Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Autonomie locale et relations avec les Latins à Byzance au xive siècle : Iôannès Limpidarios / Libadarios, Ainos et les Draperio de Péra

Thierry Ganchou

Texte intégral

  • 1 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début xve siècle), 2 vol. , Rome-Gênes 1978, 1. p. 97. 192. 19 (...)
  • 2 Citons, parmi les travaux anciens qui lui ont consacré quelques pages : K. Hopf, Geschichte Griech (...)
  • 3 Sur les liens de solidarité économique au sein du clan familial, voir J. Heers, Le clan familial a (...)
  • 4 A. Vigna, Codice diplomatico delle colonie tauro-liguri durante la signoria dell’ Ufficio di San G (...)

1Si le rôle joué par la famille Draperio au sein de la société coloniale génoise de Péra aux xive-xve siècles est aujourd’hui assez bien connu, on le doit aux recherches conduites par Michel Balard dans le cadre de sa thèse sur la Romanie génoise1. Jusque-là, l’historiographie n’avait retenu qu’un seul membre de la famille, le grand homme d’affaires du xve siècle Francesco Draperio2. Et de quelle façon ! Après quatre siècles d’oubli, à l’époque de sa redécouverte dans les années 1860, le personnage apparaissait sous les traits sulfureux d’un aventurier, surgi de nulle part et sans passé. Son patronyme déjà plaidait contre lui. Car inconnu par ailleurs, il invitait à créditer seul Francesco Draperio de son éclatante réussite économique, ce qui, dans la Gênes des « alberghi » aux multiples solidarités3, était trop inhabituel pour ne pas paraître suspect. Enfin, un facteur aggravant achevait de transformer cette suspicion en certitude : la réussite économique foudroyante et comme isolée de Francesco Draperio ne semblait-elle pas avoir été toute acquise grâce à de franches compromissions avec l’infidèle ottoman, pour le plus grand malheur de ses concitoyens pérotes ? Cette absence manifeste de solidarité vis-à-vis de ses coreligionnaires indisposa tant l’historien génois Amedeo Vigna – qui popularisa sa réputation de « traditore di Costantinopoli » – qu’il alla jusqu’à dénier à Francesco Draperio une origine ligure, et même italienne. Arguant de ce que « Draperio » / « Drapperio » n’était pas un patronyme ligure, mais un simple nom de profession – en raison de la parenté du mot avec « drappiere », soit « drapier » –, il décida que Francesco Draperio ne pouvait qu’avoir été... d’extraction juive4. Seule cette origine lui semblait en effet susceptible d’expliquer les compromissions du personnage avec les Turcs, ainsi que son apparente « indifférence » pour ses compatriotes chrétiens !

  • 5 Cf. ainsi M. Balard, « Drap(p)erio, Francesco », Lexikon des Mittelalters, 3, Munich-Zurich 1995, (...)
  • 6 Balard. La Romanie génoise, cité supra n. 1, 1. p. 320 et 342 ; Id., Les milieux dirigeants dans l (...)

2Plus de cent ans après, Michel Balard a donné l’arrière-plan indispensable à une plus juste appréciation de la carrière « exceptionnelle » de Francesco Draperio, en faisant la lumière sur plusieurs Draperio antérieurs, actifs à Péra dès la seconde moitié du xive siècle. La Romanie génoise a brossé avec vigueur les aspects économiques, sociologiques, culturels et politiques du cadre colonial dans lequel un homme d’affaires aussi entreprenant que Francesco Draperio a pu s’épanouir. Accessoirement, elle a aussi rendu au personnage les caractères plus rassurants – et combien plus logiques – d’héritier d’une lignée installée depuis plusieurs générations dans la colonie ligure du Bosphore et jouissant sur place, assez rapidement, d’un poids économique et social important5. En exploitant pour la première fois les actes notariés inédits du notaire Donato di Chiavari, qui instrumenta dans la colonie de Péra en 1390/1391, Michel Balard a exhumé en particulier un couple bien intéressant, celui formé par Luchino Draperio et son épouse byzantine, l’aristocrate kyra Palaiologina Libadaria6. Toutefois, le lien entre ce couple et Francesco Draperio n’a pas encore été trouvé, et les divers membres de la famille surgis depuis à la faveur de multiples publications de sources sont demeurés jusqu’à ce jour isolés et rétifs à tout essai d’insertion au sein d’une construction généalogique satisfaisante.

3À la faveur de recherches aux archives de Gênes, collectant de maigres éléments éparpillés ici et là, on a pu reconstituer un puzzle certes encore partiel mais assez cohérent pour permettre aujourd’hui d’écrire une histoire de la famille Draperio. On eût aimé, bien sûr, l’offrir à Michel Balard dans le cadre de ses mélanges, mais elle outrepassait de beaucoup les limites permises dans ce volume. A défaut, on trouvera ici en « hors-d’œuvre » un épisode inconnu de l’histoire des Draperio, étroitement lié à celle de l’État byzantin et en particulier au brusque déclin politique de ce dernier au sortir de la guerre civile entre Jean VI Kantakouzènos et Jean V Palaiologos (1341-1354).

  • 7 M. Balard, à propos de la bataille du Bosphore. L’expédition génoise de Paganino Doria à Constanti (...)
  • 8 Ibid., p. 457-458.
  • 9 ASG, Antico Comune, Officium Guerre, introytus et exitus, n° 215. Carlus de Draperiis : p. 14, 15, (...)
  • 10 Aucun document n’est encore venu préciser la filiation de Luchino Draperio.

4Les Draperio pèsent déjà d’un poids certain à Péra à l’époque de la seconde guerre civile byzantine, et on les trouve mêlés de près aux événements politiques qui agitent alors l’Empire, sur fond de guerre des Détroits. En 1351/1352, comme l’a signalé Michel Balard, un Lanzaroto Draperio apparaît ainsi comme fournisseur aux armées dans les comptes de l’expédition de l’amiral génois Paganino Doria7. Surtout, un Gherardo Draperio avance alors à Péra, avec un autre banquier de la colonie, Galeotto Guidice, la somme considérable de 25 500 hyperpères à ce même amiral8 : il s’agissait de permettre à Doria de pourvoir à l’entretien de sa flotte, alors ancrée devant la colonie pour le plus grand dommage de Byzance, alliée malheureuse de Venise dans la guerre qui opposait alors les deux Républiques. Or, les comptes de l’expédition de Doria offrent des Draperio supplémentaires. On y trouve en effet cités Carlo Draperio, Lanzaroto et Percivale Draperio, des membres de la famille absolument inconnus par ailleurs9. Mais la surprise vient davantage de l’absence d’un Draperio qu’on s’attendrait à y voir mentionné que des Draperio inédits qu’elle révèle : celle de Luchino, l’époux de la byzantine kyra Palaiologina Libadaria. Parce que le personnage était encore trop jeune, à l’époque, pour jouer un rôle économique de premier plan ? Parce qu’il était caché pour l’instant derrière son père, encore d’âge, lui, à occuper le devant de la scène10 ?

  • 11 Le chiffre de deux filles et six fils donné dans Balard, La Romanie génoise, 1, p. 257, sur la bas (...)

5Effectivement, Luchino Draperio devait être encore un jeune homme à l’époque de l’expédition de Paganino Doria. L’étude de son testament olographe, toujours inédit et qu’il rédigea en 1386 au soir de sa vie, le campe à cette date en vénérable pater familias, à la tête d’une imposante progéniture, ayant déjà des petits-enfants qui n’étaient plus eux-mêmes en bas âge. Des documents annexes sur cette descendance confirment ce fait et montrent surtout que les enfants de Luchino, soit cinq fils et trois filles11, quoique présentant entre eux des différences d’âges assez importantes, étaient tous nés de sa femme kyra Palaiologina Libadaria. Autrement dit, lorsqu’il épousa cette dernière, Luchino n’était pas un vieux marchand de Péra « s’offrant » sur ses vieux jours, comme gage de la réussite économique de toute une vie, une jeune aristocrate byzantine. Leur union fut un mariage scellé entre jeunes gens : donc négocié par leurs parents respectifs.

6Peut-on dater ce mariage assez précisément ? Oui, grâce à une documentation notariale annexe qui a permis le calcul de l’âge auxquels les enfants issus du couple procréèrent à leur tour. Il en ressort qu’il ne put avoir lieu après 1360, et que, compte tenu de divers éléments qu’il n’est pas possible de développer ici, il dut intervenir plutôt dans la décennie 1350.

  • 12 ASG, Notai antichi 476 (filza du notaire Donato de Clavaro), doc. XVII (04/09/1386), 1. 5 et 25 ; (...)
  • 13 ASG, Notai antichi 476, doc. XVII, 1. 6-7.
  • 14 Ibid., doc. XXI (26 novembre 1389) ; doc. LXXXI (01 septembre 1390) ; Balard, Péra au xive siècle, (...)
  • 15 Laiou, The Byzantine Economy, cité supra n. 6, p. 219, n. 24.
  • 16 La forme grecque Καλοϊάννης, constituée de καλός et de Ιωάννης, devait signifier plus probablement (...)
  • 17 Laiou, The Byzantine Economy, p. 219, n. 24.

7Dans son testament de 1386 rédigé en « genovese », Luchino évoque simplement son épouse comme » madona Paleologeina, moger mea »12. Il ne fait aucune allusion directe au père de celle-ci, ni à son identité. Mais il faut déjà relever que le bien, une vigne, qu’il lègue personnellement à sa femme – outre la restitution, bien sûr, de sa dot et de son antefactum –, est dit situé sur une terre qu’il appelle, à la grecque, « To Livadari »13. De fait, lorsqu’à partir de la fin de 1389 « madona Paleologeina », désormais veuve, convoque plusieurs fois dans sa demeure de Péra le notaire Donato di Chiavari pour la succession de son défunt mari Luchino, elle se présente à lui comme Ihera Palealogina, uxor quondam Luchini de Draperiis et filia quondam Caloiane Livadari de Constantinopoli14, soit « kyra Palaiologina, épouse de Luchino Draperio et fille du défunt Kaloïannès Libadarès de Constantinople ». Que Ihera soit la transcription latine du grec κυρὰ/kyra, qui signifie « madame » (en latin domina) – ce que Luchino rend en dialecte génois en « madona » –, est en effet clair, comme l’a bien vu Angéliki Laiou15. La forme Caloiane ne pose également aucun problème : on sait que c’était la transcription latine de « Καλοϊάννης », forme populaire alors très en usage à Byzance du prénom « ’Ιωάννης »16. Il est tout aussi évident que le patronyme Livadari doit être restitué en grec en Λιβαδάρης / Libadarès, ou Λιβαδάριος / Libadarios17.

8On est surpris en revanche que ni son époux, ni elle-même ne mentionnent le prénom de « kyra Palaiologina ». Car « Paleologeina » / Palealogina ne peut avoir été le prénom, forcément chrétien, sous lequel cette fille de l’aristocratie byzantine fut baptisée. Mais quel qu’ait été ce prénom, elle y renonça visiblement après qu’elle eut épousé un Génois et se fut installée avec lui à Péra : sans doute parce que c’est sous ce surnom de « madona Paleologeina » que son nouvel entourage l’adopta, et cela de manière assez forte et constante pour qu’il finisse par s’imposer à elle. Ce faisant, les Pérotes avaient transformé en fait un patronyme en prénom, et plus précisément le patronyme secondaire de la dame. En effet, « Libadarios » était le patronyme de son père, et « Palaiologina » celui transmis par sa mère ou, plus vraisemblablement, acquis depuis une alliance autrefois conclue par l’un des aïeux Libadarioi avec une parente de la famille impériale. Ce qui signifie que le patronyme « Palaiologos » fut peut-être aussi transmis à l’épouse de Luchino Draperio par son père, ce mystérieux Iôannès Libadarios pouvant avoir été connu officiellement à Byzance comme « Iôannès [Palaiologos] Libadarios ». À l’époque où l’on se place, la proportion d’aristocrates byzantins à faire précéder leur nom patronymique de celui de la dynastie était en effet extrêmement élevée. Mais le double patronyme était seulement réservé à Byzance aux documents officiels : les chroniqueurs, pour faire court, s’en tenaient la plupart du temps au seul patronyme paternel, de même que les notaires latins.

9En milieu génois, cette adoption d’un patronyme en guise de prénom était peut-être rare, mais nullement exceptionnelle : à Gênes, comme à Venise d’ailleurs, on rencontre dans la documentation des filles portant comme prénom le nom de famille féminisé de leur père. Dans le cas de kyra Palaiologina Libadaria épouse Draperio, son surnom de Palaiologina eut un succès que l’on peut mesurer au fait qu’au moins deux de ses petites-filles reçurent elles aussi le prénom de Palaiologina (sous la forme latine Paleologina), évidemment en hommage à leur grand-mère, selon la coutume qui voulait que le fils donnât à sa fille première-née le prénom de sa propre mère, et que la fille le donnât à sa fille puînée. Mais là encore, il est évident que ces fillettes issues de la meilleure bourgeoisie pérote ne furent pas présentées devant les fonds baptismaux avec un tel prénom : elles reçurent à leur baptême un prénom chrétien tiré du calendrier liturgique, mais dans leur vie sociale et familiale c’est le surnom de Palaiologina qui s’imposa, et elles le gardèrent ensuite leur vie durant à l’exclusion de l’autre. Il en allait de même pour les Lercaria génoises ou les Moceniga vénitiennes.

10Quoi qu’il en soit, le patronyme – indiscutable celui-là – du père de l’épouse de Luchino, Libadarios, est à lui seul l’indice d’une appartenance à l’aristocratie byzantine.

  • 18 Pour l’essentiel sur l’histoire de la famille, cf. A. Kazhdan. Libadarios, ODB 2. 1991, p. 1221-12 (...)
  • 19 C. Stavrakos, Die byzantinischen Bleisiegel mit Familiennamen aus der Sammlung des Numisma-tischen (...)
  • 20 Géôrgios Akropolitès: Georgii Acropolitae opera recensuit Augustinus Heisenberg, Stuttgart 1903. p (...)
  • 21 Géôrgios Pachymérès : Georges Pachymérès, Relations historiques, éd. A. Failler. 1. Paris 1984. li (...)
  • 22 Du moins si l’on accepte les vues de D. Kyritsès, The Byzantine Aristocracy in the Thirteenth and (...)
  • 23 Pachymérès, cité supra n. 21, 3, Paris 1999, livre VIII, § 26, p. 20131-32. Comme le souligne l’éd (...)
  • 24 Seul Libadarios notable : un Théodôros Komnènos Libadarios (PLP 14861) qui fonda un monastère dédi (...)
  • 25 Les références données par Angéliki Laiou sur des Libadarioi pour la dernière décennie du xive siè (...)
  • 26 Pour le prêtre Géôrgios Libadarios à Constantinople en 1357 : H. Hunger, Die Exarchenlisten des Pa (...)
  • 27 Le codex Vaticanus graecus 2179, un manuscrit postérieur à 1420 et antérieur à 1453 ayant apparten (...)
  • 28 Pour une famille entière décimée par la peste, citons l’exemple, au début du xve siècle, de celle (...)

11Sous l’empire de Nicée et jusqu’au xive siècle, la famille Libadarios, ou Libadarès, tint son rang parmi les grandes familles aristocratiques18. Le premier membre attesté est un certain Gabrièl Libadarès, recteur, dont on a conservé le sceau et dont la période d’activité se situe entre la fin du xie et le début du xiie siècle19. Vers 1242, à Nicée, on enregistre déjà un Michael Libadarios revêtu de l’important titre aulique de mégas hétairéiarchès20.Fait remarquable, l’historien Pachymérès cite, à propos d’événements de 1258, les Libadarioi parmi ceux, peu nombreux, « dont se composait la chaîne dorée des grandes naissances »21. Sous Michel VIII et Andronic II Palaiologos, un Libadarios anonyme – celui-là même dans lequel Angéliki Laiou reconnaît, on le verra, un Kônstantinos Limpidarès (ou Limpidarios) – aurait été successivement prôtobestiaritès, mégas chartoularios et mégas stratopédarchès dans les années 1285-1296 et aurait exercé les fonctions de stratégès de Trallès vers 1283/84 puis de doux du thème de Néokastra en 129622. Toujours selon Pachymérès, Andronic II maria en 1293 son jeune frère Théodôros Palaiologos à la fille d’un Libadarios également anonyme, revêtu lui de la dignité de pinkernès. Le chroniqueur ajoute qu’il s’agissait d’un mariage très acceptable pour ce rejeton impérial vu que la jeune fille se trouvait « anoblie grâce à un grand-père prôtobestiarios »23. Cette entrée des Libadarioi dans le cercle très étroit des parents de la dynastie impériale constituait une forme de consécration. On se serait attendu à ce que la famille en retirât pleinement les bénéfices par la suite. Or, c’est exactement le contraire qui se passa, puisque dès les dernières années du règne d’Andronic II, la famille enregistre un brusque et irrémédiable déclin : aucun Libadarios n’occupe plus alors les importantes positions d’antan, ni n’est revêtu de titres auliques24. Pis, ils n’apparaissent désormais presque plus dans les sources byzantines, celles de la seconde moitié du xive siècle comme celles du demi-siècle suivant25. Qu’on en juge : en tout et pour tout, un prêtre constantinopolitain Géôrgios Libadarios cité en 135726, et un autre Géôrgios Libadarès au xve siècle, dont le nom apparaît dans un manuscrit27, Comment expliquer cette disparition brutale ? Les Libadarioi préférèrent-ils demeurer sous domination étrangère, au lieu de se replier en territoire byzantin au fur et à mesure que ce dernier se rétrécissait, d’abord au profit des Serbes puis des Turcs ? Peut-être, mais mieux vaut penser à la possibilité d’une extinction biologique de la famille, surtout à ces époques où un accès de peste pouvait décimer d’un seul coup une famille entière28. Quoi qu’il en soit, le fait que les Libadarioi soient devenus plutôt rares à partir du premier tiers du xive siècle semble interdire tout espoir d’identifier Iôannès Libadarios, le beau-père de Luchino Draperio. Mais cette circonstance peut présenter aussi a contrario un avantage : en effet, au vu de la rareté des Libadarioi à l’époque, si on trouve la mention d’un Libadarios prénommé Iôannès, il y a de fortes chances pour qu’il ne fasse qu’un avec notre Caloiane Livadari...

  • 29 A. Laiou, Constantinople and the Latins. The Foreign Policy of Andronicus II, 1282-1328, Cambridge (...)
  • 30 Laiou, Constantinople and the Latins, cité note précédente, p. 215: « Livadarios and Limpidaris co (...)
  • 31 Kyritsès, The Byzantine Aristocracy, cité supra n. 22, p. 324, n. 119. Les doutes de Kyritsès (sur (...)

12Il faut tenir compte aussi de ce que, d’après Angéliki Laiou, le patronyme Libadarios / Libadarès aurait disposé d’une variante : Limpidarios / Limpidarès. L’historienne a cru pouvoir le montrer à propos d’un Kônstantinos Limpidarès, en 1307 général en Asie Mineure et correspondant de l’empereur latin Charles de Valois, qui ne ferait qu’une seule et même personne avec le prôtobestiaritès Libadarios, doux de Néokastra près de Smyrne, qui en 1296 réprima la révolte d’Alexios Philanthrôpènos29. En fait, Libadarios aurait été la forme savante du patronyme, tandis que la seconde aurait été plus populaire30. Laissée sur le mode interrogatif par les rédacteurs du Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, cette identification a été rejetée récemment par Dèmètrios Kyritsès, avec des arguments certes dignes d’attention, mais qui sont loin d’être décisifs31. Par conséquent, il vaut toujours la peine de se pencher sur ce que raconte Jean VI Kantakouzènos, donc dans la période qui nous occupe, à propos d’un Limpidarios anonyme qu’il présente sous un jour assez défavorable : le commandant de la flotte du despote d’Épire Nikèphoros II Doukas Angélos, gendre de cet empereur.

  • 32 Iôannès Kantakouzènos (Ioannis Cantacuzeni historiarum, éd. Bonn, 1828-1832 [cité désormais Kantak (...)
  • 33 En fait Kantakouzènos ne mentionne que la mort de Prěljub comme facteur du départ de Nikèphoros. C (...)
  • 34 Kantakouzènos, iv, 43 : 3, ρ. 31522-3171 ; entrée Λιμπιδάριος, PLP 14941. Aucune autre source rela (...)

13Sans dater précisément les faits, le mémorialiste impérial rapporte qu’il avait confié à son gendre Nikèphoros, ex-despote d’Épire chassé de ses domaines, la souveraineté sur la ville portuaire importante d’Ainos, en Thrace, à l’embouchure de la Maritza32. Puis il raconte – et il place cette fois clairement son récit après son abdication, survenue en novembre 1354 –, qu’une série d’événements imprévus vint rendre à Nikèphoros l’espérance de récupérer ses droits ancestraux sur l’Épire : les morts presque simultanées du tsar serbe Stefan Dušan, dont on sait qu’elle advint le 20 décembre 1355, et celle du césar serbe Prěljub de Thessalie, tué lors d’une bataille contre les Albanais33. Au début de 1356, le dernier héritier mâle du despotat grec d’Épire quitta donc sa ville d’Ainos avec une puissante flotte en direction de la côte ouest de la Thessalie. Les résultats de son expédition dépassèrent ses espérances. Dès son débarquement, et au fur et à mesure qu’il s’enfonçait vers l’intérieur, ce ne fut qu’une longue marche triomphale, la Thessalie tout entière le reconnaissant comme son seigneur légitime. Tout aurait été pour le mieux si cependant un certain Limpidarios, auquel Nikèphoros avait confié la garde de sa flotte ancrée sur la côte et que Kantakouzènos nous présente comme un des οἰκέται du jeune despote, n’avait aspiré à un destin personnel... Pendant que son maître était fêté par les Épirotes, Limpidarios travailla à persuader ses marins, qui attendaient avec angoisse de savoir quel avait été le sort des armes, de l’abandonner pour rentrer à Ainos. Il leur représenta qu’ils n’avaient rien à gagner à cette longue et inutile expédition si loin de leurs bases, « eux qui souffraient en terre étrangère pour qu’un autre en récoltât de grands fruits », et que, s’ils désertaient leur seigneur, ils n’auraient rien d’autre à perdre que leur servitude. D’ailleurs, ajoutait-il, ou bien à l’heure qu’il était Nikèphoros avait été tué par ses ennemis, ou bien il se trouvait encerclé par eux : dans les deux cas, il était dans l’impossibilité de retourner sur la côte et n’avait plus l’utilité de ses bateaux. Limpidarios fit si bien que la flotte mit effectivement à la voile vers Ainos, dont en réalité il avait délibéré de s’emparer pour son propre compte. Une fois arrivé dans la ville, fort du soutien de ses équipages, il s’érigea en « stratègos et hègémôn, maître de toutes choses » à Ainos, parvenant à se gagner les faveurs des couches populaires de la ville (δῆμος) et à les pousser à la révolte contre les partisans de Nikèphoros. Il fit jeter ces derniers en prison, en envoya quelques-uns en exil et livra les autres au peuple qui se chargea de les massacrer, confisquant bien entendu les biens de tout le monde. Il eut plus de difficulté lorsqu’il entreprit de déloger de l’acropole l’épouse de Nikèphoros, la basilissa Maria Kantakouzènè, fille de Jean VI – lui-même déchu de son trône depuis près de deux ans à l’époque –, qui s’y était réfugiée avec quelques fidèles. La place était trop forte, et aucun de ses assauts ne put en venir à bout. Mais la fille de Kantakouzènos ne pouvait de toute façon résister longtemps et elle se rendit, Limpidarios la laissant partir34Malheureusement, le mémorialiste s’en tient là. Il ne dit pas combien de temps dura la « tyrannie » de Limpidarios sur Ainos, ni comment l’autre gendre de Kantakouzènos, Jean V Palaiologos, désormais basileus incontesté de Constantinople, put y mettre fin, à supposer qu’il l’ait pu, ou voulu.

  • 35 Nicol, The Byzantine Family of Kantakouzenos, cité note précédente, p. 131, a accepté l’identifica (...)

14La discrétion de Kantakouzènos sur la carrière ultérieure du personnage et plus encore le fait qu’il ne donne pas son prénom, interdit a priori d’établir un quelconque rapport avec le beau-père de Luchino Draperio, Caloiane Livadari de Constantinopoli. Sans parler des doutes récemment exprimés par Dèmètrios Kyritsès et Alexander Kazhdan sur l’identité des patronymes Libadarios et Limpidarios35. A ceci près qu’une inscription d’Ainos, publiée plusieurs fois mais curieusement non enregistrée par le PLP, et qui a bénéficié récemment d’une nouvelle édition avec commentaire par Catherine Asdracha, apparaît tout de même bien troublante. Sur un bloc de marbre blanc encastré sur la muraille de la ville se lisent en effet ces mots :

  • 36 G. Lambakis, Περιηγήσεις, Δελτίον τῆς Χριστιανικῆς Αρχαιολογικῆς Ἑταιρείας 8. 1908, n° 302, ρ. 29  (...)

† Διά τοῦ Λιβαδαρίου Ἰωάννου καὶ Μανουὴλ του Αγγέλου36.

  • 37 Une identification qu’elle n’avait pas proposée dans son précédent ouvrage, Asdracha, La région de (...)
  • 38 Ead., Inscriptions byzantines, cité supra n. 36, p. 258. Cf. en particulier la photographie de l’i (...)
  • 39 L’un des arguments avancés par D. Kyritsès pour rejeter l’identification d’A. Laiou était que cett (...)

15Laissons de côté pour l’instant le second personnage. Forte de l’identification traditionnelle Libadarios / Limpidarios, sa dernière éditrice n’a eu aucune hésitation à voir dans ce Iôannès Libadarios le Limpidarios de Kantakouzènos, le chef de la flotte rebelle de Nikèphoros d’Épire37. Récapitulons : nous avons, à la fin du xiiie-début xive siècle, un Kônstantīnos Limpidarès qui présenterait selon Angéliki Laiou de très sérieuses ressemblances avec un Libadarios anonyme que l’on trouve actif alors dans la même zone. Puis, au milieu du xive siècle, on rencontre un Limpidarios anonyme, le seul de ce patronyme attesté pour toute l’époque des Palaiologoi en dehors du précédent, qui s’empare, selon Kantakouzènos, de la ville d’Ainos. Et voilà que l’on trouve, justement à Ainos, une inscription datant visiblement de cette époque mentionnant un Iôannès Libadarios, un personnage jouissant de surcroît d’une position importante dans la ville puisque l’inscription témoigne d’une construction réalisée sur son ordre, ou à ses frais38. Il est vraiment peu crédible qu’il s’agisse d’une simple coïncidence, et la « découverte » épigraphique de Catherine Asdracha viendrait même singulièrement conforter contre ses détracteurs récents l’hypothèse d’Angéliki Laiou quant à l’identification des patronymes Libadarios / Limpidarios39. Cette inscription nous donnerait même un renseignement supplémentaire qui a son prix, le prénom de ce Limpidarios d’Ainos : Iôannès.

  • 40 Asdracha, La région des Rhodopes, p. 217.
  • 41 Ead., Inscriptions byzantines, p. 258-259.
  • 42 M. C. Bartusis, The Late Byzantine Army, Arms and Society, 1204-1453, Philadelphie 1992, p. 221 -2 (...)

16Mais faut-il s’en tenir là ? Maintenant que l’on est fondé de croire que Limpidarios d’Ainos alias Libadarios avait pour prénom Iôannès, ne peut-on proposer de voir en lui le beau-père de Luchino Draperio, Chaloiane Livadari de Constantinopoli, soit Iôannès Libadarios de Constantinople ? On objectera que le prénom Iôannès est des plus communs à Byzance. Certes, mais on a vu que ce n’est plus le cas du patronyme Libadarios à l’époque. Surtout, comment admettre que le beau-père byzantin de Luchino Draperio ait pu être un parfait inconnu ? Songeons également au potentiel commercial de la ville d’Ainos, qui ne pouvait laisser indifférent le milieu d’affaires de Péra et qui, de fait, finira par faire tomber la ville dans l’escarcelle génoise moins de trente ans plus tard. Autre objection possible : le statut social du Limpidarios, apparemment peu reluisant puisqu’il est qualifié par Kantakouzènos de simple οἰκέτης de Nikèphoros II, tandis que Caloiane Livadari et sa fille semblent avoir été, eux, des aristocrates. En raison de ce qualificatif d’oikétès, et aussi du fait que Limpidarios se soit appuyé sur le dèmos d’Ainos, Catherine Asdracha a pensé dans un premier temps que Limpidarios était simplement « un serviteur ou même un parèque (οἰκέτης) du duc Nicéphore »40. Puis elle s’est ravisée, soulignant avec raison qu’oikétès n’était pas à prendre dans le sens de simple serviteur domestique, mais en réalité dans celui d’ἄvθpωπoς, soit « lieutenant sous les ordres de... »41. On dispose maintenant sur ce terme d’oikétès d’un éclairage beaucoup plus précis, grâce aux travaux de Mark Bartusis sur l’armée byzantine tardive. Il ressort de son analyse que, dans un contexte militaire, tandis que les oikéioi étaient des combattants d’un rang social similaire à celui de leur général ou de leur chef, à ses côtés comme des compagnons d’armes, des égaux, les oikétai lui étaient inférieurs, totalement dépendants de lui pour leur entretien, le servant comme des suivants et souvent originaires de la même région que lui42. Bien entendu, cette catégorisation devient beaucoup plus relative lorsqu’on tient compte de la position sociale du « général » en question. Être l’oikétès d’un aussi noble et haut personnage que le despote Nikèphoros d’Épire, qui plus est gendre d’un basileus, ce n’était évidemment pas la même chose qu’être oikétès d’un hobereau provincial qui profitait des troubles de la guerre civile pour jouer au dynatos : tout « dépendant » qu’il était du despote Nikèphoros, Limpidarios peut parfaitement avoir été un membre d’une famille aristocratique autrefois prestigieuse mais ayant perdu de son lustre en raison « du malheur des temps », et cherchant à se refaire dans l’aventure militaire. On soupçonne surtout Kantakouzènos d’avoir cédé là, une fois de plus, à sa tendance systématique à rabaisser socialement ses ennemis : songeons aux origines prétendument obscures d’un Alexios Apokaukos ou d’un Iôannès Batatzès. On en verrait déjà un indice dans le fait que justement, il aura choisi d’appeler le nouveau maître d’Ainos « Limpidarios », forme populaire et donc dépréciative du patronyme aristocratique Libadarios.

17En conséquence, on ne voit pas d’objection majeure à ce que le beau-père de Luchino Draperio et « Vhègémôn, maître de toutes choses à Ainos » aient pu être une seule et même personne. C’est même très vraisemblable.

18On a dit que l’union entre Luchino Draperio et kyra Palaiologina Libadaria ne pouvait, pour des raisons de chronologie, être postérieure à 1360, et devait dater selon toute vraisemblance des années 1350. Or, les hauts faits de Limpidarios à Ainos sont à placer en 1356. Dans le récit de Kantakouzènos, le seul à nous les avoir contés, il y a des silences gênants, en particulier sur les vraies raisons qui ont dû motiver, sur les côtes thessaliennes, la trahison de Limpidarios et de la flotte, et à Ainos l’empressement du peuple à le suivre dans sa révolte et à tolérer son joug ; étant entendu qu’il serait tout à fait inopportun de voir dans cet épisode l’ultime avatar des fameux « troubles sociaux » de la guerre civile précédente et de cette « lutte des classes » entre le dèmos et les dynatoi dont l’historiographie marxiste a fait si longtemps son miel.

  • 43 Kantakouzènos ne fait d’ailleurs pas mystère de cette fidélité d’Ainos à la dynastie des Palaiolog (...)
  • 44 Balard. L’expédition, cité supra n. 7, p. 232.
  • 45 Kantakouzènos, iv, 42 (3, p. 21112-14) : καὶ Νικηφόρος δεσπότης ό τοῦ βασιλέως γαμβρòς, τῶν κατὰ τ (...)
  • 46 Signalons à ce propos un fait largement occulté par l’historiographie : à partir de 1352. Nikèphor (...)
  • 47 Ainsi Nicol, The Byzantine Family of Kantakouzenos, cité supra n. 34. p. 131: « In 1351 and afterw (...)
  • 48 Pour les faits et leur datation, cf. Failler, La déposition, cité supra n. 43, p. 84, n. 57 et 61, (...)
  • 49 Kantakouzènos, iv, 39: 3, p. 2828-12, 28 311-16; Nicol, The byzantine Family of Kantakouzenos, p(...)
  • 50 Traitant d’un πρόσταγμα τῆς Αἴνους délivré aux moines de Lavra par un basileus non identifié qui y (...)
  • 51 Grègoras, xxix, § 20 (3, p. 23717-18) : ...κάκεῖθεν άπῄεσαν εἰς Aἶvov τὴν πόλιν, Καντακουζηνῷ) προ (...)
  • 52 Grègoras, xxix, § 38 (3, p. 2493-5) : ό δ ’ἐπὶ θυγατρὶ γαμβρός, Κόντου Κεφαληνίας παῖς, Αἴνου τῆς (...)
  • 53 Pour l’événement, cf. D. M. Nicol, A. D. 1354 - Annus Fatalis for the Byzantine Empire, Geschichte (...)
  • 54 E. A. Zachariadou, Natural disasters: Moment of opportunity, Natural disasters in the Ottoman Empi (...)

19En fait, le mémorialiste impérial avait quelques raisons de ne pas porter dans son cœur ce δῆμος d’Ainos qui aida Limpidarios / Libadarios à chasser sa fille, et cette hostilité était parfaitement réciproque. En effet, durant toute la guerre civile, l’importante ville portuaire fut résolument hostile à l’usurpateur Kantakouzènos et obstinément du côté légitimiste43. Après avoir narré ses démêlés avec la flotte de Paganino Doria et évoqué en particulier le sac d’Héraclée par ce dernier, un événement qui est à placer à l’automne de 135144, Kantakouzènos révèle qu’à l’époque son gendre Nikèphoros était « maître des villes thraces de l’Hellespont »45, ce qui signifie qu’il lui avait confié le contrôle des villes côtières proches du détroit des Dardanelles46. Mais Nikèphoros contrôlait-il alors toutes « les villes thraces de l’Hellespont » ? Non. Ainos, qui eût été la capitale idéale pour un tel apanage, lui manquait puisqu’elle persistait encore à cette date à se refuser à son beau-père Kantakouzènos, contrairement à ce qui est rapporté unanimement par la bibliographie traditionnelle47. En effet, c’est à Ainos que Jean V accosta en 1352, avant et après la désastreuse bataille d’Empythion qu’il perdit contre Jean VI (mi-octobre 1352), et la ville l’accueillit encore aux mois de novembre-décembre suivants48. Le problème, c’est que Kantakouzènos raconte qu’à l’été 1354, s’étant embarqué depuis Constantinople pour l’île de Ténédos afin d’aller parlementer avec Jean V - ou pour s’en saisir –, il avait fait monter également à bord son fils le basileus Matthieu et la femme de ce dernier, afin de les faire accoster au préalable à Ainos pour que, de là, ils rentrent dans leur principauté de Didymotique par Andrinople49. Il est évident qu’un Kantakouzènos n’aurait pu débarquer alors à Ainos si la ville n’avait pas été à l’époque fermement tenue par ses partisans50. Ceci est confirmé du reste par le chroniqueur Grègoras. Narrant les mêmes événements, il nous dit, comme s’il s’agissait de la chose la plus naturelle du monde, que les navires qui portaient Jean VI, Matthieu et sa femme « accostèrent alors à la ville d’Ainos, acquise à Kantakouzènos ». Mais depuis combien de temps avant juillet 1354 Ainos, fidèle encore à Jean V à la fin de 1352, était-elle devenue « kantakouzèniste »51 ? Aucune source, et notamment pas le principal intéressé, ne vient nous dire comment cela se fit, ni quand exactement. Mais une autre information négligemment lâchée par Grègoras permet de résoudre ce mystère. Après avoir évoqué la constitution d’un apanage autour de Didymotique pour le basileus Matthieu, dont le couronnement eut lieu en février 1354, il parle de Nikèphoros en disant que « le gendre [de Kantakouzènos] par sa fille, soit le fils du comte de Céphalonie, était devenu épitropos de la ville d’Ainos ainsi que de la contrée environnante restée pour l’instant libre des incursions barbares »52. Grègoras fait forcément allusion là à la situation postérieure à la nuit du 1er au 2 mars 1354, durant laquelle un violent tremblement de terre jeta à bas les murailles des forteresses de la région et donna le signal de la pénétration en Thrace des Turcs, cette fois aucunement invités par les Byzantins53. Dès le lendemain de la catastrophe, les Turcs, qui se trouvaient déjà fermement établis dans la péninsule depuis 1352, en profitèrent aussitôt pour mettre le pied à Gallipoli, complètement détruite, tandis que l’Ottoman Süleyman Pacha traversait sans tarder le détroit depuis Pègai avec ses troupes, s’emparant des places détruites une à une et amorçant ce qui prenait désormais les allures d’une conquête systématique de la Thrace que rien ne semblait pouvoir stopper54. A l’évidence, Ainos se donna à Kantakouzènos uniquement à cause de cette situation catastrophique, et on comprend pourquoi le mémorialiste impérial n’a pas tenu à en détailler les circonstances, au vu de son souci continuel de se dédouaner de toute responsabilité personnelle dans la pénétration turque en Thrace. Faute de mieux, on peut essayer de deviner ce qui a dû se passer.

  • 55 Pour les fortifications d’Ainos, dont les ruines sont encore impressionnantes aujourd’hui, voir le (...)

20Au lendemain du 1er mars 1354, le pouvoir byzantin à Constantinople incarné par Kantakouzènos dut s’inquiéter immédiatement du sort de la place d’Ainos. Il s’agissait en effet d’une ville côtière hautement stratégique puisque, en suivant la Maritza, elle conduisait tout droit à Andrinople : laisser les Ottomans s’en emparer, c’était leur ouvrir la porte vers l’intérieur de la Thrace, suffisamment menacée depuis la perte de Gallipoli. On ne sait si les imposantes fortifications d’Ainos souffrirent beaucoup à l’occasion du tremblement de terre, mais, même si ce ne fut pas le cas et si ses murailles tinrent le choc55, il n’en fallait pas moins prendre des mesures immédiates pour protéger en urgence la place par une garnison plus importante ; de leur côté, les habitants d’Ainos ne purent être les derniers à se rendre compte du danger que cette situation inattendue faisait soudain peser sur leur ville. Aux premières ouvertures de Kantakouzènos proposant contre la menace ottomane la protection de son gendre tout proche, les autorités de la ville ne durent cette fois pas tergiverser longtemps. Non seulement le danger était imminent, mais Ainos ne pouvait plus compter à cette date sur le basileus qu’elle avait si longtemps soutenu, Jean V, officiellement déchu de ses droits depuis avril 1353 et retiré à Ténédos où il se trouvait absolument dépourvu de troupes, d’argent et d’appuis. Ainsi l’ironie voulut que, alors que Nikèphoros piaffait vainement depuis deux ans à ses portes, ce fut à la faveur d’un tremblement de terre qui permettait dans le même temps aux Turcs – ses anciens alliés – de réduire drastiquement son apanage, qu’il put finalement faire d’Ainos sa capitale...

  • 56 Nikèphoros semble avoir été doué d’un rare opportunisme politique : dès l’abdication de son beau-p (...)
  • 57 Kantakouzènos, iv, 42: 3, p. 31010-3112; Nicol, The byzantine Family of Kantakouzènos, p. 131. L’e (...)

21Cependant, au lendemain de l’abdication de Kantakouzènos, survenue en novembre 1354, le vainqueur Jean V ne pouvait bien entendu laisser la ville aux mains de Nikèphoros II, d’autant que ce dernier apportait alors un soutien militaire actif à leur beau-frère le basileus Matthieu qui n’avait pas accepté, lui, de se soumettre. Au printemps 1355, Jean V quitta donc Constantinople à la tête d’une flotte en direction d’Ainos afin d’y forcer Nikèphoros à reconnaître son autorité. Il y parvint avec une facilité surprenante56, et l’arrangement entre les deux hommes fut le suivant : Nikèphoros conservait formellement Ainos qu’il tiendrait désormais au nom de Jean V, tout en acceptant la présence d’un gouverneur, qui fut Géôrgios Synadènos Astras ; en échange, Nikèphoros acceptait de se porter aux côtés du basileus légitime contre Matthieu, ce qu’il fit immédiatement, aidant Jean à reprendre des villes de Thrace encore « kantakouzènistes »57.

  • 58 Pour les références, on renvoie à sa biographie dans Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, I/1, p. (...)
  • 59 Dèmètrios Kydonès, Correspondance, éd. R.-J. Loenertz (Démétrius Cydonès, Correspondance, Rome 195 (...)
  • 60 Kydonès, Correspondance, cité note précédente, 1, lettre 61, p. 9319-22 : τί γὰρ οὕτω τραγωδεῖ τὰ (...)
  • 61 Ibid., p. 9326-29 : τίς γὰρ ἂν αὑτῷ συνεύξαιτοιαύτην ἀρχήν, τοιαῦτα τοὺς προλαβόντας ἀκούων όδυρομ (...)
  • 62 Ibid., ρ. 9329-37.
  • 63 Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, I/l, lettre 38, p. 249 : « Ein Bittbrief des Astras an den K (...)
  • 64 Kydonès, Correspondance, 1. lettre 61, p. 9337-41.

22Le choix d’un Géôrgios Astras Synadènos pour gouverner Ainos aux côtés de Nikèphoros avait-il été dicté en priorité à Jean V par les talents bien connus d’architecte du personnage ? En 1346, c’est déjà à lui que le pouvoir avait fait appel pour restaurer Sainte-Sophie, gravement endommagée par un tremblement de terre ; après son éviction d’Ainos, dans son nouveau gouvernement de Lemnos, il bâtira sans relâche tours et forteresses58. Y avait-il pareillement, en 1355 à Ainos, des murailles à restaurer suite au tremblement de terre de 1354 ? Kydonès ne fait pas allusion, dans les lettres qu’il envoya ces années-là à son ami le gouverneur d’Ainos, à une œuvre de reconstruction entreprise par ce dernier dans la ville : mais au vu du peu de temps qu’Astras resta à son poste avant d’en être chassé, si travaux de restauration il y eut, il n’aura pu de toute façon que les ébaucher, leur achèvement étant le fait de ses « successeurs » Iôannès Libadarios et Manuel Angélos, comme en témoignerait l’inscription examinée plus haut. Au moins trouve-t-on, dans une lettre que Kydonès adressa à Astras fin 1355 ou début 1356, une allusion à la pression turque qui pesait alors sur Ainos. Astras avait écrit à Jean V pour que ce dernier remplace son cheval mort. Démarche maladroite car aussitôt, un certain Pothos, envieux du poste d’Astras à Ainos, s’en était servi pour tourner en ridicule le gouverneur et tenter de le perdre aux yeux de Jean V. Inquiet des conséquences possibles de ces intrigues de palais pour la carrière de son ami, Kydonès lui adressait copie d’un écrit de Pothos où ce dernier accusait Astras d’avoir « voulu faire croire au basileus que la ville dont il était gouverneur était si misérable qu’il ne pouvait même pas y trouver à acheter un cheval valable lorsqu’il faudrait la défendre »59, et pour avoir, « en racontant l’histoire touchante de ce cheval, prophétisé les choses invraisemblables qui lui arriveraient immanquablement lors des prochaines attaques de l’ennemi à cause de la mort de son cheval »60. Pothos poursuivait : « qui pourrait souhaiter un tel poste quand il entend ceux qui l’obtiennent s’en plaindre autant ? Astras mange certes le pain du basileus, mais sans reconnaissance aucune ; il est couvert de cadeaux de toute part, et pourtant il n’a pas honte de se lamenter comme quelqu’un qui a subi un dommage »61. Dans un passage plus obscur, Pothos révélait d’ailleurs que ce cheval tombé avait été prêté par Astras à un « voisin », voisin dont le gouverneur aurait dû pleurer la mort et s’occuper un peu mieux de défendre les intérêts des enfants, au lieu, comme il l’avait fait, de leur infliger un procès62. Franz Tinnefeld a cru pouvoir en tirer l’information que cheval et emprunteur étaient morts ensemble lors d’une attaque turque récente63. Kydonès finissait sa lettre en avertissant son ami que Pothos avait déjà agité le Sénat et jusqu’au basileus lui-même afin que ce dernier le punisse pour ses « mensonges » et son « ingratitude » et envoie quelqu’un d’autre occuper ce poste, quelqu’un qui le paierait à l’avenir d’un peu plus de gratitude64. Outre qu’elle nous montre le gouverneur d’Ainos perpétuellement sur la brèche au lendemain du tremblement de terre de Gallipoli, en raison de la menace turque, cette lettre prouve que ce poste de gouverneur d’Ainos était à l’époque fort convoité par le personnel politique et administratif entourant Jean V : un indice clair de l’importance acquise par la ville dans cette période troublée et, accessoirement, de sa prospérité économique.

23L’épisode Limpidarios se place peu après, en 1356, alors que Nikèphoros avait quitté Ainos pour tenter de récupérer ses états d’Épire en profitant du chaos provoqué dans la région par les disparitions de Stefan Dušan et du césar Prëljub. Maintenant que l’on sait l’inquiétude permanente que représentait pour Ainos la menace turque en Thrace, on comprend mieux qu’il ait été si facile à Limpidarios de persuader les équipages de la flotte de Nikèphoros de l’abandonner à son destin thessalien pour rentrer chez eux. Car en les forçant à le suivre jusqu’en Thessalie pour assouvir ses seules ambitions personnelles, Nikèphoros n’avait pas hésité à éloigner pour longtemps d’Ainos la flotte qui, habituellement, devait protéger la ville des Ottomans tout proches. L’angoisse qui étreignait les équipages immobilisés sur les côtes thessaliennes portait, d’après Kantakouzènos, sur le devenir incertain de leur maître qui s’était enfoncé vers l’intérieur : elle devait plus sûrement venir de la pensée que leur ville, pendant leur inaction forcée, était à la merci des Turcs, dépourvue de troupes et de flotte. Les mobiles qui poussèrent la population d’Ainos à accepter de s’associer à la révolte de Limpidarios sont également aisés à déceler. Dès le départ de Nikèphoros pour tenter de recouvrer son lointain héritage, elle dut se sentir lâchée ; un échec de ce dernier signifiait la perte de la flotte, et accessoirement celle d’un chef militaire : comment se défendre alors contre les Turcs ? Or les perspectives n’étaient pas meilleures en cas de succès. Il était évident que depuis sa lointaine Thessalie, la protection d’Ainos ne serait plus désormais le centre des préoccupations d’un Nikèphoros redevenu dynaste d’Épire. En fait, Limpidarios proposait au « dèmos » de se révolter contre un maître récent et sans doute impopulaire - compte tenu des responsabilités que Nikèphoros partageait avec son beau-père dans l’introduction en Thrace des Turcs détestés –, et qui, dans tous les cas, ne reviendrait pas. Et puis Limpidarios avait un argument de poids : la flotte qu’il ramenait, et qui allait garantir à la population son autodéfense. En outre, il fournissait par la même occasion l’indispensable nouvel homme fort qui animerait cette défense : lui-même.

  • 65 Ibid., lettre 62, p. 9426-9529 : καὶ νῦν τò μὲν τὴν οἰκίαν ὁρᾶν ἀνατρεπομένην ἀπò τοῦ πύργου, καὶ (...)
  • 66 Kydonès, Correspondance, 1, lettre 46, p. 79-80 ; Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, I/1, lettr (...)

24La révolte du dèmos d’Ainos conduite par Limpidarios eut-elle les excès décrits par Kantakouzènos ? Par une autre lettre de Dèmètrios Kydonès, de peu postérieure à l’événement, on apprend en tout cas que le gouverneur d’Ainos Géôrgios Synadènos Astras « vit de la citadelle sa maison détruite par le feu, le fer et la fureur populaire, et cela en combattant pour son basileus, pour le service duquel peu s’en était fallu qu’il ne fût égorgé ». Le gouverneur qui avait ainsi perdu tous ses biens à cette occasion adressa même à Jean V une demande de secours65. Quant à la basilissa Maria d’Épire qui avait longtemps résisté dans la citadelle, Limpidarios l’autorisa galamment après sa reddition à gagner Constantinople, où elle ne fut pas moins bien accueillie par son beau-frère Jean V, qui consola aussi l’infortuné gouverneur Synadènos Astras en lui confiant aussitôt après l’administration de l’île de Lemnos, plus sûre, et de surcroît plus à son goût66.

  • 67 Pour la carrière du personnage, on renvoie à l’entrée Ἀγγελος Μανουήλ. PLP 91040, qui corrige PLP (...)
  • 68 D’ailleurs, est-il surque lorsqu’il dit Libadarios « stratègos et hègémôn » d’Ainos, Kantakouzènos (...)

25Voilà tout ce que l’on peut tirer des sources sur l’histoire d’Ainos à l’époque et sur l’arrière-plan de la « trahison » de Limpidarios, alias Iôannès Libadarios, alias, comme on le propose ici, Caloiane Livadari de Constantinopoli. Cependant, lorsque Kantakouzènos rapporte que Limpidarios s’érigea alors en « stratège et hègémôn, maître de toutes choses à Ainos », il ne précise pas que cela n’eut forcément qu’un temps : celui de la révolte proprement dite. Car l’inscription des murailles d’Ainos commémore des travaux conduits par « Iôannès Libadarios et Manuel Angélos », soit avec le concours d’un second personnage. Or ce Manuel Angélos était clairement un homme de Jean V. Attesté à partir de 1351, haut fonctionnaire et ami de Nikèphoros Grègoras, il occupa la haute et prestigieuse charge de juge général (katholikos kritès) et était revêtu du titre aulique d’épi tou kanikleiou. Au cours de l’été 1354, il fut choisi par le synode patriarcal de Constantinople pour négocier entre les empereurs rivaux Jean V et Jean VI, car il bénéficiait de la confiance de l’un comme de l’autre. Après la victoire de Jean V, devenu l’un de ses proches, son oikéios, il accompagna ce basileus à Rome en 136967. Sa présence à Ainos aux côtés de Libadarios peut s’expliquer ainsi. Après son coup de force réussi, Iôannès Libadarios dut n’avoir rien de plus pressé que d’obtenir rapidement du gouvernement de Constantinople la reconnaissance d’un fait accompli : sa domination personnelle sur Ainos. De toute façon, des négociations s’imposaient. Que put faire Jean V face à ces ouvertures ? Il n’avait guère le choix, faute de pouvoir déloger par la force un Libadarios manifestement soutenu par la population d’Ainos. Il dut accepter de le reconnaître, et peut-être lui octroya-t-il même un titre aulique à cette occasion68. Mais à quelques conditions. À titre de comparaison, on peut évoquer deux épisodes assez similaires, et contemporains.

  • 69 Cf. F. Tinnefeld, Kaiser Ioannes V. Palaiologos und der Gouverneur von Phokaia 1356-1358 : ein Bei (...)

26En 1358, Jean V octroya au gouverneur byzantin de Vieille Phocée Léôn Kalothètos le titre de panhypersébastos, cette fois pour obtenir de lui qu’il consente enfin à libérer le prince Halil, le fils de son désormais très cher « allié » l’émir ottoman Orḫān, que détenait alors Kalothètos. L’épisode fut particulièrement humiliant : le gouverneur tint la dragée haute à son basileus qui s’était embarqué tout exprès de Constantinople pour prendre livraison du prince ottoman et le rendre à son dangereux père, et qui se vit réduit à patrouiller assez longuement avec sa flotte devant les murailles de Vieille Phocée, en vain...69.

  • 70 Le chrysobulle de Jean V donnant aux Alexioi en pleine propriété Chrysoupolis, Anaktoropolis et l’ (...)
  • 71 Un document vénitien inédit mentionnant les Alexioi en 1375 a été récemment publié par M. Koumanou (...)

27En 1357, et contre leur allégeance, Jean V para des titres de mégas primikérios et de prôtosébasto s les frères Alexios et Iôannès, des pirates qui s’étaient emparés avec leurs propres forces, à la faveur de la guerre civile précédente et aux dépens des Serbes et des Turcs, d’une partie non négligeable de la côte de Macédoine (Chrysoupolis à l’embouchure du Strymon, Anaktoropolis, l’île de Thasos). Surtout, il leur « octroya » par chrysobulle la pleine propriété de ces territoires, dont ils étaient en fait déjà les maîtres, avec pouvoir de les transmettre à leurs héritiers. Comme l’а magistralement retracé Nicolas Oikonomidès, les « Alexioi », comme ils se faisaient appeler, étendirent un peu plus tard leur « principauté » vers l’est, certainement toujours aux dépens des Serbes, en s’assurant de la ville de Christoupolis (auj. Kavala) dont ils firent leur capitale. Mais celle-là, ils ne la détinrent pas en pleine propriété, mais simplement en πρόσκαιρος ἀρχη (pouvoir temporaire), c’est-à-dire en qualité de gouverneurs représentant le pouvoir impérial de Constantinople, donc théoriquement révocables70. Jean V n’eut pas à se plaindre des « faveurs » qu’il leur avait consenties, car les deux aventuriers venus d’une Bithynie déjà ottomane et futurs bienfaiteurs de l’Athos défendirent longtemps leurs domaines et la région contre l’avance turque, au nom d’un Empire byzantin dont ils avaient épousé avec ferveur les idéaux politiques et religieux. Lors de leurs débuts équivoques, c’est déjà dans le camp légitimiste qu’ils s’étaient trouvés. Kantakouzènos les avait même combattus personnellement à l’époque, sans succès ; ce qui explique que, dans ses mémoires, il les noircisse quelque peu, selon un procédé qu’il réserve certes à tous ses ennemis politiques mais qui ne rend que plus frappant le fait qu’en revanche, il ait complètement passé sous silence les honneurs et la légitimité que leur offrit plus tard son rival et successeur. Ainsi se garde-t-il par exemple de révéler que Jean V, dès la seconde partie de la guerre civile (1352-1354), se les était attachés en donnant une de ses parentes, Anna Asanina Konto-stéphanina, à Iôannès : un mariage qui avait propulsé ce dernier au rang de gambros du basileus et son frère Alexios à celui de sympenthéros, les faisant du même coup entrer dans le cercle prestigieux des proches parents du souverain71. Décidément rancunier, l’ех-basileus – qui ne déposa la plume qu’entre 1364 et 1369 – ne dit rien non plus des « exploits » navals des deux frères contre les Serbes et les Turcs, pas plus qu’il n’évoque leur zèle religieux ou, plus simplement, leur « patriotisme ». Le silence de Kantakouzènos à leur propos est trop surprenant pour ne pas paraître suspect : si « l’impudent » Limpidarios, coupable d’avoir chassé sa fille d’Ainos, fut au final également légitimé par Jean V, il y a fort à parier que le mémorialiste aura adopté, sur ce fait déplaisant, le même silence.

  • 72 Voir à ce propos N. Oikonomidès, Pour une typologie des villes « séparées » sous les Paléologues, (...)

28La morale était en tout cas la suivante : Jean V acceptait de cautionner ce qu’il ne pouvait désormais plus empêcher. Il était prêt à légitimer des usurpateurs qui occupaient le peu qui restait désormais de territoire impérial, pourvu au moins que ces derniers reconnaissent son autorité formelle et s’engagent à défendre efficacement leurs « principautés », mais aussi, très certainement, à répondre avec leurs forces à son appel en cas de danger menaçant d’autres parties de l’Empire72. On doit toutefois se garder d’y voir uniquement l’expression d’un renoncement politique lamentable de la part de l’État central au sortir de la guerre civile. Précisément dans ce contexte catastrophique, surtout financièrement parlant, on peut y voir aussi un certain pragmatisme. On constate en effet que tant la « principauté » des Alexioi à Christoupolis que celle de Libadarios à Ainos se trouvaient aux avant-postes du territoire impérial proprement dit : elles formaient donc une sorte de glacis protecteur pour l’Empire et sa capitale avec, à leur tête, des militaires remarquables très déterminés à les défendre contre les Ottomans. Pour un pouvoir aux abois incapable d’organiser matériellement comme financièrement un sursaut militaire, n’était-ce pas une solution commode, du moment qu’il n’y avait pas risque de sécession ? Comme il l’avait déjà obtenu moins de deux ans plus tôt de Nikèphoros, Jean V pourrait avoir exigé de Libadarios, contre la reconnaissance de sa πρόσκαιρος ἀρχή sur Ainos, que l’autorité formelle du gouvernement de Constantinople soit incarnée sur la ville par un représentant officiel : autrement dit, exiger que figurât à ses côtés à Ainos un fonctionnaire envoyé par la capitale, sans doute en qualité de gouverneur, en l’occurrence l’épi tou kanikleiou Manuel Angélos. Tel est le scénario qui semble combiner de la manière la plus vraisemblable les données de Kantakouzènos avec celles fournies par l’inscription d’Ainos.

  • 73 ASG, Notai antichi 476, doc. XVII (04/09/1386) : « Ancora si vogio che sea daito a madona Paleolog (...)

29Moyennant quoi, on ne sait ni combien de temps dura la domination de Iôannès Libadarios sur Ainos, ni surtout si le mariage de sa supposée fille avec Luchino Draperio de Péra avait un rapport direct avec son coup de main, ni si le mariage se fit avant le coup, ou après. Est-ce que, par exemple, ayant besoin d’argent pour solder ses équipages ou payer des partisans dans la ville avant sa révolte, Libadarios aurait pu passer un accord financier avec le père de Luchino Draperio, les deux hommes organisant un mariage entre leurs enfants pour sceller le marché ? C’est assez peu vraisemblable, d’autant que, des deux, ce fut Libadarios qui déboursa à cette occasion, versant pour sa fille une dot de 2 500 hyperpères, comme nous l’apprend le testament de Luchino73. Il s’agissait là d’une somme assez considérable et on comprendrait mieux que Libadarios ait pu la débourser après qu’il ait confisqué les fortunes de ses ennemis d’Ainos. Il est donc plus probable que ce mariage ait eu lieu au lendemain du coup, soit après 1356, peut-être avant la fin de cette même année. Mais, dans ce cas, quel type d’alliance aurait-il scellé, maintenant que Libadarios était devenu un homme riche et puissant ?

  • 74 Sur la situation éminemment favorable d’Ainos pour la constitution d’une classe marchande locale, (...)
  • 75 Le texte de ce traité est publié dans Liber lurium Reipublicae genuensis, 1, éd. E. Riccoti, Turin (...)
  • 76 Pour les conséquences de ce traité pour la classe marchande byzantine : K.-P. Matschke, Byzanti-ni (...)
  • 77 On ne trouve rien à ce sujet dans Balard, La Romanie génoise, une absence à l’évidence liée à un p (...)
  • 78 La domination sur Ainos de Niccolò Gattilusio, frère de Francesco Ier Gattilusio de Mytilène. form (...)

30À l’évidence, une alliance économique. Pour assurer la prospérité de sa « principauté », la sienne propre et accessoirement la pérennité de la faveur de son « dèmos », Libadarios se devait d’en dynamiser le potentiel économique. Après avoir été trop longtemps impraticable pour le commerce maritime pour cause de guerre vénéto-byzantino-génoise doublée d’une guerre civile, la mer était redevenue sûre ; le δῆμος d’Ainos, constitué en grande partie de gens de mer, marins comme marchands, allait donc pouvoir renouer avec sa vocation originelle74. Seule ombre, très sérieuse, à ce tableau : la conquête ottomane qui, inexorablement, se rapprochait de la ville et la menaçait. On a vu que c’est parce que Libadarios pouvait efficacement la protéger avec sa flotte, ses puissants remparts du côté terrestre faisant le reste, que le peuple d’Ainos ne lui ménagea pas son concours pour chasser les fidèles de Nikèphoros : la « tyrannie » d’un Libadarios était certes plus apte à apporter à la population d’Ainos la sécurité propice à une reprise des affaires que celle exercée par d’aristocratiques gouverneurs envoyés périodiquement par Constantinople. Mais, à cette époque, pour espérer renouer avec la prospérité maritime, une alliance étroite avec les Génois, et en premier lieu avec les milieux d’affaires génois de Péra, était indispensable, surtout si l’on voulait continuer à mener ses activités économiques jusqu’en mer Noire. Car la tentative de 1348/1349 du gouvernement byzantin, sous la pression des groupes sociaux grecs liés au commerce, d’éliminer par les armes la concurrence génoise dans l’espace commercial romaniote s’était soldée par un fiasco complet : destruction de la flotte byzantine nouvellement armée à grand frais en mars 1349, pillage d’Héraclée en 1351, bataille du Bosphore en février 1352... Le traité de paix byzantino-génois de mai 1352, qui mit fin à cette guerre désastreuse pour Byzance, prescrivait entre autres que les bateaux byzantins ne pourraient s’arrêter à Tana et naviguer dans la mer d’Azov que s’il y avait des vaisseaux génois à leurs côtés75 Le fait certain est qu’à partir de 1352 les marchands byzantins dépendirent plus fortement encore qu’auparavant d’un arrangement avec les nations commerciales latines76, et en particulier Gênes. L’heure n’était plus à la confrontation, mais à une collaboration active pour profiter du réseau commercial solide bâti par la République ligure dans l’espace romaniote, un espace qui rayonnait depuis Péra. D’un autre côté, il est compréhensible qu’Ainos, en raison de sa position géographique privilégiée comme de ses potentialités commerciales, n’ait pas manqué de susciter depuis longtemps l’intérêt des marchands pérotes, quoique leur fréquentation de la ville ne soit guère attestée par les sources77. Les Génois ne devaient-ils pas finir cependant par s’en emparer à partir des années 1380, par l’intermédiaire de leurs compatriotes Gattilusi78 ? Dans ce contexte post 1352, une alliance scellée par une union matrimoniale entre le nouveau maître d’Ainos et un représentant de la plus puissante famille coloniale pérote s’explique assez bien.

  • 79 A vrai dire, ce n’est pas mieux avant, puisque le seul marchand d’Ainos que l’on a repéré dans les (...)
  • 80 M. Balard, Gênes et l’Outre-mer. 2 : Actes de Kilia du notaire Antonio di Ponzò (1360), Paris-La H (...)
  • 81 Ibid., doc. 117 (Kilia, 28 octobre 1360), p. 186-187.
  • 82 Ibid., doc. 78 (Kilia, 21 ou 22 septembre 1360, p. 135-136 : le contexte montre toutefois que Lodi (...)

31Voit-on la classe marchande d’Ainos tirer parti, très vite après 1356, de cette relation génoise privilégiée qu’aurait conclue son « hègémon » ? L’état médiocre de la documentation pour la seconde moitié du xive siècle ne permet guère d’en prendre la mesure79. Au moins sommes-nous au fait, par les actes du notaire génois Antonio di Ponzò publiés par Michel Balard, de l’activité de deux marchands d’Ainos en 1360 à Kilia, aux bouches du Danube, deux marchands peut-être encore « sujets » de Iôannès Libadarios. Visiblement associés, Manoli Malagamba de Enio et Michali Radino (Rhadènos) de Enio prêtaient des sommi d’argent ad pondus eiusdem loci Chili à Giacomo da Montanexi, citoyen de Gênes, et Manuele di Voltaggio, bourgeois de Péra, patrons d’un linh, ces derniers s’engageant à leur rembourser cette somme à Péra contre 125 hyperpères, à raison de 62 hyperpères et 12 karati pour chacun, et cela dans les quinze jours après que leur linh ait accosté à Péra80. Le lendemain, c’est un autre bourgeois de Péra patron d’un linh, Federico dell’Orto, qui reconnaissait avoir reçu de Michaèl Rhadènos, cité seul, des sommi d’argent contre lesquels il lui promettait de lui verser à Péra 80 hyperpères dans les quinze jours suivant l’arrivée de son linh. Rhadènos avait exigé cette fois que son prêt soit gagé sur le linh, le nolis et la cargaison du Pérote81. Ce même minutier d’Antonio di Ponzò évoque également un Draperio, lui aussi inconnu par ailleurs, le bourgeois de Péra Lodisio Draperio, autre candidat possible pour l’identité du père de Luchino82.

  • 83 Jean V avait, en 1355, accordé la main de sa sœur ainsi que l’île de Mytilène (Lesbos) à Francesco (...)
  • 84 Kydonès échoua dans sa mission, à la grande fureur de son basileus. Deux de ses lettres sont en ra (...)

32La seule chose certaine sur le devenir de Iôannès Libadarios après 1356, c’est qu’il était mort en 1389 lorsque sa fille convoquait chez elle le notaire Donato di Chiavari ; et il est probable qu’il l’était déjà en 1386 lorsque son gendre, qui ne l’évoque pas, rédigea son testament. Or trente ans s’étaient écoulés depuis le coup de main d’Ainos... Le fait est que l’on enregistre un silence complet des sources sur Ainos entre 1356 et 1382, date à laquelle on trouve la ville entre les mains du Génois Niccolò Gattilusio, et il serait pour le moins hasardeux de postuler qu’elle passa directement du pouvoir de Libadarios à celui de ce nouveau maître, au vu des vingt-six années qui les séparent. Rien ne dit d’ailleurs que Libadarios se soit maintenu à Ainos sa vie durant. Constantinople envoyait dans la ville, sans doute périodiquement, un gouverneur, ce qui montre que Jean V la considérait comme faisant toujours partie de l’Empire, et cela jusqu’au bout puisque, en 1382, on le voit dépêcher son ministre Demetrios Kydonès à Mytilène, où régnait depuis 1355 son beau-frère Francesco Ier Gattilusio83, pour obtenir de ce dernier que son frère Niccolò renonce à Ainos84.

  • 85 Kravari. Actes du Pantocrator, cité supra n. 70, doc. 9 (août 1374), p. 9416-18 : Τὴν τοιαύτην τοί (...)
  • 86 Cf. carte Ἑπειρος - Θεσσαλία / Epiros - Thessaly, 1:250 000, Road Editions, Athènes 2000.
  • 87 Le lieu n’est pas répertorié dans P. Soustal, J. Koder, Nikopolis und Kephallenia, Vienne 1981 (TI (...)

33Un fait est à cet égard assez troublant : en 1389, soit plus de trente ans après les événements d’Ainos, Kyra Palaiologina Libadaria parle de son père comme de feu Caloiane Livadari de Constantinopoli. Pourquoi Libadarios « de Constantinople » ? Parce que l’ancien maître d’Ainos avait été originaire de la capitale byzantine et y avait vécu avant de s’installer à Ainos ? ou bien, au contraire, parce qu’après avoir quitté Ainos c’est à Constantinople qu’il se serait définitivement retiré ? Sa domination sur Christoupolis relevant simplement d’une πρόσκαιρος άρχη, le mégas primikérios Iôannès, originaire de Bélokômis en Bithynie, évoquait la possibilité de se retirer un jour soit à Thessalonique, soit à Constantinople ou ailleurs85 En sa qualité d’oikétès de Nikèphoros, Libadarios a pu d’ailleurs être originaire d’Épire, comme son maître, puisque les oikétai venaient souvent du même lieu que leur général. A cela s’ajoute le problème posé par cette vigne que Iôannès Libadarios légua à sa fille, située dans une contrée que a nome to Livadari. On ne repère pour l’époque en Romanie aucun toponyme de ce nom. En revanche, la Grèce actuelle compte un seul lieu nommé Livadari, un modeste village qui, avec ceux d’Agia et d’Anthousa, forme aujourd’hui la municipalité de Parga, elle-même sise dans la région de Prévéza, soit, en... Épire86. Simple coïncidence ? Bien sûr, λιβάδι, qui est à l’origine du patronyme Libadarios, signifie en grec la prairie, ce qui ouvre à partir de ce mot un champ toponymique plutôt vaste. Ainsi les « Livadi », « Livadion », « Livadia » ou « Livadaki » sont-ils assez nombreux en Grèce. Cependant, il est difficile d’admettre qu’un lieu nommé « Livadari » n’ait pas tiré directement son nom du patronyme byzantin Libadarios. Le village actuel de Livadari, peut-être de fondation récente puisqu’aucun toponyme Livadari n’est repéré en Épire dans les sources médiévales87, n’aurait-il pas pu recevoir son nom de celui de la terre sur laquelle on l’aura bâti, en raison de la présence en ce lieu d’anciens domaines de la famille Libadarios ? Autant de questions qui, pour l’instant, doivent rester sans réponse.

  • 88 En ce temps-là, le fils premier-né recevait le prénom du grand-père paternel, tandis qu’était donn (...)
  • 89 ASG, Notai antichi 476, doc. XVII (04/09/1386) : « Lo me fideichomisario, si statuiso e si ordeno (...)

34Revenons pour finir au couple Luchino Draperio et kyra Palaiologina Libadaria. De jeunes époux, on l’a dit, dans ces années 1350, et visiblement en harmonie jusqu’au bout : le mari avait pleine confiance dans sa femme grecque. Lorsqu’il teste en 1386, c’est leur fils aîné Jane – dont le prénom, qui lui vint à l’évidence de son grand-père byzantin Iôannès Libadarios, montre assez qu’il fut le second fils du couple88 –, qu’il charge de pourvoir à la distribution des legs faits à divers membres de la famille, et en général à la liquidation des affaires commerciales en suspens ; mais kyra Palaiologina est la seule fidéicommissaire choisie par Luchino pour l’accomplissement de ses dernières volontés89. C’était là un choix qui était loin d’être courant à l’époque pour un époux. Bien entendu, lorsque trois ans plus tard, veuve, elle convoque chez elle le notaire Donato di Chiavari pour les besoins de la succession de Luchino, kyra Palaiologina Libadaria, unie à un Pérote depuis près de trente-cinq ans, n’a nullement besoin qu’un interprète lui rende intelligible le latin ; ou du moins le dialogue entre elle et le notaire a-t-il pu se faire dans un « genovese » qu’elle possédait parfaitement. Plus important, sa descendance sut tout aussi parfaitement le grec, comme nous l’apprend une documentation encore inédite. Mais, à partir d’elle, les Draperio ne devinrent-ils pas, après tout, des demi-Byzantins ?

Notes

1 M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début xve siècle), 2 vol. , Rome-Gênes 1978, 1. p. 97. 192. 196-197, 252, 257, 262, 320, 342, 367, 390, 393, 406 (n. 88) ; 2, p. 752, 758, 779, 847. Dernière mise au point de l’auteur sur la famille : Id.. La société pérote aux xive-xve siècles : autour des Demerode et des Draperio, Byzantine Constantinople. Monuments, Topography and Everyday Life, éd. N. Necipoǧlu, Leyde 2001 (The medieval Mediterranean 33), p. 304-309.

2 Citons, parmi les travaux anciens qui lui ont consacré quelques pages : K. Hopf, Geschichte Griechen-lands vom Beginn des Mittelalters bis auf unsere Zeit, 2 vol. . Leipzig 1868, 2. p. 161 ; W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Age, 2 vol. , Leipzig 1885-1886, 2, p. 286, 319 ; F. Babinger, Mahomet II le Conquérant et son temps (1432-1481), la grande peur du monde au tournant de l’Histoire, Paris 1954, p. 44, 61-62, 160-161 ; M.-L. Heers, Les Génois et le commerce de l’alun à la fin du Moyen Âge, Revue d’Histoire économique et sociale 32, 1954, p. 31-53.

3 Sur les liens de solidarité économique au sein du clan familial, voir J. Heers, Le clan familial au Moyen Âge. Paris 1964. et. pour le cas génois. In., Consorterie et alberghi à Gênes : la ville et la campagne, La Storia dei genovesi 9. Gênes 1989, p. 45-63.

4 A. Vigna, Codice diplomatico delle colonie tauro-liguri durante la signoria dell’ Ufficio di San Giorgio (MCCCCLIII-MCCCCCLXXV), ASLi 6, Gênes 1868, 1 (1453-1459), p. 221. n. 1 : « Mi cade in pensiero che Draperio fosse nome di professione, cioè facitore о mercante di drappi (come usavani anche seatero, laniero, per indicare gli esercenti le dette arti), e non già il nome proprio di questo Giuda : non avendo io mai incontrato nelle storie genovesi siffato gentilizio. » Vigna se trompait : on a trouvé des Draperio à Gênes cités dans la documentation archivistique dès la fin du xiie siècle, sans qu’il y ait le moindre doute qu’il s’agisse déjà d’un patronyme.

5 Cf. ainsi M. Balard, « Drap(p)erio, Francesco », Lexikon des Mittelalters, 3, Munich-Zurich 1995, col. 1368 ; L. Balletto, « Draperio, Francesco », Dizionario biografico degli Italiani 41, Rome 1992, p. 681-684.

6 Balard. La Romanie génoise, cité supra n. 1, 1. p. 320 et 342 ; Id., Les milieux dirigeants dans les comptoirs génois d’Orient (xiiie-xve siècles), La Storia dei genovesi 1, Gênes 1981, p. 169. Dans ces deux publications, l’auteur a lu le second patronyme de kyra Palaiologina comme « Linodari ». C’est à partir de Id., Péra au xive siècle, documents notariés des archives de Gênes, Les Italiens à Byzance, éd. M. Balard, A. Laiou, C. Οtten-Froux, Paris 1987 (Byzantina Sorbonensia 6), p. 109-146, que la lecture erronée « Linodari », redressée entretemps par A. Laiou-Thomadakis, The Byzantine Economy in the Mediterranean Trade System ; Thirteenth-Fifteenth Centuries, DOP 34-35, 1980-1981, p. 219, η. 24, a été rectifiée en « Livadari ».

7 M. Balard, à propos de la bataille du Bosphore. L’expédition génoise de Paganino Doria à Constantinople (1351-1352), TM 4, 1970, p. 469.

8 Ibid., p. 457-458.

9 ASG, Antico Comune, Officium Guerre, introytus et exitus, n° 215. Carlus de Draperiis : p. 14, 15, 45, 142 ; Lanzarotus de Draperiis : p. 68, 97, 137, 271 ; Percival de Draperiis : p. 143.

10 Aucun document n’est encore venu préciser la filiation de Luchino Draperio.

11 Le chiffre de deux filles et six fils donné dans Balard, La Romanie génoise, 1, p. 257, sur la base du testament de Luchino, n’est pas conforme à notre relecture de ce même testament.

12 ASG, Notai antichi 476 (filza du notaire Donato de Clavaro), doc. XVII (04/09/1386), 1. 5 et 25 ; Balard, Péra au xive siècle, cité supra n. 6, regeste 73, p. 34-35. Autographe, le testament de Luchino, conservé en original parmi les actes transcrits à Péra par le notaire Donato di Chiavari, avait été plié et scellé comme une lettre. Il a bénéficié d’une courte analyse : L. Balletto, Pera genovese negli atti del notaio Donato di Chiavari (1389-1390), Atti dell’Accademia ligure di scienze et lettere 46, 1989, p. 467-469. Tant le « genovese » de Luchino, difficile à comprendre, que son écriture, malaisément déchiffrable, ont découragé jusqu’ici les éditeurs. On trouvera ce qui ne pourra être qu’un essai de transcription (avec photographie) dans l’étude sur la famille que nous préparons.

13 ASG, Notai antichi 476, doc. XVII, 1. 6-7.

14 Ibid., doc. XXI (26 novembre 1389) ; doc. LXXXI (01 septembre 1390) ; Balard, Péra au xive siècle, regeste 77, p. 36 ; regeste 137, p. 50.

15 Laiou, The Byzantine Economy, cité supra n. 6, p. 219, n. 24.

16 La forme grecque Καλοϊάννης, constituée de καλός et de Ιωάννης, devait signifier plus probablement « Jean le bon » ou « Jean le généreux » que « Jean le bel ». Quoi qu’il en soit, ce qu’il est important de retenir ici, c’est qu’un Chaloiane cache toujours un Iôannès grec.

17 Laiou, The Byzantine Economy, p. 219, n. 24.

18 Pour l’essentiel sur l’histoire de la famille, cf. A. Kazhdan. Libadarios, ODB 2. 1991, p. 1221-1222. Signalons à titre de curiosité un Iôannès Libadarios simple parèque à Leipsochorion, dans la vallée du Strymon, en 1319 : PLP 14862.

19 C. Stavrakos, Die byzantinischen Bleisiegel mit Familiennamen aus der Sammlung des Numisma-tischen Museums Athen, Wiesbaden 2000, n° 145, p. 237.

20 Géôrgios Akropolitès: Georgii Acropolitae opera recensuit Augustinus Heisenberg, Stuttgart 1903. p. 67.

21 Géôrgios Pachymérès : Georges Pachymérès, Relations historiques, éd. A. Failler. 1. Paris 1984. livre I, § 21,p. 9312-16.

22 Du moins si l’on accepte les vues de D. Kyritsès, The Byzantine Aristocracy in the Thirteenth and Early Fourteenth Centuries, Ann Arbor Mich., UMI 1997, p. 317. n. 101, p. 397, p. 400. qui identifie comme une seule et même personne les PLP 14858 et PLP 14859.

23 Pachymérès, cité supra n. 21, 3, Paris 1999, livre VIII, § 26, p. 20131-32. Comme le souligne l’éditeur, l’identification du prôtobestiarios grand-père de la fille du pinkernès Libadarios fait problème. Kyritsès, The Byzantine Aristocracy, cité note précédente, p. 252, a fait à ce sujet quelques propositions. Sur le pinkernès Libadarios : PLP 14860, corrigé en PLP 92538.

24 Seul Libadarios notable : un Théodôros Komnènos Libadarios (PLP 14861) qui fonda un monastère dédié à la Vierge, célébré par Manuel Philès, et commanda la décoration peinte d’un monastère dédié à saint Georges en Macédoine. Mais on se situe toujours fin xiiie- début xive siècle.

25 Les références données par Angéliki Laiou sur des Libadarioi pour la dernière décennie du xive siècle (Laiou-Thomadakis, Byzantine Economy, p. 219 n. 24), à partir de « ASG, San Giorgio, Peire Massaria 1390 bis, fol. 5r, 31v ; 1391, 110v, 112r-v, 162r », ne peuvent en effet être retenues. À une ou deux erreurs de foliotation près, on s’aperçoit que ces folios ne font pas mention de Livadari ou d’une autre forme proche de Libadarès / Libadarios, mais portent en réalité, sans exception, Leondari, Leontarius et autres transcriptions d’un patronyme byzantin absolument distinct : celui de Léontarès / Léontarios. Il en est de même pour l’information selon laquelle « un certain Livadarios est l’envoyé officiel du basileus auprès du podestat de Péra en 1402 », d’après ASG, Sindicamenta Peire, I, f. 45r : Balard, Autour des Demerode et des Draperio, cité supra n. I, p. 306 n. 29. Car on y lit Leundari (ASG, San Giorgio, sala 34, 590/1306 [Sindicamenta Peire, I], f.45v), soit une autre variante de la transcription latine du patronyme byzantin Léontarès / Léontarios, mentionné plus souvent dans le même registre sous les formes de Leondari ou Leontarius.

26 Pour le prêtre Géôrgios Libadarios à Constantinople en 1357 : H. Hunger, Die Exarchenlisten des Patriarchen Kallistos I. im Patriarchatsregister von Konstantinopel. ΚΑΘΗΓΗΤΡΙΑ, Essays Presented to Joan Hussey for her 80th Birthday, Camberley 1988. Liste 2, n° 25, p. 438 ; entrée Λιβαδάριος Γεώργιος, PLP 7974, corrigé en PLP 92539.

27 Le codex Vaticanus graecus 2179, un manuscrit postérieur à 1420 et antérieur à 1453 ayant appartenu à Géôrgios Léontarios, a conservé le nom d’un Géôrgios Libadarès dans des folios consacrés à des notices comptables : S. Lilla, Codices vaticani graeci, codices 2162-2254 (codices columnenses), Vatican 1985, p. 65 : P. Schreiner, Texte zur spätbyzantinischen Finanz- und Wirtschaftsgeschichte in Handschriften der Biblioteca Vaticana, Vatican 1991 (Studi e Testi 344), Texte 21, p. 190 ; entrée Λιβαδάρης Γεώργιος, PLP 92536.

28 Pour une famille entière décimée par la peste, citons l’exemple, au début du xve siècle, de celle de Grègorios Palaiologos Mamônas, beau-frère du chroniqueur Géôrgios Sphrantzès : Géôrgios Sphrantzès, Giorgio Sfranze, Cronaca, éd. R. Maisano, Rome 1990, v, § 1, p. 12.

29 A. Laiou, Constantinople and the Latins. The Foreign Policy of Andronicus II, 1282-1328, Cambridge, Mass. 1972, p. 214-215. Pour le premier : entrée Λιμπιδάρης, Κωνσταντίνος Δούκας. PLP 14940 ; pour le second, entrée Λιβαδάριος, PLP 14859. La lettre de Limpidarès, en grec, a été publiée une première fois par H. Moranvillé, Les projets de Charles de Valois sur l’empire de Constantinople, Bibliothèque de l’École des Chartes 51, 1890, lettre 2, p. 83-84, puis par H. Constantinidi-Bibicou, Documents concernant l’histoire byzantine. Mélanges Octave et Melpo Merlier, Athènes 1956, l, p. 127.

30 Laiou, Constantinople and the Latins, cité note précédente, p. 215: « Livadarios and Limpidaris could easily be the learned and the colloquial form of the same name. » D. M. Nicol, F. Tinnefeld et С. Asdracha ont accepté cette identification (cf. infra, respectivement n. 35 et 37).

31 Kyritsès, The Byzantine Aristocracy, cité supra n. 22, p. 324, n. 119. Les doutes de Kyritsès (sur lequels voir infra, n. 39) sont partagés par Kazhdan, Libadarios, cité supra n. 18, p. 1222, sans toutefois que ce dernier les ait argumentes.

32 Iôannès Kantakouzènos (Ioannis Cantacuzeni historiarum, éd. Bonn, 1828-1832 [cité désormais Kantakouzènos]), iv, 42 (3, p. 31010-11) : ...δεσπότης δὲ Νικηφόρος ὁ γαμβρòς τὴν Aἶvov εἶχε, βασιλέως τοῦ κηδεστοῦ παρεσχημένου.

33 En fait Kantakouzènos ne mentionne que la mort de Prěljub comme facteur du départ de Nikèphoros. C’est Grègoras qui cite celle de Dušan. Cf. Nikèphoros Grèooras (Nicephori Gregorae historiae byzantinae libri postremi, éd. Bonn, 1829-1855 [cité désormais Grègoras]), xxxvii, § 50 : 3, p. 55622-5576.

34 Kantakouzènos, iv, 43 : 3, ρ. 31522-3171 ; entrée Λιμπιδάριος, PLP 14941. Aucune autre source relatant l’expédition de Nikèphoros II en Thessalie ne parle de Limpidarios et du soulèvement d’Ainos. Pas plus Grègoras (xxxvii, § 50 : 3, p. 55622-55714) que la chronique dite de Proclus et Comnenus (S. Cirac Estopañán, Bizâncio y España. El legado de la basilissa María y de los déspotas Thomas y Esaú de Joannina. Barcelone 1943, 2, § III, p. 36). L’épisode Limpidarios a été évoqué par HOPF, Geschichte, cité supra n. 2, p. 458b ; C. Jireček, Geschichte der Serben, 1, Gotha 1911, p. 416 ; D. M. Nicol, The Byzantine Family of Kantakouzènos (Cantacuzenus), ca. 1100-1460. Washington 1968, p. 131; K.-P. Matschke, Fortschritt und Reaktion in Byz.anz im 14. Jahrhundert. Konstantinopel in der Biirgerkriegsperiode von 1341 bis 1354, Berlin 1971, p. 142 ; C. Asdracha, La région des Rhodopes aux xiie et xive siècles. Étude de géographie historique, Athènes 1976, p. 123-124 (avec une erreur de date : 1355 au lieu de 1356) ; F. Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, Stuttgart 1981-2003, 1/1, p. 256 ; D. M. Nicol, The Despotate of Epiros : 1267-1479. A Contribution to the History of Greece in the Middle Ages, Cambridge 1984, p. 134-135; G. C. Soulis, The Serbs and Byzantium, Athènes 1995, p. 211-213; P. Soustal, Thrakien, Vienne 1991 (TIB 6), p. 171: Ainos.

35 Nicol, The Byzantine Family of Kantakouzenos, cité note précédente, p. 131, a accepté l’identification Limpidarios / Libadarios: « Some of Nikephoros’ sailors were persuaded by their commander Libadarios (Limpidarios) to return to Ainos. » De même Tinnefeld Demetrios Kydones, Briefe, 1/1, cité note précédente, qui parle, dans son commentaire d’une lettre de Kydonès (citée infra, n. 65), du coup de force de Limpidarios comme de la « Revolte des Kommandanten der Flotte des Nikèphoros II. von Epiros namens Libadarios (Limpadarios) » (p. 256), évoquant ensuite simplement l’ « Usurpator Libadarios » (p. 257). Cf. également l’index (t. 1/2, p. 643) : « Libadarios (Limpidarios) ».

36 G. Lambakis, Περιηγήσεις, Δελτίον τῆς Χριστιανικῆς Αρχαιολογικῆς Ἑταιρείας 8. 1908, n° 302, ρ. 29 ; G. Samidis, Ἐπιγραφαί Αἴνου, Θρακικά 2, 1929, n° 10, ρ. 282 ; G. Lambousiadis, Όδοιπορικòν έπὶ τῶν ήμερῶν τῆς ἑλληνικῆς κατοχῆς τῆς Ἀν. Θράκης, Θρακικά 15, 1941, ρ. 128 (avec fac-similé) ; S. Eyice, Trakya’ da Bizans devrine ait eserler, Belleten 33, 1969, n° 77, p. 351 ; C. Asdracha, Inscriptions byzantines de la Thrace orientale et de l’île d’Imbros (xiie-xve siècles). Présentation et commentaire historique, Ἀρχαιολογικòν Δελτίον 43, 1988, Athènes 1995, insc. 28, p. 257-259, et photo, pl. 110b.

37 Une identification qu’elle n’avait pas proposée dans son précédent ouvrage, Asdracha, La région des Rhodopes, cité supra n. 34.

38 Ead., Inscriptions byzantines, cité supra n. 36, p. 258. Cf. en particulier la photographie de l’inscription (pl. 110b), dont le style semble effectivement dater du xive siècle.

39 L’un des arguments avancés par D. Kyritsès pour rejeter l’identification d’A. Laiou était que cette dernière n’avait pas vu que la forme patronymique Limpidarès apparaissait aussi chez Kantakouzènos, soit à propos de notre « tyran » d’Ainos : cette forme n’était donc pas isolée et devait en conséquence être considérée comme un patronyme à part entière (Kyritsès, The Byzantine Aristocracy, p. 324, n. 119). Kazhdan, ODB 2, entrée « Libadarios », p. 1222, a fait le même raisonnement : « The Libadarioi should probably be distinguished from the Limpidares / Limpidarios family, known as commanders of the army and fleet in the 14th C. » Toutefois cette « famille » Limpidarios qui, selon Kazhdan, aurait donné à Byzance des commandants de l’armée et de la flotte au xive siècle, se résume en tout et pour tout à deux personnes, le Kônstantīnos Limpidarios général en Asie Mineure en 1307 et notre Limpidarios commandant de la flotte de Nikèphoros d’Épire de 1356, ce qui fait quand même peu pour pouvoir parler vraiment d’une « Limpidarios family ». Surtout, ni Kyritsès ni Kazhdan n’ont connu l’inscription d’Ainos publiée par Asdracha et ses devanciers qui, parce qu’elle invite à réactiver l’identification entre Limpidarios et Libadarios, remet en cause leur argumentation sur ce point.

40 Asdracha, La région des Rhodopes, p. 217.

41 Ead., Inscriptions byzantines, p. 258-259.

42 M. C. Bartusis, The Late Byzantine Army, Arms and Society, 1204-1453, Philadelphie 1992, p. 221 -226, 231-234.

43 Kantakouzènos ne fait d’ailleurs pas mystère de cette fidélité d’Ainos à la dynastie des Palaiologoi. En 1344, il dit qu’il ἀνέστρεφεν εἰς Θράκην, καὶ πᾶσαι πόλεις αὐτίκα προσεχώρουν, τὴν ἐκ Βυζαντιου βοήθειαν ἀπογινώσκουσαι, πλὴν Αὶνου καὶ Ἐξαμιλίου καὶ Καλλίου πόλεως (Kantakouzènos, iii, 77 : 2, p. 48312-14). De même pour 1347 : ώς βασιλεύσειε παρὰ Ῥωμαίοις ὁ Καντακουζηνòς καὶ τὴν μὲν ἄλλην ἄπασαν ἀρχὴν ἀφέλοιτο τῶν βασιλέως παίδων, Βυζάντιον δὲ μόνον καὶ Θεσσαλονίκη καὶ Αἶνος ύπολείποιτο... (Kantakouzènos, iv, 2 : 3, p. 1212-15). Cf. aussi P. Lemerle, L’émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident. Recherches sur « la geste d’Umur Pacha ». Paris 1957, p. 177, n. 3. En revanche, le métropolite Daniel d’Ainos (PLP 5129) se montra à partir de 1351 partisan convaincu du patriarche Philothée, la créature de Kantakouzènos : cela expliquerait que Daniel semble avoir résidé surtout à Constantinople durant la période. Voir A. Failler, La déposition du patriarche Calliste Ier (1353), RÉB 31, 1973, p. 38, 93-94, 113-114.

44 Balard. L’expédition, cité supra n. 7, p. 232.

45 Kantakouzènos, iv, 42 (3, p. 21112-14) : καὶ Νικηφόρος δεσπότης ό τοῦ βασιλέως γαμβρòς, τῶν κατὰ τον Ἑλλήσποντον Θρᾳκικῶν πόλεων ἄρχων...

46 Signalons à ce propos un fait largement occulté par l’historiographie : à partir de 1352. Nikèphoros eut dans cet apanage des hôtes bien indélicats, des mercenaires turcs que son beau-père Kantakouzènos y avait installés lui-même pour les besoins de sa guerre contre Jean V. Parfaitement incontrôlables, ils ne se contentèrent pas de vivre sur l’habitant, mais s’emparèrent par exemple de la forteresse de Tzymbè. proche de l’importante place de Gallipoli, qu’ils osèrent également attaquer : cf. N. Oikonomides, From Soldiers of Fortune to Gazi Warriors : the Tzympe Affair, Studies in Ottoman History in Honour of Professor V. L. Ménage, éd. С. Heywood, C. Imber. Istanbul 1994. p. 239-247. Tout à leur lutte pour conserver le pouvoir, pas plus Nikèphoros que son beau-père ne se soucièrent, pendant près de deux années, de mettre un terme à leurs déprédations sur la population locale et à ce début de conquête.

47 Ainsi Nicol, The Byzantine Family of Kantakouzenos, cité supra n. 34. p. 131: « In 1351 and afterward, Nikephoros served his father-in-law as governor of the Thracian cities on the Hellespont with his headquarters at Ainos » (même erreur, à peu près dans les mêmes termes, dans Id, The Reluctant Emperor: A Biography of John Cantacuzene, Byzantine Emperor and monk, с. 1295-138З, Cambridge 1996.p. 106). De même Matschke, Fortschritt und Reaktion, cité supra n. 34, p. 142 ( « Um 1350 sitzt der gestürzte Despot von Epiros, Nikèphoros, als Gouverneur in Ainos »), et Soulis, The Serbs and Byzantium, cité supra n. 34, p. 212: « When Cantacuzenus entered Constantinople on 3 February 1347 as victor in the civil war, he appointed Nicephorus despot of Aenos and the cities of the Hellespont. »

48 Pour les faits et leur datation, cf. Failler, La déposition, cité supra n. 43, p. 84, n. 57 et 61, p. 86. C’est à Ainos que Jean V, en mal d’argent pour continuer la guerre, signa le 10 octobre 1352 avec les Vénitiens un traité qui garantissait un emprunt de 20 000 ducats d’or sur - déjà - l’île de Ténédos. Le document, expletum in burgo Eni, die decimo octubris, sexte indictionis, est publié dans G. Thomas, Diplomatarium Veneto-Levantinum, 2, Venise 1899, doc. 8, p. 17-18. C’est un texte grec - l’Apologie de la déposition du patriarche Calliste Ier qui révèle qu’après sa défaite d’Empythion et un court séjour à Didymotique. Jean V. quittant la Thrace, s’embarqua « sur une petite flotte à Ainos » pour gagner Thessalonique (Failler, La déposition, p. 2758 : διὰ τῆς Αἴνου πλοίων τινῶν ἐπιβάς).

49 Kantakouzènos, iv, 39: 3, p. 2828-12, 28 311-16; Nicol, The byzantine Family of Kantakouzenos, p. 83, 114-115.

50 Traitant d’un πρόσταγμα τῆς Αἴνους délivré aux moines de Lavra par un basileus non identifié qui y révélait avoir eu un grand-père et un oncle (theios) basileis, un document seulement daté du 4 décembre de la 7e indiction, N. Oikonomidès (Ἐνα πρόσταγμα τοῦ Ματθαίου Καντακουζηνοῦ (4 δεκεμβρίου 1353), Σύμμεικτα 3, 1979, p. 53-62) l’a attribué à Matthieu Kantakouzènos et daté du 4 décembre 1353. Son argumentation en faveur de ce basileus n’est cependant guère convaincante, et les éditeurs des actes de l’Athos l’ont également écartée : P. Lemerle, A. Guillou, N. Svoronos, D. Papachryssanthou, Actes de Lavra, 3, Paris 1979 (Archives de l’Athos 10), doc. 166, p. 177-178.

51 Grègoras, xxix, § 20 (3, p. 23717-18) : ...κάκεῖθεν άπῄεσαν εἰς Aἶvov τὴν πόλιν, Καντακουζηνῷ) προσκειμένην. C’est Kantakouzènos lui-même qui forge dans ses Mémoires le mot καντακουζενισμός.

52 Grègoras, xxix, § 38 (3, p. 2493-5) : ό δ ’ἐπὶ θυγατρὶ γαμβρός, Κόντου Κεφαληνίας παῖς, Αἴνου τῆς πόλεως ἦν ἐπίτροπος, καὶ εἴ τι πέριξ υπῆρχε χωρίον βαρβαρικῆς ἀθῶον ἔτι καταδρομῆς.

53 Pour l’événement, cf. D. M. Nicol, A. D. 1354 - Annus Fatalis for the Byzantine Empire, Geschichte una Kultur der Palaiologenzeit, éd. W. Seibt, Vienne 1996, p. 163-168. Citant Grègoras, Asdracha, Inscriptions byzantines, p. 258, a elle aussi jugé que la situation évoquée par le chroniqueur ne pouvait se rapporter qu’au lendemain du tremblement de terre qui détruisit les défenses thraces.

54 E. A. Zachariadou, Natural disasters: Moment of opportunity, Natural disasters in the Ottoman Empire, éd. Ead., Rethymnon 1999, p. 7-11, donne sur le contexte de la prise de Gallipoli un compte rendu beaucoup plus précis que l’article de Nicol précédemment cité.

55 Pour les fortifications d’Ainos, dont les ruines sont encore impressionnantes aujourd’hui, voir les belles photographies publiées dans Asdracha, Inscriptions byzantines. L’épicentre du tremblement de terre ayant été la péninsule de Gallipoli, il est possible en effet qu’Ainos n’ait pas eu à en subir de manière rigoureuse les effets, mais on en doute quand on sait que le tremblement de terre fut ressenti, dans la direction opposée, jusqu’à Constantinople, soit très loin de Gallipoli. Cf. à ce propos ce qui est dit plus loin des talents d’architecte bien opportuns du gouverneur choisi par Jean V pour la ville en 1355 : Géôrgios Synadènos Astras.

56 Nikèphoros semble avoir été doué d’un rare opportunisme politique : dès l’abdication de son beau-père, il prit acte du naufrage politique des Kantakouzènoi et régla sa conduite en conséquence. Il n’opposa ainsi aucune résistance à Jean V et à sa notte alors qu’il aurait sans doute pu tenir longtemps dans Ainos pour rester fidèle à la cause de son beau-frère Matthieu. Mieux : après s’être rendu maître de la Thessalie, il décida froidement de répudier son épouse, la fille de Kantakouzènos, parce qu’il était maintenant plus opportun pour lui d’épouser une princesse serbe, compte tenu du poids politique que les Serbes conservaient en Épire.

57 Kantakouzènos, iv, 42: 3, p. 31010-3112; Nicol, The byzantine Family of Kantakouzènos, p. 131. L’exigence de Jean V d’accepter dans la ville la présence d’un gouverneur à lui qui fut Géôrgios Astras Synadènos n’est pas révélée par Kantakouzènos, mais par la correspondance de Kydônès. Cf. Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, cité supra n. 34, I/1, lettre 38, p. 246-248, où l’on voit Astras déjà en poste à Ainos en 1355.

58 Pour les références, on renvoie à sa biographie dans Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, I/1, p. 250-254.

59 Dèmètrios Kydonès, Correspondance, éd. R.-J. Loenertz (Démétrius Cydonès, Correspondance, Rome 1956-1960 [Studi e Testi 186, 208]), 1, lettre 61, р.9323-25 : ἅμα δὲ καὶ δόξαν τῷ βασιλεῖ παριστὰς ὡς οὕτω φαύλη τίς ἐστιν ἡ πόλις ἦς ἄρχων ἀφῖκται, ὥστ’ οὐδ’ ἂν ἵππον τις ἐκεῖθεν κερδάνοι ᾧ χρήσαιτ’ ἂν ὅταν ὑπὲρ αὐτῆς ἀγωνίζεσθαι δέη.

60 Kydonès, Correspondance, cité note précédente, 1, lettre 61, p. 9319-22 : τί γὰρ οὕτω τραγωδεῖ τὰ περὶ τον ἵππον, καὶ τὰ ἀπροσδόκητα ταῦτα μαντεύεται, ἅ φησι διὰ τòν ἐκείνου θάνατον ἐν ταῖς τῶν πολεμίων ἐκδρομαῖς αὐτῷ συναντήνειν ; Que ces attaques de l’ennemi désignent celles des Turcs n’est pas douteux, comme l’a vu aussi Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, I/1, p. 249 : « Überfälle der “Feinde”, zweifellos Türken, angedeutet ».

61 Ibid., p. 9326-29 : τίς γὰρ ἂν αὑτῷ συνεύξαιτοιαύτην ἀρχήν, τοιαῦτα τοὺς προλαβόντας ἀκούων όδυρομένους ; οὕτω τὰ τοῦ βασιλέως έσθίων μετ’ ἀχαριστίας τοῦτο ποιεῖ, καὶ πανταχόθεν λαμβάνων, τὰ τῶν ζημιουμένων βοᾶν οὐκ ὀκνεῖ.

62 Ibid., ρ. 9329-37.

63 Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, I/l, lettre 38, p. 249 : « Ein Bittbrief des Astras an den Kaiser mit Bitte um Ersatz für ein Pferd, das er einem Nachbarn ausgeliehen hat und das zusammen mit diesem bei einem türkischen Überfall ums Leben kam. »

64 Kydonès, Correspondance, 1. lettre 61, p. 9337-41.

65 Ibid., lettre 62, p. 9426-9529 : καὶ νῦν τò μὲν τὴν οἰκίαν ὁρᾶν ἀνατρεπομένην ἀπò τοῦ πύργου, καὶ πρòς πῦρ καὶ σίδηρον καὶ δήμου μανίαν ὑπὲρ τοῦ βασιλέως παρατάξασθαι, καὶ μόνον ὐπὲρ τῶν αὐτῷ δοκούντων oὐκ ἀπεσφάχθαι... ; Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, I/l, lettre 39, p. 255. Cette lettre confirme le témoignage de Kantakouzènos sur l’insurrection du peuple d’Ainos. Kydonès ignore toutefois la basilissa pour n’évoquer que le sort de son ami, le gouverneur Géôrgios Astras Synadènos, tandis que de son côté Kantakouzènos, seulement préoccupé par le sort de sa fille réfugiée dans l’acropole, ne souffle mot du gouverneur qui se trouvait pourtant avec elle. Il est surtout regrettable que Kydonès ne dise rien du personnage qui incita le δῆμος d’Ainos à la révolte : Iôannès Limpidarios / Libadarios.

66 Kydonès, Correspondance, 1, lettre 46, p. 79-80 ; Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, I/1, lettre 44, p. 270-274.

67 Pour la carrière du personnage, on renvoie à l’entrée Ἀγγελος Μανουήλ. PLP 91040, qui corrige PLP 214.

68 D’ailleurs, est-il surque lorsqu’il dit Libadarios « stratègos et hègémôn » d’Ainos, Kantakouzènos fustige le pouvoir arbitraire et illégal du personnage sur la ville, ou ne fait-il pas plutôt allusion, avec quelque ironie, aux signes extérieurs d’autorité dont son rival Jean V aurait peut-être cru bon de parer « l’usurpateur » ?

69 Cf. F. Tinnefeld, Kaiser Ioannes V. Palaiologos und der Gouverneur von Phokaia 1356-1358 : ein Beispiel für den Verfall der byzantinischen Zentralgewalt um die Mitte des 14. Jahrhunderts, Rivista di studi bizantini e slavi 1, 1981 ( = Miscellanea Agostino Pertusi), p. 259-271. Narrant dans ses mémoires l’épisode, Kantakouzènos ne se gêne pas pour dire qu’en escomptant facilement obtenir de Kalothètos la libération du prince Halil, Jean V faisait preuve de naïveté : Kantakouzènos, iv, 44 (3, p. 3224-6) ; Tinnefeld, Kaiser Ioannes V. Palaiologos, cité supra, p. 265, n. 40. Le ressentiment de Kantakouzènos contre un Libadarios qui avait chassé sa fille d’Ainos et contre un Jean V qui fut incapable de – ou qui ne voulut pas – la restaurer peut à la rigueur se comprendre. Mais, au vu des désastres que valurent à l’Empire son ambition et sa propre naïveté vis-à-vis de ses alliés turcs, Kantakouzènos était-il le mieux placé pour fustiger la conduite d’un usurpateur, ou pour taxer son gendre de naïveté et lui donner des leçons ?

70 Le chrysobulle de Jean V donnant aux Alexioi en pleine propriété Chrysoupolis, Anaktoropolis et l’île de Thasos n’est connu que par une traduction en dialecte vénitien (Thomas, Diplomatarium Veneto-Levantinum, cité supra n. 48, 2, p. 166-167) ; il constituait une partie du « dossier » fourni aux autorités vénitiennes par Iôannès afin d’appuyer une demande de citoyenneté vénitienne. Les deux frères finirent titrés mégas stratopédarchès (Alexios) et mégas primikérios (Iôannès). C’est le mégas primikérios Iôannès lui-même qui révèle, dans un acte de donation de 1374 à son monastère athonite du Pantokratôr, que sa domination sur Christoupolis relevait, elle, d’une πρόσκαιρος άρχη : V. Kravari, Actes du Pantocrator, Paris 1991 (Archives de l’Athos 17), doc. 9, p. 9418. Les données du PLP relatives à Alexios sont entièrement à revoir. Si l’entrée PLP 609 qui lui est consacrée doit être éliminée au profit de PLP 91128, il faut aussi en combiner les données avec celles de PLP 624. Pour Iôannès, cf. PLP 92154. N. Oikonomidès (Patronage in Palaiologan Mt Athos, Mount Athos and Byzantine Monasticism, éd. A. Bryer, M. Cunningham, Aldershot 1996, p. 99-111) a depuis brillamment résolu l’énigme de l’identité de ces frères que les éditeurs des actes de l’Athos avaient affublés d’une liste d’hypothétiques patronymes alors qu’ils en étaient dépourvus, et surtout retracé l’origine de leur carrière grâce au témoignage de Kantakouzènos sur eux, non repéré jusqu’alors. S’il est étonnant qu’ils n’aient pas eu de nom de famille, ils font toutefois référence à leurs origines en parlant de « la nostra sclatada », se disant « zentil homeni » (cf. Diplomatarium Veneto-Levantinum, 2, p. 165). Or, en italien le mot « schiatta », dont dérive à l’évidence le vénitien « sclatada », signifie bien « lignée », et on peut penser que « sclatada » traduisait vraisemblablement le grec γένος du chrysobulle original.

71 Un document vénitien inédit mentionnant les Alexioi en 1375 a été récemment publié par M. Koumanoudi, Contra Deum, jus et justiciam. The trial of Bartolomeo Querini, bailo and capitano of Negroponte (14th с.), Bisanzio, Venezia e il mondo franco-greco (xiii-xv secolo), éd. Ch. A. Maltézou, P. Schreiner, Venise 2002, p. 280116-120.

72 Voir à ce propos N. Oikonomidès, Pour une typologie des villes « séparées » sous les Paléologues, Geschichte und Kultur der Palaiologenzeit, cité supra n. 53, p. 169-175.

73 ASG, Notai antichi 476, doc. XVII (04/09/1386) : « Ancora si vogio che sea daito a madona Paleologeina per la soa dota, la quar eo avuo da si pp. doa milia e cinquecento, e lo so antifaito. » Ibid., doc. XXIIII (16/12/1389) : ...pro perparis duobus millibus quingeniis argenti pro doctibus, et pro perparis centum quinquaginta argenti pro antefacto dicte Palealogine. Cf. Balard, Péra au xive siècle, regeste 80, p. 36-37.

74 Sur la situation éminemment favorable d’Ainos pour la constitution d’une classe marchande locale, voir les remarques de Matschke, Fortschritt und Reaktion, p. 51-52, et surtout celles de Asdracha, La région des Rhodopes, p. 225-226.

75 Le texte de ce traité est publié dans Liber lurium Reipublicae genuensis, 1, éd. E. Riccoti, Turin 1857 (Monumenta Historiae Patriae 7), doc. CCIII, col. 603. Pour un résumé des événements politiques, voir Balard, L’expédition, p. 431-432.

76 Pour les conséquences de ce traité pour la classe marchande byzantine : K.-P. Matschke, Byzanti-nische Politiker und byzantinische Kaufleute im Ringen um die Beteiligung am Schwarzmeerhandel in der Mitte des 14. Jh., Mitteilungen des bulgarischen Forschungsinstitutes in Österreich 2/VI, 1984, p. 89.

77 On ne trouve rien à ce sujet dans Balard, La Romanie génoise, une absence à l’évidence liée à un problème de sources. On repère seulement, dans le cadre de la guerre du Bosphore, des frais pro uno Ugno quod conduxit Bernabo de Vignolo de Eneo in Peyram en 1351 : ASC AC, Officium guerre Introytus et exilus, reg. 215, p. 63.

78 La domination sur Ainos de Niccolò Gattilusio, frère de Francesco Ier Gattilusio de Mytilène. formellement attestée en 1382, peut avoir commencé en 1379 au plus tôt. Les Gattilusi tinrent la ville jusqu’en 1456, lorsque Mehmet II les en chassa. Pour les circonstances de la fin de leur domination sur la ville : Th. Ganchou, Héléna Notara Gateliousaina d’Ainos et le Sankt Peterburg Bibi. Pubi. gr. 243, RÉB 56, 1998, p. 141-169.

79 A vrai dire, ce n’est pas mieux avant, puisque le seul marchand d’Ainos que l’on a repéré dans les sources génoises pour la période antérieure est un certain Pasqualis (Πασχάλης), Grecus de Eno, qui fournit du vin à la flotte de Paganino Doria en 1351 : ASG, AC, Officium guerre, Introytus et exitus, reg. 215, p. 114. En fait, c’est à partir de la fin du xive siècle que l’on commence à enregistrer des documents, en premier lieu tirés des notaires crétois, montrant le dynamisme de la classe marchande grecque d’Ainos.

80 M. Balard, Gênes et l’Outre-mer. 2 : Actes de Kilia du notaire Antonio di Ponzò (1360), Paris-La Haye 1980.doc. 115 (Kilia, 27 octobre 1360), p. 183-184.

81 Ibid., doc. 117 (Kilia, 28 octobre 1360), p. 186-187.

82 Ibid., doc. 78 (Kilia, 21 ou 22 septembre 1360, p. 135-136 : le contexte montre toutefois que Lodisio Draperio ne se trouve pas alors à Kilia, mais à Péra). En effet, on constate que le prénom Lodisio se retrouve parmi ceux des fils de Luchino et de kyra Palaiologina Libadaria. Mais ils eurent aussi un fils prénommé Lanzaroto, comme le fournisseur aux armées homonyme de 1351/52 pour l’entretien de la flotte de l’amiral génois Paganino Doria (cf. supra). Le problème, c’est que dans les archives génoises, Luchino Draperio n’est jamais dit Luchinus de Draperiis quondam X, mais systématiquement Luchinus de Draperiis de Peyra ou Luchinus de Draperiis burgensis Peyre.

83 Jean V avait, en 1355, accordé la main de sa sœur ainsi que l’île de Mytilène (Lesbos) à Francesco Gattilusio, qui l’avait aidé à reprendre son trône contre Jean VI l’année précédente.

84 Kydonès échoua dans sa mission, à la grande fureur de son basileus. Deux de ses lettres sont en rapport avec cette affaire. L’une adressée à Francesco Ier : Kydonès, Correspondance, 2, lettre 242, p. 145-146 ; Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, 2, lettre 218, p. 195-197. L’autre adressée de Mytilène à un ami : Kydonès. Correspondance. 2, lettre 202, p. 78-80 ; Tinnefeld, Demetrios Kydones, Briefe, 2, lettre 219, p. 197-200.

85 Kravari. Actes du Pantocrator, cité supra n. 70, doc. 9 (août 1374), p. 9416-18 : Τὴν τοιαύτην τοίνυν πράξιν [...] λέγομεν καὶ διαϐεϐαιούμεθα ἔχειν τò στέργον καὶ άπαράτρεπτον, οὐ μόνον τό γε νῦν ἔχον, ὅτε ύπάρχομεν εἰς τòν παρόντα τόπον ἔχοντες τὴν πρόσκαιρον ταύτην ἀρχήν, ἀλλὰ εἴτε εἰς τὴν Πόλιν καταντήσομεν, εἴτε εἰς τὴν Θεσσαλονίκην, εἴτε ἀλλαχοῦ ποῦ, ἔχειν τò άμετακίνητον. Bien entendu, on sait que ce n’est pas Jean V qui décida du départ de Christoupolis du mégas primikérios, mais les Ottomans qui, en s’emparant de la région, forcèrent Iôhannès à se retirer entre 1378 et 1384, finalement à l’Athos, dans son monastère du Pantokratôr.

86 Cf. carte Ἑπειρος - Θεσσαλία / Epiros - Thessaly, 1:250 000, Road Editions, Athènes 2000.

87 Le lieu n’est pas répertorié dans P. Soustal, J. Koder, Nikopolis und Kephallenia, Vienne 1981 (TIB 3). Mais pour répertorier un lieu, il faut des sources.

88 En ce temps-là, le fils premier-né recevait le prénom du grand-père paternel, tandis qu’était donné au fils puîné le prénom du grand-père maternel, tant à Byzance qu’à Gênes (et Venise).

89 ASG, Notai antichi 476, doc. XVII (04/09/1386) : « Lo me fideichomisario, si statuiso e si ordeno madona Paleologeina, moger mea, cum piena e larga bairia. »

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540