Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Les couvents des sœurs dominicaines de Nin et de Zadar (xiiie-xive siècle)

Claudine Delacroix-Besnier

Texte intégral

  • 1 Quelques lignes et des notes leur furent consacrées par P. S. Krasic, Congregano Ragusina O. P. (1 (...)
  • 2 Archivium Generale Ordinis Praedicatorum (cité désormais AGOP) XIV, Lib. HHH.
  • 3 T. Smiciklas, éd., Codex diplomaticus regni Croutiae, Dalmatiae et Slavoniae, vol. 3-15, Zagreb 19 (...)
  • 4 Les remarques faites par J. Kloczowski, Les débuts des Dominicains en Pologne, Studi sulle società (...)

1L’objet de cet article est de mettre en lumière l’histoire des sœurs de Nin et de Zadar, qui jusqu’à présent semblent avoir peu attiré l’attention des historiens, notamment de l’ordre des Prêcheurs1. Lors d’une visite aux archives générales des Prêcheurs de Sainte-Sabine à Rome, j’ai découvert un dossier documentaire en partie inédit qui m’a semblé d’un grand intérêt en raison des informations qu’il contient. Il est composé de quatre documents de 1347, encadrés par une charte émanant de l’archevêque de Zadar, datant de 1292, et par un autre document de 1368. Ils furent copiés par le père Cristianopoulos vers 1750 sur les archives des Prêcheurs de Zadar2, et j’ai pu vérifier la qualité des copies de Sainte-Sabine en les comparant à l’édition faite par Smiciklas sur le même fonds d’archives3. Leur résumé détaillé sera placé en annexe à cet article. La charte de 1292, restée inédite, y sera jointe, donnant une pertinence particulière à ce dossier illustrant l’histoire de la province dominicaine de Dalmatie4.

2Les quatre documents de 1347 sont les différentes pièces d’un procès qui fut instruit par Nicolas d’Ancône, vicaire du maître général de l’ordre des Prêcheurs, contre la supérieure du couvent de Nin, sœur Marta. Le cinquième, datant de 1292, est la confirmation du transfert de la propriété foncière du monastère bénédictin de Saint-Platon aux sœurs de Sainte-Marie Alta Ripa, dans les faubourgs de Zadar, et de leur exemption de la juridiction épiscopale. Le dernier (1368) réaffirme l’appartenance du couvent de Nin à l’ordre des Prêcheurs.

  • 5 C. Eubel, Hierarchìa catholica, 1, Ratisbonne 1913, p. 370 : Jean, évêque de Nin (1342-1353).
  • 6 Ibid., p. 459 : Dominicus Lucaris (1328-1348).

3Le procès contre la sœur Marta constitue le cœur de la documentation sélectionnée. Celle-ci était accusée d’avoir détruit le diplôme (privilegium apostolicum) attestant l’appartenance du couvent à l’ordre des Prêcheurs avec la complicité d’un prêtre nommé Quirinus. Les deux premiers actes du procès ont été enregistrés le 12 octobre dans le couvent de Nin. L’un rapporte que Jean, l’évêque de la ville5, avait décidé de faire droit à la plainte du prieur des frères de Nin, Pierre Richaboni. Il profita de la venue de l’archevêque de Split, Dominique6, et celui-ci entendit le prêtre Quirinus, qui avoua avoir dérobé le privilège, de nuit, à l’instigation de la sœur Marta, en l’absence du prieur qui s’était rendu à Zadar. Puis cette dernière précisa à son tour qu’elle avait détruit le document. Plusieurs sœurs affirmèrent alors avoir vu à différentes reprises ce privilège qui était conservé par le prieur. La supérieure désirait en effet soustraire son couvent à l’autorité et à la juridiction de l’ordre des Prêcheurs.

  • 7 Cette expression est l’objet des seules variantes notables entre la copie des archives générales e (...)
  • 8 Eubel, Hierarchia catholica, cité supra n. 5, 1, p. 459. Balian (1324-1328) était né à Beyrouth d’ (...)

4La seconde pièce du procès contient la déposition des sœurs de Nin qui confirmèrent que, dès la fondation de leur couvent, les frères Prêcheurs avaient le droit de le visiter, de veiller à l’application de la discipline et de corriger ce qui devait l’être. Elles rappelèrent que le privilège d’exemption et les constitutions dominicaines furent confirmés par le pape Jean XXII. Certaines vivaient au couvent depuis très longtemps, soixante ans pour la plus ancienne ; elles conservaient le souvenir des circonstances de la fondation de celui-ci et donnèrent une liste des vicaires qui avaient exercé leur droit de visite. Depuis l’intrusion (per impressionem)7 de la sœur Marta, l’archevêque de Split, qui était alors Balian8, avait cherché à exercer ce droit de visite mais les sœurs avaient refusé. Un moine bénédictin de Saint-Chrysogone tenta de le faire à son tour, mais l’évêque de Nin, Jean, fit appel au prieur de Zadar pour qu’il intervienne. La sœur se faisait nommer abbesse et non prieure car, dans la langue croate, ce titre se dit opatiza qui se traduit par abbesse. De plus elle s’était fait consacrer et avait reçu l’anneau, ce qui était également contraire aux constitutions de l’ordre.

5Le procès-verbal du 19 novembre, un mois plus tard, fut instrumenté dans la salle du chapitre du couvent des Prêcheurs de Zadar sous la présidence du vicaire de l’ordre, Nicolas d’Ancône. Les représentants de plusieurs couvents de la province avaient été convoqués. Le frère Anselme fut interrogé sur l’origine du couvent des sœurs de Nin. Celui-ci rapporta alors les propos que lui avait tenus Jean dit Colos, vicaire du provincial de Hongrie en Dalmatie. Ce dernier apparaît dans le précédent document parmi les visiteurs du couvent de Nin. Ce vicaire s’était heurté à l’hostilité des sœurs, dont il avait reçu la charge, au couvent de Veszprém, en Hongrie, où vivait l’une de ses propres soeurs. Il avait finalement réussi à les placer sous clôture malgré leur opposition. Et comme Anselme lui demandait pourquoi le couvent de Nin dépendait de celui de Melta (Alta Ripa), Jean de Colos lui rappela que ce couvent de Nin avait été fondé par les sœurs de Veszprém au moment de l’invasion des Tatares et que l’une d’entre elles fut à l’origine de celui de Melta. Les frères de Zadar confirmèrent alors que le couvent de Nin avait bien reçu du pape le privilège d’incorporation à l’ordre des Prêcheurs et que les sœurs avaient toujours observé la règle de saint Augustin et les constitutions dominicaines, même du temps où sœur Marta était supérieure. Certains d’entre eux avaient même accompagné les précédents visiteurs, vicaires ou provinciaux. Les frères, dirent-ils, avaient toujours administré les sacrements à l’abbesse, aux sœurs et à la familia du couvent. Ils firent également état de la tentative de visite du couvent par l’abbé de Saint-Chrysogone de Zadar et dirent comment l’évêque de Nin s’y était opposé et avait appuyé le recours des frères Prêcheurs.

  • 9 Depuis la fondation de l’ordre, les Prêcheurs avaient adopté la règle de saint Augustin et vivaien (...)

6Le dernier document date du 27 novembre 1347 et fut enregistré dans l’église Saint-Dèmètrios, c’est-à-dire l’église des sœurs de Zadar. Il s’agit du procès-verbal de l’interrogatoire des sœurs de Saint-Dèmètrios et de leur supérieure, Grazia. Elles confirmèrent l’histoire de la fondation des deux couvents par des sœurs hongroises, telle que deux sœurs de Nin, Miroslava et Élisabeth, qui en entretenaient la mémoire dans la communauté, la racontaient. Elles étaient toutes d’accord pour reconnaître que leur communauté vivait dans l’obédience des frères Prêcheurs9.

7La question centrale qui est posée dans ce dossier est donc celle de la tutelle qu’exerçait l’ordre des frères Prêcheurs sur ces deux couvents féminins et de sa remise en cause par le clergé local. Les éléments qui légitiment, dans ces documents, l’obédience des Dominicains, la mémoire collective et les privilèges pontificaux, éclairent l’histoire de ces fondations. De la même façon, cette histoire explique pourquoi cette question de l’obédience dominicaine se posait au milieu du xive siècle.

8Ce dossier met en lumière trois couvents de sœurs, celui de Nin et deux autres situés à Zadar, Sainte-Marie Alta Ripa, dit Melta, situé hors les murs, et Saint-Dèmètrios, dans la cité même. Ce dossier, replacé dans l’ensemble un peu plus vaste de la documentation dominicaine, est intéressant à plus d’un titre. Il permet de revisiter l’histoire des fondations dominicaines en Dalmatie, leurs modalités comme leur nombre. Cette question débouche sur celle des relations de l’ordre avec les autres congrégations religieuses et le clergé séculier de la région. Mais il permet également d’aborder la place du monachisme féminin, dans l’ordre de saint Dominique comme dans la société médiévale.

L’HISTOIRE DES COUVENTS DE DALMATIE

  • 10 Farlati, Illyricum, 5. p. 73 : Anno domini 1228 Fratres venerunt Jadram, et datus est eis locus S. (...)

9Les Prêcheurs commencèrent à s’installer sur la côte dalmate dès 1225, à Dubrovnik, en 1228, à Nin et à Zadar10. C’est à partir du littoral, domaine catholique latin, que les ordres mendiants essaimèrent vers l’intérieur des Balkans, profitant de l’expansion hongroise au nord, angevine au sud.

10Ce dossier de 1347 permet tout d’abord de retracer l’histoire de l’installation des sœurs dominicaines à Nin et à Zadar. La mémoire de ces fondations a été entretenue par les membres de l’ordre, comme le montrent trois des documents. En effet, c’est sur cette mémoire, au moins autant que sur les archives, qu’est fondé le droit de visite des Prêcheurs sur ces couvents de femmes.

  • 11 Doc. 3.
  • 12 Ce frère devait être originaire de Calocsa, cité episcopale hongroise. Le nom de cette cité est so (...)
  • 13 Veszprém était une cité épiscopale située un peu au nord du lac Balaton.
  • 14 Doc. 2 et 4.
  • 15 J. W. Sedlar, East Central Europe in the Middle Ages, 1000-1500, Seattle 1994 (A History of East C (...)

11Dans le procès-verbal enregistré chez les frères de Zadar, en novembre 134711, le frère Anselme raconte qu’il avait demandé à Jean de Colos (ou de Calocs)12 la raison de la subordination du couvent de Nin à celui de Melta ; sans doute celle-ci posait-elle problème déjà à l’époque de la visite de ce vicaire du provincial de Hongrie. Ce frère hongrois lui raconta alors la migration des sœurs de Veszprém13 et leur installation à Nin puis la fondation de Melta. Le récit des sœurs est plus précis14. Deux sœurs de Nin racontaient aux autres sœurs du couvent de Melta, sans doute plus jeunes, la même histoire. Mais elles précisaient leur nombre, cinq, et leurs noms. Elles avaient migré en Dalmatie sous la conduite des frères Prêcheurs et l’une d’elles, Hélène, fut la fondatrice de Melta. Ainsi la mémoire se perpétuait-elle d’une génération à l’autre. Cette histoire permet de dater l’arrivée des sœurs dominicaines, puisque les trois documents la mettent en relation avec l’invasion de la Hongrie par les Tatares. Ceux-ci passèrent le Danube gelé au moment de Noël 1241. Le roi Béla IV ne parvenant pas à défendre son pays, prit lui aussi le chemin de la Croatie, poursuivi par un détachement commandé par le chef des Tatares, Kadan. Le roi de Hongrie atteignit le littoral de l’Adriatique en février 1242, se réfugia dans l’île de Rab puis, en mars, dans la forteresse de Trogir, près de Split, où il était plus en sécurité. Kadan se replia vers la Hongrie à la nouvelle de la mort du khan Ogodeï15. Il est tout à fait vraisemblable que les religieux aient accompagné la fuite du souverain. La date de la fondation de Nin serait donc 1242. La fuite de ce groupe de frères et de sœurs dominicains renforça ainsi les petites communautés déjà constituées sur la côte dalmate. La province dominicaine de Dalmatie fut pour cette raison longtemps placée sous l’autorité du provincial de Hongrie. À cette époque, le roi de Hongrie, Louis d’Anjou (1342-1382), étendit sa souveraineté sur la plus grande partie de la côte dalmate. C’est sous son règne que le royaume de Hongrie-Croatie atteignit son apogée. La Hongrie jouit donc encore d’une influence importante sur les communautés dominicaines de Zadar et de sa région. Mais la province de Dalmatie commençait à prendre son autonomie au milieu du xive siècle, date de ce dossier.

  • 16 Ces informations ont été reprises par Walz, Compendium, cité supra n. 1, p. 147.
  • 17 C. Delacroix-Besnier, Les ordres mendiants et l’expansion de l’Église latine dans les Balkans, All (...)

12L’un des documents du 12 octobre 1347 donne la liste des délégués de l’Ordre venus visiter et corriger les couvents des sœurs. Le premier, frère Dominique, était prieur du provincial de Hongrie ; cinq autres portent le titre de vicaire sans qu’il soit possible de déterminer s’ils avaient été les délégués du maître général de l’Ordre ou du provincial de Hongrie16. Le dernier était inquisiteur et donc envoyé du maître général, de même que le frère Nicolas d’Ancône, vicaire du maître général Garin de Gy-l’Évêque (1346-1348). Les fondations se multiplient alors, recrutant sur place, et la province de Dalmatie est gouvernée par un vicaire dépendant de moins en moins souvent du provincial de Hongrie, ainsi Dominique de Thopia, nommé en 1345 vicaire général pour la Dalmatie et Durazzo, chargé spécialement de l’Albanie, son pays d’origine, ou frère Etienne, en 136817.

  • 18 Farlati, Illyricum, 5, p. 8, dénombre neuf établissements religieux à Zadar dont cinq étaient occu (...)
  • 19 Farlati, Illyricum, 5, p. 77 : Utrumque diploma pontificium et archiepiscopale extat in archvio ce (...)
  • 20 Eubel, Hierarchia catholica, 1, p. 281.
  • 21 AGOP XIV Lib. HHH, fol. 86 ( = doc. 5). Ce document confirme la cession des biens meubles et immeu (...)
  • 22 La cession de Saint-Platon aux Prêcheurs dans AGOP XIV Lib HHH, fol. 14.
  • 23 Krasić, Congregatio Ragusina, n. 42, p. 44, se fonde sur le travail de Farlati et met ce transfert (...)
  • 24 Smiciklas, Codex, cité supra n. 3, 10, n° 182, p. 246-247.
  • 25 L’incertitude vient du « et » ajouté par le copiste des archives qui semble avoir ainsi interprété (...)

13Mais ce dossier invite aussi à reconsidérer les modalités de l’installation des couvents dominicains dans cette région. Commençons par les sœurs. Les réfugiées de Veszprém fondèrent donc leur maison à Nin, puis la sœur Hélène s’installa à Alta Ripa, dans un des faubourgs de Zadar quelque temps après. Vers 1250, ce couvent accueillit les moniales de Saint-Platon car cet établissement avait été accordé aux prêcheurs de Zadar18. Mais il s’avère que ces moniales étaient des sœurs bénédictines et qu’elles durent alors quitter l’habit et la règle de saint Benoît19, ce qui éclaire le dossier de 1347 d’un jour particulier. Si la mémoire de la fondation des couvents de Nin et de Zadar avait été conservée par les dominicaines, celle de l’origine bénédictine du monastère de Saint-Platon l’avait sans doute été également. L’archevêque de Zadar, Jean de Anagnia (1291-1297)20, précisa, comme pour éviter toute contestation que les vrais patrons et fondateurs de Melta étaient les frères Prêcheurs21. Soixante-dix ans plus tard, en 1311, alors que la guerre faisait rage entre Vénitiens et Angevins, les sœurs de Melta furent mises à l’abri, à l’intérieur des remparts de la cité, dans le monastère de Saint-Dèmètrios. Cet établissement avait été gratuitement mis à la disposition des frères Prêcheurs en 1247 en même temps que celui de Saint-Platon22. Ces deux monastères formaient avant cette date un complexe monastique double dédié aux saints Côme et Damien. Les frères avaient préféré Saint-Platon car l’établissement était plus commode. Selon l’état actuel de la question, ce transfert semblait avoir fait disparaître le couvent de Melta. En fait il n’en est rien car il apparaît encore dans la documentation après 131123. Ainsi, en 1335, le pape Benoît XII, à la demande de la supérieure et des sœurs de Sainte-Marie Alta Ripa, confirme leur obédience à l’ordre de saint Dominique et le droit de visite des Frères24. Il se trouvait donc alors deux couvents de sœurs dominicaines à Zadar, l’un était situé hors les murs, Melta, et l’autre à l’intérieur de la cité, Saint-Dèmètrios. Les conditions matérielles de l’établissement des sœurs de Melta sont assez peu claires dans les sources. Il semble qu’elles bénéficièrent de la générosité d’un citoyen vénitien, Albertinus Maurocenus, dans un premier temps, pour la construction du monastère vers 1250, et des aumônes des habitants de Zadar répondant aux incitations de l’archevêque. Mais la dernière pièce du procès de 1347 indique que la sœur Miroslava habitait le monastère de Melta (et) les maisons de Jean de Cernucho, au moment de la guerre pendant quelques années25.

  • 26 AGOP XIV Lib. HHH, fol. 11.
  • 27 Farlati, Illyricum, 5, p. 75, précise qu’il s’agissait d’une église paroissiale.
  • 28 Laurent gouverna la province de Zadar de 1245 à 1287 ; cf. Eubel, Hierarchia catholica, 1, p. 280.
  • 29 Farlati, Illyricum, 5, p. 78.

14L’installation des frères Prêcheurs à Zadar ne se fit pas sans difficulté car il a fallu que la commune trouve de quoi les loger. Avant que soit mis gratuitement à leur disposition le complexe monastique des Saints-Côme-et-Damien, comprenant les monastères de Saint-Dèmètrios et de Saint-Platon, les frères avaient été logés à Saint-Sylvestre près de Saint-Chrysogone, qui était une maison bénédictine. Ils y demeurèrent de 1228 à 1244. Deux maisons et un loculum, avec cours, situés à proximité de l’église de Saint-Thomas l’Apôtre leur furent alors concédés par la commune26. Ce document, daté de janvier 1244, précise que l’église leur avait été déjà donnée par l’archevêque de Zadar, Domenico Franco, qui mourut peu après27. Mais il semble que ces logements se soient révélés incommodes, c’est pourquoi sur l’avis du nouvel archevêque de Zadar, Laurent28, et du conseil de la commune, le logement de Saint-Platon leur fut accordé en 1247, au prix du déménagement des sœurs bénédictines qui durent s’installer à Melta et changer de règle. L’église des Prêcheurs de Saint-Platon fut consacrée par le patriarche de Grado en 1280, en présence de l’archevêque de Zadar, Laurent, et des évêques de Rab et de Nin29. Elle fut dédiée à saint Marc l’Évangéliste, marque sans doute de l’influence vénitienne, mais le couvent conserva ce nom de Saint-Platon dans les sources, alors que les habitants de Zadar avaient l’habitude de le nommer Saint-Dominique.

15L’examen du dossier de 1347 montre donc la montée en puissance de l’ordre des Prêcheurs à Zadar après l’invasion de la Hongrie par les Tatares. Des frères et des sœurs originaires de Veszprém vinrent grossir les rangs du petit groupe qui s’était installé déjà depuis 1228. Les sœurs fondèrent deux nouveaux couvents, l’un à Nin et l’autre à Alta Ripa, dans un faubourg de Zadar. Il fallut trouver pour les frères, désormais plus nombreux, un autre logement plus commode que celui de Saint-Sylvestre. Dans un premier temps des maisons leur furent allouées près de Saint-Thomas l’Apôtre avant que les autorités de la ville leur concèdent l’établissement des Saints-Côme-et-Damien, c’est à dire Saint-Dèmètrios et Saint-Platon. Ces lieux de culte autrefois grecs, comme le rappelait Farlati, du temps de la souveraineté byzantine sur la région, avaient été occupés par des communautés bénédictines qui possédaient des biens fonciers. Le tout fut transféré aux Prêcheurs. Un siècle plus tard, en 1347, le souvenir de l’obédience bénédictine de Saint-Platon ne s’était pas effacé et, à un moment où la rigueur des constitutions dominicaines tendait à se renforcer, l’observance devint intolérable.

LOCUM, DOMUS, CONVENTUS, MONASTERIUM

  • 30 L’établissement des premiers Frères mineurs en Angleterre suit le même processus. Ils s’installère (...)
  • 31 Kloczowski. Les débuts des Dominicains, cité supra n. 4, p. 271.
  • 32 Ibid., p. 272.
  • 33 C. Delacroix-Besnier, Les missions dominicaines et les Arméniens du milieu du xive siècle aux prem (...)
  • 34 Ead., L’expansion de l’Église latine, cité supra n. 17, p. 229.
  • 35 Smiciklas, Codex, 11, p. 312-314.
  • 36 Le texte, ibid., p. 313. donne : per apostolica scripta specialiter commissa, conventum seu locum (...)
  • 37 Krasić, Congregatio ragusina, n. 18, p. 41, qui utilise ce document, considère que Dominique était (...)
  • 38 Krasić. d’après Farlati, ibid., n. 17, p. 40.
  • 39 Cette analyse de la terminologie corrobore en partie ce qu’écrit J. G. Bougerol, art. « Couvent », (...)
  • 40 Smiciklas, Codex, 14, p. 244-248.

16Cette question de vocabulaire mérite d’être clarifiée à la lumière de nos documents. L’historiographie française actuelle semble s’être fixé une règle selon laquelle le mot de couvent s’applique aux établissements des Mendiants et celui de monastère aux autres établissements cénobitiques. Cette clarification du vocabulaire est peu en rapport avec l’usage des sources latines des xiiie et xive siècles. Dans nos documents les couvents des sœurs sont toujours désignés par le mot de monastère. Les termes de locum et de domus paraissent correspondre à l’état des premières communautés, avant leur établissement dans des locaux définitifs, organisés à leur usage particulier. Il semble en effet qu’à leur arrivée dans une ville, les frères fondateurs se soient d’abord installés dans des maisons, souvent situées dans les faubourgs, et qu’ils en aient disposé soit gracieusement, soit en acquittant un loyer. Ainsi avons-nous vu les prêcheurs de Zadar disposer de maisons, situées d’abord près de Saint-Sylvestre, puis près de Saint-Thomas l’Apôtre, avant de pouvoir disposer du monastère de Saint-Platon. Le procès-verbal du 19 novembre 1347 fut enregistré in civitate Jadre in capitulo conventus dictorum fratrum Predicatorum. Le terme de domus correspondrait au stade premier de l’établissement d’une communauté de frères mendiants30. Cette remarque s’applique aux premières fondations de Pologne, selon un processus comparable à celui qui apparaît dans la documentation dalmate. Ainsi les premiers prêcheurs furent-ils accueillis, en 1222/1223, par Ivo, évêque de Cracovie, qui leur donna une église paroissiale et les logea chez lui en attendant « l’adaptation rapide de l’église et des bâtiments aux besoins de la communauté »31. De même, six ans plus tard, à Prague, les Prêcheurs reçurent-ils une domus auprès de l’église Saint-Clément32. Les frères Uniteurs d’Arménie occupèrent, lors de leur arrivée vers 1371, des maisons situées dans un faubourg de Lvov. Ils furent ensuite intégrés au couvent des Prêcheurs qui était situé dans la ville33. La documentation invoque la même raison que celle qui a motivé le transfert des sœurs de Melta à Saint-Dèmètrios, le couvent Corpus Christi était protégé par l’enceinte de la cité. La documentation concernant les fondations dominicaines de Ruthénie utilise les mêmes termes de domus et de loca. De même se retrouvent-ils dans les sources qui évoquent les projets de développement de l’ordre en Bosnie34 et en Dalmatie35. Pour cette dernière région, le vicaire de l’ordre, Dominique, fut chargé par le pape de signifier à la commune de Šibenik qu’il autorisait l’établissement d’un couvent de Frères dans la cité36. Le document, enregistré en 1346, rappelle que la décision de la commune de Šibenik, prévoyant la concession d’un locum, destiné aux frères Prêcheurs, remontait à l’année 133037. La mission du vicaire concernait trois loca de Dalmatie destinés à devenir des couvents. C’est par cette même décision pontificale que les prêcheurs de Skodra reçurent l’autorisation de construire leur couvent de Saint-Nicolas, le monastère de Saint-Paul étant trop étroit38. La terminologie des sources médiévales semble donc répondre à une certaine logique, le mot de conventum signifiant la forme achevée d’une communauté de frères mendiants. Dans le dossier de 1347, ce terme désigne toujours des couvents de frères avec trois occurrences pour chacun des deux couvents de Nin et de Zadar. Pour ce qui est des couvents de femmes le terme de monasterium est toujours employé comme il l’est aussi pour les communautés bénédictines39. Cependant le mot de conventum apparaît dans certains testaments de cette période que ce soit pour le couvent des clarisses de Zadar, dont il sera question plus loin, où il est seul, que ce soit pour les dominicaines de Saint-Dèmètrios où il est associé à monasterium40.

  • 41 Doc. 3.
  • 42 Ces deux couvents ne figurent pas dans Atlas zum Kirchengeschichte, Fribourg 1988, p. 59.
  • 43 Brač est une île située au sud de Split, entre Hvar et le littoral. Un couvent de cette île, porta (...)
  • 44 Doc. 3 ; le copiste a laissé des points de suspension entre suppriore et Braza, alors que l’éditeu (...)

17L’examen du dossier de 1347 permet aussi de compléter le tableau des établissements dominicains à cette date en Hongrie et en Dalmatie. Cette documentation mentionne deux couvents de femmes que l’on doit situer en Hongrie. Celui de Veszprém s’y trouvait encore au début du xive siècle puisque Jean Colos disait qu’il avait une sœur de sang dans ce couvent41. Il est toujours cité avec un autre monastère, dénommé de insula dans ce même procès-verbal ou insula Danubii dans un document de 1297, cité plus bas. Leur existence semble avoir échappé à l’historiographie contemporaine42. Le dossier de 1347 fait apparaître un couvent à Brač, qui n’était jusqu’alors mentionné qu’à partir de 146243. Si l’on se fie à la copie des archives de Sainte-Sabine, Jean, le sous-prieur de ce couvent était présent et déposa lors du procès44.

18Les listes de frères et de sœurs, que contiennent ces documents, donnent en effet des indications importantes même si leur interprétation est délicate pour faire le point sur les implantations dominicaines en Dalmatie, comme nous venons de le voir pour le couvent de Brač. Les procès-verbaux mentionnent en effet à côté des prénoms des frères un lieu, afin de les distinguer, et parfois la mention d’une fonction. Celle-ci est plus rare et, en son absence, il est difficile d’affirmer si ce lieu correspond à la cité d’origine du frère ou à celle où se trouve le couvent auquel il appartient.

  • 45 Doc. 2.
  • 46 Doc. 4.

19Le dossier nous donne deux listes de frères, celle des confesseurs des sœurs45 et celle des témoins46. Parmi les douze confesseurs mentionnés, neuf étaient originaires de Dalmatie et les noms de lieu qui déterminent leur origine correspondent tous à des couvents dalmates : deux pour Zadar et Nin, un pour Brač, pour Trogir, pour Veglia (Krk), pour Šibenik. Il est possible que Michaelis Ragusini soit identifiable au témoin de la seconde liste, désigné comme rector domus Sibenicensi. En effet, il doit s’agir du frère qui fut envoyé à Rome pour demander au pape l’autorisation de construction du couvent de Šibenik. Le frère Dominique, vicaire pour la Dalmatie et pour Durazzo, fut alors envoyé par le pape, en 1346, pour apporter à la commune sa réponse favorable, comme nous l’avons vu plus haut. Alors qu’il exerçait la fonction de confesseur, Michel était encore frère du couvent de Raguse (Dubrovnik), comme il apparaît dans le document de 1346. L’année suivante, il figure comme recteur de la domus de Šibenik, le couvent n’étant pas encore construit, sans doute, mais il en est, sur place, comme le maître d’œuvre. Les autres frères apparaissent comme étrangers à la région, comme frère Ulrich qui était Allemand. Les deux autres frères pouvaient être des Italiens.

  • 47 Une lacune du manuscrit empêche une identification certaine.

20La liste des frères interrogés est plus difficile à interpréter. Ceux de Zadar devaient être assez nombreux mais le document ne précise pas souvent cette appartenance, ainsi pour le principal témoin qui paraît être le frère Anselme47. Deux autres, Francisco et Marino Zavocho sont clairement identifiés comme appartenant au couvent de Zadar. Frère Leonardo en était peut-être le lecteur. Elle atteste néanmoins l’importance du couvent de Veglia (Krk), si toutefois la mention du lieu correspond à celle du couvent, qui fournit trois témoins dont deux frères prénommés Marino, l’Ancien et le Jeune. Nous y retrouvons donc aussi Michel, recteur de Šibenik et Jean de Brač.

  • 48 Doc. 4.
  • 49 Eubel, Hierarchia catholica, 1, p. 370.
  • 50 Ibid., p. 281.

21Le premier document nous donne la liste des sœurs formant la communauté de Nin en 1347 ; elles étaient au nombre de vingt si on compte les trois rebelles, Maria et ses deux « complices », Catelina et Delizia. Au même moment, le couvent de Saint-Dèmètrios en comptait une quinzaine48. Il convient de noter que ne furent mentionnés que les prénoms des sœurs de Nin, exception faite de l’une des Franiza, la plus jeune, qui était originaire de Zadar. En revanche, celles de Saint-Dèmètrios sont plus précisément identifiées, car à leur prénom s’ajoute une mention patronymique. Ainsi Fumia de Matafaro appartenait à une grande famille de Zadar, dont l’un des membres est cité comme témoin en bas du document. Les occurrences de ce nom sont très nombreuses dans la documentation de la région. On se contentera de mentionner Dèmètrios de Matafaris qui fut évêque de Nin de 1353 à 138749 et Nicolas de Matafaris, archevêque de Zadar (1333-1367)50, donc au moment du procès. Cette différence de dénomination entre les frères et les sœurs de saint Dominique est tout à fait significative de l’esprit du temps. Si les frères appartiennent à leur couvent, les sœurs appartiennent toujours à leur père, l’entrée au couvent ne les émancipe pas.

L’OBÉDIENCE DES « VRAIS FONDATEURS »

  • 51 D. A. Mortier, Histoire des maîtres généraux de l’Ordre des prêcheurs, 3, Paris 1907, p. 249.
  • 52 Th. Pécout, art. « Monachisme », DEMA, cité supra n. 39, p. 1018, et surtout M. Pacaut, Les ordres (...)

22Sur le plan de la vie interne de l’Ordre, cette époque connaît certaines difficultés. Le maître général, Garin de Gy-l’Évêque, mentionné dans le dossier, en même temps qu’il rappelle la nécessité de l’observance, doit faire face à des vagues de transfuges en raison des rigueurs de la règle. Ces fuites profitent généralement à l’ordre de saint Benoît, comme le montrent nombre de suppliques adressées au pape Clément VI51. La question de l’obédience due par les sœurs de Nin aux Prêcheurs reflète bien l’évolution générale du monachisme latin du milieu du xive siècle et la remontée en puissance de l’obédience bénédictine, après notamment la réforme menée par les moines de Monte Oliveto, près de Sienne52.

23La légitimité de l’obédience dominicaine des couvents était donc, d’après ce dossier de 1347, d’abord fondée sur l’histoire, conservée dans la mémoire collective des membres des communautés. C’est sans doute la raison pour laquelle le premier procès-verbal, enregistré au couvent de Nin le 12 octobre, a soigneusement noté le temps passé au monastère de Nin par chacune des sœurs qui témoignent, entre trois ans, pour la plus jeune, et soixante, pour la plus ancienne. Pour la même raison, la quatrième pièce du procès rappelle cette mémoire vivante incarnée par sœur Miroslava du couvent de Nin auprès des sœurs de Melta. Celles de Saint-Dèmètrios témoignèrent qu’elles l’avaient vue et entendue raconter l’histoire de la fondation de Nin et dire que ce monastère avait toujours appartenu à l’obédience dominicaine.

  • 53 Smiciklas, Codex, 8, p. 63, document daté de 1303.
  • 54 Doc. 2.
  • 55 AGOP XIV Lib. HHH, fol. 21r-22v. ( = doc. 6).

24La réaffirmation de l’autorité des Prêcheurs sur les sœurs de Nin et de Zadar revient constamment dans toute la documentation, ce qui est la preuve de la difficulté qu’avait cette obédience à s’imposer. Le procès-verbal du 12 octobre 1347 rappelle le privilège d’exemption de Jean XXII qui plaçait le couvent de Nin sous la coupe des Frères, nous avons évoqué son renouvellement par Benoît XII, mais avant lui, Benoît XI avait confirmé le droit de visite des Prêcheurs53. La rébellion de sœur Marta qui a donné lieu au procès de 1347 et les précédentes tentatives réitérées de visite par les bénédictins de Saint-Chrysogone, ou par le clergé séculier, comme l’archevêque de Split, Balian (1324-1328), se comprennent mieux ainsi. Le conflit entre la supérieure et les Prêcheurs durait donc depuis une vingtaine d’années. Elle contestait l’autorité des Prêcheurs mais revendiquait aussi son appartenance à un ordre monastique différent, probablement celui de saint Benoît comme le montre le titre d’abbesse qu’elle prétendait porter contre les constitutions dominicaines et sa consécration avec l’anneau54. Mais la question de la visite du couvent de Nin resurgit dans la documentation en 1368 alors que le nouveau vicaire de la province de Dalmatie et de Durazzo, Étienne, proteste publiquement contre l’intrusion du vicaire de l’évêque de Nin qui s’était fait remettre les clés du couvent par les sœurs55.

DES SŒURS SOUS CLÔTURE

  • 56 Doc. 3.
  • 57 Ibid.
  • 58 AGOP XIV Lib. HHH, fol. 91v : quod nos frater Paulus prior provincialis OP per Ungariam, facimus, (...)
  • 59 AGOP XIV Lib. HHH, fol. 88, 91r.
  • 60 Smiciklas, Codex, 10, n° 181 : Apostolice sedis benignitas prudentes virgines, que se parant accen (...)
  • 61 Bulle du pape Eugène IV, 12 mars 1446 : [il s’agit des sœurs de Saint-Dèmètrios]... ad supplicatio (...)
  • 62 Farlati, Illyricum, 6, p. 28-29, écrit que seules les nobles ragusaines vierges étaient vouées à D (...)
  • 63 Doc. 4.

25Il semble que l’une des causes de la rébellion des sœurs contre leurs protecteurs fût la clôture du couvent. En effet cette question revient régulièrement dans la documentation et l’un des vicaires qui visita le couvent, Jean de Colos, s’était illustré par sa rigueur sur ce point à Veszprém, dans sa région d’origine. Ce souci de l’étanchéité de la clôture est souligné par l’un des frères, Anselme, qui témoigna au procès de 134756. Pour l’instant, il est difficile de préciser la date de la visite de Jean de Colos à Nin. Dans la liste des visiteurs, il apparaît comme le troisième, précédant André de Veglia (Krk). Or ce dernier était un contemporain de frère Anselme et des autres témoins. Le dossier de 1347 montre qu’André fut au moins deux fois vicaire de l’ordre, puisque frère Anselme l’accompagna lors de sa visite à Nin et que frère Nicolinus était son compagnon lors d’un précédent vicariat. Frère Anselme avait été également témoin de la visite du couvent par Jean de Colos puisqu’il l’avait interrogé sur l’ordre hiérarchique des couvents des sœurs de la région. Il est donc possible, sans que l’on puisse l’affirmer, que la rigueur du vicaire Jean de Colos, fort de son expérience hongroise, ait provoqué la rébellion de sœur Marta. Jusqu’au milieu du xive siècle, les visiteurs, correcteurs dominicains, étaient vicaires du provincial de Hongrie et avaient à leur charge un ensemble de couvents dont le plus ancien, Veszprém, et ses filiales, Nin et Melta, comme l’indiquent autant le dossier de 134757 qu’un document antérieur, daté de 129758. Les sources concernant Sainte-Marie de Alta Ripa évoquent dans la plupart des cas la clôture des sœurs, ainsi lorsque l’archevêque de Zadar, Laurent, invite ses fidèles à faire des aumônes59 ; le document de 1335, évoqué plus haut, en précise même la raison60. La documentation montre que les religieuses d’origine aristocratique étaient nombreuses, si la formule in quo multe nobiles mulieres incluse, in paupertate devote Christo pauperi famulantur peut s’interpréter ainsi. La présence de jeunes femmes issues de l’aristocratie de la ville est en effet de nouveau attestée, bien plus tard, dans un des seuls documents concernant les sœurs de Zadar qui ait été édité dans le bullaire de l’ordre61. Il en est de même pour les clarisses de Dubrovnik62. Il faut aussi ajouter que l’entrée au couvent se faisait sans doute souvent par fratries, ainsi Jean de Colos avait une sœur de sang au couvent de Veszprém, d’où son empressement à rendre efficace sa clôture. Les conservatrices de la mémoire du couvent de Melta étaient deux sœurs de sang, Miroslava et Élisabeth63.

  • 64 J. A. Kay MacNamara, Sisters in Arms, Cambridge, Mass. 1996, p. 362-364.
  • 65 Le passage à l’ordre des Clarisses s’est effectué en 1260, Farlati, Illyricum, 5, p. 79. Les Clari (...)
  • 66 Testament du 10 novembre 1345 :...item legavit conventui sancti Nicolai Jadre libras..., item dimi (...)

26Certes cette fonction sociale des couvents de femmes au Moyen Âge, comme à l’époque moderne, de conservation de la virginité des filles de l’aristocratie jusqu’à leur mariage, si toutefois leur famille leur trouvait un époux, est bien connue64. Mais il semble qu’il était important de montrer que la clôture s’imposait difficilement encore et qu’en même temps que les couvents de mendiants s’implantaient en Dalmatie, ils assuraient la continuité de cette fonction, remplaçant ainsi les communautés bénédictines. En effet, tout comme les dominicaines s’installèrent à Saint-Platon, les clarisses reçurent le monastère de Saint-Nicolas qui appartenait lui aussi à une communauté de bénédictines qui durent, elles aussi sans doute, accepter le changement de règle65. Cette continuité du lieu de réclusion est marqué dans les sources par l’utilisation du mot monastère et non couvent pour le désigner, les deux termes étant parfois associés dans les testaments l’un à côté de l’autre66.

  • 67 P. L’Hermite-Leclercq, Le monachisme féminin dans la société de son temps. Le monastère de la Cell (...)
  • 68 E. Jombart, M. Viller, art. « Clôture », Dictionnaire de Spiritualité, dir. M. Viller, 2/1, col. 9 (...)
  • 69 Kay MacNamara, Sisters in Arms, cité supra n. 64, p. 322-323.

27La question de la clôture des moniales au Moyen Âge est trop complexe pour être ici traitée au fond et elle est particulièrement délicate pour cette première partie du xive siècle67. L’évolution générale conduit alors à un renforcement des règles de clôture. S’il existait depuis toujours une certaine perméabilité autour des monastères masculins, la clôture était la règle pour le monachisme féminin. Depuis l’origine du monachisme, l’isolement du monde était en effet considéré comme la condition nécessaire à la contemplation mystique mais la clôture n’était pas forcément matérielle, notamment pour les hommes68. Depuis le décret Periculoso de Boniface VIII, de 1298, suivi du De quibusdam mulieres, la clôture des sœurs devint de plus en plus stricte et les ordres mendiants observèrent cette règle très rigoureusement. Mais, en même temps, les personnalités émergeantes du monachisme féminin choisissaient d’allier investissement dans le siècle et approfondissement spirituel de leur vocation comme Marguerite de Cortone et Angela de Foligno, animant le développement des Tertiaires franciscaines69. Notre documentation dalmate illustre bien ce décalage entre la pensée et le discours des frères d’une part, les aspirations des sœurs de l’autre. Les hommes, qui déterminent les règles du monachisme et qui écrivent pour les femmes, sont totalement imprégnés alors par cette idée dominante de la virginité féminine qu’il faut absolument préserver de toute pollution, et la clôture en est le moyen le plus efficace. Dans la documentation dalmate les sœurs dominicaines sont toujours comparées aux vierges de la onzième heure de l’Évangile et toujours désignées comme vierges.

  • 70 Delacroix-Besnier, Les missions dominicaines et les Arméniens, cité supra n. 33.

28Si en théorie, et au milieu du xive siècle, l’observance de la clôture ne différait guère entre les ordres mendiants et bénédictin, il semble néanmoins que la rigueur des visiteurs dominicains fût contestée par les sœurs de Dalmatie. Outre la concurrence exercée par un ordre de saint Benoît en pleine rénovation, il faut observer que la rébellion de la sœur Marta est teintée de revendication « nationale ». Il fut bien noté dans le procès-verbal que opatiza était la traduction en croate du terme abbesse. Les visites des vicaires de l’ordre n’étaient guère mieux tolérées par les frères Uniteurs d’Arménie qui obtinrent leur autonomie et le gouvernement d’un gubernator arménien70.

29Le dossier de 1347 permet donc de tracer un tableau vivant des communautés religieuses de Dalmatie. Il s’insère autant dans le cadre général de la réforme des ordres monastiques que dans celui, si particulier, de cette province marginale de l’Église romaine.

30Quelles étaient donc les raisons qui motivèrent la tentative de sœur Marta de Nin pour secouer le joug dominicain ? Il est difficile de trancher entre une discipline trop rigoureuse et une clôture trop étanche, imposée par les frères, ou le prosélytisme d’un ordre bénédictin en plein renouveau et qui tentait de reconquérir les positions perdues depuis l’arrivée des Mendiants dans la région. Sans doute la rébellion de la sœur de Nin s’explique-t-elle par une combinaison de toutes ces causes. L’examen de ce dossier montre donc en même temps l’implication du clergé dalmate dans les questions de son temps et ce contexte particulier d’une marge de conquête où se côtoient ethnies et cultures différentes. Sans doute est-ce cette qualité qui donna tout son dynamisme à l’élan missionnaire des frères mendiants, implantés sur le littoral afin de développer leurs activités en terre hérétique, la Bosnie, et en terre schismatique, Serbie et Bulgarie. Ces documents mettent en évidence un ordre dominicain conquérant. Ils mettent en lumière la présence de couvents encore mal répertoriés : le double couvent des sœurs de Zadar ou celui des frères de Brač par exemple, ou encore la maison de Šibenik en cours de construction. C’est ce dynamisme qui exacerba, semble-t-il, la concurrence avec les ordres monastiques déjà en place.

31Cette étude des couvents des sœurs dominicaines de Nin et de Zadar montre donc tout l’intérêt du développement de la recherche sur deux domaines encore neufs : les Balkans et le monachisme féminin.

Annexes

APPENDICE DOCUMENTAIRE RÉSUMÉS ET ÉDITION71

Document 1

AGOP XIV Lib. HHH, fol. 18v-20r ; cf. Smiciklas éd., Codex, 11, p. 408-410.

Interrogatoire des sœurs de Nin devant Nicolas d’Ancône. 12 octobre 1347, dans l’église du monastère de Sainte-Marie de Nin.

Les sœurs affirmèrent qu’elles avaient eu et vu le privilège apostolique en vertu duquel leur monastère avait été incorporé dans l’ordre des Prêcheurs, les plaçant sous son autorité et sa juridiction. Mais, parce que la sœur Marta, après son irruption72 dans l’abbatiat de ce monastère, voulait se soustraire au joug de l’ordre, elle monta une machination afin de détruire le privilège pour sortir plus facilement de l’obédience des Prêcheurs. Comme les sœurs eurent vent de cette machination, elles confièrent le document au frère Pierre Richaboni, prieur du couvent de Nin. Mais la sœur Marta, ne voulant pas abandonner la partie, s’en remit à un prêtre de Nin du nom de Quirinus afin qu’il le récupère. Celui-ci accéda à la volonté de la sœur et, comme il était lié au frère Pierre, il savait que le privilège était conservé dans sa cassette. Il profita du départ de frère Pierre pour Zadar et entra de nuit dans le couvent, prit la cassette et la donna à la sœur Marta. Le frère Pierre découvrit la vérité grâce à des indices manifestes et présenta une plainte à l’évêque de Nin, Jean. Ce dernier profita d’une visite de Dominique, archevêque de Split, afin que l’autorité métropolitaine exerce la justice. Ce qu’il fit, à l’église Sainte-Marie de Nin devant le clergé et le peuple assemblés en nombre. Il se fit présenter le prêtre Quirinus, les mains liées derrière le dos, et lui demanda s’il avait subtilisé le privilège. Après plusieurs admonitions, le prêtre finit par avouer qu’il avait pris la cassette et avait donné le document à la sœur Marta. Celle-ci fut alors interrogée et avoua qu’elle avait bien reçu le privilège des mains du prêtre et l’avait découpé en morceaux. Suivent les noms des sœurs qui virent le privilège plusieurs fois et ensuite lorsqu’il fut confié à la garde du frère Pierre : Lipa, Fumia, Cathiza, Benedicta, Stosia, Maria, Franiza, Elisabeth, Franiza la jeune de Zadar.

Document 2

AGOP XIV Lib. HHH, fol. 31r-35r ; cf. Smiciklas éd., Codex, 11, p. 404-408.

Témoignage des sœurs du monastère de Nin devant Nicolas d’Ancône O. P., vicaire pour la Dalmatie du maître général Garin O. P., enregistré le 12 octobre 1347, dans l’église du monastère de Sainte-Marie de Nin.

Chacune des sœurs du couvent indiqua son nom et le nombre d’années passées au couvent : Lipa et Fumia, 60 ans, Benedicta, 50 ans, Cathiza et Stosia, 40 ans, Maria, 30 ans, Franiza et Elisabeth, 24 ans, Franiza la jeune, de Zadar, 21 ans, Grazia et Marina, 17 ans, Caterina et Margarita, 15 ans, Claritza, 13 ans, Lucia et Cecilia, 10 ans, Goislava, 3 ans. La sœur Marta et ses complices, Catelina et Delizia, ne voulurent pas témoigner.

Elles confessèrent qu’à partir du moment où la sœur Marta fut introduite de force dans leur monastère [per impressionem fuit abbatissam ipsius monasterii intrusa]73 et qu’elle s’y comporta en abbesse [seque pro abbatissa dicti monasterii gessit], elles furent contraintes d’entrer en rébellion contre l’ordre des Prêcheurs parce qu’elle jouissait du soutien et des faveurs des puissants, clercs et laïcs. Elles demandèrent que désormais le vicaire exerçât son droit de visite et de réforme du monastère conformément au privilège conféré par le pape Jean XXII, lequel fut lu par le notaire. Elles racontèrent également comment le monastère fut fondé, ainsi qu’elles l’avaient entendu des sœurs plus anciennes. Cinq sœurs du monastère de Veszprém en Hongrie, monastère suivant la règle de saint Augustin et les constitutions dominicaines, fuyant l’invasion tartare en compagnie de frères Prêcheurs, vinrent à Nin où elles fondèrent le monastère Sainte-Marie. Quatre d’entre elles, Egipcia, fille du ban Simon, Cristina, Margarita et Maristella restèrent à Nin ; la cinquième, Elena, se rendit à Zadar où elle organisa une nouvelle communauté à Sainte-Marie d’Alta Ripa, c’est-à-dire Melta.

Elles témoignèrent également de l’application dans leur communauté, par les sœurs qui les avaient précédées, de la règle de saint Augustin et des constitutions dominicaines ; elles déclarèrent qu’elles avaient toujours été soumises à l’autorité des Prêcheurs et avaient prononcé leurs vœux selon la forme de rigueur dans l’Ordre. Suit la formule en vigueur. Elles dirent que toutes les sœurs qui dirigèrent le monastère avaient toujours été appelées et se désignaient elles-mêmes prieures, bien que les moniales ou sœurs les aient désignées, selon la langue croate, opatiza et abbesse, et qu’elles étaient établies et confirmées dans leur charge par les provinciaux de l’Ordre et les vicaires des maîtres généraux, sans consécration, ni bénédiction, ni remise de l’anneau. Les Prêcheurs y célébraient les offices comme on le fait dans l’Ordre. Avant la sœur Marta, les visites de correction étaient effectuées par les provinciaux et les vicaires du maître général et du provincial de Hongrie ; les sœurs se souviennent de leurs noms : Dominique, prieur du provincial de Hongrie, Marcel, Pierre Mansueti, Jean Colos, André de Veglia, Thomas Zoccho, vicaires, et Mathias, inquisiteur et visiteur. À leur arrivée au monastère, les sœurs se rassemblaient au son de la cloche dans la salle du chapitre ou dans l’église. Elles y étaient interrogées, tant la prieure que les autres sœurs, et ils réformaient ce qui devait l’être.

Du temps de la sœur Marta, Balian, archevêque de Split, voulut visiter le monastère mais les sœurs ne l’admirent pas. Le frère Jean, abbé de Saint-Chrysogone de Zadar, visiteur des monastères de l’ordre de saint Benoît, voulut se rendre à Nin et visiter le monastère comme s’il s’était agi d’une communauté bénédictine, en présence de l’évêque de Nin. Celui-ci, Monseigneur Jean, en avisa frère Nicolino, prieur du couvent de Zadar, et ses frères afin qu’ils l’en empêchent, le monastère étant sous le gouvernement des Prêcheurs. Les frères de Nin envoyèrent un frère de leur couvent, Bogdan. Alors la sœur Marta se fit consacrer comme abbesse, ce que les sœurs contestèrent disant qu’elle ne devait pas le faire puisqu’elle appartenait à l’ordre des Prêcheurs et qu’elle devait être nommée prieure et non abbesse, selon les coutumes de l’ordre. Protestèrent de cela sœur Marie de Segnia (Senj) et frère Étienne de Trogir. Les sœurs de Nin affirmèrent également que du temps des anciennes prieures et même pendant quelques années de celui de Marta, les frères Prêcheurs venaient entendre les confessions et administrer les sacrements, ainsi : Marcel, Thomas de Zadar, André de Veglia, Bernard, Ambroise de Šibenik, Etienne de Trogir, André de Zadar, Jean de Brač, Ulrich Allemand, Pierre de Sassabassa de Nin, Michel de Raguse, Pierre Sadarini de Nin.

Leur témoignage se termine par une réaffirmation de l’appartenance du monastère de Nin à l’ordre des Prêcheurs depuis son origine, selon les privilèges apostoliques. Elles demandèrent donc en conséquence à frère Nicolas d’Ancône qu’il exerce son droit de visite.

Document 3

AGOP XIV Lib. HHH, fol. 15v-18v ; cf. Smiciklas éd., Codex, 11, p. 421-424.

Interrogatoire des frères Prêcheurs par le vicaire Nicolas d’Ancône, enregistré dans la salle du chapitre du couvent de Zadar, le 19 novembre 1347.

Les frères dont les noms suivent furent rassemblés en chapitre : Nicolino de Veglia, Anselme, Léonard, lecteur, Marino de Veglia, l’ancien, Michel de Šibenik, recteur de la maison de Sibenik, Francisco de Zadar, Jean, sous-prieur, Jean de Brač, Marino Clibotta, Marino de Veglia, le jeune, et Marino Zavocho du couvent de Zadar.

Le vicaire interrogea frère Anselme sur l’origine et les débuts du monastère Sainte-Marie de Nin. Il répondit qu’il avait entendu plusieurs fois Jean Colos, vicaire du provincial de Hongrie en Dalmatie, raconter qu’il avait une sœur de sang au monastère de Veszprém, qui était sous l’autorité des frères Prêcheurs et que le provincial lui en avait confié la charge. Alors qu’il avait voulu clore les sœurs comme des religieuses, il avait fait faire un mur en un jour. Les sœurs ne voulant pas être closes, elles se dispersèrent nuitamment, mais il réussit finalement à les mettre sous clôture. De même frère Anselme dit que lorsque Jean Colos recommandait aux prières des frères les monastères des sœurs, il les citait dans cet ordre : le monastère de Insula, de Veszprém, de Nin et de Melta. Anselme demanda à Jean Colos pourquoi il plaçait le monastère de Nin avant celui de Melta et le vicaire lui raconta l’histoire de la fondation de Nin par des sœurs hongroises fuyant l’invasion tartare. [Suit la même histoire que dans le document 1]. Les autres frères racontèrent la même chose puis, lorsque Nicolas d’Ancône leur demanda s’ils savaient si le monastère de Sainte-Marie de Nin disposait du privilège d’incorporation qui le plaçait dans l’obédience des Prêcheurs. Ils répondirent par l’affirmative, précisant que le document avait subi les machinations de la sœur Marta, qui se comportait comme une abbesse, et qu’il avait été dérobé par le prêtre Quirinus. Ce dernier l’avait donné à la sœur qui l’avait détruit.

Interrogés sur la règle que les sœurs suivaient et selon quelles constitutions elles vivaient, ils répondirent qu’il s’agissait de la règle de saint Augustin et des constitutions des Prêcheurs. Il en avait toujours été ainsi aux dires des anciens, leurs prédécesseurs. Les frères furent interrogés sur la façon dont les sœurs professaient, ils répondirent qu’elles le faisaient de la même façon que les frères Prêcheurs et que personne ne pourra dire le contraire. Frère Jean de Brač ajouta que du temps de la sœur Marta, alors que quatre jeunes sœurs devaient prononcer leurs vœux, elle lui demanda d’apporter la profession de l’ordre des Prêcheurs afin qu’elles puissent la prononcer. Ce qu’il fit et les vœux furent prononcés dans les mains de la sœur Marta. Interrogés sur la profession qu’elle avait elle-même prononcée, ils affirmèrent qu’ils avaient entendu des anciens qu’elle l’avait fait selon la même règle et les mêmes constitutions que les Prêcheurs. De plus frère Anselme et frère Jean de Brač l’avaient entendu de la bouche même de la sœur.

Interrogé sur qui visitait et corrigeait les sœurs, frère Anselme répondit qu’il était présent lors de la visite de frère André de Veglia, vicaire du provincial de Hongrie pour la Dalmatie. Elle avait eu lieu le samedi précédant le quatrième dimanche de l’Avent et frère Alexandre, alors prieur de Zadar, et frère Etienne de Bogde se trouvaient avec lui. Frère Nicolino dit qu’il fut compagnon d’André de Veglia quand, lors d’un autre vicariat, il visita les sœurs de Nin et frère Léonard, lecteur, dit la même chose. Les autres frères affirmèrent que les anciens disaient que le monastère était toujours visité par les vicaires et les provinciaux de l’ordre des Prêcheurs. Les frères Nicolino et Marino de Veglia dirent qu’un jour Jean, abbé de Saint-Chrysogone de Zadar, fut nommé visiteur par son chapitre et que lorsqu’il voulut visiter le monastère Sainte-Marie de Nin, Jean, évêque de Nin avait envoyé frère Bogdan à frère Nicolino afin qu’il vienne défendre son droit de visite car il n’appartenait à personne en dehors de l’ordre des Prêcheurs de le faire. C’est la raison pour laquelle l’abbé ne put le visiter.

Nicolas d’Ancône demanda si les frères entendaient les confessions parce qu’ils appartenaient à l’Ordre ou s’il recevait de l’évêque l’autorisation de le faire. Ils répondirent qu’ils n’avaient pas besoin de cette autorisation et que les supérieurs de l’Ordre désignaient les confesseurs. Jean de Brač ajouta qu’il avait été confesseur pendant six ans, qu’il avait été désigné par son ordre pour administrer aux sœurs, y compris l’abbesse et tous les familiers du monastère, tous les sacrements ecclésiastiques et que jamais l’évêque ne lui en avait donné l’autorisation car elle n’était pas nécessaire.

Document 474

AGOP XIV Lib. HHH, fol. 20r-21r ; cf. Smiciklas éd., Codex, 11, p. 428-429.

Interrogatoire des sœurs de Saint-Dèmètrios de Zadar, enregistré le 27 novembre 1347 dans l’église du monastère.

Le vicaire Nicolas d’Ancône demanda à la prieure de Saint-Dèmètrios, Grazia, si elle savait de quelle obédience était le monastère Sainte-Marie de Nin. Elle rapporta l’histoire de sa fondation ainsi que la racontaient, au monastère de Melta, la sœur Miroslava et sa sœur de sang, Elisabeth, ses compagnes, lorsqu’elle vivait à Melta. C’était du temps de la guerre, lorsque les sœurs habitaient les maisons de Jean de Cernucho. [Il s’agit de la même histoire des sœurs de Veszprém fuyant les Tatares. Mais dans cette version de la prieure de Zadar, les sœurs hongroises s’associèrent à d’autres sœurs pour fonder le monastère de Nin. De plus, Miroslava et sa sœur Elisabeth accompagnaient la sœur Hélène, lors de la fondation du monastère de Melta dont cette dernière devint la première prieure. L’histoire de la fondation établit le droit des Prêcheurs à exercer leur autorité sur le couvent de Nin.] Trois des sœurs de Zadar, les plus anciennes, Thomasina de Zorzo, Fumia de Matafarro et Catharina de Ginano, dirent que, comme la sœur Grazia, elles avaient entendu la sœur Miroslava raconter cette histoire. Les autres, Benedicta de Zavatis, Mandiza de Zadolinis, Bonziza de Zorgi, Franiza de Bogde, Maria de Speglia, Zuviza Marini Petri Zani, Elena de Botono, Mariza, fille de Michel de Botono, Zuviza de Butadeo, Dobriza, et Nisa, indiquèrent qu’elles avaient entendu les quatre plus anciennes dire qu’elles avaient vu la sœur Miroslava et que tout ce qui avait été dit était de notoriété publique, que personne ne pouvait donc avoir de doute à ce sujet.

Document 575

AGOP XIV Lib. HHH, fol. 86. Inédit.

Charte émanant de l’archevêque de Zadar, enregistrée le 25 octobre 1292, dans l’église de Sainte-Barbara.

Jean de Anagnia confirme, avec l’accord de son chapitre, les donations faites par son prédécesseur Laurent aux moniales, ou sœurs, de l’ordre de saint Augustin du monastère de Sainte-Marie de Alta Ripa, notamment les biens qui autrefois appartenaient à Saint-Platon. Ces possessions, données à perpétuité, étaient situées dans la province de Zadar mais aussi dans plusieurs régions de Dalmatie et de Croatie. Il confirme également l’exemption du monastère de sa juridiction et sa mise sous la protection du maître général des Prêcheurs ou du provincial de Hongrie en vertu des privilèges concédés par le siège apostolique.

In nomine Domini Amen. Universis has presentes litteras inspecturis frater Johannes de Anagnia Dei et apostolica gratia Jadrensis episcopus una cum cetu canonicorum capituli ejusdem, salutem in Domino sempiternum. Dignuni est, ut qui non solum sua, verum etiam semetipsos salubriter abnegantes, carnem suam vitiis et concupiscentiis crucifigunt, in claustris claustralibus se observantiis claudendo, gratis attollantur favoribus, et congruis presidiis muniantur ; ut eo devotius, quo quietius, pacis et tranquilitatis famulentur auctori ; quia et ipsis retributione congrua respondentur, et alii virtutum cultu eorum invitantur exemplis. Sane quamvis pie memorie magister Laurentius Archiepiscopus predecessor noster una cum capitulo universo attendentes donationem seu presentationem factam de monasterio sancte Marie de Alta Ripa Jadrensis diocesis monialibus seu sororibus ordinis sancti Augustini a veris patronis seu fundatoribus cum omnibus rebus suis mobilibus et immobilibus, et etiam de possessionibus que olim fuerunt sancti Platonis cum omnibus pertinantiis, habentiis, coherentiis, et in perpetuum habendis, non solum in Jadrense provincia constitutis, sed etiam in pluribus partibus Dalmacie, et Crovachie, ex qua donatione seu presentatione resultare videbatur tam salus corporis, quam etiam animarum, dictam donationem seu presentationem duxerint confirmandam, predictum monasterium cum omnibus rebus suis mobilibus et immobilibus et imposterum habendis, et omnes moniales seu sorores, que tune erant, et que de cetero per tempora in dicto monasterio fuerant ingressure, ab omni juridictione ordinaria, seu subjectione diocesana perpetuo eximerunt, nichil omnino juris sibi ipsis in eodem monasterio, vel sororibus, reservantes. Nos itaque predecessoris nostri in talibus libenter vestigiis inherentes, ut, dum ipsius bona acta prosequimur, efficiamus ut cumque in ejus liberalitatibus liberales. Cupientes itaque totis cordis visceribus ratum et firmum habere quidquid predecessor noster in predictis et circa predicta ordinavit, et fecit, una cum voluntate et consensu totius nostri capituli presentium auctoritate statuimus, ut dictum monasterium cum omnibus bonis suis habitis et habendis seu sorores ejusdem, sicut tempore predecessoris nostri per tria capitula generalia ordinis fratrum Predicatorum sine cujusquam prejudicio sunt recepte, sic in perpetuum debeant permanere. Ipsas quoque sorores, que nunc sunt, et que de cetero per tempora fuerint ab omni juridictione ordinaria, sive subjectione diocesana, aut ex actione pecuniaria duximus perpetuo eximendas, nichil omnino nobis juris in eodem monasterio reservantes ; sed totum venerabili patri magistro ordinis Predicatorum, seu provinciali Ungarie et eidem ordini ac successoribus, auctoritate, qua fungimur, de novo committimus ad cautelam, quatinus sorores ipsas sub magisterio predicti et doctrina et eorum, qui pro tempore fuerit, ut predictum est, debeant permanere, illis gaudentes per nos privilegiis, que ordini memorata ab apostolica sede sunt concessa, et imposterum concedentur. In cujus donationis, confirmationis, ratificationis, exemptionis et com-missis perpetuam firmitatem cum subscriptionibus nominum singulorum presens scriptum nostris sigillis pendentibus fecimus communiri. Acta sunt hec Jadre in ecclesia sancte Barbare, presentibus religioso viro fratri Angelo de Cavis ordinis fratrum Minorum socio supradicti archiepiscopi, God[ ] de Nonantula, et Marchione de Marchia, testibus ad hoc vocatis et rogatis... Apostolica sede vacante.

Document 6

AGOP XIV Lib. HHH, fol. 21r-22v ; cf. Smiciklas éd., Codex, 14, p. 120-121.

Plainte contre Stantius, archiprêtre de Nin et vicaire de l’évêque de Nin, lue à la porte de la cathédrale, après la grand messe, par maître Friso, prêtre, habitant de Zadar, alors syndic et procurateur de frère Etienne, prieur du couvent de Zadar et vicaire de l’ordre des Prêcheurs pour toute la Dalmatie et Durazzo, le 6 mars 1368.

Devant le clergé et le peuple assemblés, cette plainte rapporte que l’archiprêtre s’est introduit le 2 février de la même année, dans le monastère des sœurs de Sainte-Marie de Nin et qu’il s’en est fait remettre les clés. Il a privé une sœur du gouvernement du monastère pour le donner à une autre et a fait jurer sur l’Évangile aux autres sœurs qu’elles n’obéiraient plus au vicaire des Prêcheurs ou à son ordre. Au mépris de l’autorité du Saint-Siège et du roi de Hongrie qui protègent les Prêcheurs, il a expulsé les frères pour placer des prêtres séculiers afin qu’ils administrent les sacrements aux moniales. Il a ensuite plusieurs fois agi contre les Prêcheurs. Afin que de tels actes ne se reproduisent plus, il en appelle donc à la justice du Saint-Siège afin que l’Ordre soit protégé et défendu.

Notes

1 Quelques lignes et des notes leur furent consacrées par P. S. Krasic, Congregano Ragusina O. P. (1487-1550), Rome 1974 (Dissertationes historicae Fratrum Praedicatorum 19), p. 44. Avant lui, A. Walz, Compendium historiae ordinis Praedicatorum, Rome 1948, n’évoque que les couvents des frères de la province de Dalmatie, p. 146-148. Il faut donc compléter par la somme toujours nécessaire de D. Farlati, Illyricum sacrum, 8 vol. , Venise 1751-1775.

2 Archivium Generale Ordinis Praedicatorum (cité désormais AGOP) XIV, Lib. HHH.

3 T. Smiciklas, éd., Codex diplomaticus regni Croutiae, Dalmatiae et Slavoniae, vol. 3-15, Zagreb 1905-1934. Le classement des documents, qui respecte la chronologie, y diffère de celui des copies de Sainte-Sabine ; le copiste du xviiie siècle a eu le souci de la cohérence du dossier. Les références des documents dans leurs deux versions ont été notées en annexe à cet article.

4 Les remarques faites par J. Kloczowski, Les débuts des Dominicains en Pologne, Studi sulle società e le culture del Medioevo per Girolamo Arnaldi, éd. L. Gatto, P. Supino Martini, Florence 2002, p. 269-276, à propos de la province dominicaine de Pologne, sur la perte des sources qui doit être compensée par des documents narratifs et sur la nécessaire écriture de l’histoire des « provinces périphériques de l’ordre », sont tout aussi pertinentes pour celle de Dalmatie.

5 C. Eubel, Hierarchìa catholica, 1, Ratisbonne 1913, p. 370 : Jean, évêque de Nin (1342-1353).

6 Ibid., p. 459 : Dominicus Lucaris (1328-1348).

7 Cette expression est l’objet des seules variantes notables entre la copie des archives générales et l’édition de T. Smiciklas. Dans le document 2, ce dernier a systématiquement écrit impressionem alors que le père Cristianopoulos a, pour la seconde occurrence, transcrit ingressionem (AGOP XIV Lib. hhh, fol. 31-35). De même, alors que l’éditeur indique par deux fois intrusa et intrusionem, le copiste des archives utilise intromissionem pour la seconde occurrence, ce qui atténue le sens du texte.

8 Eubel, Hierarchia catholica, cité supra n. 5, 1, p. 459. Balian (1324-1328) était né à Beyrouth d’une famille de Terre sainte. Il avait émigré à Chypre au moment de la prise d’Acre en 1291 et y avait rapporté le trésor de l’église de Beyrouth. Il avait été nommé archevêque de Rhodes, d’où il fut transféré à Split en 1324 ; Farlati, Illyricum, cité supra n. 1, 2, p. 308 s.

9 Depuis la fondation de l’ordre, les Prêcheurs avaient adopté la règle de saint Augustin et vivaient selon leurs constitutions propres, ce qui est indiqué par l’expression : dominus papa appellat eas esse Ordinis Sancti Augustini, et secundum instituta et sub cura fratrum Predicalorum viventes (doc. 3).

10 Farlati, Illyricum, 5. p. 73 : Anno domini 1228 Fratres venerunt Jadram, et datus est eis locus S. Silvestri penes Abbatiam S. Chrysogoni, in quo mansere per aliquod tempus. Alors que Krasić, Congregano Ragusina, cité supra n. 1, p. 38-39, se fondant sur l’installation des Prêcheurs à Saint-Platon, recule à 1244 la date de l’arrivée des Prêcheurs à Zadar.

11 Doc. 3.

12 Ce frère devait être originaire de Calocsa, cité episcopale hongroise. Le nom de cette cité est souvent traduit en latin par Colocensis voire Colossensis, ce qui produit parfois des confusions avec le siège épiscopal de Rhodes.

13 Veszprém était une cité épiscopale située un peu au nord du lac Balaton.

14 Doc. 2 et 4.

15 J. W. Sedlar, East Central Europe in the Middle Ages, 1000-1500, Seattle 1994 (A History of East Central Europe 3). p. 211-214.

16 Ces informations ont été reprises par Walz, Compendium, cité supra n. 1, p. 147.

17 C. Delacroix-Besnier, Les ordres mendiants et l’expansion de l’Église latine dans les Balkans, Alle frontiere della cristianità. I frati mendicanti e l’evangelizzazione tra 200 e 300, Atti del XXVIII convegno internazionale, Assise 12-14 ottobre 2000, Spolète 2001, p. 219-252.

18 Farlati, Illyricum, 5, p. 8, dénombre neuf établissements religieux à Zadar dont cinq étaient occupés par des nonnes à la fin du Moyen Âge : deux par les Bénédictines, un par les Clarisses et deux par les Dominicaines.

19 Farlati, Illyricum, 5, p. 77 : Utrumque diploma pontificium et archiepiscopale extat in archvio cenobii Demetriani, ad quod post annos circiter septuaginta Virgines ille transierunt. Nulla sedes visa est opportunior ad Virgines illas Platonianas excipiendas ; presertim cum novum illud cenobium Meltense habitatoribus, et proventibus indigeret ; hec illis statio assignata fuit circiter 1250. Huic proventus omnes cenobii S. Platonis attributi ; et cum, deposita Benedicta, vestem Dominicanam induissent, eas Laurentius Periander Patribus Dominicanis, in eas, quas ipse reliquerant, sedes subrogatis, regendas, et e prescriptis S. Dominici excolendas tradidit : que omnia Joannes de Anagnia proximus post Laurentius.

20 Eubel, Hierarchia catholica, 1, p. 281.

21 AGOP XIV Lib. HHH, fol. 86 ( = doc. 5). Ce document confirme la cession des biens meubles et immeubles des sœurs de Saint-Platon aux dominicaines de Melta.

22 La cession de Saint-Platon aux Prêcheurs dans AGOP XIV Lib HHH, fol. 14.

23 Krasić, Congregatio Ragusina, n. 42, p. 44, se fonde sur le travail de Farlati et met ce transfert en relation avec le siège de Zadar par la flotte vénitienne en 1311. Il semble en déduire la disparition du couvent de Melta.

24 Smiciklas, Codex, cité supra n. 3, 10, n° 182, p. 246-247.

25 L’incertitude vient du « et » ajouté par le copiste des archives qui semble avoir ainsi interprété le texte. T. Smiciklas, dans son édition, ne l’a pas mis. Dans ces conditions le texte identifierait le monastère avec les maisons de Jean de Cernucho. De plus la chronologie indiquée par le texte est des plus imprécises puisqu’on ne sait de quelle guerre il s’agit – probablement du siège de 1311 – ni combien de temps dura la période pendant laquelle les sœurs habitèrent ces maisons.

26 AGOP XIV Lib. HHH, fol. 11.

27 Farlati, Illyricum, 5, p. 75, précise qu’il s’agissait d’une église paroissiale.

28 Laurent gouverna la province de Zadar de 1245 à 1287 ; cf. Eubel, Hierarchia catholica, 1, p. 280.

29 Farlati, Illyricum, 5, p. 78.

30 L’établissement des premiers Frères mineurs en Angleterre suit le même processus. Ils s’installèrent chez les Prêcheurs qui les hébergèrent pendant quinze jours, le temps qu’ils trouvent une maison à louer, Thomas de Eccleston, De adventu Minorum in Anglia, éd. J. S. Brewer, Monumenta franciscana 1, Londres 1858 (Rerum Britannicarum medii aevi, Scriptores 4) p. 9-10.

31 Kloczowski. Les débuts des Dominicains, cité supra n. 4, p. 271.

32 Ibid., p. 272.

33 C. Delacroix-Besnier, Les missions dominicaines et les Arméniens du milieu du xive siècle aux premières années du xve siècle, RÉArm. n.s. 26, 1996-1997, p. 173-191.

34 Ead., L’expansion de l’Église latine, cité supra n. 17, p. 229.

35 Smiciklas, Codex, 11, p. 312-314.

36 Le texte, ibid., p. 313. donne : per apostolica scripta specialiter commissa, conventum seu locum unum de illis tribus... in civitate vestra Sibenicensi ex nunc recipio.

37 Krasić, Congregatio ragusina, n. 18, p. 41, qui utilise ce document, considère que Dominique était vicaire du provincial de Hongrie, ce que ne dit pas cette source. Il semble que ce vicaire soit Dominique de Topia. déjà mentionné plus haut.

38 Krasić. d’après Farlati, ibid., n. 17, p. 40.

39 Cette analyse de la terminologie corrobore en partie ce qu’écrit J. G. Bougerol, art. « Couvent », Dictionnaire Encyclopédique du Moyen Âge (DEMA), dir. A. Vauchez, Paris 1997, p. 410-411.

40 Smiciklas, Codex, 14, p. 244-248.

41 Doc. 3.

42 Ces deux couvents ne figurent pas dans Atlas zum Kirchengeschichte, Fribourg 1988, p. 59.

43 Brač est une île située au sud de Split, entre Hvar et le littoral. Un couvent de cette île, portant la date de 1462, figure sur la carte du catalogue de l’exposition qui eut lieu au Vatican (octobre 1999-janvier 2000), I Croati : cristianesimo, cultura, arte, dir. A. Badurina, Zagreb 1999.

44 Doc. 3 ; le copiste a laissé des points de suspension entre suppriore et Braza, alors que l’éditeur Smiciklas a restitué sur cet espace [Johanne de], sans doute parce que dans d’autres passages du dossier apparaît un Jean de Brač. S’agit-il de deux frères différents qui étaient prénommés Jean, ou d’un seul qui était sous-prieur de Brač ? Il est difficile de trancher.

45 Doc. 2.

46 Doc. 4.

47 Une lacune du manuscrit empêche une identification certaine.

48 Doc. 4.

49 Eubel, Hierarchia catholica, 1, p. 370.

50 Ibid., p. 281.

51 D. A. Mortier, Histoire des maîtres généraux de l’Ordre des prêcheurs, 3, Paris 1907, p. 249.

52 Th. Pécout, art. « Monachisme », DEMA, cité supra n. 39, p. 1018, et surtout M. Pacaut, Les ordres monastiques et religieux au Moyen Âge, Paris 19932, p. 213-214.

53 Smiciklas, Codex, 8, p. 63, document daté de 1303.

54 Doc. 2.

55 AGOP XIV Lib. HHH, fol. 21r-22v. ( = doc. 6).

56 Doc. 3.

57 Ibid.

58 AGOP XIV Lib. HHH, fol. 91v : quod nos frater Paulus prior provincialis OP per Ungariam, facimus, constituimus, ordinamus, atque creamus fratrem Symonem priorem Jadrensem ordinis nostri de Ungaria présentem... responsalem, pro nobis, et pro conventibus, prioribus, superioribus, et fratris ordinis nostri de provincia Ungarie, nec non et Dalmatie, et pro sororibus de insula Danubii, nec non et sororibus de S. Maria de Alta Ripa prope Jadriam, et aliis sororibus de ipsa provincia.

59 AGOP XIV Lib. HHH, fol. 88, 91r.

60 Smiciklas, Codex, 10, n° 181 : Apostolice sedis benignitas prudentes virgines, que se parant accensis lampadibus obviatn ire sponso, tanto propension debet studio prosequi caritatis, quanto majori propter fragilitatem sexus indigere suffragio dinoscuntur. Cum igitur, sicut ex parte dilectarum in Christo filiarum priorisse et sororum monasterii beate Marie de Altaripa juxta Jadram... quod eaedem incluse corpore in claustris claustralibus, mente tamen libera devote...

61 Bulle du pape Eugène IV, 12 mars 1446 : [il s’agit des sœurs de Saint-Dèmètrios]... ad supplicationem... dilectorum filiorum nobilium virorum Domicellorum Jadren, quorum aliqui Sorores, et quidam filias, nonnulli neptes, ac ceteri alii consanguineas Sorores dicti Monasterii..., dans Bullarium Ordinis Praedicatorum, éd. Th. Ripoll, 7 vol. , Rome 1729-1739, 3, p. 200-201.

62 Farlati, Illyricum, 6, p. 28-29, écrit que seules les nobles ragusaines vierges étaient vouées à Dieu.

63 Doc. 4.

64 J. A. Kay MacNamara, Sisters in Arms, Cambridge, Mass. 1996, p. 362-364.

65 Le passage à l’ordre des Clarisses s’est effectué en 1260, Farlati, Illyricum, 5, p. 79. Les Clarisses, de même que les dominicaines de Saint-Dèmètrios de Zadar et d’un monastère Sainte-Marie de la même ville sont très souvent associées dans nombre de testaments du xive siècle, édités par Smiciklas, par exemple, Codex, 11, p. 245, 279, 299, 350.

66 Testament du 10 novembre 1345 :...item legavit conventui sancti Nicolai Jadre libras..., item dimisit conventui monasterii [sancti Demetrii] Jadre..., éd. Smiciklas, Codex, 14, p. 244-248.

67 P. L’Hermite-Leclercq, Le monachisme féminin dans la société de son temps. Le monastère de la Celle xie - début du xive siècle, Paris 1989. L’auteur donne dans son introduction quelques principes essentiels pour l’étude du monachisme féminin afin d’éviter les écueils du discours grivois ou anticlérical.

68 E. Jombart, M. Viller, art. « Clôture », Dictionnaire de Spiritualité, dir. M. Viller, 2/1, col. 987 s.

69 Kay MacNamara, Sisters in Arms, cité supra n. 64, p. 322-323.

70 Delacroix-Besnier, Les missions dominicaines et les Arméniens, cité supra n. 33.

71 Nous suivons ici l’ordre des documents choisi par le copiste du xviiie siècle, et éditons le document 5 qui ne se trouve pas dans l’édition de T. Smiciklas.

72 Sur cette expression, cf. n. 7.

73 Cf. n.7.

74 Résumé de la copie appartenant aux archives générales des Prêcheurs ; le père Cristianopoulos a restitué les lacunes du document.

75 AGOP XIV Lib. HHH. fol. 86.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540