Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Tissus et costumes dans les relations islamo-byzantines (ixe-xe siècle)

Mohamed Tahar Mansouri

Texte intégral

  • 1 Le Caire 1973, 2, livre VI, p. 370.

« Chacun donne de ce qu’il a. »
Jesus, dans Ibn Qutayba, ‘Uyūn al-Abār1

INTRODUCTION

1Entre l’Islam et Byzance une certaine accalmie dans les relations militaires s’installe après le milieu du viiie siecle, pour céder la place à ce que l’on peut appeler une confrontation pacifique. L’émulation et la concurrence prennent alors plusieurs formes et couvrent presque tous les domaines, allant de la polémique religieuse aux débats organises dans les cours byzantines et abbassides, traitant de sujets divers et où chacun tente de se mettre en valeur et de remporter une victoire sur son adversaire, mais sans effusion de sang. Avec la naissance de l’État fatimide, la cour byzantine se transforme cependant en une arène où s’affrontent musulmans chiites et sunnites, ce qui donne à la confrontation une autre coloration et nous force à limiter notre contribution aux ixeet xe siècles. Cette période est en effet marquée par une émulation entre Abbassides et Byzantins, tous les domaines étant mis ä contribution par chacun des deux empires dans le but de diminuer l’aura de l’adversaire et de séduire son peuple. C’est dans un tel contexte que le costume exigé d’un ambassadeur, impose a un prisonnier ou offert en présent officiel, prend toute sa signification et sa dimension symbolique. Mais voyons d’abord cette marchandise dans le domaine commercial.

TISSUS ET COSTUMES DANS LE COMMERCE ENTRE BYZANCE ET LE MONDE MUSULMAN

  • 2 Léon VI le Sage, Le livre du préfet, ed. et trad. J. Nicole, Genève 1893 (cite désormais Éparque). (...)
  • 3 Constantin Porphyrogénète, Le livre des cérémonies, 1, Livre I, chapitres 1-46, éd. et trad. A. Vog (...)

2Le premier texte qui nous livre quelques informations relatives à l’échange de tissus et de produits de confection musulmane à Byzance est le Livre de l’éparque2. L’éparque est le préfet de la ville et a en charge notamment la coordination de l’activité des différentes corporations et l’approvisionnement de la ville en produits divers. Il s’occupe aussi des étrangers, dont il réglemente l’entrée et la durée du séjour dans la capitale. Il remplit en outre des fonctions de police et de justice, car c’est de lui qu’émanent les ordres relatifs à la sécurité et au maintien de l’ordre public dans la capitale. Plus encore, il est le premier juge de la plus haute instance judiciaire dans la capitale et c’est devant lui que sont traduits les hommes en vue dans la société byzantine, des provinces les plus éloignées comme de la capitale. En un mot il est, de par ses pouvoirs, le troisième homme de l’Empire après l’empereur et le logothète3.

3Le Livre de l’éparque est un ensemble d’ordonnances impériales ou novelles édictées par l’empereur Léon VI le Sage (886-912) et adressées à l’éparque de la ville de Constantinople. Ces ordonnances forment ce que l’on peut appeler le code urbain byzantin, en vigueur entre la fin du ixe et le début du xe siècle, et on y trouve deux décisions relatives aux tissus et aux vêtements :

  • 4 Éparque, p. 30-32.
  • 5 Ibid., p. 30-31.

4La première a trait au commerce de la soie et aux marchands de soieries, appelés vestioprates4. Elle organise ce commerce, fixe les prix et détermine ce qui peut être vendu ou non aux nations étrangères et aux étrangers à la ville de Constantinople. Il ressort de cette liste que les articles prohibés sont « des pourpres grands modèles : rouges ou violettes » et qu’il faut déclarer au préfet les « pourpres pêche ou [les] pourpres deux tiers rouges, manteaux ou robes5 ». Ainsi la commercialisation de la soie est soumise à une législation assez rigoureuse, qui touche aussi l’exercice du métier de marchand. Il va sans dire que cette réglementation vise d’abord à satisfaire les besoins de la cour et à interdire l’exportation d’un produit dont la majeure partie est déjà importée.

  • 6 Ibid., p. 33-35.

5La deuxième de ces décisions est relative aux marchands de vêtements importés de Syrie, désignés par le terme de prandioprates6. Elle définit d’abord l’organisation de la corporation, dont elle délimite les compétences, puis celle de l’activité proprement dite :

6- La réception de la marchandise se fait dans un entrepôt où tous les marchands concernés se réunissent pour se la partager. Le chef de la corporation, l’exarque, supervise le partage en fonction du capital fourni par chacun des membres de la corporation.

7- Les marchandises, désignées par les termes « articles sarrasins », sont répertoriées comme suit :

8Vêtements de dessous

9Manteaux de laine rayés, robes chinées ou moirées

10Robes à manches (tissu simple ou double)

11Vêtements de Bagdad (tissu simple ou double)

12- Les intervenants dans ce secteur sont :

13Les marchands byzantins spécialisés dans ce commerce

14Les Syriens vivant dans la capitale depuis au moins dix ans

  • 7 Ibid., article 4, p. 34-35.

15- Les marchands ont l’obligation d’acheter toute la marchandise syrienne, sans tenir compte de la qualité. Il est dit dans le texte que « quelle que soit l’importance d’un arrivage de marchandises syriennes, le corps des prandioprates achètera tous les vêtements, de qualité supérieure ou inférieure, composant cet arrivage7 ».

  • 8 Cf. G. Dagron, Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe siècle et a (...)

16Le texte nous renseigne par ailleurs sur les importateurs de ces produits, qui sont des marchands syriens8 et non byzantins. Le texte du Livre de l’éparque nous présente deux types de Syriens :

17Ceux qui sont installés à Constantinople depuis plus de dix ans et ont les mêmes droits et devoirs que leurs pairs byzantins : ils participent aux activités de la corporation, achètent les produits importés à Constantinople au même titre que les Byzantins, en fonction des capitaux engagés, et ont leur place sur le marché de la ville en tant que marchands de produits importés et non en tant que Syriens.

  • 9 Éparque, p. 35. Ch. Macri (Des Byzantins et des étrangers dans Constantinople au moyen-âge, Paris 1 (...)

18Les Syriens qui agissent comme intermédiaires entre Byzance et le monde de l’Islam et ont la charge d’alimenter le marché de la ville en produits divers, dont les produits de confection et les tissus évoqués ici. Ceux-là ont trois mois pour vendre et acheter, puis repartir. Leur entrée dans la ville, leur activité marchande ainsi que leur départ doivent être obligatoirement signalés à l’éparque de la ville9.

  • 10 Voir G. Cornu, M. Martiniani-Reber, Étoffes et vêtements dans le Ménologe de Basile II, reflets des (...)
  • 11 Ibid., p. 49-50.

19Ces informations contenues dans le Livre de l’éparque témoignent d’abord de l’existence d’une activité marchande entre les deux voisins ennemis, que la guerre permanente entre les deux États n’a pu empêcher. Le texte spécifie, entre autres marchandises importées, des produits confectionnés provenant de Syrie et d’Irak, ce qui traduit un engouement pour ces marchandises, mais aussi une insuffisance de la production byzantine. Il semble en effet que les Byzantins aient eu un certain attrait pour l’art islamique en général, et pour les tissus et couleurs en vigueur en terre d’Islam en particulier10. Rien n’exprime mieux cet attrait que la représentation des martyrs chrétiens dans des costumes musulmans, comme dans le cas des 32 martyrs de Mélitène (Malatiya) peints dans le Ménologe de Basile II11.

20Bien plus, le Livre de l’éparque insiste sur l’obligation d’acheter tout ce qui est de provenance syrienne et irakienne, ce qui traduit sans doute un besoin urgent de s’approvisionner et de ne laisser échapper aucune occasion d’entreposer ces marchandises dans les boutiques de Constantinople. Par ailleurs on peut se demander si une telle décision ne s’explique pas par l’existence d’un traité commercial entre les deux empires, où serait mentionnée l’obligation faite à Byzance de tout acheter. Rien ne permet de vérifier cette hypothèse.

21Cependant ce courant d’échanges n’est pas limité au seul domaine commercial. Les échanges diplomatiques montrent que le costume et les tissus font partie des présents officiels qui accompagnaient les ambassadeurs, en temps de guerre comme en temps de paix. On peut sans se tromper dire que cette pratique a existé d’une façon presque permanente jusqu’à la fin de l’Empire byzantin.

TISSUS ET COSTUMES DANS LES RELATIONS DIPLOMATIQUES

  • 12 Voir la Vie de saint Nil, dans A. Ducellier, Le miroir de l’Islam. Musulmans et chrétiens d’Orient (...)

22En dépit d’une guerre endémique et d’un mépris et d’une haine réciproques, les échanges diplomatiques n’ont jamais été interrompus, car même ceux qui se refusaient à tout contact, avec les « Agarènes » pour les uns ou les « associateurs » pour les autres, conduisaient parfois eux-même des ambassades en terre d’Islam12 ou en territoire byzantin.

  • 13 Voir Ibn al-Farrā’, Kitāh rusul al-mulūk (Manuel destiné aux ambassadeurs), éd. S. al-Munağğid, Bey (...)
  • 14 Ibid., p. 68.
  • 15 Ibid., p. 72.
  • 16 M. T. Mansouri, L’œil du grand rival : la ville vue par les musulmans, Constantinople 1054-1261. Tê (...)
  • 17 Cf. G. Dagron, Empereur et prêtre, étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris 1996, p. 33.
  • 18 Liutprand de Crémone, Liuprandi Cremonensis Relatio de legatione Constantinopolitana, éd. P. Chiesa (...)

23Les textes arabes permettent d’éclairer cet aspect et d’appréhender la « situation vestimentaire » à Byzance. Ibn al-Farrā’, qui occupait une place élevée dans la chancellerie de Bagdad au début du ve siècle de l’hégire13, a laissé un traité destiné aux ambassadeurs et dans lequel il essayé, par une série d’exemples, de brosser le profil de l’ambassadeur modèle. Il nous y présente l’arrivée d’un ambassadeur byzantin dépêché par l’empereur Théophile (829-842) au calife al-Mu‘taṣim (833-842). Il rapporte d’abord que l’empereur byzantin a envoyé avec son ambassadeur des présents, dont l’élément le plus important est constitué par un ensemble de tissus dont voici l’inventaire, tel qu’il est dressé par l’empereur dans sa lettre : « J’ai envoyé avec mon ambassadeur quarante morceaux d’étoffes brodées d’or, la longueur de chaque morceau étant de 40 coudées sur une largeur de 20 coudées. » Puis il énumère les autres présents adressés au Calife14. Mais de tous ces présents impériaux, seuls les tissus ont retenu l’attention de notre auteur, ce qui en souligne à la fois l’importance mais aussi le caractère de présents hautement symboliques. Envoyer à quelqu’un de quoi se couvrir n’est pas seulement un acte diplomatique, mais est aussi un acte affirmant une supériorité, si l’on se situe dans l’ambiance intellectuelle ou mentale de la civilisation musulmane, pour laquelle les deux bases ou fondements de la prodigalité d’un prince sont le fait d’habiller (iksā’) et de nourrir (iṭ‘ām). Il va sans dire qu’un tel présent a soulevé une discussion entre l’ambassadeur byzantin et le chef de chancellerie d’al-Mu‘taṣim, Muḥammad b. bd al-Malik al-Zayyat, l’émulation entre les deux empires les poussant à ne négliger aucune occasion de marquer des points face à l’adversaire. On s’étonne alors de voir l’empereur byzantin envoyer des tissus au calife abbasside, « alors que le Byzantin, quand il voulait se parer, n’avait d’autre choix que de porter ce qui avait été confectionné par son épouse, sa fille ou sa sœur, et qu’il ne pouvait changer de costume que tous les vingt ans. Les Byzantins ne connaissaient pas les costumes confectionnés de širb [espèce de toile fine et précieuse], de ‘uṣub [tissus de lin assez fins fabriqués au Yémen], de mu‘lam [tissus signés et portant la marque du fabricant], de tissus brodés de fils dorés, de tissus de marque classée et de munayyar [tissus portant la griffe du fabricant]. Les Byzantins ne connaissaient pas les tissus importés comme les isbahānī [fabriqués à Ispahan], ni la qualité supérieure des tissus fabriqués à Tūna et appelés tūnī, gardés dans des coffres en or et en argent [en référence à l’île de Touna en Égypte entre Tinnis et Damiette]. Si les Rois de Byzance ne connaissaient pas tout cela, que dire des simples sujets ! Ils sont tous égaux quant à leur costume15. » Ainsi, le costume prend toute sa valeur dans le cadre de l’émulation entre deux empires qui, lassés par la guerre, ont choisi un autre terrain de confrontation. L’auteur musulman vantait à la fois la qualité supérieure des tissus utilisés dans les ateliers califaux, et par extension dans les autres ateliers musulmans - qui sans doute n’étaient pas ignorés du simple sujet du calife. Mais il mettait aussi en valeur l’étendue de l’Empire musulman, qui allait du Yémen à l’Iran en passant par l’Égypte. Cela contrastait avec la situation de l’empereur byzantin ou du simple sujet de l’empire qui, aux yeux du chef de la chancellerie abbasside, ne pouvait s’habiller qu’en fonction de l’offre du marché local et même parfois de la seule production familiale. On voit que ce texte n’est que l’écho de la polémique entre Constantinople et Bagdad, l’expression d’une émulation entre deux empires qui se battaient pour dominer le monde. Car si pour les empereurs byzantins de la dynastie macédonienne, qui a régné brillamment entre 867 et 1025, l’Empire byzantin est tout l’univers, dont Constantinople est la capitale, pour les califes abbassides c’est Bagdad qui occupe le centre de l’univers. Son rayonnement couvre un espace immense et les tissus importés de partout, et de Byzance même, en sont le témoignage. Le calife et l’empereur sont, chacun selon les règles de sa religion, une ombre divine sur terre ou plus simplement des icônes vivantes. Le tissu et le costume ne sont alors qu’un prétexte, une occasion pour rabaisser l’adversaire et essayer de le montrer sous l’angle de la petitesse et la pauvreté. En fait la réalité byzantine est loin d’être conforme à l’image donnée par notre auteur. Elle est plus complexe et certainement plus luxueuse qu’il ne le laisse voir. Ce n’est pas un hasard si le nom de Byzance est resté le signe de l’abondance, de la richesse et du luxe. Les voyageurs qui s’y sont rendus au Moyen Âge, qu’ils soient arabes16, chinois17 ou occidentaux18, ont tous été frappés et fascinés par le luxe impérial, les fastes de la cour et la rigueur de l’étiquette byzantine. Bien évidemment, on l’aura compris, l’émulation touchait à tous les domaines, mais il serait trop long de les évoquer tous et nous nous limitons ici à l’aspect vestimentaire.

  • 19 M. T. Mansouri, Recherche sur les relations entre Byzance et l’Égypte (1259-1453) d’après les sourc (...)

24Mais ce qu’il faut constater est que durant tout le Moyen Âge, entre musulmans et Byzantins, les présents ont toujours comporté dans leur composition des tissus et des costumes, et ce dans les deux sens19. Tout cela nous amène à dire que le costume au Moyen Âge, en plus des ses fonctions naturelles (couvrir le corps), morales (dérober au regard ce que la société estime être l’intimité de l’être) ou encore statutaires (montrer aux autres et dans l’espace public le statut juridique ou confessionnel d’un homme), est un moyen de propagande politique qui exprime à la fois la richesse, le luxe et l’abondance de celui qui l’envoie et vise à provoquer une certaine admiration, de la crainte ou de la fascination, et peut-être même à exercer de l’intimidation sur celui qui le reçoit. Cela se voit encore mieux à travers l’étiquette byzantine, qui réserve des costumes spécifiques et adaptés à ceux qui, par les hasards de l’existence, ont eu à vivre ou séjourner provisoirement dans l’empire. Ceux qui nous intéressent ici sont les musulmans présents à Byzance.

LE COSTUME DES MUSULMANS À CONSTANTINOPLE

  • 20 Voir R. Dozy, Dictionnaire déraillé des noms de vêtements chez les Arabes, Amsterdam 1845, p. 365-3 (...)
  • 21 abarī, Tā’ri al-rusul wa l-Mulūk, éd. A. Ibrahim. Le Caire 1974,9, année 246/860, p. 219, traduct (...)

25Nous disposons de peu de données relatives à l’habillement des Sarrasins à Constantinople. Mais malgré cette rareté quelques bribes d’informations glanées dans les textes permettent d’entrevoir le traitement vestimentaire réservé aux musulmans quand ceux-ci sont en terre byzantine. Les autorités impériales avaient prévu pour chaque visiteur un costume distinctif, dans une société très attachée au statut et au rang de chacun, fût-il ambassadeur d’une puissance étrangère et de plus ennemie. Le premier texte relate la mission de Naṣr b. al-Azhar, chiite envoyé en 246/860 par al-Mutawakkil (847-861) pour négocier le rachat des prisonniers auprès de l’empereur Michel III (842-867) : « Quand je me rendis à Constantinople, je me présentai au palais du roi Michel, avec mon habit noir, mon poignard et mon bonnet (qalansuwa20). J’eus une discussion avec l’oncle maternel du roi, Petronas, qui était chargé des affaires de l’empire et on refusa de m’introduire avec mon sabre et mon habit noir. Je dis alors : “Je m’en vais” et je partis. Mais je fus rappelé en chemin. J’avais avec moi les cadeaux, près de mille vessies de musc, des vêtements de soie, du safran en quantité et des choses curieuses et nouvelles21. »

  • 22 , Tartib al-madārik wa taqrīb al-masālik bi-ma‘rifat madhab Mālik, éd. S. A. I‘rāb, Tétouan 198 (...)
  • 23 ’Iyā, Tartīb al-madārik, cité note précédente, p. 60.
  • 24 P. Rambaud, L’Empire grec au xe siècle, Paris 1870, p. 297-301.

26Le deuxième texte est la biographie de l’un des grands savants de l’Islam, le juge Abū Bakr Muḥammad b. al-Ṭayyib al-Bāqillāni (mort en 403/1012)22 qui, dépêché par le calife abbasside al-Ṭā’i‘ (974-991) auprès de l’empereur Basile II (976-1025) pour disputer ou polémiquer avec ses pairs byzantins à propos du mouvement des astres dans le firmament et de l’universalité de l’éclipsé solaire, se vit obligé de changer de costume avant de rencontrer l’empereur. Ses biographes nous rapportent ainsi les propos d’al-Bāqillānī : « “L’empereur était informé de notre présence et envoya celui qui devait nous recevoir. Le représentant de l’empereur nous dit : ‘Vous ne pouvez rencontrer l’empereur que si vous enlevez vos turbans et vous vous déchaussez.’ Je lui répondis : ’Je ne ferai pas cela et il n’est pas nécessaire que je rencontre l’empereur, sauf à le faire dans ma tenue et mon costume. Si je ne le vois pas, je vous donnerai la lettre du calife, vous la lirez et enverrez la réponse de l’empereur.’ Quand ce dernier fut informé de ma position il dit : ‘Je veux savoir la raison de ce refus et de cette désobéissance au protocole que nous avons réservé aux ambassadeurs.’” Quand al-Bāqillāni fut interrogé sur les raisons de son refus, il fournit la réponse suivante : “Je suis l’un des savants de l’Islam. Ce que vous exigez de nous vise à nous humilier, alors qu’Allah nous a élevé par l’islam. De plus quand un roi dépêche un ambassadeur auprès d’un autre roi, celui-ci doit le traiter avec respect et non avec mépris, surtout quand il est un savant. L’humilier de la sorte c’est le rabaisser aux yeux des croyants et aux yeux d’Allah.” A la suite de cette réponse l’empereur l’autorisa à accéder à la salle du trône avec la délégation qui l’accompagnait23. » Si du côté byzantin l’étiquette oblige un ambassadeur à porter une tenue particulière, cela émane de la volonté de l’empereur d’exercer son autorité non seulement sur ses sujets, mais aussi sur tous ceux qui entrent dans l’Empire. Cela est conforme à la fois à l’étiquette et à la conception byzantine du monde, qui estime que tout ambassadeur arrivant à Byzance – fût-il envoyé par un pouvoir puissant – ne le faisait que pour présenter des marques d’allégeance au basileus24. Dès lors, l’ambassadeur refuse de s’incliner face à l’exigence de l’étiquette byzantine et argue de son statut de savant et de musulman. Pour lui le fait de changer son costume est une double humiliation, celle faite au savant qui représente un véritable pouvoir aux yeux de la société musulmane, et celle faite au musulman qui serait souillé par cet habit « infidèle ». Pour les Byzantins, l’obligation de se conformer à l’étiquette est une obéissance aux ordres de l’empereur, alors que pour les musulmans changer de costume est vu comme une humiliation. Dès lors, le fait de résister et de refuser d’accéder à cette requête est considéré comme une victoire. Nous pouvons remarquer que les chroniques arabes insistent sur cet aspect vestimentaire, qui exprime non seulement une identité affichée parfois jusqu’à l’arrogance, mais aussi une volonté des Byzantins de vexer leur ennemi et de lui imposer ce qu’il ne veut accepter. Le tout se jouait au niveau de la symbolique, ce qui se traduisait sans doute par un grand malentendu – qui ne semble pas avoir disparu des esprits encore de nos jours.

  • 25 Mansouri, Les musulmans à Byzance, cité supra n. 7, p. 379-394.
  • 26 M. Izeddin, Un prisonnier arabe à Byzance au ixe siècle, Hāroun-ibn-Yahyā, Revue des Études Islamiq (...)
  • 27 Ibid., p. 44.
  • 28 Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, éd. et trad. N. Oikonomidès, Paris 1972, (...)
  • 29 Constantin Porphyrogénète, Le livre des cérémonies, 1, cité supra n. 2, p. 147 ; Les listes de prés (...)
  • 30 Mansouri, Les musulmans à Byzance, p. 382-383.

27Mais si les ambassadeurs étaient des hommes libres et couverts par une certaine immunité tacite, il n’en était pas de même pour les prisonniers musulmans à Byzance. Ceux-ci ne sont généralement pas mal traités, sauf dans des cas rares25. Ils sont en particulier admis dans certaines circonstances à la table impériale. Cette pratique est rapportée par les textes arabes, tel le récit de Hārūn b. Yaḥyā, transmis par Ibn Rusta26. Fait prisonnier et conduit à Constantinople, il relate à son retour sa participation à des cérémonies diverses, religieuses et laïques, qui se déroulaient dans l’église Sainte-Sophie ou dans le palais impérial27. On trouve cette information également dans les textes byzantins, tel le traité de préséance de Philothée, composé semble-t-il à la fin du ixe siècle et destiné à faire connaître l’étiquette byzantine en usage pendant les cérémonies à la fois religieuses et laïques28. C’est dans un tel contexte que l’auteur évoque la présence des musulmans au cours des cérémonies relatives à la nativité, qui duraient à Byzance du 25 décembre au 6 janvier, c’est-à-dire de Noël à l’Épiphanie29. Chaque jour l’empereur organisait un banquet auquel étaient invités divers convives, placés selon leur rang, parmi lesquels nous trouvons des « Agarènes »30 que l’on peut répertorier en trois catégories :

    • 31 Les listes de préséance, p. 162 ; voir aussi Constantin Porphyrogénète, Le livre des cérémonies, li (...)

    Les « amis agarènes », qui sont semble-t-il les ambassadeurs. Le texte les évoque sous cette appellation, sans mentionner leur costume, mais il nous dit qu’ils doivent siéger « après la classe des patrices et stratèges » et ajoute : « Les Orientaux ont le pas sur les Occidentaux. Ils sont assis à gauche, à la quatrième ou à la cinquième place d’amis31. » Ils sont parmi les convives du premier jour des fêtes de la nativité et admis à la table d’honneur.

    • 32 Les listes de préséance, p. 176-178.

    Les hommes de l’empereur : au sixième jour « il vous faut inviter des hommes de l’empereur, tous venant des nations barbares, à savoir des Pharganes, des Khazars, des Agarènes, des Francs et ceux qui jouissent de la provision de rogai impériales au titre de ces barbares ; les faire tous entrer et sortir avec leur costume de barbares, celui qu’ils appellent kabbadin32. » Il s’agit sans doute de mercenaires au service de l’empereur et qui occupent une place élevée dans la hiérarchie aulique. Cependant, tout en étant à ce niveau, ils doivent se distinguer par leur costume de barbares, ce qui confère au costume, dans un tel contexte, une identité affichée et exposée au regard des citoyens byzantins.

  • 33 Ibid., p. 168, 202.

28Ce code vestimentaire n’est pas appliqué aux prisonniers. Ceux-ci ne sont invités que pour les fêtes de Pâques, sont admis aux tables inférieures, en face des Bulgares, et doivent « être habillés en blanc, sans ceinture mais portant des chaussures33 ».

  • 34 R.-L. Rousseau, Le langage des couleurs, Paris 1980, p. 146-147 ; M. Pastoureau, Dictionnaire des c (...)
  • 35 Rousseau, Le langage des couleurs, cité note précédente, p. 139-144 ; Pastoureau, Dictionnaire des (...)
  • 36 Cf. N.-C. Koutrakou, La propagande impériale byzantine, persuasion et réaction (viiie-xe siècles), (...)
  • 37 Ducellier, Le miroir de l’Islam, cité supra n. 11, p. 238-239.

29Certes, toutes ces expressions relatives au costume relèvent de l’étiquette byzantine, mais elles traduisent dans un pareil contexte un traitement différencié pour les mercenaires de toutes origines. Ces derniers doivent porter leur costume barbare, ce qui permet d’exprimer la grandeur de l’Empire pour le service duquel les nations barbares se bousculaient. Mais il se peut également que ce soit une concession faite à ces hommes qui défendaient l’empire. A l’inverse, les prisonniers sont admis aux tables inférieures, sans arme et portant un costume blanc, dans une société où la couleur pourpre prend le dessus sur les autres. L’une des significations de la couleur blanche, qui pourrait être associée à ces prisonniers, est la mort34. Ces hommes seraient ainsi comme des morts et, une fois désarmés et leur liberté confisquée, ne seraient plus un danger pour l’empire ! Mais obliger les prisonniers agarènes à porter un costume blanc, dans une société colorée, pourrait aussi être une manière de les exposer au regard des convives comme un trophée de guerre. Les habiller en blanc donnerait à cette couleur plusieurs sens35. On pourrait donc y voir une manière de les mettre en valeur et de les offrir en spectacle36. Cette pratique n’est d’ailleurs pas étrangère à la politique byzantine. Combien de fois les empereurs en ont-ils usé, en présentant au peuple, dans l’hippodrome de Constantinople, des prisonniers de guerre avec leur costume, des soldats déserteurs37 ou tout simplement des opposants politiques ? Ainsi le fait de présenter des « Agarènes » prisonniers dans un costume blanc, lors d’une cérémonie solennelle comme celle des fêtes de Pâques, n’est pas une chose étrange mais s’inscrit dans l’ordre normal de la propagande impériale. Le costume, dans un pareil contexte, tout en enveloppant ceux qui le portaient, affichait également leur statut, leur situation de vaincus et de captifs et, par là même, il mettait en valeur les exploits de l’armée byzantine qui les avait capturés ainsi que l’empereur régnant, sans lequel de pareils exploits ne se seraient pas réalisés.

CONCLUSION

30Si les tissus et certains produits de confection dite « sarrasine » font l’objet d’un commerce réglementé par les lois byzantines, cela exprime sans doute d’abord l’organisation de la vie de la cité. Mais cela pourrait éventuellement montrer un engouement pour les objets venus d’Orient, au point « qu’il faut tout acheter » et ne rien laisser entre les mains des Syriens importateurs. Par ailleurs, les tissus utilisés dans la composition des présents échangés dans les deux sens exprimaient d’abord la connaissance des goûts de l’autre, mais traduisaient aussi une volonté politique visant à démontrer le raffinement, la richesse et le luxe des expéditeurs. Mais ces présents sont aussi des actes de cordialité, puisque dans les traditions médiévales le degré de sociabilité et d’humanité se mesure à la capacité à vêtir et à nourrir les autres.

31Le costume réservé aux ambassadeurs, musulmans ou autres, ainsi qu’aux prisonniers admis à la table impériale dans des occasions précises, est d’abord une exigence de l’étiquette byzantine, que l’on ne retrouve pas dans les pays d’Islam. Il ne peut se comprendre que dans le cadre du cérémonial assez rigoureux de Byzance, qui accorde à chacun la place qui doit lui revenir en fonction de son rang socioprofessionnel et de son statut juridique, dont le costume est l’ultime expression apparente. Mais cette obligation est aussi une manière d’imposer les règles de l’empire aux étrangers, de leur faire reconnaître l’autorité impériale, ce qu’exprime le costume offert et porté. Enfin le costume confectionné ou le tissu brut représentent, quand ils sont offerts comme présents à une puissance étrangère ou à ses représentants, l’ultime expression d’une propagande croisée entre Byzantins et musulmans.

Notes

1 Le Caire 1973, 2, livre VI, p. 370.

2 Léon VI le Sage, Le livre du préfet, ed. et trad. J. Nicole, Genève 1893 (cite désormais Éparque). Ce texte a été traduit en anglais par A. E. Book, Journal of the Economic History, 1929. et par E. Freshfield. Roman Law in the Later Roman Empire, Cambridge 1938, il en existe une traduction arabe par al-Bāz al- rīnī en annexe au Kitāb nihāyat al-rutba fi ṭalab al-ḥisba d’al-Shayzarī, Beyrouth, sans date, p. 133-185 (en particulier p. 178, à propos de ces traductions anglaises auxquelles je n’ai pas eu accès).

3 Constantin Porphyrogénète, Le livre des cérémonies, 1, Livre I, chapitres 1-46, éd. et trad. A. Vogt, Paris 1935, Commentaire, p. 34-36 ; A. Guillou, La civilisation byzantine, Paris 1990, p. 110-112.

4 Éparque, p. 30-32.

5 Ibid., p. 30-31.

6 Ibid., p. 33-35.

7 Ibid., article 4, p. 34-35.

8 Cf. G. Dagron, Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe siècle et au xie siècle : l’immigration syrienne, TM 6, 1976, p. 186, 194-195, qui n’a vu en ces marchands syriens que des chrétiens de Syrie, ce qui ne semble pas correspondre au texte du Livre de l’éparque (Éparque, p. 33-35), qui parle des Syriens résidant à Constantinople, ni aux différents textes arabes qui évoquent la présence des « musulmans » à Constantinople. Cf. notre article Les Musulmans à Byzance du vif au xie siècle, Graeco-Arabica 7-8, Nicosie 2000, p. 392-394.

9 Éparque, p. 35. Ch. Macri (Des Byzantins et des étrangers dans Constantinople au moyen-âge, Paris 1928) mentionne les différentes communautés latines et juives sans dire un mot des autres, alors que le Livre de l’éparque est l’une de ses références.

10 Voir G. Cornu, M. Martiniani-Reber, Étoffes et vêtements dans le Ménologe de Basile II, reflets des courants d’échanges entre Byzance et le monde islamique, Quaderni di Sludi Arabi 15,1997, p. 51.

11 Ibid., p. 49-50.

12 Voir la Vie de saint Nil, dans A. Ducellier, Le miroir de l’Islam. Musulmans et chrétiens d’Orient au Moyen Âge (viie-xie siècle), Paris 1971, p. 251-252.

13 Voir Ibn al-Farrā’, Kitāh rusul al-mulūk (Manuel destiné aux ambassadeurs), éd. S. al-Munağğid, Beyrouth 1972, p. 12-13. L’éditeur hésite entre deux auteurs homonymes, l’un originaire de Mossoul et l’autre de Grenade. Mais il nous semble plus sûr de l’identifier à celui originaire d’Orient parce que tous ses exemples sont relatifs aux relations entre Byzance et l’Islam et jamais aux relations entre musulmans d’Occident et chrétiens d’Occident.

14 Ibid., p. 68.

15 Ibid., p. 72.

16 M. T. Mansouri, L’œil du grand rival : la ville vue par les musulmans, Constantinople 1054-1261. Tête de la chrétienté, proie des Latins, capitale grecque, dir. A. Ducellier, M. Balard, Paris 1996, p. 160-163.

17 Cf. G. Dagron, Empereur et prêtre, étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris 1996, p. 33.

18 Liutprand de Crémone, Liuprandi Cremonensis Relatio de legatione Constantinopolitana, éd. P. Chiesa, Turnhout 1998 (Corpus Christianorum. Continuatio mediaevalis 156), p. 185-218.

19 M. T. Mansouri, Recherche sur les relations entre Byzance et l’Égypte (1259-1453) d’après les sources arabes, Tunis 1992, p. 234 ; voir également notre travail en cours sur les frontières vestimentaires.

20 Voir R. Dozy, Dictionnaire déraillé des noms de vêtements chez les Arabes, Amsterdam 1845, p. 365-371.

21 abarī, Tā’ri al-rusul wa l-Mulūk, éd. A. Ibrahim. Le Caire 1974,9, année 246/860, p. 219, traduction M. Canard dans A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, 1, Bruxelles 1935, p. 320-322.

22 , Tartib al-madārik wa taqrīb al-masālik bi-ma‘rifat madhab Mālik, éd. S. A. I‘rāb, Tétouan 1982, 7, p. 49 ; Ibn Farḥūn, al-Dibāǧ al-Muḏhab fi ma‘rifat a‘yān ulamā al-maḏhab, éd. M. A. Abū l-Nūr, Le Caire 1977, 2, p. 229-230.

23 ’Iyā, Tartīb al-madārik, cité note précédente, p. 60.

24 P. Rambaud, L’Empire grec au xe siècle, Paris 1870, p. 297-301.

25 Mansouri, Les musulmans à Byzance, cité supra n. 7, p. 379-394.

26 M. Izeddin, Un prisonnier arabe à Byzance au ixe siècle, Hāroun-ibn-Yahyā, Revue des Études Islamiques 15, 1940-1946, p. 41-62.

27 Ibid., p. 44.

28 Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, éd. et trad. N. Oikonomidès, Paris 1972, p. 65-66.

29 Constantin Porphyrogénète, Le livre des cérémonies, 1, cité supra n. 2, p. 147 ; Les listes de préséance, cité note précédente, p. 164, n. 136.

30 Mansouri, Les musulmans à Byzance, p. 382-383.

31 Les listes de préséance, p. 162 ; voir aussi Constantin Porphyrogénète, Le livre des cérémonies, livre II, chapitre 52, éd. Bonn, 1. p. 739-740, cité par Rambaud, L’Empire grec au xe siècle, cité supra n. 23, p. 301, n. 1.

32 Les listes de préséance, p. 176-178.

33 Ibid., p. 168, 202.

34 R.-L. Rousseau, Le langage des couleurs, Paris 1980, p. 146-147 ; M. Pastoureau, Dictionnaire des couleurs de notre temps, Paris 1992. p. 29-30.

35 Rousseau, Le langage des couleurs, cité note précédente, p. 139-144 ; Pastoureau, Dictionnaire des couleurs, cité note précédente, p. 29-30.

36 Cf. N.-C. Koutrakou, La propagande impériale byzantine, persuasion et réaction (viiie-xe siècles), Athènes 1994, p. 71, 83-84.

37 Ducellier, Le miroir de l’Islam, cité supra n. 11, p. 238-239.

Auteur

Université de Tunis - La Manouba

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540