Version classiqueVersion mobile

Pillages, tributs, captifs

 | 
Rodolphe Keller
, 
Laury Sarti

L’économie du pillage et les prisonniers de guerre : Byzance, viie-xe siècle

Marilia Lykaki

Texte intégral

1Le pillage et la prise de butin ont un rôle important dans ce qu’on appelle l’économie de la guerre. Cette expression se réfère de manière générale aux méthodes de financement des forces armées, à la fourniture de l’équipement, à la logistique générale, comme par exemple le logement et la nourriture des soldats, et au support matériel des opérations militaires, qui est un des principaux enjeux. L’économie de guerre comporte aussi une dimension stratégique, lorsqu’il est question de compromettre le support matériel de l’adversaire. La destruction des ressources de l’ennemi est ainsi toujours un des buts principaux de la stratégie militaire.

  • 1  Three Byzantine Military Treatises, éd. George T. Dennis, Washington, Dumberton Oaks (CFHB, 25), 1 (...)

2Le phénomène du pillage a d’abord des aspects militaires et sociaux, mais il touche aussi à la diplomatie, à la culture et à la communication, puisqu’il donne lieu à des transferts tant matériels que culturels. Le butin a aussi son rôle à jouer dans l’organisation militaire de Byzance, en aidant à motiver les soldats de l’empire. Comme l’indique, au xe siècle, l’auteur du Περὶ παραδρομῆς πολέμου – un traité sur la guerre –, les soldats entrent en bataille en méprisant la mort afin de profiter du pillage. L’espoir de ramasser quelque richesse les aide à surmonter l’ennemi1.

  • 2  Pour le symbolisme du butin au Moyen Âge, voir Michael Jucker, « Le butin de guerre au Moyen Âge, (...)

3La dimension symbolique doit également être considérée. Lors d’une confrontation militaire, les êtres humains et leurs objets matériels ou sacrés se commercialisent et se transforment en symboles de pouvoir2. L’appropriation de reliques, d’objets sacrés, d’images des saints et d’œuvres d’art apportait un grand profit aux « infidèles », ou bien aux chrétiens qui pillaient l’empire. Ces objets du pillage démontraient le pouvoir du pilleur, autant qu’ils illustraient l’affaiblissement de la victime dépouillée. Un exemple classique en est la Vraie Croix, que l’armée du l’empereur sassanide Chosroès emporta dans son butin après avoir conquis Jérusalem. La relique représentait une monnaie d’échange en cas de négociations avec Byzance et une preuve du pouvoir perse. La reconquête de la Croix par Héraclius représenta un triomphe pour ce dernier. Un autre exemple du symbolisme du butin beaucoup discuté par les historiens est celui de la richesse accumulée par les croisés lors du pillage de Constantinople.

  • 3  Voir Anna Hadjinicolaou-Marava, Recherches sur la vie des esclaves dans le monde byzantin, Athènes (...)

4Le pillage ne se limite pas à l’appropriation des biens mais concerne aussi des personnes qui pouvaient être vendues en tant qu’esclaves. L’économie de l’esclavage est un sujet majeur qui a fait l’objet de plusieurs recherches3. Cette étude se concentrera davantage sur l’économie du pillage et le rôle des prisonniers de guerre dans la vie économique de Byzance.

5Notre recherche, qui s’étend du viie au xe siècle, commence à une époque où l’attitude à l’égard des prisonniers de guerre héritée du monde romain est en train de changer sous l’impact du christianisme ; elle se termine à une période où les échanges des prisonniers avec les Arabes, auparavant habituels, deviennent moins fréquents, et alors que les guerres avec les Bulgares battent leur plein. Il faudra préciser les inflexions que l’on peut constater en raison de ces évolutions.

6Nos sources sont surtout narratives et législatives ; parmi les premières, les sources hagiographiques fournissent des données d’un grand intérêt, car elles révèlent des situations que les sources officielles byzantines passent sous silence ou décrivent de façon lapidaire. En nous focalisant surtout sur la période méso-byzantine, nous allons commencer par aborder la question du pillage et du butin, pour passer ensuite au sujet des prisonniers de guerre et de leur apport financier.

Le pillage et le butin

  • 4  Dagron, Mihaescu (éd.), Le traité sur la guérilla…, op. cit., p. 234.
  • 5  Constantin VII Porphyrogenète, Constantine Porphyrogenitus Three Treatises on Imperial Military Ex (...)

7L’appropriation des dépouilles adverses sur les champs de bataille et le pillage de la campagne étaient, pour une armée médiévale, la principale façon de gagner du butin aux frais de l’ennemi, tout en détruisant sa base économique. Une armée impériale en campagne bénéficiait certes, pendant l’époque méso-byzantine, d’un système sophistiqué d’approvisionnement. Ainsi, les traités de Constantin VII Porphyrogénète, rédigés au milieu du xe siècle, érigent en devoir pour chaque province de fournir aux armées une certaine quantité de nourriture et d’animaux de bât4. Le rôle du butin n’était pas pour autant négligeable. Le même Constantin Porphyrogénète raconte que les biens pillés les plus importants sont présentés en parade dans la capitale de l’empire avec les plus illustres prisonniers agarènes5. Cela montre l’importance du butin acquis dans la bataille en tant que démonstration de pouvoir et moyen de soulever le moral de l’armée et du peuple.

  • 6  Maurice, Das Strategikon des Mauriκios, éd. George T. Dennis, E. Gamillscheg, Vienne, Österreichis (...)

8Les sources byzantines décrivent les différentes actions de dévastation, de pillage ou bien de partage du butin par le verbe σκυλεύειν, employé depuis le Stratigikon de Maurice, le plus ancien des manuels techniques sur la guerre (fin du vie siècle), jusqu’à la fin de l’ère byzantine6. On trouve aussi le mot λάφυρα qui décrit dès l’époque classique le butin et oppose les biens aux personnes vivantes. Enfin, les mots λεία et πραῖδα désignent les opérations de razzia et de pillage.

9La forme la plus simple de pillage consistait en une simple opération de ravitaillement, menée d’ordinaire par la cavalerie, souvent à proximité de l’adversaire. On peut imaginer que la faim, le salaire modeste des soldats et la dureté de leur vie les amenaient souvent à multiplier ces opérations, afin d’améliorer leur quotidien. Les objectifs étaient donc variés : ils pouvaient aller du simple approvisionnement de l’armée en campagne à la destruction des ressources d’un pays où l’adversaire était susceptible de séjourner.

  • 7  Ecloga. Das Gesetzbuch Leons III. und Konstantinos V., éd. Ludwig Burgmann, Francfort-sur-le-Main, (...)

10La réglementation militaire du pillage est relativement restreinte : elle se limite à la protection des lieux de culte et au respect des cadavres. En revanche, le partage du butin est un acte ayant une base juridique solide. Conséquence légale de la victoire, il est réglementé dans le dernier chapitre de l’Éclogue des empereurs Léon III et Constantin V (Περί διαχωρισμού των σκύλων [Sur la division du butin])7. Après la référence habituelle à Dieu pourvoyeur de victoire, les législateurs ordonnent

que la sixième part du butin soit réservée au fisc et le reste sera attribué en parties égales à tous les combattants, au grand comme au petit. Car aux officiers suffit l’avantage qu’ils tirent de leur solde. S’il en est parmi eux qui se soient conduits valeureusement, leur général respectif doit attribuer à eux une part prélevée sur la sixième susdite partie réservée au fisc. Ainsi ils seront honorés convenablement. Enfin, ceux qui sont préposés à la garde des bagages recevront une part proportionnelle du butin, cela conformément à l’inventaire.

11On trouve dans ce passage les éléments essentiels de la législation sur le partage du butin. Cette pratique favorisait la poursuite de la guerre de deux points de vue : en permettant le financement central des frais des expéditions et en motivant les soldats.

  • 8  Comme l’Ecloga privata aucta du ixe siècle, ou le Prochiron de Basile, Léon et Constantin.
  • 9  Alphonse Dain, « Le partage du butin de guerre d’après les traités juridiques et militaires », dan (...)
  • 10  Th. Capidan, « À propos de πλιάτσκα (πλιάτσικα), “butin”, et des mots apparentés », Byzantion, 13, (...)

12Les sources juridiques postérieures8 reprennent les dispositions de l’Éclogue, ce qui montre que l’empire conserva la même politique sur ce sujet au cours des siècles. Ce paragraphe de l’Éclogue a été aussi traduit en slavon au plus tard au xe siècle et reçu en Bulgarie puis en Russie9. L’influence byzantine en ce domaine ne s’arrête pas là. Un nouveau mot d’origine grecque est arrivé par les Balkans pour désigner l’action de faire du butin : πλιάτσικο10.

  • 11  Léon VI, The Taktika of Leo VI. Text, Translation and Commentary, éd. George Dennis, Washington, D (...)
  • 12  Ibid., 384, p. 27-32 : Καὶ πῶς γὰρ οὐ δίκαιον τοῖς εἰρημένοις ἀπὸ τῶν πολεμίων σκύλοις τοὺς ἀριστε (...)

13On trouve les mêmes conseils pour le partage du butin, mais en paraphrase, dans les Taktika de Léon VI. Selon l’empereur, le butin comprenait, outre les prisonniers dont il sera question plus loin, les bagages des ennemis, l’équipement, les biens provenant des agglomérations et des forteresses11. Les auteurs du pillage pouvaient garder à titre personnel la part qui leur revenait. Dans la pratique, le butin était d’ordinaire partagé entre les unités militaires, chaque combattant touchant le fruit de la vente du lot commun. Ainsi, le partage du butin était une façon de récompenser le soldat victorieux. Aux dires de Léon VI : « N’est-il pas juste que les braves jouissent des dépouilles de l’ennemi ? On voit que les chasseurs donnent la curée à leurs chiens en leur livrant le sang et les entreilles des bêtes prises. Ainsi l’armée marchera volontiers dans la guerre12. » Il ne dit rien de plus précis sur le partage légal, laissant supposer que la répartition reste au bon vouloir du général.

  • 13  John F. Haldon, Hugh Kennedy, « The Arab-Byzantine Frontier in the 8th and 9th Centuries: Military (...)
  • 14  Marius Canard, « La prise d’Héraclée et les relations entre Hârun al-Rashîd et l’empereur Nicéphor (...)
  • 15  Athina Kolia-Dermitzaki, « Some remarks on the fate of prisoners of war in Byzantium (9th-10th Cen (...)

14Le pillage pouvait intervenir dans un contexte de guerre, mais aussi dans le cadre de razzias ou d’actes de piraterie. Cette dernière est pratiquée notamment par les Arabes d’Espagne qui capturent la population byzantine pour sa valeur commerciale. Les razzias terrestres exercées par l’infanterie deviennent un élément central de la stratégie des forces arabes aux ixe et xe siècles en Asie Mineure13, qui reculent après avoir capturé la population des villes byzantines ; on peut ainsi mentionner l’attaque sur Héraclée et la réduction de sa population en esclavage14. Les razzias aux dépens de la population byzantine se pratiquaient au xe siècle également dans les Balkans15.

  • 16  Dēmētrios S. Sophianos, Όσιος Λουκάς. Ο Βίος του οσίου Λουκά του Στειριώτη, Athènes, Αγιολογική Βι (...)

15Ces opérations militaires avaient des conséquences économiques, comme le montrent abondamment les sources hagiographiques. Dans la Vie de Luc le Jeune, par exemple, on lit qu’un envoyé impérial intervient et procède à un nouveau partage des terres au sein d’un village de Phokis, à cause de l’opposition des villageois à l’installation d’une famille qui fuit les attaques pirates arabes de l’île d’Égine. Les déplacements continus à cause des razzias provoquaient ainsi la nécessité de redistribuer les terres, ce qui est un fait d’importance majeure pour l’économie paysanne. Le même texte nous informe aussi sur les ravages des Bulgares. Beaucoup de captifs sont pris, tués ou réduits en esclavage16.

  • 17  Christianou Papaoikonomoy, Ο πολιούχος του Άργους, Άγιος Πέτρος επίσκοπος Άργους ο Θαυματουργός, A (...)

16De même, la Vie de Pierre, évêque d’Argos nous fournit des images du pillage pendant le xe siècle17. Elle décrit des razzias par les pirates arabes venant de l’île de Crète et la conquête du Péloponnèse par les « barbares » bulgares. Pendant cet événement, qui a duré trois ans, la population du Péloponnèse souffrait de famine. Le récit nous donne l’image d’une terre détruite, de lieux pleins de cadavres, de personnes affaiblies qui mangeaient les racines des plantes ou des herbes. On apprend aussi la tactique des pirates de Crète qui vivaient de la prédation. Leurs navires harcelaient pendant la nuit la population des îles, pillant les villages et les villes à proximité de la côte. Ils n’hésitaient pas à tuer ou prendre des esclaves pour les vendre. Ainsi, ils vinrent à Nauplion pour vendre leurs captifs à l’évêque d’Argos. Ce type de commerce était assez fréquent, bien que les navires byzantins aient fait des patrouilles afin de chasser les pirates et les arrêter.

  • 18  Al-Balādhurī, Kitb Futḥ al-Buldn, éd. Michael Jan De Goeje, Leyde, 1968, p. 133.
  • 19  Michel le Syrien, Chronique de Michel le Syrien patriarche jacobite d’Antioche (1169-1199), éd. Je (...)
  • 20  Ibn Ḥawḳal, Kit ṣrat al-ar (bga 3), éd. Johannes H. Kramers, Gaston Wiet, Beyrouth, 1964, p. 20 (...)

17Les sources arabes nous informent sur les razzias organisées par les Byzantins. La marine les perpétuait en Syrie, en Palestine et même en Égypte, comme le relate Al-Balādhurī pour l’année 71018. En plus, Michel le Syrien écrit, sur le règne de Théophile19 : « À cette époque les Romains vinrent à Antioche par mer jusqu’au port ; ils pillèrent des marchands, firent des captifs et repartirent sur leurs navires. » De même, Ibn Ḥawḳal en 988, dans sa description de la Méditerranée, relate : « À notre époque, les Byzantins se sont acharnés à tenter des descentes sur le littoral de la Syrie et les plages de l’Égypte. Ils pourchassent les navires des riverains sur toutes les côtes et les capturent partout20. »

  • 21  Histoire de Yahy-ibn-Sa’d d’Antioche, continuateur de Sa’d-ibn-Bitriq, éd. et trad. en français (...)

18Le but des assauts byzantins était exactement le même que celui des Arabes : le rapt de civils qui étaient amenés à Constantinople où ils étaient vendus ou gardés pour l’échange ; en témoignent Léon VI dans ses Taktika et Hâroûn-ibn-Yahya qui raconte son arrivée à la cour byzantine en tant que captif enlevé à Ashkelon21.

  • 22  Aleksandr A. Vasiliev, Henri Grégoire, Marius Canard (éd.), Byzance et les Arabes, vol. 1, La dyna (...)
  • 23  Comme par exemple les vies de Luc le Stereiote, Josèphe l’Hymnographe, Blaise d’Amorion, Athanasie (...)

19Les Byzantins avaient la même politique en Asie Mineure. En 855, ils attaquèrent la ville Anazarbe en Cilicie en capturant des femmes, des enfants et des troupeaux22. De même, en 942-943, une force byzantine arriva à Amida (Diyarbakir) et captura un grand nombre d’habitants avant de dévaster toute la région. Al-Mukaddasi décrit également comment les navires byzantins amènent des prisonniers arabes en Palestine pour échange ou rachat (trois pour 100 dinars). Le motif de ces actes de rapt était, donc, la valeur marchande des personnes enlevées, qui se traduisait par d’importants profits si les familles les rachetaient. Plusieurs récits dans les Vies des saints attestent de cette pratique23. Il s’agit là de rachats individuels qui diffèrent des échanges organisés par le pouvoir public.

  • 24  On voit l’écho de cet esprit dans le poème de Théodose le Diacre pour la capture de l’île de Crète (...)
  • 25  Ioannes Skylitzès, Synopsis historiarum, éd. Ioannes Thurn, Berlin/New York, De Gruyter (CFHB, 5), (...)
  • 26  Sylloge Tacticorum quae olim « Inedita Leonis Tactica » dicebatur, éd. Alphonse Dain, Paris, 1938, (...)

20Les sources historiques traitent des prises de prisonniers de guerre, des sièges de villes et des occupations de territoires comme relevant du droit de guerre (jus belli), qui émane du jus gentium élaboré au vie siècle et qui traite de l’occupation des villes et de la captivité24. L’expression νόμῳ πολέμου, que l’on trouve souvent dans les sources, renvoie à ce corpus normatif. Ainsi, Ioannes Skylitzès justifie par le jus belli la prise des prisonniers agarènes et la mise à mort de l’ennemi lors de la campagne de Ioannès Tzimiskès en Cilicie en 96325. De même, Léon VI utilise cette phrase quand il décrit le comportement d’un général après le siège d’une ville26.

  • 27  Anastase le Sinaïte, Sermones duo in constitutionem hominis secundum imaginem dei necnon opuscula (...)

21Si la capture d’être humains est parfaitement légitime, quelques voix ecclésiastiques, comme celles d’Anastase le Sinaïte et plus tard du patriarche Nikolaos Mystikos, demandent le respect des prisonniers, surtout chrétiens, ou la modération pendant le ramassage du butin, sans mettre en question le droit du vainqueur27.

22Concrètement, le destin des non-combattants semble rester à la discrétion de l’empereur. Par exemple, l’empereur Nicéphore Phokas (963-969), en occupant après un longue siège la ville de Tarse en Cilicie (965), conclut un accord pour le départ des habitants avec leurs seuls vêtements. Seulement après l’armée byzantine commença le pillage. En revanche, selon al-Ṭabarī, l’empereur Théophile captura la ville de Sozopetra en Asie Mineure, tua tous les hommes et brûla les non-combattants avec la ville.

  • 28  Ioannes Cameniates, De expugatione Thessalonicae, Berlin/New York, G. Böhlig, 1973.
  • 29  Quelques exemples des villes assiégées répétitivement, détruites et reconstruites, sont la ville d (...)

23Un témoignage important sur le sujet vient de la narration de Kaminiatès qui fut capturé avec sa famille après le siège de Thessalonique par les Arabes en 90428. Il s’agit d’une ville d’importance économique et politique majeure grâce à son port et sa proximité avec Constantinople. Le but de cette campagne, dans le contexte de la guerre arabo-byzantine, n’était pas seulement l’appropriation de sa grande richesse mais aussi une démonstration symbolique du pouvoir. La destruction des moyens productifs d’une ville, y compris du peuple qui travaillait, la contamination de l’eau potable, le pillage total et la destruction de la terre aboutissaient au déclin de l’économie de la ville ; en revanche, sa reconstruction donnait des occasions de charité et d’enrichissement. Ainsi la capture d’une ville fut, pour les vainqueurs, une source tant d’approvisionnement pour la continuation de la guerre que de compensation pour les soldats. Les exemples de destruction des villes en Asie Mineure sont nombreux, surtout en comparaison avec la région des Balkans. Mais la reconstruction devait parfois faire suite, pour assurer l’avenir29.

Les prisonniers de guerre

24Quand on parle des prisonniers de guerre, on se réfère à un ensemble qui regroupe des catégories diverses. Il peut s’agir de populations civiles soumises dans le cadre d’épisodes belliqueux, ou de soldats participant à une bataille. Les prisonniers issus d’actes de piraterie, de razzias, d’opérations militaires, de la capture de la population d’une ville après une défaite, et ainsi de suite, constituent autant de catégories différentes par rapport au conquérant qui acquiert le pouvoir sur eux : les guerriers, les pirates ou l’État.

25La captivité est une situation transitoire qui conduit soit à l’esclavage, soit à la libération. Pendant ce temps d’incertitude, on voit les captifs assumer des rôles divers. Il nous faudra y revenir. Il est également intéressant de considérer l’argent qui circule autour des prisonniers de guerre, car le commerce, le rachat ou la rançon sont des actions financières qui sont souvent au cœur de la situation de ces captifs. Enfin, la question de l’insertion des prisonniers de guerre dans la vie économique et du rôle productif qu’ils peuvent y assumer devra également être abordée.

  • 30  Photios, Nomocanon, éd. G. A. Rhalles, M. Potles, Σύνταγμα των θείων και ιερών κανόνων, Athènes, Μ (...)

26La rançon individuelle des prisonniers de guerre était pratiquée depuis l’époque romaine tardive ; elle est reconnue notamment dans deux Novelles de Justinien (120 et 131). L’Église, avec son caractère philanthropique, collaborait avec l’État sur ce sujet. Selon des canons et des lois, elle pouvait vendre sa vaisselle précieuse afin de réunir l’argent pour le rachat des chrétiens en captivité, mais en même temps elle pouvait hériter du patrimoine de ceux qui étaient morts en captivité, à condition que les biens ne soient pas revendiqués par la famille30.

  • 31  Voir Al-Muqaddasī, Description de l’Occident musulman aux ive-xe siècles, éd. Charles Pellat, Alge (...)

27Une particularité de la période étudiée réside dans la fréquence croissante d’échanges de prisonniers, qui deviennent le moyen le plus commun de libération pour ceux-ci. C’est une évolution de la diplomatie byzantine intervenue surtout pendant les guerres contre les Arabes. Cette procédure est décrite dans les sources par le mot ἀλλάγια (échanges) qui peut avoir lieu dans le cadre d’un traité de paix ou d’une trêve. Les sources sur des tels échanges viennent surtout du côté non byzantin, ce qui s’explique peut-être par le fait que les Byzantins ne souhaitent pas faire une publicité excessive à ce genre d’échanges31, bien qu’ils deviennent très fréquents.

  • 32  Cette attitude est attestée aussi dans les Vies des saints. La narration du miracle du dragon de T (...)
  • 33  Léon VI, Taktika, op. cit., Const., XVI, p. 38448-38655 : Τοὺς δὲ αἰχμαλώτους πρὸ τοῦ τελείως κατα (...)
  • 34  Sylloge Tacticorum…, op. cit., p. 99.50.8 : Τῶν μέντοι πολεμίων μὴ κατανευόντων πρὸς ταῦτα μηδὲ τὴ (...)

28L’attitude de Byzance à l’égard des prisonniers variait toutefois selon l’occasion. Les Taktika conseillent de tuer les prisonniers quand cela est nécessaire pour le bon déroulement de la guerre32. Si le général n’arrive pas à persuader l’ennemi de se soumettre, il doit tuer tous les prisonniers afin de casser leur moral33. Même en cas de victoire, certains textes indiquent de laisser vivre les plus prestigieux des prisonniers et de laisser mourir les autres34. Il apparaît donc que seuls les prisonniers les plus importants, comme les officiers et les fonctionnaires d’État, étaient gardés pour les échanges. Dans le cas où les deux parties disposaient d’un nombre inégal de prisonniers, la différence était compensée par une somme d’argent.

  • 35  Dimitrios Letsios, « Die Kriegsgefangenschaft nach Auffassung der Byzantiner », Byzantinoslavica, (...)

29Au fil du temps, le problème des prisonniers préoccupa de plus en plus les Byzantins, comme le montrent les lois rédigées afin d’affronter des problèmes quotidiens comme le mariage, les enfants, l’héritage et le statut civil des prisonniers durant leur captivité35.

30Sur le front des Balkans, les ennemis de Byzance étaient païens jusqu’au ixe siècle. À la différence du front arabe, il y avait ici lieu de mener une politique de christianisation. Le traitement des prisonniers de guerre était ici associé à ce but. La législation byzantine témoigne de la persistance de la coutume de réduire surtout des Bulgares en esclavage aux xe et xie siècles.

  • 36  Helga Köpstein, « Einige Aspekte des byzantinischen und bulgarischen Sklavenhandels im X. Jahrhund (...)

31La Novelle de Jean Ier Tzimiskès (entre 972 et 975) fixe une taxe que les soldats doivent payer lorsqu’ils vendent les prisonniers de guerre qu’ils ont réduits en esclavage à une personne hors de l’armée. C’est une source d’argent pour le soldat et pour le fisc, mais Helga Köpstein y voit aussi un témoignage de la lutte du pouvoir impérial contre les puissants36.

32La Novelle traite des prisonniers de guerre qui appartiennent à titre privé aux soldats qui les ont capturés (infanterie ou marine), en précisant que ce sont les captifs bulgares. Ainsi la règle des Lois militaires promulguées avec l’Éclogue, selon laquelle les prisonniers de guerre ne font pas partie du butin et doivent être gardés pour un échange, n’est pas appliquée au xe siècle aux Bulgares. En effet, la prise des captifs et leur réduction en esclavage semblent être la règle dans les Balkans jusqu’au xie siècle, bien que les Bulgares soient alors chrétiens.

33Si un grand nombre de simples prisonniers furent rachetés par leurs familles, l’État ou l’Église, d’autres furent vendus en tant qu’esclaves. Le prix d’un esclave variait – pour les adultes – de 20 à 70 nomismata selon leurs capacités. En tant que marchandise, les captifs constituaient une source de richesse personnelle pour les guerriers, mais aussi pour l’État, qui en tirait un bénéfice à travers les prélèvements fiscaux.

  • 37  Leges militares, éd. E. Korzensky, Jus Grecoromanus, Athènes, 1931, XLVIII, 2.
  • 38  Théophane, par exemple, en racontant la campagne d’Héraclius contre les Perses, écrit que, quand l (...)

34Néanmoins, la pratique de la vente n’est pas systématique, une grande partie des captifs étant préservés pour d’autres usages. En particulier, les échanges de captifs réduisent, au fur et à mesure, la place de la guerre comme moyen d’approvisionnement en esclaves. Les Lois militaires37 notent clairement que les prisonniers de guerre ne faisaient pas partie du butin : le stratège devait les garder auprès de lui et les expédier à l’empereur pour servir à des échanges. Les sources narratives et hagiographiques confirment ces dispositions, puisque de nombreux récits laissent entendre que les deux côtés gardaient leurs captifs pour les échanger38.

  • 39  Sophia Patoura, Οι αιχμάλωτοι ως παράγοντες επικοινωνίας και πληροφόρησης (4ος-10ος αι.) [Les pris (...)

35Les prisonniers de guerre doivent être vus aussi sous le prisme de la transmission de savoir-faire et de main-d’œuvre, sans négliger la transmission de la culture et des idées, puisqu’ils sont fréquemment employés en tant qu’artisans, soldats, domestiques, espions et traducteurs pendant leur captivité. De nombreux prisonniers byzantins étaient utilisés aussi pour leur expérience dans le domaine de l’administration, de la construction et de l’armée. De plus, dans certains cas, des populations enlevées des villes étaient employées par l’empereur byzantin dans la production agricole39. Même pendant leur captivité, les prisonniers peuvent ainsi être mis à profit dans un but productif.

  • 40  Rotman, Les esclaves et l’esclavage…, op. cit., p. 74.

36Enfin, on observe de véritables processus d’intégration des captifs dans la société byzantine. Dans le contexte du combat contre les Arabes, qui avait une forte dimension religieuse, la conversion au christianisme et le mariage avec une femme byzantine permettaient aux captifs musulmans d’être libérés et acceptés par la société byzantine40. Pour l’État byzantin, c’était une façon de mettre à profit la capture d’ennemis qu’il n’échangeait pas.

Pour conclure, les exemples proposés ici permettent de donner quelques éléments sur la perception méso-byzantine du pillage et du traitement des prisonniers de guerre en tant que butin. La contribution de ces deux aspects à l’économie de la guerre fut importante. Les traités juridiques et militaires qui mentionnent l’action de piller pendant une guerre et les résultats de cette action se font l’écho de la législation de l’Éclogue. Les sources historiographiques et hagiographiques montrent cependant que l’attitude des acteurs à l’égard du butin matériel et humain dépendait fortement des circonstances et de la situation militaire et financière de l’empire.

  • 41  Savvas Kyriakidis, « The Division of Booty, in Late Byzantium: 1204-1453 », Jahrbuch der Österreic (...)

37Notre dossier permet également de constater certaines évolutions. Au cours du temps et pendant la période tardive de l’empire, le butin devint une pratique fondamentale pour la survie de l’armée byzantine. Quand le système logistique d’approvisionnement des troupes se délitait, le pillage leur fournissait l’essentiel. En outre, le déclin économique de Byzance tardive renforçait le rôle du butin dans la maintenance des soldats. Le pillage a alors progressivement cessé de constituer une source complémentaire d’enrichissement, devenant essentiel pour nourrir l’armée tout en épuisant les ressources de l’ennemi. De plus, lorsque l’empire commença à recruter des mercenaires en quantité croissante, le butin joua aussi un rôle pour leur motivation41. La prédation devint alors, de plus en plus, un facteur essentiel dans la capacité du pouvoir byzantin à disposer des forces armées nécessaires pour sa survie.

Notes

1  Three Byzantine Military Treatises, éd. George T. Dennis, Washington, Dumberton Oaks (CFHB, 25), 1985, p. 180153-155 : ὁρμήσουσι καὶ αὐτοὶ θανάτου καταφρονοῦντες εἰς ἁρπαγὴν τῶν λαφύρων διὰ τὴν τοῦ κέρδους ἐλπίδα· καὶ περιγένωνται τούτων τῇ τοῦ Χριστοῦ χάριτι ῥαδίως ; voir Gilbert Dagron, Haralambie Mihaescu (éd.), Le traité sur la guérilla (De velitatione) de l’empereur Nicéphore Phocas (963-969), Paris, CNRS Histoire, 1986, p. 234.

2  Pour le symbolisme du butin au Moyen Âge, voir Michael Jucker, « Le butin de guerre au Moyen Âge, aspects symboliques et économiques », Francia, 36, 2009, p. 113-134.

3  Voir Anna Hadjinicolaou-Marava, Recherches sur la vie des esclaves dans le monde byzantin, Athènes, Imprimerie de l’Institut français d’Athènes (Collection de l’Institut français d’Athènes, 45), 1950 ; Nicolas Oikonomidès, « Les douloparèques byzantins », Symmeikta, 5, 1983, p. 295-302 ; Christine Angelidi, « Esclaves à Constantinople au xe siècle : le témoignage de la Vie de saint Basile le Jeune », Symmeikta, 6, 1985, p. 33-51 ; Michael McCormick, Origins of the European Economy. Communications and Commerce AD 300-900, Cambridge, Cambridge University Press, 2001 ; Youval Rotman, Les esclaves et l’esclavage. De la Méditerranée antique à la Méditerranée médiévale (vie-xie siècles), Paris, Les Belles Lettres, 2004 ; Angeliki Laiou, Cécile Morrisson, The Byzantine Economy, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

4  Dagron, Mihaescu (éd.), Le traité sur la guérilla…, op. cit., p. 234.

5  Constantin VII Porphyrogenète, Constantine Porphyrogenitus Three Treatises on Imperial Military Expeditions, éd. John F. Haldon, Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften (CFHB, 28), 1990, p. 140,142 : ἐν δὲ τῷ λιβαδίῳ τῷ ἔξω τῆς χρυσῆς πόρτης ἐπήγησαν τένται, καὶ διεπέρασαν ἀπὸ Ἱερείας ἐκεῖσε τοὺς εὐγενεῖς καὶ ἐμφανεῖς τῶν αἰχμαλώτων Ἀγαρηνῶν καὶ τὰ ἐξαίρετα τῶν λαφύρων τοῦ πολέμου, φλαμούλων τε καὶ ἀρμάτων, καὶ ἐν ταῖς τέντεσιν ἔνδον ἀποτεθέντα διῃρέθησαν […].

6  Maurice, Das Strategikon des Mauriκios, éd. George T. Dennis, E. Gamillscheg, Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften (CFHB, 17), 1981, livre VII, chap 14, p. 240.

7  Ecloga. Das Gesetzbuch Leons III. und Konstantinos V., éd. Ludwig Burgmann, Francfort-sur-le-Main, Löwenklau-Gesellschaft, 1983, p. 244, 18 : Τοὺς ἐξερχομένους εἰς ἐχθροὺς ἐπὶ πολέμῳ φυλάξαι δεῖ ἑαυτοὺς ἀπὸ παντὸς πονηροῦ ῥήματος καὶ πράγματος καὶ πρὸς μόνον τὸν Θεὸν τὸν νοῦν αὐτῶν ἔχειν καὶ τὴν δέησιν καὶ μετὰ συμβουλίας ποιῆσαι τὸν πόλεμον· βοήθεια γὰρ ἐκ Θεοῦ δίδοται μετὰ καρδίας βουλευτικῆς· οὐκ ἐν πλήθει γὰρ δυνάμεως νίκη πολέμου, ἀλλ’ ἐκ Θεοῦ ἡ ἰσχύς. τοῦ δὲ Θεοῦ παρέχοντος νίκην τὸ ἕκτον μέρος ἀφιεροῦσθαι δεῖ τῷ δημοσίῳ καὶ τὸ λοιπὸν πᾶν μέτρον ἅπαντας τοὺς τοῦ λαοῦ ἐξ ἴσης καὶ ἐφ’ ἴσης μοίρας μερίζεσθαι, τὸν μέγαν καὶ τὸν μικρόν. ἀρκεῖ γὰρ τοῖς ἄρχουσιν ἡ προσθήκη τῶν ῥογῶν αὐτῶν. εἰ δὲ εὑρεθῶσί τινες ἐκ τῶν αὐτῶν ἀρχόντων ἀνδρείως φερόμενοι, ὁ εὑρισκόμενος στρατηγὸς ἐκ τοῦ εἰρημένου ἕκτου μέρους τοῦ δημοσίου ἵνα παράσχῃ καὶ κατὰ τὸ πρέπον συγκροτήσῃ αὐτούς. κατὰ δὲ τὴν μερίδα τοῦ εὑρισκομένου εἰς τὸν πόλεμον οὕτως ἔστω κατὰ τὸ γεγραμμένον καὶ ἡ μερὶς τῶν ἐν τοῖς τούλδοις ἀπερχομένων.

8  Comme l’Ecloga privata aucta du ixe siècle, ou le Prochiron de Basile, Léon et Constantin.

9  Alphonse Dain, « Le partage du butin de guerre d’après les traités juridiques et militaires », dans Actes du VIe congrès international d’études byzantines (Paris, 27/7-2/8 1948), Paris, École pratique des hautes études, 1950, p. 347-354. Sur la contribution d’Alphonse Dain, on peut consulter, dans le même ouvrage, la note de Heinrich Felix Schmid, « Le partage du butin dans le soi-disant plus ancien code slave, la “Loi pour juger les gens” (Zakon soudnyi ljudem) », dans ibid., p. 353-354.

10  Th. Capidan, « À propos de πλιάτσκα (πλιάτσικα), “butin”, et des mots apparentés », Byzantion, 13, 1938, p. 745-748.

11  Léon VI, The Taktika of Leo VI. Text, Translation and Commentary, éd. George Dennis, Washington, Dumbarton Oaks (CFHB, 49), 2010, Const., XVI, 382, p. 24-25 : εἲτε ἀποσκευαί εἰσίν εἲτε τὸ τοῦλδον, εἲτε πόλις κάστρον τι ἔτερον.

12  Ibid., 384, p. 27-32 : Καὶ πῶς γὰρ οὐ δίκαιον τοῖς εἰρημένοις ἀπὸ τῶν πολεμίων σκύλοις τοὺς ἀριστεύσαντας στρατιώτας φιλοτιμεῖσθαι ; ὁρῶμεν γὰρ ὅτι καὶ τοὺς κυνηγετικοὺς κύνας οἱ κυνηγοὶ τοῦ θηρευομένου ζώου τῷ αἵματι, καί ποτε καὶ τοῖς ἐντοσθίοις δελεάζειν ἀναγκαῖον ποιοῦνται, ἵνα προθυμοτέρους καὶ πάλιν εἰς τοὺς ἀγῶνας τῆς θήρας ποιήσωσιν· οὕτως γὰρ μάλιστα, εἰ καὶ μήπω τέλος δέξηται πόλεμος, προθυμότερος στρατὸς πρὸς τὰς μάχας γενήσεται.

13  John F. Haldon, Hugh Kennedy, « The Arab-Byzantine Frontier in the 8th and 9th Centuries: Military Organization and Society in the Borderlands », Zbornik Radova, 19, 1980, p. 76-116 ; voir aussi Walter E. Kaegi, Byzantium and the Early Islamic Conquests, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

14  Marius Canard, « La prise d’Héraclée et les relations entre Hârun al-Rashîd et l’empereur Nicéphore Ier », Byzantion, 32, 1962, p. 345-379.

15  Athina Kolia-Dermitzaki, « Some remarks on the fate of prisoners of war in Byzantium (9th-10th Centuries) » dans Giulio Cipollone (éd.), La liberazione dei «Captivi» tra Cristianità e Islam. Oltre la crociata e il gihad: tolleranza e servizio umanitario, Città del Vaticano, Archivio segreto vaticano, 2000, p. 606-611 ; Yanko M. Hristov, « Prisoners of War in Early Medieval Bulgaria (preliminary remarks) », Studia Ceranea, 5, 2015, p. 73-105.

16  Dēmētrios S. Sophianos, Όσιος Λουκάς. Ο Βίος του οσίου Λουκά του Στειριώτη, Athènes, Αγιολογική Βιβλιοθήκη [Bibliothèque archéologique], 1989, p. 145-148.

17  Christianou Papaoikonomoy, Ο πολιούχος του Άργους, Άγιος Πέτρος επίσκοπος Άργους ο Θαυματουργός, Athènes, 1908, p. 35-55. Voir aussi Alexander Vasiliev, « The “Life” of St Peter of Argos and its historical significance », Traditio, 5, 1947, p. 163-191.

18  Al-Balādhurī, Kitb Futḥ al-Buldn, éd. Michael Jan De Goeje, Leyde, 1968, p. 133.

19  Michel le Syrien, Chronique de Michel le Syrien patriarche jacobite d’Antioche (1169-1199), éd. Jean-Baptiste Chabot, Paris, E. Leroux, 1963, vol. 3, XII, 21, p. 100.

20  Ibn Ḥawḳal, Kit ṣrat al-ar (bga 3), éd. Johannes H. Kramers, Gaston Wiet, Beyrouth, 1964, p. 205.

21  Histoire de Yahy-ibn-Sa’d d’Antioche, continuateur de Sa’d-ibn-Bitriq, éd. et trad. en français Ignace Kratchkovsky, Alexander Vasiliev, Paris, Firmin-Didot (Patrologia Orientalis, 18), vol. 2, 1957, p. 382-394.

22  Aleksandr A. Vasiliev, Henri Grégoire, Marius Canard (éd.), Byzance et les Arabes, vol. 1, La dynastie d’Amorium (820-867), Bruxelles, Institut de philologie et d’histoire orientales (Corpus Bruxellense Historiae Byzantinae), 1935, p. 201.

23  Comme par exemple les vies de Luc le Stereiote, Josèphe l’Hymnographe, Blaise d’Amorion, Athanasie d’Égine, Nahum, Nil de Rossano, Ioannikios, les miracles de saint Démétrius et autres. Voir Marilia Lykaki, Les prisonniers de guerre dans l’empire byzantin (vie-xie) : l’Église, l’État, la diplomatie et la dimension sociale, thèse de doctorat, Athènes, EHESS/Université nationale et capodistrienne d’Athènes, 2016, p. 164-187 (http://thesis.ekt.gr/thesisBookReader/id/37409#page/1/mode/2up).

24  On voit l’écho de cet esprit dans le poème de Théodose le Diacre pour la capture de l’île de Crète. Il complimente l’empereur pour avoir tué des femmes âgées, des mères et des enfants : Theodosii Diaconi de Creta capta, éd. Hugo Criscuolo, Leipzig, Teubner, 1979, p. 1-39. Sur la notion de la guerre juste : Georges Michaelidès-Nouaros, « Ο δίκαιος πόλεμος κατά τα Τακτικά του Λέοντος του Σοφού », dans Mélanges Séfériadès/Symmikta Seferiadou, Athènes, École des sciences politiques panteios, 1961, p. 411-434 ; Evangelos Chrysos, « Νόμος Πολέμου », dans Byzantium at War (9th-12th c.), Athènes, National Hellenic Research Foundation/Institute for Byzantine Research, International Symposium 4, 1997 ; Ioannis Stouraïtis, « “Just War” and “Holy War” in the Middle Ages, Rethinking Theory through the Byzantine Case-Study », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 62, 2012, p. 227-264.

25  Ioannes Skylitzès, Synopsis historiarum, éd. Ioannes Thurn, Berlin/New York, De Gruyter (CFHB, 5), 1973, p. 267 : γενόμενος δ’ οὗτος πρὸς πόλιν Ἄδαναν καὶ πλῆθος καταλαβὼν ἐπιλέκτων Ἀγαρηνῶν συνειλεγμένων ἐκ πάσης τῆς Κιλικίας, συμπλέκεται τούτῳ καὶ τρέπεται κατὰ κράτος. οἱ μὲν οὖν ἄλλοι τῶν Ἀγαρηνῶν νόμῳ πολέμου κατεκόπησαν· μέρος δὲ τοῦ στρατοῦ ὡσεὶ πεντακισχίλιοι τὸν ἀριθμὸν ὄντες φεύγουσιν εἴς τινα λόφον δύσβατον καὶ ἀπόκρημνον, πεζοί, τοὺς ἵππους ἀποβάντες, καὶ τῇ τοῦ τόπου θαρρήσαντες εὐκαιρίᾳ εὐρώστως τοὺς ἐπιόντας ἠμύνοντο. οὓς καὶ περιστοιχίσας ὁ Ἰωάννης, ὅτι μὴ μεθ’ ἵππων οἷός τε ἧν αὐτοῖς συμβαλεῖν, πεζεῦσαι προστάξας τοὺς στρατιώτας ἄνεισι μετ’ αὐτῶν πεζὸς καὶ αὐτός. καὶ καταγωνισάμενος πάντας ἀπέσφαξε, νῶτα μηδενὸς δεδωκότος, ὡς ῥεῦσαι διὰ τοῦ πρανοῦς εἰς τὸ πεδίον τὸ αἷμα ποταμηδόν, καὶ ἀπὸ τούτου τοῦ συμπτώματος κληθῆναι τὸν βουνὸν βουνὸν αἵματος.

26  Sylloge Tacticorum quae olim « Inedita Leonis Tactica » dicebatur, éd. Alphonse Dain, Paris, 1938, 54, p. 6 : Ληφθείσης μέντοι πολέμου νόμῳ τῆς πόλεως, διαλαλείτω πᾶσι στρατιώταις διὰ μανδατώρων ὁ στρατηγὸς κατὰ τὴν τῶν πολεμίων διάλεκτον ὡς μήτινα τῶν πολιτῶν ἄοπλον ὄντα κτείνειν […].

27  Anastase le Sinaïte, Sermones duo in constitutionem hominis secundum imaginem dei necnon opuscula adversus monotheletas, éd. Karl-Heinz Uthemann, Τurnhout, Brepols (Corpus christianorum Series Graeca, 12), 1985, III, 1. 86-100 ; Nicholas I, patriarche de Constantinople, Letters, éd. Romilly J. H. Jenkins, Leendert G. Westernik, Washington, Dumbarton Oaks (CFHB, 6), 1973, lettres nos 3, 5-11, 14-31 ; sur l’attitude de l’Église à l’égard des captifs, voir Lykaki, Les prisonniers de guerre…, op. cit., p. 189-200.

28  Ioannes Cameniates, De expugatione Thessalonicae, Berlin/New York, G. Böhlig, 1973.

29  Quelques exemples des villes assiégées répétitivement, détruites et reconstruites, sont la ville d’Amorion [665, 669, 796, 838], d’Ankara (654, 740, 776, 798), de Sozopetra (743, entre 744 et 750, 837), de Adrianoupolis (813, 914, 922, 1002), de Beroe (812, 986) et de Mesembria (812, 867/886, 894/904, 971).

30  Photios, Nomocanon, éd. G. A. Rhalles, M. Potles, Σύνταγμα των θείων και ιερών κανόνων, Athènes, Μιχαήλ Ποτλής [Michael Potlis], 1852-1868, p. 408.

31  Voir Al-Muqaddasī, Description de l’Occident musulman aux ive-xe siècles, éd. Charles Pellat, Alger, Carbonel, 1950 ; Al-Ṭabarī, The History of Al-Tabari, éd. et trad. Clifford E. Bosworth, Albany, SUNY Press, 1991 ; Ibn Rusteh, Les atours précieux, éd. et trad. Gaston Wiet, Le Caire, Imprimerie de l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, 1955, p. 134-146 ; Al-Mas‘ūdī, Les prairies d’or, éd. Adrien Casimir Barbier de Meynard, Pavet de Courteille, Charles Pellat, Paris, Imprimerie impériale, 1861-1867, et The Meadows of Gold. The Abbasids, éd. et trad. Paul Lunde, Caroline Stone, Londres/New York, 1989 ; Bar Hebraeus, The Chronography of Gregory Abu’l Faraj, The Son of Aaron, The Hebrew Physician, Commonly Known as Bar Hebraeus Being the First Part of His Political History of the World, éd. et trad. Ernest A. Wallis Budge, Londres, 1932 ; Hadjinicolaou-Marava, Recherches sur la vie des esclaves…, op. cit. ; Kolia-Dermitzaki, « Some remarks… », art. cité, p. 614-620. Pour les lois islamiques, voir Majid Khadduri, War and Peace in the Law of Islam, Baltimore, The Lawbook Exchange, 1955.

32  Cette attitude est attestée aussi dans les Vies des saints. La narration du miracle du dragon de Théodore le Tiron, Narratio de trucidato dragone, AASS Nov. 4, p. 46-48, pose le sujet du traitement des captifs étrangers par les Byzantins, ce qui est évidemment absent des sources historiographiques byzantines.

33  Léon VI, Taktika, op. cit., Const., XVI, p. 38448-38655 : Τοὺς δὲ αἰχμαλώτους πρὸ τοῦ τελείως καταπαῦσαι τὸν πόλεμον μὴ κτεῖνε, καὶ μάλιστα τοὺς ἐνδόξους καὶ μεγάλους παρὰ τοῖς πολεμίοις ὄντας· ἐνθυμούμενος τὸ ἄδηλον τῆς τύχης καὶ τὸ παλίντροπον ὡς ἐπὶ τὸ πολὺ τῆς νίκης, ἵν’ ἔχῃς, εἴ γε συμβῇ ἢ τῶν ὑπό σέ τινας κρατηθῆναι ἢ κάστρου γενέσθαι ἰδίου σου ἅλωσιν, δι’ αὐτῶν ἀντικαταλλάττειν καὶ ἀνακαλεῖσθαι τά, ὡς εἰκός, συμβαίνοντα ἡττήματα, καὶ ἀντὶ τῶν πολεμίων αἰχμαλώτων ἀναλάβῃς τοὺς φίλους καὶ συμμάχους. εἰ δὲ μὴ βούλωνται τοῦτο ποιεῖν οἱ πολέμιοι, τότε δικαίως κατὰ τὸ ἴσον ἀμύνου, διαχρώμενος ὡς βούλει ἐπὶ λύπῃ τῶν ἐναντίων.

34  Sylloge Tacticorum…, op. cit., p. 99.50.8 : Τῶν μέντοι πολεμίων μὴ κατανευόντων πρὸς ταῦτα μηδὲ τὴν εἰρήνην ἀσπαζομένων, τότε δὴ τοὺς μὲν ἀξιολογωτέρους τῶν αἰχμαλώτων περιποιεῖσθαι χρὴ τὸν στρατηγὸν καὶ μηδέποτε κτείνειν· τὸ δὲ λοιπὸν συρφετῶδες καὶ χυδαῖον πλῆθος λιμῷ καὶ ξίφει παραδιδόναι […].

35  Dimitrios Letsios, « Die Kriegsgefangenschaft nach Auffassung der Byzantiner », Byzantinoslavica, 53, 1992, p. 213-227 ; Lykaki, Les prisonniers de guerre…, op. cit., p. 50-69, et table détaillée des lois liées aux captifs dans l’Appendice, p. 372.

36  Helga Köpstein, « Einige Aspekte des byzantinischen und bulgarischen Sklavenhandels im X. Jahrhundert : zur Novelle des Ioannes Tzimiskes über Sklavenhandelszoll », dans Vladimir I. Georgiev, Nikolai Todorof, Vasilka Tapkova-Zaimova (éd.), Actes du premier congrès international d’études balkaniques et sud-est européennes, Sofia, Association internationale d’études du Sud-Est européen, 1966, vol. 3, p. 237-247. Voir aussi Taxiarchis G. Kolias, « Kriegsgefangene, Sklavengandel und die Privilegien der Soldaten. Die Aussage der Novelle von Ioannes Tzimiskes », Byzantinoslavika, 54, 1995, p. 129-135 ; Martin Marko Vučetić, « Die Novelle des Kaisers Iōannēs I. Tzimiskēs über das aufversklavte Kriegsgefangene zu entrichtende Kommerkion », Fontes Minores, 12, 2015, p. 279-327.

37  Leges militares, éd. E. Korzensky, Jus Grecoromanus, Athènes, 1931, XLVIII, 2.

38  Théophane, par exemple, en racontant la campagne d’Héraclius contre les Perses, écrit que, quand l’empereur séjourna en Albanie pendant l’hiver, il emmena avec lui 50 000 prisonniers de guerre. Héraclius en accomplissant un acte de clémence libéra ces prisonniers. Un autre exemple vient des 42 martyres d’Amorion. Théophile proposa de racheter les prisonniers mais les Arabes refusèrent. Pourtant les Arabes ne vendirent pas les prisonniers mais ils les gardèrent en prison en attendant, peut-être, un échange officiel.

39  Sophia Patoura, Οι αιχμάλωτοι ως παράγοντες επικοινωνίας και πληροφόρησης (4ος-10ος αι.) [Les prisonniers de guerre en tant que facteurs de communication et d’information], Athènes, Centre de recherches byzantines/Fondation nationale de la recherche scientifique, 1994 ; voir aussi Kolia-Dermitzaki, « Some Remarks… », art. cité, p. 583-620.

40  Rotman, Les esclaves et l’esclavage…, op. cit., p. 74.

41  Savvas Kyriakidis, « The Division of Booty, in Late Byzantium: 1204-1453 », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 59, 2009, p. 163-175 ; Nafsika Vassilopoulou, Marilia Lykaki, « Μισθοφόροι του Βυζαντίου : ο ρόλος τους κατά τη μετάβαση από τη Μέση στην Ύστερη περίοδο [Mercenaries of Byzantium : Their role during the transition from the Middle to the Late Byzantine period] », dans Athina Kolia-Dermitzaki, Vaso Seirinidou, Spyridon P. Ploumidis, Marilia Lykaki (éd.), Histories of War in South-Eastern Europe: An Approach in the Longue Durée. Acts of the International Conference on the Occasion of the Centenary since the Balkan Wars 1912-1913 (Athens, 7-9 november 2013), Athènes, Hêrodotos Publications, 2017, p. 179-198.

Auteur

Laboratoire Orient et Méditerranée-UMR 8167

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search