Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Marins et marchands portugais en Méditerranée à la fin du Moyen Âge

Jacques Paviot

Texte intégral

  • 1 À ce sujet, voir dernièrement les réflexions de L. A. da Fonseca, Le Portugal et la Méditerranée a (...)

1L’expansion économique portugaise que l’on sent naître à la fin du xiiie siècle n’a véritablement pris son essor que dans les dernières décennies du xive siècle. Cette expansion s’est effectuée aussi bien vers le nord, vers la Manche et la mer du Nord, vers l’Angleterre et la Flandre, que vers l’est, vers la Méditerranée, vers la péninsule Ibérique orientale, la Provence et l’Italie1.

  • 2 The Commercial Relations of England and Portugal, Londres 1907.
  • 3 Noticias da Feitoria de Flandres, Lisbonne 1920 (reprenant des articles parus à partir de 1906).
  • 4 Notas para a história da feitoria portuguesa na Flandres, no século xv, Studi in onore di Amintore (...)
  • 5 Hansa e Portugal na idade media, Lisbonne 1959 ; 2e éd., Lisbonne 1993.
  • 6 Les Portugais à Bruges au xve siècle, Arquivos do Centro cultural Calouste Gulbenkian 38, 1999, p. (...)
  • 7 Navegación y corso en et Mediterraneo occidental. Los Portugueses a mediados del siglo xv, Pampelu (...)
  • 8 Navegação, comércio e relações politicas : os Portugueses no Mediterràneo ocidental (1385-1466), L (...)
  • 9 Voir les travaux des auteurs de l’Histoire du commerce de Marseille, de J. Heers. de V. Rau et de (...)

2Si les rapports économiques entre le Portugal et les pays du Nord sont relativement bien connus – je pense aux travaux déjà anciens de Violet Shillington et Annie Chapman2 pour l’Angleterre, d’Anselmo Braamcamp Freire pour la Flandre3, et plus récents d’Antonio Henrique de Oliveira Marques de nouveau sur la factorerie de Flandre4 ou la Hanse5, ou encore les miens sur Bruges6 –, les relations économiques du Portugal avec la Méditerranée occidentale, en fait ibérique, ont été étudiées plus récemment, notamment par Luís Adão da Fonseca7, puis en 1998, avec une synthèse due à Filipe Themudo Barata8. Mais au-delà vers la Provence, la Ligurie, la Toscane9, et plus loin encore ? Je ne suis bien sûr pas le premier à m’y intéresser, mais ce thème reste un thème en chantier, a work in progress, alors que l’aspect inverse de la question a été mieux étudié : on connaît l’importance du Portugal pour Gênes, notamment son rôle d’étape sur la voie maritime de l’Europe du Nord. La cité ligure a d’ailleurs donné au Portugal son premier amiral, Pessagno-Pessanha. Le rôle des Florentins dans les grands voyages vers les Indes est aussi bien connu, de même que les relations avec Venise. Mon propos ici n’est pas de refaire une nouvelle synthèse sur le sujet, mais plus modestement de tenter de voir quelle a été la présence physique des Portugais en Méditerranée (au-delà des côtes et des réseaux ibériques), signe tangible que des hommes, en dehors des grands financiers qui restaient chez eux, ont pensé pouvoir faire des profits en se rendant personnellement, comme marins ou comme marchands, dans cette région.

3Les Portugais ont développé leur économie maritime en s’immisçant dans les routes ouvertes par les autres nations. Les Génois ont ouvert la route de l’Europe du Nord-Ouest au plus tard en 1277. Les Portugais ne l’ont fréquentée régulièrement que cent dix ans plus tard. Du côté méditerranéen, ils ont mis cent cinquante ans pour se rendre à Gênes, et là encore pas de manière directe, mais en s’intégrant à des réseaux déjà existants. Ils n’allèrent à Venise que tout à la fin du xve siècle.

  • 10 Barata, Navegação, cité supra n. 8, doc. 122, p. 527.
  • 11 Ibid.,doc. 123, p. 527.
  • 12 Ibid., doc. 124, p. 527.

4Nous possédons deux mentions de 1426, assez révélatrices. On peut auparavant mentionner le cas d’un marin isolé, Lourenço da Ponte, qui avait été employé à bord du navire du Génois Bartolomeo Bondinarum10. Les deux exemples annoncés sont plus intéressants. A Barcelone, au mois de mai 1426, deux marchands de Lisbonne, Egidèo Fernandes et Martinho Lourenço, ont affrété la barque Santa Maria dont le patron était le Castillan Didaco Martini de Serpa, pour transporter des marchandises à Gênes11. Est-ce à dire que les Portugais ignoraient les routes maritimes au-delà de la côte occidentale de la péninsule Ibérique ? Non, ainsi que le montre le second exemple de cette même année 1426. Le 5 novembre, le Gascon Bertoleto de Grognono [La Corogne ?] affrétait le navire Santa Trinidade qui se trouvait à Savone et dont le patron était Rodrigo Afonso de Lisbonne, pour aller charger du sel à Valence et Ibiza et revenir à Gênes12.

  • 13 Histoire du commerce de Marseille. 2, De 1291 à 1480, par É. Baratier, F. Raynaud, Paris 1951, p.  (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 H. Bresc, Un monde méditerranéen. Économie et société en Sicile, 1300-1450, Rome 1986, tabl. 57, 1 (...)
  • 16 Ibid., tabl. 59, p. 300.

5Les percées portugaises n’avaient pas lieu qu’en direction de Gênes. Marseille et la Provence ont aussi attiré les marchands lusitaniens. La première mention date de 1437. Le navire d’Álvaro Ferrandes se rendait de Majorque à Nice quand il fut capturé par le Marseillais Jean Boton. Malgré tout, cette prise permit sans doute à Ferrandes de nouer des contacts à Marseille, car il y est mentionné le 3 octobre 1446, quand il embarqua à bord de son navire 287 tonneaux de vin rouge dont 196 appartenaient à Bertrand Forbin qui développait son propre commerce vers le Portugal13. On peut encore citer, cinq ans auparavant en 1441, l’arrivée d’un navire venant de Lisbonne ayant à son bord une cargaison de cuirs14. Plus loin vers l’est, vers la Sicile, aussi tôt que les années 1407-1408, des Catalans avaient affrété une nef portugaise15. Durant la décennie 1410-1419, des Génois nolisèrent un navire portugais mentionné à Palerme16.

6Ces exemples précoces nous montrent qu’il n’y avait pas d’empêchement matériel – en ce qui regarde les navires et la navigation – ni d’empêchement institutionnel, les marchés génois ou marseillais pour les cas cités ne semblant pas être fermés. Il me semble qu’il faut plutôt mettre ce retard portugais, qui est d’autant plus paradoxal que l’on avait assisté à la prise de Ceuta en 1415, que l’on assistait aux premières tentatives vers les îles de l’Atlantique, vers la côte africaine – mais il s’agissait d’entreprises princières où l’on pouvait se permettre des pertes élevées –, le mettre donc plutôt sur le compte peut-être d’un manque d’ambition des marchands portugais – que pesaient-ils face aux grands marchands italiens ou catalans, qui détenaient les clefs du grand commerce international ?-, sur le compte plus sûrement d’une certaine prudence, sans doute parce que ceux-là n’avaient pas de personnes qui pouvaient se porter caution pour eux sur place, à défaut de compatriotes résidant à Gênes ou à Marseille.

  • 17 ASG, Archivio segreto 3035, doc. 81 (3 décembre 1444); Archivio Segreto 1788, n° 1238, f. 503v. (l (...)

7On peut aussi se demander si pour les Portugais les côtes provençales et italiennes ne représentaient pas une sorte de far west (east dans ce cas). L’insécurité régnait pour les sujets du roi de Portugal voyageant de manière isolée et l’inverse aussi était vrai, des Portugais faisant régner l’insécurité sur mer. A Gênes, au mois de mars 1444, le doge Rafaelle Adorno et le Conseil des Anciens étudiaient la plainte du chevalier portugais Joào de Ataide. Celui-ci se rendait à Rhodes pour y être investi d’un bénéfice au Portugal. Il s’était embarqué à Cadix à bord du navire du Génois Domenico de Camila, ainsi que ses deux compagnons nobles. Le navire fit escale à Vado Ligure d’où João de Ataide envoya un héraut chercher un sauf-conduit du doge dans le but de résider à Gênes, puisque entre le doge et le roi de Portugal régnaient bonne paix et ferme amitié. Il s’embarqua à bord du lembus d’Oliviero de Insula de Nerino pour s’y rendre. Le bâtiment fut intercepté par un autre lembus armé par Giovanni de Nativo et ses compagnons, habitants de Sestri, qui les dévalisèrent de deux cents ducats d’or et les emmenèrent à Monaco chez Giovanni de Grimaldi, célèbre pirate, qui les jeta en prison. Les Portugais ne furent relâchés que contre le paiement d’une rançon de mille six cents ducats d’or, malgré l’intervention du doge qui avait envoyé Dorino de Grimaldi et Bartolomeo Lomellini pour tenter de régler l’affaire. Après sa libération, João de Ataide fut incapable de poursuivre son voyage vers Rhodes et dut rentrer au Portugal, perdant ainsi son bénéfice17.

  • 18 A. M. Ferreira, O processo de Pedro Barreto contra Jean Forestier : um episódio nas relações lusof (...)

8Un autre exemple met en scène Martim Mendes de Berredo, déjà mentionné à Gênes en 1453. En 1456, Jean de Coïmbre, fils de l’infant D. Pedro, était devenu régent de Chypre en ayant épousé l’héritière du royaume grâce à l’entremise du duc de Bourgogne Philippe le Bon et de sa tante Isabelle de Portugal. Au mois d’octobre 1457, il avait envoyé en ambassade vers les puissances latines son compatriote Pedro Barreto. À Naples, celui-ci rencontra Martim Mendes de Berredo, envoyé lui-même là en ambassade par le roi de Portugal. Plus tard, les deux hommes se retrouvèrent à Rome où ils décidèrent de faire route ensemble. Après avoir traversé la Savoie et le Dauphiné, ils arrivèrent à Avignon où le cardinal de Foix leur délivra une lettre en faveur du receveur général de Languedoc Jean Forestier. Or ce même Jean Forestier se saisit d’eux non loin de Montpellier et les emprisonna à Aigues-Mortes dont il était le capitaine. Là Martim Mendes de Barredo mourut le 11 ou 12 novembre 1458. Pedro Barreto fut libéré grâce à l’intervention du roi d’Aragon auprès du roi de France18.

  • 19 J. Heers, L’expansion maritime portugaise à la fin du Moyen Âge : la Méditerranée, Revista de Facu (...)

9On peut encore signaler un autre cas. En 1462, le Génois Luciano De Marini (de Marinis, de Maris) s’empara d’une galère portant la bannière du roi de Portugal, mais il ne la crut pas portugaise car le patron, tous les marins et toute la chiourme étaient catalans, donc sujets du roi d’Aragon, ennemi juré des Génois, et il la vendit comme bonne prise de guerre pour la somme relativement faible de sept cent quarante ducats19. On a conservé le dossier de demande de restitution, déposé par le procureur du roi Valasco Martines.

  • 20 Cf. da Fonseca, Navegación y corso, cité supra n. 7. On y trouve notamment le cas de João Pires qu (...)
  • 21 Une Enquête à Chypre au xve siècle. Le Sindicamentum de Napoleone Lomellini, capitaine génois de F (...)

10Les Portugais étaient eux-mêmes un facteur d’insécurité. Pour un certain nombre d’entre eux, la Méditerranée était une zone de frontière, de lutte non seulement contre les Maures ou les Sarrasins, mais aussi contre ceux qui pouvaient commercer avec eux. De plus, après la chute de Constantinople, les projets de croisade contre les Turcs ont circulé dans l’Europe latine. En 1456, le roi Alphonse V de Portugal devait participer à une expédition papale par l’envoi d’une flotte qui devait rejoindre celle du pape Nicolas V. Celle-ci n’alla cependant pas plus loin qu’Alcacer-Ceguer. Cela n’empêcha pas les opérations de course ou de piraterie de la part de capitaines portugais peu scrupuleux20. On en retrouve jusqu’en Chypre : entre 1457 et 1459, le capitaine génois de Famagouste, Napoleone Lomellini, a autorisé le débarquement de Lopes de Baldaia et ses hommes de leur balenier qui était entré dans le port avec une prise, un navire arabe21.

  • 22 Heers, L’expansion maritime portugaise, cité supra n. 19, p. 89.
  • 23 Ibid.
  • 24 En 1456, il transportait du blé d’Espagne ; en 1462. il allait en Sicile ; en 1463, il était charg (...)
  • 25 Musso, Genovesi e Portogallo, cité supra n. 19, p. 25-26 et 70-75 (acte du différend à propos du b (...)
  • 26 Heers, L’expansion maritime portugaise, p. 95 ; ASG, Archivio segreto 712 B ; je remercie Catherin (...)
  • 27 Musso, Genovesi e Portogallo, p. 56.

11Ainsi, en 1459, une caravelle de haute taille appartenant à l’infant D. Fernando s’empara, en plein Porto Pisano, d’un navire chargé de grains et de fromages de Sicile22. Un peu plus tard, un patron niçois fut attaqué par des Portugais en Sardaigne23. Jacques Heers a encore relaté le curieux exemple – auquel on peut ajouter quelques détails – du navire Santa Maria Flor da Rosa, dont le patron était Afonso Eanes (Joanes, Yanes) et qui appartenait aussi à l’infant D. Fernando. Il s’agissait d’une nave de gros tonnage, 11 000 cantares représentant un port de 525 tonneaux. Ce navire de commerce, présent en Méditerranée depuis au moins 145624, fut loué le 27 mars 1460, à Setubal, à Cosma Lomellini, fils de Bartolomeo, marchand génois résidant à Lisbonne, et devait être restitué en 146325. Il se trouvait dans le port de Gênes cette année-là, quand on apprit qu’un bâtiment qui allait charger de l’alun à Civitavecchia était menacé d’attaque par des pirates. On loua la Santa Maria Flor da Rosa pour effectuer sa protection jusqu’à La Spezia. Ceci se passait entre juin et août. En septembre, la Santa Maria Flor da Rosa fut de nouveau utilisée pour convoyer un navire génois jusqu’à Bonifacio en Corse. D’autre part, le dominus et administrator de la nave portugaise était Bartolomeo Lomellini26. Au printemps 1473, ce navire, dont Afonso Eanes (Ibanhes) était toujours le patron, fit naufrage vers Tunis27.

  • 28 Bresc, Un monde méditerranéen, cité supra n. 15, tabl. nos 60, 63 et 66C, p. 301, 305 et 313.

12Plus à l’est, en Sicile, on ne relève que deux nefs portugaises entre 1420 et 1439 et deux baleniers entre 1440-1459 et (ou dont ?) trois navires ronds armés, deux pour Lisbonne et un pour Porto28.

  • 29 Heers, L’expansion maritime portugaise, p. 95 et 94.
  • 30 Descobrimentos Portugueses. 3, 1461-1500, éd. J.Martins da Silva Marques, Lisbonne 1971 (réimpr. 1 (...)
  • 31 Ibid. p. 41.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid., p. 60.

13La Santa Maria Flor da Rosa n’est pas le seul bâtiment portugais qui ait été loué par un Lomellini. Bartolomeo lui-même loua, aussi en 1461, un navire du roi Alphonse V, dont le patron était Pedro Gonçalves. En 1465, il nolisa ce navire aux frères Centurioni pour un voyage de Valence en Aragon à L’Écluse en Flandre avec un fret de fruits, sous la conduite de Cosma De Marini (de Maris)29. Un autre Lomellini, Marco, résidant à Lisbonne, acheta même à Gênes un navire royal (de D. Afonso V) avec sa cargaison de draps, le 4 juillet 146930. En 1470, les sources génoises mentionnent la menace de caravelles portugaises sur le commerce avec la Sicile31. Encore en 1474, le gouvernement génois informait les autorités locales de la Riviera d’une attaque portugaise sur un chargement d’alun appartenant au roi Ferdinand de Sicile32. Cette même année, des plaintes furent émises contre le patron d’un bâtiment du roi de Portugal qui s’était emparé de biens de Marco Lomellini33 !

  • 34 Heers, L’expansion maritime portugaise, p. 91.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.
  • 38 Musso, Genovesi e Portogallo (texte de l’acte de 1456), p. 69-70 ; cf. p. 42 (avec erreur de date)
  • 39 Descobrimentos Portugueses, cité supra n. 29, n° 44, p. 64.

14Cette insécurité persista, mais parallèlement se sont présentées des opportunités d’un commerce plus pacifique et régulier, ainsi qu’on peut le remarquer par la présence de quelques marchands portugais à Gênes et à Pise. Dans cette dernière ville, en 1449, un Florentin agissant au nom de João Braque de Coïmbre prêtait trente ducats à João Lourenço Gonçalvo, de Serpa. Parmi les témoins se trouvaient trois marchands portugais, dont un de Viana et un autre de Ponte do Lima34. Toujours à Pise, en 1465, un document indique la dette de deux cents ducats due par le marchand Pedro Afonso au patron Álvaro Gil de Porto et qui devait être remboursée à Porto35. A Gênes, la première mention d’un marchand résidant date de 1453 et concerne le spectabilis miles Martinus Mendex de Berredo, Portugalensis, ... mercator in Janue comorans36. Une seconde mention date de 1463. Afonso João, de Porto, fils de João Tanas, a emprunté soixante-dix ducats aux Lomellini (eux-mêmes bien établis au Portugal) et le témoin était Joâo Johannes de Lisbonne, fils d’Afonso Peres37. Cependant, les Portugais – représentés par Afonso Eanes déjà cité, « patron général du royaume de Portugal » pour le roi et son frère l’infant Ferdinand, avaient institué un consul dans la cité ligure en la personne du Génois Giovanni Lavelli, le 16juin 1452. Celui-ci occupait toujours cette fonction le 19 mai 145638. Le 5 juillet 1465, le roi Alphonse V nommait dans ces fonctions Marco Lomellini, « son serviteur », qui retournait dans la cité ligure39.

  • 40 Heers, L’expansion maritime portugaise, p. 94.
  • 41 Ibid., p. 97.

15Parallèlement à ce qui se passait vers le nord, le commerce des marchands portugais était concurrencé par celui pratiqué par les membres de la famille royale, à commencer par le roi lui-même. Le premier cas mentionné est de 1451, à propos du balenier dont le patron était João Trigo, de Lisbonne, qui obtint à Gênes un sauf-conduit de six mois. Le même Joâo Trigo réapparut en 1463, commandant le San Antonio, appartenant aussi au roi. Ce navire était d’un port de 500 bottes, soit 5 000 cantares, soit 250 tonneaux40. Il fut loué par des Toscans pour un voyage en Sicile41. D’autres navires royaux ou princiers semblent avoir été carrément envoyés à Gênes pour y être loués ainsi que les exemples mentionnés ci-dessus pourraient le faire croire. On peut penser soit à la qualité nautique de ces bâtiments, soit aux prix compétitifs offerts par le roi ou les infants.

  • 42 Ibid.

16Pour l’orient de la Méditerranée occidentale, parallèlement à l’Atlantique ou à la mer du Nord, on ne voit apparaître qu’un seul cas de location de navire par des particuliers. Mais il s’agit peut-être là simplement d’un défaut de la documentation. En 1465, la Santa Cruz de Porto était affrétée pour un transport de Cagliari à Porto Pisano par une compagnie toscane, celle de Quarrateri de Pistoia42.

  • 43 Ibid, et doc. l, p. 104.
  • 44 V. Rau, Portugal e o Mediterrâneo no século xv. Alguns aspectos diplomáticos e económicos das rela (...)
  • 45 Ibid., p. 15.
  • 46 Ibid.,p. 14.
  • 47 Ibid.

17Mais il ne s’agit pas de commerce portugais stricto sensu. Dans les diverses et peu nombreuses mentions, on ne peut malheureusement pas discerner de structures ni de tendances. Précocement, en 1448, Pedro Afonso était allé chercher du blé à Bougie et à Alger et l’avait rapporté à Gênes43. A la fin de l’année 1451, on était renseigné à Florence sur la présence, sur la riviera de Gênes, de la caravelle et des baleniers de Vasco Gouveia, en provenance de Lisbonne44. Dans les années 1451-1452, on commence à connaître des marchands portugais à Pise et à Florence, Álvaro Gonçalves et Fernando Anes, de Porto45. En 1452, on mentionne une nave de Lisbonne, la Chalva, et aussi le navire Fernando, peut-être une référence au marchand Fernando Anes, à moins qu’il ne s’agît de l’infant D. Fernando46. La caravelle de Luís Feia, de Porto, transporta des textiles, draps, tissus de soie et d’or, brocarts, autres draps fins, ainsi que des marchandises achetées par le Florentin résidant à Lisbonne Bartolomeo di Jacopo di ser Vannni47.

  • 48 Ibid., p. 15.
  • 49 Histoire du commerce de Marseille. 3, De 1480 à 1599, par R. Collier, J. Billioud, Paris 1951, p.  (...)
  • 50 Cf. l’exemple du prêt de 1463 cité supra.
  • 51 Heers, L’expansion maritime portugaise, p. 91.
  • 52 Bresc, Un monde méditerranéen, tabl. nos 76 et 77, p. 379 et 381.

18Ainsi que je l’ai déjà noté, c’est dans les décennies 1450-1460 que le commerce portugais prend de l’ampleur en Provence et en Italie. Si l’on ne comptait que deux marchands portugais à Florence et à Pise en 1451-1452, ils étaient cinq en 1458-1459 : Joào Gonçalves, Lourenço Caldeira, Pedro Álvares, Gil Rodrigues et Lopo Afonso. En 1470, on trouve entre autres Vasco Gil de Porto, Jaime Pinheiro, André Rodrigues, Antonio Gonçalves, Vicente Gil48. Tout à la fin du siècle, à Marseille, en 1499, on voit apparaître un consul portugais, un homme d’un certain rang social, Basto de Crahosa, assez curieusement seigneur de Septèmes, localité proche de la ville49. Plus à l’est, à Gênes, leur nombre semble rester faible50. A Pise, parmi les témoins de l’acte de prêt d’argent à Joâo Lourenço Gonçalvo déjà cité, se trouvaient trois marchands portugais dont un de Viana et un autre de Ponte do Lima51. Dans la décennie 1430-1439, se trouve mentionné un seul marchand portugais en Sicile52.

19Nous ne pouvons connaître qu’en partie le commerce de ces marchands par l’étude de la cargaison des navires quand elle est indiquée, ce qui n’est malheureusement pas le cas des trois bâtiments portugais mentionnés à Gênes en 1461. On continue à trouver le commerce traditionnel, notamment du cuir, mais de plus en plus des produits des îles atlantiques, le sucre de Madère, ou de la côte africaine, le poivre de Guinée, la malaguette, et les esclaves. Plusieurs dossiers nous en donnent des aperçus.

  • 53 Rau, Portugal e o Mediterrâneo, cité supra n. 43, p. 15.

20En 1470, Lopo Anes a, à bord de son navire Santa Maria de Graça – déjà mentionné en 1466 comme venant de Lisbonne et se rendant à Porto Pisano –, 3 725 cuirs de Lisbonne évalués à la somme de 5 751 florins d’or. La même année, la Graciosa, venant de Lisbonne à destination aussi de Porto Pisano, était chargée de draps et de tissus de luxe, des brocarts, provenant sans doute d’Europe du Nord-Ouest. En 1470-1471, arrivèrent à Porto Pisano la nave Santa Maria Anunciada – patron Afonso Anes – et les baleniers Sodré et São Miguel d’où furent débarqués surtout des cuirs d’Irlande (6 426 pièces d’une valeur de 3 544 florins 10 sous 4 deniers) et de Viana (559 pièces d’une valeur de 766 florins 5 sous 11 deniers). Cette opération a eu lieu sur ordre des marchands florentins résidant à Lisbonne Pier et Giovanni Guidetti. En 1477, le patron Lopo Rodrigues déchargeait de son balenier São Antonio, toujours à Porto Pisano, six balles de malaguette appartenant à l’infant D. João et trois caratelli de poix. L’année suivante, le même y déchargeait, entre autres marchandises, deux tonelli de malaguette. Encore en 1478, la caravelle du cardinal de Lisbonne avait à son bord 3 332 livres de sucre de Madère, mais il s’agissait là d’un trafic florentin, au nom de Bartolomeo di Dominico Marchioni. A cause des éléments contraires, cette caravelle dut se réfugier à Marseille d’où le sucre fut transporté à bord d’une galère jusqu’à Porto Pisano53.

  • 54 Dias est déjà cité à Gênes, comme patron de navire, le 3 janvier 1475 (cf. Musso, Genovesi e Porto (...)
  • 55 Descobrimentos portugueses, n° 137, p. 177 ; cf. Rau, Portugal e o Mediterrâneo. p. 16.
  • 56 Histoire du commerce de Marseille. 3, cité supra n. 49, p. 126.
  • 57 Musso, Genovesi e Portogallo, p. 47-48.
  • 58 Ibid., p. 63 et 76 (édition de l’acte de vente d’une des petites esclaves).

21Toujours en cette année 1478, apparaît la caravelle Charachone du patron Bartolomeu Dias (nous ne savons pas s’il s’agit du futur découvreur), chargée de sucre pour une valeur de 291 florins 10 sous pour le compte de Giovanni Guidetti déjà cité54. Dans un autre voyage de la même année, la Charachone débarquait à Porto Pisano trois corbelli de sardines, d’un poids total de 637 livres, envoyés de Lisbonne par Bartolomeo Marchioni, déjà cité. Bartolomeu Dias fréquentait d’autres ports de la Méditerranée occidentale, comme Gênes où il récupéra un esclave de l’infant D. João qui y était retenu prisonnier55. En 1484, deux nefs portugaises venant de Lisbonne et allant à Pise, furent prises par des pirates catalans qui les emmenèrent à Barcelone où ils s’emparèrent de leur cargaison : sucre, cuirs, graines d’écarlate, coussins de plumes, manteaux irlandais, saumon fumé, fourrures de loup-cervier et trois femmes esclaves56. La première mention à Gênes d’une cargaison de sucre provenant sans doute directement de Madère date du 25 avril 1479. Le 7 février 1488, il est fait mention d’un chargement de 172 caisses de sucre, à bord d’un navire provincie Portusgalie. Le patron reconnaissait en outre à Lodisio Centurione un crédit de 172 ducats d’or. Le 12 juin 1489, un acte d’un notaire de l’Office de Gazarie est relatif à la caravelle d’Alvaro Fernando, patron de Madère, et à son chargement de 250 caisses de sucre. Un autre acte, du 6 août 1494, indique un trajet d’Angleterre via Madère ou plutôt Lisbonne, puisque le navire transportait des draps vermeils et rozeschi d’Angleterre et du sucre57. D’Afrique du Nord et noire, les Portugais amenaient des esclaves qu’ils vendaient pour faire partie d’une domesticité ou pour être livrés à la prostitution. Pour 1469 ou 1489, on a la mention de la prostituée Jhane nigre, publica comorans ad locum Janue, avec d’autres filles. Alonso Dias, de Lisbonne, se livrait activement à la vente d’esclaves à Gênes dès 1484. Parmi ceux-ci, une « maure de Guinée » (sic) (sans date), deux petites esclaves noires d’une dizaine d’années pour soixante-dix et soixante lires en 148958.

  • 59 Histoire du commerce de Marseille. 2, cité supra n. 13, p. 557.
  • 60 Ibid., 3, p. 126.
  • 61 Musso, Genovesi e Portogallo, p. 48.
  • 62 Rau, Portugal e o Mediterrâneo, p. 15.

22Nous sommes assez bien informés pour le port de Marseille. Le 4 septembre 1480, la caravelle Les Trois Rois, de Punta del Sol (Madère) – patron Rui Furtado – apporta sans doute du sucre59. En 1496, il y avait un Portugais résidant à Marseille, Johannico Rodrigos, qu’Afonso Gomes, de Coïmbre, nomma son procureur pour recevoir une caisse contenant des vêtements, des armes, des bijoux, un chapeau à l’espagnole, du drap gris ou mesclat de Londres60. Ajoutons qu’en 1495-1496, sont mentionnés les voyages Madère-Cadix-Chio, Madère-Chio-Civitavecchia, Madère-Cadix-Gênes-Venise, Madère-Messine-Venise pour le sucre61. En 1498, le Pantaleone, navire du roi de Portugal, en apporta à Venise, ainsi que le São Miguel62.

  • 63 Ibid.
  • 64 Histoire du commerce de Marseille. 3, p. 126 et 125.
  • 65 Musso, Genovesi e Portogallo, p. 57 ; sans doute s’agit-il du même cas indiqué par Heers, L’expans (...)

23Nous sommes encore moins bien renseignés sur le fret de retour. En 1470, la nave Graciosa quitta Porto Pisano à destination de Lisbonne avec des draps et des tissus de luxe, produits de l’industrie toscane63. A Marseille, les Portugais se procuraient surtout des étoffes et des vêtements, peut-être aussi des cuirs, du sel de Provence d’après un acte de 1504. En 1498 ou 1499, une caravelle portugaise quittait Marseille avec une cargaison de poissons et de figues, mais elle fut prise par les galées du capitaine Prigent et conduite à Toulon64. De la Méditerranée orientale, on rapportait des épices. En 1495, la coque d’Alvaro de Mera fit un voyage de Constantinople à Cadix avec un chargement de douze cantares de poivre et de vingt-huit pièces de camelot65.

  • 66 Histoire du commerce de Marseille. 3, p. 127.
  • 67 Heers. L’expansion maritime portugaise, p. 100.

24À côté de ce commerce pour le compte de Portugais ou de marchands surtout florentins établis à Lisbonne, comme pour les périodes précédentes, les Portugais louaient leurs navires à des marchands marseillais ou florentins. Le 8 octobre 1484, João Ribeiro, écuyer du roi de Portugal, nolisa sa caravelle à Jacques de Remesan, de Marseille, pour porter des draps de Languedoc à Cadix, ainsi que des toiles et des draps esbordats. Le 3 février 1500, un Portugais louait son galion à Charles Forbin pour aller à Agde charger 1 400 setiers de blé et les porter à Gênes. Des actes dont la date n’a pas été rapportée, indiquent des locations par des Florentins : par l’un habitant Aigues-Mortes pour porter des draps à Livourne, par un autre habitant à Lisbonne pour porter du sucre et des cuirs à Pise sur la nave de Vasco Eanes, de Lisbonne, mais à cause de la guerre, le chargement fut débarqué à Marseille66. Toutes ces mentions isolées ne permettent pas d’évaluer le volume de ce trafic. Seul un registre de douane de Gênes, pour l’année 1495, apporte un élément de réponse : dix navires portugais ont été signalés dans le port ligure67.

  • 68 Documenti sulle relazioni fra Genova ed il Portogallo dal 1493 al 1539, Bulletin de l’Institut bel (...)
  • 69 Cf. sa contribution Vers l’Atlantique : quand le Portugal s’éloigne de la Méditerranée - un débat (...)
  • 70 V. Resende, A Armada de Socorro aos Venezianos ( 1501 ) e o interesse português pelo Mediterrâneo (...)

25L’expansion portugaise en Méditerranée occidentale s’est opérée selon les mêmes schémas que celle vers la mer du Nord, mais plus tardivement. Les marchands et les maîtres de navire portugais se sont intégrés dans les circuits existants. D’abord épisodique durant la première moitié du xve siècle, la présence portugaise s’affirme à partir de 1450, pour être pleinement établie à la fin du siècle, ainsi que l’a montré Domenico Gioffrè avec l’exemple génois68. Deux facteurs ont été essentiels : l’un, comme dans le Nord, a été la location de navires à des tiers, l’autre a été la distribution des produits des îles et de la côte africaine. Pour Filipe Themudo Barata, cette expansion économique est restée limitée, car des phénomènes plus vastes, l’exploitation des îles, de la côte africaine, une balance des paiements déficitaire69, ont pu retenir les marchands et les marins portugais de franchir le détroit de Gibraltar. Cependant les richesses tirées de l’exploitation des îles, de l’Afrique et du commerce de l’Asie, alliées à la présence même des Portugais en Méditerranée, ont permis au roi D. Manuel d’envoyer une flotte en Méditerranée et de rêver d’une reconquête de Jérusalem70.

Notes

1 À ce sujet, voir dernièrement les réflexions de L. A. da Fonseca, Le Portugal et la Méditerranée au xve siècle, Arquivos do Centra cultural Calouste Gulbenkian 43 ( = Le Portugal et la Méditerranée), 2002, p. 3-34.

2 The Commercial Relations of England and Portugal, Londres 1907.

3 Noticias da Feitoria de Flandres, Lisbonne 1920 (reprenant des articles parus à partir de 1906).

4 Notas para a história da feitoria portuguesa na Flandres, no século xv, Studi in onore di Amintore Fanfani. 2, Medioevo, Milan 1962. p. 437-476.

5 Hansa e Portugal na idade media, Lisbonne 1959 ; 2e éd., Lisbonne 1993.

6 Les Portugais à Bruges au xve siècle, Arquivos do Centro cultural Calouste Gulbenkian 38, 1999, p. 1-122.

7 Navegación y corso en et Mediterraneo occidental. Los Portugueses a mediados del siglo xv, Pampelune 1978 (Universidad de Navarra, Facultad de filosofia y letras, Cuadernos de Trabajos de Historia 8).

8 Navegação, comércio e relações politicas : os Portugueses no Mediterràneo ocidental (1385-1466), Lisbonne 1998.

9 Voir les travaux des auteurs de l’Histoire du commerce de Marseille, de J. Heers. de V. Rau et de G. G. Musso, cités infra.

10 Barata, Navegação, cité supra n. 8, doc. 122, p. 527.

11 Ibid.,doc. 123, p. 527.

12 Ibid., doc. 124, p. 527.

13 Histoire du commerce de Marseille. 2, De 1291 à 1480, par É. Baratier, F. Raynaud, Paris 1951, p. 555.

14 Ibid.

15 H. Bresc, Un monde méditerranéen. Économie et société en Sicile, 1300-1450, Rome 1986, tabl. 57, 1, p. 297-298 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 262).

16 Ibid., tabl. 59, p. 300.

17 ASG, Archivio segreto 3035, doc. 81 (3 décembre 1444); Archivio Segreto 1788, n° 1238, f. 503v. (lettre du doge et du Conseil au roi de Portugal, 23 décembre 1444).

18 A. M. Ferreira, O processo de Pedro Barreto contra Jean Forestier : um episódio nas relações lusofrancesas, Revista de Faculdade de Letras (Universidade de Lisbon), 4e série, 1, 1976-1977, p. 619-639.

19 J. Heers, L’expansion maritime portugaise à la fin du Moyen Âge : la Méditerranée, Revista de Faculdade de Letras (Universidade de Lisboa), 2e série, 22/2, 1956, p. 95 ; G. G. Musso. Genovesi e Portogallo nell’età délie scoperte (Nuove ricerche d’archivio). Gênes 1976, p. 24-25 (Civico Istituto Colombiano. Studi e Testi. Serie Geografica 1).

20 Cf. da Fonseca, Navegación y corso, cité supra n. 7. On y trouve notamment le cas de João Pires qui pratiquait la course contre l’Infidèle, en fait surtout ceux qui commerçaient avec lui. au nom du duc de Bourgogne (cf. aussi mon étude La Politique navale des ducs de Bourgogne, 1384-1482, Lille 1995, p. 136-137).

21 Une Enquête à Chypre au xve siècle. Le Sindicamentum de Napoleone Lomellini, capitaine génois de Famagouste (1459), éd. C. Otten-Froux, Nicosie 2000 (Sources et études de l’histoire de Chypre 36). p. 58-59 et passim.

22 Heers, L’expansion maritime portugaise, cité supra n. 19, p. 89.

23 Ibid.

24 En 1456, il transportait du blé d’Espagne ; en 1462. il allait en Sicile ; en 1463, il était chargé de blé de Tunisie ; en 1463. il portait du sel d’Hyères à La Spezia.

25 Musso, Genovesi e Portogallo, cité supra n. 19, p. 25-26 et 70-75 (acte du différend à propos du bâtiment) ; en 1460. la Santa Maria Flor de Rosa avait déjà effectué six voyages.

26 Heers, L’expansion maritime portugaise, p. 95 ; ASG, Archivio segreto 712 B ; je remercie Catherine Otten de m’avoir fourni les photocopies de ces derniers documents.

27 Musso, Genovesi e Portogallo, p. 56.

28 Bresc, Un monde méditerranéen, cité supra n. 15, tabl. nos 60, 63 et 66C, p. 301, 305 et 313.

29 Heers, L’expansion maritime portugaise, p. 95 et 94.

30 Descobrimentos Portugueses. 3, 1461-1500, éd. J.Martins da Silva Marques, Lisbonne 1971 (réimpr. 1988), n° 43, p. 63-64; cf. Musso, Genovesi e Portogallo, p. 27.

31 Ibid. p. 41.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 60.

34 Heers, L’expansion maritime portugaise, p. 91.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Musso, Genovesi e Portogallo (texte de l’acte de 1456), p. 69-70 ; cf. p. 42 (avec erreur de date).

39 Descobrimentos Portugueses, cité supra n. 29, n° 44, p. 64.

40 Heers, L’expansion maritime portugaise, p. 94.

41 Ibid., p. 97.

42 Ibid.

43 Ibid, et doc. l, p. 104.

44 V. Rau, Portugal e o Mediterrâneo no século xv. Alguns aspectos diplomáticos e económicos das relações com a Itália. Lisbonne 1973, p. 14-15.

45 Ibid., p. 15.

46 Ibid.,p. 14.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 15.

49 Histoire du commerce de Marseille. 3, De 1480 à 1599, par R. Collier, J. Billioud, Paris 1951, p. 125.

50 Cf. l’exemple du prêt de 1463 cité supra.

51 Heers, L’expansion maritime portugaise, p. 91.

52 Bresc, Un monde méditerranéen, tabl. nos 76 et 77, p. 379 et 381.

53 Rau, Portugal e o Mediterrâneo, cité supra n. 43, p. 15.

54 Dias est déjà cité à Gênes, comme patron de navire, le 3 janvier 1475 (cf. Musso, Genovesi e Portogallo, p. 38).

55 Descobrimentos portugueses, n° 137, p. 177 ; cf. Rau, Portugal e o Mediterrâneo. p. 16.

56 Histoire du commerce de Marseille. 3, cité supra n. 49, p. 126.

57 Musso, Genovesi e Portogallo, p. 47-48.

58 Ibid., p. 63 et 76 (édition de l’acte de vente d’une des petites esclaves).

59 Histoire du commerce de Marseille. 2, cité supra n. 13, p. 557.

60 Ibid., 3, p. 126.

61 Musso, Genovesi e Portogallo, p. 48.

62 Rau, Portugal e o Mediterrâneo, p. 15.

63 Ibid.

64 Histoire du commerce de Marseille. 3, p. 126 et 125.

65 Musso, Genovesi e Portogallo, p. 57 ; sans doute s’agit-il du même cas indiqué par Heers, L’expansion maritime portugaise, (p. 103) sans référence, pour un voyage de Chio à Cadix.

66 Histoire du commerce de Marseille. 3, p. 127.

67 Heers. L’expansion maritime portugaise, p. 100.

68 Documenti sulle relazioni fra Genova ed il Portogallo dal 1493 al 1539, Bulletin de l’Institut belge de Rome 33, 1961, p. 180-316.

69 Cf. sa contribution Vers l’Atlantique : quand le Portugal s’éloigne de la Méditerranée - un débat au xve siècle, Arquivos do Centro cultural Calouste Gulbenkian 43, cité supra n. 1, p. 35-59.

70 V. Resende, A Armada de Socorro aos Venezianos ( 1501 ) e o interesse português pelo Mediterrâneo no principio do século xvi, Clio, Revista do Centro de História da Universidade de Lisboa 10, 2004, p. 65-79 ; Ch.-M. De Witte, Un projet portugais de reconquête de la Terre-Sainte (1505-1507), Congresso international de história dos descobrimentos. Actas 5, Lisbonne 1961, p. 419-449.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540