Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Les giorni uziagi. Hommes de mer vénitiens et jours néfastes

Gherardo Ortalli

Texte intégral

LE JOUR NÉFASTE DANS LE CARNET DU NAVIGATEUR

  • 1 Sur les « livres de besace » : A. Petrucci, Libri, scrittura e pubblico nel Rinascimento. Guida sto (...)

1Lorsque de Venise (et pas seulement de Venise) l’homme de mer partait pour les voyages en terres plus ou moins lointaines, il emportait avec lui non seulement les marchandises et ce qui servait matériellement à la navigation et aux affaires, mais aussi la culture dont il était dépositaire ; et de cette culture faisaient également partie bien des convictions qu’aujourd’hui on écarte comme de banales superstitions. On retrouve la trace de certaines d’entre elles dans ces livres qui contenaient toutes les informations utiles au bon déroulement d’un voyage, insérées parmi les instructions sur le cap à suivre, les modalités de calcul des étoiles, la valeur des marchandises, le choix des places commerciales et bien d’autres aspects encore. Il s’agissait de livres « de besace », de grande importance pratique mais souvent de bien maigre valeur intrinsèque1. Lorsqu’ils étaient usés, ils ne devenaient rien de plus que de la paperasse, et cela explique qu’ils se soient conservés seulement en des cas exceptionnels, bien qu’ayant dû être très répandus. Parmi le petit nombre d’exemplaires qui nous est parvenu, l’on trouve systématiquement un calendrier avec des informations pouvant être utiles, comme les indications sur la position des étoiles, sur les festivités et naturellement (selon la logique de l’époque) les saints du jour. Mais l’on se préoccupait aussi de signaler les jours néfastes, et voici donc que sur son livre de Raxon de marineri le navigateur vénitien trouvait aussi, dûment répertoriés, les jours uziagi.

  • 2 Pietro di Versi, Raxion de’marineri. Taccuino nautico del xv secolo, éd. A. Conterio, Venise 1991 ( (...)
  • 3 Ibid., p44 et 45-55 pour le calendrier.
  • 4 Padoue, Biblioteca Civica, ms. CM. 17, fol. 12v-13r et lr-10v pour le calendrier. Indiqué d’ordinai (...)
  • 5 Le manuscrit fut vendu lors d’une vente aux enchères à Londres en 1966. Il est aujourd’hui conservé (...)
  • 6 Ragioni antique spettanti all’arte del mare et fabriche de vasselli. Manoscritto nautico del secolo (...)
  • 7 Londres, British Library, ms. Egerton 73. Pour une description du manuscrit, cf. Catalogue of the M (...)

2« Ceux qui sont indiqués ci-dessous sont les jours uziagi et dangereux, durant lesquels il vaut mieux ne rien entreprendre ; gardez-vous en bien ; et le sieur saint Jérôme dit en personne qu’il fallait bien tenir compte de cela2. » C’est ainsi qu’en 1444-1445 Pietro di Versi (navigateur chevronné) dresse une liste spécifique de ces jours néfastes dans son carnet de marin, puis prend soin de les marquer d’une croix sur son calendrier3. À la fin du xve siècle, après 1475, l’auteur anonyme qui transcrivit un manuscrit aujourd’hui conservé à la Bibliothèque Municipale de Padoue en y indiquant Algune raxion per marineri li quali serano utelle a saver, suivit exactement le même critère4. Avant eux encore, vers 1434, Michele di Rodi avait déjà adopté ces mêmes modalités dans sa propre liste, dans un texte particulièrement intéressant, puisqu’il est le plus ancien parmi ceux que l’on connaît5. Cette liste réapparaît ensuite avec une structure presque identique dans le manuscrit des Ragioni antique spettanti all’arte del mare, écrit à Venise entre 1470 et 15296. À cet ensemble non indifférent de manuscrits s’ajoute celui connu comme Atlante Cornaro, rédigé presque certainement à Venise vers 1489 pour le compte de la famille dont il tire son nom, et aujourd’hui conservé à Londres, à la British Library7.

  • 8 Le fait que les jours uziagi n’apparaissent pas dans l’ouvrage de Zorzi da Modone ne change pas cet (...)

3La ressemblance entre tous les livres indiqués est très étroite lorsqu’il s’agit de fournir, en préambule à la liste, ces trois autres jours, uziagi eux aussi, pour lesquels on indique pourquoi ils sont néfastes. Ainsi le premier lundi d’avril est celui où Caïn tue son frère et « ceci fut le premier sang au monde qui fut répandu » ; le premier lundi d’août, « Judas commença à trahir le Christ » et le drian d (le dernier jour) de décembre fut celui qui vit la ville de Gomorrhe s’abîmer pour ses péchés de sodomie. En somme, bien que n’étant pas extraordinairement nombreux, les manuels qui accompagnaient les hommes de mer vénitiens dans leurs voyages suffisent à nous rendre témoignage d’une croyance bien enracinée, partagée par tous8.

UZIAGO-OZIACO-EGIZIACO

  • 9 Cf. pour les références générales, W. Meyer-Lübke, Romanisches Etymologisches Wörterbuch, Heidelber (...)
  • 10 En synthèse: L. Thorndike, A History of Magic and Experimental Science, New York 1923-1958, l, p. 6 (...)
  • 11 Ambroise, Epistolae, cl. I, n. 32.4 (PL 46, col. 1071AB).
  • 12 Gal. IV, 10-11 : Dies observatis, et menses et tempora et annos ; timeo ne sine causa laboraverim i (...)
  • 13 Augustin, Epistolae ad Galatos expositionis liber, chap. 35 (PL 35, col. 2310).

4Si la signification du terme uziago est tout à fait claire, son origine par contre peut sembler à première vue incertaine. Le lien avec le latin otium-ocium, oisiveté, désœuvrement, se fait spontanément. L’hypothèse est raisonnable. Pendant ces jours-là il ne fallait rien entreprendre et l’on peut raisonnablement penser que celui qui utilisait le terme en était convaincu. En réalité l’origine, comme on le sait depuis longtemps, doit être mise en rapport avec les « jours égyptiens », les dies Aegyptiaci9. En substance, nous sommes devant une sorte de vestige des jours qui étaient considérés funestes dans le calendrier égyptien, et dont on gardait encore mémoire vers le milieu du ive siècle dans les calendriers officiels de l’Empire romain10. La culture chrétienne, en s’affirmant, avait tenté de balayer cette croyance traditionnelle liée au monde du paganisme, et à cet effet des personnages de très haut rang étaient intervenus. Dans une lettre adressée aux évêques d’Émilie, saint Ambroise avait lancé une invitation à se garder de croire en quosdam dies jugés néfastes, c’est-à-dire justement aux dies Aegyptiaci, outre qu’aux posteri dies, qui étaient les jours suivant les calendes, les ides et les nones que le monde romain croyait défavorables11. Saint Augustin en avait lui aussi disserté dans son commentaire du passage de l’Épître aux Galates, dans laquelle saint Paul reprochait à ces derniers d’observer les jours, mois, saisons et années selon des cultes que le message du Christ aurait dû éliminer12. Et précisément à ce propos, l’évêque d’Hippone rappelait les jours quos Aegyptiacos vocant, et parlait de Judeorum superstitiosa observatione13.

  • 14 Voir aussi les écrits du carmélite Guido da Pisa, Fiore d’Italia, éd. L. Muzzi, Bologne 1800, p. 45 (...)
  • 15 Honorius Augustodunensis, Imago mundi, éd. V. I. J. Flint, Archives d’histoire doctrinale et littér (...)

5Les anciennes pratiques, bien que réduites à des croyances païennes, avaient résisté, comme en de nombreux autres cas, à l’action de la culture chrétienne et étaient même parvenues, dans certains cas, à se teinter de nuances cohérentes avec la nouvelle religion. Ainsi, par exemple, le franciscain Barthélémy l’Anglais, au xiiie siècle, en explique le nom en se référant aux jours du commencement et de la fin des dix fléaux bibliques par lesquels Dieu avait voulu punir l’Égypte. En fait, même si leur nombre n’était pas le même selon les calendriers, les dies Aegyptiaci se répartissaient en théorie, l’un au début, l’autre vers la fin de chaque mois, soit vingt-quatre en tout14. Les comptes n’étaient pas justes, puisque deux fois dix font vingt et non vingt-quatre, mais l’on pouvait surmonter l’obstacle en expliquant qu’évidemment, il y avait eu plus de dix fléaux en Égypte. On acceptait aussi assez bien l’idée que ces jours étaient liés à une vision qu’avait eue le patriarche Joseph en Égypte. On pouvait encore dire, par exemple, qu’ils s’appelaient Aegyptiaci parce que découverts par les Égyptiens15.

  • 16 Guillelmi Duranti Rationale divinorum officiorum, éd. A. Davril, T. M. Thibodeau, B.-G. Guyot, 3, T (...)
  • 17 Pour tout cela, cf. Loiseleur, Les jours égyptiens, cité supra n. 9, p. 203-206, 210-211, et Thornd (...)
  • 18 Loiseleur, Les jours égyptiens, p. 212, avec rappel également de la formule dies aeger dérivée d’un (...)

6Vincent de Beauvais, vers le milieu du xiiie siècle, écrivait que certains les tenaient pour favorables, tandis que, peu d’années après, Guillaume Durand, évêque de Mende, soulignait la difficulté à retrouver le calcul des Égyptiens et n’excluait pas que ceux-ci aient en réalité voulu distinguer les jours fastes, liés aux constellations favorables ; mais, quoi qu’il en fût, ils devaient être rejetés du moment que l’Église ne suivait pas l’erreur de ces astrologues ; il fallait donc s’en tenir éloignés : e talibus cavetur16. Ils figuraient malgré tout dans de nombreux calendriers ecclésiastiques et déjà Bède le Vénérable, dans le De mensura horologii, pouvait reporter une ancienne formule en vers latins qui permettait de les repérer mois par mois17. D’autres formules en vers allaient suivre, dont une que l’on retrouve encore dans le premier missel imprimé à Orléans en 151918. Mais il s’agissait désormais d’un vestige oublié des temps passés. Pour indiquer les jours néfastes, il n’était plus besoin d’en appeler à l’Egypte.

LA TRADITION VÉNITIENNE ET LA LENTE DISPARITION DU DIES AEGYPTIACUS

  • 19 Thorndike, A History of Magic, 4, p. 284-285.
  • 20 Iacopo Passavanti, Lo specchio della vera penitenza, éd. F. L. Polidori, Florence 1863, p. 321-322  (...)
  • 21 Bartolomeo di ser Gorello, Cronica dei fatti di Arezzo, éd. A. Bini, G. Grazzini, Bologne 1917-1933 (...)

7Lorsque nous trouvons les jours uziagi dans les « livres de besace » des marins vénitiens, la phase de référence à l’Égypte semble désormais terminée depuis longtemps. Déjà au xive siècle on avait tendance à ne plus en parler. Certes, le terme pouvait occasionnellement reparaître, comme nous le montre le missel d’Orléans que nous avons cité plus haut. On peut aussi rappeler que Nicholas von Dinkelsbühl, ecclésiastique mort en 1433 et dont les écrits sont bien répandus dans les bibliothèques allemandes, déplorait encore la croyance dans les jours égyptiens19. Pour rester en Italie, le dominicain florentin Jacopo Passavanti (mort en 1357), alors qu’il condamnait comme « vanité » et « grave péché » l’« observance du temps », ou croyance en jours néfastes et de mauvais augure, nommait expressément « certains jours que certains disent egiziachi », utilisant le terme originel20. Et dans la Cronica en vers du notaire Bartolomée de ser Gorello d’Arezzo, la ville parle à la première personne et rappelle la depredano subie le 18 novembre 1381 sous les coups des milices d’Albéric de Barbiano en se lamentant : « Le jour egiziaco se mit contre moi21. » Mais désormais le temps du véritable jour egiziaco était terminé, ou du moins sa qualification originelle était en train de se perdre.

  • 22 Ageno, I « giorni egiziaci », p. 69-70.
  • 23 Franco Sacchetti, Il libro delle rime, éd. F. Brambilla Ageno, Florence 1990 (Italian Medieval and (...)
  • 24 Battaglia, Grande Dizionario, cité supra n. 9, p. 305.
  • 25 Prediche del beato frate Giordano da Rivalto dellordine dei Predicatori. Florence 1739, p. 87: « I (...)
  • 26 Sant Antonino, Confessionale. Florence 1477, p. 21: « Osservazione de tempi non si debbono fare va (...)

8Le Florentin Franco Sacchetti, dans son ouvrage autographe de rimes commencé en 1363, indiquait la méthode pour calculer « selon l’Église » les jours egiziaci, mais les appelle oziachi22, et dans ses vers le terme oziaco prend aussi un sens générique (et désormais dominant) de néfaste, malheureux, au point qu’il peut tout à fait s’appliquer aux années et pas seulement aux jours23. Cela peut également signifier jeteur de sorts, porte-malheur tout court, en parlant d’une personne24. Si le souvenir de l’Egypte tend à disparaître (aussi à cause de la pression étymologique de otium, oisiveté, désœuvrement), la croyance résiste encore longtemps. La magie des jours garde de sa force malgré la ferme hostilité des hommes d’Église. Le bienheureux Giordano di Pisa (mort en 1310) avait beau prêcher, avec toute l’extraordinaire efficacité qui le caractérisait, que « les jours oziachi n’existent pas et qu’il est sot d’y croire »25. Et sant’Antonino, c’est-à-dire le dominicain Antonino Pierozzi devenu archevêque de Florence en 1446, dans son Confessionale, mettait en garde contre le fait de suivre l’inconsistante vacuité de l’attention au jour oziaco, mais sans grand résultat26. La victoire sur l’idée du jour néfaste n’était pas du tout acquise.

  • 27 C’est le cas, par exemple, de l’unique divergence entre Pietro di Versi et le manuscrit de Padoue C (...)

9Assurément il était difficile de convaincre les gens de mer vénitiens. Car même sans la référence à l’Égypte, avec un terme légèrement différent, le jour oziaco ou ugiaco continuait à jouer son rôle. « Néfaste, de mauvais augure », est la signification que le navigateur vénitien lui reconnaît. Plus nombreux que les vingt-quatre jours canoniques (lesquels à Venise étaient déjà plus nombreux que ceux que l’on trouve en moyenne dans les calendriers ecclésiastiques), ils se trouvent répartis de façon irrégulière entre les différents mois dans la tradition vénitienne. D’ordinaire on en déclare trente-deux, même si parfois en apparaissent trente-trois, en plus des trois en préambule de la liste à proprement parler : c’est-à-dire ceux qui sont « anniversaires » de Caïn, Judas et Gomorrhe. On obtient ainsi un maximum de sept jours en janvier et un minimum d’un jour seulement en juin et octobre, avec une concordance très forte entre les différents manuscrits ; lorsqu’il y a divergence, on peut parfois invoquer de simples erreurs de copistes27.

  • 28 Pour l’indication des ouvrages vénitiens utiles à notre thème (par ailleurs indiqués ci-dessus), vo (...)
  • 29 Cf. [G. Amati], Ubbìe ciancioni e ciarpe del secolo xiv, Bologne 1866 (Scelta di curiosità letterar (...)

10Même si les textes à notre disposition sont peu nombreux, leur très forte concordance autorise à penser à des traditions et à des usages typiques du milieu vénitien, surtout si l’on tient compte de la forte variété de dates proposées par les précédents calendriers ecclésiastiques que nous connaissons et des grandes différences que l’on rencontre sur le repérage des différents jours dangereux selon les localités28. Les variantes possibles sont certainement multiples. Si l’on passe par exemple du milieu de la Lagune au milieu toscan, avec ce manuscrit du début du xive siècle conservé à la bibliothèque Corsiniana à Rome, l’on trouve une liste de jours oziachi qui n’a pas de correspondance avec les textes vénitiens, aussi bien en ce qui concerne le nombre total (trente-quatre jours), que la répartition entre les différents mois et surtout la datation exacte, qui pour dix-neuf jours ne coïncide absolument pas29.

11Le terme uziago allait avec le temps disparaître des calendriers vénitiens ainsi que de l’usage courant. Je crois que les plus importants restes de l’ancienne référence au dies Aegyptiacus se trouvent dans les langues de la péninsule Ibérique, sous les formes aciago, aziago, mis pour malheureux, négatif, de mauvais augure. Dans tous les cas, uziago pouvait certes appartenir au passé, mais l’ombre de la magie du jour néfaste pouvait encore résister chez les marins vénitiens autant qu’ailleurs.

Notes

1 Sur les « livres de besace » : A. Petrucci, Libri, scrittura e pubblico nel Rinascimento. Guida storica e critica, Bari 1979, p. 142-147.

2 Pietro di Versi, Raxion de’marineri. Taccuino nautico del xv secolo, éd. A. Conterio, Venise 1991 (Fonti per la storia di Venezia, sez. V. Fondi vari), p. 43 : « Quysti qui de ssotto sarano dì uziagi e zorny pericholoxi inchomenzar a far nulla chossa de ben per zo vardave e questo disse per bocha miser s. Ieronymo che se debia opservalo. »

3 Ibid., p44 et 45-55 pour le calendrier.

4 Padoue, Biblioteca Civica, ms. CM. 17, fol. 12v-13r et lr-10v pour le calendrier. Indiqué d’ordinaire comme Libro veneziano del navigare ou Arte veneziana del navigare ou Arte del navegar, le titre exact du manuscrit est repris par O. Pittarello, Testimonianza di una civiltà mercantile. Il Libro veneziano del navigare’, ovvero Algune raxion per marineri, mémoire soutenu à l’Université Ca Foscari de Venise, année universitaire 2002-2003.

5 Le manuscrit fut vendu lors d’une vente aux enchères à Londres en 1966. Il est aujourd’hui conservé aux États-Unis, et Franco Rossi en prépare une édition. Parmi les études qui accompagneront l’édition, est prévue une contribution de Faith Wallis, qui s’attache particulièrement aux calendriers. Je remercie Franco Rossi pour les informations qu’il m’a fournies à titre amical.

6 Ragioni antique spettanti all’arte del mare et fabriche de vasselli. Manoscritto nautico del secolo xv, éd. G. Bonfiglio Dosio, avec des contributions de P. van der Merwe, A. Chiggiato et D. V. Proctor, Venise 1987 (Fonti per la storia di Venezia, sez. V. Fondi vari), p. 94-95. Les jours uziagi n’apparaissent pas marqués selon une organisation particulière sur le calendrier.

7 Londres, British Library, ms. Egerton 73. Pour une description du manuscrit, cf. Catalogue of the Manuscript Maps, Charts and Planes, and of the Topographical Drawings in the British Museum, 1, Londres 1844, p. 17-21.

8 Le fait que les jours uziagi n’apparaissent pas dans l’ouvrage de Zorzi da Modone ne change pas cet avis. Cf. A. Conterio, L’ « arte del navegar » : cultura, formazione professionale ed esperienze dell’uomo di mare veneziano nel xv secolo, in L’uomo e il mare nella civiltà occidentale : da Ulisse a Cristoforo Colombo, Gênes 1992 (ASLi, n.s. 32/2), p. 222.

9 Cf. pour les références générales, W. Meyer-Lübke, Romanisches Etymologisches Wörterbuch, Heidelberg 19353, p. 18, n. 234 ; C. Battisti, G. Alessio, Dizionario Etimologico Italiano, 4, Florence 1954, p. 2711 ; S. Battaglia, Grande Dizionario della lingua italiana, 12, Turin 1984, p. 305. Et plus particulièrement : J. Loiseleur, Les jours égyptiens. Leurs variations dans les calendriers du Moyen Âge, Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires de France 33 (sér. IV, t. iii), 1872, p. 198-253 ; H. Grotefend, Zeitrechnung des deutschen Mittelalters und der Neuzeit, 1, Hanovre 1891, p. 36-37; R. Steele, Dies Aegyptiaci, Proceedings of the Royal Society of Medicine-Section History of Medicine 13, 1918-1919, p. 108-121; F. Ageno, I « giorni egiziaci », Lingua Nostra 12, 1952, p. 69-70.

10 En synthèse: L. Thorndike, A History of Magic and Experimental Science, New York 1923-1958, l, p. 686.

11 Ambroise, Epistolae, cl. I, n. 32.4 (PL 46, col. 1071AB).

12 Gal. IV, 10-11 : Dies observatis, et menses et tempora et annos ; timeo ne sine causa laboraverim in vobis.

13 Augustin, Epistolae ad Galatos expositionis liber, chap. 35 (PL 35, col. 2310).

14 Voir aussi les écrits du carmélite Guido da Pisa, Fiore d’Italia, éd. L. Muzzi, Bologne 1800, p. 45 : « Sono certi dì nel calendario notati, li quali si chiamano egiziaci, non perché sieno infortunati, ma per quello dì che fu piagato lo Egitto, ed in memoria di loro in ciascheduno mese n’avemo notati dui » (première moitié du xive siècle).

15 Honorius Augustodunensis, Imago mundi, éd. V. I. J. Flint, Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge 57, 1982, p. 123, 1. II, chap. 120 : Dies Aegyptiaci ideo dicuntur, quia ab Aegyptiis sunt inventi (PL 172, col. 164D).

16 Guillelmi Duranti Rationale divinorum officiorum, éd. A. Davril, T. M. Thibodeau, B.-G. Guyot, 3, Turnhout 2000 (Corpus Christianorum. Continuano mediaevalis 140B),p. 148, 1. VIII, chap. IV, 20.

17 Pour tout cela, cf. Loiseleur, Les jours égyptiens, cité supra n. 9, p. 203-206, 210-211, et Thorndike, A History of Magic, cité supra n. 10, 1, p. 686-688.

18 Loiseleur, Les jours égyptiens, p. 212, avec rappel également de la formule dies aeger dérivée d’une interprétation erronée de la forme abrégée dies Aeg. ; du reste, même aeger, dans son acception de « pénible, onéreux », pouvait sembler justifiable.

19 Thorndike, A History of Magic, 4, p. 284-285.

20 Iacopo Passavanti, Lo specchio della vera penitenza, éd. F. L. Polidori, Florence 1863, p. 321-322 : « L’osservantia del tempo [...] è vanità e non è senza grave peccato : e spezialmente osservando certi dì di quali dicono alcuni che si chiamano egiziachi, ne quali non si dee fare alcuna impresa che altri voglia che riesca bene » (Trattato della scienza, chap. 5).

21 Bartolomeo di ser Gorello, Cronica dei fatti di Arezzo, éd. A. Bini, G. Grazzini, Bologne 1917-1933 (Rerum Italicarum Scriptores 15.1), p. 120, v. 37, avec la correction (« contra » au lieu de « dicontra ») proposée par Ageno, I « giorni egiziaci », cité supra n. 9, p. 69 : « L’Egiziaco dì contra me vene, / feria seconda, ch’a Luna è inserto / sei via tre che’I nono mese tiene. »

22 Ageno, I « giorni egiziaci », p. 69-70.

23 Franco Sacchetti, Il libro delle rime, éd. F. Brambilla Ageno, Florence 1990 (Italian Medieval and Renaissance Studies 1), p. 13, n. 7 : « Ahi, ria Fortuna dispietata e cruda, / che nvèr me volgi tanti oziachi anni, I pensi tu altro che ragunar danni / per caricarmi e far mia vita cruda ? »

24 Battaglia, Grande Dizionario, cité supra n. 9, p. 305.

25 Prediche del beato frate Giordano da Rivalto dellordine dei Predicatori. Florence 1739, p. 87: « I dì oziachi sono nulla ; ed è somma stultìa a ciò credere. »

26 Sant Antonino, Confessionale. Florence 1477, p. 21: « Osservazione de tempi non si debbono fare vanamente, come è di guardarsi di non principiare una cosa più in uno dì che in uno altro per che sia oziaco. »

27 C’est le cas, par exemple, de l’unique divergence entre Pietro di Versi et le manuscrit de Padoue C.M.17, lequel à la col. 13v reporte dans la liste le 18 juillet, tandis que di Versi indique le 17 ; mais en fait, sur le calendrier, à la col. 4v du manuscrit, le 17 est marqué d’une croix, revenant ainsi à une pleine concordance.

28 Pour l’indication des ouvrages vénitiens utiles à notre thème (par ailleurs indiqués ci-dessus), voir Conterio, L’« arte del navegar », cité supra n. 8, p. 222. Seul l’ouvrage de Zorzi da Modone ne contient pas la liste des jours uziagi.

29 Cf. [G. Amati], Ubbìe ciancioni e ciarpe del secolo xiv, Bologne 1866 (Scelta di curiosità letterarie inedite o rare dal xiii al xvii secolo 72), p. xxii. 11-12.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540