Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Qu’allaient-ils faire dans ces galères ?

Jean-Philippe Genet

Texte intégral

  • 1 Pour la définition de cette population et de notions comme celles d’auteur et de champ, voir J.-Ph (...)
  • 2 Sur le lien entre voyage, géographie et récit de voyage, J.-Ph. Genet, Géographie et voyageurs en (...)

1Qu’allaient-ils faire dans ces galères ? Pour être exact, ce n’étaient pas toujours des galères, mais les eaux étaient bien celles de la Méditerranée. La question mérite d’autant plus d’être posée que les réponses existent. Dans la population que j’ai étudiée, des 2 233 auteurs ayant été actifs en Angleterre entre 1300 et 1600 dans les champs de l’histoire et du politique1, on relève en effet la présence de 56 d’entre eux en Méditerranée et/ou au Proche-Orient. Tous n’ont pas jugé utile de relater par écrit leur voyage ou les aventures qui s’y rapportent, mais la plupart l’ont fait2, et l’on peut, en examinant ces récits, se faire une idée de la perception que ces hommes avaient de l’espace méditerranéen et de ce qui s’y passait ; bien sûr, je ne prends pas en compte ces Anglais qui n’ont vu la Méditerranée que depuis les côtes italiennes ou espagnoles, bien que Venise et Séville aient été des places d’où l’on pouvait aisément agir en Méditerranée et amasser des informations utiles. Un simple tableau, tout d’abord, permettra de relativiser le nombre de 56 que je viens d’évoquer :

Table I - Destination des voyageurs anglais (effectifs)

Table I - Destination des voyageurs anglais (effectifs)

2Ces chiffres sont toutefois difficiles à interpréter, car les effectifs de la population diffèrent considérablement pour chacune des périodes considérées : respectivement, pour les sept périodes, 122, 165, 183, 145, 327 et 1 292. Les auteurs postérieurs à 1550 représentent plus de la moitié de l’ensemble. Il faut donc compléter ce premier tableau par un second, qui donne le pourcentage des auteurs de chaque période qui ont effectué ces voyages :

Table II - Destination des voyageurs anglais (pourcentages)

Table II - Destination des voyageurs anglais (pourcentages)
  • 3 Dans une étude portant sur une population beaucoup plus restreinte (745 historiens : mais les auteu (...)

3Il ressort clairement de ces chiffres que la destination méditerranéenne reste rare, et ce tout au long de la période considérée : la croissance générale des destinations nouvelles (notamment l’Amérique [Am] et celle des expéditions maritimes lointaines [Mer]) ne concernent ni la Méditerranée, et moins encore le Proche-Orient [Pro], ni même la péninsule Ibérique3 [Ib], qui peut au même titre que l’Italie servir d’ouverture sur le monde méditerranéen.

  • 4 M. E. Mallett, Anglo-Florentine Commercial Relations, Economie History Review, 2nd ser., 15, 1962, (...)
  • 5 P. Ramsey, Overseas Trade in the Reign of Henry VII : the Evidence of the Customs Accounts, Economi (...)

4Cette faiblesse de la présence anglaise tient avant tout à l’inexistence d’un commerce anglais actif en Méditerranée au Moyen Âge. A partir de 1463 toutefois, Édouard IV tente d’interdire aux étrangers d’exporter les laines : hostile aux Génois et dépendant en partie financièrement des Florentins, il obtient de ceux-ci l’ouverture du port de Pise qui devient le centre privilégié d’importation des laines anglaises en Italie, au point qu’une « étape » finira par y être organisée en 14914. Mais ceci ne représente qu’une infime percée, d’ailleurs aussitôt remise en cause par la révolte de Pise contre Florence en 1494. Pourtant, le commerce méditerranéen connaît une croissance soutenue sous le règne d’Henry VIP et au début de celui d’Henry VIII, jusqu’en 1534 ; il stagne ensuite, puis, à partir des années 1550, il périclite : les années 1538-1571 sont celles de l’apogée de la force marine turque et le seul commerce anglais possible se fait par l’intermédiaire des Vénitiens, qui ont pratiquement retrouvé leur monopole de fait5.

  • 6 Voir D. R. Howard, Writers and Pilgrims. Medieval Pilgrimage. Narratives and their Posterity, Berke (...)
  • 7 Itinerarium Symonis Simeonis ab Hybernia ad Terrain Sanctam, éd. M. Esposito, Dublin 1960 (Scriptor (...)

5Il ressort de cette situation que les voyageurs « écrivains » en Méditerranée sont pour la période médiévale, des pèlerins6 ou des soldats, ou les deux à la fois. Certains ont jugé que leur voyage était une affaire si importante qu’il convenait de faire part de leur expérience : le franciscain Simon Fitzsimon est parti avec son compagnon Hugo du comté de Kildare en Irlande le 4 octobre 1322 et il a laissé un récit de son pèlerinage à Jérusalem qui contient en particulier une remarquable description de l’Égypte. Après avoir traversé le Pays de Galles et l’Angleterre, il descend jusqu’à Paris, d’où il gagne la Saône. D’Arles, il va à Nice puis, après avoir traversé la Lombardie, il parvient à Venise, d’où il s’embarque pour Alexandrie. Hugo meurt au Caire, mais Simon réussit à atteindre Jérusalem7. Son itinéraire ne semble cependant pas avoir été copié et diffusé et ne subsiste que dans un seul manuscrit, malheureusement incomplet : le récit s’interrompt à son arrivée dans la ville sainte.

  • 8 Voyage en Terre Sainte d’un maire de Bordeaux au xive siècle, éd. P. Riant, Archives de l’Orient La (...)
  • 9 The Itineraries of William Wey, éd. G. Williams, B. Bandinel, A. Way, 2 vol. , Londres 1857-1867 (R (...)
  • 10 Information for pilgrims unto the Holy Land, éd. E. G. Duff, Londres 1893 (facsimilé).
  • 11 The Book of Margery Kempe, éd. S. B. Meech, H. E. Allen, Londres 1940 (Early English Text Society. (...)
  • 12 Chapitres xxvii et xxviii.

6Deux autres itinéraires médiévaux subsistent également, chacun dans un seul manuscrit. Thomas Brygge, un squire au service de Sir Thomas Swynbourne (sheriff d’Essex, capitaine de Guisnes et de Fronsac et maire de Bordeaux), décrit en trois folios les principales étapes de son voyage ; il a quitté Guisnes le 6 août 1392 et, via Venise, Alexandrie, Le Caire et Sainte-Catherine au Mont Sinai, il est arrivé à Jérusalem le 20 décembre 13928. Beaucoup plus substantiel est l’itinéraire de William Wey9, un bachelier en théologie d’Oxford qui a passé l’essentiel de sa vie active à Eton, comme fellow et comme bursar, avant de se retirer chez les Bonshommes d’Edington de 1467 à sa mort en 1476. C’est un véritable spécialiste, puisqu’il a fait un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle en 1456 et deux pèlerinages en Terre sainte, en 1457-1458 puis en 1462, allant de Venise à Jérusalem en passant par Jaffa. S’il ne subsiste qu’un seul manuscrit de ces itinéraires, les cartes de Wey ont survécu, et son texte a fortement influencé l’Información for pilgrims unto the Holy Land (encore intitulée The Way to Holy Land)10. Attribué à un hypothétique « John Moreson », ce traité a connu trois impressions chez Wynkyn de Worde de 1500 à 1524. Mais, de très loin, le récit le plus riche et le plus savoureux est celui que nous livre Margery Kempe dans son « autobiographie »11 : elle est, dans cette Angleterre où les Lollards dénoncent la supercherie des pèlerinages, une adepte passionnée de ceux-ci puisque, outre la Terre sainte, elle a visité Assise, Rome et Aix-la-Chapelle, les tombeaux de saint John de Bridlington et de saint Thomas de Canterbury, le Saint Sang de Hailes, l’Hostie Miraculeuse de Wilsnack en Prusse et Saint-Jacques de Compostelle. Non sans mal, d’ailleurs, car « cette pauvre créature », comme elle se désigne elle-même, excite la rage de ses compagnons, excédés par ses larmes, son refus de manger de la viande et de boire du vin et ses pleurs continuels sitôt que l’on évoque le nom du Christ. La façon dont ses compagnons, au dernier moment, changent de bateau et optent pour une galère que le Christ lui a désignée, illustre bien l’inquiétude des voyageurs avant la traversée : s’ils gardent leur literie, ils doivent pourtant renoncer aux récipients qu’ils avaient achetés pour contenir leur vin sur la spacieuse galée ! Incorrigibles, ils continuent à persécuter la « pauvre créature » qui a réussi à les priver de vin en lui cachant ses draps neufs12 !

  • 13 R. J. Mitchell, The Spring Voyage. The Jerusalem Pilgrimage in 1458, Londres 1964 : Tiptoft voyage (...)
  • 14 Un autre auteur militaire dont l’œuvre a disparu est Roger de Stavegni, un hospitalier de Saint-Jea (...)
  • 15 J. S. Roskell, L. Clark, C. Rawcliffe, The House of Commons 1386-1421, Londres 1992 (The History of (...)

7D’autres « auteurs » pèlerins sont allés en Terre sainte ou ont navigué en Méditerranée, tels l’oncle du roi Henry V, Henri Beaufort, évêque de Winchester et chancelier d’Angleterre, John Tiptoft, Earl of Worcester13, ou John Shirley, qui voyage dans la suite de Richard Beauchamp, Earl of Salisbury, mais ils n’ont pas jugé bon de transmettre par écrit leur expérience, pas plus que le grammairien William Lyly qui est allé vers 1490 à Jérusalem et en a profité pour se faire donner des leçons de grec à Rhodes puis, au retour, pour suivre les cours des grands maîtres humanistes à Rome. Il en est de même du seul « auteur » à y être allé en tant que militaire14, le Speaker des Communes, Sir Richard Waldegrave : détenteur de plusieurs manoirs, ce parlementaire expérimenté (il a été douze fois membre du Parlement) a eu une jeunesse mouvementée : il faisait partie de l’armée anglaise qui est venue camper sous les murs de Paris en 1360, puis, après avoir accompagné Humphrey de Bohun, Earl of Hereford, dans son voyage en Prusse, il a participé comme beaucoup de chevaliers anglais à l’expédition du roi de Chypre contre les Mamelouks, participant à la prise d’Alexandrie en 1365 ; jusqu’en 1372, on le retrouvera régulièrement sur les champs de bataille français et en 1385, il participera encore à l’expédition de Richard II en Écosse15. Par contre, les bibliographes anglais John Bale et Thomas Tanner attribuent au légat du pape Eugène IV auprès des Hospitaliers à Rhodes, le carme Thomas Scrope (alias Bradley), un De legatione sua ad Rhodios qui a disparu sans laisser de traces.

  • 16 This is the begynnynge, and contynuaunce of the pylgrymage of sir R. Guylforde knight. And howe he (...)
  • 17 Il est allé en Terre sainte en 1517-1518 en traversant la France (par Dieppe, Paris, Lyon), entrant (...)
  • 18 The fyrst boke of the introduction of knowledge made by Andrew Boorde, éd. F.J. Furnivall, Londres (...)
  • 19 Cf. B. Penrose, Travel and Discovery in the Renaissance, 1420-1620, Cambridge, Mass. 1955 ; A. Macz (...)
  • 20 An itinerary (by Fynes Moryson, Gent.) containing his Ten Years Travels through the twelve Dominion (...)
  • 21 L. Guiney, Recusant Poets, New-York 1938 ; un soi-disant « pèlerinage » du marchand londonien John (...)
  • 22 Deux éditions chez John Day en 1572 (STC 17520-1).
  • 23 The Art of Warre, Londres 1560, réédité en 1573 et 1588, traduit de Machiavel et Onosandro Platonic (...)
  • 24 D. W. Davies, Elizabethan errant: the strange fortunes of Sir Thomas Shirley and his three sons. It (...)

8Ces profils de pèlerins, de militaires et de diplomates sont encore courants pendant la première moitié du xvie siècle, mais ils sont plus rares par la suite : deux ecclésiastiques, le chapelain anonyme de Sir Richard Guildford16 et Richard Torkington, recteur de Mulberton (Norfolk)17, continuent d’ailleurs la tradition des itinéraires. Formé à Montpellier, le médecin Andrew Boorde, qui est allé en pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle et à Jérusalem, a mis à profit sa riche expérience des voyages pour donner dans The fyrst boke of the introduction of knowledge une présentation des différents pays d’Europe18 : il s’agit là, il est vrai, d’une nouvelle expérience du voyage comme approche des cultures et de la civilisation liée à l’émergence de la pratique du « Grand Tour » et qui annonce ce que rédigeront les voyageurs de la fin du xvie siècle19, tel Fynes Moryson, un gentleman qui a complété ses études à Cambridge par des séjours à Bâle et à Leyde (1594) et n’a pratiquement pas cessé de voyager jusqu’à ce qu’il devienne secrétaire de Charles Blount en Irlande, de 1600 à 1606. C’est le 25 novembre 1595 qu’il part pour Venise, passant par Flushing, Stade, Brunswick et Innsbruck : un navire vénitien le conduit via Cépha-lonie à Limassol, d’où il gagne Jaffa sur un bateau grec ; le 4 juin, il est à Jérusalem, puis va à Alep, à Antioche, en Crète, à Naxos et à Constantinople (1er janvier 1597). De là, il retourne à Venise, et, par le même chemin qu’à l’aller, à Londres, où il rentre le 10 juillet 159720. La Turquie fait du reste partie des douze dominions qu’il souhaite présenter à ses lecteurs. De toute façon, la Réforme met fin aux pèlerinages, sauf pour des catholiques comme le poète Hugh Holland21. William Malim est lui aussi allé en Terre sainte, via Antioche, la Turquie et Constantinople : peut-être sa connaissance de la Méditerranée orientale l’a-t-elle incité à traduire de l’italien l’ouvrage de Nestore Martinengo, The true report of all the successes of Famagusta22. Du côté de l’aristocratie militaire, Sir Robert Wingfield, l’ambassadeur d’Henry VII et d’Henry VIII auprès de Maximilien, porte le titre de chevalier du Saint-Sépulcre, ce qui laisse supposer qu’il a été en Terre sainte ; un peu plus tard, Richard Bingham (qui sera chevalier et gouverneur du Connaught de 1584 à 1596) combat à Lépante tandis que Sir Thomas Chaloner participe à l’expédition d’Alger en 1542. Peter Whitehorne, traducteur de textes militaires, se targue aussi d’une expérience acquise dans les armées de Charles Quint en Afrique du Nord23. Mais, là encore, la Réforme et la coupure d’avec le monde catholique, et l’hostilité continuelle entre l’Espagne et l’Angleterre condamnent ce genre de voyageurs à ne plus pouvoir rentrer chez eux ! C’est ce qui arrive par exemple à Sir Richard Shelley, à l’origine hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, qui abandonne son ordre vers 1539 pour devenir diplomate au service de la couronne anglaise : redevenu hospitalier en 1557, il en est réduit à entrer au service de Philippe II, essayant par tous les moyens de revenir en Angleterre et trahissant pour cela sans vergogne son nouveau maître en transmettant de Malte, de Venise ou de Naples les nouvelles importantes. Les trois fils de Sir Thomas Shirley, Sir Thomas junior, Anthony et Robert24, connaîtront, à des degrés divers, le même sort : Anthony, catholique et plus ou moins agent double, finit sa vie au service de l’Espagne, Sir Thomas junior sert un temps la Toscane, et Robert, peut-être catholique (du moins son épouse l’est-elle), passe l’essentiel de sa vie comme diplomate au service du shah de Perse.

  • 25 J. A. Williamson, The Cabot Voyages and Bristol Discovery under Henry VII, Cambridge 1962 (Hakluyt (...)
  • 26 K. R. Andrews, Elizabethan Privateering during the Spanish War, 1585-1603, Cambridge 1964, p. 12.
  • 27 A discourse of the trade to Scio est édité par Hakluyt, P.N., Londres 1599, II (2), p. 114-119, réé (...)
  • 28 Voyage to Scio in 1551, éd. E. Arber, An English Garner, 1, Londres 1877, p. 33-37.

9Mais si pèlerins et croisés quittent la scène, de nouveaux acteurs apparaissent, les marchands. Quand la Méditerranée est dominée par Venise et les Turcs, l’Espagne offre une alternative. Certains Anglais ont pu, non sans susciter la méfiance, s’y installer : le mariage de Mary Tudor et de Philippe II facilite, pendant une brève période, leur action, même si leurs appétits sont aiguisés plus encore par l’Atlantique et l’Amérique que par la Méditerranée. Le lien avec l’Espagne est patent chez les Cabot : Giovanni, s’il est né à Gênes, a travaillé à Valence avant de venir à Bristol et son fils, Sebastiano, a été pilote-majeur de Charles Quint avant d’organiser la flotte des Merchant Venturers de 1547 à 155725. Leur influence se fait toutefois plus sentir par leurs cartes et la transmission directe de leurs connaissances maritimes que par des récits en bonne et due forme. Autre personnage important, typique de ces hispaniolized Englishmen26, Roger Bodenham, lié au comte de Feria mais aussi à des marchands de Londres comme Michael Lok avec lesquels il correspond, semble s’être installé à Séville. Ces hommes s’intéressent à Chio, encore génoise jusqu’en 1566 : Gaspar Campion y est établi depuis 1540 (du moins, à ses dires) et écrit pour les marchands londoniens Michael Lok et William Winter une description précise des possibilités qu’offre l’île27. En 1551, Bodenham commande l’Aucher, une barque appartenant à Sir Anthony Aucher, victualler de Calais ; parti le 13 janvier de Plymouth, il gagne Cadix, Majorque et Messine, où il refuse ostentatoirement d’aller plus loin : c’est qu’il attend le départ de la flotille turque ancrée à Messine. Sitôt les Turcs partis, il va embarquer un pilote grec à Mykonos pour arriver, non sans un petit combat avec trois galères légères, à Chio. Là, il a le plus grand mal à convaincre les marchands de vendre au plus vite : il se sauve le matin même du jour où sept galères, avant-garde de la grande flotte dirigée contre Malte, entrent dans le port. De là, il regagne Messine, non sans un nouvel accrochage avec des Turcs aux prises avec des vaisseaux vénitiens au large de Zanthe, ce qui vaut aux Anglais un tonneau de « muscatel »28 !

  • 29 Voir F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 19909, (...)
  • 30 S.A. Skilliter, Willam Harborne and the Trade with Turkey, 1578-1582, Oxford 1977.
  • 31 William Harborn his service to her Majestie and Commons in his ten years traveil and residence att (...)
  • 32 Le rôle positif de la diplomatie anglaise est mis en évidence par le récit de Thomas Saunders : l’é (...)
  • 33 A. C. Wood, A History of the Levant Company, Oxford 1933.
  • 34 Sanderson a laissé un récit autobiographique manuscrit de ses voyages : voir Sir W. Foster, The Tra (...)

10Ce voyage est pourtant plutôt une fin qu’un commencement29 : les marchands partisans du commerce espagnol se regroupent bien dans une Spanish Company, mais celle-ci est violemment concurrencée par ceux qui, dans l’Atlantique, tel Drake, préconisent les incursions violentes, et, en Méditerranée, par ceux qui choisissent de s’allier aux Turcs plutôt qu’aux Espagnols. Du blocus de Hawkins à San Juan de Ulloa en septembre 1568 à la confiscation des biens anglais des marchands par l’Espagne en 1585, au raid de Drake sur Cadix en 1587 et à l’Invincible Armada de 1588, l’Angleterre s’engage progressivement dans une opposition de plus en plus affirmée à la puissance espagnole. Et, pendant ces années, la situation en Méditerranée se transforme profondément. Les positions italiennes sont battues en brèche : en 1566, les Turcs prennent Chio et, de 1570 à 1573, Venise est engluée dans la guerre de Chypre. En mer du Nord, à partir de 1569, Anvers devient de plus en plus dangereuse en raison de la révolte des Pays-Bas et les Merchant Venturers cessent de s’y réunir à partir de 1581 : puisque leurs intermédiaires habituels ne sont plus opérants, les marchands anglais doivent braver l’Espagne et revenir en Méditerranée où ils sont de plus en plus nombreux à aller charger l’alun à Livourne et à Civitavecchia. A partir de 1575, des navires londoniens (par exemple ceux de John Hawkins) sont affrétés par des Italiens, comme le Lucquois Acerbo Velutelli qui détient le monopole de l’importation des raisins de Corinthe en Angleterre, afin d’aller charger à Zanthe et à Céphalonie. Peu à peu, les Anglais se familiarisent avec les eaux turques. Dès 1577, Thomas Cordell bénéficie d’un sauf-conduit turc, et d’autres marchands anglais cherchent à en obtenir, notamment Sir Edward Osborne et Richard Staper : ils envoient en mission leur facteur William Harborne30 qui réussit fort bien, promettant aux Turcs les matériaux (notamment le plomb et l’étain) que la papauté interdit aux chrétiens d’exporter chez les Ottomans, qui en ont un besoin pressant en raison de la guerre qu’ils mènent contre les Perses. En mai 1580, Mourad III accorde aux Anglais un privilège qui les met sur un même pied d’égalité avec les Français. Un incident, en 1581, met à mal cet accord mais, dès 1582, Harborne revient à Constantinople comme ambassadeur d’Elisabeth (bien que ses frais continuent à être assumés par les marchands, grands bénéficiaires, il est vrai, de l’accord). Harborne, qui reste en poste jusqu’en 158831 avant de se retirer, fortune faite, ouvre une série de postes consulaires (Le Caire, Alexandrie, Alep, Damas, Alger, Tunis, et les deux Tripoli, Syrie et Barbarie), qui facilite et sécurise les entreprises commerciales anglaises dans le monde musulman32. En tout cas, jusqu’en 1620, le commerce avec la Turquie continue à prospérer, organisé du côté anglais par la Compagnie du Levant qui a pris la relève de la Spanish Company et absorbé la Compagnie de Venise en 158933 : dès 1588, John Sanderson prétend avoir ramené dans l’Hercules pour 70 000 £ de marchandises diverses34 ; la Compagnie a quinze navires en 1595 et vingt en 1599. Ce sont les profits considérables accumulés par la Compagnie qui vont permettre la création de l’East India Company dont la charte d’incorporation date du 31 décembre 1599.

  • 35 Pour Hakluyt, cf. n. 18 supra ; pour Purchas, cf. n. 24 supra.
  • 36 A discourse written by one Miles Philips Englishman, one of the company put on shoare Northward of (...)
  • 37 Le Narrative of John Fox est édité par Hakluyt, P.N.., 1599, II, p. 131-136, rééd. Glasgow 1904, 5, (...)
  • 38 Strange and wonderful things happened to R. H. in his ten years travels in foreign countries, Londr (...)
  • 39 A true relation of the travailes and captivitie of W. Davies, under the duke of Florence, Londres 1 (...)

11Les récits de voyage de cette période sont pourtant à prendre avec une grande prudence : pour pénétrer en zone sous domination espagnole, il faut être catholique, mais pour rentrer en Angleterre, il faut être protestant ! L’Inquisition veille en Espagne et en Amérique, tandis qu’en Angleterre grandit la hantise des espions. Les émouvants récits de captivité et l’évocation pitoyable des procès d’Inquisition font donc partie d’un dispositif narratif destiné à dédouaner l’auteur et à présenter au lecteur anglais une inattaquable garantie de protestantisme et de patriotisme. Ces récits ne sont d’ailleurs parfois que des interviews, mises en forme par des écrivains professionnels, comme Anthony Munday ou encore Richard Hakluyt et Samuel Purchas, qui publient dans leurs collections monumentales la plupart de ces récits de voyage35. Voici Miles Philips, qui fait partie de la centaine de marins que John Hawkins abandonne sur la côte américaine quand il doit rentrer en catastrophe sur le Minion après le désastre de San Juan de Ulloa et qui a pu gagner Mexico où, de son propre aveu, il est entré au service des Espagnols : il aurait alors été victime de l’Inquisition et serait devenu galérien, à Séville et aux Baléares notamment ; c’est pourtant au large du Rio de La Plata qu’il est récupéré en 1587 par les Anglais36. Ainsi un récit de John Fox, canonier à bord du Three Half-Moons, parti en 1563 de Portsmouth pour Séville : en Méditerranée, le vaisseau est pris par des galères turques, et les matelots emprisonnés à Alexandrie en Egypte ; mais Fox provoque ( !) une révolte d’esclaves en janvier 1578 et à la tête des mutins, s’empare d’une galère avec laquelle il arrive à Gallipoli ( ?) en Crète ; de là, il gagne Naples et Rome où il voit le pape (c’est bien le moins !) et rentre finalement en Angleterre en 157937. De même, Richard Hasleton, parti de Londres sur le Mary Marten pour Patras, est capturé par les Turcs après un combat naval au large d’Alméria en juillet 1582. Captif à Alger, il rame sur une galère qui sombre au large de Formentera : emprisonné comme luthérien à Ibiza puis à Majorque, torturé dans les geôles de l’Inquisition, il s’échappe en mai 1588, gagnant la côte africaine dans la région de Djidjelli. Captif du « roi d’Abkou », un prince berbère ennemi d’Alger, il s’échappe à nouveau et regagne Alger où la présence d’un navire anglais dans la rade lui permet enfin de regagner l’Angleterre38. Le plus suspect est encore le récit de William Davies39, un chirurgien-barbier de Londres, qui part sur le Francis, un vaisseau de Saltash qui gagne Civitavecchia puis le Maghreb et relâche ensuite à Alger et à Tunis. Il est alors capturé par les galères de Toscane et travaille à Livourne comme « esclave » (à ses dires) pendant neuf ans : il est alors engagé comme médecin sur le Santa-Lucia, un navire florentin qui, commandé par un capitaine anglais (catholique ?), Robert Thornton, va explorer l’Amazonie. Il fait même l’objet d’un procès d’Inquisition à son retour d’Amazonie pour avoir enterré un de ses compatriotes anglais sans le secours d’un prêtre. Cette belle aventure peut être en partie véridique ; mais les neuf années d’esclavage de ce chirurgien sont bien étonnantes, surtout si l’on sait que le responsable des constructions navales à Livourne sera bientôt Robert Dudley, fils illégitime de Robert Dudley, Earl of Leicester et favori d’Élisabeth : après son mariage avec Élisabeth Southwell, il est devenu catholique et s’est mis à partir de 1605 au service du grand-duc de Toscane ; or, Dudley a dirigé une expédition à Trinidad en 1594-1595, précédant en Guyane Sir Walter Raleigh et explorant l’Orénoque ! Voilà bien des coïncidences, et le procès d’Inquisition est indispensable pour que ce récit publié en 1614 n’apparaisse pas comme celui d’un renégat au service de la Toscane catholique !

  • 40 P. Neville-Sington, A Very Good Trumpet: Richard Hakluyt and the Policy of Overseas Expansion, Text (...)
  • 41 Les voyages en Méditerranée orientale continuent à apporter leur lot d’informations, comme ceux de (...)
  • 42 Le récit du voyage à Ormuz est édité par Purchas, P.P., 1625, rééd. Glasgow, 8, p. 449-481.
  • 43 The voyage of Iohn Newberie and Ralph Fitch to Tripolis and Goa A. 1583, PN., 1589, p. 208-221, et (...)
  • 44 The voyage of John Eldred to Tripolis in Syria by sea, and from thence by lande and river to Babylo (...)

12Mais une fois bien installés en Méditerranée orientale, les Anglais n’ont pas tardé à réaliser qu’ils pouvaient se servir de leur position pour aller plus loin : jusque-là, ils s’étaient surtout intéressés à la Russie et aux possibilités de passage vers l’Inde et la Chine soit en trouvant un passage libre de glace par les mers arctiques, par l’ouest ou par l’est, soit en traversant l’Asie Centrale. Nous disposons ici de textes beaucoup moins romanesques, qui sont des rapports, des lettres et des récits envoyés par les marchands qui sont sur le terrain, aux milieux d’affaires londoniens, textes que Richard Hakluyt et Samuel Purchas recueillent pour leur donner une audience plus large à un moment où les compagnies qui se multiplient cherchent à lever des capitaux dans tous les milieux dirigeants40. Le commerce du Levant pouvait servir de tremplin pour aller plus loin41, et c’est ce à quoi s’employa à partir de 1582 John Newbery qui venait de faire deux voyages au Proche-Orient (en 1579 un pèlerinage à Jérusalem, et en 1580-1582 un long périple qui l’a conduit à Alep, Tripoli, Bagdad, Bassorah, jusqu’à Ormuz à l’entrée du golfe Persique, rentrant par la Perse, Tabriz, et l’Anatolie42) et proposa de créer une chaîne de postes commerciaux d’Alep à l’Inde. En 1583, il embarque avec Eldred, Fitch et d’autres sur le Tiger, porteur de lettres d’Elisabeth pour Akbar et pour le « roi de Chine ». Il s’agissait, plus que d’un voyage commercial, d’une véritable opération de reconnaissance : Newbery a consulté Hakluyt et John Dee avant de partir et, avec Eldred, il a correspondu pendant tout le trajet avec Harborne à Alep et avec le marchand Leonard Poore à Londres, tandis que Fitch43 et Eldred44 ont tenu un journal. Mais l’expédition fut difficile : les marchands anglais furent emprisonnés par le gouverneur portugais à Ormuz ; non seulement ils étaient hérétiques, mais encore Sir Francis Drake venait en 1579 de combattre un galion portugais dans les Moluques, et Don Antonio, le prétendant portugais, s’était réfugié en Angleterre. Qui plus est, les Vénitiens intriguaient contre eux auprès des Portugais ! Envoyés à Goa, Fitch, Newbery et leurs compagnons finirent par bénéficier d’une liberté précaire : craignant d’être transférés au Portugal par le vice-roi, ils s’enfuirent en abandonnant une grande partie de leurs marchandises et se rendirent auprès de l’empereur mogol, Akbar le Grand, qu’ils rejoignirent à l’été 1584. De là, ils revinrent par des chemins séparés en Angleterre : si Fitch rentra, Newbery disparut. Le résultat était dans l’immédiat désastreux, mais le contact avait été pris et, surtout, les Anglais pouvaient mesurer les périls qui les attendraient s’ils voulaient poursuivre par la voie terrestre : aussi, en 1591 puis en 1596, ils s’essaieront à la route maritime, sans grand succès d’abord, avant que les succès des Hollandais, à la fois alliés et concurrents, leur démontrent que c’était bien là la voie de l’avenir.

  • 45 L’amiral de la flotte de l’East India Company en 1612-1614, Thomas Best, a ainsi laissé un précieux (...)
  • 46 Voir par exemple le voyage depuis la côte syrienne de John Cartwright (qui deviendra le chapelain d (...)
  • 47 Ce récit est édité dans J. T. Bent, Early Voyages and Travels to the Levant : I. The diary of Maste (...)

13Ainsi, l’East India Company va imposer cette voie maritime, dont les Hollandais avaient démontré la viabilité. Et c’est dans les journaux et les log-books des capitaines des vaisseaux de la compagnie45 que se trouve désormais la littérature professionnelle que continuent de susciter les voyages vers l’Orient : l’étape méditerranéenne est désormais dépassée, même si l’on continue à reconnaître les routes asiatiques46. Dès lors, le voyage en Méditerranée n’est plus une curiosité, sauf si un élément incongru s’y mêle, comme dans le cas de Thomas Dallam, le constructeur des orgues du King’s College de Cambridge, qui est chargé de construire un orgue pour le Sultan : il donne un récit passionnant de la vie au palais de Topkapi et une description précieuse de l’entourage du souverain et des mœurs de la cour ottomane. Il a lui-même expérimenté leur complexité : chargé de faire la démonstration des qualités de son instrument, il crut sa dernière heure arrivée, lorsqu’il réalisa que pour cela il devait tourner le dos au Sultan, ce qui était passible d’une mort immédiate47 ! Sans doute la Méditerranée garde-t-elle toute sa magie et son attrait, et les gentlemen dans leur Grand Tour poussent-ils souvent plus loin que l’Italie afin d’assouvir leur curiosité, que ce soit les Ottomans ou le goût des antiques qui les attire. Mais pour tous ceux dont les récits sont destinés à informer les milieux d’affaires londoniens et qui ont fourni la plupart des textes du xvie siècle, cette Méditerranée n’est plus, au mieux, que la porte d’un Orient vers lequel les Anglais regardent désormais.

Notes

1 Pour la définition de cette population et de notions comme celles d’auteur et de champ, voir J.-Ph. Genet, La genèse de l’État moderne en Angleterre. Culture et société politique, Paris 2003 ; la base de données qui contient les bio-bibliographies des auteurs est consultable sur internet à l’adresse http://lamop.univ-paris1.fr : on y trouvera des informations (notamment bibliographiques) que la nécessaire brièveté de cet article ne permettait pas de conserver.

2 Sur le lien entre voyage, géographie et récit de voyage, J.-Ph. Genet, Géographie et voyageurs en Angleterre : une approche quantitative, Finances, pouvoirs et mémoire (Mélanges en l’honneur de Jean Favier), éd. J. Kerhervé, A. Rigaudière, Paris 1999, p. 735-749.

3 Dans une étude portant sur une population beaucoup plus restreinte (745 historiens : mais les auteurs de récits de voyage sont ipso facto historiens), l’analyse factorielle a mis en évidence la forte liaison entre voyage en Méditerranée et voyage dans la péninsule Ibérique : L’Angleterre à la découverte de l’Europe (1300-1600), La Conscience européenne au xve et au xvie siècle, Paris 1982, p. 144-169.

4 M. E. Mallett, Anglo-Florentine Commercial Relations, Economie History Review, 2nd ser., 15, 1962, p. 250-265; Ch. Ross, Edward IV, Londres 1974, p. 360-362.

5 P. Ramsey, Overseas Trade in the Reign of Henry VII : the Evidence of the Customs Accounts, Economic History Review, 2nd ser., 6, 1953, p. 173-182.

6 Voir D. R. Howard, Writers and Pilgrims. Medieval Pilgrimage. Narratives and their Posterity, Berkeley 1980.

7 Itinerarium Symonis Simeonis ab Hybernia ad Terrain Sanctam, éd. M. Esposito, Dublin 1960 (Scriptores Latini Hiberniae 4).

8 Voyage en Terre Sainte d’un maire de Bordeaux au xive siècle, éd. P. Riant, Archives de l’Orient Latin, II (2), Paris 1884, p. 378-388.

9 The Itineraries of William Wey, éd. G. Williams, B. Bandinel, A. Way, 2 vol. , Londres 1857-1867 (Roxburghe Club).

10 Information for pilgrims unto the Holy Land, éd. E. G. Duff, Londres 1893 (facsimilé).

11 The Book of Margery Kempe, éd. S. B. Meech, H. E. Allen, Londres 1940 (Early English Text Society. Original Series 212); The Book of Margery Kempe, éd. B. Windeatt, Harlow 2000.

12 Chapitres xxvii et xxviii.

13 R. J. Mitchell, The Spring Voyage. The Jerusalem Pilgrimage in 1458, Londres 1964 : Tiptoft voyage en compagnie du condottiere Roberto Sanseverino et en même temps que Wey qui est sur un autre bateau ; il utilise la route maritime classique du xve siècle, de Venise à Jérusalem via Durazzo, Rhodes, Chypre et Jaffa.

14 Un autre auteur militaire dont l’œuvre a disparu est Roger de Stavegni, un hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, qui a présenté son traité Du conquest de la Terre sainte en mars 1332 à Edouard III, qui l’a récompensé par le don de 40 marcs (cf. J. Vale, Edward III and Chivalry. Chivalric Society and its Context 1270-1350, Woodbridge 1982, p. 51) ; est-ce le Roger de Stanegrave qui a reçu avec Isaac le juif un sauf-conduit, valable un an ? Prisonnier en Terre sainte et longtemps captif, il peut venir lever parmi ses amis de quoi payer sa rançon, accompagné dudit Isaac, auquel il a été abandonné pour sa rançon jusqu’à concurrence d’une certaine somme. Isaac fera partie de son escorte jusqu’à ce qu’il ait été satisfait pour cette somme : Calendar of Patent Rolls, Edward II, Londres 1894-1904, V/3, 1317-1321, p. 254.

15 J. S. Roskell, L. Clark, C. Rawcliffe, The House of Commons 1386-1421, Londres 1992 (The History of Parliament), 4, p. 735-739. Ce profil de croisé est assez courant dans la gentry au point que l’on a pu y voir l’un des modèles du Knight des Canterbury Tales de Geoffrey Chaucer.

16 This is the begynnynge, and contynuaunce of the pylgrymage of sir R. Guylforde knight. And howe he went toward Jherusalem, imprimé à Londres en 1511 par Richard Pynson (STC [Short-title Catalogue of Books printed in England, Scotland, & Ireland and of English Books Printed Abroad, 1475-1640] 12549); le pèlerinage a été effectué en 1506.

17 Il est allé en Terre sainte en 1517-1518 en traversant la France (par Dieppe, Paris, Lyon), entrant en Italie par le Mont-Cenis, puis gagnant Venise par Turin, Milan et Pavie : la traversée se fait par Corfou, Zante, Cerigo, la Crète et Jaffa. Le retour est par Chypre, Rhodes, Messine et Naples : voir W. J. Loftie, Ye Oldest Diarye of Englysshe Traveil, Londres 1884 (Vellum-Parchment Shilling Series of Miscellaneous Literature 6).

18 The fyrst boke of the introduction of knowledge made by Andrew Boorde, éd. F.J. Furnivall, Londres 1870 (Early English Text Society. Extra Series 10). L’ouvrage connaît quatre impressions de 1548 à 1563. A l’aller, Boorde est passé par Venise, Rhodes et Jaffa, au retour, par Naples.

19 Cf. B. Penrose, Travel and Discovery in the Renaissance, 1420-1620, Cambridge, Mass. 1955 ; A. Maczak, Viaggi e viaggiatori nell’Europa moderna, Bari 1992.

20 An itinerary (by Fynes Moryson, Gent.) containing his Ten Years Travels through the twelve Dominions of Germany, Poland, England, Scotland and Ireland. Divided in three Parts, Londres 1617 (STC 18205), réédité à Glasgow, 4 vol. , 1907-1908: voir B. Penrose, Urbane Travellers I59I-1635, Philadelphie 1942, p. 4-39.

21 L. Guiney, Recusant Poets, New-York 1938 ; un soi-disant « pèlerinage » du marchand londonien John Lok apparaît bien plutôt comme une reconnaissance commerciale : son navire, le Mathew Gonson, ayant été bloqué à Cadix, il gagne Livourne sur la Cavalla de Venise, puis gagne Venise par la route et embarque sur un bateau de pèlerins vénitien, la Fila Cavena ; par Zante, Chypre et Jaffa, il atteint Jérusalem. Son récit est d’ailleurs du plus grand intérêt : il est édité par R. Hakluyt, The Principali navigations, voyages and discoveries of the English nation (désormais abrégé P.N.), Londres 1599, 1, p. 101-130, rééd. Glasgow 1904, 5, p. V, 76-105; cf. D. B. Quinn et al., The Hakluyt Handbook, 2 vol. , Londres 1974 (Hakluyt Society, 2nd ser. 144-145). La même observation vaut pour le « pèlerin » Henry Timberlake, un marchand londonien (membre de l’East India Company, de la Virginia Company, de la North West Passage Company et de la Bermuda Company) qui profite d’un voyage d’affaires en Égypte pour pousser jusqu’à Jérusalem : A true and strange discourse of the travalles of two English Pilgrims to Jérusalem, Londres 1603 (STC 24079 ; neuf éditions jusqu’en 1685).

22 Deux éditions chez John Day en 1572 (STC 17520-1).

23 The Art of Warre, Londres 1560, réédité en 1573 et 1588, traduit de Machiavel et Onosandro Platonico, of the Generali Caputine and of his office, Londres 1563, version anglaise de la traduction italienne par Fabiano Cotta, du grec d’Onosander.

24 D. W. Davies, Elizabethan errant: the strange fortunes of Sir Thomas Shirley and his three sons. Ithaca 1967. Un récit contemporain est celui de W. Parry, A new and large discourse of the travels of Anthony Sherley knight, Londres 1601 et repris par S. Purchas, Hakluytus Posthumus or Purchas his Pilgrimes, Londres 1625, 4 vol. , rééd. Glasgow 1905-1907, 20 vol. (abrégé P.P. désormais), ici 8, p. 442-449.

25 J. A. Williamson, The Cabot Voyages and Bristol Discovery under Henry VII, Cambridge 1962 (Hakluyt Society, 2nd ser. 120).

26 K. R. Andrews, Elizabethan Privateering during the Spanish War, 1585-1603, Cambridge 1964, p. 12.

27 A discourse of the trade to Scio est édité par Hakluyt, P.N., Londres 1599, II (2), p. 114-119, rééd. Glasgow 1904, 5, p. 111-117.

28 Voyage to Scio in 1551, éd. E. Arber, An English Garner, 1, Londres 1877, p. 33-37.

29 Voir F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 19909, 2, p. 318 ; ce qui suit s’appuie sur K. R. Andrews, Trade, Plunder and Settlement. Marltime Enterprise and the Genesis of the British Empire, 1480-1630, Cambridge 1984, p. 87-100; D. B. Quinn, A. N. Ryan, England’s Empire, 1550-1642, Londres 1983.

30 S.A. Skilliter, Willam Harborne and the Trade with Turkey, 1578-1582, Oxford 1977.

31 William Harborn his service to her Majestie and Commons in his ten years traveil and residence att Constantinoble, hereunder specified, texte resté manuscrit, publié dans H. G. Rawlinson, The Embassy of William Harborne to Constantinople 1583-1585. Transactions of the Rovai Historical Society, 4th ser., 5, 1922, p. 19-24.

32 Le rôle positif de la diplomatie anglaise est mis en évidence par le récit de Thomas Saunders : l’équipage du Jesus de Londres qui navigue pour Osborne et Staper est arrêté à Tripoli à la suite d’une querelle entre marchands ; devenus esclaves, les Anglais sont galériens et travaillent sur le chantier d’une mosquée. Mais Saunders a pu alerter Harborne qui envoie à Tripoli Edmund Barton qui fait libérer les survivants (deux Anglais ont été pendus et dix sont morts de mort naturelle, dont neuf de la peste), qu’il conduit à Zanthe, puis à Céphalonie où ils rencontrent le George Bonaventure de Londres avec lequel ils rentrent à Londres : A brief description of a most lamentable voyage made lately to Tripoli and Barbary, Londres 1587, repris dans Hakluyt, P.N., 1589, p. 192 s. et rééd. Glasgow 1904, 5, p. 292-311.

33 A. C. Wood, A History of the Levant Company, Oxford 1933.

34 Sanderson a laissé un récit autobiographique manuscrit de ses voyages : voir Sir W. Foster, The Travels of John Sanderson on the Levant 1584-1602, Londres 1931 (Hakluyt Society, 2nd ser. 67).

35 Pour Hakluyt, cf. n. 18 supra ; pour Purchas, cf. n. 24 supra.

36 A discourse written by one Miles Philips Englishman, one of the company put on shoare Northward of Panuco in the West Indies, publié par Hakluyt, P.N., 1589, rééd. Glasgow 1904, 9, p. 398-445.

37 Le Narrative of John Fox est édité par Hakluyt, P.N.., 1599, II, p. 131-136, rééd. Glasgow 1904, 5, p. 153-167 ; un récit du même ordre est celui d’Edward Webbe : son vaisseau, le Henry, fait voile vers Tunis quand il est pris par les Turcs ; d’abord esclave des Tatars de Crimée, il devient galérien puis soldat turc, servant en Palestine, en Grèce, et en Perse ; il refait surface dans l’armée d’Henri IV, comme maître-canonier à la bataille d’Ivry. S’agit-il d’un mercenaire ? Le récit, qui n’est repris ni par Hakluyt, ni par Purchas, a connu cinq éditions de 1590 à 1600 : The rare and most wonderfull things which E. Webbe hath seene in the landes of Jewrie, Egypt, Grecia and Prester John, Londres 1590-1600 (STC 25151.5 à 25154), rééd. dans E. A. Arber, English Reprints, Londres 1868.

38 Strange and wonderful things happened to R. H. in his ten years travels in foreign countries, Londres 1595 (STC 12924.5).

39 A true relation of the travailes and captivitie of W. Davies, under the duke of Florence, Londres 1614 (STC 6365).

40 P. Neville-Sington, A Very Good Trumpet: Richard Hakluyt and the Policy of Overseas Expansion, Texts and Cultural Change in Early Modern England, éd. C. Brown, A. F. Marotti, Basingstoke 1997, p. 66-79.

41 Les voyages en Méditerranée orientale continuent à apporter leur lot d’informations, comme ceux de John Evesham, Laurence Aldersey et Richard Wrag : voir The voyage of lohn Evesham into Egypt, Hakluyt, PN., 1589, p. 222-224, rééd. Glasgow 1904, 6, p. 35-38; The voyage of M. Laurence Aldersey to the cities of Jérusalem and Tripoli, in the yeere 1581, Hakluyt, P.N., 1589, p. 177-187, rééd. Glasgow 1904, 6, 39-46; et de Richard Wrag, Description of his voyage to Constantinople and Syria 1593-1595, Hakluyt, P.N., 1599,1, p. 311 s. et réédit. Glasgow 1904, 6, p. 94-113.

42 Le récit du voyage à Ormuz est édité par Purchas, P.P., 1625, rééd. Glasgow, 8, p. 449-481.

43 The voyage of Iohn Newberie and Ralph Fitch to Tripolis and Goa A. 1583, PN., 1589, p. 208-221, et II, p. 250-267; rééd. Glasgow 1904, 5, p. 465-505; W. Foster, Early Travels in India, 1583-1619, Oxford 1921, p. 8-47. Ce récit n’est cependant pas celui que Fitch a présenté à William Cecil, Lord Burghley ; il semble avoir été « édité » à partir du Viaggio de Cesare Federici traduit par Thomas Hickock et publié en 1588, sans doute pour ne pas divulguer des informations commerciales sensibles.

44 The voyage of John Eldred to Tripolis in Syria by sea, and from thence by lande and river to Babylon and Balsara An. 1583, publié par Hakluyt en 1589 et en 1599, P.N., II, 268-280, rééd. Glasgow 1904, 5, p. 457-458.

45 L’amiral de la flotte de l’East India Company en 1612-1614, Thomas Best, a ainsi laissé un précieux journal de son expédition aux Indes et en Indonésie : il est en partie publié par Purchas, P.P., en 1625 et en totalité dans Sir W. Foster, The Voyage of Thomas Best to the East Indies 1612-1614, Londres 1934 (Hakluyt Society, 2nd ser. 75), p. 1-92.

46 Voir par exemple le voyage depuis la côte syrienne de John Cartwright (qui deviendra le chapelain de l’East India Company en 1602) : d’Antioche et Alep, il gagne avec John Mildenhall le Kurdistan, passe par le mont Ararat, le lac Van et la Caspienne, puis visite Tabriz, Kazvin, Qom, et Kashan ; tandis que Mildenhall continue vers l’Orient, Cartwright rentre par Ispahan, Chiraz et Bagdad, visitant au passage les ruines de Ninive, Suse, Persépolis et Babylone : The preachers travels, Londres 1611 (STC 4705) ; voir Penrose, Travel and Discovery, cité supra n. 19, p. 40-57.

47 Ce récit est édité dans J. T. Bent, Early Voyages and Travels to the Levant : I. The diary of Master Thomas Dallam. 1599-1600, Londres 1893 (Hakluyt Society, 1st ser. 87).

Table des illustrations

Titre Table I - Destination des voyageurs anglais (effectifs)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Table II - Destination des voyageurs anglais (pourcentages)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540