Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Les empereurs de Trébizonde, débiteurs des Génois

Sergej P. Karpov

Texte intégral

  • 1 Voir en premier lieu M. Balard. La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), 2 vol. , Rome-Gênes (...)

1La présence des Génois en mer Noire1 et l’établissement de grands centres de commerce et de forteresses comme le sont Caffa ou Tana ne pouvaient pas ne pas entraîner toutes les catégories sociales de la population indigène dans les affaires avec les Ligures. Les empereurs de Trébizonde, les Grands Comnènes (1204-1461), ne font pas exception, comme le montrent les dettes impériales de différentes sortes que nous allons étudier.

  • 2 ASG, Archivio Segreto (AS), Materie Politiche 2727, pièce 12. Publication : C. Desimoni, Intorno al (...)

2Certaines dettes proviennent de marchandises retenues ou bien achetées à crédit par les souverains. L’empereur pouvait en effet intercepter des marchandises pour non-respect des taxes douanières ou bien il prenait parfois des marchandises à crédit, qu’il ne payait pas par la suite. Il est très difficile à cause du manque de références exactes dans les sources, de déterminer l’origine de ces dettes. Il est connu, par exemple, que l’empereur Alexis II fut obligé de payer aux Génois Paolo Doria, Andreolo Cattaneo et ses frères ainsi qu’aux trois frères Salvago, 262 000 aspres, de quibus fit mentio in duobus privilegiis imperialibus ; peut-être s’agit-il des deux chrysobulles datant de 1304 environ. L’obligation de payer le reste de cette somme, soit 256 228 aspres, est insérée dans le texte de l’accord de 1314 entre Gênes et l’empereur2.

  • 3 G. Pistarino, I Gin dell’Oltremare, Gênes 1988, p. 60-62, et p. 71-73 pour l’édition du document.
  • 4 Balard, La Romanie Génoise, 1, cité supra n. 1, p. 135. Chemins d’outre-mer. Études d’histoire sur (...)

3Les autres dettes, les plus nombreuses, proviennent de dédommagements, à la suite d’opérations militaires. Par exemple, une réduction considérable des taxes fut prévue en guise d’indemnité pour les pertes subies en 1304 par les Génois lors de troubles et d’un incendie à Trébizonde3. Pour collecter et distribuer l’argent, le gouvernement de Gênes institua, avant mars 1310, une compera medalie Trapesunde au capital de 4 000 livres4. De temps à autre les dettes directes dérivant des transactions et des réparations se combinent. En 1314, on prévit le paiement aux marchands génois, dans le délai de quatre mois, de 105 000 aspres comme compensation pour la perte d’une caravane de ces marchands saisie par l’empereur à Trébizonde pendant les troubles ou peut-être précédemment.

  • 5 Desimoni, Intorno, cité supra n. 2, p. 528.
  • 6 Ibid., p. 518-524. La somme de 488 574 aspres équivalait à 34 898 hyperpères, à raison d’un hyperpè (...)

4Le nouveau conflit de 1313-1314 augmenta les dettes des empereurs. Dans le traité de paix de 1314, les obligations d’Alexis II pour le dédommagement des pertes des Génois prirent une place importante. On attendit l’envoi à Gênes d’un ambassadeur trapézontin. Ce dernier dut s’engager dans les négociations à propos des compensations pour les pertes subies par les marchands de Caffa durant une attaque des galées de Sinope et de Trébizonde en 1313 et 1314 et aussi faire un examen de toutes les plaintes possibles des citoyens de Gênes et du distretto. En 1316, les pertes des Génois sont évaluées à 250 000 aspres et sont couvertes par les sommes destinées à compenser les pertes des sujets de l’empereur lésés par les actions hostiles de la flotte génoise5. D’après l’estimation juridique, les indemnités à percevoir par les Génois trafiquant avec les galées de Giovanni Fatinanti et Giovanni da Chiavari devaient être payées en trois versements à huit mois d’intervalle chacun. Les mêmes conditions furent appliquées pour le paiement d’une somme de 127 346 aspres à quinze marchands génois spoliés à Trébizonde. Le montant total, y compris les dettes précédentes, qu’il fallait encore vérifier et compléter à Gênes, équivalait à 488 574 aspres, mais, après les pourparlers à Gênes, l’empereur pouvait également prétendre à une compensation pour ses pertes6, ce qui fut fait en 1316.

  • 7 Mentionné dans ASG, Notai antichi 220, f. 47v-48r.
  • 8 ASG, Notai antichi 127, f. 241r-v, acte du 5 septembre 1315, conformément à une procuration du 18 m (...)
  • 9 ASG, Notai antichi 220, f. 47v-53v.
  • 10 Les données analogues pour toutes les personnes sauf une se trouvent dans le texte de l’accord de 1 (...)
  • 11 ASG, AS, Materie Politiche 2727, pièce 14 (Desimoni, Intorno, p. 527-533 ; P. Lisciandrelli, Tratta (...)
  • 12 ASG, Notai Antichi 225 (notaire Tommaso Casanova), doc. 59, acte du 7 septembre 1338 (il y est ment (...)
  • 13 ASG, Notai Antichi 221 (notaire Tommaso Casanova), sans numéro, acte du 9 mai 1325.

5Avant le voyage de l’ambassadeur de Trébizonde à Gênes, un accord préliminaire fut conclu le 13 juin 1315. Son texte est perdu7, mais il s’agissait de régler le mode de remboursement des dettes. En septembre 1315, un notaire génois rédigea des procurations pour entamer des poursuites en vue d’obtenir un dédommagement pour des pertes subies par les Génois de Crimée à cause d’une embuscade de la flotte de Trébizonde et de Sinope8 ; à la fin d’octobre 1315, le notaire Tommaso Casanova instrumente à Gênes pour l’ex-ambassadeur et juriste Antonio Portonario des actes par lesquels celui-ci confère à Casanova et à d’autres individus le droit de recevoir, conformément aux accords, une indemnisation de la part de l’empereur. Quatre actes sont conservés dans un minutier de Casanova, dont l’un est privé de conclusion. Tous sont datés des 24-30 octobre 13159. Vraisemblablement les documents ont été écrits pour être présentés aux responsables de la distribution de l’argent aux victimes. Le premier document mentionne douze personnes que l’accord de 1314 avait prévu d’indemniser. La somme totale réclamée est de 104 244 aspres10. Six personnes ont dû recevoir 33 025 aspres conformément à la convention de 1315. Le second document cite deux personnes qui ont subi des pertes. Elles se sont trouvées dans les vaisseaux de Giovanni Fatinanti et Giovanni da Chiavari et sont également nommées dans le texte de l’accord de 1314 pour une indemnité de 12 291 aspres et demi. Enfin, deux autres actes ne concernent qu’un seul individu, Carlino Bochesano, pour un dommage de 23 192 aspres. Selon l’accord du 24 mars 1316, l’empereur de Trébizonde devait recevoir à son tour 500 000 aspres pour l’indemnisation des pertes causées par l’embuscade des Génois contre ses sujets. Mais le basileus ne vit pas cet argent. Une moitié en fut retenue comme compensation pour la restitution à l’empereur du territoire de l’ancien établissement des Génois, et l’autre servit à dédommager les Génois de Crimée en 1313 et 131411. C’est pourquoi Casanova et les autres notaires se dépêchèrent de rédiger les pétitions pour le remboursement de leurs clients en 1315. Ces dettes et quelques autres furent probablement recouvrées en 1316. Mais l’empereur dut encore accorder des compensations pour ceux qui avaient subi des pertes à Trébizonde, conformément à l’accord de 1314. Une seule dette d’Alexis II à Ingueto de Mari en 1317 se montait à 274 279 aspres dont seulement 25 000 aspres avaient été payés en 1338. Les créanciers attendirent le remboursement du reste12. La plus grande partie de cette dette provenait probablement du conflit de 1313-1314 et avait été fixée dans l’accord de 1314. En 1325, la compera medaglie de Trébizonde était évaluée à 40 000 livres ou 800 000 aspres13.

  • 14 ASG, Antico Comune 56, Magistrorum rationalium introitus et exitus, f. XXVIIIr ; cf. Balard, La Rom (...)
  • 15 ASG, Notai Antichi 314 (notaire Andreolo Caito, cart. 6), f. 74v-75r (349v-350r).
  • 16 ASG, Notai Antichi 397, f. 66v-67r, acte du 22 mars 1376.

6En 1373, à la suite des désaccords entre le basileus et les marchands ligures à propos de la compensation des dettes, un ambassadeur génois, Antonio Noitorano, fut envoyé à Trébizonde14. L’année suivante, agissant avec deux autres marchands, Antonio di Lazaro et Andriolo da Sarzana, il donna mandat à ses représentants pour recouvrer les sommes dues par l’empereur de Trébizonde, alors Alexis III (1349-1390), et ses sujets15. En 1376, Lazaro Ugoni da Portovenere, habitant de Trébizonde, donne procuration pour rembourser ses dettes à ses partenaires génois en raison de transactions faites à Trébizonde16. Il s’agit apparemment de dettes d’origine commerciale.

  • 17 Voir S. P. Karpov, l’impero di Trebisonda, Venezia, Genova e Roma, 1204-1461. Rapporti politici, di (...)
  • 18 N. Iorga, Notes et extraits pour servir à l’histoire des Croisades au xve siècle, ROL 4, 1896, p. 5 (...)

7En 1415-1417, une vraie guerre fut menée par les Génois contre l’empire de Trébizonde. La flotte ligure remporta la victoire17. Le commandant Cosma Tarigo et ses compagnons élaborèrent les conditions préliminaires de la paix avec l’empereur. Seules les clauses financières sont connues. Le jeune empereur Alexis IV (1417-1429) était obligé de payer 5 000 sommi (1 094,56 kilos) d’argent, 2 500 végètes de vin (13 125 hectolitres) et 2 000 modioi (34 168 litres) de noisettes. Il avait deux ans pour effectuer ces importants, et peut-être insupportables, paiements. Les autorités de l’Empire cherchèrent alors à adoucir la situation. En février 1418, un ambassadeur du Grand Comnène, Théodore Doranitès, se rendit à Gênes. C’est lui qui reçut du doge Tommaso Campofregoso une sentence arbitrale, c’est-à-dire les conditions finales de la paix. Le doge fit des remises à Trébizonde, en diminuant la somme des réparations prévues. La mention du paiement en argent fut annulée, la quantité de vin resta la même, mais on abaissa à 1 600 modioi (27 334,2 litres) la quantité de noisettes à fournir. Le délai de remboursement fut prolongé de deux années et les autres conditions de l’accord préliminaire confirmées18.

  • 19 ASG, San Giorgio (SG), Sala 34, 607/2230, Diversorum 4, f. 92v-93r, acte du 27-28 juin 1420.
  • 20 Ibid., f. 84v-85r, acte du 3 mai 1420 (publication d’un fragment : Iorga, Notes et extraits, ROL 4, (...)

8En 1420, le gouvernement de Gênes transféra le reste de la créance à la Banque de Saint-Georges en compensation des obligations de la République vis-à-vis de la Banque. Les Protecteurs de la Banque agirent alors pour obtenir le paiement des dettes, et obligèrent les procureurs de Caffa à prendre toutes les mesures nécessaires19. La Banque, par exemple, était préoccupée par le fait que l’empereur n’avait versé en 1419-1420 que 150 végètes de vin sur les 500 attendues20. Toutefois, une partie de la dette fut amortie.

  • 21 Voir V. Laurent, L’assassinat d’Alexis IV, empereur de Trébizonde († 1429). Date et circonstances, (...)
  • 22 Voir S. P. Karpov, Una famiglia nobile del mondo coloniale Genovese : i Di Negro, mercanti e « baro (...)
  • 23 ASG, AS 1779, Litterarum 3, f. 360r-v, acte du 6 mars 1431 (document analysé par Iorga, Notes et ex (...)
  • 24 ASG, AS 1780, Litterarum 4, f. 40v, acte du 7 mars 1431 (document analysé par Iorga, Notes et extra (...)
  • 25 ASG, Notai antichi, 601 (notaire Francesco Casanova), acte 131.

9L’empereur Jean IV (1429-1460) fit en 1429 un coup d’État avec l’aide des Génois21, qui étaient parmi ses partisans et « barons »22. Deux ans plus tard, la République assura Jean IV de son amitié, en lui rappelant toutefois de payer ses dettes à un marchand génois, Carlo Piccamiglio, et aux héritiers de feu Bartolomeo Doria23. Le 7 mars 1431, un ambassadeur et syndic, Battista de Puteo, fut envoyé de Gênes à Trébizonde pour négocier la révision des anciens accords et en conclure de nouveaux24. Le choix de l’ambassadeur n’a pas été fait par hasard : la famille de Puteo, Battista lui-même et son frère Pietro avaient des intérêts commerciaux à Simisso et à Trébizonde dès 1422 au moins25.

  • 26 Lettre à l’empereur : ASG, AS, 1784, Litterarum 8, f. 165v, acte du 17 mars 1438. Lettre à Dorino G (...)
  • 27 ASG, AS, 1784, Litterarum 8, f. 165.

10Jusqu’en 1438, l’empereur ne paya pas ses anciennes dettes ni les nouvelles, pourtant il ne nia jamais leur existence ; au contraire, il continuait à promettre de rembourser. Dans une lettre de 1438 adressée à Jean IV, le doge Tommaso Campofregoso approuva les intentions de celui-ci et promit de faire ce qu’il pouvait pour réconcilier l’empereur avec Alexandre, son frère rebelle et exilé, gendre de Dorino I Gattilusio, seigneur de Mytilène. Le doge demanda à l’empereur de déconseiller à Gattilusio de faire une action militaire et promit sa médiation26. Par une lettre du 17 mars 1438, le doge chargea le consul de Caffa, le podestat de Péra et autres « recteurs » génois en mer Noire de soutenir l’empereur de Trébizonde et ses sujets, pourvu que les intentions de celui-ci soient vraies et sincères27.

  • 28 ASG, AS, 1780, Litterarum 4, f. 145r-v, acte du 19 mars 1434.
  • 29 ASG, AS, 1780, Litterarum 4, f. 144 r-v, acte du 19 mars 1434 (un exposé bref et inexact : N. Iorga(...)

11Malgré des assurances d’amitié et un appui probable accordé à Gênes dans les affaires internationales, Jean IV causait néanmoins des torts aux marchands génois ; il était très rigoureux dans la collecte des taxes et confisquait les possessions de ceux qui ne payaient pas le juste montant des kommerkioi. On peut dire qu’il a utilisé tous les moyens pour remplir son trésor en déficit permanent. Au début des années 1430, il refusa de rembourser 3 000 ducats, dette de son père, pour des marchandises achetées à crédit à Tomà de Trotis, un marchand génois. En mettant le marchand en prison, Jean IV s’empara du gage donné auparavant. La protestation du consul de Caffa ne fut pas prise en considération. Gênes se trouvait alors sous l’autorité des ducs de Milan. Filippo Maria Visconti, par une lettre du 9 mars 1434, demanda à son représentant le gouverneur de Gênes et à l’Officium Provisionis Romanie de prendre des mesures afin de protéger Tomà de Trotis. Ces derniers envoyèrent un message à l’empereur indiquant que Gênes était prête à obtenir justice par tous les moyens28. Un mandat spécial donna l’ordre au consul de Caffa, Battista Fornario, et au commandant de la flotte militaire, le chevalier Carlo Lomellini, d’assurer soit le retour du gage soit le remboursement, en appliquant la force si nécessaire29. Évidemment le différend fut réglé, sans qu’aucun conflit sérieux n’ait eu lieu.

  • 30 Sur la famille de Merode de Péra, voir M. Balard, La société pérote aux xive-xve siècle : autour de (...)
  • 31 ASG, AS, 3033, Diversorum, sans numéro, acte du 19 mai 1441, n°168, acte du 28 mars 1442 (S. P. Kar (...)
  • 32 Voir Karpov, Una famiglia nobile, cité supra n. 22 ; J. Paviot, Comment avoir justice des dommages (...)
  • 33 ASG, AS, 1786, Litterarum 10, f. 429 ; AS, 1788, Litterarum 12, f. 351r-v, acte du 15 juin 1443 (pa (...)
  • 34 Karpov, l’impero di Trebisonda, cité supra n. 17, p. 170-171.

12En 1441, le gouvernement de Gênes reçut une pétition d’un habitant de Péra, Filippo de Merode, et de ses compagnons30. Un bâtiment nolisé par de Merode et par ses partenaires avait été détenu au port de Trébizonde sur ordre de l’empereur, les marchandises et possessions saisies et confisquées. Le consul de Caffa avait demandé sans succès la restitution du butin en 1437. De Merode s’adressa alors au doge qui, par une lettre courtoise, pria l’empereur, au nom de l’amitié traditionnelle, de compenser les pertes de ce citoyen génois. En cas de refus, le doge n’insistait pas pour obtenir les paiements tout de suite, mais proposait un examen judiciaire par le podestat et l’Office du commerce de Péra31. Il est clair qu’il ne s’agissait pas vraiment de violence simple, mais d’une confiscation légale à cause de transgressions de la loi de la part des Génois. L’action, dirigée par Girolamo di Negro, un officier génois au service de l’empereur, fut commise, semble-t-il, à cause des infractions fiscales ou de la piraterie des marchands (faits courants à cette époque)32. En 1443, le doge Raffaele Adorno écrivit à Jean IV que les marchands génois à Trébizonde s’étaient plaints du mauvais comportement du souverain à leur égard et du non-respect des accords avec la République. Mais dans le document même on avait indiqué que beaucoup de litiges avaient un caractère contestable ; les Grecs de Trébizonde considérèrent qu’il s’agissait d’accusations de calomniateurs (detractores). Le Génois Domenico d’Allegro, haut fonctionnaire de l’empereur, nommé consul génois à Trébizonde afin de prendre des décisions arbitrales, était un officier à la fois de Gênes et de Trébizonde33. Gênes ne voulut pas élargir les conflits et augmenter les dettes déjà existantes et reconnues par l’empereur. Cette fois l’augmentation des taxes prélevées sur les marchandises de Trébizonde dans les comptoirs génois de la mer Noire fut utilisée comme moyen de pression34.

  • 35 A. Vigna, Codice diplomatico delle colonie Tauro-Liguri durante la signoria dell’Ufficio di S. Gior (...)
  • 36 Voir G. G. Musso, Armamento e navigazione a Genova tra il Tre e Quattrocento (appunti e documenti), (...)
  • 37 Vigna, Codice, cité supra n. 35, p. 817 ; ASG, SG, Sala 34,590/1228, f. 29v, acte du 26 avril 1458.

13Les dettes de Jean IV ne furent pas payées avant la chute de l’empire de Trébizonde. En 1458, il devait encore verser à la Banque de Saint-Georges 17 077 livres et les intérêts35. L’endettement chronique du basileus auprès de cette dernière est noté régulièrement dans les registres des revenus et des frais de la Banque36. Elle essaya, mais sans résultat, de contraindre le consulat de Caffa à faciliter les indemnisations37. Dans les circonstances périlleuses de l’expansion ottomane, les Génois n’ont plus pu user de la force. Toutes ces dettes furent perdues dans les remous de la conquête turque de Trébizonde en 1461.

Notes

1 Voir en premier lieu M. Balard. La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), 2 vol. , Rome-Gênes 1978 ; Id., La mer Noire et la Romanie génoise (xiiie-xve siècles), Londres 1989 ; Id., Gênes et l’Outre-Mer. I, Les actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto, 1289-1290, Paris-La Haye 1973 ; Id., Gênes et l’Outre-Mer. II, Actes de Kilia du notaire Antonio di Ponzo, 1360, Paris-La Haye 1980, et beaucoup d’autres.

2 ASG, Archivio Segreto (AS), Materie Politiche 2727, pièce 12. Publication : C. Desimoni, Intorno alla impresa di Megollo Lercari in Trebisonda, ASLi 13, fasc. 3, 1879, p. 523-524.

3 G. Pistarino, I Gin dell’Oltremare, Gênes 1988, p. 60-62, et p. 71-73 pour l’édition du document.

4 Balard, La Romanie Génoise, 1, cité supra n. 1, p. 135. Chemins d’outre-mer. Études d’histoire sur la Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard. Paris, Publications de la Sorbonne, 2004 (Byzantina Sorbonensia 20)

5 Desimoni, Intorno, cité supra n. 2, p. 528.

6 Ibid., p. 518-524. La somme de 488 574 aspres équivalait à 34 898 hyperpères, à raison d’un hyperpère pour 14 aspres comnénats (ibid., p. 525 ; ASG, Notai antichi 220, f. 49r). Par comparaison, la dette de l’empereur de Byzance Michel VIII Paléologue envers les Vénitiens en 1277, insupportable pour Byzance, équivalait à 35 000 hyperpères. Voir G. Morgan, The Venetian claims commission of 1278, BZ 69, 1976, p. 426.

7 Mentionné dans ASG, Notai antichi 220, f. 47v-48r.

8 ASG, Notai antichi 127, f. 241r-v, acte du 5 septembre 1315, conformément à une procuration du 18 mai 1314.

9 ASG, Notai antichi 220, f. 47v-53v.

10 Les données analogues pour toutes les personnes sauf une se trouvent dans le texte de l’accord de 1314 : Desimoni, Intomo, p. 523.

11 ASG, AS, Materie Politiche 2727, pièce 14 (Desimoni, Intorno, p. 527-533 ; P. Lisciandrelli, Trattati e negoziazioni politiche della Repubblica di Genova [958-1797]. Regesti, Gênes 1960, n° 514, p. 105-106) ; cf. Balard, La Romanie génoise, 1, p. 136.

12 ASG, Notai Antichi 225 (notaire Tommaso Casanova), doc. 59, acte du 7 septembre 1338 (il y est mentionné un acte de reconnaissance de dette par l’empereur du 21 octobre 1317). La somme de 10 000 aspres (500 livres de Gênes) a dû être payée comme dot à Catalina, la fille d’Ingueto, déjà mort. Le document est cité dans Balard, La Romanie Génoise, 1, p. 136-137.

13 ASG, Notai Antichi 221 (notaire Tommaso Casanova), sans numéro, acte du 9 mai 1325.

14 ASG, Antico Comune 56, Magistrorum rationalium introitus et exitus, f. XXVIIIr ; cf. Balard, La Romanie Génoise. 1, p. 88, n. 288.

15 ASG, Notai Antichi 314 (notaire Andreolo Caito, cart. 6), f. 74v-75r (349v-350r).

16 ASG, Notai Antichi 397, f. 66v-67r, acte du 22 mars 1376.

17 Voir S. P. Karpov, l’impero di Trebisonda, Venezia, Genova e Roma, 1204-1461. Rapporti politici, diplomatici e commerciali, Rome 1986, p. 157-158.

18 N. Iorga, Notes et extraits pour servir à l’histoire des Croisades au xve siècle, ROL 4, 1896, p. 588-590 ; Id., Notes et extraits pour servir à l’histoire des Croisades au xve siècle. Série I, Paris 1899. p. 79-81 (avec corrections). Pour les mesures, cf. E. Schilbach, Byzantinische Metrologie, Munich 1970, p. 124-128, 192 ; Balard, La Romanie Génoise, 2, p. 842-846.

19 ASG, San Giorgio (SG), Sala 34, 607/2230, Diversorum 4, f. 92v-93r, acte du 27-28 juin 1420.

20 Ibid., f. 84v-85r, acte du 3 mai 1420 (publication d’un fragment : Iorga, Notes et extraits, ROL 4, cité supra n. 18, p. 619).

21 Voir V. Laurent, L’assassinat d’Alexis IV, empereur de Trébizonde († 1429). Date et circonstances, Άρχεον Πόντου 20, 1955, p. 138-143; A. Bryer, The faithless Kabazitai and Scholarioi, Maistor : Classical, Byzantine and Renaissance Studies for Robert Browning, éd. A. Moffat, Camberra 1984 (Byzantina Australiensia 5), p. 309-327 (= People and Settlement in Anatolia and the Caucasus, Londres 1988, VII).

22 Voir S. P. Karpov, Una famiglia nobile del mondo coloniale Genovese : i Di Negro, mercanti e « baroni » dei Grandi Comneni di Trebisonda, Oriente e Occidente tra Medioevo ed età moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, éd. L. Balletto, Acqui Terme 1997, 2, p. 587-604.

23 ASG, AS 1779, Litterarum 3, f. 360r-v, acte du 6 mars 1431 (document analysé par Iorga, Notes et extraits, ROL 6, 1898, p. 100-101).

24 ASG, AS 1780, Litterarum 4, f. 40v, acte du 7 mars 1431 (document analysé par Iorga, Notes et extraits, ROL 6, 1898, p. 101).

25 ASG, Notai antichi, 601 (notaire Francesco Casanova), acte 131.

26 Lettre à l’empereur : ASG, AS, 1784, Litterarum 8, f. 165v, acte du 17 mars 1438. Lettre à Dorino Gattilusio : ibid., f. 168 ; publiée dans : A. Luxoro, G. Pinelli-Gentile, Documenti riguardanti alcuni dinasti dell’Arcipelago, Giornale Ligustico di archeologia, storia e belli arti 2, 1875, p. 292-293 (avec la date erronée du 10 mars, au lieu du 27).

27 ASG, AS, 1784, Litterarum 8, f. 165.

28 ASG, AS, 1780, Litterarum 4, f. 145r-v, acte du 19 mars 1434.

29 ASG, AS, 1780, Litterarum 4, f. 144 r-v, acte du 19 mars 1434 (un exposé bref et inexact : N. Iorga, Notes et extraits, ROL 6, p. 127).

30 Sur la famille de Merode de Péra, voir M. Balard, La société pérote aux xive-xve siècle : autour des Demerode et des Draperio, Byzantine Constantinople Monuments, Topography, and Every Day Life, éd. N. Necipoğlu, Leyde 2001 (The medieval Mediterranean 33), p. 299-311.

31 ASG, AS, 3033, Diversorum, sans numéro, acte du 19 mai 1441, n°168, acte du 28 mars 1442 (S. P. Karpov, Regesty dokumentov Fonda Diversorum Filze Sekretnogo Arhiva Genui, otnosjaščiesja k istorii Pričernomor’ja., Pričernomor’e v srednie veka 3, Moscou-Saint-Pétersbourg 1998, p. 34-35) ; ASG, AS, 1786, Litterarum 10, f. 429, acte du 29 mai 1441 (un fragment est publié dans Iorga, Notes et extraits, ROL 1, 1899, p. 41-42).

32 Voir Karpov, Una famiglia nobile, cité supra n. 22 ; J. Paviot, Comment avoir justice des dommages subis en mer Noire au xve siècle, Publications du Centre Européen d’Études bourguignonnes (xive-xvie s.) 30,1990, p. 117-125 ; Id., La piraterie bourguignonne en mer Noire à la moitié du xve siècle, Horizons marins, itinéraires spirituels (ve-xviiie s.). Etudes réunies en l’honneur de Michel Mollat. 2, Marins, navires et affaires, éd. H. Dubois, J.-Cl. Hocquet, A. Vauchez, Paris 1987, p. 203-214.

33 ASG, AS, 1786, Litterarum 10, f. 429 ; AS, 1788, Litterarum 12, f. 351r-v, acte du 15 juin 1443 (partiellement dans Iorga, Notes et extraits, ROL 7, p. 105).

34 Karpov, l’impero di Trebisonda, cité supra n. 17, p. 170-171.

35 A. Vigna, Codice diplomatico delle colonie Tauro-Liguri durante la signoria dell’Ufficio di S. Giorgio (MCCCCLIII - MCCCCLXXV), ASLi 6, 1868, n°377 (acte du 8 février 1458).

36 Voir G. G. Musso, Armamento e navigazione a Genova tra il Tre e Quattrocento (appunti e documenti), Miscellanea storica ligure 3, 1973, p. 31 ; Id., Navigazione e commercio genovese con il Levante nei documenti dell’Archivio di Stato di Genova (Secc. xiv-xv), Rome 1975, p. 18, n. 1.

37 Vigna, Codice, cité supra n. 35, p. 817 ; ASG, SG, Sala 34,590/1228, f. 29v, acte du 26 avril 1458.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540