini (secc. xiv-xvi). Asti 2000. p. 23-33.

13 Les comtes de Flandre, de Hainaut et d’Artois sont parmi les clients des Lucquois : F. Edler de Roover, Lucques. ville de la soie, Cahiers Ciba 4, 1952, p. 1323.

14 R. S. Lopez, Silk industry in the Byzantine Empire, Speculum 20, 1945, p. 1-42; D. Jacoby, Silk in Western Byzantium before the Fourth Crusade, BZ 85, 1991-1992, p. 452-500.

15 M. Del Treppo, A. Leone, Amalfi medievale, Naples 1977 (Biblioteca di studi meridionali).

16 Edler de Roover, Lucques, cité supra n. 13, p. 1330.

17 E. Lazzareschi, L’arte della seta in Lucca, Lucques 1930.

18 Le statut de 1255 a été publié avec d'autres par A. Mancini, dans Annali delle Università Toscane 5, 1926.

19 Le baudequin est une étoffe de soie lourde utilisée notamment pour les dais.

20 Le brocart est un tissu de soie rehaussé de dessins brodés en fil d’or ou d’argent.

21 Le cendal est une étoffe de soie légère.

22 Le damas est une étoffe de soie tissée de telle façon que les dessins présentés à l’endroit en satin sur fond de taffetas apparaissent à l’envers en taffetas sur fond de satin.

23 Le samit est un demi-satin formé d’une chaîne de soie soutenue par une trame de fil.

24 Le velours est un tissu à deux chaînes : l’une produit le fond du tissu et l’autre le « velouté ». Le velours peut à l’occasion mêler soie et coton.

25 Edler de Roover, Lucques. p. 1331.

26 Ibid.

27 Voir les rubriques correspondantes du statut de 1308 dans la publication assurée par L. Del Prete et S. Bongi, au t. VIII de la collection Memorie e documenti per servire all’istoria dello stato e città di Lucca.

28 Lazzareschi, L’arte, cité supra n. 17, en donne quelques exemples.

29 W. F. Volbach, I tessuti del Museo Sacro Vatican, Cité du Vatican 1942.

30 Voir les Comptes du Trésor publiés par R. Fawtier, Paris 1930, et les Comptes royaux par R. Fawtier avec la collaboration de F. Maillard, et les Journaux du trésor de Charles IV le Bel et de Philippe IV le Bel par J. Viard, Paris 1917 et 1940 ; voir les index de ces publications, renvoyant aux différents tissus mentionnés.

31 Le plus souvent, l’évocation de la vie de leur temps et celle du temps passé sont mises en confrontation pour dénoncer la recherche du luxe, comme le fait Dante dans le passage célèbre de La divine comédie où il évoque son ancêtre Cacciaguida dans le Paradis, chant XV, v. 90-148. Lorsque les poètes citent des étoffes dont sont revêtus les personnages mis en scène, ils ont l’habitude de donner l’origine de Lucques pour toutes.

32 Edler de Roover, Lucques, p. 1334-1335.

33 L. Ciucci, L’arte della seta in Lucca, Côme 1930, décrit dans ses 83 pages les divers tissus fabriqués à Lucques au Moyen Âge, cités ci-dessus, et en donne les modes de fabrication.

34 Edler de Roover, Lucques. p. 1335-1336.

35 Ce départ de tisserands du royaume de Sicile est sans doute dû aux difficultés qu’ils rencontraient pour la commercialisation de leurs produits et à la crainte que la succession de l’empereur ne suscite des troubles dans le pays. Il ne faut pas oublier que de nombreux Juifs travaillaient la soie dans le royaume de Sicile, soit comme teinturiers, soit comme tisserands.

36 La conquête du royaume de Sicile par Charles d’Anjou en 1266, sous la protection de la papauté, fait craindre aux Juifs qui travaillent dans les ateliers de soie siciliens que le frère de Saint Louis réputé pour son intransigeance à l’égard des Juifs ne vienne à prendre des mesures similaires : cf. J. Le Goff, Saint Louis, Paris 1996, p. 793-814.

37 L’histoire de Lucques est marquée au xive siècle par les violentes querelles entre la faction des Noirs, guelfe, et celle des Blancs, gibeline. Comme dans beaucoup de villes italiennes, la faction victorieuse bannit les vaincus ; c’est le cas des gibelins contraints de s’exiler à Pise au début du xive siècle. Le retour des gibelins en 1314 est marqué par la seigneurie de Castruccio Castracani, nommé duc de Lucques par Louis de Bavière en 1327. A la mort de Castruccio. la ville est en quelque sorte mise à l’encan entre Matteo Visconti, le roi Jean de Bohême, les frères Rossi de Parme, avant de passer sous l’autorité du seigneur de Vérone, Mastino della Scala, puis de Florence et enfin de Pise en 1342. Voir ces événements dans G. Sercambi, Le Chroniche lucchesi, éd. S. Bongi, 3 vol. , Rome 1892 (Fonti per la Storia d’Italia). Le miniaturiste qui a illustré le manuscrit de l’Archivio di Stato de Lucques a figuré les défenses de la ville avec les emblèmes des divers occupants de la ville au cours de la première moitié du xive siècle, en marquant la différence de la faction dont ils se réclamaient par la direction donnée à leurs gonfanons.

38 T. Bini, I Lucchesi a Venezia. Alcuni studi sopra i secoli xiii e xiv, 2 vol. , Lucques 1854-1856.

39 Cf. note 6.

40 I libri iurium della repubblica di Genova, I/1, éd. A. Rovere. Gênes 1992, n° 162, p. 236.

41 P. Lisciandrelli, Trattati e negoziazioni politiche della repubblica di Genova. 950-1799. Regesti, Gênes 1960, nos 61-62, p. 14.

42 R. Di Tucci, Genova e gli stranieri (secc. xii-xvii). Rivista italiana di diritto internazionale e privato processuale 2, 1932, p. 3-20 ; G. Petti Balbi, Presenze straniere a Genova nei secoli xii e xiv : letteratura, fonti, temi di ricerca. Dentro la città. Stranieri e realtà urbane nell’Europa dei secoli xii-xvi, éd. G. Rossetti, Naples 1989, p. 121-135.

43 La pace di Costanza. 1183. Un diffìcile equilibrio di poteri fra società italiane ed Impero. Milano-Piacenza. 27-30 aprile 1983, Bologne 1984 ; P. Racine, La paix de Constance dans l’histoire italienne : l’autonomie des Communes lombardes. Studi sulla pace di Costanza, Milan 1984. p. 223-248.

44 Cette date de 1342 est importante, car elle marque le véritable début du déclin de l’industrie lucquoise à la suite d’une importante émigration d’artisans vers Venise, Florence. Bologne et Gênes. Sur la période où Lucques est dominée par Pise, cf. C. Meek, The Commune of Lucca under Pisan Ride (1342-1369), Cambridge. Mass. 1980.

45 D. Jacoby, Les communes italiennes et les Ordres Militaires à Acre, État et colonisation au Moyen Âge, dir. M. Balard, Lyon 1989, p. 193-214 (=Trade, commodities and shipping in the Medieval Mediterranean, Aldershot 1997. VI). En fait le fondaco lucquois était inséré dans le quartier génois.

46 Le terme de soie syrienne ne manque pas d’être ambigu. Elle pouvait consister en soie provenant des pays musulmans du Moyen-Orient, transitant par Acre. Elle pouvait être aussi de provenance chinoise à travers des intermédiaires musulmans.

47 Route mise en évidence par r. H. Bautier, Les relations économiques des Occidentaux avec les pays d’Orient au Moyen Âge. Points de vue et documents, Sociétés et compagnies de commerce en Orient et dans l’océan Indien. Actes du 8e colloque international d’histoire maritime. Beyrouth, 1966, Paris 1970, p. 263-331.

48 Odoricus de rebus cognitis. Odorico da Pordenone nella prima edizione a stampa del 1513, éd. L. Monaco. G. Cesare Testa, Pordenone 1986.

49 S. Karpov, L’Impero di Trebizonda, Venezia, Genova e Roma. 1204-1461. Rapporti politici, diplomatici e commerciali, Rome 1986, p. 34-35.

50 J. Heers, Marco Polo, Paris 1984, p. 141-149.

51 F. B. Pegolotti, La Pratica della Mercatura, éd. A. Evans, Cambridge, Mass. 1936, p. 22-23.

52 Voir par exemple les nouvelles 4 ou 9 de la deuxième journée.

53 Voir les chapitres qui y sont consacrés par Marco Polo lors de ses missions en Chine.

54 Edler de Roover, Lucques, p. 1320-1321.

55 P. Racine, Le marché génois de la soie en 1288, RÉSEE 8, 1970, p. 403-417.

56 Bautier, Les relations économiques, cité supra n. 47, p. 289-290, à partir des comptes de la gabelle de Lucques au xive siècle.

57 R. S. Lopez, Nuove luci sugli Italiani in Estremo Oriente prima di Colombo, Studi colombiani 3,1951, p. 337-398. Cet auteur a repris le problème dans Nouveaux documents sur les marchands italiens en Chine à l’époque mongole, Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1977, p. 445-458, en s’appuyant partiellement sur notre documentation de 1288 pour montrer que le profit réalisé par le marchand italien de retour de Chine avoisinait 100 %.

58 Balard, La Romanie, cité supra n. 6, p. 727.

59 Pegolotti, La Pratica, cité supra n. 51, p. 22.

60 Racine, Le marché, cité supra n. 55, p. 409.

61 Edler de Roover, Lucques, p. 1321.

62 L’Arte di Por Santa Maria ne devient vraiment important qu’au xve siècle, même s’il faisait partie des Arti maggiori pour le choix des prieurs après 1280.

63 T. W. Blomquist, Commercial association in Thirteenth Century Lucca, Busines History Review 45, 1971, p. 157-178. Id., The Dawn of Banking in an Italian Commune : Thirteenth Century Lucca, The Dawn of Modem Banking, Newhaven-Londres 1979, p. 53-75; Id., La famiglia e gli affari : le compagnie internazionali lucchesi al tempo di Castruccio Castracani, Castruccio Castracani e il suo tempo. Convegno internazionale, Lucca 5-10 ottobre 1981, Actum Luce 13-14, 1984-1985, p. 145-155.

64 R. W. Kaeuper, Bankers to the Crown : the Riccardi of Lucca and Edward I, Princeton 1978; E. Re, La compagnia dei Riccardi in Inghilterra e il suo fallimento alla fine del secolo xiii, Archivio della Società romana di storia patria 37, 1914, p. 87-138.

65 Ils ont été publiés par P. Pelu, I libri dei mercanti lucchesi degli anni 1371, 1372, 1381, 1407, 1488, Lucques 1975. Aucun livre ne nous est parvenu avant cette date de 1371. Faut-il penser que la domination pisane entre 1342 et 1369 est à la base de leur disparition ?

66 Cf. note 63.

67 Texte de l’accord de 1275 entre l’universitas et le roi de France quant à l’installation des marchands italiens à Nîmes publié par A. Germain, Histoire du commerce de Montpellier antérieurement à l’ouverture du port de Cette, Montpellier 1861, doc. n° 1, p. 277-284.

68 Texte de l’accord de 1295 publié par L. Gautier, Les Lombards dans les Deux-Bourgognes, Paris 1907, p. 122-135 (Bibliothèque de l’École Pratique des Hautes Études 156). Pour les deux traités, les Lucquois sont mentionnés comme faisant partie de l’universitas mercatorum tuscanorum et lombardorum, qui avait à sa tête un consul.

69 R. H. Bautier, Les foires de Champagne, La Foire, Bruxelles 1953, p. 97-148 (Recueils de la Société Jean Bodin 5) ; H. Thomas, Die Champagnemessen, Brücke zwischen den Völkern. Zur Geschichte der Frankfurter Messe. 1, Frankfurt im Messenetz Europas, éd. H. Pohl, Francfort 1991, p. 13-36; A. Schönfelder, Handelsmessen und Kreditwirtschaft im Hochmittelalter, Sarrebruck 1988; M. Bur, art. Champagnemessen, Lexikon des Mittelalters, 2, Munich-Zurich, col. 1685-1689. Sur les relations Gênes-foires de Champagne, malgré ses lacunes, cf. R. Doehaerd, Les relations entre Gênes, la Belgique et l’Outremont, 3 vol. , Bruxelles-Rome 1941.

70 H. Pirenne, Histoire économique de l’Europe occidentale, Paris 1951, p. 151.

71 F. Bourquelot, Études sur les foires de Champagne, 2 vol. , Paris 1865, 1, p. 166, et 2, p. 10 (Provins). E. Chapin, Les villes des foires de Champagne des origines au début du xive siècle, Paris 1937, p. 110, 112, 114, 123 et pièce justificative n° 15 (Bibliothèque de l’École Pratique des Hautes Études 268).

72 R. S. Lopez en donne des exemples depuis L’Aïas dans la contribution citée à la note 57.

73 R. Doehaerd, Les galères génoises dans la Manche et la mer du Nord à la fin du xiiie et au début du xive siècle, Bulletin de l’Institut historique belge de Rome 19. 1938, p. 5-76.

74 Les Riccardi sont alors acquéreurs de laine et prêteurs près de la Couronne anglaise.

75 Si les Lucquois délèguent des représentants sur la place de Paris, ils ne figurent pas parmi les Lombards soumis au paiement des tailles dans les livres de 1292, 1296 et 1297. Il ne s’agit pas, semble-t-il, de représentants permanents.

76 Cf. note 30.

77 P. Dollinger, La Hanse, xiie-xviie siècles, Paris 19882, ne signale pas de soieries lucquoises dans les échanges entre les marchands de la Hanse et l’Italie, alors que les trésors d’église à Lübeck (église Sainte-Marie) ou Stralsund en révèlent, qui remontent à la première moitié du xive siècle.

78 Ce goût pour les étoffes lucquoises s’accentuera au temps des ducs Valois : cf. L. Mirot, Études lucquoises, Paris 1930.

79 R. Stopani, La via francigena. Una strada europea nell’Italia del Medioevo, Bologne 1992 (Biblioteca di storia medievale 6).

80 R. S. Lopez, Le relazioni commerciali fra Genova e la Francia nel Mediterraneo, Coopcrazione intellettuale 6, 1937, p. 75-81, privilégiait la voie rhodanienne depuis Marseille pour gagner les villes des foires de Champagne. R. H. Bautier, Recherches sur les routes de l’Europe méridionale. I, De Paris et des foires de Champagne à la Méditerranée par le Massif Central, Bulletin philologique et historique du Comité des Travaux historiques, Paris 1960, p. 99-143, donne à la route qui vient d’Aigues-Mortes par Nîmes et la vallée de la Loire une grande importance.

81 Voir par exemple les contrats relevés par R. H. Bautier, Les registres des foires de Champagne, Bulletin philologique et historique du Comité des Travaux historiques, 1942-1943, p. 157-185.

82 A la différence des marchands siennois, nous n’avons pas de lettres de marchands lucquois correspondant avec leur maison mère ou de leur maison mère à leurs représentants. Il conviendrait de ce point de vue que des recherches soient entreprises dans les archives lucquoises pour savoir s’il n’en subsiste pas. Il est par ailleurs bien connu que les gens du Moyen Âge étaient particulièrement sensibles aux couleurs pour leurs vêtements : cf. M. Pastoureau, Figures et couleurs. Études sur la symbolique et la sensibilité médiévales, Paris 1986.

83 Voir la synthèse de B. Dini, L’industria serica in Italia. Secc. xiii-xv, La seta in Europa, secc. xiii-xix, éd. S. Cavacciochi, Florence 1992 (Atti della Settimana di studi e altri convegni 24), p. 91-100.

84 La seta in Italia dal Medioevo al Seicento. Dal baco al drappo, éd. L. Molà, R. C. Mueller, C. Zanier, Venise 2000. L’étude de G. Casarino, Lucchesi e manifattura serica a Genova tra xv e xvi secolo, annoncée pour paraître dans la revue lucquoise Action Luce, pour l’année 2002 ne nous est malheureusement pas parvenue.

85 M. Somme, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme au pouvoir au xv siècle, Villeneuve d’Ascq 1998, p. 87 : les ducs de Bourgogne et leur cour préfèrent s’adresser aux marchands florentins qui sont établis sur la place de Bruges. R. Vaughan, Valois Burgundy, Londres 1975, p. 258-260 et 409, montre combien cette ville a joué un rôle important dans l’approvisionnement en produits de soie, tant pour les ducs de Bourgogne, que pour les rois d’Angleterre, notamment grâce à l’implantation de la succursale des Médicis. R. De Roover, The Rise and Decline of the Medici Bank. Cambridge, Mass. 1963, p. 3-5, attribue la faillite de la banque Médicis aux prêts aventureux pratiqués par son représentant Tommaso Portinari, dont il détaille les prêts aux p. 318-360, en mentionnant à l’occasion les achats de soie de la cour bourguignonne. Cette opinion a fait l’objet d’une révision complète de la part de M. Boone, Apologie d’un banquier médiéval : Tommaso Portinari et l’État bourguignon. Le Moyen Âge 105, 1999, p. 31-54. À la fin du xive siècle et au début du xve, soit avant les Médicis, le Lucquois Dino Rapondi approvisionnait la cour bourguignonne en soieries de Lucques et n’hésitait pas à prêter de grosses sommes au duc lui-même : cf. R. de Roover, La communauté des marchands lucquois à Bruges de 1377 à 1404, Handelingen van het Genootschap voor geschiedenis 86, 1949, p. 23-89.

86 Les Lucquois sont restés actifs à Gênes à la fin du xive et au début du xve siècle : G. Casarino, Rappresaglie o privilegi ? Dai debiti mercantili alla co-promozione industriale. I Lucchesi a Genova tra Tre e Quattrocento, Comunità forestiere e « nationes » nell’Europa dei secoli xiii-xvi, éd. G. Petti Balbi, Naples 2001, p. 299-324 (Europa mediterranea. Quaderni 19).

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540