Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Le voyage d’outre-mer à la fin du xve siècle : essai de définition de l’identité pèlerine occidentale à travers le récit de Nicole Le Huen

Béatrice Dansette

Texte intégral

  • 1 J. Richard, Les relations de pèlerinage au Moyen Âge et la motivation de leurs auteurs. Wallfahrt (...)
  • 2 Sur ce thème des Identités pèlerines, un colloque a été organisé à la Faculté des Lettres de Rouen (...)
  • 3 Notre travail s’appuie sur le récit incunable de Nicole Le Huen, édité à Lyon en 1488, soit un an (...)
  • 4 Par exemple l’incunable imprimé par Jean de La Tour, Peregrinationes civitatis sancte Jerusalemme (...)
  • 5 H. W. Davies, Bernhard von Breydenbach and his Journey to the Holy Land 1483-1484. A Bibliography, (...)
  • 6 L. Febvre, H.-J. Martin, L’apparition du livre, Paris 1971, p. 203 s.
  • 7 M. C. Gomez-Géraud, Le crépuseule du Grand Voyage, les récits des pèlerins à Jérusalem, 1458-1612, (...)
  • 8 F. Cardini a fait remarquer que le pèlerinage à Jérusalem ne devait pas être considéré comme l’ori (...)
  • 9 P. Racine. Une migration au temps des Croisades : les voyages de pèlerinage, Migrations et diaspor (...)
  • 10 P. Maraval, Pèlerinages chrétiens en Orient des origines au 7e siècle, Dictionnaire de Spiritualit (...)
  • 11 P. Alphandery, A. Dupront, La chrétienté et l’idée de croisade, Paris 1954-1959, rééd. avec une po (...)
  • 12 Le partage du monde, Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, dir. M. Balard, A. D (...)

1Durant les dernières décennies du xve siècle, les pèlerinages occidentaux à Jérusalem connaissent une grande vogue auprès de groupes sociaux très divers, parmi lesquels se trouvent de nombreux clercs. Leur étude prosopographique reste difficile, car rassembler suffisamment d’informations sur leurs motivations individuelles ou collectives1, n’est pas aisé. Ces motivations constituent le fond de l’identité pèlerine2, qu’il n’est pas question de définir ici de façon exhaustive : il s’agira seulement d’en cerner quelques aspects à travers la quête identitaire du frère carme Nicole Le Huen, qui accomplit son pèlerinage à Jérusalem en 1487, et en fit imprimer le récit à Lyon l’année suivante3. Les premiers incunables consacrés à la Terre sainte, comme le sien, sont souvent des ouvrages composites, mêlant au récit personnel des textes traditionnels et polémiques sur l’Orient, à la différence d’autres imprimés qui se présentent comme de simples guides spirituels4. Son texte paraît mériter quelques éclaircissements, car son intérêt est souvent passé sous silence, éclipsé par celui d’un contemporain célèbre, chanoine de la cathédrale de Mayence, Bernard de Breydenbach. La relation de pèlerinage de Le Huen n’est pas une simple traduction de l’ouvrage du pèlerin allemand, ainsi que l’avait souligné, au début du siècle dernier, le spécialiste des éditions de Breydenbach, Hugh Davies5, mais le texte de Breydenbach se trouve inséré dans le livre de Le Huen. Les premiers incunables consacrés aux récits occidentaux de pèlerinage en Terre sainte répondaient à la demande d’élites intellectuelles, représentant une assurance marchande pour les libraires et les imprimeurs6, et permettent aujourd’hui de saisir l’importance de l’imprimerie7 dans la vogue de ces migrations religieuses8 qui prolongeaient celles du temps de la colonisation latine9. Dans certains exemplaires, le passage du récit manuscrit à l’incunable aboutit à un ouvrage d’actualité, composé du récit d’un pèlerinage traditionnel aux Lieux saints10 et de textes polémiques incitant à la guerre contre les Turcs ottomans, relançant l’idée de croisade11. La progression des victoires turques a-t-elle renforcé chez certains Occidentaux un sentiment anti-islamique parce que profondément antiturc ? Les clercs occidentaux qui se sentent concernés par le recul de la chrétienté, ne cherchent-ils pas alors à s’engager dans un combat identitaire qui se ressourcerait dans le berceau du christianisme, alors que l’Occident est à la veille d’un nouveau Partage du Monde12 ?

2Des ouvrages imprimés comme celui de Nicole Le Huen traduisent en premier lieu, chez de nombreux clercs, leur quête spirituelle collective, mais également leur expérience religieuse personnelle qui peut s’apparenter à une quête identitaire.

NICOLE LE HUEN, UN PETIT EUVRE ET SON AUTEUR

  • 13 Davies, Bernhard von Breydenbach, cité supra n. 5, p. 19.
  • 14 Pour une analyse sommaire du récit de Nicole Le Huen, voir B. Dansette, Les pèlerinages occidentau (...)

3Hugh Davies, considérant que le texte de Nicole Le Huen n’était pas une simple traduction du récit du dominicain de Mayence Bernard de Breydenbach, écrivit : « It is no merely a translation, however, but an adaptation, Le Huen having used Breydenbach’s book as the groudwork of the narrative of his own journey, dates, names and essential particulars being altered. [...] As will be seen, the account of Le Huen’s own return journey is entirely new. » Et d’ajouter que les deux incunables de la BNF et de la bibliothèque Mazarine étaient incomplets13. Dans cette optique, en consultant les exemplaires de la BNF, en particulier le J 154, nous avons bien relevé les passages originaux qui le différencient du récit de Breydenbach14. Mais il est cependant évident que Nicole Le Huen reprend à son actif le plan du livre de Breydenbach pour composer le sien, y ajoute les textes sur la Terre sainte rassemblés par le pèlerin allemand et en présente la traduction. Les deux ouvrages sont donc très semblables, mais non pas les deux récits de pèlerinage à Jérusalem.

  • 15 L’exemplaire numérisé pour le site Gallica nous a permis une consultation aisée. Nous tenons à rem (...)
  • 16 R. Chartier. H.-J. Martin, Histoire de l’édition française. 1. Le livre conquérant. Paris 1989, p. (...)
  • 17 Ch. Deluz et moi-même préparons la transcription de cette relation de pèlerinage à partir de l’inc (...)
  • 18 Febvre - Martin, L’apparition du livre, cité supra n. 6, chapitre 5 (Du manuscrit au livre imprimé (...)
  • 19 Outre l’analyse de Hugh Davies déjà signalée, voir à ce sujet Pilon, Le Grand Voyage de Jérusalem, (...)
  • 20 Parmi l’importante bibliographie, citons en particulier, pour les débuts, C. Knowles, Jean de Vign (...)
  • 21 Chartier - Martin, Histoire de l’édition française, cité supra n. 16, p. 246.

4La première édition du livre de Nicole Le Huen est celle du 28 novembre 1488, faite à Lyon par Michel Topié et Jacques Heremberck, comme l’indique le colophon. Un exemplaire très complet de cet incunable, sur lequel nous avons travaillé, se trouve depuis 1953 à la bibliothèque de l’Université d’Uppsala et a été numérisé pour le site Gallica15. Comme tous les premiers incunables16, il ne porte pas de pagination mais seulement une lettre par cahier, complétée par des chiffres dont certains ont disparu, et à laquelle nous renvoyons s’il y a lieu. Nous n’avons pas consulté l’incunable de la bibliothèque Méjanne à Aix-en-Provence, indiqué dans le catalogue collectif de France. Un des problèmes des débuts de l’édition, dont témoignent les célèbres Pérégrinations de Bernard de Breydenbach17, est de retrouver le texte original de l’auteur, qui servit à composer les incunables. Nous savons que généralement l’auteur passait un contrat avec l’imprimeur et supervisait l’édition de son texte18, mais s’il vendait son manuscrit, l’imprimeur disposait alors du texte à sa guise. Après la mort probable de Le Huen autour des années 1500, on peut supposer que l’imprimeur Nicolas Hygman et le libraire de l’université de Paris, François Regnault, agirent de leur propre chef pour imprimer à Paris, en 1517 et 1522, deux éditions composées différemment de l’incunable édité en 1488 à Lyon, ville qui était à cette date un des plus grands centres de l’imprimerie en France et qui ne fut supplantée par Paris que dans les années 1500. Nicole Le Huen indique dans son édition de 1488 avoir traduit le récit du pèlerinage au Sinaï de Breydenbach parce qu’il n’a pu s’y rendre. Cette traduction accompagnait celle d’autres textes relatifs à la Terre sainte contenus dans le livre de Breydenbach, ce qui a sans doute créé quelque confusion entre les deux récits de pèlerinage. Quoi qu’il en soit, à la date de la seule édition incunable, la renommée des ateliers lyonnais, en relation avec l’Italie et les pays germaniques, poussa Nicole Le Huen à y éditer sa propre relation de voyage, à laquelle fut ajoutée une partie du livre de Bernard de Breydenbach que les imprimeurs allemands installés à Lyon, Michel Topié et Jacques Heremberck, devaient détenir. Hugh Davies a dressé la liste des textes ajoutés à la relation de pèlerinage du livre de Breydenbach. Ils sont repris par Le Huen qui les glose parfois, sans omettre de citer leurs auteurs, des autorités classiques comme Pierre Alphonse, Vincent de Beauvais, Guillaume de Tyr ou Pierre de Tolède, pour n’en citer que quelques-unes. Certains textes anonymes sont authentifiables, comme le siège de Rhodes de 1480 par Guillaume Caoursin, mais d’autres sont plus difficiles à classer, telle sa description très détaillée d’Alexandrie et de ses fondouks. Nicole Le Huen composa donc un ouvrage de traduction, très semblable à celui du doyen de Mayence, mais à partir du récit de son propre pèlerinage et en y apportant certaines modifications. En cela, il doit être plutôt considéré comme un remanieur de textes. Son petit euvre n’est donc pas un plagiat proprement dit du livre de Breydenbach19, mais s’inscrit dans la chaîne des traductions d’ouvrages relatifs à la Terre sainte qui s’est consolidée depuis le xive siècle20. En outre, le livre de Nicole Le Huen est connu des spécialistes pour être le seul incunable français à comporter des planches en taille-douce21 et la qualité des ces gravures atteste sans doute d’une œuvre de commande sur la Terre sainte, ce qui justifierait certains de ses propos. Que savons-nous de l’auteur et de son milieu ?

  • 22 M. Debae a établi ces précisions biographiques dans l’introduction du catalogue de l’exposition Eu (...)
  • 23 Ibid., p. xvi.

5Nicole Le Huen répond en partie dans sa dédicace : « Ma très honoree et souveraine princesse, j’ai ung petit euvre composé du pelerinaige très sainct et le plus meritoire de nostre foy catholique qui est de Jherusalem, lequel par la misericorde de nostre doulx Jhesux ceste annee passee ay accomply, des noblesses et lieux glorieux vous veulx avertir pour avoir en mémoire et souvenance de nostre Seigneur Jhesus, a cause que plusieurs seigneurs et dames sont curieux a demander de la region ou de la terre de promission. » C’est donc un clerc lié aux milieux de la cour de France, car la princesse évoquée dans ces lignes est la jeune Marguerite d’Autriche, qui avait été mariée à l’âge de trois ans au dauphin Charles, en juin 1483. La cour se tenait à Amboise, présidée par Pierre de Bourbon et Anne de Beaujeu, qui avaient choisi comme éducatrice attitrée de la reine-enfant, Marguerite de Segré. Nicole Le Huen semble bien connaître celle qui fut l’épouse de Jacques d’Epinay, grand maître de l’Hôtel, cette Madame de Segré22 qui l’a incité, nous dit-il, à dédier son livre à la jeune reine. Celle-ci, répudiée en 1491 par Charles VIII qui allait épouser Anne de Bretagne, quitta alors Amboise, soit trois ans après la dédicace que lui adresse le frère carme. Nicole Le Huen, qui a déjà un certain âge à cette date, nous dit aussi avoir été chapelain de la reine Charlotte, la femme de Louis XI. Était-il donc encore chapelain à la cour d’Amboise en 1488, au moment de la rédaction de son livre, ou simple prédicateur, orateur ? L’on connaît l’importance de la librairie de Marguerite d’Autriche, constituée dès le séjour de celle-ci en France, mais les différents inventaires qui en ont été dressés23 ne renferment pas, semble-t-il, le livre de Nicole Le Huen. Cependant, étant donné la formation de ce dernier et ses relations à la cour, il est probable qu’il lui a été facile de faire imprimer son récit à Lyon pour qu’il soit en bonne place dans la librairie d’Amboise, ce que la qualité des gravures laisse d’ailleurs supposer.

  • 24 Albert de Verceil, La Règle de l’Ordre de la bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel, texte latin (...)

6De quelles informations disposons-nous sur la vie de ce frère carme ? Tout d’abord il nous apprend que, né dans le diocèse de Lisieux, il devint par la suite maître en théologie et frère de l’ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel24, au couvent de Notre-Dame de Pont-Audemer, qu’il mentionne avec une certaine fierté. Mais quel fut son statut dans l’ordre religieux des Carmes ? A-t-il fait partie seulement de l’ordre séculier des Carmes, dont la règle venait d’être donnée par le réformateur de l’ordre, Jean Soreth ? Nous n’avons pas trouvé d’autre élément de réponse pour l’instant, mais certaines questions semblent se poser.

  • 25 B. Guillain souligne dans l’Histoire du Christianisme 7, dir. M. Venard, Paris 1990, p. 653, qu’il (...)
  • 26 Thomas Basin, Histoire de Charles VII. 2, 1445-1450, éd. et trad. Ch. Samaran, Paris 1965, p. 94-9 (...)
  • 27 H. Homont, Nomination d’un maître d’école au xve siècle, Bibliothèque de l’École des Chartes 1908, (...)
  • 28 Pilon, Le grand Voyage de Jérusalem, p. 6.

7En effet, étant donné les événements des années 1450, lorsque toute la Normandie se rallia à Charles VII, mettant fin à la souveraineté anglaise, le personnel clérical fut en partie renouvelé25, comme ce fut le cas de Thomas Basin, évêque de Lisieux, qui dut céder son épiscopat à Antoine Raguier26. Le Huen appartenait visiblement à ces clercs fidèles à la couronne de France, en particulier à Louis XI, puisqu’il fut le chapelain de la reine Charlotte, et à la cour d’Amboise. En 1480, Antoine Raguier, évêque de Lisieux fit nommer pour trois ans un certain Thomas le Doyen, maître ès arts de l’Université de Paris, pour diriger l’école de Pont-Audemer27, sise à l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre de Préaux. Y aurait-il une rivalité d’enseignement théologique entre deux couvents à Pont-Audemer, le couvent bénédictin et celui des Carmes, où enseigna Nicole Le Huen ? La réforme de l’Observance était-elle en cause ? Nos informations sur Nicole Le Huen sont insuffisantes, et il faudrait notamment mieux connaître son rôle à Pont-Audemer où il prêcha le carême à son retour de pèlerinage28, ainsi qu’à la cour d’Amboise. Si les indications sur sa vie restent maigres, Le Huen, en composant lui-même son livre, témoigne toutefois en premier lieu de la quête collective d’identité pèlerine hiérosolymitaine.

LES FACILITÉS DU PASSAGE ET LA QUÊTE D’UNE IDENTITÉ PÈLERINE COLLECTIVE

  • 29 A. Graboïs, Les pèlerins occidentaux en Terre sainte au Moyen Âge. Une minorité étrangère dans sa (...)
  • 30 M. M. Newett, Canon Pietro Casola’s Pilgrimage to Jerusalem in the Year 1494, Manchester 1907 ; J. (...)
  • 31 B. Doumerc, Venise et l’espace maritime occidental au quinzième siècle : une tentative de reconver (...)
  • 32 Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient, cité supra n. 10.
  • 33 J. Richard, Histoire des Croisades, Paris 1996, p. 409 en particulier.
  • 34 L. Wadding, Annales Minorum 7, 1323-1346, Quaracchi 1932, an. 1342, num. 18, p. 309-310 ; G. Golub (...)
  • 35 Ch. Deluz, Le « Liber de quibusdam ultramarinis partibus » de Guillaume de Boldensele (1336), éd. (...)
  • 36 Voir à ce sujet la thèse de M. C. Gomez-Géraud, Le crépuscule du Grand Voyage, Paris 1999.
  • 37 Sur la classification des migrations, voir en particulier W. Petersen, A General Typology of Migra (...)
  • 38 Incunable d’Uppsala, cahier a IIII.
  • 39 Une bibliographie exhaustive n’a pas sa place ici, mais il faut citer la traduction des deux récit (...)
  • 40 A. Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages, Paris 1987, p. 406 s.

8L’importance numérique des clercs parmi les pèlerins à Jérusalem, difficile à évaluer, est toutefois évidente à la lecture des récits du xve siècle. Si les pèlerins comme Nicole Le Huen sont depuis longtemps des minorités dans leur patrie spirituelle, pour reprendre une expression d’Aryeh Graboïs29, l’expérience vécue par des clercs du pèlerinage collectif à Jérusalem, qui s’exprime dans les premiers livres imprimés sur la Terre sainte, est le reflet de la fréquence des pèlerinages occidentaux dans la seconde moitié du xve siècle, et ce malgré les guerres et l’expansion ottomane. Depuis longtemps, les travaux des historiens30 ont mis en relief la régularité de convois annuels de galées à destination de la Terre sainte et en premier lieu à travers les archives de Venise31. Ce trafic perdurait et était suffisamment fructueux, tant pour les patrons de galées pèlerines que pour les Mameluks du Caire, détenteurs des lieux saints du christianisme comme de ceux de l’islam. L’importance des pèlerinages occidentaux en Terre sainte a oscillé dans la longue durée, depuis l’antiquité tardive, époque largement étudiée par Pierre Maraval32, jusqu’à la fin du Moyen Âge. Après la période notable des croisades33, ils connurent une interruption à partir de la chute des États latins d’Orient en 1291. Leur reprise s’est opérée de façon officielle par des accords diplomatiques entre la papauté et le sultanat du Caire dans les années 134034, et les flux de pèlerins sont devenus progressivement plus importants aux xive et xve siècles, ce dont témoignent de nombreux récits35. Cependant, à notre avis, il faut attendre les années 1450 pour les voir se renforcer de façon significative et devenir presque réguliers – quelques centaines de pèlerins par an, c’est-à-dire deux galées en convoi – avant que de connaître un nouveau déclin au xvie siècle36. Ce n’est guère que pour les années 1450-1500, d’après diverses sources, que l’on peut parler, nous semble-t-il, de migrations pèlerines, à l’instar des migrations religieuses d’aujourd’hui37, telles que les entendent les démographes lorsqu’il s’agit par exemple de Saint-Jacques-de-Compostelle, pèlerinage redevenu à la mode, ou bien de Lourdes. Ainsi, durant cette période de Préréforme, les pèlerins occidentaux qui se rendent à Jérusalem se trouvent-il confortés par l’aspect collectif du pèlerinage à Jérusalem, en particulier les religieux comme Nicole Le Huen qui ne manque pas de l’écrire dans son récit : « En la cité de Venise [...] la trouvasmes grande multitude de nobles parsonnaiges, seigneurs d’Esglise, entre les aultres Reverends pere en Dieu, Monseigneur l’evesque de Cambray, plusieurs chanoines de plusieurs royaulmes comme de France,Anvers, d’Angleterre, d’Espaigne, d’Alemaigne et Bourgoygne38. » Durant cette période, la quête pèlerine collective des clercs est notamment confirmée par l’un des plus intéressants d’entre eux, le dominicain Félix Fabri39. Les clercs participent donc de cette société pèlerine analysée par Alphonse Dupront40 et, à travers une dynamique de groupe, confortent leur identité.

  • 41 J. Richard, Les récits de voyages et de pèlerinages, Turnhout 1981 (Typologie des sources du Moyen (...)
  • 42 H. Jacomet, Le Voyage à Jérusalem de Gilles Mureau en 1483, Bulletin de la Société archéologique d (...)

9D’autres sources que les récits de voyage41 ou les archives vénitiennes soulignent également cette participation importante des clercs à des pèlerinages en Terre sainte, en particulier les registres des chapitres cathédraux. Ceux de Chartres ont été étudiés par Humbert Jacomet, qui a pu retracer, malgré l’absence de récits, les voyages outre-mer de plusieurs chanoines42. Un dépouillement systématique des chroniques et autres sources relatives au Proche-Orient permettrait sans doute de comptabiliser ces voyages accomplis par des clercs bénéficiant en général de revenus suffisants, comme ce fut le cas de Bernard de Breydenbach et de Nicole Le Huen.

  • 43 Les cycles économiques ont été étudiés notamment par G. Bois, La grande dépression médiévale : xiv(...)
  • 44 Voyages et voyageurs au Moyen Âge, xxvie Congrès de la SHMES, Limoges-Aubazine, mai 1995, Paris 19 (...)
  • 45 M. Sobernheim, E. Ashtor, Kā’it Bāy, E12, 4, p. 483.
  • 46 S. Labib, Kārimī, EP, 4, p. 666-670.
  • 47 Ibn Iyās (Journal d’un Bourgeois du Caire, trad. G. Wiet, Paris 1955-1960) note surtout le coût de (...)
  • 48 K. Grunenberg en particulier note l’attitude protectrice de Qā’it Bāy dans son récit de pèlerinage (...)
  • 49 Fra Francesco Suriano, Treatise on the Holy Land, trad. T. Bellorini, E. Hoade, Jérusalem 1949, p. (...)
  • 50 É. Vallet a étudié la correspondance entre deux nobles vénitiens, Ambrosio Malipiero et Zuan Alvis (...)
  • 51 Le Huen, Incunable d’Uppsala, cahier e.

10Des raisons d’ordre politique et économique peuvent aussi expliquer cette reprise des voyages à Jérusalem : la fin de la guerre franco-anglaise et le redémarrage de la croissance économique43 ont engendré la multiplication des voyages et des pèlerinages44 en cette fin de siècle. À cette situation générale s’ajoute celle de l’empire mameluk, dirigé par le sultan al-Malik al-Ašraf Qā’it Bāy (1468-1496)45, dont le règne, exceptionnel par sa durée et son efficacité, assura une certaine stabilité à son empire qui s’étendait de l’Égypte aux confins de l’Anatolie, et ce malgré des guerres fréquentes avec les Turcs ottomans ou leurs vassaux en Asie Mineure. Le sultan du Caire, maître du trafic des épices en provenance de la mer Rouge46, cultivait de bonnes relations avec les nations marchandes occidentales, en particulier Venise qui contrôlait l’essentiel du transport des pèlerins. L’intérêt financier des pèlerinages occidentaux, tant pour la Seigneurie que pour Le Caire, n’était donc pas négligeable, à condition que le nombre des pèlerins fût suffisant. Les chroniques arabes ne confirment guère que Qā’it Bāy ait établi des conditions de sécurité favorables aux voyageurs occidentaux47. En revanche, les récits occidentaux48 et les franciscains de Terre sainte, notamment le gardien du couvent du Mont Sion, Francesco Suriano49, soulignent souvent la protection du sultan envers les pèlerins, qui relevait sans doute d’un calcul à la fois politique et financier. Si la législation de Venise, ainsi que nous l’avons dit, confirme l’importance au xve siècle du transport des pèlerins vers Jérusalem, s’y ajoutent dans ce cas précis les correspondances des marchands vénitiens50 mentionnant les privilèges accordés par le sultan Qā’it Bāy aux Vénitiens pour protéger leurs activités au Proche-Orient, y compris le transport des pèlerins, et qui d’ailleurs renouvelaient souvent d’anciens privilèges. Comme de coutume, commerce et pèlerinages allaient de pair, ce que souligne Nicole Le Huen puisque, malgré les interdictions du Sénat de Venise, les galées des pèlerins étaient souvent utilisées à des fins commerciales, comme celles qui sont au départ de Jaffa le 21 août 1487 : « Mercredy, tout au long du jour les marchans n’avoient de séjour pour amasser leurs marchandises selon leurs guises51. » Le transport des pèlerins profitaient à l’évidence de façon régulière des réseaux marchands du Proche-Orient à cette époque.

11Le pèlerinage de Nicole Le Huen se déroula seulement à Jérusalem et dans les environs, comme la plupart des voyages collectifs d’outre-mer. Le frère carme nous fait savoir qu’il n’a pu se rendre à Sainte-Catherine et que pour cette raison il a utilisé, pour son livre sur la Terre sainte, le récit de Breydenbach. Parti de son couvent de Pont-Audemer, il se trouva dans un groupe qui s’était constitué au départ de Chartres, le 22 avril 1487, avec pour principal compagnon l’évêque de Cambrai, Henry de Berg. L’embarquement eut lieu à Venise, comme de coutume pour les pèlerinages collectifs, le 9 juin suivant. Son séjour en Terre sainte se déroula au mois d’août et dura treize jours seulement, sur un total de plus d’un an de voyage, ce qui était prévu dans le contrat signé avec Augustin Contarini, patron de sa galée. Le Huen fut donc un de ces pèlerins du xve siècle, qui appartenait au clergé d’élite côtoyant le clergé de masse dans la société pèlerine. Parti se ressourcer en Terre sainte, il nous laissa le témoignage écrit de sa quête identitaire personnelle.

NICOLE LE HUEN ET SA QUÊTE PÈLERINE IDENTITAIRE

  • 52 Nous nous permettons de signaler à ce sujet les recherches que nous avions faites sur la vie de l’ (...)
  • 53 Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient, p. 151 s.

12La première des motivations religieuses individuelles des pèlerins reste bien évidemment leur salut, comme l’écrit Nicole Le Huen lui-même : « Considérant qu’il estoit bon et a mon salut convenable tout delessé. » Mais il écrit aussi : « J’ay converty mon intention [...] au tesmongnaiges de Dieu et de ma saincte religion », c’est-à-dire qu’il manifestait également, pour reprendre une expression d’Humbert Jacomet, une volonté pédagogique de la Foi. En ce sens, le pèlerinage était une façon de répondre à sa vocation pastorale et de mieux en témoigner. Il commente son office de pasteur, comme étant une charge importable et grevable, et considère aussi son pèlerinage comme un outil pédagogique de la Foi, idée qui se trouve chez de nombreux clercs réformateurs52. À la recherche de leur seul salut personnel s’ajoute donc le désir d’assumer mieux la cure des âmes, en témoin des Lieux saints car, dit-il, « cler et evident que les choses veues plus fort nous esmeuvent ». Son livre se veut à la fois un témoignage personnel et un ouvrage de référence à des textes qui font autorité : « Derechief, a celle fin que ma risee (ainsi que on dit), soit utille non seulement a moy mais a tous loyaulx crestiens, et principallement aux nobles hommes clers et vertueux, ay labouré pour donner a congnoistre les choses necessaires, studieusement, vous en faisans certains en ceste cité de Lyon, par hommes venerables et tre ingenieux, Michel Topié du Mondenis en Piemont, et Jacques Hremberck d’Alemaine a esté imprimé, et les citez moult richement figurees. » Ces derniers propos soulignent bien la collaboration entre l’auteur et les imprimeurs. La pastorale du pèlerinage aux Lieux saints du christianisme, constitutive en particulier de l’identité des religieux, remontait à l’antiquité tardive, ainsi que l’a souligné Pierre Maraval53, mais se renforça durant les dernières décennies du xve siècle.

  • 54 J. Smet, Pre-Tridentine Reform in the Carmelite Order, Reformbemühungen und Observanzbestre-bungem (...)
  • 55 Albert Avogadro, dit Albert de Verceil, patriarche de Jérusalem, rédigea pour des ermites du Mont (...)
  • 56 Catholicisme. Hier, aujourd’hui, demain : Encyclopédie 6, Paris 1967, s.v. Jean Soreth, col. 568-5 (...)
  • 57 L’importante bibliographie concernant cette question ne peut être citée ici, mais rappelons seulem (...)

13Par ailleurs, les aspirations religieuses de certains clercs ont trouvé une réponse dans la réforme de l’Observance. Celle-ci concerna les Carmes54 comme tous les ordres religieux et ne fut pas sans lien avec la Terre sainte, car le respect de la règle primitive des Carmes, rédigée par Albert de Verceil, patriarche de Jérusalem au début du xiiie siècle, trouve son origine au mont Carmel55. Notre pèlerin s’explique sur ce retour aux sources : « La religion sacree a la mere de Dieu des carmes, ainsy intitulee en saincte Esglise a cause de la saincte montaigne de Carme estant en ladicte Terre saincte », et décrit longuement les premières traditions érémitiques qui ont été attachées à sa communauté. L’ordre du Carmel, comme les autres ordres, fut divisé par les problèmes de la stricte observance. Le Normand Jean Soreth, maître en théologie de l’Université de Paris, Prieur général en 1451 et un des pionniers de la Devotio Moderna, était considéré comme son deuxième fondateur56, car il réforma l’ordre. Le couvent normand de Pont-Audemer s’est-il rallié à l’Observance et à la Réforme poursuivie par Nicolas Audet après la mort de Jean Soreth en 1471 ? Nous n’en avons pas trouvé d’indice, mais il faut rappeler que le couvent des Carmes à Paris, place Maubert, n’était pas favorable à cette époque à la réforme de l’Observance, qui s’était diffusée dans les couvents normands. Quoi qu’il en soit, on peut se demander pour quelle raison un ancien chapelain de la reine de France, Charlotte de Savoie, qui évoluait dans les milieux de la cour à Amboise au moment de son pèlerinage à Jérusalem, se trouvait dans un couvent à Pont-Audemer comme professeur de théologie. Vu ses relations, faisait-il partie de ces clercs dévoués à la couronne de France, qui, durant la régence des Beaujeu, participèrent du mouvement de la Réforme de l’Église de France ? La communauté de Nicole Le Huen était-elle passée à l’Observance, étant donné l’action des réformateurs auprès des couvents du diocèse de Rouen et la situation à part, au sein des Carmes, des maîtres en théologie présents dans certains couvents pour propager l’Observance ? Si nous n’avançons que des suppositions dans le cas de Le Huen entre Observance et identité pèlerine, cette relation paraît vraisemblable, car elle caractérise les observants de la Terre sainte, les franciscains du Mont Sion57. Entreprendre a son âge fleuri un pèlerinage à Jérusalem fut pour Nicole Le Huen une quête sacrale en relation sans doute avec les mouvements de réforme de son ordre comme de l’Église, à une époque où les luttes qui accompagnèrent la réforme de l’Observance étaient vives dans les différents couvents.

  • 58 A. Ducellier, Chrétiens d’Orient et Islam au Moyen Âge, Paris 1996, p. 420.
  • 59 Voir à ce sujet Les traditions apocalyptiques au tournant de la chute de Constantinople, dir. B. L (...)
  • 60 A. Luttrell, The New Cambridge Medieval History, 7, éd. Ch. Allmand, Cambridge 1998, p. 809-811.
  • 61 Ducellier, Chrétiens d’Orient, cité supra n. 58, p. 448.
  • 62 Voir en particulier État et colonisation au Moyen Âge et à la Renaissance, dir. M. Balard, Lyon 19 (...)
  • 63 F. Duval, La traduction du Romuleon par Sébastien Mamerot, Paris 2001, p. 205.
  • 64 J. Paviot, La politique navale des Ducs de Bourgogne, 1384-1482, Lille 1995, p. 113-140.
  • 65 Incunable d’Uppsala, cahier m.

14Mais son voyage outre-mer fut aussi une enquête contemporaine et une prise de conscience des dangers que représentaient, à ses yeux, les conquêtes ottomanes pour la chrétienté. En effet, alors qu’en 1453 la chute de Constantinople, malgré sa portée symbolique, ne semble guère avoir inquiété toute une partie du monde chrétien58, l’expansion ottomane vers l’Adriatique et le Danube donne lieu à des interprétations apocalyptiques proches des textes byzantins qui considéraient les Turcs comme un peuple de la fin des Temps59. Des victoires comme celle d’Otrante, dont visiblement Nicole Le Huen a entendu la relation en passant par Naples à son retour de pèlerinage, relancent les polémiques contre l’islam. Aussi, comme l’a souligné Anthony Luttrell, l’idée de croisade, qui fut largement diffusée par les débuts de l’imprimerie60, malgré la naissance d’un nouveau courant de pensée en Occident issu de l’échec de l’Union et favorable à une entente avec les musulmans61, trouva-t-elle des échos favorables dans certains ouvrages. Si Nicole Le Huen a construit son livre autour du récit de son pèlerinage à Jérusalem, il y ajoute des textes traduits du livre de Bernard de Breydenbach, relatifs au temps de la colonisation latine62, aux croisades et à la prise de Constantinople par le Conquérant. Il y a là une sorte de ressourcement idéologique, qui accompagne le travail de toute une chaîne de traducteurs médiévaux, de préhumanistes, qui composèrent aux débuts de l’imprimerie des ouvrages de commande sur la Terre sainte en traduisant des textes polémiques médiévaux anciens, ceux de Pierre Alphonse ou de Barthélémy de Lucques, et des incitations à la croisade contre les Ottomans. Ainsi, Sébastien Mamerot, chapelain de Louis de Laval et traducteur du Romuléon63, compilation de l’Histoire romaine de Benvenuto Da Imola, fut l’auteur des célèbres Passages d’Oultre-Mer, ouvrage sur la Terre sainte où se mêlent, comme chez Nicole Le Huen, exhortations à accomplir le pèlerinage à Jérusalem et combat contre les Turcs. Dans cette même veine s’inscrivent, parmi beaucoup d’autres textes, les versions françaises de la Descriptio terre sancte et du Directorium ad passagium faciendum de Jean Miélot, copiste et traducteur au service de Philippe le Bon, dont on n’ignore pas les projets de croisade concernant la Terre sainte64. Le passage du récit manuscrit au texte imprimé permettait de rassembler des textes qui exprimaient les préoccupations des commanditaires et des auteurs. Le Huen cherche, comme d’autres traducteurs, à mobiliser les princes dans des projets de croisade et il écrit à propos du débarquement des troupes de Mehmet II en Pouille : « De la main des Turcs par mer et par terre, il y a de sang tant espandu [...] n’y a point de crainte de occire ces chiens [...] les nobles basiliques et esglises, le Turc a brulees et destruictes au ras de la terre [...] tout le host de la marine en Pouille a destruit le Turc65. » Cette fin de siècle, période de renouveau et de transition, incita de nombreux contemporains à rechercher leurs racines chrétiennes en Terre sainte, à dénoncer les menaces qui pesaient sur la chrétienté et à s’engager dans un combat identitaire.

  • 66 M. Carruthers, Le livre de la Mémoire : une étude de la mémoire dans la culture médiévale, Paris 2 (...)
  • 67 G. de Gouda, O.F.M., rédigea un de ces guides en 1437. Voir G. Golubovich, Peregrinationes Terrae (...)
  • 68 Voir sur cette approche N. Chareyron, Dire l’Islam : stratégies discursives dans quelques récits d (...)

15La deuxième partie du livre de Le Huen est consacrée à la traduction du pèlerinage à Sainte-Catherine du Sinaï de Bernard de Breydenbach, « duquel la substance est cy inseree », mais, ajoute-t-il, en y apportant « davantage quelque chose ». À la première lecture de ce livre on peut penser à une simple traduction car il est en effet construit selon le même plan et presque avec les mêmes textes – nous avons déjà souligné plus haut l’insertion du pèlerinage de Le Huen. Les ressemblances, fréquentes d’un texte à l’autre, s’expliquent aussi par le fait que ces relations de pèlerinage valaient comme art d’une mémoire sacrée et représentaient une métaphore du voyage dans l’au-delà, dont le parcours était immuable depuis les premiers siècles. En effet les descriptions relevaient de peintures mentales et leur importance avait été soulignée tout au long du Moyen Âge par de nombreux théologiens66. Nicole Le Huen procéda peut-être dans cet esprit en utilisant, comme tous les auteurs de son époque, des itinéraires souvent rédigés par les Frères mineurs67, et pour donner plus de poids à son récit de pèlerinage en Terre sainte, y ajouta la traduction partielle du récit déjà célèbre de Breydenbach, qui venait d’être édité en 1486. Il fit autant œuvre de traducteur en ajoutant la translation du latin en français du voyage de Breydenbach au Sinaï, que d’enquêteur68 en ajoutant des informations et des appréciations personnelles sur les Lieux saints. Sans doute, et ce n’est là qu’une hypothèse, lors de son voyage de retour par Naples et Rome, Le Huen, en passant par Lyon pour faire imprimer son récit, a-t-il jugé préférable avec ses imprimeurs de le compléter, étant donné la destinataire royale, par une référence au livre d’un auteur en vogue, Bernard de Breydenbach.

16Le Huen composa un ouvrage qui témoigne de sa propre identité, car il s’est rendu à Jérusalem pour des motifs personnels et pastoraux, et de sa quête pèlerine qui lui fit dépasser les horizons de sa Normandie natale ! Le passage de la relation de pèlerinage manuscrite à un récit imprimé avant 1500, l’incunable, révèle souvent un problème d’authenticité du récit personnel du voyageur en Terre sainte, qui ne constitue qu’un des éléments de l’ouvrage. Notre auteur, quant à lui, a vraiment exprimé ses conceptions personnelles dans son livre, mais également celles des élites religieuses préoccupées de préserver les Lieux saints chrétiens et de mobiliser la conscience des princes et des souverains contre les Ottomans. Bien des questions peuvent se poser. Les uns et les autres faisaient-ils une différence entre les dirigeants turcs qui ne cessaient de guerroyer entre eux, en l’occurrence entre les Mameluks du Caire, détenteurs des Lieux saints chrétiens, et les Ottomans ? Avaient-ils pris conscience de la fragilité de l’empire mameluk face aux Turcs ottomans ? Certains textes nous interrogent et les réponses ne sont pas très satisfaisantes sur ce point. Cependant ces voyageurs occidentaux, en partance pour la Terre sainte au moment où l’Europe découvrait de nouveaux mondes, ne renonçaient pas aux mondes anciens, et leurs récits manuscrits ou imprimés portent le témoignage de leur identité pèlerine. Le livre de Nicole Le Huen souligne, comme d’autres incunables, qu’à la fin du Moyen Âge perdurent les caractères traditionnels du pèlerinage à Jérusalem et l’importance numérique des migrations pèlerines. Le pèlerin hiérosolymitain, en publiant un livre sur la Terre sainte, retrace une expérience individuelle, conscient des bouleversements de son époque, tant au Proche-Orient qu’en Europe. Était-ce la préparation à une vision élargie du monde et à l’avènement d’une Renaissance qui marqua un retour à des sources de l’antiquité chrétienne par l’archéologie et les textes ? Les pèlerins occidentaux furent, en ce sens, et en utilisant l’imprimerie, des hommes de leur temps.

Notes

1 J. Richard, Les relations de pèlerinage au Moyen Âge et la motivation de leurs auteurs. Wallfahrt kennt keine Grenzen, Munich 1984, p. 143-153.

2 Sur ce thème des Identités pèlerines, un colloque a été organisé à la Faculté des Lettres de Rouen en mai 2002. Actes à paraître prochainement, sous la direction et avec une introduction de C. Vincent.

3 Notre travail s’appuie sur le récit incunable de Nicole Le Huen, édité à Lyon en 1488, soit un an après son pèlerinage. Outre les exemplaires de la BNF, nous avons consulté l’incunable numérisé pour le site Gallica de la BNF et conservé à la Bibliothèque d’Uppsala, sous la cote Ink. 35b : 426. Nous reviendrons plus avant sur les imprimés postérieurs à 1500 que nous avons également consultés. Il faut signaler la transcription de l’édition de François Regnault (Paris 1517) par M. F. Pilon, Le grand voyage de Jérusalem, par Nicole Le Huen, mémoire de maîtrise sous la direction de B. Chevalier, Université François Rabelais, Tours 1977.

4 Par exemple l’incunable imprimé par Jean de La Tour, Peregrinationes civitatis sancte Jerusalemme cum peregrinationibus totius urbis Rome, Angers 1493.

5 H. W. Davies, Bernhard von Breydenbach and his Journey to the Holy Land 1483-1484. A Bibliography, Londres 1911, rééd. 1968.

6 L. Febvre, H.-J. Martin, L’apparition du livre, Paris 1971, p. 203 s.

7 M. C. Gomez-Géraud, Le crépuseule du Grand Voyage, les récits des pèlerins à Jérusalem, 1458-1612, Paris 1999, p. 23.

8 F. Cardini a fait remarquer que le pèlerinage à Jérusalem ne devait pas être considéré comme l’origine du tourisme moderne. Nel nome di Dio facemme vela. Viaggio in Oriente di un pellegrino medievale, éd. G. Bartolini, F. Cardini, Rome 1991, p. 7.

9 P. Racine. Une migration au temps des Croisades : les voyages de pèlerinage, Migrations et diasporas méditerranéennes, éd. M. Balard, A. Ducellier, Paris 2002 (Byzantina Sorbonensia 19), p. 459-473.

10 P. Maraval, Pèlerinages chrétiens en Orient des origines au 7e siècle, Dictionnaire de Spiritualité, fasc. 78-79, Paris 1984, p. 901-909 ; Id., Lieux saints et pèlerinages d’Orient, Histoire et géographie des origines à la conquête arabe, Paris 1985.

11 P. Alphandery, A. Dupront, La chrétienté et l’idée de croisade, Paris 1954-1959, rééd. avec une postface de M. Balard, Paris 1995.

12 Le partage du monde, Échanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale, dir. M. Balard, A. Ducellier, Paris 1998 (Byzantina Sorbonensia 17).

13 Davies, Bernhard von Breydenbach, cité supra n. 5, p. 19.

14 Pour une analyse sommaire du récit de Nicole Le Huen, voir B. Dansette, Les pèlerinages occidentaux en Terre sainte : une pratique de la « dévotion moderne » à la fin du Moyen Âge ? Relation inédite d’un pèlerinage effectué en 1486, Archivum Franciscanum Historicum, a. 72, Grottaferrata 1979, p. 106-134, p. 330-428.

15 L’exemplaire numérisé pour le site Gallica nous a permis une consultation aisée. Nous tenons à remercier Gillette Labory de l’IRHT pour nous avoir mise en relation avec Agneta Sylwan qui nous a traduit du suédois en français la note de l’incunable datée de 1902, ainsi qu’avec Harriet Wallman, conservateur à la bibliothèque universitaire d’Uppsala, qui nous a fourni très obligeamment tous les renseignements nécessaires à notre étude, ce dont nous la remercions également ici.

16 R. Chartier. H.-J. Martin, Histoire de l’édition française. 1. Le livre conquérant. Paris 1989, p. 237.

17 Ch. Deluz et moi-même préparons la transcription de cette relation de pèlerinage à partir de l’incunable de 1486, imprimé à Mayence et dont un exemplaire est conservé à la Bibliothèque de Grenoble.

18 Febvre - Martin, L’apparition du livre, cité supra n. 6, chapitre 5 (Du manuscrit au livre imprimé).

19 Outre l’analyse de Hugh Davies déjà signalée, voir à ce sujet Pilon, Le Grand Voyage de Jérusalem, cité supra n. 3, p. 25.

20 Parmi l’importante bibliographie, citons en particulier, pour les débuts, C. Knowles, Jean de Vignay un traducteur du xive siècle, Romania 75. 1954, p. 352-383.

21 Chartier - Martin, Histoire de l’édition française, cité supra n. 16, p. 246.

22 M. Debae a établi ces précisions biographiques dans l’introduction du catalogue de l’exposition Europalia 87 Österreich, consacrée à la librairie de Marguerite d’Autriche, qui s’est tenue à Bruxelles en 1987, à la Bibliothèque Royale Albert 1er (La librairie de Marguerite d’Autriche, dir. M. Debae, Bruxelles 1987).

23 Ibid., p. xvi.

24 Albert de Verceil, La Règle de l’Ordre de la bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel, texte latin de 1247 d’après le registre de Archives vaticanes, version française, index et notes par le P. M. Battmann, Paris 1982.

25 B. Guillain souligne dans l’Histoire du Christianisme 7, dir. M. Venard, Paris 1990, p. 653, qu’il convient d’étudier région par région, époque par époque les conséquences de la guerre franco-anglaise : le couvent de Pont-Audemer et sa région nous semblent devoir être analysés dans cette optique, car l’on ne peut identifier ce couvent des Carmes avec l’abbaye de Préaux à Pont-Audemer, dont l’abbé commendataire fut Antoine Raguier, évêque de Lisieux et successeur à cette fonction de Thomas Basin : voir Denis de Sainte-Marthe, Gallia Christiana 11, éd. P. Piolin, Paris 1874, col. 797-798.

26 Thomas Basin, Histoire de Charles VII. 2, 1445-1450, éd. et trad. Ch. Samaran, Paris 1965, p. 94-95 ; B. Guenée, Entre l’Église et l’État, quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris 1987. p. 404-408.

27 H. Homont, Nomination d’un maître d’école au xve siècle, Bibliothèque de l’École des Chartes 1908, p. 741-742.

28 Pilon, Le grand Voyage de Jérusalem, p. 6.

29 A. Graboïs, Les pèlerins occidentaux en Terre sainte au Moyen Âge. Une minorité étrangère dans sa patrie spirituelle, Studi Medievali 30, 1989 ; Id. Le pèlerin occidental en Terre sainte au Moyen Âge, Paris 1998.

30 M. M. Newett, Canon Pietro Casola’s Pilgrimage to Jerusalem in the Year 1494, Manchester 1907 ; J. Sottas, Les messageries maritimes de Venise aux xive et xve siècles, Paris 1938.

31 B. Doumerc, Venise et l’espace maritime occidental au quinzième siècle : une tentative de reconversion commerciale, Thèse d’État, Toulouse 1989 ; D. Stöckly, Le système de l’incanto des galées du marché à Venise (fin xiiie-milieu du xve siècle), Leyde 1995 (The medieval Mediterranean 5), p. 185 en particulier.

32 Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient, cité supra n. 10.

33 J. Richard, Histoire des Croisades, Paris 1996, p. 409 en particulier.

34 L. Wadding, Annales Minorum 7, 1323-1346, Quaracchi 1932, an. 1342, num. 18, p. 309-310 ; G. Golubovich, I Frati Minori nel possesso dei luoghi santi di Gerusalemme e Bethlemme, Quaracchi 1923 (Biblioteca Bio-Bibliografica della Terra santa 4).

35 Ch. Deluz, Le « Liber de quibusdam ultramarinis partibus » de Guillaume de Boldensele (1336), éd. critique. Thèse de 3e cycle, Paris 1972 ; Ead., trad., Traité de l’état de la Terre sainte, de Guillaume de Boldensele, Croisades et Pèlerinages, récits, chroniques et voyages en Terre sainte xii-xvie siècle, dir. D. Régnier-Bohler, Paris 1997, p. 997-1028, et les autres récits traduits dans ce recueil.

36 Voir à ce sujet la thèse de M. C. Gomez-Géraud, Le crépuscule du Grand Voyage, Paris 1999.

37 Sur la classification des migrations, voir en particulier W. Petersen, A General Typology of Migration, Readings in the Sociology of Migration, éd. C. Jansen, Oxford 1970, p. 49-68.

38 Incunable d’Uppsala, cahier a IIII.

39 Une bibliographie exhaustive n’a pas sa place ici, mais il faut citer la traduction des deux récits de pèlerinage de Félix Fabri, Les errances de Frère Félix, pèlerin en Terre sainte, en Arabie et en Égypte (1480-1483), texte latin, traduction, introduction et notes sous la dir. de J. Meyers, N. Chareyron, 2 vol. , Montpellier 2000-2002.

40 A. Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages, Paris 1987, p. 406 s.

41 J. Richard, Les récits de voyages et de pèlerinages, Turnhout 1981 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental 38).

42 H. Jacomet, Le Voyage à Jérusalem de Gilles Mureau en 1483, Bulletin de la Société archéologique d’Eure-et-Loir 50, 1996.

43 Les cycles économiques ont été étudiés notamment par G. Bois, La grande dépression médiévale : xive et xve siècles, le précédent d’une crise systémique, Paris 2000.

44 Voyages et voyageurs au Moyen Âge, xxvie Congrès de la SHMES, Limoges-Aubazine, mai 1995, Paris 1996 ; Récits de pèlerinage et récits de voyage à travers les siècles, éd. D. Buschinger, Amiens 2002 (Médiévales 21).

45 M. Sobernheim, E. Ashtor, Kā’it Bāy, E12, 4, p. 483.

46 S. Labib, Kārimī, EP, 4, p. 666-670.

47 Ibn Iyās (Journal d’un Bourgeois du Caire, trad. G. Wiet, Paris 1955-1960) note surtout le coût des guerres conduites par le sultan contre les Ottomans. En revanche Muǧir al-Dīn, dans son Histoire de Jérusalem et d’Hébron, souligne que le sultan confirma des décrets mameluks anciens favorables aux Frères mineurs du Mont Sion de Jérusalem, qui avaient la charge des pèlerins de Terre sainte. Ceci ne figure pas dans la traduction partielle de cette chronique par H. Sauvaire (Histoire de Jérusalem et d’Hébron depuis Abraham jusqu’à la fin du xve siècle de J.C, Paris 1876), mais est analysé par D. P. Little, Relations between Jerusalem and Egypt during the Mamluk Period according to Literary and Documentary Sources, Egypt and Palestine : a Millennium of Association (868-1948), éd. A. Cohen, G. Baer, Jérusalem-New York 1984, p. 76 (= History and Historiography of the Mamlûks, Londres 1986, XV).

48 K. Grunenberg en particulier note l’attitude protectrice de Qā’it Bāy dans son récit de pèlerinage. De Pelgrimstocht van ridder Gruenemberg naar het Heilige Land in 1486, d’après l’édition de Goldfriedrich et Fraenzel, trad. A. C. J. de Vrankrijker, Amsterdam s. d., p. 73.

49 Fra Francesco Suriano, Treatise on the Holy Land, trad. T. Bellorini, E. Hoade, Jérusalem 1949, p. 127.

50 É. Vallet a étudié la correspondance entre deux nobles vénitiens, Ambrosio Malipiero et Zuan Alvise Morosini, tous deux marchands en Syrie vers les années 1480. Ces lettres, conservées à l’Archivio di Stato di Venezia, témoignent en particulier du rôle notable de la famille Contarmi, notamment d’Augustin Contarini, patron d’une des deux galées qui assuraient annuellement le transport des pèlerins. É. Vallet, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du xve siècle, Paris 1999, notamment p. 33-46.

51 Le Huen, Incunable d’Uppsala, cahier e.

52 Nous nous permettons de signaler à ce sujet les recherches que nous avions faites sur la vie de l’évêque de Saintes, Louis de Rochechouart, dans Croisades et Pèlerinages, cité supra n. 35, p. 1124-1128.

53 Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient, p. 151 s.

54 J. Smet, Pre-Tridentine Reform in the Carmelite Order, Reformbemühungen und Observanzbestre-bungem im spätmittelalterlichen Ordenswesen, dir. K. Elm, Berlin 1989, p. 293-323.

55 Albert Avogadro, dit Albert de Verceil, patriarche de Jérusalem, rédigea pour des ermites du Mont Carmel dans le royaume de Jérusalem une règle entre 1205 et 1214, dates de son épiscopat. Voir Dictionnaire historique des Ordres religieux, dir. A. Gerhards, Paris 1998, col. 125-128.

56 Catholicisme. Hier, aujourd’hui, demain : Encyclopédie 6, Paris 1967, s.v. Jean Soreth, col. 568-578 ; Smet, Pre-Tridentine Reform, cité supra n. 54, p. 298-307.

57 L’importante bibliographie concernant cette question ne peut être citée ici, mais rappelons seulement R. Manselli, L’osservanza francescana : dinamica della sua formazione e fenomenologia, Reformbemühungen, cité supra n. 54, p. 173-187.

58 A. Ducellier, Chrétiens d’Orient et Islam au Moyen Âge, Paris 1996, p. 420.

59 Voir à ce sujet Les traditions apocalyptiques au tournant de la chute de Constantinople, dir. B. Lellouch, S. Yerasimos, Paris 1999.

60 A. Luttrell, The New Cambridge Medieval History, 7, éd. Ch. Allmand, Cambridge 1998, p. 809-811.

61 Ducellier, Chrétiens d’Orient, cité supra n. 58, p. 448.

62 Voir en particulier État et colonisation au Moyen Âge et à la Renaissance, dir. M. Balard, Lyon 1989.

63 F. Duval, La traduction du Romuleon par Sébastien Mamerot, Paris 2001, p. 205.

64 J. Paviot, La politique navale des Ducs de Bourgogne, 1384-1482, Lille 1995, p. 113-140.

65 Incunable d’Uppsala, cahier m.

66 M. Carruthers, Le livre de la Mémoire : une étude de la mémoire dans la culture médiévale, Paris 2002, p. 333-373.

67 G. de Gouda, O.F.M., rédigea un de ces guides en 1437. Voir G. Golubovich, Peregrinationes Terrae Sanctae, Quaracchi 1927 (Biblioleca Bio-Bibliografica della Terra santa 5), p. 368.

68 Voir sur cette approche N. Chareyron, Dire l’Islam : stratégies discursives dans quelques récits de voyageurs des xive et xve siècles, Paroles sur l’Islam dans l’Occident médiéval. Actes du colloque du 9 mars 2001, Lyon 2002, p. 89-102.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540