Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Les croisades dans la Chronique universelle de Bar Hebraeus

Françoise Micheau

Texto completo

1Me souvenant des premières années de ma longue collaboration universitaire avec Michel Balard, alors qu’auprès de Claude Cahen nous commentions des extraits d’auteurs grecs et arabes relatifs aux croisades, j’ai choisi de m’intéresser, dans ce volume d’hommage, à l’un de ces chroniqueurs orientaux. Bar Hebraeus, et à la place qu’il accorde à la geste des Francs en Orient.

  • 1 Bar Hebraeus est la forme occidentale du nom syriaque Bar Ἑbhrāyā, correspondant à l’arabe Ibn al- (...)
  • 2 Les principaux éléments biographiques sont fournis par Bar Hebraeus et complétés par son frère. Il (...)

2Ce grand prélat et savant de l’Eglise jacobite syriaque, connu en arabe sous le nom d’Abū l-Farağ Ibn al-Ἱbrī, mais souvent appelé en Occident Bar Hebraeus1, offre en effet un intérêt certain. Né à Malatya en 1225 d’un père médecin, il commença jeune une carrière ecclésiastique d’abord comme évêque de Gūbbāš puis de Laqabbīn, cités proches de Malatya, ensuite comme métropolite d’Alep en 12532. Il devait accéder en 1264 à la haute fonction de maphriān, c’est-à-dire patriarche de l’Église jacobite orientale, ce qui le conduisit à beaucoup voyager en Mésopotamie en des temps troublés et à séjourner à la cour mongole de Marāga où il mourut en 1286.

  • 3 J.-M. Fiey, Esquisse d’une bibliographie de Bar Hébraeus († 1286), Parole de l’Orient 13, 1986, p. (...)

3Sa bibliographie, longue de trente et un titres selon la liste établie par son frère, relève tout à la fois des domaines de l’histoire, de la théologie, de la philosophie, de la médecine, de l’astronomie, de la grammaire, des Belles-Lettres3. Fait notable. Bar Hebraeus rédige le plus souvent en syriaque, ou traduit des traités de philosophie et de médecine d’arabe en syriaque, mais il recourt aussi à l’arabe, soit pour écrire directement dans cette langue, soit pour établir des versions arabes de quelques-uns de ses propres ouvrages syriaques. Son activité de prélat et sa production d’écrivain se rejoignent dans un même dessein : conforter la communauté syriaque, enrichir son patrimoine intellectuel, maintenir sa place dans l’espace proche-oriental.

  • 4 Éd. et trad. latine P. J. Bruns et G. G. Kirsch, 2 vol., Leipzig 1789. Nouvelle éd. P. Bedjan, Par (...)
  • 5 Éd. et trad. latine J. B. Abbeloos et Th. J. Lamy, Chronicon ecclesiasticum, 3 vol. , Paris-Louvai (...)
  • 6 Les manuscrits portent différents titres, al-Muḫtaṣar fi l-duwal, Muḫtaṣar al-duwal, ou encore Ta’ (...)
  • 7 Éd. trad. latine E. Pocock, Historia compendiosa dynastiaritm. Oxford 1663, suppl., 1672. Trad. al (...)

4Le grand ouvrage historique de Bar Hebraeus est une « chronique », rédigée en syriaque et organisée, selon une tradition qui remonte à Eusèbe de Césarée, en deux ensembles indépendants : une chronique universelle profane, communément désignée sous le nom de Chronicon Syriacum ou Chronique syriaque4, et une chronique ecclésiastique, elle-même scindée en deux parties, la première traitant des patriarches de l’Église jacobite occidentale, la seconde de l’Église jacobite orientale 5. Bar Hebraeus a, par ailleurs, rédigé en langue arabe une chronique universelle abrégée, intitulée Muḫtaṣar ta’rīḫ al-duwal6 (« Abrégé de l’histoire des dynasties ») connue très tôt en Occident grâce à l’orientaliste anglais Edward Pocock7.

  • 8 Plus précisément, onze dynasties dans le Chronicon syriacum et dix dans le Muḫtaṣar qui joint au c (...)
  • 9 Appelés Huns dans la Chronique syriaque et Tatars dans le Muḫtaṣar.
  • 10 Voir F. Micheau, Le Kāmil d’Ibn al-Aṭīr, source principale de l’Histoire des Arabes dans le Muḫtaṣ (...)
  • 11 Le problème du lectorat auquel était destiné cet ouvrage n’est pas résolu. Bar Hebraeus ne fournit (...)
  • 12 Je laisse ici de côté l’étude de la chronique ecclésiastique où l’on pourrait pourtant relever des (...)

5Ces deux chroniques universelles, la syriaque et l’arabe, présentent un plan similaire qui divise l’histoire en onze dynasties, ou empires8 : 1– les patriarches, d’Adam à Moïse. 2– les juges, de Josué à Samuel. 3– les rois des Israélites. 4– les rois des Chaldéens. 5– les rois des Mèdes. 6– les rois des Perses. 7– les rois des Grecs païens. 8– les rois des Romains. 9– les rois des Grecs christianisés. 10– les rois des Arabes. 11– les rois des Mongols9, ces deux dernières parties étant de loin les plus importantes puisqu’elles représentent les quatre cinquièmes de l’ensemble. Mais la matière historique se révèle, d’une manière générale, beaucoup moins riche dans le Muḫtaṣar que dans le Chronicon et, pour l’histoire des croisades, particulièrement mince. Les passages traitant des Francs sont peu nombreux et intégralement puisés à une œuvre unique, l’histoire universelle, ou al-Kāmil fī l-ta’rīḫ d’Ibn al-Aṯīr10. Ils ne présentent donc qu’un faible intérêt historique, mais laissent à penser que Bar Hebraeus, lorsqu’il rédigea cet abrégé, ne cherchait en rien à faire œuvre originale11. Il en va tout autrement de la Chronique syriaque qui offre un récit ample et complexe, puisé à des sources diverses dont il convient de faire une analyse aussi précise que possible pour conclure à la place que Bar Hebraeus accordait aux croisades et aux Francs dans sa vision de l’histoire des Arabes12.

  • 13 À l’exclusion des passages relatifs à l’histoire du royaume arménien de Cilicie (sauf dans ses rel (...)
  • 14 Chronography, p. 2. Sur les sources de Bar Hebraeus, voir la présentation très générale de Y. M. I (...)
  • 15 Au sujet de la remise de Malatya à Dānišmend, Bar Hebraeus recopie le récit de Michel le Syrien, q (...)

6Le tableau ci-après, dans lequel j’ai indiqué tous les passages de la Chronique syriaque relatifs à l’histoire des croisades et des États latins13, montre que ceux-ci relèvent d’un mode d’écriture historique que l’on peut désigner sous le terme de « compilation annalistique ». En effet, Bar Hebraeus, comme il le dit lui-même dans l’introduction, s’est appuyé sur les nombreux ouvrages, arabes et persans, que lui offrait la bibliothèque de Marāġa14. Sa chronique se présente comme une sélection de récits puisés à diverses sources, syriaques et arabes, sans que les auteurs utilisés soient mentionnés, et juxtaposés par ordre chronologique, selon un double système : l’année qu’il appelle des Grecs, c’est-à-dire l’ère des Séleucides utilisée par les auteurs syriaques, et l’année qu’il appelle des Arabes, c’est-à-dire l’année hégirienne, sans que l’emploi de l’un ou l’autre de ces computs soit lié à la source utilisée15. Néanmoins il ressort également de ce tableau que le traitement de la geste des Francs en Orient est très inégal selon les périodes, et ce pour des raisons qu’il est peut-être possible d’élucider en référence aux sources dont Bar Hebraeus disposait et au contexte dans lequel il écrivait. On peut distinguer trois grands ensembles : le xiie siècle jusqu’aux interventions de Nūr al-Dīn en Égypte, le règne de Saladin, et le xiiie siècle.

  • 16 Il en est ainsi du traitement des croisades dans la plupart des chroniques arabes, voir sur ce poi (...)
  • 17 Chronography, p. 1. Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche de 1169 à 1199, rédigea en la (...)
  • 18 « Bien que je me sois référé à cinq ouvrages arabes différents, je n’ai trouvé ce fait mentionné d (...)
  • 19 « Ce qui est exact c’est que les Francs prirent Ascalon en l’année 548 des Arabes, qui correspond (...)
  • 20 Il est même quelques cas où le texte syriaque du Chronicon a permis à Chabot de suppléer les lacun (...)

7Pour la période allant de la première croisade à l’avènement de Saladin, Bar Hebraeus traite principalement l’histoire de la Syrie, de la Haute-Mésopotamie et de l’Irak (en particulier les relations complexes entre califat et sultanat). De nombreux passages de cette relation annalistique fragmentée se rapportent aux Francs, acteurs parmi d’autres du jeu politique de l’heure16. Ces pages sont puisées d’une part chez Michel le Syrien, d’autre part chez des chroniqueurs arabes. Bar Hebraeus souligne dès l’introduction sa dette à l’égard de Michel le Syrien qu’il appelle Mār Michel17 et il y fait explicitement référence à plusieurs reprises, soit pour en souligner l’originalité, ainsi à propos du tribut versé par Damas après l’échec du siège de la ville par les troupes de la seconde croisade18, soit pour en relever les erreurs notamment chronologiques, par exemple à propos de la date de la prise d’Ascalon19. Les emprunts à Michel le Syrien sont aisément repérables, que Bar Hebraeus le recopie textuellement20, ou qu’il le reprenne en l’allégeant notamment des jugements moraux et des explications théologiques, ou encore qu’il le résume. Mais Bar Hebreaus est loin de reprendre toute l’information fournie par son prédécesseur, et il est malaisé de comprendre ses choix : certains épisodes sont retenus, alors que l’historien d’aujourd’hui les considérera volontiers comme très secondaires, d’autres au contraire sont omis, alors qu’ils seraient nécessaires à une bonne compréhension de l’enchaînement historique.

  • 21 Voir n. 18.
  • 22 Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil fi l-ta’rīḫ éd. C. J. Tornberg, Ibn-al-Athiri chronicon quod perfectissimum (...)
  • 23 Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, cité note précédente, année 504, X, p. 338 ; RHC Or., I, p. 279. De son côt (...)
  • 24 Chronography, p. 244.
  • 25 Cl. Cahen avait déjà souligné dans sa thèse, La Syrie du Nord à l’époque des croisades et la princ (...)
  • 26 Notamment Abu Šāma, Kitāb al-Rawḍataynfi aḫbār al-dawlatayn, éd. Le Caire 1287-1292H/1871-1875. No (...)
  • 27 Chronography, p. 244. Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, année 504, X, p. 338-339; RHC Or., I, p. 279.
  • 28 Ibn al-Furāt, Ta’riḫ, cité supra n. 25, 1, fol. 48r. Voir la traduction de ce passage dans A.-M. E (...)
  • 29 Ce gentilhomme syrien passé au service des Francs rédigea une histoire de la première croisade et (...)
  • 30 Par exemple, le récit de l’hommage prêté par la veuve de Kogh Vâsil à Aq-Sunqur al-Bundārī où Bar (...)
  • 31 Sous l’année 515/1121-2 (Chronography, p. 249), Bar Hebraeus raconte qu’Īlġāzī, le prince artukide (...)
  • 32 Voir à ce sujet A.-M. Eddé, Sources arabes des xiie et xiiie siècles d’après le dictionnaire biogr (...)

8Les sources arabes sont, quant à elles, difficiles à identifier. Dans le passage déjà évoqué à propos du tribut versé par Damas21, Bar Hebraeus dit explicitement avoir consulté cinq ouvrages arabes. Que n’a-t-il donné leur titre ! La comparaison avec l’histoire universelle rédigée par Ibn al-Aṯīr à Mossoul au début du xiiie siècle22 montre des parentés certaines, tout en laissant à penser que Bar Hebraeus n’a pas utilisé directement le célèbre chroniqueur, mais plutôt les mêmes sources que lui, car il donne parfois des précisions qu’Ibn al-Aṯīr n’a pas jugé bon de conserver. Le passage relatif au début de l’année 1111 en fournit deux preuves peu discutables. La première porte sur le montant du tribut versé par Riḍwān à Tancrède : alors qu’Ibn al-Aṯīr écrit « 32 000 pièces d’or sans compter les chevaux et les étoffes23 », Bar Hebraeus indique « 32 000 pièces d’or, 20 chevaux arabes et 40 balles d’étoffe de luxe24 ». Cette précision se trouve sous la plume d’Ibn Abī Ṭayyi’, historien shi’ite d’Alep dont malheureusement l’importante chronique n’a pas été conservée mais, faible et utile compensation, est citée largement par Ibn al-Furāt25 et, plus épisodiquement, par d’autres auteurs du xiiie siècle26. La seconde est relative au pillage de navires marchands égyptiens par des Génois. Là encore Bar Hebraeus fournit plus de détails qu’Ibn al-Aṯīr qui, pour sa part, ne parle que de Francs (et non de Génois) et se contente d’évoquer un important butin27. C’est de nouveau sous la plume d’Ibn Abī Ṭayyi’ que l’on trouve des renseignements analogues à ceux fournis par Bar Hebraeus28. Il est impossible de savoir si Bar Hebraeus a eu entre les mains la chronique d’Ibn Abi Ṭayyi’, qu’il aurait pu se procurer à Alep, ou s’ils utilisent l’un et l’autre une source commune, par exemple le fameux ouvrage de Hamdān ibn Ἁbd al-Raḥīm29. En bien des passages, Bar Hebraeus apparaît indépendant d’Ibn al-Aṯīr, ou apporte des précisions inédites30, ou encore, dans de rares cas, relate des épisodes curieux bien éloignés de l’historiographie connue31. Le travail de compilation, qui fut celui de l’historien syriaque, montre, si besoin était, la richesse et la complexité de l’historiographie arabe du xiie siècle, et notre méconnaissance de nombre de ses productions32.

  • 33 Pour reprendre l’expression de Cl. Cahen, Al-Makīn Ibn al-Ἁmīd et l’historiographie musulmane : un (...)

9Le recours à des sources d’origines diverses et multiples caractérise l’œuvre historique de Bar Hebraeus comme de bien des chroniqueurs orientaux. Il relève moins d’une « interpénétration confessionnelle33 » que de l’appartenance au même espace culturel : qu’ils soient chrétiens ou musulmans, qu’ils écrivent en syriaque ou en arabe, ces historiens orientaux partagent la même conception de l’histoire entendue comme la consignation, chronologiquement ordonnée, de récits juxtaposés.

  • 34 Encore que celui-ci s’appuyait de manière évidente sur une relation arabo-musulmane comme le suggè (...)
  • 35 Éd. C. de Landberg, Leyde 1888 ; trad. française H. Massé, Conquête de la Syrie et de la Palestine (...)
  • 36 Al-Bundārī, Sanā Barq al-Šāmī, éd. F. al-Nabarāwī, Le Caire 1979. Abu Šāma, Kitāb al-Rawḍatayn, ci (...)
  • 37 Chronography, p. 308. Pour le parallèle dans Ἱmād al-Dīn, voir Richter-Bernburg, Der syrische Blit (...)
  • 38 D’après Abū Šāma, Kitāb al-Rawḍatayn, II, 1, p. 253 ; RHC Or., IV, p. 268.
  • 39 Encore qu’Abū Šāma rapporte, mais de manière différente, une députation des Francs auprès de Salad (...)

10A partir des années 1160-1170, lorsque l’Egypte devient l’enjeu d’une âpre rivalité entre Amaury, roi de Jérusalem, Nūr al-Dīn, prince de Syrie, et Šāwar, vizir fatimide, la Chronique syriaque est centrée sur la geste de Saladin et on y trouve tout naturellement de longues pages sur les guerres menées par le sultan contre les Francs, sur la grande campagne de 1187 et la reconquête de Jérusalem, sur la troisième croisade et la reprise d’Acre. Si les débuts de cette épopée, notamment la relation des expéditions d’Amaury en Egypte, sont encore empruntés à Michel le Syrien34, on relève ensuite une certaine parenté entre la chronique de Bar Hebraeus et les deux ouvrages de Ἱmād al-Dīn al-Iṣfahānī, le célèbre biographe du sultan : al-Fatḥ al-qussī fi l-fatḥ al-Qudsī et surtout al-Barq al-Šāmī. Le premier est conservé et facile à consulter35, mais le second n’est plus accessible que dans le résumé établi au xiiie siècle par al-Bundārī et surtout dans les larges extraits cités par Abū Šāma36. Ἱmād al-Dīn a été largement utilisé par tous les chroniqueurs qui ont traité du règne de Saladin, à commencer par Ibn al-Aṯīr et Abū Šāma, et il est impossible de déterminer par quelle voie Bar Hebraeus a eu accès au texte original. En tout cas, il le connaissait fort bien comme le montrent nombre de détails qu’il lui emprunte. Par exemple, celui-ci : après avoir relaté la défaite subie par Saladin à Montgisard, Bar Hebraeus introduit, avec la formule classique marquant une citation (« Le chroniqueur dit »), l’évocation pittoresque, empruntée à Ἱmād al-Dīn, de la manière dont ce désastre a été annoncé au Caire par les crieurs publics pour laisser croire à une victoire37. Ou encore celui-là : à propos du combat singulier qui opposa un champion de chaque camp à l’ouverture de la bataille de Hiṭṭīn, Bar Hebraeus donne le nom du héros musulman, un certain Manġūras, détail que l’on trouve seulement dans al-Barq al-Šāmī38. En revanche, la provenance d’autres passages, où Bar Hebraeus semble original, comme la démarche entreprise par les Francs en 1174 auprès de Saladin pour dénoncer ses ambitions à l’égard d’Alep39 ou le rôle important accordé au roi Guy de Lusignan lors de la reddition d’Ascalon, reste à établir.

  • 40 Éd. G. al-D. Šayyāl, Le Caire 1964. Dans les notes ci-après comme dans le tableau, les références (...)

11Saladin bénéficia, comme on le sait, de deux grands biographes, le chancelier Ἱmād al-Dïn al-Isfahānī, et le cadi Bahā’ al-Dīn Ibn Šaddād. Celui-ci, entré au service du sultan en 1188, a rédigé les Nawādir al-sulṭāniyya wa l-mahāsin al-Yūsufiyya40 en s’appuyant, pour les années qui précèdent 1188, sur des relations de seconde main, et ensuite sur sa propre observation. Cette dernière partie constitue bien évidemment un témoignage de grand intérêt, d’autant que, malgré son admiration pour le sultan qu’il a côtoyé et servi, son récit reste plus mesuré que celui de Ἱmād al-Dīn alṣfahānī. Or c’est précisément cet ouvrage que Bar Hebraeus utilise – directement ou non – pour les dernières années du règne de Saladin, notamment pour la longue relation du siège d’Acre et des pourparlers entre Francs et musulmans. L’historien d’aujourd’hui ne peut qu’admirer cette connaissance des sources arabes, cette capacité à suivre, du moins dans ce cas, celle qui semble la meilleure, même s’il regrette par là-même l’absence de référence.

  • 41 Chronography, p. 340.
  • 42 Voir l’article Karāḳûsẖ (M. Sobernheim) dans EI2.

12Une anecdote plaisante, relative à la rançon demandée par les Francs à deux prisonniers d’Acre, confirme, si besoin était, cette familiarité du prélat syriaque avec la littérature arabe. L’histoire met en scène Qarāqūš, un fonctionnaire important de l’entourage de Saladin, que l’on voit ici exigeant de payer non pas huit dinars comme les Francs le lui demandaient, mais trente dinars comme Ibn Mašṭūb. Et Bar Hebraeus ajoute : « Il y a d’autres histoires à son sujet du même genre. Un poète a composé un livre entier sur Qarāqūš qui a été publié après sa mort41. » De fait, ce dignitaire est curieusement passé à la postérité comme prototype de la bêtise, et nombre d’anecdotes rapportant des jugements absurdes ont été rassemblées dans un ouvrage intitulé Kitāb al-Fāšūš fi ahkam Qarāqūš, dont il existe plusieurs manuscrits mais dont l’origine reste incertaine42.

  • 43 Chronography, p. 336. Et la date qu’il donne, 7e mois de l’année 587 des Arabes (25 juillet-23 aoû (...)

13D’une manière générale, Bar Hebraeus se fait l’écho d’une tradition historiographique arabo-musulmane, dont on sait la place qu’elle a accordée à la geste de Saladin. Le chroniqueur syriaque l’écrit lui-même : « Nous avons décrit un peu longuement cette conquête [il s’agit de la reprise d’Acre par les croisés et du massacre des prisonniers musulmans] parce qu’elle est célèbre chez les Arabes et qu’ils ont écrit des ouvrages entiers sur les tribulations que les Arabes ont alors endurées du fait des Francs43. » Le message est clair : l’histoire de la troisième croisade - qui n’est évidemment pas désignée comme telle – appelait ces longs développements parce qu’elle est importante aux yeux des Arabes.

  • 44 Chronography, p. 325 et Michel le Syrien, 3, p. 404.

14Cette Chronique syriaque, qui semble s’inscrire pleinement dans les cadres d’une historiographie arabo-musulmane, n’en reste pas moins sensible à des préoccupations propres aux communautés chrétiennes d’Orient. Tout comme Michel le Syrien, mais de manière plus discrète, Bar Hebraeus n’hésite pas à rappeler leurs malheurs, et à se faire ainsi l’écho des tribulations de son Église. Relatant très rapidement les chevauchées victorieuses de Saladin durant l’été 1187, il insère dans un récit proche des sources arabes cette phrase empruntée à Michel le Syrien : « Il est impossible de décrire les outrages, les injures et les insultes que les chrétiens qui vivaient sous la domination des Arabes eurent alors à subir44. »

  • 45 Ἱmād al-Dīn, Conquête de la Syrie, cité supra n. 34, p. 29. Voir aussi Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, XI, (...)
  • 46 Chronography, p. 327. On trouve la mention des quatre desservants chrétiens dans Abū Šāma (d’après (...)

15Par ailleurs, Bar Hebraeus passe sous silence certains épisodes, présents dans les sources arabes dont il est proche, et cela pour des raisons qui ne sont peut-être pas anodines. Alors qu’il rapporte longuement les péripéties de la bataille de Hiṭṭin, il omet la prise de la vraie Croix dont Ἱmād al-Dīn al-Iṣfahānī et, à sa suite, Ibn al-Aṯīr et Abū Šāma, ont pourtant souligné que ce fut pour les Francs « un terrible malheur45 ». Peut-on penser que Bar Hebraeus a préféré taire un épisode qui renvoie à la vénération de la croix par les chrétiens, alors que cette pratique est un argument constamment répété de la polémique musulmane anti-chrétienne ? De même, Bar Hebraeus n’accorde aucune place dans sa chronique aux mesures prises par Saladin pour rendre à l’islam les lieux de culte de la ville de Jérusalem au lendemain de sa reconquête. En revanche, il n’omet pas de rapporter que le sultan laissa quatre moines francs dans l’église de la Résurrection et que peu après ce fut le patriarche grec qui en reçut la charge46. Bar Hebraeus a-t-il voulu mettre de côté un sujet de discorde en minimisant les conséquences, pour les communautés chrétiennes, du retour de la Ville sainte aux musulmans ?

  • 47 Chronography, p. 357-359. Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, XII, p. 127-128, RHC Or., II, p. 92-95.
  • 48 Voir Chronography, p. 370 (entrée à Antioche de Léon qui fait prince son neveu Raymond Roupen et c (...)

16Après la mort de Saladin, la Chronique syriaque devient rapidement bien peu prolixe quant à l’histoire des croisades et des États latins. Pour les trois premières décennies du xiiie siècle, Bar Hebraeus peut encore recourir à Ibn al-Aṯīr (dont l’histoire universelle court jusqu’à l’année 628/1230-1) lui empruntant notamment le récit de la prise de Constantinople en 120447. Il semble utiliser par ailleurs une source syriaque ou nord-mésopotamienne que je n’ai pu identifier, qui lui a fourni des récits différents, parfois plus détaillés, que ceux jusqu’ici connus pour les rapports entre Antioche et la Cilicie arménienne48.

  • 49 On sait l’intérêt que présente la Chronique syriaque pour l’histoire de la conquête mongole et plu (...)
  • 50 Chronography, p. 371. Voir Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, XII, p. 213 ; RHC Or., II, p. 119-120.
  • 51 Chronography, p. 415. Voir A.-M. Eddé, Saint Louis et la Septième croisade vus par les auteurs ara (...)

17À partir des années 1230, la geste des Francs sort de l’horizon historique de Bar Hebraeus. Sans doute parce que l’historien ne dispose plus de l’appui des sources arabes qu’il a jusque-là utilisées, mais surtout parce que sa chronique s’organise désormais autour de la geste des Mongols49. L’inquiétude qu’Ibn al-Aṯīr exprime en un passage célèbre sous l’année 614/1217-1218 reparaît dans une formulation très proche chez Bar Hebraeus : « Cette année-là la crainte saisit les Arabes, non seulement du fait des Francs, qui étaient venus de l’ouest, mais plus encore du fait des Tatars, qui ont surgi de l’est, sont venus jusqu’à Hamaḏān, l’Azerbaïdjan et Arrān, commettant de terribles atrocités dans toute la Perse50. » On peut penser que les deux chroniqueurs reflètent un sentiment largement partagé parmi les habitants du Proche-Orient, celui qu’à une menace - celle des Francs venus de l’Occident - succède une autre menace autrement plus grave - celle des Mongols venus de l’Orient. Quoi qu’il en soit, les quelques pages éparses de la dernière partie de la Chronique syriaque semblent relever d’informations circulant à la cour mongole, et qui ne sont pas toujours fiables, du moins telles qu’elles nous sont parvenues. Ainsi, pour le récit de la septième croisade. Bar Hebraeus est le seul auteur oriental à mentionner que la reine Marguerite a donné naissance à un fils à Damiette durant l’emprisonnement du roi Louis IX. Mais il ajoute qu’à cette occasion le sultan al-Mu‘aẓẓam fit envoyer de somptueux cadeaux à la reine, ce qui est peu probable. De surcroît il affirme qu’al-Mu‘aẓẓam libéra saint Louis contre le gré des émirs de son père, ce qui lui valut d’être exécuté, alors que ce sont les mamelouks Bahriyya, mécontents de voir al-Mu‘aẓẓam les écarter du pouvoir au profit de ses propres mamelouks, qui commirent cet assassinat51.

  • 52 Voir notamment Ph. K. Hitti, The Impact of the Crusades on Eastern Christianity, Medieval and Midd (...)
  • 53 Ce qui lui est parfois reproché, voir notamment J. B. Segal, Syriac chronicles as a source materia (...)

18De cette lecture, qui met en valeur les matériaux utilisés par Bar Hebraeus, se dégage l’impression qu’il ne porte pas sur les relations militaires entre Francs et musulmans un point de vue différent de celui qu’expriment les chroniques arabes. Ce qui n’exclut pas, ci et là, l’expression des préoccupations de ce prélat sensible aux intérêts propres de sa communauté. Or, si les historiens contemporains ont diversement jugé l’attitude des chrétiens d’Orient à l’égard des Francs52, la plupart soulignent que les jacobites, qui n’ont guère été lésés par la création des États latins, ont perçu leur sort comme lié à celui des croisés et notent que les deux communautés ont entretenu des relations plutôt cordiales, ce que refléterait l’historiographie syriaque. Or, Bar Hebraeus, parce qu’il vivait sous la domination mongole dans la seconde moitié du xiiie siècle, ne participe guère d’une telle vision des événements. Il semble bien davantage partager avec ses contemporains chrétiens et musulmans le sentiment d’un destin commun aux populations du Proche-Orient et une conception théophanique de l’histoire où Dieu est le maître des victoires et des défaites. Son style narratif, volontiers impersonnel53, le conduit à rapporter avec autant de détachement les succès des croisés et ceux des musulmans. La geste des Francs est intégrée à celle des souverains de Syrie, sans que ces acteurs nouveaux suscitent solidarité ou hostilité. Seuls les Byzantins - lorsque Bar Hebraeus reprend Michel le Syrien - font parfois l’objet de jugements dépréciatifs. Dans la perspective d’une histoire communautaire, destinée à enseigner et à conforter les chrétiens syriaques, croisades et croisés ne jouent pas de rôle particulier. Écrivant en une région et à une époque où les Francs ne représentent plus une véritable menace pour les territoires de l’Islam ni un possible soutien pour les communautés chrétiennes d’Orient comme au temps de Michel le Syrien, Bar Hebraeus n’avait sans doute guère de raison d’apporter une opinion personnelle sur les Francs, à l’égard desquels il n’exprime aucune fraternité confessionnelle. Si les chrétiens latins d’hier, comme certains Occidentaux d’aujourd’hui, ont parfois pensé que les chrétientés orientales auraient pu jouer un rôle d’intermédiaires entre Orient musulman et Occident chrétien, l’œuvre historique de Bar Hebraeus montre que, du moins au xiiie siècle et pour l’Église syriaque, il n’en fut rien.

Les croisades dans la Chronique syriaque

Les croisades dans la Chronique syriaque

a. La mention des événements rapportés par Bar Hebraeus dans le Chronicon Syriacum est suivie du renvoi à l’un de ces ouvrages de référence : Cl. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, Paris 1940 ; J. Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, 2 vol. , Paris 1975 ; J.-M. Mouton, Damas et sa principauté sous les Saldjoukides et les Bourides. 468-5491 1076-1154, Le Caire 1994.
b. L’indication de l’année suit le double système adopté par Bar Hebraeus, année des Grecs, ou ère des Séleucides (G), et année des Arabes, ou ère hégirienne (A), la concordance dans le calendrier julien est indiquée ensuite. Pour l’année des Grecs, la date donnée est à lire du 1er octobre de l’année précédente au 30 septembre de l’année indiquée. Exemple 1413 G correspond à 1er octobre 1101-30 septembre 1102. Voir V. Grumel, La chronologie. Paris 1958 (Traité d’études byzantines 1). p. 210.
c. La pagination renvoie à la traduction anglaise de E. A. W. Budge. The Chronography of Gregory Abu l-Faraǧ the son of Aaron. Londres 1932, vol. 1.
d. Les abréviations renvoient aux sources citées dans l’article. MS = Michel le Syrien, cf. n. 17 ; IA = Ibn al-Aṯīr, cf. n. 22 ; IAT = Ibn Abī Ṭayyi’ ; IF = Ibn al-Furāt, cf. n. 25 ; AŠ = Abū Šāma. cf. n. 26 ; IQ = Ibn al-Qalānīsī. cf. n. 23 ; ID = Ἱmād al-Dīn al-Iṣfahānī. cf. n. 35 ; ID dans AŠ = citations d’al-Barq al-Šāmī dans Abū Šāma, Kitāb al-Rawḍatayn ; IŠ = Bahā’ al-Dīn Ibn Šaddād, cf. n. 40.

Notas

1 Bar Hebraeus est la forme occidentale du nom syriaque Bar Ἑbhrāyā, correspondant à l’arabe Ibn al-Ἱbri, qui est une nisba géographique (al-Ἱbr est une localité sur la rive occidentale de l’Euphrate) et nullement une marque d’ascendance juive.

2 Les principaux éléments biographiques sont fournis par Bar Hebraeus et complétés par son frère. Ils ont été rassemblés par E. A. W. Budge dans la préface de sa traduction de la Chronique syriaque (citée infra n. 4). Voir aussi G. Graf, Geschichte der christlichen arabischen Literatur, 2. Die Schriftsteller bis zur Mitte des 15. Jahrhunderts, Cité du Vatican 1947 (Studi e Testi 133), p. 272-281, ainsi que l’article Ibn al-Ἱbri dans EP, 3, p. 828 (J. B. Segal) où il convient de corriger l’erreur souvent répétée sur l’ascendance juive de Bar Hebraeus. On trouvera une longue notice (que je n’ai pu consulter) dans Aphram I Barsaum, al-Lu’lu’ al-manṯūrfi ta’rīḫ al-‘ulūm wa l-adab al-suryānī, Homs 1943. pl. rééd., trad. angl. M. Moussa, The History of Syriac Literature and Sciences, Pueblo 2000.

3 J.-M. Fiey, Esquisse d’une bibliographie de Bar Hébraeus († 1286), Parole de l’Orient 13, 1986, p. 279-312.

4 Éd. et trad. latine P. J. Bruns et G. G. Kirsch, 2 vol., Leipzig 1789. Nouvelle éd. P. Bedjan, Paris 1890. Éd et trad. anglaise E. A. W. Budge, The Chronography of Gregory Abū l-Farağ the son of Aaron, 2 vol. , Londres 1932 (vol. 1 trad. d’après l’éd. de P. Bedjan, vol. 2. éd. en facsimilé du manuscrit de la Bodléienne). Dans la suite de cet article comme dans le tableau, les références à la Chronique syriaque renvoient à cette traduction anglaise (citée : Chronography).

5 Éd. et trad. latine J. B. Abbeloos et Th. J. Lamy, Chronicon ecclesiasticum, 3 vol. , Paris-Louvain 1872-1877.

6 Les manuscrits portent différents titres, al-Muḫtaṣar fi l-duwal, Muḫtaṣar al-duwal, ou encore Ta’riḫ Muḫtaṣar al-duwal. Cette dernière forme, retenue par Pocock qui fut le premier éditeur, est incorrecte, voir L. I. Conrad, On the Arabic Chronicle of Bar Hebraeus : his Aims and Audience, Parole de l’Orient 19, 1994, p. 324-325.

7 Éd. trad. latine E. Pocock, Historia compendiosa dynastiaritm. Oxford 1663, suppl., 1672. Trad. allemande G. L. Bauer, Des Gregorius Abulfaradsch Kurze Geschichte der Dynastien, 2 vol. , Leipzig 1783-1785. Nouvelle éd. A. Sālḥānī, Beyrouth 1890, rééd. Beyrouth 1958. Dans la suite de cet article, les références au Muḫtaṣar renvoient à cette dernière édition (citée : Muḫtaṣar). Yvon Le Bastard prépare une traduction française de cet ouvrage.

8 Plus précisément, onze dynasties dans le Chronicon syriacum et dix dans le Muḫtaṣar qui joint au chapitre 5 le bref chapitre 6 du Chronicon.

9 Appelés Huns dans la Chronique syriaque et Tatars dans le Muḫtaṣar.

10 Voir F. Micheau, Le Kāmil d’Ibn al-Aṭīr, source principale de l’Histoire des Arabes dans le Muḫtaṣar de Bar Hebraeus, à paraître dans les Mélanges en l’honneur de Louis Pouzet. Sur la comparaison entre le Chronicon et le Muḫtaṣar, voir S. R. Todt, Die syrische und die arabische Weltgeschichte des Bar Hebraeus - ein Vergleich, Der Islam 65, 1988, p. 60-80 ; Conrad, On the Arabic Chronicle, cité supra n. 6, p. 319-378 ; D. Aigle, Communication au Colloque « Lectures historiques des chroniques médiévales » qui s’est tenu à Damas en décembre 2003. Les comparaisons de Suzanne R. Todt et de Denise Aigle portent uniquement sur la dernière partie des chroniques, correspondant à l’époque de l’auteur, tandis que celle de Lawrence I. Conrad porte principalement sur le premier chapitre relatif à l’histoire biblique. L’une des principales originalités du Muḫtaṣar réside dans l’addition de biographies de savants, surtout chrétiens, voir Y. M. Isḥāq, Ḫaṣā’is ta’riḫ muḫtaṣar al-duwal, Aram 1, 1989, p. 173-198, spéc. p. 182-192 ; Todt, Die syrische und die arabische Weltgeschichte, cité supra, p. 68-73 ; et ma contribution, à venir, dans les Mélanges en l’honneur de Gérard Troupeau.

11 Le problème du lectorat auquel était destiné cet ouvrage n’est pas résolu. Bar Hebraeus ne fournit, dans son introduction, aucune indication sur ce point, mais son frère Bar Ṣawmā affirme qu’il l’avait rédigé dans les derniers jours de sa vie à la demande d’amis musulmans. Cette allégation, couramment répétée, a été critiquée par Lawrence I. Conrad qui, eu égard au contenu du Muḫtaṣar, penche pour un public chrétien arabophone (article cité note précédente). Il serait peut-être plus juste, ainsi que l’a suggéré Denise Aigle lors du Colloque de Damas (voir note précédente), de distinguer non pas des publics séparés par leur religion, mais des traditions historiographiques différentes.

12 Je laisse ici de côté l’étude de la chronique ecclésiastique où l’on pourrait pourtant relever des passages nombreux et significatifs sur les interventions des autorités franques dans l’histoire des patriarches, notamment lors des conflits à l’occasion d’une élection. Ces pages mériteraient assurément d’être traduites dans une langue européenne moderne.

13 À l’exclusion des passages relatifs à l’histoire du royaume arménien de Cilicie (sauf dans ses relations avec la principauté d’Antioche) et à celle de l’empire latin de Constantinople.

14 Chronography, p. 2. Sur les sources de Bar Hebraeus, voir la présentation très générale de Y. M. Isḥāq, Maṣādir Abī l-Faraǧ al-Malaṭī al-ta’rīḫiyya wa aṯarihā fī manāhiǧihi, Aram 1, 1989, p. 149-172.

15 Au sujet de la remise de Malatya à Dānišmend, Bar Hebraeus recopie le récit de Michel le Syrien, qui donne la date de 1415 des Grecs, puis il ajoute que, dans certains livres arabes, il a trouvé 1412 au lieu de 1413 (Chronography, p. 237).

16 Il en est ainsi du traitement des croisades dans la plupart des chroniques arabes, voir sur ce point F. Micheau, Les croisades vues par les historiens arabes d’hier et d’aujourd’hui, Le Concile de Clermont de 1095 et l’appel à la Croisade. Actes du Colloque Universitaire International de Clermont-Ferrand (23-25 juin 1995), Rome 1997 (Collection de l’Ecole française de Rome 236) (= Les relations des pays d’Islam avec le monde latin du milieu du xe au milieu du xiiie siècle, éd. F. Micheau, Paris 2000, p. 52-71).

17 Chronography, p. 1. Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche de 1169 à 1199, rédigea en langue syriaque une chronique universelle de grande valeur et largement diffusée. Éd. et trad. J.-B. Chabot, 4 vol. , Paris 1899-1914.

18 « Bien que je me sois référé à cinq ouvrages arabes différents, je n’ai trouvé ce fait mentionné dans aucun. Seul le Béni Mär Michel l’a consigné dans son ouvrage » (Chronography, p. 274). Cette remarque montre, par ailleurs, que Bar Hebraeus ne connaissait pas la chronique syriaque anonyme composée vers 1240, puisque celle-ci mentionne également le versement du tribut. Cf. Anonymi auctoris chronicon ad A.C. 1254 pertinens, trad. A. Abouna, introd. et notes J.-M. Fiey, Louvain 1974 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 354. Scriptores Syri 154), § 434, p. 112. H. A. Gibb, A. S. Tritton, The First and Second Crusades from an Anonymous Syriac Chronicle, Journal of the Royal Asiatic Society 1933, p. 69-101 et 273-305, avaient déjà montré que Bar Hebraeus n’avait pas utilisé l’Anonyme (voir p. 304-305).

19 « Ce qui est exact c’est que les Francs prirent Ascalon en l’année 548 des Arabes, qui correspond à l’année 1465 des Grecs, alors que Mār Michel affirme que cette conquête eut lieu l’année précédente » (Chronography, p. 280). De même, Bar Hebraeus corrige Michel le Syrien pour le nom de l’émir victorieux des Francs à la bataille de l’Ager Sanguinis (Chronography, p. 249).

20 Il est même quelques cas où le texte syriaque du Chronicon a permis à Chabot de suppléer les lacunes du manuscrit de Michel le Syrien (voir par exemple 3, p. 314 n. 5).

21 Voir n. 18.

22 Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil fi l-ta’rīḫ éd. C. J. Tornberg, Ibn-al-Athiri chronicon quod perfectissimum inscribitur, 12 vol. , Leyde 1851-1876 ; rééd. avec index 13 vol. , Beyrouth 1965-1967. Dans les notes ci-après comme dans le tableau, les références renvoient à l’édition de Tornberg. Les passages relatifs aux croisades sont également édités et traduits dans RHC Or., I et II.

23 Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, cité note précédente, année 504, X, p. 338 ; RHC Or., I, p. 279. De son côté, l’historien de Damas Ibn al-Qalānisi donne un montant de « 20 000 dinars, 10 chevaux et des étoffes » (Ibn al-Qalānisī, Ḏayl ta’riḫ Dimašq, trad. R. Le Tourneau, Damas de 1075 à 1154, Damas 1952, p. 99).

24 Chronography, p. 244.

25 Cl. Cahen avait déjà souligné dans sa thèse, La Syrie du Nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, Paris 1940, l’importance d’Ibn Abi Ṭayyi’ pour l’histoire du Proche-Orient au xiie siècle. Voir aussi CI. Cahen, Une chronique chiite au temps des croisades, Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 1935, p. 258-259. Depuis quelques années Anne-Marie Eddé s’emploie à rassembler en vue d’une édition les passages dispersés d’Ibn Abī Ṭayyi’ chez Ibn al-Furāt et autres compilateurs. Je ne saurais assez remercier cette collègue et amie d’avoir mis à ma disposition sa transcription du manuscrit d’Ibn al-Furāt. Pour le passage relatif au tribut versé par Riḍwān, voir la citation d’Ibn Abī Ṭayyi’ dans Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ al-duwal wa l-muluk, Ms. Vienne AF 117, t. 1, fol. 46r.

26 Notamment Abu Šāma, Kitāb al-Rawḍataynfi aḫbār al-dawlatayn, éd. Le Caire 1287-1292H/1871-1875. Nouvelle éd. M. Ḥilmī, M. Aḥmad, I, I (années 510-558), 1,2 (années 559-573) révisé par M. Ziāda, II, 1 (années 574-583), Le Caire 1956, rééd. Le Caire 1996-1998. Éd. et trad. française des passages relatifs aux croisades dans RHC Or., IV et V.

27 Chronography, p. 244. Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, année 504, X, p. 338-339; RHC Or., I, p. 279.

28 Ibn al-Furāt, Ta’riḫ, cité supra n. 25, 1, fol. 48r. Voir la traduction de ce passage dans A.-M. Eddé, Francs et musulmans de Syrie au début du xiie siècle d’après l’historien Ibn Abī Ṭayyi’, Dei gesta per Francos. Études sur les croisades dédiées à Jean Richard, Aldershot 2001, p. 168.

29 Ce gentilhomme syrien passé au service des Francs rédigea une histoire de la première croisade et de ses lendemains, commençant en 1097 et s’achevant en 1126, malheureusement perdue. Voir Cahen, La Syrie du Nord, cité supra n. 25, p. 41-42.

30 Par exemple, le récit de l’hommage prêté par la veuve de Kogh Vâsil à Aq-Sunqur al-Bundārī où Bar Hebraeus rapporte, entre autres détails, que la princesse arménienne s’adressa au prince turc en arabe (comparer Chronography, p. 247 avec Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, année 508, X, p. 351-352 ; RHC Or., I, p. 293, et Ibn al-Furāt, Ta’rīḫ, 1, fol. 79r-80v.).

31 Sous l’année 515/1121-2 (Chronography, p. 249), Bar Hebraeus raconte qu’Īlġāzī, le prince artukide de Mārdīn, ayant été prévenu par l’Empereur de Constantinople, fit face à un débarquement de Francs en Syrie. Autre exemple, Bar Hebraeus évoque (Chronography, p. 254) une victoire remportée par les Francs sur les Ismaéliens en 523/1128-9 alors que les sources arabes connues parlent pour cette date d’un massacre des Ismaéliens par le prince bouride de Damas.

32 Voir à ce sujet A.-M. Eddé, Sources arabes des xiie et xiiie siècles d’après le dictionnaire biographique d’Ibn al-Ἁdīm (Buġyat al-ṭalab fi ta’rīḫ Ḥalab), Itinéraires d’Orient. Hommages à Claude Cahen, éd. R. Curiel, R. Gyselen, Bures-sur-Yvette 1994 (Res Orientales 6), p. 293-308.

33 Pour reprendre l’expression de Cl. Cahen, Al-Makīn Ibn al-Ἁmīd et l’historiographie musulmane : un cas d’interpénétration confessionnelle, Orientalia Hispanica, sive Studia FM. Pareja octogenario dicata, I, 1, Leyde 1974, p. 158-167.

34 Encore que celui-ci s’appuyait de manière évidente sur une relation arabo-musulmane comme le suggèrent les parallèles avec Ibn al-Aṯīr indiqués dans le tableau ci-après. Néanmoins Bar Hebraeus semble bien recopier ici directement Michel le Syrien ainsi que l’atteste leur même jugement négatif sur l’occupation de l’Égypte par Šīrkūh (Michel le Syrien, t. iii, p. 333 et Chronography, p. 294) alors qu’Ibn al-Aṯīr y voit un heureux événement (Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, année 564, XI, p. 223 ; RHC Or., I, p. 558).

35 Éd. C. de Landberg, Leyde 1888 ; trad. française H. Massé, Conquête de la Syrie et de la Palestine par Saladin, Paris 1972.

36 Al-Bundārī, Sanā Barq al-Šāmī, éd. F. al-Nabarāwī, Le Caire 1979. Abu Šāma, Kitāb al-Rawḍatayn, cité supra n. 26. L’année 575 de l’ouvrage original de Ἱmād al-Dīn al-Iṣfahānī a été conservée : éd. et trad. allemande dans L. Richter-Bernburg, Der syrische Blitz. Saladins Sekretär, zwischen Selbstdarstellung und Geschichtsschreibung, Beyrouth-Stuttgart 1998 (Beiruter Texte und Studien 52).

37 Chronography, p. 308. Pour le parallèle dans Ἱmād al-Dīn, voir Richter-Bernburg, Der syrische Blitz, cité note précédente, p. 295, ou la citation faite par Abū Šāma, Kitāb al-Rawḍatayn, I, 2, p. 702 ; RHC Or., IV, p. 188.

38 D’après Abū Šāma, Kitāb al-Rawḍatayn, II, 1, p. 253 ; RHC Or., IV, p. 268.

39 Encore qu’Abū Šāma rapporte, mais de manière différente, une députation des Francs auprès de Saladin lorsque celui-ci marche contre Alep (Abū Šāma, Kitāb al-Rawḍatayn, I, 2, p. 611 ; RHC Or., IV, p. 168). Voir M. C. Lyons, D. E. P. Jackson, Saladin. The Politics of the Holy War, Cambridge, rééd. 1997, p. 88.

40 Éd. G. al-D. Šayyāl, Le Caire 1964. Dans les notes ci-après comme dans le tableau, les références renvoient à cette édition. Trad. angl. D. S. Richards, The Rare and Excellent History of Saladin, Ashgate 2001. Éd. et trad. française des passages relatifs aux croisades dans RHC Or., III.

41 Chronography, p. 340.

42 Voir l’article Karāḳûsẖ (M. Sobernheim) dans EI2.

43 Chronography, p. 336. Et la date qu’il donne, 7e mois de l’année 587 des Arabes (25 juillet-23 août 1191) correspond à celle du massacre des prisonniers musulmans, et non à celle de la prise de la ville parles Francs (12 juillet 1191).

44 Chronography, p. 325 et Michel le Syrien, 3, p. 404.

45 Ἱmād al-Dīn, Conquête de la Syrie, cité supra n. 34, p. 29. Voir aussi Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, XI, p. 353 ; RHC Or., I, p. 685. et Abū Šāma. Kitāb al-Rawḍatayn, II, 1, p. 258 ; RHC Or., IV. p. 274.

46 Chronography, p. 327. On trouve la mention des quatre desservants chrétiens dans Abū Šāma (d’après Ἱmād al-Dīn), Abū Sāma, Kitāb al-Rawḍatayn, II, 1, p. 364 ; RHC Or., IV, p. 340.

47 Chronography, p. 357-359. Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, XII, p. 127-128, RHC Or., II, p. 92-95.

48 Voir Chronography, p. 370 (entrée à Antioche de Léon qui fait prince son neveu Raymond Roupen et complot de celui-ci contre son oncle), p. 371 (élimination par Bohémond de Raymond Roupen qui se rend à Damiette), p. 380-381 (mariage de la princesse arménienne Isabelle avec Philippe d’Antioche, complot contre Philippe, fuite d’Isabelle auprès des Hospitaliers de Selekfê), p. 389-390 (remise par les Hospitaliers de la forteresse de Selekfê à Constantin et sacre d’Isabelle et de Constantin à Tarse). Sur le caractère précis de ces récits, comparés avec la principale source arménienne, voir les remarques de G. Dédéyan dans sa traduction de La Chronique attribuée au Connétable Smbat, Paris 1980 (Documents relatifs à l’histoire des croisades publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres 13), p. 29 et p. 97 n. 27.

49 On sait l’intérêt que présente la Chronique syriaque pour l’histoire de la conquête mongole et plus encore des Ilḫāns mongols de Perse. Denise Aigle et Georges Bohas préparent une traduction française annotée de cette partie, et on ne peut qu’espérer voir rapidement aboutir ce travail.

50 Chronography, p. 371. Voir Ibn al-Aṯīr, al-Kāmil, XII, p. 213 ; RHC Or., II, p. 119-120.

51 Chronography, p. 415. Voir A.-M. Eddé, Saint Louis et la Septième croisade vus par les auteurs arabes, Cahiers de Recherches Médiévales (xiiie-xve siècle). Croisades et Idée de Croisade à la fin du Moyen-Âge. 1, 1996, p. 65-92, en particulier la note 54 (= Les relations des pays d’Islam avec le monde latin, cité supra n. 15, p. 72-111).

52 Voir notamment Ph. K. Hitti, The Impact of the Crusades on Eastern Christianity, Medieval and Middle Eastern Studies in Honor of Aziz Suryal Atiya, éd. S. A. Hanna, Leyde 1972, p. 211-217; J.-M. Fiey. Chrétiens syriaques entre Croisés et Mongols, Symposium Syriacum 1972, Rome 1974 (Orientalia Christiana Analecta 197), p. 327-341 ; J. Prawer, Social Classes in the Crusader States: the « Minorities », A History of the Crusades. dir. K. M. Setton, 5. The Impact of the Crusades on the Near East, éd. N. P. Zacour, H. W. Hazard, Madison 1985, p. 59-115.

53 Ce qui lui est parfois reproché, voir notamment J. B. Segal, Syriac chronicles as a source material for the Islamic Peoples, Historians of the Middle East, éd. B. Lewis, J. P. M. Holt, Londres 1962, p. 257-258.

Índice de ilustraciones

Título Les croisades dans la Chronique syriaque
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3978/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3978/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 732k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3978/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3978/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3978/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 999k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3978/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 815k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3978/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 874k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3978/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 930k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3978/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3978/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 1,1M
Leyenda a. La mention des événements rapportés par Bar Hebraeus dans le Chronicon Syriacum est suivie du renvoi à l’un de ces ouvrages de référence : Cl. Cahen, La Syrie du Nord à l’époque des croisades et la principauté franque d’Antioche, Paris 1940 ; J. Prawer, Histoire du royaume latin de Jérusalem, 2 vol. , Paris 1975 ; J.-M. Mouton, Damas et sa principauté sous les Saldjoukides et les Bourides. 468-5491 1076-1154, Le Caire 1994.b. L’indication de l’année suit le double système adopté par Bar Hebraeus, année des Grecs, ou ère des Séleucides (G), et année des Arabes, ou ère hégirienne (A), la concordance dans le calendrier julien est indiquée ensuite. Pour l’année des Grecs, la date donnée est à lire du 1er octobre de l’année précédente au 30 septembre de l’année indiquée. Exemple 1413 G correspond à 1er octobre 1101-30 septembre 1102. Voir V. Grumel, La chronologie. Paris 1958 (Traité d’études byzantines 1). p. 210.c. La pagination renvoie à la traduction anglaise de E. A. W. Budge. The Chronography of Gregory Abu l-Faraǧ the son of Aaron. Londres 1932, vol. 1.d. Les abréviations renvoient aux sources citées dans l’article. MS = Michel le Syrien, cf. n. 17 ; IA = Ibn al-Aṯīr, cf. n. 22 ; IAT = Ibn Abī Ṭayyi’ ; IF = Ibn al-Furāt, cf. n. 25 ; AŠ = Abū Šāma. cf. n. 26 ; IQ = Ibn al-Qalānīsī. cf. n. 23 ; ID = Ἱmād al-Dīn al-Iṣfahānī. cf. n. 35 ; ID dans AŠ = citations d’al-Barq al-Šāmī dans Abū Šāma, Kitāb al-Rawḍatayn ; IŠ = Bahā’ al-Dīn Ibn Šaddād, cf. n. 40.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3978/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 1,0M

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540