Version classiqueVersion mobile

Pillages, tributs, captifs

 | 
Rodolphe Keller
, 
Laury Sarti

Prédation et sociétés de l’Antiquité tardive au Moyen Âge

Remarques introductives

Rodolphe Keller

Texte intégral

  • 1  Vita sancti Guthlaci, ch. 16-17, éd. Bernard Colgrave, Felix’s Life of Saint Guthlac, Cambridge, C (...)

Alors qu’arrivait la force de l’adolescence et qu’un noble désir pour le commandement brûlait dans sa jeune poitrine, [Guthlac] se souvint des vaillantes actions des héros de jadis. Comme s’il se réveillait du sommeil, animé par un nouvel esprit, il prit les armes et rassembla une suite de guerriers. En dévastant par le fer et le feu les villes et les villages, les domaines et les châteaux de ses ennemis, il réunit d’autres compagnons de toutes origines, et accumula un immense butin. Ensuite, comme instruit par le conseil divin, il rendit un tiers du trésor amassé aux propriétaires1.

  • 2  Les quelques éléments connus de ce personnage se déduisent du texte. La vita est écrite par Felix (...)

1Cet extrait concerne un jeune aristocrate anglo-saxon, Guthlac, ayant vécu au tournant du viie au viiie siècle. Fils d’un noble de Mercie, il nous est connu par l’intermédiaire d’un récit hagiographique, la Vita Guthlaci, écrite par un moine d’East-Anglia, Felix2. La vita retrace le parcours de cet aristocrate qui, après une jeunesse agitée, décide d’abandonner le siècle pour embrasser la vie monastique. Dans l’économie du récit hagiographique, l’évocation de la jeunesse de Guthlac, décrit comme multipliant chevauchées et déprédations avec ses guerriers, est manifestement une manière pour le moine de mettre en scène la progression spirituelle du jeune noble et traduit, ipso facto, sa réprobation des valeurs de l’aristocratie anglo-saxonne. Ce faisant, son récit donne aussi un intéressant aperçu de la praxis des élites du monde anglo-saxon du viiie siècle, pour lesquelles la guerre et le pillage se présentent comme des modalités pleinement légitimes d’accumulation de ressources.

  • 3  Le pillage est explicitement interdit par la convention de Genève de 1949 : Actes de la conférence (...)
  • 4  Sur les réglementations contemporaines en matière de conflits armés, voir Geoffrey Best, Humanity (...)
  • 5  Michael McCormick, Eternal Victory. Triumphal Rulership in Late Antiquity, Byzantium, and the Earl (...)

2Cette même remarque vaut pour bien d’autres sociétés du passé. Si, dans notre monde contemporain, le fait de s’approprier des biens par la guerre est devenu moralement illégitime et juridiquement condamnable3 – particulièrement depuis les développements qu’a connus le droit international au xixe siècle4 –, dans les temps plus anciens la pratique du pillage dans un contexte de guerre est assez généralement admise comme légitime. Que l’on pense, en guise d’exemples, aux déprédations menées par les Hébreux de l’Ancien Testament contre les gentils, aux pillages intervenus lors des incursions barbares de l’Antiquité tardive, à ceux perpétrés plus tardivement par les Vikings, les Hongrois et les Sarrasins contre l’Occident carolingien, au sac de Constantinople en 1204 ou à celui de Rome en 1527 et, enfin, à l’appro-priation des trésors italiens et égyptiens par les troupes napoléoniennes : les témoignages de l’importance de l’appropriation de richesses en temps de guerre ne manquent pas. Non seulement le pillage apparaît dans l’histoire comme un aspect normal de l’activité guerrière, mais il en constitue parfois même une motivation importante, voire le mobile premier. L’appropriation prédatrice apparaît même, parfois, comme valorisante – ainsi les triomphes romains étaient-ils l’occasion, pour les généraux victorieux revenant de campagne, de montrer au populus Romanus le butin de guerre, témoignage de leur valeur militaire5.

3Les journées d’études qui se sont tenues à Francfort-sur-le-Main les 28 et 29 juin 2012, et dont le présent volume livre les actes, ont réuni plusieurs chercheurs dans le but de se pencher sur cette thématique de l’appropriation de biens par la contrainte guerrière, dans l’espace européen, depuis l’Antiquité tardive jusqu’au Moyen Âge. Le cadre géographique et chronologique choisi amenait à mettre en regard de multiples communautés et cultures : il a été question aussi bien des sociétés de l’Empire romain – puis de l’Orient byzantin – que des sociétés barbares qui se situent à ses marges – ennemies ou partenaires de l’empire selon le contexte. Ont été considérés aussi bien les royaumes barbares formés à partir du ve siècle dans les territoires de l’empire – royaume franc ou ostrogoth – que les sociétés d’Europe centrale et septentrionale, comme les Slaves et les Scandinaves, qui demeurent alors en dehors de la koiné chrétienne. Aussi diverses soient-elles, les sociétés considérées ont en commun d’être profondément guerrières, dans leurs valeurs et dans leurs pratiques. Pour celles-ci, la guerre se présente par ailleurs comme une importante source d’accumulation de ressources – esclaves amenés à Rome par les armées impériales, richesses pillées par les armées barbares lors des incursions dans l’empire, butins et tributs extorqués par les armées des Francs lors des guerres contre leurs voisins. Le temps et l’espace considérés sont riches en événements de prédation, au travers desquels se révèlent de multiples aspects du fonctionnement des sociétés considérées.

  • 6  Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, éd. Adrien J. Q. Beuchot, Paris, Werdet et (...)
  • 7  Ibid., p. 475.
  • 8  Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens précédés de considérations sur l’histoire de Franc (...)
  • 9  André Burguière, « L’historiographie des origines de la France. Genèse de l’imaginaire national », (...)
  • 10  Jules Michelet, Histoire de France, dans Œuvres complètes de Jules Michelet, Paris, Flammarion, t. (...)
  • 11  Ibid., p. 145-148.

4La thématique de la prédation est restée dans l’ombre pendant bien longtemps. En effet, les études qui lui sont consacrées sont, jusqu’à une période récente, demeurées très rares, ce qui peut sembler étonnant au regard de l’importance de la pratique dans tant de sociétés du passé. Ce faible intérêt nous semble devoir s’expliquer par la perspective morale qui caractérise pendant longtemps la démarche historique. La prédation – réalité connotée négativement – ne relève pas de la « grande Histoire ». Elle se trouve associée à un état barbare, voire sauvage, des sociétés humaines. Voltaire, en évoquant les Francs qui s’établissent dans l’empire au ve siècle, parle de « brigands » et de « voleurs6 ». Lorsqu’il en vient aux incursions vikings contre l’Occident chrétien, il dépeint des « sauvages », pour lesquels « le brigandage et la piraterie […] étaient nécessaires, comme le carnage aux bêtes féroces7 ». Plus tard, Augustin Thierry reprend ce thème dans ses Considérations sur l’histoire de France. Il y condamne les « nations transrhénanes », à propos desquelles il associe les « dispositions féroces » et la « soif de pillage8 », dans une charge qui doit être comprise à la lumière des débats qui agitent alors la France à propos des origines franques de la noblesse9. Plus tard, Jules Michelet, davantage philo-germanique, donne une image plus positive des Francs et autres peuples d’outre-Rhin. Plutôt que d’« invasions », il préfère déjà parler de « migrations10 ». Chez lui, la barbarie prédatrice existe toujours mais elle est, cette fois, repoussée dans la steppe asiatique. Elle est propre à ces peuples nomades qui ont tant impressionné l’Occident : Vandales, Huns, Tartares11. Dans les grandes fresques historiques traditionnelles, les historiens n’évoquent ainsi la prédation que lorsqu’elle doit servir – telle une variable d’ajustement – à caractériser négativement des sociétés, dont la figure est mobilisée en miroir de sociétés plus civilisées ou évoluées. La prédation n’est alors pas pensable comme objet de recherche autonome. L’approche positiviste, centrée sur le politique et l’institutionnel, n’y voit rien de plus que l’œuvre de sauvages et barbares, une réalité anomique parfaitement opposée à l’état de droit et de civilisation qui constitue alors l’horizon idéal de toute société.

  • 12  On peut citer : Adolf Soetbeer, « Beiträge zur Geschichte des Geld- und Münzwesens in Deutschland. (...)
  • 13  Johann C. Bluntschli, Das Beuterecht im Krieg und das Seebeuterecht insbesondere. Eine völkerrecht (...)
  • 14  Ainsi dans le travail de Johann G. Helm, Die Rechtsstellung der Zivilbevölkerung im Kriege in ihre (...)
  • 15  Karl Weinhold, « Beiträge zu den deutschen Kriegsaltertümern », Sitzungsberichte der königlich pre (...)
  • 16  Karl Lehmann, Zum altnordischen Kriegs- und Beuterecht, Heidelberg, C. Winter, 1913, p. 13-26.

5Pendant la seconde moitié du xixe siècle, plusieurs travaux intègrent cependant plus directement le thème de la prédation, bien qu’en conservant beaucoup de la perspective décrite. Si plusieurs travaux se penchent alors sur les déprédations vikings du haut Moyen Âge, c’est moins pour en comprendre les ressorts et les logiques que pour en déterminer les conséquences sur l’Occident carolingien. Plusieurs historiens – Ferdinand Lot, par exemple – soulignent ainsi leur rôle dans la crise carolingienne et en font une des causes majeures de la formation d’une société « féodale12 ». D’autres études viennent de l’histoire du droit qui se développe alors fortement dans l’Allemagne bismarckienne. Se situant à la fois dans la perspective de la Rechtsgeschichte allemande et des travaux en droit international menés depuis le xviie siècle par des juristes comme Huig de Groot ou Emmerich de Vattel à propos des bases juridiques dans la conduite de la guerre, le juriste suisse Johann Caspar Bluntschli (1808-1881) publie un ouvrage sur le droit du butin, qui devient rapidement une importante référence : Das Beuterecht im Krieg und das Seebeuterecht -insbesondere13. Le sujet continue, après cela, d’être traité presque exclusivement dans cette perspective juridique14. On peut – toujours en Allemagne – souligner toutefois l’apparition timide d’une approche plus ethnographique, motivée par la volonté de réhabiliter l’image des peuples germaniques. Karl Weinhold étudie, dans une perspective issue de la Verfassungsgeschichte, les pratiques guerrières des anciens Germains pour en souligner la dimension rituelle, en insistant sur les aspects religieux15. Karl Lehmann reprend cette approche en 1913 dans une étude sur la guerre et le pillage dans les sociétés scandinaves. Il insiste sur les normes qui codifient le partage du butin et met en avant les offrandes aux dieux, en associant ainsi la prédation au domaine du sacré16. Aussi, le pillage et le butin acquièrent une première place dans l’historiographie lorsqu’ils sont envisagés à travers la recherche des cadres normatifs liés à la guerre.

  • 17  Pour un récit rétrospectif de cette démarche, on peut consulter l’entretien donné par Jacques Le G (...)
  • 18  On peut citer à cet égard : Albert d’Haenens, Les invasions normandes en Belgique au ixe siècle : (...)

6En dehors de ces quelques travaux, relativement marginaux, le sujet demeure en dehors du champ d’exploration des historiens. Il n’a pas davantage vocation à intéresser lorsque la recherche renouvelle ses problématiques sous l’influence de l’école des Annales, qui condamne l’« histoire-bataille ». L’accent étant alors mis sur les structures sociales et économiques, sur les évolutions de long terme, sur les mentalités, toute approche de la guerre et de ce qui s’y rapporte se trouve assimilée à une histoire politique méprisée et écartée. Cela est peut-être plus vrai encore pour les médiévistes, pour lesquels un enjeu implicite a longtemps été de réhabiliter les sociétés médiévales de leur image traditionnellement négative, d’en illustrer les réalisations, de montrer l’ordre derrière les désordres. Dans leurs travaux, Georges Duby ou Jacques le Goff insistent ainsi sur la grandeur du « beau Moyen Âge » – en fait, celui des xie-xiiie siècles17. Dans ce projet historiographique – certes indubitablement fertile –, les logiques guerrières sont nécessairement reléguées à l’arrière-plan. On retrouve ce même mécanisme dans le champ des études scandinaves, dont les travaux s’efforcent, depuis les années 1960, de briser l’image sanguinaire et brutale que les sources carolingiennes donnaient des Vikings. Il faut alors donner une tout autre perspective sur les sociétés scandinaves, projet qui amène – par un effet de balancier – à insister surtout sur l’économie, la culture, les rituels, les formes d’échange18.

  • 19  Philip H. Grierson, « Commerce in the dark Ages: a critique of the evidence », Transactions of the (...)
  • 20  Karl Polanyi, The Great Transformation. The Political and Economic Origins of Our Time, Boston, Be (...)
  • 21  Georges Duby, Guerriers et paysans, viie-xiie siècles. Premier essor de l’économie européenne, Par (...)

7On peut identifier, à partir des années 1950, quelques premiers jalons d’une approche historiographique différente de la prédation. Les premières suggestions viennent du champ de l’histoire économique. En 1959, Philip Grierson, spécialiste de numismatique, propose un article sur le commerce au haut Moyen Âge, dans lequel il souligne que la circulation des biens se faisait à cette époque par des modalités diverses, qui étaient loin de se résumer à l’échange commercial. Il insiste particulièrement sur le don, sur le pillage, sur les prélèvements de tributs19. La réflexion de Grierson s’inscrit dans un renouvellement de l’approche historique du fait économique, suscité par la parution du travail de Karl Polanyi, pour lequel les économies prémodernes, « encastrées » dans le social, ne peuvent être appréhendées par les grilles d’analyse de l’économie contemporaine20. Cette perspective, qui alimente le débat entre primitivistes et modernistes en histoire ancienne, et entre substantivistes et formalistes en anthropologie, se retrouve dans le travail de Georges Duby qui, inspiré par les travaux d’anthropologues, contribue aussi à introduire une vision renouvelée des économies médiévales. Dans son ouvrage Guerriers et paysans (1973), lorsqu’il traite de l’économie du haut Moyen Âge, il prend la mesure de l’importance de la guerre comme « activité économique régulière » et consacre une partie importante de sa réflexion à l’« économie du pillage, du don et de la largesse21 ». Il met en avant la complémentarité entre le don et la prédation, qu’il associe à l’exercice du pouvoir aristocratique, dans une réflexion qui semble inspirée de Marcel Mauss :

  • 22  Ibid., p. 60.

Ravir, offrir : ces deux actes complémentaires gouvernent pour une très large part les échanges de bien. Une intense circulation de dons et de contre-dons, de prestations cérémonielles et sacralisées parcourt d’un bout à l’autre le corps social : ces offrandes détruisent en partie les fruits du travail, mais elles assurent une certaine redistribution de la richesse22.

  • 23  Ibid., p. 11-12.

8Le regard porté par Georges Duby innove ainsi en profondeur les perspectives, bien qu’il s’inscrive dans une démarche fortement empreinte d’évolutionnisme. Sa description des économies altimédiévales est guidée par la volonté d’« observer dans ce monde très primitif les mouvements de croissance qui, peu à peu, entre le viie et le xiie siècle, l’ont fait émerger de la sauvagerie23 », idée qui s’articule fort bien avec le paradigme mutationniste développé auparavant.

  • 24  La bibliographie sur le sujet est abondante ; parmi d’autres, citons Jürgen Hannig, « Ars donandi. (...)
  • 25  Parmi les travaux, on peut mentionner celui de Michel Aberson, Temples votifs et butin de guerre d (...)
  • 26 Marianne Bonnefond-Coudry, Michel Humm (éd.), Praeda : butin de guerre et société dans la Rome rép (...)
  • 27  Fritz Redlich, De praeda militari: Looting and Booty (1500-1815), Wiesbaden, F. Steiner, 1956. Dan (...)
  • 28 Kenneth R. Andrews, Trade, Plunder, and Settlement, Cambridge, Cambridge University Press, 1984 ; (...)
  • 29 Philippe Contamine, « Rançons et butins dans la Normandie anglaise (1424-1444) », dans La guerre e (...)
  • 30  Timothy Reuter, « Plunder and tribute in the Carolingian empire », Transactions of the Royal Histo (...)
  • 31  On peut évoquer, par exemple, les travaux récents de Régine Le Jan sur l’articulation entre les st (...)
  • 32 Eleanor Searle, Predatory Kinship and the creation of Norman Power, 840-1066, Berkeley/Los Angeles (...)
  • 33 Michael Jucker, « Plünderung, Beute, Raubgut : Überlegungen zur ökonomischen und symbolischen Ordn (...)
  • 34  Les actes en ont été publiés récemment : Laurent Feller, Ana Rodriguéz (éd.), Objets sous contrain (...)
  • 35  Horst Carl, Hans-Jürgen Bömelburg (éd.), Lohn der Gewalt. Beutepraktiken von der Antike bis zur Ne (...)
  • 36  Rodolphe Keller, Les profits de la guerre. Prédation et pouvoir dans le monde franc (vie-xe siècle (...)

9L’insistance de Philip Grierson et de Georges Duby sur les modalités non marchandes de circulation des biens allait de pair avec une attention croissante, dans le domaine de la recherche historique, sur les mécanismes de l’échange de dons. Depuis les années 1970, cette thématique a reçu des développements considérables et elle continue de représenter un aspect majeur de la recherche24. La thématique de la prédation n’apparaît en revanche que plus tardivement et plus timidement. Depuis les années 1980, quelques travaux ont été menés sur la Rome antique, focalisés principalement sur le traitement du butin25. Un récent programme de recherche, dirigé par Michel Humm et Marianne Coudry de l’université de Strasbourg, a poursuivi les recherches sur ce point26. En histoire moderne, une première approche est proposée dès 1956 par Fritz Redlich, dans une perspective encore fortement juridique27. Par la suite, plusieurs travaux apparaissent sur une thématique voisine, celle de la piraterie et la guerre de course28. En médiévistique, le thème fait également son apparition. En 1978, Philippe Contamine propose une analyse sur les butins et les rançons dans le cadre de la guerre de Cent Ans29. Mais un des renouvellements les plus importants de la perspective vient de Timothy Reuter, dont l’étude proposée en 1985 constitue la première tentative pour penser la prédation comme un fait social30. Il souligne que l’Occident carolingien se révèle aussi entreprenant en la matière que les peuples traditionnellement dépeints dans ce rôle, comme les Scandinaves. Les acteurs francs – royauté, aristocratie – se montrent fréquemment engagés dans une activité de pillage et de prise de tributs auprès des peuples voisins, ce qui s’explique par la nécessité d’alimenter les échanges matériels entre les élites et d’entretenir les suites armées des puissants. L’historien voit là un facteur important des équilibres et des dynamiques sociopolitiques dans le monde carolingien. Depuis lors, à la faveur, d’une part, d’une influence croissante de l’anthropologie et, d’autre part, d’un retour du politique, abordé sous de nouvelles perspectives31, les éclairages deviennent progressivement plus nombreux. Parmi ceux-ci on peut indiquer l’étude d’Eleanor Searle, qui propose une analyse originale de l’installation des Vikings en terre franque. La guerre prédatrice constituerait un facteur de cohésion des groupes de parenté installés dans la Normandie du xe siècle32. Les travaux de Michael Jucker sur les pratiques du bas Moyen Âge l’amènent à mettre en avant l’importance symbolique du butin33. Un récent colloque sur « Les objets sous contrainte », tenu à Auxerre en 2007, a également donné une large place aux modalités de l’appropriation violente34. Enfin, on peut signaler l’existence d’un groupe de chercheurs allemands dont les travaux portent sur les Gewaltgemeinschaften – groupes sociaux dont le fonctionnement et la reproduction sont fondés en large partie sur l’exercice de la violence – et qui ont récemment publié un colloque sur les profits de la guerre35. Mes travaux sur la prédation dans le monde franc36 s’inscrivent dans ce même mouvement. S’ouvre ainsi progressivement un champ d’étude qu’il nous faut maintenant interroger plus précisément dans ses contours.

  • 37 Reuter, « Plunder and tribute… », art. cité, p. 87.
  • 38 Louis Dumont, Groupes de filiation et alliance de mariage. Introduction à deux théories d’anthropo (...)

10Bien que nous ayons jusqu’ici parlé d’une historiographie de la « prédation », en réalité ce concept ne figure pas, en tant que tel, dans l’arsenal conceptuel traditionnel des historiens. Nous proposons son usage afin de mieux circonscrire l’objet d’étude envisagé. Des pratiques diverses sont en effet susceptibles d’être ici examinées : le pillage, certes, mais aussi la capture d’ennemis de guerre – parfois asservis, parfois rendus contre rançon –, le rapt de femmes, le prélèvement de tributs imposés par la force. Ces pratiques se présentent dans nos sources par un vocabulaire varié et se distinguent dans la mise en œuvre pratique. Au-delà de ces différences, elles partagent toutefois une même logique, celle de l’appropriation de ressources par l’usage de la force. Lorsque les Vikings mènent leurs incursions dans le monde carolingien, ils pillent ou imposent des tributs par la terreur, dans une démarche qui est dans l’ensemble prédatrice. Les tributs annuels imposés par les Carolingiens aux gentes voisines se présentent – selon le mot de Timothy Reuter – comme un « pillage institutionnalisé », dont le versement n’est assuré qu’au prix de fréquentes expéditions guerrières37. Un champ cohérent de la pratique se révèle donc à nous, que le concept de prédation – considérée senso latu – permet le mieux de circonscrire. Il convient toutefois de conserver à l’esprit qu’il s’agit là d’une notion non indigène, pour laquelle nous ne trouverions pas de réel équivalent dans les sociétés concernées, et qu’elle correspond ainsi à ce que l’anthropologue Louis Dumont appelle un « système nominal », un outil conceptuel qui permet d’abstraire un segment logique de la vie sociale (tel le statut social, la hiérarchie ou l’économie), par opposition à un « système réel », objet qui, reconnu dans sa réalité par une société elle-même, s’inscrit en tant que tel dans son système symbolique38.

  • 39  Claude Lévi-Strauss, « Guerre et commerce chez les Indiens d’Amérique du Sud », Renaissance. Revue (...)
  • 40  Philippe Descola, « Les affinités sélectives : alliance, guerre et prédation dans l’ensemble jivar (...)
  • 41  Dimitri Karadimas, « Le don ou le droit à la prédation. Le rituel des esprits des animaux chez les (...)
  • 42  Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, p. 426-439.

11Le concept de prédation a une histoire déjà longue en anthropologie, dont l’apport se révèle ici encore déterminant. Les réflexions les plus abouties viennent des chercheurs qui ont consacré leurs travaux aux sociétés indigènes d’Amérique latine et qui se sont concentrés, plus spécifiquement, sur la place de la guerre au sein de ces sociétés. Ils encouragent à se départir d’une conception pathologique de la pratique guerrière qui constitue le cadre de la prédation. Claude Lévi-Strauss, dans une réflexion qui place déjà l’échange au cœur de la vie sociale, voyait ainsi dans l’activité guerrière une manière d’établir entre les tribus le « lien inconscient de l’échange, peut-être involontaire mais en tout cas inévitable, des prestations réciproques essentielles au maintien de la culture39 ». Plus récemment, Philippe Descola, prenant ses distances avec les tentatives consistant à dégager la finalité de la guerre dans les sociétés humaines, préfère constater que la guerre constitue une « manifestation spécifique de certains types de rapports sociaux à travers lesquels l’identité, les frontières ethniques et les positions statutaires sont constamment négociées et reproduites40 ». Ces mêmes observateurs des sociétés indigènes d’Amérique latine soulignent également l’importance de la prédation comme aspect de la pratique guerrière. Pour Eduardo Viveiro de Castro, qui a posé les bases du débat actuel, le rapport guerrier et la prédation constituent les formes paradigmatiques du rapport à l’environnement et à l’Autre dans les sociétés amazoniennes41. Philippe Descola, qui a beaucoup travaillé sur les Jivaros amazoniens et sur leurs pratiques guerrières, voit dans la prédation un phénomène de destruction productive indispensable à la reproduction – matérielle et symbolique – d’un individu ou d’un groupe. Elle ne relève pas d’une volonté d’anéantissement gratuite, mais elle transforme au contraire la proie en un objet de la plus haute importance : la condition même de sa survie. La prédation se présente ainsi comme l’une des modalités fondamentales de l’action humaine42.

  • 43 Paul Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Seuil, 1 (...)
  • 44 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », dan (...)
  • 45 Alain Testart, « Qu’est-ce qu’un don ? », dans Eliana Magnani (éd.), Don et sciences sociales, op. (...)
  • 46 Descola, Par-delà nature et culture, op. cit., p. 426-439.

12Pour mieux restituer la place qu’elle occupe dans la pratique sociale, le mieux est sans doute de ne pas envisager la prédation isolément, mais comme un élément d’un champ plus large, celui de l’ensemble des modalités de transfert de biens. La symétrie entre don et prédation était déjà implicite chez Georges Duby. Mais les réflexions les plus abouties sur le concept figurent dans des travaux qui tentent de proposer un schéma général des modalités de transfert de biens. Plusieurs chercheurs se sont essayés à cet exercice. Paul Veyne, dans sa recherche sur l’évergétisme romain, a été amené à établir une distinction entre le cadeau, l’hommage, l’échange et, enfin, « la prestation, où je me vois obligé par la violence ou l’autorité de transférer des biens à autrui sans retirer de cette redistribution la moindre satisfaction personnelle ni, évidemment, matérielle43 », catégorie dans laquelle on peut regrouper aussi bien le prélèvement fiscal que l’appropriation de biens dans un cadre guerrier. Plus récemment, la question a été reprise par Alain Testart, dans le cadre d’une remise en cause de la conception traditionnelle du don, qu’avait élaborée Marcel Mauss et qu’avait approfondie Claude Lévi-Strauss44. Testart distingue nettement le don de l’échange d’une part et, d’autre part, il en distingue une catégorie de prestations matérielles, qu’il appelle les « t3t » (transferts du troisième type), qui incluraient l’impôt ou le tribut45. Notons que, dans son modèle, il ne considère pas le cas de l’appropriation par la force – ce qui revient à considérer qu’elle ne s’inscrit pas dans la normalité de la pratique sociale, mais constitue, au contraire, une pratique en quelque sorte pathologique. Ce n’est pas le cas d’une autre proposition de taxinomie des formes de transfert de bien, celle élaborée par Philipe Descola. Celui-ci distingue trois formes de base : le don, l’échange, la prédation. Cette dernière, envisagée comme une « contrainte fondamentale inhérente à la vie animale », se différencie de l’échange, en tant que le transfert d’un bien n’est pas conditionné par l’obtention d’une contrepartie, et du don, en tant qu’elle est imposée par le bénéficiaire46.

  • 47  Marshall Sahlins, Stone Age Economics, Chicago, Tavistock Publications, 1974 (1972), p. 191-196 ; (...)

13Les classifications présentées jusqu’ici envisagent les formes de transfert comme des entités discrètes, clairement distinctes les unes des autres, alors que la pratique présente des dynamiques croisées et complexes. Le mieux est alors d’abandonner une logique strictement classificatoire, pour un modèle d’analyse graduel. C’est ce que propose Marshall Sahlins, qui différencie les formes de transfert non pas selon des catégories étanches, mais en fonction de degrés de réciprocité, reconnaissant ainsi l’existence d’une multitude de nuances dans les pratiques, au sein d’un continuum délimité par deux extrêmes : à une réciprocité « positive », associée à des échanges organisés selon le modèle du don « pur », s’oppose une réciprocité « négative », associée à la prédation violente, en passant par une réciprocité « équilibrée », qui correspond à l’échange de biens équivalents – autrement dit l’échange marchand47. Dans le modèle proposé par Sahlins, les différents degrés de réciprocité observés s’articulent avec différents degrés de proximité sociale : la réciprocité généralisée caractérise les relations intrafamiliales, là où une réciprocité plus équilibrée caractérise les rapports entre les différents segments qui constituent les sociétés tribales. Quant à la réciprocité négative, elle caractérise principalement les relations avec les autres tribus, sans que cela exclue, bien sûr, des ajustements des formes relationnelles établies en fonction des alliances, des rapports de force, et ainsi de suite. Don et prédation se présentent ainsi comme deux pôles opposés, entre lesquels nous pouvons trouver une infinie gradation de pratiques, faisant plus ou moins de place à la réciprocité ou la contrainte. Le marchandage, la tricherie, le tribut se rapprochent d’une logique de prédation à des degrés variables de contrainte, ce dont le modèle de Sahlins permet de rendre compte. Il se présente ainsi comme un moyen pertinent de penser ensemble la diversité des pratiques que l’on peut retrouver dans les différents contextes culturels ou sociaux.

  • 48  Alain Caillé, « Ce qu’on appelle si mal le don… Que le don est de l’ordre du don malgré tout », Re (...)
  • 49  C’est cette perspective qui domine les études de Halsall, Warfare and Society…, op. cit., ou de Fr (...)

14Les réflexions des anthropologues incitent ainsi à ne pas réduire la prédation à une simple activité menée accessoirement en marge de la guerre, mais à y voir un fait social de toute première importance. En tant que telle, nous ne pouvons comprendre et restituer sa place qu’en la considérant comme une forme particulière d’un segment plus large de la pratique sociale, celui de la circulation des biens. La prédation se présente comme une pratique parfaitement symétrique et opposée à celle du don, et c’est dans cette opposition complémentaire que l’une et l’autre trouvent leur sens. À l’opposé du don – un opérateur politique qui opère une alliance, une adsociation, le passage de la guerre à la paix, comme le souligne Alain Caillé48 –, la prédation se présente comme l’expression – à la fois matérielle et symbolique – d’un rapport guerrier, d’une dissociation et, à ce titre, elle est au cœur de la pratique sociale, cela particulièrement dans des sociétés où la guerre prend une place importante. L’enjeu pour les participants de la journée d’étude était ainsi moins de traiter des aspects techniques et logistiques de la pratique prédatrice que d’analyser le rôle qu’elle remplit dans les sociétés qui la mettent en œuvre, rejoignant en cela les orientations récentes de la recherche historique en matière de phénomène guerrier, qui est traité moins dans sa dimension tactique et stratégique, mais davantage dans son articulation avec les réalités sociopolitiques, économiques et culturelles des sociétés considérées49.

  • 50  Guy Halsall, « Violence and Society in the Early Medieval West: An Introductory Survey », dans id. (...)
  • 51  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, V, 12, éd. Robert Holtzmann, MGH [= Monumenta Germaniae Histori (...)
  • 52  Dominique Barthélemy, La chevalerie. De la Germanie antique à la France du xiie siècle, Paris, Fay (...)
  • 53  Annales regni Francorum, a. 828, éd. Friedrich Kurze, MGH SS rer. Germ. 6, Hanovre, 1895, p. 175.

15Plusieurs axes ont ainsi été placés au cœur de la rencontre, et c’est autour d’eux que les chercheurs réunis à Francfort ont été invités à réfléchir. Il convient tout d’abord de tenir compte de la dimension symbolique de la prédation afin de préciser comment elle s’inscrit dans le fonctionnement des relations sociales. Dans grand nombre des sociétés considérées ici, les rapports sociaux, qu’il s’agisse des rapports infrasociétaux – entre groupes de parenté, par exemple – ou entre groupements plus vastes (regna, gentes), oscillent en permanence entre deux pôles : d’une part, des situations d’équilibre qui prennent la forme de rapports d’alliance (amicitia), fondés sur des rituels de paix comme le banquet et sur des transactions comme l’échange de don ou l’échange matrimonial, ceci étant particulièrement déterminant dans des sociétés altimédiévales où les rapports politiques et institutionnels reposent fortement sur la construction de liens personnels ; d’autre part, des relations d’hostilité qui se caractérisent par la pratique légitime de la violence, susceptible d’intervenir dès lors que la paix est rompue. Le rapport guerrier – qui ne doit pas être assimilé à l’absence de tout rapport –, loin de se présenter comme un déchaînement incontrôlé et irrationnel de violence, connaît des logiques et des normes qui lui sont propres : il existe des modulations dans le niveau de violence mis en œuvre. Les pratiques de la guerre, pas moins que les pratiques de la paix, obéissent à des règles et constituent un langage50. C’est à la lumière de ce fait qu’il convient d’analyser la prédation. Elle apparaît parfois comme un moyen de déployer une vengeance limitée, qui s’en prend aux choses et non aux hommes. Ainsi en 1002, le roi de Francie orientale Henri II, nouvellement élu mais faisant face à plusieurs oppositions, parmi lesquelles celle du duc Hermann de Souabe, fait dévaster les terres de ce dernier. Celui-ci, refusant d’accepter cet avertissement et ne voulant pas être humilié, fait à son tour piller la cathédrale de l’évêque Werner de Strasbourg, en raison du soutien de ce dernier au roi51. Pour Dominique Barthélemy, la dévastation des domaines d’un seigneur par les guerriers d’un autre représente ainsi souvent une forme de « vengeance indirecte52 ». Il n’est, bien sûr, nullement question de considérer ici que la prédation se résume à sa composante symbolique, sans que les considérations matérielles entrent en ligne de compte de quelque manière – cela serait d’autant plus abusif que le caractère symbolique de la prédation repose précisément sur le fait qu’elle suppose un transfert matériel. Mais il convient de ne pas perdre de vue que sa mise en œuvre s’inscrit dans un système régulé de relations, qu’elle intervient dans la dialectique entre construction et déconstruction du rapport social – et cela même lorsqu’il est question de relations avec l’extérieur : ainsi, en 828, les guerriers du roi danois Godfrid dévastent un camp franc situé à la frontière entre les deux regna, pour se venger des déprédations menées contre eux par un autre chef danois allié aux Francs, Harald Klak. L’équilibre restauré, la paix peut être rétablie : afin d’éviter que l’événement ne déclenche un cycle de violence, les Danois proposent à l’empereur franc de se racheter, « afin qu’à l’avenir, la paix demeurât entre eux53 ».

  • 54  Isidore de Séville, Etymologiarum sive originum libri XX, X, 219, éd. Wallace M. Lindsay, Oxford, (...)
  • 55  Sur ce sujet, voir par exemple : Le règlement des conflits au Moyen Âge, Paris, Publications de la (...)
  • 56  On le constate facilement, par exemple, à la lecture des Annales sancti Amandi, éd. Georg H. Pertz (...)
  • 57  Grégoire de Tours, Libri historiarum decem, V, prologue, éd. Bruno Krusch, Wilhelm Levison, MGH SS (...)
  • 58  Timothy Reuter, Germany in the Middle Ages, 800-1056, Londres, Longman, 1991, p. 77-84 et 160-166.

16Cela amène à poser la question de l’espace de légitimité de la depraedatio. Dans quel contexte et contre qui est-elle acceptable ? Bien qu’il ne soit pas possible de faire des considérations générales, eu égard à la diversité des situations, quelques suggestions peuvent être émises, sur la base des dossiers francs. Quelle que soit la société considérée, l’altérité apparaît comme un facteur important : la prédation est d’abord légitime contre l’étranger et illégitime chez soi. Isidore de Séville définit ainsi le verbe praedare comme une entreprise de prédation menée à l’égard d’une « province étrangère54 ». Cette définition trouve ses limites dans un contexte tardo-antique où la réalité d’une res publica détenant le monopole de la pratique de la guerre s’efface peu à peu. À un moment où les structures étatiques traditionnelles perdent de leur force, la pratique des armes est de plus en plus diffuse à travers la société, et l’état de guerre – pensons à la faide55 – peut se retrouver à toutes les échelles : entre groupes de parenté, entre communautés villageoises, entre principautés, regna, gentes… Toutefois, même dans ce nouveau contexte, il demeure des combats plus légitimes que d’autres, des ennemis plus naturels que d’autres. Dans le royaume franc, le combat contre les autres gentes apparaît comme une activité normale, presque saisonnière, les annales égrenant une longue litanie d’expéditions guerrières menées par les rois francs contre les Lombards, les Saxons, les Frisons, les Alamans56… La guerre au sein du royaume constitue, en revanche, une rupture de l’ordre social – du moins pour certains observateurs. Grégoire de Tours fustige ainsi les conflits incessants qui opposent les princes de la famille mérovingienne, responsables d’avoir amené la guerre civile au sein du royaume, tout en leur opposant Clovis qui a su, lui, porter la guerre contre les nations étrangères57. C’est donc sans surprise que la prédation s’exerce prioritairement dans le cadre des relations entre regna et entre gentes. Les marges des aires civilisationnelles et religieuses sont particulièrement concernées : aux ixe et xe siècles, une intense activité prédatrice se concentre aux marges orientales de la Francie orientale, les gentes slaves païennes étant alternativement pillées ou placées sous régime tributaire par les pouvoirs francs58.

  • 59  Sur ce point, renvoyons à Rodolphe Keller, « Pillages et butin dans la représentation du pouvoir à (...)
  • 60  Pierre Bauduin, Le monde franc et les Vikings (viiie-xe siècle), Paris, A. Michel, 2009.
  • 61  Frédégaire, Chronicarum libri IV cum continuationibus, IV, 38, éd. Bruno Krusch, MGH SS rer. Merov (...)
  • 62  Ibid., IV, 45, p. 143-144 ; Grégoire de Tours, Libri historiarum decem, op. cit., IX, 29, p. 447-4 (...)
  • 63  Beowulf, éd. André Crépin, Paris, Le Livre de poche, 2007.

17Quid, ensuite, des profits de la prédation ? Dès lors que la prédation se présente comme une modalité d’appropriation de ressources, il y a lieu de poser la question de son rôle économique. Les sources faisant défaut, il est bien difficile d’avoir une idée – même approximative – des quantités qui sont en jeu. Il est toutefois évident que l’apport économique de l’activité guerrière doit être relativement important, si l’on en juge par le comportement des acteurs. Ainsi, l’expédition lancée par les pouvoirs carolingiens contre les Avars en 795 a manifestement pour objectif premier la capture du trésor du hring, le siège des khans avars, bien qu’elle aboutisse finalement aussi à la chute de cet empire oriental59. De même, les expéditions scandinaves en terre chrétienne, au tournant du viiie au ixe siècle, ont clairement pour enjeu – du moins au début – l’appropriation de richesses60. Pour comprendre la place de la prédation dans l’accumulation de ressources, il convient toutefois de considérer son apport d’un point de vue non seulement quantitatif, mais également qualitatif, en considérant la nature des biens saisis. Si, dans certains cas, les réalités économiques imposent de se contenter d’un tribut en nature, comme les vaches payées annuellement par les Saxons aux Francs depuis le vie siècle61, ces derniers imposent aux principautés italiennes – royaume lombard d’abord, duché de Bénévent ensuite – un important tribut d’or, métal disponible en quantité dans la péninsule62. Au-delà même de la question des quantités, il apparaît que la prédation se révèle avant tout comme une modalité privilégiée d’accès aux biens de valeur – objets d’or et d’argent, armes, chevaux, autrement dit, ces mêmes biens que l’on retrouve si fréquemment dans l’échange de don au sein de l’aristocratie. Don et prédation contribuent ensemble à organiser la circulation des biens de prestige et c’est à ce titre qu’ils ont tant d’importance dans l’ethos aristocratique, comme l’illustre bien le poème Beowulf63.

  • 64  Grégoire, Libri historiarum decem, op. cit., III, 11, p. 107.
  • 65  Cf. le cas intéressant du roi Anund, rapporté par la Vita Anskarii : Rimbert, Vita Anskarii, éd. W (...)
  • 66  Grégoire, Libri historiarum decem, op. cit., II, 27, p. 71-73.
  • 67  Chronicon Laurissense breve, éd. Hans Schnorr von Carolsfeld, « Das Chronicon Laurissense breve », (...)
  • 68  Keller, « Pillages et butin… », art. cité.

18Cela nous amène à la question du rapport entre prédation et pouvoir, et, particulièrement, à la manière dont les acteurs du pouvoir mettent à profit le produit de la prédation afin d’asseoir leurs positions. La capacité d’un chef de guerre à assurer un enrichissement par la guerre apparaît comme un facteur important de sa légitimité face à ses guerriers. En 532, le roi Thierry – fils aîné de Clovis et héritier du nord-est du royaume – ne parvient à convaincre ses hommes de le suivre contre ses frères qu’en leur assurant qu’ils en tireront « des troupeaux, des esclaves, des vêtements en abondance64 ». Le même mécanisme se trouve ailleurs, par exemple en Scandinavie65. La répartition du butin au sein des groupes armés fait souvent l’objet de normes, auxquelles les chefs doivent se plier. En ce qui concerne le monde mérovingien, un témoignage important en est le récit par Grégoire de Tours de l’épisode du vase de Soissons, lors duquel un guerrier de Clovis met en cause la volonté de ce dernier d’exclure un vase de la répartition du butin et l’oblige à renoncer66. Dans ce récit comme ailleurs, il apparaît que les pratiques qui organisent le partage ou la distribution du butin sont en lien étroit avec les rapports de force et les équilibres du pouvoir au sein des groupes armés. Si, dans le monde franc, la pratique du partage normé disparaît progressivement, le butin approprié par des chefs de guerre continue de servir à entretenir des suites armées et à renforcer les clientèles, par le biais de dons de parts du butin, comme le fit Charlemagne après la prise de Pavie, en 77467. En 796, ce don du butin prend une dimension politique particulière, lorsque Charlemagne distribue le trésor du hring avar non seulement aux grands vassaux et aux églises, mais également au pape et au souverain de Mercie, acte qui vise à manifester le rôle du souverain franc dans la défense du peuple chrétien et dans lequel on voit déjà les prémices d’une posture impériale68.

  • 69  McCormick, Eternal Victory…, op. cit., p. 11-34.
  • 70  Grégoire de Tours, Libri historiarum decem, op. cit., II, 37-38, p. 88-89.
  • 71  Pour une analyse complète de cette pratique : Rodolphe Keller, « Insignia victoriae : gloire milit (...)
  • 72  Le désastre du Süntel, en 782, lors duquel un important contingent franc fut défait par les Saxons (...)
  • 73  Bien que les sources soient rares sur ce point, plusieurs indices le suggèrent clairement : par ex (...)

19Ainsi que le suggère le don de 796, les profits de la prédation ne sont pas que matériels, mais aussi symboliques. L’illustrent bien les triomphes romains, qui permettent de manifester le prestige du général victorieux par l’exposition du butin69, pratique que l’on retrouve plus tardivement, lorsque Clovis distribue de l’or wisigoth au peuple de Tours, au retour de la campagne de 50870. À l’époque carolingienne, on observe les grands généraux francs « présenter » le butin au souverain, un don qui se présente comme un trophée71, ce qui témoigne bien de la place que la pratique de la prédation occupe dans le système de valeurs de la société franque. Cela explique d’autant mieux que, non seulement facteur de cohésion, les profits de la guerre sont aussi facteur de compétition. On l’observe aux marges de l’empire, où agissent les grands qui sont en charge des opérations militaires. Ils se montrent souvent prompts à multiplier les affrontements avec les peuples extérieurs, parfois au détriment de la politique royale. Source de gloire et de richesse, la guerre est au cœur de rivalités qui se concluent parfois en désastres72. Il faut considérer également que les tributs perçus des peuples frontaliers bénéficient directement au fisc royal73, là où le pillage représente un profit important pour les groupes de guerriers engagés dans les nombreux conflits, que l’on observe, par exemple, aux marges de la Francie orientale de Louis le Germanique.

20Ce n’est là qu’une partie des enjeux autour desquels les participants des journées d’études tenues à Francfort-sur-le-Main étaient invités à discuter. Bien d’autres points étaient ouverts à débat. Pour ne donner qu’un exemple, le vocabulaire des sources devait être questionné, certains termes soulevant des ambiguïtés. Munus est souvent employé pour désigner des tributs – éventuellement dans le but d’en dissimuler le caractère contraint. Le pillage est tantôt qualifié de depraedatio, tantôt de rapina, qualificatif juridique dont l’utilisation traduit une volonté de condamnation et soulève, en même temps, la question de l’articulation entre prédation et droit. Certaines difficultés terminologiques résultaient, enfin, de la présence de chercheurs originaires de plusieurs pays – particulièrement de France et d’Allemagne –, chacun utilisant des concepts liés à sa propre tradition scientifique, parfois difficiles à restituer (« pouvoir », « prédation », « Herrschaft », « Gewalt »…). Cela n’a pas empêché la rencontre d’être riche en échanges.

21Les communications qui suivent abordent chacune, selon un angle propre, tout ou partie des aspects que nous avons mis ici en avant. Elles ont été l’occasion de porter le regard sur des sociétés très diverses et de proposer, ce faisant, un panorama très riche sur le sujet qui nous réunissait à Francfort-sur-le-Main. Elles ont été, enfin, l’occasion de poser des jalons pour de futures recherches. Nous tenons à en remercier l’ensemble des participants.

Notes

1  Vita sancti Guthlaci, ch. 16-17, éd. Bernard Colgrave, Felix’s Life of Saint Guthlac, Cambridge, Cambridge University Press, 1956, p. 80.

2  Les quelques éléments connus de ce personnage se déduisent du texte. La vita est écrite par Felix entre 713 et 749 à la demande du roi d’East-Anglia, Ælfwald : cf. Colgrave, Felix’s Life…, op. cit., p. 15-19.

3  Le pillage est explicitement interdit par la convention de Genève de 1949 : Actes de la conférence diplomatique de Genève de 1949, Berne, Département politique fédéral, t. I, 1950, p. 300.

4  Sur les réglementations contemporaines en matière de conflits armés, voir Geoffrey Best, Humanity in Warfare. The Modern History of the International Law of Armed Conflicts, Londres, Columbia University Press, 1980.

5  Michael McCormick, Eternal Victory. Triumphal Rulership in Late Antiquity, Byzantium, and the Early Medieval West, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 11-34.

6  Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, éd. Adrien J. Q. Beuchot, Paris, Werdet et Lequien fils, t. I, 1829, p. 423-424.

7  Ibid., p. 475.

8  Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens précédés de considérations sur l’histoire de France, Paris, Just Tessier, t. I, 1840, p. 25-40.

9  André Burguière, « L’historiographie des origines de la France. Genèse de l’imaginaire national », Annales HSS, 58/1, 2003, p. 41-62.

10  Jules Michelet, Histoire de France, dans Œuvres complètes de Jules Michelet, Paris, Flammarion, t. 1, 1893, p. 129-140.

11  Ibid., p. 145-148.

12  On peut citer : Adolf Soetbeer, « Beiträge zur Geschichte des Geld- und Münzwesens in Deutschland. Vierter Abschnitt : Geld- und Münzwesen im fränkischen Reiche unter den Karolingern », Forschungen zur deutschen Geschichte, IV, 1864, p. 241-354, et VI, 1866, p. 1-112, qui s’intéresse au rôle des prélèvements tributaires dans les évolutions du monnayage carolingien. Ferdinand Lot analyse plus précisément le rôle de l’Église dans ces mêmes versements tributaires : Ferdinand Lot, « La grande invasion normande de 856-862 », Bibliothèque de l’École des chartes, 69, 1908, p. 5-62, et id., « Les tributs aux Normands et l’Église de France au ixe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, XVC, 1924, p. 58-78. Enfin Einar Joranson, dans une étude des tributs imposés par les Vikings en Francie occidentale, estime que les prélèvements tributaires sont favorisés par les grands afin d’affaiblir le pouvoir royal et de s’emparer d’une part de l’impôt prélevé pour les versements. Parallèlement, la politique royale est vivement critiquée : les tributs sont présentés comme ruineux pour les finances publiques et inefficaces sur le plan militaire : Einar Joranson, The Danegeld in France, Roch Island (Illinois), Augustana Book Concern, 1923, en particulier le chapitre xviii, p. 205-219.

13  Johann C. Bluntschli, Das Beuterecht im Krieg und das Seebeuterecht insbesondere. Eine völkerrechtliche Untersuchung, Nördlingen, C. H. Beck, 1878. Sur l’apport de Johann C. Bluntschli au développement du droit international, voir Dietrich Schindler, « J. C. Bluntschli’s Contribution to the Law of War », dans Marcelo G. Kohen (éd.), Promoting Justice, Human Rights and Conflit Resolution through International Law/La promotion de la justice, des droits de l’homme et du règlement des conflits par le droit international, Leyde, M. Nijhoff Publishers, 2007, p. 437-454.

14  Ainsi dans le travail de Johann G. Helm, Die Rechtsstellung der Zivilbevölkerung im Kriege in ihrer geschichtlichen Entwicklung. Ein Beitrag zur Geschichte des Völkerrechts, Francfort-sur-le-Main, 1957.

15  Karl Weinhold, « Beiträge zu den deutschen Kriegsaltertümern », Sitzungsberichte der königlich preussischen Akadamie der Wissenschaften zu Berlin, 29, 1891, p. 543-570.

16  Karl Lehmann, Zum altnordischen Kriegs- und Beuterecht, Heidelberg, C. Winter, 1913, p. 13-26.

17  Pour un récit rétrospectif de cette démarche, on peut consulter l’entretien donné par Jacques Le Goff à la revue L’Histoire : Jacques Le Goff, « Le beau Moyen Âge a vraiment existé ! », L’Histoire, 283, janvier 2004, p. 36.

18  On peut citer à cet égard : Albert d’Haenens, Les invasions normandes en Belgique au ixe siècle : le phénomène et sa répercussion dans l’historiographie, Louvain, Publications universitaires, 1967 ; id., « Les invasions normandes dans l’Empire franc au ixe siècle. Pour une rénovation de la problématique », dans I Normanni e la loro espansione in Europa nell’alto medioevo, Spolète, Centro italiano di studi sull’alto medioevo (Settimane di studio, 16), 1969, p. 233-298 ; id., Les invasions normandes, une catastrophe ?, Paris, Flammarion, 1970 ; Lucien Musset, « Relations et échanges d’influences dans l’Europe du Nord-Ouest (xe-xie siècles) », Cahiers de civilisation médiévale, I-1, janv.-mars 1958, p. 63-82 ; id., Les invasions, t. 2 : Le second assaut contre l’Europe chrétienne (viie-xie siècles), Paris, Presses universitaires de France, 1965, p. 115-154 et 214-251 ; Peter H. Sawyer, The Age of the Vikings, Londres, E. Arnolds, 1962, et id., Kings and Vikings: Scandinavia and Europe 700-1100, Londres, Methuen, 1982.

19  Philip H. Grierson, « Commerce in the dark Ages: a critique of the evidence », Transactions of the Royal Historical Society, 5/9, 1959, p. 123-140.

20  Karl Polanyi, The Great Transformation. The Political and Economic Origins of Our Time, Boston, Beacon Press, 2001 [1944].

21  Georges Duby, Guerriers et paysans, viie-xiie siècles. Premier essor de l’économie européenne, Paris, Gallimard, 1973, p. 61 et 69.

22  Ibid., p. 60.

23  Ibid., p. 11-12.

24  La bibliographie sur le sujet est abondante ; parmi d’autres, citons Jürgen Hannig, « Ars donandi. Zur Ökonomie des Schenkens im frühen Mittelalter », dans Richard Van Dülmen (éd.), Armut, Liebe, Ehre. Studien zur historischen Kulturforschung, Francfort-sur-le-Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 1988, p. 11-37 ; Gadi Algazi, Valentin Groebner, Bernhard Jussen (éd.), Negotiating the Gift: Pre-Modern Figurations of Exchange, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003 ; Eliana Magnani (éd.), Don et sciences sociales : théories et pratiques croisées, Dijon, Éd. universitaires de Dijon, 2007 ; Wendy Davies, Paul Fouracre (éd.), The Languages of Gift in Early Medieval Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2010. Pour une présentation historiographique plus complète : Eliana Magnani, « Les médiévistes et le don. Avant et après la théorie maussienne », dans id. (éd.), Don et sciences sociales : théories et pratiques croisées, Dijon, Éd. universitaires de Dijon, 2007, p. 15-28.

25  Parmi les travaux, on peut mentionner celui de Michel Aberson, Temples votifs et butin de guerre dans la Rome républicaine, Rome/Genève/Mayence, Institut suisse de Rome/Droz/P. von Zabern, 1994, et l’étude de Michel Tarpin, Vae victis. De la victoire en général et du butin en particulier chez les anciens Romains, mémoire d’habilitation à diriger des recherches dirigé par John Scheid, université Paris 1, 2004.

26 Marianne Bonnefond-Coudry, Michel Humm (éd.), Praeda : butin de guerre et société dans la Rome républicaine/Kriegsbeute und Gesellschaft im republikanischen Rom, Stuttgart, F. Steiner, 2009. Pour un point historiographique plus complet sur les études antiques : ibid., p. 9-19.

27  Fritz Redlich, De praeda militari: Looting and Booty (1500-1815), Wiesbaden, F. Steiner, 1956. Dans un ouvrage postérieur, l’auteur traite des aspects économiques de la guerre et, entre autres, du pillage : id., The German Military Enterpriser and his Work Force. A Study in European Economic and Social History, Wiesbaden, F. Steiner, 1965.

28 Kenneth R. Andrews, Trade, Plunder, and Settlement, Cambridge, Cambridge University Press, 1984 ; Salvatore Bono, Corsari nel Mediterraneo. Cristiani et musulmani fra guerra, schiavitù e commercio, Milan, A. Mondadori, 1993 ; Gillian L. Weiss, Captives and Corsairs: France and Slavery in the Early Modern Mediterranean, Stanford, Stanford University Press, 2011.

29 Philippe Contamine, « Rançons et butins dans la Normandie anglaise (1424-1444) », dans La guerre et la paix, frontières et violences au Moyen Âge, Paris, Bibliothèque nationale, 1978, p. 241-270, et id., « Un contrôle étatique croissant. Les usages de la guerre du xive au xviiie siècle : rançons et butins », dans id. (éd.), Guerre et concurrence entre les États européens du xive au xviiie siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1998, p. 199-236.

30  Timothy Reuter, « Plunder and tribute in the Carolingian empire », Transactions of the Royal Historical Society, 5/35, 1985, p. 75-94, ici p. 91.

31  On peut évoquer, par exemple, les travaux récents de Régine Le Jan sur l’articulation entre les structures de la parenté et le fonctionnement des pouvoirs : Régine Le Jan, Famille et pouvoirs dans le monde franc (viie-xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003 ; ceux de Gerd Althoff sur les rituels comme facteurs d’intégration politique : Gerd Althoff, Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003 ; ceux de Barbara Stollberg-Rilinger sur la communication symbolique : Barbara Stollberg-Rilinger, Des Kaisers alte Kleider. Verfassungsgeschichte und Symbolsprache des Alten Reiches, Munich, C. H. Beck, 2008. Le phénomène guerrier est également abordé moins dans ses dimensions logistiques et stratégiques que dans son articulation avec les structures sociales. En guise d’exemple : Guy Halsall, Warfare and Society in the Barbarian West, 450-900, Londres/New York, Routledge, 2003.

32 Eleanor Searle, Predatory Kinship and the creation of Norman Power, 840-1066, Berkeley/Los Angeles/Londres, University of California Press, 1988. Sur le monde scandinave, on peut également évoquer Thomas Lindkvist, « The Politics of Violence and the Transition from Viking Age to Medieval Scandinavia », dans Toivo Viliamaa et al. (éd.), Crudelitas – The Politics of Cruelty in the Ancient and Medieval World. Proceedings of the International Conference Turku, May 1991, Krems, Gesellschaft zur Erforschung der materiellen Kultur des Mittelalters, 1992, p. 139-147.

33 Michael Jucker, « Plünderung, Beute, Raubgut : Überlegungen zur ökonomischen und symbolischen Ordnung des spätmittelalterlichen Krieges (1300-1500) », dans Sébastien Gueux, Valentin Groebner, Jakob Tanner (éd.), Kriegswirtschaft, Wirtschaftskriege/Économie de guerre et guerres économiques, Zurich, Chronos, 2008, p. 51-69 ; id., « Le butin de guerre au Moyen Âge, aspects symboliques et économiques », Francia, 36, 2009, p. 113-133 ; id., « Zirkulation und Werte der geraubten Dinge : Schatz, Beute und ihre Symbolik im mittelalterlichen Krieg », dans Lucas Burkart et al. (éd.), Le trésor au Moyen Âge. Discours, pratiques et objets/Schatzkulturen im Mittelalter. Diskurs, Praxis, Vorstellung, Florence, SISMEL edizioni del Galluzzo, 2010, p. 221-240.

34  Les actes en ont été publiés récemment : Laurent Feller, Ana Rodriguéz (éd.), Objets sous contrainte. Circulation des richesses et valeur des choses au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.

35  Horst Carl, Hans-Jürgen Bömelburg (éd.), Lohn der Gewalt. Beutepraktiken von der Antike bis zur Neuzeit, Paderborn, F. Schöning, 2011.

36  Rodolphe Keller, Les profits de la guerre. Prédation et pouvoir dans le monde franc (vie-xe siècle), thèse de doctorat dirigée par Geneviève Bührer-Thierry, université Paris-Est, 2013.

37 Reuter, « Plunder and tribute… », art. cité, p. 87.

38 Louis Dumont, Groupes de filiation et alliance de mariage. Introduction à deux théories d’anthropologie sociale, Paris, Gallimard, 1997, p. 31-35.

39  Claude Lévi-Strauss, « Guerre et commerce chez les Indiens d’Amérique du Sud », Renaissance. Revue trimestrielle publiée par l’École libre des hautes études, 1, 1943, p. 122-139, ici p. 124.

40  Philippe Descola, « Les affinités sélectives : alliance, guerre et prédation dans l’ensemble jivaro », L’Homme, 33/126-128, 1993, p. 171-190, ici p. 172 ; cf. également Salvatore d’Onofrio, « Guerre et récit chez les Indiens ayorés du Chaco boréal paraguayen », Journal de la Société des américanistes, 89/1, 2003 (http://jsa.revues.org/index3743.html, mis en ligne le 16 janvier 2008, consulté le 17 juillet 2012).

41  Dimitri Karadimas, « Le don ou le droit à la prédation. Le rituel des esprits des animaux chez les Miraña (Amazonie colombienne) », dans Eliana Magnani (éd.), Don et sciences sociales : théories et pratiques croisées, Dijon, Éd. universitaires de Dijon, 2007, p. 105-122.

42  Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, p. 426-439.

43 Paul Veyne, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Seuil, 1976, p. 75.

44 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », dans id., Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 143-273 (1re éd. dans L’année sociologique, n. s. : 1, 1923-1924, p. 30-186) ; Claude Lévi-Strauss, « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss », dans Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, 1950, p. ix-lii.

45 Alain Testart, « Qu’est-ce qu’un don ? », dans Eliana Magnani (éd.), Don et sciences sociales, op. cit., p. 153-164.

46 Descola, Par-delà nature et culture, op. cit., p. 426-439.

47  Marshall Sahlins, Stone Age Economics, Chicago, Tavistock Publications, 1974 (1972), p. 191-196 ; id., Tribesmen, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1968, p. 81-86.

48  Alain Caillé, « Ce qu’on appelle si mal le don… Que le don est de l’ordre du don malgré tout », Revue du Mauss, 30, 2007, p. 393-404, ici p. 401.

49  C’est cette perspective qui domine les études de Halsall, Warfare and Society…, op. cit., ou de Franco Cardini, La culture de la guerre (xe-xviiie siècle), Paris, Gallimard, 1992 (éd. originale : Quell’antica festa crudele, Florence, 1982). En histoire contemporaine, un exemple de ce renouvellement historiographique est représenté par les travaux de l’« école de Péronne ». Dans une bibliographie abondante, on peut signaler : Stéphane Audoin-Rouzeau et al. (éd.), La violence de guerre (1914-1945), Paris, Complexe, 2002 ; Christophe Prochasson, Anne Rasmussen, Au nom de la Patrie. Les intellectuels et la Première Guerre mondiale (1910-1919), Paris, La Découverte, 1996.

50  Guy Halsall, « Violence and Society in the Early Medieval West: An Introductory Survey », dans id. (éd.), Violence and Society in the Early Medieval West, Woodbridge, Boydell Press, 1998, p. 1-45.

51  Thietmar de Mersebourg, Chronicon, V, 12, éd. Robert Holtzmann, MGH [= Monumenta Germaniae Historica], SS rer. Germ. N.S. 9, Berlin, 1935, p. 234.

52  Dominique Barthélemy, La chevalerie. De la Germanie antique à la France du xiie siècle, Paris, Fayard, 2007, p. 62.

53  Annales regni Francorum, a. 828, éd. Friedrich Kurze, MGH SS rer. Germ. 6, Hanovre, 1895, p. 175.

54  Isidore de Séville, Etymologiarum sive originum libri XX, X, 219, éd. Wallace M. Lindsay, Oxford, Clarendon Press, 1911 : Praedo est qui populando alienam provinciam invadit.

55  Sur ce sujet, voir par exemple : Le règlement des conflits au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne (XXXIe Congrès de la SHMESP [Angers, juin 2000]), 2001.

56  On le constate facilement, par exemple, à la lecture des Annales sancti Amandi, éd. Georg H. Pertz, MGH SS 3, Leipzig, 1926, p. 6-14.

57  Grégoire de Tours, Libri historiarum decem, V, prologue, éd. Bruno Krusch, Wilhelm Levison, MGH SS rer. Merov. 1/1, Hanovre, 1951, p. 193.

58  Timothy Reuter, Germany in the Middle Ages, 800-1056, Londres, Longman, 1991, p. 77-84 et 160-166.

59  Sur ce point, renvoyons à Rodolphe Keller, « Pillages et butin dans la représentation du pouvoir à l’époque carolingienne », Médiévales. Langues, textes, histoire, 62, printemps 2012, p. 135-152.

60  Pierre Bauduin, Le monde franc et les Vikings (viiie-xe siècle), Paris, A. Michel, 2009.

61  Frédégaire, Chronicarum libri IV cum continuationibus, IV, 38, éd. Bruno Krusch, MGH SS rer. Merov. 2, Hanovre, 1888, p. 139.

62  Ibid., IV, 45, p. 143-144 ; Grégoire de Tours, Libri historiarum decem, op. cit., IX, 29, p. 447-448 ; Annales Mettenses priores, a. 754 et 755, éd. Bernhard von Simson, MGH SS rer. Germ. 10, Hanovre/Leipzig, 1905, p. 45-49.

63  Beowulf, éd. André Crépin, Paris, Le Livre de poche, 2007.

64  Grégoire, Libri historiarum decem, op. cit., III, 11, p. 107.

65  Cf. le cas intéressant du roi Anund, rapporté par la Vita Anskarii : Rimbert, Vita Anskarii, éd. Werner Trillmich, Quellen des 9. und 11. Jahrhunderts zur Geschichte der hamburgischen Kirche und des Reiches, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1978, 19, p. 60.

66  Grégoire, Libri historiarum decem, op. cit., II, 27, p. 71-73.

67  Chronicon Laurissense breve, éd. Hans Schnorr von Carolsfeld, « Das Chronicon Laurissense breve », Neues Archiv, 36, 1910-1911, p. 13-39, ici p. 31.

68  Keller, « Pillages et butin… », art. cité.

69  McCormick, Eternal Victory…, op. cit., p. 11-34.

70  Grégoire de Tours, Libri historiarum decem, op. cit., II, 37-38, p. 88-89.

71  Pour une analyse complète de cette pratique : Rodolphe Keller, « Insignia victoriae : gloire militaire et rivalité aristocratique à l’époque carolingienne », dans François Bougard, Régine Le Jan, Thomas Lienhard (éd.), Agôn. La compétition (ve-xiie siècle), Turnhout, Brepols, 2012, p. 93-109.

72  Le désastre du Süntel, en 782, lors duquel un important contingent franc fut défait par les Saxons, résulte ainsi d’une rivalité entre les chefs de deux armées franques : Annales qui dicuntur Einhardi, a. 782, éd. Friedrich Kurze, MGH SS rer. Germ. 6, Hanovre, 1895, p. 63. Un événement similaire se produit en 849, lorsque deux généraux de Louis le Germanique sont en désaccord quant aux négociations à mener contre les groupes slaves : Annales Fuldenses, éd. Friedrich Kurze, MGH SS rer. Germ. 7, Hanovre, 1891, a. 849, p. 38-39.

73  Bien que les sources soient rares sur ce point, plusieurs indices le suggèrent clairement : par exemple Frédégaire, Chronicarum…, op. cit., IV, 81, p. 162.

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search