Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Du nouveau sur Emmanuel Piloti et son témoignage à la lumière de documents d’archives occidentaux

Damien Coulon

Texte intégral

  • 1 L’Égypte et la Syrie sont dominées par les Mamelouks, ces esclaves militaires étrangers, entre 125 (...)
  • 2 Selon P. H. Dopp, qui a édité le Traité de Piloti et étudié en détail sa biographie, « ce total de (...)
  • 3 Pour plus de détails sur la présentation de l’œuvre d’Emmanuel Piloti, voir l’introduction à ce Tr (...)

1Le Traité sur le passage en Terre sainte d’Emmanuel Piloti constitue une source de première main, particulièrement riche et originale, de l’histoire du commerce du Levant et de l’Égypte mamelouke1. Il est en effet bien connu que son auteur, un Crétois d’origine vénitienne né vers 1371, avait résidé plus de vingt années en Égypte, où ses affaires commerciales l’avaient attiré très tôt2. Il posséda en particulier un magasin dans l’enceinte de la douane d’Alexandrie et fut même un temps responsable d’un funduq contigu à sa boutique. Le développement de ses opérations l’amena en outre à résider tantôt à Alexandrie, principal point d’accès aux fameuses épices pour les Européens, tantôt au Caire, capitale de l’État mamelouk et pôle de première importance sur l’axe de grand commerce qui reliait les côtes de l’Inde à celles de l’Europe occidentale. Sa présence au Caire lui permit ainsi d’être reçu par le sultan Farağ, qui lui confia même une mission diplomatique auprès du duc de Naxos en 1408, selon ses dires3.

2Son ouvrage, qui avait en fait pour but d’inciter les puissances occidentales chrétiennes à entreprendre une nouvelle croisade et à s’emparer de l’Égypte, le conduisit ainsi à décrire en détail les activités marchandes qui animaient ce pays, de même que le contrôle fiscal et administratif exercé par les autorités mameloukes. Peu d’autres Européens pouvaient en effet se prétendre aussi bien placés que lui pour fournir autant de renseignements et citer des anecdotes aussi révélatrices de ces réalités.

  • 4 L’historien du Levant E. Ashtor s’en était notamment déjà bien rendu compte ; cf. E. Ashtor, Levan (...)
  • 5 Dont on trouvera une réédition récente due à Chr. Deluz : Jean de Mandeville, Le livre des merveil (...)
  • 6 Relatant les « méfaits de corsaires catalans », il les situe « environ l’an MCCCC et viii » et « d (...)
  • 7 Ibid., p. xix.
  • 8 Il se décompose grossièrement en trois parties : la première est consacrée à la description de l’É (...)

3Pourtant, en dépit de toutes ces qualités, les informations rapportées par Emmanuel Piloti sont très souvent mal datées4, de sorte qu’il est bien difficile de les confronter à d’autres sources ou d’en dégager une chronologie précise. S’il est hors de question de remettre en doute son séjour en Égypte, comme dans le cas des fabuleux voyages de Jean de Mandeville5, il est cependant évident que notre auteur n’a pris aucune note sur le vif, au moment des événements, et n’a entrepris la rédaction de son Traité qu’en 1420 ; il a ainsi souvent bien du mal à retrouver la date d’événements survenus au début du siècle6. De surcroît, cette rédaction s’étale sur près de vingt années, puisqu’il relate encore le décès du sultan Barsbāy en 14387, mais le Traité ne suit aucune trame chronologique, ce qui achève de brouiller les éventuels points de repères8.

4Toutefois, comme Emmanuel Piloti fait fréquemment allusion aux démêlés des Mamelouks avec les corsaires occidentaux, certains documents des archives de Barcelone et de Venise font écho à son témoignage et permettent de le dater avec davantage de précision. En effet, ces sources émanent pour la plupart de la chancellerie royale aragonaise ou des autorités vénitiennes, qui tentaient de faire face aux conséquences entraînées par ces agressions ; ces documents officiels sont donc dûment datés et complètent ainsi les informations déjà fournies, tout en confirmant bien leur véracité. On notera au passage que la plupart des chroniques arabes, qui révèlent aussi un grand nombre d’attaques de corsaires occidentaux, permettent mal de vérifier les dires de Piloti, puisque dans la plupart des cas leurs auteurs n’identifient pas précisément les agresseurs, toujours désignés par le terme générique d’Ifranğ, c’est-à-dire de Francs, donc de chrétiens occidentaux. Il est ainsi bien difficile de faire coïncider les violences relatées dans ces sources avec le récit mal daté d’Emmanuel Piloti.

5La présente étude a donc pour but de reprendre le fil des événements rapportés à la fois par notre auteur et dans certains documents catalans et vénitiens, afin d’en rétablir l’exacte chronologie lorsqu’il y a lieu, ce qui permettra également, comme on le verra, de remettre en cause d’importants éléments de la carrière d’Emmanuel Piloti.

TROIS ÉPISODES DE PIRATERIE MAL DATÉS

  • 9 Le sultan ottoman Beyazid Ier y écrasa sur les bords du Danube les troupes chrétiennes coalisées.
  • 10 Il affirme même avoir conversé avec eux ; cf. Traité d’Emmanuel Piloti, p. xix, 218 et 229 ; il se (...)

6Le début de son séjour en Égypte doit probablement remonter aux environs de 1396-1397 ; Piloti vit en effet au Caire deux cents captifs français et italiens faits prisonniers lors de la bataille de Nicopolis le 25 septembre 13969, puis offerts par un émir turc au sultan mamelouk Barqūq10. Il s’agit en tout cas du plus ancien élément qui puisse être daté avec une relative précision au cours de son séjour personnel en Égypte.

7Toutefois, dès qu’il aborde les faits de course et de piraterie, les dates deviennent plus incertaines, comme le montrent les trois épisodes qui vont suivre.

  • 11 Ibid., p. 201-202 ; Piloti donne une version francisée du nom du pirate basque : Pierre de Laranda

8Pour expliquer sa mission diplomatique auprès du duc de Naxos, Piloti relate en effet qu’un pirate basque, Pedro de Larraondo, s’était emparé au large de Chypre d’un navire d’Alexandrie regagnant ce port depuis celui d’Antalya sur la côte turque. Non seulement les marchandises avaient été saisies, mais ses occupants, au nombre de cent cinquante, avaient également été vendus au duc de Naxos régnant sur les Cyclades, Jacopo Crispo. Afin de les racheter, le sultan Farağ finit par dépêcher Emmanuel Piloti ainsi qu’un émissaire égyptien auprès du duc en 1408. Quant à cette agression, elle se serait produite bien avant, « environ l’an MCCCC et ii »11.

  • 12 Une lettre du consul des Vénitiens à Alexandrie, Biaggio Delfino, annonçait le 27 septembre 1409 q (...)

9Or, plusieurs courriers officiels vénitiens déjà publiés incitent à penser que cette attaque se produisit sans doute plus tard et que la mission de Piloti eut lieu assurément au cours de l’hiver 1409-141012.

10Notre auteur signale ensuite un nouvel incident du même type, « environ l’an MCCCC et viii » : une nef appartenant à des Catalans devait cette année transporter d’Alexandrie à Tunis des commerçants maghrébins et leurs marchandises, selon les formes habituelles d’un contrat de nolis ; cependant, au lieu de se rendre comme promis à Tunis, les marins firent voile vers la Catalogne où ils vendirent les biens de leurs passagers pour leur propre compte, puis les marchands maghrébins eux-mêmes comme esclaves ! Sous la pression des familles des victimes, le sultan Faraǧ convoqua donc le consul des Catalans, mais ne donna pas suite à l’affaire car les captifs n’étaient pas ses sujets, comme l’avait fait remarquer le consul pour se défendre.

  • 13 Traité d’Emmanuel Piloti, p. 229-232.

11Mais sur ces entrefaites, Farağ mourut à Damas et son successeur indirect al-Mu’ayyad Šayḫ donna un tout autre épilogue à l’affaire : il exigea que les marchands catalans payent 30 000 ducats pour racheter et dédommager les victimes, somme qui devait être versée par les Catalans qui se trouvaient à Alexandrie et à Damas. En outre, lorsque le nouveau sultan apprit que le consul avait conseillé à ses compatriotes de Syrie de fuir pour échapper à cette exigence, il le fit bastonner si violemment que celui-ci dut ensuite être soigné pendant six mois, tandis qu’un marchand qui l’accompagnait se convertit à l’islam pour mettre fin à son châtiment, toujours selon le témoignage de Piloti. À la suite de cet incident, les Catalans quittèrent le pays et le consul demeura seul dans leur funduq, sans autorisation de quitter le port d’Alexandrie13.

  • 14 ACA, CR, Reg. 2365, fol. 173v-174r, document du 23 juillet 1413.

12Or, une lettre adressée en juillet 1413 par le roi d’Aragon Ferdinand Ier à ses officiers confirme bien ces événements, tout en apportant quelques précisions et nuances. Elle révèle ainsi que le navire – une galée – était en fait commandé par un patron de Valence, port dans lequel il s’était rendu avec ses passagers, non pas en 1408, mais en septembre 1412. Le sort qui leur fut réservé n’y est guère évoqué, mais le document précise qu’effectivement la location du navire avait bien été payée pour une somme de 250 ducats d’or et surtout que le bâtiment devait en réalité conduire un ambassadeur du sultan mamelouk auprès du souverain de Tunis, en compagnie de marchands maghrébins. Pour cette raison, et à la suite de plaintes de l’ambassadeur, les Catalans présents à Alexandrie avaient déjà dû verser une indemnité de 450 talents d’or ; c’est pourquoi le roi ordonna à ses officiers de Valence de mener une enquête destinée à vérifier tous ces faits et à déterminer de justes dédommagements14.

  • 15 Cf. Traité d’Emmanuel Piloti, p. 230 ; P. H. Dopp avait bien relevé cette erreur ; cf. ibid. note (...)
  • 16 Cf. Ashtor, Levant Trade, cité supra n. 4, p. 223 (n. 139-140). Concernant ce combat naval, voir L (...)
  • 17 La date indiquée dans la lettre de Ferdinand Ier implique cependant que Farag n’avait pu convoquer (...)

13Les divergences parfois importantes entre les deux versions s’expliquent pour partie par le fait que chaque souverain chercha manifestement à présenter ses sujets ou coreligionnaires en victimes, pour obtenir de substantielles réparations d’un côté et les limiter de l’autre – le texte de Piloti reflétant le point de vue du sultan. La différence de dates, quant à elle, est en revanche clairement imputable aux difficultés d’Emmanuel Piloti à se remémorer ces événements bien des années plus tard. L’erreur supplémentaire qu’il commet, en plaçant le décès du sultan Faraǧ en 1411 et non en mai 1412, confirme bien cette déduction15. De même, si la somme de 30 000 ducats évoquée par Piloti n’est pas mentionnée dans la lettre du roi, c’est qu’il confond là encore les conséquences de cet épisode avec celles d’un important combat naval antérieur qui avait opposé Génois et Catalans à Alexandrie en 1411 ; les deux nations s’étaient alors vu imposer cette amende par le sultan à cette occasion16. Mais on notera pour finir que la version de Piloti, évoquant la succession de Farağet la sanction infligée après coup par al-Mu’ayyad Šayḫ, concorde bien sur le plan chronologique avec la missive de Ferdinand Ier qui nous informe du retour du navire à Valence en septembre 1412, soit effectivement deux mois avant la prise du pouvoir par al-Mu’ayyad Šayḫ17.

  • 18 On ne sait comment interpréter cette expression, sans doute volontairement laissée dans le vague p (...)

14Un troisième et dernier épisode de course, qui fait suite au précédent dans le récit d’Emmanuel Piloti, permet encore de confronter son témoignage à celui d’archives officielles. Il y expose en effet que « depuis environ trois ans18 », trois nefs catalanes accostèrent à Alexandrie avec à leur bord trois ambassadeurs déclarant vouloir faire la paix avec le sultan et de nombreux commerçants venus acheter des épices. Les opérations se déroulèrent comme annoncé pendant une quinzaine de jours au cours desquels, cependant, le consul avait pu s’échapper de son funduq et rejoindre les navires. Mais un matin, alors que certains Catalans déchargeaient leurs marchandises à la douane, en fait dans un but de diversion, de nombreux autres, armés de leurs épées, dévastèrent cet établissement, blessant un grand nombre d’Égyptiens et enlevant les plus jeunes d’entre eux. Ils s’emparèrent également d’un navire turc, tandis que la plupart des habitants de la ville s’enfuyaient. Après quoi, les bâtiments firent voile vers Rhodes où ils vendirent une partie des biens spoliés à Alexandrie.

  • 19 Traité d’Emmanuel Piloti, p. 232-236.

15En représailles, le sultan al-Mu’ayyad Šayḫ ordonna de confisquer toutes les marchandises en provenance de Catalogne, puisqu’il ne pouvait plus se retourner contre les commerçants qui avaient fui, ni contre leur consul. Mais la pression exercée en retour par les corsaires catalans l’obligea finalement à accepter que des articles et même des navires catalans parviennent à Alexandrie où ils furent finalement bien accueillis. En conclusion Emmanuel Piloti présente ainsi les Catalans comme des modèles de résistance à suivre dans sa perspective de croisade contre l’Égypte19.

  • 20 J’en ai déjà donné une présentation un peu plus détaillée dans D. Coulon, Un tournant dans les rel (...)
  • 21 ACA, CR, Reg. 2387, fol. I42v ; Reg. 2410, fol. 2r-3r ; Reg. 2408, fol. 94r, 104v, 107r et Cartas (...)
  • 22 AHPB, notaires Tomas de Bellmunt, Quarti libri commendarum 1414-1417, fol. 30v et 31v ; Antoni Bro (...)

16Or, cette fois encore, des documents d’archives catalans, encore plus nombreux que dans les cas précédents, confirment et complètent partiellement ce récit20. De mystérieux préparatifs eurent en effet lieu au cours des mois de juillet 1415, puis de mars 1416, par ordre de l’infant Alphonse, lequel imposait à tous les marchands sujets du roi d’Aragon de quitter l’Égypte et la Syrie ou de ne plus s’y rendre, mais sans donner la moindre explication. En outre, Alphonse donna pleine autorité à deux représentants spéciaux, auxquels le consul des Catalans lui-même devait se soumettre ; ils s’apprêtaient à se rendre en Méditerranée orientale à bord de deux navires, l’un appareillant à Barcelone, l’autre à Collioure21. Enfin, de nombreux contrats confirment, dans les minutes des notaires de Barcelone, le chargement puis le départ de ces deux navires pour Alexandrie à la fin du mois de mars 141622.

  • 23 Alphonse accéda au trône en avril 1416, après le décès de son père Ferdinand Ier.
  • 24 ACA, CR, Reg. 2663, fol. 163v ; Reg. 2665, fol. 94r, 97r et 101v.
  • 25 Voir entre autres Garcin, Le Proche-Orient, États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval (...)

17Le véritable objectif de cette opération n’apparaît qu’au retour de l’un des envoyés d’Alphonse, en décembre de la même année : il déclare alors procéder au partage avec le nouveau souverain23 des prises réalisées à Alexandrie24. Les documents, qui ne fournissent aucun détail sur les opérations effectuées, montrent cependant que beaucoup d’esclaves avaient été ramenés d’Alexandrie, ce qui paraît très inhabituel, puisque l’État mamelouk en importait en fait un très grand nombre pour faire fonctionner le système politique et militaire si original qui le caractérisait25. Les quelques détails ainsi recueillis montrent qu’une vaste expédition de course avait été organisée à Alexandrie, se rapportant manifestement au raid décrit en détail par Emmanuel Piloti.

  • 26 Les documents des archives de la couronne d’Aragon ne mentionnent que deux bâtiments, contre trois (...)

18Une fois de plus, la confrontation des deux types de sources très complémentaires nous permet donc d’obtenir un récit circonstancié des événements et de leurs préparatifs, mais aussi de préciser leur date, au cours du printemps ou de l’été 1416 – même si le nombre des navires diverge26.

L’IMPACT DE CES ERREURS DANS L’HISTORIOGRAPHIE

  • 27 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant, Leipzig 1885-1886, rééd. Amsterdam 1967, 2, p. 472, et N. (...)
  • 28 Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay (825-841/1422-1438), Damas 1961, p. 334, et S. Y. Labib, (...)
  • 29 Cf. Ashtor, Levant Trade, p. 223 : il explique ainsi d’abord que l’acte de piraterie évoqué par Pi (...)

19Ces quelques rectifications chronologiques amènent ainsi à revoir la plupart des études abordant les thèmes de la piraterie et du commerce en Méditerranée orientale au début du xve siècle. Se fondant sur le témoignage d’Emmanuel Piloti, Wilhelm Heyd et Núria Coll i Julià ont ainsi daté le transport vers Valence des Maghrébins partis d’Alexandrie et les suites de cette affaire de 140827. Des historiens arabisants plus tardifs, tels Ahmad Darrag et Subhi Labib firent de même28, puisque manifestement aucune chronique égyptienne ne mentionne cet épisode. Enfin, Eliyahu Ashtor, s’apercevant que la chronologie des faits rapportée par Piloti était erronée, tenta d’en donner une autre ; mais faute de documents suffisamment clairs, il confondit ainsi trois épisodes de piraterie différents29 ! En fait, comme on l’a constaté, cette agression se situe en septembre 1412, et ses développements, au moins jusqu’au milieu de l’année suivante.

  • 30 A de Capmany i de Montpalau. Memorias Históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua c (...)

20De surcroît, comme Piloti prend les marins et leur patron pour des Catalans et qu’il indique qu’ils sont repartis « tout droit en Cathalogne », tous ces auteurs ont écrit que le navire avait gagné le port de Barcelone et non celui de Valence. En fait, cette erreur s’explique sans doute par le fait que Piloti, peu familiarisé avec les structures politiques très éclatées de la couronne d’Aragon, a dû prendre les Valenciens pour des Catalans, puisqu’ils parlaient effectivement cette langue et étaient bien sujets de la couronne d’Aragon ; mais ils appartenaient en fait au royaume de Valence, à la différence de leurs voisins du comté de Barcelone et autres comtés catalans. En outre les consuls des Catalans, nommés par les seules autorités municipales de Barcelone, représentaient les intérêts de l’ensemble des sujets hors des territoires de la Couronne, depuis les privilèges accordés à la cité par le roi Jacques Ier en 1266 et 126830 ; à ce titre, Valenciens, Majorquins et même Siciliens fréquentaient donc, à quelques exceptions portuaires près, les funduq-s des Catalans à travers la Méditerranée, ce qui les faisait nécessairement passer pour des Catalans aux yeux des autres nations.

  • 31 N. Coll i Julià apporte une variante à ce raisonnement directement fondé sur le récit de Piloti, e (...)
  • 32 Labib, Handelsgeschichte Ägyptens, cité supra n. 28, p. 348 et 350-351. La chronique utilisée est (...)
  • 33 Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, cité supra n. 28, p. 334-335. Les autres chroniques uti (...)
  • 34 Ashtor, Levant Trade, p. 224-225.

21Quant au récit des événements de 1416, il se complique encore bien davantage sous la plume des historiens modernes. En effet, certains, comme Heyd qui ne pouvait s’appuyer que sur le témoignage de Piloti, le suivirent à la lettre datant le raid des Catalans sur Alexandrie de 1411 – soit trois ans après l’épisode précédent, lui-même fixé par erreur en 140831. Mais comme plusieurs chroniques égyptiennes mentionnent également cette attaque, d’autres auteurs, tel Labib, dédoublent en fait l’événement, le signalant une première fois en 1411, puis une deuxième fois en 1416, suivant alors la version du chroniqueur Ibn Ḥaǧar, qui diffère quelque peu de celle de Piloti : les autorités de la douane auraient été prévenues juste avant l’attaque et auraient ainsi eu le temps de fermer la porte de la mer, qui faisait communiquer le port des Occidentaux avec le reste de la ville. Toutefois, les musulmans qui n’auraient pas eu le temps de regagner l’enceinte de la cité auraient été tués (une vingtaine) ou enlevés (60 ou 70) ; en outre, ce raid aurait été mené par des Francs non identifiés précisément, venus à bord de huit navires32. Enfin, d’autres historiens, comme Darrag, ont bien identifié le récit de Piloti avec celui des chroniqueurs Ibn Ḥaǧar, al-Maqrīzī et al-’Aynī, datant ainsi très précisément l’arrivée des navires catalans à Alexandrie au 16 août 141633. Ashtor en arrivait également aux mêmes conclusions, ajoutant à ces témoignages croisés celui du chroniqueur vénitien Morosini, très proche de la version de Piloti34. Il y a donc au total presque autant de relations des faits que d’historiens à s’être penchés sur le sujet !

  • 35 On en trouvera la liste détaillée dans l’édition de P. H. Dopp, Traité d’Emmanuel Pilori, p. хххш.
  • 36 Ibid., p. xix-xx.

22Ces quelques précisions confirment donc que le récit d’Emmanuel Piloti, malgré ses nombreuses erreurs de datation, contient de riches informations, qu’il n’est en fait pas surprenant de trouver sous la plume d’un témoin oculaire, de surcroît mieux renseigné que n’importe quel chroniqueur sur les réalités économiques du Levant. Mais pour être plus précis, on notera que ses observations sont très détaillées, en gros, jusqu’en 1420. Les indications qu’il fournit concernant l’Égypte après cette date sont en fait d’ordre bien plus général : il s’agit de conflits, d’annexions territoriales ou du décès d’un sultan35. Alors que de nombreux documents d’archives continuent de signaler des agressions de pirates ou de corsaires, en particulier catalans, au cours des années 1420, Emmanuel Piloti n’en dit plus un mot. Cet effet de contraste pourrait évidemment s’expliquer par le fait qu’à partir de 1420 environ, Emmanuel Piloti ne se trouve plus en Égypte et n’en a plus que de lointains échos. Cependant, cette hypothèse se heurte à la présentation donnée par Pierre-Herman Dopp et jusqu’alors admise, qui veut que Piloti soit resté en Égypte jusqu’à la mort du sultan Barsbāy en 1438. Certes, l’auteur du Traité dit bien qu’il n’est resté dans ce pays que vingt-deux ans, mais Dopp avait estimé qu’il fallait considérer cette période comme un total de plusieurs séjours mis bout à bout, entrecoupés par des voyages en Syrie, en Asie Mineure, dans l’Archipel ou encore en Italie, où de fait, il commence à rédiger son ouvrage à partir de 142036.

POUR UNE RÉVISION DE LA BIOGRAPHIE D’EMMANUEL PILOTI

  • 37 Ibid., p. xxv.
  • 38 Ibid.

23Cette hypothèse, remettant en cause la présence de Piloti en Égypte après 1420, mérite donc un examen attentif et plus détaillé. Au-delà des arguments déjà présentés, il est bon tout d’abord de rappeler que notre auteur ne parle pas de la mort du sultan al-Mu’ayyad Šayḫ en 1421, ni de l’avènement de son successeur indirect Barsbāy en 1422, ce que reconnaît effectivement Dopp, expliquant que cette période correspond à un séjour de Piloti ailleurs, commencé en Italie en 142037. Il serait revenu en Égypte « vers l’époque de la descente victorieuse de Barsbey en Chypre en 1426 », qu’il évoque effectivement à de nombreuses reprises ; sa présence en Égypte lui aurait alors permis d’être le témoin de la nouvelle politique de monopole de ce sultan et de son administration fiscale plus « tracassière et rapace » qu’au début du siècle38.

  • 39 Cf. Ibid, p. 158 : « Et de mon temps ay veu consumer en Alexandrie et Damiata plus de .ij.M. botte (...)
  • 40 Ibid., p. 10.
  • 41 Une autre brève anecdote illustre ce constat : Piloti mentionne sans la dater la livraison, par de (...)

24Toutefois, lorsque Piloti y fait référence, il n’inclut visiblement pas le raid de Barsbāy contre Chypre en juillet 1426, dans la période où il a résidé à Alexandrie39. Mais surtout, ce fait bien connu a pu lui être rapporté par les nombreux pèlerins et marchands ou même des diplomates restés en contact avec le Levant. Emmanuel Piloti évoque bien par ailleurs la réconciliation du duc de Bourgogne Philippe le Bon avec le roi de France Charles VII à Arras en 143540, ce qui ne signifie nullement qu’il ait été sur place. Rien ne prouve donc qu’il ait été le témoin direct des grands événements qu’il mentionne. En revanche, lorsqu’il décrit de façon détaillée une attaque de pirates, fait beaucoup plus secondaire, il y a sans doute assisté ou en a vu personnellement les résultats41.

  • 42 Traité d’Emmanuel Piloti, p. 235.
  • 43 Ibid., p. xix.
  • 44 Sur tous ces événements, voir R. Ruiz Orsatti, Tratado de paz entre Alfonso V de Aragón y el soldá (...)

25Une autre série d’arguments plaide de surcroît pour un départ définitif d’Égypte après 1420 : comme on l’a constaté précédemment. Piloti est assez attentif aux démêlés des Catalans avec les autorités égyptiennes jusqu’au raid contre Alexandrie en août 1416, précisant qu’ils n’envoyèrent plus ensuite de consul dans cette cité42. Dopp s’appuie justement sur l’intérêt de Piloti manifesté à leur égard, pour déduire qu’il avait dû « quitter (définitivement] l’Égypte avant la reprise des relations commerciales de ce pays avec la Catalogne, sous le sultan Ğaqmaq, à la fin de 143843 ». Or, une réconciliation eut lieu bien avant cette date : des négociations s’engagèrent effectivement à Rhodes entre des représentants du roi Alphonse le Magnanime et du sultan Barsbāy dès 1428 ; elles aboutirent à un traité en bonne et due forme signé le 9 juin 1430. Un nouveau consul des Catalans à Alexandrie fut ainsi nommé dès 1429 et resta en fonction sans doute jusqu’en 143744.

  • 45 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, roi de Naples (1416-1458), Barcelone 19 (...)

26Il est vrai que cette réconciliation fut d’assez courte durée, puisqu’en 1432, Barsbāy renforçait ses mesures de monopole commercial, notamment sur le poivre, ce qui constituait pour le Magnanime un motif flagrant de violation de l’accord conclu et justifiait une expédition de représailles dès 143345. Mais de tous ces événements pourtant de première importance, Piloti ne nous dit pas un mot, ce qui ne peut s’expliquer que par son absence d’Égypte au moins entre 1429 et 1433, voire jusqu’en 1437.

  • 46 Traité d’Emmanuel Piloti, p. xxii, n. 1, XXXIII et 159 note b.

27Dopp a par ailleurs bien établi qu’il rencontra le pape Eugène IV à Rome entre mars 1431 et juin 1434 et que son nom figure dans l’un des registres de comptes de la Chambre apostolique pour un paiement effectué à la date du 5 janvier 143846, ce qui confirme qu’il n’était pas en Égypte au cours de ces années.

28Reste enfin à discuter du dernier élément qui permet à Dopp de fixer un terme définitif à la présence de Piloti en Égypte : la mort du sultan Barsbāy en juin 1438. Nous avons tout d’abord déjà constaté qu’un fait d’une telle importance événementielle avait fort bien pu lui être communiqué par un intermédiaire. De surcroît, Piloti commet une nouvelle erreur de date en fixant la mort de ce souverain en 1437 ; or, dans ce cas, le délai écoulé entre le décès du sultan et sa mention dans le Traité a dû être très bref et cette méprise ne peut s’expliquer par une défaillance de mémoire de l’auteur, comme dans le cas de la mort de Faraǧ. Elle pourrait en revanche provenir de la transmission de l’information par un intermédiaire qui se serait mal expliqué ou mal fait comprendre de Piloti. Enfin, dans l’hypothèse où il aurait bien été présent en Égypte en juin 1438, on s’explique mal les raisons d’un tel voyage au cours de cette année même – rappelons qu’il était en Italie en janvier – alors qu’il approchait les soixante-dix ans.

29De tout ce qui précède, il semble donc qu’on puisse déduire que notre auteur n’est pas retourné en Égypte après 1420, du moins pas durablement. Ainsi faut-il probablement considérer d’un seul tenant les vingt-deux années qu’Emmanuel Piloti dit avoir passées en Égypte, sans doute approximativement entre 1394-1397 et 1416-1419, seule période pour laquelle il est en mesure de livrer des souvenirs personnels ou des informations très précises concernant ce pays dont on trouvera une claire récapitulation dans le tableau suivant :

  • 47 Ibid., p. 225 : « Longuement et par beaucop d’ans ay practiqué le Caire et la court du souldain [. (...)
  • 48 Cette révision biographique amène ainsi à s’interroger sur les raisons qui ont poussé Emmanuel Pil (...)

30Comme on le constate de surcroît grâce à ce tableau, ces événements se succèdent à un rythme assez soutenu et régulier entre 1397 et 1416, confirmant ainsi implicitement que Piloti devait continuer à résider en Égypte pour en être le témoin. On notera en outre que cette déduction concorde fort bien avec le début de la rédaction de son Traité, à partir de 1420, et que cette date semble effectivement marquer une césure importante dans sa vie, car à plusieurs reprises son témoignage dissocie bien la période égyptienne de son existence, d’autres phases bien différentes, comme son séjour de plusieurs années à Rome47, ou d’événements clairement postérieurs, parmi lesquels la prise de Chypre par Barsbāy en juillet 1426. Dans l’hypothèse inverse, on voit en fait mal comment Emmanuel Piloti aurait pu mener une double vie, au fond contradictoire, de marchand en Égypte et d’homme de la cour pontificale, militant pour l’organisation d’une nouvelle croisade contre ce pays48.

  • 49 M. T. Ferrer i Mallol conclut ainsi que le récit de Piloti est sans doute plus crédible que celui (...)

31Cette remise en cause ne réduit pas la portée du récit de Piloti ; comme les corrections précédentes, elle lui fixe une limite chronologique plus claire qui permet de mieux nuancer son témoignage et en particulier de mieux apprécier la valeur des faits relatés, survenus pendant les deux premières décennies du xve siècle49.

  • 50 Un autre épisode de piraterie attribué sans date par Piloti au Catalan « Misser Incoteres » n’a pa (...)
  • 51 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient : un siècle de relations avec l’Égypte et la Sy (...)

32En définitive, toutes ces corrections soulignent une fois de plus l’impérieuse nécessité de confronter les sources de différentes natures. Ainsi, un récit de première main, riche et bien informé comme celui d’Emmanuel Piloti, peut-il être pleinement exploité, sans être obscurci par des difficultés quasi insolubles de datation ou des contradictions avec d’autres sources. De plus, cette confrontation confirme bien le constat somme toute assez nuancé de Piloti au sujet de la piraterie : bien qu’il l’évoque fréquemment, en particulier dans le cas des Catalans50, et qu’elle perturbe sérieusement leur négoce avec le Levant, elle ne les empêche pas de continuer à entretenir des contacts marchands avec les Mamelouks. Or, telle est bien la vision qui se dégage aussi des documents notariaux et fiscaux, qui reflètent ces difficultés, mais attestent aussi sur la longue durée la continuité des activités commerciales51.

  • 52 Pour reprendre la terminologie employée par F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen (...)
  • 53 Extrait du compte rendu de Cl. Cahen sur la publication du Traité de Piloti par P. H. Dopp, Revue (...)

33Et au-delà de ce simple constat de méthode, les multiples erreurs de dates et confusions que commet Emmanuel Piloti nous rappellent qu’il ne cherchait pas à l’évidence à établir un récit bien ordonné chronologiquement ; son but principal était, rappelons-le, de convaincre ses lecteurs d’organiser une nouvelle croisade contre les sultans mamelouks. Pour cela, il lui fallait accumuler les anecdotes révélatrices, les faits de société, décrire le pays, échafauder des projets de conquêtes et rappeler quelques grands principes, dont celui de l’unité de la Chrétienté. Il s’agit donc bien d’une œuvre originale qui mêle temps long et temps court ou histoire immobile, lentement rythmée et événementielle52, sans rapport avec un récit de voyage ou une chronique, mais qui « tient le milieu entre les ouvrages destinés à promouvoir des croisades et les descriptions techniques de marchands domiciliés en Orient : entre Marino Sanuto et successeurs, et Pegolotti et successeurs53 ».

Notes

1 L’Égypte et la Syrie sont dominées par les Mamelouks, ces esclaves militaires étrangers, entre 1250-1260 et 1517 ; pour une approche générale en français de cet État particulier, voir J.-Cl. Garcin (dir.). Etats, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, xe-xve siècles, Paris 1995, 1, p. 343-369.

2 Selon P. H. Dopp, qui a édité le Traité de Piloti et étudié en détail sa biographie, « ce total de vingt-deux années n’a pas été d’une seule tenue : il est fait de séjours plus ou moins longs, entrecoupés d’absences et de voyages dans le Levant » ; Traité d’Emmanuel Piloti sur le passage en Terre sainte (1420), Louvain-Paris 1958, p. xix. Les références au Traité qui vont suivre se rapporteront à cette édition (par la suite : Traité d’Emmanuel Piloti).

3 Pour plus de détails sur la présentation de l’œuvre d’Emmanuel Piloti, voir l’introduction à ce Traité dans l’édition de P. H. Dopp. Traité d’Emmanuel Piloti, cité note précédente, p. I-L. D. Régnier Bohler en a donné une nouvelle édition partielle, accompagnée d’une introduction plus réduite, dans D. Régnier Bohler (dir.). Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte xiie-xvie siècle, Paris 1997, p. 1227-1278. La seule version de son texte qui nous soit restée est une traduction française, vraisemblablement due à l’auteur lui-même et datée de 1441.

4 L’historien du Levant E. Ashtor s’en était notamment déjà bien rendu compte ; cf. E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, Princeton 1983, par exemple p. 223. Voir également les réserves d’A. Luttrell. qui souligne l’appréciation souvent déficiente par Piloti du rapport des forces entre chrétiens et musulmans dans l’ensemble de la Méditerranée orientale ; la place stratégique de Rhodes et l’importance du rôle joué par les Hospitaliers dans cette région lui paraissent en particulier sous-estimées. Cf. A. Luttrell, Emmanuele Piloti and Criticism of the Knights Hospitaliers of Rhodes : 1306-1444, Annales de l’ordre souverain militaire de Malte 20, 1962, p. 1-20.

5 Dont on trouvera une réédition récente due à Chr. Deluz : Jean de Mandeville, Le livre des merveilles du monde, Paris 2000.

6 Relatant les « méfaits de corsaires catalans », il les situe « environ l’an MCCCC et viii » et « depuis environ trois ans » ; cf. Traité d’Emmanuel Piloti, p. 229 et 232.

7 Ibid., p. xix.

8 Il se décompose grossièrement en trois parties : la première est consacrée à la description de l’Égypte, la deuxième expose des projets de conquête de la ville d’Alexandrie et la troisième, s’appuyant sur certains événements précis, fait le point sur la puissance politique et militaire de l’Égypte ; cf. l’introduction de P. H. Dopp, ibid., p. xxvii-xxxi. Mais comme le souligne par ailleurs son éditeur, « Le traité est d’une composition très décousue. L’argument s’enchevêtre, s’embarrasse de digressions et de redites, s’égare et revient sur lui-même dans une naïve confusion. » : ibid., p. xxvi.

9 Le sultan ottoman Beyazid Ier y écrasa sur les bords du Danube les troupes chrétiennes coalisées.

10 Il affirme même avoir conversé avec eux ; cf. Traité d’Emmanuel Piloti, p. xix, 218 et 229 ; il se trompe cependant sur la date de cette bataille qu’il fixe par deux fois en 1397, peut-être parce qu’il ne vit les prisonniers qu’au cours de cette année. C’est cette date de 1396 et le fait que Piloti déclare ne pas avoir eu vingt-cinq ans lorsqu’il commença à se rendre au Levant, qui permettent à P. H. Dopp de situer son année de naissance vers 1371, cf. ibid. p. xviii, 118.

11 Ibid., p. 201-202 ; Piloti donne une version francisée du nom du pirate basque : Pierre de Laranda.

12 Une lettre du consul des Vénitiens à Alexandrie, Biaggio Delfino, annonçait le 27 septembre 1409 que le sultan Faraǧ avait fait payer aux marchands de la Sérénissime 2 000 ducats pour le rachat des captifs aux mains du duc de Naxos, puisque ses vaisseaux arboraient l’étendard de saint Marc. Deux émissaires, l’un vénitien, c’est-à-dire Piloti, et l’autre sujet du sultan, allaient prochainement se rendre auprès du duc. Une seconde lettre, adressée par le châtelain vénitien de Coron et Modon au duc de Crète, signalait toujours les préparatifs de cette mission le 3 décembre de la même année. Cf. n. Iorga, Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve siècle, ROL 4, 1896, p. 310-311. Enfin, une lettre du duc de Naxos adressée au duc de Crète le 29 avril 1410 permet de supposer que les musulmans captifs avaient bien regagné l’Égypte à cette date ; cf. M. T. Ferrer i Mallol, Corsarios castellanos y vascos en el Mediterraneo medieval, Barcelone 2000, p. 282-284 et documents nos 24-25.

13 Traité d’Emmanuel Piloti, p. 229-232.

14 ACA, CR, Reg. 2365, fol. 173v-174r, document du 23 juillet 1413.

15 Cf. Traité d’Emmanuel Piloti, p. 230 ; P. H. Dopp avait bien relevé cette erreur ; cf. ibid. note a.

16 Cf. Ashtor, Levant Trade, cité supra n. 4, p. 223 (n. 139-140). Concernant ce combat naval, voir L. Balletto, Chio dei Genovesi tra rivolta maonese, corsari catalani ed attachi veneziani, Anuario de Estudios Medievales 24, 1994, p. 479-489.

17 La date indiquée dans la lettre de Ferdinand Ier implique cependant que Farag n’avait pu convoquer une première fois le consul catalan puisque, exécuté en mai 1412, il était déjà mort au moment du départ du navire ; il devait donc s’agir du calife al-Musta‘īn bi-llāh, qui détint officiellement le pouvoir dans l’empire mamelouk, entre mai et novembre 1412.

18 On ne sait comment interpréter cette expression, sans doute volontairement laissée dans le vague par Piloti : trois ans après les derniers événements relatés, fixés par erreur en 1411, donc en 1414 ? Ou en 1415, si l’on tient compte de la correction à apporter à la date du décès du sultan Faraǧ (1412) ? Enfin, cette expression peut aussi se comprendre par rapport au moment de la rédaction du Traité, commencé vers 1420, soit, si l’on retranche alors trois années, 1417.

19 Traité d’Emmanuel Piloti, p. 232-236.

20 J’en ai déjà donné une présentation un peu plus détaillée dans D. Coulon, Un tournant dans les relations catalano-aragonaises avec la Méditerranée orientale : la nouvelle politique d’Alphonse le Magnanime (1416-1442), XVI Congresso Internazionale di Storia della Corona d’Aragona, éd. G. D’Agostino, G. Buffardi, Naples 2000, 2, p. 1056-1057.

21 ACA, CR, Reg. 2387, fol. I42v ; Reg. 2410, fol. 2r-3r ; Reg. 2408, fol. 94r, 104v, 107r et Cartas Reales de Alfonso IV, n° 348.

22 AHPB, notaires Tomas de Bellmunt, Quarti libri commendarum 1414-1417, fol. 30v et 31v ; Antoni Brocard, Manual comune (nonum) 1415-1416, fol. 90v et Arnau Lledó, Liber quartus comen-darum de viagio 1407-1417, fol. 67r-71r.

23 Alphonse accéda au trône en avril 1416, après le décès de son père Ferdinand Ier.

24 ACA, CR, Reg. 2663, fol. 163v ; Reg. 2665, fol. 94r, 97r et 101v.

25 Voir entre autres Garcin, Le Proche-Orient, États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval, cité supra n. 1, p. 349-350 et le témoignage de Piloti lui-même sur le système mamelouk. Traité d’Emmanuel Piloti, p. 52-56.

26 Les documents des archives de la couronne d’Aragon ne mentionnent que deux bâtiments, contre trois dans le récit de Piloti. Toutefois, rien n’exclut qu’un troisième navire ait rejoint les deux premiers partis de Barcelone et de Collioure. Nous verrons de toute façon plus loin que d’autres versions des faits indiquent un effectif encore différent de huit vaisseaux.

27 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant, Leipzig 1885-1886, rééd. Amsterdam 1967, 2, p. 472, et N. Coll i Julià, Aspectos del corso catalán y del comercio internacional en el siglo xv, Estudios de Historia Moderna 4, 1954, p. 160-161.

28 Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay (825-841/1422-1438), Damas 1961, p. 334, et S. Y. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter (1171-1517), Wiesbaden 1965, p. 347-348.

29 Cf. Ashtor, Levant Trade, p. 223 : il explique ainsi d’abord que l’acte de piraterie évoqué par Piloti avait déjà été relaté dans une lettre écrite le Ier avril 1410 par un marchand en poste à Alexandrie (cf. J. Ainaud, Quatre documents sobre el comerç català amb Siria i Alexandria (1401-1410), Homenaje a Jaime Vicens Vives, Barcelone 1965, doc. III) ; cependant, le pirate catalan alors incriminé avait pour nom Martí Vicens – alors que le patron de navire valencien se nommait Miquel de Granollers – ce qui prouve, en plus de la date de la lettre, qu’il ne pouvait s’agir du même épisode que celui décrit par Piloti et confirmé par la lettre du roi Ferdinand Ier. L’amende de 30 000 ducats à payer en 1411, ensuite évoquée par E. Ashtor, ne se rapporte pas non plus à ce fait de piraterie, mais au combat naval entre Génois et Catalans dans le port d’Alexandrie signalé plus haut et qui avait eu lieu en 1411.

30 A de Capmany i de Montpalau. Memorias Históricas sobre la marina, comercio y artes de la antigua ciudad de Barcelona, 4 vol. , Barcelone 1779-1792 ; rééd. et révision par C. Batlle, E. Giralt, Barcelone 1961-1963, vol. ii. t. i, n° 19 (16 août 1266) et 23 (6 août 1268) ; voir également J. F. Cabestany Fort, « Cὸnsols de Маг » y « cònsols d’Ultramar » en Cataluña (siglos хш-xv), Le genti del mare Mediterraneo (Napoli, 1980), éd. R. Ragosta, Naples 1981, p. 415, et M. T. Ferrer i Mallol, El consolat de mar i els consolats d’Ultramar, instrument i manifestaió de l’expansió del comerç català, L’expansió catalana a la Mediterrània a la baixa Edat Mitjana, éd. M. T. Ferrer i Mallol, D. Coulon, Barcelone 1999, p. 67.

31 N. Coll i Julià apporte une variante à ce raisonnement directement fondé sur le récit de Piloti, en comptant les trois années à partir de l’accès au pouvoir d’al-Mu’ayyad Šayḫ en 1412, cf. Coll i Julià, Aspectos del corso catalan, cité supra n. 27, p. 161.

32 Labib, Handelsgeschichte Ägyptens, cité supra n. 28, p. 348 et 350-351. La chronique utilisée est l’Inbā’ al-gumr fi anbā’ al-’umr.

33 Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, cité supra n. 28, p. 334-335. Les autres chroniques utilisées sont le Sulūk li ma’rifat al-mulūk, d’al-Maqrīzī et le ‘Iqd al-ǧumān fi tā rīḫ ahl al-zamān, d’al-’Aynī.

34 Ashtor, Levant Trade, p. 224-225.

35 On en trouvera la liste détaillée dans l’édition de P. H. Dopp, Traité d’Emmanuel Pilori, p. хххш.

36 Ibid., p. xix-xx.

37 Ibid., p. xxv.

38 Ibid.

39 Cf. Ibid, p. 158 : « Et de mon temps ay veu consumer en Alexandrie et Damiata plus de .ij.M. bottes de Malvasia ; mais depuis que le souldain prinst l’isole de Cipre, si a desprisée la puissance de crestiens que il a restreint lez pas de consumer la malvasia » ; d’où il ressort tacitement que l’invasion de l’île est postérieure à la période au cours de laquelle Piloti résidait à Alexandrie. On notera en outre qu’il n’indique pas avoir vu personnellement les 6 000 prisonniers qui accompagnèrent le roi Janus au Caire après sa capture, à la différence de ceux qui furent offerts au sultan Barqūq après la bataille de Nicopolis, cf. supra.

40 Ibid., p. 10.

41 Une autre brève anecdote illustre ce constat : Piloti mentionne sans la dater la livraison, par des Catalans, du pirate basque Pedro de Larraondo dont il a été question plus haut, aux autorités mameloukes d’Alexandrie : cf. ibid., p. 220. Or, cet épisode est bien confirmé par un document officiel vénitien, daté de novembre 1411 ; cf. Iorga, Notes et extraits, cité supra n. 12, p. 517-518, et Ferrer i Mallol, Corsarios castellanos, cité supra n. 12, p. 288 et doc. 27. On peut là encore en déduire que Piloti devait être en Égypte à cette date pour avoir été informé de cet événement somme toute assez secondaire.

42 Traité d’Emmanuel Piloti, p. 235.

43 Ibid., p. xix.

44 Sur tous ces événements, voir R. Ruiz Orsatti, Tratado de paz entre Alfonso V de Aragón y el soldán de Egipto (1430), Al-Andalus 4, 1936-1939, p. 333-389, et M. A. Alarcón y Santón, R. García de Linares, Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, Marid 1940. n° 153 (traité de 1430). Sur la négociation de ce traité, voir АСА. CR. Reg. 2683. fol. 20v-21r (juin ? 1428) : Reg. 2578, fol. 46v (8 février 1429). Voir en outre M. Viladrich i Grau, Jaque al Sultán en el “Damero maldito”. Edición de un tratado diplómatico entre los mercaderes catalanes y el sultano mameluco (1429), L’expansió catalana a la Mediterrània, cité supra n. 30, p. 161-205. Concernant enfin le nouveau consul, voir Capmany i de Montpalau, Memorias Históricas, cité supra n. 30, vol. ii, 1.1, doc. n° 319 et vol. ii, t. ii, p. 853 : P. Voltes Bou, Repertorio de documentos referentes a los consules de Ultramar y al consulado de Mar, conservados en el Instituto Municipal de Historia de Barcelona, Aportaciones a la Historia Económica y Social de la ciudad. Barcelona 1964 (Documentos y Estudios 13), p. 106 ; A. López de Meneses. Un siglo del consulado de los catalanes en Alejandría (1416-1516), La Corona d’Aragona e il Mediterraneo : aspetti e problemi comuni da Alfonso il Magnanimo a Ferdinando il Catolico (1416-1516). IX Congresso di storia de la Corona d’Aragona, Napoli, 11-15 aprile 1973, Naples 1982, 2 : Comunicazioni, p. 227, n. 6 et doc. 1 et 2, p. 240.

45 C. Marinescu, La politique orientale d’Alfonse V d’Aragon, roi de Naples (1416-1458), Barcelone 1994, p. 9, 61-63, et Coulon, Un tournant dans les relations, cité supra n. 20, p. 1059.

46 Traité d’Emmanuel Piloti, p. xxii, n. 1, XXXIII et 159 note b.

47 Ibid., p. 225 : « Longuement et par beaucop d’ans ay practiqué le Caire et la court du souldain [...]. En après je suis esté plusseurs ans en la court de Romme de crestiens. »

48 Cette révision biographique amène ainsi à s’interroger sur les raisons qui ont poussé Emmanuel Piloti à s’installer en Italie et à y opérer une complète reconversion ; soulignons bien qu’il n’y rentre pas, puisqu’il était né en Crète. Les trop rares détails qu’il livre sur sa vie dans son Traité ne permettent malheureusement pas de répondre à ces interrogations.

49 M. T. Ferrer i Mallol conclut ainsi que le récit de Piloti est sans doute plus crédible que celui du voyageur Pero Tafur, en ce qui concerne la fin des aventures du pirate Pedro de Larraondo, qui diffère sensiblement selon les deux auteurs ; cf. Ferrer i Mallol, Corsarios castellanos, p. 292.

50 Un autre épisode de piraterie attribué sans date par Piloti au Catalan « Misser Incoteres » n’a pas été commenté avec les précédents, faute d’avoir pu identifier ce personnage ; cf. Traité d’Emmanuel Piloti, p. 139.

51 D. Coulon, Barcelone et le grand commerce d’Orient : un siècle de relations avec l’Égypte et la Syrie-Palestine (1330-1430 environ), thèse de l’Université de Paris 1, sous la direction de M. Balard, 1999, 1, p. 260-261 (en cours de publication par la Casa de Velázquez). M. D. López Pérez aboutit également à la même conclusion dans son étude des relations de la couronne d’Aragon avec le Maghreb au xive siècle, cf. M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb en el siglo xiv : 1331-1410, Barcelone 1995, p. 858. Voir enfin l’exemple très révélateur du patron de nef Nicolau Julià, développé dans Coulon, Un tournant dans les relations, p. 1059, 1066 ; bien que certains marchands embarqués à bord de son navire aient été emprisonnés par les Mamelouks et leurs marchandises saisies en 1428, en représailles à des actes de piraterie causés par d’autres Catalans – en outre les autres marchands se voyaient infliger une taxe supplémentaire de 40 % pour financer une amende de 7 000 ducats – le même patron de navire reprit la route d’Alexandrie dès l’année suivante, ainsi qu’en 1431.

52 Pour reprendre la terminologie employée par F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris 19845, 1, p. 13.

53 Extrait du compte rendu de Cl. Cahen sur la publication du Traité de Piloti par P. H. Dopp, Revue Historique 451, 1959, p. 166.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 535k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540