Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Des Lorrains en croisade

La maison de Bar

Michel Parisse

Texte intégral

  • 1 Les effets de l’appel d’Urbain II à la croisade aux marges impériales de la France, Le concile de (...)
  • 2 On ne tiendra pas compte de l’ouvrage suivant, qui survole la question, s’en écarte souvent et n’a (...)

1À l’occasion d’un récent exposé sur l’écho qu’eut l’appel d’Urbain II dans le nord-est de la France1, j’ai été conduit à signaler que la Lorraine avait été peu touchée par le phénomène de la croisade, à l’exception de la dynastie comtale de Bar. Le temps est venu d’en dire un peu plus et d’éclairer la lanterne du spécialiste de la Méditerranée et de la Terre sainte sur ce qui pouvait se passer à l’occasion des grands pèlerinages. Le plus commode sera de suivre la chronologie des différentes expéditions2.

LA PREMIERE CROISADE : UN RAPPEL

2Quelques Lorrains ont pu entendre Urbain II lancer son fameux cri de ralliement, s’il en fut bien ainsi. Le bouche à oreille a parfaitement fonctionné à la frontière de la France et de l’Empire, et c’est ainsi que, si des habitants de cette région ont répondu présents, ils ont d’emblée fait apparaître un fait qui devait se confirmer par la suite : la croisade a rencontré un succès incontestable en terre française, Bourgogne et Champagne, et en terre impériale francophone, c’est-à-dire en Lorraine et en Bourgogne comtale, mais peu au-delà de la frontière des langues et donc en Lorraine germanophone. Ces distinctions peuvent paraître factices ou peu signifiantes, et pourtant elles sont une manifestation supplémentaire des réactions politiques, sociales, religieuses différentes qui étaient celles de la France et de l’Empire, et dont on voyait les manifestations originales dans la marge impériale où la civilisation française trouvait une implantation naturelle. Ces remarques ne signifient pas que l’on méconnaît les croisés partis d’Allemagne ; elles doivent être entendues avec un certain recul.

  • 3 M. Parisse, Godefroy de Bouillon, le croisé exemplaire, L’histoire 47, 1982, p. 18-25.

3Un homme a symbolisé à lui seul la participation lorraine à la première croisade : Godefroid de Bouillon. On parle à tort de Lorrain à son propos et il est plus correct de parler de Lotharingien, c’est-à-dire d’un habitant de ce qui fut le royaume de Lothaire II, de la Bourgogne à la Flandre, entre la Meuse et le Rhin. Le duc Godefroid avait hérité de ses ancêtres et reçu du roi Henri IV la charge ducale de la moitié nord de la Lotharingie, tandis que la moitié sud revenait à une nouvelle dynastie, celle des Habsbourg-Lorraine. Godefroid, dit de Bouillon d’après le château qu’il engagea à l’évêque de Liège pour avoir des liquidités, était un pur produit de l’aristocratie impériale et il le montra de façon lumineuse en prenant le titre d’avoué du Saint-Sépulcre au lieu de celui de roi, qu’on lui proposait. Il marquait ainsi sa soumission parfaite à l’Église dont il se voulait seulement protecteur ; il transportait en Orient une conception qui ne se maintint pas ; son jeune frère Baudouin n’hésita pas un instant à coiffer la couronne royale3.

4Godefroid fut un des chefs de la première croisade ; il entraînait derrière lui des chevaliers et des sergents, des comtes et des seigneurs venus de régions qu’il connaissait bien. La marge lorraine lui fournit quelques combattants, dont les sources ont conservé les rares noms. Nous oublierons Godefroid d’Esch et Lambert de Montaigu, sortis de l’actuel Luxembourg. Nous retiendrons deux familles : les comtes de Toul et les comtes de Montbéliard.

  • 4 Cette première famille de comtes de Toul est bien connue dans la première moitié du xie siècle (J. (...)
  • 5 Il figure comme témoin dans les actes des évêques Udon et Pibon. Voir J. Choux, Recherches sur le (...)
  • 6 Ce mot est écrit de différentes manières : Stenay, Stadeneis (RHC Occ, I/1, p. 263 et p. 136).

5Pierre et Renard sont mentionnés par les récits des croisés comme de vaillants combattants ; ils sont régulièrement dits de Toul pour Renard et de Stenay pour son frère. L’un et l’autre en réalité appartiennent à la maison champenoise de Dampierre en Asthenois, située à la frontière de la Lorraine. Leur château paternel était établi en terre champenoise, mais avait d’étroits contacts avec les diocèses voisins de Verdun et de Toul. Au milieu du xie siècle, un certain Frédéric est comte d’Asthenois, sur un territoire dont le point fortifié s’appelle Dampierre, rappelant sans doute le nom de son fondateur (Domnus Petrus). Ce baron a épousé Gertrude, l’héritière du comté de Toul, fille d’un comte Renard4. Frédéric se rencontre dans les chartes des évêques de cette période jusqu’en 1079 ; il laisse alors deux fils, Renard et Pierre, auxquels il donne des noms apportés par sa femme pour l’un et par ses ancêtres pour l’autre. Ce sont ces deux frères qu’on retrouve sur les champs de bataille de la Terre sainte ; Renard en revint sain et sauf, puisqu’on le retrouve régulièrement ensuite à Toul5. Renard se fit accompagner à la fin de sa vie par son fils Frédéric dès 1118 et il mourut avant 1124, après avoir tenu sa charge comtale durant près de quarante-cinq ans. Pierre a laissé son souvenir dans un nécrologe à la date du 13 janvier ; il semble n’avoir laissé qu’une fille. La référence régulièrement faire à Stenay6 dans les sources de la croisade indique que Pierre y avait sa résidence habituelle. On sait que Stenay avait appartenu à la famille ducale et était tombé dans l’héritage de la comtesse Mathilde avec la localité voisine de Mouzay. La grande comtesse en fit don à l’Église de Verdun et Pierre en avait sans doute reçu la gestion en fief. Cette lignée comtale, vouée à n’avoir souvent que des filles, ne dépassa pas le milieu du xiie siècle.

  • 7 Albert d’Aix, II, 23 (RHC Occ, IV, p. 317).

6Les deux frères eurent en Terre sainte une conduite particulièrement valeureuse comme cela ressort de nombreuses mentions empruntées à diverses sources. C’est ainsi qu’Albert d’Aix dit de Louis de Montbéliard qu’il était « admirable pour ce qui est de combattre7 ».

  • 8 Pour la famille des comtes de Bar, les seules références valables sont les suivantes : M. Grosdidi (...)
  • 9 Albert d’Aix, dans RHC Occ, II, p. 23.
  • 10 Tous ces renseignements avec référence aux sources de la première croisade sont rassemblés par Gro (...)
  • 11 Voir aussi, Choux, Recherches, cité supra n. 5, p. 102-105 (« Les croisades »).

7La seconde famille qui fait alors parler d’elle en Orient est en train de se construire un avenir. Sophie, seule héritière des ducs de Haute-Lotharingie, a été mariée après 1033 à un comte Louis, établi à Montbéliard ; leur descendance regroupe au moins trois comtés : Bar, presque en Champagne, Ferrette et Montbéliard aux confins de l’Alsace et de la Bourgogne comtale8. Leur nombreuse descendance fit éclater leur héritage. Cependant Bar et Montbéliard restèrent encore soudés du temps du comte Thierry Ier, mort en 1105. D’Ermentrude de Bourgogne, sœur du futur pape Calixte II, Thierry eut plus de dix enfants ; c’est l’aîné Louis qui fit parler de lui en croisade, tandis que ses frères assuraient la continuité en trois branches : Renaud à Bar/Mousson, Frédéric à Ferrette, Thierry à Montbéliard. Albert d’Aix le désigne ainsi : Luodewicus de Monzuns, mirabilis in opère militari, filius comitis Tirrici de Montbiliarht9. Louis est cité plusieurs fois : en Italie auprès de Godefroid, au siège d’Antioche aux côtés d’un autre Lotharingien Lambert, fils de Conon de Montaigu, au siège de Jérusalem avec le comte de Flandre et Tancrède. Il serait revenu de Jérusalem pour participer à la vie de sa famille ; on ne sait si c’est bien lui qui fut assassiné par ses serviteurs en 1102 sous le nom de comte de Montbéliard10. Louis n’était pas isolé, car bien d’autres croisés de cette expédition, provenant de Lotharingie ou de Bourgogne, lui étaient apparentés11.

  • 12 Albert d’Aix, op. cit., p. 370.
  • 13 Ibid.

8Parmi les autres nobles de Lorraine que l’aventure de la première croisade avait retenus, Albert d’Aix présente un clerc messin, Adalbéron, fils du comte Conrad de Luxembourg et archidiacre dans la cité de Metz. Le chroniqueur fait état de son origine royale (de regio sanguine), et précise même qu’il était proche de l’empereur Henri IV12. Le jeune clerc, que l’on ne retrouve pas dans les sources messines, fut surpris par les Turcs alors qu’il se distrayait dans un verger avec une noble dame et il y perdit la vie13. On aimerait en savoir davantage sur l’origine familiale de ce clerc un peu léger. Une série de chanoines de ce nom se succèdent à Metz comme princiers et il n’est pas facile de les distinguer. Sans doute y a-t-il un effet du népotisme, mais cela ne suffit pas à être renseigné. Si l’on se souvient que Metz se vit donner en 1090 un évêque par l’empereur Henri IV dont on dit qu’il était cousin du souverain et dont on ignore totalement l’origine familiale, on ne s’étonnera plus de rester en panne pour un simple chanoine.

LA DEUXIÈME CROISADE

  • 14 Eudes de Deuil. La croisade de Louis VII roi de France, éd. H. Waquet, Paris 1946, p. 40.
  • 15 Ibid, p. 60.
  • 16 M. Parisse, Saint Bernard et l’Empire, Bernard de Clairvaux, histoire, mentalités, spiritualité, P (...)

9Si l’on suit le récit que fit Eudes de Deuil, abbé de Saint-Denis, du voyage outre-mer du roi Louis VII de France, on rencontre au moins trois Lorrains, cités de la sorte : le vénérable évêque de Metz, et son frère Renaud comte de Mousson, et l’évêque de Toul14. Les prélats ne sont pas nommément désignés mais sont connus par leur siège, et le comte de Mousson est précisément nommé. Tous trois faisaient alors partie de l’entourage du roi de France en Syrie, Alemannos non ferentes, écrit Eudes de Deuil15. Cette remarque, qui ne peut s’inventer, est révélatrice. Les croisés lorrains se sont attachés à la troupe du roi de France qui avait fait une halte à Metz avant de rejoindre Worms et de filer vers l’est par voie de terre. Ce texte, ajouté à ce qu’on a pu dire de la prédication de saint Bernard16, explique peut-être un relatif succès de la croisade auprès des Lorrains. En réalité il semble qu’on puisse en savoir plus sur le contingent lorrain de la deuxième croisade.

  • 17 Grosdidier, Le Comté, p. 168-171 ; Poull, La Maison, p. 97-99.

10Pour ce qui est du comte Renaud Ier de Mousson et de Bar, fils du comte Thierry de Montbéliard et neveu du Louis de Mousson de la première croisade, il était à la fin de sa vie, ayant pris la tête du comté barrois en 110517. Devenu borgne, il avait fait montre d’une grande ardeur dans l’établissement de son pouvoir, en particulier au détriment de l’évêché de Verdun. Marié à une fille du comte lorrain de Vaudémont, Gisèle, il en avait eu de nombreux enfants. Son fils aîné, Hugues, était mort prématurément lors d’un siège ; le second, Renaud, était l’héritier désigné ; un troisième garçon, Thierry, faisait carrière dans l’Église et avait reçu une prébende auprès de son oncle Etienne, évêque de Metz.

  • 18 S. Bormans, E. Schoolmeesters, Cartulaire de l’église Saint-Lambert de Liège, 1, Bruxelles 1893, p (...)

11Renaud était peut-être l’un de ces barons qui, après avoir beaucoup combattu l’Église, voulaient se mettre à son service. Il semble s’être croisé dès l’année 1128, si l’on en croit un acte de Saint-Lambert de Liège18. Il réalise son vœu vingt ans plus tard. A la veille de partir il fait plusieurs dons aux chanoines réguliers de Saint-Pierremont :

  • 19 M. Parisse, Actes des princes lorrains. Actes des comtes de Bar, Nancy 1972, n° 17, p. 56.

Le comte Renaud, qui avait obtenu le fief de Briey et s’apprêtait à partir pour Jérusalem, avec l’accord de sa femme et de ses enfants, loua et confirma, par une charte et par son sceau, pour que cela demeure pour toujours aux frères, ce que la comtesse Mathilde, sa parente, avait donné à cette même abbaye. Il donna en plus, avec sa femme et ses enfants, les sièges des moulins de Xarné, ce que Garnier Ronde avait déjà donné. Il donna, avec l’accord de son fils Renaud, le moulin voisin de Grammoz19.

12Renaud ne revit pas son pays, car il mourut en mer dans le voyage de retour, comme cela est mentionné accessoirement dans le même cartulaire de Saint-Pierremont dans les termes suivants :

  • 20 Ibid., n° 18, p. 57. Voir J. Denaix, Quand est mort Renaud Ier de Bar ?, Bulletin de la société d’ (...)

...sire Renaud, comte de Bar et seigneur du château de Briey, au retour de son pèlerinage de Jérusalem, mourut en mer et donna à l’église de Saint-Pierremont un moulin situé devant Briey et qui était de son droit, en présence et avec l’accord de ses fils Thierry, princier de Metz, et de Renaud comte de Bar, en présence aussi de deux chevaliers, Thierry de Saussenrupt et Payen d’Azannes20.

  • 21 Jean Denaix retient la fourchette février-mars, mais Grosdidier de Matons emprunte au nécrologe de (...)

13La mort se situerait entre mars et juin 114921,

  • 22 Cartulaire de Saint-Pierremont, BnF, nouv. acq. lat. 1608, fol. 14r.

Après que les deux frères furent revenus chez eux, le seigneur princier Thierry, qui avait hérité le gouvernement du château de Briey, au jour anniversaire de la mort de son père, vint à l’église de Saint-Pierremont et après avoir célébré dignement le service anniversaire, au chapitre des frères, refit et confirma la donation et l’aumône que son père avait faites dudit moulin et déposa le don sur l’autel en présence et à la vue de nombreux membres de la domesticité de Briey qui étaient venus avec lui22.

14Cette notice nous apporte ainsi de nouveaux enseignements : quand Renaud fit sa donation sur le bateau qui le ramenait en Lorraine, il avait à ses côtés ses deux fils, le princier du chapitre de Metz Thierry et le futur comte de Bar Renaud II, avec deux chevaliers. On peut retrouver d’autres participants à cette croisade.

15L’évêque de Toul, qui est évoqué par Eudes de Deuil, était Henri de Lorraine, frère du duc Simon Ier (1115-1138) et oncle de Mathieu Ier (1138-1176). Il avait fait part de son intention de partir outre-mer au moment du passage des troupes françaises, comme le rapporte le préambule d’une charte de donation destinée à l’abbaye Saint-Mansuy de Toul et donnée en 1147 :

  • 23 Acte pour Saint-Mansuy, éd. Gallia Christiana XIII, instr., col. 504.

...enflammé par le désir de prendre la route de Jérusalem, je me suis soucié de corriger les torts que j’ai causés, espérant par l’intervention de saint Mansuy et des frères qui servent Dieu dans ce monastère, bénéficier de leurs prières et pour que mon souvenir puisse être conservé parmi eux avec plus de force au cours du voyage, ou bien, dans le cas où il m’arriverait d’approcher le terme de ma vie, pour qu’ils assurent avec plus de soin des obsèques à mon cadavre23.

16L’évêque offre l’autel de Dombasle, où il favorise la fondation d’un prieuré pour la même abbaye ; il mentionne à cette occasion le retour récent de Jérusalem d’un clerc nommé Hugues, ce qui nous confirme que de nombreux pèlerins quittaient régulièrement la Lorraine. La précaution que prend Henri de Lorraine d’assurer qu’on se souviendra de lui habite également le chevalier Simon de Parroy, qui, dans le même temps, engage un fief auprès de l’église de Saint-Dié moyennant le versement de douze livres. La charte, scellée par l’évêque, a été dressée au dernier instant si l’on en juge au protocole suivant :

  • 24 Original AD des Vosges G 254 n° 2 ; éd. A. Philippe, Les chartes-parties des Archives départementa (...)

Au moment où le roi des Français Louis et l’incroyable armée de toute l’Asie avaient décidé de partir pour Jérusalem avec armes et chevaliers pour soutenir la foi et dilater la chrétienté, Simon de Parroy, ayant pris la croix (cruce suscepta), exprimant le même désir, a engagé auprès de l’église de Saint-Dié le fief de trente sous monnaie de Saint-Dié qu’il tenait de l’évêque de Toul...24.

  • 25 H. Collin, Le prétendu « ban royal » de Toul au Moyen Âge et l’affaire du château de Gondreville, (...)
  • 26 AD des Vosges, XXXVII H 5 n° 2 ; éd. A. Calmet, Histoire ecclésiastique et civile de Lorraine, Nan (...)

17Durant l’absence de ce même évêque, son neveu, le duc Mathieu Ier de Lorraine ne resta pas inactif, en bien comme en mal. Il s’établit dans un château à Gondre-ville, en un lieu normalement protégé contre les ambitions ducales, ce qui entraîna un long conflit entre les deux parents25. Par ailleurs en 1148, répondant semble-t-il à une demande de sa mère Adélaïde, il fonda une abbaye pour accueillir des religieuses cisterciennes. La vieille duchesse, qui s’était retirée dans l’abbaye bourguignonne du Tart, souhaitait ainsi revenir en Lorraine en y installant une communauté à l’Etanche (appelée Valduc au début). La solennité de la fondation fut confirmée par la rédaction de trois grandes chartes, celle du duc en 1148, celle de l’évêque du lieu en 1149, celle de l’archevêque de Trèves en 1150. Celle de l’évêque doit nous retenir : datée de Varangéville le 10 août 1149, elle s’achève par la mention des barons qui étaient témoins : Etienne, évêque de Metz, Thierry, princier, Henri, comte de Salm, Hugues, comte de Vaudémont, Renaud, comte de Bar, Albert, comte de Chiny, Folmar, comte de Sarrewerden, Gobert d’Apremont. On considère volontiers que cette liste donne les noms de croisés revenant juste d’Orient, car on est assuré qu’Étienne, Thierry, Hugues, Renaud y étaient allés ; les autres devaient faire partie du même voyage de retour26.

Fig. 1 - Les comtes de Bar et leur famille en croisade (en gras, les participants à une croisade)

18L’identification des témoins de la charte de l’Étanche ne pose pas de problème : Renaud de Bar est le fils de ce comte dont nous venons de voir qu’il était mort en mer lors du retour. Etienne de Bar, évêque de Metz (1120-1162), était le frère de ce comte défunt et l’oncle du princier de Metz Thierry de Bar et du jeune comte Renaud (1149-1170). Henri Ier, comte de Salm (vers 1133-1170), était le fils d’une Agnès de Bar, sœur du même évêque. Hugues Ier, comte de Vaudémont (1120-1154), était beau-frère de défunt Renaud de Bar. Albert III, comte de Chiny (1125-1162), était un gendre du même comte. Folmar Ier, comte de Sarrewerden (vers 1131-après 1149) avait épousé une Etiennette de Montbéliard de la même famille de Bar. La liste s’achève par un seigneur, Gobert (IV) (d’Apremont) (1147-1162). À cette liste on peut ajouter le nom du sire de Broyés, Hugues, qui a épousé Étiennette, fille de Renaud Ier de Bar et dame de Commercy. On le voit : à l’évidence c’est tout un groupe familial qui était parti pour Jérusalem, parents proches du vieux comte de Bar, ou vassaux. Le seul qui détonait d’une certaine manière dans ce groupe est justement l’évêque de Toul, qui appartient à la dynastie ducale, normalement réfractaire à la croisade. Certes il conviendrait d’avoir des sources plus assurées de la participation de tout ce groupe à la deuxième croisade, mais l’hypothèse n’est pas gratuite.

  • 27 Ottonis et Rahewini gesta Friderici I. imperatoris, Hanovre 1884 (MGH. Script. Rer. Germ., 46), p. (...)

19Otton de Freising, qui parle de cette croisade, cite notamment l’évêque de Metz ; pour ce qui est de l’évêque de Toul, il ne l’a mentionné que pour sa parenté : « Henri, frère du comte Thierry de Flandre. » Ce rapprochement parental peut surprendre qui a oublié que le duc de Lorraine Thierry s’était marié deux fois : d’abord avec Hedwige de Formbach qui lui donna son fils et successeur Simon Ier, puis avec Gertrude de Flandre dont il eut notamment le futur comte de Flandre Thierry et cet évêque de Toul, Henri. L’évêque bavarois ajoute à leur nom celui de Théodouin, cardinal-évêque de Porto et légat du Siège apostolique, auparavant abbé de Gorze en Lorraine. Voici la phrase de la chronique considérée : « Le roi des Français, Louis, peu après, le suivit, emmenant avec lui parmi les nôtres des Lorrains, dont les princes ou les grands étaient les évêques Etienne de Metz et Henri de Toul, les comtes Renaud de Mousson et Hugues de Vaudémont27... »

  • 28 M. François, Histoire des comtes et du comte’ de Vaudémont, Nancy 1936, p. 24-39.

20Un grand baron de Lorraine se trouve ainsi doublement attesté : le comte Hugues de Vaudémont. Il n’est sans doute pas inutile de revenir sur sa personne à propos de laquelle de nombreuses erreurs ont été sans cesse répétées. A l’origine de ces erreurs se trouve l’historien de cette famille comtale, Michel François28. Quelques actes du fonds de l’abbaye de Beaupré l’avaient conduit à penser qu’Hugues avait disparu en Terre sainte durant de nombreuses années avant de réapparaître en Lorraine alors que son fils Gérard lui avait déjà succédé. L’interprétation de l’historien de Vaudémont était la suivante : le comte Hugues était parti en croisade et n’en était revenu que seize ans plus tard alors que tout le monde le croyait mort. Cette relation serait sans doute passée inaperçue sans la découverte fortuite d’une statuette représentant un couple formé d’un croisé serrant tendrement contre lui son épouse. Ce bel objet, aujourd’hui exposé dans l’église des Cordeliers du Musée historique lorrain de Nancy, fut découvert dans le sous-sol du prieuré de Belval, fondation des comtes de Vaudémont au profit de l’abbaye de Moyenmoutier. Parmi les hypothèses émises alors sur le sens et l’origine de la sculpture, figurait la suivante : il s’agissait du comte de Vaudémont revenant tout vieilli de la croisade. Cette explication touchante eut le mérite de séduire immédiatement les historiens et l’on ne compte plus aujourd’hui les ouvrages, lorrains, français et occidentaux, qui publient une reproduction du couple, parfois donné clairement comme Hugues de Vaudémont et Aigeline de Bourgogne.

  • 29 Obituaire de l’abbaye de Beaupré, Ordre de Citeaux, diocèse de Toul, publié par l’abbé J. Choux, N (...)

21En réalité, on vient de le voir : Hugues de Vaudémont était de retour en 1149 avec les autres Lorrains croisés et le chroniqueur Jean de Bayon donne même l’année de sa mort en 1154, tandis que le jour nous est proposé par l’obituaire de Beaupré : 4 février29. Il faut oublier cette histoire romancée.

  • 30 É. Duvernoy, Le duc de Lorraine Mathieu Ier (1139-1176), Paris 1904, p. 39-40.
  • 31 Chronicon sancti Clementis Mettense (MGH, SS, 24), p. 500-501.
  • 32 Voir la liste proposée par Poull, La Maison, p. 97.

22Pour les comtes de Salm et de Sarrrewerden, on ne dispose pas d’autres indications permettant d’assurer leur présence en Terre sainte aux côtés de leurs parents lorrains. Des chevaliers plus modestes partirent également pour Jérusalem. Là encore le cartulaire de Saint-Pierremont fait état de donations faites avant leur départ par Gérard de Béchamps (fol. 18r), par Jean de Susange (fol. 20v), par Frédéric Mustell (fol. 21 v), chacun voulant avoir pour partir quelques dizaines de sous. Le rassemblement de toutes les mentions disparates empruntées aux chartes et aux chroniques devrait permettre d’en savoir un peu plus. Ajoutons qu’une charte du duc Mathieu nous apprend que Simon de Parroy et Thierry de Saint-Hilaire avaient aussi fait le voyage outre-mer30, tout comme l’abbé de Saint-Clément de Metz, Simon31. En réalité bien d’autres noms pourraient encore être ajoutés si on procédait à un dépouillement approfondi des chartes données à cette époque32.

AUTRES CROISADES

La troisième croisade

  • 33 Rigord, De gestis Philippi Augusti, dans Histoire des Gaules, t. XVII, p. 25.
  • 34 E. Martin, Histoire des diocèses de Toul, de Nancy et de Saint-Dié. 1, Des origines à la réunion d (...)

23Le mariage du comte de Bar Renaud II avec Agnès de Champagne en fit un parent proche par alliance des rois de France, et les comtes Henri Ier et Thiébaut Ier étaient ainsi cousins germains de Philippe-Auguste. On ne s’étonne donc pas de rencontrer le jeune comte de Bar à Gisors quand le 21 janvier 1188 les rois de France et d’Angleterre décidèrent de se rendre en Terre sainte33. Le seigneur d’Apremont partit avec le comte de Bar, si l’on en croit une mention puisée dans un acte de son petit-fils. Ce baron lorrain trouva la mort en Orient, ce qui laissa la seigneurie en difficulté pour quelques années. Cette croisade attira aussi l’évêque de Toul Pierre de Brixey, fidèle à son empereur Frédéric Barberousse. Pierre n’en revint pas vivant et la date de sa mort est fixée en 1191, au cours de l’été34.

  • 35 Le récit de cette attaque aventureuse en a été fait dans les mêmes termes par Grosdidier, Le Comté (...)

24Henri Ier, comte de Bar, demeura fidèle à la ligne de sa famille. Il n’attendit pas les rois pour partir et se retrouva en bonne compagnie en Terre sainte au début de 1190. Le siège d’Acre, mené par Saladin, traînait en longueur. A l’occasion d’une feinte du chef musulman, le comte de Bar s’engouffra dans son camp avec quelques imprudents. L’affaire tourna mal et Henri en revint gravement blessé. Il mourut deux semaines plus tard le 19 octobre 1190. Mort célibataire, il laissait la totalité de son héritage à son frère Thiébaut, déjà seigneur de Briey35.

La quatrième croisade

  • 36 Grosdidier, Le Comté, p. 228-230 ; Poull, La Maison, p. 143-144.

25Les croisades continuèrent de susciter l’enthousiasme, mais étaient de gros consommateurs d’hommes ; elles avaient besoin de chefs. Quand il fut question de lancer une quatrième croisade, les amateurs sollicitèrent le comte de Champagne, le duc de Bourgogne, puis le comte de Bar. Ce dernier venait de s’emparer du comté de Luxembourg et d’en épouser la jeune héritière. Il déclina l’offre flatteuse. Il ne renonçait pourtant pas à payer son tribut à la lutte pour la chrétienté et s’engagea à la fin de sa vie, en 1211, dans la croisade des Albigeois. Les historiens du comté ont repris les sources narratives qui conduisent le comte vers Carcassonne jusqu’à son renoncement et son retour36.

La cinquième croisade

  • 37 Ibid., p. 186.
  • 38 Grosdidier, Le Comté, p. 296-299 ; Poull, La Maison, p. 186-189.

26En 1214, Henri II a succédé à son père Thiébaut à la tête du comté de Bar. C’est un homme énergique qui agrandit et consolide sa principauté. C’est à l’approche de la cinquantaine qu’il décide de sacrifier à la tradition du pèlerinage outre-mer. Il entraîne ou suit, comme de coutume, des grands de son entourage familial et vassalique : Henri de Grandpré, Hugues de Vaudémont, Joffroi de Bourlé-mont, Simon de Clefmont, Joffroi de Toul, Simon de Neuville, Thierry de Morville, petits seigneurs, cadets de grandes familles, chevaliers, dont beaucoup échappent au recensement37. Le départ d’Henri est postérieur à juillet 1239. Les batailles font rage en permanence. Le comte de Bar s’engage sans compter. Il fera partie des premières victimes qui suivent l’arrivée de la troupe lorraine et champenoise38. Il serait mort dès le 13 novembre 1239, laissant la place à son jeune fils Thiébaut II, lequel ne succomba pas au charme du pèlerinage et gouverna son comté durant un demi-siècle (1240-1290).

La croisade des Apremont39

  • 39 Leur situation a été bien étudiée par Mathias Auclair dans sa thèse de l’Ecole des Chartes : Polit (...)

27Une famille de nobles barons lorrains s’est illustrée aux croisades dans des conditions voisines de celle des comtes de Bar, d’abord avec ceux-ci, puis du côté français, celle d’Apremont. Pour le xiie siècle les renseignements sont relativement maigres. On a par exemple supposé plus haut que les témoins de la charte de l’Étanche en août 1149 étaient des croisés de retour, or Gobert d’Apremont était parmi eux ; son voyage en Terre sainte n’est donc pas une hypothèse totalement gratuite. Par prudence on se contentera de dire que Gobert a pu accompagner son seigneur direct, l’évêque de Metz ; on ne saurait aller au-delà.

  • 40 AD. Meurthe-et-Moselle B 478, fol. 8v, n° 13. Gobert (V) serait mort à la croisade le 26 novembre (...)
  • 41 Les œuvres de Guiot de Provins, poète lyrique et satirique, éd. J. Orr, Manchester 1915, p. 23 ; G (...)

28À la fin du siècle, les Apremont sont encore présents au moment de la troisième croisade, à laquelle ont participé le comte de Bar Henri Ier et l’évêque de Toul Pierre de Brixey. Une fugitive indication atteste que Gobert V fit une donation à l’abbaye de Rangéval avant de s’engager pour l’Orient ; la confirmation que fit son petit-fils en 1218 assure de la véracité du fait40. La liste des morts à la croisade que délivre Guiot de Provins contient le nom du seigneur d’Apremont41. Sa mort mit en difficulté son patrimoine ; son fils aîné Louis mourut lui aussi à cette époque ; l’héritier fut Joffroi, qui mourut précocement en 1204.

  • 42 L. Clouët, Histoire de Verdun et du pays verdunois, 2, Verdun 1869, p. 378.
  • 43 AASS, août, IV, 20 août, p. 380-382.
  • 44 Ch.-L. Hugo, Sacrae antiquitatis Monumenta, 2. 1731, p. 549-550; AD. Meurthe-et-Moselle B 477, fol (...)

29Gobert VI vient ensuite au premier rang. On le trouve peut-être en 1226 dans la suite du roi de France Louis VIII partant combattre contre les Albigeois, si l’on en croit l’abbé Clouët42. La certitude paraît réelle pour l’engagement du même seigneur lorrain aux côtés de Frédéric II de septembre 1225 à mai 122943. Avant de partir Gobert fit des dons aux abbayes de Belval, Rangéval et Sainte-Glossinde de Metz44.

  • 45 Testament de janvier 1250 (n. st.), Documents rares ou inédits de l’histoire des Vosges, 8, éd. J. (...)

30Le fils et héritier de Gobert VI s’appelait Joffroi et il est beaucoup question de lui dans le récit de la vie de Saint Louis, roi de France, établi comme on le sait par Jean de Joinville. Les deux hommes étaient de lointains parents et voyagèrent donc ensemble. Ils combattirent à la Mansourah et Joffroi mourut en Égypte sans doute en janvier 125045. Lui aussi paya un tribut aux croisades par fidélité à un comportement familial. Au cours du xiiie siècle, les liens des Apremont avec la Lorraine se distendent quelque peu et ces barons se rapprochent de la noblesse champenoise et des rois de France. La raison doit en être cherchée dans les mariages des seigneurs de Dampierre (Champagne) et de Rozoy (Picardie).

CONCLUSION

31L’exposé précédent n’avait pas pour but de passer en revue tous les chevaliers lorrains ayant participé aux croisades. Il voulait seulement mettre en relief une maison comtale, une dynastie de grands barons lorrains qui ont payé un lourd tribut au pèlerinage de Jérusalem. A chaque génération ou presque, un membre de cette famille est mort outre-mer et dans la plupart des cas il s’agissait du chef de famille. Cette lignée est de haute volée et elle entraîne derrière elle des grands, des seigneurs et des chevaliers. Un comte de Bar a même été sollicité pour être le chef d’une expédition. Cette dynastie, dont l’influence s’exerce sur son pays, agit de concert avec ses pairs de Bourgogne et de Champagne. En revanche il y a un mur qui les sépare de l’est de la Lorraine. Salm, Vaudémont, qui sont à l’est du Barrois, Apremont qui en est proche, tout comme Clefmont, ce sont quelques-unes des grandes familles vassales qui suivent leur chef. Au-delà de la frontière des langues, l’appel, s’il a été lancé dans cette direction, n’a eu aucun écho. La mention d’un comte de Sarrewerden est une exception et s’explique par la parenté. Les ducs de Lorraine, qui auraient pu jouer un rôle dans le même sens sont totalement absents des expéditions. A travers le phénomène de la croisade on retrouve un phénomène que d’autres examens confirment : la Lorraine francophone est vouée à s’entendre avec la Champagne et à se détourner de l’Empire auquel elle appartient naturellement. Si cela ne se fait pas encore sentir très fortement au xiie siècle, il n’y a plus de doute au siècle suivant. L’histoire des croisades donne de belles occasions d’apprécier le poids des liaisons parentales qui commandent le comportement des grandes familles nobles.

Notes

1 Les effets de l’appel d’Urbain II à la croisade aux marges impériales de la France, Le concile de Clermont de 1095 et l’appel à la croisade, Rome 1997, p. 213-220.

2 On ne tiendra pas compte de l’ouvrage suivant, qui survole la question, s’en écarte souvent et n’apporte aucune information nouvelle : Cl. Noire, La Lorraine aux Croisades, Metz 1971.

3 M. Parisse, Godefroy de Bouillon, le croisé exemplaire, L’histoire 47, 1982, p. 18-25.

4 Cette première famille de comtes de Toul est bien connue dans la première moitié du xie siècle (J. Schneider, Notes sur quelques documents concernant les cités lorraines au Moyen Âge, Revue historique de la Lorraine 87, 1950, p. 17-19).

5 Il figure comme témoin dans les actes des évêques Udon et Pibon. Voir J. Choux, Recherches sur le diocèse de Toul au temps de la réforme grégorienne. L’épiscopat de Pibon (1069-1107), Nancy 1952, passim et notamment p. 103.

6 Ce mot est écrit de différentes manières : Stenay, Stadeneis (RHC Occ, I/1, p. 263 et p. 136).

7 Albert d’Aix, II, 23 (RHC Occ, IV, p. 317).

8 Pour la famille des comtes de Bar, les seules références valables sont les suivantes : M. Grosdidier de Mătons, Le Comté de Bar des origines au Traité de Bruges (Vers 950-1301), Metz 1922, et G. Poull, La Maison souveraine et ducale de Bar, Nancy 1994.

9 Albert d’Aix, dans RHC Occ, II, p. 23.

10 Tous ces renseignements avec référence aux sources de la première croisade sont rassemblés par Grosdidier, Le Comté, cité supra n. 8, p. 110-111. Ils sont repris par Poull, La Maison, cité supra n. 8, p. 82-83.

11 Voir aussi, Choux, Recherches, cité supra n. 5, p. 102-105 (« Les croisades »).

12 Albert d’Aix, op. cit., p. 370.

13 Ibid.

14 Eudes de Deuil. La croisade de Louis VII roi de France, éd. H. Waquet, Paris 1946, p. 40.

15 Ibid, p. 60.

16 M. Parisse, Saint Bernard et l’Empire, Bernard de Clairvaux, histoire, mentalités, spiritualité, Paris 1992, p. 401-427.

17 Grosdidier, Le Comté, p. 168-171 ; Poull, La Maison, p. 97-99.

18 S. Bormans, E. Schoolmeesters, Cartulaire de l’église Saint-Lambert de Liège, 1, Bruxelles 1893, p. 58-60, n° 36 : ...me disponente ire Iherosolimam.

19 M. Parisse, Actes des princes lorrains. Actes des comtes de Bar, Nancy 1972, n° 17, p. 56.

20 Ibid., n° 18, p. 57. Voir J. Denaix, Quand est mort Renaud Ier de Bar ?, Bulletin de la société d’histoire et d’archéologie de la Meuse 1, 1964, p. 125-126.

21 Jean Denaix retient la fourchette février-mars, mais Grosdidier de Matons emprunte au nécrologe de Saint-Clément la date du 24 juin (p. 171). Cette dernière date mériterait assez la confiance, car l’abbé de Saint-Clément faisait partie de l’expédition (MGH, SS, 24, p. 500-501). Mais le nécrologe de Saint-Pierremont (Bibl. Metz, ms. 1714), où Thierry a fait le service anniversaire de son père, donne la date du 2 mars. Cette dernière donnée est la plus plausible.

22 Cartulaire de Saint-Pierremont, BnF, nouv. acq. lat. 1608, fol. 14r.

23 Acte pour Saint-Mansuy, éd. Gallia Christiana XIII, instr., col. 504.

24 Original AD des Vosges G 254 n° 2 ; éd. A. Philippe, Les chartes-parties des Archives départementales des Vosges, Bulletin philologique et historique, 1921, p. 162-163.

25 H. Collin, Le prétendu « ban royal » de Toul au Moyen Âge et l’affaire du château de Gondreville, Annales de l’Est, 1967, p. 345-354.

26 AD des Vosges, XXXVII H 5 n° 2 ; éd. A. Calmet, Histoire ecclésiastique et civile de Lorraine, Nancy 1728, 2, preuves, col. 333-334 ; 2e éd., Nancy 1757, 5, preuves, col. 334-336.

27 Ottonis et Rahewini gesta Friderici I. imperatoris, Hanovre 1884 (MGH. Script. Rer. Germ., 46), p. 52.

28 M. François, Histoire des comtes et du comte’ de Vaudémont, Nancy 1936, p. 24-39.

29 Obituaire de l’abbaye de Beaupré, Ordre de Citeaux, diocèse de Toul, publié par l’abbé J. Choux, Nancy 1968, p. 24.

30 É. Duvernoy, Le duc de Lorraine Mathieu Ier (1139-1176), Paris 1904, p. 39-40.

31 Chronicon sancti Clementis Mettense (MGH, SS, 24), p. 500-501.

32 Voir la liste proposée par Poull, La Maison, p. 97.

33 Rigord, De gestis Philippi Augusti, dans Histoire des Gaules, t. XVII, p. 25.

34 E. Martin, Histoire des diocèses de Toul, de Nancy et de Saint-Dié. 1, Des origines à la réunion de Toul à la France, Nancy 1900, p. 264-265. Cet auteur propose la date du 27 août selon une source touloise ; le nécrologe de Jandeures donne le 25 juillet (Nancy, Bibl. Mun. ms. 995-3, fol. 42).

35 Le récit de cette attaque aventureuse en a été fait dans les mêmes termes par Grosdidier, Le Comté, p. 198-202, et par Poull, La Maison, p. 126-128. Ce dernier mentionne une série de chevaliers et de petits seigneurs partis également à la troisième croisade (ibid., p. 127).

36 Grosdidier, Le Comté, p. 228-230 ; Poull, La Maison, p. 143-144.

37 Ibid., p. 186.

38 Grosdidier, Le Comté, p. 296-299 ; Poull, La Maison, p. 186-189.

39 Leur situation a été bien étudiée par Mathias Auclair dans sa thèse de l’Ecole des Chartes : Politique lignagère et ambitions comtales en Lorraine. Famille et seigneurie d’Apremont des origines au début du xive siècle, Paris 1999, l, p. 146 s., 2, p. 36 s. Nous le suivons dans son exposé et ses conclusions.

40 AD. Meurthe-et-Moselle B 478, fol. 8v, n° 13. Gobert (V) serait mort à la croisade le 26 novembre 1190 (Chanoine Souplet, Le bienheureux Gobert, Sire d’Apremont en pays verdunois. Moine de Villers-en-Brabant, Verdun 1952, p. 26).

41 Les œuvres de Guiot de Provins, poète lyrique et satirique, éd. J. Orr, Manchester 1915, p. 23 ; Guiot de Provins, La Bible, vers 436.

42 L. Clouët, Histoire de Verdun et du pays verdunois, 2, Verdun 1869, p. 378.

43 AASS, août, IV, 20 août, p. 380-382.

44 Ch.-L. Hugo, Sacrae antiquitatis Monumenta, 2. 1731, p. 549-550; AD. Meurthe-et-Moselle B 477, fol. 39-40 ; Paris, BnF 10024, fol. 39v. Un long développement de la croisade de Gobert le Bienheureux figure dans : Souplet, Le bienheureux Gobert, cité supra n. 40, p. 51-63.

45 Testament de janvier 1250 (n. st.), Documents rares ou inédits de l’histoire des Vosges, 8, éd. J. Ch. Chapellier, Paris-Épinal 1884. p. 13-14.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Les comtes de Bar et leur famille en croisade (en gras, les participants à une croisade)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540