Version classiqueVersion mobile

Pillages, tributs, captifs

 | 
Rodolphe Keller
, 
Laury Sarti

Les Daleminciens face aux Francs

Conflits, tribut et structures sociales (ixe-xie siècle)

Sébastien Rossignol

Texte intégral

1Les ixe et xe siècles ont été une période clef pour l’histoire des Slaves occidentaux. Les annales et autres sources franques témoignaient pour la première fois d’une multitude de contacts entre Francs et Slaves sur les marges orientales des territoires francs et de l’existence de nombreuses peuplades et principautés inconnues auparavant. Alors que la Bohême, les Abodrites et la Pologne prenaient graduellement la forme de principautés appelées à devenir des acteurs majeurs dans la région, la majorité des peuplades entre Elbe, Saale et Oder ont été, au contraire, caractérisées par une grande instabilité. Nombreuses ont été celles dont les mentions dans les sources franques sont restées éphémères. Il s’avère difficile de cerner le sens qui doit être attaché aux dénominations à caractère ethnique par lesquelles elles ont été désignées. S’il reste toujours impossible de savoir ce que ces personnes pensaient des noms qui leur étaient attribués, on peut percevoir dans leur usage des catégorisations qui étaient utiles et pratiques pour les auteurs francs.

2Les Daleminciens, peuplade qui est apparue dans les annales et chroniques franques aux ixe et xe siècles, sont un exemple typique de ces peuplades slaves dont l’existence a laissé peu de traces dans les périodes subséquentes. Leurs interactions avec les Francs, telles que décrites dans les annales, ont été marquées par des relations conflictuelles, dans lesquelles les expéditions militaires, l’exaction d’un tribut et la prise d’otages de la part des Francs ont joué un rôle de premier plan. Il est donc justifié de se demander quelle a été la fonction de ces événements dans l’évolution du groupe connu des Francs sous le nom de Daleminciens.

3Dans les pages suivantes, les mentions des Daleminciens dans les sources franques du début du ixe au début du xie siècle seront examinées une à une dans leur contexte spécifique. Cette présentation sera suivie d’une synthèse de ce qui peut être déduit des sources concernant les Daleminciens et leurs spécificités par rapport aux autres peuplades slaves de la région.

Les Daleminciens dans les annales franques

  • 1  Roman Grabolle, « […] ac salam fluvium, qui Thuringos et Sorabos dividit […]. Das Gebiet der mittl (...)

4Les Daleminciens, comme de nombreuses autres peuplades slaves des régions riveraines de l’Elbe et de la Saale, sont apparus pour la première fois dans les annales franques au début du ixe siècle. Des relations conflictuelles entre Francs et Slaves ont été décrites par les annalistes durant tout le ixe siècle. D’après l’état actuel des recherches archéologiques, il semble que la région entre Saale et Elbe, où les Daleminciens étaient localisés, ait été densément peuplée à l’époque mérovingienne, avant de connaître un recul de population. Les premiers Slaves ne se seraient installés dans la région que durant la période dite slave moyenne, soit entre 750 et 8001.

  • 2  Wilhelm Levison, Heinz Löwe, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter. Vorzeit und Karolinger (...)
  • 3  Guy Halsall, Warfare and Society in the Barbarian West, 450-900, Londres/New York, Routledge, 2003 (...)
  • 4  Dans le texte de BNF ms. lat. 5941, le nom de la peuplade se lit a Beuhuvidines ; dans celui de BN (...)
  • 5  Kats, Claszen, Chronicon Moissiacense Maius…, op. cit., vol. 2, a. 805, p. 142. Audulf est nommé s (...)
  • 6  Kats, Claszen, Chronicon Moissiacense Maius…, op. cit., vol. 2, a. 805, p. 142. Voir Ernst Schwarz (...)
  • 7  Kats, Claszen, Chronicon Moissiacense Maius…, op. cit., vol. 2, a. 805, p. 142.

5La première mention des Daleminciens se trouve dans la Chronique de Moissac, dans la notice de l’année 805. Cette notice fait partie de la seconde partie de la chronique, sans doute compilée à partir d’une section perdue des Annales de Lorsch ou d’une autre œuvre annalistique aujourd’hui perdue2. On y retrouve un récit relativement détaillé des expéditions militaires entreprises par les Francs cette année-là, alors que plusieurs armées franques ont attaqué la Bohême de différentes directions3. Charlemagne envoie son fils Charles le Jeune avec une armée chez les Beuwidines – soit en Bohême4 –, et une autre, bavaroise, dirigée par le sénéchal Audulf et le comte Werner5. L’empereur envoie une troisième armée, saxonne, qui se dirige vers le Wirinofelda (Warnenfeld) et Demelcion. Ils se battent avec le « roi » (rex) des habitants de Demelcion, Semela, et s’en sortent vainqueurs. Semela leur donne deux de ses fils en otages. Les Saxons se rendent ensuite à Fergunna, puis jusqu’aux rives de l’Ohře (all. Eger), en Bohême, où ils rejoignent Charles le Jeune et les deux autres armées. Ils assiègent une place forte nommée Canburg et dévastent la région, puis reviennent tous ensemble en Francie6. Une quatrième armée remonte l’Elbe avec des navires et se rend dans les environs de Magdebourg, où elle dévaste la région appelée Genewana, avant de retourner en Francie7.

  • 8  Annales regni Francorum, éd. Georg Heinrich Pertz, Friedrich Kurze, MGH SS rer. Germ. 6, Hanovre, (...)
  • 9  Annales regni Francorum, éd. Pertz, Kurze, op. cit., a. 822, op. cit., p. 158 : Ad Sorabos, quae n (...)
  • 10  Schwarz, « Daleminze… », art. cité, p. 265, 267.

6L’expédition en Bohême a également été mentionnée dans les Annales royales franques, mais on n’y dit rien des Daleminciens8. Cependant, il est indiqué dans la notice de 822 que les Sorabes habitent « une grande partie de la Dalmatia9 », soit le territoire des Daleminciens10. La notice laisse supposer un lien étroit, selon la perception des auteurs francs, entre Sorabes et Daleminciens.

  • 11  À propos de cette stratégie, voir Halsall, Warfare…, op. cit., p. 137.
  • 12  Annales Fuldenses sive Annales regni Francorum orientalis, éd. Friedrich Kurze, MGH SS rer. Germ.  (...)

7Daleminciens et Sorabes n’agissaient cependant pas toujours conjointement. Une nouvelle expédition contre les Daleminciens a été mentionnée pour 856 dans les Annales de Fulda. Louis le Germanique se rend avec son armée chez les Sorabes ; des chefs (duces) des Sorabes se joignent à lui et ils combattent les Dalmatae. Louis vainc ces derniers, reçoit d’eux des otages et les rend tributaires avant de se rendre en Bohême11. L’annaliste ajoute que, durant cette expédition, les comtes Bardo et Erpf de même que plusieurs autres qui les ont accompagnés ont trouvé la mort12.

  • 13  Voir Halsall, Warfare…, op. cit., p. 140 ; Gertraud Eva Schrage, « Zur Siedlungspolitik der Ottone (...)
  • 14  Annales Fuldenses, op. cit., a. 880, p. 94-95 : […] ita eos prostravit, ut nullus de tanta multitu (...)

8Les Daleminciens ont riposté en 880. Il est question des « Sclavi, qui sont appelés Dalmatii », auxquels se sont joints des insurgés de Bohême, des Sorabes, de même que « tous ceux des environs ». Ils ont reçu la nouvelle de la bataille qui venait d’avoir lieu en Saxe face aux Normands et qui s’est terminée par un massacre des Saxons. Ils en profitent pour attaquer la Thuringe et les Slaves habitant les rives de la Saale, qui sont alliés aux Thuringiens. Ils prennent du butin et incendient la région13. Cependant, ils se heurtent à Boppon, le comte de la marche sorabe, qui vient à leur rencontre et les défait, de sorte qu’il « ne resta plus personne de leur multitude14 ».

  • 15  Selon Eginhard, la Saale séparait la Thuringe et le territoire des Sorabes. Eginhard, Vita Karoli,(...)
  • 16  Annales regni Francorum, op. cit., a. 816, p. 143-144. Voir Schlesinger, « Die Verfassung… », art. (...)
  • 17  Eginhard, Vita Karoli, op. cit., c. 15, p. 18.
  • 18  Annales Fuldenses, op. cit., a. 849, p. 38 ; a. 858, p. 51 ; a. 873, p. 81 ; a. 880, p. 95. À prop (...)

9Cette fois, donc, les Sorabes se sont battus aux côtés des Daleminciens. Les Sorabes, généralement localisés dans les environs de la Saale15, s’étaient déjà insurgés contre les Francs en 81616. Selon Éginhard, Charlemagne les avait forcés à payer un tribut17. La « marche sorabe » a été mentionnée dans les Annales de Fulda dans les notices des années 849, 858, 873 et 88018.

  • 19  La première partie de ce texte a sans doute été écrite dans le dernier quart ou en tout cas dans l (...)
  • 20  Text and Translation: the Three Parts of the Known World and the Geography of Europe North of the (...)
  • 21  Gerhard Billig, « Zur Rekonstruktion der ältesten slawischen Burgbezirke im obersächsisch-meißnisc (...)
  • 22  Urkundenbuch der Reichsabtei Hersfeld. Erster Band. I. Hälfte, éd. Hans Weirich, Marburg, Kommissi (...)

10À la fin du ixe siècle, les Daleminciens ont aussi été mentionnés dans la première partie de la Descriptio civitatum du « Géographe de Bavière19 » et dans la description géographique de l’Europe ajoutée à la traduction anglo-saxonne d’Orose20. Selon le « Géographe de Bavière », les Daleminciens auraient eu quatorze forteresses (civitates). Plusieurs fortins sont connus dans la région qui peuvent être attribués au ixe siècle, mais ils ne sont datés qu’approximativement par des tessons de céramique21. On sait toutefois que les Francs avaient, au cours du ixe siècle, érigé de nombreuses forteresses dans la région frontalière à l’ouest de la Saale : plusieurs d’entre elles sont nommées dans le Registre des redevances du monastère de Hersfeld (Hersfelder Zehntverzeichnis), rédigé entre 881 et 891 mais se référant au moins en partie à des documents plus anciens22.

  • 23  La Chronique de Moissac évoque également l’existence, en 806, d’un rex des Sorabes, Milito. Ce der (...)
  • 24  Halsall, Warfare…, op. cit., p. 137.
  • 25  Voir Brankačk, « Betrachtungen… », art. cité, p. 395-397.
  • 26Ibid., p. 398.

11Ainsi, les Daleminciens sont apparus d’abord dans le cadre de conflits avec les Francs. C’étaient toujours les Francs qui les attaquaient – en 805 puis en 856 –, sauf en 880, lorsque les Daleminciens se sont insurgés en compagnie des Sorabes, sachant que les Francs étaient affaiblis. En 805, ils sont dirigés par un « roi », Semela23. Les objectifs des Francs semblent avoir été, dès le début, de rendre les Daleminciens dépendants d’eux en exigeant la prise d’otages et la levée d’un tribut24. Les Daleminciens étaient localisés non loin des Sorabes, mais leurs relations avec ceux-ci étaient changeantes : en 856, Francs et Sorabes se battaient contre les Daleminciens ; en 880, Sorabes et Daleminciens se révoltaient contre les Francs25. Il n’était pas inhabituel pour les groupes slaves décrits entre Elbe, Saale et Oder d’entrer en conflit les uns avec les autres26.

Les Daleminciens dans l’œuvre de Widukind de Corvey

  • 27  À propos de Widukind, voir, entre autres, Helmut Beumann, « Historiographische Konzeption und poli (...)

12Les Daleminciens sont également apparus à plusieurs reprises dans l’œuvre de l’historien saxon Widukind de Corvey, écrite entre 967 et 97327. Le moine historien les présenta en relation avec les Hongrois dont les expéditions dévastatrices étaient l’un des principaux soucis d’Henri Ier. Habitant une région de passage entre la Saxe et la plaine hongroise, les Daleminciens auraient facilité les attaques des Hongrois, rendant nécessaire aux Saxons le contrôle de leur territoire.

  • 28  Widukind de Corvey, Rerum gestarum Saxonicarum libri tres, éd. Georg Waitz et al., MGH SS rer. Ger (...)
  • 29  Pál Engel, The Realm of St Stephen. A History of Medieval Hungary, 895-1526, trad. par Tamás Pálos (...)
  • 30  Widukind de Corvey, Rerum gestarum…, op. cit., 1, 20, p. 79-80. Selon Dralle, les Hongrois auraien (...)

13Widukind raconte, probablement pour 906, une expédition conduite par Henri Ier contre les Daleminciens. Son père lui a confié une armée pour attaquer la Dalamantia, contre laquelle il s’est lui-même battu longuement. Les Dalamanci font appel aux Hongrois qui viennent à leur rescousse28. Les Hongrois sont conduits par les Slaves en Saxe, où ils massacrent la population et accumulent du butin29. Ensuite, ils retournent en Dalamantia, où ils rencontrent d’autres Hongrois. Selon Widukind, les guerriers hongrois du second contingent sont mécontents de ceux du premier car ils ne leur ont pas demandé de les accompagner lors de l’expédition en Saxe. La seconde armée de Hongrois part donc à son tour dévaster la Saxe, alors que la première reste en Dalamantia et réduit la population à la misère, de telle sorte que, cette année-là, les Daleminciens doivent quitter leur région et se mettre au service d’autres peuples pour assurer leur subsistance30.

  • 31  Annales Hildesheimenses, éd. Georg Waitz, MGH SS rer. Germ. 8, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 187 (...)
  • 32  Wilhelm Wattenbach, Robert Holtzmann, Franz-Josef Schmale, Deutschlands Geschichtsquellen im Mitte (...)
  • 33  Jan Prelog, « Annales Altahenses », dans Lexikon des Mittelalters, vol. 1, Darmstadt, Wissenschaft (...)
  • 34  Ungarii vastaverunt Saxoniam. Annales Hildesheimenses, op. cit., a. 906, p. 19 ; Annales Altahense (...)
  • 35  Lübke, Regesten…, vol. 2, op. cit., no 5, p. 19-20 ; no 6, p. 20-22.

14On croit que les Slaves qui avaient dévasté la Saxe en 902, tels que mentionnés dans les Annales de Hildesheim et dans les Annales de Niederaltaich, auraient été les Daleminciens, même s’il n’est pas exclu qu’il se soit agi des Sorabes31. Le texte conservé et connu sous le titre d’Annales Hildesheimenses minores est une compilation réalisée dans les années 20 ou 30 du xie siècle à partir de la version perdue des Annales Hildesheimenses maiores, elle-même composée entre 974 et 98432. Les Annales de Niederaltaich sont une compilation du xie siècle dont l’auteur s’est également servi, entre autres, des Annales Hildesheimenses maiores33. La notice de 902, identique dans les deux versions, provient probablement de cette œuvre perdue et aurait donc été composée bien après les événements. S’il s’est bien agi des Daleminciens, cela expliquerait l’expédition punitive d’Henri Ier en 906 – qui n’est pas mentionnée dans les annales de Hildesheim et de Niederaltaich : il n’y est question que de l’expédition des Hongrois34. Puisque les Hongrois ont dû traverser la Bohême pour atteindre le territoire des Daleminciens puis la Saxe, on peut supposer qu’ils aient pu compter sur une sorte d’assentiment tacite en Bohême35.

  • 36  Die Corveyer Annalen. Textbearbeitung und Kommentar, éd. Joseph Prinz, Münster, Aschendorff, 1982, (...)
  • 37  Christian Hanewinkel, Die politische Bedeutung der Elbslawen im Hinblick auf die Herrschaftsveränd (...)
  • 38  Hanewinkel, Die politische Bedeutung…, op. cit., p. 118-127.

15Widukind a sans doute pu consulter les Annales de Corvey, qui mentionnent également l’expédition hongroise36. L’annaliste, cependant, ne dit rien des Daleminciens, ni de l’expédition d’Henri Ier ; on croit donc que Widukind a pris ses informations de la tradition orale37. Christian Hanewinkel fait cependant remarquer que l’épisode sert à présenter Henri dans une lumière favorable en tant que vainqueur des Slaves, à une époque où les Saxons sont à la merci des raids hongrois38. Il est frappant qu’aucune source contemporaine ne mentionne les rôles d’Henri Ier et des Daleminciens dans les conflits entre Hongrois et Saxons du début du xe siècle.

  • 39  Lübke, Regesten…, op. cit., vol. 2, no 25, p. 40-42 ; Reinhard Eigenwill, « Beginn mit Landgewinn. (...)
  • 40  Widukind de Corvey, Rerum gestarum…, op. cit., 1,35, p. 49-51 : Tali lege ac disciplina cum cives (...)
  • 41  Dralle, Slaven…, op. cit., p. 109. Voir aussi Matthew J. Strickland, « Killing or Clemency? Ransom (...)

16Finalement, les Daleminciens réapparaissent dans le récit de Widukind dans le contexte de l’expédition d’Henri Ier qui lui a permis de conquérir Brandenbourg durant l’hiver 928/92939. Henri part avec son armée pour attaquer les « Slaves qui sont appelés Hevelli ». Henri pose son camp sur la glace de la rivière Havel pour faire le siège de la forteresse de Brandebourg, située sur une île du cours d’eau. Il la conquiert « par la faim, le fer et le froid ». Avoir saisi la place forte le rend maître de toute la région. Il se tourne ensuite vers la Dalamantia et assiège la forteresse « qui est appelée Gana ». Il la prend après vingt jours de siège. Il distribue le butin de la prise de Gana à ses guerriers, fait tuer tous les adultes et emmener les garçons et filles en captivité. Il se rend ensuite à Prague puis revient en Saxe40. Selon Lothar Dralle, Henri se serait attaqué aux Daleminciens et à la Bohême en punition pour avoir aidé les Hongrois. Toujours selon Dralle, le traitement particulièrement dur des Saxons envers les Daleminciens s’expliquerait par le fait que, contrairement aux Hevelli et aux habitants de la Bohême, ils étaient païens41.

  • 42  Selon David Bachrach, les Daleminciens auraient refusé leur aide aux Hongrois car ils étaient doré (...)
  • 43  Widukind de Corvey, Rerum gestarum…, op. cit., 1, 38, p. 55-56.

17Les Daleminciens se font à nouveau remarquer lors des événements précédant la bataille de Riade, lors de laquelle Henri Ier vainc les Hongrois. Selon Widukind, en 933, Henri refuse de payer le tribut aux Hongrois. Ceux-ci se mettent en route ; ils doivent traverser la Dalamantia, le territoire de leurs « anciens alliés » (antiqui amici). Comme ils savent que les Saxons sont prêts au combat, les Daleminciens refusent cependant de se joindre aux Hongrois42. Ceux-ci continuent leur route et dévastent la Saxe43.

  • 44Ibid., 2, 3, p. 69-70.
  • 45  Arne Schmid-Hecklau, Die archäologischen Ausgrabungen auf dem Burgberg in Meißen. Die Grabungen 19 (...)
  • 46  Schrage, « Zur Siedlungspolitik… », art. cité, p. 197.

18C’est la dernière mention explicite que fait Widukind des Daleminciens. Cependant, il raconte qu’en 936 Boleslas Ier de Bohême, lors d’un conflit avec les Saxons, attaque l’urbs d’un subregulus dans la région frontalière ; il détruit la forteresse, qui n’est jamais reconstruite44. On croit qu’elle se trouvait au nord des monts Métallifères45. Gertraud Eva Schrage croit que ce subregulus aurait été un « vassal » du roi saxon, mis en place pour s’assurer du contrôle de la région46.

  • 47  Werner Coblenz, « Bemerkungen zur “urbs Gana” », Ethnographisch-Archäologische Zeitschrift, 16, 19 (...)

19Les textes annalistiques ne font cependant aucune mention des événements de 928/929 et 933 dans lesquels les Daleminciens auraient, selon Widukind, joué un rôle important ; pour 906, les annalistes ne mentionnent que le raid des Hongrois. L’impression qui se dégage est que l’importance du rôle des Daleminciens dans ces événements n’est apparue que post eventum, à l’époque de Widukind. Depuis la fondation de la forteresse de Meißen – mentionnée par Thietmar de Mersebourg, mais passée sous silence par Widukind47 –, la région est devenue importante pour la politique ottonienne. Le rôle de région-tampon de la Dalamantia, entre Saxe et Bohême, lui a donné une importance stratégique dans la lutte contre les Hongrois, au centre de l’attention de l’historien de Corvey. On pourrait croire que, si Widukind insista autant sur les Daleminciens, c’est à cause de l’importance qu’avait prise la région par la suite, de même que parce que la victoire d’Henri Ier sur les Daleminciens a joué, comme l’ont souligné Lothar Dralle et Christian Hanewinkel, un rôle clé dans la stratégie narrative du moine historien, les succès face aux Slaves faisant contraste avec les difficultés rencontrées face aux Hongrois.

  • 48  L’identification de cette forteresse avec la Gana de Widukind a d’abord été proposée par Werner Co (...)
  • 49  Krzysztov Misiewicz, « Magnetische Messungen in der Fundstätte Gana (Hof/Stauchitz) », Arbeits- un (...)
  • 50  Oexle, Strobel, « Auf den Spuren… », art. cité, p. 253.
  • 51  La céramique semble dater des ixe et xe siècles, mais une analyse plus détaillée serait nécessaire (...)
  • 52Ibid., p. 262-263.
  • 53  Sebastian Brather, Archäologie der westlichen Slawen. Siedlung, Wirtschaft und Gesellschaft im frü (...)
  • 54  Oexle, Strobel, « Auf den Spuren… », art. cité, p. 253.
  • 55Ibid., p. 257.
  • 56Ibid., p. 257-261.
  • 57Ibid., p. 261, 263.

20Cependant, les travaux sur le site de Hof/Stauchitz48, malgré les résultats encore incertains – la forteresse n’est connue que par une photo aérienne, quelques tessons de céramique, ainsi que plus récemment par des sondages géomagnétiques49 et une fouille préliminaire réalisée en 200350 –, semblent indiquer une puissance remarquable des élites de l’endroit. Si le site peut être identifié avec Gana – la datation des fragments de céramique ne contredit pas cette interprétation, mais aucune datation plus précise n’est disponible51 –, la forteresse aurait été située au centre du territoire des Daleminciens52, ce qui indiquerait sans doute une fonction politique et sociale, et non seulement militaire, de la construction53. La photo aérienne laisse voir les traces d’une grande densité de constructions à l’intérieur de la forteresse, ce qui est confirmé par la géomagnétique54 ; cependant, la fouille a démontré qu’il est difficile de distinguer les phases de construction55. Selon Judith Oexle et Michael Strobel, la forteresse aurait été construite en plusieurs phases datées vaguement par de la céramique de type slave56, dont la dernière a eu comme résultat une forteresse dont l’espace intérieur couvrait de 3 à 3,5 ha et dont les dimensions se comparent avec celles des grandes forteresses du Mecklembourg à la même époque57. On aurait donc affaire à des élites capables de rassembler suffisamment de ressources pour construire une place forte de grandes dimensions, dont les structures auraient été renouvelées à plusieurs reprises – ce qui indiquerait que son existence aurait continué à être pressentie comme nécessaire.

Les Daleminciens dans la Chronique de Thietmar de Mersebourg

21Les Daleminciens ont ensuite été mentionnés dans la Chronique composée par l’évêque Thietmar de Mersebourg au début du xie siècle. Comme le territoire du diocèse de Mersebourg était adjacent à la région qui avait été peuplée par les Daleminciens dans les premières décennies du siècle précédent, on peut croire que Thietmar était bien informé. Or il apparaît clairement que, si le nom des Daleminciens lui était familier, il n’avait pour lui qu’une signification géographique ; il n’était plus aucunement question de la communauté slave décrite auparavant dans les sources franques et qui avait été dirigée au début du ixe siècle par le « roi » Semela.

  • 58  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, éd. Robert Holtzmann, MGH SS rer. Germ. N.S. 9, Berlin, Hahnsch (...)
  • 59Ibid., 1, 3(3), p. 6. Voir Walter Schlesinger, Kirchengeschichte Sachsens im Mittelalter, vol. 1, (...)
  • 60Ibid., p. 262-269.
  • 61  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, op. cit., 6, 57(38), p. 344-345 ; 7, 59 (44), p. 472-473.
  • 62  Stanisław Rosik, « Kształtowanie się Śląska (do 1163 r.). Czynniki integracji regionalnej », Śląsk (...)
  • 63  Laurence Leleu, « Les sources saxonnes et la spatialisation du pouvoir en Saxe, ixe-xie siècles. P (...)

22Thietmar, résumant le récit de Widukind, raconte qu’Henri Ier a été envoyé dans la « province » qui est appelée en tudesque Deleminci, mais que les Slaves nomment Glomaci58. Il explique ensuite que le nom de cette province ou pagus provient d’une source près de l’Elbe, que les Slaves vénèrent à cause de ses pouvoirs divinatoires59. Le linguiste Ernst Schwarz a démontré qu’il y a un lien direct entre Deleminci et Glomaci, qui représentent les prononciations allemande et slave du même nom. Le nom de la région serait très ancien : Tacite et Velleius Paterculus mentionnèrent Delmatae, Delmatia ou Dalmatia. L’étymologie d’origine préceltique, qui aurait désigné à l’origine des « gardiens de moutons », est la même que celle de la Dalmatie. Dans la région qui nous préoccupe, le nom aurait été, selon Schwarz, adopté d’abord par les Germains, puis par les Slaves, qui l’auraient repris de la population germanique locale60. Stanisław Rosik fait cependant remarquer que l’explication de Thietmar est probablement due avant tout à sa volonté de démontrer son érudition par une démonstration étymologique. L’évêque de Mersebourg procède de la même façon lorsqu’il explique que le pagus Silensi a obtenu son nom du lieu de culte sur le mont Ślęża (all. Zobtenberg)61. Selon Rosik, le nom du pagus ne proviendrait sans doute pas de celui de la montagne, mais plutôt de celui de la tribu slave des Sleenzane, mentionnée dans la seconde partie de la Descriptio civitatum du « Géographe de Bavière62 ». Le statut de la région, désignée à la fois comme pagus et provincia, est ambigu : comme le remarque Laurence Leleu, Thietmar utilise pagus surtout pour des régions peuplées par les Slaves, mais provincia pour des districts situés en Saxe63. L’utilisation des deux termes témoigne sans doute du processus d’intégration de la région.

  • 64  MGH DD O I, éd. Theodor Sickel, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1879-1884, no 406 (971), p. 553. À (...)
  • 65  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, op. cit., 1, 4(3), p. 6-8.
  • 66  Réginon de Prüm, Chronicon, éd. Friedrich Kurze, MGH SS rer. Germ. 50, Hanovre, Hahnsche Buchhandl (...)
  • 67  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, éd. Holtzmann, op. cit., 1, 9(6), p. 14.
  • 68Ibid., 4, 5(4), p. 136.
  • 69Ibid., 5, 36(22), p. 262. Voir Schlesinger, Kirchengeschichte…, op. cit., p. 74.

23À l’époque de Thietmar, le territoire des Daleminciens avait été attribué au diocèse de Meißen, fondé en 968. Selon un diplôme de 971, Otton Ier avait donné à l’évêque la « dixième part du tribut » qu’il recevait de cinq « provinces », soit Dalaminza, Nisane, Diedesa, Milzsane et Lusiza64. Thietmar relate ensuite que c’est tout près de là que l’évêque Arn de Würzburg avait été tué par des Slaves païens en 892, alors qu’il revenait d’une expédition franque en Bohême65. L’événement est aussi mentionné par Réginon de Prüm66. Un peu plus loin, Thietmar précise qu’Henri Ier a fait « tributaires » les « régions » de Bohême, des Deleminci, des Abodrites, des Wilces, des Hevellun et des Redarii67. La région des Daleminciens est encore mentionnée lorsque Henri le Querelleur rencontre Boleslas II de Bohême à la frontière de son royaume et l’accompagne par les pagi Niseni et Deleminci68. Finalement, Thietmar raconte que le pagus, qui Zlomizi dicitur, a été dévasté en 1003 lors du conflit entre Henri II et Boleslas Ier le Vaillant de Pologne69.

24Bref, pour Thietmar, les Daleminciens étaient les habitants d’un pagus tout près de son siège épiscopal. Le nom n’avait pour lui qu’une signification géographique, même s’il savait qu’il avait désigné à l’origine une peuplade vaincue par Henri Ier.

  • 70  Christian Lübke, « Die Burg Meißen », dans Alfried Wieczorek, Hans-Martin Hinz (éd.), Europas Mitt (...)
  • 71  Schrage, « Zur Siedlungspolitik… », art. cité, p. 204.
  • 72  Coblenz, « Archäologische Betrachtungen… », art. cité, p. 357.
  • 73  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, op. cit., 1, 16(9), p. 22. Voir Lübke, Regesten…, vol. 2, op. c (...)
  • 74  MGH D O II, éd. Theodor Sickel, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1894, no 195, p. 222-223. Voir Sch (...)
  • 75  Lübke, « Die Burg Meißen », art. cité, p. 701-702 ; Schmid-Hecklau, Die archäologischen Ausgrabung (...)

25L’évêque de Mersebourg a aussi été le premier à mentionner la fondation de la forteresse de Meißen, qui, selon la communis opinio actuelle, aurait été construite afin de contrôler le territoire nouvellement soumis des Daleminciens70. Thietmar, cependant, ne fait aucun lien entre la soumission des Daleminciens et la fondation de Meißen. Gertraud Eva Schrage fait remarquer que Meißen n’est jamais mentionnée en lien avec des événements s’étant produits entre 929 et 968, date de fondation de l’évêché71. On notera également que Meißen aurait été fondée en 932 et que les Daleminciens, selon Widukind, auraient encore existé en tant que groupe indépendant, bien que soumis aux Saxons, durant les années 930. Thietmar ne mentionne pas l’urbs Gana non plus, bien qu’il ait utilisé l’œuvre de Widukind72. Selon Thietmar, Henri Ier érige la place forte de Meißen vers 932 sur une colline boisée, après avoir défriché la forêt. On lui donne le nom Misni, d’après la rivière voisine, la Meisa. Le roi saxon y installe une garnison qui force les Milzeni de la région à payer un tribut (census)73. Meißen devient la résidence d’un margrave de même que, depuis 968, un siège épiscopal. Dans une charte de 979, un certain Thietmar est nommé margrave dans le pagus Nikiki vel Mezumroka et dans le pagus Dalminze, dont le chef-lieu aurait été Meißen74. La forteresse est conquise en 984 par Boleslas le Vaillant, avant d’être reprise par le margrave saxon Ekkehard, puis de retomber temporairement aux mains de Boleslas le Vaillant en 100275. On peut penser que Meißen n’a pas été fondée pour contrôler directement le territoire des Daleminciens, mais celui des Milzeni, bien que la nouvelle forteresse ait ensuite servi à dominer un territoire plus vaste.

  • 76  Gerhard Billig, « Die frühe Geschichte des Meißner Burgberges bis zum Ende des 12. Jahrhunderts », (...)
  • 77  Billig, « Die frühe Geschichte… », art. cité, p. 12-13 ; Christl, « Zur Baugeschichte… », art. cit (...)
  • 78  Martina Kotková, « Keramik des Zabrušaner Kreises als Quelle für die Kontakte zwischen Sachsen und (...)

26Selon un morceau de bois attribué par dendrochronologie à l’année 928, il semble qu’Henri ait en fait peut-être fait restaurer à Meißen des fortifications qui existaient déjà76. Les fouilles archéologiques ont démontré l’existence d’une nouvelle forteresse construite vers 930 et contenant une grande densité de constructions. On a pu identifier un chemin de bois qui a été installé vers 930 et a existé jusque vers 960, avec des bâtiments de bois de chaque côté. Des phases de restauration des bâtiments sont datées de 978-983, vers 1000, vers 1030 et vers 1090. La forteresse semble avoir été habitée en permanence. Des fondements antérieurs ont été découverts sous la cathédrale, dont les plus anciens peuvent éventuellement être identifiés avec l’église construite en 968 pour le nouvel évêché ; il se serait agi d’une église de type Saalkirche (église à nef unique)77. En outre, la présence de céramique de type Zabrušany en Saxe, dans la vallée de l’Elbe et au nord-ouest de la Bohême, étudiée par Martina Kotková, indique des contacts entre les deux régions dans la seconde moitié du xe et au début du xie siècle. Selon les recherches les plus récentes, il semble que la céramique de ce type trouvée au nord des monts Métallifères ait été produite dans la région et n’ait pas été importée de Bohême ; cela indiquerait des déplacements de personnes et des contacts entre les populations des deux régions78.

Qui étaient les Daleminciens ?

  • 79  Walter Schlesinger croyait que les Daleminiciens avaient au départ fait partie des Sorabes, avant (...)
  • 80  Simon Coupland, « The Frankish Tribute Payments to the Vikings and Their Consequences », Francia. (...)

27Les Daleminciens sont apparus dans les sources franques comme un groupe indépendant tout au long du ixe siècle. Lors de la première mention, en 805, ils étaient dirigés par un « roi ». Leur organisation hiérarchique s’était peut-être développée sous l’influence de leurs voisins, les Sorabes, pour lesquels plusieurs reges et duces étaient connus au viiie et dans la première moitié du ixe siècle79. Les Francs ont alors exigé des Daleminciens des otages et probablement déjà un tribut. La mention répétée de prise d’otages, en 805 puis en 822, permet également de supposer une éventuelle forme d’intégration, permettant un rapprochement des élites des Daleminciens avec les Francs. Le paiement du tribut était sans doute pour les Slaves une façon commode d’éviter les problèmes80.

  • 81Ibid., p. 78-83.

28À la fin du ixe siècle, cependant, les Daleminciens ont tenté, comme d’autres groupes slaves à la même époque, de secouer le joug franc et de se libérer du tribut ; mais, en fin de compte, ils ont dû à nouveau se soumettre aux Francs. Malgré quelques révoltes ponctuelles, on peut croire que les Slaves se soient faits à l’idée de payer un tribut. Des actions de pillage ont été mentionnées lorsque les Daleminciens ont attaqué les Francs en 880, de même que lorsque les Hongrois ont dévasté la Saxe ; elles n’ont pas été mentionnées explicitement dans le cas des expéditions franques, avec la seule exception de la prise de Gana racontée par Widukind, qui s’est terminée avec le massacre des ennemis vaincus. La prise de butin semble donc avoir été perçue comme légitime par les Francs lors d’expéditions punitives ou de conquête, mais il semble aussi que, contrairement à la levée de tribut, ce n’ait pas été une mesure régulière. Le fruit du pillage allait aux guerriers en expédition, alors que le tribut, en principe, était destiné au roi des Francs81.

  • 82  Brachmann, « Der “Limes”… », art. cité, p. 202-203. À propos des burgwards sur le territoire des D (...)

29Dans les premières décennies du xe siècle, si on peut croire les sources tardives, il semble que les Daleminciens aient été à nouveau attaqués, soumis et confirmés dans leur relation tributaire par Henri Ier, dans le cadre des entreprises de plus vaste envergure de ce dernier, visant avant tout à protéger la Saxe des Hongrois. Le territoire des Daleminciens avait une position stratégique, non pas nécessairement parce que ces derniers étaient particulièrement dangereux, mais parce que c’est par là qu’arrivaient les Hongrois lorsqu’ils entreprenaient des raids en Saxe. Malgré tout, si la forteresse de Hof/Stauchitz peut bel et bien être attribuée aux Daleminciens, on peut croire que les Saxons avaient affaire à un ennemi sérieux. Suite aux politiques d’Henri Ier, il semble que, dorénavant, le paiement d’un tribut ne suffisait plus et que la politique saxonne visait une véritable intégration. Les décennies suivantes ont vu l’apparition d’un évêché sur le territoire des Daleminciens et le début d’une organisation administrative s’appuyant sur des districts appelés burgwards82.

  • 83  Voir Brankačk, « Betrachtungen… », art. cité, p. 412.
  • 84  Bachrach appuie son argumentation sur les recherches archéologiques ; il cite plusieurs forteresse (...)
  • 85  Widukind de Corvey, Rerum gestarum…, op. cit., 2, 20, p. 84. L’épisode aurait eu lieu en 939. Voir (...)

30À la fin du xe et au début du xie siècle, il n’était plus question des Daleminciens comme d’une peuplade, mais comme des habitants d’un pagus. Il ne restait plus rien de leur organisation indépendante83. Selon David Bachrach, Henri Ier se serait assuré du contrôle de leur territoire par l’érection de nombreuses forteresses où il aurait installé des garnisons84. Ce qui est arrivé aux élites des Daleminciens reste cependant une énigme. Il en va de même pour les Sorabes, dont les reges et duces ne sont plus mentionnés au xe siècle. Peut-être certains membres des élites des Daleminciens et des Sorabes appartenaient-ils au groupe de chefs slaves qui auraient été, selon Widukind, assassinés par le margrave Gero85. Widukind raconte en outre explicitement le massacre des habitants de la forteresse Gana lors de la conquête du territoire des Daleminciens.

  • 86  Schlesinger, « Die Verfassung… », art. cité, p. 11-12, 22.
  • 87  Ernst Schwarz, « Deutsche und Sorben im Gau Daleminze », Zeitschrift für Ostforschung, 18, 1969, p (...)
  • 88  Brankačk, « Betrachtungen… », art. cité, p. 414-417.

31On se souvenait encore des Daleminciens dans les années 60 du xe siècle, à l’époque de Widukind, alors que leur forteresse Gana était détruite depuis plus d’une trentaine d’années. Au début du xie siècle, cependant, lorsque Thietmar écrivait sa chronique, on avait tout oublié de leur importance. Si Henri Ier avait vraiment construit la forteresse de Meißen pour s’assurer du contrôle du territoire des Daleminciens, comme le soupçonnent plusieurs historiens, mais ce dont nous n’avons aucune preuve directe, personne ne s’en souvenait à l’époque d’Henri II. On remarquera que d’autres peuplades de la région, les Siusli, les Colodici, les Milzeni et les Lunsici, toutes connues des sources franques au ixe siècle, ont également cessé d’être mentionnées en tant que peuplades indépendantes au cours du xe siècle et que leurs noms sont également devenus ceux de districts administratifs ou pagi à l’époque de Thietmar86. Dans les siècles suivants, il semble qu’Allemands et Slaves aient cohabité pacifiquement sur l’ancien territoire des Daleminciens87. Selon Jan Brankačk, si les Sorabes, Daleminciens et autres peuplades slaves de la région n’ont pas, à terme, développé de principautés semblables à celles de Pologne et de Bohême, cela est dû à la fois à des développements internes – l’absence de dynasties comme les Piasts et les Přemyslides, capables de s’imposer face aux élites de la région – et à des facteurs externes – l’attitude agressive des Francs88.

Francs, Daleminciens et Linons

  • 89  Karl-Heinz Willroth, « DFG-Projekt : Die slawische Besiedlung an der unteren Mittelelbe. Untersuch (...)
  • 90  Sébastien Rossignol, « Die Linonen zwischen Tat und Wort. Die Schriftquellen über die Entwicklung (...)
  • 91  Rossignol, « Die Linonen… », art. cité, p. 136 ; id., « Aufstieg… », art. cité, p. 19.

32Le destin des Daleminciens présente plusieurs parallèles avec celui de la peuplade slave des Linons, dont l’habitat sur les rives du cours moyen de l’Elbe a été étudié par un projet interdisciplinaire réalisé entre 2004 et 201089. Les Linons ont aussi fait leur première apparition dans les sources franques au début du ixe siècle ; comme les Daleminciens, ils ont été attaqués par les Francs à plusieurs reprises, et ceux-ci ont exigé d’eux le paiement d’un tribut90. Cependant, contrairement aux Daleminciens, aucun « roi » ou chef des Linons n’a été mentionné et il n’a jamais été explicitement question de prises d’otages. Comme les Daleminciens, les Linons se sont insurgés contre les Francs dans les dernières décennies du ixe siècle, avant de se soumettre à nouveau91.

  • 92  Janet L. Nelson, « Violence in the Carolingian World and the Ritualization of Ninth-century Warfar (...)
  • 93  Thomas Scharff, Die Kämpfe der Herrscher und der Heiligen. Krieg und historische Erinnerung in der (...)
  • 94  Lienhard, « Les combattants… », art. cité, p. 263.
  • 95  Reuter, « Plunder… », art. cité, p. 76.
  • 96Ibid., p. 76-78.
  • 97Ibid., p. 78-80.
  • 98  Widukind de Corvey, Rerum gestarum…, op. cit., 2, 30, p. 91-92. Les milites, frustrés de ne pas av (...)
  • 99  Reuter, « Plunder… », art. cité, p. 87.
  • 100  Scharff, Die Kämpfe…, op. cit., p. 171-174.

33Dans le cas des Daleminciens comme dans celui des Linons, c’était toujours les Francs qui initiaient les conflits92. Certes, les expéditions militaires étaient en soi une source de prestige pour les souverains francs93 et servaient à renforcer la position des élites franques94. Cependant, dans le cas des Daleminciens et des Linons, l’objectif concret des Francs semble avoir été d’exiger le paiement régulier d’un tribut. Des cas connus ailleurs laissent croire qu’il peut s’être agi de paiements annuels95. Si le pillage n’a que rarement été mentionné, cela ne veut pas dire qu’il n’a pas eu lieu ; on peut croire que les guerriers francs ne se gênaient pas lors des nombreuses expéditions96. Le tribut, en principe, devait être remis au roi franc ; probablement une partie du butin de pillage également97. Cependant, Widukind raconte un épisode laissant croire qu’il était normal au xe siècle pour les milites prenant part à une expédition de recevoir une partie du tribut obtenu par un margrave98. Le tribut était certes une source de revenus pour les Francs, mais il s’agissait aussi d’un moyen de démontrer un lien de dépendance politique99. Selon les annalistes francs, les Slaves qui refusaient de payer le tribut étaient des rebelles, ils refusaient d’obéir100. Il est cependant évident que les relations conflictuelles entre Francs, Linons et Daleminciens étaient dues non pas à l’hostilité des Slaves, mais bien à la politique agressive des autorités franques.

  • 101  Reuter, « Plunder… », art. cité, p. 92-94. Selon Guy Halsall, cependant, les possibilités d’avance (...)
  • 102  Biermann, Goßler, « Zwischen Freund… », art. cité, p. 147. Felix Biermann, Heike Kennecke, « Slawe (...)

34Timothy Reuter croyait que tributs et pillages chez les Slaves auraient contribué au renforcement du royaume franc oriental sous Louis le Germanique et Arnulf de Carinthie101. La stabilisation des relations avec les Francs et le paiement régulier d’un tribut peuvent également avoir contribué au renforcement des structures organisationnelles des groupes slaves. Dans le cas des Linons, le fait que les premières forteresses aient été construites à l’époque des premiers conflits avec les Francs laisse croire à un lien direct entre les combats avec les Francs et le renforcement des structures sociales des Slaves102. Le tribut réclamé par les Francs a pu éventuellement contribuer à structurer de manière plus stable la société tribale des Linons. Chez les Daleminciens, toutefois, comme chez leurs voisins les Sorabes, l’existence d’un groupe d’élites a été mentionnée dès le départ par les annalistes francs. Les Daleminciens étaient dirigés par un « roi » et donnèrent des otages aux Francs, ce qui laisse supposer qu’une certaine complexité sociale existait déjà chez ce groupe slave avant son apparition dans les annales franques. De nouvelles fouilles archéologiques dans la région permettront peut-être d’éclairer certains aspects des changements sociaux parmi les habitants de la région.

  • 103  Rossignol, « Die Linonen… », art. cité, p. 139-140.
  • 104  Biermann, Goßler, « Zwischen Freund… », art. cité, p. 141-149 ; Jens Schneeweiß, « Siedlungsgeschi (...)
  • 105  Heike Kennecke, « Die slawenzeitliche Befestigung von Lenzen an der Elbe », dans Willroth, Schneew (...)

35La fin du ixe siècle correspondit à une période d’affaiblissement de la puissance royale franque dans les marges orientales de l’Empire, ce dont les Daleminciens et les Linons ont profité pour tenter, en vain, de se libérer de leurs devoirs tributaires103. Cette fois, il semble que ce soit plutôt les Francs qui étaient sur la défensive. Contrairement aux Daleminciens, les Linons n’ont plus été mentionnés dans les sources franques au xe siècle. Suite aux fouilles de Lenzen-Neuehaus et de Lenzen-Burgberg, on peut croire que leurs forteresses ont été détruites lors des combats de 929 sur les rives de l’Elbe104. La nouvelle forteresse qui a été érigée dans la région plusieurs années plus tard l’a probablement été, comme le suggèrent les développements ultérieurs de la région, à l’initiative des Abodrites qui avaient pris le contrôle de ce territoire105. La disparition des Linons en tant que groupe indépendant suite aux combats de 929 semble avoir eu lieu à la même époque que l’expédition saxonne contre l’urbs Gana, ce dernier événement ayant été apparemment suivi d’un déclin rapide des Daleminciens en tant que force politique.

  • 106  Rossignol, « Die Linonen… », art. cité, p. 147-148.

36Le xe siècle a vu, sous l’influence de la montée en puissance de la Saxe ottonienne et de la principauté des Abodrites, de même que de la fin des incursions hongroises, une restructuration complète de la région à l’est de l’Elbe et de la Saale, qui a eu pour conséquence la disparition définitive des structures tribales des Linons et des Daleminciens. Dans les deux cas, le nom de ces groupes slaves s’est perpétué, mais il n’avait dorénavant qu’un sens géographique. Le nom des Linons est réapparu au xie siècle dans l’œuvre d’Adam de Brême en tant que regio ou provincia de la principauté des Abodrites106. Comme c’était le cas avec les Daleminciens à la même époque, il semble que leur nom ait désormais eu un sens avant tout territorial, alors que, à l’époque d’Adam de Brême, plus rien n’était connu des structures tribales qui avaient existé au ixe siècle.

37Il est impossible de savoir à quoi a ressemblé la société des Daleminciens avant les premiers contacts avec les Francs, ou la manière dont les Daleminciens se percevaient et s’identifiaient. Cependant, la présence d’un « roi » dès le début du ixe siècle permet de supposer qu’existait alors déjà une forme de stratification sociale, semblable à celle des Sorabes. Les relations entre Francs et Daleminciens semblent avoir, de manière générale, bien fonctionné aussi longtemps que les Slaves acceptaient de payer un tribut. Ils devaient donc reconnaître une position de subordination. L’envoi d’otages slaves chez les Francs contribua sans doute à stabiliser la situation.

38Il est difficile d’expliquer comment, au cours du xe siècle, les Daleminciens ont disparu en tant que peuplade perçue comme indépendante. Comme pour les Linons à la même époque, nous n’avons aucune indication claire sur ce que sont devenues leurs élites. Peut-être, après tout, qu’après plus d’un siècle d’une coopération qui, sauf quelques altercations, avait assez bien fonctionné, avec le paiement d’un tribut et l’envoi d’otages, l’intégration des élites des Daleminciens était-elle suffisamment avancée pour que la conquête définitive de Gana n’ait eu qu’une signification surtout symbolique. Les Daleminciens n’auraient guère pu perdre une indépendance qu’ils n’auraient plus réellement eue depuis longtemps. Cependant, on peut aussi croire, et cela apparaît sans doute plus probable, que la disparition de leurs élites – qui, si l’attribution du site de Hof/Stauchitz s’avère correcte, présentaient encore dans les premières décennies du xe siècle une puissance réelle – ait été la conséquence d’une politique saxonne qui visait à les décimer physiquement de manière violente.

39En attendant d’éventuelles nouvelles fouilles archéologiques éclairant certains aspects du développement interne de la société des Daleminciens, il sera difficile d’en savoir plus. Cependant, l’étude parallèle du destin d’autres peuplades slaves mentionnées dans les sources franques des ixe et xe siècles pourrait, avec l’apport d’une approche comparative, permettre de mieux comprendre les spécificités de l’histoire des Daleminciens et des Slaves de l’Elbe et de la Saale au haut Moyen Âge.

Notes

1  Roman Grabolle, « […] ac salam fluvium, qui Thuringos et Sorabos dividit […]. Das Gebiet der mittleren Saale als politisch-militärische Grenzzone im frühen Mittelalter », dans Siedlungsforschung. Archäologie – Geschichte – Geographie, 25, 2007, p. 164-171 ; Volker Herrmann, « Der “Limes Sorabicus” und Halle (Saale) im frühen Mittelalter », dans Felix Biermann, Thomas Kersting (éd.), Siedlung, Kommunikation und Wirtschaft im westslawischen Raum. Beiträge der Sektion zur slawischen Frühgeschichte des 5. Deutschen Archäologischenkongresses in Frankfurt an der Oder, 4. bis 7. April 2005, Langenweißbach, Beier & Beran, 2007, p. 133 ; Hansjürgen Brachmann, Slawische Stämme an Elbe und Saale. Zu ihrer Geschichte und Kultur im 6. bis 10. Jahrhundert – auf Grund archäologischer Quellen, Berlin, Akademie Verlag, 1978, p. 249-250.

2  Wilhelm Levison, Heinz Löwe, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter. Vorzeit und Karolinger. II. Heft. Die Karolinger vom Anfang des 8. Jahrhunderts bis zum Tode Karls des Großen, Weimar, Böhlau, 1953, p. 187-188, 265-266 ; Chronicon Moissiacense Maius: A Carolingian World Chronicle from Creation until the First Years of Louis the Pious, d’après le manuscript posthume d’Ir. J. M. J. G. Kats, préparé et révisé par David Claszen, Oegstgeest, mémoire de MPhil., 2012, vol. 1, p. 122-123. L’édition des MGH est désuète (Chronicon Moissiacense, éd. Georg Heinrich Pertz, MGH [= Monumenta Germaniae Historica] SS 1, Hanovre, Hahn, 1826, p. 280-313, et Ex Chronico Moissiacensi, éd. Georg Heinrich Pertz, MGH SS 2, Hanovre, Hahn, 1829, p. 257-259). La Chronique de Moissac a été éditée pour la première fois dans son entier et en tenant compte de tous les manuscrits, dans Kats, Claszen, Chronicon Moissiacense Maius…, op. cit., vol. 2. Il s’agit d’une chronique universelle dont la première partie a été rédigée à partir de nombreuses sources franques vers le milieu du viiie siècle ; la seconde partie se termine avec la notice de 818. Le texte complet de la chronique universelle est connu d’un manuscrit du xie siècle, BNF ms. lat. 4886 ; certaines des notices ont été reprises dans un texte annalistique connu sous le nom d’Annales d’Aniane, portant sur la période 670-840 et connu d’un manuscrit du xiie siècle, BNF ms. lat. 5941. Voir Kats, Claszen, Chronicon Moissiacense Maius…, op. cit., vol. 1, p. 13-14.

3  Guy Halsall, Warfare and Society in the Barbarian West, 450-900, Londres/New York, Routledge, 2003, p. 147.

4  Dans le texte de BNF ms. lat. 5941, le nom de la peuplade se lit a Beuhuvidines ; dans celui de BNF ms. lat. 4886, on lit ad Beuwidines. Kats, Claszen, Chronicon Moissiacense Maius…, op. cit., vol. 2, a. 805, p. 142. Le nom Beuwidines serait en lien avec celui de la Bohême ; la variante Cichu-Windones, qui se trouve dans l’édition des MGH, n’est qu’une conjecture de Pertz. Voir Vaclav Novotný, České dějiny. Dílu I. Část I. Od nejstarsˇích dob do smrti knížek Oldřicha, Prague, 1912, p. 266-267 ; Wenzel Wladiwoj Tomek, Apologie der ältesten Geschichte Böhmens gegen die neueren Anfechter derselben, Prague, Grég., 1863, p. 46 ; éd. Dagmar Bartoňková et al., Magnae Moraviae Fontes Historici I. Annales et chronicae, Prague/Brno, Státní Pedagog. Naklad, 1966, p. 60-61. À propos du nom des Tchèques, voir František Graus, Die Nationenbildung der Westslawen im Mittelalter, Sigmaringen, Thorbecke, 1980, p. 162-169. Je remercie David Kalhous pour la discussion à propos de ce passage.

5  Kats, Claszen, Chronicon Moissiacense Maius…, op. cit., vol. 2, a. 805, p. 142. Audulf est nommé sinescalcus dans les Annales Laurissenses lorsqu’il dirige une armée franque en Bretagne en 786. Voir Annales Laurissenses, éd. Georg Pertz, MGH SS 1, Hanovre, 1826, a. 786, p. 168, et note 331 dans Kats, Claszen, Chronicon Moissiacense Maius…, op. cit., vol. 2, p. 164 ; Andrea Stieldorf, Marken und Markgrafen. Studien zur Grenzsicherung durch die fränkisch-deutschen Herrscher, Hanovre, Hansche Buchhandlung (MGH Schriften, 64), 2012, p.384. Werner était un comte en Bavière, voir Stieldorf, Marken…, op. cit., p. 404.

6  Kats, Claszen, Chronicon Moissiacense Maius…, op. cit., vol. 2, a. 805, p. 142. Voir Ernst Schwarz, « Daleminze und Lommatzsch », Zeitschrift für Ostforschung, 18, 1969, p. 262.

7  Kats, Claszen, Chronicon Moissiacense Maius…, op. cit., vol. 2, a. 805, p. 142.

8  Annales regni Francorum, éd. Georg Heinrich Pertz, Friedrich Kurze, MGH SS rer. Germ. 6, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1895, a. 805, p. 120.

9  Annales regni Francorum, éd. Pertz, Kurze, op. cit., a. 822, op. cit., p. 158 : Ad Sorabos, quae natio magnam Dalmatiae partem optinere dicitur.

10  Schwarz, « Daleminze… », art. cité, p. 265, 267.

11  À propos de cette stratégie, voir Halsall, Warfare…, op. cit., p. 137.

12  Annales Fuldenses sive Annales regni Francorum orientalis, éd. Friedrich Kurze, MGH SS rer. Germ. 7, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1891, a. 856, p. 47. Voir Eric J. Goldberg, Struggle for Empire. Kingship and Conflict under Louis the German, 817-876, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2006, p. 246.

13  Voir Halsall, Warfare…, op. cit., p. 140 ; Gertraud Eva Schrage, « Zur Siedlungspolitik der Ottonen. Untersuchungen zur Integration der Gebiete östlich der Saale im 10. Jahrhundert », Blätter für deutsche Landesgeschichte, 135, 1999, p. 235-236.

14  Annales Fuldenses, op. cit., a. 880, p. 94-95 : […] ita eos prostravit, ut nullus de tanta multitudine remaneret. Voir Schlesinger, « Die Verfassung… », art. cité, p. 26 ; Stieldorf, Marken…, op. cit., p. 197-198. À propos de l’insurrection de 880, voir Jan Brankačk, « Betrachtungen zur politischen Geschichte der elbslawischen Stammesverbände im 9. Jahrhundert », dans Tadeusz Manteuffel, Aleksander Gieysztor (éd.), L’Europe aux ixe-xie siècles. Aux origines des États nationaux. Actes du colloque international tenu à Varsovie et Poznañ du 7 au 13 septembre 1965, Varsovie, Państwowe Wydawnictwo Naukowe, 1968, p. 403 ; Hansjürgen Brachmann, « Der Limes Sorabicus – Geschichte und Wirkung », Zeitschrift für Archäologie, 25, 1991, p. 186. À propos des comtes de la marche sorabe, voir ibid., p. 180-181 ; Brankačk, « Betrachtungen… », art. cité, p. 411-412.

15  Selon Eginhard, la Saale séparait la Thuringe et le territoire des Sorabes. Eginhard, Vita Karoli, éd. Georg H. Pertz, Georg Waitz, MGH SS rer. Germ. 25, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1911, c. 15, p. 17-18. Voir Herrmann, « Der “Limes”… », art. cité, p. 134 ; Brankačk, « Betrachtungen… », art. cité, p. 394.

16  Annales regni Francorum, op. cit., a. 816, p. 143-144. Voir Schlesinger, « Die Verfassung… », art. cité, p. 26.

17  Eginhard, Vita Karoli, op. cit., c. 15, p. 18.

18  Annales Fuldenses, op. cit., a. 849, p. 38 ; a. 858, p. 51 ; a. 873, p. 81 ; a. 880, p. 95. À propos des Sorabes et de la Saale, voir Grabolle, « […] ac salam fluvium… », art. cité, p. 156-162 ; Herrmann, « Der “Limes”… », art. cité, p. 135-136.

19  La première partie de ce texte a sans doute été écrite dans le dernier quart ou en tout cas dans la seconde moitié du ixe siècle. Voir Sébastien Rossignol, « Überlegungen zur Datierung des Traktates des Sog. Bayerischen Geographen anhand paläographischer und kodikologischer Beobachtungen », dans Felix Biermann, Thomas Kersting, Anne Klammt (éd.), Der Wandel um 1000. Beiträge der Sektion zur slawischen Frühgeschichte der 18. Tagung des Mittel- und Ostdeutschen Verbandes für Altertumsforschung in Greifswald, 23. bis 27. März 2009, Langenweißbach, Beier & Beran, 2011, p. 305-316. À propos de ce texte, voir aussi id., « À propos du manuscrit du “Géographe de Bavière” », dans Jean-François Cottier, Martin Gravel, id. (éd.), Ad libros ! Mélanges d’études médiévales offerts à Denise Angers et Joseph-Claude Poulin, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 2010, p. 49-68.

20  Text and Translation: the Three Parts of the Known World and the Geography of Europe North of the Danube According to Orosius’ Historiae and Its Old English Version, éd. Janet Bateley, Anton Englert, Ohthere’s Voyages. A Late 9th-Century Account of Voyages along the Coasts of Norway and Denmark and its Cultural Context, Roskilde, Viking Ship Museum, 2007, p. 43. La traduction a sans doute été réalisée dans la dernière décennie du ixe siècle. Voir Janet Bateley, « Ohthere and Wulfstan in the Old English Orosius », dans id., Englert (éd.), Ohthere’s Voyages…, op. cit., p. 21. Voir aussi Schwarz, « Daleminze… », art. cité, p. 262.

21  Gerhard Billig, « Zur Rekonstruktion der ältesten slawischen Burgbezirke im obersächsisch-meißnischen Raum auf der Grundlage des Bayerischen Geographen », Neues Archiv für sächsische Geschichte, no 66, 1995, p. 47-57.

22  Urkundenbuch der Reichsabtei Hersfeld. Erster Band. I. Hälfte, éd. Hans Weirich, Marburg, Kommissionsverlag der N. G. Elwertschen Buchhandlung, 1936, p. 65-67. Voir Herrmann, « Der “Limes”… », art. cité, p. 134 ; Heiner Lück, « Das Hersfelder Zehntverzeichnis. Eine wichtige Quelle für die frühmittelalterliche Geschichte des Saalkreises und seiner Umgebung », Heimat-Jahrbuch Saalkreis, 11, 2005, p. 12-18 ; Erich Neuß, Besiedlungsgeschichte des Saalkreises und des Mansfelder Landes von der Völkerwanderungszeit bis zum Ende des 18. Jahrhunderts, Weimar, Hermann Böhlaus Nachfolger, 1995, p. 115-124.

23  La Chronique de Moissac évoque également l’existence, en 806, d’un rex des Sorabes, Milito. Ce dernier est un dux dans les Annales royales franques. Kats, Claszen, Chronicon Moissiacense Maius…, op. cit., vol. 2, a. 806, p. 143 ; Annales regni Francorum, op. cit., a. 806, p. 121. Voir Walter Schlesinger, « Die Verfassung der Sorben », dans id., Mitteldeutsche Beiträge zur deutschen Verfassungsgeschichte des Mittelalters, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1961, p. 12-13.

24  Halsall, Warfare…, op. cit., p. 137.

25  Voir Brankačk, « Betrachtungen… », art. cité, p. 395-397.

26Ibid., p. 398.

27  À propos de Widukind, voir, entre autres, Helmut Beumann, « Historiographische Konzeption und politische Ziele Widukinds von Corvey », dans Settimane di Studio del Centro Italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 17 : La storiografia altomedievale, Spolète, Fondazione Centro Italiano di Studio sull’Alto Medioevo, 1970, p. 857-894 ; Gerd Althoff, « Widukind von Corvey. Kronzeuge und Herausforderung », Frühmittelalterliche Studien, no 27, 1993, p. 253-272.

28  Widukind de Corvey, Rerum gestarum Saxonicarum libri tres, éd. Georg Waitz et al., MGH SS rer. Germ. 60, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1935, 1, 17, p. 27-28. Voir David S. Bachrach, Warfare in Tenth-Century Germany, Woodbridge, Boydell Press, 2012, p. 23-24 ; Brankačk, « Betrachtungen… », art. cité, p. 411 ; Stieldorf, Marken…, op. cit., p. 401 ; Schrage, « Zur Siedlungspolitik… », art. cité, p.193.

29  Pál Engel, The Realm of St Stephen. A History of Medieval Hungary, 895-1526, trad. par Tamás Pálosfalvu, Londres/New York, Tauris, 2001, p. 13.

30  Widukind de Corvey, Rerum gestarum…, op. cit., 1, 20, p. 79-80. Selon Dralle, les Hongrois auraient été des sortes de Oberherren pour les Daleminciens. Lothar Dralle, Slaven an Havel und Spree. Studien zur Geschichte des hevellisch-wilzischen Fürstentums (6. bis 10. Jahrhundert), Berlin, Duncker & Humblot, 1981, p. 107.

31  Annales Hildesheimenses, éd. Georg Waitz, MGH SS rer. Germ. 8, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1878, a. 902, p. 19 ; Annales Altahenses maiores, éd. W. von Gisebrecht, Edmund L.B. von Oefele, MGH SS rer. Germ. 4, Hanovre, Hahn, 1891, a. 902, p. 7 : Sclavi vastaverunt Saxoniam. Voir Christian Lübke, Regesten zur Geschichte der Slaven an Elbe und Oder (vom Jahr 900 an), vol. 2, Regesten 900-983, Berlin, Duncker & Humblot, 1985, 133, no 1, p. 1.

32  Wilhelm Wattenbach, Robert Holtzmann, Franz-Josef Schmale, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter. Die Zeit der Sachsen und Salier. Erster Teil. Das Zeitalter des Ottonischen Staates (900-1050), Cologne/Graz, Böhlau, 1967, p. 40-46.

33  Jan Prelog, « Annales Altahenses », dans Lexikon des Mittelalters, vol. 1, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1999 [1980], col. 661-662 ; Wattenbach, Holtzmann, Schmale, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter…, op. cit., p. 545-548.

34  Ungarii vastaverunt Saxoniam. Annales Hildesheimenses, op. cit., a. 906, p. 19 ; Annales Altahenses maiores, op. cit., a. 906, p. 7.

35  Lübke, Regesten…, vol. 2, op. cit., no 5, p. 19-20 ; no 6, p. 20-22.

36  Die Corveyer Annalen. Textbearbeitung und Kommentar, éd. Joseph Prinz, Münster, Aschendorff, 1982, a. 906, p. 109 : Ungarii in Saxoniam venerunt.

37  Christian Hanewinkel, Die politische Bedeutung der Elbslawen im Hinblick auf die Herrschaftsveränderungen im ostfränkischen Reich und in Sachsen von 887 bis 936 – Politische Skizzen zu den östlichen Nachbarn im 9. und 10. Jahrhundert, thèse de doctorat, université de Münster, 2004, p. 127.

38  Hanewinkel, Die politische Bedeutung…, op. cit., p. 118-127.

39  Lübke, Regesten…, op. cit., vol. 2, no 25, p. 40-42 ; Reinhard Eigenwill, « Beginn mit Landgewinn. Der Kriegszug König Heinrichs I. gegen die Daleminzier », dans Heinz Weise (éd.), Mark Meißen. Von Meißens Macht zu Sachsens Pracht, Leipzig, Brockhaus, 1989, p. 15-28 ; Bachrach, Warfare…, op. cit., p. 27-30 ; Bernard S. Bachrach, David Bachrach, « Early Saxon Frontier Warfare : Henry I, Otto I, and Carolingian Military Institutions », Journal of Medieval Military History, 10, 2012, p. 48-49 ; Jasper von Richthofen, « Besunzane – Milzener – Sorben », dans id. (éd.), Besunzane – Milzener – Sorben. Die slawische Oberlausitz zwischen Polen, Deutschen und Tschechen. Bieuczanie – Milczanie – Sorbowie. Sowiańskie uyce Górne pomidzy Polakami, Niemcami i Czechami, Görlitz-Zittau, Oettel, 2004, p. 14-15 ; Stieldorf, Marken…, op. cit., p. 428.

40  Widukind de Corvey, Rerum gestarum…, op. cit., 1,35, p. 49-51 : Tali lege ac disciplina cum cives assuefaceret, repente irruit super Sclavos qui dicuntur Hevelli, et multis eos preliis fatigans, demum hieme asperrima castris super glaciem positis cepit urbem quae dicitur Brennaburg fame ferro frigore. Cumque illa urbe potitus omnem regionem signa vertit contra Dalamantiam, adversus qua miam olim reliquit ei pater militiam ; et obsidens urbem quae dicitur Gana, vicesima tandem die cepit eam. Preda urbis militibus tradita, puberes omnes interfecti, pueri ac puellae captivitati servatae. Post haec Pragam adiit cum omni exercitu, Boemorum urbem, regemque eius in deditionem accepit ; de quo quaedam mirabilia predicantur, quae quia non probamus, silentio tegi iudicamus. Frater tamen erat Bolizlavi, qui quamdiu vixit imperatori fidelis et utilis mansit. Igitur rex Boemias tributarias faciens reversus est in Saxoniam. Voir Lübke, Regesten…, op. cit., vol. 2, no 27, p. 43-45 ; Bachrach, Bachrach, « Early Saxon Frontier Warfare… », art. cité, p. 49 ; Schrage, « Zur Siedlungspolitik… », art. cité, p. 197.

41  Dralle, Slaven…, op. cit., p. 109. Voir aussi Matthew J. Strickland, « Killing or Clemency? Ransom, Chivalry and Changing Attitudes to Defeated Opponents in Britain and Northern France, 7-12th Centuries », dans Hans-Henning Kortüm (éd.), Krieg im Mittelalter, Berlin, Akademie Verlag, 2001, p. 103-104.

42  Selon David Bachrach, les Daleminciens auraient refusé leur aide aux Hongrois car ils étaient dorénavant soumis à la domination saxonne. Bachrach, Warfare…, op. cit., p. 36.

43  Widukind de Corvey, Rerum gestarum…, op. cit., 1, 38, p. 55-56.

44Ibid., 2, 3, p. 69-70.

45  Arne Schmid-Hecklau, Die archäologischen Ausgrabungen auf dem Burgberg in Meißen. Die Grabungen 1959-1963, Dresde, Landesamt für Archäologie, 2004, p. 16.

46  Schrage, « Zur Siedlungspolitik… », art. cité, p. 197.

47  Werner Coblenz, « Bemerkungen zur “urbs Gana” », Ethnographisch-Archäologische Zeitschrift, 16, 1973, p. 423-428 ; id., « Archäologische Betrachtungen zur Gana-Frage im Rahmen der älterslawischen Besiedlung des Gaues Daleminze », Beiträge zur Archivwissenschaft und Geschichtsforschung, 10, 1977, p. 354-370.

48  L’identification de cette forteresse avec la Gana de Widukind a d’abord été proposée par Werner Coblenz. Voir Coblenz, « Bemerkungen… », art. cité, p. 427-428 ; id., « Archäologische Betrachtungen… », art. cité, p. 358 ; Judith Oexle, Michael Strobel, « Auf den Spuren der “urbs, quae dicitur Gana”, der Hauptburg der Daleminzier. Erste archäologische Untersuchungen in der slawischen Befestigung von Hof/Stauchitz », Arbeits- und Forschungsberichte zur sächsischen Bodendenkmalpflege, 46, 2004, p. 261-263 ; id., « “Gana” entdeckt », Archäologie in Deutschland, no 1, 2005, p. 51-52.

49  Krzysztov Misiewicz, « Magnetische Messungen in der Fundstätte Gana (Hof/Stauchitz) », Arbeits- und Forschungsberichte zur sächsischen Bodendenkmalpflege, 46, 2004, p. 264-269.

50  Oexle, Strobel, « Auf den Spuren… », art. cité, p. 253.

51  La céramique semble dater des ixe et xe siècles, mais une analyse plus détaillée serait nécessaire. Ibid., p. 263.

52Ibid., p. 262-263.

53  Sebastian Brather, Archäologie der westlichen Slawen. Siedlung, Wirtschaft und Gesellschaft im früh- und hochmittelalterlichen Ostmitteleuropa, 2e édition révisée, Berlin/New York, Walter de Gruyter, 2008, p. 124-127.

54  Oexle, Strobel, « Auf den Spuren… », art. cité, p. 253.

55Ibid., p. 257.

56Ibid., p. 257-261.

57Ibid., p. 261, 263.

58  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, éd. Robert Holtzmann, MGH SS rer. Germ. N.S. 9, Berlin, Hahnsche Buchhandlung, 1935, 1, 3(2), p. 6.

59Ibid., 1, 3(3), p. 6. Voir Walter Schlesinger, Kirchengeschichte Sachsens im Mittelalter, vol. 1, Von den Anfängen kirchlicher Verkündigung bis zum Ende des Investiturstreites, Cologne/Graz, Böhlau, 1962, p. 89 ; Stanisław Rosik, Interpretacja chrześcijaska religii pogaskich Sowian w wietle kronik niemieckich XI-XII wieku (Thietmar, Adam z Bremy, Helmold), Wrocław, Wydawnictwo Uniwersytetu Wrocławskiego, 2000, p. 67 ; Schwarz, « Daleminze… », art. cité, p. 261-262.

60Ibid., p. 262-269.

61  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, op. cit., 6, 57(38), p. 344-345 ; 7, 59 (44), p. 472-473.

62  Stanisław Rosik, « Kształtowanie się Śląska (do 1163 r.). Czynniki integracji regionalnej », Śląski kwartalnik historyczny Sobótka, LXVII, 4, 2012, p. 43-46.

63  Laurence Leleu, « Les sources saxonnes et la spatialisation du pouvoir en Saxe, ixe-xie siècles. Premiers résultats », dans Geneviève Bührer-Thierry, Steffen Patzold (éd.), Territorium. Problèmes méthodologiques et possibilités d’une comparaison des espaces politiques en France et en Allemagne, Tübingen, 3-4 novembre 2011. Raum und Politik : Wahrnehmung und Praxis im Frankenreich und seinen Nachfolgereichen vom 9. bis zum 13. Jahrhundert, 2013 (http ://hdl.handle.net/10900/47064, consulté le 25 août 2016).

64  MGH DD O I, éd. Theodor Sickel, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1879-1884, no 406 (971), p. 553. À propos de la fondation des évêchés de Merseburg, Zeitz et Meißen, voir MGH D O I, op. cit., no 366, p. 502-503. Voir Schlesinger, Kirchengeschichte…, op. cit., p. 21 ; André Thieme, Manfred Kobuch, « Die Landschaft Nisan vom 10. bis 12. Jahrhundert – Siedlung, Herrschaft, Kirche », dans Uwe John, Karlheinz Blaschke (éd.), Geschichte der Stadt Dresden, vol. 1, Von den Anfängen bis zum Ende des Dreißigjährigen Krieges, Stuttgart, Theiss, 2005, p. 63-87.

65  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, op. cit., 1, 4(3), p. 6-8.

66  Réginon de Prüm, Chronicon, éd. Friedrich Kurze, MGH SS rer. Germ. 50, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1890, a. 892, p. 140. Voir Hanewinkel, Die politische Bedeutung…, op. cit., p. 114-115.

67  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, éd. Holtzmann, op. cit., 1, 9(6), p. 14.

68Ibid., 4, 5(4), p. 136.

69Ibid., 5, 36(22), p. 262. Voir Schlesinger, Kirchengeschichte…, op. cit., p. 74.

70  Christian Lübke, « Die Burg Meißen », dans Alfried Wieczorek, Hans-Martin Hinz (éd.), Europas Mitte um 1000. Beiträge zur Geschichte, Kunst und Archäologie. Handbuch zur Ausstellung, Stuttgart, Theiss, 2000, vol. 2, p. 701-702 ; Lübke, Regesten…, op. cit., vol. 2, no 28, p. 45 (avec références bibliographiques) ; Thieme, Kobuch, « Die Landschaft Nisan… », art. cité, p. 64 ; Eigenwill, « Beginn… », art. cité, p. 16-18 ; Bachrach, « Early Saxon Frontier Warfare… », art. cité, p. 49-50 ; von Richthofen, « Besunzane – Milzener – Sorben », art. cité, p. 14.

71  Schrage, « Zur Siedlungspolitik… », art. cité, p. 204.

72  Coblenz, « Archäologische Betrachtungen… », art. cité, p. 357.

73  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, op. cit., 1, 16(9), p. 22. Voir Lübke, Regesten…, vol. 2, op. cit., no 37, p. 56-57.

74  MGH D O II, éd. Theodor Sickel, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 1894, no 195, p. 222-223. Voir Schrage, « Zur Siedlungspolitik… », art. cité, p. 213, 222. Le pagus Dalaminza est mentionné comme étant sous la jurisdiction du comte Richtag en 983 dans MGH D O II, op. cit., no 270, p. 313-314.

75  Lübke, « Die Burg Meißen », art. cité, p. 701-702 ; Schmid-Hecklau, Die archäologischen Ausgrabungen…, op. cit., p. 14-17.

76  Gerhard Billig, « Die frühe Geschichte des Meißner Burgberges bis zum Ende des 12. Jahrhunderts », dans Im Zentrum der Macht. Meißner Burgberg und Wettiner im Mittelalter, Dresde, Sandstein, 2011, p. 12 ; Andreas Christl, « Zur Baugeschichte des Burgberges im Mittelalter », dans Im Zentrum der Macht…, op. cit., p. 17-22.

77  Billig, « Die frühe Geschichte… », art. cité, p. 12-13 ; Christl, « Zur Baugeschichte… », art. cité, p. 17-18.

78  Martina Kotková, « Keramik des Zabrušaner Kreises als Quelle für die Kontakte zwischen Sachsen und Nordwestböhmen im Frühmittelalter », Arbeits- und Forschungsberichte zur sächsischen Bodendenkmalpflege, no 48/49, 2006/2007, p. 139-153 ; id., Jan-Michael Lange, « Beziehungen zwischen Nordwestböhmen und dem sächsischen Elbtal im frühen Mittelalter anhand der Keramik des Zabrušaner Kreises », Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters, no 38, 2010, p. 43-83. La voie fluviale n’était pas nécessairement la plus utilisée ; on se déplaçait par voie terrestre. Voir Christian Zschieschang, Nadine Sohr, Martina Kotková, « Früh- und hochmittelalterliche Siedlung und Kommunikation im nordböhmischen Elbtal », Acta Onomastica, no XLVII, 2006, p. 497-507.

79  Walter Schlesinger croyait que les Daleminiciens avaient au départ fait partie des Sorabes, avant de s’émanciper de ces derniers. Il semble qu’aient existé à la fin du viiie siècle parallèlement plusieurs reges des Sorabes. Voir Schlesinger, « Die Verfassung… », art. cité, p. 12-13, 45-46. Voir aussi Brachmann, « Der “Limes”… », art. cité, p. 186. Selon Jan Brankačk, les Sorabes auraient déjà formé un groupe cohérent avant de s’installer dans la région entre Elbe et Saale. Voir Brankačk, « Betrachtungen… », art. cité, p. 392.

80  Simon Coupland, « The Frankish Tribute Payments to the Vikings and Their Consequences », Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, 26/1, 1999, p. 57-75 ; Timothy Reuter, « Plunder and Tribute in the Carolingian Empire », Transactions of the Royal Historical Society, 5/35, 1985, p. 75-94.

81Ibid., p. 78-83.

82  Brachmann, « Der “Limes”… », art. cité, p. 202-203. À propos des burgwards sur le territoire des Daleminciens, voir Gerhard Billig, Die Burgwardorganisation im obersächsisch-meißnischen Raum. Archäologisch-archivalisch vergleichende Untersuchungen, Berlin, Deutscher Verlag der Wissenschaften, 1989 ; id., « Zur Rekonstruktion der ältesten slawischen Burgbezirke im obersächsisch-meißnischen Raum auf der Grundlage des Bayerischen Geographen », Neues Archiv für sächsische Geschichte, 66, 1995, p. 27-67. À propos de l’intégration du territoire des Daleminciens dans l’orbe franc, voir Schrage, « Zur Siedlungspolitik… », art. cité, passim.

83  Voir Brankačk, « Betrachtungen… », art. cité, p. 412.

84  Bachrach appuie son argumentation sur les recherches archéologiques ; il cite plusieurs forteresses qui auraient été érigées dans la région suite à l’expédition d’Henri Ier en 929. Il se réfère à des fouilles récentes comme à d’autres plus anciennes. Voir Bachrach, Warfare…, op. cit., p. 30-32. Voir aussi Herrmann, « Der “Limes”… », art. cité, p. 135.

85  Widukind de Corvey, Rerum gestarum…, op. cit., 2, 20, p. 84. L’épisode aurait eu lieu en 939. Voir Schlesinger, « Die Verfassung… », art. cité, p. 22.

86  Schlesinger, « Die Verfassung… », art. cité, p. 11-12, 22.

87  Ernst Schwarz, « Deutsche und Sorben im Gau Daleminze », Zeitschrift für Ostforschung, 18, 1969, p. 239-261 ; Eigenwill, « Beginn… », art. cité, passim.

88  Brankačk, « Betrachtungen… », art. cité, p. 414-417.

89  Karl-Heinz Willroth, « DFG-Projekt : Die slawische Besiedlung an der unteren Mittelelbe. Untersuchungen zur ländlichen Besiedlung, zum Burgenbau, zu Besiedlungsstrukturen und zum Landschaftswandel. Einführung », Archäologisches Nachrichtenblatt, 12/3, 2007, p. 261-263.

90  Sébastien Rossignol, « Die Linonen zwischen Tat und Wort. Die Schriftquellen über die Entwicklung an der unteren Mittelelbe unter Berücksichtigung der interdisziplinären Forschungsergebnisse », dans Hans-Jürgen Beug et al. (éd.), Die slawische Besiedlung an der unteren Mittelelbe, Wiesbaden, Reichert, 2013, p. 135-136 ; id., « Aufstieg und Fall der Linonen. Misslungene Ethnogenese an der unteren Mittelelbe », dans Karl-Heinz Willroth, Jens Schneeweiß (éd.), Slawen an der Elbe, Neumünster, Wachholtz, 2011, p. 16-19 ; Felix Biermann, Norbert Goßler, « Zwischen Freund und Feind. Die Linonen und ihre Nachbarn im frühen und hohen Mittelalter », dans Felix Biermann, Thomas Kersting, Anne Klammt (éd.), Siedlungsstrukturen und Burgen im westslawischen Raum, Langenweißbach, Beier & Beran, 2009, p. 137-139.

91  Rossignol, « Die Linonen… », art. cité, p. 136 ; id., « Aufstieg… », art. cité, p. 19.

92  Janet L. Nelson, « Violence in the Carolingian World and the Ritualization of Ninth-century Warfare », dans Guy Halsall (éd.), Violence and Society in the Early Medieval West, op. cit., p. 90 ; Thomas Lienhard, « Les combattants francs et slaves face à la paix : crise et nouvelle définition d’une élite dans l’espace oriental carolingien au début du ixe siècle », dans François Bougard, Laurent Feller, Régine Le Jan (éd.), Les élites au haut Moyen Âge. Crises et renouvellements, Turnhout, Brepols, 2006, p. 253-263.

93  Thomas Scharff, Die Kämpfe der Herrscher und der Heiligen. Krieg und historische Erinnerung in der Karolingerzeit, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2002, p. 83-86, 103-105.

94  Lienhard, « Les combattants… », art. cité, p. 263.

95  Reuter, « Plunder… », art. cité, p. 76.

96Ibid., p. 76-78.

97Ibid., p. 78-80.

98  Widukind de Corvey, Rerum gestarum…, op. cit., 2, 30, p. 91-92. Les milites, frustrés de ne pas avoir reçu leur part du tribut (donativa vel tributaris premia), s’insurgent contre le margrave Gero. Voir Sébastien Rossignol, « Dominatio regionis. Die Politik der Ottonen gegenüber den Slawen an Elbe und Ostsee in komparatistischer Sicht. Ein Beitrag zum Projekt “Slawen an der unteren Mittelelbe” », Ethnographisch-Archäologische Zeitschrift, 48, 2007, p. 240-241.

99  Reuter, « Plunder… », art. cité, p. 87.

100  Scharff, Die Kämpfe…, op. cit., p. 171-174.

101  Reuter, « Plunder… », art. cité, p. 92-94. Selon Guy Halsall, cependant, les possibilités d’avancement et d’enrichissement par le butin avaient perdu en importance au ixe siècle par rapport à la période précédente. Halsall, Warfare…, op. cit., p. 90-91.

102  Biermann, Goßler, « Zwischen Freund… », art. cité, p. 147. Felix Biermann, Heike Kennecke, « Slawenzeitliche Burgen im Lenzener Raum – Lenzersilge, Lenzen-Neuehaus, Lenzen-Burgberg », dans Beug et al. (éd.), Die slawische Besiedlung an der unteren Mittelelbe, op. cit., p. 71. La plus ancienne forteresse de la région, Lenzen-Neuehaus, est datée par la céramique aux alentours de 800.

103  Rossignol, « Die Linonen… », art. cité, p. 139-140.

104  Biermann, Goßler, « Zwischen Freund… », art. cité, p. 141-149 ; Jens Schneeweiß, « Siedlungsgeschichtliche Forschungen am Höhbeck : Der slawische Burgwall im Elbholz », dans Felix Biermann, Thomas Kersting, Anne Klammt (éd.), Siedlungsstrukturen und Burgen im westslawischen Raum, Langenweißbach, Beier & Beran, 2009, p. 121-130 ; Biermann, Kennecke, « Slawenzeitliche Burgen… », art. cité, p. 72-74. À propos de la bataille de 929, voir Rossignol, « Die Linonen… », art. cité, p. 143-147, et Felix Biermann, « Die Schlacht bei Lunkini 929 », dans Beug et al. (éd.), op. cit., p. 151-158.

105  Heike Kennecke, « Die slawenzeitliche Befestigung von Lenzen an der Elbe », dans Willroth, Schneeweiß (éd.), Slawen an der Elbe, op. cit., p. 39-56 ; Biermann, Kennecke, « Slawenzeitliche Burgen… », art. cité, p. 75-76.

106  Rossignol, « Die Linonen… », art. cité, p. 147-148.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search