Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Quelques aspects de la propagande anti-byzantine dans les sources occidentales de la première croisade

Jean Flori

Volltext

  • 1 Les sources les plus utilisées dans cet article sont indiquées par les abréviations suivantes : Ge (...)

1La première croisade est l’événement le mieux attesté du Moyen Âge. Le nombre même de ses sources pose problème à l’historien par les divergences qui en résultent1. Les travaux critiques ont imposé, jusqu’à une époque récente, la prééminence logique des témoins oculaires (Foucher de Chartres, Raymond d’Aguilers, Pierre Tudebode et surtout l’auteur des Gesta Francorum) sur la fresque jadis privilégiée de Guillaume de Tyr ou sur les recompositions précoces de Robert de Reims, Baudri de Bourgueil, Guibert de Nogent ou Albert d’Aix. Depuis quelques années, toutefois, cette prééminence commence à être remise en cause grâce à des éditions de textes d’une part, des travaux critiques d’autre part.

  • 2 A. V. Murray, The Chronicle of Zimmern as a Source for the First Crusade, The First Crusade, Origi (...)
  • 3 Sur cette édition, voir la note 1. Ajoutons l’édition de Gilon de Paris et continuateur, Historia (...)
  • 4 Sur cette édition, voir la note 1.

2Du côté des éditions de textes, il faut noter une disparition : celle de la Chronique de Zimmern, tenue depuis Heinrich Hagenmeyer comme reproduisant une source originale de la première croisade, et dont Alan V. Murray a démontré le caractère « apocryphe »2. En revanche, de nouvelles et savantes éditions permettent de porter un regard neuf sur quelques récits jusqu’alors négligés à tort. C’est le cas de l’édition exemplaire de Guibert de Nogent, qui a grandement contribué à réhabiliter ce dernier3, et plus encore de la nouvelle édition d’Albert d’Aix, dont la première partie, relative à l’expédition, a probablement été rédigée très tôt, peut-être avant 11064.

  • 5 P. Knoch, Studien zu Albert von Aachen, Stuttgart 1966.
  • 6 P. Aubé, Godefroy de Bouillon, Paris 1985, p. 357.
  • 7 S. B. Edgington, Albert of Aachen Reapraised, From Clermont to Jerusalem. The Crusades and Crusade (...)
  • 8 S. B. Edgington, Albert of Aachen and the Chansons de geste, The Crusades and their Sources. Essay (...)
  • 9 C. Morris, The Aims and Spirituality of the First Crusade as Seen through the Eyes of Albert of Aa (...)

3Les travaux récents de Suzan Edgington viennent compléter la réhabilitation d’Albert d’Aix esquissée il y a plus de 30 ans par Peter Knoch5, dans un climat de scepticisme qui en dit long sur le poids de la tradition historiographique. Albert d’Aix n’a pas pris part à la croisade, mais il a interrogé de très nombreux croisés à leur retour et donne de l’ensemble de l’expédition un récit précis, le plus complet de tous. Lui seul fournit de précieux renseignements concernant ceux qui ont suivi la route de Pierre l’ermite ou de Godefroy de Bouillon. Enfin, alors que les chroniqueurs transforment souvent leur chronique en panégyrique de leur « patron », Albert d’Aix se montre généralement impartial dans ses jugements et dégagé de toute idéologie politique délibérée en faveur de tel ou tel chef de la croisade, y compris de Godefroy de Bouillon, contrairement à ce que l’on affirmait naguère en s’appuyant à tort sur la phrase liminaire (« ici commence le premier livre de la célébration des hauts faits de l’illustre Godefroy de Bouillon »6) qui ne figure en effet dans aucun des manuscrits anciens7. On a aussi noté son indépendance à l’égard des autres chroniqueurs : à l’exception d’une hypothétique Chronique Lotharingienne et d’une version primitive perdue de la Chanson d’Antioche de Richard le Pèlerin, Albert ne dépend en effet d’aucune source écrite connue8 et n’est en rien influencé par les sources françaises issues des Gesta Francorum9. Il faut donc réhabiliter le récit Albert d’Aix et ne plus faire aveuglément confiance à celui des Gesta avec lequel il est assez souvent en désaccord.

  • 10 S. Runciman, Histoire des croisades. I, La première croisade et la fondation du royaume de Jérusal (...)
  • 11 J. Flori, L’usage « épique » des nombres, des chroniques aux chansons de geste ; éléments de typol (...)
  • 12 J. France, Victory in the East: A Military History of the First Crusade, Cambridge 1994, p. 122-14 (...)
  • 13 Voir sur ces points K.B. Wolf, Crusade and Narrative: Bohémond and the Gesta Francorum, Journal of (...)
  • 14 J. Riley-Smith, The First Crusade and the Idea of Crusading, Londres 1986.

4On connaît l’influence considérable des Gesta, y compris chez les chroniqueurs ayant participé à la croisade et qui poutant n’en reprennent pas moins, parfois de très près, le récit de l’Anonyme. Ce type de dépendance résulte de l’ampleur des contingents et de l’isolement relatif des chroniqueurs. Les armées étaient en effet distinctes, rarement rassemblées, et comptaient des effectifs bien plus considérables qu’on ne le croit souvent depuis Steven Runciman, qui admettait seulement 4 500 chevaliers et 30 000 hommes10. En relevant toutes les indications chiffrées des sources de croisade, j’ai pu montrer, par comparaison avec celles des autres types de sources (chroniques rimées, épopées, romans), que les évaluations des chroniqueurs ne sont ni fantaisistes ni allégoriques, mais informatives. Leurs estimations globales, évidemment inexactes, le sont pourtant moins que celles de nos spécialistes contemporains lorsqu’ils chiffrent les manifestations de masse11. Leurs évaluations partielles, en revanche, sont assez précises et réalistes. Ces faits m’ont amené à réviser à la hausse les effectifs de la première croisade. John France admet des effectifs d’environ cent mille hommes, sans connaître d’ailleurs mes travaux sur ce point, ce qui renforce nos conclusions convergentes12. Il est clair, dans ces conditions, que les « témoins » ne pouvaient connaître directement, au mieux, que les faits concernant les groupes armés auxquels ils étaient attachés. Pour tout le reste, ils devaient avoir recours au témoignage de leurs compagnons des autres groupes, ce qui ne les différencie guère des chroniqueurs qui, comme Albert d’Aix ou Guibert de Nogent par exemple, n’ont pas pris part à l’expédition mais ont interrogé de nombreux croisés. Outre ces témoignages oraux, les chroniqueurs-croisés ont aussi utilisé des documents écrits de natures diverses : lettres, notes, traités, chansons, pièces liturgiques et même fragments épiques  ; l’étude structurelle de leurs récits permet d’en déceler l’existence13. C’est le cas du récit des Gesta, utilisé et parfois recopié par les trois moines Guibert de Nogent, Baudri de Bourgueil et Robert de Reims, qui l’infléchissent dans une perspective théologique que Jonathan Riley-Smith a fort bien dégagée14.

  • 15 Raymond, p. 36.
  • 16 Raoul, c. 53, p. 646.

5Ce ne sont pas les seuls. Plusieurs travaux récents ont souligné l’incidence de l’idéologie propre à chacun des chroniqueurs sur leur relation des faits mentionnés. Certains ne s’en cachent pas : Raymond d’Aguilers avoue laisser de côté ce qui concerne les autres chefs pour narrer seulement les exploits des armées du comte de Saint-Gilles et de l’évêque du Puy15. Raoul de Caen dit laisser aux Normands, aux Flamands et aux autres provinces de l’Occident le soin de chanter les exploits de leurs propres chefs, et glorifie le seul Tancrède16.

  • 17 Morris, The Gesta Francorum, cité supra n. 13, p. 55-71.
  • 18 J. France, The Use of the Anonymous Gesta Francorum in the Early Twelfth-Century Sources for the F (...)
  • 19 Id., The Anonymous Gesta Francorum and the Historia Francorum qui ceperunt Iherusalem of Raymond o (...)
  • 20 Bonne mise au point de la valeur respective des sources dans S. B. Edgington, The First Crusade : (...)

6Le récit des Gesta, plus que tout autre texte, porte la marque d’une telle idéologie politique, ce qui devrait inciter l’historien à une prudence renouvelée à son endroit. John France, par exemple, tout en affirmant l’existence d’un seul auteur (qui, contrairement à ce que croit Colin Morris, ne serait pas un clerc17) et l’inutilité de recourir à l’idée d’un « Ur-Gesta », reconnaît les faiblesses de l’Anonyme concernant les aspects militaires18. Plusieurs historiens en viennent aujourd’hui à reconsidérer la question des rapports et de la valeur respective des Gesta et des autres sources qui lui sont liées19, et n’accordent plus une confiance exclusive à l’Anonyme normand20.

  • 21 Wolf, Crusade and Narrative, cité supra n. 13. p. 207 s.
  • 22 N. Ritchie, Bohemund, Prince of Antioch ; the Career of a Norman Crusader in Italy, in Syria and i (...)

7Dans de nombreux cas, il semble même que son témoignage soit fautif ou gauchi par l’idéologie anti-byzantine et par ses préjugés favorables aux Normands et surtout à Bohémond21. La plupart des sources occidentales sont fortement influencées, dans leur rédaction, par les événements postérieurs à la prise d’Antioche par Bohémond et par la tension qui en résulte entre les États croisés et l’Empire byzantin. Mais cette hostilité est particulièrement marquée chez l’Anonyme et chez Raoul de Caen, deux chroniqueurs normands de l’entourage de Bohémond, adversaire désigné de l’Empire byzantin à cette date22. L’idéologie a donc joué un rôle majeur dans la formulation de ces chroniques et il est intéressant à cet égard de souligner quelques divergences hautement significatives, sur des événements précis, entre les Gesta (et ceux qui en dépendent) et les autres sources bien informées, et même entre l’Anonyme et Raoul de Caen, qui participent pourtant d’une même idéologie pro-normande et anti-byzantine.

  • 23 Gesta,p. 18, 26, 28, 36, 46, 48, 60, 66, 68, 74, 76, 82, 84, 106, 136, 144, 152, 158.
  • 24 Ibid.,p. 18.
  • 25 Ibid., p. 27 : sur les relations familiales entre Bohémond et Tancrède, voir la mise au point de L (...)
  • 26 Gesta, p. 33.
  • 27 Ibid., p. 25.
  • 28 Ibid., p. 45.

8La tonalité anti-byzantine est manifeste tout au long des Gesta. Elle se double d’une louange excessive de Bohémond, dans une perspective de propagande évidente, comme cela ressort clairement de l’étude du vocabulaire qui le désigne. Non seulement il occupe le devant de la scène, prend les initiatives et domine les autres princes, mais son nom est souvent associé à des adjectifs louant ses vertus de chef (en particulier sagesse, science, clairvoyance, dignité, piété, mesure) et non plus seulement la vaillance guerrière traditionnelle. Ainsi, Bohémond est dit huit fois vir sapiens, six fois vir prudens (et une fois prudentissimus miles), deux fois vir venerabilis, deux fois doctissimus. Il est aussi qualifié de bellipotens, hones-tissimus, invictus, acerrimus, honor et decus totius mundi, Athleta Christi, et, pour couronner le tout, sapiens et prudens, magnus et magnificus, fortis et victor, bellorum arbiter et certaminum judex23. L’auteur cherche manifestement à montrer en Bohémond le parfait modèle du chef d’armée avisé, sage et pieux, suscité par Dieu pour accomplir Sa mission : Bohémond se croise, « poussé par le Saint-Esprit »24  ; en chef chrétien responsable, il refuse de livrer au pillage les villes prises sur les troupes des félons Grecs, au risque de s’aliéner ses hommes et son neveu (ou cousin ?) Tancrède25 ; il prône la conciliation avec un empereur pourtant hostile, ce qui, là encore, indispose Tancrède et ses guerriers26. Attaqué par les troupes impériales, il en triomphe et demande benoîtement aux mercenaires capturés : « Pourquoi massacrez-vous l’armée du Christ qui est aussi la mienne ? » Ils répondent qu’il leur faut bien obéir aux ordres de l’empereur et Bohémond, magnanime, les laisse partir libres27. Cette bénignité ne l’empêche pas d’être un guerrier farouche et dévoué à la cause de Dieu : lors d’une attaque des Turcs, c’est lui qui encourage ses soldats en leur tenant un discours de guerre sainte digne d’un clerc28.

  • 29 ...quia hoc bellum non est carnale, sed spirituale, ibid., p. 84.

9Bohémond est donc bien le chef digne de conduire les soldats du Christ. Nulle part ailleurs on ne rencontre une telle propension à employer l’expression milites Christi à propos des croisés (14 occurrences, soit 11,5 % du nombre total d’apparition du mot miles), tandis que militia Christi apparaît 6 fois, sur les 13 occurrences du terme militia. Bohémond lui-même est peint en héros du Christ, Athleta Christi, encourageant son connétable à combattre lui aussi en fortissimus athleta Christi, dans un combat qui n’est pas charnel, mais spirituel29.

  • 30 Ibid., p. 48, 58.
  • 31 Ibid., p. 48, 72, 74.
  • 32 Ibid., p. 48, 166.
  • 33 Ibid., p. 140, 144. Sur Étienne de Blois. sa fuite et sa réhabilitation, voir J. A. Brundage, An E (...)

10Certes, les Gesta ne sont pas laudatifs seulement pour Bohémond. D’autres personnages ont droit, eux aussi, à des adjectifs positifs, mais dans une proportion infiniment moindre, et leurs vertus sont surtout sociales et guerrières. Au total, Bohémond concentre sur son nom 31 connotations laudatives. Tancrède vient en seconde position, loin derrière, avec 4 mentions (miles Christi, virfortis, prudens, fortissimus30) ; puis vient Robert de Flandre (3 mentions) qualifié de fortissimus miles, prudentissimus miles, egregius comes31 ; Raymond de Saint-Gilles (2 mentions) est dit vir venerabilis et fortissimus miles32 et Hugues le Grand, Baudouin et Gui, demi-frère de Bohémond, sont nommés respectivement nobilissimus cornes, mirificus cornes et miles honestissimus. Seul parmi les croisés, Etienne de Blois, le fugitif, se voit attribuer des qualificatifs péjoratifs : imprudens, semicanus imprudens miles, sorte de négatif de Bohémond, champion de la foi33.

  • 34 Gesta. p. 31. Voir aussi J. Shepard, When Greek meets Greeks: Alexius Comnenus and Bohemond in 109 (...)
  • 35 Gesta, p. 169, 171. 179 ; sur les accords passés entre Alexis et Raymond de Saint-Gilles, voir J. (...)
  • 36 Gesta, p. 79,81.

11En revanche les Turcs, mais aussi les Grecs, sont l’axe du mal. Alexis surtout. Son nom apparaît 31 fois, 19 fois de manière « neutre », sans aucune connotation, lorsqu’il s’agit de rappel de faits antérieurs. Mais lorsque l’auteur décrit les événements présents, il fait l’objet de mentions défavorables dans 11 cas. C’est l’inique empereur (iniquus), le misérable empereur (infelix), emporté, irrité, colérique, plein de vanité et de malveillance envers les chrétiens, cherchant à leur nuire par toutes sortes de ruses, etc. Ainsi, après le massacre des troupes de Pierre l’ermite à Civitôt, il manifeste ouvertement sa joie (p. 13) ; il fait arrêter Hugues le Grand, qui venait de débarquer sur ses côtes (p. 20), ordonne à ses auxiliaires d’attaquer et de tuer les gens de Godefroy et les milites Christi (p. 17 et p. 23), avant de tenter d’en venir à bout « par ruse et par fraude » en obtenant d’eux un serment de fidélité que Tancrède refuse, soutenu en cela par l’auteur des Gesta qui, pour une fois, exprime une opinion défavorable à Bohémond, par trop conciliant34. La modération et la bienveillance de Bohémond sont à nouveau soulignées lorsqu’il calme la colère de Raymond de Saint-Gilles envers Alexis et obtient du comte un serment, sinon de fidélité ou d’hommage, du moins de respect de la personne impériale (p. 33). Ce rôle prêté ici à Bohémond me semble être une anticipation inversée des rôles tenus plus tard par les deux princes chrétiens à Antioche, où Raymond s’en tient au strict respect de la fidélité jurée à Alexis alors que Bohémond plaide pour s’en détacher, convaincu par la « mauvaise foi » des Byzantins35, soulignée par l’usage du vocabulaire concernant Tatikios, qualifié de lâche et de parjure, et dont le nom est toujours associé à l’adjectif inimicus36.

  • 37 Sur l’importance de cet épisode et sa perception controversée par les croisés, voir Flori, Pierre (...)
  • 38 Raymond, p. 38, 51, 66, 84.
  • 39 Ibid., p. 60, 105, 122, 146.
  • 40 Ibid., p. 93-94.
  • 41 Ibid., p. 37 (fortitudine et Consilio) ; p. 63 (pater et conservator exercitus).
  • 42 Ibid., p. 61-62, 124, 131, 153, 155.

12L’attitude anti-byzantine existe aussi, certes, chez les autres chroniqueurs, particulièrement après la prise de Nicée qui, rendue à Alexis par négociation directe, échappe au pillage, frustrant ainsi les croisés. Les généreuses compensations offertes par Alexis aux croisés sont très appréciées par certains, mais jugées insuffisantes par d’autres. Un premier clivage, qui va s’accentuer par la suite, apparaît alors entre ceux qui restent favorables à une entente avec Alexis et ceux qui lui gardent rancune de son attitude jugée désormais inamicale, surtout après son refus de prendre part en personne à l’expédition37. Mais aucun autre chroniqueur ne manifeste d’un bout à l’autre de ses écrits une telle louange de son « héros » et un tel dénigrement systématique des Grecs. On peut s’en convaincre par la seule analyse comparative du vocabulaire de l’Anonyme et de Raymond d’Aguilers. Chez Raymond, les adjectifs laudatifs associés aux personnages sont moins excessifs, plus rares, plus conventionnels et surtout beaucoup mieux répartis que dans les Gesta. Le comte de Saint-Gilles est très loin d’en être le bénéficiaire exclusif ou même principal. Il n’est même jamais concerné ! Seuls le sont, à l’occasion de leur mort, des personnages comme Pons Renaud et son frère Pierre, principes nobilissimi, Bernard Rainaud de Béziers, nobilissimus iuvenis, Roger de Barneville, miles clarissimus et carissimus omnibus, l’évêque Adémar, dilectus Deo et hominibus, Achard de Montmerle, nobilis iuvenis et miles inclitus38. D’autres, encore vivants, bénéficient du même type de louange. Ce sont Isoard de Ganges, nobilissimus miles, Guillaume Pierre de Similiac, vir fidelis ac Deo devotus, Guillaume Puer Malus, obtimus miles, et un autre Guillaume, miles honestus, Raymond Pilet, miles nobilissimus et fortis, Gaston de Béarn, nobilissimus princeps, et même un Turc nommé Mirdalin, nobilis et notus per miliciam suam39. Comme on le voit, ces qualificatifs ont surtout trait à leur noblesse et à leur prouesse de chevalier, mais traduisent peu leurs vertus personnelles. Raymond de Saint-Gilles n’est jamais l’objet d’une telle mention, à la différence de Bohémond, une fois qualifié de sapiens40. De plus, si le chroniqueur provençal loue parfois le comte de Toulouse pour sa vaillance et sa sagesse (au point d’être une fois nommé « père et sauveur de l’armée41 »), il ne lui ménage pas ses critiques : Raymond, dit-il, a accompli l’exploit qui lui vaut cette dernière appellation pour se disculper de l’accusation de paresse et d’avarice ; il rappelle ses doutes à l’égard de la Sainte Lance découverte à Antioche, l’accuse de mauvais traitements envers ses gens, de rejeter les avertissements de Dieu, et même d’aller jusqu’au blasphème, si bien que ses gens ne le soutiennent pas lors de l’élection d’un « roi » à Jérusalem42. Il n’y a donc aucune commune mesure, aussi bien dans l’emploi du vocabulaire que dans les thèmes traités, entre la propagande outrancière des Gesta en faveur de Bohémond et le jugement de Raymond d’Aguilers, infiniment moins partial malgré sa tonalité favorable aux Provençaux.

  • 43 Je dois le relevé de ces notations à Russo, Tancredi, cité supra n. 25, p. 193-230, en particulier (...)
  • 44 J.-Ch. Payen, Une légende épique en formation : les gesta Tancredi de Raoul de Caen, Mélanges René (...)
  • 45 Russo, Tancredi, p. 193-230.

13Raoul de Caen, au contraire, rivalise avec l’Anonyme dans le genre panégyrique, mais réserve ses louanges à Tancrède. Il lui décerne les qualificatifs de benignus dominus, largus et blandus, vir sapiens, utilis, piissimus, providus, magnanimus, impiger, victor nobilis, clarissimus bellator, armis praecipuus, astutior, ditator civium, hostium pauperator, paratus, providus, armatus, etc43. Tancrède arrive, bien entendu, en tête des personnages jugés digne de telles notations laudatives (23 occurrences) ; il devance très largement Hugues de Vermandois (7 occ.) et Robert de Flandre (6 occ). Bohémond vient seulement au quatrième rang (4 occ), en compagnie de Raymond de Saint-Gilles et de Godefroy de Bouillon, suivis de Robert de Normandie, Baudouin, Étienne de Blois et Adémar du Puy. Quant à la propagande anti-byzantine, elle est au moins aussi marquée chez Raoul de Caen que chez l’Anonyme, pour des raisons similaires. Les Gesta, on le sait, ont été rédigés ou en tout cas retouchés dans la perspective d’une tournée de propagande de Bohémond en France. C’est en cette occasion que Raoul de Caen entre au service de Bohémond, puis participe à la campagne militaire anti-byzantine de 1107-1108 et s’attache à la personne de Tancrède dont il devient le chapelain44. Il s’agit, pour l’un comme pour l’autre, de brosser de l’empereur byzantin, désormais adversaire principal de la principauté d’Antioche, le portrait le plus défavorable possible et de glorifier au contraire en la personne de Bohémond, puis de Tancrède, le défenseur des chrétiens et des terres d’outre-mer. Le caractère panégyrique du récit de Raoul de Caen, reconnu depuis longtemps, vient d’être récemment réaffirmé en rapport avec son idéologie politique anti-byzantine45. Je me contenterai donc de souligner pour ma part, sur des points précis, entre les récits des chroniqueurs, quelques divergences explicables par leur idéologie politique.

  • 46 Sur ces faits et leur interprétation par les chroniqueurs, voir J. Flori, Faut-il réhabiliter Pier (...)

14On peut être surpris, par exemple, de l’importance accordée par les Gesta aux événements qui se déroulent en territoire byzantin entre le 1er août 1096 (arrivée de Pierre l’ermite à Constantinople) et le 26 avril 1097 (arrivée de Bohémond). L’auteur des Gesta, venu avec Bohémond, n’était donc pas témoin de ces événements qu’il rapporte à sa manière, très chargée d’idéologie, à partir de récits de « Longobards ». Ces Normands, arrivés à Constantinople bien avant Bohémond, ont rejoint les troupes de Pierre l’ermite dont ils ont largement contribué à causer la perte46.

  • 47 Albert, I, 15, p. 283.
  • 48 Ibid., 19, p. 286.
  • 49 Ibid., 18, p. 285.
  • 50 Ibid., 16, p. 284.
  • 51 Anne Comnène, Alexiade, X, 6 : 6, éd. et trad. B. Leib, Paris 19672, 2, p. 212. Sur les rapports d (...)

15Ces faits nous sont connus par deux traditions très différentes. La première est représentée par les récits d’Albert d’Aix et d’Anne Comnène, qui n’ont entre eux aucun lien et qui, cependant, se recoupent dans leurs grandes lignes. Tous deux attribuent la responsabilité du massacre des croisés à l’indiscipline de quelques contingents de Pierre l’ermite, en particulier des Normands. Selon Albert d’Aix, l’empereur permet aux troupes de Pierre (sur la demande de celui-ci et sans aucune contrainte, contrairement à ce qui se passera par la suite pour les armées des princes qu’il redoutait), de passer sur l’autre rive du Bosphore où les croisés vivent longtemps en paix et dans l’opulence, ravitaillés par l’empereur qui leur conseille à ce moment de ne pas s’éloigner en direction de Nicée afin de ne pas provoquer les Turcs47. Mais les Normands, suivis par quelques « Français », profitant de l’absence de Pierre (revenu à Constantinople pour obtenir d’Alexis du ravitaillement à meilleur prix48), vont piller des bourgades turques, malgré les ordres de Gautier Sans Avoir, lieutenant de Pierre49. Ils provoquent ainsi la riposte des Turcs qui massacrent les croisés dans leur camp50. Alexis, selon Albert d’Aix, n’est en rien responsable du massacre, bien au contraire. A sa nouvelle, et en plein accord avec l’ermite, il envoie aussitôt ses armées secourir les rescapés et les accueille à Constantinople. Pour Anne Comnène, la responsabilité incombe surtout aux Normands qui se séparent du reste de la troupe, restée dans le camp, et vont piller les environs de Nicée. Revenus chargés de butin, ils excitent l’envie de leurs compagnons restés sur place, puis font une nouvelle expédition vers Xérigordon, forteresse délaissée dont ils s’emparent au premier assaut ; cette fois le sultan de Nicée envoie contre eux des troupes qui tuent les uns et font prisonniers les autres, puis fait courir le bruit que les Normands ont été victorieux, poussant ainsi les autres à venir s’emparer du butin. Ils tombent alors dans l’embuscade tendue par les Turcs et sont massacrés. Alexis recueille les rescapés, parmi lesquels Pierre l’ermite, qui accuse l’indiscipline de ces contingents de voleurs et de brigands51.

  • 52 Gesta, p. 6.
  • 53 Baudri de Bourgueil, Historia Hierosolymitana, I, 9, RHC Occ, IV, p. 18 ; Orderic Vital, Histoire (...)
  • 54 Raymond, p. 44-45.

16La seconde tradition est représentée par les Gesta et par ceux qui les recopient en amplifiant leurs traits. Elle souligne au contraire la culpabilité de l’ermite et de l’empereur, confondus en une même réprobation. Comme pour disculper les Normands, l’auteur des Gesta généralise l’indiscipline des troupes de Pierre, due à l’incapacité de leur chef, faible et lâche au point de quitter son poste pour se réfugier à Constantinople auprès du perfide empereur. Cette incapacité est déjà à l’origine lointaine du désastre puisque, selon l’auteur des Gesta (seul à rapporter cet épisode), les troupes de Pierre, à Constantinople, se seraient livrées à des déprédations inadmissibles dans la ville impériale où ils pénétraient à loisir, provoquant ainsi la colère de l’empereur qui, de son propre chef, les oblige alors à passer de l’autre côté du détroit. « Ces chrétiens, en effet, se conduisaient très mal, car ils détruisaient et incendiaient les palais de la ville, enlevaient le plomb dont les églises étaient couvertes et le vendaient aux Grecs, si bien que l’empereur irrité donna l’ordre de leur faire traverser le Bras52. » Sans craindre le doublet, l’auteur ajoute, en termes identiques, qu’ils ont commis les mêmes déprédations sur l’autre rive. L’empereur savait les périls qui les y menaçaient, et l’incapacité de Pierre l’ermite ne fait qu’accélérer le dénouement prévu, à savoir l’extermination des croisés qui, selon l’Anonyme, réjouit tant Alexis. Les chroniqueurs dépendant des Gesta, amplifiant cet aspect, dénoncent à la fois la duplicité de l’empereur et le caractère anarchique des troupes de Pierre, masses populaires acéphales, sans rois ni chefs, déconsidérées par là-même aux yeux de chroniqueurs attachés à la prééminence de l’aristocratie guerrière53. Raymond d’Aguilers, sans mentionner les déprédations, souligne la duplicité byzantine en faisant d’Alexis un traître envoyant délibérément à la mort les croisés de Pierre, mais précise toutefois qu’il reprend en cela une information qui lui a été rapportée : « Nous avons appris alors que l’empereur avait trahi ce Pierre l’ermite, arrivé à Constantinople avec une grande multitude longtemps avant notre armée. En effet, il avait contraint Pierre et ses gens, totalement ignorants des lieux et de tout ce qui concerne l’art militaire, à traverser [le Bras], les livrant ainsi à la merci des Turcs54. »

  • 55 Contrairement à ce qu’affirme l’éditeur des Gesta, p. 7, n. 6.
  • 56 Alexiade, cité supra n. 51, X, 9 : 3, p. 220.

17Anne Comnène, bien placée pour les connaître, ignore totalement ces déprédations des troupes de Pierre55. En revanche, elle attribue des méfaits de ce genre aux barons qui viennent après lui, en particulier à Godefroy lorsque, trompé par une rumeur malveillante, il croit qu’Alexis retient prisonniers plusieurs comtes croisés. Aussitôt, dit-elle, « les Latins marchèrent en phalanges serrées contre Byzance et sur l’heure saccagèrent de fond en comble les palais situés près du lac d’argent [...], en poussant l’insolence et l’audace jusqu’à mettre le feu à la porte située au-dessous du palais impérial, près du sanctuaire élevé autrefois par un basileus en l’honneur du très grand pontife Nicolas56 ».

  • 57 Albert, II, 12, p. 308.

18Albert d’Aix ne signale pas non plus ces méfaits des gens de Pierre dénoncés par les Gesta, mais confirme en revanche le récit d’Anne Comnène faisant des croisés ultérieurs les auteurs de ces destructions. A la suite d’une interdiction donnée par Alexis de ravitailler les troupes de Godefroy, celui-ci ordonne à ses guerriers de dévaster et incendier les palais où ils avaient été logés auparavant57. La ressemblance des méfaits décrits est telle que l’on peut se demander si les Gesta n’ont pas procédé ici à une simple substitution, imputant aux gens de Pierre ce qui revient à ceux de Godefroy.

  • 58 Baudri, I, 9, p. 18 et I, 10, p. 20.
  • 59 Albert, I, 15, p. 283.
  • 60 Alexiade, X, 5 : 7, p. 209 ; X, 6 : 6-7, p. 212 ; X, 8 : 9, p. 220.

19On constate en effet dans les Gesta une volonté de déconsidérer à la fois Pierre l’ermite et Alexis. Dans la suite de son récit, l’Anonyme ne parle plus guère de Pierre, déconsidéré à ses yeux par la déroute de ses troupes (par un jugement de Dieu châtiant leurs fautes, comme l’explique sans vergogne Baudri de Bourgueil dans deux discours moralisateurs glosant le texte qu’il copie58) et par son entente avec l’empereur et les Grecs. Pierre, on le sait par d’autres sources, avait en effet été fort bien reçu par Alexis qui avait reconstitué son trésor volé en cours de route59. Anne Comnène, tout en déplorant l’obstination orgueilleuse de Pierre (commune, pour elle, à tous les Latins), relève une importante nuance qui lui est favorable : l’ermite et les siens sont de vrais pèlerins désireux de gagner les lieux saints, alors que les barons d’Occident, et surtout Bohémond, cherchent avant tout à dépouiller l’Empire byzantin60. Elle voit en Pierre l’initiateur de la croisade, ignore délibérément le rôle du pape Urbain II et souligne le prestige de l’ermite auprès des croisés.

  • 61 Guibert, II, 8, p. 121.
  • 62 Pierre Tudebode, Historia de Hierosolymitano itinere, éd. J. H. et L. L. Hill, Paris 1977, p. 122.
  • 63 Raymond, p. 110.
  • 64 Gesta, p. 211.
  • 65 Voir sur ce point Flori, Pierre l’ermite, p. 415-423.

20Ce prestige est confirmé par Albert d’Aix, et même par les sources occidentales dépendant des Gesta, malgré la volonté évidente de celles-ci de minimiser son rôle. C’est le cas de Guibert de Nogent, qui apporte sur ce point un témoignage oculaire personnel61. Il en subsiste encore des traces chez les chroniqueurs qui lui sont les plus défavorables. Ainsi, lors du siège d’Arqa, les chefs décident de collecter une dîme partagée en quatre parts, pour soulager les clercs et les pauvres. L’Anonyme tait cet épisode, relaté pourtant par Tudebode, qui le suit généralement62. Ajout de Tudebode ou plutôt suppression des Gesta ? Raymond d’Aguilers, en tout cas, confirme le fait et précise que Pierre l’ermite est chargé de gérer les parts réservées au clergé et au peuple63. L’Anonyme lui-même laisse parfois subsister dans son récit quelques traces de la faveur populaire de l’ermite. Au moment où les chefs croisés s’apprêtent à affronter l’armée égyptienne près d’Ascalon, c’est à lui qu’ils confient le rôle de Moïse priant le ciel de soutenir les armées de Josué combattant contre les Amalécites : Pierre dirige, à Jérusalem, les prières et les rites d’intercession du clergé grec et latin, ce qui souligne à l’évidence sa popularité auprès des deux communautés64. Albert d’Aix accorde à Pierre un rôle plus important encore dans ces moments cruciaux65, éclairant ainsi un épisode minoré par les Gesta mais attesté par Pierre Tudebode et Raimond d’Aguilers : celui de la procession autour de Jérusalem avant l’assaut, assorti des discours d’exhortation qu’y prononcent Arnoul de Choques (le futur patriarche) et Pierre l’ermite, qui réconcilie les chefs croisés avant l’assaut. L’auteur des Gesta, sans doute resté avec Bohémond à Antioche, dépend ici de récits qu’il remanie à son gré.

  • 66 Ibid., p. 459-492.

21C’est aussi vers Pierre l’ermite que se tournent les chefs croisés lorsque, à Antioche, assiégés par l’immense armée de Karbuqa, ils ne voient aucune issue à leur situation, alors même que Dieu, par la découverte de la Sainte Lance, leur a promis le succès. Ils sont à ce moment affaiblis, affamés, et ne disposent plus que d’un millier de chevaux. Leur salut ne peut donc survenir, pensent-ils, que de la conversion miraculeuse de Karbuqa ou de la victoire de quelques champions chrétiens affrontant ceux des Turcs en combat singulier, en jugement de Dieu. Sous la pression populaire, les chefs envoient donc à Karbuqa une ambassade offrant (vainement !) à l’atabeg cette alternative. Toutes les sources, sans exception, avec des variantes minimes, affirment que Pierre l’ermite fut choisi comme ambassadeur pour cette mission cruciale dont dépendait le sort de toute l’armée, ce qui prouve la confiance qu’on lui accordait alors et le prestige dont il jouissait auprès des masses populaires. Car ce sont elles qui, à ce moment, ont pris en main la situation et font pression sur leurs chefs dans un climat religieux où dominent le prophétisme, le mysticisme et le merveilleux. Or, si l’on en croit la plupart des historiens, Pierre l’ermite s’était enfui quelques semaines auparavant, en compagnie de Guillaume le Charpentier. Rattrapé par Tancrède, ils avaient été ramenés dans le camp de Bohémond. J’ai insisté ailleurs sur l’absurdité de ce choix si, comme on le répète encore, Pierre s’était réellement enfui, comme le signalent (dit-on) « toutes les sources »66. Toutes ? Non pas ! Car sept sources mentionnent une fuite de Pierre et de Guillaume le Charpentier : ce sont l’Anonyme, Tudebode, Robert le Moine, Guibert de Nogent, Baudri de Bourgueil, Orderic Vital et l’Historia belli sacri. Toutes dépendent des Gesta. En revanche, sept sources, le plus souvent indépendantes, ne la signalent pas : ce sont Foucher de Chartres, Raymond d’Aguilers, Albert d’Aix, Raoul de Caen, Gilon de Paris, Ekkehard et Guillaume de Tyr. Les lettres des croisés n’en parlent pas non plus.

22Raoul de Caen, pourtant, devrait être le mieux informé de l’épisode puisque, selon les Gesta, c’est son héros Tancrède qui aurait rattrapé les deux fugitifs pour les ramener à Bohémond. Or, si Raoul signale bien la fuite de Guillaume le Charpentier, ce n’est pas en compagnie de Pierre l’ermite, mais de Gui le Rouge. Aurait-il remplacé Pierre par celui-ci pour épargner la réputation de l’ermite ? On ne voit guère la raison d’une telle substitution. Raoul de Caen écrit entre décembre 1112 (mort de Tancrède) et avril 1118 (mort d’Arnoul de Choques, auquel l’œuvre est dédiée) ; à cette date, Pierre l’ermite a quitté depuis longtemps la Terre sainte et ne joue plus aucun rôle.

  • 67 Raoul, c. 152, p. 713 ; Orderic Vital, cité supra n. 53, XI, c. 12, p. 68 ; sur l’histoire de la p (...)
  • 68 Suger, Vita Ludovici Grossi regis, éd. et trad. H. Waquet, Paris 1964, p. 45-47.
  • 69 Ibid., p. 48-49.
  • 70 Albert, VIII, p. 6.
  • 71 Suger, Vita Ludovici, cité supra n. 68, VIII, p. 40-41. Ce mariage fut annulé en 1107.

23La substitution inverse, en revanche, s’explique parfaitement. Gui le Rouge était en effet un personnage important de la cour de France au moment même où Bohémond, laissant Antioche à la garde de Tancrède, vient en Limousin remercier saint Léonard de sa délivrance et fait dans le royaume une tournée de propagande destinée à obtenir, contre Alexis, des subsides, des prières et des guerriers67. Suger rapporte en termes fort éclairants le succès de cette tournée de Bohémond en France en 1106 : « Or, le motif de l’arrivée de Bohémond dans nos parages était le désir de chercher par tous les moyens à s’unir en mariage la très noble sœur de monseigneur le prince désigné Louis, Constance [...]. Telle était la renommée de vaillance du royaume de France et de monseigneur Louis que les Sarrasins eux-mêmes éprouvaient de la terreur à la pensée de cette union68. » Bohémond ne pouvait évidemment pas risquer de déplaire au roi Philippe, son futur beau-père. Or, selon Suger, Gui le Rouge était revenu de Jérusalem « riche de gloire et de biens, et était depuis longtemps l’ami du roi avant de devenir son sénéchal69 ». Mais de quelle croisade parle-t-il ? Albert d’Aix mentionne Gui le Rouge parmi les croisés de 1101, en compagnie d’Etienne de Blois et de quelques autres « fugitifs » ou défaillants de la croisade initiale, ce qui accrédite la thèse de sa fuite en 109870. Bohémond ne pouvait pas salir, dans le récit des Gesta, la réputation d’un homme dont Suger souligne la grande faveur dont il jouissait auprès du roi de France, son ami et beau-père : « Leur mutuelle amitié en vint au point que, sur le conseil du père, le fils, monseigneur Louis, consentit solennellement à prendre en mariage la fille, qui n’était pas encore nubile, de Gui de Rochefort. Mais il n’eut pas pour femme celle qu’il avait reçue comme fiancée ; car avant la consommation du mariage, l’union fut cassée, quelques années après, pour cause de consanguinité ; leur amitié continua de la sorte pendant trois ans ; le père et le fils avaient en lui une confiance sans bornes71. »

24La tournée de Bohémond et la rédaction définitive des Gesta se situent précisément pendant cette période de faveur de Gui. La substitution de Pierre l’ermite à Gui le Rouge résulte de la volonté de Bohémond de ne pas indisposer son beau-père le roi de France en rappelant un fait peu glorieux de son autre gendre Gui, son sénéchal et son ami, au moment où Bohémond réclamait son aide. On peut donc considérer la légende de la fuite de Pierre, reprise seulement, rappelons-le, par les sources qui dépendent de l’Anonyme, comme un aspect indirect mal reconnu de la propagande anti-byzantine de Bohémond à travers les Gesta Francorum.

Anmerkungen

1 Les sources les plus utilisées dans cet article sont indiquées par les abréviations suivantes : Gesta = Gesta Francorum et aliorum Hierosolimitanorum, éd. et trad. L. Bréhier, Histoire anonyme de la première croisade, Paris 1964 ; Raymond = Raymond d’Aguilers, éd. J. H. et L. L. Hill, Le « Liber » de Raymond d’Aguilers, Paris 1969 ; Raoul = Raoul de Caen, Gesta Tancredi, RHC Occ, III, p. 603-716 ; Guibert = Guibert de Nogent, Dei gesta per Francos, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout 1996 (Corpus Christianorum. Continuatio mediaevalis 127A) ; Albert = Albert d’Aix, Historia Hierosolymitana, RHC Occ, IV, p. 265-713 (j’utilise l’édition de S. Edgington, à paraître dans la série Oxford Medieval Texts, que je remercie d’avoir bien voulu me communiquer son texte avant publication).

2 A. V. Murray, The Chronicle of Zimmern as a Source for the First Crusade, The First Crusade, Origins and Impact, éd. J. Phillips, Manchester 1997, p. 78-105.

3 Sur cette édition, voir la note 1. Ajoutons l’édition de Gilon de Paris et continuateur, Historia vie Hierosolimitane. éd. et trad. C. Grocock, E. Siberry, The Historia Vie Hierosolimitane of Gilo of Paris, and a Second Anonymous Author, Oxford 1997.

4 Sur cette édition, voir la note 1.

5 P. Knoch, Studien zu Albert von Aachen, Stuttgart 1966.

6 P. Aubé, Godefroy de Bouillon, Paris 1985, p. 357.

7 S. B. Edgington, Albert of Aachen Reapraised, From Clermont to Jerusalem. The Crusades and Crusader Societies 1095-1500, éd. A. V. Murray, Turnhout 1998 (International Medieval Research 3), p. 55-67.

8 S. B. Edgington, Albert of Aachen and the Chansons de geste, The Crusades and their Sources. Essays Presented to Bernard Hamilton, éd. J. France, W. G. Zajac, Aldershot 1998, p. 23-37.

9 C. Morris, The Aims and Spirituality of the First Crusade as Seen through the Eyes of Albert of Aachen, Reading Medieval Studies 16, 1990, p. 99-117.

10 S. Runciman, Histoire des croisades. I, La première croisade et la fondation du royaume de Jérusalem, Paris 1998, p. 389.

11 J. Flori, L’usage « épique » des nombres, des chroniques aux chansons de geste ; éléments de typologie, PRIS-MA 8, 1992, p. 47-58 ; Id., Un problème de méthodologie : la valeur des nombres chez les chroniqueurs du Moyen Âge (À propos des effectifs de la première croisade), Le Moyen Âge, 1993, 3-4, p. 399-422 ; Id., Des chroniques aux chansons de geste : l’usage des nombres comme élément de typologie, Romania 117, 1999, 3-4, p. 396-422 ; Id., Pierre l’ermite et la première croisade, Paris 1999, p. 425-457.

12 J. France, Victory in the East: A Military History of the First Crusade, Cambridge 1994, p. 122-142 ; Id., Patronage and the Appeal of the First Crusade, The First Crusade, cité supra n. 2, p. 5-20.

13 Voir sur ces points K.B. Wolf, Crusade and Narrative: Bohémond and the Gesta Francorum, Journal of Medieval History 17, 1991, p. 207 s. ; C. Morris, The Gesta Francorum as Narrative History, Reading Medieval Studies 19, 1993, p. 55-71 ; J. Flori, De la chronique de croisade à l’épopée... ou bien l’inverse ?, Perspectives Médiévales, 1994, p. 36-44.

14 J. Riley-Smith, The First Crusade and the Idea of Crusading, Londres 1986.

15 Raymond, p. 36.

16 Raoul, c. 53, p. 646.

17 Morris, The Gesta Francorum, cité supra n. 13, p. 55-71.

18 J. France, The Use of the Anonymous Gesta Francorum in the Early Twelfth-Century Sources for the First Crusade, From Clermont to Jerusalem, cité supra n. 7, p. 29-39.

19 Id., The Anonymous Gesta Francorum and the Historia Francorum qui ceperunt Iherusalem of Raymond of Aguilers and the Historia de Hierosolymitano ininere of Peter Tudebode: An Analysis of the Textual Relationship between Primary Sources of the First Crusade, The Crusades and their Sources, cité supra n. 8, p. 39-69.

20 Bonne mise au point de la valeur respective des sources dans S. B. Edgington, The First Crusade : Reviewing the Evidence, The First Crusade, p. 55-77 ; Voir aussi Flori, Pierre l’ermite, cité supra n. 11, p. 31-66.

21 Wolf, Crusade and Narrative, cité supra n. 13. p. 207 s.

22 N. Ritchie, Bohemund, Prince of Antioch ; the Career of a Norman Crusader in Italy, in Syria and in the Wars with the Byzantine Emperor, History Today 28, 1978, p. 293-303 ; R. B. Yewdale, Bohémond I, Prince of Antioch, New York 1980 ; G. Rösch, Der « Kreuzzug » Bohemunds gegen Dyrrachion 1107-8, in der lateinischen Tradition des 12. Jahrhunderts, Römische Historische Mitteilungen 26, 1984, p. 181-190.

23 Gesta,p. 18, 26, 28, 36, 46, 48, 60, 66, 68, 74, 76, 82, 84, 106, 136, 144, 152, 158.

24 Ibid.,p. 18.

25 Ibid., p. 27 : sur les relations familiales entre Bohémond et Tancrède, voir la mise au point de L. Russo, Tancredi e i Bizantini. Sui Gesta Tancredi in expeditione Hierosolymitana di Rodolfo di Caen, Medio Evo Greco 2, 2002, p. 193-230, p. 200, n. 29.

26 Gesta, p. 33.

27 Ibid., p. 25.

28 Ibid., p. 45.

29 ...quia hoc bellum non est carnale, sed spirituale, ibid., p. 84.

30 Ibid., p. 48, 58.

31 Ibid., p. 48, 72, 74.

32 Ibid., p. 48, 166.

33 Ibid., p. 140, 144. Sur Étienne de Blois. sa fuite et sa réhabilitation, voir J. A. Brundage, An Errant Crusader : Stephen of Blois, Traditio 16, 1960, p. 380-395 ; P. Rousset, Étienne de Blois, fuyard, croisé, martyr, Geneva 9, 1963, p. 163-195.

34 Gesta. p. 31. Voir aussi J. Shepard, When Greek meets Greeks: Alexius Comnenus and Bohemond in 1097-98, BMGS 12, 1988, p. 185-277.

35 Gesta, p. 169, 171. 179 ; sur les accords passés entre Alexis et Raymond de Saint-Gilles, voir J. H. et L. L. Hill, The Convention of Alexius Comnenus and Raymond of St-Gilles, American Historical Review 53, 1947-1948, p. 235-250.

36 Gesta, p. 79,81.

37 Sur l’importance de cet épisode et sa perception controversée par les croisés, voir Flori, Pierre l’ermite, p. 316-317.

38 Raymond, p. 38, 51, 66, 84.

39 Ibid., p. 60, 105, 122, 146.

40 Ibid., p. 93-94.

41 Ibid., p. 37 (fortitudine et Consilio) ; p. 63 (pater et conservator exercitus).

42 Ibid., p. 61-62, 124, 131, 153, 155.

43 Je dois le relevé de ces notations à Russo, Tancredi, cité supra n. 25, p. 193-230, en particulier p. 199, n. 27.

44 J.-Ch. Payen, Une légende épique en formation : les gesta Tancredi de Raoul de Caen, Mélanges René Louis, Saint-Père sous Vézelay 1982, 2, p. 1051-1061 ; R. Manselli, Raoul di Caen storico di Tancredi, Rendiconti dell’Accademia Nazionale dei Lincei, Classe di Scienze morali storiche e frfo-logìche 10, 1955,p. 1-22 ( = Italia e Italiani alla prima crociata, Rome 1983,p. 137-161) ; Rösch, Der « Kreuzzug » Bohemunds gegen Dyrrachion 1107-8, cité supra n.22, p. 181-190 ; A. Carile, Le relazioni tra l’Oriente bizantino e l’Occidente cristiano, Il Concìlio di Piacenza e le crociate. Piacenza 1996, p. 19-37.

45 Russo, Tancredi, p. 193-230.

46 Sur ces faits et leur interprétation par les chroniqueurs, voir J. Flori, Faut-il réhabiliter Pierre l’Ermite ?, Cahiers de Civilisation Médiévale 38,1995, p. 35-54 ; C. Morris, Peter the Hermit and the Chroniclers, The First Crusade, p. 21-34 ; Flori, Pierre l’ermite, p. 283-313.

47 Albert, I, 15, p. 283.

48 Ibid., 19, p. 286.

49 Ibid., 18, p. 285.

50 Ibid., 16, p. 284.

51 Anne Comnène, Alexiade, X, 6 : 6, éd. et trad. B. Leib, Paris 19672, 2, p. 212. Sur les rapports d’Anne Comnène avec les croisades, voir J. France, Anna Comnena, the Alexiad and the First Crusade, Reading Medieval Studies 10, 1984, p. 20-38 ; R. D. Thomas, Anna Comnena’s Account of the First Crusade, BMGS 15, 1991, p. 293 s. ; P. Frankopan, Perception and Projection of Prejudice: Anna Comnena, the Alexiad and the First Crusade, Gendering the Crusades, éd. S. B. Edgington, S. Lambert, Cardiff 2001, p. 59-76.

52 Gesta, p. 6.

53 Baudri de Bourgueil, Historia Hierosolymitana, I, 9, RHC Occ, IV, p. 18 ; Orderic Vital, Histoire Ecclésiastique, IX, 4, éd. et trad. M. Chibnall, The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, Oxford 1965-1978, t. 5, p. 28, se contente de le recopier. Robert le Moine, Hierosolymitana expeditio, I, 6. RHC Occ, DJ, p. 732, Guibert, II, 9, p. 123.

54 Raymond, p. 44-45.

55 Contrairement à ce qu’affirme l’éditeur des Gesta, p. 7, n. 6.

56 Alexiade, cité supra n. 51, X, 9 : 3, p. 220.

57 Albert, II, 12, p. 308.

58 Baudri, I, 9, p. 18 et I, 10, p. 20.

59 Albert, I, 15, p. 283.

60 Alexiade, X, 5 : 7, p. 209 ; X, 6 : 6-7, p. 212 ; X, 8 : 9, p. 220.

61 Guibert, II, 8, p. 121.

62 Pierre Tudebode, Historia de Hierosolymitano itinere, éd. J. H. et L. L. Hill, Paris 1977, p. 122.

63 Raymond, p. 110.

64 Gesta, p. 211.

65 Voir sur ce point Flori, Pierre l’ermite, p. 415-423.

66 Ibid., p. 459-492.

67 Raoul, c. 152, p. 713 ; Orderic Vital, cité supra n. 53, XI, c. 12, p. 68 ; sur l’histoire de la principauté d’Antioche depuis sa prise par Bohémond, voir T. S. Asbridge, The Creation of the Principality of Antioche, 1098-1130, Woodbridge 2000.

68 Suger, Vita Ludovici Grossi regis, éd. et trad. H. Waquet, Paris 1964, p. 45-47.

69 Ibid., p. 48-49.

70 Albert, VIII, p. 6.

71 Suger, Vita Ludovici, cité supra n. 68, VIII, p. 40-41. Ce mariage fut annulé en 1107.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540