Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

De la prise de Thessalonique par les Normands (1185) à la croisade de Frédéric Barberousse (1189-1190) : le revirement politico-religieux des pouvoirs arméniens1

Gérard Dédéyan

Texte intégral

  • 1 Nous reprenons ici plusieurs des conclusions d’Azat Bozoyan, formulées particulièrement dans son i (...)
  • 1 Cf. G. Dédéyan, Le rôle complémentaire des frères Pahlawuni, Grigor III, catholicos, et saint Ners (...)

1Les relations des Arméniens avec les Grecs s’étaient profondément altérées, en raison de persécutions et d’exigences de toutes sortes, avant le milieu du xiie siècle : en 1145, le catholicos Grigor III avait envoyé un légat – peut-être son frère et coadjuteur Nersês Chenorhali – auprès du pape Eugène III, à Viterbe1.

  • 2 Cf. I. Augé, Politique religieuse et reconquête en Orient sous les Comnènes (1081-1185), thèse de (...)

2La montée de la menace des Zengides – avec l’unification de la Syrie musulmane, en 1154, grâce à la conquête de Damas, nouvelle capitale après Alep – va amener les États chrétiens – grec, arménien, latins – à se rapprocher. Manuel Comnène, à partir de 1158/1159 et jusqu’à sa mort en 1180, tente de rassembler sous sa bannière, à côté des Byzantins, les Francs et les Arméniens. Des négociations très poussées sont conduites avec ces derniers, en la personne de leurs catholicos, Nersês IV Chenorhali (1166-1173), puis Grigor IV Tegha (1173-1193), amenant presque à la reconnaissance de l’identité de foi, au-delà de la différence des formulations, et à un projet d’intégration de l’Église arménienne à l’Eglise byzantine, par le relais d’un patriarcat d’Antioche arménisé2.

  • 3 Cf., entre autres nombreuses études de B. L. Zekiyan, Saint Nersês Chenorhali en dialogue avec les (...)

3La mort de Manuel Comnène marque le terme de ces efforts de rapprochement, qui avaient culminé dans les années 70 du xiie siècle et mobilisé, entre autres, Hovhannês At’man, évêque arménien de Philippoupolis3.

LA COLLUSION ARMÉNO-NORMANDE LORS DE LA PRISE DE THESSALONIQUE

  • 4 Eustazio di Tessalonica, La espugnazione di Tessalonica, éd. S. Kyriakidis, trad. V. Rotolo, Paler (...)
  • 5 Nicetae Choniatae historia, éd. J. A. Van Dieten, Berlin-New York 1975 (CFHB 11), p. 253, trad. H. (...)
  • 6 Cité dans Bozoyan, Documents (cité supra note *), p. 216.
  • 7 F. Chalandon, Jean 11 Comnène et Manuel I Comnène, Paris 1912, p. 660-663.

4Après la mort de Manuel Comnène (1180) et de son unique héritier, Alexis II (1183), l’Empire byzantin traversant une période de crise politique, les persécutions contre les Arméniens « schismatiques » recommencèrent, et ce, probablement dès le règne de l’usurpateur Andronic Comnène (1183-1185). Sur cela, on dispose des témoignages de l’archevêque grec Eustathe de Thessalonique, dans son Récit sur la prise de Thessalonique4, et, à sa suite, de Nikétas Chôniatès5, secrétaire impérial de Manuel Comnène, puis haut fonctionnaire (il finit comme Grand Logothète) sous la dynastie des Anges (1185-1204), qui est l’auteur d’Annales (allant de l’avènement de Jean II Comnène, en 1137, à l’année 1206, c’est-à-dire deux ans après la prise de Constantinople par les Latins). Tous deux, relatant le conflit qui opposa Andronic Comnène et le patriarche Théodose Ier le Borodiote (1178-1183), rappellent que le premier, s’adressant au second, le qualifia de βαθύς Ἀρμένιος, c’est-à-dire d’« Arménien sournois », faisant ici allusion à ses ascendants paternels. Nikétas Chôniatès évoque aussi l’origine arménienne de Théodose Ier dans son discours Sur Alexis Comnène6. Le patriarche devait être un caractère bien trempé, puisqu’il s’était déjà opposé à Manuel Comnène à propos d’un décret que le basileus avait fait rédiger à son insu, à l’intention des musulmans qui embrassaient le christianisme, et dont la formulation (qui scandalisa Eustathe de Thessalonique), contestable du point de vue de l’orthodoxie, dut être amendée7. Il devait être destitué par Andronic dès l’avènement de ce dernier, sous le prétexte qu’il avait refusé de marier un de ses enfants illégitimes. L’appellation méprisante du basileus est probablement le reflet des tensions religieuses qui commençaient à resurgir entre Arméniens et Grecs.

  • 8 Id, Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile, 2 vol. , Paris 1907, rééd. New York (...)

5Le jugement d’Andronic à l’égard des Arméniens est à rapprocher de celui d’Eustathe de Thessalonique qui, dans son Récit, met sur le même pied les Arméniens et les Juifs, les considérant comme relevant d’un schisme identique, à l’occasion de l’expédition des Normands de Sicile (conduite par le roi Guillaume II) contre Thessalonique, en 1185, où les troupes de terre (quatre-vingt mille hommes) parurent devant la ville dès le 6 août, et en entamèrent aussitôt le siège, la flotte (peut-être forte de trois cents vaisseaux) arrivant le 15 août, et établissant le blocus du côté de la mer8. Dans ces circonstances critiques, les Arméniens de la ville pactisèrent avec les Occidentaux et, plus précisément, avec les agresseurs normands.

  • 9 Ibid., et W. Heyd, Histoire du commerce du Levant, 2 vol. , Leipzig 1885-1886, rééd. Amsterdam 198 (...)

6Rappelons ici que, si Thessalonique, deuxième ville de l’Empire byzantin, était d’une importance stratégique considérable et constituait une base navale de première importance, elle était aussi l’un des grands centres commerciaux de Byzance et accueillait chaque année, au mois d’octobre, une foire qui concordait avec la fête de saint Dèmètrios, le patron de la ville ; elle recevait alors la visite, entre autres, de marchands occidentaux, venus d’Italie, de France, ou de la péninsule Ibérique. Ceci favorisa bientôt la formation d’un quartier latin, situé à l’intérieur de la ville, adossé aux remparts et peuplé en majorité de βουργέσιοι (c’est l’appellation sous les Comnènes) italiens9. Parmi les marchands locaux, les Arméniens et les Juifs paraissent avoir joué un rôle important.

  • 10 Eustazio di Tessalonica, La espugnazione, cit. supra n. 4, p. 124-127.

7Eustathe de Thessalonique, témoin occulaire des événements et source principale pour l’histoire du siège (il semble que Nikétas Chôniatès n’ait fait que le copier), nous indique, dans son Récit, que les assiégeants s’entendirent avec un corps de mercenaires allemands qui faisaient partie de la garnison, mais il incrimine aussi les Arméniens. Lors de la prise de la cité (24 août 1185), les Arméniens se rangèrent aux côtés des Normands et se montrèrent plus enragés que ces derniers à nuire aux défenseurs, au témoignage d’Eustathe : « En effet, quand j’ai évoqué les Arméniens, je sens la douleur s’emparer de mon âme, lorsque je me rappelle les méfaits que nous a occasionnés le démon envieux en envoyant également ceux-ci contre nous : car ils nous infligèrent des dommages à l’extérieur des murs d’abord, avant la prise d’assaut, par des embuscades, par des pillages, par l’emploi de machines de siège, par la dénonciation de ceux qui s’étaient cachés ; puis, à l’intérieur de la ville, en se comportant en maîtres, proférant des menaces, donnant des ordres, pillant, portant des coups, faisant monter le prix des vivres10. »

  • 11 Ibid.

8L’archevêque insiste ensuite sur l’exploitation de la situation par les Arméniens, au plan économique : « En effet, un pain qui tiendrait dans la paume de la main et qui aurait valu une obole, ils le vendaient au prix fort : en somme, ils nous étranglaient eux aussi, à la manière des Latins. » L’auteur explique alors que les Grecs réussirent néanmoins à se nourrir grâce à des aliments de substitution11.

  • 12 Ibid., p. 124-125. Les habitants des localités mentionnées (toponymes assez fréquents en Grèce, no (...)
  • 13 Cf. Chalandon, Domination normande (cité supra n. 8), 2, p. 411 et n. 5 ; J.-J. Norwich, Histoire (...)

9Ayant évoqué, avant même de détailler les péripéties antérieures et consécutives à la prise d’assaut de Thessalonique, les malversations commises par les minorités ethniques et religieuses, il associe, dans sa condamnation, les Juifs et les Arméniens : « À un Juif ou à un Arménien, que [l’un et l’autre] le bourg, voisin, de Krania et l’habitant de Zéménon nourrissent, il était accordé ce qui était nécessaire, et plus encore ; mais à un habitant de la ville, fait prisonnier, on ne donnait qu’une parcelle infime, si du moins on se souvenait de lui. » L’auteur décrit alors – il reprendra l’exemple qui l’a frappé, mais de façon plus mesurée – ce pain minuscule, de forme circulaire, tenant entre le pouce et l’index, que l’on vendait pour trois statères de bronze, alors qu’il ne valait pas plus d’une obole12. Les Arméniens et les Juifs ne furent sans doute pas les seuls à réaliser des affaires. L’archevêque de Thessalonique se plaint aussi de la facilité avec laquelle les dames grecques cédèrent aux soldats siciliens13.

  • 14 Eustazio di Tessalonica, La espugnazione, p. 126-127.
  • 15 Ibid.
  • 16 Texte, p. 299-301, trad., p. 165-167. Voir le commentaire de ce passage dans Augé, Politique relig (...)

10Les Arméniens sont même accusés par Eustathe d’une forme de sacrilège : « On dit que ces maudits Arméniens avaient même souillé nos pains, ce qui, par ailleurs, ne détournait pas les pauvres de se procurer la nourriture qui était à vendre14. » C’est une souillure analogue qui est imputée aux Latins qui, dans les périodes de jeûne, auraient fait transgresser les interdictions disciplinaires aux chrétiens orthodoxes, en mêlant des produits gras à leurs aliments15. Les sacrilèges des Normands, tels que les rapporte Nikétas Chôniatès (destruction des icônes, utilisées comme combustible, profanation des autels, souillure des églises), et leurs violences (viol des femmes et des enfants, incendie des maisons et des églises)16 semblent d’ailleurs comme une répétition en vue de la quatrième croisade.

  • 17 Cf. ibid., p. 336-337.

11L’incurie du basileus face à l’agression normande devait amener sa chute et sa mort ignominieuse. Il fut remplacé par Isaac II Ange (1185-1195,1204), fondateur d’une nouvelle dynastie, celle même qui devait succomber en 1204 sous les coups des Latins de la quatrième croisade (1202-1204). Les troupes du nouvel empereur vinrent à bout des envahisseurs en novembre 1185, ceux des Normands qui s’étaient repliés à Thessalonique devant être l’objet d’une terrible vengeance17.

12Les témoignages susmentionnés sont intéressants sous trois angles différents :

  • la spécificité religieuse des Arméniens, malgré les concessions faites sous les catholicos Nersês IV Chenorhali et Grigor Tegha lors des négociations avec les représentants de Manuel Comnène (1143-1180), les fait ranger – les activités économiques aidant – aux côtés des Juifs, beaucoup plus que des Latins, qui n’ont ici en commun avec les Arméniens que la profanation, aggravée dans le cas des premiers, de diverses sortes d’aliments ;
  • nous apprenons, en outre, que, en dehors des groupes qui ont pu suivre dans leur commandement certains fonctionnaires byzantins de souche arménienne (par exemple le « magistre » Grégoire Taronitès, issu des princes bagratides du Tarôn, installé à Thessalonique, par Basile II, en 993, et qu’accompagnait le prince Sahak, fils de Hapel, originaire du canton arménien de Handzit’)18, il y avait à Thessalonique une communauté arménienne (elle était réputée importante déjà aux ixe-xe siècles et aurait disposé d’une église au xiiie siècle)19 dont les activités commerciales sont évidentes ;
  • mais nos sources mentionnent aussi quelques caractéristiques d’ordre militaire chez les Arméniens : organisation d’embuscades, emploi de machines de guerre, coups portés à l’adversaire. Soit il s’agit de deux catégories d’Arméniens, soit les Arméniens de Thessalonique étaient intégrés à une milice urbaine.

PERSÉCUTIONS DES BYZANTINS. RALLIEMENT DES ARMÉNIENS À ROME

13Commencées sous Andronic Comnène (comme le confirment leur marginalisation religieuse et leur collaboration avec les Normands lors du siège de Thessalonique), les persécutions religieuses à l’encontre des Arméniens semblent s’être amplifiées sous Isaac II Ange, selon le témoignage éloquent de Vardan l’Oriental. Auteur d’une Histoire universelle commençant à la Création et finissant en 1269, ce moine originaire de l’Artsakh, à l’est de la Grande Arménie, eut l’occasion de séjourner en Cilicie où, mandaté par le catholicos Kostandin Ier, il réfuta une lettre du pape Innocent IV adressée au roi Hét’oum Ier (1226-1269).

  • 20 RHC Arm., I, Paris 1869, p. 435.

14Vardan l’Oriental lie les négociations du catholicossat arménien avec l’Église romaine, à la veille de la troisième croisade, aux persécutions déployées, dans tout l’Empire byzantin, contre les « monophysites » arméniens. À propos de l’envoi d’une profession de foi par les catholicos Grigor III (1113-1166) et Nersês Chenorhali à Manuel Ier Comnène, il écrit : « Ils voulurent opérer la réunion de notre nation [avec les Grecs], mais cette œuvre resta inachevée, comme on le voit dans les histoires détaillées où ce sujet est raconté20. »

  • 21 Le terme arménien ainsi traduit par E. Dulaurier est P’isik, dont la signification en arménien mod (...)
  • 22 RHC Arm., I, p. 438. Cité par Bozoyan, Documents, p. 216, et par Augé, Politique religieuse, p. 34 (...)
  • 23 Cf. A. Bozoyan, La population arménienne de Philippoupolis et les relations arméno-byzantines poli (...)
  • 24 Cité par Bozoyan, Documents, p. 217-218, qui fait remarquer l’absence de mention, dans cette lettr (...)

15Mais il insiste surtout sur les persécutions antiarméniennes mises en œuvre par Constantinople après la mort de Manuel Comnène : « En l’an 635 [3 février 1186-2 février 1187], les Grecs eurent pour souverain Physicus21, autrement dit Isaac [l’Ange], lequel suscita des persécutions et des tourments aux populations de rite arménien, afin de les convertir à l’hérésie des Grecs. Le patriarche Grégoire, neveu du seigneur Nersès et de Grégoire [Bahlavouni], catholicos, lui écrivit en termes suppliants pour le conjurer de laisser en paix le peuple de Dieu. Mais il n’eut aucun égard à ses instances, il attira un grand nombre de gens à sa croyance et chassa les autres. Dans trois évêchés, 1 600 prêtres, réunis par lui, subirent ses violences ; quelques-uns seulement s’échappèrent en conservant la pureté de la foi22. » On peut donc supposer que, dans les Balkans byzantins, trois évêchés arméniens non chalcédoniens avaient été créés, dont un seul nous est connu : celui de Philippoupolis23. L’envoi d’une lettre de Grigor IV à Isaac Ange nous est confirmé par la propre réponse du basileus au catholicos, conservée en grec, et qui témoigne du souci de ce dernier pour la communauté arménienne de Philippoupolis : « Ton Honneur, écrit l’empereur, a également écrit que l’évêque [grec] du lieu, sur l’ordre de Ma Royauté, fait changer de confession, contre leur gré, les Arméniens vivant dans la région de Philippoupolis24. »

  • 25 RHC Arm., I, p. 438, cité par Bozoyan, Documents, p. 216.
  • 26 Ibid., p. 216-217.
  • 27 Vardan, Histoire universelle, texte, Venise (Saint-Lazare) 1862, p. 134, trad. dans R. W. Thomson, (...)

16Grigor IV Tegha (1173-1193) informa de la situation dramatique des Arméniens de l’Empire byzantin les fidèles de l’Orient, sans que ceux-ci pussent rien faire. Il s’agit des « Orientaux », c’est-à-dire des évêques de Grande Arménie, voire des vardapet des monastères de Haghbat et Sanahin ; mais, surtout, « il envoya un évêque, nommé Grégoire, au pape de Rome, pour lui retracer le tableau des tribulations que les Arméniens avaient à souffrir de la part des Grecs, et pour solliciter ses prières et sa bénédiction, comme le faisaient les anciens25 ». Ceci est une allusion à la tradition selon laquelle, au début du ive siècle, le roi Terdat III et saint Grégoire l’Illuminateur effectuèrent un voyage jusqu’à Rome et firent alliance avec l’empereur Constantin le Grand et le pape Sylvestre Ier. De fait, l’accueil du souverain pontife fut d’une exceptionnelle ouverture : « Le pape accueillit cet ambassadeur avec une haute distinction, lui fit célébrer la messe et y reçut la communion ; il lui fit revêtir le costume de sa dignité pontificale26. » Le passage suivant manque dans les extraits de Vardan traduits par Édouard Dulaurier : « Et il rassemble autour de lui tous les personnages considérables : l’empereur des Allemands, le roi des Anglais, le roi des Français, chacun avec ses propres troupes ; le patriarche des Allemands, qui a vingt-cinq mille cavaliers, l’archevêque d’Espagne, qui a vingt mille cavaliers, l’archevêque de Saint-Jacques, qui règne sur cinq mille cavaliers, le grand archevêque de la grande ville de Milan, maître de trente-six mille cavaliers ; et, de ce côté-ci [de la mer], le patriarche [latin] de Jérusalem27. »

  • 28 Cf. M. Pacaut, Frédéric Barberousse, Paris 1967, p. 272.
  • 29 Ibid.

17Peut-être faut-il rappeler ici, concernant les relations entre la papauté et l’Empire, les faits suivants : la papauté, en la personne de Lucius III (1181-1185), était alors dans une situation délicate. Frédéric Ier (Barberousse) de Hohenstaufen, « roi des Romains » depuis 1152, empereur germanique (1155-1190), avait été vaincu par la Ligue lombarde à Legnano, en 1176, après avoir, quatorze ans auparavant, détruit Milan, tête de la coalition, ralliée, avec tout le parti guelfe, à la cause pontificale. Contraint de signer le traité de Venise, en 1177, et de reconnaître l’indépendance des villes lombardes à la paix de Constance, en 1183, il compensa ses échecs en Italie du Nord en concluant, en 1184, les fiançailles de son fils, le futur Henri VI, avec l’héritière du royaume normand de Sicile, Constance de Hauteville28. Le pape, en tant que suzerain du royaume, avait dû être informé de cet événement, qui mettait les États pontificaux et les villes alliées du Nord en danger d’être pris en tenaille entre l’Empire germanique, au nord, et le royaume normand, au sud. Si Lucius III n’empêcha pas cette alliance, c’est que Frédéric Barberousse sut habilement exploiter ses sentiments antibyzantins et son souci de venir en aide à la Terre sainte. Le pape pouvait avoir en mémoire les massacres des Latins par les Grecs, en 1182, et les succès de l’Islam – en particulier depuis l’accession au pouvoir de Saladin, officiellement mandaté par le Zengide Nûr al-Dîn, maître de la Syrie musulmane –, en Égypte fâtimide (1169), succès dont les dirigeants du royaume latin de Jérusalem rendirent Byzance responsable29.

  • 30 Ibid., p. 275.
  • 31 Sur tout ceci, ibid., p. 228-268.

18Le conflit de pouvoirs ne fut pas réglé lors des négociations menées à l’assemblée de Vérone, en octobre 1184 ; cependant l’empereur accepta d’y tenir son rôle de défenseur séculier de la chrétienté, en luttant contre les hérétiques (vaudois, cathares et autres) et en organisant une croisade, déjà réclamée par Alexandre III en 117930. Peu après, le 11 février 1185, par un acte signé à Reggio de Calabre, Milan acceptait de se lier à l’empereur, infléchissant ainsi sa position dans le sens de l’alliance gibeline31.

19Pour revenir au récit de Vardan – que ses séjours en Cilicie ont pu familiariser avec l’histoire récente de l’Occident, en particulier celle de l’Église romaine –, la présence, aux côtés du pape, de l’empereur germanique et de certains prélats est certaine ; en revanche, la réunion des trois grands souverains d’Occident – Frédéric Barberousse, Philippe Auguste, roi de France, Richard (Ier) Cœur de Lion, roi d’Angleterre – nous paraît plutôt être le résultat d’une confusion entre l’assemblée de Vérone (octobre 1184) et, peut-être, le rassemblement des divers contingents de la croisade allemande à Ratisbonne, ville que Frédéric Ier quitte le 11 mai 1189.

  • 32 Dans J. Saint-Martin, Mémoires historiques et géographiques sur l’Arménie, 2 vol. , Paris 1818-181 (...)
  • 33 Cf. G. Dédéyan, Moines et pèlerins arméniens en Europe occidentale à la fin du xe et au début du x (...)

20Si la présence de l’archevêque de Milan (ville qui est d’ailleurs comptée par Vardan l’Oriental, dans sa Géographie, comme l’une des quatre capitales de l’Occident – c’est-à-dire de l’Europe latine –, et qui fut, en outre, visitée par des ecclésiastiques arméniens à l’époque des croisades) est vraisemblable, celle de l’archevêque de Saint-Jacques s’explique par la célébrité des reliques de saint Jacques le Majeur, à Compostelle, auprès des Arméniens (Vardan signale d’ailleurs, dans sa Géographie, à propos de l’Espagne, qu’« on y trouve les reliques de l’apôtre saint Jacques »32), depuis le pèlerinage de saint Siméon de Polirone (un moine arménien, établi en Lombardie au seuil de l’an Mil)33.

  • 34 Cf. Saint-Martin, Mémoires historiques (cité supra n. 32), 2, p. 451.

21Relevons encore que, mis à part la signification vitale que la croisade de Barberousse pouvait avoir pour les princes ṙoubêniens de Cilicie, Vardan, évoquant, toujours dans sa Géographie, « le pays des Allemands, où sont les restes de la Sainte Mère de Dieu », ajoute : « Ces peuples sont de la race des Arsacides, de la postérité du vaillant Tiridate. Constantin lui en avait demandé, et Tiridate lui avait envoyé quatre cents hommes34. » C’est là une tradition sans fondement historique, reflétant probablement le rapprochement politique des Arméniens avec le Saint-Empire, sous le règne de Lewon le Magnifique (1187-1198 comme prince, 1198-1219 comme roi de l’Arménie cilicienne, sous la double suzeraineté de l’empereur germanique et du pape de Rome).

  • 35 Vardan, Histoire universelle, texte, Venise, p. 134, trad. Thomson, p. 209. Cf. Dédéyan, Moines et (...)
  • 36 Z. Ghassapyan, art. « Plovdiv » Encyclopédie arménienne soviétique 9, 1983, p. 332. Pour les Armén (...)
  • 37 C’est le titre que lui donne Bozoyan, auquel nous renvoyons pour cette identification, dans Docume (...)
  • 38 Sur le repli du pape à Vérone, cf. Pacaut, Frédéric Barberousse (cité supra n. 28), p. 270-277 ; H (...)
  • 39 C. Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l’Antiquité jusqu’au xixe siècle. Tableau (...)

22On trouve ensuite, sous la plume de Vardan, cette assertion, parfaitement vraisemblable pour ce qui concerne la vénération manifestée à l’égard des saints Pierre et Paul – sur les « confessions » desquels venaient traditionnellement se recueillir les pèlerins arméniens35 – et l’envoi des insignes pontificaux au catholicos des Arméniens, mais où l’affirmation d’un partage de juridiction entre le pape, patriarche de l’Occident, et le catholicos, promu au rang de patriarche de l’Orient, exerçant son autorité – en plus de l’Église arménienne –, non seulement sur « les Grecs » (et par extension sur l’ensemble des Églises orthodoxes, particulièrement présentes dans les Balkans), mais aussi sur « les autres peuples » (à savoir, peut-être, diverses Églises de tradition syriaque), est plutôt l’écho déformé du brusque changement d’interlocuteur opéré par Grigor IV, dans le dialogue interecclésial, à la suite des persécutions déclenchées par les empereurs, comme on peut en juger : « Et, s’étant concerté avec eux, il rédigea un document sur l’ordre des saints Apôtres et de leur part, stipulant ceci : “Le patriarche des Arméniens, de ce côté-là de la mer, exercera son autorité sur les Arméniens, les Grecs et tous les autres peuples, exactement comme nous de ce côté-ci, comme détenteur des clés du ciel et de la terre. Et comme il y a une longue route entre moi et mon frère, le patriarche des Arméniens, je lui ai envoyé mon éphod [amicte], ma couronne et mes sandales [pantoufles], pour qu’il puisse célébrer la liturgie après les avoir mis, et en portant mon anneau.” Puis il dit à l’évêque Grigor : “Emporte-les et revêts-en le patriarche.” Et que, désormais, il soit investi de l’autorité pour les siècles des siècles. » D’autres échanges épistolaires, contemporains, placent cependant le pape sur un plan de supériorité. Le délégué arménien n’était autre que l’higoumène du monastère arménien de Philippoupolis – ville de Thrace (actuellement Plovdiv) dont la communauté arménienne, remontant au vie siècle, s’épanouit du viiie au xiie siècle36 – et archevêque des Arméniens37 de la ville, probablement le successeur d’At’man (prélat arménien de Philippoupolis, qui, dans les années 70 du xiie siècle, fit partie de la délégation envoyée par Manuel Comnène à Nersês IV Chenorhali), qui rencontra le pape à Vérone38, où ce dernier s’était réfugié en raison des menaces venues de la Commune de Rome. Faut-il mettre en doute le témoignage de Vardan, dans la mesure où la mort de Lucius III (25 novembre 1185) suivit de très près l’avènement d’Isaac II Ange (12 septembre 1185) ? Fait troublant, le seul échange épistolaire que l’on connaisse, entre Grigor IV et Lucius III, est celui attesté par la réponse du pape, conservée dans une traduction arménienne du texte latin effectuée par l’archevêque de Tarse (de 1175 à 1198), Nersês de Lambroun, neveu, par les femmes, de Grigor III et de Nersês IV39.

  • 40 Texte de la réponse dans M. Tchamtchian, Histoire de l’Arménie (en arménien classique), 3 vol. , V (...)

23Mais c’est bien à Lucius III (1181-1185) que, par l’intermédiaire de Grigor, archevêque de Philippoupolis, Grigor Tegha s’était adressé. De la réponse de Lucius III à Grigor IV (en traduction arménienne), réponse qui est datée du 3 décembre 1184 et dans laquelle le pape mentionne la remise au catholicos d’un anneau, du pallium, et d’une mitre qu’il avait lui-même portée, et où il suggère quelques réformes liturgiques40, on peut inférer que Grigor IV avait dû envoyer une profession de foi, pour se défendre des accusations des Grecs et protester de sa filiale soumission à l’égard du pape.

24La lettre de Lucius III, qui insiste sur la primauté romaine et annonce l’envoi du pallium et de la mitre, ne laisse guère discerner – puisqu’elle ne traite que de questions de rite et de liturgie (l’Église arménienne se voyait reprocher l’absence d’eau dans le calice lors de la célébration de l’eucharistie et la date du 6 janvier pour la fête de la Nativité, questions qu’avait déjà soulevées Innocent II, une cinquantaine d’années auparavant, et que, selon le pape, il faudrait résoudre pour parachever l’union entre les deux Églises) – les raisons du changement d’interlocuteur, décidé par le catholicos pour le dialogue interecclésial.

  • 41 Cf. P. Ananian, Nersês Chenorhali. Relations interecclésiales, Bazmavep 1-4, Venise (Saint-Lazare) (...)
  • 42 B. Hamilton, The Armenian Church and the Papacy at the Time of the Crusades, Eastern Churches Revi (...)

25Un colophon de manuscrit de Nersês de Lambroun rappelle que, en octobre 1185, l’évêque (archevêque ?) Grigor (de Philippoupolis) vint trouver, de la part du pape, le catholicos, dont il était le légat, dans la ville de Tarse, et qu’il lui transmit, avec le pallium et la mitre, le livre des ordinations de l’Église romaine écrit en latin, et la réponse de Lucius III (lettre que Nersês de Lambroun fut chargé de traduire du latin en arménien)41. La venue de l’évêque de Philippoupolis à Tarse (rachetée aux Latins par les Arméniens, en 1183) peut, certes, s’expliquer par des commodités géopolitiques, mais atteste aussi que Grigor IV agissait de concert avec Roubên III42. L’exposé de Vardan l’Oriental sur les persécutions déclenchées par Isaac Ange – et en réalité, si l’on tient compte de la date de la lettre de Lucius III, commencées sous Andronic Comnène – nous fournit l’explication la plus évidente.

  • 43 Toumanoff, Dynasties (cité supra n. 39), p. 277 et p. 428.
  • 44 Ibid., p. 428.
  • 45 Ibid.
  • 46 Cf. Augé, Politique religieuse, p. 343-344 ; J.-Cl. Garcin et alii, États, sociétés et culture du (...)

26Sans invoquer un lien de parenté qui n’était pas immédiat (le mariage de Meleh, oncle paternel de Roubên III, avec une sœur du catholicos Grigor IV, ce qui faisait de Grigor IV un oncle maternel de Roubên III)43, on peut estimer que le catholicos était en contact assez régulier avec le Roubênien (1175-1187), principal ichkhan (prince) de l’Arménie cilicienne, dont la stratégie matrimoniale (il avait pris pour femme, en 1181, Isabelle, dame du Krak et de Montréal44, fille d’Onfroi de Toron, l’un des principaux barons du royaume latin de Jérusalem, tandis que sa sœur, Talit’a, devait épouser, en 1186, Bertrand, l’héritier de Gibelet45, l’une des seigneuries les plus en vue du comté de Tripoli), comme la politique extérieure, était entièrement tournée vers les Latins (avant la querelle de Baghrâs) : Roubên III leur prêta son aide pour expulser les Byzantins de Cilicie, livra le gouverneur grec au prince d’Antioche, Bohémond III, en 1183, et, la même année, lui racheta Tarse (conquise en 1181). Ce rapprochement arméno-latin marqué – qui tranchait avec la politique pro-zengide de Meleh ( 1169-1175) – était réalisé en raison des progrès de l’Ayyoûbide Saladin (1171-1193), maître de l’Egypte et de la Syrie, dont le sultanat encerclait le royaume de Jérusalem, mais aussi à cause du recul des Grecs en Asie Mineure, face au sultan saldjoûkide de Roûm, Kilidj Arslân II (1155-1192), depuis 117646.

  • 47 Bozoyan, Documents, p. 217.

27Si l’orientation prolatine de Grigor IV, manifestée par l’envoi de Grigor, archevêque de Philippoupolis, auprès de Lucius III, semble bien due à des persécutions déclenchées dès le règne d’Andronic Comnène, le successeur de ce dernier, Isaac Ange, au début de son règne, paraît avoir accentué la politique antiarménienne, particulièrement à Philippoupolis, comme en témoigne la lettre susmentionnée adressée par le basileus au catholicos, à propos des conversions forcées qu’opérait, sur son ordre, l’évêque du lieu, aux dépens des fidèles de l’Eglise arménienne, lettre qui confirme l’assertion, susmentionnée, de Vardan l’Oriental, selon laquelle Grigor IV avait envoyé à Isaac Ange une lettre « pour le conjurer de laisser en paix le peuple de Dieu ». La réponse, conservée en grec, du basileus au catholicos, témoigne que ce dernier était particulièrement préoccupé du sort des Arméniens vivant dans la région de Philippoupolis, du fait que l’archevêque de ce siège, pour se conformer aux ordres de l’empereur, faisait changer ses ouailles de confession, contre leur gré47.

L’ALLIANCE ARMÉNO-GERMANIQUE

  • 48 Ibid.
  • 49 L. Bréhier, Vie et Mort de Byzance, Paris 19692, p. 287-288; W. Treadgold, A History of the Byzant (...)
  • 50 M. Balard, Croisades et Orient latin, xie-xive siècle, Paris 2001, p. 133-134.

28Le témoignage apporté par la lettre du basileus, document que l’on peut dater des années 1185-118848 et qui est donc écrit peu avant la troisième croisade, explique en partie que les Arméniens des Balkans, comme ceux de la Cilicie, sur lesquels va régner (de 1187 à 1198, comme prince, de 1198 à 1219, comme roi) Lewon le Magnifique, aient tendu à se solidariser avec les contingents de Frédéric Barberousse. Environ deux ans après la prise de Jérusalem par Saladin (2 octobre 1187), l’empereur germanique, qui avait pris la croix à Mayence, en mars 1188, et annoncé au basileus son intention de suivre la route terrestre et, donc, de traverser l’Empire byzantin, adhérait à un traité, signé à Nuremberg en septembre 1188, par lequel, en échange de la promesse que les troupes allemandes s’abstiendraient de toute violence, Isaac Ange leur accordait le libre passage49. Mais, redoutant la venue de cette armée aussi nombreuse (on a pu l’estimer à près de 100 000 hommes, dont 20 000 chevaliers qui représentaient toute la noblesse – laïque et ecclésiastique – du Saint-Empire50) que réputée, Isaac concluait peu après un traité d’alliance avec Saladin et, lorsque l’armée germanique atteignit le territoire impérial, le 28 juin 1189, il mit tout en œuvre pour entraver sa marche.

  • 51 L. Alichan, Léon le Magnifique, Venise (Saint-Lazare) 1888, p. 107.
  • 52 Ibid., p. 99-100 ; Bozoyan, Documents, p. 220 ; Cl. Mutafian, La diplomatie arménienne au Levant à (...)

29L’un des chefs de la croisade allemande, l’évêque de Münster Hermann, « qui avait pour escorte mille chevaliers », selon le colophon de manuscrit de Nersês de Lambroun51 cité ci-dessus, apportait avec lui des lettres de Clément III (1187-1191) destinées au catholicos Grigor IV et au prince Lewon le Magnifique, et dans lesquelles le pape, soulignant la qualité de « vrai chrétien » du catholicos, exhortait les Arméniens à apporter leur aide aux troupes de la troisième croisade52.

  • 53 A. Chroust (éd.), Quellen zur Geschichte des Kreuzzuges Kaiser Friedrichs I., Berlin 1964 (MGH, Sc (...)
  • 54 Ibid., p. 45.
  • 55 Ibid., p. 48, cité par Bozoyan, Documents, p. 219.

30Les Arméniens paraissent, aux yeux des Allemands, avoir répondu à cette attente. Le clerc autrichien Ansbert, qui participait à la croisade et qui est l’auteur d’une Histoire de l’expédition de l’empereur Frédéric, relation simple, précise et véridique d’un témoin oculaire, en donne des exemples éloquents. Ainsi, ayant évoqué l’occupation, par les croisés allemands (fin août-début septembre 1189), des villes de Berrhoé (Staraia Zagora, en Thrace), Brandouei (Woden, Vodéna, au nord de Berrhoé) et Pernis (Petrisch, au sud de Philippoupolis/Plovdiv)53, il écrit : « Aussi, les Arméniens et certains des Bulgares, qui habitaient une partie de cette terre en étant tributaires, allèrent trouver le seigneur empereur et les princes de l’armée en toute humilité et avec des prières instantes, et ayant aussi prêté le serment de fidélité et de sujétion, obtinrent pour eux et pour leurs villages une paix assurée, à condition qu’ils préparassent pour l’armée, près de Philippoupolis, aussi longtemps qu’elle s’y arrêterait, un emplacement pour la vente des marchandises : ce dont ils s’acquittèrent en toute fidélité54. » C’est l’attitude des Arméniens de Thrace – et peut-être même de Philippoupolis – que concerne cette affirmation d’Ansbert, qui peut se rapporter au mois d’octobre 1189 : « Mais parce que c’est en vain que le filet s’offre aux yeux des oiseaux et que, comme le dit le proverbe populaire, celui qui a été brûlé craint d’être brûlé, les ruses des Grecs, dénoncées par de multiples indications, tant grâce à nos messagers, qui nous informaient fréquemment, que par l’intermédiaire des Arméniens, assez fidèles à l’empereur très victorieux, n’échappaient point aux nôtres, et c’est en raison de cela que le prudent empereur n’ajoutait foi à leur propos trompeurs que s’ils étaient confortés par la livraison d’otages sûrs et choisis, donnés en garantie55. » Comme on le voit, les Arméniens des Balkans ont contribué à l’établissement d’un réseau de renseignements au service des croisés allemands.

  • 56 RHC Arm., I, p. 439-440. Sur les problèmes balkaniques de la troisième croisade, cf. J. Richard. H (...)
  • 57 M. Balard, art. « Troisième Croisade », dans Id., Les Croisades, Paris 1988 ; Id., Croisades et Or (...)
  • 58 Ibid., p. 122, p. 134.
  • 59 RHC Arm., I, p. 440-441.
  • 60 Bréhier, Byzance (cité supra n. 49), p. 288 ; E. Eickhoff, Friedrich Barbarossa in Orient. Kreuzzu (...)
  • 61 RHC Arm., I, p. 440.
  • 62 Ibid.

31Mal informé sur les conquêtes de Saladin en 1187, Vardan évoque l’arrivée du « grand empereur des Allemands », avec cent cinquante mille cavaliers envoyés par mer, cette armée entreprenant le siège d’Acre56 ; il y a là, sans doute, confusion avec l’arrivée à Acre, dès août 1189, d’une troupe allemande qui aide Guy de Lusignan, roi malheureux de Jérusalem (1186-1187), libéré de sa captivité par Saladin, à mettre le siège devant la ville57, ou, moins sûrement, avec l’itinéraire – choisi, après la mort de Barberousse – par Frédéric de Souabe, son fils (et héritier contesté), qui prit la route de la Palestine, où il mourut à Acre58. Quant à Frédéric Barberousse lui-même, nous dit Vardan – dont le récit confirme peu ou prou celui d’Ansbert –, cheminant à la tête de troupes innombrables à travers « le pays des Grecs », « il leur enleva les villes de Berœa, Philippoupolis, Adrianopolis [Andrinople] et quantité d’autres places fortes et châteaux. Il avait fait partir son fils en avant pour attaquer Constantinople59. » Le chroniqueur arménien connaît donc assez bien les conquêtes de Frédéric Barberousse dans les Balkans byzantins, celle d’Andrinople, atteinte le 22 novembre 1189, mais aussi celle de Berrhoé et de Philippoupolis, incendiées au début de 1190, peu avant l’arrivée de l’empereur aux portes de Constantinople et la signature du traité d’Andrinople (février 1190), par lequel le basileus s’engageait à faire passer les Allemands en Asie, entre Gallipoli et Sestis60. Il semble également être au courant des relations nouées par Frédéric avec les ennemis balkaniques de Byzance, Valaques et Bulgares : « Cependant les habitants de Constantinople demandèrent grâce et payèrent cent quintaux d’or et deux cents quintaux d’argent. Ils transportèrent gratuitement [sur les rives d’Asie] toute la multitude que les Francs avaient recrutée dans les contrées des Valaques et des Bulgares, avec une masse de trésors recueillis en traversant ces contrées61. » Vardan témoigne aussi de la collusion arméno-allemande dans les Balkans : « Les nôtres, maltraités par l’empereur Kyr Isaac, se joignirent aux Francs, et, pour satisfaire leur ressentiment, causèrent beaucoup de mal aux Grecs62. »

  • 63 Nikétas Chôniatès, Historia, texte, p. 403, trad., p. 222, cité et traduit par Bozoyan, Documents, (...)
  • 64 Ibid. Sur les relations arméno-allemandes à Philippoupolis, cf. ibid., p. 67, 71.
  • 65 Augé, Politique religieuse, p. 332, notice 35, p. 380-391.

32Cette collusion avec les Latins se manifeste encore lorsque l’empereur germanique Frédéric Barberousse entre dans la ville de Philippoupolis, le 24 août 1189. Nikétas Chôniatès, souvent animé, dans ses Annales, d’un fort patriotisme grec, nous donne un témoignage d’autant plus véhément qu’il était alors gouverneur de Philippoupolis : « Lorsqu’il [l’empereur] entra à Philippoupolis, il trouva la cité vidée de la majeure partie de ses habitants, et, en particulier, des plus importants d’entre eux. Parmi ceux qui étaient restés, il n’y avait que l’indigent, qui n’avait pour tout bien que les vêtements qu’il portait, ou bien il fallait le compter parmi les Arméniens : en effet, ceux-ci étaient le seul peuple à considérer la venue des Allemands, non comme une invasion, mais comme l’arrivée d’amis, car les Allemands ont des relations commerciales avec les Arméniens, et ils s’accordent entre eux sur la plupart de leurs hérésies63. La vénération des saintes icônes est proscrite aussi bien par les Arméniens que par les Allemands ; les uns et les autres usent d’azymes dans leurs divines liturgies ; les uns et les autres tiennent pour légitimes d’autres doctrines perverses qui sont rejetées par les chrétiens orthodoxes64. » Nikétas est, ici, particulièrement véhément, alors que dans un ouvrage doctrinal, le Trésor de la foi orthodoxe, il s’aligne plutôt sur la position d’Euthyme Zigabène, théologien au service d’Alexis Ier Comnène et auteur, au début du xiie siècle, d’une Panoplie dogmatique où il relève des similitudes entre les Arméniens et les Jacobites et impute l’usage des azymes aux Juifs plutôt qu’aux Latins65.

  • 66 Sur l’itinéraire de Barberousse en Asie Mineure et, plus particulièrement, sur ses relations avec (...)
  • 67 E. de Muralt, Essai de Chronographie byzantine, Saint-Pétersbourg 1871, réimpr. Paris-Amsterdam 19 (...)

33Ayant passé les Détroits à la fin de mars 1190, Frédéric Barberousse – sur la progression duquel Isaac Ange informait Saladin – parvint, vers le 20 mai à Iconium/ Konya, chez son allié le sultan de Roûm Kilidj Arslân II66, non sans avoir été approvisionné en vivres par les Arméniens (et aussi les Grecs) de Hiérapolis (entre Philadelphie et Laodicée, dans le thème des Thracésiens, au sud-ouest de l’Asie Mineure), à la fin d’avril 119067.

  • 68 Mentionné (sans indication de source) par Alichan, Léon (cité supra n. 51), p. 100.
  • 69 Ibid.
  • 70 RHC Arm., I, p. 441.

34Selon un chroniqueur arménien contemporain, le catholicos, toujours soucieux de la délivrance de la Ville sainte et de la population chrétienne, écrivait aux rois grecs et latins pour les supplier de venir porter secours aux chrétiens68. Une lettre de Barberousse à Saladin, dont l’authenticité n’est pas confirmée, mentionne déjà, comme étant soumises au Saint-Empire, « l’Arménie et d’innombrables autres terres »69. C’est en ce sens que Vardan fait dire à Frédéric Barberousse, dans une lettre adressée à Grigor IV Tegha, alors que l’empereur était sur le point de quitter Iconium : « J’ai apporté une couronne et un costume [royal], afin que tu couronnes roi d’Arménie celui que tu auras choisi70. »

  • 71 Évocation de ces échanges dans Alichan (sans mention de sources), Léon, p. 101-106 ; Mutafian, La (...)

35À la nouvelle de l’approche de l’armée allemande (en mai 1190, elle avait, comme on l’a vu, séjourné à Iconium, auprès de Kilidj Arslân II, arrivant en territoire cilicien au début de juin 1190, après avoir été accueillie par le seigneur arménien de Sibilia), Lewon le Magnifique avait mis en branle tout un jeu diplomatique : tandis que Nersês de Lambroun, archevêque de Tarse, était chargé de mander Grigor IV auprès du souverain cilicien, qui souhaitait se concerter avec le catholicos, et à son retour, après que son escorte eut été décimée par les Turcomans, allait, par Tarse, s’embarquer à Séleucie, porteur d’une lettre pour l’empereur, une autre ambassade, constituée de vassaux de Lewon installés en Isaurie, entre autres les frères Constance et Baudouin Camardias (qui devaient recevoir une lettre scellée du sceau d’or de l’empereur, destinée à Lewon), était venue auprès de Frédéric, accompagnée de quelques contingents ; pendant ce temps, Grigor IV et Lewon le Magnifique s’apprêtaient à partir de Sis (selon d’autres sources, ils se rendaient eux-mêmes à Séleucie), sur les traces de Nersês de Lambroun71.

  • 72 RHC Arm., I, p. 442.

36Le Récit de Vardan l’Oriental fait écho, de façon légèrement romancée, à ces échanges diplomatiques : selon lui, Frédéric Barberousse entra en Cilicie au début de juin 1190, ayant envoyé trois ambassades à Lewon le Magnifique. Comme il avait reçu une réponse de Grigor IV Tegha, qui lui indiquait que la délégation arménienne l’attendait à Mesis/Mamistra, en Cilicie, celle-ci fut lue publiquement et, selon Vardan, arracha des larmes de joie aux Allemands. Frédéric envoya une lettre où il exprimait son intention de contribuer au développement agricole du pays et informait Lewon qu’il apportait des insignes royaux. Quant à l’empereur, « qui se prit d’inclination pour lui [Lewon] », « il disait à tous publiquement : “ Tant que je n’aurai pas vu Monseigneur saint Pierre et le patriarche Grégoire, je ne révèlerai point ce que j’ai dans le cœur72.” » Frédéric Barberousse associait ainsi très étroitement la croisade allemande (dont l’étape prochaine devait être l’entrée à Antioche, où il vénèrerait le chef des Apôtres dans la cathédrale de la ville, qui portait sa dédicace) et la rencontre avec le catholicos, voire le souverain des Arméniens.

37Passant sur les différentes versions de la mort de Barberousse (10 juin 1190), nous retenons que, selon Vardan, « son corps fut transporté à Sis » – c’est-à-dire que les Arméniens auraient conservé ses entrailles, tandis que le cadavre était acheminé vers Antioche –, ce qui attesterait la force des liens qui s’étaient noués entre les Arméniens et l’empereur germanique, depuis la première coopération dans les Balkans.

  • 73 Cf. Ananian, Nersês Chenorhali, cité supra n. 41, avec texte p. 219, trad. p. 233. On peut noter q (...)
  • 74 La version arménienne de Michel le Syrien, due à Vardan l’Oriental et au prêtre syriaque Ichokh, a (...)

38Le témoignage susmentionné de Nersês de Lambroun est intéressant à double titre : si l’archevêque de Tarse accueillait dans son palais Hermann, évêque de Munster et historiographe de l’empereur, et recevait de sa main deux lettres du pape Clément III adressées, l’une à Grigor Tegha, l’autre à Lewon, ainsi que le Canon du sacre du roi, qu’il traduisit en arménien avec l’autorisation du catholicos73, en revanche le fils de Barberousse, Frédéric de Souabe, qui séjournait alors à Tarse74 – et prétendait d’ailleurs imposer ses volontés à Lewon par la force –, ne put accomplir la promesse de son père, cette décision relevant de son frère aîné, Henri (VI), resté comme régent en Allemagne.

***

  • 75 Il n’est pas exclu que le catholicos, dont la forteresse patrimoniale, Hoṙomkla, se trouvait sous (...)

39Cette synergie que l’on peut ainsi observer entre les Arméniens des Balkans – et particulièrement de Philippoupolis, sous la houlette de l’archevêque Grigor –, le catholicos Grigor IV résidant à Hofomkla, en territoire musulman, et le prince cilicien Lewon II (Lewon Ier à partir de son sacre, en 1198), confirme rétrospectivement l’esquisse de coopération que l’on a pu discerner entre les mêmes communautés des Balkans, ledit catholicos et Roubên III, frère et prédécesseur de Lewon75.

Notes

1 Cf. G. Dédéyan, Le rôle complémentaire des frères Pahlawuni, Grigor III, catholicos, et saint Nersês Chenorhali, coadjuteur, dans le rapprochement avec les Latins à l’époque de la chute d’Édesse (v. 1139-1150), RÉArm., n. s. 23 ( = Mélanges Sirarpie Der Nersessian), Paris 1992, p. 237-252.

2 Cf. I. Augé, Politique religieuse et reconquête en Orient sous les Comnènes (1081-1185), thèse de doctorat en histoire, Montpellier 2000.

3 Cf., entre autres nombreuses études de B. L. Zekiyan, Saint Nersês Chenorhali en dialogue avec les Grecs : un prophète de l’œcuménisme au xiie siècle. Etudes arméniennes in memoriam Haïg Berbérian, éd. D. Kouymjian, Lisbonne 1986 (Bibliothèque arménologique de la Fondation Calouste Gulbenkian), p. 861-883 ; voir également A. Bozoyan, La politique orientale de Byzance et l’Arménie cilicienne (en arménien), Érévan 1988 (Publications de l’Académie des Sciences d’Arménie).

4 Eustazio di Tessalonica, La espugnazione di Tessalonica, éd. S. Kyriakidis, trad. V. Rotolo, Palerme 1951 (Istituto di Studi bizantini e neoellenici. Testi e monumenti. Testi 5), p. 40-41.

5 Nicetae Choniatae historia, éd. J. A. Van Dieten, Berlin-New York 1975 (CFHB 11), p. 253, trad. H. H. Magoulias, O City of Byzantium, Annals of Niketas Chomates, Detroit 1984, p. 142.

6 Cité dans Bozoyan, Documents (cité supra note *), p. 216.

7 F. Chalandon, Jean 11 Comnène et Manuel I Comnène, Paris 1912, p. 660-663.

8 Id, Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile, 2 vol. , Paris 1907, rééd. New York 1960, p. 405-408.

9 Ibid., et W. Heyd, Histoire du commerce du Levant, 2 vol. , Leipzig 1885-1886, rééd. Amsterdam 1983, l, p. 244.

10 Eustazio di Tessalonica, La espugnazione, cit. supra n. 4, p. 124-127.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 124-125. Les habitants des localités mentionnées (toponymes assez fréquents en Grèce, nous communique notre collègue Pierre Sauzeau) sont sans doutes exploités par les minorités. Sur les migrations des Arméniens et des Juifs vers l’Asie Mineure, voire en direction de Constantinople, au xie siècle, cf. D. Jacoby, Les Juifs : protection, divisions, ségrégation, Constantinople 1054-1261, éd. A. Duceluer, M. Balard, Paris 1996, p. 172 ; sur le commerce du blé, cf. M. Kaplan, Le ventre de l’Empire, ibid., p. 86-101.

13 Cf. Chalandon, Domination normande (cité supra n. 8), 2, p. 411 et n. 5 ; J.-J. Norwich, Histoire de Byzance 330-1453, Paris 1999, p. 336.

14 Eustazio di Tessalonica, La espugnazione, p. 126-127.

15 Ibid.

16 Texte, p. 299-301, trad., p. 165-167. Voir le commentaire de ce passage dans Augé, Politique religieuse (cité supra n. 2), p. 345. Cf. aussi Norwich, Byzance (cité supra n. 13), p. 335.

17 Cf. ibid., p. 336-337.

18 N. Adontz, Notes arméno-byzantines, IV : La famille de Théodorokan, Études arméno-byzantines, Lisbonne 1965 (Bibliothèque de la Fondation Calouste Gulbenkian), p. 154-155.

19 Encyclopédie arménienne soviétique 10, Érévan 1984, p. 123-124.

20 RHC Arm., I, Paris 1869, p. 435.

21 Le terme arménien ainsi traduit par E. Dulaurier est P’isik, dont la signification en arménien moderne est « petit chat » ; à moins qu’il ne s’agisse d’un diminutif de p’is, équivalant à vat, « méchant » (cf. S. Malkhassiants, Dictionnaire explicatif de l’arménien [en arm. oriental], 4 vol. , Érévan 1944-1945, 4, p. 500 [var. p’ison, p’isô] ; cf. aussi Dictionnaire explicatif de la langue arménienne contemporaine [en arm. oriental], 4 vol. , Érévan 1969-1980, 4, p. 650).

22 RHC Arm., I, p. 438. Cité par Bozoyan, Documents, p. 216, et par Augé, Politique religieuse, p. 344-345. Outre leurs commentaires, cf. W. Hecht, Byzanz und die Armenier nach dem Tode Kaiser Manuels I (1180-1196), Byz. 37, 1967, p. 71-72.

23 Cf. A. Bozoyan, La population arménienne de Philippoupolis et les relations arméno-byzantines politiques et religieuses (en arménien), Pages de l’histoire des colonies arméniennes (en arménien), éd. V. B. Barkhoudaryan, Z. Yégavian, Érévan 1996 (Publications de l’Académie des Sciences d’Arménie), p. 61-76.

24 Cité par Bozoyan, Documents, p. 217-218, qui fait remarquer l’absence de mention, dans cette lettre comme dans les autres documents grecs de cette période, des Pauliciens et Manichéens arméniens (pour une partie seulement, selon nous) cités par Anne Comnène.

25 RHC Arm., I, p. 438, cité par Bozoyan, Documents, p. 216.

26 Ibid., p. 216-217.

27 Vardan, Histoire universelle, texte, Venise (Saint-Lazare) 1862, p. 134, trad. dans R. W. Thomson, The Historical Compilation of Vardan Arewelc’i, DOP 43, 1989, p. 209. Tout le passage que nous citons, y compris la mention du partage des pouvoirs entre pape et catholicos, est cependant traduit par E. Dulaurier dans sa Note préliminaire sur Grigor Tegha (RHC Arm., I, p. 270). Sur les relations arméno-pontificales à la fin du xiie siècle, voir J. Richard, La papauté et les missions d’Orient au Moyen Âge (xiiie-xve siècles), Rome-Paris 19982 (Collection de l’École française de Rome), passim, et, entre autres travaux de P. Halfter, Das Papstum und die Armenier im frühen und hohen Mittelalter, Cologne 1996, en particulier le chapitre V, p. 189-245.

28 Cf. M. Pacaut, Frédéric Barberousse, Paris 1967, p. 272.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 275.

31 Sur tout ceci, ibid., p. 228-268.

32 Dans J. Saint-Martin, Mémoires historiques et géographiques sur l’Arménie, 2 vol. , Paris 1818-1819, 2, texte, p. 450, trad., p. 451.

33 Cf. G. Dédéyan, Moines et pèlerins arméniens en Europe occidentale à la fin du xe et au début du xie siècle (en arménien), Revue historico-philologique 3, 1984, p. 21-36.

34 Cf. Saint-Martin, Mémoires historiques (cité supra n. 32), 2, p. 451.

35 Vardan, Histoire universelle, texte, Venise, p. 134, trad. Thomson, p. 209. Cf. Dédéyan, Moines et pèlerins (cité supra n. 33).

36 Z. Ghassapyan, art. « Plovdiv » Encyclopédie arménienne soviétique 9, 1983, p. 332. Pour les Arméniens de Philippoupolis et de Moglèna (Macédoine occidentale), nous renvoyons à l’élude d’É. Malamut, Les Arméniens en Thrace et en Macédoine aux viiie-xiie siècles : entre l’histoire et la littérature, à paraître dans les actes du Colloque international Les Arméniens et autres chrétiens orientaux face à l’Empire byzantin (Montpellier, 1998).

37 C’est le titre que lui donne Bozoyan, auquel nous renvoyons pour cette identification, dans Documents, p. 217.

38 Sur le repli du pape à Vérone, cf. Pacaut, Frédéric Barberousse (cité supra n. 28), p. 270-277 ; Hecht, Byzanz und die Armenier (cité supra n. 22), p. 68-69.

39 C. Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l’Antiquité jusqu’au xixe siècle. Tableaux généalogiques et chronologiques, Rome 1990, p. 277 et 280.

40 Texte de la réponse dans M. Tchamtchian, Histoire de l’Arménie (en arménien classique), 3 vol. , Venise (Saint-Lazare) 1784-1786, réimpr. Érévan 1984-1985, 3, p. 142-145. Pour la datation et le commentaire, cf. Bozoyan, Documents, p. 220 ; Augé, Politique religieuse, p. 345-346. Le pape, dans cette lettre, souligne que le catholicos des Arméniens et l’évêque placé à la tête de l’ambassade arménienne confessent une profession de foi « entièrement droite ». Dans un autre passage, il affirme : « Désormais, avec amour, avec un esprit et un cœur véridique, la mienne Église de Rome prend sous sa tutelle vous-même et votre concile » (Bozoyan, Documents, p. 220).

41 Cf. P. Ananian, Nersês Chenorhali. Relations interecclésiales, Bazmavep 1-4, Venise (Saint-Lazare) 1996, p. 225-236, texte du colophon, p. 218-219, trad., p. 224-225 (cité par Augé, Politique religieuse, p. 346-347).

42 B. Hamilton, The Armenian Church and the Papacy at the Time of the Crusades, Eastern Churches Review 10, 1978, p. 68-69, cité par Augé, Politique religieuse, p. 346.

43 Toumanoff, Dynasties (cité supra n. 39), p. 277 et p. 428.

44 Ibid., p. 428.

45 Ibid.

46 Cf. Augé, Politique religieuse, p. 343-344 ; J.-Cl. Garcin et alii, États, sociétés et culture du monde musulman médiéval, 1, Paris 1995 (Nouvelle Clio), p. 224-246, et p. 265-266.

47 Bozoyan, Documents, p. 217.

48 Ibid.

49 L. Bréhier, Vie et Mort de Byzance, Paris 19692, p. 287-288; W. Treadgold, A History of the Byzantine State and Society, Stanford 1997, p. 658.

50 M. Balard, Croisades et Orient latin, xie-xive siècle, Paris 2001, p. 133-134.

51 L. Alichan, Léon le Magnifique, Venise (Saint-Lazare) 1888, p. 107.

52 Ibid., p. 99-100 ; Bozoyan, Documents, p. 220 ; Cl. Mutafian, La diplomatie arménienne au Levant à l’époque des croisades, xiie-xive siècle, mémoire pour la thèse de Doctorat, Paris I, juin 2002, p. 67.

53 A. Chroust (éd.), Quellen zur Geschichte des Kreuzzuges Kaiser Friedrichs I., Berlin 1964 (MGH, Scriptores rerum Germanicarum, n. s. 5), p. 44-45.

54 Ibid., p. 45.

55 Ibid., p. 48, cité par Bozoyan, Documents, p. 219.

56 RHC Arm., I, p. 439-440. Sur les problèmes balkaniques de la troisième croisade, cf. J. Richard. Histoire des Croisades, Paris 1996, p. 231-232.

57 M. Balard, art. « Troisième Croisade », dans Id., Les Croisades, Paris 1988 ; Id., Croisades et Orient latin, cité supra n. 50, p. 134.

58 Ibid., p. 122, p. 134.

59 RHC Arm., I, p. 440-441.

60 Bréhier, Byzance (cité supra n. 49), p. 288 ; E. Eickhoff, Friedrich Barbarossa in Orient. Kreuzzug und Tod Friedrichs I., Tübingen 1977 (auquel nous empruntons quelques identifications de localités), p. 72, 74-76.

61 RHC Arm., I, p. 440.

62 Ibid.

63 Nikétas Chôniatès, Historia, texte, p. 403, trad., p. 222, cité et traduit par Bozoyan, Documents, p. 218 et n. 43. Comme A. Bozoyan, et à la différence de H.-J. Magoulias, nous donnons au verbe grec συγχρῶνται le sens de « ils profitent de », « ils ont des relations commerciales avec » (cf. l’interprétation de Eickhoff, Friedrich Barbarossa, cité supra n. 60, p. 70). Ansbert, cité par P. Tivčev, Sur les cités byzantines aux xie-xiie siècles, Byzantinobulgarica 1, Sofia 1962, p. 171, précise que les Arméniens et quelques Bulgares de Philippoupolis promirent à Frédéric Barberousse de rouvrir le marché aux Allemands. C’est dans un contexte de relations économiques que, lors des conventions germano-grecques de février 1190, Ansbert affirme que les Arméniens, les Latins et les Grecs, qui, dans l’empire d’Orient, ont apporté leur soutien à la croisade allemande, auront la liberté de punir (Ansbert, dans Chroust [éd.], Quellen, cité supra n. 53, p. 66 ; Eickhoff, Friedrich Barbarossa, p. 76).

64 Ibid. Sur les relations arméno-allemandes à Philippoupolis, cf. ibid., p. 67, 71.

65 Augé, Politique religieuse, p. 332, notice 35, p. 380-391.

66 Sur l’itinéraire de Barberousse en Asie Mineure et, plus particulièrement, sur ses relations avec les Arméniens, on consultera Eickhoff, Friedrich Barbarossa, p. 149-172, et Cl. Mutafian, La Cilicie au carrefour des Empires, 2 vol. , Paris 1988, 1, p. 163-171.

67 E. de Muralt, Essai de Chronographie byzantine, Saint-Pétersbourg 1871, réimpr. Paris-Amsterdam 1965, p. 238, d’après les Annales de Milan, années 1154-1190 (Rodulphus/Raoul). Les Turcs auraient aussi fourni des vivres, selon Tagenon, cité ibid.

68 Mentionné (sans indication de source) par Alichan, Léon (cité supra n. 51), p. 100.

69 Ibid.

70 RHC Arm., I, p. 441.

71 Évocation de ces échanges dans Alichan (sans mention de sources), Léon, p. 101-106 ; Mutafian, La Cilicie, cité supra n. 66, 1, p. 166-168.

72 RHC Arm., I, p. 442.

73 Cf. Ananian, Nersês Chenorhali, cité supra n. 41, avec texte p. 219, trad. p. 233. On peut noter que Nersês, évoquant très succinctement l’itinéraire de Barberousse, mentionne l’hivernage des contingents allemands à Philippoupolis (ibid.).

74 La version arménienne de Michel le Syrien, due à Vardan l’Oriental et au prêtre syriaque Ichokh, affirme que Lewon, à la suite de la dispersion des troupes de l’empereur défunt, répartit celles-ci en Cilicie, où, grâce aux approvisionnements fournis par les Arméniens, elles purent hiverner à leur aise (RHC Arm., I, p. 403).

75 Il n’est pas exclu que le catholicos, dont la forteresse patrimoniale, Hoṙomkla, se trouvait sous autorité ayyoûbide, ait, avec l’accord de Lewon, auquel l’approche de Frédéric Barberousse (comme, précédemment, le roi de Hongrie Béla III) faisait craindre pour son indépendance, informé Saladin – comme le soutient Bahâ al-Dîn, biographe de ce dernier –, de la progression et des difficultés de la croisade, de manière à se ménager une contre-assurance, particulièrement après le traité conclu entre l’empereur germanique et le sultan de Roûm, Kilidj Arslân II. Le jeu diplomatique aurait alors été beaucoup plus complexe ; mais cette question, qui n’est pas tranchée, mériterait un examen particulier, en particulier sur la chronologie de la correspondance.

Notes de fin

1 Nous reprenons ici plusieurs des conclusions d’Azat Bozoyan, formulées particulièrement dans son importante étude Documents relatifs aux négociations ecclésiastiques arméno-byzantines (1165-1178) (en arménien), Érévan 1995. Nous remercions par ailleurs Claude Mutafian pour la précieuse documentation latine qu’il nous a fournie.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540