Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Les Génois et la Horde d’Or : le tournant de 1313

Şerban Papacostea

Texte intégral

  • 1 Niképhoros Grégoras, Byzantina Historia, éd. L. Schoppen, Bonn 1830 (CSHB), I, p. 877

1Lorsqu’il en vient à discuter les origines de la guerre qui opposa une nouvelle fois Gênes et Venise en mer Noire au milieu du xive siècle, l’historien byzantin Nikèphoros Grègoras dénonce en termes vigoureux la démesure des Génois qui prétendaient ni plus ni moins que de disposer en exclusivité du droit de contrôler l’ensemble de la façade pontique de l’empire de la Horde d’Or. L’arrogance des Génois était telle – nous informe Grègoras – qu’ils finirent par revendiquer pour eux-mêmes l’empire des mers. « Pour commencer – nous dit-il-, ils prirent possession de l’ensemble du Pont [Euxin] à cause des gains qu’ils en tiraient ; non seulement intimèrent-ils aux Byzantins de manière hautaine de se tenir loin de la Méotide [ = mer d’Azov], de Tanaïs [ = Tana] et même de Cherson, et de s’abstenir du commerce avec la région des Scythes [ = Tatars], mais encore interdirent-ils aux Vénitiens aussi de commercer dans ces régions ; ils se mirent même en tête d’obstruer l’accès du Pont Euxin avec de nombreuses trières1... »

2L’assertion de l’historien byzantin n’est pas isolée ; d’autres sources contemporaines, antérieures de quelques années par rapport à la situation dénoncée par Grègoras, confirment ses dires. C’est à la guerre imprudemment déclenchée en 1343 par le khan Djanibek contre Gênes et Venise à la fois et à l’alliance qui a uni les deux puissances maritimes pendant un bref laps de temps que nous devons les sources les plus riches en informations concernant cet aspect essentiel de l’histoire du bassin pontique au xive siècle.

  • 2 R. Morozzo della Rocca, Notizie da Caffa, Studi in onore di Amintore Fanfani, 3, Milan 1962, p. 27 (...)
  • 3 Ibid., p. 291.

3En effet, les événements ne tardèrent pas à dévoiler les intentions réelles des Génois qui, mettant à profit l’occupation de Tana par les Tatars et l’abandon forcé de cette position commerciale par les Vénitiens, décidèrent de rendre permanente une situation qui, en les débarrassant de l’emporium vénitien concurrent, exauçait leur vœu le plus fervent. Avec Tana fermée au commerce, Caffa allait inévitablement monopoliser les échanges du bassin nord-pontique au grand profit de la ville et du commerce génois. Car, malgré la guerre qui faisait rage autour de Caffa, assiégée par les armées du khan, et malgré le devetum imposé sur le commerce avec la Horde d’Or par les deux républiques italiennes unies contre leur ennemi commun, les marchands génois continuaient plus ou moins clandestinement leurs rapports avec ceux de la Horde d’Or2. Caffa, soutenaient les Génois, avait cessé d’appartenir à l’empire sur le territoire duquel elle était sise ; selon eux c’était à leur métropole, à Gênes, qu’appartenait de droit la souveraineté sur la colonie criméenne, prétention qui justifiait à leurs yeux l’exemption de leur emporium du devetum imposé aux territoires du khan tatare3. Revendication lourde de conséquences, suivie par une prétention encore plus exorbitante : celle qui réservait nommément aux Génois le droit d’imposer leurs propres règles au commerce avec l’ensemble du littoral pontique de la Horde d’Or, prétention dont se fait l’écho le passage déjà cité de l’œuvre de Nikèphoros Grègoras.

  • 4 M. Volkov, O soperničestvi Venetii s Genueju v xiv veka, Txipiski Odesskago Obscestx’a Istorii i D (...)
  • 5 Ibid., p. 9.

4Acculée par l’intransigeance du khan à consolider l’alliance avec sa grande rivale et en attendant une conjoncture plus favorable pour s’en débarrasser, Venise accepta, lors du renouvellement, le 22 juillet 1345, de « l’union » conclue avec Gênes, la condition que celle-ci lui avait posée, d’interdire à ses ressortissants le commerce avec les territoires de la Horde d’Or, salvo ad locum et civitatem Caffa et abinde versus Occidentem, sive versus Peyram ipso loco sive ipsa civitate de Caffa comprehensa4. Gênes concédait donc à ses alliés vénitiens le droit de fréquenter Caffa et les centres commerciaux situés au sud de leur chef-lieu jusqu’à Péra, mais leur refusait en même temps l’accès des territoires sis au nord de la ville. Une mention spéciale était réservée à Tana dans le cadre de cette renonciation arrachée aux Vénitiens au cours des négociations de l’été 1345. En effet, en vertu de l’accord conclu, les deux parties s’engageaient mutuellement à renoncer à toute activité commerciale aux Bouches du Don5.

  • 6 Les ambassadeurs vénitiens qui se trouvaient à Caffa au début de l’année 1345 n’avaient aucun dout (...)
  • 7 G. I. Brătianu. Recherches sur le commerce génois dans la mer Noire au xiiie siècle, Paris 1929, p (...)

5C’est précisément pour mettre un terme à une situation qui avait évolué au détriment de son empire et surtout des revenus de ses douanes que le khan Djanibek, renversant la politique de son prédécesseur Özbek, lança ses troupes à l’assaut de Caffa en 1343. Les ambassadeurs vénitiens qui se trouvaient en Crimée n’hésitaient pas à affirmer que l’objectif principal du khan lorsqu’il avait pris cette initiative était Caffa, qui avait réussi à se soustraire effectivement à son autorité6. Vaine tentative, car, à l’abri de leurs murailles et maîtres de la mer, les Génois résistèrent vaillamment à l’effort prolongé du khan pour les chasser de leur puissante forteresse criméenne. De cette épreuve l’hégémonie génoise en mer Noire sortit considérablement consolidée. Forts de leur victoire sur l’armée de Djanibek, les Génois durcirent encore plus leur attitude ; ils continuèrent à refuser à leurs concurrents l’accès de Tana et revendiquèrent en même temps pour eux-mêmes le droit de fixer les règles du commerce avec la Horde d’Or. Attitude intolérante, vigoureusement dénoncée par Nikèphoros Grègoras, mais dont les origines remontent à une époque plus ancienne. En effet, quelques années seulement après Nymphée, en 1268, lorsque les Vénitiens firent leur rentrée en mer Noire en vertu de la trêve conclue avec Byzance, les Génois leur arrachèrent, au cours des pourparlers de 1269, l’engagement de ne pas fréquenter le marché de Tana : quod non iretur ad Tana7. Gênes consolidait de la sorte la position privilégiée de son commerce dans les territoires de la Horde d’Or, dans leur point le plus sensible, la tête de ligne pontique de la route transcontinentale qui reliait la mer Noire avec l’Extrême-Orient.

  • 8 Ibid., p. 201.
  • 9 G. I. Brătianu, La mer Noire, des origines à la conquête ottomane, Munich 1969, p. 258.

6Cependant, vers la fin du xiiie siècle, un nouveau danger menaça d’emporter la situation privilégiée des Génois dans l’espace dominé par la Horde d’Or. En effet, en 1291 .Acre, dernière position de la chrétienté en Terre sainte et principal avant-poste du commerce oriental de Venise, tomba entre les mains du sultan d’Egypte. Événement de première importance qui, en bouleversant les données du commerce international, poussa Venise à chercher ailleurs une nouvelle solution pour ses rapports avec le monde asiatique. Passant outre à la clause restrictive qu’ils avaient acceptée en 1269 – quod non iretur ad Tanam –, les Vénitiens se mirent en contact direct avec la Horde d’Or pour nouer leurs propres relations commerciales avec l’Asie à travers ses territoires en se passant de l’intermédiaire génois ; au grand dam de Caffa qui connaissait à cette époque son premier grand essor, grâce sans doute à la situation avantageuse qu’elle s’était forgée au nord du bassin pontique8. Conséquence de cette évolution, quelques années seulement après la chute d’Acre, le choc de leurs intérêts contradictoires dans le bassin pontique mit aux prises les deux puissances navales principales de la Méditerrannée au cours de ce que l’on convient d’appeler la première guerre des Détroits9.

  • 10 Ş. Papacostea, Gênes, Venise et la mer Noire à la fin du xiiie siècle, Revue Roumaine d’Histoire 2 (...)
  • 11 Ibid., p. 150.

7La paix de Milan (1299) qui mit un terme à cette guerre au cours de laquelle la flotte génoise remporta deux victoires éclatantes – celle de l’Aïas et celle de Curzola – offrit à Gênes un répit d’une vingtaine d’années en mer Noire, intervalle au cours duquel Venise avait assumé l’obligation de ne pas installer ses propres comptoirs dans le bassin pontique10 ; avantage considérable bien que limité dans le temps, que Gênes mit à profit pour asseoir sur de nouvelles bases son activité commerciale afin de mieux pouvoir résister à l’inévitable retour offensif des Vénitiens dans la région. C’est en prévision de ce retour et des conséquences négatives multiples qu’il allait immanquablement entraîner pour son commerce, que Gênes inaugura une nouvelle politique destinée à consolider la situation des centres vitaux de son commerce en mer Noire. La construction de puissantes fortifications autour de ces centres lui parut donc le moyen le plus sûr de servir ses intérêts et d’affronter les adversités multiples que sa politique hégémonique ne pouvait manquer de susciter. Les comptoirs de Péra, Caffa et Trébizonde, qui, au début du xiiie siècle, concentraient le plus gros de leurs affaires, furent aussi parmi les premiers que les Génois se proposèrent de mettre à l’abri de leurs éventuels adversaires en les dotant de solides murailles11. L’âge d’or de l’exploitation libre de concurrences embarrassantes inauguré à Nymphée était révolu ; une époque d’âpre concurrence avec Venise et d’affrontements avec les puissances riveraines de la mer Noire allait inévitablement le suivre.

  • 12 Ibid., p. 147-148 ; W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, 2, Leipzig 1886, p. 169  (...)
  • 13 Ciocîltan. Mongolii şi Marea Neagră, cite supra n. 10, p. 149-150 ; Id., Enigme ale diplomaticei : (...)

8Durement éprouvée pendant la guerre par les coups qui lui furent administrés aussi bien par les Vénitiens que par les Tatars12, Caffa prit l’initiative, dans les premières années du xive siècle, de s’entourer d’une puissante fortification sans avoir demandé ou obtenu au préalable le consentement de l’autorité suprême de la région, le khan Tokta de la Horde d’Or. Initiative audacieuse que le khan ne se montra pas disposé à tolérer. En 1307, Tokta mit le siège devant la ville qui avait défié son autorité. Finalement, après avoir résisté pendant huit mois à l’assaut tatare, à l’abri de l’enceinte récemment édifiée, les Génois se virent obligés d’abandonner la ville13 ; résistance prolongée qui prouve l’existence à cette date d’une puissante fortification à Caffa et atteste en même temps la volonté de Gênes de faire de la ville le centre régulateur du commerce au nord du bassin pontique.

  • 14 Id., Politica faţă  de genovezi a hanului Özbek (1313-1341) în contextul relaţiilor Hoardei de Aur (...)

9Délogés de Caffa par le khan, les Génois eurent finalement raison de l’hostilité de la Horde d’Or. L’arme du devetum fit une nouvelle fois la preuve de son extraordinaire efficacité. En bloquant le commerce de l’empire des « Tatars aquilonaires » et en privant les caisses du khan des ressources considérables que lui procurait en temps de paix le commerce pontique, Gênes accula la Horde d’Or à capituler. Lorsqu’en 1313 un nouveau khan, Özbek, succéda à Tokta, il s’empressa de renouer les liens avec Gênes en se soumettant à son exigence capitale : il lui concéda le droit de fortifier Caffa14. Concession qui permit aux Génois non seulement de faire de Caffa l’une des forteresses les plus redoutables de l’Europe orientale – elle devait résister jusqu’en 1475 aux tentatives de conquête de ses ennemis–, mais aussi de lui assurer la fonction de caput Gazarie, chef-lieu commercial des territoires dominés par la Horde d’Or. Le rapport de forces entre la Horde d’Or et la colonie qu’elle avait tolérée sur son territoire évolua dorénavant inexorablement et rapidement en faveur de celle-ci.

  • 15 Imposicio Officii Gazarie, Monumenta Historiae Patriae 2, Leges Municipales,ed. L. Sauli, Turin 18 (...)
  • 16 Continuazione della cronaca di Jacopo da Varagine dal MCCCXVII al MCCCXXXII, ed. V. Promis, ASLi 1 (...)

10Gênes ne tarda pas à exploiter la grande victoire qu’elle venait de remporter sur la Horde d’Or. Dès la fin de 1313, la métropole décida de réorganiser son commerce pontique. A cet effet un conseil de « huit sages » fut constitué – rebaptisé plus tard Officium Gazarie – avec pour mission de délibérer super factis navigandi et Maris Majoris et de prendre les décisions qui s’imposaient pour assurer la rapide expansion du commerce génois et surtout le relèvement de Caffa15. La fortification de la ville fut rapidement achevée. En 1316, la chronique génoise constatait sobrement : Anno Domini MCCCXVI redificata fuit civitas Caffa per dominion Antonium Galium et dominum Nicolaum de Pagana sindicos communis Janue per gratiam sibi concessam per Usbech imperatorem Tartarorum16. La reconstruction de la ville et la consolidation de sa fonction commerciale allèrent de pair avec l’édification de son enceinte protectrice. Toute une série de mesures visant à accélérer le développement de Caffa fut adoptée à Gênes par l’instance nouvellement instituée à cet effet.

  • 17 Imposicio Officii Gazarie, cité supra n. 15, col. 378-379 ; Brătianu, Recherches, cité supra n. 7, (...)
  • 18 Imposicio Officii Gazarie, col. 378-379.

11Le grand projet conçu à Gênes ne pouvait se réaliser sans l’appui de moyens financiers à la hauteur de la tâche assumée. Dès le début de leur activité, les huit « sages » prirent soin de pourvoir à cet impératif en instituant l’obligation pour tous les bâtiments qui naviguaient dans la région de faire escale à Caffa à l’aller et au retour, en acquittant la taxe d’ancrage fixée17. De lourdes amendes frappèrent dorénavant ceux qui transgressaient cette décision. A leur sortie de la mer Noire, les patrons des vaissaux étaient astreints à un contrôle rigoureux de la part du podestat de Péra qui avait l’obligation de vérifer s’ils avaient obtempéré aux règles instituées par le conseil de Gênes. Le taux des taxes perçues à Caffa était fixé en fonction de la quantité des marchandises chargées sur les navires et de la valeur de la cargaison appartenant à chacun des participants aux transports navals. Les marchandises mises en vente sur place étaient soumises au tarif douanier local18.

  • 19 Ibid.

12Concentrer le flux commercial à Caffa était une condition essentielle pour la réussite de la stratégie élaborée à Gênes ; pour ce faire, l’activité des Génois dans les centres concurrents, Soldaïa et Tana en tout premier lieu, devait être strictement limitée. Interdiction fut faite dès 1316 aux Génois et à ceux qui leur étaient assimilés du point de vue de leur statut légal d’exercer directement ou indirectement des activités commerciales à Soldaïa. Les transgresseurs de cette ordonnance furent eux aussi soumis à de lourdes amendes19. La réussite du projet des « sages » de Gênes sonnait inévitablement le glas de la ville qui avait dominé antérieurement le commerce des régions nord-pontiques. Encore florissante à la date où fut émise cette ordonnance qui la concernait directement, Soldaïa déchut bien avant la fin du xive siècle de son ancienne splendeur, processus qui s’accéléra lorsque la ville fut occupée par les Génois.

  • 20 Ibid., col. 322.
  • 21 Ibid., col. 381.
  • 22 Ibid., col. 379.

13Non moins sévères furent les peines édictées au cours de la même année à rencontre de ceux qui chargeaient ou déchargeaient leurs marchandises le long du littoral sis entre Caffa et Soldaïa pour échapper à la vigilance des douaniers20. Encore plus lourdes furent les amendes imposées à ceux qui séjournaient pendant l’hiver à Tana ou qui y acquéraient des habitations21. Le commerce avec Solkhat, centre du pouvoir tatare en Crimée, fut lui aussi soumis, dans le même but, à une série de restrictions22.

14En adoptant ces ordonnances, Gênes avait marqué l’essentiel de sa politique commerciale au nord du bassin pontique. Sans doute, à la date de leur promulgation, ces ordonnances et d’autres encore ne visaient que les ressortissants de Gênes. Bientôt cependant elles seront également appliquées aux marchands appartenant aux autres « nations » qui fréquentaient la région, pour aboutir finalement à la politique exclusiviste des Génois, sévèrement dénoncée par Nikèphoros Grègoras. Les prémices de cette politique qui, vers le milieu du xive siècle, devait provoquer un conflit armé entre Gênes et Byzance, un nouveau siège de Caffa par les Tatars et une nouvelle guerre vénéto-génoise, se retrouvent toutes dans les règles fixées par les huit « sages » de Gênes dès le début de leur activité.

  • 23 Acta Ioannis XXII (1317-1337), éd. a. L. Tăutu, Cité du Vatican 1952 (Pontificia commissio ad redi (...)
  • 24 Ibid.

15C’est à un texte appartenant à l’histoire ecclésiastique que nous devons non seulement la preuve la plus directe du rapide développement de Caffa grâce à la sollicitude exceptionnelle dont elle fut l’objet de la part de la métropole mais aussi les informations les plus explicites concernant l’étendue des visées de Gênes au nord du bassin pontique et l’explication de l’extraordinaire déploiement du commerce génois en Europe centrale et orientale. En effet, en 1318, le pape Jean XXII, très probablement sollicité par les Génois eux-mêmes, décida d’élever la colonie génoise de Crimée au rang de civitas. Le pape nomma à la tête du nouveau diocèse le moine franciscain Hyeronimus23 : Nuper vero – affirme le pape – ex certis manifestis et notabilibus causis quae ad hoc animum nostrum induxerunt civitatem Caphensem, tunc villam intra Canbaliensis diocesis limites constitutam, quae locus insignis exstitit et ubertate multiplici hominum et rerum exuberat, de fratrum nostrorum consilio et apostolicae civitatis vocabulo duximus decorandam... Après avoir constaté l’essor exceptionnel de Caffa, antérieurement une simple villa qui n’avait pas mérité d’être dotée d’un évêché – évidemment il s’agit des temps antérieurs au retour victorieux des Génois à Caffa en 1313–, le pape fixe les limites assignées au nouveau diocèse : a villa de Varia in Bulgariam usque Saray inclusive in longitudine et a mari Pontico usque ad terram Ruthenorum in latitudine, pro diocesi eidem ecclesie duximus assignandam24.... Or, les limites du diocèse de Caffa, telles que les a tracées le pape Jean XXII, coïncident singulièrement avec les territoires dominés par la Horde d’Or en Europe, où les Génois revendiquaient un statut privilégié. Et, en effet, au cours des années et des décennies suivantes, les Génois firent preuve d’une remarquable ténacité dans leurs efforts pour transformer en réalité ce qui, en 1318, ne semblait être qu’un programme ambitieux.

16La mise en application d’un tel programme suscita inévitablement la résistance des puissances condamnées à faire les frais de l’hégémonie commerciale des Génois. Les Bulgares, qui connurent un dernier sursaut d’énergie au Moyen Âge sous leur tsar Svjatoslav, furent les premiers parmi les riverains de la mer Noire à s’opposer aux Génois après la capitulation de la Horde d’Or en 1313. Le recul temporaire de la puissance tatare avait laissé le terrain libre aux ambitions du tsar bulgare qui, profitant de ce vide d’autorité, étendit au nord les limites de son empire jusqu’à l’embouchure du Dniestr.

  • 25 I. Sakazov,Le relazioni commerciali fra la Bulgaria e i Genovesi all’inizio del secolo xiv, Genova (...)
  • 26 Ibid.
  • 27 G. Balbi, S. Raiteri, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Caffa e a Licostomo (sec. xiv), G (...)
  • 28 M. Andreev, VI. Kutikov, Le traité de 1387 entre Ivanko prince de Dobroudja et les Génois (Contrib (...)
  • 29 Ş. Papacostea, Genovezii la Kaliakra : un document ignorat (Les Génois à Kaliakra : un document ig (...)
  • 30 Sakâzov, Le relazioni commerciali, cité supra n. 25, p. 335.

17Dès le début de l’année 1315, sinon même plus tôt, le conflit avait éclaté entre les Génois et les Bulgares25. Antagonisme profond et général qui a mis aux prises la République ligure et le Tsarat bulgare. Constatant le refus des Bulgares d’accepter leurs conditions et d’offrir les dédommagements sollicités en faveur de leurs concitoyens pour les pertes qu’ils avaient subies tam in Maocastro quam alibi, les autorités de Gênes proclamèrent un devetum generale sur le commerce avec les territoires de l’imperator de Zagora tamper mare vel per terram. Le tsar lui-même et tous ses sujets étaient exposés aux représailles de la part des Génois qui furent autorisés par la métropole à les léser impunément in personis et rebus26. Ni les causes du conflit ni son épilogue immédiat ne nous sont révélés par les sources. Cependant il est certain que le contentieux qui opposait les deux adversaires était très chargé, car il continua à envenimer longtemps encore les relations entre les Génois et les puissances qui ont contrôlé successivement le littoral occidental de la mer Noire jusque vers la fin du xive siècle. Le « despote » Dobrotic, d’origine incertaine, et son fils Ivanko, maîtres de la Dobroudja, ont opposé une résistance tenace aux Génois en attaquant leurs navires sur la route Kilia (Licostomo)-Péra et même, de temps en temps, en lançant des attaques contre les comptoirs génois des Bouches du Danube27. Mais, finalement, en 1387, Ivanko capitula en acceptant les conditions des Génois. Le traité de paix que ceux-ci lui arrachèrent consacrait, en effet, le régime privilégié que Gênes s’efforçait de longue date d’imposer à l’ensemble du littoral nord-pontique qui, auparavant, avait appartenu à la Horde d’Or28. En outre, les Génois se sont emparés, pendant les hostilités ou après leur conclusion, de la forteresse de Kaliakra, poste important sur l’itinéraire Caffa-Péra29. D’autres fortificatons arrachées aux Bulgares ou édifiées par les Génois consolidèrent encore plus la sécurité de la navigation génoise le long de cet itinéraire30.

  • 31 Papacostea, « Quod non iretur ad Tanam », p. 214.
  • 32 G. Petti Balbi, Caffa e Pera a metà del Trecento, RÉSEE 16/2, 1978, p. 226.
  • 33 Ciocîltan, Mongolii şi Marea Neagră, p. 222-223; Papacostea, « Quod non iretur ad Tanam », p. 214.

18La Horde d’Or qui, en 1313, avait largement ouvert la voie au déploiement de cette politique de grande envergure conçue par les huit « sages » de Gênes revint à la charge sous un nouveau khan, Djanibek, qui tenta de renouer avec la politique de Tokta. Mais, malheureusement pour la Horde d’Or, la politique de Djanibek fit long feu au bout de quelques années seulement. L’échec du khan ne brisa pas définitivement la volonté des Tatars de récupérer les positions perdues en faveur des Génois, avant, pendant et après l’affrontement des années 1343-1347 ; cependant, toutes les tentatives ultérieures ne firent qu’accélérer la mise en application du programme génois de contrôle rigoureux du littoral pontique de la Horde d’Or. L’un après l’autre les centres commerciaux les plus importants du littoral tombèrent sous la coupe des Génois qui finirent par éliminer, à une exception près, toutes les concurrences effectives ou en puissance de la région. En 1365, Soldaïa, principal centre rival en Crimée, dont la fonction commerciale éminente dans la région avait été progressivement assumée par Caffa après 1313, fut annexée par les Génois avec les villages qui constituaient la riparia Soldaie31. Cembalo (Balaklava), qui menaçait de devenir un centre naval et commercial rival au cours de la guerre déclenchée par Djanibek, avait été annexée avant même la conclusion du conflit et du siège prolongé auquel les Tatars avaient soumis Caffa32. Ayant épuisé ses forces dans la vaine tentative de récupérer le terrain perdu, de guerre lasse, la Horde d’Or se résigna finalement à céder aux Génois en bonne et due forme les positions maritimes dont la possession consolidait leur hégémonie commerciale en Crimée33.

  • 34 Id., De Vicina à Kilia. Byzantins et Génois aux Bouches du Danube au xive siècle, RÉSEE 16/1, 1978 (...)
  • 35 Id., « Quod non iretur ad Tanam », p. 215.

19Aux Bouches du Danube les Génois ont pris la relève du contrôle byzantin très probablement pendant la seconde guerre des Détroits ; en tout cas, en 1359 ils étaient à même d’interdire aux Vénitiens d’acheter du blé in partibus Licostomi s’ils ne s’associaient pas avec les marchands ligures34. A une date qu’il est impossible de préciser mais qui, très probablement, se situe dans la seconde moitié du xive siècle, les Génois avaient acquis une situation privilégiée à l’embouchure du Dniestr aussi ; vers la même époque ils avaient implanté un point d’appui aux Bouches du Dniepr, à Lerici, relais important sur l’itinéraire de Caffa à Péra35.

20La persévérance de Gênes fut finalement couronnée de succès. A travers une longue série de coups de force et d’habiles négociations, les Génois réussirent à contrôler la presque totalité de la façade maritime de la Horde d’Or, dans les limites inscrites dans l’acte constitutif de l’évêché de Caffa : a villa de Varia in Bulgariam usque Saray. La seule pièce de cet ensemble qui échappa à l’emprise des Génois fut la position-clé de Tana où les Vénitiens réussirent à installer durablement leur propre comptoir, malgré l’opposition constante de leurs concurrents qui s’efforcèrent, mais vainement, de leur interdire l’accès direct aux sources du commerce mongol. Jusqu’à la fin de leur présence dans le bassin pontique, les Génois ont ressenti la présence des Vénitiens à Tana comme une épine dans le système commercial hégémonique qu’ils avaient établi dans les territoires ayant appartenu à la Horde d’Or.

  • 36 G. I. Brătianu, Recherches sur Vicina et Cetatea Albã. Contributions à l’histoire de la domination (...)

21Maîtres du littoral, les Génois poursuivirent leur programme en intégrant une partie importante de l’Europe centrale dans les réseaux du commerce international qu’ils avaient contribué de manière décisive à installer dans le bassin pontique. Une carte datant de 1339 mentionne la route commerciale qui, passant par Lvov, aboutissait à la mer Baltique et plus loin encore à Bruges. Les marchands qui prenaient cette route, la via tartarica, passaient par Kiev où les sources attestent vers le milieu du xiiie siècle déjà la présence des marchands italiens : postea vadunt per mare Gothalandiae ad partes fiandres, specialiter in Bruges36. Vers la fin du siècle, la via tartarica fut abandonnée en faveur de la via valachica ou moldavica, laquelle reliait Maurocastrum et Lvov, en traversant la principauté moldave. L’activité des Génois le long de cette route a été très intense et a laissé de nombreuses traces.

  • 37 V. Spinei, La genèse des villes du sud-est de la Moldavie et les rapports commerciaux des xiiie-xi (...)

22Un rôle non moins important fut assumé par la route qui reliait les Bouches du Danube, dominées par les Génois depuis le milieu du xive siècle, et l’Europe centrale. La grande prospérité des centres qui contrôlaient sur le littoral le commerce avec l’Europe centrale – Kilia-Licostomo, d’un côté, Maurocastrum d’un autre côté – est largement confirmée par les rivalités qu’elle engendra entre les puissances de la région qui se disputaient les profits résultant de l’exploitation des deux routes commerciales37.

23L’extraordinaire épanouissement du commerce génois en Europe orientale et centrale aux xive et xve siècles a été le fruit de la mise en application du projet conçu à Gênes par le conseil des « huit sages » institué à cet effet en 1313. Ce projet visait à asseoir solidement l’hégémonie génoise dans un vaste espace, « depuis Varna jusqu’à Saray », le long du littoral, et « depuis la mer Pontique jusqu’au pays des Russes » à l’intérieur du continent, limites inscrites dans l’acte de fondation de l’évêché de Caffa en 1318. Conçu au début du xive siècle, ce projet qui témoigne de l’excellente connaissance à cette date par les Génois du bassin pontique, des réalités régionales de l’Europe centrale et orientale et des perspectives qu’elles offraient à leur commerce, a été mis en application avec une extraordinaire ténacité par les Génois du bassin pontique au cours des années et décennies suivantes. L’ensemble du territoire visé par le projet et par la politique qu’il inspira allait subir dans l’immédiat et à long terme les conséquences multiples de cette initiative de la République ligure.

Notes

1 Niképhoros Grégoras, Byzantina Historia, éd. L. Schoppen, Bonn 1830 (CSHB), I, p. 877

2 R. Morozzo della Rocca, Notizie da Caffa, Studi in onore di Amintore Fanfani, 3, Milan 1962, p. 279-280.

3 Ibid., p. 291.

4 M. Volkov, O soperničestvi Venetii s Genueju v xiv veka, Txipiski Odesskago Obscestx’a Istorii i Drevnostei 4, 1858, p. 208.

5 Ibid., p. 9.

6 Les ambassadeurs vénitiens qui se trouvaient à Caffa au début de l’année 1345 n’avaient aucun doute quant à la raison réelle de l’attaque du khan contre les Latins : et non credat vestra dominatio - avertissaient-ils le gouvernement de Venise - quod novitales quam [!] fecit dominus tmperator fecisset pro morte Acamar qui montais fuit in Tana... Sed principaliter propter destruccionem Gaffe movit se dominus Imperator, ut dictum est ... et hoc nos simus per fratres minores et multos gentiles homines Januenses, et isti IIII-or qui hic sunt pro communi Janue habeunt [!] pro certo quod ista sit Veritas... ; Morozzo della Rocca, Notizie da Caffa, cité supra n. 2, p. 283.

7 G. I. Brătianu. Recherches sur le commerce génois dans la mer Noire au xiiie siècle, Paris 1929, p. 254 ; Ş. Papacostea, « Quod non iretur ad Tanam ». Un aspect fondamental de la politique génoise en mer Noire au xive siècle, RÉSEE 17/2, 1979, p. 202-203.

8 Ibid., p. 201.

9 G. I. Brătianu, La mer Noire, des origines à la conquête ottomane, Munich 1969, p. 258.

10 Ş. Papacostea, Gênes, Venise et la mer Noire à la fin du xiiie siècle, Revue Roumaine d’Histoire 29/3-4, 1990, p. 233-234 ; V. Ciocîltan, Mongolii şi Marea Neagră în secolele xiii-xiv (Les Mongols et la mer Noire aux xiiie-xive siècles), Bucarest 1998, p. 147.

11 Ibid., p. 150.

12 Ibid., p. 147-148 ; W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, 2, Leipzig 1886, p. 169 ; Papacostea. Gênes, Venise et la Mer Noire, cité supra n. 10, p. 231-232.

13 Ciocîltan. Mongolii şi Marea Neagră, cite supra n. 10, p. 149-150 ; Id., Enigme ale diplomaticei : primele tratate tătaro-genoveze (Enigmes de la diplomatique : les premiers traites tataro-genois), Studii şi materiale de istorie medie 18, 2000, p. 11-12.

14 Id., Politica faţă  de genovezi a hanului Özbek (1313-1341) în contextul relaţiilor Hoardei de Aur cu ilhanatul şi cu sultanatul mameluc (La politique du khan Özbek par rapport aux Genois dans le contexte des relations de la Horde d’Or avec 1’Ilkhanat et le sultanat mameluk), Naţional şi universal în istoria românilor, Bucarest 1998, p. 233-263.

15 Imposicio Officii Gazarie, Monumenta Historiae Patriae 2, Leges Municipales,ed. L. Sauli, Turin 1838, col. 308-309 ; cf. G. Forcheri, Navi e navigazione a Genova. II « Liber Gazarie », Genes 1974, p. 11 ; M. Balard, Les Genois en Crimée aux xiiie-xive siecles, Ἀρχεῖoν Πóντpoυ 35, 1979, p. 206-208.

16 Continuazione della cronaca di Jacopo da Varagine dal MCCCXVII al MCCCXXXII, ed. V. Promis, ASLi 10, 1874, p. 502.

17 Imposicio Officii Gazarie, cité supra n. 15, col. 378-379 ; Brătianu, Recherches, cité supra n. 7, p. 219 ; M. Balard, Les formes militaires de la colonisation génoise (xiie-xiiie siècles), Castrum 3. Guerre, fortification et habitat dans le monde méditerrannéen au Moyen Âge. Rome 1988. p. 70.

18 Imposicio Officii Gazarie, col. 378-379.

19 Ibid.

20 Ibid., col. 322.

21 Ibid., col. 381.

22 Ibid., col. 379.

23 Acta Ioannis XXII (1317-1337), éd. a. L. Tăutu, Cité du Vatican 1952 (Pontificia commissio ad redigendum codicem iuris canonici Orientalis, Fontes ser. 3, vol. 7, 2), p. 12-13 ; cf. J. Richard, La papauté et les missions d’Orient au Moyen Âge (xiiie-xve siècles). Rome 1977, p. 157-158.

24 Ibid.

25 I. Sakazov,Le relazioni commerciali fra la Bulgaria e i Genovesi all’inizio del secolo xiv, Genova e la Bulgaria nel Medioevo, Gênes 1984 (Collana storica di fonti e studi 42), p. 347-349.

26 Ibid.

27 G. Balbi, S. Raiteri, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Caffa e a Licostomo (sec. xiv), Gênes 1973 (Collana storica di fond e studi 14), p. 205, 208, 209 ; V. Eskenazy, Din istoria litoralului vest-pontic : Dobrotici si relatiile sale cu Genova (Aspects de l’histoire du littoral ouest de la mer Noire. Dobrotic et ses relations avec Gênes), Revista de Istorie 34/11, 1981, p. 2051-2052 ; E.Todorova, Le relazioni di Dobrotiza con i Genovesi, Genova e la Bulgaria nel Medioevo, cité supra n. 25, p. 235-248.

28 M. Andreev, VI. Kutikov, Le traité de 1387 entre Ivanko prince de Dobroudja et les Génois (Contribution à l’étude des traités internationaux de la Bulgarie au Moyen Âge), Annuaire de l’Université de Sofia 51,1960, p. 97-103.

29 Ş. Papacostea, Genovezii la Kaliakra : un document ignorat (Les Génois à Kaliakra : un document ignoré), Pontica 30, 1997, p. 277-283.

30 Sakâzov, Le relazioni commerciali, cité supra n. 25, p. 335.

31 Papacostea, « Quod non iretur ad Tanam », p. 214.

32 G. Petti Balbi, Caffa e Pera a metà del Trecento, RÉSEE 16/2, 1978, p. 226.

33 Ciocîltan, Mongolii şi Marea Neagră, p. 222-223; Papacostea, « Quod non iretur ad Tanam », p. 214.

34 Id., De Vicina à Kilia. Byzantins et Génois aux Bouches du Danube au xive siècle, RÉSEE 16/1, 1978, p. 71-72.

35 Id., « Quod non iretur ad Tanam », p. 215.

36 G. I. Brătianu, Recherches sur Vicina et Cetatea Albã. Contributions à l’histoire de la domination byzantine et tatare et du commerce génois sur le littoral roumain de la mer Noire, Bucarest 1935, p. 123.

37 V. Spinei, La genèse des villes du sud-est de la Moldavie et les rapports commerciaux des xiiie-xive siècles, Balkan Studies 35/2, 1994, p. 234-237 ; Şt. Andreescu, Genovezii pe drumul moldovenesc (Les Génois sur la route moldave). Din istoria Mãrii Nègre (Genovezi, români şi tătari în spaţiul pontic tn secolele xiv-xvii), Bucarest 2001 (Biblioteca pontica 3), p. 89-116 ; Ş. Papacostea, Un tournant de la politique génoise en mer Noire au xive siècle : l’ouverture des routes continentales en direction de l’Europe centrale, Oriente e Occidente tra Medioevo ed Età moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, éd. L. Balletto, Gênes 1997, 2, p. 939-947.

Auteur

Membre de l’Académie Roumaine

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540