Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Mouvements de populations, migrations et colonisations en Serbie et en Bosnie (xiie-xve siècle)

Marie Nystazopoulou-Pélékidou

Texto completo

  • 1 Cf. les considérations générales de R. Samardžić et D. Djordjević, dans Migrations in Balkan Histo (...)
  • 2 Cf. P. Lemerle, Invasions et migrations dans les Balkans depuis la fin de l’époque romaine jusqu’a (...)
  • 3 H. Antoniadis-Bibicou, Mouvement de la population et villages désertés : quelques remarques de mét (...)
  • 4 Cf. V. Tǎpkova-Zaimova, Les mouvements des polulations en Mésie et en Thrace entre le début du xie(...)

1Les mouvements de populations étaient un phénomène fréquent dans les Balkans, depuis la plus haute antiquité jusqu’aux temps modernes, la péninsule Balkanique étant par sa situation géographique une aire de transition entre l’Asie et l’Europe, entre le continent et la Méditerranée1. Les causes de cette mobilité, qui a mis son sceau sur l’histoire des peuples balkaniques, étaient multiples et variaient dans le temps selon la conjoncture historique et les conditions locales. Il s’agissait en premier lieu d’événements politiques, d’invasions et d’installations de peuples nouveaux2, de guerres et de conquêtes, d’instabilité politique et d’insécurité qui en résultaient, ainsi que de motifs d’ordre économique et social, d’évolution ou de décadence économique et démographique, de famine et d’épidémies3. Pour la période considérée, mis à part les déplacements saisonniers des transhumances – pratique courante chez les éleveurs de bétail –, les sources témoignent notamment des migrations de populations entières, provenant surtout des couches sociales inférieures, qui cherchaient de meilleures conditions de vie, quand la production de la terre ne suffisait plus à les nourrir ; ou bien des déplacements de groupes d’habitants d’une région à une autre, désertée ou nouvellement conquise ; ou encore, à des époques troublées, des transplantations de masses qui, pour des raisons de sécurité, étaient obligées de quitter leur foyer pour chercher refuge dans des régions mieux protégées ou à l’étranger. Elles attestent aussi, à la suite du développement économique d’un pays, des colonisations effectuées par des facteurs économiques étrangers, de même que des déplacements d’indigènes de la campagne vers les centres urbains et commerciaux qui offraient de meilleures possibilités de travail. Il faut encore ajouter les transferts forcés de populations, imposés par le pouvoir – pratique souvent appliquée tant au Moyen Âge qu’à l’époque moderne et dont le but principal était d’assurer aux gouvernants le contrôle d’une région ou d’une population agitée, la défense de la frontière ou d’un poste stratégique, ou bien l’exploitation économique4.

  • 5 Sur la conquête de la Slavonie (1091-1095), de la Croatie (en 1102) et l’annexion de la Dalmatie ( (...)
  • 6 La conquête de la dernière principauté serbe de Smederevo a eu lieu en 1459, de Bosnie en 1463, d’ (...)

2La période du xiie au xve siècle est une des plus mouvementées pour les Balkans, en raison d’une part de grands événements politiques qui bouleversèrent le statu quo de la péninsule et, d’autre part, à cause de la pénétration économique de villes marchandes étrangères qui modifièrent l’équilibre des forces d’antan. Au sud-ouest des Balkans, le statut politique et économique fut conditionné par les facteurs suivants : la création de l’État serbe indépendant par le grand žoupan de Rascie Étienne Nemanja (1166-1196) ; l’extension vers le sud des Hongrois, qui imposèrent en 1254 leur suzeraineté sur les princes de Bosnie5 ; la pénétration économique progressive de puissances étrangères qui, par leur commerce bien organisé sur la base de méthodes nouvelles, ont contribué de façon décisive à mettre en valeur les ressources économiques de ces régions, ce qui influença profondément la structure de leur société. Cette période se termine au xve siècle avec la conquête de ces contrées par les Ottomans6, qui instaurèrent de nouvelles conditions politiques et socio-économiques.

3Ces changements politiques et économiques provoquèrent en Serbie et en Bosnie une grande mobilité de divers groupes d’habitants. Toutefois, malgré les importantes études et recherches parues surtout ces dernières décennies, nos connaissances sur les divers aspects de la question sont inégales, en raison de la documentation souvent fragmentaire. Ainsi, il est la plupart du temps difficile de délimiter et de dater les changements démographiques et, faute de données quantitatives précises, d’évaluer le volume et l’étendue des mouvements de population, ainsi que le nombre, même approximatif, des colons. Je me bornerai donc à relever les motifs, la forme et les conséquences de ces phénomènes en Serbie et en Bosnie du xiie au xve siècle.

  • 7 Une des conséquences de cette évolution fut la croissance démographique, dont témoignent les nombr (...)
  • 8 Mihaèl Kritoboulos (Critobuli Imbriotae Historiae, éd. D. R. Reinsch, [cité désormais Kritoboulos] (...)
  • 9 Cf. D. Kovacević, Dans la Serbie et la Bosnie médiévales : les mines d’or et d’argent, Annales. Éc (...)
  • 10 Les sources slaves emploient le mot Sassi (les sources latines, celui de Teotonici) pour désigner (...)
  • 11 Cf. Kritoboulos, II, 8.4-9.1, p. 98 s. Sur Novo Brdo en tant que ville minière, voir le chapitre I (...)
  • 12 Certains noms de lieu, par exemple le selo Sasse (= le village Sasse), constituent un témoignage c (...)
  • 13 Ibid., surtout p. 1 s. (cf. aussi p. 107-108).
  • 14 On notera que les premiers actes princiers octroyant ces privilèges ne sont pas conservés, mais on (...)
  • 15 Cf. Ćirković, Unfulfilled Autonomy, cité supra n. 7, p. 161-162. J. Kalić, Les étrangers en Serbie (...)
  • 16 Ćirković, Unfulfilled Autonomy, p. 161.
  • 17 Sur leur slavisation progressive, voir en détail Dinić, Za istoriju rudarstva, cité supra n. 12, p (...)

4L’État serbe sous la dynastie des Nemanja connut une évolution remarquable7 et ne tarda pas à devenir une puissance balkanique ; la stabilité politique et les conditions économiques favorables préparèrent le terrain pour l’exploitation des richesses du pays. A partir du xiiie siècle, les principales ressources économiques provenaient de l’exploitation des mines, le sous-sol serbe étant très riche en minerais. L’historien byzantin Imbrios Kritoboulos dans une description perspicace sur la prospérité de la terre serbe conclut que « l’or et l’argent jaillissent de la terre comme des sources naturelles »8 : mines de fer, de plomb et de cuivre à plusieurs endroits, d’or près de Novi Pazar et de Prizren entre autres, et surtout d’argent – très recherché en Occident, à cause de l’épuisement des mines occidentales – à Rudnik, à Pristina, à Novo Brdo et dans bien d’autres localités9. Les possibilités économiques qu’offrait l’exploitation du sous-sol attirèrent très tôt des colons étrangers. Il s’agissait en premier lieu de mineurs allemands expérimentés (que les sources slaves appellent Sassi = Saxons)10, qui, dès le milieu du xiiie siècle, s’étaient installés en Serbie. Leur appel probable par le roi Uroš Ier (1243-76) est révélateur de la politique de ce souverain serbe, visant à exploiter ces ressources de façon systématique, avec des méthodes et des techniques déjà appliquées ailleurs avec succès. La première colonie « saxonne » s’était formée à Brskovo (près de l’actuelle ville de Mojkovac au Monténégro), dont l’exploitation des mines date de 1254. Par la suite les Sassi formèrent un véritable réseau de colonies minières, à Rudnik, à Trepča et surtout à Novo Brdo (le Nuovo Monte des sources latines) – le plus important centre minier, non seulement de la Serbie médiévale, mais de toute la péninsule Balkanique11 –, ainsi que dans plusieurs autres localités, minières ou non, telles que Črnča, Golija, Rogozna près de Novi Pazar, Kapaonik, Janjevo12. Les colons allemands contribuèrent de façon décisive à l’économie et à l’évolution sociale du pays. Comme l’a fait observer Mihailo Dinic, ils introduisirent dans l’exploitation des mines serbes une nouvelle organisation du travail fondée sur leur expérience de l’Europe centrale ; ils établirent tout un réseau économique dépendant de l’industrie minière et contribuèrent à l’évolution des colonies minières en centres urbains13. Les Sassi constituaient donc pour le pays une puissance économique considérable, ce qui incita les souverains serbes et plus tard les princes de Bosnie à prendre d’importantes mesures en leur faveur14. Les Sassi jouissaient de privilèges fondamentaux concernant la liberté personnelle et religieuse (étant catholiques dans un milieu orthodoxe), la libre circulation et l’exploitation des mines, ainsi que d’une autonomie judiciaire et administrative. À Brskovo – et par la suite dans les autres colonies saxonnes –, au moins jusqu’à une certaine époque, leur communauté avait à sa tête un chef saxon (comes civitatis), elle était administrée par un conseil de douze juges appelés purgari (de l’allemand Burger) et avait son propre tribunal (curia Teutonicorum)15. Ce statut privilégié put par la suite être octroyé à d’autres habitants des sites miniers, sans considération de leur origine ethnique16 ; ce fut une conséquence de l’intensification de l’exploitation des mines, qui exigeait un nombre de plus en plus grand de main-d’œuvre et rendit indispensable la participation de la population indigène. Les colons allemands étaient beaucoup moins nombreux que les Slaves du pays et se slavisèrent avec le temps, de sorte qu’au début du xve siècle ils ne figurent plus dans les sources en tant que groupe ethnique17.

  • 18 Sur l’histoire de Raguse, son administration, son développement et son activité économique dans le (...)
  • 19 B. Bojović, Dubrovnik et les Ottomans (1430-1472). 20 actes de Murād II et de Mehmed II en médio-s (...)
  • 20 Krekić, Dubrovnik (Raguse) et le Levant au Moyen Age, cité supra n. 18, p. 21.
  • 21 Ibid., surtout p. 95 et 105 et les Régestes, nos 694, 1239 (du xive s.) ; Id., Venice and the Balk (...)
  • 22 Pour les documents serbes, voir p. ex. St. Novaković, Zakonskih spomenici .srbskih država srednjeg (...)
  • 23 Cf. Ćirković, Unfulfilled Autonomy, p. 163-164 ; Kalić, Les étrangers en Serbie médiévale, cité su (...)

5Les grandes possibilités économiques du pays attirèrent aussi l’intérêt d’autres puissances économiques, parmi lesquelles Raguse (Dubrovnik), la plus importante des villes dalmates, tient la première place. Disposant d’une position géographique exceptionnelle au carrefour des routes reliant les Balkans à l’Italie et à la Méditerranée, cette ville connut à partir du xiiie siècle une grande évolution et pendant plus de trois siècles tint une place importante dans le commerce international18 – place qu’elle sut conserver même après la conquête des Balkans par les Ottomans19. Il est très significatif que son essor commence après les traités de paix avec la Serbie (1186) et la Bosnie (1189), qui lui ont ouvert les marchés balkaniques20. Les Ragusains contrôlèrent très tôt la plus grande partie du commerce interbalkanique ; ils devinrent les principaux entrepreneurs des mines serbes et bosniaques21 et jouèrent le rôle d’intermédiaires entre ces pays, le Levant et l’Occident dans le commerce des produits miniers, et plus tard aussi dans celui du sel et des draps. Pour soutenir et organiser sur place cette activité commerciale, Raguse a créé des colonies dans tous les centres commerciaux tels que Novo Brdo, Priština, Prizren, Rudnik, Belgrade, Smederevo, et dans bien d’autres localités qui offraient des possibilités économiques. Les Ragusains constituaient en Serbie, comme les Sassi, une catégorie privilégiée de colons et de marchands, leurs privilèges étant accordés et renouvelés par des actes officiels22. Ils jouissaient de la liberté en matière de circulation et de commerce, de religion, ainsi que d’une autonomie juridique ; en revanche, ils étaient obligés de participer à la défense de la colonie et de payer des taxes23.

  • 24 Cf. M. Stremić, La Serbie entre les Turcs, les Grecs et les Latins au xve siècle, Byz. Forsch. 11, (...)

6Les Ragusains n’étaient pas les seuls : à un moindre degré, des marchands des villes dalmates Kotor, Bar et Split, des Italiens, en particulier des Vénitiens et des Florentins, ainsi que des Espagnols, des Juifs (commerçants et banquiers) et des Grecs s’installèrent en Serbie et en Bosnie et prirent une part active à la vie politique et à l’économie des deux pays. L’installation des Grecs, accélérée par les troubles très importants du xve siècle, est attestée dans divers centres miniers, surtout celui de la riche mine de Novo Brdo, où l’on trouve des membres de la famille Cantacuzène. Les colons grecs s’occupaient surtout du commerce des métaux et en particulier de l’argent24.

  • 25 Pour le Zakonik, le Code des Lois d’Étienne Duchan, voir l’édition des quatre plus anciens manuscr (...)
  • 26 Zakonik, PAB 6-9. Les dispositions sur le catholicisme, que le texte qualifie d’« hérésie latine » (...)
  • 27 Voir entre autres Zakonik, P118-122/ A112-115/ Β115-118.
  • 28 Voir Zakonik, P153/ A143/ Β148 : « Pour les hétérodoxes et les marchands, les juges devaient être (...)
  • 29 Cf. Carter, Urban development in the Western Balkans, cité supra n. 7, p. 157.
  • 30 Cf. Kalić, Les étrangers en Serbie médiévale, p. 360-361 et n. 8 et 9 ; mentionnons entre bien d’a (...)
  • 31 Voir M. Nystazopoulou-Pélékidou, Le développement économique des Balkans occidentaux et le rôle de (...)

7La présence des marchands et des colons étrangers, de dogme ou de religion différents, pouvait susciter des problèmes, juridiques ou autres. C’est pourquoi le tsar Étienne Duchan (1331-1355) fit inclure dans le Zakonik (1349 et 1354)25 certaines dispositions concernant les catholiques26 et les marchands27. Nous avons déjà mentionné la curia Teutonicorum des colonies saxonnes, mais un article du Zakonik envisage de façon plus générale le cas des procès entre « hétérodoxes » en précisant la composition du tribunal28, ce qui constitue un témoignage indirect mais certain sur l’importance dans les villes et les centres commerciaux des colons et des marchands étrangers non orthodoxes. De même, un document pontifical de la première moitié du xive siècle mentionne des catholiques à Brskovo, Rudnik, Trepča, Prizren, Brvenik, Trgovište, Novo Brdo, Janjevo, Plana et dans bien d’autres places29. Le grand nombre d’églises catholiques au service des colonies, même dans de petites localités comme Zajača, Črnča, Krupanj, témoigne de la symbiose des indigènes avec les colons et de la liberté de religion dont ces derniers jouissaient30 ; il témoigne aussi du réalisme politique des souverains qui ont su s’adapter aux circonstances. Car l’installation d’éléments étrangers et la création des colonies ont eu des conséquences immédiates sur l’évolution économique et sociale du pays31.

  • 32 Voir entre autres Zakonik, P137/ A126/ B132. Pour la structure des villes et leurs privilèges, voi (...)
  • 33 Voir Zakonik, P125/ Al 16/ B120.

8L’exploitation des mines, l’élaboration et le commerce des produits miniers amenèrent un nombre important d’indigènes à se déplacer vers les bourgs miniers et les centres commerciaux, attirés par les possibilités de travail et les meilleures conditions de vie que ceux-ci pouvaient leur offrir. Ce mouvement interne, qui s’accentuait lors des époques troublées, aboutit à modifier jusqu’à un certain point la carte démographique du pays et la répartition de la population entre ville et campagne, ainsi que l’état social de certains groupes d’habitants ; mais en même temps il privait la campagne d’une main-d’œuvre indispensable, tant d’ouvriers que de cultivateurs. Ce déplacement ne devait pas être illimité ni sans contrôle de la part de l’État, d’autant plus que les villes et les centres miniers et commerciaux serbes formaient en principe des unités économiques, indépendantes de la grande propriété, et jouissaient de certains privilèges32. C’est là sûrement le motif d’une importante disposition du Zakonik interdisant l’installation dans les villes de nouveaux habitants33. Cette mesure ne concernait évidemment pas les seuls indigènes, mais touchait aussi les marchands étrangers, dont l’installation dans les centres urbains et les marchés devait être rigoureusement déterminée par des traités entre l’État serbe et les villes et sociétés marchandes intéressées.

  • 34 Dr. Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, Migrations in Balkan History, cité su (...)
  • 35 Jean Cantacuzène, IV, 18 (éd. Bonn, 3, p. 120, 6-15) : « Ἐν Βερροίᾳ δέ καὶ πρότερυν μὲν ἦσαν οὐκ ὀ (...)

9Une autre cause de mobilité fut l’extension territoriale de la Serbie vers le sud, qui facilita la migration interne vers les régions nouvellement conquises, migration suscitée peut-être par le pouvoir. C’est ainsi que certaines régions du sud, dévastées par la guerre, furent repeuplées par des Serbes venus du centre ou de l’ouest du pays. Tel fut par exemple au xiiie siècle le cas des Serbes venus de Zahlumie (Herzégovine) et installés à Ochrid34. De même, au milieu du xive siècle, Étienne Duchan installa à Berroia – une importante ville grecque, nouvellement conquise – un grand nombre de soldats et de puissants serbes, après avoir expulsé, par peur de sédition, la plus grande partie des anciens habitants35.

  • 36 Ε. Hösch, Geschichte der Balkanländer, von der Frühzeit bis zur Gegenwart, Munich 1988, p. 75. Cf. (...)
  • 37 Déjà à l’époque romaine il y avait dans cette région une exploitation minière bien organisée et un (...)
  • 38 Dinić, Za istoriju rudarstva, p. 49 s. et 118.
  • 39 Ibid., p. 49 s.
  • 40 Cf. Carter, Urban Development in the Western Balkans, p. 166-167.

10On constate, avec un retard d’un siècle, des phénomènes analogues en Bosnie, quand la stabilité politique eut préparé le terrain pour le développement économique du pays. En effet, dans la première moitié du xive siècle, la Bosnie s’étendit beaucoup territorialement sous la dynastie des Kotromanović et devint un État puissant, bien que nominalement toujours vassal de la Hongrie36. Sa position géographique entre la côte dalmate, la Hongrie et la Serbie facilitait les transactions et le transport des marchandises. Il est à noter que toute l’activité économique se trouvait alors aux mains de grands propriétaires ; les villes et les centres commerciaux dépendaient de grands seigneurs ou appartenaient au domaine royal et n’avaient pas une activité indépendante, comme les villes serbes. Vers le milieu du xive siècle les Sassi s’y installèrent, attirés par les possibilités du riche sous-sol du pays – bien connu déjà depuis l’époque romaine37 – et ils contribuèrent grandement à l’exploitation des mines et à la création de nouvelles villes minières, comme Olovo, Kreševo, Fojnica, Sasse, Ostružnica et avant tout Srebrenica, qui connut un essor exceptionnel. Située sur le cours moyen du fleuve Drina, dans la région la plus riche en minerais, Srebrenica (dont le nom, provenant du mot srebro = argent, souligne sa production d’argent) fut fondée par les Sassi vers le milieu du xive siècle, près des ruines de l’importante ville romaine d’Argentaria Domavia (dont le nom indiquait déjà à l’époque romaine une mine argentifère), et elle devint vite la plus grande colonie minière de la Bosnie médiévale38. Un nombre considérable de colons ragusains s’y étaient installés, attirés par ces perspectives économiques39. Ils furent suivis par d’autres colons, Italiens, Juifs, Hongrois et Grecs, ces derniers constituant un important élément « bourgeois »40.

  • 41 Zakonik, P22/ A27/ B23; P93/ A95/ B90; Ρ140-141/ A129-130/ Β135-136.
  • 42 Zakonik, P93/A95/ B90; P112/ A108/ Β109; P115/A110/ Β 112. Cf. Dragojlović, Migrations of the Serb (...)

11Nous avons signalé d’une part des colonisations de groupes ethniques et socio-économiques venant de l’étranger à l’intérieur des deux pays et ayant comme motif principal l’exploitation des ressources économiques et les transactions commerciales, et d’autre part des déplacements d’autochtones de la périphérie et de la campagne vers les centres urbains à la recherche de meilleures conditions de vie et de travail. Cependant il y avait aussi des mouvements de populations et des migrations en sens inverse, c’est-à-dire de l’intérieur vers la périphérie et en dehors de la frontière, mais ceux-ci avaient pour cause des facteurs plutôt négatifs. Tel fut le cas des paysans qui, fuyant des domaines de grands seigneurs, prenaient souvent la route vers les villes dalmates ou bien cherchaient refuge auprès d’autres propriétaires fonciers qui offraient de meilleures conditions de travail. Cette tendance, attestée déjà peu de temps après la fondation de l’État serbe, est devenue de plus en plus fréquente aux siècles suivants. Cela amena Etienne Duchan à prendre dans le Zakonik des mesures pour enrayer cette hémorragie qui privait certaines régions d’ouvriers et de cultivateurs ; il prévit même des peines dures pour ceux qui recevaient des fugitifs, qu’ils fussent de grands seigneurs, l’Eglise, des centres commerciaux, des villages ou des villes41 ; toutefois ces dispositions n’empêchèrent pas certains propriétaires, laïcs ou ecclésiastiques, de repeupler leurs domaines déserts, ou tout au moins de compléter leur personnel, avec des évadés venant de n’importe quel coin de la Serbie42. En ces temps d’essor économique et d’intense activité commerciale, l’antagonisme était dur entre les puissants propriétaires fonciers pour s’assurer la main-d’œuvre indispensable à l’exploitation de leur fortune.

  • 43 Ibid., p. 64.
  • 44 Ibid.
  • 45 B. Krekić, Dubrovnik as a Pole of Attraction and a Point of Transition for the Hinterland Populati (...)

12Les troubles politiques étaient une autre cause de déplacement de populations locales ; ainsi par exemple à la fin du xiie siècle, les conflits entre les fils d’Étienne Nemanja pour la succession au trône ont obligé un certain nombre d’habitants à partir au-delà de la frontière43. Les fugitifs, pour une raison ou pour une autre, prenaient souvent la route vers les villes côtières comme Budva, Kotor et surtout Dubrovnik, où ils trouvaient, selon les cas et les circonstances, un bon accueil44. L’afflux d’émigrés de l’intérieur vers Raguse a été accentué à partir de la fin du xiiie siècle. Cette ville, par sa stabilité politique, représentait, selon l’expression bien appropriée de Bariša Krekić45, un « pôle d’attraction » pour les populations venant de l’arrière-pays, constituant en même temps un important « point de transit » vers l’Italie et l’Occident.

  • 46 La plus grande partie des esclaves balkaniques, dirigés vers Venise et les autres villes de l’Occi (...)

13Une des raisons de déplacement vers Dubrovnik était le commerce des esclaves, très intense surtout en Bosnie depuis la fin du xiiie jusqu’au xve siècle. Le fait que les bogomiles de Bosnie étaient considérés comme « schismatiques » représentait pour les marchands catholiques, Ragusains et Occidentaux, une bonne excuse pour réduire en esclavage des hommes et surtout des femmes dans le besoin46.

  • 47 Voir infra, p. 617.

14Un important groupe d’émigrés était constitué de domestiques, de gens pauvres et de couche sociale inférieure, qui quittaient leur pays d’origine à cause des difficultés économiques et des troubles politiques et arrivaient à Dubrovnik, attirés par la possibilité de travail que cette ville pouvait leur offrir. De son côté la ville, malgré les problèmes que ce mouvement migratoire représentait pour sa sécurité, pour se procurer de la main-d’œuvre à bon marché, indispensable à ses activités commerciales et maritimes. Les autorités ragusaines accueillaient donc volontiers les gens qui arrivaient là comme ouvriers ou domestiques ou encore comme commerçants et artisans. Cependant, elles n’étaient pas aussi favorablement disposées envers d’autres groupes d’émigrés, comme par exemple envers ceux qui quittaient leur demeure pour cause de famine, phénomène alors assez fréquent qui frappait toujours les régions et les gens les plus faibles47 ; grâce à son excellente organisation et à son système d’approvisionnement, Raguse représentait pour eux un lieu de refuge sûr dans des moments difficiles.

  • 48 Krekić, Dubrovnik as a Pole of Attraction, p. 72.
  • 49 Ibid., p. 69.
  • 50 Ibid., p. 70-72 et 73.

15Toutes ces populations venues de l’arrière-pays slave, Serbes et Bosniaques, appartenaient en principe à la même race et parlaient la même langue que les habitants de Raguse, la lingua sclavonesca des sources. Toutefois, malgré cette parenté, les conflits et les disputes entre réfugiés et indigènes étaient fréquents48. Car, en réalité, l’afflux des populations pauvres et affamées créait des problèmes pour la ville. C’est ainsi que les autorités ragusaines prirent des mesures successives pour faire face à la situation, en créant des services spéciaux pour veiller à la sécurité de la cité et y contrôler l’arrivée de pauvres49. Parallèlement elles essayaient de canaliser immédiatement le plus grand nombre possible de réfugiés vers l’Italie. Il est bien attesté que beaucoup de gens arrivés à Raguse, surtout les plus jeunes, furent transportés par les autorités de la ville en Italie comme domestiques ou apprentis. D’après les données des sources, on peut affirmer que tous ces expatriés ne retournaient ni à Dubrovnik, ni dans leur pays d’origine50.

  • 51 Cf. p. ex. N. Beldiceanu, Les Valaques de Bosnie à la fin du xve siècle et leurs institutions, Tur (...)
  • 52 Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, p. 66.

16Au début du xive et au xve siècle on remarque aussi une grande migration des Vlachs (Valaques) : venant de l’intérieur de la péninsule, et précisément de la région de Rudnik, de la plaine de Morava et de Prizren, ils se sont installés en Croatie et sur les côtes dalmates. Ces Vlachs, dont l’identification ethnique pose problème51, étaient éleveurs de bétail et leur déplacement vers l’ouest était dû, d’une part à la recherche de nouveaux pâturages, et d’autre part au trafic de bétail et au transport des marchandises dans lequel ils s’étaient engagés. Un autre groupe de Vlachs venant des vallées de Hum (Herzégovine) et de Drina s’était installé à l’intérieur de la Bosnie. Les Vlachs installés en Croatie et en Dalmatie se sont pour la plupart convertis au catholicisme, contrairement à ceux de Bosnie qui sont restés fidèles à l’orthodoxie52. Cela témoigne de la prépondérance de l’Église catholique en Croatie et de l’orthodoxie en Bosnie, où toutefois l’hérésie des bogomiles était assez répandue.

17Comme nous l’avons fait remarquer, les mouvements de populations en Serbie et en Bosnie avaient des traits contradictoires, les mêmes qui caractérisaient la structure de leur société. Ils étaient la conséquence d’une part de l’extension territoriale et de l’évolution économique, et d’autre part des difficultés d’existence et même de la misère qui frappait les couches inférieures. Pour de multiples raisons, on relève à cette époque des migrations et des mouvements de colonisation dans diverses directions, ce qui a dû influencer la répartition démographique et la composition ethnique de certaines régions. Cette mobilité s’est intensifiée à partir de la fin du xive et au xve siècle à cause du danger ottoman, mais alors les conditions et les motifs étaient différents.

  • 53 R. Portal, Les Slaves. Peuples et Nations, Paris 1965, p. 108.
  • 54 Pour la Grèce, voir Ap. Vacalopoulos, La retraite des populations grecques vers des régions éloign (...)

18En effet, les invasions et les expéditions ottomanes, les guerres continuelles entre l’armée turque et les coalitions chrétiennes, puis la conquête par les Ottomans ont provoqué des mouvements de populations et de migrations successifs. Fuyant les invasions et les opérations militaires des xive et xve siècles les populations se repliaient, d’abord pour mieux se défendre, vers les bourgs miniers et les villes fortifiées, vers les régions encore libres et les pays voisins. Après la conquête définitive et la consolidation du pouvoir ottoman, une migration massive des habitants eut lieu, des plaines ouvertes vers les forêts protectrices et les régions montagneuses, ou encore vers les villes du littoral et, au-delà des frontières, vers la Pannonie occidentale, la plaine hongroise et l’Autriche53. Cette fuite est un phénomène bien attesté presque partout dans les Balkans à l’époque de la conquête ottomane54. L’insécurité, l’abaissement du niveau de vie et la peur des représailles de la part des conquérants, obligeaient les gens, pas seulement les plus pauvres, à abandonner leur terre.

  • 55 Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, p. 63.
  • 56 Portal, Les Slaves, cité supra n. 53, p. 245.
  • 57 Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, p. 63, 66.
  • 58 Pour l’importante ville de Jajce, les sièges successifs et la conquête par les Ottomans, voir Krit (...)
  • 59 Tr. Stojanović, Conquering Balkan Orthodox Merchant, Journal of Economic History 20. 1960, p. 234- (...)

19Ce fut notamment le cas après la bataille désastreuse de Kossovo en 1389, quand la Serbie fut devenue vassale des Turcs ; un grand nombre d’habitants, fuyant les troupes ottomanes, abandonna les plaines fertiles de la vallée de la Morava et se dirigea en masse vers le nord et l’ouest, vers les régions encore libres, ainsi que vers les villes dalmates et à l’étranger55. Au xve siècle, quand les Ottomans devinrent maîtres de la plus grande partie des Balkans, des populations serbes trouvèrent refuge dans la Zéta (Monténégro) montagneuse et dans les régions qui se trouvaient au-delà de la frontière ottomane d’alors – à Banat, Batchka (dans l’actuelle Vojvodina), Baranja, en Sirmie et en Slavonie. L’immigration dans ces régions était très importante : au xvie siècle les Serbes constituaient par exemple dans la région de Batchka la majorité de la population56. Une migration serbe massive vers la Hongrie méridionale eut lieu après la chute de la dernière principauté serbe de Smederevo (la despotovina) en 145957. L’installation des Serbes était si dense, surtout dans la région de Srem, que dans les cartes hongroises de l’époque cette région porte le nom de Rascia. Un autre groupe de fugitifs arriva après la chute de la despotovina dans la région nord-est de la Bosnie et surtout à Jajce, avant la conquête de la ville par les Ottomans58. À son tour, la majorité des émigrés de Bosnie-Herzégovine se dirigea vers Dubrovnik, où certains prirent la route déjà bien connue de l’Italie. Il est attesté qu’au cours du xve siècle, un grand nombre de réfugiés de ces pays furent engagés par les marchands ragusains comme assistants et apprentis. Leur participation au commerce ragusain était, paraît-il, si importante que l’on a soutenu que Raguse « n’aurait pas acquis la place maritime extraordinaire qu’elle avait au xvie siècle, si elle n’avait pas été colonisée à la fin du xve siècle par les chrétiens fugitifs d’Herzégovine et de Bosnie »59.

  • 60 Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, p. 64.

20La situation déjà problématique pour les populations à cause de la guerre et des opérations militaires fut aggravée par la famine, qui obligea les habitants pauvres à abandonner leur terre à la recherche de nourriture. Ainsi, après la bataille de l’Hévros (Maritza), en 1371, et durant la grande famine des années 1454 et 1455 « les pauvres de Sclavinia » se réfugièrent une fois encore à Raguse, mais les autorités ragusaines interdirent leur entrée dans la ville et les installèrent dans les grottes de la côte60. Par la suite le Sénat fit son possible pour les transporter en Italie.

  • 61 Sur la mortalité en Europe causée par la peste (la mort noire) de 1347-1350, voir D. Nicholas, The (...)
  • 62 Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, p. 64. Sur les selište et les raisons de (...)

21L’avance des Turcs et la famine n’étaient pas les seules causes de migrations massives. La grande peste (la mort noire), qui en 1348 décima les populations partout en Europe61, et, un siècle plus tard, les épidémies de 1437 et de 1456 obligèrent les populations les plus affectées à abandonner leur foyer et à chercher refuge dans les villes et les forêts ou bien à prendre la route vers les côtes de l’Adriatique et les pays voisins. Le grand nombre de localités modernes portant le nom de selišta, qui signifie village déserté et repeuplé plus tard, témoigne, même indirectement, de ces migrations massives de villages entiers, provoquées par la guerre, la famine et les épidémies62.

  • 63 Kritoboulos, II, 22, p. 114. Ch. Gandev, L’Ethnie bulgare au xve siècle, Sofia 1987, p. 63, 66.
  • 64 Kritoboulos, II, 22. 1-2. p. 114 : « Βασιλεὺς (Mahomet II] δὲ διάγων ἐν Κωνσταντινουπόλει συνῴκιζέ (...)
  • 65 Cf. Stremić, La Serbie entre les Turcs, les Grecs et les Latins au xve siècle, p. 435.
  • 66 N. Todorov, La situation démographique de la péninsule Balkanique au cours des xve et xvie siècles (...)
  • 67 Cf. Laonikos Chalkokondylès, I, 93, 15-18 (éd. E. Darkò, Budapest 1922) : « ἁπανταχοῦ τε τῆς Εὐρώπ (...)
  • 68 Nystazopoulou-Pélékidou, Ἡ δημογραφικὴ κατάσταση, cité supra n. 4, surtout p. 43-46, avec la bibli (...)

22Outre ces migrations provoquées par les circonstances problématiques, les Ottomans procédèrent, dès les premières conquêtes de la péninsule, à des transferts forcés de populations des régions balkaniques en Asie Mineure. Ainsi, lors des attaques turques contre la Serbie en 1438, 1439, 1444, un nombre important d’habitants – on parle de soixante mille personnes – furent déportés en Asie ; après la chute de Novo Brdo en 1445, de nombreux Serbes furent transportés de force en Anatolie63 ; puis, après la prise de Constantinople en 1453, beaucoup de Serbes et de Bosniaques furent installés aux alentours de la Ville par ordre du sultan Mehmet II64. Parallèlement, les Ottomans colonisèrent systématiquement les régions dépeuplées ou partiellement habitées, de préférence les sites stratégiques et importants sur le plan économique. Ainsi, par exemple, dès avant la chute de la despotovina (1459), à côté de la Trepca serbe, existait la Trepca « turcha »65, ce qui implique une installation de colons turcs dans ce centre minier et commercial. De même, à la place des indigènes déportés les conquérants installèrent des populations turques et en général musulmanes venues d’Asie Mineure66. Les sources littéraires attestent, de façon sommaire mais éloquente, ce processus de colonisation. Laonikos Chalkokondylès mentionne par exemple que « déjà sous le règne de Bayezit Ier (1389-1402/3), [les Turcs] s’installèrent partout en Europe [c’est-à-dire dans les Balkans], de la ville de Skopje aux pays des Serbes et des Bulgares, et en Macédoine67... » Les plus importants de ces déplacements forcés eurent lieu en Serbie méridionale, en Bulgarie et en Grèce du Nord – c’est-à-dire dans des régions qui intéressaient spécialement la Porte pour des raisons de sécurité ou d’exploitation économique. Les registres de recensements ottomans de la deuxième moitié du xve siècle témoignent de la présence d’un grand nombre de musulmans dans certaines villes d’importance militaire, administrative ou économique, telles Skopje, Kjustendil et Monastir68. De cette façon les Ottomans altérèrent dans certaines régions la composition ethnique et l’image de la société, et facilitèrent le contrôle du pouvoir.

23En définitive, les mouvements de populations, les colonisations et les migrations ont influencé l’économie, la structure sociale et la répartition démographique et ethnique de ces pays et en même temps, mirent en contact ces populations balkaniques avec l’Europe centrale occidentale.

Notas

1 Cf. les considérations générales de R. Samardžić et D. Djordjević, dans Migrations in Balkan History, éd. I. Ninić, Belgrade 1989 (Actes de la Conférence sur Population Migrations in the Balkan from Pre-History to Recent Times, tenue à Santa Barbara en 1988), p. 7.

2 Cf. P. Lemerle, Invasions et migrations dans les Balkans depuis la fin de l’époque romaine jusqu’au viiie siècle, Revue Historique 211, 1954, p. 265-308.

3 H. Antoniadis-Bibicou, Mouvement de la population et villages désertés : quelques remarques de méthode, XVe Congrès International d’Études Byzantines, Résumés des communications. I, Histoire, Athènes 1976, où l’auteur met l’accent sur l’importance des raisons économiques et sociales ; les mouvements de populations en rapport avec les événements politiques ont fait l’objet d’un des thèmes majeurs du XVe Congrès, sous le titre Forces centrifuges et centripètes dans le monde byzantin entre 1071-1261. Cf. Ead., Village désertés. Un bilan provisoire, Villages désertés et histoire économique. xie-xviiie siècle, Paris 1965, p. 343 s.

4 Cf. V. Tǎpkova-Zaimova, Les mouvements des polulations en Mésie et en Thrace entre le début du xie et le début du xiiie siècle, Byz. Forsch. 7, 1979, p. 193. M. Nystazopoulou-Pélékidou, Ἡ δημογραφικὴ κατάσταση ἀστικῶν κέντρων τῶν Κεντρικῶν Βαλκανίων (15ος-18ος αἰ.), Βυζαντιακὰ 18, 1998, p. 35.

5 Sur la conquête de la Slavonie (1091-1095), de la Croatie (en 1102) et l’annexion de la Dalmatie (en 1105) par les Hongrois, voir H. Bogdan, Histoire de la Hongrie, Paris 1966 (Que sais-je ? 678), p. 15; Cambridge Medieval History 6, Cambridge 1968, p. 466; P. Hanâk, Die Geschichte Ungarns, von den Anfängen bis zur Gegenwart, Budapest 1988, p. 28. Sur la conquête de la Bosnie en 1254, après une série de tentatives échouées, voir en détail S. Ćirković, Istorija srednjevekovne bosnaske drzave (Histoire de l’État bosniaque médiéval), Belgrade 1964.

6 La conquête de la dernière principauté serbe de Smederevo a eu lieu en 1459, de Bosnie en 1463, d’Herzégovine en 1482 et de Monténegro en 1499.

7 Une des conséquences de cette évolution fut la croissance démographique, dont témoignent les nombreuses localités attestées à cette époque : cf. Fr. Carter, Urban Development in the Western Balkans 1200-1800, An Historical Geography of the Balkans, Londres-New York 1977, surtout p. 148, 149, 151, 159 (et les cartes), avec des constatations numériques pour tout le territoire de l’ex-Yougoslavie. Cf. S. Ćirković, Unfulfilled Autonomy: Urban Society in Serbia and Bosnia, Urban Society in Eastern Europe in Premodern Times, éd. Β. Krekić, Berkeley 1987, p. 159-160 (pour la Serbie).

8 Mihaèl Kritoboulos (Critobuli Imbriotae Historiae, éd. D. R. Reinsch, [cité désormais Kritoboulos], Berlin 1983 [CFHB 22]), II, 7.3, p. 96 : « Tò δὲ μέγιστον καὶ ᾦ πάσας τάς ἄλλας νικᾷ μεθ’ ὑπερβολῆς, ὅτι χρυσòν καì ἄργυρον ὦσπερ ἀπò πηγῶν ἀναδίδωσι... »

9 Cf. D. Kovacević, Dans la Serbie et la Bosnie médiévales : les mines d’or et d’argent, Annales. Économie. Sociétés. Civilisations, 15e année, n° 1, 1960, p. 251-252 (et p. 256-257, la liste des mines, vingt-quatre en Serbie et huit en Bosnie, avec la date de leur ouverture). S. Ćirković, The Production of Gold, Silver and Copper in the Central Part of the Balkans from 13th to the 16th Century, Precious Metals in the Age of Expansion, Stuttgart 1981, p. 41-69.

10 Les sources slaves emploient le mot Sassi (les sources latines, celui de Teotonici) pour désigner les mineurs allemands, venus surtout de Slovaquie, bien que dans leur majorité ces colons ne soient pas d’origine saxonne : cf. N. Beldiceanu, Les actes des premiers sultans conservés dans les manuscrits turcs de la Bibliothèque Nationale à Paris, II. Réglements miniers (1390-1520), Paris-La Haye 1964, p. 60-66.

11 Cf. Kritoboulos, II, 8.4-9.1, p. 98 s. Sur Novo Brdo en tant que ville minière, voir le chapitre II de l’introduction de N. Radojčić, Zakon ο rudnicima despota Stefana Lazareviča (La Loi sur les mines du despote Stefan Lazarević), Belgrade 1962.

12 Certains noms de lieu, par exemple le selo Sasse (= le village Sasse), constituent un témoignage certain de la colonisation saxonne : cf. M. J. Dinic, Za istoriju rudarstva u srednjevekovnoj Srbiji i Bosni (Contributions à l’histoire de l’industrie minière en Serbie et en Bosnie médiévales), 1, Belgrade 1955, p. 2. Dans cette étude bien documentée, l’auteur traite de l’histoire des mines depuis l’arrivée des Sassi jusqu’à la conquête ottomane. La majeure partie de l’étude est consacrée à l’industrie minière de la région du cours moyen de la Drina, tant en Serbie qu’en Bosnie, et surtout au centre minier de Srebrenica.

13 Ibid., surtout p. 1 s. (cf. aussi p. 107-108).

14 On notera que les premiers actes princiers octroyant ces privilèges ne sont pas conservés, mais on a pu les reconstituer d’après la documentation postérieure et leur application est bien attestée.

15 Cf. Ćirković, Unfulfilled Autonomy, cité supra n. 7, p. 161-162. J. Kalić, Les étrangers en Serbie médiévale, Toleration and Repression in the Middle Ages, Athènes 2002 (Fondation Nationale de Recherches. Institut de Recherches Byzantines. Symposium International 10), p. 358. Notons par exemple qu’à la tête de la colonie saxonne de Brskovo en 1280 se trouvait un comte allemand (cornes Freibergerius), auquel succédèrent d’autres personnalités saxonnes. Cf. St. Novaković, Zakonik Stefana Dušana cara Srbskog 1349 i 1354 (Le Zakonik d’Étienne Duchan, tsar des Serbes, 1349 et 1354), Belgrade 1898, art. 123, p. 94-95. M. Živojinović, Settlements with Market-Place Status, ZRVI 34-35, 1986, p. 410-411.

16 Ćirković, Unfulfilled Autonomy, p. 161.

17 Sur leur slavisation progressive, voir en détail Dinić, Za istoriju rudarstva, cité supra n. 12, p. 7 s. et 20-22 ; au xve siècle les noms allemands désignant des Sassi deviennent une exception : ibid., p. 23 (constatation fondée sur les documents des Archives de Dubrovnik). Cf. aussi le témoignage tiré du livre de commerce d’un marchand ragusain, installé à Novo Brdo : les personnes s’occupant des mines, environ deux cents, mentionnées dans ce cadastre entre 1432 et 1440, ne portent que des noms slaves : D. Kovačević, Trgovacka knjiga Nikole i Luke Kabužiča (Le Livre du commerce de Nikolas et de Luka Kabužič), Istoričeskij Pregled 1, Belgrade 1954.

18 Sur l’histoire de Raguse, son administration, son développement et son activité économique dans les Balkans, voir, parmi la très riche bibliographie, les études fondamentales de B. Krekić, Dubrovnik (Raguse) et le Levant au Moyen Âge, Paris 1961, et Dubrovnik, Italy and the Balkans in the Late Middle Ages, Londres 1980, en particulier les nos I, II, IV, IX, XII, XIX, XXI.

19 B. Bojović, Dubrovnik et les Ottomans (1430-1472). 20 actes de Murād II et de Mehmed II en médio-serbe, Turcica 19, 1987, p. 119-173 et surtout p. 158 n. 208 (cf. Id., Turcica, 24, 1992, p. 153-182, onze actes délivrés entre 1473 et 1476, et Turcica 28, 1996, p. 171-297, 19 actes datant de 1476 à 1481). Id., Raguse et l’Empire ottoman (1430-1520), Paris 1998.

20 Krekić, Dubrovnik (Raguse) et le Levant au Moyen Age, cité supra n. 18, p. 21.

21 Ibid., surtout p. 95 et 105 et les Régestes, nos 694, 1239 (du xive s.) ; Id., Venice and the Balkan Hinterland in the Fourteenth Century, ZRVI 21,1982, p. 157-158 ; A. Ducellier, La place des Toscans et des Italiens du Nord dans le commerce balkanique au xve siècle : l’apport des sources ragusaines, Byz. Forsch. 11, 1987, surtout p. 303.

22 Pour les documents serbes, voir p. ex. St. Novaković, Zakonskih spomenici .srbskih država srednjega veka (Sources juridiques de l’État serbe médiéval). Belgrade 1912. p. 162, XIlI, XIV(de Milutin),p. 163, II (de Stefan Dečanski), p. 169,1 (de Duchan), p. 177, I-II et 182-183, II (de Stefan Uroš), etc.

23 Cf. Ćirković, Unfulfilled Autonomy, p. 163-164 ; Kalić, Les étrangers en Serbie médiévale, cité supra n. 15, p. 361-362.

24 Cf. M. Stremić, La Serbie entre les Turcs, les Grecs et les Latins au xve siècle, Byz. Forsch. 11, 1987, p. 438.

25 Pour le Zakonik, le Code des Lois d’Étienne Duchan, voir l’édition des quatre plus anciens manuscrits : St. Novakovic. Zakonik Cara Dušana, cara Srpskog, 1349 i 1354 (Le Zakonik d’Étienne Duchan, tsar des Serbes. 1349 et 1354), Belgrade 1898 (ms. de Prizren) ; N. Radojčić, Zakonik Cara Stefana Dušana, Belgrade 1953 (ms. de Prizren) ; M. Begović, Zakonik Cara Stefana Dušana. Kniga I. Struški i Atonski Rukopis, Belgrade 1975 (mss de Struga et du Mont Athos) ; L. Hatziprodromidis, Στέφανος ∆ουσὰν αὐτοκρατόρας Σερβίας καὶ Ελλάδος. Ό Κώδικας Νόμων, Athènes 1983 (ms. du Mont Athos en traduction grecque) ; D. Bogdanović, Dj. Krstić, Dushan’s Code. The Bistrica Transcript. Belgrade 1994 (ms. de Bistrica). Dans la présente étude je renvoie aux manuscrits de Prizren (P), du Mont Athos (A) et de Bistrica (B), d’après les éditions mentionnées ci-dessus.

26 Zakonik, PAB 6-9. Les dispositions sur le catholicisme, que le texte qualifie d’« hérésie latine », concernent non seulement les colons mais aussi les marchands, dont la présence et l’activité dans les centres urbains sont bien attestées dans les sources (voir note suivante).

27 Voir entre autres Zakonik, P118-122/ A112-115/ Β115-118.

28 Voir Zakonik, P153/ A143/ Β148 : « Pour les hétérodoxes et les marchands, les juges devaient être pour moitié chrétiens [= orthodoxes] et pour moitié devaient appartenir à leur foi, suivant la loi du saint roi [= Milutin]. » La mention de Milutin (1282-1321) implique que le problème avait été déjà envisagé par ce souverain, mais alors ses mesures juridiques ne concernaient que les Ragusains (cf. Novaković, Zakonik, p. 193, 237). On doit remarquer que les mss de Prizren et de Struga (ibid., p. 120) au lieu des « chrétiens » caractérisent les juges comme « serbes », ce qui constitue une conception plus exacte ; toutefois on ne saurait dire quelle était la version originale, ni attribuer la différence entre les deux versions à un changement de l’attitude des souverains serbes vis-à-vis des hétérodoxes, suivant la conjoncture politique générale et leurs propres intérêts politiques et économiques.

29 Cf. Carter, Urban development in the Western Balkans, cité supra n. 7, p. 157.

30 Cf. Kalić, Les étrangers en Serbie médiévale, p. 360-361 et n. 8 et 9 ; mentionnons entre bien d’autres l’église S. Maria Teutonicorum à Brskovo et l’église dédiée à saint Nicolas et appelée église saxonne à Novo Brdo. Cf. aussi Stremić, La Serbie entre les Turcs, les Grecs et les Latins, cité supra n. 24, p. 441.

31 Voir M. Nystazopoulou-Pélékidou, Le développement économique des Balkans occidentaux et le rôle de l’Europe centrale et occidentale, Φιλέλλην. Studies in Honour of Robert Browning, éd. C. N. Constantinides et alii, Venise 1996, p. 301-312, avec la bibliographie antérieure.

32 Voir entre autres Zakonik, P137/ A126/ B132. Pour la structure des villes et leurs privilèges, voir M. Nystazopoulou-Pélékidou, Τò Ζάκονικ τοῦ Στέφανου Δουσὰν ἔκφραση τῆς κοινωνίας καὶ τῆς οικονομίας τῆς Σερβίας τòν 14ον αἰ., Βυζαντινὰ 21, 2000, surtout ρ. 304-306. En ce qui concerne le volume des centres urbains dans le sud-ouest des Balkans, les spécialistes estiment que les villes ayant une population de 5 000 habitants étaient très rares et que les sites ayant plus de 1 000 habitants étaient considérés comme grad (= ville) : cf. Carter, Urban Development in the Western Balkans, p. 151.

33 Voir Zakonik, P125/ Al 16/ B120.

34 Dr. Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, Migrations in Balkan History, cité supra n. 1, p. 62.

35 Jean Cantacuzène, IV, 18 (éd. Bonn, 3, p. 120, 6-15) : « Ἐν Βερροίᾳ δέ καὶ πρότερυν μὲν ἦσαν οὐκ ὀλίγοι Τριβαλῶν ὑπò Κράλη κατωκισμένοι, οὐ στρατιῶται μόνον ἀλλἀ καì τῶν δυνατῶν, διά τε τὴν ἄλλην τῆς πόλεως εὐφυὶαν [...] διὰ τò μεγάλην εἶναι καì πολλοὺς τοὺς ἐνοικοῦντας ἔχειν. οὐ δημώδη μόνον ὄχλον, ἀλλἀ καὶ στρατιώτας καὶ οὐκ ὀλίγους τῶν συγκλητικῶν ὧν τοὺς πλείους μὲν ἢ πάντας ό Κράλης ἐξήλασε κατασχών, ὅμως ἔτι τὴν ἀποστασίαν δεδιὼς τῆς πόλεως, στρατιώτας τε ἐγκατᾠκισεν οὐκ ὀλίγους καὶ τῶν παρ’ αὐτῷ ἐπιφανῶν τινάς. »

36 Ε. Hösch, Geschichte der Balkanländer, von der Frühzeit bis zur Gegenwart, Munich 1988, p. 75. Cf. la description de Kritoboulos, IV, 15.1-2, p. 175.

37 Déjà à l’époque romaine il y avait dans cette région une exploitation minière bien organisée et un réseau routier qui assurait la circulation des marchandises et le transport des produits miniers : cf. G. Skrivanić, Roman Roads and Settlements in the Balkans, An Historical Geography of the Balkans, cité supra n. 7. p. 115-145.

38 Dinić, Za istoriju rudarstva, p. 49 s. et 118.

39 Ibid., p. 49 s.

40 Cf. Carter, Urban Development in the Western Balkans, p. 166-167.

41 Zakonik, P22/ A27/ B23; P93/ A95/ B90; Ρ140-141/ A129-130/ Β135-136.

42 Zakonik, P93/A95/ B90; P112/ A108/ Β109; P115/A110/ Β 112. Cf. Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, cité supra n. 34, p. 64-65.

43 Ibid., p. 64.

44 Ibid.

45 B. Krekić, Dubrovnik as a Pole of Attraction and a Point of Transition for the Hinterland Population in the Late Middle Ages, Migrations in Balkan History, p. 67 s.

46 La plus grande partie des esclaves balkaniques, dirigés vers Venise et les autres villes de l’Occident, passaient par Dubrovnik. Sur le commerce des esclaves surtout en Bosnie, voir B. Krekić, Dubrovnik (Raguse) et le Levant au Moyen Âge, p. 109-110, et les Régestes, nos 24-28 (de 1282), 31, 34 (1283), 438 (1393). Id., L’abolition de l’esclavage à Dubrovnik (Raguse) au xve siècle - mythe ou réalité ?, Byz. Forsch. 12, 1987. p. 309-310. Id., Dubrovnik as a Pole of Attraction, cité note précédente, p. 67-68. Id., Contributo allo studio degli schiavi levantini e balcanici a Venezia (1388-1398), Studi in memorie di Federigo Melis, Naples 1978, 2, p. 379 (= Dubrovnik, Italy and the Balkans, cité supra n. 18, VII) ; cf. aussi p. 381-390, les tableaux, où les femmes prédominent et où les Bosniaques représentent durant ces dix ans 4,10 % du total.

47 Voir infra, p. 617.

48 Krekić, Dubrovnik as a Pole of Attraction, p. 72.

49 Ibid., p. 69.

50 Ibid., p. 70-72 et 73.

51 Cf. p. ex. N. Beldiceanu, Les Valaques de Bosnie à la fin du xve siècle et leurs institutions, Turcica 7, 1975, p. 122 n.4 (=Le Monde ottoman des Balkans (1402-1566), Institutions, Société, Économie, Londres 1976, IV) : l’auteur remarque que l’on peut se demander si le nom de Valaque désigne ici un groupe ethnique d’origine latine ou bien une population pastorale d’origine slave. Sur l’origine ethnique des Valaques, voir entre autres études d’A. Lazarou. Valaques de Grèce et l’Union Européenne, Athènes 1995, surtout p. 7. 9-10, 26-27 et n. 1 et 3, avec une riche bibliographie ; certaines interprétations concernant l’origine et l’évolution sémantique du nom, fondées sur la linguistique, sont intéressantes, par exemple la théorie de G. Bonfante, ibid., p. 26 et n. 3.

52 Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, p. 66.

53 R. Portal, Les Slaves. Peuples et Nations, Paris 1965, p. 108.

54 Pour la Grèce, voir Ap. Vacalopoulos, La retraite des populations grecques vers des régions éloignées et montagneuses pendant la domination turque, Balkan Studies 4, 1963, p. 265-276.

55 Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, p. 63.

56 Portal, Les Slaves, cité supra n. 53, p. 245.

57 Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, p. 63, 66.

58 Pour l’importante ville de Jajce, les sièges successifs et la conquête par les Ottomans, voir Kritoboulos, IV, 15.6-10, p. 176-177, et V, 4.1-6.9, p. 185-190.

59 Tr. Stojanović, Conquering Balkan Orthodox Merchant, Journal of Economic History 20. 1960, p. 234-313 = trad, grecque Ὁ κατακτητὴς ὀρθόδοξος Βαλκάνιος ἔμπορος. Οἰκονομικὴ δομὴ τῶν Βαλκανικῶν χωρῶν (15ος-19ος αἰ.), Athènes 1979, surtout p. 315.

60 Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, p. 64.

61 Sur la mortalité en Europe causée par la peste (la mort noire) de 1347-1350, voir D. Nicholas, The Evolution of the Medieval World. Society, Government and Thougth in Europe, 312-1500, Londres-New York 1992= trad, grecque Ἡ ἐξέλιξη τοῦ μεσαιωνικοῦ κόσμου. Κοινωνία, διακυβέρνηση καì σκέψη στήν Εὐρώπη. 312-1500, Athènes 1999, p. 423 s., 576-577. Voir aussi Ch.-O. Carbonell et alii. Une histoire européenne de l’Europe, [1] Mythes et fondements (Des origines au xve siècle), Toulouse 1999, p. 228.

62 Dragojlović, Migrations of the Serbs in the Middle Ages, p. 64. Sur les selište et les raisons de leur abandon, voir en détail K. Mihaljčić, Selišta, Zbornik Radova Filos. Fakultet 9/1, Belgrade 1967. p. 173-224 ; cf. L. Maksimović. M. Popović, Le village en Serbie médiévale (tiré à part de la communication présentée au XXe Congrès International d’Études Byzantines), Belgrade 2001, surtout p. 7-8.

63 Kritoboulos, II, 22, p. 114. Ch. Gandev, L’Ethnie bulgare au xve siècle, Sofia 1987, p. 63, 66.

64 Kritoboulos, II, 22. 1-2. p. 114 : « Βασιλεὺς (Mahomet II] δὲ διάγων ἐν Κωνσταντινουπόλει συνῴκιζέ τε αὐτὴν καì τῶν ἔνδον ἐπεμέλετο ἰσχυρῶς [...] οὐ μόνον δέ ἀλλὰ καì τὰ ἔξω πάντα τῆς χώρας συνῴκιζεν ἀποικίζων πολλούς τε τῶν Τριβαλλῶν [des Serbes] καὶ Παιόνων [des Bosniaques] καὶ Μυσῶν [des Bulgares] τῆς αὐτῶν... »

65 Cf. Stremić, La Serbie entre les Turcs, les Grecs et les Latins au xve siècle, p. 435.

66 N. Todorov, La situation démographique de la péninsule Balkanique au cours des xve et xvie siècles. Annuaire de l’Université de Sofia. Faculté de Philosophie et d’Histoire, I, III, 2. 1960. p. 191 s.

67 Cf. Laonikos Chalkokondylès, I, 93, 15-18 (éd. E. Darkò, Budapest 1922) : « ἁπανταχοῦ τε τῆς Εὐρώπης οἰκήσαντας [les Turcs], ἀπò τῆς τῶν Σκοπίων πόλεως ἐπὶ τὴν Τριβαλλῶν χώραν [le pays des Serbes] καὶ τῶν Μυσῶν [des Bulgares] καὶ κατὰ τὴν Μακεδονίαν ». Cf. aussi I, 94, 7 s.

68 Nystazopoulou-Pélékidou, Ἡ δημογραφικὴ κατάσταση, cité supra n. 4, surtout p. 43-46, avec la bibliographie antérieure.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540