Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Du Levant à Rhodes, Chio, Gallipoli et Palerme : démêlés et connivences entre chrétiens et musulmans à bord d’un vaisseau génois (octobre-décembre 1408 - avril 1411)1

Alain Ducellier

Volltext

  • 1 ASG, Notai antichi, 596 (liasse [filza] du notaire Giovanni de Recco), document 6. Les références (...)
  • 2 Sur l’Officium Provisionis Romanie, voir en particulier l’introduction de L. Balletto, Liber Offic (...)
  • 3 T., f. 1A.
  • 4 L’émir de Solgat Edigü.

1À Gênes, le 23 mars 1411, le lieutenant du prieur de l’Officium Romanie, Adamo Centurione, fait convoquer par-devant son office le Génois Raffaele Iudex, probablement un membre de la grande famille Giudice2. La convocation tient à une assez sombre histoire, mais en tout cas d’importance, puisque l’astreinte imposée à Raffaele, en cas de non-comparution, atteint la somme de 100 florins d’or3. Raffaele est en effet le principal témoin d’une grave affaire : à la fin de 1408, le patron génois Gregorio Cigala, qui ramenait de Syrie un groupe de musulmans, dont deux gros marchands de Solgat, et un ambassadeur du khan Aydigh4, a d’abord refusé de les déposer à Candelore, le port pour lequel ils s’étaient embarqués sur son bateau, leur a ensuite extorqué des nolisements supplémentaires pour les mener vers Rhodes et Chio, et surtout s’est arrangé, apparemment avec la complicité des autorités locales, pour les faire saisir et emprisonner dans la citadelle de Rhodes, les dépouillant de tous leurs biens après leur avoir soutiré le prix de leur rachat.

  • 5 M. Balard, La Romanie génoise, 2 vol. , Rome 1978, 1, p. 393 et 396-397.
  • 6 qui quidem Aydig semper inimicus Ianuensibus erat (T., f. 2Β).

2Si l’affaire éclate, c’est que le khan de Solgat, que l’on nomme ici Aydigh, vient d’adresser aux consuls de Caffa une vive protestation, qui fait peser sur la colonie génoise une menace fort redoutable. Gregorio Cigala, le principal accusé, n’est d’ailleurs pas un inconnu : titulaire de fonctions administratives à Péra entre 1402 et 1404, il avait alors été, en tant qu’amiral, chargé d’armer une galée en prévision du conflit avec Bayezit5. Il est clair que, lésé par un personnage qu’il pouvait tenir pour interprète de la politique génoise, même s’il l’est sans doute plus de celle des Pérotes, le khan avait là un prétexte tout trouvé pour provoquer de gros ennuis à Caffa, lui qui, comme le soulignera Raffaele, avait toujours été « l’ennemi des Génois6 ». Quant à Raffaele, c’est aussi un personnage notable, qui se targue de ses nombreux appuis et se montre extrêmement attaché aux intérêts de la Gazarie génoise. Il est manifestement très lié au commerce entre Latins et musulmans : il vient d’Alexandrie lorsqu’il est instruit du fait à Rhodes, et ses préoccupations concernent naturellement Caffa.

3Malheureusement, n’échappant pas à la règle – car il en est ainsi de toutes les procédures d’instruction conservées à Gênes –, le gros dossier dont nous entreprenons l’étude reste pour nous incomplet : il ne comporte que l’exposé des motifs, le texte de la plainte du khan, et les interrogatoires de plusieurs personnes mêlées à l’affaire, Raffaele tout le premier, le seul grand absent étant Gregorio Cigala, une absence qui n’est sans doute pas due au hasard. Nous n’avons pas retrouvé la sentence, qui n’est jamais jointe aux pièces d’instruction, mais on peut aussi penser qu’elle n’a jamais été rendue, faute de toute comparution de l’accusé, ce même Cigala.

4L’affaire peut paraître anecdotique, mais elle éclaire pourtant d’une manière très vivante les rapports complexes qui unissent ou opposent Génois, Mongols de Crimée, Turcs et chevaliers de Rhodes dans un vaste espace maritime dont les limites sont la Barbarie, Alexandrie, Beyrouth, Candelore, Castellorizo, Rhodes, Chio, Gallipoli et Palerme. Purement commerciale au départ, elle dénonce bien des pratiques louches auxquelles les patrons génois, et surtout le principal accusé, Gregorio Cigala, se livrent aux dépens des marchands musulmans, avec l’active collusion des Hospitaliers de Rhodes, mais elle souligne aussi clairement les intérêts communs qui lient ces mêmes musulmans, qu’ils soient mongols, arabes ou turcs, avec d’autres milieux génois, dont le prototype est précisément le principal témoin, Raffaele, le tout sur un fond de convulsions anatoliennes qui permettent d’autant mieux aux plus forts, les Génois, de rançonner les plus faibles, les marchands musulmans. Avare en renseignements précis à cet égard, le document ne saurait donc se comprendre hors du contexte anatolien et génois de l’époque, sur lequel il nous livre au moins quelques indices.

  • 7 L’affaire vient devant l’Office de Romanie le 23 mars 1411, mais Raffaele, interrogé sur la date e (...)

5Aussi n’est-il pas indifférent de noter que les faits se situent en 1407-1411, la seule date précise étant celle de l’acte de violence contre les marchands de Solgat, qu’on peut situer à Rhodes entre août et décembre 1408, peut-être plus précisément en septembre ou octobre 1408, le procès lui-même n’intervenant que le 23 mars 14117. Mais les marchands mongols sont, lors de l’incident qui les mène en prison à Rhodes, sur la voie du retour, après un voyage en Orient qui a pu les retenir très longtemps, ce qui autorise à situer leur départ de Crimée au début de 1408, peut-être même à la fin de 1407. Quatre années très délicates, puisque nous sommes au plus fort de la guerre civile turque qui suit la défaite de Yildirim Bayezid devant Tamerlan, à Ankara en 1402, et que Mehmet Ier n’en sortira vraiment vainqueur qu’en 1413.

  • 8 Sur l’origine de cette « ligue », Balard, La Romanie, cité supra n. 5, 1, p. 99-101 ; sur le trait (...)
  • 9 Ibid.. 1, p. 103 et 492-493 ; In., Les milieux dirigeants dans les comptoirs génois d’Orient (xiii(...)

6On comprendra donc que le voyage des Mongols, en 1407-1408, l’affaire elle-même, en 1408, et le procès qui en découle, en 1411, ne se situent pas dans un même contexte. Rappelons que Gênes, aux côtés de Jean VII, compétiteur de Manuel II, et des Hospitaliers de Rhodes, que nous retrouverons au cœur de notre affaire, avait été l’alliée fidèle de Siileymân, le fils de Bayezid qui, jusqu’en 1411, peut apparaître comme le vainqueur probable : il en était sorti l’accord de janvier-février 1403, qui assurait à Gênes la liberté d’accès aux ports contrôlés par Siileymân et, surtout, la libre circulation dans les Détroits, tandis que l’Hôpital, dépossédé, en 1402, de Smyrne qu’il occupait depuis 1344, pouvait en escompter, sinon la récupération de ce port, du moins la possibilité de s’assurer d’une autre tête de pont sur le continent8. Mais, du côté génois, si la paix règne avec Venise depuis 1407, grâce à l’entremise d’Amédée de Savoie, les autonomies coloniales se font alors de plus en plus nettes, surtout face à la tentative de reprise en main par le maréchal Boucicault : au début de notre affaire, en 1408, la Mahone de Chio, une île qui peut avoir été l’un des buts de nos Mongols, est en pleine révolte contre la métropole, et c’est seulement en juin 1409 que le gouverneur français la met à la raison, avant d’être chassé de Gênes en septembre9.

  • 10 Détails sur la Qaramanie dans I. Beldiceanu-Steinherr, N. Beldiceanu, Deux villes de l’Anatolie pr (...)
  • 11 Laonikos Chalkokondylis, Historia, éd. E. Darko, 1, Budapest 1922, p. 170, 6-19.
  • 12 A. Luttrell, The Later History of the Mausoleion and its Utilization in the Hospitaler Castle at B (...)
  • 13 Résumé commode de ces événements confus par N. Beldiceanu dans Histoire de l’Empire ottoman, dir. (...)

7Cependant, du côté turc, à l’automne de 1408, au cours duquel se noue l’affaire, Siileymân est toujours maître de l’Europe mais, sur le continent asiatique, dans les régions qu’évoque notre dossier, depuis Candelore (Alanya), Castellorizo. Rhodes, Chio et Gallipoli, les émirats de Qaraman et de Germiyan, que Bayezid Ier avait détruits une dizaine d’années auparavant, sont en pénible reconstitution10, et chacun joue le jeu qui lui paraît le plus rentable face aux divers prétendants ottomans. Malgré la pauvreté de la documentation, il semble bien qu’à partir de l’hiver 1405-1406, les émirats du sud-ouest et du sud anatolien, Aydin, Germiyan et Qaraman, aient compris que leur intérêt était de se placer du côté de Mehmet qui, tout en agissant jusque-là en Asie pour le compte de Siileymân, ne pouvait, à moyen terme, que devenir son compétiteur : plus tard, Laonikos Chalkokondylis reprend ce thème de l’alliance entre Mehmet Ier et la Qaramanie11. À ces émirs s’étaient joints les Hospitaliers de Rhodes, dont le Grand Maître, Philibert de Naillac (1397-1421), a en effet obtenu de Mehmet, en 1407, le droit de construire, sur le continent, la forteresse de Petronion (Bodrum, l’ancienne Halicarnasse)12. Ayant compris qu’il s’agissait d’une véritable coalition, surtout après que Mehmet eut éliminé un autre de leurs frères, ‘Isa, Siileymân avait rassemblé une flotte à Gallipoli, en septembre 1407, puis était passé en Asie où il avait infligé à Mehmet, à une date indéterminée, une défaite dont on ignore l’ampleur13.

8Tout au long du voyage de nos Mongols, à la fin de 1407 et en 1408, les hostilités entre Süleymân et Mehmet sont donc à leur paroxysme, mais la défaite temporaire de Mehmet ne l’a pas privé de ses appuis en Asie ; en 1409, il peut même dépêcher en Europe, avec l’aide du prince valaque Mircea, un dernier de ses frères, Musa, chargé de prendre Süleymân à revers : il l’écrase et le fait exécuter en février 1411, à l’issue de rencontres au sort variable qui eurent pour théâtre les régions d’Andrinople et de Constantinople ; or, le procès de Cigala s’ouvre en mars 1411, lorsque la défaite de Süleymân devait être connue ou du moins prévue par les Génois, alors que la plainte du khan de Solgat remonte sans doute aux derniers mois de 1410, quand l’issue restait encore très incertaine. En tout cas, c’est Musa qui est maître de Gallipolli et du reste de la Thrace lorsqu’est instruit le procès : on sait que Mehmet ne s’y résigne pas et que la lutte décisive entre les deux derniers frères ne prendra fin qu’en 1413 par la victoire de Mehmet.

  • 14 Sur ce conflit, victorieusement résolu par Gênes en 1387, Balard, La Romanie, 1, p. 93, 130 et 139

9Sans avoir aucun moyen de vérifier jusqu’à quel point le petit khan de Solgat pouvait se tenir au courant d’une évolution politique aussi complexe, il est clair qu’il devait disposer d’informateurs à Caffa et que, tout comme les begs anatoliens que nous avons évoqués, il devait miser, au gré des circonstances, sur la victoire des différents compétiteurs. La liberté de circulation de ses sujets dans les Détroits et en mer Egée étant largement conditionnée par des alliances très changeantes, et le khan de Solgat restant, comme nous l’apprend le présent dossier, un ennemi redoutable bien après les durs affrontements des années 138014, il n’est pas irréaliste de penser qu’il ait mené son propre jeu et cherché, en rappelant qu’il est aux portes de Caffa, à influer, si peu que ce fût, sur l’évolution d’une situation politique dont les données lui échappent certes, mais en usant de ses amitiés turques, au reste évoquées par notre document. Et, compte tenu de ce qui a été rappelé plus haut, les intérêts divergents des Génois d’Orient cherchaient sans doute aussi à s’appuyer sur les divers compétiteurs turcs sur lesquels chacun pouvait miser.

10Si on en vient à l’affaire elle-même, elle commence et trouve sa conclusion en territoire mamluk, débutant, en 1408, à Tripoli ou Beyrouth, se poursuivant à Candelore, que contrôle le Qaraman allié de Mehmet Celebi, puis connaissant trois dénouements, l’un à Rhodes et à Chio, que contrôlent les deux principaux membres de la Ligue latine, le deuxième à Gallipoli, encore dominée par le sultan Süleymân, et le troisième, le seul vraiment dommageable pour les Génois, à Alexandrie, où leur colonie locale finit par payer pour leurs compatriotes de l’Égée.

  • 15 Michel Balard (ibid., 1. p. 368), ne parle jamais que d’un consul de Caffa, alors que notre témoin (...)

11D’abord, de quoi se plaint le khan Aydigh ? A une date indéterminée, mais sans doute proche de 1411, puisqu’il situe l’événement « naguère » (alias), il écrit aux consuls de Caffa15, témoignant d’une information précise : Cigala, dont le navire se trouvait alors en Syrie, y avait chargé trois « Sarrasins de Solgat », les avait menés à Rhodes où il les avait dépouillés, les avait contraints de se racheter pour la somme de 300 florins, puis les y avait finalement abandonnés. Que cela tienne aux difficultés des liaisons à l’époque, à la longue rétention des prisonniers à Rhodes, ou aux deux à la fois, il est clair que le khan n’en connaît pas plus, et que, de leur côté, les consuls de Caffa ne peuvent non plus livrer d’autres détails à Gênes.

12Ce sont les témoignages enregistrés en 1411 qui permettent d’en savoir nettement plus. Ils sont au nombre de neuf : celui de Raffaele, le plus copieux, et ceux de Giovanni Clavaricia, un marchand qui avait emprunté le bateau de Cigala pour rentrer de Famagouste à Rhodes, Bartolomeo de Cruce, un autre marchand qui était arrivé à Rhodes, venant d’Alexandrie, au moment des faits, Angelo Cataneo qui, en partance pour Beyrouth, se trouvait à Tripoli de Syrie quand le navire de Cigala y mouilla pour embarquer les marchands mongols, Nicola de Canevali, scribe-adjoint du bateau de Cigala et donc présent à Tripoli au même moment, Gabriele Doria qui venait, lui aussi, de faire le voyage d’Alexandrie à Rhodes, Gabriele Calvo, déjà présent à Rhodes à l’époque, Giovanni da Finale, scribe du même bateau, et enfin Anfreono Embriaco, autre marchand qui naviguait sur le navire de Cigala et était présent à Tripoli au moment de l’embarquement des Mongols, qui avaient à l’évidence fait venir spécialement le patron de Beyrouth pour les lever à Tripoli.

  • 16 T.. f. 1B.
  • 17 Ibid., f. 5A.
  • 18 Ibid. f. 6B.
  • 19 Ibid. f. 5B.
  • 20 Ibid. f. 1B.
  • 21 erant certi Sarraceni Sulcatenses et de aliis toeis... (ibid.. f. 4A).
  • 22 cum quadam eius navi in qua erant certi Tartari vel Turchii...(ibid., f. 8B). Plus loin, oubliant (...)
  • 23 Ibid., f. 6A.

13D’abord, que nous disent ces témoins sur les infortunes des marchands mongols, les itinéraires qu’ils avaient prévus et ceux que leurs transporteurs latins leur ont imposés ? Comme d’ordinaire, les témoignages se complètent, mais aussi divergent parfois. Si l’on prend pour base le rapport fait par les consuls de Caffa (et donc sans doute la lettre du khan), qui se borne à décrire les Mongols comme « trois Sarrasins de Solgat » (Sarraceni tres Sulcatenses16), on notera que certains témoignages n’en disent pas plus, parfois moins : Bartolomeo de Cruce parle aussi de tres Sarraceni Sulcatenses17, Nicola Canevali mentionne « certains Sarrasins de Solgat et de ces régions-là » (certes Sarrecenos de Sulcato et illarum partium18), tandis qu’Angelo Cataneo semble ignorer leur origine (certos Sarracenos...19), imité en cela par Gabriele Doria, Giovanni da Finale et Anfreono Embriaco. Au contraire, Raffaele, lui, affirme qu’il s’agissait de trois Sarrasins, un ambassadeur d’Aydigh et de deux marchands (tres Sarraceni, videlicet unus nuntius Aydighi et duo mercatores20), tandis que Giovanni Clavaricia, très au courant puisqu’il affirme être resté à Rhodes après le départ de Raffaele, pour régler définitivement la question des prisonniers, précise que, aux marchands de Solgat s’ajoutaient des « Sarrasins d’autres lieux21 », ce que confirme Gabriele Calvo, qui parle de « certains Tatars ou Turcs », dont il sous-entend du reste qu’ils se rendaient à Rhodes de leur plein gré22. Ajoutons que si Raffaele est le seul à mentionner directement l’ambassadeur mongol, certains témoins répercutent l’information pour le lui avoir entendu dire publiquement à Rhodes, lors du violent affrontement qu’il y eut avec les marchands génois du lieu, et sur lequel nous reviendrons : ainsi en est-il d’Angelo Cataneo23.

  • 24 Ibid., f. 10A-B.

14Que certains témoins citent trois Sarrasins, tandis que d’autres restent dans le vague sur leur nombre s’explique aisément : les premiers ne prennent en compte que ceux qui, à Rhodes, ont été emprisonnés, alors que les autres, pour avoir voyagé avec eux, savent qu’ils faisaient partie d’un groupe bien plus important. Angelo déclare qu’une partie de ces Sarrasins a débarqué à Castellorizo, les autres continuant jusqu’à Rhodes, ce que confirment Giovanni da Finale et surtout Anfreono Embriaco, le plus précis : un groupe restreint de cinq aurait voulu débarquer à Castellorizo, certains auraient tenu à s’arrêter à Rhodes (nos Mongols...), et cela malgré le patron et les autres marchands génois, qui estimaient qu’ils n’y seraient pas en sûreté, d’autant qu’ils auraient omis de déclarer par écrit, à destination des commerciaires rhodiens, la liste de leurs biens et marchandises ; quelques-uns enfin auraient choisi d’embarquer sur un autre bateau de Cigala qui les aurait conduits ad salvamentum à Chio puis à Gallipoli24.

  • 25 Ibid., f. 1B.
  • 26 Ibid., f. 3B.

15De toute évidence, il s’agit d’un véritable convoi de marchands musulmans, au bas mot une douzaine, tous manifestement en confiance entre les mains des Génois, mais qui ne forment pas un groupe cohérent, car ils n’ont pas forcément embarqué ensemble et ne cherchent pas à atteindre le même objectif. Ce qui est sûr, c’est que les marchands de Solgat avaient certains intérêts communs avec des négociants turcs : Raffaele déclare qu’ils ont embarqué ensemble à Beyrouth (una cum certis Turchis) et qu’ils avaient nolisé le bateau de Cigala pour se rendre à Candelore, avec 20 cantari d’objets et de marchandises, le nolis des personnes et des biens s’élevant, pour ce voyage, à la somme de 100 florins d’or25. Au cours du même interrogatoire, Raffaele est amené plus loin à préciser que ces 100 florins avaient été réglés au départ par les Turcs, à titre de paiement global26, ce qui confirme leur communauté d’intérêts : marchands turcs et de Solgat constituent bien ce groupe de Sarraceni Sulcatenses et de aliis locis dont parle le témoin Giovanni Clavaricia.

  • 27 Ibid., f. 5B.
  • 28 Ibid., f. 4B.

16Malheureusement, notons-le dès à présent, nous n’avons aucune précision sur la nature des marchandises transportées : quand Raffaele voudra faire délivrer les marchands de Solgat, prisonniers à Rhodes, il affirmera à plusieurs reprises ne pas vouloir se mêler du problème de leurs marchandises, se limitant à vouloir libérer les hommes, et les autres témoins décrivent, quand ils le font, les produits transportés dans les termes les plus vagues, dicta eorum bona et merces pour Giovanni Clavaricia, omnia bona sua pour Bartolomeo de Croce, Gabriele Calvo et Giovanni da Finale, seul Angelo Cataneo précisant que les marchands voyageaient cum certa quantitate arnisiorum et rerum suorum27, le premier terme employé pouvant peut-être inciter à voir en eux des marchands d’armes, bien qu’il doive plutôt être traduit, plus vulgairement, par « bagages ». Quant au petit esclave noir que, suivant les témoins, les Mongols auraient vendu ou donné alors à Cigala, il s’agissait de leur domestique, non d’une marchandise. En tout cas, la cargaison est, d’évidence, importante et, sans doute, de valeur, à en juger par le montant du nolisement et, plus tard, par l’âpreté avec laquelle patron et chevaliers de Rhodes cherchent à s’en emparer. Selon Giovanni Clavaricia, le Grand Maître voulait soutirer aux musulmans 2 000 florins28 ».

  • 29 À titre d’exemple, citons le voyage de Cataneo Cigala à Beyrouth et Famagouste en 1388, qui porte (...)
  • 30 ASG. Notai antichi 534 (notaire Giovanni de Pineto), f. 178, 27 mai 1439.
  • 31 T., f. 1B.
  • 32 On notera du reste que Bartolomeo est un témoin un peu amnésique : après avoir risqué le nom de Be (...)
  • 33 Du néo-grec ἀπoδείξις (grec ancien ἀπoδείξις), manifestation, déclaration, d’où aussi preuve ; il (...)
  • 34 Mise au point sur les nolisements ad cantaram dans ibid., 2, p. 621-623.

17Venons-en au parcours prévu par ces marchands turco-mongols, car les témoignages divergent sur ce point. D’abord, où embarquèrent-ils ? Il est très probable que les marchands de Solgat venaient d’Alexandrie, dont le scribe a failli écrire le nom pour Tripoli, et où, d’après Anfreono Embriaco, ils se replieront après leur captivité à Rhodes. Itinéraire bien normal au Levant mamluk, nos marchands s’étaient ensuite rendus sur la côte syrienne avant de gagner l’Anatolie. Le vrai départ se fait donc de Syrie, mais il est très probable que, parmi leurs marchandises, les Mongols en convoyaient d’Egypte. Quant au port syrien d’embarquement, on pourrait, à première vue, opter pour Beyrouth, dont la famille Cigala était familière depuis longtemps, comme elle l’était de Damas et de Famagouste, l’escale suivante de notre parcours29 : encore en 1439, un Antonio Cigala trafique à Damas et Beyrouth sur les camelots et le sel ammoniac30. En tout cas, Raffaele affirme, au rapport direct des intéressés qui le lui auraient dit en prison, et cela en présence d’un autre témoin, Bartolomeo de Croce, qui l’y avait accompagné, que le départ s’est bien fait de Beyrouth31 ; mais, dans son propre témoignage, Bartolomeo fait preuve d’une grande incertitude : sous sa dictée, le scribe a commencé à écrire le nom d’Alexandrie, cancellé pour faire des partes Syrie le point de départ du voyage, ce qui permet au moins de dire que, bien qu’ayant participé à la conversation de Raffaele avec les prisonniers, Bartolomeo ne sait pas précisément d’où sont partis nos marchands32. Et, en effet, quatre autres témoins, Angelo Cataneo, Nicola Canevali, Giovanni de Finale et Anfreono Embriaco, situent à Tripoli l’embarquement des marchands mongols et turcs. Plusieurs témoins affirment avoir vu et lu une apodixia33 par laquelle Gregorio Cigala s’engageait envers les marchands, mais il semble que le texte ne mentionnait pas le port de départ : c’est ce qui ressort du témoignage de Raffaele, mais aussi de celui d’Angelo Cataneo, alors que l’un tient pour Beyrouth et l’autre pour Tripoli. Imaginerons-nous que les marchands mongols emprisonnés ont sciemment prétendu, parce qu’ils y auraient eu un intérêt inconnu de nous, qu’ils avaient embarqué à Beyrouth, alors qu’ils l’avaient fait à Tripoli ? Il semble plus raisonnable de penser que l’apodixia restait en effet muette sur ce sujet, tout simplement parce que, pour un voyage de cette ampleur, le nolisement était le même, qu’on partît d’un port ou de l’autre, compte tenu de la faible distance qui les sépare et du fait que les bateaux, en général, ralliaient l’un après l’autre : les nolisements sont des contrats amiables et globaux, qui prennent en compte, plus que les distances, le volume, puis la valeur des marchandises, à moins qu’ils ne soient nettement disproportionnés, et on le verra, dans le présent cas, lorsqu’il sera question de rallonger notablement le parcours initialement prévu34.

  • 35 Sur ce point, W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, 2 vol. , Leipzig 1885-1886, ré (...)
  • 36 T., f. 2A.
  • 37 Ibid., f. 4A.

18Qu’ils soient partis de Beyrouth ou de Tripoli, où allaient ces marchands ? Tous les témoignages sont d’accord sur un point : le contrat portait sur un voyage vers Candelore (Alaya-Alanya) où, selon Raffaele, les marchands devaient être déposés avec leurs marchandises : tels étaient les termes stricts de l’apodixia qu’il déclare avoir lue, et Bartolomeo de Croce s’en tient là, tout comme Angelo Cataneo qui, lui aussi, a lu l’apodixia de Gregorio, ou encore Giovanni da Finale. Cependant, il devait y avoir naturellement des haltes avant Candelore, et c’est pourquoi cette même apodixia, prévoyant l’éventualité d’une escale à Famagouste, contenait une intéressante clause de garantie, qui ne fait que souligner la pesanteur du monopole génois, maintenu en 1410, quand le roi Janus confirme à Gênes la fermeture de tous les autres ports de Chypre aux commerçants étrangers35 ; compte tenu du fait que les Sarrasins devaient payer aux « commerciaires de grosses quantités d’argent », Gregorio s’engageait, au cas où, du fait d’une escale faite à Famagouste, les Turco-Mongols y subiraient quelque dommage, à les en indemniser intégralement36, ce qui souligne la confiance mesurée que les marchands musulmans pouvaient avoir envers cette redoutable douane et confirme leur tendance connue à éviter de passer par le port chypriote. Or, Gregorio a bien fait escale à Famagouste, puisque Giovanni Clavaricia déclare avoir eu vent de l’affaire « quand il revenait de Famagouste avec Gregorio Cigala »37.

  • 38 Ibid., f. 4A.
  • 39 Ibid., f. 10A.
  • 40 Ibid., f. 9A.
  • 41 Ibid., f. 9A.

19Pourtant, si l’on en croit certains témoins, le nolisement était beaucoup plus complexe : c’est encore Giovanni Clavaricia qui, monté à bord à Famagouste comme nous l’avons dit, affirme que les marchands musulmans avaient conclu un accord avec le patron pour Candelore, Rhodes et Chio, pour leurs personnes comme pour leurs biens, et qu’ils le clamaient publiquement38, ce que confirme Anfreono Embriaco, y ajoutant d’intéressantes précisions financières : les marchands auraient en fait conclu un contrat prévoyant trois destinations éventuelles, Candelore, Rhodes et Chio, pour lesquelles ils s’engageaient à payer respectivement 100, 200 ou 300 florins, ce qui doit nous donner les tarifs pratiqués communément pour chacune d’elles39. Quant à Giovanni da Finale, il nuance fortement l’affaire : les marchands avaient bien conclu un nolis de cent florins pour Candelore, mais, en y arrivant, le temps était si détestable que, effrayés par la tempête, musulmans et Génois auraient renoncé à débarquer, le navire gagnant alors Castellorizo. Giovanni serait alors descendu à terre pour acheter du pain, comme ses fonctions le comportaient, et, en remontant à bord, aurait constaté que certains musulmans s’étaient arrêtés dans l’île ; et c’est alors que les autres se seraient entendus avec Cigalla pour lui payer, en supplément, un nolis de cent florins pour Rhodes, et cent florins de plus s’il les menait à Chio40, ce qui correspond exactement au barème donné par Clavaricia. Détail bien étrange cependant : Giovanni da Finale, lui aussi amnésique, tout en gardant conscience de ses devoirs, déclare que, en sa qualité de scribe du navire, le patron l’a envoyé auprès des marchands pour mettre au clair l’accord final, « le noter et l’écrire », tout en avouant « qu’il ne l’a pas écrit, à ce qu’il croit », après avoir bafouillé « qu’il ignorait s’il l’avait fait »41. Gageons qu’il y avait bien eu un accord, mais tacite comme il en était beaucoup qui nous restent évidemment presque toujours inconnus : si Gregorio a tenu à coucher les nouvelles clauses dans une apodixia, il va en effet au-delà des pratiques les plus courantes, qui supposent la confiance entre patron et usagers. Mais, notons-le dès maintenant, à la différence de la garantie qu’il avait donnée pour Famagouste, Gregorio n’assure en rien nos marchands au cas où ils descendraient à Rhodes : nous verrons que, les voyant disposés à débarquer dans l’île des Chevaliers, il tiendra à les avertir des risques encourus.

  • 42 Ibid., f. 4A.
  • 43 Ibid., f. 5B.
  • 44 Ibid., f. 10A-B.

20La tempête, quant à elle, fait aussi problème, bien qu’elle soit mentionnée par trois autres témoins. Giovanni Clavaricia, qui est de ceux qui admettent que le nolisement était passé pour Candelore, Rhodes et Chio, la situe avant l’arrivée dans les parages de Candelore, déclarant que c’est à cause d’elle que le navire dut se dérouter sur Castellorizo d’où la plupart des musulmans se seraient rendus à terre, c’est-à-dire à Candelore, tandis qu’un petit groupe aurait été retenu sur le bateau à la suite d’un différend survenu avec le patron, en désaccord sur le contrat ; après les tractations qu’on imagine, ce groupe serait resté à bord jusqu’à Rhodes où Cigala aurait reçu d’eux ce qu’il prétendait lui être dû42. Bien plus. Angelo Cataneo affirme que, lorsque, arrivés en vue de Candelore, les marchands demandèrent à Gregorio de les déposer à terre, comme il était convenu, le patron, avec un remarquable cynisme, leur répondit « qu’il faisait un temps splendide, et qu’il les mènerait à Chio et qu’il ne pouvait pas sans difficulté les déposer à Candelore »43. C’est pourtant le troisième témoin. Anfreono Embriaco, qui semble donner la version la plus acceptable : entre Tripoli et Candelore, le temps avait été très mauvais, puis il s’était remis au beau, et c’est pour profiter de cette embellie que Cigala aurait évité l’escale prévue, voulant rejoindre au plus vite son but, Chio, tout comme les marchands génois présents à bord, qui pèsent de tout leur poids sur lui pour qu’on poursuive le voyage44.

21Pour ce qui est du scribe Giovanni da Finale, il vole au secours du patron, et son témoignage est donc fort louche, surtout si on le compare à celui de son subordonné, le scribe-adjoint Nicola Canevali, qui ne mentionne aucune tempête, ne parle pas de l’escale à Castellorizo, et déclare nettement que, si Cigalla a bien conduit les Sarrasins à Rhodes, il croit savoir qu’il aurait dû, en fait, les déposer à Candelore. Cependant, si le navire voyageait entre septembre et décembre, il n’est guère étonnant qu’il ait essuyé une tempête, qui peut en effet avoir eu lieu avant le passage devant Candelore : le patron, homme expérimenté, et qui doit toujours prendre en compte l’opinion de ses passagers, surtout s’ils sont génois, tenait donc fort à gagner au plus vite Rhodes et Chio en profitant du beau temps, ce qui explique sans doute le risque qu’il prend de cingler sur Castellorizo, ce qui suppose une course de près de 200 kilomètres, à condition de couper en droiture tout le golfe de Satalia, pour y débarquer en effet un autre groupe de musulmans, comme en témoigne Angelo Cataneo.

22Certes, Gregorio Cigala est un personnage, non seulement par les fonctions qu’il vient d’exercer, mais aussi parce qu’il est un familier de Rhodes et même de ses plus hautes autorités : nous le verrons, à Rhodes, manipuler le Grand Maître lui-même dans le cadre de l’affaire de nos musulmans, et plus tard voyager avec lui jusqu’à Palerme. Ce personnage qui peut se permettre de traiter cavalièrement le Grand Maître est en outre très certainement un homme riche : il est propritaire d’au moins deux bateaux, celui qu’il patronne de Tripoli à Rhodes et celui sur lequel, selon Anfreono Embriaco, il fait embarquer, toujours à Rhodes, certains musulmans qui voulaient gagner Chio et Gallipoli, le scribe Giovanni da Finale précisant pourtant que lui-même, associé à Nicola Spinola, l’avait entre-temps acheté à Gregorio, en sorte que les deux nouveaux propriétaires escortèrent eux-mêmes les musulmans jusqu’à Gallipoli. Pourtant, il serait trop facile de le réduire à la figure du seul maître à bord, ne voyant dans ses passagers musulmans qu’un pur objet d’exploitation.

  • 45 Ibid., f. 5B.
  • 46 Qui Sarraceni non proplerea curaverunt de dicta navi descenderé nec etiam dictus Gregorius et alii (...)

23Le personnage s’éclaire mieux quand on tente de reconstituer le film du voyage de Tripoli à Rhodes. Il semble s’annoncer fort bien puisque, Cigala ayant ancré à Famagouste où il n’était pas sûr de faire escale, rien de fâcheux n’est manifestement arrivé aux négociants turcs et mongols, et tout reste normal jusqu’à l’arrivée dans les eaux de Candelore. Pourquoi donc le patron, à ce moment, se refuse-t-il à mouiller dans un port où les Génois étaient bien connus depuis le xiiie siècle ? Si on écarte l’hypothèse de la tempête, et si on se refuse à croire que, dès ce moment, Cigala a décidé de tirer parti de ses passagers, le texte nous livre quelques pistes vagues mais intéressantes. Certes, Raffaele se contente de dire que, arrivé à Candelore, le patron se refuse à débarquer ses clients, malgré leurs objurgations incessantes, ce que ne fait que reproduire Bartolomeo de Croce, mais d’autres ajoutent des précisions : nous savons que, pour Angelo Cataneo, le patron répond qu’il « pouvait difficilement les déposer à Candelore »45, et son scribe Giovanni da Finale renchérit en déclarant que les Sarrasins eux-mêmes reculent devant un débarquement, « le temps étant impropre et mauvais », ainsi que Gregorio Cigala et d’autres Génois46.

  • 47 Ibid., f. 2A. Castellorizo n’est qu’à un mille du port turc le plus proche, Kaş.
  • 48 Ibid., f. 10A. Cela signifie que les musulmans qui débarquent sur ces côtes n’en ont, eux, apparem (...)

24La réponse nous paraît être dans le contexte politique : nous savons que Candelore est alors aux mains du Qaraman, allié de Mehmet, alors que les Détroits dépendent du bon vouloir de Suleymân, qui pourrait s’offusquer d’un trafic génois trop voyant en ces parages, et encore plus du transport vers la Qaramanie de musulmans manifestement plutôt amis de son frère-ennemi : le grand marchand Cigala, en outre fort lié à Péra pour qui comptent essentiellement les Détroits, devait en être bien conscient. Une telle impression nous paraît renforcée par un autre détail : Cigala ne semble pas tout sacrifier à l’appât du gain ; alors que cela lui vaudrait un nolis double ou triple, il ne semble pourtant pas tenir à ce que les Turco-Mongols restent à son bord jusqu’à Rhodes et Chio. Quand le bateau touche Castellorizo, où descendent volontairement la plupart des musulmans, le témoin le moins favorable à Cigala, Angelo Cataneo, doit avouer que le patron suggère aux autres Sarrasins d’y descendre à leur tour, ce qu’ils refusent absolument, déclarant qu’ils y seraient en grand péril, ce dont Raffaele nous donne les raisons, mais en élargissant le fait à une portion plus large des côtes anatoliennes : le bateau est, selon lui, non à Castellorizo, mais dans la région de Syridonia, toponyme inconnu mais qui peut très bien être un terme composé dont les bases seraient l’ancienne cité de Sura et le cap Chélidonion, de toute manière, une portion de la côte de Lycie toute proche, en effet, de Castellorizo : quoi qu’il en soit, les musulmans se déclarent terrorisés à l’idée de débarquer sur ces « terres désertes et inhabitables »47. Au reste, on ne peut affirmer qu’Anfreono Embriaco parle bien de Castellorizo lorsqu’il dit que certains musulmans ont été débarqués en Turquie48, car il peut aussi bien avoir en vue ces cotes lyciennes proches des contins de la Qaramanie ; de toute manière, l’île et son environnement continental font peur, car tout y est désert, inhabité et abandonné. Mais, à vrai dire, si les Turco-Mongols refusent de débarquer, ce n’est certainement pas pour cette vague raison, car l’île est toute proche du continent, et d’autres musulmans, nous l’avons dit, y sont bien descendus.

  • 49 Ibid., f. 5B
  • 50 Sp. Vryonis Jr., Nomadization and Islamization in Asia Minor, Studies on Byzantium, Seljuks and Ot (...)
  • 51 Même si on ne suit pas l’auteur dans toutes ses déductions, l’ouvrage essentiel sur ces mouvements (...)
  • 52 Balivet, Islam mystique, cité note précédente, p. 54-55.

25Une telle différence de réaction s’explique sans doute par une petite phrase du témoin Cataneo : pour lui, ceux qui sont descendus volontiers dans l’île sont des facherii (fikira), mot arabe et turc qui désigne littéralement des pauvres, des misérables, ce qui ne doit pas être pris au pied de la lettre, puisque ces pauvres ont bien payé un nolis depuis la Syrie, mais dans le sens religieux d’ascètes mendiants, comme le sont à cette époque la plupart des derviches musulmans ; et l’on observera que ces « fakirs » étaient associés au groupe de marchands turco-mongols, dont ils constituaient l’élément majoritaire49. La Qaramanie était, depuis le xiiie siècle, une terre réceptive aux doctrines mystiques, parfois étrangères au monde turc, comme celle des Mavlavi, issus de Celai ad-dîn Rumi, qui avait balisé son territoire de petits groupes de fidèles, dont l’un peut effectivement être localisé à Alanya50. Et l’on sait que l’attrait pour ces derviches avait encore crû à la fin du xive et au début du xve siècle, alors que s’édifie, puis se défait, une nouvelle version de cet État musulman que les mystiques avaient toujours eu en horreur51. Quelles que soient les légendes et les distorsions qui furent ensuite apportées à sa biographie, c’est dans les années 1405 que le principal représentant de ces mouvements, le cheikh Bedreddin de Samavna, qui avait longtemps vécu en Orient et en Egypte, s’en revient vers sa Thrace natale, en passant par la Qaramanie. L’émir, Mehmet b. Aleddîn Alî, qu’entoure une renommée d’impiété et qui n’a pas, à peine libéré des geôles de Bayezid, fait le choix entre ses successeurs potentiels, aurait reçu le cheikh pour se railler de lui, peut-être parce que l’essor des confréries mystiques dans ses États le préoccupait sérieusement52.

  • 53 Ibid., p. 56-63.

26En tout cas, notre texte illustre l’existence de liaisons religieuses entre le Levant musulman et le territoire anatolien : Bedreddîn lui-même avait longtemps étudié et enseigné en Égypte, puis était revenu vers le pays de Rûm, en 1405, faisant étape à Alep, et ce sont précisément les affrontements en mer qui l’avaient convaincu de prendre la route pour se rendre en Qaramanie, puis dans le sultanat d’Aydin, sans doute à travers des contrées réceptives à ses idées : c’est de Smyrne, où l’émir Cüneyd semble avoir été un sympathisant, que sa renommée aurait gagné jusqu’à l’île génoise de Chio, y suscitant même des conversions à l’islam53.

  • 54 tanquam coacti dit Raffaele (T., f. 2A), contre eorum voluntatem selon Bartolomeo de Croce (f. 5A)

27Pour en revenir à nos fakirs, non seulement ils n’avaient rien à craindre à débarquer à Castellorizo pour gagner ensuite le continent, mais ces parages étaient à l’évidence le seul but de leur déplacement ; en outre, ils n’avaient guère le choix car, hommes de religion, ils savaient les dangers auxquels ils s’exposeraient en poursuivant jusqu’à Rhodes, chez ces Hospitaliers spécialistes de la croisade. En revanche, les autres musulmans, qui sont surtout marchands, même s’ils s’indignent de ne pas aboutir au port où ils ont manifestement des affaires à traiter, savent que, à Rhodes ou à Chio, et moyennant les compromis financiers d’usage, on fermera probablement les yeux sur leur passage. Le dossier souligne donc qu’ils protestent, se disent « contraints » à poursuivre leur voyage54, mais aussi qu’ils finissent par arriver à un accord avec Cigala : ils paieront 100 florins de plus s’ils débarquent à Rhodes, 200 dans le cas où ils pousseraient jusqu’à Chio.

  • 55 Respectivement f. 5B et 9A.
  • 56 quod ipsi Sarracenì se obligabant sibi dare ducatos ducentos, et ipse Gregorius tenebatur eos Rodu (...)
  • 57 Ibid., f. 2A.
  • 58 Ibid., f. 5B. La déposition d’Angelo Cataneo désigne ce même contrat sous le nom d’apodisia, ce qu (...)
  • 59 Ibid., f. 8B.
  • 60 Ibid., f. 9A.

28Notons bien qu’il s’agit d’une convention : les Mongols n’ont à l’évidence pas l’argent nécessaire sur eux, et les nouveaux nolis doivent être réglés à l’arrivée ; si on en croit Giovanni Clavaricia, la situation avait été apurée de Tripoli à Castel-lorizzo, mais le trajet de cette île à Rhodes devait être payé à cette escale selon Angelo Cataneo et Giovanni da Finale55, et les Mongols eux-mêmes, dans leur prison, confirment à Raffaele avoir promis de payer 200 florins au terme du voyage, c’est-à-dire à Rhodes56. Raffaele déclare, toujours sur la foi des Mongols, que Cigala, moyennant une modification du contrat stipulée dans un autre acte sous seing privé, ici nommé cedula, et compte tenu des sommes considérables que les Sarrasins devaient payer à Rhodes, s’engageait à les y préserver de tout dommage57, ce que confirme Angelo Cataneo58, alors que Gabriele Calvo déclare savoir que Gregorio a rédigé une apodixia dont il ignore le contenu59, et que le scribe Giovanni da Finale, franc partisan du patron, ne parle que d’une apodixia énumérant les clauses du nolis et met en scène Gregorio, à l’arrivée à Rhodes, mettant en garde les marchands, qu’il estime sans garantie dans l’île60 ; Cataneo souligne d’ailleurs, nous le savons, que l’assurance faisait l’objet d’une apodixia distincte. Il est clair que Raffaele et ses partisans ont intérêt à charger encore les responsabilités de Cigala, pour eux coupable d’extorsion et de parjure, alors que ceux qui savent, comme le scribe, peuvent se permettre de faire du patron un homme honnête, qui cherche à sauvegarder ses passagers.

  • 61 Ibid., f 10B.

29On dira certes que, compte tenu du nolis supérieur, Cigala avait intérêt à mener ses passagers jusqu’à Chio : et, en effet, quand les musulmans se résignent à ne pas débarquer à Candelore, Anfreono Embriaco campe le patron et les autres marchands génois qui cherchent à les dissuader de descendre à Rhodes, soulignant que leur sécurité n’y serait pas pleinement assurée. Mais ne serait-ce pas qu’ils avaient omis de déclarer leurs marchandises aux commerciaires de Rhodes, comme le souligne un passage cancellé du même témoignage, dont nous retrouverons plus tard des échos61 ? On n’oubliera du reste pas que certains musulmans, sans doute mieux informés et qui, contrairement aux Mongols de Solgat, ne tenaient pas à rester dans les parages anatoliens, montent alors, à l’instigation de Cigala, sur son deuxième bateau, qui les mène sans encombre à Gallipoli via Chio, sans avoir touché terre à Rhodes.

  • 62 Ibid., f. 6A.

30L’escale de Rhodes n’était évidemment pas souhaitée par les marchands mongols qui semblent s’en être assez mal expliqués quand Raffaele les visita en prison : Angelo Cataneo en sait plus sur les raisons de leur descente à terre, puisqu’il en fait la conséquence de la vente de son bateau par Cigala, un fait imprévu qui explique aussi pourquoi nos marchands, qui pensaient poursuivre vers Chio, n’ont pas déclaré leur cargaison auprès des commerciaires rhodiens62, un fait également signalé par Anfreono Embriaco. Faisons crédit à Cigala et aux autres marchands génois, qui étaient bien informés de cette omission, de leurs efforts pour mener les Mongols à passer directement sur le bateau en partance pour Chio, mais reste que Cigala avait bien vendu l’autre, et qu’un déchargement s’imposait, le transbordement d’une importante cargaison de bord à bord étant techniquement difficile, ce qui supposait ensuite que les marchandises fussent entreposées à Rhodes.

31Si les choses dégénèrent, c’est qu’un débarquement et la poursuite du voyage sont deux choses bien différentes pour le patron, car n’oublions pas qu’il n’a pas été payé des nolis supplémentaires souscrits à Castellorizo et qu’il comptait bien toucher à Chio ; or, s’il est un point sur lequel tous les témoins sont d’accord, c’est que, à Rhodes, les Mongols n’ont aucun moyen financier : toute leur fortune est investie dans des marchandises qu’ils comptaient vendre à Candelore, au pis-aller à Chio. Au reste, l’argument qu’emploiera d’abord Raffaele pour convaincre le gouverneur de Rhodes de les relâcher, c’est qu’il n’a absolument rien à attendre de marchands étrangers, éloignés de leur pays d’origine, malades et à peu près morts de faim.

  • 63 On remarquera que les musulmans parlent toujours de ducats, alors que les témoins génois s’exprime (...)

32Aussi les témoignages divergent-ils beaucoup sur ce point : Cigala sait bien qu’il a extorqué les sommes qui lui restent dues, et les musulmans excipent d’une véritable prise en otage en mer pour se déclarer en règle avec lui, puisque les marchands turcs avaient acquitté à l’avance le nolis originel de 100 ducats, en sorte qu’ils n’avaient plus, normalement, rien à débourser63.

  • 64 Ibid., f. 4B.
  • 65 Ibid., f. 6B. 7B pour le témoignage de Nicola Canevali et 10B pour celui d’Anfreono Embriaco.
  • 66 Ibid., f. 6B.

33Ce différend n’est pas signalé par toutes les sources, ou bien il est infléchi selon les intérêts qu’elles soutiennent : ainsi, les musulmans emprisonnés et Raffaele, leur interprête et partisan, ne parlent-ils nullement des circonstances dans lesquelles s’est fait le déchargement pour en venir immédiatement à la saisie des marchandises. Mais Giovanni Clavaricia est plus clair : à l’arrivée à Rhodes, Cigala a réclamé aux musulmans « le reste de ce sur quoi ils étaient tombés d’accord à Castellorizo », en principe donc 200 florins, que les musulmans se refusent à payer, si bien que Cigala, à titre de garantie, fait consigner la cargaison à bord ; et ce sont alors les marchands musulmans qui transmettent leur plainte au Grand Maître, dont la réaction immédiate aurait été d’ordonner au patron de leur restituer tous leurs biens ; mais, encore qu’avec prudence, le même témoin ajoute que, à sa connaissance, Cigala n’obéit que très partiellement à cet ordre : il garde par-devers lui l’équivalent en marchandise des nolis qu’il s’estime dus et ne décharge que le reste ensuite, le remettant entre les mains du gouverneur de Rhodes, le seigneur Dragono (ou Dragonono), comme le lui aurait aussi intimé le Grand Maître64, exception étant faite probablement de l’esclave noir pour lequel, selon Nicola Canevati, Gregorio aurait versé 25 florins d’or aux marchands, un « petit esclave noir » (sclavotus unus niger) que, selon Anfreono Embriaco, les marchands auraient donné de leur plein gré au patron, ce qui est peu probable, compte tenu de leur manque d’argent, et aussi du fait qu’Embriaco s’efforce de faire croire que Cigala n’a rien retenu d’autre des biens mongols65. Détail intéressant, ce petit esclave noir n’était pas le seul que détinssent les marchands sarrasins : il n’était, toujours selon Nicola Canevali, qu’un ex aliis dictorum Sarracenorum66, ce qui signifie évidemment que ces derniers, entre autres activités, pratiquaient le trafic des esclaves noirs, qu’ils avaient probablement achetés à Alexandrie.

  • 67 Ibid., f. 10B.
  • 68 Ibid., f. 9A. Balard, Lu Romanie Génoise, 2, p. 593, ne parle en effet que d’une diminution de cet (...)
  • 69 T., f. 8B.

34D’autres témoins laissent pourtant entendre que les marchands mongols ont débarqué leurs biens de leur plein gré, et malgré les mises en garde de Cigala : c’est le cas d’Embriaco, toujours favorable au patron, qui ajoute que ce déchargement s’est fait vers le magasin que Cigala possédait à Rhodes, et d’ordre du gouvernement de l’île67. Quant au scribe Giovanni da Finale, employé de Gregorio et futur acheteur de son bateau, qui insiste fort sur les mises en garde du patron dont il aurait été lui-même le messager, il nous transmet une donnée qui, à son sens, explique la décision des Mongols de débarquer à Rhodes : ils auraient eu peur de certains bateaux catalans qui croisaient dans les parages68, un autre témoin, Gabriele Calvo, déclarant que, si la communauté génoise de Rhodes n’a rien fait pour libérer les Mongols, c’est quelle était alors bien trop occupée par la présence de ces vaisseaux catalans, une preuve que la menace catalane a continué à sévir en ces parages bien au-delà de la fin du xive siècle, au point de mener les marchands génois à tenir conseil sur la conduite à adopter, et même à suspendre d’autres décisions importantes en raison de cette menace69.

35Répétons que Cigala n’avait pas vraiment intérêt à laisser les Mongols débarquer à Rhodes ; apparemment, il est lui-même à court d’argent, puisque qu’il y vend son bateau à son propre scribe, Giovanni da Finale : or, si les Mongols ne vont pas jusqu’à Chio, il risque d’y perdre les 100 florins supplémentaires que lui aurait valu la traversée complète. Aussi peut-on comprendre qu’il s’acharne à encaisser ses nolis, et même essaye d’extorquer aux musulmans, en profitant de leur désarroi, le paiement d’une somme de 300 florins, ce qui consiste à les voler de 200 florins, puisque les Turcs en avaient payé 100 avant de débarquer à Castellorizo et que la traversée de cette île à Rhodes avait été estimée par lui-même à 100 autres florins : c’est la prétention qu’il affiche face à Raffaele quand celui-ci demande à le voir après avoir appris l’aventure des musulmans.

  • 70 Ibid., f. 3B.
  • 71 Ibid., f. 2B.
  • 72 Balard, La Remanie Génoise, 1, p. 373-374, avec les références.

36Bien entendu, la prétention était trop grosse, et Gregorio devait s’attendre à voir les marchands pousser les hauts cris, ce qu’ils font dès que Raffaele la leur répercute en prison : il leur est aisé de dire que les Turcs ont payé les premiers 100 florins, et qu’ils n’en ont promis 200 de plus que sous la contrainte70. Il est clair que, pour prétendre voler aussi effrontément, il ne suffit pas d’avoir affaire à des musulmans « étrangers, éloignés et malades » : Cigala jouit de forts appuis à Rhodes, et Raffaele le sait trop bien quand, par antithèse, il souligne, constatant que ses moyens personnels ne lui permettent pas de faire relâcher les musulmans, que lui-même est un étranger dans l’île et n’y peut faire jouer aucune protection71 ; ses appuis sont à Gênes et à Caffa, et même si le consul de cette colonie est devenu, à l’époque, le mieux rétribué et le plus prestigieux des fonctionnaires génois d’outre-mer72, il ne peut être d’aucun secours à Rhodes et doit se borner, nous le savons, à communiquer la plainte du khan aux autorités de la métropole. Or, Cigala, qui est fort à l’aise à Péra et se trouve aussi probablement chez lui à Chio, a, tout d’abord, clairement de son côté les autres marchands génois de Rhodes ; il est des leurs et ne fait pas qu’y passer, puisque nous savons qu’il y possède un entrepôt sur le port. Mais en outre, il est bien introduit auprès des autorités de l’île, depuis le gouverneur jusqu’au Grand Maître Philibert de Naillac, et il semble même braver l’autorité de ce dernier grâce à ses puissantes accointances, à moins qu’il n’ait réussi à s’assurer ses services. Dès lors, les malheureux Mongols deviennent l’enjeu de deux partis, dont l’un s’appuie sur la métropole et Caffa, l’autre sur Péra et l’Egée : le texte permet d’en déterminer les partenaires et les moyens d’action, et c’est en cela qu’il dépasse vraiment l’anecdote.

  • 73 Angelo Cataneo le confirme : T., f. 6B.
  • 74 Ibid., f. 8B. Il demeure un doute sur la dédicace de cette église, la graphie étant incertaine.
  • 75 Ibid., f. 6A.
  • 76 Ibid., f. 2B: in occasione aliquorum agendorum ipsos mercatores valde tangentium.
  • 77 Ibid., f. 8B.
  • 78 Ibid., f. 2B.
  • 79 Ibid.
  • 80 Ibid., f. 8A.

37Pour Gregorio Cigala, s’il a les coudées franches à Rhodes, c’est surtout grâce à sa familiarité avec les autorités de l’Hôpital, qu’il partage manifestement avec ses compères installés dans l’île, qui n’ont garde de lui faire défaut. En ce qui concerne la communauté génoise, Raffaele, s’il ne le savait déjà, apprend vite qu’il ne saurait compter sur son appui : quand il arrive d’Alexandrie, personne ne lui parle de rien, et ce sont les musulmans qui, de leur prison, lui envoient un messager pour l’informer de leur infortune, alors qu’il vient à peine de débarquer, ce qui souligne à la fois les facilités qui étaient concédées aux prisonniers et, surtout, le renom flatteur que le personnage avait sans aucun doute auprès des musulmans de Crimée. Cependant, Raffaele n’est pas dupe : tout le monde est au courant de l’affaire. Pourtant, étranger à Rhodes, il suit alors la filière officielle, sollicite et obtient du gouverneur, le seigneur Dragonono Clavoli, le droit de les visiter, et c’est d’eux seuls qu’il apprend le déroulement des faits, bien que, les textes le répètent presque tous, la rumeur en fut en effet publique parmi les Génois de Rhodes73. Pourtant, Raffaele se fait encore quelques illusions : le lendemain, il apprend que tous les Génois du lieu sont rassemblés dans une église (Gabriele Calvo déclare qu’il s’agit de l’église Saint Augustin74, mais Cataneo parle de celle de Saint Georges75), « en raison de faits qui touchaient de très près ces dits marchands », très probablement la menace des navires catalans76 ; il attend patiemment que les marchands aient réglé leurs problèmes, puis entreprend de leur expliquer publiquement l’affaire, insistant surtout sur le fait que, s’agissant de violences faites à un ambassadeur d’Edigü et à deux gros marchands de Solgat, il en pourrait sortir de gros inconvénients et pour Caffa et pour Gênes. Raffaele, qui semble avoir été fort éloquent, puisque Gabriele Calvo assure qu’il criait dans l’église77, termine naturellement son discours en sollicitant de l’assistance son aide dans l’intervention qu’il juge nécessaire auprès du Grand Maître et du gouverneur. Mais Raffaele avait-il bien fait d’invoquer les malheurs que l’affaire en cours risquait d’attirer « en son lieu et en son temps » sur les cités de Caffa et de Gênes, dont il est évident que les Génois de Rhodes n’ont cure ? Il est bien ébahi de voir que « aux propos qu’il avait tenus, personne n’avait fait la moindre réponse »78, ce dont il s’indigne en sortant de l’église, en compagnie de quelques Génois, qui acceptent alors de répondre, mais pour dire qu’il n’était pas question d’en parler dans l’église, parce que Cigala y était présent79, ce qui en dit long sur l’influence du personnage, et même sur la crainte qu’il pouvait susciter parmi ses compatriotes. A sa manière, Gabriele Doria confirme ces craintes des marchands, quand il déclare que, débarquant d’Alexandrie, « on murmurait » à Rhodes, parmi les marchands génois, à propos de la détention des musulmans, la seule chose qu’on exprimât publiquement étant la conviction que les Génois qui se trouvaient dans les régions dominées par ces Sarrasins auraient à payer et pour leur rachat et pour tout ce qu’on avait confisqué à Rhodes, ce qui se vérifiera d’ailleurs80. Raffaele a dès lors compris que les Génois de Rhodes ne pouvaient aller au-delà de ces larmes de crocodile versées sur des colonies lointaines dont ils ne risquaient pas de partager le sort : aussi en conclut-il qu’il ne peut dénouer l’affaire qu’avec le gouverneur Dragonono, dont il ignore sans doute encore les relations équivoques qu’il entretient avec Cigala.

  • 81 Ibid., f. 8B: in carceribus religionis Rodi. On remarquera que le mot religionis est un ajout, ce (...)
  • 82 Ibid., f. 5A.

38C’est que les musulmans, qui ne cessent de faire mander Raffaele tous les jours, ne lui ont pas tout dit. S’ils se sont, jusqu’alors, seulement plaints de Cigala, qu’ils accusent de les avoir détroussés après avoir rompu son contrat, déclarant qu’ils ignorent même la raison de leur emprisonnement, c’est qu’ils craignent évidemment les autorités locales et ne cherchent pas à les mettre en cause, d’autant que, à en croire un témoin, c’est dans la « prison religieuse » de Rhodes qu’ils ont été enfermés, ce qui suppose l’accord du Grand Maître81. Une prison dont, du reste, notre texte donne une triste idée : les prisonniers déclarent à Raffaele qu’ils en ont été réduits à vendre jusqu’aux rares vêtements qu’ils avaient sur le dos et s’en vont mourir de faim, Bartolomeo de Croce, qui accompagnait Raffaele dans la prison, y ajoutant un détail pittoresque : l’un des musulmans a même vendu le mouchoir (fassolum) qu’il portait sur la tête, sans doute son kefiyeh, puisqu’il n’avait plus rien d’autre pour se procurer du pain82. L’homme de Caffa n’a plus qu’une ressource, s’entendre avec le gouverneur dont, entre-temps, il a sans doute appris au moins une partie du rôle qu’il a pu jouer. De ce personnage haut en couleur, un seul témoin donne le nom : il se serait nommé Dragono Clavoli. Raffaele lui dit qu’il sait parfaitement qu’il détient les Sarrasins, et que c’est lui, Dragonono, qui leur a confisqué leurs biens, puis il lui expose le danger que Gênes et Caffa pourraient courir à la suite d’une telle affaire, insistant sur la reconnaissance que le gouverneur pourrait attendre de « tous les marchands génois » s’il voulait bien libérer les prisonniers. Or, le gouverneur ne nie pas tout : que Raffaele et les autres marchands génois n’aillent pas croire, répond-il, qu’il détient tous les biens des Mongols, car la moitié en est revenue à Cigala qu’il s’engage à faire comparaître pour en attester. La réaction de Raffaele est ici bien intéressante, puisqu’il affirme que peu lui importe entre les mains de qui les biens ont pu parvenir : ce qu’il craint par-dessus tout, c’est que Cigala parvienne à empêcher l’élargissement des prisonniers, une réflexion qui revient à dire que le Génois peut avoir les moyens de s’opposer aux décisions du gouverneur. Sans doute piqué au vif, ce dernier fait alors effectivement comparaître le patron, qui avoue en effet détenir la moitié des biens en question, Raffaele continuant à protester qu’il n’en a rien à faire, et que seule lui importe la libération des Mongols.

39Il est clair que le gouverneur avait jusque-là temporisé en chicanant sur les avoirs saisis : il tient d’importants musulmans et entend bien en tirer une rançon, ce qu’il avoue enfin à Raffaele, en la fixant d’abord trop haut, à 1 500 ducats, pour convenir aussitôt de s’en tenir à 1 000, exemple classique de marchandage en la matière, et ce, bien que Raffaele l’avertisse qu’il ne tirera rien des prisonniers. Dragonono doit en être persuadé lui-même, et propose un dernier arrangement : il libérera les prisonniers si Gregorio lui livre la moitié des marchandises qu’il détient, ce qui, au passage, démontre la valeur de la cargaison ; mais Raffaele répète qu’il ne peut entrer dans de pareils détails, ce dont le gouverneur est bien obligé de convenir.

  • 83 Ibid., f. 4B.
  • 84 Ibid., f. 6A.
  • 85 Ibid., f. 10B. Le scribe a écrit avania, mais il faut lire avaria.

40Visiblement, et à s’en tenir au témoignage de Raffaele. le gouverneur de Rhodes est fort gêné, mélangeant une affaire de saisie douanière et un problème de rachat. Mais les autres témoins permettent d’en savoir plus sur son évidente collusion avec Gregorio Cigala et de s’interroger sur le Grand Maître lui-même. Certes, le gouverneur ne ment pas sur le partage des biens des musulmans entre lui et le patron : nous savons que, selon Giovanni Clavaricia, Cigala a gardé une partie des marchandises pour se payer des nolis auxquels il prétendait, et qu’il a livré le reste à Dragonono, d’ordre du Grand Maître ; le même témoin déclare que ce dernier se disait dans son droit, parce que les Mongols « avaient fraudé ses douanes »83 ; mais le Grand Maître savait-il que le patron n’en avait livré que la moitié et que, très probablement, son gouverneur s’était approprié l’autre ? Angelo Cataneo met en scène, secundum famam, Dragonono fulminant contre les musulmans, coupables de n’avoir pas déclaré leurs marchandises, mais il accuse aussi clairement les deux hommes d’avoir ensuite fait part à deux : on notera au passage que le témoin craint tout à coup d’en avoir dit trop long et fait biffer une petite phrase qui reste en suspens (de quo uero multi Ianuenses ibi existentes84), qui prouve que la chose était en effet de notorité publique, d’autant que Gregorio avait fait entreposer les marchandises dans son propre magasin où le gouverneur avait ensuite dû venir se servir. Au reste, Anfreono Embriaco ne parle absolument pas de la fraude en douane : selon lui, les marchandises ont été déposées, sur ordre des autorités rhodiennes, dans le magasin de Cigala, et, postérieurement, « certaines avaries ont été pratiquées par le seigneur Dragonono Clavoli, par suite de la trahison d’un esclave sarrasin de ce même seigneur Dragonono, lequel esclave avait toute la confiance desdits Sarrasins85 ». On peut alors penser que, connaissant bien l’esclave du gouverneur (un Mongol de Solgat ?), les marchands lui avaient confié qu’ils n’étaient pas en règle avec les commerciaires, ce que l’esclave aurait rapporté à Dragonono, mais cet esclave aurait aussi pu agir pour des raisons toutes personnelles...

  • 86 Si l’on situe cette traversée à la fin de 1408 ou au début de 1409, on peut penser que Philibert d (...)

41Au-delà du gouverneur, il aurait été encore plus dangereux d’insister si le Grand Maître avait été complice, et on peut le croire quand Gabriele Doria raconte qu’il a quitté Rhodes sur un navire qui vogue vers Palerme, et sur lequel il a voyagé avec Cigala et le Grand Maître86, qui se plaignait amèrement du patron : selon lui, c’est sur les instances de Cigala qu’il avait fait emprisonner les Sarrasins de Solgat, et le Génois, ensuite, ne lui avait pas accordé les égards qu’il aurait pu en espérer. En somme, Cigala a utilisé la bienveillance du maître et ne lui a pas rendu les services qu’il attendait de lui et dont nous ignorons la nature ; il est cependant évident que le Maître se plaint non pas d’une quelconque insolence de Cigala à son encontre, mais bien du fait qu’il n’a pas reçu de lui le prix de sa complaisance : pourquoi pas sa part de la cargaison, ou plutôt une compensation financière de son « manque à gagner » fiscal.

42Aussi connues que soient ces collusions, l’affaire des musulmans gêne malgré tout les autorités rhodiennes, car Raffaele lui a fait une publicité tapageuse : c’est ce qui explique que le gouverneur, après avoir émis les prétentions que l’on sait et laissé passer quelques jours, en rabat très nettement, tout en cherchant à se prémunir contre ce qui pourrait déchaîner un scandale ; il convoque à nouveau Raffaele, pour lui proposer une libération des Mongols, mais à condition qu’ils remettent tout d’abord à Gregorio les apodixie qu’il avait souscrites, c’est-à-dire les preuves écrites des obligations auxquelles il s’était soustrait, et règlent les problèmes financiers qui les opposent à lui. En somme, le gouverneur, qui ne parle plus de rachat des prisonniers, cherche à s’effacer et à ramener l’affaire à ses proportions privées, d’où la deuxième entrevue entre Raffaele et le patron Cigala, dont on connaît déjà la teneur : le patron ne cherche qu’à toucher les 300 ducats qu’il croit avoir gagnés, les musulmans protestent qu’il s’agit d’une extorsion et ne lui doivent donc rien, un compromis finissant par être trouvé, fort défavorable du reste aux Mongols ; Gregorio propose de se contenter de 250 ducats, mais à condition de récupérer ses apodixie, preuves de ses manœuvres louches, qui pourraient devenir la source d’évidentes suites judiciaires.

  • 87 Sur le sens du terme à Caffa. M. Balard, « Infidèles » ou Coumans ? À propos des « Sarraceni » de (...)
  • 88 T., f. 3B.

43Et les prisonniers, comprenant qu’ils n’ont pas le choix, finissent par accepter. Reste qu’ils sont sans moyens financiers : d’une manière touchante, ils cherchent à se faire au moins restituer leurs affaires personnelles, des épées dorées, des manteaux et bien autre chose, à quoi Gregorio répond qu’il leur rendra leurs affaires, mais rien d’autre, parce que tout le reste a déjà été cédé, entendons à Dragonono, et qu’il ne l’a plus en sa possession. Pour les 250 ducats, les prisonniers prouvent cependant qu’ils savent comment s’y prendre ; il existe des solidarités entre marchands musulmans auprès desquels ils peuvent trouver du crédit, ce qui prouve que ces derniers n’évitent pas nécessairement Rhodes : il est un négociant sarrasin, disent-ils à Raffaele, qui s’y trouve alors et pourrait trouver l’argent nécessaire. Le terme de sarrasin s’opposant constamment, au cours du texte, à celui de turc, on pourrait penser que ce marchand est un Mongol de Crimée, compte tenu de l’emploi de ce terme dans les documents génois de Caffa87, mais il peut s’agir aussi d’un Syrien ou d’un Égyptien. Raffaele s’abouche alors effectivement avec ce Sarrasin mais, étant désormais sur le départ pour Chio, il confie l’affaire à Giovanni Clavaricia, qui devra transmettre les 250 ducats et les apodixie à Gregorio ; Raffaele termine d’ailleurs sa déposition en soulignant que la tractation a bien eu lieu, et que les musulmans furent en conséquence libérés88.

44Il nous semble donc clair que Gregorio Cigala joue, au sein de la communauté génoise de Rhodes, le rôle d’un véritable chef de parti, dont l’atout majeur est une étroite collaboration avec les plus hautes instances de l’Hôpital, même si ces dernières peuvent, chacune de leur côté, poursuivre des buts très personnels ; cette coopération suppose des complaisances réciproques, et il semble que les marchands génois de Rhodes y trouvent leur compte puisque, dans l’affaire qui nous occupe, ils manifestent envers Cigala une crainte respectueuse qui révèle de quel côté se trouvent leurs intérêts : ils le peuvent, face un personnage qui, pour récupérer une traite indue, a utilisé et même manipulé les moyens d’intimidation de l’Ordre, qui n’y a gagné que la moitié de la cargaison saisie et a dû renoncer à toute rançon, ce qui peut expliquer l’amertume qu’en conçut le Grand Maître, surtout si les marchandises ont été détournées par son propre gouverneur : nous le verrons s’en plaindre amèrement sur le bateau qui, plus tard, le mène vers Palerme.

45On comprend alors mieux pourquoi, tandis que Raffaele insiste lourdement sur les risques encourus par les Génois de Caffa et de Gênes, leurs compatriotes de Rhodes répondent par une superbe indifférence : ils constituent un groupe de pression égéen, sans doute lié aux Pérotes et à la Mahone de Chio, et ne semblent guère se soucier des perturbations pontiques, dont Gênes se préoccupe au plus haut point, preuve, s’il en fallait, de l’importance de Caffa dans sa stratégie politique et commerciale. Ce qui ne veut évidemment pas dire que ce parti soit systématiquement hostile aux musulmans : nous savons que, même lourdement taxés, ils sont présents régulièrement à Rhodes, et nous avons vu comment Cigala ne fait aucune difficulté pour laisser débarquer une partie de ses passagers musulmans à Castellorizo. On remarquera pourtant qu’il s’agit de Turcs, partenaires proches et naturels des îles génoises de l’Egée ; on sait du reste que, à l’époque qui nous concerne, la politique de la Mahone de Chio consistait à garder de bonnes relations avec les Turcs, ce qui devait déchaîner Boucicault contre elle en 1409.

  • 89 Ibid., f. 1B.
  • 90 C’est par contamination des deux traversées que, lors de l’interrogatoire de Gabriele Doria, le sc (...)

46Face à ce parti, Raffaele est le représentant d’un autre réseau d’intérêts, dont les épicentres sont, nous l’avons dit, Gênes et Caffa. Lui aussi fort impliqué avec le monde musulman, il n’y a pourtant pas les mêmes appuis : à notre sens, il représente la tradition du xiiie siècle, qui faisait de l’axe Égypte-mer Noire un des nerfs des intérêts génois en Orient. Pourquoi, d’abord, est-il le principal témoin, au point de faire figure d’accusateur : serait-il à l’origine de la lettre des consuls de la ville ? Dès le départ, Raffaele signale qu’il touche Rhodes au retour d’Alexandrie sur le navire de Cristoforo Calvo89, et il dira plus loin qu’il se rend à Chio90, sans doute en route pour Caffa plutôt que pour Gênes car, dans ce dernier cas, il faudrait supposer que, en 1408, il n’a pas soufflé mot de l’affaire. En tout cas, sa déposition démontre qu’il a le contact aisé avec les marchands musulmans : on sait qu’il rencontre celui qui va faire crédit aux prisonniers et qu’il en obtient satisfaction sans difficulté ; il est si confiant que, devant partir pour Chio, il charge Giovanni Clavaricia de conclure l’affaire, qu’il juge donc menée à bien, et ajuste titre. Il est assez étrange, dans ces conditions que son homme de confiance, qui affirme être resté à Rhodes uniquement pour en finir avec cette affaire, ne mentionne en rien l’emprunt fait au marchand musulman, se contentant de dire que l’entremise de Raffaele a empêché le Grand Maître de taxer lourdement les prisonniers, avant de l’induire à les libérer.

  • 91 Ibid., f. 2B: et cum summo affectu eum rogabant ut operaret taliter quod rellaxarentur, attento qu (...)
  • 92 On se souvient que, pour justifier l’importance d’une intervention en leur faveur, Raffael soulign (...)
  • 93 Un repentir du texte souligne à la fois l’attachement de Raffaele à Caffa et les modestes illusion (...)

47Mais c’est avec les musulmans tatars des environs de Caffa qu’il entretient les rapports les plus étroits, et ce n’est donc pas par hasard que les prisonniers lui dépêchent un messager dès qu’il touche Rhodes : lors de sa première visite, « c’est avec la plus grande effusion qu’ils lui demandaient de faire en sorte qu’ils fussent relâchés, attendu que, depuis très longtemps, il était lié d’amitié avec eux », et Raffaele leur répond sur le même ton : « Il est étranger en ces lieux », leur dit-il, « et cependant il va œuvrer pour eux exactement comme il le ferait s’ils étaient ses propres frères91. » Ce ne sont pas là des paroles en l’air : nous savons à quel point Raffaele s’est impliqué dans l’affaire, se gardant pourtant bien de jamais faire part, ni aux autorités ni aux marchands génois, des liens étroits qui l’attachaient aux Mongols, ce qui aurait pu le desservir. D’ailleurs, son homme de confiance, Giovanni Clavaricia, reste aussi discret, et pour les mêmes raisons. Lors de la scène de l’église, et parce qu’il sent que l’auditoire lui est peu favorable, Raffaele se borne, selon Cattaneo, à souligner qu’il connaît les prisonniers, ce qui corrige la chaleur avec laquelle les Sarrasins eux-mêmes l’avaient salué en invoquant leur ancienne amitié, mais l’amène aussi à confirmer la présence d’un ambassadeur d’Aydigh parmi eux92. Mais c’est surtout le témoignage de Gabriele Calvo qui permet de percevoir sa véhémence, produit de son attachement viscéral à sa colonie, Caffa : nous l’avons vu ne pas hésiter à crier dans l’église où sont réunis les marchands, parlant de « méfait » et protestant que les Génois de Caffa, « pâtiront en temps et lieu du dommage que [les musulmans] ont subi »93.

  • 94 Ibid., f. 10B : tamen sit quodprefati Sarraceni postea Alexandriam iverunt, ubi conquerendo se de (...)

48Interrogeant Calvo, le scribe avait d’abord écrit « les Génois », pour ajouter ensuite « de Caffa », mais c’est son premier jet qui semble correspondre à ses convictions et à son expérience, car tout le monde sait – même les Génois d’Orient les plus particularistes, peu préoccupés en moyenne de ce qui peut arriver de fâcheux à leurs compatriotes de la métropole ou d’autres colonies que la leur, ce que tout le dossier illustre au mieux – que la pratique constante, en terre étrangère, en vertu du vieux droit de represalia, est de faire payer à tout membre d’une natio qui tombe entre les mains des pouvoirs locaux, qu’ils soient chrétiens ou musulmans, les dommages causés, où que ce soit et même s’ils l’ont été en pays lointains, à leur frères de sang ou de religion. Cette crainte est illustrée par la déposition d’Anfreono Embriaco, qui est le seul à nous donner un aperçu des événements qui suivent le règlement des 250 ducats par le « musulman anonyme » ; d’après lui, les Mongols, libérés, seraient repartis vers Alexandrie, s’y plaignant vivement de Cigala, si bien que les Génois d’Alexandrie auraient été contraints par les autorités mamlûks au paiement de 3 000 besants pour compenser les dommages subis à Rhodes par les « Sarrasins »94.

  • 95 Ibid., f. 8A

49Car les Mongols n’étaient pas les seuls à se plaindre de Cigala : nombre de Génois, même s’ils n’avaient guère soutenu les efforts de Raffaele, savaient fort bien qu’une telle extorsion attirerait de gros ennuis à tous ceux d’entre eux qui commerçaient en terre musulmane, en pays mongol comme en pays arabes ou turcs, en vertu du droit de represalia : témoin pourtant bien prudent, nous avons vu Gabriele Doria avouer que, venant lui-même d’Alexandrie et débarquant à Rhodes, « il avait entendu que, à Rhodes, des marchands génois murmuraient au sujet de la détention desdits Sarrasins », ajoutant même que ce qui avait été ainsi extorqué aux musulmans, leurs marchandises d’abord, mais aussi le prix de leur rachat, « les marchands génois qui résident dans ces régions le paieraient », car le Grand Maître lui gardait aussi une sérieuse rancune, bien illustrée par ses doléances au cours de la traversée entre Rhodes et Palerme. Mais Doria est un noble Génois de Gênes, qui garde encore un semblant d’attachement à l’idée de communitas lanuensium…95.

50Tant il est vrai que les Génois, aveuglés par leurs divisions internes, et même par ce qu’on pourrait nommer un « campanilisme colonial », se désintéressent parfaitement du sort réservé à quiconque fait partie d’une coterie qui n’est pas la leur, encore bien plus, sans doute, des dommages que les fautes ou abus que leurs groupes de pression locaux peuvent faire imputer à la communauté génoise dans son ensemble. Car, si les Génois bataillent en ordre dispersé pour faire triompher leurs intérêts les plus étroits, vus du monde musulman, ils restent bien une seule et même communauté, parfaitement identifiable, dont chaque membre est responsable de tous les autres, en vertu du vieux droit de represalia, ce droit si détesté en cette fin de Moyen Âge, et surtout des cités marchandes dont il pouvait gravement léser les intérêts, de Gênes à Venise et aux cités dalmates : on sait que, aux xive et xve siècles, innombrables sont les conventions et traités où apparaît une clause de plus en plus stéréotypée, en vertu de laquelle les parties renoncent à cette vengeance collective légale, devenue archaïque et paralysante.

Anhänge

APPENDICE

ASG, Notai antichi 596 (filza du notaire Giovanni de Recco), document 6.

Le document se compose de dix feuillets, écrits chacun sur deux colonnes notées dans la transcription A pour la colonne de gauche et B pour celle de droite. Les feuillets ont été jadis pliés en accordéon et percés en leur centre pour laisser passer une ficelle permettant de lier l’ensemble et former ainsi une filza. Ce trou de ficelle a pu entraîner la disparition de quelques lettres.

[1A]. Die XXIII martii

Preceptum est per dominion Adam Centurionum, locumtenentem prions officii Romanie, in presentia ipsius officii, Raffaeli ludici presenti quatenus sub pena florenorum centum auri debeat96 coram eius officio exposuisse et dixisse quicquid ipse Raffael sit97 de eo quod ei dicetur per ipsum de Gregorio Cigalla quando se reperuit in Rodo, quod dictus Gregorius ibi conduxit certos Sarracenos, etc./

[1B]. + MCCCCXI, die XXIII martii

Raffael Iudex testis receptus et examinatus98 per dominos officiales Romanie, qui iuravit in eorum presentia de veritate difenda, etc.

Interrogatus et examinatus per me notarium infrascriptum in presentia dictorum dominorum officialium de infrascriptis super quibus voluerunt prefati domini officiales ipsum testificari, videlicet quia consules Caffe scripserunt ipsis litteras qualiter Aydighi conquerebatur, quoniam alias super navi Gregorii Cigalle Rodum vénérant Sar[ra]ceni99 tres Sulcatenses. Qui Sarraceni fuerunt depredati per ipsum Gregorium, et ultra eos fecit redimi florenos trecentos. Si querimonia dicti Aydighi vera est, aut si per dictum Gregorium supradicta fuerunt perpetrata aut commissa contra dictas très Sarracenos, et quicquid ipse scit de predictis debeat testificari, etc.100

Suo iuramento testificando, dixit se scire de predictis, videlicet quod dum ipse applicuisset de Alexandria super navi Christofori Calvi101 ad Paramoninum, quod est prope portion Rodi, habendo noticiam de eius adventu102, très Sarraceni videlicet amis nuncius Aydighi et duo mercatores, Sarraceni predicti destinaverunt103 nuncium quendam ipsi Raffaeli ut sibi liberet ad eos accedere ; qui très Sarraceni detenti erant in carceribus castri Rodi. Ipse104 Raffael Rodum accessit, etpostquam ibifuit, audiendo quodprefati Sarraceni detinebantur in dictis carceribus, licentiam requi-sivit a domino Dragonono ut sibi placeret quod eos visitaret. Qui dominus Dragononus contentus fuit et sibi licentiam dedit. Ipse testis vero105 accessit una cum Bartholomeo de Cru[ce]106 ad carceres ubi prefati Sarraceni detinebantur107, et visis enim dictis Sarra[cenis]108 et per ipsum Raffaelem recognitis109, audivit ab ipsis de miseria in qua erant, valde pietate fuit motus, postulavit ab eis causam quare ibi detinebantur. Qui ei responderunt quod Veritas erat quod ipsi in110 navi Gregorii Cigalle ascenderant in loco111 Baruti112 una cum certis Turchis. Qui Gregorius onerari debebat super eius navi cantaria XX rerum et113 mercium ac bonorum suorum, et qui Gregorius114 ipsos Sarracenos et Tur[chos]115 tenebatur116 cum eius bonis portare ad locum Canderorii, et ibi ipsos deponere117, et pro118 personis ipsorum Sarracenorum et Turchorum ac bonis eorum teneb[antur]119 ipsi Gregorio tradere120 ducatos centum auri, et de hoc ipse // [2A] Raffael vidit et legit quamdam apodisiam in qua predicta ad licteram continebantur, et in ea nomen prefati Gregorii scriptus erat ad maiorem cautellam, et adhuc in ipsa apodisia continebatur, quia Sarraceni121 tenentur solvere in Famagusta comerihariis de122 magnis quantitatibus peccunie123, quod in quantum contingeret prefato Gregorio Famagustam accedere, quod ipse124 tenebatur et se ipsis obligabat solvere125 omne damnum et interesse quod ipsis Sarracenis potuisset contingere pro applicuitu vel pro veniendo Fatnagustam126 ; postea vero sibi dixerunt quod, dum essent supra Candarorium, magnis cum precibus ipsi Sarraceni requisiverunt dicto Gregorio ut vellet eos ibi127 deponere prout eis promisserat. Qui Gregorius noluit eos deponere ibi ut ipsi Sarraceni sibi asseruerunt, et navigando128 prefati Sarraceni semper sese conquerentes quod eis129 non observabatur illud quod sibi promissumfuerat, essendo in partibus Syridonie dictus Gregorius voluit ipsos Sarracenos in terram deponere, ipsi Sarraceni postulando130 semper131 ipsi Gregorio magnis cum precibus132 ne velet ipsos deponere ibi133 in terras desertas et inhabitabiles, et videntes quod non poterant intentioni ipsius Gregorii134 resistere, non de ipsorum voluntate, sed tamquam coati ut non per ipsum Gregorium deponerentur in loco inhabitabili et derelicto, pervenerunt ad certa alia pacta cum prefato Gregorio, quod ipsi Sarraceni se obligabant135 sibi136 dare ducatos ducentos, et ipse Gregorius tenebatur eos Rodum deponere137, de quibus pactis et compositionibus138 vidit aliam139 cedulam in qua140 etiam continebatur quod ipse Gregorius se pro ipsis obligaverat eos conservare141 indemnes142 quantum pro upplicuitu Rodi, quia Sarraceni in Rodo143 tenentur solvere comerihariis certam144 quantitatem pecunie145. In qua apodisia ipse Raffael vidit quod nomen ipsius Gregorii scriptus erat ad quam apodisiam146 ipse Raffael, ad presens147 se refert148 prout in ipsa continetur. Et visis149 apodisiis supradictis et auditis his que superius fuit testi-ficatus, ipse Raffael ab eis peciit quicquid vellent quod esset facturus pro ipsis. Qui150 dixerunt ei / [2B] quod fuerant depredan et bona eorum erant eis ablata et quod causam nesciebant, et151 detenu152 erant in carceribus, et iam vendiderant vestimenta illa pauca que in dolso habebant, et quasi fame peribant et cum summo affectu eum rogabant ut operaret taliter quod rellaxarentur, atiento quod153 ipsum per magnum tempus eos amicicia iunctos fecerat154. Tunc ipse Raffael eis respondit quod ibi ipse extraneus erat, tamen operam illammet daret et faceret prout si fratres ipsius essent. Habitis his verbis, die sequenti, ipse se muerit155 in quaderni ecclesia Rodi cum omnibus mercatoribus Ianuensibus in ipso loco tunc existentibus occasione aliquorum agendorum ipsos156 mercatores valde tangentium157, et158 tunc per ipsos mercatores Ianuenses159 finem impositum ipsis agendis, ipse Raffael coram ipsis Ianuensibus dixit quod quidam nuntius Aydigi et duo alii mercatores Surcatenses detenti erant160 et pro ipso misserant161 et sibi dixeranfi162 quomodo detinebantur et spoliabantur omnibus bonis suis indebite, non enim hoc ipse163 querebat164 si165 iuste vel iniuste factum fiter at, sed ipsum valde rogaverunt ut velet166 tractare operant quod liberentu167 et ipsis mercatoribus semper notificando quod unus erat168 nuncius Aydigi, alii vero duo mercatores Sulcatenses magni169, quiquid170 Aydig semper inimicus lanuensium [fui]171, quare de de tendone et de[pre]datione172 ìpsorum posset adhuc173 inutilia evenire civitati Caffensi et Ianuensibus super quibus multa alia que possent contingere allegavit, et super hoc ipsos lanuenses mercatores pro evitandis scandalis que possent de facili evenire rogavit valde ut se vellent cum magno magistro Rodi reperire, aut cum domino Dragonono et talem dare operam quod ipsi Sarraceni relaxarentur. Quibus verbis expositis174 per ipsum Raffaelem175, nullus responsìonem ei fecit, postquam vero176 a dieta ecclesia récessif una cum ipsis mercatoribus, ipse aliqua verba habuit de predictis177 cum aliquibus ex ipsis178 mercatoribus quibus edam dixit quod valde admirabatur ne179 aliquis verbis expositis per ipsum tantum onus tangentibus nullum dederat180 responsìonem, qui mercatores ei dixerunt quod noluerant tunc aliqua in dieta ecclesia respondere, eo quia Gregorius prefatus in ipsa presens erat. Ipsi181 Sarraceni vero non propterea desisteb[ant]182 cotidie pro ipso Raffaele183 mittere184 et viden[...]185 ipse Raffael quod non bene illam operant dare poterat ut eos faceret liberari, et special’iter186 favores alios non habendo // [3 A] se disposuit et deliberavit cum domino Dragonono coloquium de predictis habere187, coram quo188 accessit et sibi dixit quod ipse in carceribus detinebat189 ipsos Sarracenos et etiam nuncium Aydighi quibus190 per ipsum dominum Dragononem191 ablata fuerant bona eorum, et qui Sarraceni sunt extranet et valde longinqui a loco isto, quare ab eis aliqua alia non poterit192 habere, et qui iam sunt infirmi et quasi fame193 moriunt194 et195 valde scripte ipsum rogavit ut vellet eos liberare, quia civitati Caffensi et mercatoribus lanuensibus196 incomodum posset magnum contingere197, quare eos Sarracenos liberando et relaxando domino gubernatori valde complaceret198 et omnes mercatores lanuenses valde ei199 essent obligati. Quibus dictis ipse dominus Dragononus ei respondit quod200 nolebat quod et ipse Raffael et ceteri mercatores lanuenses se crederent quod bona omnia ipsorum Sarracenorum ipse haberet, sed potius dimidia pars omnium predictorum bonorum pervenerat in Gregorium Cigallam prefatum, et subito destinavit pro ipso Gregorio, dicendo quod disponebat ut ipse Gregorius201 in presentia ipsius Raffaelis202 confiteretur bonorum predictorum dimidiam partem habere. Qui Raffael ipsi203 domino Dragonono204 dixit quod non curabat de205 illis qui bona ipsorum haberent, sed tantum rellaxacioni ipsorum Sarracenorum, semper timendo ne per ipsum Gregorium impediretur eorum rellaxatio. Et qui Gregorius incontinenti accessit ibi, qui in presentia ipsorum domini Dragononi et206 Raffaelis ac plurimorum aliorum de quibus non recordatur, fuit confessus dictam dimidiam dictorum bonorum ut supra, in se habere, nichilominus ipse Raffael207 predictis non obstantibus208 rellaxationi predictorum Sarracenorum non cessabat, ortando209 semper prefatum dominum Dragononum tandem210 sibi211 Raffaeli212 dixit quod213 volebat ducatos MD pro ipsorum redemptione, sed214 ipse215 Raffael pervenit cum ipso domino Dragonono quod216 sibi darent ducatos M, semper ei addendo quod ab ipsis nichil posset percipere vel habere, tandem ultimate ipse dominus Dragononus dixit ipsi Raffaeli quod contentabat ipsos Sarracenos rellaxare217, si dictus Gregorius ei daret dimidiam partem218 bonorum eorum penes eum existentium. Qui Raffael respondit ei quod Sarraceni non curabant quod bona eorum essent219 [...s]ius220 vel Gregorii predicti, et quod de hoc se nolebat [i]mpedire221. Super hoc vero dominus Dragononus cum dicto Gregorio Concordes remanserunt222. Transactis autem aliquibus diebus223, prefatus dominus Dragononus destinavit pro ipso Raffaele et sibi dixit / [3B] quomodo224 contentabat225 quod Sarraceni liberarentur a carceribus prius tamen per ipsos traditis apodisiis de quibus supra fit mentio dicto Gregorio, et226 accordarent eum de certa peccunie quantitate ad quam sibi Gregorio tenebatur, ut ipse Gregorius asserebat. Peractis his, ipse Raffael subito se reperuit cum ipso Gregorio cui dixit quid enim Sarraceni detenti227 tenerentur ei228. Et qui respondit quod habere debebat ab eis ducatos CCC quos sibi promisserant. Super his autem accessit ad ipsos Sarracenos ut posset eos liberali facere. Qui Sarraceni dixerunt se nichil dicto Gregorio teneri, sed rei veritas erat quod, vigore unius apodixie de229 qua supra fit mentio, una cum certis Turchis occasione personarum suarum et bonorum predictorum tenebantur dare230 ducatos centum, et quod dictos centum ducatos231 iam ipse habuerat a Turchis cum quibus232 ipsi Sarraceni computabantur ; de aliis233 vero ducatis CC, veritas erat quod se obligaverant non sponte, ymo tanquam coati quia234 volebat eos ponere235 in loco derelicto, sed de iure ei nichil tenebantur, cum236 quibus verbis ad ipsum Gregorium accessit. Qui Gregorius volebat tantum ducatos CCC. Hoc audito ad Sarracenos reducit237, [q]ui238 valde lacrimabiliter dicebant nil sibi debere. Ultimate vero prefatus Gregorius sibi dixit se contentare eis dimutere239 ducatos Lta et darent ei ducatos CCL, prius habitis apodisiis supradictis, tandem videntes240 intentionem dicti Gregorii, ipsi Sarraceni fuerunt contenti ei dare ducatos CCL, attento quod non aliter rellaxari poterant, dicendo ipsi Raffaeli quod ipse Gregorius habebat enses suos deauratos et cabarihios et multam aliam raubam241 et quod velet eos sibi redere. Qui Gregorius contentabatur eis tradere raubam suam sed alia vero non, quia iam ipsas tradiderat, et penes eum amplius non erant. Super quibus ipsi Raffaeli242 assignaverunt quendam mercatorem243 Sarracenum ibi existentem, qui debebat perquirere dictos ducatos CCL. Et videndo ipse Raffael quod se de brevi abinde erat recessurus causa eundi Chium, commissit244 Iohanni Clavaricie presente dicto mercatore Sarraceno, ut pro ipso Raffaele acciperet a dicto Sarraceno dictos ducatos CCL et eos dicto Gregorio traderet una cum supradictis apod[isiis]245, et sic factum fuit, et prefati Sarraceni fuerunt a carceribus liberati. Et hoc est quod246 ipse Raffael sit247 de predictis. //

[4A] Interrogatus quomodo et qualiter sit predicta, respondit quia predicta vidit et ad predicta presens fuit.

Interrogatus quo anno et mense predicta248 fuerunt, respondit249 credit quod nunc possunt esse anni tres vel circa de mense decembris250.

Interrogatus si aliqui alii mercatores Ianuenses Rodum tunc existentes predicta sciebant et ad eorum noticiam erant, respondit sic inter omnes ibi tunc existentes et noticiam de predictis habentes251 erat publicum et notorium252.

Ea die

Iohannes Clavaricia testis253 receptus et admonitus per dominos officiales Provi[sionis]254 Romanie supradictos, qui iuravit etc. Interrogatus et examinatus per me infrascriptum notarium in presentia supradictorum dominorum officialium de infrascriptis videlicet, quia consules Caffe scripserunt ipsis litteras qualiter Aydighi conquerebatur quoniam alias super navi Gregorii Cigalle Rodum venerant Sarraceni tres Sulcatenses ; qui Sarraceni fuerunt depredati per dictum Gregorium et ultra eos redimi fecit florenos trecentos. Si autem querimonia dicti Aydighi vera est, aut si per dictum Gregorium supradicta fuerunt perpetrata contra dictos tres Sarracenos, et quicquid ipse scit de predictis debeat testificari.

Suo iuramento testificando dixit se aliqua de predictis scire videlicet dum de Famagusta rediret super navi Gregorii Cigale causa eundi Rodum, in qua erant certi Sarraceni Sulcatenses et de aliis255 locis qui publice dicebant quod naulizaverant256 navein ipsius Gregorii257 pro certis258 suis raubis et bonis ac personis eorum pro Canderorio, Rodo et Chio et navigando dum navis ditti Gregorii applicasset in portu Castri Rubei259 propter temporis pravitatem260 omnes quasi dicti Sarraceni261, exceptis sex de dieta navi, recesserunt et in terrain iverunt de eorum volúntate. Qui sex restantes dum vellent de dieta navi recedere et dictus Gregorius edam consentirei habuerunt aliquas differentias de naulis ipsorum, tandem contenti remanserunt super dieta navi Rodum accedere et dicto Gregorio tradere / [4B] illud quid asserebat ab eis recipere pro dictis naulis. Applicatis vero dictis Sarracenis super dieta navi Rodum, dictus Gregorius volens solucionem consequi de naulis suis ut262, restaverant contenti in portu Castri Rubei, bona ipsorum Sarracenorum in eius navi arrestavit, ipsis Sarracenis recusantibus sibi faceré illud de quo restaverant contenti ; tunc prefati Sarraceni querimoniam fecerunt de predictis magno magistro Rodi, qui precepit dicto Gregorio quod eis restitueret omnia bona sua. Qui Gregorius, viso dicto precepto exonerari fecit dicta eorum bona et merces, tamen credit ipse Iohannes quod dictus Gregorius retinuerit in se partem dictorum honorum pro naulis suis, et quod quando ei fuit facta solucio naulorum suorum, ipse Gregorius consignavit predicta263 bona et merces penes ipsum existentia domino Dragonono, de mandato magni magistri Rodi, ut audivit ipse Iohannes a dicto domino Dragono264. Nichilominus postea vidit dictos Sarracenos per menses duos detineri in carceribus Rodi, et per magnum magistrum ablata fuerunt omnia bona et merces ipsorum quia265 dictus magnus magister Rodi dicebat dictas merces et bona)266 capi faceré posse quia contrafecerant suis comerihiis, et nisi foret interpositio Raffaelis Iudicis, dictus magnus magister levasset267 eis [...am]268 videlicet usque in florenis II, cuius interpositione ipsi Sarraceni fuerunt rellaxa[ti]269, et ipse Johannes edam ad hee270 restavit271 loco ipsius Raffaelis et tandem rellaxati fuerunt et de dicto loco recesserunt ut eis placidi iverunt. Et hoc est quod scit de predictis.

Interrogatus de causa scientie, respondit per ea que supradixit et fuit testifìcatus.//

[5 A]. Die XXX martii

Bartholomeus de Cruce testis receptus et admonitus per prefatos dominos officielles supradictos, qui iuravit etc.

Et interrogatus et examinâtes per me infrascriptum notarium etc., de et super eo quod supradicti Raffael et Iohannes fuerunt examinati etc.272

Suo iuramento273testificando dixit274 se de interrogatione275 aliqua scire videlicet, dum de Alexandria Rodum applicuisset, se in dicto loco Rodi reperuit cum Raffaele ludice, qui duxìt eum ad carceres Rodi ubi inclusi et detenti erant très Sarraceni Sulcatenses, qui dicto Raffaeli se conquerebant de Gregorio Cigala, cum quo ibi276 super eius navi vénérant, quia cum eo se277 convenerant quod vigore unius apodixie scripte manu dicti Gregorii quam ipse vidit, ipse Gregorius278 se obligabat eos de partibus Syrie279 cum eorum bonis portare Candarorium280. Qui281 Sarraceni, ut asserebant, dixerunt quod dictus Gregorius282 ibi in Candaro[rio]283 noluit deponere et quod ipsos Sarracenos deponerat Rodum contra eorum voluntates, in quo loco fuerunt omnibus bonis suis depredati284 et spoliati, et vidit in dictas carceres unum Sarracenum Coiha285 qui dicto R[affaeli]286 dixerat quod vendiderat fassolum suum287 quem in capite gerebat, occasione emendi panem pro vitam substentando, quia nil amplius habebat. Et aliq[u]id288 se nichil aliud scire dixit289.

Interrogatus de causa scientie, respondit per ea que supradixit et fuit testifìcatus /

[5B]. Die II aprilis

Angelus Cataneus290

Suo iuramento testificando dixit se aliqua scire de his que prefati domini offi-ciales ab eo informacionem habere voluerunt videlicet, quod ipse muerit291 Barutum quando navis Gregorii Cigalle predicti ivit Tripolim causa levandi292 certos Sarracenos. Et qui Gregorius ipsos in navi eius levavit cum certa quantitate arni-siorum et rerum suarum causa293 ipsos294 conducendi Candarorium, et de hoc ipsi Sarraceni tenebantur eidem Gregorio dare et solvere ducatos centum auri [pro n]aulo295personarum suarum et etiam rerum, ut apparebat apodisia scripta manu ipsius Gregorii, quam ipse vidit et legit. Et quando supra Canderorium fuerunt cum nave predicta296, prefati Sarreni297 eidem298 Gregorio requisiverunt, ut velet ipsos deponere ibi ut eis promisserat ; et qui Gregorius dixit eis quod bonum et pulcerrimum habebat tempus et quod ipsos Chium duceret, et quod non habiliter Canderorium ipsos poterat deponere. Postea vero299 applicuerunt300 ad insulam Castri Rubei301, in qua remanserunt certi facherii qui erant in societate supradictorum Sarracenorum. Et qui Gregorius ipsis302 Sarracenis dixerat quod volebat ipsos303 deponere ibi in Castro Rugio, aliter vero ipse volebat maius naulum. Et Sarraceni nolebant ibi remanere, quia videbatur eis remanendo ibi esse in magnum periculum, et timentes ne ibi eos dimitteret, quasi tanquam coati, promisserunt sibi Gregorio dare maius naulum304 ultra ducatos305 centum quos sibi iam [pro]misserant306 videlicet pro Rodo ducatos ducentos et pro Chio trecentos, promittendo eis ipse Gregorius307 pro comerihiis et aliis ipsos308 conservare indemnes, et de hoc credit quod eis ipse Gregorius309 fecit unam aliam apodisiam, deinde // [6A] vero310 recesserunt et Rodum applicuerunt311 in quo loco dictus Gregorius vendidit navem suam quare dictis Sarracenis fuit neccesse312 in Rodum descendere, et quia non nunciaverant raubam et merces eorum313 comerihariis Rodi dominus Dragononus314 minabatur eis315 quod rauba et merces predicte forent deperdite316, predicta occasione317, quam raubam dictus Gregorius deonerari fecit et ponere in magaseno suo318 et secundum famam inter ipsum Gregorium et dictum dominum Dragononum earn raubam et etiam merces se invicem diviserunt319 et320 dictos Sarracenos dominus Dragononus fecit carcerari, de quo murmur inter Ianuenses ibi existentes erat, dicendo quod adhuc Ianuenses paterentur magnum damnum et posted321 omnes Ianuenses se reperierunt in quadam ecclesia Sancti Georgii de Rodo pro certis eorum negociis inter quos erat dictus Gregorius et ipse testis322 Raffael ludex. Qui Raffael dixit publice omnibus quod erat bonum auxilium prebere dictis Sarracenis ut a cerceribus323 liberarentur et ne iniuria aliqua eisfieret per aliquem quia ipsos dudum324 cognoverat, et inter eos325 e[...]t326 nuncios Aydighi et327 damnum328 quod sustinebant Ianuenses adhuc solverent ; quibus verbis non fuit per aliquem responsum ; deinde vero ad aliquos dies dictus Raffael tractavìt toto suo posse quod a carceribus ipsi Sarraceni liberarentur, et tandem fuerunt liberati a carceribus, et antequam liberarentur, tradiderunt dictas duas apodixias quas dictus Gregorius eis facerat ipsi Gregorio, et promisserunt ei facere instrumentum329 qualiter de eo se contentabant et sic fecerunt. Postea vero contingit quod dum esset330 dictus Raffael331 una cum domino Dragonono sub logia comerihii Rodi in aliquibus verbis de predictis332 dixit ipse Raffael eidem Dragonono quod Gregorius dicebat quod habuerat raubam et merces ipsorum Sarracenorum, qui dominus Dragononus respondit eidem Raffaeli quod non verum erat, sed verum erat quod333 dividerant earn inter ipsum et dictum Gregorium et in continenti pro Gregorio destinavit et ei dixit334 quod335 Raffael predictus sibi dixerat qualiter ipse habuerat totam336 raubam predictam quod non / [6B] verum erat, ymo et dimidiam partem ipse Gregorius habuerat, quibus verbis ipse Gregorius consensu et ibi erant presentes dictus Raffael, Tomas Grillus et certi alii ; que verba audivit ilio tunc a predicto Raffaele necnon a Toma predicto et etiam ab aliis de quibus non recordatur, ac etiam ea337 audivit a dicto domino Dragono, et de hoc publica vox et fama erat inter habentes noticiam de predictis in Rodo.

Interrogatus quomodo et qualiter scit predicta, respondit per ea que supradixit et fuit testificatus.

Et interrogatus quando338 predicta fuerunt respondit339 anno de MCCCCVIII de mense augusti, septembris vel octobris340.

Die III aprilis

Nicolaus de Canevali341, interrogatu342,

Suo iuramento testificando, dixit343 quod verum est quod ipse subscriba erat navis dicti Gregorii, et dum cum dicta navi esset in Tripolim, in dicta navi levaverunt certos Sarracenos de Sulcato et illarum partium, quos conduxerunt in Rodo cum eorum rebus et bonis quam vis credit quod eos deponere deberent in Candarorio, et cumfuerunt in Rodo344 prefati Sarraceni fuerunt detenti in ere et personis. Quis enim fecerit eos detineri illud ignorat tamen345 vidit penes dictum Gregorium et adhuc est quidam sclavus niger ex illis dictorum Sarracenorum 346// [7B] et credit quod dictus Gregorius dedit dictis347 Sarracenis florenos XXV in auro pro dicto sclavo iudicio348 ipsius testis, et aliud dixit se nescire.

Et predicta fuerunt modo sunt anni tres vel circa349.//

[8 A]. Die XXX marcii

Gabriel de Auria testis receptus sumarie etc. Qui iuravit etc. Et interrogatus per me notarium infrascriptum etc., de et super eo quod supradicti Raffael et lohannes fuerunt examinati et interrogati etc.350

Suo iuramento testificando dixit351 se aliquid352 scire de interrogans353 videlicet quod dum de Alexandria Rodum354 aplicuit, ibi reperuit certos Sarracenos detentos in carceribus Rodi qui super navi Gregorii Cigalle venerant, et355 audivit356 a mercatoribus Ianuensibus in Rodo existentibus murmurationem facientibus de detentione dictorum Sarracenorum, et quod ibi dicebatur publice quod illud quod ipsi Sarraceni se redimerent et totum quid eis357fuit ablatum, mercatores Ianuenses in partibus suis commorantes illud solverent, et quod hec fiebant ad instantiam Gregorii predicti, et dum de Rodo discessisset358 in359 navi Anfreoni Squarzafici360 se reperuit in Panormo una cum dicto Gregror[io et ?]361 magno362 magistro Rodi qui363 in dieta navi venerant364, et qui magister365 se366 conquerebat de367 prefato Gregorio368 quoniam non tractabat369 eum370 prout debebat attento371 quod ipsum receptaverat in Rodo cum certis predis et specialiter quia ad eius instantiam detinuerat certos Sarracenos372 Sulcatenses in carceribus et aliud dixit se nescire.

Interrogatus de causa scientie, respondit373 per ea que supradixit et fuit testificatus.

Super generalibus etc./

[8B]. Gabriel Calvus374

Suo375

dixit se aliqua scire videlicet quod dum esset376 ipse Gabriel in Rodo, ibi aplicuit Gregorius Cigala cum quadam eius navi in qua erant certi377 Tartari vel Turchi, et dum ibi in Rodo fuerunt prefati Tartari vel Turchi detenti fuerunt per dominum Dragononum378 in carcerìbus religionis Rodi379 et omnia bona eorum fuerunt eis380 arrestata et capta et posila in quodam magaseno. Et dum hec381 intervenissent382 Raffael Iudex, dum mercatores Ianuenses se convenissent in ecclesia Sancti Augusti Rodi pro certis eorum383 agendis, dictus Raffael dixit eidem Gabrieli et credit384 edam publice quod detentio385 predictorum et arrestatio honorum eorum erat malefacta et quod Ianuenses de Caffo386 suis loco et tempore paterentur de hoc damnum387, et quod bonum erat quod provideretur ; finaliter non fuit provisum388, eo quia erant occupati contra certas naves Catalanorum. De dicto Gregorio Cigala nil aliud sit salvo quod audivit quod inter dictum Gregorium, qui eos conduxerat in Rodum, et dictos Tartaros et Turchos erant certe apodisie sive scriptura de pactis inter eos conventis et quid in eis vel in ea contineretur, ignorat. Et aliud dixit se nescire. Interrogatus de causa sciencie, respondit per ea que superius fuit testata. Interrogatus quando389 predicta fuerunt, respondit390 modo possunt esse circa annos tres vel circa. //

[9 A]. Die III aprilis

Iohannes de Finario391, Suo iuramento392. Videlicet quod in dicta navi levaverunt393 certos Sarracenos in Tripolim cum rebus et bonis suis ; qui promisserant dare dicto Gregorio ducatos centum et ipsos debebat conduxere394 Canderorio395, navigando vero applicuerunt supra dictum locum Canderorii cum inhabili et non bono tempore. Qui Sarraceni non propterea curaverunt de dicta navi descendere nec etiam dictus Gregorius et alii lanuenses ibi accedere propter tempestatem temporis396, tamen iverunt in Castro Rubeo ; et ut ibi applicuerunt ipse tamquam scriba navis dicti Gregorii in terram [de]scendit397 pro agendis et neccessariis navis, et398 specialiter pro emendo panem. Cum autem in navi redisset, invenit quod aliqui ex dictis Sarracenis in terram descenderant et quod illi Sarraceni restantes in nave se convenerant cum dicto Gregorio videlicet399 sibi dare pro Rodo florenos centum et pro Chio alios florenos centum400 pro ipsos ibi401 conducendo402 ; et ipse tamquam scriba navis ad eos accessit403 de comissione dicti Gregorii. Qui sibi testi dixerunt quod erant contenti et hoc404 verum fuit405 et omnia hec tamquam scriba navis dictus Gregorius commissit ei ut ea notaret et scriberet ; que tamen non scribsit ut credit406. Applicata autem nave in Rodo, aliqui ex dictis Sarracenis remanserunt in dicto loco Rodi pro timore aliquarum navium Catalanorum, et quod sepe dictus Gregorius destinavit ipsum prefatis Sarracenis ut non vellent ibi remanere quoniam non securi ibi erant407, qui voluerunt tamen ibi stare408. Deinde vero de mandato dominationis Rodi bona predictorum Sarracenorum deonerata in terram fuerunt et posita in magaseno dicti Gregorii, et ut409 ibi410 dieta bona in dicto magaseno fuerunt411, dictus Gregorius una cum uno ex dictis Sarracenis et domino Dragono iverunt / [9B] ad dictum magasenum et viderunt omnia predicta bona. Et qui412 dominus Dragononus eidem Sarraceno dixit si omnia bona eorum ibi erant ; qui respondit sic, ut ipse testis413 a dicto Sarraceno audivit. Transactis autem aliquibus diebus, ipsi Sarraceni fuerunt incarcerati per dominationem Rodi, eo quia dicebatur quod fraudaverant comerihium ipsius dominationis. Et dum essent incarcerati, ipse Iohanes recessit de dicto loco cum una nave quam emerat414 a dicto Gregorio una cum Nicoiao Spinula, et in ea conduxerunt Galipolim illos415 Sarracenos qui in Rodum416 noluerant descendere ; et aliud dixit se nescire.

Interrogatus de causa scientie, respondit per ea que supradixit.

Interrogatus quando417 fuerunt, respondit418 anno de MCCCCVIII, de mense octobris vel septembris ut credit.//

[10 A]. Die III aprilis

Anfreonus Embriacus419, interrogatus420, suo iuramento dixit se aliqua scire de eo quod ipsi domini officiales ab eo voluerunt informacionem habere, videlicet quod ipse erat in dicta nave dicti Gregorii quando prefati Sarraceni in ipsa421 ascenderunt in422 Tripolim et423 verum est quod naulizaverunt424 personas425 suas et res, bona eorum pro Canderorio, Rodo vel Chio, et credit quod ipsi Sarr[ac]eni426 promisserant ipsi Gregorio dare pro Canderorio ducatos centum, pro Rodo ducatos ducentos427, et pro Chio trecentos, et de compositione et promissione credit quod dictus Gregorius fecit unam apodisiam. Contingit autem navigando quod cum predicta nave elapsis multis diebus cum tempore contrario et superveniens428 bonum tempus et429 inveniendo se supra Canderorium, aliqui ex dictis Sarracenis petierunt dicto Gregorio ut ibi eos velet deponere, tamen vero mercatores lanuenses in dieta nave existentes, attento quod navigabant cum bono et pulcerrimo tempore, non laudaverunt nec eis fuit visu quod dicta navis accederet sive declinaret430 ad dictum locum, tamen volebant illis volentibus descendere concedere barcham et431 eam eis obtulerunt et hortantes ipsos Sarracenos432 videlicet quia quasi prope erant Castrum Rogium433 ubi eos habiliter deponerent, in quo loco Castri Rubei applicuerunt434 et omnes illi Sarraceni qui voluerunt435 in terram descenderé436, ipsos cum barcha navis posuerunt videlicet in Turchiam. Qui vero fue runt quasi omnes qui descenderunt videlicet pars maior437, alii vero qui descenderé noluerunt ibi in Castro Rúbeo, venerunt super dicta navi in Rodo, in quo loco disposuerunt descenderé438 quasi contra consilium439 dicti Gregorii / [10B] et ceterorum mercatorum Ianuensium, atiento quod440 videbatur eis quod non ita essent securi441, quoniam poterant habiliter Chium accederé super quadam alia navi dicti Gregorii, in qua aliqui ex dictis Sarracenis iverunt, qui ad salvamentum applcuerunt442 in Chio et in Galipolim. Postea vero de voluntate ipsorum Sarracenorum dicta bona ipsorum443 volentium restare, de mandato dominationis Rodi posita fuerunt in magaseno dicti Gregorii, et deinde per dictam dominationem et specialiter per dominion Dragononum Claveli facta fuerunt certe avanie444 et445 hoc pro fraude et pro ditione cuiusdam Sarraceni sclavi446 ipsius domini Dragononi, de quo sclavo prefati Sarraceni multum se447 confidebant, supervenit etiam post multis verbis et diebus dicti Sarraceni fuerunt incarcerati per dictum dominum Dragononum ; quomodo autem postea fecerint aut eis contigit, ignorat quia ab inde discessit, tamen sit448 quod prefati Sarraceni postea Alexandriam iverunt ubi449 conquerendo se de dicto Gregorio sive de eius navi, in quo loco lanuenses tanquam coati solverunt besantios III pro450 damnis et interesse receptis [in R]odo451per ipsos Sarracenos452.

Interrogatus si in dictum Gregorium aliqua bona453 dictorum Sarracenorum pervenerunt, responda quod454 credit non, salvo455 si456 de volúntate eorum sibi Gregorio dederant, credit tamen quodfuerit sclavetus unus negrinus.

Interrogatus457 de causa scientie, respondit per ea que supradixit.

Interrogatus quando predicta fuerunt, respondit modo sunt anni tres vel circa458.

Anmerkungen

1 ASG, Notai antichi, 596 (liasse [filza] du notaire Giovanni de Recco), document 6. Les références au texte édité en appendice seront indiquées T., f. suivi du numéro de la page du manuscrit en précisant A pour la colonne de gauche, B pour celle de droite.

2 Sur l’Officium Provisionis Romanie, voir en particulier l’introduction de L. Balletto, Liber Officii Provisionis Romanie (Genova, 1424-1428), Gênes 2000. S’il y en eut jamais d’autres auparavant, on voit que le premier registre conservé de cet important office, mentionné pour la première fois en 1377, est très postérieur à notre affaire, ce qui doit inciter à une extrême prudence. Pourtant un Raffaele Iudex y apparaît dans un document de 1425 comme deputatus ad sommum, c’est-à-dire devant recevoir à Caffa un sommo mensuel (ibid., app. I, doc. V, p. 334).

3 T., f. 1A.

4 L’émir de Solgat Edigü.

5 M. Balard, La Romanie génoise, 2 vol. , Rome 1978, 1, p. 393 et 396-397.

6 qui quidem Aydig semper inimicus Ianuensibus erat (T., f. 2Β).

7 L’affaire vient devant l’Office de Romanie le 23 mars 1411, mais Raffaele, interrogé sur la date exacte des événements, les situe en décembre et « à peu près » trois ans auparavant (anni tres vel circa, de mense decembris) (ibid., f. 4A), ce qui laisse hésiter entre décembre 1408 et 1409 ; Nicola Canevali, Gabriele Calvo, Anfreono Embriaco font la même déclaration sans indiquer le mois. Mais deux témoins sont plus précis : Angelo Cataneo situe l’affaire in Rodo anno de MCCCCVIII, de mense augusti, septembris vel octobris (f. 6B), et Giovanni da Finale est encore plus net : il affirme que les faits remontent anno domini MCCCCVIII, de mense octobris vel septemhris ut credit (f. 9B).

8 Sur l’origine de cette « ligue », Balard, La Romanie, cité supra n. 5, 1, p. 99-101 ; sur le traité de 1403. qui peut être antérieur à janvier de cette année, ibid., p. 102.

9 Ibid.. 1, p. 103 et 492-493 ; In., Les milieux dirigeants dans les comptoirs génois d’Orient (xiiie-xve s.), La storia dei Genovesi. Atti del Convegno di Studi sui Ceti dirigenti nelle Istituzioni della Repubblica di Genova, Gênes 1981, p. 168-169.

10 Détails sur la Qaramanie dans I. Beldiceanu-Steinherr, N. Beldiceanu, Deux villes de l’Anatolie pré-ottomane : Develi et Qarahisâr d’après des documents inédits. Revue des Études Islamiques 39/2. 1971, p. 337-386.

11 Laonikos Chalkokondylis, Historia, éd. E. Darko, 1, Budapest 1922, p. 170, 6-19.

12 A. Luttrell, The Later History of the Mausoleion and its Utilization in the Hospitaler Castle at Bodrum. Maussolleion at Halikarnassos. 2, The Written Sources, Copenhague 1986, p. 143-147 et 158-159; Id., G1i Ospitalieri e l’Eredità dei Templari, 1305-1378, 1 Templari, Mito e Storia. Atti del Convegno Internationale di Studi alla Magione Templare di Poggibonsi-Siena, éd. G. Minnucci, F. Sardi. Sinalunga 1989, p. 83.

13 Résumé commode de ces événements confus par N. Beldiceanu dans Histoire de l’Empire ottoman, dir. R. Mantran, Paris 1989, p. 57-62.

14 Sur ce conflit, victorieusement résolu par Gênes en 1387, Balard, La Romanie, 1, p. 93, 130 et 139.

15 Michel Balard (ibid., 1. p. 368), ne parle jamais que d’un consul de Caffa, alors que notre témoin utilise toujours le mot au pluriel.

16 T.. f. 1B.

17 Ibid., f. 5A.

18 Ibid. f. 6B.

19 Ibid. f. 5B.

20 Ibid. f. 1B.

21 erant certi Sarraceni Sulcatenses et de aliis toeis... (ibid.. f. 4A).

22 cum quadam eius navi in qua erant certi Tartari vel Turchii...(ibid., f. 8B). Plus loin, oubliant l’équivalence précédemment faite entre Tatars et Turcs, il mentionne dictas Tartaros et Turchos.

23 Ibid., f. 6A.

24 Ibid., f. 10A-B.

25 Ibid., f. 1B.

26 Ibid., f. 3B.

27 Ibid., f. 5B.

28 Ibid., f. 4B.

29 À titre d’exemple, citons le voyage de Cataneo Cigala à Beyrouth et Famagouste en 1388, qui porte sur rebus oneratis per Cataneum Cigalam et Daganum Ventum de racione dicti Marroehi in Barato vel in Famagusta, ASC. Notai antichi 323 (notaire Theramo de Maiolo). f. 102v, 14 février 1388.

30 ASG. Notai antichi 534 (notaire Giovanni de Pineto), f. 178, 27 mai 1439.

31 T., f. 1B.

32 On notera du reste que Bartolomeo est un témoin un peu amnésique : après avoir risqué le nom de Beyrouth comme point de départ, il en fait aussi le but du voyage, à son tour cancellé pour Candelore (ibid., f. 5A).

33 Du néo-grec ἀπoδείξις (grec ancien ἀπoδείξις), manifestation, déclaration, d’où aussi preuve ; il s’agit d’un acte sous seing privé, qui évite de recourir aux notaires et leur jargon, sans offrir, évidemment, les garanties juridiques d’un acte notarié. Cette pratique est déjà courante à Gênes dès la fin du xiiie siècle, et elle devient ensuite de plus en plus commune ; cf. Balard, La Romanie, 2, p. 600.

34 Mise au point sur les nolisements ad cantaram dans ibid., 2, p. 621-623.

35 Sur ce point, W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, 2 vol. , Leipzig 1885-1886, rééd. Amsterdam 1967, 2, p. 418-420.

36 T., f. 2A.

37 Ibid., f. 4A.

38 Ibid., f. 4A.

39 Ibid., f. 10A.

40 Ibid., f. 9A.

41 Ibid., f. 9A.

42 Ibid., f. 4A.

43 Ibid., f. 5B.

44 Ibid., f. 10A-B.

45 Ibid., f. 5B.

46 Qui Sarraceni non proplerea curaverunt de dicta navi descenderé nec etiam dictus Gregorius et alii Ianuenses ibi accederé propter tempestatem maris (f. 9A).

47 Ibid., f. 2A. Castellorizo n’est qu’à un mille du port turc le plus proche, Kaş.

48 Ibid., f. 10A. Cela signifie que les musulmans qui débarquent sur ces côtes n’en ont, eux, apparemment pas peur, probablement parce que, à l’inverse des autres, ils savent y trouver des appuis.

49 Ibid., f. 5B

50 Sp. Vryonis Jr., Nomadization and Islamization in Asia Minor, Studies on Byzantium, Seljuks and Ottomans, Malibu 1981 (Byzantina kai Metabyzantina 2), IV, p. 42-71, ici p. 65.

51 Même si on ne suit pas l’auteur dans toutes ses déductions, l’ouvrage essentiel sur ces mouvements mystiques et leurs convergences avec certains milieux chrétiens est M. Balivet, Islam mystique et révolution armée dans les Balkans ottomans : vie du cheikh Bedreddîn, le « Hallâj des Turcs », Istanbul 1995.

52 Balivet, Islam mystique, cité note précédente, p. 54-55.

53 Ibid., p. 56-63.

54 tanquam coacti dit Raffaele (T., f. 2A), contre eorum voluntatem selon Bartolomeo de Croce (f. 5A).

55 Respectivement f. 5B et 9A.

56 quod ipsi Sarracenì se obligabant sibi dare ducatos ducentos, et ipse Gregorius tenebatur eos Rodum deponere (ibid., f. 2A).

57 Ibid., f. 2A.

58 Ibid., f. 5B. La déposition d’Angelo Cataneo désigne ce même contrat sous le nom d’apodisia, ce qui prouve que les deux termes sont strictement synonymes.

59 Ibid., f. 8B.

60 Ibid., f. 9A.

61 Ibid., f 10B.

62 Ibid., f. 6A.

63 On remarquera que les musulmans parlent toujours de ducats, alors que les témoins génois s’expriment en florins.

64 Ibid., f. 4B.

65 Ibid., f. 6B. 7B pour le témoignage de Nicola Canevali et 10B pour celui d’Anfreono Embriaco.

66 Ibid., f. 6B.

67 Ibid., f. 10B.

68 Ibid., f. 9A. Balard, Lu Romanie Génoise, 2, p. 593, ne parle en effet que d’une diminution de cette menace à cette date.

69 T., f. 8B.

70 Ibid., f. 3B.

71 Ibid., f. 2B.

72 Balard, La Remanie Génoise, 1, p. 373-374, avec les références.

73 Angelo Cataneo le confirme : T., f. 6B.

74 Ibid., f. 8B. Il demeure un doute sur la dédicace de cette église, la graphie étant incertaine.

75 Ibid., f. 6A.

76 Ibid., f. 2B: in occasione aliquorum agendorum ipsos mercatores valde tangentium.

77 Ibid., f. 8B.

78 Ibid., f. 2B.

79 Ibid.

80 Ibid., f. 8A.

81 Ibid., f. 8B: in carceribus religionis Rodi. On remarquera que le mot religionis est un ajout, ce qui souligne l’importance de la précision.

82 Ibid., f. 5A.

83 Ibid., f. 4B.

84 Ibid., f. 6A.

85 Ibid., f. 10B. Le scribe a écrit avania, mais il faut lire avaria.

86 Si l’on situe cette traversée à la fin de 1408 ou au début de 1409, on peut penser que Philibert de Naillac ralliait Palerme pour se rendre au concile de Pise, qui s’ouvre le 25 mars 1409, et auquel on sait qu’il participa.

87 Sur le sens du terme à Caffa. M. Balard, « Infidèles » ou Coumans ? À propos des « Sarraceni » de Caffa, Bulletin d’Études Karaïtes 2, 1989, p. 83-89.

88 T., f. 3B.

89 Ibid., f. 1B.

90 C’est par contamination des deux traversées que, lors de l’interrogatoire de Gabriele Doria, le scribe se trompe et écrit, à propos du Grand Maître et de Cigala qui voguent vers Palerme : dum de Roda discederet cum navi (Christofoh Calvi) Anfreoni Squarzafici (ibid., f. 8A) ce qui confirme la présence de Calvo à Rhodes à l’époque des faits.

91 Ibid., f. 2B: et cum summo affectu eum rogabant ut operaret taliter quod rellaxarentur, attento quod ipsum per magnum tempus eos (cognoverat) amicitia iunctosfecerat. Que la rectification vienne des Sarrasins ou de Raffaele, elle est significative : le fait de « se connaître depuis longtemps » est jugé insuffisant, et on lui substitue le plus chaleureux « étaient liés d’amitié depuis longtemps ». Raffael renchérit : tunc ipse Raffael eis respondit quod ibi extraneus erat, tamen operant illammet darei et facerct prout si fratres ipsius essent.

92 On se souvient que, pour justifier l’importance d’une intervention en leur faveur, Raffael souligne que inter eos erat nuncius Aydighi.

93 Un repentir du texte souligne à la fois l’attachement de Raffaele à Caffa et les modestes illusions qu’il pouvait encore entretenir sur l’adhésion à ses vues de ses compatriotes de Rhodes : il avait d’abord déclaré (ibid., f. 8B) : lanuenses suis loco et tempore paterentur de hoc, qu’il rectifie en lanuenses /de Caffa/ suis loco et tempore paterentur de hoc damnum.

94 Ibid., f. 10B : tamen sit quodprefati Sarraceni postea Alexandriam iverunt, ubi conquerendo se de dicto Gregorio sive de eius navi, in quo loco lanuenses tanquam coati solverunt besantios III pro damnis et interesse receptis in Rodo per ipsos Sarracenos.

95 Ibid., f. 8A

96 Suit de cancellé.

97 sit : lire scit

98 testis - examinatus : ajouté dans l’interligne au-dessus de admonitus fuit cancellé.

99 Sar[ra]ceni : trou de ficelle.

100 qui iuravit - testificari etc. : écrit dans la colonne de gauche, entouré d’un trait de plume et avec un signe de renvoi vers la colonne de droite à la place de : ut sub pena florenorum centum (sub-centum : ajouté dans l’interligne) testificaret quicquid ipse sit de Gregorio Cigalla quando se Rodum reperuit et quando (suit quid cancellé) ipse Gregorius super eius navi ibi conduxerat (conduxerat : ajouté dans l’interligne au-dessus de vénérant cancellé) Sarracenos (suit duo cancellé) Sulcatenses, et specialiter per ipsos dominos officiales informatus et examinatus oretenus (oretenus : ajouté dans l’interligne) quomodo ipsi domini officiales per (per ajouté dans l’interligne) litteras consulum Caffe fuerunt advisati qualiter Aydighi ipsis consulibus scripserat quod Gregorius Cigalla alias cum eius navi dum in parlibus Syrie se reperuit tres Sarraceni Sulcatenses in eius navi ascendentes ac venientes dum Rodum applicuil eos depredavit et redimi fecit usque in florenos CCC auri et ibi Rodum dimissit, et qui Raffael iuravit in ipsorum dominorum officialium presencia, etc. cancellé de quatre traits en croix.

101 Suit circa cancellé.

102 Suit d cancellé.

103 Suit predicti cancellé.

104 Ipse : ajouté dans l’interligne au-dessus de qui cancellé.

105 testis vero : ajouté dans l’interligne.

106 una cum Bartholomeo de Cru[ce] : ajouté dans l’interligne. [ce] final de Cruce a disparu, le bord droit du feuillet étant déchiré.

107 Suit cancellé : una cum Bartholomeo de Cruce

108 Sarra[cenis] : déchirure du bord droit du feuillet.

109 visu enim - recognitis : ajouté dans l’interligne après et per ipsum Raffaelem suscrit et cancellé, au-dessus de visis per ipsum Raffaelem et habito per ipsum eius recognoscentiam cancellé.

110 in : ajouté dans l’interligne.

111 in loco : ajouté dans l’interligne.

112 Baruti : corrigé sur Barutum

113 et : ajouté dans l’interligne.

114 Suit se cancellé.

115 Tur[chos] : déchirure du bord droit du feuillet.

116 Suit ipsos cancellé.

117 deponere : écrit dans l’interligne au-dessus de exonerare cancellé.

118 Suit ipsis cancellé.

119 teneb[antur] : déchirure de la marge droite du feuillet.

120 tradere : ajouté dans l’interligne.

121 Suit solu cancellé.

122 comerihariis de : ajouté dans l’interligne.

123 quantitatibus peccunie : ajouté dans l’interligne au-dessus de comerihariis cancellé.

124 Suit f cancellé.

125 solvere : s corrigé de c. Suit de cancellé.

126 Suit i cancellé.

127 Suit in dicto loco Canderorii cancellé.

128 Suit ultra et cancellé.

129 Suit u cancellé.

130 postulando : ajouté dans l’interligne au-dessus de cridando cancellé.

131 Suit misericordiam cancellé.

132 magnis cum precibus : ajouté dans l’interligne.

133 ibi : ajouté dans l’interligne.

134 ipsius Gregorii : ajouté dans l’interligne au-dessus de patroni cancellé.

135 Suit predicto cancellé.

136 Suit Gregorio eidem cancellé.

137 Suit et cancellé.

138 Suit ere cancellé.

139 Suit quamdam cancellé.

140 Suit supradicta cancellé.

141 Suit Rodi cancellé.

142 Suit quando cancellé.

143 Rodo corrigé de Rodum signe abréviatif cancellé.

144 certam : ajouté dans l’interligne au-dessus de pecunia cancellé.

145 comerihariis certain quantitatem peccunie : ajouté dans l’interligne au-dessus de magna comerihia cancellé.

146 Suit si cancellé.

147 Suit videret cancellé.

148 refert : corrigé de refereret par cancellation du signe abréviatif.

149 Suit per ipsum s cancellé.

150 qui : ajouté dans l’interligne.

151 Suit quod (ajouté dans l’interligne et cancellé) detinebant cancellé.

152 Suit i cancellé.

153 Suit se cancellé.

154 amicicia iunctos fecerat : ajouté dans l’interligne au-dessus de cognoverat cancellé.

155 Sic.

156 ipsos : i corrigé sur a

157 Suit dato ordinem cancellé.

158 et : ajouté dans l’interligne.

159 Suit et cancellé.

160 erant : ajouté dans l’interligne au-dessus de sunt cancellé.

161 misserant : corrigé de misserunt.

162 dixerant : ajouté dans l’interligne au-dessus de asseruerunt cancellé.

163 ipse : ajouté dans l’interligne.

164 querebat : -bat suscrit.

165 Suit hoc cancellé.

166 velet : signe d’abréviation cancellé au-dessus du mot.

167 Suit vobis s cancellé.

168 erat : ajouté dans l’interligne au-dessus de est cancellé.

169 Suit valoris cancellé.

170 Sic.

171 [fui]t : trou de ficelle.

172 de/pre/datione : déchirure du bord droit du feuillet.

173 Suit magna cancellé.

174 expositis : ajouté dans l’interligne au-dessus de dictis cancellé.

175 Raffaelem : ajouté en interligne sur t cancellé.

176 vero : ajouté en interligne.

177 Suit habuit cancellé.

178 aliquibus ex ipsis : ajouté dans l’interligne.

179 ne : ajouté dans l’interligne sur quod cancellé.

180 dederat : corrigé de dederant, le signe d’abréviation est cancellé.

181 Ipsi : ajouté dans l’interligne.

182 Desisteb[ant] : déchirure de la marge droite du feuillet. Suit quod cancellé.

183 Suit non cancellé.

184 mittere : corrigé de mitteret, le t est barré.

185 Déchirure de la marge droite du feuillet.

186 Suit ab cancellé.

187 Suit ipse cancellé.

188 quo : ajouté dans l’interligne au-dessus de eo cancellé.

189 detinebat : corrigé de detinebatur, le signe d’abréviation pour ur est cancellé.

190 Suit a cancellé.

191 Sic.

192 poterit : corrigé de poteritis, le -is final est cancellé.

193 Suit mo cancellé.

194 Suit vos libel cancellé.

195 et : ajouté dans l’interligne.

196 Suit val cancellé.

197 Suit et e cancellé.

198 valde complaceret : ajouté en marge de gauche et dans l’interligne.

199 ei : ajouté dans l’interligne sur vobis cancellé.

200 Suit ipse cancellé.

201 Suit ip cancellé.

202 Suit d cancellé.

203 ipsi : corrigé sur ipso

204 Dragonono : no final ajouté dans l’interligne.

205 Suit aliquibus cancellé.

206 Suit ipsius cancellé.

207 Suit auditis cancellé.

208 non obstantibus : ajouté dans l’interligne.

209 ortando : ajouté dans l’interligne au-dessus de et stimulando cancellé.

210 tandem : ajouté dans l’interligne au-dessus de ad effectum cancellé.

211 Suit dix cancellé.

212 Suit qi cancellé.

213 Suit ultim cancellé.

214 sed : ajouté dans l’interligne.

215 Suit autem ajouté dans l’interligne et cancellé.

216 quod : corrigé sur ac

217 rellaxare : corrigé de rellaxaret, t final cancellé.

218 partem : ajouté dans l’interligne.

219 Suit penes eum cancellé.

220 Le bord gauche du feuillet manque.

221 Le bord gauche du feuillet manque.

222 Suit his autem cancellé.

223 autem aliquibus diebus : ajouté dans l’interligne.

224 quomodo ajouté dans la marge gauche devant quod cancellé.

225 contentabat : corrigé à partir de contentabatur, l’abréviation pour tur a été cancellée.

226 Suit eo cancellé.

227 Suit ut cancellé.

228 ei : ajouté dans l’interligne sur vobis cancellé.

229 Suit quibus s cancellé.

230 dare : ajouté dans l’interligne.

231 ducatos : ajouté dans l’interligne.

232 Suit Turchis cancellé.

233 s final ajouté dans l’interligne.

234 quia : ajouté dans l’interligne.

235 ponere : corrigé de deponere, de initial cancellé.

236 cum : ajouté dans l’interligne au-dessus de cui cancellé.

237 reducit : ajouté dans l’interligne au-dessus de ivit cancellé.

238 [q]ui : trou de ficelle.

239 Sic.

240 videntes : ajouté dans la marge gauche devant visa cancellé.

241 raubam : ajouté dans l’interligne.

242 Raffaeli : ajouté dans l’interligne au-dessus de conf cancellé.

243 mercatorem : ajouté dans la marge gauche devant Sarracenum

244 Suit gr cancellé.

245 Déchirure du bord droit du feuillet.

246 quod : ajouté dans l’interligne.

247 Sic.

248 Suit d cancellé.

249 Suit quod cancellé.

250 Suit après une ligne blanche et predict cancellé.

251 et noticiam de predictis habentes : ajouté en interligne et dans la marge de droite.

252 Suit un espace blanc de 5 lignes environ.

253 Suit pro examinants cancellé.

254 Trou de ficelle.

255 Suit p cancellé.

256 Suit p ajouté en interligne cancellé.

257 Gregorii corrigé à partir de Gregoriis, s final cancellé.

258 certis : corrigé sur certas

259 in portu Castri Rubei : ajouté en interligne.

260 Suit maior cancellé.

261 Suit illic cancellé.

262 Suit sibi cancellé.

263 predicta : ajouté dans l’interligne.

264 Suit tamen cancellé.

265 Suit ibi cancellé.

266 et bona : ajouté en interligne.

267 Suit sibi cancellé.

268 Trou de ficelle ; peut-être summam ?

269 Marge droite du feuillet manquante.

270 Suit q cancellé.

271 Suit in cancellé.

272 Suit un espace blanc de 3 lignes environ.

273 Suit testificando dixit cancellé.

274 Suit prestito prius sibi corporali iuramento cancellé.

275 Suit de predictis cancellé.

276 Suit v cancellé.

277 se corrigé de secum

278 Suit di cancellé.

279 partibus Syrie : ajouté dans l’interligne au-dessus de Alexandria cancellé.

280 Candarorium : ajouté dans l’interligne sur Barutum cancellé.

281 Suit ut cancellé.

282 Suit in cancellé.

283 Candaro[rio] : écrit dans la marge de droite après Baruto cancellé.

284 depredati : corrigé à partir de depredatis, s final cancellé.

285 S’agit-il d’un titre ou d’un nom propre ? Ce serait la seule incidence d’un nom propre attribué à un de ces « Sarrasins ».

286 Trou de ficelle.

287 suum : corrigé à partir de versum, ver cancellé.

288 Aliq[u]id : ajouté dans l’interligne au-dessus de de predictis cancellé.

289 dixit : ajouté dans l’interligne. Suit de illo eo quod prefati domini officiales verbetenus informacionem ab eo cancellé.

290 Suit, après un espace blanc de 4 lignes environ, interrogatus et examinants oretenus per dominos officiates Romanie si ipse Angelus etc. cancellé, puis un espace blanc de 2 lignes.

291 Sic.

292 Suit di cancellé.

293 Suit in cancellé.

294 Suit defe cancellé.

295 [pro n]aulo : trou de ficelle.

296 predicta : ajouté en interligne.

297 Sic.

298 Suit req cancellé.

299 Suit ac cancellé.

300 Suit in cancellé.

301 Rubei : ajouté dans l’interligne au-dessus de rugii cancellé.

302 ipsis : ajouté dans l’interligne.

303 Suit debe p cancellé.

304 Suit videlicet tantum duc cancellé.

305 ducatos : ajouté dans l’interligne.

306 [pro]misserant : ajouté dans l’interligne au-dessus de dederant pro cancellé.

307 Gregorius : corrigé sur Gregorii

308 ipsos : ajouté dans l’interligne.

309 Suit eis cancellé.

310 Suit ubi cancellé.

311 Suit cu cancellé.

312 Suit ipsos cancellé.

313 Suit dominus d cancellé.

314 Suit se iudicavit monstravit (monstravit ajouté dans l’interligne) voluit cancellé.

315 minabatur eis : ajouté dans l’interligne.

316 Suit eo quia non mai manifestaverant comerihariis cancellé.

317 predicta occasione : ajouté dans l’interligne.

318 suo : ajouté dans l’interligne.

319 Suit de quo vero multi lanuenses ibi exist cancellé.

320 Suit per cancellé.

321 postea : ajouté dans l’interligne sur etiam cancellé.

322 Suit et dictus cancellé.

323 Sic.

324 dudum : ajouté dans l’interligne.

325 inter eos : ajouté dans l’interligne.

326 trou de ficelle.

327 Suit quod cancellé.

328 Suit ipsum cancellé.

329 Suit accordii sive contentamenti ipsius cancellé.

330 Suit ipse ajouté dans l’interligne et cancellé.

331 dictus Raffael : ajouté dans l’interligne au-dessus de Raffael predictus cancellé.

332 predictis : pre ajouté dans l’interligne. Suit factis ipsorum Sarracenorum cancellé.

333 Suit diviserant cancellé.

334 Suit supradicta verba dictus Raffael audita cancellé.

335 Suit audiverat cancellé.

336 totam : ajouté dans l’interligne.

337 ea : ajouté dans l’interligne.

338 interrogatus quando : ajouté dans l’interligne.

339 respondit : ajouté dans l’interligne au-dessus de in Rodo cancellé.

340 Suit un espace blanc d’environ 9 lignes.

341 Fin de la ligne en blanc. Suit un espace blanc d’environ 2 lignes.

342 Fin de la ligne en blanc. Suit un espace blanc d’environ 4 lignes.

343 Suit se cancellé.

344 Suit cum dictis Sarracenis cancellé.

345 Suit sit quod cancellé.

346 f. 7A en blanc.

347 Suit f cancellé.

348 Suit up cancellé.

349 Suit en bas de colonne, après un grand espace blanc, le nom des témoins interrogés : Anfreonus Embriacus, Nicolaus Spinula frater Iuliani supe, Iohannes de Finario, Nicolaus de Canevali barré de plusieurs verticaux.

350 Fin de la ligne en blanc. Suit un espace blanc d’environ une ligne.

351 Suit prestito prius sibi iuramento per ipsos dominos officiales cancellé.

352 aliquid : quid corrigé sur aliqua

353 interrogatis : ajouté dans l’interligne au-dessus de his que ipsi oretenus (suit de cancellé) infor-macionem ab eo voluerunt habere quia cancellé.

354 Suit q cancellé.

355 Suit auid cancellé.

356 Suit quod cancellé.

357 Suit er cancellé.

358 discessisset : corrigé dans l’interligne au-dessus de discederet cancellé.

359 in : ajouté dans l’interligne au-dessus de cum cancellé.

360 Anfreoni Squarzafici : corrigé dans l’interligne au-dessus de Christofori Calvi i cancellé.

361 una cum dicto Gregror[io et ?] : ajouté dans l’interligne au-dessus de et ibi erat cancellé. Gregror<io et ?> : sic et trou de filza.

362 magno corrigé de magnos ; s final cancellé.

363 Suit cum cancellé.

364 Suit ab ipso magno magistro cancellé.

365 magister : ajouté dans l’interligne.

366 Suit audivit quod cancellé.

367 conquerebat de : ajouté dans l’interligne.

368 prefato Gregorio : corrigé de prefatos Gregorios, les s en finale sont cancellés.

369 quoniam non tractabat : ajouté dans l’interligne au-dessus de se male eo cancellé.

370 Suit no annulé et noirci à l’encre.

371 prout - attento : ajouté dans la marge de droite.

372 Suit et multa alia cancellé.

373 Suit recte cancellé.

374 Suit un espace blanc de trois à quatre lignes.

375 Suit un espace blanc de deux lignes.

376 Suit m ou in cancellé.

377 Suit un trait vertical barré.

378 Suit et cancellé.

379 religionis Rodi : ajouté dans l’interligne.

380 Suit ablata cancellé.

381 Suit interi cancellé.

382 Sic. Suit dominus cancellé.

383 eorum : ajouté dans l’interligne.

384 Sic.

385 detentio corrigé de detentiorum le signe d’abréviation pour rum a été cancellé.

386 de Caffa : ajouté dans l’interligne.

387 damnum : ajouté dans l’interligne.

388 Suit prout erat expediens cancellé.

389 Interrogatus quando ajouté dans l’interligne au-dessus de et cancellé.

390 fuerunt, respondit : corrigé dans l’interligne sur si fuerunt sat cancellé.

391 Suit un espace blanc de sept à huit lignes.

392 Suit un espace blanc de deux lignes.

393 Suit de cancellé.

394 conduxere : ajouté en interligne sur deponere cancellé.

395 Signe d’abréviation sur le o final cancellé, le notaire avait d’abord écrit Canderorium

396 ibi - temporis : ajouté dans l’interligne.

397 Trou de ficelle.

398 Suit quando cancellé.

399 videlicet : ajouté dans l’interligne.

400 Suit si ibi cancellé.

401 ibi : ajouté dans l’interligne

402 conducendo : do final corrigé sur une précédente écriture.

403 Suit et etiam cancellé.

404 hoc ajouté dans l’interligne sur sic cancellé.

405 fuit : corrigé en interligne sur erat cancellé.

406 tamen non scribsit ut credit : ajouté dans l’interligne au-dessus de ignorat si fecerit cancellé.

407 Suit et de mandato dominationis cancellé.

408 stare : ajouté dans l’interligne au-dessus de remanere cancellé.

409 ut : ajouté dans l’interligne.

410 Suit deonerata autem cancellé.

411 fuerunt : ajouté en interligne.

412 Suit Sarracenus vidit omnia dicta bona ibi esse cancellé.

413 testis : ajouté dans l’interligne.

414 emerat : corrigé sur emeratur

415 illos : ajouté dans l’interligne au-dessus de certos cancellé.

416 Rodum : ajouté dans l’interligne au-dessus de terram cancellé.

417 Interrogatus quando : ajouté dans l’interligne sur et predicta cancellé.

418 respondit : ajouté dans l’interligne.

419 Suit un espace blanc d’environ quatre lignes.

420 Suit un espace blanc d’environ sept lignes.

421 Suit s cancellé.

422 in : ajouté en interligne.

423 Suit sit cancellé.

424 Suit dictam cancellé.

425 Suit eorum cancellé.

426 Sarr[ac]eni : trou de ficelle.

427 ducentos : corrigé sur trecentos

428 superveniens : corrigé à partir de superveniendo, do final annulé et s suscrit.

429 Suit i cancellé.

430 sive declinaret : ajouté dans l’interligne.

431 Suit ad eorum libitum semper esset cancellé.

432 hortantes ipsos Sarracenos : corrigé dans l’interligne au-dessus de cum aliquibus verbis cancellé.

433 Suit ajouté en interligne erant cancellé.

434 applicuerunt : appli ajouté en interligne.

435 Suit asce cancellé.

436 descendere : ajouté dans l’interligne au-dessus de esse cancellé.

437 videlicet pars maior : ajouté en interligne.

438 Suit in terram cancellé.

439 Suit quod cancellé.

440 Suit non cancellé.

441 Suit et etiam quia in applicuitu eorum non dederant comerihariis in scriptis rubam et bona eorum cancellé.

442 Sic.

443 ipsorum : corrigé dans l’interligne au-dessus de prefatorum Sarracenorum cancellé.

444 Sic.

445 Suit spa cancellé.

446 sclavi : ajouté dans l’interligne.

447 se : ajouté dans l’interligne.

448 Sic.

449 Suit cons cancellé.

450 Suit ra rebus cancellé.

451 [in R]odo : trou de ficelle.

452 Suit un espace blanc de deux lignes environ.

453 Suit ex cancellé.

454 Suit no cancellé.

455 Suit quod en interligne et cancellé puis sur la ligne f cancellé.

456 si ajouté en interligne.

457 Suit quomodo cancellé.

458 Suit après un espace blanc de deux lignes super generale cancellé.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540