Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

La Chronique Ragusaine de Junije Rastić et la politique de Venise dans la mémoire collective de Dubrovnik

Nenad Fejic

Texte intégral

  • 1 Définir les champs des rapports entre Venise et Dubrovnik au Moyen Âge nous paraît déjà une tâche (...)
  • 2 Cette liste d’ouvrages est loin d’être exhaustive et ne concerne, d’une manière générale, que les (...)
  • 3 Le nom slave de la ville « Dubrovnik » apparut pour la première fois vers la fin du xiie siècle. C (...)

1Pendant tout le Moyen Âge, et en particulier pendant ses trois derniers siècles, Venise et Dubrovnik (Raguse) entretenaient des rapports politiques, économiques et culturels1. Bien que les témoignages sur ces rapports soient nombreux et dans leur grande majorité connus, publiés et pris en compte dans les travaux des historiens2, il serait intéressant de voir comment ils étaient vécus, au-delà de leurs incidences quotidiennes, et quelles étaient les composantes principales de la politique vénitienne dans la mémoire collective des Ragusains3.

2Située au carrefour des routes maritimes et terrestres, au bout d’un chapelet d’îles protégeant la côte orientale de l’Adriatique, escale incontournable dans la navigation internationale et les échanges commerciaux entre le monde méditerranéen et l’arrière-pays balkanique, Dubrovnik s’est hissée au fil des âges au rang d’une puissance économique : à ce titre, la commune entretenait des relations suivies avec les principales puissances maritimes et terrestres de la région. Au cours de son histoire médiévale, Dubrovnik reconnut plusieurs autorités souveraines : celle de l’empereur byzantin, jusqu’à la fin du xie siècle, puis pendant une brève période celle des Normands d’Italie du Sud (1081-1085), à l’époque de l’offensive de Robert Guiscard contre Byzance. Pendant le xiie siècle, Dubrovnik revint sous l’autorité byzantine, sauf pendant les années de l’offensive normande contre Byzance sous Andronic Ier Comnène (1183-1185). La ville rentra dans le giron byzantin sous la Paris. Publications de la Sorbonne. 2004 (Byzantina Sorbonensia 20) dynastie des Anges, jusqu’à la quatrième croisade, lorsqu’elle reconnut, en 1205, l’autorité suprême de la République de Venise. Elle rejeta définitivement cette souveraineté, après 1358, pour reconnaître celle du Royaume de Hongrie, qu’elle respecta jusqu’en 1526, année de l’effondrement du royaume, sous les coups des envahisseurs ottomans.

  • 4 Cette particularité a attiré l’attention des historiens. Voir par exemple B. Krekić : « Les relati (...)

3Les relations avec Venise, bien davantage que celles avec toute autre puissance, s’inscrivent dans la durée et créent une mémoire collective. La faculté des Vénitiens de s’installer durablement dans l’horizon historique de Dubrovnik les différencie des autres puissances qui y exercèrent leur pouvoir souverain et constitue une véritable tendance dans les rapports vénéto-ragusains4.

  • 5 Rares, et d’autant plus précieux pour les historiens, étaient les cas où des bribes de mémoire col (...)

4Cependant, la vision de Venise à Dubrovnik, qui semble aujourd’hui consensuelle et qui se justifie tout naturellement aux yeux de l’historien, est plus subtile, plus insaisissable à la lecture des seuls documents de provenance ragusaine ; elle l’est davantage encore si, à la recherche de cette image, on limite les investigations dans un seul des grands champs de recherches évoqués. Prenons l’exemple du politique : les registres des décisions des conseils ragusains, Grand Conseil, Sénat, Petit Conseil, constituent une série presque ininterrompue de procès-verbaux de délibérations des corps gouvernementaux, faisant état bien davantage des mesures concrètes à prendre que des rudes discussions, dilemmes et déchirements au sein du patriciat ragusain, qui précédaient généralement les prises de décisions. Rares étaient les occasions où, lors des situations délicates dans les rapports vénéto-ragusains, apparaissait clairement ce subtil amalgame de sagesse et de mémoire qui sous-tendait les décisions des sénateurs ragusains. Des inventaires clairs et des instructions précises, adressées à leurs représentants auprès des souverains étrangers, étaient les instruments mis en œuvre et les relations avec Venise ne dérogeaient pas à cette règle générale de la politique ragusaine : les sentiments et les rancunes, dans la conduite des affaires de l’État, participaient du domaine du non-dit5. S’agissant de la politique vénitienne à leur égard, la mémoire collective des Ragusains s’est constituée au fil des siècles de lectures et de relectures utiles des documents d’archives, et lorsque à son tour la mémoire sous-tendait la politique quotidienne, les décisions qui en découlaient, quelle que fût leur gravité, étaient empreintes de discrétion et de sobriété.

5Si l'incidence de la mémoire sur l’exercice de la politique quotidienne est à peine perceptible dans les registres gouvernementaux, il en va tout autrement dans les chroniques ragusaines, où la mémoire constitue certainement le ressort essentiel de la politique pratiquée à l’égard de la Sérénissime. Les chroniques ragusaines, à la différence des délibérations des conseils, mentionnaient les raisons qui avaient amené les sénateurs à prendre telle ou telle décision et, qualité plus remarquable encore, évoquaient, parfois indépendamment du contexte local, ce que leurs auteurs considéraient comme des traits permanents de la politique vénitienne dans l’espace adriatique.

  • 6 L’historien croate du xixe siècle Natko (Speratus) Nodilo a publié en 1893 une édition critique de (...)
  • 7 « E, siccome per li primi secoli mi serviro della testimonianza di più autori forastieri (sic) col (...)
  • 8 Parmi ceux-ci, à titre d’exemple, citons l’ouvrage historique du moine bénédictin ragusain Mauro O (...)

6Parmi les chroniques de Dubrovnik, consacrées à la période médiévale de son histoire, la Chronique Ragusaine de Junije Rastić nous paraît à cet égard particulièrement riche de renseignements. Iunius Restii de son nom latin, Giugno Resti en italien, et Dzono – Junije Rastić en slave, était un patricien ragusain. Né en 1669 et mort en 1735 à Dubrovnik, il a rédigé une chronique des origines de la ville jusqu’à l’année 14516. En tant que sénateur ragusain, Junije Rastić avait accès aux documents officiels de Dubrovnik qu’il a, selon ses propres mots, largement mis à contribution au cours de la préparation de sa chronique7. Certes, on ne peut négliger le fait que Rastić n’était pas contemporain des événements qu’il relatait dans sa chronique. Son œuvre constitue une synthèse de commentaires et de chroniques d’anciens auteurs ragusains du xvie et du début du xviie siècle, relus et repensés par un érudit de l’âge classique. Le fait même que Rastić ait volontairement privilégié la chronique, une forme élémentaire du discours historique, alors que celle-ci était déjà anachronique et délaissée dans son propre milieu, au profit d’autres discours, plus ambitieux8, a eu cependant un effet bénéfique, celui de préserver et de transmettre des éléments de la mémoire collective qui sous-tendaient les décisions prises par les sénateurs de Dubrovnik, face à Venise, pendant la période médiévale.

  • 9 Chronica Ragusina Junii Reslii, p. 37.

7En évoquant les conditions géographiques et historiques, Rastić n’hésite pas à comparer les deux futures rivales, les traitant presque d’égales : Venise, comme Dubrovnik et le reste de la Dalmatie, dépendaient plus ou moins au début de leur parcours de l’empire d’Orient, en fonction de la puissance réelle qu’imposait ce dernier au sein du bassin adriatique. Plus tard, l’Empire étant entré en décadence, ses anciens sujets secouèrent le joug impérial. Cependant, estime Rastić, « Les Ragusains, établis en terre ferme, entourés et sans cesse attaqués par de formidables et barbares puissances ennemies, furent contraints de cacher, par un comportement approprié, leurs propres ambitions, et bien qu’ils eussent les moyens d’avancer en mer, ils ne purent s’en prévaloir, comme les Vénitiens qui, situés dans ces lagunes et ne craignant aucune attaque des puissances barbares venant de terre ferme, s’acheminaient avec leurs forces navales au Levant, en n’exposant au hasard que leurs navires : si l’entreprise réussissait, ils agrandissaient leur État, en occupant une ou deux îles, et s’ils étaient mis en fuite, ils se retiraient dans leur propre lagune, sans pouvoir être poursuivis par qui que ce soit. Les deux républiques, Venise et Dubrovnik, restèrent longtemps dans ce système, jusqu’au moment où les Ragusains, suite au partage de la Slavonie en petits États, eurent la possibilité d’accomplir des progrès. Mais, à peine les eurent-ils entamés, qu’ils durent les interrompre pour veiller au maintien de leur propre liberté et de leurs approvisionnements, à cause de l’irruption des Ottomans dans les provinces voisines. Et les Vénitiens, agrandis de leurs possessions au Levant, profitèrent du fait que la Lombardie, qu’ils avaient sur leurs épaules, fut partagée en petits États gouvernés par des tyrans désunis. Ce dont la République se prévalut et, en les soumettant les uns après les autres, elle finit par ambitionner l’empire de toute l’Italie9. »

8La situation lagunaire, ajoutée à la déliquescence de la puissance tutélaire, Byzance, explique donc aux yeux de Rastić la fortune maritime de Venise et la fragilité ultérieure de Dubrovnik, qui aiguisera les appétits de sa puissante rivale. Rien donc, selon notre chroniqueur, ne légitime, de la part des Vénitiens, la politique d’expansion et d’agression pratiquée ultérieurement à l’égard des Ragusains, si ce n’est une volonté de puissance et de conquête, fondée uniquement sur cet avantage géopolitique. Pendant toute la période couverte par la chronique de Rastić, Venise tente de se prévaloir de cet avantage et il n’est pas étonnant que le chroniqueur n’éprouve plus le besoin d’expliciter certaines mesures de Venise face à Dubrovnik, qu’elles soient prises en période de paix et d’alliance ou d’hostilité et de méfiance. La « paix vénitienne » étouffe les Ragusains, comme la guerre menée contre eux par la Sérénissime les angoisse. D’où finalement, à la lecture de la chronique de Rastić, l’impression qu’entre Venise et Dubrovnik tout se joue sur le plan du rapport de force établi très tôt entre les deux villes et que les rapports institutionnels, politiques et diplomatiques ne peuvent rien ajouter ou retrancher à cet état de fait.

9En temps de paix, et aussi longtemps que son autorité sur Dubrovnik n’était pas vraiment contestée par le patriciat local, Venise pratiquait, selon Junije Rastić, une politique d’insensibilité ou d’indifférence aux problèmes de sa concurrente. Conformément aux considérations déjà énoncées par Rastić, Les Ragusains subissaient cette politique d’autant plus mal qu’ils étaient entourés dans l’arrière-pays par des puissances hostiles qui les empêchaient de développer une activité maritime d’envergure. Les grands thèmes des rapports vénéto-ragusains sont, dans la chronique de Junije Rastić, les suivants : le représentant du pouvoir vénitien et ses compétences à Dubrovnik, les traités entre Venise et Dubrovnik et leur interprétation, la protection des intérêts ragusains auprès des rois de Serbie, les relations enfin entre Venise et Dubrovnik en temps de guerre.

LE REPRÉSENTANT DU POUVOIR VÉNITIEN ET SES COMPÉTENCES À DUBROVNIK

  • 10 Ibid., p. 72-74.
  • 11 La prise de Constantinople par les chevaliers de la quatrième croisade est certes mentionnée, mais (...)
  • 12 Junije Rastić raconte en détail comment Benessa attira son beau-père sur un navire vénitien qui mo (...)
  • 13 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 74 ; voir à ce sujet B. Krekić, Alcune note sulla famiglia Quer (...)
  • 14 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 74.

10Le récit inclus dans la chronique de Junije Rastić qui pouvait, plus que tout autre, accréditer et entretenir dans la conscience collective des Ragusains l’idée de l’ancienne liberté de Dubrovnik, est celui consacré aux circonstances de l’arrivée du premier comte vénitien en 120410. Il est présenté ici, considérablement résumé : rien, selon notre chroniqueur, ne prédisposait les Vénitiens à imposer leur patricien à la tête du gouvernement ragusain, si ce n’était la ferme volonté des Ragusains eux-même d’en découdre avec un comte issu de leurs propres rangs, Damjan Juda (Damiano Juda)11. En effet ce dernier, d’origine ragusaine, s’était rendu coupable d’abus de pouvoir ; ayant exercé la magistrature suprême pendant deux ans au lieu de six mois, il refusait de réunir le conseil qui devait élire son successeur et envisageait même de rendre sa fonction héréditaire. En véritable tyran, poursuit notre chroniqueur, il s’était entouré de gardes fidèles qui répandaient la terreur parmi le peuple et les sénateurs, allant jusqu’à exiler tous ceux qui pouvaient lui faire de l’ombre ; ne pouvant plus supporter la tyrannie, le propre gendre de Damjan Juda. Pierre Benessa (Pietro Benessa) exhorta les sénateurs à se débarrasser de son beau-père. Après avoir envisagé les solutions pour se débarrasser du tyran, les sénateurs conclurent qu’ils ne pouvaient le faire par leurs propres moyens, en l’attaquant ouvertement, et ils décidèrent d’avoir recours aux forces extérieures. Considérant les seigneurs de Serbie et de Bosnie comme infidèles et schismatiques, ils envisagèrent de solliciter l’appui des « Grecs », mais de ce côté-ci non plus ils ne pouvaient s’attendre à aucun soutien. Finalement Benessa proposa d’avoir recours aux Vénitiens et de solliciter leur bienveillance, en prenant un des leurs pour comte, mais de telle manière que rien ne vienne compromettre la liberté de la république ragusaine. Des Vénitiens on pouvait espérer un appui public et privé : public, car les méthodes de gouvernement étaient les mêmes dans les deux villes, et privé car, par le biais des marchands vénitiens, les marchandises étaient transportées en Serbie et au Levant. La proposition de Benessa se heurta à de fortes résistances, car certains estimaient qu’il valait mieux tolérer l’un des leurs, en attendant l’occasion de s’en débarrasser, que de se soumettre volontairement à un Vénitien qui, au cas où ses concitoyens décidaient d’attaquer Dubrovnik, plutôt que de défendre la ville, aiderait ceux-ci à la conquérir. Benessa écarta cet argument en exagérant la bonne foi des Vénitiens et en soulignant que le fait d’avoir à sa tête un comte vénitien ne limiterait en rien la liberté de la République, car nombreuses étaient les villes en Italie, Florence et Pise parmi d’autres, dans lesquelles les étrangers étaient amenés à présider les gouvernements, sans aucune atteinte à la liberté, et sans que la patrie du comte en tirât quelque droit, ou qu’elle pût se permettre de lui donner ne serait-ce que des conseils à suivre. Les sénateurs, entraînés par ces arguments de Benessa, finirent par accepter son avis, tellement ils étaient aveuglés par la volonté de s’affranchir du tyran. Sous un faux prétexte, Benessa se rendit à Venise, se présenta comme un délégué consensuel de tous les Ragusains, et implora l’aide des Vénitiens, en promettant que la République de Dubrovnik, une fois libérée du tyran, unirait son gouvernement à celui des Vénitiens et recevrait pour comte l’un de leurs patriciens. Les Vénitiens, qui surent trouver leur intérêt dans cette affaire, acceptèrent la proposition. Finalement le tyran Damjan Juda fut attiré dans un guet-apens par les Vénitiens et ses adversaires ragusains, et la ville fut libérée12. Les Vénitiens nommèrent alors Laurent Querini à la dignité de comte à Dubrovnik13. Le chroniqueur achève son récit sur la chute du tyran, en se demandant si ses concitoyens avaient bien agi en faisant appel à Venise, au lieu de se libérer par leurs propres forces afin de pouvoir attribuer les dignités par voie d’élection, conformément aux anciennes lois. D’ailleurs, conclut Junije Rastić, une loi spéciale fut promulguée, selon laquelle les comtes devaient, à partir de ce jour, jurer en réunion publique de réunir le conseil et de respecter les anciens usages de la République. Le comte devait être seulement le chef de la République, sans exercer d’autres juridictions sur les citoyens de Dubrovnik. La République devait être gouvernée par ses patriciens et les sentences prononcées conformément à ses propres lois14.

  • 15 Pour les modalités précises de ce gouvernement, voir infra les traités vénéto-ragusains de 1232 et (...)

11L’épisode de la nomination et de l’arrivée du premier comte vénitien à Dubrovnik en 1205 est tout à fait significatif de la manière dont notre chroniqueur étudie les rapports vénéto-ragusains dans la suite de sa chronique. Grand amateur d’archives locales et d’anciens chroniqueurs italiens et ragusains, Rastić, par un procédé d’extrapolation, mesure l’indépendance de sa commune à l’aune des retournements et des rebondissements qu’entraîne le choix ou le licenciement du comte vénitien, tandis que les termes des traités vénéto-ragusains de 1232 et 1236, dont le statut du comte vénitien ne constitue qu’un volet et qui viennent aplanir et calmer les conflits provoqués par les abus de ces comtes et le rejet de ceux-ci par le milieu local ragusain, sont traités par Rastié en second lieu. Cette image des Vénitiens, sollicités par les Ragusains pour renverser la tyrannie de Damjan Juda, apporter la liberté et conforter à Dubrovnik leur propre modèle de gouvernement patricien, puis abusant de la confiance qui leur était accordée pour favoriser par le biais de leur comte leurs intérêts directs, est constamment véhiculée par notre chroniqueur et couvre toute la période de la domination vénitienne à Dubrovnik de 1205 à 1358. Le fait que les formes institutionnelles de gouvernement, établies par les Ragusains avec l’aide des Vénitiens après la chute de Damjan Juda, correspondaient parfaitement au système vénitien, pesait peu, du moment que ces formes n’étaient pas strictement appliquées par le comte vénitien15.

  • 16 Le troisième comte, selon l’historien Vinko Foretić, le deuxième étant un certain Lelovello ; voir (...)
  • 17 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 79. Le comte fut renvoyé sous le prétexte que la présence d’un (...)

12Le deuxième comte vénitien, après Laurent Querini16, fut Jean Dandolo (Giovanni Dandolo) et, selon la chronique de Rastić, en 1230 sa présence fut jugée par les Ragusains trop encombrante, soit « parce qu’il entrait dans la seizième année de l’exercice de son mandat » (le gouvernement de Damjan Juda était perçu comme abusif après seulement deux années de mandat), soit « parce que les comtes vénitiens ne leur avaient pas donné la satisfaction, qu’ils espéraient obtenir au début »17. Jean Dandolo fut donc remercié et, « avec toutes sortes d’égards », renvoyé à Venise.

LES TRAITÉS ENTRE VENISE ET DUBROVNIK ET LEUR INTERPRÉTATION

  • 18 Curieusement, Rastić n’évoque pas dans sa chronique le traité de 1252.
  • 19 Les traités ont été publiés pour la première fois par S. Ljubić, Listine o odnošajih izmedju Južno (...)
  • 20 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 80.

13La présence des comtes vénitiens ne suffisant pas à assurer un bon gouvernement à Dubrovnik, et la discorde entre les patriciens empêchant l’élection d’un comte ragusain, il fallait, selon Junije Rastić, établir un traité précis avec la Sérénissime. Ce fut chose faite en 1232. Le traité fut renouvelé en 1236 et en 125218. Contrairement à l’épisode de la destitution de Damjan Juda en 1204, pour lequel la chronique ragusaine est notre unique source, les textes des trois traités vénéto-ragusains ont été conservés19. Rastić reprend fidèlement les termes des traités vénéto-ragusains de 1232 et 1236. Cependant, pour l’évaluation des conditions politiques qui présidèrent à l’élaboration du premier traité de 1232 et de celui de 1236, la chronique est notre unique source. Les Vénitiens, fidèles à eux-mêmes selon Rastić, adoptent une attitude ambiguë : « Les Vénitiens, bien qu’ils aient fait semblant d’apprécier modérément le fait de devoir envoyer à Dubrovnik leur comte et de garder en leur dépendance cette République, ne purent cependant cacher qu’ils le désiraient ardemment, et ils souhaitèrent faire le plus de progrès possible dans ce sens et soumettre les Ragusains à de nombreux désagréments et surtout à celui de ne plus jamais faire des profits dans [leur] État, ni d’améliorer leur propre sort, en leur imposant les termes les plus stricts, comme cela devait s’avérer dès que les traités furent publiés20. »

  • 21 Les restrictions sont nombreuses et concernent notamment la limitation de la fréquentation du port (...)
  • 22 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 81.

14Le traité de 1232 évoque principalement les obligations contractées par les Ragusains et il est extrêmement restrictif à l’égard de ces derniers21. Junije Rastić estime néanmoins que les termes du traité constituent un succès dans la poursuite du combat pour le maintien de l’indépendance de Dubrovnik. « Pour le reste, les Vénitiens imposèrent des conditions et des engagements qui leur convenaient, tout en préservant les libertés et les lois de Dubrovnik22. »

  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid.

15Ses critiques s’adressent non pas aux termes particuliers du traité, comme on aurait pu s’y attendre, mais plutôt au fait que ce traité, plus encore que l’accommodement de 1204, arrange et favorise les Vénitiens : « La République de Dubrovnik devait recevoir à titre de comte, le noble vénitien qui lui serait envoyé par le doge et la majorité de son conseil23. » « La République de Dubrovnik devait envoyer tous les ans douze otages, six par semestre, issus de différentes familles nobles, qui devaient s’installer à Venise24. »

  • 25 Ibid., p. 82.

16Cependant, Junije Rastić adresse les plus graves réserves à la façon dont les Vénitiens ont géré la période consécutive à la rédaction du traité : ils imposèrent à nouveau aux Ragusains Jean Dandolo comme comte, bien que ceux-ci l’aient remercié deux ans plus tôt, et lorsque Dandolo quitta ses fonctions deux ans plus tard (1234), ils ne lui désignèrent pas un successeur, en attendant que les Ragusains le leur demandent, pour imposer à ceux-ci de nouvelles obligations et les réduire peu à peu à l’état de véritables vassaux. Ceci devait constituer l’ultime avantage obtenu par les Vénitiens et l’ultime effet des dissensions au sein du patriciat ragusain, constate Junije Rastić en terminant son récit sur le traité vénéto-ragusain de 123225.

  • 26 Ibid., p. 83.
  • 27 Ibid., p. 84. Junije Rastić évoque encore un traité de paix entre Venise et Dubrovnik, qui aurait (...)

17L’opinion de Rastić est tout aussi favorable sur le traité de 1236, mais elle est toujours réservée sur l’attitude générale des Vénitiens. Ceux-ci voulaient mettre à profit les dissensions des Ragusains pour demander de nouvelles concessions, en contrepartie de l’envoi d’un nouveau comte à Dubrovnik26 : « Bodazza [l’ambassadeur ragusain] leur ayant fait comprendre que le traité [de 1232] serait rompu, plutôt que d’accepter de nouveaux engagements, les Vénitiens penchèrent pour des projets plus accommodants et, finalement, la fermeté de Bodazza fit qu’ils consentirent aux engagements du précédent traité27. »

18Les rapports vénéto-ragusains, dans l’optique de notre chroniqueur, ne présentent plus, après les épisodes de l’éviction de Damjan Juda et des traités de 1232 et 1236, ce caractère tourmenté des premières années. Le récit de Junije Rastić semble accréditer l’existence d’un équilibre instable, au sein duquel les Vénitiens se contenteraient de prêter un comte aux pouvoirs limités à Dubrovnik, en attendant une meilleure occasion de restreindre les libertés ragusaines, obtenues par les traités, alors que les Ragusains, perçant les véritables intentions vénitiennes, s’accommoderaient provisoirement de la présence du comte étranger au sein de leur commune, en attendant la première occasion pour s’en débarrasser. Cette occasion ne se présentera qu’en 1358, lorsque Venise sera en position de faiblesse, suite à la guerre avec Gênes et le Royaume de Hongrie. Cependant, notre chroniqueur ne présente pas cette période de plus d’un siècle comme une période d’apaisement entre les deux communes, mais plutôt comme une période de tensions latentes et de frictions, au cours de laquelle les méfiances s’accumulèrent de part et d’autre. En évoquant le dossier des relations vénéto-ragusaines en cette période, Junije Rastić conforte la thèse de la mauvaise foi vénitienne.

LA PROTECTION DES INTÉRÊTS RAGUSAINS EN SERBIE

  • 28 Voir pour la production minière en Serbie et en Bosnie : D. Kovačević, Dans la Serbie et la Bosnie (...)

19Au cours de la seconde moitié du xiiie et au xive siècle, l’activité des mines d’argent en Serbie attire de plus en plus de marchands ragusains dans l’arrière-pays balkanique28. Lorsque ces marchands, pour diverses raisons, deviennent victimes des abus des pouvoirs locaux, le gouvernement ragusain, en vertu des rapports institutionnels qui le lient à Venise, demande à la Sérénissime d’intervenir auprès du roi de Serbie, pour lever toutes les entraves au commerce ragusain dans ce pays. Notre chroniqueur évoque à plusieurs reprises les difficultés des marchands ragusains en Serbie et, du moins pour celles survenues au xive siècle, ses dires peuvent être confrontés aux documents des archives vénitiennes et ragusaines.

  • 29 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 90.
  • 30 Ibid, p. 96-97.

20La première fois, selon la chronique de Junije Rastić, les Vénitiens furent sollicités en 1252, lorsque les Ragusains voulurent construire un nouveau mur pour étendre la superficie de leur ville. Ceux-ci envoyèrent un ambassadeur à Venise, pour que le nouveau comte vénitien, qui devait alors rejoindre son poste à Dubrovnik, intervienne auprès du roi de Serbie. Mais, à son arrivée à Dubrovnik le comte, « soit qu’il fût pris de peur à l’idée de devoir se rendre à une cour semi-barbare, soit qu’il n’eût, comme tous les comtes vénitiens, d’autre autorité que celle purement honorifique qui lui procurait un bon salaire, seul motif de sa venue à Dubrovnik, s’excusa et prétexta une maladie pour ne pas aller [en Serbie]29. » En 1268, exposée à de nouvelles exactions de la part du roi de Serbie, et aidée uniquement en paroles par les Vénitiens, « vaine protection pour ceux qui sont attaqués », Dubrovnik refusa, selon Junije Rastić, la proposition serbe de licencier le comte vénitien et d’accepter un ministre du roi à la tête de la République, en se mettant sous sa protection. « En effet, la raison d’Etat poussait les Ragusains à repousser cette proposition et à tolérer, pour se protéger de ce roi injuste et inique, les comtes vénitiens et à affecter qu’ils se trouvaient sous la protection de la puissante République de Venise, bien qu’ils aient éprouvé en réalité le sentiment que cette protection avait été plus apparente que réelle30. »

  • 31 Krekić, Zasto je vodjen i kada, cité supra n. 28.
  • 32 Cette série de conflits, qui culmina en une véritable guerre serbo-ragusaine de 1327-1328, a été é (...)
  • 33 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 117.
  • 34 Ibid.
  • 35 Bariša Krekič a remarqué que cette affirmation lui semblait exagérée, d’autant plus que les marcha (...)
  • 36 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 119. En 1328-1329, à l’occasion des premiers sondages des Ragus (...)

21Le comportement des Vénitiens, lors des conflits entre Dubrovnik et la Serbie au début du xive siècle, est présenté comme particulièrement ambigu dans la chronique de Junije Rastic. Notre chroniqueur n’évoque pas la guerre de 1301-1302, lorsque les Vénitiens intervinrent par les moyens d’abord diplomatiques, en envoyant deux émissaires à Dubrovnik et auprès du roi de Serbie Stéphane Milutin, puis militaires en envoyant une escadre pour aider la ville menacée : cum homines Ragusii molestentur a rege Orosio [le roi Stéphane Milutin] multum31. Lorsqu’il évoque une nouvelle série de conflits entre Dubrovnik et la Serbie, qui débuta en 1324 et s’acheva en 1328, notre chroniqueur est encore plus réservé à l’égard des Vénitiens32. Selon Junije Rastić, suite aux nombreuses attaques du roi Stéphane Decanski, les Ragusains envoyèrent à Venise deux émissaires qui devaient inciter la Sérénissime à se montrer plus stricte à l’égard du roi et à retirer ses hommes d’affaires de son État, « afin qu’en Serbie on ressente le manque de marchandises, que les Vénitiens avaient l’habitude de véhiculer dans ce pays33 ». En demandant le retrait des marchands vénitiens de Serbie, les Ragusains avaient en vue deux objectifs : montrer au roi « l’union sincère des deux républiques, mais aussi faire en sorte que les marchands vénitiens ne s’emparent pas totalement du marché de Serbie en l’absence des Ragusains, estimant que les Vénitiens, disposant seuls de ce commerce, auraient fomenté des dissensions entre le roi et Dubrovnik. Mais, si les Ragusains prétendaient voir si loin, les Vénitiens prouvèrent qu’ils n’avaient pas la vue plus courte, car ils proposèrent mille façons de calmer le roi, et ils n’acceptèrent jamais de retirer leurs marchands de ses terres, pour ne pas priver les citoyens de Venise d’un débouché pour leurs produits manufacturés comme ils l’affirmaient, mais en réalité pour que leurs marchands puissent prévaloir davantage en l’absence des Ragusains34. » En lisant cet extrait, on ne peut s’empêcher de penser que notre chroniqueur s’est livré à un véritable exercice de machiavélisme : un conflit bien réel entre le roi de Serbie et les Ragusains, fournirait ainsi l’occasion aux deux Républiques rivales de s’affaiblir mutuellement, sous prétexte d’affaiblir l’adversaire commun. Les Vénitiens, tout en prétendant protéger les Ragusains, auraient poussé en sous-main le roi de Serbie à les chasser des marchés de son pays, alors que les Ragusains, tout en sollicitant la protection vénitienne, auraient cherché à les évincer d’une zone d’activités du commerce ragusain, faisant ainsi d’une pierre deux coups et affaiblissant en même temps leur adversaire déclaré, le roi de Serbie, et leur fausse alliée, Venise35. Après avoir accusé Venise d’avoir refusé de porter la moindre atteinte à ses propres intérêts pour défendre ceux de Dubrovnik, Junije Rastić lui reproche d’avoir toujours exigé des Ragusains de soutenir ces intérêts vénitiens par tous les moyens : « Celle-ci [la commune ragu-saine] s’aliénait des princes puissants et perdait les marchés, avec de graves pertes pour elle-même et pour ses sujets : voilà pourquoi elle avait commencé à regarder autour d’elle, pour se procurer un meilleur soutien, en se jetant dans les bras d’un prince puissant36. »

22Les sources documentaires étudiées ne donnent pas raison à l’accusation implicite que porte Junije Rastić contre les Vénitiens, lors des conflits les plus violents avec le roi de Serbie, de 1327-1328 : les décisions des conseils des deux villes montrent que leurs mesures étaient à plusieurs égards convergentes et qu’elles visaient le même objectif. S’inscrivant en faux contre ces sources documentaires, Junije Rastić ne conforte pas l’image d’un chroniqueur scrupuleux, mais il contribue à discréditer un peu plus l’image de Venise.

VENISE ET DUBROVNIK EN TEMPS DE GUERRE

  • 37 Cf. supra n. 9.
  • 38 En temps de paix, tout naturellement, les Ragusains étaient moins attentifs (diminution des effect (...)

23La politique de malveillance pratiquée par Venise à l’égard de son alliée découle presque naturellement de sa situation géopolitique37. En exagérant un peu, on pourrait presque dire que selon Rastić le souvenir de l’égalité des chances, dont jouissaient au début de leur histoire les deux sœurs ennemies, pousse Venise à vouloir en toutes circonstances, en temps de paix comme en temps de guerre, provoquer la perte de Dubrovnik. Selon Rastić, la politique que les Vénitiens ont tissé au cours des siècles à l’égard des Ragusains basculait facilement d’un état de fausse amitié et de condescendance vers un état de violence et de guerre ouverte : seuls la puissance de Dubrovnik et le jeu des pouvoirs et des alliances, qui transcendaient le cadre de leurs rapports bilatéraux, empêchaient les Vénitiens de mettre à tout moment à exécution leur plan de conquête de la commune rivale. En réponse à cette politique, les Ragusains ont très tôt développé une politique de prudence et de double langage sur le plan diplomatique et une politique de préparatifs permanents à la défense sur le plan militaire. D’ailleurs une lecture précise de la chronique de Rastić laisse voir que les Ragusains frôlaient de plus près le danger d’être envahis par les Vénitiens lorsque ceux-ci n’étaient pas en guerre contre Dubrovnik, que lors des hostilités affichées38.

  • 39 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 29. Il s’agit d’une tradition locale, qui n’est en aucun cas co (...)
  • 40 Ibid., p. 43.

24En 971 déjà, selon Rastić, alors qu’ils émergeaient à peine de la dépendance byzantine, les Vénitiens tentèrent une attaque contre les Ragusains : en faisant semblant d’envoyer une escadre en Orient, ils la dirigèrent en fait vers Dubrovnik, pour prendre la ville par surprise. Avertis de l’imminence de l’attaque vénitienne les Ragusains étaient prêts et lorsque, à l’aube, l’attaquant venu du large et de l’arrière-pays se jeta sur les défenses ragusaines, il fut refoulé et rejeté du haut des murailles, en subissant d’importantes pertes en effectifs et en navires39. En 1038, toujours selon notre chroniqueur, les Ragusains étaient au courant d’un plan des Vénitiens pour construire un fort sur le rocher de Lovrijenac, tout proche de la ville. Les Ragusains décidèrent alors de prendre les Vénitiens de vitesse et ils construisirent eux-mêmes ce fort, qui devait au cours des siècles suivants jouer un rôle important dans la défense de la ville40.

  • 41 Ibid., p.58.

25Junije Rastić évoque un nouvel échec vénitien, cette fois-ci subi par le doge Vitale Michiel en personne : en effet, selon un chroniqueur vénitien, ce doge aurait conquis Dubrovnik par assaut en 1171, puis donné l’ordre d’abattre les murs de la ville. Notre chroniqueur rejette cette hypothèse et se fonde sur d’autres chroniques, d’après lui plus dignes de foi, qui affirment au contraire que les Vénitiens furent, en cette circonstance, rejetés de la ville, en subissant d’importantes pertes humaines. « Ce récit me paraît plus digne de foi que ce que racontent les écrivains vénitiens, plus enclins à chanter la gloire de leur propre patrie qu’à dire la vérité », conclut Junije Rastic41.

  • 42 Au cours de la première guerre, qui opposa Venise à une coalition entre Gênes, la Hongrie et une n (...)
  • 43 La seconde moitié du xive siècle est (à l’exception de quelques lacunes) bien illustrée par les sé (...)

26Deux longues guerres, interrompues de trêves précaires, jalonnent l’histoire de Venise et de Dubrovnik au cours de la seconde moitié du xive siècle. La première se déroula, avec des interruptions, entre 1346 et 1358 et la seconde entre 1378 à 138142. Ces guerres eurent une importance particulière dans l’histoire de Dubrovnik : la première annonça la fin de la prépondérance vénitienne, par le départ symbolique du dernier comte de Venise (1358), la seconde vit Dubrovnik rejoindre le camp des adversaires de Venise, Gênes et le Royaume de Hongrie43. Nulle part, dans sa chronique, Rastić n’est à ce point préoccupé des rapports vénéto-ragusains, que lorsqu’il décrit les circonstances hautement symboliques de l’arrivée du premier comte vénitien en 1205 et de son départ en 1358. Cependant, qu’elle soit alliée ou adversaire de Venise, sa ville natale n’envisage la guerre que comme un moyen de desserrer l’étau, de mettre fin aux entraves imposées par la présence du comte vénitien et par l’application rigoureuse des traités vénéto-ragusains, limitant la liberté et l’essor de Dubrovnik. La politique ragusaine, pendant ces années d’alliance, d’abord vénitienne puis génoise et hongroise, est tissée, selon Junije rastić, de prudence et de demi-mesures, bien davantage que d’actions militaires : pendant la première guerre vénéto-hongroise et vénéto-génoise, Dubrovnik se méfie de son alliée davantage que de ses adversaires.

  • 44 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 130.
  • 45 Ibid., p. 133.

27L’idée de chercher un autre protecteur que Venise, évoquée déjà par Junije Rastié lors des conflits entre Dubrovnik et le roi de Serbie, au cours de la première moitié du xiiie siècle, réapparaît donc, à la faveur des difficultés qu’affronte la Sérénissime face à la Hongrie, à deux reprises au xive siècle. Mais, selon notre chroniqueur, la prudence s’imposait : « Les Ragusains souhaitaient remercier le comte vénitien d’une part et, pour ne pas être la proie de la jalousie de la puissante rivale, ils souhaitaient aussi voir tout le reste de la Dalmatie libéré de sa domination, grâce à l’appui et à la protection du royaume de Hongrie, dont la puissance et la réputation s’étaient accrues sous le règne de Louis le Grand ; mais ils craignaient en même temps que si les Vénitiens apprenaient non seulement de telles pratiques, mais aussi la simple mise au point de tels projets, ils fussent capables de soumettre Dubrovnik, avec les forces qu’ils avaient en Dalmatie, avant que les Hongrois ne puissent lui porter secours, ou faute de cela ils pourraient nuire au commerce ragusain à Venise44. » C’est avec cet aveu de méfiance à l’égard de Venise que Junije Rastić s’engage dans la description des décennies de guerres qui s’annoncent pour l’histoire de Dubrovnik. Désormais, et jusqu’à la fin de la prépondérance vénitienne, selon notre chroniqueur, les Ragusains tiendront le comte à l’écart des décisions politiques et militaires et mèneront une politique de double jeu à l’égard de leur alliée. Des mesures de soutien à Venise s’accompagneront de mesures en demi-teinte, laissant toujours la possibilité d’effectuer un renversement d’alliance au moment opportun. Ainsi, Junije Rastić nous décrit comment, en 1351, les Ragusains mirent à la disposition de l’amiral vénitien Nicolas Pisani une galère armée et comment, en même temps, ils renforcèrent en effectifs la défense de la ville et créèrent, « sans que le comte vénitien sache la véritable raison de cette mesure, dix sages, indépendants de toute autre magistrature, qui devaient [...] donner tous les ordres au cas où l’escadre génoise accosterait. Ce fut la raison officielle des mesures prises, mais en réalité les sages devaient se montrer vigilants, tant à cause de l’escadre génoise que de l’escadre vénitienne, car ils se doutaient que les Vénitiens étaient mécontents des Ragusains, car ces derniers n’avaient pas exempté les marchands de Venise de toutes taxes et douanes, comme leur gouvernement le leur avait demandé45. »

  • 46 Ibid., p. 135.
  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid.

28Les Vénitiens n’étaient pas dupes : en 1357, les procurateurs de Saint-Marc exhortèrent les Ragusains « à se montrer au moins neutres dans cette guerre de Dalmatie s’ils ne [voulaient] pas contribuer à la défense des Vénitiens46 ». Les Vénitiens soupçonnaient leurs alliés de vouloir, « au cas où les choses iraient bien pour la Hongrie, se libérer du comte vénitien, ce qu’ils voulaient éviter, espérant pouvoir s’emparer à nouveau de la Dalmatie, avec un État fiable à proximité de cette province47 ». La dernière année de la prépondérance vénitienne à Dubrovnik retient, comme la première, toute l’attention de notre chroniqueur : le discours des Vénitiens change radicalement à la prise de Zadar par les Hongrois à la fin de 1357, lorsqu’ils sont en position de faiblesse ; ils jouent alors leur va-tout, et proposent aux Ragusains de considérer « la République de Dubrovnik comme faisant partie de la ville de Venise ». « Et pour montrer leur affection, ils firent en sorte que les citoyens de Dubrovnik fussent traités comme des citoyens de Venise et qu’ils pussent voyager, par terre et par mer, partout dans le monde, et qu’ils pussent négocier avec leurs propres marchandises, nonobstant les lois existantes faites à Venise pour assurer la domination de l’Adriatique, et nonobstant les anciens traités conclus entre les deux républiques. C’est ainsi que les deux républiques, bien que leurs objectifs fussent tout différents, réussirent à s’esquiver par un comportement politique, en faisant des signes de bienveillance mutuelle, et en cachant leurs véritables objectifs48. »

  • 49 Ibid, p. 136. La méfiance est de rigueur chez les Ragusains quant aux intentions véritables des Vé (...)

29Sous la même année 1358, Junije Rastić évoque le licenciement subit du comte vénitien à Dubrovnik, qui fut remercié avec courtoisie et accompagné à Venise sur un navire ragusain. Cette mesure, concomitante à la paix de Zadar qui consacra l’interruption de la domination vénitienne sur la Dalmatie, fut accompagnée d’une explication diplomatique adressée aux Vénitiens, selon laquelle Dubrovnik ne voulait se ranger ni parmi les cédés (par Venise, suivant le traité de Zadar), ni parmi les conquis et soumis (par les Hongrois suivant les termes du même traité)49.

  • 50 Il ne faut pas oublier cependant que notre chroniqueur n’est conforté, dans sa présentation des pr (...)
  • 51 Comme le met en évidence B. Krekić, « l’année 1358 ne peut être considérée comme le début de l’ind (...)

30Dans son récit consacré au siècle et demi de prépondérance vénitienne à Dubrovnik (1205-1358), Junije Rastić évoque deux principaux aspects des rapports vénéto-ragusains : celui de la présence du comte vénitien et celui du volet institutionnel des rapports, régis principalement par les traités de 1232 et 123650. La prépondérance du comte, pourtant unique ressortissant vénitien dans l’appareil administratif ragusain, est nettement perçue dans son récit comme un obstacle à la liberté de Dubrovnik, d’où de nombreuses et infructueuses tentatives de le licencier. Ce n’est qu’au moment où les Vénitiens sont prêts à amender les termes des traités vénéto-ragusains, en se décidant à traiter les marchands ragusains comme s’ils étaient « des fils de Venise », que les Ragusains licencient définitivement leur représentant. Le récit de Junije Rastić semble accréditer une réalité politique simple, mais que les Ragusains ont mis longtemps à appréhender, à la rude école de leurs relations avec la Sérénissime : leurs efforts séculaires pour se libérer de la prépondérance de Venise ne pouvaient aboutir que si les deux volets, le personnel et l’institutionnel, étaient abordés en même temps, à la faveur de l’événement majeur en politique internationale, que fut la fin de la domination vénitienne en Dalmatie. Pour faire évoluer le statut de Dubrovnik il fallait que le changement intervienne, d’une manière synchronique, dans les deux domaines, personnel et institutionnel : notre chroniqueur l’a clairement mis en évidence, en faisant correspondre le licenciement du comte vénitien avec le changement de statut des Ragusains à Venise. Le fait que l’initiative pour le licenciement soit venue des Ragusains et celle pour le changement du statut des Ragusains à Venise, des Vénitiens, ne change rien au fait que les conditions étaient créées pour un changement durable dans l’histoire de Dubrovnik51.

  • 52 Chronica Ragusina Junii Reslii, p. 137.
  • 53 Ibid., p. 140.

31Après l’année 1358 Venise est moins présente ou, pour être plus précis, présente d’une manière différente dans le récit de Junije Rastié. Le chroniqueur attribue à sa ville natale la ferme volonté de mener à l’égard de Venise une politique plus franche et moins méfiante qu’à l’époque de la prépondérance vénitienne : « Une fois la décision prise de se libérer du comte vénitien, on souhaitait bien s’entendre avec ce gouvernement, tout autant dans l’intérêt du commerce et d’autres avantages auxquels tenait la République, que pour se distinguer des Dalmates qui, en tant que gens crûment superbes, avaient raccompagné d’une manière indécente et inappropriée les comtes et magistrats vénitiens52. » Rastić n’oublie pas de rappeler qu’une délégation ragusaine participa à Venise, en 1361, aux festivités à l’occasion de l’élection du doge Laurent Celsi53.

  • 54 Pour l’histoire des nombreuses difficultés dans les relations vénéto-ragusaines après la paix de Z (...)
  • 55 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 157. Le chroniqueur se réfère probablement au changement dans l (...)

32Si les Ragusains étaient prêts, selon notre chroniqueur, à entretenir de bonnes relations avec Venise, même après 1358, la Sérénissime, apparemment touchée dans son orgueil et dans ses intérêts, l’était moins. Commence alors une période de turbulence, de mesures et de contre-mesures prises de part et d’autre, visant à porter préjudice au commerce vénitien à Dubrovnik et au commerce ragusain à Venise, dont Junije Rastić se fait le narrateur précis54. Il est intéressant de noter que notre chroniqueur fait porter aux Vénitiens la responsabilité d’avoir, les premiers, nui aux affaires de leurs partenaires. Il reproche notamment aux Vénitiens d’avoir interdit aux Ragusains à Venise « d’acheter et de vendre leurs articles aux étrangers, les obligeant à conclure tous les contrats avec les Vénitiens, ce qui était contraire aux anciennes habitudes entre Vénitiens et Ragusains »55. Le gouvernement ragusain répondit en introduisant une mesure similaire visant les étrangers à Dubrovnik.

  • 56 Ibid., p. 158.
  • 57 Ibid., p. 157-162 ; voir aussi Krekić, Venezia, Ragusa e le popolazioni serbo-croate, p. 396 : l’a (...)

33Cela fut à l’origine d’une correspondance au cours de laquelle les sénateurs, selon notre chroniqueur, écrivirent ingénument aux Vénitiens « qu’ils ne pouvaient que faire adopter par leur propre gouvernement les méthodes appliquées par un sénat réputé aussi prudent et juste que celui de Venise56 ». Les Vénitiens réagirent en interdisant aux Ragusains d’exercer le commerce à Venise, mesure qui fut tout de suite appliquée aux Vénitiens à Dubrovnik. Venise tenta ensuite d’encourager les seigneurs de l’arrière-pays ragusain à attaquer Dubrovnik, mais les sénateurs, au courant de ces manœuvres, s’adressèrent directement au roi de Hongrie Louis le Grand, qui réprimanda durement les seigneurs concernés et menaça de venir en personne à la tête de son armée défendre Dubrovnik, s’ils pensaient bien faire en signant avec les Vénitiens des traités contraires à ses intérêts. Finalement, les Ragusains s’adressèrent au roi de Hongrie, leur protecteur, en le priant d’intervenir auprès des Vénitiens : grâce à son intercession le conflit fut réglé au bénéfice des marchands des deux Républiques. Les Vénitiens permirent aux Ragusains de revenir à Venise, et les Ragusains autorisèrent les Vénitiens à mener leurs affaires avec les marchands locaux, à l’exclusion de tout marchand étranger57.

  • 58 Junije Rastić justifie, très sobrement d’ailleurs, cette décision par le pacte existant entre Dubr (...)

34La lecture de la chronique de Junije Rastić ne laisse planer aucun doute sur la volonté affichée des Ragusains de mener une politique d’apaisement à l’égard de Venise, entre 1358 et 1378. Ce sont les Vénitiens qui, mécontents du nouveau statut de la ville, protégée du roi de Hongrie, cherchent à rendre la vie insupportable aux marchands ragusains ; dans ces circonstances il faut croire que ceux-ci ne regrettèrent pas outre mesure de devoir se joindre au roi de Hongrie, lorsque celui-ci entama les hostilités contre Venise en 137858.

  • 59 Ibid., p. 165.
  • 60 La ville de Dubrovnik était entourée de puissances auxquelles elle ne pouvait pas toujours faire c (...)
  • 61 Ibid.; voir Krekić. Dubrovnik (Ragusa) and the War of Tenedos, cité supra n. 42, p. 5, n. 20.
  • 62 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 169.
  • 63 Krekić, Dubrovnik (Ragusa) and the War of Tenedos, p. 23.
  • 64 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 170; voir aussi S. Ljubić, O odnošajih medju Dubrovćani i Mletč (...)

35Selon notre chroniqueur, les Ragusains souffrirent beaucoup dans cette guerre, en particulier après l’occupation de la ville de Kotor, leur partenaire économique privilégié, par les Vénitiens, mais ils surent se montrer des alliés fidèles du roi de Hongrie et des Génois : quelques navires ragusains ayant été pris par les Vénitiens, on décida que « chacun pût attaquer les Vénitiens, dans leur personne et leurs biens, où qu’ils se trouvassent »59. Cependant, la guerre aux côtés du roi de Hongrie ne leur faisait pas oublier leur premier devoir, celui de protéger et de fortifier leur ville, quitte à retenir chez eux certaines galères qui devaient en principe se joindre aux navires génois60. Devant la menace du passage d’une escadre vénitienne entre l’île de Lokrum (au large de Dubrovnik) et la ville, l’ordre fut donné d’ouvrir le feu de toutes les pièces qui se trouvaient sur les forts de la ville61. Junije Rastić laisse entendre que lors de la prise de Chioggia en 1379 par l’escadre génoise, les Ragusains étaient aux côtés de leurs alliés avec deux galères. Cependant lorsque, l’année suivante, les Génois subirent un revers devant Chioggia et durent battre en retraite, selon le chroniqueur (qui dit en l’occurrence s’appuyer sur les documents « d’archives publiques »), les galères ragusaines s’étaient déjà retirées, « sauvées par la prudence de leur commandant Matija Djurdjevic »62. Selon Junije Rastić, les Ragusains et les Vénitiens conclurent une trêve de dix ans, en 1380, avant même que la paix ne fût conclue entre les belligérants, à Turin au mois d’août 138163. Le chroniqueur rappelle que, l’année suivante, à la mort de leur protecteur le roi de Hongrie Louis Ier, les Ragusains craignant une nouvelle tentative vénitienne de s’emparer de la Dalmatie, œuvrèrent et aboutirent à la création d’une ligue défensive entre « toutes les cités dalmates »64.

  • 65 Bariša Krekić a ainsi défini le changement intervenu : « Après 1381, la situation s’améliora, moin (...)
  • 66 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 175. Cependant les Vénitiens, même après la paix de Turin, n’on (...)

36Les relations entre Dubrovnik et Venise entrent dans des eaux plus calmes après la paix de Turin et le récit de Junije Rastić s’en ressent65. Cependant les Ragusains continuent à pratiquer une politique de solide méfiance à l’égard de leur ancienne puissance tutélaire. Notre chroniqueur définit cette politique dans une de ces tournures heureuses dont il nous gratifie tout au long de son œuvre : « Le sénat, veillant à tout ce qui relevait du bon gouvernement de la République, et souhaitant voir libre le golfe [l’Adriatique], à condition que cela advienne par le biais de toute autre [puissance] que la vénitienne, se mit à armer les autres communes du golfe, conformément à un principe politique qui voulait que, lorsque chacune de ces communes aurait autant de galères que Dubrovnik, le golfe serait libre des corsaires, et la flotte vénitienne aurait un contre-pouvoir qui la maintiendrait à distance, et ainsi on se débarrasserait d’un ennemi, tout en se mettant à l’abri de la jalousie d’un émule66. »

37Est-il légitime, à la fin de ce rapide survol du « dossier » vénitien dans l’œuvre du meilleur chroniqueur ragusain Junije Rastić, de revenir aux propos du début de cet article ? Junije Rastić n’est certainement pas anti-vénitien, si l’on s’en tient à la manière dont il met à contribution ses sources, qu’il s’agisse des anciennes chroniques ou des registres des délibérations des conseils ragusains. La plupart de ses affirmations, confrontées au témoignage des sources, résistent en effet à l’épreuve d’une lecture critique. Mais Junije Rastić distille ses sentiments en ayant souvent recours aux insinuations, aux allusions, ou en évoquant simplement les raisons profondes de telle ou telle décision vénitienne, qui n’apparaissent pas forcément dans les sources documentaires. Il conforte ainsi d’une manière plus discrète, mais non moins efficace, une certaine tendance anti-vénitienne, et contribue à l’installer durablement dans la mémoire collective ragusaine.

Notes

1 Définir les champs des rapports entre Venise et Dubrovnik au Moyen Âge nous paraît déjà une tâche ambiguë et ingrate : peut-on se limiter aux grands domaines balisés et qualifiés de « politiques », « économiques », voire « culturels » ou « sociaux », qu’on retrouve dans l’étude des rapports entre États à l’époque moderne et contemporaine ? Une nomenclature plus souple, qui se rencontre d’ailleurs dans le discours politique de notre temps – questions de circulation (ou transfert) des biens, des hommes, des idées neuves (et reçues), des ordres, des interdictions, des préjugés et des craintes, etc. – nous paraît plus adaptée pour l’étude de ces rapports, très nuancés et qui, aux yeux mêmes de leurs acteurs, ne seraient certainement pas perçus selon la nomenclature des quelques grands champs étudiés et évoqués ci-dessus.

2 Cette liste d’ouvrages est loin d’être exhaustive et ne concerne, d’une manière générale, que les ouvrages récents : B. Krekić, Dubrovnik et le Levant, Paris 1961 ; Id., Dubrovnik in the 14th and 15th Centuries : A City between East and West, Norman 1972 ; V. Foretić, Povijest Dubrovnika do 1808 (Histoire de Dubrovnik jusqu’en 1808), 2 vol., Zagreb 1980 ; J. Lučić, Povijest Dubrovnika od vu stol-jeca do godine 1205 (Histoire de Dubrovnik du viie siècle jusqu’à l’année 1205), Zagreb 1973 (Povijest Dubrovnika 2) [trad. fr. 1974] ; un grand nombre d’articles de B. Krekić, publiés dans différentes revues et réédités en Variorum Reprints : Dubrovnik, ltaly and the Balkans in the Late Middle Ages, Londres 1980 ; Dubrovnik, a Mediterranean Urban Society, 1300-1600, Aldershot 1997.

3 Le nom slave de la ville « Dubrovnik » apparut pour la première fois vers la fin du xiie siècle. Cependant la forme latine « Ragusium » fut utilisée dans les documents officiels de la République jusqu’au xixe siècle. On utilisera celle-ci pour désigner les habitants de la ville (Ragusains), alors que le nom slave (Dubrovnik) sera utilisé pour désigner la ville même.

4 Cette particularité a attiré l’attention des historiens. Voir par exemple B. Krekić : « Les relations entre Venise et Dubrovnik étaient toujours complexes et intenses : les contacts politiques, économiques, maritimes, familiaux et autres, étaient constants et très développés au xiiie siècle déjà, et ils se poursuivirent, en s’approfondissant au cours du siècle suivant » (Id., Mlečani u Dubrovniku i Dubrovcani u Veneciji kao vlasnici nekretnina u xiv stoljecu, Anali Zadova za povijesne znanosti JAZU 28, 1990, p. 7-39 (trad. angl. : Venetians and Ragusans as Real Estate Owners, Dubrovnik : a Mediterranean Urbun Society, cité supra n. 2, XI, p. 1-48). « Les efforts des marchands et diplomates ragusains à Venise et vénitiens à Dubrovnik contribuèrent sans doute beaucoup au maintien et à l’intensité de ces rapports, en des temps difficiles. Mais, plus que toute autre chose, ce fut la vie même, avec ses besoins quotidiens, avec le développement rapide aussi bien de Dubrovnik que de Venise, qui imposa cette nécessité de continuer à développer les relations normales et amicales entre les deux républiques adriatiques vers la fin du xive siècle et, avec quelques difficultés temporaires, pendant les décennies suivantes » : Id., Le relazioni Ira Venezia, Ragusa e le popolazioni serbo-croate, Venezia e il Levante fino al sec. xv, 1, Florence 1973, p. 401 (= Dubrovnik, Italy and the Balkans, cité supra n. 2, IV).

5 Rares, et d’autant plus précieux pour les historiens, étaient les cas où des bribes de mémoire collective locale, concernant tel ou tel aspect de la politique vénitienne, étaient ostensiblement intégrées dans les procès-verbaux des décisions politiques ou des instructions données aux ambassadeurs ragusains. Voir par exemple à ce sujet les lettres adressées aux rois de Hongrie par les Ragusains, à l’occasion de multiples exactions commises par les marchands vénitiens à leur égard, dans J. Tadić, Litterae et commissiones ragusinae, Belgrade 1935, p. 259-260. 261-263 et 269.

6 L’historien croate du xixe siècle Natko (Speratus) Nodilo a publié en 1893 une édition critique de la chronique de Junije Rastié. Dans la préface de cette édition, Nodilo a établi que le chroniqueur Rastić a puisé dans deux compilations antérieures d’origine ragusaine, la chronique de Johannes Gundulae (Ivan Gundulié), datant du xvie siècle, et les commentaires de Franciscus Gundulae (Frane Gundulié), juriste et diplomate ragusain du xvie. Chronica Ragusina Iunii Restii, ab orìgine urbis usque od annum 1451 item Joannis Gundulae (1451-1484) digessit Speratus Nodilo, Zagreb 1893 (dorénavant Chronica Ragusina Junii Restii). La mort ayant empêché notre chroniqueur de poursuivre son œuvre au-delà de l’année 1451, l’éditeur moderne Nodilo a complété sa chronique par l’ouvrage plus ancien, datant du xvie siècle, d’Ivan Gundulié, qui s’interrompt en 1484, et dont d’ailleurs s’est inspiré Junije Rastié lui-même pour la période précédant 1451.

7 « E, siccome per li primi secoli mi serviro della testimonianza di più autori forastieri (sic) col confrontarli con le memorie autentiche, che abbiamo in Ragusa, cosi per li recenti secoli ricorero all’incontrastabile verità delli pubblici archivi ». Chronica Ragusina Junii Restii, p. 4.

8 Parmi ceux-ci, à titre d’exemple, citons l’ouvrage historique du moine bénédictin ragusain Mauro Orbini (Mavro Orbin en slave), mort en 1614, Il Regno degli Slavi (Le royaume des Slaves), réd. F. Barisić. R. Samardžić, S. Ćirković, Belgrade 1968, œuvre ambitieuse, visant à présenter au monde érudit de l’Occident latin l’émergence des peuples slaves. Orbini place sa ville natale au sein du « commonwealth » slave et intègre son histoire dans l’histoire des États médiévaux des Slaves en général et des Slaves du Sud en particulier. Puisant dans diverses sources (y compris celles des archives de sa ville natale). Orbini demeure cependant assez confus dans la chronologie et l’interprétation des événements, se laissant souvent guider davantage par l’élan panslaviste que par le souci de la vérité. En Mauro Orbini, le siècle du baroque ragusain trouve néanmoins son meilleur historien.

9 Chronica Ragusina Junii Reslii, p. 37.

10 Ibid., p. 72-74.

11 La prise de Constantinople par les chevaliers de la quatrième croisade est certes mentionnée, mais elle n’est pas présentée comme un facteur de changement géostratégique décisif, devant aboutir à la soumission de Dubrovnik à Venise. Au contraire, Rastić semble suggérer que la disparition du pouvoir suprême byzantin, qui s’était rendu coupable de nombreux abus contre les Ragusains sous l’empereur usurpateur Alexis III, ouvre de nouvelles perspectives de liberté à ceux-ci. Ibid., p. 70.

12 Junije Rastić raconte en détail comment Benessa attira son beau-père sur un navire vénitien qui mouillait dans les eaux ragusaines.

13 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 74 ; voir à ce sujet B. Krekić, Alcune note sulla famiglia Querini a Ragusa nel Duecento e nel Trecento, Studi Veneziani 41, 2001, p. 49-76.

14 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 74.

15 Pour les modalités précises de ce gouvernement, voir infra les traités vénéto-ragusains de 1232 et 1236. Josip Lučić, l’auteur d’une histoire de la ville du viie siècle à 1205, estime que cet épisode ne repose pas sur la réalité historique et qu’il date probablement de la première moitié du xive siècle, lorsqu’il fallait accréditer l’image du patriciat ragusain terrassant la tyrannie. Lučié apparente l’histoire de la chute de Damjan Juda à celle du doge Marino Falier à Venise (1354/55), qui envisageait de supprimer, avec l’aide du peuple, le pouvoir du patriciat vénitien (Lučić, Povijest Dubrovnika, cité supra n. 2, p. 112-113). Mais l’histoire de Damjan Juda, véhiculée par la chronique ragusaine, et absente des documents autres que narratifs, peut être aussi envisagée comme l’un des mythes fondateurs de l’indépendance ragusaine, celui de la félonie des Vénitiens, qui détournèrent à leur profit la noble détermination des patriciens de Dubrovnik à s’affranchir de la tyrannie et à instaurer la liberté !

16 Le troisième comte, selon l’historien Vinko Foretić, le deuxième étant un certain Lelovello ; voir à ce sujet Krekić, Alcune note sulla famiglia Querini, cité supra n. 13, p. 49.

17 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 79. Le comte fut renvoyé sous le prétexte que la présence d’un fonctionnaire vénitien pourrait contrarier deux puissances que craignait Dubrovnik. Gênes et l’empire de Nicée (Jean Vatatzès). Mais le chroniqueur rappelle que les Ragusains eux-mêmes avaient au préalable averti ces deux puissances de leurs intentions.

18 Curieusement, Rastić n’évoque pas dans sa chronique le traité de 1252.

19 Les traités ont été publiés pour la première fois par S. Ljubić, Listine o odnošajih izmedju Južnoga Slavenstva i Mletačke Republike, 1, Zagreb 1868, p. 46-49, 53-55, 82-85, puis par T. Smičiklas, Diplomatiéki zbornik Kraljevine Hrvatske, Dalmacije i Slavonije (édition utilisée ici), 3, Zagreb 1905, p. 351-354 (traité de 1232) et 4, Zagreb 1906, p. 8-11 (traité de 1236). L’importance des traités est évaluée dans Krekić, Venezia, Ragusa, e le popolazioni serbo-croate, cité supra n. 4.

20 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 80.

21 Les restrictions sont nombreuses et concernent notamment la limitation de la fréquentation du port de Venise par les navires ragusains à quatre petits navires par an, l’interdiction du commerce entre marchands étrangers et ragusains à Venise, l’obligation de payer des taxes sur les produits importés par les marchands ragusains à Venise (différentes en fonction de l’origine des produits importés). Voir Krekić, Venezia, Ragusa et le popolazioni serbo-croate.

22 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 81.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 82.

26 Ibid., p. 83.

27 Ibid., p. 84. Junije Rastić évoque encore un traité de paix entre Venise et Dubrovnik, qui aurait été conclu en 1001 ou 1002, lors de la célèbre expédition navale du doge Pietro Orseolo contre les Narentains. Réfutant la thèse du chroniqueur vénitien tardif Sabellico (xve-xvie siècle), Rastić affirme que les émissaires vénitiens, Othon et Orso n’étaient pas envoyés à Dubrovnik pour gouverner la ville, que malgré tous les efforts des Vénitiens la liberté ragusaine demeurait intacte et que dans le traité conclu « entre les deux Républiques, les Ragusains n’ont reconnu aucune supériorité » des Vénitiens ; l’égalité des deux républiques était, de surcroît, symboliquement soulignée par des cadeaux échangés et des obligations d’aide mutuelle en cas de guerre : en bref, selon Rastić qui s’appuie sur les « chroniques ragusaines », la liberté ragusaine s’est maintenue intacte. Chronica Ragusina Junii Restii, p. 39-40.

28 Voir pour la production minière en Serbie et en Bosnie : D. Kovačević, Dans la Serbie et la Bosnie médiévales : les mines d’or et d’argent, Annales ESC 1960/2, p. 248-258, et S. Ćirković, Precious Metals in the Age of Expansion, Beitrüge zur Wirtschaftsgeschichte 2. Stuttgart 1979, p. 41-69. Pour les relations serbo-vénitiennes au Moyen Âge voir R. Cuk, Srbija i Venecija u xii i xiv veku, Belgrade 1976 ; pour la présence des marchands vénitiens dans l’arrière-pays ragusain voir B. Krekić, Venetian Merchants in the Balkan Hinterland in the Fourteenth Century, Wirtschaftskräfte und Wirtschafswege. 1, Mittelmeer und Kontinent : Festschrift für Hennann Kellenbenz ( = Beiträge zur Wirtschaftsgeschichte 4), Nuremberg 1978 ( = Dubrovnik, Italy and the Balkans, XIV), p. 413-429 ; pour les guerres serbo-ragu-saines, du même auteur, Oratu Dubrovnika i Srbije 1327-1328, ZRVI 11, 1968, p. 193-204 et Zasto je vodjen i kada je zavrsen rat Dubrovnika i Srbije 1301-1302 ?, ZRVI 17, 1976, p. 416-423.

29 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 90.

30 Ibid, p. 96-97.

31 Krekić, Zasto je vodjen i kada, cité supra n. 28.

32 Cette série de conflits, qui culmina en une véritable guerre serbo-ragusaine de 1327-1328, a été étudiée à partir des documents des archives ragusaines et vénitiennes et montre que les Vénitiens se sont fortement impliqués pour soutenir les Ragusains, bien que leur soutien fût tout sauf désintéressé. L’engagement des Vénitiens, mais aussi leurs pressions et leurs chantages contre les Ragusains, tels qu’ils apparaissent dans les documents, sont en résumé les suivants. En 1324 les Ragusains, subissant les attaques du roi de Serbie Stéphane Decanski, décident de demander de l’aide aux Vénitiens ; en même temps, ils décident d’interdire l’envoi des marchandises vers la Serbie ou le Levant, mais le comte vénitien à Dubrovnik est le seul à s’opposer à cette décision, car elle heurte les intérêts de Venise. L’émissaire « vénitien » Johannes de Caldarario arrive à Dubrovnik au mois d’avril, en route vers la Serbie. Cette mission fut apparemment un échec, mais les Vénitiens se sont rangés en 1324 ou 1325 à la décision des Ragusains d’interrompre le commerce avec la Serbie. Dans une lettre adressée au roi de Serbie, qui les encourageait à renouer avec leurs activités commerciales dans son royaume, les Vénitiens se disaient prêts à le faire, une fois que les « disputes » ragusaines auront cessé (quod posito fine querelis Raguseorum, poterimus melius et utilius providere), et ils lui laissaient entendre qu’ils n’avaient pas l’intention d’abandonner Dubrovnik (quod non intendimus deserere Ragusam). En 1326, le même émissaire vénitien Johanes de Caldarario fut envoyé à Dubrovnik, porteur d’une lettre du doge ; il devait exiger du roi le dédommagement des marchands ragusains, faute de quoi les Vénitiens continueraient à fournir tout leur soutien aux Ragusains, dans la défense de leurs intérêts « car il n’y a pas de pouvoir au monde contre lequel cette commune [Venise] ne puisse bien protéger ses fidèles ». L’aide des Vénitiens n’était cependant pas désintéressée : ils demandaient des modifications considérables du statut du comte vénitien et des ressortissants vénitiens à Dubrovnik. Les Ragusains, dans la détresse, cédèrent à ce chantage. Après de nombreux rebondissements, la paix entre les Ragusains et les Serbes fut conclue en 1328. Pour l’histoire de cette guerre serbo-ragusaine, voir Krekić, O ratu Dubrovnika i Srbije. cité supra n. 28.

33 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 117.

34 Ibid.

35 Bariša Krekič a remarqué que cette affirmation lui semblait exagérée, d’autant plus que les marchands vénitiens étaient sensiblement moins nombreux sur le marché serbe que les marchands ragusains qui, eux non plus, n’ont jamais complètement abandonné le marché serbe, même pendant le conflit avec le roi : Krekić, O ratu Dubrovnika i Srbije.

36 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 119. En 1328-1329, à l’occasion des premiers sondages des Ragusains auprès du roi de Serbie pour acquérir la presqu’île de Pelješac, démarche qui aboutira quatre ans plus tard en 1333.

37 Cf. supra n. 9.

38 En temps de paix, tout naturellement, les Ragusains étaient moins attentifs (diminution des effectifs des vigiles, relâchement de la discipline...) et les Vénitiens n’hésitaient pas à en profiter.

39 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 29. Il s’agit d’une tradition locale, qui n’est en aucun cas confirmée par les sources historiques.

40 Ibid., p. 43.

41 Ibid., p.58.

42 Au cours de la première guerre, qui opposa Venise à une coalition entre Gênes, la Hongrie et une nébuleuse de seigneurs italiens de l’arrière-pays vénitien, Dubrovnik demeura dans l’orbite vénitienne, jusqu’en 1358, l’année où elle congédia le comte vénitien ; au cours de la seconde guerre, elle figurait en bonne et due forme dans les rangs des ennemis de Venise, qui étaient toujours les mêmes. La seconde guerre, connue sous le nom de « Guerre de Chioggia ou de Tenedos » a été étudiée par B. Krekić, Dubrovnik i rat oko Tenedosa (1378-1381), ZRVI 5, 1958, p. 21-47 (trad. angl., Dubrovnik [Ragusa] and the War of Tenedos/Chioggia [1378-1381], Dubrovnik, Italy and the Balkans, VI).

43 La seconde moitié du xive siècle est (à l’exception de quelques lacunes) bien illustrée par les séries de sources documentaires ragusaines, et il ne s’agira en aucun cas ici de privilégier le récit de Rastić à la recherche d’une autre lecture des événements : la densité et la précision du récit des guerres dans l’Adriatique reposent chez Rastić sur une bonne connaissance des documents d’archives.

44 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 130.

45 Ibid., p. 133.

46 Ibid., p. 135.

47 Ibid.

48 Ibid.

49 Ibid, p. 136. La méfiance est de rigueur chez les Ragusains quant aux intentions véritables des Vénitiens, et Junije Rastić n’a pas un mot de reproche à adresser à ses concitoyens quant à la décision de licencier le comte vénitien.

50 Il ne faut pas oublier cependant que notre chroniqueur n’est conforté, dans sa présentation des premières décennies de relations, que par les anciennes chroniques vénitiennes et ragusaines, alors que les rapports qu’entretenaient les deux communes aux xive et xve siècles sont amplement documentés par les sources gouvernementales et autres.

51 Comme le met en évidence B. Krekić, « l’année 1358 ne peut être considérée comme le début de l’indépendance politique ragusaine, car cette indépendance s’était développée, au cours d’un lent processus au cours des trois siècles précédents » (Venezia, Ragusa e le popolazioni serbo-croate, p. 401-402). Tout discours strictement juridique ou politique, opposant une « dépendance » avant 1358 à une « indépendance » après cette date, risquerait d’être démenti par telle ou telle analyse ponctuelle des séries ragusaines. Il me semble que le mot de « prépondérance » vénitienne à Dubrovnik est le plus juste, le plus souple, et à même de résister aux différents rebondissements qui jalonnent les rapports vénéto-ragusains entre 1205 et 1358.

52 Chronica Ragusina Junii Reslii, p. 137.

53 Ibid., p. 140.

54 Pour l’histoire des nombreuses difficultés dans les relations vénéto-ragusaines après la paix de Zadar, voir surtout l’article de B. Krekić, Un mercante e diplomatico da Dubrovnik (Ragusa) a Venezia nel Trecento, Studi veneziani 9, 1967, p. 71-101 ( = Dubrovnik, Italy and the Balkans, V).

55 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 157. Le chroniqueur se réfère probablement au changement dans la législation vénitienne, intervenu à la veille de la paix de Zadar. Cependant la restriction du commerce avec les étrangers à Venise était bien incluse dans les traités vénéto-ragusains de 1232 et 1236.

56 Ibid., p. 158.

57 Ibid., p. 157-162 ; voir aussi Krekić, Venezia, Ragusa e le popolazioni serbo-croate, p. 396 : l’auteur évoque avec raison ces graves entraves au commerce ragusain à Venise et leur attribue un poids considérable dans le choix de Dubrovnik de peser dans la coalition anti-vénitienne, lors de la guerre de Ténédos.

58 Junije Rastić justifie, très sobrement d’ailleurs, cette décision par le pacte existant entre Dubrovnik et le roi de Hongrie, qui stipulait que « chaque fois que celui-ci armait dans le golfe, la République devait l’aider », Chronica Ragusina Junii Restii, p. 164.

59 Ibid., p. 165.

60 La ville de Dubrovnik était entourée de puissances auxquelles elle ne pouvait pas toujours faire confiance : c’est ainsi qu’elle préféra ne pas recevoir l’aide du roi de Bosnie, qui pourtant voulait l’envoyer, ayant appris que celui-ci entretenait des rapports secrets avec Venise. Ibid.

61 Ibid.; voir Krekić. Dubrovnik (Ragusa) and the War of Tenedos, cité supra n. 42, p. 5, n. 20.

62 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 169.

63 Krekić, Dubrovnik (Ragusa) and the War of Tenedos, p. 23.

64 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 170; voir aussi S. Ljubić, O odnošajih medju Dubrovćani i Mletčani za ugar.-hrv. Vladanja u Dubrovniku (Sur les relations entre les Ragusains et les Vénitiens à l’époque de la domination croato-hongroise à Dubrovnik), Rad Jugoslavenske akadmije znanosti u umjetnosti. 17, Zagreb 1871, p. 19-20. Selon Bariša Krekić, il n’y a pas de preuve que les Ragusains, bien que probablement déçus par la paix de Turin, commencèrent tout de suite à œuvrer parmi les villes dalmates en faveur de la création d’une nouvelle ligue anti-vénitienne (Dubrovnik [Ragusa] and the War of Tenedos, p. 23).

65 Bariša Krekić a ainsi défini le changement intervenu : « Après 1381, la situation s’améliora, moins grâce à un quelconque traité entre Venise et Dubrovnik, que grâce aux situations politiques des deux républiques (pour Venise de nouveaux soucis en Italie, et pour Dubrovnik l’apparition des Ottomans dans les Balkans), et grâce aussi à l’augmentation générale des échanges économiques dans l’Adriatique et la Méditerranée, qui engagea les deux républiques. » (Venezia, Ragusa et le popolazioni serbo-croate, p. 396).

66 Chronica Ragusina Junii Restii, p. 175. Cependant les Vénitiens, même après la paix de Turin, n’ont pas, selon Rastić, renoncé à exercer des pressions sur les Ragusains : il relève plusieurs exemples au xve siècle, dont le plus spectaculaire fut la tentative de conquête de la ville en 1418, suite à une affaire d’espionnage impliquant deux frères mineurs au service de la Sérénissime, qui sous un faux prétexte se rendirent au fort de Lovrijenac, et à la ville même, pour étudier ses défenses et en référer aux Vénitiens ; ceux-ci, informés par les frères, envoyèrent deux mille soldats sur quatre navires pour prendre la ville par surprise, mais les Ragusains, informés par un Vénitien qui leur était acquis, renforcèrent les défenses, et lorsque les vaisseaux vénitiens arrivèrent sur place, ils trouvèrent une situation tout à fait différente de celle qui leur avait été présentée par les frères mineurs et renoncèrent à la tentative de prendre la ville (Chronica Ragusina Junii Restii, p. 218).

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540