Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Un artisan verrier crétois à Venise

Chryssa Maltezou

Texte intégral

  • 1 L. Zecchin, Vetro e vetrai di Murano. Studi sulla storia del vetro, 3 vol. , Venise 1987-1990 (dor (...)
  • 2 Sur le travail féminin dans le métier des cristallai voir Trivellato, Fondamenta, cité note précéd (...)

1Dans les documents vénitiens l’artisan travaillant le cristal est mentionné comme cristallaio, cristalario (cristellarius)1. Une sentence judiciaire du 21 juillet 1401, conservée aux Archives d’État de Venise, se réfère à un différend entre une artisane du verre – d’après son nom probablement juive – et son associé crétois. Selon le document publié ci-après, dona Jacoba, cristalario2, habitant San Zulian, avait donné à Manoli Foca (Fuga) de Candie, représentant son frère Antonio, une somme de 60 libre parvorum, qu’elle avait versée à Jacobo Catena, cristalario. En échange, Antonio devait exercer l’art de la cristallerie (de arte cristalarie) avec Jacoba. Or, le Crétois, habitant temporaire de la contrata de San Zulian, refusait d’effectuer le travail dû. L’artisane du verre dut alors recourir au tribunal compétent pour les affaires concernant les étrangers (curia forensicorum), en déposant une plainte contre lui et en revendiquant son bon droit. De son côté, Antonio reconnut que son frère avait reçu pour son compte les 60 libre de Jacoba et prétendit qu’il était prêt à aller travailler avec elle. Le tribunal, ayant écouté les deux parties, jugea qu’Antonio devait se présenter le jour même et travailler, sinon il devrait restituer l’argent à Jacoba. En outre, il devait payer les frais du procès qui se montaient à 24 grossi.

LA SENTENCE

21401, 21 juillet, ind. 9

3ASV, Cancelleria inferiore, b. 97, Notai, n. 2, Girolamo fu Giovanni 1401-1409.

4In nomine dei eterni amen. Anno ab incarnatione domini nostri Yhesu Christi millesimo quadrigentesimo primo, mensis julij, die vigesima prima, inditione nona, Rivoalti. Presentibus Johanne Pelipario et Anthonio Trivisano, preconibus, testibus vocatis et rogatis. Cum coram nobilibus viris dominis Henrico Dandulo, Andrea Diedo et Gasparino Contareno, iudicibus curie forensicorum questio ex suo offitio verteretur inter donam Jacobam, cristalariam Sancti Juliani, ex una parte agentem et Anthonium de Candida, ad presens habitator in contrata Sancti Juliani, ex parte altera, respondentem supradicta dona sic proposuit dicens : Cum ipsa dederit Manoli Fuga de Candida, fratri Anthonij nomine et vice ipsius Anthonij, libras sexaginta parvorum solvendas ser Jacobo Catena, cristalario, cum ipse Anthonius in dicta quantitate erat obligatus ut dictus Anthonius laboraret cum ea de arte cristalarie pro dictis libris sexaginta et ipse Anthonius nolit laborare cum ea de dicta arte. Idcirco cum instantia petebat et regrebat ab ipsis dominis iudicibus dictum Anthonium de Candida cogi et compelli ad laborandum cum ea de dicta arte cristalarie aut ad dandum et solvendum sibi predictas libras sexaginta parvorum et expensas huius cause ; ex adverso autem dictus Anthonius respondebat dicens, quod predictus Manoli, eius frater, receperat nomine ipsius a dicta dona Jacoba libras sexaginta parvorum et quod erat paratus laborare et perseverare in laborando cum dicta dona Jacoba de dicta arte. Unde prefati domini judices forinse-corum, auditis et intellectis petitionibus, responsionibus, iuribus et rationibus pretium promissarum prefato sacramento dicte actrici et ea iurante omnia esse vera, ut supra petierat, per sententiam, laudum et arbitrium per justiciam et suum officium sententiando dicerunt quod predictus Anthonius per totam hodiernam diem ire debeat ad laborandum cum predicta dona Jacoba et perseverare cotidie in laborando de dicta arte cristalarie Alioquin si non iverit ad laborandum cum ea aut si iverit et non perseveraverit dare debeat idem Anthonius predicte done Jacobe libras sexaginta parvorum occasione predicta. Et expensas factas in presenti causa que sunt grossorum vigintiquatuor dantes eide actrici ad intromittendum omnia bona et havere predicti Anthonij de Candida, ubicumque poterunt reperiri usque ad integram satisfactionem omnium predictorum sub pena carceris. Et hec sententie carta in suo robore perseveret.

5Ego Henricus Dandulo, judex forinsecorum, manu mea scripsi.

6Ego Andrea Diedo, judex forinsecorum, manu mea scripsi.

7(S.N.) Ego presbiter Jeronimus quondam ser Johannis Apothecharij, Venetiarum notarius, complevi e roboravi.

  • 3 Sur le problème de la technologie dans les régions de la Grèce latine voir les travaux rassemblés (...)

8La micro-histoire centrée sur le différend entre une artisane du verre de Venise et son associé crétois présente de l’intérêt, dans la mesure où elle se réfère aux thèmes du savoir-faire au Moyen Âge et de son transfert d’une région à l’autre3. Bien que le document de la sentence ci-dessus ne précise pas les services qu’Antonio Foca devait rendre à dona Jacoba contre rémunération, il semble que le Crétois, accusé au tribunal de manquement à ses obligations professionnelles, connaissait déjà l’art de la verrerie au moment d’aller travailler dans l’atelier vénitien. Sinon, en tant qu’apprenti, il n’aurait pas été rémunéré et il aurait été obligé de fournir gratuitement son travail en échange de l’expérience technique acquise. Malheureusement le document ne précise pas combien de temps Antonio fut obligé de travailler et, par conséquent, nous ne pouvons pas déterminer si le montant payé par Jacoba correspondait à une main-d’œuvre coûteuse ou non. Quoi qu’il en soit, le document de 1401 nous apprend que Venise importait du savoir-faire de Crète. Par ailleurs, la mention de ser Jacobo Catena, cristalario, à qui dona Jacoba, cristalaria, avait versé le montant de 60 libre pour le remettre à Manoli Foca, artisan verrier, signifie que les artisans vénitiens cultivaient des relations professionnelles étroites avec leurs collègues crétois.

  • 4 Zecchin, Vetro, 3, p. 6. Coupes de verre importées de Venise, ungentaria et autres vases, datés du (...)
  • 5 Sur le terme moioli voir Zecchin, Vetro, 3, p. 5.
  • 6 Il libro dei conti di Giacomo Badoer (Costantinopoli 1436-1440), éd. U. Dorini, T. Bertelé, Rome 1 (...)
  • 7 Il libro dei conti, cité note précédente, p. 137 ; cf. Zecchin, Vetro, 3, p. 28.

9Des artisans verriers vénitiens et crétois qui travaillent les uns en Crète et les autres à Venise sont attestés dès le xiiie siècle. Avec les hommes, des techniques circulaient d’une région à l’autre, des idées s’échangeaient, tandis que pratiques et méthodes se complétaient ou se renouvelaient. Venise, centre important de fabrication et de décoration du verre, exportait dès le milieu du xiiie siècle du verre en Romanic La plus ancienne mention d’exportation en Romanie de verre fabriqué dans la petite île de Murano date de 12764. Deux grandes caisses de verreries (moioli con piede)5, fabriquées dans l’atelier d’Antonio de Strata, furent envoyées en Romanie, probablement à Constantinople. Deux siècles plus tard, le marchand vénitien de Constantinople, Giacomo Badoer, enregistra dans son précieux livre de comptes (libro dei conti) l’information selon laquelle, en juin 1437, arrivèrent de Venise dans la capitale byzantine quatre caisses de verreries, contenant 1 600 flacons (bochaleti da pè), 400 bouteilles (angestere), 200 coupes (taze) et 300 verres à boire (bichieri)6. Parmi ces articles, il garda pour son compte 40 flacons, 60 autres pour les offrir à ses amis, ainsi que 300 autres verreries ; il vendit le reste, réalisant, semble-t-il, un bénéfice considérable7.

  • 8 Sur l’installation des Grecs à Venise avant la conquête turque de Constantinople voir Ν. G. Moscho (...)
  • 9 V. Han, L. Zecchin, Presenze balcaniche a Murano e presenze muranesi nei Balcani, Balcanica 6, 197 (...)

10Comme nous pouvons le déduire de la sentence du Maggior Consiglio de Venise de 1271, pendant les dernières décennies du xiiie siècle, des Grecs, originaires surtout des régions passées sous domination vénitienne après la quatrième croisade, en particulier la Crète et les ports du Péloponnèse, résidaient dans la ville de saint Marc ou y vivaient pendant de longues périodes8. Parmi les divers professionnels grecs établis à Venise, sont signalés notamment ceux qui s’occupaient de l’art du verre. En 1280, mayster Grigorius de Napolis, de Nauplie en Péloponnèse, est mentionné en tant que décorateur de verres à boire à Murano (tintor de maiolis qui stat in contrata Sancti Steffani). Des documents provenant des archives de podestà de l’île attestent sa présence jusqu’en 1288 ; certains documents le désignent comme pintor ou pintor de moyolis. L’artisan verrier Guglielmino, mentionné en 1291 comme fiolario à Murano, était aussi d’origine grecque ou gréco-vénitienne9. Probablement les Vénitiens apprirent-ils des Grecs plusieurs des secrets de l’art du verre qu’ils ont en tout cas rapidement assimilé, en rendant les innovations d’une manière originale.

  • 10 Zecchin, Vetro, 3, p. 202.
  • 11 Ibid, p. 203. 12. Ibid.
  • 12 Ibid.
  • 13 Id., I “forestieri” nell’arte muranese fino al 1544, Giornale Economico della Camera di Commercio (...)
  • 14 Ibid, p. 83. Des Grecs s’adonnant au commerce des perles à Venise y sont attestés au xviiie siècle (...)

11Il n’y a pas mention de verriers grecs installés à Venise dans les sources connues du xive siècle. Par contre, les renseignements sont fréquents en ce qui concerne le xve siècle. Par exemple, en 1446 et en 1456, Petrus Grecus quondam Georgii, dictus Cimalarca, est cité comme vitrearius à Murano ; la même personne est mentionnée en 1437 comme possédant un four10. En 1471, parmi les personnes mêlées à un litige qui a eu lieu à un four de Murano, figure un Grec, Michiel Griego, verier11. Enfin, en novembre 1496, certains propriétaires de fours ont été dénoncés aux autorités de Murano, parce qu’ils employaient des étrangers dans leurs ateliers (magistros forenses e stizatores forenses). Parmi les étrangers qui y travaillaient, sont mentionnés les grecs Georgius Grecus, qui laborat ad scannum, et Andrea Grecus, qui stizat. D’autre part, parmi les patrons qui employaient des étrangers, est mentionné ser Petrus Grecus, que l’on peut identifier avec Petrus Grecus dictus Cimalarca12. De temps à autre, les Vénitiens décrétaient l’interdiction pour des artisans étrangers d’exercer le métier de verrier à Venise. En 1490, il fut permis d’exercer le métier à ceux des artisans étrangers qui travaillaient aux fours vénitiens depuis quinze ans et qui étaient installés à Venise avec leurs familles13. Petrus Grecus, qui était accusé d’employer illégalement des artisans grecs, devait appartenir à cette catégorie. Pourtant, malgré les interdictions, les étrangers continuèrent de travailler avec les Vénitiens. En 1501, les propriétaires vénitiens de fours à Murano ont même demandé aux autorités de leur permettre d’embaucher des employés étrangers, qui étaient sujets de Venise (chi siano sudditi e nativi ne le terre et dominio di questo stato), parce que les besoins du métier avaient augmenté et que, en revanche, les artisans habiles étaient moins nombreux14.

  • 15 Zecchin, I primi cristalli ( = Vetro, 1, p. 242-243).
  • 16 Han - Zecchin, Presenze balcaniche ( = Vetro, 3, p. 200). 17.
  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid; Laiou, Venice as a Centre of Trade, cité supra n. 9, p. 15.

12La voie maritime reliant Venise à la Crète facilitait la circulation des verres vénitiens destinés à Constantinople, puisque les marchandises provenant de la lagune transitaient d’abord par les ports crétois et ensuite arrivaient au Bosphore. En avril 1471, le marchand vénitien Antonio di Coradi, dans une lettre envoyée de Constantinople à un parent à Venise, ordonna à ce dernier de lui envoyer per via de Candia des flacons, des verres à boire, des tasses et d’autres articles de verre, bien emballés avec du coton, afin qu’ils ne cassent pas pendant le transport. De ce commerce, le Vénitien espérait obtenir un bénéfice de 300 %, ainsi qu’il l’écrivait dans sa lettre15. Or la Crète n’était pas seulement une station de transit pour les marchandises vénitiennes. Au xive siècle, on trouve dans l’île des artisans de Murano qui exerçaient l’art du verre (artem vitri). En 1330, un ouvrier, Meno, qui avait dû fuir Venise pour cause de dettes et avait fini par travailler comme verrier en Crète, retourna à Murano et demanda à reprendre son travail. Selon la délibération du Grand Conseil, qui imposait une amende à ceux qui avaient exercé l’art du verre hors de Venise et qui, à leur retour à Murano, demandaient à être rembauchés aux fours, Meno aurait dû payer une amende pour pouvoir travailler de nouveau à Venise. Il put néanmoins se soustraire à l’amende16, tout comme l’artisan Donato Placito en 1332, lui aussi parti de Murano pour exercer en Crète l’artem vitri, ou son compatriote Pasino, qui avait exercé l’art du verre extra terrain in Cretam17. Un autre artisan de Murano, Pace, outre en Crète où il avait travaillé comme verrier, s’était aussi rendu à Constantinople où il officia pendant quinze jours ; en 1338, les autorités vénitiennes lui permirent de verser une taxe réduite, afin d’obtenir le permis d’exercer à nouveau son métier à Murano18.

13Les quelques exemples rassemblés ici montrent clairement que la présence d’artisans grecs dans les ateliers de Murano, comme celle de Vénitiens dans ceux de Crète et de Constantinople, contribua grandement à l’échange de savoirs techniques, à l’influence réciproque et à l’osmose des goûts esthétiques concernant la fabrication, l’utilisation et la décoration des objets de verre. Notamment en Crète, où les conditions sociales et économiques permettaient la convergence des traditions artistiques byzantines et vénitiennes, la voie de la coopération et de la collaboration dans le domaine de la verrerie, tout comme dans d’autres domaines, était ouverte. Le document de 1401, publié plus haut, est le produit du climat de symbiose entre les deux éléments nationaux, crétois et vénitien. Le manquement du crétois Antonio Foca à ses obligations professionnelles envers son employeur à Venise, dona Jacoba, est un exemple de la dimension humaine de ce partenariat gréco-vénitien.

Notes

1 L. Zecchin, Vetro e vetrai di Murano. Studi sulla storia del vetro, 3 vol. , Venise 1987-1990 (dorénavant Zecchin, Vetro), 3, p. 8 ; F. Trivellato, Fondamenta dei vetrai. Lavoro, tecnologia e mercato a Venezia tra Sei e Settecento, Rome 2000, p. 18. Les statuts des cristallai, datés de 1284 à 1326, sont édités par G. Monticolo, E. Besta, I capitolari delle arti veneziane sottoposte alla Giustizia e poi alla Giustizia Vecchia dalle origini al MCCCXXX, 3, Rome 1914, p. 123-152. Sur le terme cristallino, voir D. Jacoby, Raw Materials for the Glass Industries of Venice and the Terraferma, about 1370 – about 1460, Journal of Glass Studies 35, 1993, p. 86-90 (= Trade, Commodities and Shipping in the Medieval Mediterranean, Ashgate 1997, IX); voir aussi W. P. McCray, Glassmaking in Renaissance Venice. The Fragile Craft, Ashgate 1999, p. 62 s.

2 Sur le travail féminin dans le métier des cristallai voir Trivellato, Fondamenta, cité note précédente, p. 172-173.

3 Sur le problème de la technologie dans les régions de la Grèce latine voir les travaux rassemblés dans : Τεχνογνωσία στή λατινουκρατούμενη Ελλάδα [Actes de la Journée d’Études organisée par la Bibliothèque Gennadeios, 8 février 1997], [Athènes] 2000.

4 Zecchin, Vetro, 3, p. 6. Coupes de verre importées de Venise, ungentaria et autres vases, datés du xive au xvie siècle, sont conservés au Musée de la Culture Byzantine de Thessalonique (voir 2003 Calendar, Glass, from the Collections of the Museum of Byzantine Culture).

5 Sur le terme moioli voir Zecchin, Vetro, 3, p. 5.

6 Il libro dei conti di Giacomo Badoer (Costantinopoli 1436-1440), éd. U. Dorini, T. Bertelé, Rome 1956, p. 136 ; cf. L. Zecchin, I primi cristalli muranesi giunti in Oriente, Vetro e Silicati 13, 1968, n. 72 ( = Vetro, 1, p. 242 ; 3, p. 28). Sur les termes mentionnés dans le texte, voir Id., Prodotti vetrari nei document ! veneziani (1469 -1482), Rivista della Stazione Sperimentale del Vetro 10, 1980, n. 2 ( = Vetro, 3, p. 160, 162-163).

7 Il libro dei conti, cité note précédente, p. 137 ; cf. Zecchin, Vetro, 3, p. 28.

8 Sur l’installation des Grecs à Venise avant la conquête turque de Constantinople voir Ν. G. Moschonas, I Greci a Venezia e la loro posizione religiosa nel xv° secolo, Ό Ερανιστής 5,1967, p. 107 ; Β. Imhaus, Le minoranze orientali a Venezia 1300-1510, Rome 1997, p. 435 s. ; Ch.Maltezou, Venice of the Greeks, [Athènes] 1999, p. 18-22 ; D. Jacoby, I Greci e altre comuunità tra Venezia e oltremare, / Greci a Venezia, Atti del convegno internazionale di studio, Venezia, 5-7 novembre 1998, Venise 2002, p. 44-48.

9 V. Han, L. Zecchin, Presenze balcaniche a Murano e presenze muranesi nei Balcani, Balcanica 6, 1975 ( = Zecchin, Vetro, 3, p. 114, 116, 198, 199) ; A. E. Laiou, Venice as a Centre of Trade and of Artistic Production in the Thirteenth Century, Il Medio Oriente e l’Occidente nell’arte del xiii secolo (Atti del XXIV Congresso internationale di storia dell’arte), éd. H. Belting, Bologne 1982, p. 18-19 ; Jacoby, I Greci, cité note précédente, p. 46-47. Sur l’industrie du verre à Murano pendant la période 1370-1460, voir Jacoby, Raw Materials, cité supra n. 1, p. 65- 90.

10 Zecchin, Vetro, 3, p. 202.

11 Ibid, p. 203. 12. Ibid.

12 Ibid.

13 Id., I “forestieri” nell’arte muranese fino al 1544, Giornale Economico della Camera di Commercio 10, 1956 ( = Vetro, 2, p. 82).

14 Ibid, p. 83. Des Grecs s’adonnant au commerce des perles à Venise y sont attestés au xviiie siècle : en 1741 les sources mentionnent due femine di nation greca, qui vendaient illégalement des colliers, ainsi que le marchand grec Giovanni Demetrio (Trivellato, Fondamenta, p. 181).

15 Zecchin, I primi cristalli ( = Vetro, 1, p. 242-243).

16 Han - Zecchin, Presenze balcaniche ( = Vetro, 3, p. 200). 17.

17 Ibid.

18 Ibid; Laiou, Venice as a Centre of Trade, cité supra n. 9, p. 15.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540