Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Outre-mer. Le passage des templiers en Orient d’après les dépositions du procès

Alain Demurger

Texte intégral

  • 1 Cronaca del templare di Tiro, éd. L. Minervini, Naples 2001, n° 460, p. 349.

1Ultra mare, citra mare. C’est entre ces deux pôles que se déroule la carrière des templiers, du moins d’une minorité d’entre eux. Faisons attention à la terminologie du temps : à la différence du Français des Antilles d’aujourd’hui, dont les repères sont fixes (département d’outre-mer, métropole), le templier d’Occident parle d’outre-mer lorsqu’il évoque Acre ou Chypre ; mais le templier de Chypre dit aussi outre-mer lorsqu’il évoque l’Occident1.

2Nous savons maintenant que, après la chute d’Acre en 1291 – et contrairement à une idée encore trop généralement reçue –, l’ordre du Temple a continué à recruter et à envoyer des combattants à Chypre de 1291 à 1307.

  • 2 A. Demurger, Between Barcelona and Cyprus. The Travel of Berenguer of Cardona, master of Aragon and (...)
  • 3 J. Michelet, Le procès des templiers, 2 vol., Paris 19872. Elles occupent tout le vol. 1 (650 pages (...)

3L’abondante documentation des Archives de la Couronne d’Aragon permet de saisir concrètement ces mouvements pour la période finale de l’existence du Temple2. Il n’en va pas de même pour la France, les archives des maisons du Temple, versées à l’ordre de l’Hôpital après 1312, ne livrant aucun document sur ces aspects de l’action des templiers. Il faut donc se rabattre sur des sources indirectes parmi lesquelles les dépositions faites par les templiers au cours de leur procès. Ne nous attendons pas à y trouver monts et merveilles : les renseignements fournis sont maigres sauf pour les procès-verbaux des interrogatoires des templiers devant la commission pontificale pour le royaume de France siégeant à Paris en 1310-1311. Ces deux cent trente et une dépositions, publiées par Jules Michelet, constituent le corpus sur lequel je travaillerai3.

  • 4 Michelet, Procès, cité note précédente, 2, p. 231, 245, 248, etc.
  • 5 Ibid., 1, p. 641-648.
  • 6 Ibid., 2, p. 140.

4Les membres de la commission pontificale interrogent les templiers avec l’objectif de cerner au plus près les actes délictueux commis lors de la réception dans l’ordre, afin de déterminer s’il y a hérésie ou non. Le déroulement de la carrière des templiers, leur action spécifique outre-mer ne les intéressent que médiocrement. Parfois, sans qu’on le leur demande, des templiers précisent qu’ils n’ont pas été outre-mer4 ! Un exemple de ce qui peut éveiller l’intérêt de la commission : l’idole, la fameuse tête magique que les templiers adoreraient à l’ouverture de leur chapitre, est mentionnée à plusieurs reprises dans les dépositions, de façon vague ; la commission s’y intéresse mais sans chercher l’origine, les lieux ; jusqu’à la déposition écrite remise le 4 mars 1311 par le notaire Antoine Sicci de Vercelli, qui donne des informations précises sur l’origine de la légende, à Sidon5. Le 31 mars suivant, Jean Senand, interrogé à son tour, dit avoir assisté à des réceptions dans l’ordre ultra mare et les commissaires « parce qu’il dit être demeuré cinq ans dans ladite ville de Sidon » l’interrogent « spécialement sur la tête au sujet de laquelle maître Antoine Sicci de Vercelli a déposé6 ».

5C’est donc un peu par hasard que les dépositions donnent des informations sur le passage en Orient des templiers. Il y avait relativement peu de réceptions outremer : cinq des deux cent trente et un templiers interrogés ; douze de ceux, bien plus nombreux, qui sont cités. Or on sait que les questions posées sur la réception dans l’ordre (où ? quand ? par qui ? en présence de qui ?) le sont systématiquement ; ce sont elles qui permettent d’obtenir les meilleures informations sur la carrière des templiers dans l’ordre ; donc sur le passage outre-mer. C’est à partir des réponses fournies que j’ai constitué le corpus placé en annexe.

UN OUTRE-MER SANS EXOTISME

6Que représente pour ces templiers arrêtés en France en 1307 et emprisonnés depuis trois à quatre ans l’Outre-mer ?

  • 7 Ibid., 1, p. 609 ; 2, p. 42, 47, 67, 84, etc.
  • 8 Ibid., 1, p. 615 ; 2, p. 11, 19,24, 166, 146, etc.

7C’est d’abord le but de l’engagement dans l’ordre du Temple. On pose à celui qui se présente pour entrer dans l’ordre diverses questions pour vérifier la valeur de son engagement : on lui demande s’il accepte de devenir servus esclavus Terre sancte7, et on lui fait jurer de faire tout son possible pour défendre ou acquérir la Terre sainte ou le royaume de Jérusalem8.

  • 9 Ibid., 2, p. 153.
  • 10 Ibid., 2, p. 237.
  • 11 Ibid., 2, p. 221-222 ; il s’agit d’Amblard d’Aitz et d’André de Ventadour ; ce dernier, captum apud (...)
  • 12 Ibid., 2, p. 258.
  • 13 Ibid., 2, p. 236.

8Ceux qui y sont allés évoquent rarement ce qu’ils y ont fait. L’action militaire n’est présente que sous forme anecdotique : la réception de Bertrand de Sartiges a été interrompue par une attaque musulmane à Tortose9 ; on cite Guillaume Guinamant qui decessit in capcione Acon10. Deux templiers sont signalés comme captifs des Sarrasins11. La prise d’Acre est mentionnée aussi comme repère chronologique : Bertrand Guasc fut reçu à Sidon l’année où « Acre fut perdue »12 ; Guillaume Avril avait été reçu au Temple à Barletta avec Guillaume Guinamant, « qui mourut lors de la prise d’Acre »13.

  • 14 Ibid., l, p. 387 ; 2, p. 136-140.
  • 15 Ibid., 1. p. 38.

9Outre-mer est aussi pour certains un lieu de pénitence. Gérard de Causse, confessant devant l’évêque de Cahors les choses « déshonnêtes » qui ont marqué sa réception dans l’ordre, doit faire pénitence, en passant notamment le plus vite possible outre-mer ; ce qu’il fit. Il en fut de même pour Jean Senand14. Mais dans une cédule qu’il avait fait remettre quelque temps avant à la commission pontificale, Ponsard de Gisy présente une vision bien différente du voyage outre-mer pour les templiers : « Li dits commandaurs de baillies, se nus petit freres li dist aucunes choses qui li annuient, pourchassast par dons au commandaur provincial que li pouvres frères alast outre-mer, pour morir, ou en estrange terre15. » Il est vrai que Ponsard de Gisy rétracta cette cédule qu’il aurait produite pour se venger du trésorier de l’ordre à Paris, qui l’avait injurié ; tout cela est faux, dit-il !

  • 16 Ibid., 1, p. 93.
  • 17 Ibid., 2, p. 104.
  • 18 Ibid., 2, p. 91.
  • 19 Ibid., 1, p. 251.
  • 20 Ibid., 2, p. 240.
  • 21 Ibid., l, p. 196, et aussi. 2, p. 211-213.

10Outre-mer est surtout le lieu où les « erreurs » reprochées au Temple ont pris naissance. Il faut dire que les questions posées par les juges incitent le templier à répondre en ce sens : – « que les dites choses étaient commises et pratiquées outremer, là où séjournaient alors le grand maître et le chapitre dudit ordre » ; – qu’elles étaient commises à Chypre ; – qu’elles étaient commises partout où il y avait des réceptions16. Les réponses sont sans surprise : les erreurs ont été introduites dans l’ordre « par ceux qui étaient outre-mer17 ». Un frère de Montrichard, diocèse de Tours, croit qu’en France, on recevait les frères de l’ordre uniformément et bien, comme lui-même avait été reçu et avait vu les autres être reçus, et que « ailleurs on les recevait comme le maître l’avait confessé18 ». Ce brave homme n’avait pas dû s’éloigner beaucoup de Montrichard au cours de sa carrière ! Gilbert d’Encrey a entendu dire qu’un chat apparaissait aux frères outre-mer, pendant les combats, mais il n’en croit rien19. Pierre Maurin, un sergent reçu à Château-Pèlerin en 1286, a entendu dire en ce lieu, deux ou trois ans après sa réception, que la tête de l’idole se trouvait dans le trésor ; mais il ne sait rien des faits et ignore tout de la légende de la tête du golfe de Satalie rapportée par Antoine Sicci de Vercelli20. Jean l’Anglais a entendu dire par des laïcs et des frères revenus d’outre-mer « il y a bien dix ans, qu’outre-mer, des frères pratiquaient la sodomie »21.

  • 22 Ibid., 2, p. 131 et 245-248.
  • 23 Ibid., 2, p. 209.
  • 24 Rappelons l’intervention de Guillaume de Nogaret au cours de l’interrogatoire de Jacques de Molay e (...)

11D’autres s’essaient à situer dans le temps l’origine des erreurs : après la mort de Guillaume de Beaujeu dit l’un ; pas au-delà des quatre derniers maîtres dit un autre, ce qui fait remonter à la maîtrise de Thomas Bérard (1256-1273)22. Hugues de Narsac, sergent du diocèse de Saintes « qui a entendu dire souvent, par beaucoup de frères venant d’outre-mer [...] que frère Jacques, grand maître de l’ordre résidant outre-mer, commettait le crime de sodomie avec son valet de chambre... », disait aussi que les erreurs duraient depuis longtemps et qu’elles avaient pour origine l’outre-mer « où l’on parlait souvent aux Sarrasins ; et frère Guillaume de Beaujeu, et Mathieu le Sauvage, chevalier, entretenaient beaucoup d’amitié avec le Soudan et les Sarrasins23 ». Ce lien entre les erreurs et le contexte oriental a pu être évidemment soufflé par les enquêteurs24, mais il est aussi commode pour les templiers qui ne savent plus trop où ils en sont, de renvoyer prudemment tout cela dans un Orient qu’on ne visitera plus.

LES TEMPLIERS EN ORIENT

12Venons-en au corpus constitué à partir des deux cent trente et une dépositions des années 1310-1311. Quatre-vingt-onze templiers, dont quatre-vingt-neuf sont nommés, disent ou sont dits avoir été, à un moment ou un autre, en Orient. Je les ai répartis comme suit :

13Templiers interrogés ayant été en Orient : 27

14A – reçus dans l’ordre en Occident : 22

15Β – reçus dans l’ordre en Orient : 5

16Templiers cités dans les dépositions ayant été en Orient : 60

17C – reçus en Occident : 48

18D – reçus en Orient : 12

19Ε – Templiers interrogés, présents en Orient avant d’entrer au Temple : 2

20Ajoutons deux templiers cités, mais anonymes, qui ont été en Orient.

  • 25 Je renvoie dans la suite de ce texte aux cinq catégories du corpus (A, B, etc.) ; le lecteur y trou (...)

21Des recherches croisées avec les autres interrogatoires permettraient d’allonger ces listes25.

  • 26 A. Demurger, Jacques de Molay, Paris 2002, p. 54.

22Chronologiquement, les quatre-vingt-neuf templiers du corpus ont été outremer entre 1270-1271, ou peut-être avant, cas selon moi de Jacques de Molay26, et la fin 1306, date où Molay et sa suite quittent Chypre pour se rendre en France. Mais en dehors des dignitaires de l’ordre souvent cités – Beaujeu, Gaudin – le plus ancien est Guillaume d’Errée (A), sexagénaire et plus (dit-il avec raison !), reçu dans l’ordre il y a cinquante-deux ans, soit en 1259, et qui a vu recevoir à Acre il y a trente-deux ans et plus, soit en 1279, Guido de Charbac (D) par Thomas Bérard, alors grand-maître. Le témoin a quelques trous de mémoire car Bérard est mort en 1273 !

Chevaliers et sergents

23Le niveau social des templiers qui passent outre-mer ne peut être appréhendé qu’au travers de la classique distinction chevaliers, sergents, prêtres :

24Rien de surprenant à ce que l’on trouve une majorité de chevaliers et un seul prêtre. La forte présence des sergents mérite attention ; il faut sans doute y ajouter les cinq inconnus, car si la qualité de chevalier est toujours indiquée dans le procès-verbal, celle de sergent l’est moins souvent. Parmi ces trente sergents, deux catégories apparaissent : les templiers qui appartiennent aux « maisons » des dignitaires de l’ordre, en particulier à celle du grand maître ; les autres.

25Parmi les premiers se trouve Pierre de Nobilhac (E), entré au Temple à Bordeaux en 1290, mais qui auparavant avait passé six ans outre-mer, au temps de Beaujeu (1273-1291), au service de Gérard de Sauzet. Cinq appartiennent à la maison de Jacques de Molay et sont venus en France avec lui : Aymon de Barbone (A), chambrier ; Pons de Bonoeuvre (A), chambrier, Guillaume de Gy (A), préposé aux harnais et aux bêtes ; Pierre de Safed (B), cuisinier ; Jacques de La Rochelle (D), « au service du grand maître ». On peut ajouter à cette liste Étienne de Cellier (A), reçu à Marseille en 1288 et qui, comme messager de l’ordre, fit quatre ou cinq fois le voyage vers l’outre-mer, sans jamais y rester longtemps.

  • 27 Michelet, Procès, 1, p. 245.
  • 28 Ibid., 1, p. 485 ; H. de Curzon, La règle du Temple, Paris 1889, art. 173-176.

26Quant aux autres, ils sont, très vraisemblablement, des sergents d’armes, des combattants donc. Baudouin de Saint-Just (A), dont on ne connaît pas le statut, a assisté à deux chapitres généraux à Chypre et a été par la suite commandeur de la baillie de Ponthieu. Les sergents ou frères de métier n’assistent pas aux chapitres27. Thomas de Boncourt cite la présence à sa réception à Paris en 1278 d’un templier dont il ne se rappelle plus le nom et qui était sous-maréchal de l’ordre, poste réservé à un sergent d’armes28.

  • 29 C’est le cas d’Antoine Sicci de Vercelli, notaire au service de l’ordre ou du personnage anonyme co (...)
  • 30 Je tiens pour Molay (Haute-Saône) comme lieu d’origine du grand maître ; Demurger, Jacques de Molay(...)

27Les templiers se préoccupent de faire passer en priorité en Orient des combattants, chevaliers ou sergents d’armes. Ils recrutent en partie sur place le personnel administratif et domestique, qui, souvent, n’appartient pas à l’ordre29. Des membres de la familia du grand maître, deux ont été recrutés à Chypre (Pierre de Safed et Jacques de La Rochelle), les trois autres en Occident. Pierre de Safed seul est oriental : originaire d’Acre, il est venu à Chypre après 1291 ; les quatre autres sont venus d’Occident : les confins de la Champagne pour Aymon de Barbone (diocèse de Troyes) et Pons de Bonoeuvre (diocèse de Langres) ; la Franche-Comté, diocèse de Besançon, pour les deux autres – La Rochelle est un hameau situé à quelques kilomètres de Molay (Haute-Saône)30 et Gy se trouve une vingtaine de kilomètres plus à l’est. Ils sont entrés dans l’ordre entre 1302 et 1304, deux d’entre eux étant reçus par le grand maître en personne (Pierre de Safed et Jacques de La Rochelle). On constate que Jacques de Molay a profondément renouvelé sa « maison » entre 1303 et 1306 et qu’il recrute, à Chypre ou en Comté, en « pays de connaissance ».

  • 31 A. Gilmour-Bryson, The Trial of the Templars in Cyprus, Leyde 1998 (The medieval Mediterranean 17), (...)

28Il est à noter que la répartition entre chevaliers et sergents que nous révèlent les dépositions du procès de Paris, est assez semblable à celle qu’on relève dans le procès chypriote : 42 chevaliers, 2 prêtres, 32 sergents31.

Chronologie

29Venons-en à la chronologie des passages en Orient, dans la mesure où celle-ci peut être précisée, les dépositions des templiers étant bien vagues sur le sujet. Trois éléments seraient intéressants à connaître : la date du passage en Orient ; le moment dans la carrière du templier ; la durée du séjour outre-mer. Autant le dire tout de suite, seul le premier élément peut être correctement appréhendé. J’ai choisi quatre tranches d’environ dix ans, la date de 1291, avant et après la chute d’Acre (18-28 mai), et des derniers sites occupés par les templiers, s’imposant comme une évidente coupure :

  • 32 Les chiffres de 78 et 79 (par rapport au total de 91) s’expliquent par le manque de précisions pour (...)

Note32

30Les deux autres éléments chronologiques sont trop mal documentés pour qu’on puisse les présenter sous forme de tableau.

31L’écart entre la date de réception dans l’ordre et la date d’arrivée en Orient est évidemment réduite à zéro pour les dix-sept templiers qui ont prononcé leurs vœux en Orient ! On peut en ajouter douze qui sont passés en Orient dans les mois, voire les jours qui ont suivi leur réception dans l’ordre : c’est le cas de ceux qui sont reçus à Marseille en 1303 : Jacques de Coblans (C), Guillaume de Gy (A), peut-être les deux frères Montclar (C).

32Ajoutons-y une demi-douzaine de cas où l’écart est à coup sûr de moins de quatre, voire trois ans, voire plus réduit encore (exemple de Guy Dauphin (A), reçu dans l’ordre en 1281, à onze ans et présent en Orient en 1285, à quinze ans).

33L’itinéraire de Jacques de Coblans est très précis : il a été reçu à Leya en Haute-Saône à Pentecôte 1303 par Aymon d’Oiselay (C), commandeur de Bourgogne et qui est soit déjà, soit en voie de devenir maréchal de l’ordre : le 24 juin (Saint-Jean-Baptiste) il est à Marseille, présent à la réception de Guillaume de Gy, se préparant à passer outre-mer.

34Quant à la durée du séjour outre-mer, elle est difficilement mesurable :

  • soit elle est indiquée dans la déposition : Barthélémy Boscherii (A), quatre mois ; Poncius de Bonoeuvre (A), six mois ; Guillaume de Torrages (A), un an et demi ; Gérard du Passage (B), trois ans ; Guillaume Avril (A), sept ans ; Hugo de Faur (A), quatorze ans ; Jean Senand (A) affirme être resté cinq ans à Sidon, avant de passer à Nicosie ;

    • 33 Lettre de Jacques de Molay aux templiers d’Aragon, expédiée de Chypre et datée du 20 avril 1292, so (...)

    soit on la déduit de la date de passage et de la date de retour en Occident ; c’est le cas des serviteurs et des dignitaires qui ont accompagné Jacques de Molay en France à la fin 1306 : Barbone, Gy, Pierre de Safed, Jacques de La Rochelle ont ainsi passé quatre à cinq ans à Chypre ; c’est le cas aussi de Geoffroy de Charney (A). Quant à Raimbaud de Caron (A), il est en Orient depuis au moins quatorze ou quinze ans, puisqu’il est déjà mentionné dans le premier acte connu du magistère de Jacques de Molay, qui date du 20 avril 129233.

    • 34 Gilmour-Bryson, The Trial, cité supra n. 31, p. 77-78 (Oiselay), 92 (Langres) et 127 (Coblans).

    Il y a ceux dont on dit qu’ils sont encore à Chypre, qu’ils ont fait le passage mais ne sont pas revenus, sans que l’on sache s’ils sont morts ou vivants : Adam de Benovalle (C) « qui vit outre-mer » et qui fut reçu à Paris en 1302 ; ou Hugo de Bozcesel (C) reçu en 1304 et passé immédiatement à Chypre où il serait toujours. Seuls trois templiers mentionnés dans le procès parisien ont été arrêtés et jugés à Chypre en 1310 : Aymon d’Oiselay (C) ; Guy de Langres ou Lengle (C), reçu à Noël 1301 et qui transfretavit et non rediit ; il est passé en même temps que Guido de Roche Tailhade (C), lui non plus pas revenu, mais qu’on ne trouve pas dans le procès chypriote ; enfin Jacques de Coblans, déjà cité, figure dans le procès-verbal sous la forme latine de son nom : Colloalbo34.

  • On peut enfin donner une durée minimale à partir des dates mentionnées. C’est le cas d’Adémar de Perussa (C), un important personnage ; il est successivement mentionné comme châtelain de Tortose (1285-1286), puis commandeur de Sidon (1288, 1291). Les données du procès de Clermont, on le verra, permettent d’affiner la chronologie le concernant. Est-il mort à Acre, ou est-il de ceux qui ont défendu Sidon jusqu’à son évacuation en juillet 1291 ? Cela serait logique mais, dans ce cas, ne trouverait-on pas quelques mentions de lui à Chypre ?

35En fait tout se tient. Le passage outre-mer intervient d’autant plus vite que le besoin d’hommes se fait sentir en Orient. Si l’on en revient aux dates, même approximatives, de passage et de présence en Orient telles qu’elles sont indiquées dans le tableau ci-dessus, on relève deux périodes de forte mobilisation : la décennie qui précède la chute d’Acre, avec quarante-quatre noms ; la période finale, 1301-1306, avec vingt et un noms.

  • 35 J. Pryor Transportation of Horses by Sea during the Era of the Crusades, 8th century to 1255, Marri (...)
  • 36 A. Chagny-Seve, R. Seve, Le procès des templiers d’Auvergne, 1309-1311, Paris 1986 (CTHS, Mémoires (...)

36On ne peut malheureusement pas préciser si les templiers présents à Tripoli, Tortose, Sidon, Acre et Château-Pèlerin avant 1291 étaient depuis longtemps en Terre sainte ou s’ils étaient des néophytes : Adémar de Perussa est probablement l’Adémar de Petruccia signalé comme commandeur des Pouilles en 127735 ; et il serait déjà en Syrie en 127936. Ce n’est pas un néophyte. En revanche Guy Dauphin, arrivé en Syrie à quinze ans sinon avant, était-il devenu un combattant aguerri sur les murs d’Acre en 1291 ? Un certain nombre de templiers présents avant 1291 sont signalés comme décédés outre-mer : Etienne de Bocé (C), Guido Motet (C) ; deux sont morts à Acre : Guillaume Guinamant (C) et Pierre de Sivry (C), le maréchal du Temple ; d’autres sont signalés comme morts sans autre précision : Bertrand Amblart, Visianus de Moret, Bertrand de Savinhac (tous C), tous présents en Syrie avant 1291. Barbo de Lur (C) a survécu au siège d’Acre ; il est mort après, à Chypre.

37La majeure partie des vingt-sept templiers interrogés en 1310-1311 sont des survivants, des anciens combattants de Syrie ; dix-sept ont plus de cinquante ans : Alsonio, Avril, Bertaldi, Bort, Boscherii, Caron, Charney, Errée, Faur, Molay, Senand, Torrage, Vassinhaco, Guasc, Maurin, Thomas de Pampelune, Passage.

  • 37 Demurger, Jacques de Molay, p. 139-157 ; d’autres sources, aux Archives de la Couronne d’Aragon, fo (...)

38Les passages ont repris ensuite au moment de la mise en œuvre de la stratégie de l’alliance mongole, entre 1300 et 1303-1304. Les indications que l’on peut relever corroborent celles que l’on possédait déjà sur les transferts importants d’hommes mais aussi de vivres, d’armes, de chevaux durant ces années où les Latins d’Orient ont tenté de mener avec persévérance des actions combinées avec les Mongols de Perse, en Syrie37. C’est la preuve que le Temple avait encore des objectifs, qui n’étaient pas irréalistes, et qu’il était encore capable, parce que son recrutement était toujours important, d’aligner les combattants nécessaires à l’accomplissement de ces objectifs.

Des Auvergnats très présents ?

39Derniers renseignements fournis par les procès-verbaux sur les templiers présents outre-mer, leur origine géographique ; le plus souvent le diocèse d’origine du templier est indiqué ; mais il y a aussi des indications de province ou de langue : gallico, lingua occitana ; de nation picarde, etc.

40Auvergne-Limousin : 24

41– diocèse Clermont, 11 ; Limoges, 7 ; Auvergne, 6

42Provence : 10

43– diocèse Rodez, 3 ; Mende, 1 ; Vienne, 1 ; Provence, 4 ; Langue d’oc, 1

44France : 13

45gallico, 2 ; Picardie, 1 ; diocèse Amiens, 1 ; Paris, 2 ; Le Mans, 3 ; Chartres, 4

46Bourgogne : 13

47– Bourgogne, 2 ; diocèse Langres, 4 ; Besançon, 4 ; Chalon-sur-Saône, 1 ; Metz, 1

48– Troyes, 1

49Poitou, diocèse Poitiers 1

50Catalogne-Aragon, 3

51Italie, 2

52Acre, 1

53Connus : 65

54Inconnus : 26

55Total : 91

  • 38 Ibid., p. 102-103.

56On ne peut pas tirer beaucoup d’enseignements de ce tableau. L’absence quasi totale de la province templière d’Aquitaine est curieuse ; celle de templiers champenois encore plus, étant donné le grand nombre d’entre eux interrogés à Paris ; de même la faiblesse des « nordistes ». Mais le plus surprenant est l’importance des Auvergnats-Limousins, à peu près un bon tiers de ceux qui sont connus. Surprenant et un peu amusant quand on lit la déposition d’Hugo de Faur, qui, présent au chapitre qui a désigné Jacques de Molay, raconte qu’il y avait deux groupes dans le chapitre : une majorité d’Auvergnats et de Limousins qui tenaient pour Hugues de Pairaud, leur « pays » (ce qui est faux, Pairaud appartient à l’aire bourguignonne), contre une minorité qui soutenait Jacques de Molay. Le tour de passe-passe qui permit à ce dernier de l’emporter quand même est présenté de façon particulièrement confuse par Hugo de Faur. Y aurait-il donc eu réellement une majorité d’Auvergnats et de Limousins en Orient à la fin du xiiie siècle38 ? C’est le sergent auvergnat Jean Senand qui nous informe aussi de la tenue d’un important chapitre à Chypre après la chute d’Acre, où quatre cents frères auraient été présents. Le témoignage d’Hugo de Faur, quatorze ans en Terre sainte, replié d’Acre et présent à Chypre dans ces années 1291-1292, ne peut pas être rejeté sans autre examen. Mais il faut bien analyser le contenu des dépositions. Quand on demande à un templier de décrire sa réception dans l’ordre, ou de décrire celles qu’il a vu faire, ou celles qu’il a pu faire lui-même, il se souvient généralement du nom de celui qui a fait la réception et de quelques-uns des présents, deux ou trois le plus souvent, ceux qu’il connaît bien, parce qu’il a fait une partie de sa carrière avec eux ou parce qu’ils sont de la même province.

  • 39 Mais il y a un Rouergat, Aymar ou Adémar de Perussa, un homonyme plus jeune, parent vraisemblableme (...)

57Il y a neuf templiers des diocèses de Limoges et Clermont et deux de celui de Rodez sur les vingt-sept templiers qui ont été en Terre sainte, interrogés à Paris ; il est normal qu’ils citent en plus grand nombre des Auvergnats et des Limousins. De là à dire que ces deux provinces ont fourni les gros bataillons des combattants templiers en Terre sainte, il y a un pas que les données du procès chypriote n’autorisent pas à franchir : les soixante-seize frères interrogés là-bas viennent de toute la chrétienté et il n’y a pas un Auvergnat39 !

58Ceci étant, toute imparfaite et partielle qu’elle soit, cette source (je veux parler de tous les procès-verbaux de procès tout en soulignant qu’aucun n’offre une richesse d’information comparable à ceux de Paris) ajoute maints témoignages à ce que l’on commence à reconnaître : à savoir que tout ne s’est pas arrêté à la chute d’Acre en 1291, que Jérusalem n’est pas une chimère, que la croisade n’est pas morte, que les ordres militaires, le Temple en particulier, ne sont pas devenus inutiles et qu’ils recrutent encore.

Annexes

ANNEXE : CORPUS DES TEMPLIERS SIGNALÉS OUTRE-MER

Successivement :
** : ont comparu devant l’évêque de Clermont en 1309 ;
Âge, état social, diocèse d’origine (ou lieu) ;
r. 1300 : reçu dans l’ordre en 1300 ;
dates et lieux de présence outre-mer ou durée de la présence (prés. : présent ; récept. : réception) :
Références bibliographiques :
Mich. I ou II = J. Michelet, Le procès des templiers, 2 vol. , Paris 19872.
G.-B.= A. Gilmour-Bryson, The Trial ofthe Templars in Cyprus, Leyde 1998 (The medieval Mediterranean 17).
C.-S.S. = A.-M. Chagny-Sève, R. Sève, Le procès des templiers d’Auvergne (1309-1311), Paris 1986.
Cronaca = Cronaca del Templare di Tiro, éd. L. Minervini, Naples 2000.
Demurger = A. Demurger, Jacques de Molay, Paris 2002.

A – TEMPLIERS INTERROGÉS AYANT ÉTÉ OUTRE-MER MAIS REÇUS DANS L’ORDRE EN OCCIDENT

**1. Bernard de Alsonio, 60 a., sergent, Clermont ; r. 1286 à Brindisi ; 1288 à Tripoli, 1290-1291 à Sidon ; en France av. 1303 ; Mich. II, 146-148.
**2. Guillaume Avril, 60 a., sergent, Clermont ; r. 1276 à Barletta ; 7 ans outre-mer ; Mich. II, 233,236.
3. Aymo de Barbona. ?, Troyes ; r. ? : chambrier grand maître outre-mer (3 ans) ; en France fin 1306 ; Mich. I, 40.
4. Johannes (Jean) Bertaldi, 50 a., sergent, Poitiers ; r. 1292 ; ap. 1292 : et ultra mare in Ancon. (à cette date, ce ne peut-être Acre ; alors Nicosie ?) ; Mich. I, 270.
5. Poncius de Bono Opere (Bonoeuvre), 35 a., sergent, Langres ; r. 1304 ; 6 mois outre-mer. chambrier du grand maître ; en France fin 1306 ; Mich. I, 538 et 42, 80, 108, 114, 282, 511.
**6. Renardus de Bort, 55 a., chevalier, Limoges ; r. 1276 ; av. 1286, Tortose pour récept. Bertrand de Sartiges par Adémar de Perussa ; Mich. II, 151-154.
7. Barthélemy Boscherii, 60 a., chevalier, Chartres ; r. 1270 ; 4 mois à Château-Pèlerin ; Mich. II, 191-195.
8. Raimbaud de Caron, 65 a., chevalier, ? ; r. 1264 à Richerenches Comtat ; outre-mer, depuis 1292 au moins ; Mich. II, 374.
9. Gérard de Causse, 48 a., chevalier, Rodez ; r. 1298-1299 ; outre-mer ap. 1299 ; Mich. I, 387.
**10. Étienne de Cellier, 45 a., sergent, Clermont ; r. 1288 à Marseille ; messager de l’ordre outre-mer 4 ou 5 fois ; Mich. II, 243-245.
**11. Hugo Charnerii, 45 a., sergent, Clermont ; r. 1281 ; outre-mer (av. 1285-av. 1291), à Tortose, 1285 ; Mich. II, 143-146.
12. Geoffroy de Charney, 60 a., chevalier, ? ; r. 1269-1270 à Étampes ; 1303, prés, à Marseille pour récept. Guillaume de Gy, puis passe outre-mer (drapier de l’ordre) ; en France fin 1306 ; Mich. II, 289, 295.
**13. Guy Dauphin, 41 a., chevalier, Clermont ; r. 1281 ; 1285 à Acre (avait 15 ans) ; Mich. I. 418.
14. Guillaume d’Errée, 60 a. et plus, sergent, Le Mans ; r. 1259 ; outre-mer entre av. 1273 et av. 1279 à Acre : assiste à récept. de Guido de Charbac par Thomas Bérard « il y a 32 ans et plus » (soit 1279), or Bérard est mort en 1273 ; Mich. II. 14 : I. 106.
15. Hugo de Faur, 50 a., chevalier, Limoges ; r. 1285 ; 14 ans outre-mer ; à Chypre 1291 ; rentré av. 1303 (voire 1302) ; Mich. II, 220.
16. Humbert de Gremilla ou Germilla, 27 a., sergent, Chartres ; r. 1303 ; passe outre-mer peu après ; à Limassol entre Pâques et Pentecôte 1304 ; Mich. I, 560-564.
17. Guillaume de Gy, 30 a., sergent, Besançon ; r. St-Jean-Bapt. 1303 à Marseille par Simon de Quincy, prés. Jean et Richard de Montclar, chevaliers, et Jacques de Coblans, chevalier, qui se préparaient à aller outre-mer ; prévôt des harnais et des bêtes du grand maître ; revient en France fin 1306 ; Mich. I, 564-566 ; II, 289.
18. Jacques de Molay, 65 a., chevalier, Besançon ; r. 1265 ; outre-mer vers 1270-1271 ; grand maître av. 20 avril 1292 ; Demurger, passim.
19. Baudouin de St-Just, 34 a., ?, Amiens ; r. 1296 ; outre-mer ap. 1296 (deux fois à chap. à Chypre) ; Mich. I, 245.
**20. Jean Senand (Cenaudi, C.-S.S., 278), 50 a., sergent, Clermont ; r. 1279 ; 5 ans (au moins) outre-mer à Sidon, 1286, 1288, 1290-1291 ; à Nicosie en 1291 ; av. 1297 en France ; Mich. II, 136-140, 146-148, 242-244 ; cité par Bernard d’Alsonio, 1290-1291, Sidon, prés, à récept. de Robert de Bluoys par Adémar de Perussa ; Mich. II, 146-148 ; commandeur Chalon-sur-Saône, 1301 ; G.-B., 113.
21. Guillaume de Torrage, 60 a., chevalier, Chartres ; r. 1286 ; outre-mer ap. 1286, pendant un an et demi ; Mich. II, 11-12.
22. Raymond de Vassiniacho, Versinhaco, 60 a., chevalier, Limoges ; r. 1286 ; outre-mer ap. 1286 (a assisté à 10 chapitres ultra et citra mare) ; Mich. I, 232-241.

B – TEMPLIERS INTERROGÉS REÇUS DANS L’ORDRE EN ORIENT

1. Bertrand Guasc, 50 a., sergent, Rodez ; r. 1291 à Sidon par Adémar de Perussa. châtelain de Sidon ; Mich. II, 258-261.
**2. Pierre Maurin, 50 a., sergent, Clermont ; r. 1286 à Château-Pèlerin par Thibaud Gaudin, commandeur de Château-Pèlerin ; au moins 3 ans outre-mer ; Mich. II, 239-241.
3. Thomas de Pampelune, 60 a., sergent, Tarragona ; r. 1280 à Tripoli par Rodoricus de Cuyre, commandeur de Tripoli ; Mich. II, 16.
4. Gérard du Passage, 50 a., sergent, Metz ; r. 1293 à Nicosie par Baudouin de Ardan (Baudouin de la Andrin, ou de Laudrana, alors maréchal de l’ordre ; Demurger, 181) ; y reste 3 ans : a quitté l’ordre vers 1304-1305 ; était à Acre au temps de Beaujeu, avant d’entrer au Temple ; Mich. I, 217.
5. Pierre de Safed, ?, sergent, Acre ; r. 1302-1303, à Nicosie par Jacques de Molay ; cuisinier ou prévôt des garnisons du grand maître ; en France fin 1306 ; Mich. I, 45 ; II, 294.

C – TEMPLIERS CITÉS, REÇUS EN OCCIDENT ET AYANT ÉTÉ OUTRE-MER

Le diocèse d’origine et la date d’entrée dans l’ordre ne sont pas toujours connus.
1. Jean de Acon, sergent ; cité par Hugo de Charnerii ; 1285, Tortose, prés, à récept. de Jean Lo Test par Adémar de Perussa ; Mich. II, 143-146.
2. Raynerius de Affricourt, chevalier ; cité par Guillaume d’Errée ; 1279 (ou av. 1273 ?), Acre, prés, à récept. de Guido de Charbac par Thomas Bérard ; Mich. II, 14.
3. Amblardus d’Aitz, chevalier, Limoges ; cité par Hugo de Faur ; capturé in Paganesimo ; Mich. II, 221.
**4. Bertrand Amblard, chevalier ; cité par Hugo de Charnerii ; 1285, Tortose, prés, à récept. de Jean Lo Test d’Apulie par Adémar de Perussa ; décédé ; Mich. II, 143-146.
5. Adam de Benovalle, cité par Guillaume d’Arrabloy, aumônier du roi ; r. au chap. de Paris en 1302 par Hugues de Pairaud ; « qui vit outre-mer » ; Mich. I, 501.
6. Étienne de Bocé, chevalier, d’Auvergne, cité par Etienne de Cellier ; r. 1288 à Marseille ; mort outre-mer ; Mich. II, 243-245.
7. Hugo de Bozcesel, chevalier, Vienne ; cité par Odon de Bures ; r. 1304 ; ap. 1304 outremer ; y est encore ; Mich. II, 111.
(Raimbaud de Caron), chevalier ; cité par Humbert de Gremilla ; Pâques-Pentecôte 1304, Limassol, prés, à récept. de Jacques de La Rochelle et Antoine de Vercelli par Jacques de Molay ; Mich. I, 560-564.
**8. Guillaume de Chambonnet, Chamborand, chevalier, Limoges ; cité par Humbert de Gremilla ; Pâques-Pentecôte 1304, Limassol, prés, à récept. de Jacques de La Rochelle et Antonio de Vercelli par Jacques de Molay ; « qui se proposa de défendre l’ordre » ; Mich. I, 562.
9. Jacques de Coblans, Colloalbo, chevalier, Langres ; cité par Guillaume de Gy ; St-Jean-Bapt. 1303, prés, à récept. de Guillaume de Gy à Marseille par Simon de Quincy ; se préparait à aller outre-mer ; Mich. I, 564-566 ; reçu à Pentecôte 1303 à Leva (Leya, Haute-Marne), dioc. Besançon, par Aymon d’Oiselay, alors commandeur de Bourgogne ; G.-B., 127, n° 49.
10. Aymon Duzelet, sergent, en fait chevalier (il s’agit d’Aymon d’Oiselay, futur maréchal), Besançon ; cité par Jean de Chali ; Noël 1301, prés, à récept. de Jean de Chali à Bures ; qui transfretavit et non rediit ; Mich. II, 263 ; cité par Guillaume de Fonte, 1301 ; Mich. I, 620 ; 1310, jugé à Chypre ; G.-B., 77, n° 1, 92.
11. Gérard Fabrisacot, chevalier ; cité par Bernard de Alsonio ; 1288, Tripoli, reçoit Pierre de Vienne ; commandeur de Tripoli ; Mich. II, 147.
12. Jacques de Garde Guérin, sergent, Mende ; cité par Pierre Maurin ; 1286, Château-Pèlerin, prés, à récept. de Pierre Maurin par Thibaud Gaudin ; Mich. II, 239.
13. Thibaud Gaudin, chevalier, Chartres ; cité par Guillaume d’Errée ; 1279(1273 ?), Acre, prés, à récept. de Guido de Charbac par Thomas Bérard ; Mich. II, 14.
14. Guillaume de Gonesse, sergent, Paris ; cité par Pierre de Cercelles ; St-Jean-Bapt. 1304, prés, à Lagny-le-Sec ; envoyé outre-mer ; Mich. I, 575.
15. Garin de Grand Villar, prêtre ; cité par Jean de Thara, qui croit qu’il est à Chypre (ap. 1296) ; Mich. I, 291.
16. Guillaume Guinamant, sergent, Auvergnat ; cité par Guillaume Avril ; r. 1276 à Barletta par Pierre de Griferio ; mort lors de la prise d’Acre ; Mich. II, 236-238.
17. Guidone de Lengles (Langres), sergent ; cité par Guillaume de Fonte : ap. 1301 transfert et n’est pas rentré ; Mich. I, 620 ; r. à Mormant, dioc. Langres ; 1310, jugé à Chypre ; G.-B., 91, n° 15.
18. Nayssement (Exemen ou Simon) de Lenda, chevalier, catalan ; cité par Pierre Maurin ; 1286, Château-Pèlerin, prés, à récept. de Pierre Maurin par Thibaud Gaudin. châtelain de Château-Pèlerin ; Mich. II, 241-243.
19. Raynerius de Lissi, chevalier ; cité par Guillaume d’Errée ; 1279 (1273 ?), Acre, prés. à récept. de Guido de Charbac par Thomas Bérard ; Mich. II, 14.
20. Raynerius de Lorgne, chevalier, gallicanus ; cité par Bertrand Guasc ; 1291, Sidon, prés, à récept. de Bertrand Guasc par Adémar de Perussa ; Mich. II, 259.
21. Barbo de Lur, de Bourgogne ; cité par Jean Senand ; 1291, prés, au chap. gén. de Nicosie ; décédé ; Mich. II, 139.
22. Pierre Meravillas, chevalier gallico ; cité par Pierre Maurin ; 1288, Château-Pèlerin, prés, à récept. de Pierre Maurin par Thibaud Gaudin ; Mich. II, 239.
23. Jean de Montclar, chevalier, frère de Richard ; cité par Guillaume de Gy ; St-Jean-Bapt. 1303, Marseille, prés, à récept. de Guillaume de Gy par Simon de Quincy ; se prépare à aller outre-mer ; Mich. I, 564-566.
24. Richard de Montclar, chevalier, frère de Jean ; cité par Guillaume de Gy, voir ci-dessus ; cité par Humbert de Gremilla ; Pâques-Pentecôte 1304, Limassol, prés, à récept. de Jacques de La Rochelle et Antoine de Vercelli par Jacques de Molay ; Mich. I, 562.
25. Visianus de Moret, chevalier ; cité par Robert de Boit ; 1285-1286, Tortose, prés, à récept. de Bertrand de Sartiges par Adémar de Perussa ; décédé ; Mich. II, 151-154.
26. Guido Motet (Moteyr), chevalier, d’Auvergne ; cité par Étienne de Cellier ; r. 1288 à Marseille ; mort outre-mer ; Mich. II, 243.
27. Hugo de Nays, chevalier ; cité par Robert de Bort ; 1285-1286, Tortose, prés, à récept. de Bertrand de Sartiges par Adémar de Perussa ; décédé ; Mich. II, 151-154.
28. Jean de Nivernia, sergent ; cité par Hugo Charnerii ; 1285, Tortose, prés, à récept. de Jean Lo Test d’Apulie par Adémar de Perussa ; Mich. II, 144-146.
29. Guillaume de Novas, chevalier, de Provence ; cité par Pierre Maurin ; 1286, Château-Pèlerin, prés, à récept. de Pierre Maurin par Thibaud Gaudin ; Mich. II, 241-243.
30. Hugues de Pairaud, chevalier ; cité par Guillaume d’Errée ; à Acre en 1279 (ou av. 1273) ; Mich. II, 14. C’est, à ma connaissance, la seule mention attestant d’une présence d’Hugues de Pairaud outre-mer.
31. Adémar de Perussa (Peyrusa, Peyrusse), chevalier, Rodez ; cité par Hugo Charnerii : 1285, reçoit à Tortose Jean Lo Test d’Apulie ; Mich. II. 144-145 ; 1285-1286, reçoit à Tortose Bertrand de Sartiges ; châtelain de Tortose ; Mich. II, 153 ; cité par Jean Senand ; 1286, reçoit à Sidon Guillaume Flamand ; 1288, reçoit à Sidon Durand de Lastic ; 1291, reçoit à Sidon Robert de Bluoys ; reçoit à Sidon Bertrand Guasc ; commandeur de Sidon ; Mich. II. 138-139. 147-148, 258-261 ; serait mort en 1291 ; C.-S.S., 292.
32. Guido de Preyssac, chevalier ; cité par Bertrand de Villers ; à Chypre ap. 1304 et jusqu’au moment arrestation ; Mich. II, 123.
33. Raoul, sergent, de nation picarde ; cité par Bernard de Alsonio : 1288. Tripoli, prés, à récept. de Pierre de Vienne par Gérard Fabrisacot ; Mich. II, 147-148.
34. Etienne de Rialhac, sergent, Clermont ; cité par Hugo Charnerii ; r. 1291 à La Ransioyra (Clermont) ; qui transfretavit : Mich. II, 143-146.
35. Guido de Roche-Tailhade. chevalier ; cité par Guillaume de Fonte ; ap. 1301 transfert et n’est pas rentré ; Mich. I, 620.
36. Pierre de Rubeo lacu (Lencrous), chevalier, Clermont ; cité par Jean Senand ; 1286, Sidon, prés, à récept. de Guillaume Flamand par Adémar de Perussa ; idem en 1288 pour récept. de Durand de Lastic ; Mich. II, 138-139 ; C.-S.S., 287.
37. Guillaume de Ruppe (Roche), chevalier ; cité par Bertrand Guasc ; 1291, Sidon, prés, à récept. de Bertrand Guasc par Adémar de Perussa ; Mich. II, 259.
38. Hugo de Salhens. d’Auvergne ; cité par Jean Senand ; 1291, prés, au chap. gén. de Nicosie ; décédé ; Mich. II, 139.
39. Aymericus de Satomes, chevalier, de Catalogne ; cité par Jean Senand ; 1286, Sidon. prés, à récept. de Guillaume Flamand par Adémar de Perussa ; idem en 1288 pour récept. de Durand de Lastic ; Mich. II, 139.
40. Bertrand de Savinhac, chevalier ; cité par Hugo Charnerii ; 1285, Tortose, prés, à récept. de Jean de Lo Test d’Apulie par Adémar de Perussa ; décédé ; Mich. II, 144.
41. Pierre de Sivry (Sivré, Sivriaco), chevalier ; cité par Hugo de Faur, qui « a entendu dire » qu’il a reçu Hugo de Sayset, ap. 1286, à Tortose ; maréchal du Temple, mort à Acre, 1291 : Mich. I, 222 : Cronaca. 226, § 271.
42. Raymond de Spinasso. Espinasses, chevalier, de Provence ; cité par Jean Senand ; 1286. Sidon. prés, à récept. de Guillaume Flamand par Adémar de Perussa ; 1288, idem pour récept. de Durand de Lastic ; Mich. II, 138-139 ; 1291, idem pour récept. de Bertrand Guasc ; Mich. II, 259.
43. Raymundus Stephani, chevalier ; cité par Bertrand Guasc ; 1291, Sidon, prés à récept. de Bertrand Guasc par Adémar de Perussa ; Mich. II, 259.
44. Richard Stephani. chevalier, voir supra, idem.
45. Pierre de Terrasson, sergent, de lingua Occitana ; cité par Bertrand Guasc ; 1291, Sidon, prés, à récept. de Bertrand Guasc par Adémar de Perussa ; selon Bertrand Guasc, est à Chypre ; Mich. II, 259.
46. Adam de Valencourt de Belna, chevalier ; cité par Pierre Maurin ; 1286, Château-Pèlerin, prés, à récept. de Pierre Maurin par Thibaud Gaudin ; Mich. II, 71, 239 ; I, 204, 599 ; entré deux fois dans l’ordre ; avait obtenu autorisation d’entrer à la Chartreuse puis est revenu dans l’ordre.
47. Bertrand de Vassinhac, chevalier ; cité par Guillaume de Vernegia ; ap. 15 août 1303, transfert ; Mich. II, 179.
48. André de Ventadour. chevalier, Limoges ; cité par Hugo de Faur ; r. 15 août 1302 ou 1303, à Belle Chassagne ; captum apud Tortosa per Saracenis ; Mich. II, 220.

D – TEMPLIERS CITÉS REÇUS OUTRE-MER

1. Robert de Bluoys, sergent, Clermont ; cité par Bernard d’Alsonio ; r. 1291 à Sidon par Adémar de Perussa ; Mich. II, 146-148.
2. Guido de Charbac, chevalier, Le Mans ; cité par Guillaume d’Errée ; r. par Thomas Bérard à Acre il y a 32 ans : 1279 (Bérard mort en 1273 ?) ; Mich. II, 14.
3. Guillaume Flamand, chevalier ; cité par Jean Senand ; r. 1286 à Sidon par Adémar de Perussa ; Mich. II, 138.
4. Jordanus, chevalier, de Bourgogne ; cité par Hugo de Faur qui « a entendu dire » qu’il avait été reçu ap. 1286 par Pierre de Sivry à Tortose ; Mich. II, 220.
**5. Durand de Lastic, sergent, Auvergne ; cité par Jean Senand ; r. 1288 à Sidon par Adémar de Perussa ; 1291 au chap gén. de Nicosie ; décédé : Mich. II, 139, 248.
6. Jacques de La Rochelle, sergent, Besançon ; cité par Humbert de Gremilla ; Pâques-Pentecôte 1304, r. par Jacques de Molay à Limassol, prés. Antoine de Vercelli, Raimbaud de Caron, Richard de Montclar, Guillaume de Chambonnet. et 120 frères : Mich. I, 562.
7. Jean Lo Test, sergent, d’Apulie ; cité par Hugo Charnerii ; r. 1285 par Adémar de Perussa à Tortose : Mich. II, 144.
8. Roncelinus, chevalier, de Provence ; cité par Guy Dauphin ; r. 1285 par Guillaume de Beaujeu à Acre ; Mich. I, 418.
**9. Bertrand de Sartiges, chevalier, Clermont ; cité par Renardus de Bort ; r. à Tortose par Adémar de Perussa ; Mich. II, 151-154.
10. Hugo de Sayset (Saycelli), chevalier, d’Auvergne ; cité par Hugo de Faur qui « a entendu dire » qu’il a été reçu ap. 1286 par Pierre de Sivry à Tortose ; Mich. II, 220 ; C.-S.S., 296.
11. Antonio de Vercelli, chevalier, neveu de Hugues de Vercelli, cubiculaire du pape ; cité par Humbert de Gremilla : r. Pâques-Pentecôte 1304 à Limassol par Jacques de Molay, prés. Raimbaut de Caron, Richard de Montclar, Guillaume de Chambonnet, et 120 frères ; Mich. I, 562.
12. Pierre de Vienne, chevalier ; cité par Bernard de Alsonio : r. 1288, à Tripoli par Gérard Fabrisacot ; Mich. II, 147 ; vu par Pierre Maurin à Château-Pèlerin en 1288 ou 1289 ; Mich. II, 240.

Ε – TEMPLIERS INTERROGÉS, EN ORIENT AVANT D’ENTRER DANS L’ORDRE EN OCCIDENT

1. Reynaldus Belli Pili, 50 a., sergent, Chalon-sur-Saône ; r. 1298 à Payns ; 6 ans outre-mer avant ; Mich. II, 267-269.
2. Petrus de Nobilhac, 50 a., sergent, Limoges ; r. 1290 à Bordeaux ; 6 ans outre-mer, au service de Gérard de Sauzet, du temps de Guillaume de Beaujeu ; Mich. II, 214-216.

TEMPLIERS CITÉS ANONYMEMENT AYANT ÉTÉ OUTRE-MER

1. Thomas de Boncourt signale la présence à récept. à Paris en 1278 d’un templier qui fut sous-maréchal outre-mer ; Mich. I, 485.

2. Jean Taylefer signale en 1306 à Beaune un frère sergent natif de Langres ayant séjourné à Mormant avant de passer outre-mer ; Mich. I, 188-189.

Notes

1 Cronaca del templare di Tiro, éd. L. Minervini, Naples 2001, n° 460, p. 349.

2 A. Demurger, Between Barcelona and Cyprus. The Travel of Berenguer of Cardona, master of Aragon and Catalonia (1300-1301), étude à paraître.

3 J. Michelet, Le procès des templiers, 2 vol., Paris 19872. Elles occupent tout le vol. 1 (650 pages) et la moitié du vol. 2 (p. 1-274). Voir sur les différents procès A. Demurger, Encore le procès des templiers ! À propos d’un ouvrage récent, Le Moyen Âge 97, 1991, p. 25-34.

4 Michelet, Procès, cité note précédente, 2, p. 231, 245, 248, etc.

5 Ibid., 1, p. 641-648.

6 Ibid., 2, p. 140.

7 Ibid., 1, p. 609 ; 2, p. 42, 47, 67, 84, etc.

8 Ibid., 1, p. 615 ; 2, p. 11, 19,24, 166, 146, etc.

9 Ibid., 2, p. 153.

10 Ibid., 2, p. 237.

11 Ibid., 2, p. 221-222 ; il s’agit d’Amblard d’Aitz et d’André de Ventadour ; ce dernier, captum apud Tortosis per Sarracenos, a-t-il été fait prisonnier à Rouad, en septembre 1302 ? Il faudrait alors admettre que Hugues de Faur, qui cite ce fait, se trompe sur la date de réception d’André qu’il situe (il témoigne le 12 mai 1311) huit ans auparavant, soit en 1303.

12 Ibid., 2, p. 258.

13 Ibid., 2, p. 236.

14 Ibid., l, p. 387 ; 2, p. 136-140.

15 Ibid., 1. p. 38.

16 Ibid., 1, p. 93.

17 Ibid., 2, p. 104.

18 Ibid., 2, p. 91.

19 Ibid., 1, p. 251.

20 Ibid., 2, p. 240.

21 Ibid., l, p. 196, et aussi. 2, p. 211-213.

22 Ibid., 2, p. 131 et 245-248.

23 Ibid., 2, p. 209.

24 Rappelons l’intervention de Guillaume de Nogaret au cours de l’interrogatoire de Jacques de Molay en novembre 1309, indiquant que. selon les Grandes Chroniques, des liens de ce genre existaient entre le maître d’alors et Saladin, ibid., 2, p. 11.

25 Je renvoie dans la suite de ce texte aux cinq catégories du corpus (A, B, etc.) ; le lecteur y trouvera les références.

26 A. Demurger, Jacques de Molay, Paris 2002, p. 54.

27 Michelet, Procès, 1, p. 245.

28 Ibid., 1, p. 485 ; H. de Curzon, La règle du Temple, Paris 1889, art. 173-176.

29 C’est le cas d’Antoine Sicci de Vercelli, notaire au service de l’ordre ou du personnage anonyme connu sous le nom de Templier de Tyr, l’auteur de la chronique et secrétaire-interprète de Guillaume de Beaujeu : Cronaca del Templare de Tiro, cité supra n. 1 ; l’éditrice rejette l’identification du Templier de Tyr à Gérard de Montréal, ainsi que son appartenance au Temple.

30 Je tiens pour Molay (Haute-Saône) comme lieu d’origine du grand maître ; Demurger, Jacques de Molay, cité supra n. 26, p. 17-23.

31 A. Gilmour-Bryson, The Trial of the Templars in Cyprus, Leyde 1998 (The medieval Mediterranean 17), p. 32.

32 Les chiffres de 78 et 79 (par rapport au total de 91) s’expliquent par le manque de précisions pour une dizaine de cas ; pas de date et (ou) une vague mention « outre-mer ».

33 Lettre de Jacques de Molay aux templiers d’Aragon, expédiée de Chypre et datée du 20 avril 1292, souscrite par tous les dignitaires du Temple ; publiée dans A. Forey, The Templars in the Corona de Aragon, Oxford 1973, n° 36, p. 405-406.

34 Gilmour-Bryson, The Trial, cité supra n. 31, p. 77-78 (Oiselay), 92 (Langres) et 127 (Coblans).

35 J. Pryor Transportation of Horses by Sea during the Era of the Crusades, 8th century to 1255, Marriner’s Mirror 68, 1982, p. 9-27 et 103-125 (= Commerce, Shipping and Naval Warfare in the Medieval Mediterranean, Londres 1987, V)

36 A. Chagny-Seve, R. Seve, Le procès des templiers d’Auvergne, 1309-1311, Paris 1986 (CTHS, Mémoires et documents d’histoire médiévale et de philologie 1), p. 292.

37 Demurger, Jacques de Molay, p. 139-157 ; d’autres sources, aux Archives de la Couronne d’Aragon, fournissent de nombreux exemples.

38 Ibid., p. 102-103.

39 Mais il y a un Rouergat, Aymar ou Adémar de Perussa, un homonyme plus jeune, parent vraisemblablement, du nôtre.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Note32
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540