Version classiqueVersion mobile

Maurice Halbwachs

 | 
Yves Déloye
, 
Claudine Haroche

Avant-propos1

Yves Déloye et Claudine Haroche

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier Emmanuel Taïeb pour la disponibilité et l’efficacité avec lesquelles il a (...)
  • 1 Songeons, à titre d’exemple, à l’édition critique de La Mémoire collective établie récemment par G (...)
  • 2 Outre les réflexions classiques d’un Paul Ricœur, d’un Yosef Hayim Yerushalmi, d’un Tzvetan Todoro (...)

1Les écrits de Maurice Halbwachs sont aujourd’hui réédités1. Relire Halbwachs, le méditer, tenter d’appréhender la modernité d’une œuvre magistrale : c’est à une telle relecture que cet ouvrage souhaite contribuer. Qu’il s’agisse, en effet, des innombrables travaux contemporains sur la mémoire2, de la prise en compte des dimensions matérielles des institutions et des sociétés, de l’analyse de l’imbrication entre composantes psychologiques et politiques, la pensée de Maurice Halbwachs conduit à des interrogations cruciales. Indissociablement anthropologique, historique, sociologique et politique, sa réflexion a su aborder des domaines extrêmement variés et risquer le renouvellement des hypothèses et des méthodes.

2Si la référence à Halbwachs est décisive, elle n’est toutefois pas aisée : il est, en effet, encore délicat d’établir vraiment notre dette à son endroit. Bien souvent, la référence reste impensée, guère approfondie. Une telle entreprise est toutefois nécessaire dès lors que l’on entend suivre et creuser les voies ouvertes par l’auteur de La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte (1941) ou de La Mémoire collective (1950) ; que l’on souhaite rétablir les continuités entre son œuvre et celles, entre autres, de Georg Simmel, de Roger Bastide ou encore de Norbert Elias ; que l’on envisage de revenir pour les aborder de manière inédite à des sujets aussi cruciaux que les formes de sensibilité individuelle et collective, la réglementation de l’expression des émotions par la collectivité, les modalités par lesquelles l’homme social surveille et gouverne l’homme passionnel ; que l’on s’efforce d’observer des groupes saisis dans leur forme et dans leur répartition spatiale et temporelle (ce que Halbwachs désignait par« morphologie sociale au sens large ») ; que l’on entreprenne d’apprécier l’inscription des sociétés humaines dans le temps, la reconstruction de leur passé (ce que l’auteur a appelé « la mémoire spatiale »), et enfin la capacité de certaines représentations collectives de se manifester sous forme matérielle, la relecture des écrits d’Halbwachs s’impose aux sciences sociales dans leur ensemble. Autant d’objets dont Halbwachs a très tôt su discerner l’ampleur et dont l’interrogation reste cruciale. Peu soucieuse des frontières disciplinaires, son approche a su, synthétisant l’intuition et la rigueur scientifique, dans un style lumineux et sobre, observer, plus encore interpréter le social en énonçant des cadres d’une simplicité et d’une élégance extrême. C’est ainsi qu’il s’intéressera tant à l’anthropologie qu’à la démographie, aussi bien à la sociologie qu’à l’histoire ou encore à la science économique. Et ce, à une époque politique tragique de l’histoire européenne, des temps de plus en plus sombres où la nécessité se faisait impérieuse de s’interroger sur les formes, sur les cadres, les traditions, les lieux, les faits et les sensibilités.

  • 3 3. Cet ouvrage vient tout juste de faire l’objet d’une réédition (la première depuis sa sortie en (...)

3Fortement marqué par les travaux d’Émile Durkheim mais aussi par l’influence intellectuelle d’Henri Bergson ou encore de Charles Blondel, Halbwachs entretient des rapports complexes avec la psychologie. Son ouverture d’esprit l’amène, en ces années de refondation des sciences sociales, à se pencher sur la place de la sociologie dans l’explication des faits psychiques, le conduisant ainsi à esquisser les termes d’une psychologie collective. Ainsi, la relecture des Causes du suicide (1930) va-t-elle le conduire à exprimer une nette différence de sensibilité avec celle de Durkheim dans l’ouvrage classique qu’il a consacré au suicide3. C’est probablement à ce moment de son œuvre que Maurice Halbwachs entreprend de souligner le plus fortement l’interpénétration étroite entre les mécanismes de la conscience individuelle et ceux de la conscience collective. Cette hypothèse de continuité et d’imbrication entre l’ordre individuel et l’ordre social se retrouve tant dans ses travaux sur les besoins économiques des différentes classes sociales que dans ceux qu’il consacre, à partir de 1925, à la mémoire collective. Évoquant Simmel, préfigurant Elias, Halbwachs propose désormais un cadre d’analyse des faits sociaux traitant, pour mieux la déplacer, de l’opposition – trop souvent pensée comme irréductible – entre individu et société. Comme le relève très justement Pierre Ansart dans cet ouvrage, « on peut repérer, non pas une évolution continue, et encore moins un moment de crise ou de rupture dans le travail et dans les rectifications, mais un glissement tantôt marqué, tantôt effacé, qui conduit d’une conception objectivante et fortement contraignante du social à une conception qui fait la part plus grande à la mémoire individuelle, à la subjectivité, à la conscience individuelle, en d’autres termes au sujet ».

  • 4 M. Halbwachs, « Conscience individuelle et esprit collectif » (1939), reproduit dans Classes socia (...)
  • 5 Ce que note avec justesse son élève Jean Stoezel dans le livre qu’il consacre à La Psychologie soc (...)
  • 6 Voir ici récemment Le Ressentiment, P. Ansart dir., Bruxelles, Bruylant, 2002.

4Ce faisant, Halbwachs développe l’image d’un « homme social » dont la conscience individuelle est en interaction permanente avec celles des communautés qui ont contribué, d’une certaine manière, à le former. Une conviction anime constamment Halbwachs : même isolé et livré à lui-même, l’homme se comporte comme si les autres étaient présents de manière continue. On comprend alors mieux le sens de la critique qu’il adresse à la psychologie de son époque : « Qu’il s’agisse de la psychologie physiologique ou de la psychologie associationniste, c’est que, en se limitant à l’étude de l’homme isolé, elle a manqué de rendre compte des facteurs multiples qui affectent du dehors l’individu tels que les institutions, les coutumes, les échanges d’idées et surtout la langue qui, dès l’enfance, conditionne, tout au long de sa vie, son entendement, ses sentiments, son comportement et ses attitudes d’une manière qui serait inconcevable pour un individu isolé. »4 Les travaux que Maurice Halbwachs consacrera à la mémoire collective sont particulièrement représentatifs de cette pensée de l’interpénétration entre le niveau psychologique individuel et le niveau sociétal. Ces écrits majeurs vont d’ailleurs durablement attester de l’empreinte laissée par Halbwachs sur la psychologie sociale5. Ils invitent encore à une réflexion inédite sur les modes d’interprétation et de refoulement du passé. Invitant à se demander si les sociétés contemporaines, lieux de commémorations continues, sont encore capable de développer une attitude critique à l’égard d’une mémoire collective tiraillée entre l’oubli et le ressentiment6.

  • 7 M. Halbwachs, « L’expression des émotions et la société » (1947), reproduit dans Classes sociales(...)
  • 8 Ibid.
  • 9 M. Halbwachs, Morphologie sociale, Paris, Armand Colin, coll. « U/U2 », 1970 (1re édition 1938), p (...)

5L’actualité de ce cadre d’analyse invite aussi à interroger l’origine sociale des codes d’expression et des émotions, d’évoquer la mémoire des sentiments, et ce tant dans l’ordre religieux que politique ou social. Dans un texte posthume consacré à « L’expression des émotions et la société »(1947), Halbwachs montre, de manière extraordinairement synthétique et concise, la relation qui existe entre la spatialisation des pratiques sociales, l’émergence de certaines « techniques émotionnelles » et la régulation collective des émotions et des sentiments individuels. De sorte que, là encore, « la société exerce une action indirecte sur les sentiments et les passions. C’est qu’il y a en nous un homme social, qui surveille l’homme passionné, et qui, sans doute, lui obéit parfois et se met en quelque sorte à son service pour justifier sa passion : même alors, l’homme ne cesse pas d’être social, il raisonne, il pense. Mais tout cela, en somme, peut se passer dans le for intérieur, loin des yeux (sinon en dehors de l’influence occulte) de la société. »7 Soumise au contrôle du groupe dans son contenu, l’émotion est aussi codifiée dans sa forme d’expression publique. D’où l’importance que l’auteur accorde aux rites et aux cérémonies qui ont la capacité sociale d’« exercer une action continue et puissantes sur les imaginations »8. Mais aussi de révéler à l’observateur les dispositions morales et psychologiques propres à toute vie en société. « Si nous fixons notre attention sur ces formes matérielles, c’est afin de découvrir, derrière elles, toute une partie de la psychologie collective. »9 C’est peut-être dans cette capacité à inscrire la dimension psychologique des faits sociaux dans le temps et dans l’espace qu’il faut aujourd’hui encore saisir le legs d’une pensée extraordinairement riche qui sut tempérer fortement le caractère holiste de la sociologie française contemporaine.

6C’est en resituant la pensée de Maurice Halbwachs dans son contexte historique et politique que l’on retravaille ici ses écrits, entreprenant ainsi de préciser au-delà de l’inquiétude qui se dessine dans ses interrogations et ses développements une dimension politique fondamentale de la démocratie en Europe. L’ouvrage aborde quatre approches fondamentales : un premier ensemble de chapitres prend en compte le contexte intellectuel, social et politique dans lequel Halbwachs développe ses travaux. Une deuxième série de textes s’efforce d’établir l’actualité scientifique d’une telle œuvre, se penchant sur certaines catégories fondamentales de Maurice Halbwachs (l’espace, le temps, la psychologie collective, la morphologie sociale), invitant ainsi à poursuivre ses travaux. Prolongeant cette approche, un troisième ensemble de contributions revient sur les catégories fondatrices de la sociologie des cadres sociaux de la mémoire afin d’en apprécier le rôle décisif pour le déchiffrement des sociétés contemporaines. Une dernière série de chapitres rappelle enfin l’influence marquante de Maurice Halbwachs sur des traditions intellectuelles contribuant à élucider tant les sociétés présentes que passées.

Notes

1 Songeons, à titre d’exemple, à l’édition critique de La Mémoire collective établie récemment par Gérard Namer [Paris, Albin Michel, 1997 (1re édition 1950)] ou la réédition par ce dernier des Cadres sociaux de la mémoire [Paris, Albin Michel, 1994 (1re édition 1925)] accompagné d’une postface qui éclaire sous un jour nouveau les conditions d’écriture de cet ouvrage majeur. Signalons aussi le beau numéro de la Revue d’histoire des sciences humaines qui consacre sa première livraison en 1999 à un dossier sur « Maurice Halbwachs et les sciences humaines de son temps ».

2 Outre les réflexions classiques d’un Paul Ricœur, d’un Yosef Hayim Yerushalmi, d’un Tzvetan Todorov ou encore d’un Raul Hilberg, il faudrait inventorier ici les nombreux emprunts contemporains à la sociologie de la mémoire de Maurice Halbwachs. Dans cette littérature abondante, voir ainsi A. Muxel, Individu et mémoire familiale, Paris, Nathan, 1996 ou P. H. Huton, History as an Art of Memory, Londres, University Press of NewEngland, 1993. Pour une réflexion critique sur cette actualité de la mémoire, voir M.-C. Lavabre, « Usages et mésusages de la notion de mémoire », Critique internationale, 7 (avril 2000), p. 48-57.

3 3. Cet ouvrage vient tout juste de faire l’objet d’une réédition (la première depuis sa sortie en 1930) : M. Halbwachs, Les Causes du suicide, Paris, PUF., 2002, avec une préface inédite de Serge Paugam qui rend un hommage justifié à cet ouvrage trop méconnu. Sur cette enquête, voir aussi J.-C. Marcel, « Halbwachs et le suicide : de la critique de Durkheim à la fondation d’une psychologie collective », dans Le Suicide un siècle après Durkheim, M. Borlandi, M. Cherkaoui dir., Paris, PUF., 2000, p. 147-184.

4 M. Halbwachs, « Conscience individuelle et esprit collectif » (1939), reproduit dans Classes sociales et morphologie, Paris, Minuit, 1972, p. 152. Sur ce débat, voir L. Mucchielli, « Pour une psychologie collective : l’héritage durkheimien d’Halbwachs et sa rivalité avec Blondel durant l’entre-deux-guerres », Revue d’histoire des sciences humaines, 1 (1999), p. 103-140 ; et J.-C. Marcel, Le Durkheimisme dans l’entre-deux-guerres, Paris, PUF., 2001, chapitre IV.

5 Ce que note avec justesse son élève Jean Stoezel dans le livre qu’il consacre à La Psychologie sociale, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1978.

6 Voir ici récemment Le Ressentiment, P. Ansart dir., Bruxelles, Bruylant, 2002.

7 M. Halbwachs, « L’expression des émotions et la société » (1947), reproduit dans Classes sociales…, op. cit., p. 164.

8 Ibid.

9 M. Halbwachs, Morphologie sociale, Paris, Armand Colin, coll. « U/U2 », 1970 (1re édition 1938), p. 12-13.

Notes de fin

1 Nous tenons à remercier Emmanuel Taïeb pour la disponibilité et l’efficacité avec lesquelles il a procédé à la mise en forme de ce manuscrit.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search