Version classiqueVersion mobile

Le laboratoire démocratique : le Mexique en révolution 1908-1913

 | 
Elisa Cárdenas Ayala

Remerciements

Texte intégral

1Bien nombreux sont ceux que je voudrais remercier d’avoir contribué à l’achèvement de ce livre. Que je dise avant tout qu’il n’aurait jamais été possible, tel qu’il se présente aujourd’hui au lecteur, sans mon long séjour d’études à Paris. Ma reconnaissance donc, aux institutions et aux personnes qui ont rendu ce séjour possible : Jaime Tamayo, l’ami et l’historien, qui fut le premier à me guider sur les chemins de l’histoire régionale ; M. François-Xavier Guerra, qui a suivi en France ma recherche pendant plusieurs années ; l’Université de Guadalajara, ainsi que le Ministère français des Affaires étrangères, dont j’ai été respectivement boursière ; puis l’Université de Rennes 2 qui m’a accueillie pendant un an.

2J’ai été honorée depuis mon arrivée à Paris par l’amitié de Madame Elisabeth Palmer, grande amoureuse du Mexique, dont le souvenir restera toujours attaché à ces pages. Que ma famille soit également remerciée ici, pour la compagnie attentive par laquelle chacun a tenté d’abolir la distance et a rendu possible l’équilibre entre mes deux univers, mexicain et européen.

3Dans l’accès aux sources, dans différents lieux où j’ai dû travailler, un personnel diligeant a facilité mon accès aux archives et aux bibliothèques. Certains de mes proches se sont trouvés impliqués dans ma recherche : Oralia Viramontes, Concepción Barrientos, Livier González et Marco A. Cárdenas, mon père, ont poursuivi la quête de certains documents en mon absence ; Mónica Ramírez Yáñez et Margarita Ayala, m’ont ouvert des fonds de famille ; Carlos Fong m’a guidée dans les méandres de l’informatique.

4Que soient enfin remerciés ici très vivement tous ceux qui ont enrichi ma réflexion de leurs commentaires. En premier lieu, Natalia Braux, qui a suivi de tout près le développement du texte et a contribué à l’élaboration des cartes qui l’accompagnent. Les membres de l’association ALEPH, qui m’ont apporté le dynamisme et la fraîcheur du travail collectif. Guillermo Contreras, à Hambourg, et à Paris, Olivier Compagnon, Véronique Hébrard, Emmanuel Saint-Fuscien. Enfin, toujours et infatigable, Antonella Romano, m’accompagnant jusque dans les dernières corrections de ces pages.

5Ceux qui m’ont lue n’ont pu échapper à la tâche délicate de m’apprendre et de me réapprendre ma langue d’adoption ; pour cette aide essentielle, je dois remercier aussi la générosité de Joëlle Chassin. J’assume, bien évidemment, la totale responsabilité des incorrections qui ont échappé à leurs soins. Qu’ils soient tous remerciés ici de leur patience, et du partage généreux de leur intelligence et de leur savoir.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search