Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Du comté de Champagne aux royaumes d’Orient : sceaux et armoiries des comtes de Brienne

Marie-Adélaïde Nielen

Texte intégral

1Peu de familles ont connu un destin aussi brillant que celle de Brienne. Celui-ci devait la mener, depuis son comté vassal du comté de Champagne, jusqu’en Orient latin, en Grèce franque et en Italie, et s’achever tragiquement avec la mort de son dernier descendant mâle sur le champ de bataille de Poitiers.

2Que ce soit dans des entreprises vers l’Orient, ou dans le service du prince, où bon nombre d’entre eux s’illustrèrent (en particulier comme connétables de France), les Brienne sont des représentants particulièrement intéressants de cette haute noblesse champenoise qui ne se contente pas de graviter dans l’entourage des thibaudiens.

3A l’instar des maîtres des principaux châteaux de Champagne ou d’ailleurs, les comtes de Brienne sont parmi les premiers, à l’imitation de leur suzerain, à faire usage d’un sceau pour valider leurs actes : dès le milieu du xiie siècle, peut-être même avant, le comte de Brienne tient à se munir de ce signe distinctif de l’élite. L’image représentée sur le sceau, mais aussi sa taille et surtout sa légende, le parant de ses titres ou de ceux qu’il brigue, sont un des moyens de tenir son rang et d’affirmer son appartenance à la noblesse.

4L’extraordinaire destin des comtes de Brienne peut se lire à travers leurs sceaux. Nous avons voulu ici en retracer les grandes lignes, depuis les classiques sceaux équestres des premiers comtes (choix qui s’impose aux plus grands seigneurs), jusqu’aux sceaux de majesté dont les symboles affirment la suprématie de la Jérusalem céleste sur toutes les autres gloires, ainsi que l’évolution, conforme à la mode du temps, vers les sceaux simplement héraldiques, de plus petite taille, où les armoiries suffisent à identifier le lignage, montrant quelle fierté elles inspirent.

AUX ORIGINES D’UN GRAND LIGNAGE

5Cités dès le xe siècle, les comtes de Brienne sont parmi les plus importants vassaux du comte de Champagne. Si le premier comte connu en ligne directe, Engilbert Ier, apparaît vers 950, les limites du comté, situé entre Troyes et Bar-sur-Aube, forment dès 853 deux circonscriptions comtales héritées du pagus breonensis carolingien, dont l’une devient le comté de Brienne. Parmi ses vassaux, le seigneur de Villehardouin : le chroniqueur, Geoffroi, cite en abondance son suzerain dans son célèbre récit. Parmi les alliances des comtes de Brienne, une comtesse de Sens, une autre de Bar-sur-Seine, Agnès de Montbéliard. À un moindre rang, les Brienne s’allient à des familles champenoises connues et solidement établies : les Joinville, les Broyes, les Ramerupt, les Venisy, s’assurant ainsi un solide réseau d’alliances.

Tableau généalogique des comtes de Brienne

Tableau généalogique des comtes de Brienne
  • 1 Il est aussi attesté dans le manuscrit latin 5441-1 de la BNF, p. 388, dans un acte daté de 1147.
  • 2 Une famille célèbre a souvent choisi le type équestre de chasse : la famille de Montfort. Voir en (...)
  • 3 A. Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne (dact.), 2, p. 34 ; coll. de moulages, Ch 49 ; P. (...)

6Au cours des xe et xie siècles, seuls les très grands princes territoriaux scellent. Il n’est donc pas encore question d’un sceau pour le comte de Brienne. Le premier à avoir scellé de façon certaine est Gautier II, comte de Brienne entre 1125 et 1161 environ. C’est un sceau rond de 65 mm, appendu à un acte non daté par lequel le comte fait un don au prieuré Notre-Dame de Foisy, fondé par Thibaud II de Champagne, mort en 1152 : cela permet de dater cette empreinte de 1152 au plus tard1. On est dans cette fin de la première moitié du xiie siècle, où les lignages les plus importants adoptent les habitudes de leurs suzerains, en particulier le sceau. Comme eux, le comte de Brienne choisit un sceau équestre : la représentation traditionnelle du chevalier, du noble, chevauchant et portant sur lui les signes distinctifs de sa fonction, le heaume, le casque, l’écu, l’épée ou la lance, parfois la bannière. Le sceau de Gautier II est cependant d’un type tout à fait original, puisqu’il combine le type équestre de guerre, extrêmement répandu dans l’aristocratie chevaleresque, avec le type équestre de chasse, sensiblement plus rare2. Il s’agit en effet d’un type équestre à gauche, où le cavalier en costume de guerre porte un heaume conique à nasal et au bras droit un écu très allongé en amande, de type normand, caractéristique du milieu du xiie siècle, tandis que sur le poing gauche se trouve un oiseau, le bras étant rejeté en arrière3.

  • 4 La seigneurie de Ramerupt (Aube, arr. de Troyes) entre dans la famille de Brienne par le mariage d (...)
  • 5 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, cité supra n. 3, 2, p. 35 ; coll. de moulages, Ch 5 (...)

7Les sceaux des deux fils de Gautier II, Erard II, comte de Brienne (1161-1190) et André, seigneur de Ramerupt4, sont tous deux conservés. Celui d’Érard II scelle un acte de 1176. Il s’agit d’un type équestre à droite, mariant, comme celui de son père, le type équestre de guerre et le type équestre de chasse, avec l’écu, ici très fruste, tenu de la main gauche, et un oiseau, posé sur le bras droit tendu vers l’arrière. Le mauvais état de ce sceau ne permet pas de dire si le cavalier, dont la tête manque, était coiffé d’un heaume5.

  • 6 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 35-36 ; coll. de moulages, Ch 51 et D 3359.

8Celui de son frère, André de Ramerupt, appendu à une donation de 1185, mesure 60 mm. Lui aussi en mauvais état, il montre un cavalier marchant vers la droite, coiffé d’un heaume ovoïde et tenant un écu, non héraldique mais orné d’un rais d’escarboucle et d’une bordure. Rompant avec les habitudes de la branche aînée et sans référence au type de chasse, il s’agit d’un type équestre classique, puisque le cavalier est armé d’une épée6.

  • 7 Sur cette question, bien connue, voir H. d’Arbois de Jubainville, Histoire des ducs et comtes de C (...)

9La branche de Ramerupt, issue d’André et d’Adélaïde, dame de Venisy, est elle aussi bien connue, notamment grâce au fils d’André, Érard, un moment tenté par la carrière en Orient, à l’instar de ses cousins germains Gautier III et Jean de Brienne, et dont la querelle avec les comtes de Champagne pour l’obtention du comté est célèbre. En 1213, Érard part en Orient (où son père avait trouvé la mort, au siège d’Acre) et, avec l’appui de son cousin Jean, devenu roi de Jérusalem, épouse la princesse Philippa, deuxième fille d’Henri, comte de Champagne, et d’Isabelle, reine de Jérusalem. Revenu avec son épouse en France dès l’été 1215, il entreprend de revendiquer le comté de Champagne au nom de sa femme, s’opposant ainsi au jeune comte Thibaud IV, fils posthume de Thibaut III, frère et successeur du comte Henri7. Malgré quelques puissants appuis, l’aventure d’Érard de Brienne tourne court, tant sur le plan militaire que politique. En 1221, il renonce définitivement à la Champagne, se reconnaissant vassal du comte Thibaud.

  • 8 Coll. de moulages, D 1568 et B 222.
  • 9 L. CL. Douët d’Arcq, Collection de sceaux. Archives de l’Empire. Inventaires et documents, Paris 1 (...)
  • 10 Douët d’Arcq indique, lui, la date de 1222. Coulon l’a relevé dans Inventaire des sceaux de la Bou (...)
  • 11 Anselme de Sainte-Marie (Père Anselme), Histoire généalogique et chronologique de la maison royale (...)
  • 12 Ce sceau est également inventorié par Coulon, Inventaire des sceaux de la Bourgogne, cité supra n. (...)

10Ces nombreuses tribulations n’ont pas laissé de traces dans les sceaux d’Érard et de Philippa parvenus jusqu’à nous. L’empreinte du sceau d’Erard, appendue à un acte de 1211, propose une légende très simple : SIGILLUM ERARDI BRENE, et montre un cavalier au casque carré8, tenant l’épée de la main droite, et l’écu, maintenu par un baudrier, de la main gauche. Cet écu, même si cela est difficile de l’affirmer, porte peut-être déjà le burelé qui sera quelques décennies plus tard les armes de Ramerupt. Si la date de 1211 donnée par l’inventaire est exacte, nous serions en présence du sceau utilisé par Érard alors qu’il est encore un cadet peu fortuné, dépendant de son frère aîné Gautier, héritier de la seigneurie de Ramerupt. Cela expliquerait l’absence de titre seigneurial dans la légende du sceau, le mentionnant comme Érard de Brienne, tout simplement. Sur le même document est appendu un autre sceau, décrit dans l’inventaire de Douët d’Arcq ainsi que dans celui de Coulon comme étant le sceau de Philippa de Champagne, femme d’Erard9. Or en 1211, Érard et Philippa n’étaient pas encore mariés. Soit la date de l’acte est fausse10, soit il ne s’agit pas du sceau de Philippa. Très fragmentaire, il montre une dame debout, en robe ajustée et manteau, une coiffe carrée sur la tête, la main droite à l’attache du manteau et la gauche sur la hanche, et ne donne qu’une légende tronquée, où l’on semble pouvoir lire DE BRENA, fragment insuffisant pour l’identifier. S’il s’agissait du sceau de Philippa, il paraîtrait bien simple pour la fille d’une reine et du comte de Champagne : nulle trace d’ornements, ni d’armoiries, pas de recherche particulière dans le style, rien susceptible d’évoquer, ni dans ce sceau, ni dans celui de son mari, la moindre ambition à la succession de Champagne. Plutôt que le sceau d’une première femme d’Érard, peut-être cette Hélissent de Rethel citée par le P. Anselme11, il pourrait s’agir du sceau d’Adélaïde de Venisy, mère d’Érard, qui, veuve d’André de Brienne, seigneur de Ramerupt, s’est remariée à Gaucher de Joigny, seigneur de Châteaurenard, dont le sceau se trouve également appendu à ce document12. Il apparaît donc évident que nous ne possédons pas le sceau de Philippa de Jérusalem.

  • 13 Il rappelle celui de Thibaud IV de Champagne. Voir coll. de moulages, S 2055 et D 572.
  • 14 Coll. de moulages, D 1569 (Fig. 1).
  • 15 Voir J.-L. Chassel, La Champagne et ses chevaliers au lion, Les sceaux, sources de l’histoire médi (...)
  • 16 Voir le sceau de Thibaud IV, ou le sceau de Jean de Joinville, coll. de moulages. S 2055 et S 2098(...)

11Ce sceau de 1211 nous montre Érard comme un cadet encore sans possessions, scellant aux côtés de sa mère et de son beau-père, ce qui explique que son sceau, quoique de belle facture13, soit simple. On conserve un autre sceau d’Érard, bien différent du précédent, appendu à un document daté de 123014. Nulle trace cependant dans ce sceau de taille importante (il mesure 80 mm), d’une très belle exécution, ni de l’épopée orientale d’Érard, ni de ses prétentions au comté de Champagne. Il est vrai qu’à cette date, il a déjà renoncé à la succession et reçu des compensations. De plus, par la mort de son frère aîné et de sa mère, il est devenu seigneur de Ramerupt et de Venisy. C’est le sceau d’un seigneur fortuné et de haut lignage, mais qui est « rentré dans le rang » : sur la légende du sceau, on peut lire SIGILLUM : ERARDI DE BRIENA : [D]OMINI : RAMERUTI. L’extrême qualité de la gravure de ce sceau équestre est cependant frappante. Les armoiries y sont représentées sur l’écu du cavalier et la housse du cheval, ainsi que sur le contre-sceau, un écu aux armes accompagné de rinceaux. Ces armes sont un lion sur un burelé : on retrouve ici le lion des Brienne, si fréquent en Champagne15, le burelé étant les armes de Ramerupt. Autre élément de luxe, la présence, sous le ventre du cheval, d’une intaille antique, représentant une aigle aux ailes déployées. Le seigneur de Ramerupt imite une mode adoptée par le comte Thibaud IV de Champagne, qui a fait insérer une ou plusieurs intailles dans les matrices de ses sceaux16, de même que plusieurs autres grands seigneurs champenois.

Fig. 1 - Sceau d’Érard de Brienne, seigneur de Ramerupt, D 1569. (Photo : Centre historique des Archives nationales)

  • 17 Anselme de Sainte-Marie. Histoire généalogique, cité supra n. 11, p. 140.
  • 18 Coll. de moulages, D 1571.

12Des armes semblables se retrouvent dans le sceau d’Érard de Brienne, seigneur de Venisy, petit-fils d’Érard et de Philippa17. Ce sceau, appendu à un document de 126918, est plus petit que le précédent (58 mm), mais la représentation, un cavalier en armes, et les armoiries, le lion sur un burelé, sont semblables. La légende de la face, en latin, est : S(igillum) : [E]RARDI : DE : BRENA..., et celle du contre-sceau, en français : + S(eel) ERAR DE BRIENNE SIRES DE VENISIE.

  • 19 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 58-59 ; coll. de moulages, Ch 74.
  • 20 Coll. de moulages, D 2311.
  • 21 Il y aurait beaucoup à dire aussi sur les sceaux et les armes de la famille de Grandpré, apparenté (...)

13En revanche, le sceau d’Isabelle de Brienne19, fille d’Érard et de Philippa, femme d’Henri, comte de Grandpré, datant de 1258, représente une dame debout, les cheveux dénoués, tenant de la main droite un oiseau, avec la légende : + S(igillum) YSABELLIS CO[MITISSE GR]ANDISPRATI D(omi)NE DE RAMERU. Il ne porte aucune représentation armoriée, mais on voit dans la légende qu’Isabelle a déjà hérité de son neveu la seigneurie de Ramerupt. On connaît un autre sceau d’Isabelle20, femme d’Henri de Grandpré, sans doute la même personne, bien qu’il soit beaucoup plus tardif (1274). En effet, à côté de la représentation traditionnelle de ce sceau de dame en navette, une dame debout, en robe et manteau vairé, tenant de la main gauche un oiseau de proie, on peut voir sur ce sceau à droite les armoiries de Grandpré21, celle du mari, un burelé au franc canton, et à gauche un lion rampant sur un burelé, armes de Ramerupt, brisées d’un lambel, ce qui s’explique tout à fait s’il s’agit bien d’un deuxième sceau d’Isabelle de Brienne, dame de Ramerupt.

14La branche de Ramerupt, après avoir eu de grandes ambitions, se range parmi les principaux vassaux du comte de Champagne, comme le montrent les mariages (les filles d’Érard s’allient aux lignages de Grandpré, Nanteuil, Montmorency...), ou encore la beauté des matrices qui sont réalisées pour les sceaux. Chez eux, les armoiries apparaissent vers 1230, peut-être même dès 1211, avec le premier sceau d’Érard de Brienne. Dans la branche aînée, cela se produit bien plus tôt.

DU COMTE DE CHAMPAGNE AUX ROYAUMES D’ORIENT

15La branche aînée des Brienne connaît au cours du xiiie siècle un destin exceptionnel, qui la mène, depuis la Champagne, sur toutes les rives de la Méditerranée.

  • 22 Voir Arbois de Jubainville, Histoire des comtes, cité supra n. 7.
  • 23 Voir F. de Sassenay, Les Brienne de Lecce et d’Athènes, Paris 1869.

16Le fils aîné d’Érard II, Gautier III, suit les traces de son père, mais aussi de son aïeul et de son bisaïeul sur le chemin des croisades. Malheureusement, les sceaux laissés par Gautier III sont en très mauvais état, et ne permettent pas de retracer sa carrière mouvementée. Devenu comte de Brienne vers 1190, à la mort de son père Érard II au siège d’Acre, il se croise à son tour en 1199, décidé à rejoindre la Terre sainte. Très vite, Gautier se voit détourné de son but initial22, puisqu’il est choisi pour épouser Albéra de Lecce, fille du roi Tancrède de Sicile, pour défendre ses droits au royaume de Sicile. Parti de Champagne au printemps de 1201, il est investi par Innocent III de la principauté de Tarente et du comté de Lecce, et réussit à reconquérir presque toute l’Italie du Sud23. Mais son aventure tourne court : attaqué de nuit par ses ennemis, il est poignardé sous sa tente et meurt de ses blessures, sans avoir jamais gagné la Terre sainte, en juin 1205.

  • 24 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 32-33 ; coll. de moulages, Ch 47.
  • 25 Bony, Note sur les sceaux, cité supra n. 3.
  • 26 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 33 ; coll. de moulages. Ch 48 et 48bis.
  • 27 Voir par exemple les sceau et contre-sceau de Louis VII, roi de France, M. Dalas, Corpus des sceau (...)
  • 28 Il existe aussi un dessin de ce sceau, dans le manuscrit latin 5480 de la BNF, p. 432, corresponda (...)

17Malheureusement, les sceaux de Gautier parvenus jusqu’à nous ne nous disent rien de cette expédition. Deux seulement sont conservés, à l’état de fragments, et sont très probablement antérieurs au départ de Gautier pour l’Italie. Le premier, non daté, a été à tort attribué par Auguste Coulon24 à Gautier II, mais nous savons, grâce aux recherches de Pierre Bony25, qu’il n’en est rien. Il s’agit d’un équestre à droite, montrant un cavalier coiffé d’un heaume cylindrique à timbre plat. Selon la tradition des Brienne, le cavalier tient sur la main droite un oiseau, au lieu de l’épée qu’on attendrait chez un guerrier. L’autre exemplaire, correspondant au fragment d’un sceau de 68 mm environ, semble être issu de la même matrice26. Il est appendu à un document que Coulon a daté de 1129, où il a donc cru voir un deuxième sceau de Gautier II, tout en constatant qu’ils étaient d’un style très différent, l’un étant beaucoup plus archaïque que l’autre. Nous pensons, avec Pierre Bony, que ce document doit être redaté, peut-être de 1199, et que le sceau doit être attribué à Gautier III. En effet, son style, avec notamment le heaume à timbre plat, est caractéristique des années 1190. D’autre part, il est doté d’un contre-sceau, or celui-ci n’apparaît pas avant le milieu du xiie siècle, et seulement chez les très grands personnages27. Enfin, tant sur ce dernier que sur le bouclier du cavalier, on distingue des armes : cinq rangs d’annelets. On sait que les premières armoiries sur les sceaux, en particulier sur les écus des cavaliers, n’apparaissent que vers 118028. Malgré son mauvais état, cette pièce nous apporte quelques éléments intéressants, en particulier l’existence des cinq rangs d’annelets dans les armes de Brienne à l’extrême fin du xiie siècle, ce qui devait changer quelques années plus tard. La légende de ces sceaux confirme la datation du document antérieurement au départ de Gautier III pour l’Italie : SIGILL[UM] G[ALT]ERI COMITIS BRENENS[IS]. Pour la suite de sa carrière, on ne conserve, à notre connaissance, aucune empreinte de sceau de Gautier III en tant que comte de Lecce. On en est donc réduit à se demander s’il a continué à utiliser la même matrice, ou s’il s’en est fait graver une nouvelle, avec son nouveau titre. Des recherches dans les archives italiennes permettraient peut-être de donner une réponse à cette question.

  • 29 Contrairement à ce qui a pu être dit autrefois, par Sassenay en particulier, Jean de Brienne n’éta (...)
  • 30 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 4, p. 14 ; coll. de moulages, Ch 1420 ; Bony, Note (...)
  • 31 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 37 ; Bony, Note concernant les sceaux.
  • 32 Coll. de moulages, D 1016.

18Le troisième frère de Gautier III, Jean de Brienne, a connu un destin inespéré pour un cadet de famille. Son frère aîné étant mort en 1205, il commence sa carrière, probablement âgé d’une trentaine d’années29, en devenant le gardien de son neveu Gautier IV, né posthume, assurant pendant quelques années l’administration du comté de Brienne. On conserve trois sceaux de cette période de régence, tous les trois fragmentaires, mais provenant probablement de la même matrice. Pour l’un d’entre eux, l’attribution à Jean de Brienne reste une hypothèse délicate à vérifier, étant donné qu’il s’agit d’un sceau détaché, très fragmentaire30. C’est un classique type équestre de guerre, où le cavalier tient, de la main droite, une épée, soit une rupture avec la représentation traditionnelle des comtes de Brienne, le sceau équestre de chasse. Pour les deux autres, malgré le très mauvais état des fragments, on est frappé à la fois par les dimensions du sceau (environ 80 mm) et par le style, très beau, témoignage de sa création par un remarquable atelier de gravure. Le premier31, appendu à un document de 1203, est un équestre à droite, dont la plus grande partie, en particulier la légende, est détruite. L’autre fragment32, non moins partiel, est appendu à un document de 1209, à une époque où Jean de Brienne était déjà sur le point de devenir roi de Jérusalem, par son mariage avec l’héritière, la princesse Marie. On entrevoit un sceau équestre, où le cavalier porte un bouclier au lion rampant, peut-être accompagné de billettes, ce qui semble être confirmé par le fragment de sceau détaché. Ceci est particulièrement intéressant, car on sait que le lion sur champ de billettes sera les armes des comtes de Brienne jusqu’au dernier descendant direct de ce lignage. Il est impossible de dire pourquoi Jean de Brienne a choisi ces armes, plutôt que les annelets de son père. Étaient-ce celles d’un cadet ? Ou des armes choisies en fonction d’une circonstance extérieure ? On a déjà parlé du rôle du lion dans les armoiries des seigneurs champenois : il peut s’agir d’une référence aux armes d’un suzerain, d’un parent, voire d’un frère d’armes. Sa taille nous permet d’affirmer qu’il appartenait à un personnage de haut rang, jaloux de ses prérogatives, ce qui est confirmé par la beauté du style de la gravure, que l’on peut voir malgré le mauvais état des sceaux. Malheureusement, il ne reste rien d’utile de la légende, ce qui aurait permis de connaître le titre exact porté par Jean de Brienne sur son sceau au moment de la minorité de son neveu, à la veille de son départ pour Jérusalem.

  • 33 G. Schlumberger, F. Chalandon, A. Blanchet, Sigillographie de l’Orient latin, Paris 1943, p. 13-14
  • 34 F. de Chandon de Briailles, Le droit de « coins » dans le royaume de Jérusalem, Syria 23, 1942-194 (...)

19Il épouse la reine Marie le 14 septembre 1210, et est couronné roi de Jérusalem le 3 octobre de la même année. Les sceaux de Jean de Brienne en tant que roi de Jérusalem sont bien sûr très différents de ceux du tuteur du jeune Gautier IV. Tout d’abord, ce sont des bulles de plomb33, technique de scellage traditionnelle à la papauté et aux empereurs de Constantinople, ainsi que dans toutes les régions méditerranéennes qui ont eu tendance à copier les usages en vigueur à Rome ou à Constantinople. Le roi de Jérusalem, mais aussi de nombreux seigneurs d’Orient latin, ne font pas exception à cette règle qui veut que les personnages de haut rang scellent de plomb plutôt que de cire34.

20Les bulles de Jean de Brienne sont d’un type tout à fait conforme au modèle créé sous Baudouin Ier. Sur la face, le roi en majesté, assis de face sur un trône décoré de têtes de lion, portant les regalia dans ses mains : le sceptre crucifère et le globe de même. Il est revêtu de la tunique longue, recouverte de la dalmatique attachée par une agrafe. Sa tête est coiffée d’une couronne à pendeloques en forme de mitre. La légende est : IOH(ann)ES : DEI GR(ati)A REX : IH(e)R(usa)L(e)M. L’ensemble n’est pas sans rappeler la raideur et le hiératisme des représentations byzantines : les rois de Jérusalem ont fait leurs des types en usage en Orient. Au revers, on voit une représentation de Jérusalem, avec le Saint-Sépulcre, le Temple et la Tour de David, c’est-à-dire, à quelques détails près, le type utilisé depuis Baudouin Ier. La légende, + CIVITAS : REGIS : REGUM : OMNIUM est aussi la même, affirmant la prééminence de Jérusalem, symbole de l’Église, sur tous les honneurs du monde.

21Veuf dès 1212 de la reine Marie de Jérusalem, Jean de Brienne se remarie avec Bérengère de León, nièce de Blanche de Castille. De ce mariage naissent quatre enfants, dont une fille, Marie, et trois fils dont nous parlerons plus loin.

22Marie de Brienne connaît, elle aussi, une destinée brillante et mouvementée : fiancée dès l’âge de quatre ans à l’empereur Baudouin II qui en a douze, elle se rend, accompagnée de toute sa famille, dans la capitale du jeune Empire latin d’Orient, qui espère avoir en Jean de Brienne, qui exercera la régence, un chef expérimenté. Des années plus tard, on retrouve Marie sur les routes d’Europe et d’Orient, à Chypre, en France, en Castille, tenter de sauver les intérêts de l’Empire.

  • 35 Schlumberger, Chalandon, Blanchet, Sigillographie, cité supra n. 33, p. 173-174 ; coll. de moulage (...)
  • 36 Schlumberger, Chalandon, Blanchet, Sigillographie, p. 169-173 ; coll. de moulages, D 11827 et 1182 (...)

23Sur un sceau en navette, de cire rouge (caractéristiques semblables à celles des sceaux utilisés par les femmes en Occident), on voit l’impératrice debout, de face, portant une robe et un manteau vairé. Dans la main droite, elle tient un sceptre orné de multiples fleurons, et porte sur la tête une couronne à trois fleurons garnie de pendeloques, à la mode byzantine35. Ce sceau, qui montre une image raide, hiératique, est très probablement de facture byzantine, et il est intéressant d’y voir cohabiter des habitudes occidentales (forme en navette, utilisation de la cire) avec un style et des attributs orientaux (hiératisme, couronne à pendeloques), assurant la synthèse de ces deux traditions dont se réclamaient les empereurs latins de Constantinople. La légende du sceau, MARIA IMPERATRIX ROMANIE, est cependant uniquement en latin, là où son mari, grâce à un sceau biface, montre la légende en latin sur la face, et en grec sur le revers36.

Fig. 2 - Sceau de Marie de Brienne, impératrice de Constantinople, D 11828. (Photo : Centre historique des Archives nationales)

  • 37 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 37-38 ; coll. de moulages, Ch 53.

24La branche aînée des Brienne, issue de Gautier III, conserve l’administration du comté champenois, mais poursuit également une carrière en Orient. Gautier IV, fils posthume de Gautier III, hérite à sa naissance du comté de Brienne, et se retrouve, une fois sorti de la tutelle de son oncle Jean, dans l’entourage des rois de Chypre. Il épouse Marie de Lusignan, fille du roi Hugues Ier de Chypre, qui, sans lui être vraiment apparentée, lui est proche : elle est fille d’Alix de Jérusalem, sœur utérine de Marie, fille de Jean de Brienne et cousine germaine de Gautier. Ces liens familiaux expliquent l’installation de Gautier IV en Orient, où son oncle Jean l’investit du comté de Jaffa, traditionnellement réservé à des membres de la famille royale, dès 1221. Ce titre n’apparaît pas sur les sceaux qui nous sont parvenus37, bien qu’ils soient postérieurs à cette date. Dans la légende : + SI[GILLUM GALTERI COMITIS BRE]NE, il n’y a pas de mention du comté de Jaffa. Faut-il penser que Gautier possédait deux matrices, une pour son comté d’Occident, une pour son comté d’Orient, entre lesquels il fit plusieurs fois l’aller-retour ? Ou voulait-il ainsi affirmer la prééminence de Brienne, sa terre tenue de droit héréditaire, sur le comté de Jaffa ?

25Ce sceau est particulièrement intéressant : Gautier IV a en effet adopté le type héraldique, utilisé jusqu’alors par des seigneurs de moindre rang, ou des cadets de famille, celui-ci se prêtant particulièrement bien à des sceaux de moindres dimensions. Au début du xiiie siècle, il se propage peu à peu dans toute la noblesse (bien que le type équestre subsiste), même parmi des seigneurs puissants, témoignage de l’importance des armoiries et de la fierté qu’elles inspirent, signe distinctif de l’élite alors même que l’héraldique a perdu sa signification militaire d’origine. Le sceau de Gautier IV, d’environ 70 mm, montre en plein champ les armes de Brienne telles qu’elles ont été adoptées par son oncle Jean : un lion rampant, sur champ de billettes. Au revers, le contre-sceau porte une croix tréflée, cantonnée de quatre croix potencées, peut-être allusion aux armes de Jérusalem dont était vassal le comté de Jaffa.

  • 38 Saint Louis, lors de son séjour en Terre sainte, négocie la restitution de sa dépouille, qui fut r (...)
  • 39 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 38 ; coll. de moulages, Ch 54 et D 1017.
  • 40 Sassenay, Les Brienne, cité supra n. 23.

26Gautier IV meurt massacré par les musulmans qui l’avaient fait prisonnier lors de la défaite de Gaza en 124438. Aucun de ses trois fils ne recueille l’héritage de Jaffa. L’aîné, Jean, comte de Brienne, meurt sans descendance. Le second fils, Hugues Ier, entreprend de gérer, à l’instar de son père, des territoires aussi distants que le comté de Brienne en Champagne, le comté de Lecce en Italie, et le duché d’Athènes en Grèce, dont il devient régent : il épouse d’abord Isabelle de la Roche, fille de Guillaume, duc d’Athènes, puis, en 1287, la veuve de ce dernier, Hélène Doukas, et devient bail de la principauté au nom de son beau-fils, Guy II. Il fait de nombreux aller-retour entre ses possessions d’Italie, de Grèce et de Champagne, comme l’atteste la présence de son sceau appendu à des documents champenois. Il a manifestement possédé deux sceaux. Le premier est un équestre à droite de 65 mm environ, de belle facture, montrant un cavalier au heaume tronconique, l’écu et la housse du cheval aux armes, c’est-à-dire un lion sur champ de billettes, une fleur de lis sous le ventre du cheval39. Le contre-sceau est un écu aux armes. Dans la légende du sceau, on lit : + SIGILLUM : HUGON[IS COMJITIS : DE : BRENA : et sur le contre-sceau : + SECRETUM COMITIS BRENE, il n’est donc pas question du comté de Lecce. Or il s’agit de sceaux appendus à des documents datant de 1270, alors qu’Hugues est également comte de Lecce depuis 126940. Peut-être n’avait-il pas encore eu le temps de se faire graver une nouvelle matrice.

  • 41 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 40.

27Un autre sceau d’Hugues, détaché, a été décrit par Coulon41. Apparemment, le comte de Brienne n’avait qu’une seule et même matrice, tant pour sa seigneurie de Champagne que pour ses terres d’Italie. Ce second sceau est d’une taille supérieure (75 mm) : nul doute que le nouveau comte de Lecce a voulu montrer l’importance de son rang. C’est un équestre à droite, avec un cavalier à heaume tronconique cimé d’un dragon qui se retrouve aussi sur la tête du cheval, l’écu et la housse aux armes, de même que l’écu du contre-sceau dans une rosace à six lobes. La légende de la face est détruite, mais celle du contre-sceau encore partiellement lisible : ...BRENNE(nsis) LIClE(nsis) COMITIS. Pour la première fois, à notre connaissance, un comte de Brienne faisait état, dans son sceau, de ses différents titres, adjoignant au comté de Brienne une terre bien éloignée du berceau familial. Sans doute faut-il y voir une volonté d’enracinement dans ces régions de la Méditerranée où les Brienne sont maintenant présents depuis près d’un siècle.

28Cependant, les descendants d’Hugues, comtes de Brienne mais aussi de Lecce et de Conversano, ducs d’Athènes, gouverneurs de Florence, ne perdront jamais de vue leurs terres champenoises et resteront toujours attachés au royaume de France, malgré la fortune faite outre-mer.

LE SERVICE DU PRINCE

  • 42 L’aîné, Alphonse, mourut en 1270, de retour de la croisade de Tunis, et fut inhumé à Saint-Denis. (...)

29Si les descendants de Gautier IV et d’Hugues Ier restent présents de chaque côté de la Méditerranée, paradoxalement les fils de Jean de Brienne, roi de Jérusalem et régent de l’empire de Constantinople, se consacrent au service du roi de France. Alphonse, Jean et Louis de Brienne, les « enfants d’Acre », bien qu’élevés à Constantinople dans leur prime jeunesse, passèrent la plus grande partie de leur vie dans l’entourage du roi saint Louis42, à qui ils furent confiés dès 1236.

  • 43 Coll. de moulages, D 922.
  • 44 Marie était fille de Raoul, seigneur d’Issoudun, lui-même petit-fils d’Hugues VIII de Lusignan. La (...)

30D’Alphonse, l’aîné, on connaît deux sceaux, témoignant des différentes charges qu’il a occupées. Vers 1250, il épouse Marie de Lusignan, comtesse d’Eu. Il adopte alors un sceau armoriai de 65 mm, représentant un écu portant un lion rampant à la bordure chargée de seize châteaux, appendu à un document daté de 125143. On y reconnaît aisément le lion de Brienne (bien que les billettes aient disparu ici). Quant aux châteaux de la bordure, ils pourraient représenter les châteaux de Castille. On se souvient en effet que la mère d’Alphonse, Bérengère, était fille d’Alphonse IX, roi de León, et de Bérengère de Castille. Sur le contre-sceau, sans légende, un écu burelé brisé d’un lambel de cinq pendants : c’est le burelé des seigneurs de Lusignan, la brisure indiquant qu’il s’agit d’une branche cadette, soit les armes de Marie, femme d’Alphonse44. Alphonse porte ainsi sur son sceau les armes de son père, de sa mère et de sa femme, ce qui lui permet d’indiquer clairement sa filiation et de montrer les armoiries illustres dont il peut se parer.

  • 45 Coll. de moulages, D 923.

31La légende du sceau est également intéressante : + S(igillum) ALPHO(n)SI . FILII... COMITIS AUGI. Elle est fragmentaire, mais la présence du mot filii permet d’affirmer qu’elle contient une référence directe au père d’Alphonse, le roi Jean. Cela montre l’importance accordée au titre royal et au royaume de Jérusalem. Alphonse porte aussi, sur le sceau, le titre comtal qu’il tient de sa femme. Le sceau de celle-ci45, appendu à une charte de 1256, est un sceau en navette, de 55 mm, d’un travail un peu décevant, notamment par ses proportions. Il représente une dame debout, en robe et manteau d’hermine, portant sur la tête une coiffe carrée. Dans sa main droite, elle tient une fleur de lis, symbole de la continuité dynastique. Dans le champ, on voit un petit chien et deux roses, figures dont la présence est inexpliquée. Au revers, le contre-sceau est aux armes de Marie, un écu burelé au lambel de cinq pendants : elle n’a donc pas adopté, sur son sceau, les armes de son mari aux côtés de celles de son père. Il est probable que la matrice en ait été gravée en même temps que celle d’Alphonse, au moment du mariage, mais manifestement par des ateliers différents, l’un étant de belle qualité, l’autre médiocre.

  • 46 F. Eygun, Sigillographie du Poitou, Poitiers 1938, p. 204 et n° 308; W. de gray Birch, Catalogue o (...)

32On connaît un autre sceau d’Alphonse46, datant de 1255, soit de quatre ans seulement postérieur au précédent. Entre-temps, Alphonse de Brienne est devenu chambrier de France, ce qui explique qu’il ait eu besoin de changer de matrice. Ce sceau est totalement différent du précédent, tant dans la représentation choisie, que par les armoiries ou la légende. C’est un sceau équestre, ce qui n’a rien de surprenant, mais on est amené à se demander pourquoi son titulaire abandonne subitement le sceau héraldique pour revenir à la forme équestre classique, montrant un chevalier en armes, tenant l’épée de la main droite, et dans l’autre main un écu aux armes, de même que la housse du cheval : un lion rampant sur champ de billettes.

33Le contre-sceau offre un certain nombre de particularités intéressantes. L’écu est un burelé à cinq pendants, c’est-à-dire les armes du comté d’Eu, qu’Alphonse tient de sa femme. L’écu est surmonté d’une fleur de lis, peut-être pour rappeler la fonction de chambrier de France. A droite, il est accosté d’une aigle, et à gauche d’un château, sans doute par référence aux armes de Castille, venues de la mère d’Alphonse. L’aigle, symbole impérial, lui a peut-être été attribuée par son cousin Alphonse le Sage, qui l’avait adoubé à Burgos, mais qui n’était alors pas encore élu empereur. Enfin, la légende du contre-sceau indique son nouveau titre, attribué par saint Louis : + CAMERARII. REGNI. FRANCIE. Il s’agit là d’un sceau particulièrement riche en renseignements, résumé de tous les signes qui peuvent symboliser le personnage d’Alphonse de Brienne : les armes de ses parents, de sa femme, celles du comté d’Eu et son titre de chambrier de France.

  • 47 Coll. de moulages, D 275 (Fig. 3).
  • 48 H. Pinoteau, L’héraldique de saint Louis et de ses compagnons, Les Cahiers nobles 27, 1966. p. 30- (...)
  • 49 P. Bony, Le gisant en marbre noir de Saint-Denis : les signes symboliques de l’impératrice Marie d (...)
  • 50 Sur ces gisants, dont l’un, celui de Marie de Brienne, est maintenant dans la basilique de Saint-D (...)
  • 51 Celle-ci, comme on l’a vu plus haut, est amputée, mais la présence du mot filii permet de la recon (...)

34Le sceau de son frère cadet, Jean, est également très intéressant. Il s’agit d’un sceau équestre47, appendu à un document datant de 1288. Il est probablement issu d’une matrice beaucoup plus ancienne, datant du moment où Jean a été fait bouteiller de France, vers 1255, alors même que son frère Alphonse devient chambrier. Le style, l’armement, la façon de porter l’écu (droit et non de biais comme ce sera le cas à partir de 1260) renforcent cette hypothèse. La facture du sceau, et notamment du contre-sceau, laisse penser qu’il a été gravé par le même artiste que celui de son frère. Sur la face, on voit un cavalier portant l’armure, tenant l’épée de la main droite et l’écu de la main gauche. Ce travail particulièrement soigné permet de distinguer les mailles du haubert, le grillage qui ferme le heaume sur le devant, et le tranchant de l’épée. Les plis du bliaut et de la housse du cheval sont d’une grande fluidité. Ce qui frappe le plus, ce sont les armoiries de l’écu et du caparaçon : l’aigle impériale, soit une rupture totale avec les armoiries traditionnelles de Brienne. La présence de cette aigle est, encore aujourd’hui, une énigme48. Pierre Bony49 pense que ces armes d’empire ont pu lui être attribuées par son cousin Alphonse le Sage, roi de Castille, comme nous l’avons vu plus haut. Cependant, il n’est élu empereur qu’en 1257, après la nomination des deux frères comme chambrier et bouteiller. Ces mêmes armes se retrouvaient sur le tombeau de Jean, qui était dans l’abbaye de Maubuisson auprès de celui de sa sœur50. Quant à la légende, elle dit : S(igillum) IOH(ann)IS : FILII : I(ohannis) : REGIS : IE[RUSALEM BU]TICULARI1 : FRA(n)CIE. Cela appelle deux remarques. Tout d’abord, il faut noter qu’elle a le même déroulement que la légende du sceau d’Alphonse51. Au-delà de la référence au père, on croit déceler ici une volonté particulière d’honorer le nom paternel, et plus encore le titre de roi porté par celui-ci. Dans l’échelle de valeurs de ce siècle où la croisade reste le but ultime, la défense du royaume de Jérusalem apparaît comme un idéal. Jean de Brienne précise aussi qu’il détient la charge de bouteiller de France, sur le contre-sceau : + SECRETUM IOH(ann)IS . BUTICULARII . FRA(n)CIE.

Fig. 3 - Sceau de Jean de Brienne, bouteiller de France, D 275 (Photo : Centre historique des Archives nationales)

35Sur l’écu du contre-sceau, il a fait représenter les armes de Brienne, le lion sur fond de billettes, ce qui lui permet de se rattacher à son lignage à un moment où il s’était choisi des armes personnelles. Ce contre-sceau, si l’on excepte les armoiries de l’écu (armes de Brienne pour Jean, armes d’Eu pour Alphonse) est rigoureusement identique au second sceau d’Alphonse. L’écu armorié placé au centre est surmonté d’une fleur de lis (allusion à la fonction de bouteiller accordée par saint Louis ?), accosté à gauche d’un château (pour la Castille ?) et à droite d’une aigle (pour l’Empire ?). Cela semble confirmer que les deux frères ont commandé leur matrice en même temps, chez le même graveur, en prenant soin d’adopter les mêmes symboles.

  • 52 Coll. de moulages, D 924 et 924bis ».
  • 53 On ne conserve pas le sceau d’Henri II. Celui de sa fille et héritière, Alix, femme de Raoul de Lu (...)

36Il faut attendre plusieurs décennies avant de rencontrer à nouveaux des sceaux chez les descendants d’Alphonse de Brienne, puisque l’on n’a conservé aucun sceau ni de son fils Jean Ier, ni de son petit-fils Jean II. En revanche, on conserve deux sceaux successifs de son arrière-petit-fils Raoul IV de Brienne, comte d’Eu, qui s’illustre aussi au service du roi de France : Philippe VI de Valois le nomme connétable de France dans les années 1330. Son premier sceau est appendu à un document de 1323, alors qu’il n’est encore que comte d’Eu52. C’est un fragment de sceau rond de 75 mm, représentant un cavalier en armes. Seul le cheval, qui porte la housse aux armes de Brienne, est complet. Le contre-sceau montre, dans une rosace, les armes des anciens comtes d’Eu, un écu à la bordure engrêlée. Il est très intéressant de noter que Raoul de Brienne a repris les armes d’Eu, alors que son ancêtre Alphonse avait adopté celles de Lusignan, accompagnées d’une brisure (un burelé au lambel de cinq pendants). Il n’est pas inutile de rappeler que le comté d’Eu est entré dans la famille de Brienne par le mariage d’Alphonse avec Marie de Lusignan, comtesse d’Eu, fille de Raoul II de Lusignan, comte d’Eu, qui lui-même tenait le comté d’Eu de sa mère, Alix, unique héritière d’Henri II d’Eu53. Il est donc surprenant de constater que cette famille, après avoir privilégié les armes des Lusignan, tenues de la branche paternelle, adopte celles de la branche maternelle, à une époque inconnue puisque l’on ne conserve pas les sceaux du père et du grand-père de Raoul IV. Alors que les armes de Brienne sont toujours présentes sur la face du sceau, celles de Lusignan disparaissent complètement, au profit de celles du comté d’Eu. L’on n’y voit pas non plus celles du comté de Guînes, que Raoul IV tient de sa mère, la comtesse Jeanne. Ce nouveau titre ne figure pas non plus sur le contre-sceau, qui porte la légende : + CONTRA : SIGILLUM : RADULPHI : COMITIS : AUGI.

  • 54 Coll. de moulages, D 925 (Fig. 4) et 925bis.

37Son second sceau, d’un plus petit module (70 mm), est appendu à un document de 1339, alors que Raoul IV a été nommé connétable de France54, d’où la nécessité de changer de matrice. C’est un sceau équestre, aux armes de Brienne, comme le précédent, d’un très beau style. Le contre-sceau est également semblable, montrant dans une rosace un écu à la bordure engrêlée. La légende, en français, est très complète, détaillant tous les titres de Raoul, depuis ses comtés d’Eu et de Guînes, jusqu’à son titre de connétable : + CO(n)TRESEEL : RAOUL : CO(m)TE : DE : EU : ET : DE : GUINES : CONESTABLE : DE : FRA(n)CE. Les armes de Guînes, comme sur son premier sceau, ne sont pas reprises, non plus que celles de Lusignan : c’est en tant que comte d’Eu que Raoul de Brienne tient particulièrement à s’affirmer.

38Raoul IV meurt tragiquement lors d’un tournoi en 1344. Son fils Raoul V lui succède dans tous ses titres, devenant comte d’Eu et de Guînes, puis connétable de France. En 1350, il meurt décapité sur ordre du roi Jean le Bon, accusé de trahison après la prise de Caen par les Anglais.

Fig. 4 - Sceau de Raoul IV de Brienne, connétable de France, D 925. (Photo : Centre historique des Archives nationales)

  • 55 Coll. de moulages, D 1018. Douët d’Arcq, dans Collection de sceaux, décrit par erreur ce sceau com (...)

39Pour son sceau, Raoul V a adopté la mode du signet, diffusé par commodité à la fin du Moyen Âge, soit un sceau de très petit module, pouvant servir à sceller des actes comme à clore des lettres. Sa taille se prête tout à fait aux représentations héraldiques. Il s’agit ici d’un sceau de 27 mm de diamètre, appendu à un document de 1345 relatif au mariage de Jeanne, sœur de Raoul V, avec son cousin Gautier VI de Brienne55. Il représente un écu penché, timbré d’un heaume à cimier, sur un fond réticulé. L’écu est écartelé, au 1 et 4 d’un lion sur champ de billettes (Brienne), au 2 et 3 d’un plein à la bordure engrêlée (Eu), c’est-à-dire les mêmes armoiries que son père. La légende, très fragmentaire, permet de lire : S(eel) RAOUL CO(n)T ... ES. Il faut probablement lire « comte d’Eu et de Guînes », Raoul ne faisant pas état de son titre de connétable.

  • 56 Témoin en particulier leur désengagement vis-à-vis de la commanderie de Beauvoir. Voir K. Polejows (...)
  • 57 Sur le rôle des Brienne en Grèce franque, voir Sassenay, Les Brienne ; A. Bon, La Morée franque. R (...)
  • 58 Voir Bon, La Morée, cité noté précédente, p. 186 et passim.
  • 59 G. Schlumberger, Les sceaux des feudataires et du clergé de l’empire latin de Constantinople, Caen (...)

40Les fils du roi Jean de Brienne, ainsi que leurs descendants, passèrent toute leur vie au service des rois de France, sans cependant perdre de vue le rôle de la croisade. Leurs cousins de la branche aînée des Brienne, descendants d’Hugues Ier, paraissent être de moins en moins présents en Occident, où on ne les voit plus faire que quelques brefs séjours56, toute leur attention étant retenue par leurs possessions d’Italie du Sud et de Grèce franque57. Hugues de Brienne avait exercé la régence du duché d’Athènes pour son beau-fils Guy II. A la mort de celui-ci, sans enfants, en 1308, le problème de la succession se pose, à laquelle prétendent deux candidats, tous les deux cousins germains du défunt : Échive d’Ibelin, dame de Beyrouth et Gautier V, comte de Brienne. C’est ce dernier qui l’emporte, compte tenu de son sexe et de ses liens étroits avec la Morée58. Devenu duc d’Athènes en 1308, il meurt le 15 mars 1312, lors de la bataille du lac Copaïs qu’il livre contre les Catalans. Gaston Schlumberger a eu connaissance d’un fragment de sceau de cire de Gautier V, qui se trouvait alors dans les archives privées de la famille de Bauffremont59. Appendu au testament du duc, datant de 1312, il permettait de distinguer un cavalier allant à droite, l’épée à la main. Le caparaçon du cheval portait le lion sur champ de billettes, mais il n’y avait plus rien d’utile de la légende, si bien que l’on ne connaît pas les titres que Gautier V indiquait sur son sceau.

  • 60 Coll. de moulages, D 526 (Fig. 5).
  • 61 Comme nous l’avons dit plus haut, la fleur est, sur le sceau des dames, le symbole de la continuit (...)

41La sœur de Gautier, Agnès, a, elle, été mariée en Occident, puisqu’elle épouse Jean II, comte de Joigny. Son sceau60, une navette de 70 mm, la montre debout, voilée, tenant une quintefeuille dans la main droite61. Dans le champ, on voit deux écus, à droite celui de Joigny (une aigle), armes du mari, à gauche celui de Brienne, armes du père. Au revers, le contre-sceau montre, dans un encadrement gothique, un parti des écus de la face. Ce système n’est pas rare dans les sceaux de dames, qui portent souvent, accolées, les armes de leur père et celles de leur mari.

Fig. 5 - Sceau d’Agnès de Brienne, comtesse de Joigny, D 526. (Photo : Centre historique des Archives nationales)

42Le duché d’Athènes ne reste pas dans la famille de Brienne mais passe aux Catalans. Gautier VI, comte de Brienne, n’est plus que duc titulaire. Replié sur les seigneuries d’Argos et de Nauplie, il séjourne peu en Grèce, sauf lors de sa tentative de reconquête du duché, en 1331-1332. Après son échec, il tourne ses ambitions vers l’Italie, devenant en 1342 podestat de Florence. Il en est chassé dès l’année suivante, et regagne alors le royaume de France, où le roi Jean le Bon le nomme, en 1356, connétable de France, peu de temps avant qu’il ne meure sur le champ de bataille de Poitiers. La charge de connétable avait été exercée avant lui par ses cousins Raoul IV et Raoul V de Brienne (qui est également son beau-frère), ainsi que par son grand-père maternel, Gaucher V de Châtillon-Saint-Pol. La transmission de cette charge importante au sein d’une même famille est ici remarquable.

  • 62 Schlumberger, Les sceaux, cité supra n. 59, p. 23 ; Schlumberger, Chalandon, Blanchet, Sigillograp (...)
  • 63 Coll. de moulages, D 926 et Clairambault 350 ; Schlumberger, Les sceaux, p. 23-24 ; Schlumberger, (...)

43Les sceaux de Gautier VI qui nous sont parvenus sont décevants, compte tenu du rôle du personnage. Il est vrai qu’à cette époque la mode du grand sceau tend à disparaître au profit de celle des petits sceaux héraldiques, plus maniables. Gaston Schlumberger62 note cependant l’existence, aux Archives de Mons, d’un grand sceau de Gautier VI, fragmentaire, qu’il décrit comme « un type équestre aux armes des ducs d’Athènes », ce qui est bien vague. Faut-il comprendre qu’il s’agit des armes de Brienne ? Les seules empreintes qui nous sont parvenues sont celles du petit sceau de Gautier63, d’un diamètre de 26 mm, utilisé dès 1345 et jusqu’en 1351 au moins, alors qu’il n’est pas encore connétable de France, et qu’il n’est déjà plus podestat de Florence. On y voit, dans un encadrement circulaire à huit lobes, dans une arcature trilobée, un écu aux armes de Brienne. La légende en est: [SECRE]TUM G[ALT]ERI DUCI[S] A [THE] N[A]RU[M]. Le seul titre dont se prévaut Gautier VI est celui de duc d’Athènes : en réalité, le duché lui échappe depuis 1312 ! On ne voit aucune référence au comté de Brienne, titre qui se trouvait peut-être sur son grand sceau, trop fragmentaire pour pouvoir l’affirmer. On ne conserve pas de document qu’il aurait scellé en tant que podestat de Florence, encore que les recherches puissent être poursuivies dans ce domaine. Enfin, on ne conserve pas non plus son sceau comme connétable de France, dont il n’a peut-être même pas eu le temps de faire graver la matrice, puisqu’il n’a exercé cette charge que quelques mois. Il est donc intéressant de noter que le titre qui l’emporte est celui de duc d’Athènes, qui, à cette date, n’est plus qu’honorifique...

  • 64 Il existe un sceau d’un Jean de Brienne inconnu, que l’on n’arrive à rattacher à aucune branche de (...)

44Par testament, Gautier VI de Brienne transmet ses droits sur le duché d’Athènes à sa sœur Isabelle, femme de Gautier d’Enghien, ainsi que les comtés de Brienne, Lecce, Conversano, et les seigneuries d’Argos et de Nauplie. Ainsi s’éteint la dynastie des comtes de Brienne64, dont l’histoire, véritable épopée qui a duré quatre siècles, les a menés, depuis la Champagne, vers toutes les grandes entreprises issues des croisades : l’Orient latin, Chypre, la Grèce franque, l’Italie du Sud et du Centre...

45Leurs sceaux, en nombre conséquent, illustrent toutes les phases de cette tumultueuse aventure. On les voudrait parfois plus nombreux encore, plus riches de renseignements. Ils nous permettent cependant, dans une large mesure, de connaître les destinées, les ambitions, les prétentions, de cette dynamique aristocratie des xiie et xiiie siècles. Malgré leur petite taille, leur état de conservation parfois très médiocre, malgré le poids des conventions dans les symboles qu’ils utilisent, les sceaux sont un des documents les plus dignes de foi qui existent au Moyen Âge. En effet, les informations qu’ils contiennent (date, localisation, titres et armoiries du propriétaire, représentations écrites aussi bien que figurées), sont toujours exactes.

46La famille de Brienne attend toujours son historien (à l’exception toutefois des Brienne de Lecce et d’Athènes). Formons le vœu que l’étude de leurs sceaux permette une meilleure connaissance de ce lignage hors du commun.

Notes

1 Il est aussi attesté dans le manuscrit latin 5441-1 de la BNF, p. 388, dans un acte daté de 1147.

2 Une famille célèbre a souvent choisi le type équestre de chasse : la famille de Montfort. Voir en particulier le sceau de Simon IV, comte de Montfort (collections de moulages des Archives nationales, D 707).

3 A. Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne (dact.), 2, p. 34 ; coll. de moulages, Ch 49 ; P. Bony, Note sur les sceaux des comtes de Brienne dans la collection de Champagne (note manuscrite) ; ces deux ouvrages non publiés sont consultables au Service des Sceaux du Centre historique des Archives nationales.

4 La seigneurie de Ramerupt (Aube, arr. de Troyes) entre dans la famille de Brienne par le mariage d’Érard Ier, père de Gautier II, avec Adélaïde de Roucy, dame de Ramerupt, aux tournants des xie et xiie siècles.

5 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, cité supra n. 3, 2, p. 35 ; coll. de moulages, Ch 50.

6 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 35-36 ; coll. de moulages, Ch 51 et D 3359.

7 Sur cette question, bien connue, voir H. d’Arbois de Jubainville, Histoire des ducs et comtes de Champagne, s. 1„ 1859-1869, passim ; M.-A. Nielen, La succession de Champagne à travers les chartes d’Alix, reine de Chypre, La présence latine en Orient au Moyen Age, textes réunis par G. Brunel, avec la collaboration de M.-A. Nielen (Documents inédits des Archives nationales), Direction des Archives de France, Paris 2000.

8 Coll. de moulages, D 1568 et B 222.

9 L. CL. Douët d’Arcq, Collection de sceaux. Archives de l’Empire. Inventaires et documents, Paris 1863, 1, p. 505 ; A. Coulon, Inventaire des sceaux de la Bourgogne, Paris 1912, p. 44 ; coll. de moulages, D 1570 et B 223.

10 Douët d’Arcq indique, lui, la date de 1222. Coulon l’a relevé dans Inventaire des sceaux de la Bourgogne, cité note précédente, p. 44, indiquant « Douët d’Arcq met par erreur la date de 1222 ».

11 Anselme de Sainte-Marie (Père Anselme), Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, 6, Paris 1730, p. 140.

12 Ce sceau est également inventorié par Coulon, Inventaire des sceaux de la Bourgogne, cité supra n. 9, p. 59 ; coll. de moulages, B 322 et D 2489.

13 Il rappelle celui de Thibaud IV de Champagne. Voir coll. de moulages, S 2055 et D 572.

14 Coll. de moulages, D 1569 (Fig. 1).

15 Voir J.-L. Chassel, La Champagne et ses chevaliers au lion, Les sceaux, sources de l’histoire médiévale en Champagne, table ronde organisée par la Société française d’héraldique et de sigillographie, Troyes, 14 septembre 2003, à paraître.

16 Voir le sceau de Thibaud IV, ou le sceau de Jean de Joinville, coll. de moulages. S 2055 et S 2098bis.

17 Anselme de Sainte-Marie. Histoire généalogique, cité supra n. 11, p. 140.

18 Coll. de moulages, D 1571.

19 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 58-59 ; coll. de moulages, Ch 74.

20 Coll. de moulages, D 2311.

21 Il y aurait beaucoup à dire aussi sur les sceaux et les armes de la famille de Grandpré, apparentée à celle de Brienne. Leurs armes, un burelé au franc canton, rappellent parfois celles des Brienne, comme dans le sceau de Gérard, de 1341, qui reprend le lion sur le burelé. Ce burelé, si fréquent en Champagne, a peut-être été adopté par les Grandpré après le mariage d’Henri avec Isabelle de Brienne. Voir coll. de moulages. D 2309.

22 Voir Arbois de Jubainville, Histoire des comtes, cité supra n. 7.

23 Voir F. de Sassenay, Les Brienne de Lecce et d’Athènes, Paris 1869.

24 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 32-33 ; coll. de moulages, Ch 47.

25 Bony, Note sur les sceaux, cité supra n. 3.

26 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 33 ; coll. de moulages. Ch 48 et 48bis.

27 Voir par exemple les sceau et contre-sceau de Louis VII, roi de France, M. Dalas, Corpus des sceaux, les sceaux des rois et de régence, Paris 1991, p. 146-149 ; coll. de moulages. D 36 à 37bis.

28 Il existe aussi un dessin de ce sceau, dans le manuscrit latin 5480 de la BNF, p. 432, correspondant à un document non daté, mais confirmant une donation faite par « mon grand-père Gautier », et suivi d’un acte de surconfirmation de Gautier IV, rappelant toute sa généalogie, compatible avec nos hypothèses.

29 Contrairement à ce qui a pu être dit autrefois, par Sassenay en particulier, Jean de Brienne n’était probablement pas octogénaire quand il est devenu roi de Jérusalem. Voir sur cette question J. M. Buckley, The Problematical Octogenarianism of John of Brienne, Speculum 32, n° 2 (avril 1957), p. 315-322.

30 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 4, p. 14 ; coll. de moulages, Ch 1420 ; Bony, Note concernant les sceaux.

31 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 37 ; Bony, Note concernant les sceaux.

32 Coll. de moulages, D 1016.

33 G. Schlumberger, F. Chalandon, A. Blanchet, Sigillographie de l’Orient latin, Paris 1943, p. 13-14.

34 F. de Chandon de Briailles, Le droit de « coins » dans le royaume de Jérusalem, Syria 23, 1942-1943, p. 244-257.

35 Schlumberger, Chalandon, Blanchet, Sigillographie, cité supra n. 33, p. 173-174 ; coll. de moulages, D 11828 (Fig. 2).

36 Schlumberger, Chalandon, Blanchet, Sigillographie, p. 169-173 ; coll. de moulages, D 11827 et 11827bis.

37 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 37-38 ; coll. de moulages, Ch 53.

38 Saint Louis, lors de son séjour en Terre sainte, négocie la restitution de sa dépouille, qui fut rendue en 1251 à Marguerite de Risnel, sa cousine, dame de Sidon, qui la fit ensevelir à Acre, dans l’église des Hospitaliers. Voir Jean de Joinville, Vie de saint Louis, éd. J. Monfrin, Paris 1995, chap. 465 et 466.

39 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 38 ; coll. de moulages, Ch 54 et D 1017.

40 Sassenay, Les Brienne, cité supra n. 23.

41 Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 40.

42 L’aîné, Alphonse, mourut en 1270, de retour de la croisade de Tunis, et fut inhumé à Saint-Denis. Le plus jeune, Louis, dont nous ne parlerons pas ici, fut vicomte de Beaumont. Sa fille Marguerite épousa le dernier prince d’Antioche. Bohémond VII : les liens des Brienne avec les royaumes d’Outre-mer ne se sont jamais brisés.

43 Coll. de moulages, D 922.

44 Marie était fille de Raoul, seigneur d’Issoudun, lui-même petit-fils d’Hugues VIII de Lusignan. La grand-mère de Marie, Alix, avait apporté le comté d’Eu.

45 Coll. de moulages, D 923.

46 F. Eygun, Sigillographie du Poitou, Poitiers 1938, p. 204 et n° 308; W. de gray Birch, Catalogue of seals in the department of manuscripts in the British Museum, 5, Londres 1898, n° 18162, p. 150.

47 Coll. de moulages, D 275 (Fig. 3).

48 H. Pinoteau, L’héraldique de saint Louis et de ses compagnons, Les Cahiers nobles 27, 1966. p. 30-32.

49 P. Bony, Le gisant en marbre noir de Saint-Denis : les signes symboliques de l’impératrice Marie de Brienne, Revue française d’héraldique et de sigillographie 54-59. 1984-1989, p. 91-110.

50 Sur ces gisants, dont l’un, celui de Marie de Brienne, est maintenant dans la basilique de Saint-Denis, voir Bony, Le gisant, cité note précédente, et Id., Pour le tombeau d’une impératrice. Annales de l’Académie des Lettres et des Arts du Périgord 87, janv.-mars 1982, p. 8-13.

51 Celle-ci, comme on l’a vu plus haut, est amputée, mais la présence du mot filii permet de la reconstituer, et d’affirmer qu’elle est identique à celle du sceau de Jean, à l’exception du prénom et du titre.

52 Coll. de moulages, D 924 et 924bis ».

53 On ne conserve pas le sceau d’Henri II. Celui de sa fille et héritière, Alix, femme de Raoul de Lusignan, adopte les armes du mari (burelé au lambel, avec ici sept et non cinq pendants). Coll. de moulages, D 919.

54 Coll. de moulages, D 925 (Fig. 4) et 925bis.

55 Coll. de moulages, D 1018. Douët d’Arcq, dans Collection de sceaux, décrit par erreur ce sceau comme étant celui de Gautier VI de Brienne, ce que la légende dément catégoriquement.

56 Témoin en particulier leur désengagement vis-à-vis de la commanderie de Beauvoir. Voir K. Polejowski, Les comtes de Brienne et l’ordre teutonique (xiiie-xive siècles), La vie en Champagne, nouvelle série, n° 32, oct.-déc. 2002, p. 4-8.

57 Sur le rôle des Brienne en Grèce franque, voir Sassenay, Les Brienne ; A. Bon, La Morée franque. Recherches historiques, topographiques et archéologiques sur la principauté d’Achaïe (1205-1430), 2 vol. , Paris 1969 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 213).

58 Voir Bon, La Morée, cité noté précédente, p. 186 et passim.

59 G. Schlumberger, Les sceaux des feudataires et du clergé de l’empire latin de Constantinople, Caen 1898, p. 22-23 ; Schlumberger, Chalandon, Blanchet, Sigillographie, p. 196-197.

60 Coll. de moulages, D 526 (Fig. 5).

61 Comme nous l’avons dit plus haut, la fleur est, sur le sceau des dames, le symbole de la continuité dynastique.

62 Schlumberger, Les sceaux, cité supra n. 59, p. 23 ; Schlumberger, Chalandon, Blanchet, Sigillographie, p. 197.

63 Coll. de moulages, D 926 et Clairambault 350 ; Schlumberger, Les sceaux, p. 23-24 ; Schlumberger, Chalandon, Blanchet, Sigillographie, p. 197.

64 Il existe un sceau d’un Jean de Brienne inconnu, que l’on n’arrive à rattacher à aucune branche de la famille. Ce personnage, chevalier, garde des foires de Champagne et de Brie, porte, sur un sceau appendu à un document de 1286, un écu au chef, chargé d’un lion couronné brochant sur le tout, sommé d’une palmette, accosté de deux faucons adossés ; au contre-sceau, un écu parti de Champagne et de Navarre. On reconnaît aisément le lion de Brienne, mais dans l’état actuel des recherches, il n’est pas possible de dire à quelle branche appartient ce personnage. Voir Coulon, Inventaire des sceaux de la Champagne, 2, p. 39 ; coll. de moulages, Ch 55.

Table des illustrations

Titre Tableau généalogique des comtes de Brienne
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Légende Fig. 1 - Sceau d’Érard de Brienne, seigneur de Ramerupt, D 1569. (Photo : Centre historique des Archives nationales)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Légende Fig. 2 - Sceau de Marie de Brienne, impératrice de Constantinople, D 11828. (Photo : Centre historique des Archives nationales)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3981/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 3 - Sceau de Jean de Brienne, bouteiller de France, D 275 (Photo : Centre historique des Archives nationales)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3981/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 4 - Sceau de Raoul IV de Brienne, connétable de France, D 925. (Photo : Centre historique des Archives nationales)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3981/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 5 - Sceau d’Agnès de Brienne, comtesse de Joigny, D 526. (Photo : Centre historique des Archives nationales)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3981/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 322k

Auteur

Archives nationales

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

Offert par