Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Pour une réévaluation des phénomènes de colonisation en Méditerranée occidentale et au Maghreb pendant le Moyen Âge et le début des Temps modernes

Philippe Gourdin

Texte intégral

  • 1 Cl. Cahen, Orient et Occident au temps des Croisades, Paris 1983, p. 5-8.
  • 2 « Les conditions des études universitaires donnent l’habitude de diviser l’humanité en deux parties (...)

1Dans l’introduction de son livre Orient et Occident à l’époque des Croisades1, Claude Cahen reprend une critique qu’il exprimait déjà en 1960 à l’encontre du cloisonnement de l’étude des relations entre les pays chrétiens et musulmans qui, pour des raisons essentiellement linguistiques, séparait la matière historique en deux caissons étanches, l’un dominé par les historiens de l’Occident chrétien, l’autre par les orientalistes2. Au-delà de cette séparation matérielle, la critique porte surtout sur la prédominance de problématiques européo-centrées qui ne s’intéressent aux relations entre chrétiens et musulmans qu’en épousant la thèse de l’expansion chrétienne, sans tenter d’apporter au propos un apport proprement islamique, et en ne voyant les musulmans qu’en termes de résistance à cette expansion. Dans cette optique, l’histoire des croisades à laquelle se réfère Claude Cahen se résume à un épisode de l’histoire de l’expansion occidentale dans lequel l’Orient musulman n’apparaît que comme un faire-valoir. La remarque de Claude Cahen pourrait aussi concerner l’histoire de la péninsule Ibérique (ou encore celle de la Sicile), autre lieu de confrontation politique et militaire entre chrétiens et musulmans, moins en raison du compartimentage des sources et des travaux qu’en raison du débat historiographique, et surtout idéologique, entre les tenants de la continuité chrétienne, sans rupture, entre le royaume wisigothique de Tolède et les royaumes chrétiens du nord de la Péninsule responsables de la reconquista, et ceux qui refusent de réduire la période islamique à une simple parenthèse, un Moyen Âge obscur coincé entre deux périodes glorieuses pendant lesquelles les chrétiens dominent la Péninsule.

2La critique de Claude Cahen, et le débat qui lui est associé, sont-ils pertinents pour la recherche historique concernant le Maghreb ? La question mérite d’être posée car, contrairement au Proche-Orient, à la péninsule Ibérique ou à la Sicile, cette région de l’Occident musulman ne fut jamais, ni au Moyen Âge ni à l’époque moderne, un enjeu véritable pour les chrétiens du nord de la Méditerranée, en dépit de quelques expéditions militaires malheureuses (Salé en 1260, Tunis en 1270, Mahdiya en 1390, Djerba à plusieurs reprises) et de quelques réussites ponctuelles comme l’éphémère royaume normand d’Afrique au xiie siècle, les établissement portugais du Maroc au xve siècle ou les présides espagnols du xvie siècle. Or, dès qu’une recherche historique sur le Maghreb commence à prendre forme, on constate qu’elle adopte le même schéma que celui qui est critiqué par Claude Cahen pour l’Orient des croisades : le cloisonnement des recherches entre arabisants et historiens de l’Occident chrétien d’une part, et l’adoption quasi exclusive par ces derniers de problématiques liées à l’expansion européenne d’autre part.

DES PROBLÉMATIQUES LIÉES EXCLUSIVEMENT À L’EXPANSION EUROPÉENNE

  • 3 Les deux expéditions armées qui donnent lieu à la littérature la plus abondante, la croisade et la (...)
  • 4 Al-Tanasī, Histoire des Beni Zayan, rois de Tlemcen, trad.de l’abbé Bargès, Paris 1852. Abbé Bargès (...)
  • 5 M. Talbi, L’émirat aghlabide. 184-296 (800-909), Paris 1966. H.-R. Idris, La Berbérie orientale sou (...)

3La conquête de l’Algérie à partir de 1830 et la constitution des empires coloniaux à la fin du siècle font naître d’emblée deux historiographies de l’Afrique du Nord, celle des arabisants qui s’intéressent à l’histoire intérieure des nouveaux territoires contrôlés par les Européens, et celle des historiens de l’Europe chrétienne qui, faute d’exploits militaires à relater3, recherchent dans le passé les prémices ou les signes avant-coureurs de la domination européenne et n’étudient donc les relations entre les puissances chrétiennes du nord de la Méditerranée et les États maghrébins du Moyen Âge ou de l’époque moderne qu’à l’aune de l’expansion économique et culturelle de l’Occident chrétien. Parmi les arabisants, on peut citer l’abbé Bargès, professeur d’arabe à Marseille, qui traduit al-Tanasī en 1852 et rédige une histoire de la dynastie des Banū Zayyān de Tlemcen, mais aussi des traducteurs, comme le professeur à la faculté de droit d’Alger Edmond Fagnan, ou des historiens comme Georges Marçáis, Henri Terrasse ou Robert Brunschvig, ce dernier étant le seul à croiser des sources islamiques, juives et occidentales pour son histoire des Hafsides4. Il est rejoint dans cette démarche par Mohammed Talbi et Hady-Roger Idris5.

  • 6 L. de Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous la maison des Lusignan, 3 vol., Paris 1852.
  • 7 Id.. Bulle inédite de l’an 1290 relative à la ville de Tlemsen en Algérie, Bibliothèque de l’École (...)
  • 8 P. Masson, Histoire du commerce français dans le Levant au xviie siècle, Paris 1896.
  • 9 Id., Histoire des établissements et du commerce français dans l’Afrique Barbaresque (1560-1793), Pa (...)
  • 10 Id., Les compagnies de corail. Étude historique sur le commerce de Marseille et les origines de la (...)

4Les premiers historiens de l’Occident qui s’intéressent au Maghreb sont des historiens de la Méditerranée qui effectuent également des recherches orientales. Pour eux, l’histoire des relations entre les pays chrétiens et le Maghreb, comme celle des croisades ou de la reconquista, n’est qu’une des facettes ou une étape de l’histoire de l’expansion du capitalisme et de l’impérialisme européen depuis le xie et le xiie siècle, c’est-à-dire depuis que les chrétiens ont mis fin à une hégémonie musulmane de plusieurs siècles en Méditerranée. Louis de Mas-Latrie et Paul Masson en sont des exemples éloquents. Le premier, archiviste et traducteur, est l’auteur d’une Histoire du royaume de Chypre qui paraît en 18526. Il explore les fonds de Pise et de Florence dès 1841-1842 et livre ses premiers travaux sur les relations commerciales ou religieuses entre l’Europe du Sud et le Maghreb à la Bibliothèque de l’École des Chartes à partir de 1846, avant de les réunir « par ordre de l’empereur » et de les commenter en 1866 dans son recueil de « Traités de paix et de commerce ». Il explique, dans sa préface, que « l’esprit de bonne foi et de tolérance religieuse » qui régna pendant le Moyen Âge « pour l’avantage réciproque des deux peuples » peut servir de modèle à ses contemporains, contrairement aux « instincts fanatiques et cupides » des Turcs qui s’emparèrent du pays au xvie siècle7. Au tournant du siècle, Paul Masson écrit une Histoire du commerce français dans le Levant8 avant de concentrer ses recherches sur l’Afrique du Nord française et de rédiger en 1903 son Histoire des établissements et du commerce français dans l’Afrique Barbaresque, puis en 1908 son étude sur Les compagnies du corail. Dans l’avant-propos du premier document consacré au Maghreb, Paul Masson s’inscrit d’emblée dans la longue durée et n’hésite pas à qualifier les expériences commerciales marseillaises du xvie siècle sur les côtes maghrébines « d’obscures et lointaines entreprises » qui préparent l’expansion française de son époque, et précise que « l’occupation de l’Algérie et de la Tunisie [est] le fruit de trois siècles d’efforts et de la remarquable continuité de notre politique »9. Il confirme cette appréciation générale en donnant comme sous-titre de son deuxième ouvrage « Aux origines de la colonisation française en Algérie-Tunisie »10.

  • 11 Par exemple, les travaux de Francesco Podestà : Fr. podestà, L’isola di Tabarca e le pescherie di c (...)

5Cette orientation générale de la recherche historique sur le Maghreb médiéval ou moderne n’est pas l’apanage de la France coloniale du xixe siècle et de la Belle Époque. Jusqu’à maintenant, on retrouve des problématiques qui ont certes évolué en fonction de sources nouvellement exploitées, comme les actes notariés, ou selon le moment et le lieu d’origine de la recherche (France, Italie ou Espagne, pour ne citer que les plus importantes), mais qui toutes s’inscrivent dans un rapport impérialiste de domination entre l’Europe chrétienne et le Maghreb. En Italie, l’Unité, puis le fascisme ont donné tour à tour une justification idéologique aux recherches dans les immenses fonds d’archives de la Péninsule qui montraient que les Italiens n’avaient plus besoin de rechercher des modèles dans l’Antiquité et qu’ils pouvaient les trouver chez leurs glorieux ancêtres médiévaux, marchands, missionnaires ou voyageurs, qui ouvrirent de nouvelles routes commerciales ou créèrent des établissements aux quatre coins du monde connu. Mais, de cet élan, le Maghreb ne reçut qu’une part infime11.

  • 12 G. Jehel, Les Génois en Méditerranée occidentale (fin xie-début xive siècle). Ébauche d’une stratég (...)
  • 13 Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib, cité supra n. 2, p. 1, 3.
  • 14 A. Laroui, L’histoire du Maghreb, 2 vol., Paris 1976. M. Kaddache, L’Algérie médiévale, Alger 1992.

6Les travaux les plus récents ne font pas exception à cette orientation générale et tentent d’expliquer les réussites et les échecs des cités et des États dans leurs entreprises méditerranéennes ou maghrébines. C’est le cas de Georges Jehel qui dans sa thèse sur Les Génois en Méditerranée occidentale entre le xie siècle et le début du xive siècle, annonce en sous-titre « Ébauche d’une stratégie pour un empire »12, ou encore de Charles-Emmanuel Dufourcq, qui dans l’introduction de son Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles se donne pour objectif de comprendre pourquoi « entraînés par la reconquista », les chrétiens d’Espagne échouèrent à « refaire de la Berbérie une terre latine et chrétienne ». Son livre, explique-t-il, est consacré « aux efforts entrepris en Berbérie par l’Espagne catalane » et doit expliquer les raisons de la « non réalisation de cette possibilité impériale »13. Même les historiens maghrébins, comme Abdallah Laroui et Mahfoud Kaddache, se placent dans cette perspective pour en dénoncer les méfaits et trouver dans l’impérialisme des Romains, puis des chrétiens, l’origine de tous leurs maux14.

  • 15 B. Doumerc, Venise et l’émirat hafside de Tunis (1231-1535), Paris 1999. Id., Venise et l’espace ma (...)

7Tous ces travaux, et bien d’autres concernant Venise, la Sicile, Barcelone, Valence ou d’autres ports de la Méditerranée occidentale15, apportent une contribution essentielle à la connaissance des relations entre les pays chrétiens et les États du Maghreb. Mais ils donnent le plus souvent une lecture occidentale de ces relations qui a tendance à privilégier ou amplifier certains aspects. C’est le cas des relations commerciales qui sont beaucoup mieux connues depuis que les chercheurs se sont plongés dans les registres douaniers, dans les protocoles des notaires ou dans les correspondances commerciales des marchands qui s’empilent dans les différents dépôts d’archives du pourtour méditerranéen. Tous les auteurs constatent qu’à partir du xiie siècle les Latins obtiennent une part grandissante du commerce extérieur des pays du Maghreb, comme de la Méditerranée orientale, et imposent de plus en plus leurs bateaux sur l’ensemble des routes maritimes, y compris sur les routes internes au monde musulman. Ils étudient en détail les modalités de cette domination et en constatent les déséquilibres : « échange inégal » composé d’un côté de matières premières peu chères, et de l’autre de services et de produits finis de prix élevé ; inégalité des forces commerciales en présence avec pléthore de marchands latins dans les ports maghrébins et absence quasi totale de marchands maghrébins dans les ports latins à l’exception de Majorque et Valence après la reconquista, et encore dans des conditions qui s’avèrent généralement particulières ; intégration des ports maghrébins dans les lignes, régulières ou non, des principales cités maritimes de l’Europe méditerranéenne et présence de nombreux navires de commerce latins dans ces ports, alors que l’on peine à trouver des bateaux musulmans et que ceux qui sont révélés par les sources s’adonnent plus à la course qu’au commerce pacifique avec les Latins.

  • 16 P. Guichard, Pays d’Islam et monde latin (relations militaires exclues), Historiens et Géographes 3 (...)

8En outre, les auteurs prennent souvent fait et cause pour l’une des cités maritimes, Pise, Gênes, Venise ou Barcelone, et cherchent à prouver sa supériorité sur ses rivales. Ils s’interrogent sur les types d’établissements créés par leurs marchands dans les villes musulmanes et s’emploient parfois à démontrer, selon un schéma que l’on retrouve en Méditerranée orientale dans les États latins ou dans les territoires qui ont appartenu à l’Empire byzantin, que les marchands ne sont que les fers de lance de leur cité et que tout accroissement de leur commerce ou de leur présence au Maghreb correspond à un affaiblissement, non seulement économique et commercial, mais aussi politique des pays qui les accueillent et de leurs souverains. Charles-Emmanuel Dufourcq est sans doute l’auteur qui s’engage le plus dans cette direction. Non seulement il constate la domination commerciale des Catalans sur les pays du Maghreb comme sur l’ensemble des routes maritimes de Méditerranée occidentale du xive siècle, mais il affirme que la présence d’une milice chrétienne auprès des souverains maghrébins, comme la demande répétée d’un tribut aux royaumes hafside et abdalwadide, sont la preuve d’une domination politique et militaire du roi d’Aragon sur ces États. Par ailleurs, il n’hésite pas à qualifier la rétrocession au roi d’Aragon d’une partie des taxes commerciales payées par les marchands latins pour leurs activités maghrébines, de partage des recettes fiscales et de contrôle de la politique fiscale de ces États par la Couronne d’Aragon. Sans se laisser entraîner dans ces dérives et en restant dans la sphère des relations économiques et commerciales, Pierre Guichard résume néanmoins une idée communément admise en disant que, dès le xiie siècle, les conditions sont déjà réunies pour faire du marchand latin un « instrument de l’impérialisme des centres économiques occidentaux » qui n’est sans doute pas encore « aussi efficace qu’il le deviendra par la suite », mais que « l’on voit déjà se mettre en place les conditions d’un échange inégal, où toute l’initiative revient aux commerçants et aux capitalistes latins »16.

  • 17 Ph. Gourdin, Quelques réflexions sur les relations commerciales des Almoravides et des Almohades av (...)

9En réalité, l’idée que l’initiative revient entièrement au capitalisme latin, et l’affirmation selon laquelle la domination commerciale et la présence de plus en plus forte des Latins dans les pays maghrébins entraînent un affaiblissement politique et économique de ces pays, ne sont pas vérifiées par les faits, mais proviennent d’une lecture trop européo-centrée, voire d’un préalable idéologique. L’ouverture des pays maghrébins au commerce des Latins est généralement présentée comme une conquête des cités maritimes italiennes dans la foulée des expéditions militaires du xie siècle. Mais c’est oublier que le but de ces expéditions fut avant tout de réduire des nids de pirates et c’est surtout méconnaître que l’ouverture commerciale des empires berbères en direction des Italiens fut une initiative almoravide ; c’est en effet après une ambassade de ‘Alī Ibn Yūsuf qu’est conclu à Pise en 1133 un traité entre la cité toscane et le souverain berbère, obligeant les partenaires à réprimer la course même auprès de leurs propres sujets, condition préalable à l’établissement d’un commerce pacifique17.

10En outre, on peut constater que, bien souvent, la présence des Latins au Maghreb conforte les États en place au lieu de les affaiblir. On observe en effet une certaine corrélation entre leur niveau d’activité et la puissance des États concernés et, lorsque les empires déclinent, les Latins, loin de profiter de cet affaiblissement pour imposer leur domination, s’en écartent et diminuent leur présence. Lors du déclin de l’Empire almohade, l’échec de l’expédition de Salé marque la fin des velléités castillanes pour poursuivre la reconquista en Afrique. Au même moment la présence commerciale latine se reporte massivement du port de Ceuta vers celui de Tunis et accompagne la montée en puissance du royaume hafside, attirée par une nouvelle politique commerciale dont le souverain Abū Zakariyyā’ a pris l’initiative. Dans le premier tiers du xiiie siècle, les marchands latins obtiennent, en effet, la possibilité de circuler librement, de résider sur place au-delà du temps d’escale de leurs bateaux, et le souverain hafside commence à mettre à la disposition de chaque nation commerciale importante desfunduq-s particuliers et autorise la présence des consuls. Pendant la deuxième moitié du xive siècle, les Catalans, qui ont pratiquement éliminé les autres marchands latins, renforcent leurs liens avec les Mérinides qui s’imposent sur l’ensemble du Maghreb. Au xve siècle, ce sont les Italiens du Nord, Génois, Vénitiens et Toscans, qui prennent le relais des Catalans et qui, tout en dominant le commerce et les transports maritimes, contribuent à faire du petit État hafside un véritable empire maghrébin. Comment, dans ces conditions, parler de domination et d’impérialisme latins et d’affaiblissement concomitant des pays du Maghreb ?

UNE PRÉSENCE LATINE QUI CONFORTE LA PUISSANCE DES ÉTATS MAGHRÉBINS SANS LES DOMINER

11Les royaumes hafside et mérinide, comme de nombreux États islamiques avant eux, maghrébins ou non, entretiennent des relations politiques et commerciales privilégiées avec les États latins. Ils font appel à des chrétiens pour accomplir un certain nombre de tâches techniques à l’intérieur de leur territoire. C’est ainsi qu’ils disposent de milices chrétiennes composées de miliciens libres payés, qu’ils emploient des Latins comme conseillers ou interprètes, qu’ils chargent les Latins d’approvisionner leur pays en denrées qui leur manquent, comme les armes ou autres produits stratégiques en principe interdits de commerce entre chrétiens et musulmans, qu’ils utilisent des bateaux chrétiens pour assurer les transports maritimes à l’intérieur de leur empire et qu’ils leur confient le commerce extérieur de leurs États ou qu’ils leur afferment la vente du vin ou l’exploitation du corail de leurs côtes.

  • 18 « Les Persans ont l’habileté politique, la politesse, les règles et l’étiquette ; les Byzantins pos (...)

12En ayant recours au service de ces Latins, les souverains maghrébins n’inventent rien. Ils les emploient pour leurs compétences techniques selon un modèle idéologique et de gouvernement qui remonte à l’époque abbasside et qui, se fondant sur la hiérarchie des peuples au sein de l’empire islamique et sur leurs qualités propres, reconnues ou supposées, attribue à chacun d’entre eux certaines compétences précises qui, toutes, doivent contribuer à la gloire et à la puissance de l’empire islamique et de la dynastie qui le dirige. Si les Persans sont doués pour l’art de gouverner et les Grecs pour la philosophie, les Francs, eux, sont très tôt reconnus pour leurs compétences dans la fabrication et le maniement des armes et dans leurs services maritimes18. Les Omeyyades de Cordoue se procurent des hommes par la razzia ou par l’achat de leurs services, les Fatimides de Kairouan chargent les Italiens de les approvisionner en matières interdites et utilisent probablement le service maritime des Amalfitains au moment de leur conquête de l’Égypte.

  • 19 Par exemple la fatwa d’Al-Māzarī rendue peu après la conquête de la Sicile par les Normands. Idris. (...)

13En outre, les Mérinides et les Hafsides, comme leurs prédécesseurs, utilisent les marchands latins pour assurer leur commerce extérieur car ils doivent tenir compte des réticences naturelles des musulmans à se rendre dans le pays des Infidèles, voire de l’interdiction formelle qui leur est parfois faite par les docteurs malikites19, alors que ces mêmes docteurs ne voient aucun inconvénient à ce que des marchands latins s’installent en terre d’Islam pour accomplir des tâches techniques qui contribuent à la gloire et à la puissance de l’État islamique.

14Ainsi, les relations des empires maghrébins avec les Latins, de même que la présence des Latins à l’intérieur de ces empires, s’inscrivent dans un cadre juridique et institutionnel propre au monde islamique qui réserve à certains peuples ou minorités la charge de certaines tâches techniques. Les Mérinides et les Hafsides ne font qu’imiter leurs illustres prédécesseurs, en particulier les grands empires berbères, Almoravides et Almohades, qui tous deux ont utilisé des milices chrétiennes payées et ont fait appel aux Italiens pour se procurer des armes et prendre en charge leur commerce extérieur. Toutefois, depuis l’époque où ces principes furent établis, les temps ont changé et les rapports de force ont évolué en faveur des chrétiens. Les grands empires islamiques, les Abbassides, les Fatimides ou les Omeyyades de Cordoue, n’avaient rien à redouter politiquement de partenaires latins divisés et faibles. Déjà au temps des grands empires berbères, cette alliance avec les Latins, jugée contre nature par les docteurs malikites, n’est pas exempte d’ambiguïtés, surtout la milice chrétienne qui n’est pour le souverain almohade qu’une troupe d’appoint, donc un support technique qui doit lui permettre de conquérir sa capitale, alors que le roi de Castille, en pleine phase de conquête, espère l’utiliser pour influer sur la politique intérieure de l’empire almohade et que la papauté veut ouvertement en faire le noyau d’une nouvelle chrétienté africaine. Il y a naturellement lieu de s’interroger sur la permanence au xive et au xve siècle de ce modèle proprement islamique face à l’expansion européenne, face à l’expansion maritime et commerciale des cités italiennes, face à la puissance politique et militaire de la Couronne d’Aragon qui est présente en Sardaigne, en Sicile et, au xve siècle, dans le royaume de Naples. L’idée que les Latins, comme d’autres étrangers avant eux, continuent à jouer un rôle convenu au sein de l’État islamique est-elle compatible avec le fait que ces mêmes Latins viennent de cités et d’États qui prétendent à une situation hégémonique en Méditerranée et sont donc susceptibles de mettre les États maghrébins sous leur dépendance ?

  • 20 Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib, p. 103, 322.
  • 21 Le traité de Fès de 1309 est très éloigné du projet rédigé par la chancellerie aragonaise. Ibid., p (...)
  • 22 En 1278, Pierre 111 soutient le prétendant Abū Ishāq contre le souverain hafside légitime al-Watiq, (...)
  • 23 Seule les îles de Djerba et des Kerkennah sont conquises par Roger de Lauria en 1284-1285. Djerba r (...)

15Charles-Emmanuel Dufourcq répondait, en son temps, dans une optique d’expansion européenne, que la Couronne d’Aragon impose ses vues aux dynasties maghrébines du xive siècle et domine la politique économique, commerciale et militaire de leurs États, qu’elle les transforme en véritables protectorats et fait de la Méditerranée occidentale une « Manche catalane ». Mais, au-delà des affirmations, si l’on reprend en détail la politique de la Couronne d’Aragon en direction des trois États maghrébins aux xiiie et xive siècles, son livre montre plus ses échecs que sa réussite pour dominer le Maghreb : échec des demandes récurrentes de paiement d’un tribut adressées aux souverains abdalwadides et hafsides20, échec de l’alliance mérinide dirigée contre la Castille21, échec pour imposer des candidats aux trônes de leur choix22, échec des tentatives de conquêtes territoriales, si toutefois les souverains aragonais ont véritablement eu des projets de conquête23.

  • 24 En 1452, une ambassade hafside est envoyée à Gênes pour, entre autres choses, acheter des armes. M. (...)
  • 25 Abū Fāris élimine les princes hafsides dissidents de 1394 à 1396. ’Umān doit combattre son oncle A (...)
  • 26 Pour répondre à l’expédition de Pierre de Noto contre Djerba en 1424 au cours de laquelle 2 000 à 3 (...)

16Cependant, une lecture des relations entre les pays chrétiens et les pays maghrébins qui tient compte de l’organisation de ces États et de la place qu’y occupent les Latins, aboutit à une marginalisation relative de l’importance du commerce extérieur sur lequel se sont focalisées la plupart des études. En effet, ce qui importe au souverain mérinide ou hafside, c’est moins le commerce extérieur de ses États en tant que tel, qu’il réduit à un rôle supplétif, que la contribution que les Latins peuvent apporter pour conforter la puissance et la gloire de son empire et de sa dynastie. Or, au xve siècle, Abū Fāris et ’Umān mettent en place une politique d’empire au sein de laquelle les Latins jouent un rôle essentiel et l’on observe que la consolidation du pouvoir hafside en Ifriqiya et dans l’ensemble du Maghreb ainsi que le développement des relations avec les Italiens et de leurs activités commerciales, sont à la fois concomitants et inséparables l’un de l’autre. Il s’agit, en premier lieu d’une contribution militaire qui consiste en la présence d’une milice chrétienne qui est utilisée comme garde rapprochée des souverains, et en la vente d’armes et matériels stratégiques24 qui doivent donner au souverain la supériorité militaire sur tous ses adversaires potentiels, adversaires intérieurs comme les autres princes hafsides dont les révoltes sont récurrentes dans les régions de Constantine et de Bougie25, comme les tribus arabes dont la turbulence est légendaire ou comme les émirs du Sud qui reprennent leur autonomie à la moindre faiblesse du pouvoir de Tunis. Mais aussi contre les adversaires extérieurs, qu’ils soient musulmans comme le royaume de Tlemcen : Alger est intégrée au royaume hafside dès 1410 et la vassalité du souverain de Tlemcen date de la prise de sa capitale en 1424. Mais aussi comme les royaumes mérinide ou de Grenade qui, tous deux, reconnaissent l’hégémonie hafside. Enfin, contre des adversaires chrétiens comme la Couronne d’Aragon, dont les attaques sur les côtes hafsides sont toujours suivies de sévères représailles26. L’unité politique du Maghreb autour du souverain hafside et la réponse aux agressions militaires de la couronne d’Aragon auraient sans doute été impossibles sans la contribution des Italiens.

  • 27 La plupart des traités sont publiés dans M. Amari, Diplomi arabi del real archivio fiorentino, Flor (...)
  • 28 Contrairement à une idée généralement admise, les Florentins précèdent les Vénitiens dans l’organis (...)
  • 29 Lucchese Spinola qui a chargé du blé pour Tripoli, l’a détourné vers Gênes sans autorisation. En re (...)

17La deuxième contribution essentielle des Latins concerne la mise à disposition du pouvoir hafside de leur capacité de transports maritimes, qu’il s’agisse des bateaux privés ou des galées d’État de Venise et de Florence. Les traités de paix et de commerce27 signés avec les États latins ne mentionnent que la réquisition de leurs bateaux privés, mais la chronologie comparée de la mise en service des escales maghrébines des lignes d’État florentines, puis vénitiennes28, et des traités avec ces deux républiques italiennes, montre que les discussions sur les conditions de mise en place de ces lignes régulières font partie de la négociation générale et qu’après la signature des traités, cette contribution maritime des Italiens devient une véritable obligation des traités ; toute rupture de contrat, qu’il s’agisse d’un refus des armateurs d’affréter leurs bateaux pour le souverain ou pour des marchands hafsides, ou d’une interruption des ligne de galées, est toujours sévèrement sanctionnée29.

  • 30 Des contrats de nolisement sont signés à Gênes pour des transports de blé soit vers la métropole so (...)
  • 31 Bresc, Un monde méditerranéen, cité supra n. 15.

18Cette contribution maritime a deux buts, d’une part approvisionner en grains les régions pauvres du royaume, qui sont souvent celles où les velléités d’indépendance sont les plus prononcées, comme les régions du Sud, de Tripoli à Gafsa. Les navires génois de grande capacité sont utilisés pour transporter du blé des régions excédentaires des plateaux du nord tunisien, du Constantinois30 ou du royaume de Tlemcen vers ces régions toujours déficitaires et qui, traditionnellement, étaient approvisionnées par la Sicile31. Ce souci rejoint la préoccupation hafside de contrôler les régions périphériques et explique la vassalisation du royaume de Tlemcen.

19Le deuxième but se mesure à l’échelle du monde musulman du xve siècle. La contribution des Italiens doit permettre aux souverains hafsides de mettre en place un système de navigation qui reprend la ligne maritime traditionnelle de la Méditerranée musulmane que les archives de la Geniza ont mis en évidence pour les siècles antérieurs et qui joint Alexandrie aux ports d’al-Andalus. Mais la politique des souverains hafsides doit faire de Tunis son point de passage obligé et, grâce à sa situation géographique privilégiée au contact des deux bassins de la Méditerranée, la capitale maritime des États maghrébins d’Occident, voire de l’ensemble de la Méditerranée musulmane. Dans cette optique, les lignes de galées florentines, puis vénitiennes, sont véritablement créées pour l’État hafside, avec leur articulation, de part et d’autre de Tunis, en une ligne de Barbarie qui cabote le long de la côte nord du Maghreb jusqu’à Oran et joint Malaga et Almeria au royaume de Grenade, et une autre qui relie Tripoli et Alexandrie. L’ensemble de ces bateaux chrétiens, système de galées d’État et bateaux privés réquisitionnés, doivent faire de Tunis la capitale économique et maritime de l’Occident musulman et de la dynastie hafside le digne successeur des empires disparus.

  • 32 Les tractations et les intimidations d’Alphonse le Magnanime ne font pas plier ’Umān qui refuse à (...)
  • 33 Après la mort d’Alphonse en 1458, ses successeurs en Sicile et dans le royaume de Naples tentent de (...)

20La mise en place de cette politique d’empire montre la maîtrise avec laquelle les souverains hafsides traitent avec les Latins, ce qui exclut toute idée de dépendance du royaume maghrébin à l’égard des puissances chrétiennes. Par ailleurs, il paraît certain que l’initiative d’une telle politique revient aux deux souverains, Abū Fāris et ’Umān, qui consentent des traités de longue durée de vingt à trente ans aux nations qui acceptent ces conditions, soit une durée supérieure aux dix ans prévus par la loi coranique pour les trêves avec les Infidèles : une faveur qu’ils réservent aux nations amies, Gênes, Florence qui a repris les intérêts pisans et Venise. En revanche, ‘Umān refuse un traité analogue au roi d’Aragon en 1446 et ne lui consent que le statut a minima de la trêve légale de dix ans, pour répondre aux attaques et aux intimidations qu’Alphonse V a fait subir aux côtes hafsides32. Et malgré les demandes répétées d’Alphonse et de ses successeurs, le souverain hafside ne consentira de meilleures conditions aux Catalans qu’à la fin du siècle33.

  • 34 Les postes d’alkayt de la milice seront majoritairement tenus par des Génois à la place des Catalan (...)
  • 35 Le blé sicilien disparaît de sources d’approvisionnement ifrīqiyennes entre 1448 et 1492. Ibid.

21Les conséquences des choix des souverains hafsides sont nombreuses. Tout d’abord, les Catalans qui dominaient le commerce extérieur hafside et qui monopolisaient les postes importants dévolus aux Latins dans l’administration locale, cèdent la place à partir du milieu du xve siècle aux Italiens du Nord, Génois, Vénitiens et Toscans, qui, tous, acceptent les conditions d’Abū Fāris puis de ’Utmān, proposent leurs bateaux, s’emparent du commerce extérieur du royaume et des postes à pourvoir dans l’administration hafside34. Par ailleurs, en refusant la Couronne d’Aragon au nombre des nations amies, ’Umān coupe les liens traditionnels entre la Sicile et la côte orientale de la Berbérie ; en particulier, le blé sicilien disparaît des sources d’approvisionnement ifrīqiyennes au profit du blé des plateaux de Constantine ou du Royaume de Tlemcen35.

  • 36 Amari, Nuovi ricordi arabi, cité supra n. 24.
  • 37 Le consul ne possède aucun moyen coercitif pour contraindre ses concitoyens et doit s’adresser au s (...)

22La maîtrise des relations avec les Latins s’exprime aussi à l’égard de ceux, consuls, marchands, miliciens ou autres, qui vivent dans les terres hafsides. Loin d’être les instruments du capitalisme des cités italiennes, les Latins qui profitent le plus des avantages procurés par le service auprès du souverain, sont des marchands qui, sans avoir forcément rompu tout lien avec la métropole, ont passé l’essentiel de leur vie en Ifrīqiya et qui sont devenus des sortes de « Latins de cour ». Ils refusent le plus souvent la justice de la métropole que le consul local est censé leur imposer et préfèrent la justice hafside qui défend leurs intérêts tant qu’ils respectent leur contrat. En cas de violation, les fautifs, ou leurs ayants droit, se retrouvent en prison ; c’est le cas de deux parents de Lucchese Spinola, parce que ce dernier a fui l’Ifrīqiya après avoir voulu écouler de la fausse monnaie et avoir détourné une cargaison de blé de Tripoli vers Gênes36. Même le consul, qui est considéré comme le chef de juridiction de la nation qu’il représente, n’agit, en fait, que sous le contrôle ou avec la collaboration du souverain et de son chef de douane37.

23En définitive, la politique hafside vis-à-vis des États latins s’inscrit dans la continuité de la politique suivie par les empires berbères depuis plusieurs siècles et s’avère d’une grande constance tout au long du Moyen Âge car, depuis les grands empires berbères, les souverains maghrébins, surtout ceux qui aspiraient à une certaine hégémonie au Maghreb, ont toujours trouvé des partenaires latins acceptant leurs conditions et qui contribuèrent au développement de leur puissance. Au xive siècle, la politique d’empire mise en place par les Mérinides, permit à la Couronne d’Aragon et aux Catalans de s’imposer en Méditerranée occidentale. Au xve siècle, Abū Fāris et ‘Uṯmān ne purent réussir dans leur entreprise qu’en rencontrant également un large écho favorable de la part des Italiens du Nord pour des raisons largement conjoncturelles. Florence qui vient de reprendre les intérêts pisans cherche toutes les occasions de s’imposer en Méditerranée. Quant à Gênes et à Venise, le renforcement de leur présence au Maghreb coïncide avec un certain repli de Méditerranée orientale et un besoin de réorientation de leurs activités maritimes et commerciales. À ce titre, les périodes d’hégémonie mérinide ou hafside sur l’ensemble du Maghreb constituent des moments historiques pendant lesquels la Couronne d’Aragon ou les cités maritimes italiennes contribuent fortement à la naissance et à l’apogée d’empires islamiques.

  • 38 Par exemple, les rois d’Aragon réclament un tribut aux souverains hafsides et abdalwadides tout au (...)
  • 39 En 1490, les bateaux du « pirate » turc Kemal Reis font relâche près de Bône ; en 1497, les Turcs s (...)
  • 40 Les Génois veulent imposer leurs candidats à la reprise de la concession de pêche du corail, alors (...)
  • 41 ASG, Archivio Segreto, Busta africa, 2774C. instructions du 13/04/1502. Le devetum est renouvelé en (...)

24Qu’en est-il au moment de leur déclin ? Les nations latines qui ont contribué à la puissance des empires maghrébins peuvent-elles s’imposer et s’immiscer dans la politique intérieure de ces Etats à la faveur de leur affaiblissement ? Certes, la Couronne d’Aragon s’emploie à affaiblir davantage les États maghrébins en soutenant des princes dissidents ou en soutenant ses propres candidats au moment des successions, mais ces derniers sont rapidement balayés et cette politique ne lui rapporte pas grand-chose de concret38. Au xve siècle, la mort de ’Umān en 1488 et les problèmes de succession mettent fin à la politique d’empire des souverains hafsides. Les territoires se resserrent sur les terres proprement ifrīqiyennes et les souverains reprennent leurs relations traditionnelles avec la Sicile et le sud de l’Italie, probablement pour compenser l’arrêt de la livraison de blé des plateaux de Tlemcen. Pourtant, malgré un environnement international particulièrement troublé (la guerre de Grenade, l’arrivée des pirates turcs en Méditerranée occidentale) et le retour permanent de révoltes intérieures, on ne perçoit aucun changement dans la politique hafside vis-à-vis des Latins, qui doivent toujours apporter des armes et le service de leurs bateaux. Mais les intérêts réciproques qui avaient permis de contribuer à la puissance des États dans la période précédente, commencent à s’amenuiser. Les Vénitiens impliqués dans la guerre contre les Turcs refusent désormais de livrer des armes à un pays qui accueille officiellement des pirates turcs dans plusieurs de ses ports, et leurs lignes de galées qui rencontrent un grand nombre de difficultés sont progressivement supprimées au début du xvie siècle39, ce qui met fin à leur présence officielle à Tunis. Les Génois, demeurés seuls Latins présents en pays hafside, tentent, à la faveur de la faiblesse, réelle ou supposée, du pouvoir en place de dicter leurs conditions, mais en vain40. Après avoir essayé plusieurs formules d’intimidation, dont le boycott41, ils sont contraints de négocier un retour à la normale et de signer au début du xvie siècle un simple renouvellement des traités antérieurs, ce qui montre que même un pouvoir hafside affaibli garde une certaine maîtrise de ses relations avec les Latins.

CONCLUSIONS

25En fin de compte, seule la conquête chrétienne des territoires africains entraîne la perte de la maîtrise de ces relations par les souverains maghrébins et cela éclaire les réticences d’Abū Fāris et de ‘Umān vis-à-vis de la Couronne d’Aragon dont les prétentions territoriales africaines sont constantes depuis les Vêpres, moins sans doute dans un but purement territorial, que pour affaiblir le pouvoir local et sécuriser la route vers la Sicile. Les Italiens du Nord, en revanche, n’affichent que des prétentions économiques, mais qui peuvent à la longue, comme à Byzance, dépouiller de leurs richesses et de leur substance les États qui les accueillent. Rien de tel au Maghreb, puisque les souverains gardent l’initiative et la maîtrise de leurs relations avec les Latins et continuent de faire payer des taxes aux marchands, même pendant les périodes où ils sont faibles. Cette constante de la politique maghrébine et de ses relations avec les nations latines se vérifie également à l’époque moderne. Seules la création de présides espagnols et surtout la prise de Tunis par Charles Quint qui transforme le territoire hafside en véritable protectorat, permettent à une puissance latine de dicter sa loi au Maghreb, comme, plus tard, la conquête d’Alger et l’institution du protectorat sur le reste du Maghreb permettent aux Français de s’imposer en Afrique du Nord.

26Le schéma d’un État islamique réservant en son sein une place spécifique aux Latins pour y effectuer un certain nombre de tâches techniques selon un modèle inspiré par les grands empires classiques et appliqué par les Almoravides et les Almohades, se maintient au Maghreb médiéval et même à l’époque moderne, dans les régions dominées par les Turcs. Il ne commence à succomber à Tunis que sous le coup de la « modernisation » que lui impose la dynastie husseinite dans la première moitié du xviiie siècle.

27Ce mode de gouvernement est assez efficace pour permettre aux dynasties maghrébines de se renforcer vis-à-vis de leurs homologues musulmans, d’atteindre l’hégémonie au sein du monde islamique ou d’écarter des Latins trop entreprenants, même la Couronne d’Aragon. Mais il est aussi un aveu de faiblesse, au moins dans le long terme, car l’absence de volonté ou l’incapacité, quelles qu’en soient les raisons, de mettre en place une flotte puissante, de produire des armes ou de maîtriser le commerce extérieur, sont aussi des marques d’infériorité. C’est naturellement cet aspect qui souligne le rapport de force inégal entre les deux rives de la Méditerranée qu’ont mis en valeur la plupart des travaux concernant les relations entre les pays latins et les pays maghrébins. Mais cette vision « impérialiste » n’est pas la seule. Les relations entre pays chrétiens et musulmans, de même que la place et l’importance des activités des Latins au Maghreb, s’inscrivent aussi dans la logique et l’organisation des sociétés islamiques.

Notes

1 Cl. Cahen, Orient et Occident au temps des Croisades, Paris 1983, p. 5-8.

2 « Les conditions des études universitaires donnent l’habitude de diviser l’humanité en deux parties, l’une en Occident qu’étudient les historiens, l’autre en Orient qu’étudient les orientalistes. Il y a là peut-être une nécessité linguistique, mais, humainement parlant, c’est une absurdité. » Cl. Cahen, Ce qu’il faut savoir de l’Islam, Cahiers pédagogiques - Initiations aux civilisations, 16e année, octobre 1960, p. 29, cité par Ch.-E. Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib aux xiiie et xive siècles. De la bataille de Las Navas de Tolosa (1212) à l’avènement du sultan mérinide Abou-l-Hasan (1331), Paris 1965, p. 2.

3 Les deux expéditions armées qui donnent lieu à la littérature la plus abondante, la croisade et la mort de Louis IX à Tunis en 1270 et l’expédition de Mahdiya de 1390, sont des échecs ; en revanche l’expédition de Mahdiya de 1087, pourtant contemporaine de la prise de Tolède et de la première croisade, est généralement méconnue.

4 Al-Tanasī, Histoire des Beni Zayan, rois de Tlemcen, trad.de l’abbé Bargès, Paris 1852. Abbé Bargès, Complément de l’histoire des Beni-Zeiyan, rois de Tlemcen, Paris 1887 ; l’auteur rappelle dans son introduction sa traduction, effectuée en 1852, d’al-Tanasi. G. Marçais, Les Arabes en Berbérie, Paris 1913. H. Terrasse, Histoire du Maroc, 2 vol., Casablanca 1949-1950. R. Brunschvig, La Berbérie orientale sous les Hafsides des origines à la fin du xve siècle, 2 vol., Paris 1940-1947.

5 M. Talbi, L’émirat aghlabide. 184-296 (800-909), Paris 1966. H.-R. Idris, La Berbérie orientale sous les Zirides. xe-xiie siècle, 2 vol., Paris 1962.

6 L. de Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous la maison des Lusignan, 3 vol., Paris 1852.

7 Id.. Bulle inédite de l’an 1290 relative à la ville de Tlemsen en Algérie, Bibliothèque de l’École des Chartes 8, 1846, p. 515-520, suivie de livraisons régulières jusqu’en 1859. Id., Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen Âge, 2 vol., Paris 1866. La mention « par ordre de l’empereur » figure dans le titre de ce dernier ouvrage.

8 P. Masson, Histoire du commerce français dans le Levant au xviie siècle, Paris 1896.

9 Id., Histoire des établissements et du commerce français dans l’Afrique Barbaresque (1560-1793), Paris 1903, p. viii.

10 Id., Les compagnies de corail. Étude historique sur le commerce de Marseille et les origines de la colonisation française en Algérie-Tunisie, Paris-Marseille 1908.

11 Par exemple, les travaux de Francesco Podestà : Fr. podestà, L’isola di Tabarca e le pescherie di corallo nel mare circostante, ASLi 13, 1877-1884, p. 1005-1044 ; Id., La pesca del corallo in Africa nel medioevo e i Genovesi a Marsacares, Gênes 1897. E. Marengo, Genova e Tunisi, 1388-1515, ASLi 32, 1901.

12 G. Jehel, Les Génois en Méditerranée occidentale (fin xie-début xive siècle). Ébauche d’une stratégie pour un empire, Amiens 1993.

13 Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib, cité supra n. 2, p. 1, 3.

14 A. Laroui, L’histoire du Maghreb, 2 vol., Paris 1976. M. Kaddache, L’Algérie médiévale, Alger 1992.

15 B. Doumerc, Venise et l’émirat hafside de Tunis (1231-1535), Paris 1999. Id., Venise et l’espace maritime occidental au xve siècle. Une tentative de reconversion commerciale, Thèse d’État dactylographiée, sous la direction d’A. Ducellier, Toulouse 1989. D. Stöckly, Le système de « l’incanto » des galées du marché à Venise (fin xiiie-milieu xve siècle), Leyde 1995 (The medieval Mediterranean). H. Bresc, Un monde méditerranéen, économie et société en Sicile 1300-1450, 2 vol., Palerme-Rome 1986 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 262). Cl. Carrère, Barcelone centre économique 1380-1462, 2 vol., Paris 1967. Ead., Droit d’ancrage et le mouvement du port de Barcelone au milieu du xve siècle, Estudios de Historia moderna 3, 1952, p. 65-156. J. Guiral-Hadziiossif, Les relations commerciales du royaume de Valence avec la Berbérie au xve siècle, Mélanges de la Casa de Velázquez 10, 1974, p. 99-131. Ead., Valence port méditerranéen au xve siècle, Paris 1986. M.-D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Maghreb en el siglo xiv (1331-1410), Barcelone 1995.

16 P. Guichard, Pays d’Islam et monde latin (relations militaires exclues), Historiens et Géographes 379, 2002, p. 31.

17 Ph. Gourdin, Quelques réflexions sur les relations commerciales des Almoravides et des Almohades avec les Latins, Tous Azimuts. Mélanges de recherches en l’honneur du Professeur Georges Jehel, Amiens 2002, p. 231-241 (Histoire médiévale et archéologie 13).

18 « Les Persans ont l’habileté politique, la politesse, les règles et l’étiquette ; les Byzantins possèdent la science et la sagesse. » selon Abū Hayyān al-Tawḥīdī (fin xe siècle), Kitāb al-Imtā‘ wa l-Mu’ānasa, cité dans B. Lewis, Race et esclavage au Proche-Orient, Paris 1993, p. 198.

19 Par exemple la fatwa d’Al-Māzarī rendue peu après la conquête de la Sicile par les Normands. Idris. La Berbérie orientale, cité supra n. 5, 2, p. 666.

20 Dufourcq, L’Espagne catalane et le Maghrib, p. 103, 322.

21 Le traité de Fès de 1309 est très éloigné du projet rédigé par la chancellerie aragonaise. Ibid., p. 396.

22 En 1278, Pierre 111 soutient le prétendant Abū Ishāq contre le souverain hafside légitime al-Watiq, en lui faisant promettre le paiement d’une importante contribution à la couronne d’Aragon. Ibid., p. 242-249.

23 Seule les îles de Djerba et des Kerkennah sont conquises par Roger de Lauria en 1284-1285. Djerba reste chrétienne jusqu’en 1335.

24 En 1452, une ambassade hafside est envoyée à Gênes pour, entre autres choses, acheter des armes. M. Amari, Nuovi ricordi arabi sulla storia di Genova, ASLi 5, fasc. IV, 1873, p. 619.

25 Abū Fāris élimine les princes hafsides dissidents de 1394 à 1396. ’Umān doit combattre son oncle Abu 1-Hasan, gouverneur de Bòne, qui tente de refaire une principauté en s’emparant de Bougie et Constantine. Il est définitivement écarté en 1452. Brunschvig, La Berbérie orientale, cité supra n. 4, 1, p. 210-251.

26 Pour répondre à l’expédition de Pierre de Noto contre Djerba en 1424 au cours de laquelle 2 000 à 3 500 Djerbiens furent faits esclaves, Abū Fāris fait débarquer une petite troupe l’année suivante à Mazara en Sicile. C. Trasselli, Sicilia, Levante e Tunisia nei secoli xiv e xv. Trapani 1952.

27 La plupart des traités sont publiés dans M. Amari, Diplomi arabi del real archivio fiorentino, Florence 1863 (Appendice en 1867). Mas Latrie, Traités de paix et de commerce, cité supra n. 7.

28 Contrairement à une idée généralement admise, les Florentins précèdent les Vénitiens dans l’organisation de lignes régulières de galées avec escale à Tunis. Il s’agit dans un premier temps, probablement dès 1427. d’ajouter deux escales, Tunis et Sousse, à la ligne florentine qui a été ouverte en 1422 vers Alexandrie, puis d’une ligne de Barbarie indépendante dans les années 1430. Le premier départ de la ligne vénitienne de Barbarie ne date que de 1437. Ph. Gourdin, Les relations politiques et économiques entre l’Italie Tyrrhénienne et le Maghreb au xve siècle (à paraître).

29 Lucchese Spinola qui a chargé du blé pour Tripoli, l’a détourné vers Gênes sans autorisation. En représailles, deux membres de sa famille vivant en Ifriqiya sont emprisonnés. Les rares cas d’emprisonnement de Latins par les autorités hafsides sont toujours dus à des ruptures des clauses des traités ou à des crimes de lèse-majesté. Ibid.

30 Des contrats de nolisement sont signés à Gênes pour des transports de blé soit vers la métropole soit vers Tripoli de Barbarie. Tout transport de blé étant soumis à autorisation du souverain, ce contrat montre bien que le bateau peut être réquisitionné. ASG, Notai Antichi 591, Antonio di Fazio, F 17. n° 73, 05/10/1456. Ibid..

31 Bresc, Un monde méditerranéen, cité supra n. 15.

32 Les tractations et les intimidations d’Alphonse le Magnanime ne font pas plier ’Umān qui refuse à la couronne d’Aragon un traité aussi favorable que ceux qui sont consentis aux Italiens. Fr. Cerone, Alfonso il Magnanimo ed Abu Omar Othman (1432-1457), Archivio Storico per la Sicilia Orientale 9, 1912, p. 45-70 ; 10, 1913, p. 22-78. Gourdin, Les relations, cité supra n. 28.

33 Après la mort d’Alphonse en 1458, ses successeurs en Sicile et dans le royaume de Naples tentent de renouer le dialogue à partir de 1468. ’Umān fait la sourde oreille ; une trêve de deux ans est simplement signée en 1474, qui sera renouvelée jusqu’à la mort de ’Umān en 1488. Les relations se rétablissent à partir de 1492 pour la Sicile comme pour le royaume de Naples. Ibid.

34 Les postes d’alkayt de la milice seront majoritairement tenus par des Génois à la place des Catalans. Mais ils s’agit des Cibo dont la famille est installée à Tunis depuis le xiiie siècle, non des Génois dépendant de la Commune de Gênes. Ibid.

35 Le blé sicilien disparaît de sources d’approvisionnement ifrīqiyennes entre 1448 et 1492. Ibid.

36 Amari, Nuovi ricordi arabi, cité supra n. 24.

37 Le consul ne possède aucun moyen coercitif pour contraindre ses concitoyens et doit s’adresser au souverain ou à son chef de douanes pour faire respecter certaines de ses décisions, en particulier en cas de dette entre marchands. Gourdin, Les relations.

38 Par exemple, les rois d’Aragon réclament un tribut aux souverains hafsides et abdalwadides tout au long du xive siècle, apparemment sans aucun succès malgré la faiblesse de ces Etats à cette époque.

39 En 1490, les bateaux du « pirate » turc Kemal Reis font relâche près de Bône ; en 1497, les Turcs sont à Tripoli et Djerba. Ibid.

40 Les Génois veulent imposer leurs candidats à la reprise de la concession de pêche du corail, alors que c’est le souverain hafside qui décide de cette attribution, ibid.

41 ASG, Archivio Segreto, Busta africa, 2774C. instructions du 13/04/1502. Le devetum est renouvelé en 1503 et les discussions reprennent en 1505. Ibid.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540