Version classiqueVersion mobile

L’épistémologie historique

 | 
Jean-François Braunstein
, 
Iván Moya Diez
, 
Matteo Vagelli

Historicités, objectivités, rationalités

Ian Hacking, de l’archéologie de la probabilité au « façonnement des gens »

Matteo Vagelli

Texte intégral

  • 1 L. Daston « Historical Epistemology », dans J. Chandler, A. I. Davidson, D. Harootinian (dir.), Que (...)
  • 2 Voir l’entretien « Ian Hacking: The Philosopher of the Present. An Interview with Matteo Vagelli », (...)
  • 3 Sur le rapprochement problématique entre archéologie et épistémologie historique, voir P. Sabot « A (...)

1Ian Hacking est souvent considéré comme l’un des pères fondateurs de ce que l’on appelle l’historical epistemology, courant d’études principalement anglo-saxon qui se situe au carrefour de l’histoire et de la philosophie de sciences1. Cependant, il ne s’est jamais approprié le terme « épistémologie historique », lui préférant historical meta-epistemology ou historical ontology, et il a entretenu une relation qu’il a définie comme « tangentielle » avec ce type d’épistémologie – littéralement, comme la tangente qui croise un cercle en un seul point2. On pourrait dire que sa position par rapport à l’historical epistemology est donc aussi problématique que le rapport de Foucault aux approches de Gaston Bachelard et de Georges Canguilhem3. Un balisage de ce domaine d’étude, entendu au sens large, ne peut donc se faire sans approfondir la nature de ce rapport et c’est dans ce but que je me propose de donner une vue d’ensemble de la philosophie de Hacking, en choisissant comme porte d’entrée sa réflexion méthodologique. Pendant sa carrière, Hacking a travaillé et publié sur un ensemble très vaste d’arguments, qu’il a regroupés dans trois « projets philosophiques » principaux : le « façonnement » des gens (making up people), les styles de raisonnement scientifique et la philosophie des mathématiques. Hacking considère que ces trois projets ont sans doute des points de contact, mais qu’ils sont essentiellement indépendants l’un de l’autre. Je crois qu’il est toutefois important de comprendre quel type de domaine d’interrogation est ouvert par ces trois projets, et comment cet espace se situe, d’un coté, par rapport au domaine propre à l’épistémologie historique « française » et, de l’autre, par rapport à celui de l’historical epistemology contemporaine. À cette occasion, je vais me concentrer sur le projet des styles de raisonnement et sur celui du façonnement des gens : c’est l’intersection possible de ces deux projets, en effet, qui me semble pouvoir constituer l’originalité des recherches hackingiennes.

Probabilité et style de raisonnement statistique

  • 4 A. C. Crombie, Styles of Scientific Thinking in the European Tradition, Londres, Duckworth, 1994.
  • 5 Voir A. Desrosières, « Les recherches de Ian Hacking sur l’histoire des usages des probabilités et (...)

2Hacking tire le concept de style de l’historien des sciences Alistair C. Crombie (1915-1996) : les styles qui selon Crombie caractérisent le développement de la pensée scientifique européenne sont au nombre de six : la postulation mathématique et la démonstration axiomatique, l’attitude expérimentale et les pratiques de mensuration, la formation d’hypothèses et de modelés analogiques, l’ordonnance taxinomique, l’analyse statistique et probabiliste et l’explication historique en termes de développement génétique4. La plupart des travaux de Hacking sont dédiés au style probabiliste et statistique de raisonnement : les articles et livres consacrés par Hacking à ce sujet s’étalent sur plus de trente ans, mais les étapes principales sont : Logic of Statistical Inference (1965), son premier ouvrage, The Emergence of Probability (1975), son livre le plus connu, et The Taming of Chance (1990), qui est la continuation du projet de 19755.

  • 6 I. Hacking, Logic of Statistical Inference, Cambridge, Cambridge University Press, 1965, p. 1.
  • 7 Ibid., p. 56.

3Le contexte théorique de Logic of Statistical Inference était caractérisé par les combats fratricides entre statisticiens « fréquentistes » et « néo-bayésiens », où s’opposaient deux approches de la statistique et de la probabilité. Les « fréquentistes » traitent la probabilité comme une propriété objective du monde (la tendance qu’un dé, sur un grand nombre de tirages, tombe sur une des ses faces plutôt que sur les autres) et leur approche est donc définie comme objective. Pour les « fréquentistes », la notion de « fréquence à long terme » est centrale, elle est liée à l’idée de probabilité comme propriété objective d’un dispositif aléatoire (chance set up). Les « néo-bayésiens », en revanche, se concentrent sur la dimension épistémique et subjective de la probabilité et étudient la probabilité comme « raison de croire » que tel ou tel autre fait se produira. Ils prennent en considération les cas dans lesquels les tirages aléatoires « en grand nombre » considérés par les fréquentistes sont impossibles. C’est à l’intérieur de ce cadre que Hacking pose ce qu’il lui semble en ce moment le problème principal de la science statistique, celui de sa fondation. Le problème était de pouvoir fonder la statistique sur un nombre limité de principes ou d’axiomes qui permettent de confirmer la validité de toute inférence statistique correcte sans impliquer la validité de toute inférence fallacieuse6. Il était en outre de définir l’objet même de la discipline statistique, la probabilité, ou, comme Hacking préfère l’appeler dans ce texte, la « fréquence à long terme ». En effet, Hacking s’insère dans le débat du côté des « fréquentistes », mais avec l’intention de développer une théorie qui réponde aussi aux exigences des néo-bayésiens. Hacking se propose d’aborder la question avec une méthode axiomatique : il vise notamment à développer une théorie fondée sur quatre axiomes, ou principes, dont les trois premiers appartiennent à la théorie classique de la statistique, alors que la formulation du dernier (que Hacking appelle « loi de vraisemblance ») est avancée par Hacking lui-même. La « loi de vraisemblance » tente de relier le concept de fréquence, comme propriété physique ou état du monde, et celui de « corroboration » (support), à savoir la mesure de la « raison de croire »7.

  • 8 I. Hacking, The Emergence of Probability. A Philosophical Study of Early Idea About Probability, Ca (...)
  • 9 Bernard Cohen a souligné à ce propos que l’analogie de l’émergence permet a Hacking de se démarquer (...)
  • 10 M. Foucault Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1961. Pour (...)
  • 11 M. Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966 (...)
  • 12 L. Daston, « The History of Emergences », Isis, 98/4, décembre 2007, p. 802.
  • 13 I. Hacking, The Emergence of Probability, op. cit., p. 9.
  • 14 Ibid., p. 16.

4Le deuxième livre de Hacking, The Emergence of Probability, publié en 1975, dix ans après Logic of Statistical Inference, présente comme point de départ le même problème du dualisme entre la conception fréquentiste-objective et la conception épistémique-subjective de la probabilité, mais la méthode et l’approche sont très différentes8. D’ailleurs le changement est déjà évident dans le titre : l’attention est portée sur un concept, celui de probabilité, sur la définition duquel se concentraient la plupart des problèmes liés au procédé technique de l’inférence statistique, objet du livre précèdent. Et surtout, dans le nouveau livre, le terme « émergence » remplace le mot « logique ». Or, si la logique renvoie à un ensemble de principes ou d’axiomes, l’émergence implique en revanche l’idée d’un processus historique-génétique d’apparition9. Cela signifie que cette fois, Hacking vise à sortir de l’impasse en se plaçant sur un niveau de discussion à la fois épistémologique et historique. Pourquoi Hacking est il revenu sur le problème de son premier livre et pourquoi a-t-il changé de niveau d’analyse ? Hacking a raconté à ce propos une anecdote éclairante : à l’époque de son enseignement à l’université de Makerere en Ouganda (donc dès 1967 à 1969), un collègue lui fit lire Madness and Civilization, version anglaise abrégée de Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique (1961) de Michel Foucault, qui le passionna totalement10. Suite à sa rencontre avec l’œuvre de Foucault – rencontre précoce pour un philosophe des sciences entraîné à la philosophie analytique anglo-saxonne –, Hacking découvre, pour ainsi dire, le « continent Histoire », pour reprendre l’expression althussérienne, c’est-à-dire la dimension historique de la description et de l’explication épistémologiques, celles d’une histoire « archéologique » inspirée par Foucault. Après Folie et déraison, Hacking lit Les mots et les choses (1966) et L’archéologie du savoir (1969), dont il rédige un compte rendu en 197211. En effet, avec The Emergence of Probability, qui, comme le souligne le sous-titre, est une « étude philosophique sur les premières idées concernant la probabilité », Hacking a créé un nouveau domaine d’étude en posant une question nouvelle, ou, mieux, un nouveau type de question : quelles sont les conditions conceptuelles préalables à l’émergence d’un concept apparemment aussi simple, aussi utile, aussi indispensable – et quand-même bizarrement absent avant environ 1650 – que la notion moderne de probabilité12 ? Pourquoi, se demande Hacking en 1975, utilise-t-on le même mot (« probabilité ») pour exprimer deux sens parfois très éloignés, comme la fréquence objective et la raison de croire ? À une reformulation de la question suit la reformulation nécessaire de l’approche : maintenant, selon la nouvelle perspective de Hacking, « la préhistoire [d’un concept scientifique] est plus importante que son histoire » précisément parce que « les conditions préalables à l’émergence de la probabilité ont déterminé l’espace des théories possibles sur la probabilité13 ». Dès les premières pages de son livre, Hacking nous invite à imaginer que cet espace est resté presque constant depuis la seconde moitié du xviie siècle. Il est le résultat de la transformation d’une structure conceptuelle différente. Certaines caractéristiques de cette structure précédente se sont imposées à notre schéma actuel de pensée. Une compréhension de notre espace et de ses conditions préalables, écrit Hacking, peut nous libérer du cycle des théories de la probabilité qui nous tient prisonniers depuis si longtemps14. En conclusion, pour déchiffrer la structure des problèmes philosophiques actuels qui hantent la statistique, il est essentiel de comprendre ce qui a rendu possible en premier lieu le concept même de probabilité. Il est évident que l’idée de préhistoire invoquée par Hacking dans les premières pages de The Emergence of Probability renvoie à l’archéologie, au modèle historiographique foucaldien et à l’idée selon laquelle les conditions de l’émergence d’un concept déterminent un champ de positivité dans lequel les lignes de son développement futur sont en large mesure déjà tracées.

  • 15 Révélant, sur ce point aussi, la volonté de rejoindre le projet foucaldien d’expliquer comment « Hu (...)

5Dans des pages riches de renvois textuels à des auteurs qui ne relèvent dans la plupart de cas pas du canon philosophique, Hacking montre comment, jusqu’à la fin du Moyen Âge, le savoir était poursuivi seulement à travers deux voies, bien distinguées : la demonstratio ou l’opinio. La démonstration était un processus de déduction à partir de principes premiers et était considérée comme la vraie connaissance universelle. En revanche, l’opinion pouvait atteindre au maximum un degré de croyance probable, si elle était soutenue ou approuvée par des auctoritates, comme les textes sacrés ou les savants. Un troisième élément important dans cette configuration était la notion de signe, entendu pendant la Renaissance comme une marque qui ne pouvait être interprétée qu’en y lisant l’auctoritas de Dieu, auteur de la nature. Ce qui met en mouvement cette structure conceptuelle, c’est précisément le changement de sens de la notion de signe, qui, au lieu de renvoyer à une évidence externe aux choses et aux phénomènes du monde, devient l’expression d’une évidence interne, immanente aux phénomènes. Suivant de près la discussion de la théorie des signes faite par Foucault aux chapitres II et III des Mots et les choses, Hacking souligne dans The Emergence of Probability le rôle joué dans la réélaboration du concept de signe par les « sciences immatures » du xvie siècle, comme l’alchimie ou la médecine, sciences qui, incapables d’atteindre la démonstration, étaient confinées au-dessous du seuil de l’épistémologisation. C’est grâce à cette mutation conceptuelle que se produit ce que Hacking appelle « l’irruption de la probabilité » vers le milieu du xviie siècle : le mot « probabilité » à cette époque, soit dans les écrits de Pascal, soit dans la Logique de Port-Royal, porte déjà en soi la bipartition entre le sens épistémique de la notion de signe en tant que « raison de croire », et le sens stochastique, fréquentiste, de la notion d’évidence interne de l’autre. En effet, ce qui est montré par la reconstruction historico-épistémologique, c’est que le concept de probabilité est intrinsèquement double : la bifurcation entre le sens épistémique et le sens fréquentiste de probabilité est, selon Hacking, originaire. Sur ces bases, The Emergence of Probability dresse un tableau historique qui va grosso modo de la fin du Moyen Âge jusqu’à la fin du xviiie siècle, son dernier chapitre portant sur le problème de l’induction et le doute sceptique de David Hume15.

  • 16 I. Hacking, The Emergence of Probability, op. cit., p. 16.

6The Emergence of Probability met en pratique une des caractéristiques fondamentales de la méthode foucaldienne, à savoir l’utilisation de ce que Hacking appelle le before-and-after-picture : un commencement soudain, imprévu, qui, par la modification d’un concept particulier, celui de signe dans le cas de Hacking, enclenche le changement d’une structure entière de concepts entrelacés. Ni Foucault, ni Hacking ne sont d’ailleurs intéressés par les auteurs, ni par les précurseurs. La probabilité, chez Hacking, est décrite comme un événement largement anonyme. À l’instar du Foucault des Mots et les choses, Hacking, soit dans The Emergence of Probability, soit, comme on va le voir, dans The Taming of Chance, évite le recours aux grands noms de la philosophie : Leibniz et Peirce, respectivement dans The Emergence et The Taming of Chance, représentent deux simples spectateurs du phénomène de l’émergence de la probabilité d’un côté, de l’érosion du déterminisme de l’autre16.

  • 17 C’est à l’occasion du congrès de l’International Union of History and Philosophy of Science de 1978 (...)
  • 18 Du groupe de Bielefeld ont fait partie, parmi d’autres, Lorraine Daston et Lorenz Krüger, cofondate (...)
  • 19 I. Hacking, The Taming of Chance, op. cit., voir chap. 15 (« The Astronomical Conception of Society (...)

7On peut considérer The Emergence of Probability comme un succès philosophique, car, trois ans après sa publication, en 1978, un congrès international de philosophie des sciences en Italie consacre un symposium à la discussion des idées de Hacking17, idées qui seront aussi à la base des travaux du groupe d’historiens et de philosophes des sciences qui se réunira en Allemagne en 1982-1983. Le « groupe de Bielefeld » continuera collectivement les recherches de Hacking sur la probabilité18. Le congrès de 1978 et encore plus la période de Bielefeld sont deux moments de réélaboration par Hacking de son approche de l’histoire et de la philosophie de la probabilité et de la statistique. En ce sens, The Taming of Chance (1990), résultat de cette réélaboration, est la suite de The Emergence of Probability, mais aussi une refonte de la méthodologie appliquée en 1975. Dans ce cas Hacking se concentre sur le xixe siècle, sur le processus qui conduit à l’exploitation de la notion de probabilité pour le développement de lois statistiques concernant une gamme de phénomènes très large, qui va du mouvement des objets physiques, comme le mouvement des particules dans un gaz, au comportement des individus dans la société, de la mécanique quantique à la sociologie. The Taming of Chance vise ainsi l’explication d’un paradoxe : si l’on reconnaît que les phénomènes ne s’enchaînent qu’avec une certaine probabilité, on devrait s’attendre à voir la sphère de la liberté élargie et celle de la loi réduite. Au contraire, ce qui se produit au cours du xixe siècle est, comme le dit le titre, une complexe opération de domestication du hasard, de sorte que le déterminisme prend une forme nouvelle, plus articulée et subtile. Cela est visible avec le processus, que retrace Hacking, d’autonomisation des lois statistiques, qui sont considérées comme capables, vers la fin xixe siècle, de subsister sans postuler l’existence d’un monde sous-jacent de causes déterministes, comme c’était encore le cas chez Laplace, au début du siècle. The Taming of Chance reconstruit aussi l’histoire de la primauté du fréquentisme scientiste ou paramétrique établie pendant le xixe siècle, d’une part sur les tendances non paramétriques, purement descriptives, caractérisant selon Hacking les travaux des statisticiens allemands19, d’autre part sur le subjectivisme qui sera redécouvert seulement dans les années 1930. Selon Hacking, c’est Adolphe Quetelet (1796-1874), qui, se servant d’une loi statistique pour produire une fonction permettant de prévoir le nombre de suicidés dans la ville de Paris pour chaque année, a marqué, parmi d’autres, le passage de la nature prédictive à la nature explicative des lois statistiques. Il a appliqué la « loi de grands nombres » à la société et en a tiré le concept d’« homme moyen », nouvel objet théorique qui, avec Quetelet, commence à s’imposer de façon normative sur les individus concrets.

  • 20 Voir I. Hacking, « Biopower and the Avalanche of Printed Numbers », Humanities in Society, 5, 1982, (...)

8À l’origine de cette transformation philosophique qu’est l’érosion du déterminisme classique et son remplacement par un déterminisme plus subtil, il y a, selon Hacking, un fait historique contingent, une « avalanche ». Il s’agit d’une « avalanche de nombres imprimés », une augmentation extraordinaire de données numériques accumulées par des bureaux de statistique pendant la période 1820-184020. Ce fétichisme (avec ce mot, Hacking souligne une « volonté de savoir » exacerbée) du numéro crée une surabondance de données, d’abord relatives aux revenus, dans le but pour l’État de comptabiliser les impôts. Plus tard, avec l’anthropométrie, toute une série de mesures corporelles constitua le réservoir de données pour la formulation de lois et courbes statistiques.

  • 21 I. Hacking, « Statistical Language, Statistical Truth and Statistical Reason: The Self-Authentifica (...)

9« Érosion du déterminisme », « avalanche de nombres imprimés » sont des métaphores géologiques qui signalent dans The Taming of Chance une coprésence de ruptures et des lignes de continuité, ou mieux, que la rupture n’est pas unique, qu’elle est elle-même brisée en sept étapes successives21. Le processus décrit par Hacking en 1990 est donc plus lent et graduel que celui de The Emergence of Probability, qui présentait « l’irruption », l’événement soudain de la probabilité. The Taming of Chance ne décrit pas un événement à portée relativement limitée comme l’invention du calcul des probabilités, qui concernait un cercle restreint d’intellectuels, mais un phénomène à grande échelle qui, depuis le xixe siècle, affecte directement la vie de chaque individu. Cela explique aussi l’attention portée aux aspects sociaux, institutionnels et politiques impliqués par la statistique au xixe siècle. En schématisant, on pourrait donc dire que, dans un certain sens, après une première approche axiomatique, Hacking, à la suite de sa « rencontre » avec Foucault, élabore de manière originelle une approche d’abord proprement archéologique, puis archéo-généalogique de l’étude de la probabilité.

Façonner les gens

  • 22 M. Foucault, Histoire de la sexualité, t. 1, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 183.

10Si The Emergence of Probability s’inspire de Les mots et les choses, The Taming of Chance semble à maints égards s’approprier le thème foucaldien du biopouvoir : l’apparition du pouvoir de gouverner nos corps individuels et collectifs coïncide avec la montée des mesures statistiques appliquées à l’homme et à la société. Dans La volonté de savoir, Foucault distingue, à l’intérieur du pouvoir sur la vie développé depuis le xviie siècle, « deux pôles », l’un « centré sur le corps comme machine : son dressage, la majoration de ses aptitudes, l’extorsion de ses forces, la croissance parallèle de son utilité et de sa docilité, son intégration à des systèmes de contrôle efficaces et économiques » et l’autre centré en revanche « sur le corps espèce, sur le corps traversé par la mécanique du vivant et servant de support aux processus biologiques : la prolifération, les naissances, la mortalité, le niveau de santé, la durée de la vie, la longévité avec toutes les conditions qui peuvent la faire varier »22. Cette gestion des « processus bio-sociologiques des masses humaines » implique le déploiement d’appareils d’État spécifiques. De ce point de vue on peut alors se demander si le projet hackingien qui porte sur le « façonnement des gens » ne représente pas un effort de compréhension de ce « faisceau intermédiaire de relations » entre les deux pôles, celui de l’« anatomo-politique du corps humain » et celui de la « biopolitique de la population. »

  • 23 I. Hacking, Rewriting the Soul. Multiple Personality and the Sciences of Memory, Princeton, Princet (...)
  • 24 Le cas le plus connu de « conscience double » est Félida X., de Bordeaux, analysé par Hippolyte Tai (...)

11Chez Hacking, l’expression making up people est censée attirer l’attention sur les manières selon lesquelles différents types de personnes émergent dans l’histoire, en conséquence de l’interaction entre les catégorisations (dont la formulation et l’application est normalement l’affaire d’experts, de scientifiques) d’un côté et les individus catégorisés de l’autre. Le projet lié au « façonnement des gens » rassemble une pluralité de cas analysés par Hacking, comme l’abus à l’égard des enfants, la pauvreté, l’obésité, les personnalités multiples et l’autisme. Ces « catégories » et les « types de personnes » correspondant relèvent soit de la société (elles sont des catégories « sociales »), soit aussi de la « nature » (comme dans le cas de l’autisme) et par conséquent leur agencement implique une gamme plutôt vaste de disciplines juridiques, sociologiques, psychologiques et bioneurologiques. L’ouvrage de Hacking qui peut être considéré comme une application concrète de ce projet philosophique est Rewriting the Soul. Multiple Personality and the Sciences of Memory23. Dans ce livre, Hacking analyse l’« épidémie » contemporaine de personnalités multiples en la mettant en relation avec la prolifération (suivie de la disparition soudaine) de cas de « double conscience », phénomène lié à la psychologie observationnelle naissante du xixe siècle24. La mise en perspective philosophique et historique de ce type de maladie mentale transitoire (entre les deux « épidémies », l’une « française », de la fin du xixe siècle, l’autre états-unienne, de la fin du xxe siècle) permet à Hacking d’expliquer l’inscription du « trouble de l’identité dissociative » dans le DSM, le manuel de diagnostic psychiatrique. Le cas de personnalités multiples est le cas paradigmatique de « façonnement des gens » chez Hacking, car il y retrouve illustrée sa logique de fonctionnement : le « multiple » en tant que type de personne ou « espèce humaine » doit son existence à une conjoncture historique entre un certain type de comportement qui devient l’objet d’une connaissance scientifique (et après coup populaire) et des institutions qui la mettent en pratique. La trajectoire historique dressée par Hacking lui permet d’articuler des réponses aux questions suivantes : pourquoi les personnalités multiples n’existaient-elles pas auparavant ? Pourquoi est-ce seulement après une certaine date que l’on peut diagnostiquer une maladie en particulier, ce qui impliquait l’énumération des âmes qu’un corps singulier pouvait contenir ? Les maladies mentales transitoires et les personnalités multiples sont-elles réelles ou construites socialement ?

  • 25 I. Hacking, « Making Up People », paru en 1986 et repris dans I. Hacking, Historical Ontology, op. (...)
  • 26 Hacking soutient à ce propos que les sciences de la vie ont fourni un modèle aux premières générati (...)

12C’est dans deux articles publiés à dix ans de distance l’un de l’autre que Hacking décrit la logique du « façonnement des gens » qui est censée être à la base de l’apparition non seulement des personnalités multiples mais de tous les autres types de personnes envisagées par ses autres cas d’étude25. Un expert ou une communauté d’experts élabore des catégories pour un groupe d’individus, souvent dans le but de produire des propositions vraies, d’établir des vérités, des descriptions vraies à propos de ce groupe. Et peut-être pas seulement des descriptions mais aussi des généralisations et des prédictions sur le comportement futur de ce groupe ou d’un individu qui va être inclus dans ce groupe. Souvent cela est fait dans le but de pouvoir intervenir, d’améliorer les conditions de vie, de travail, d’existence en général des membres du groupe. À première vue, cette logique du « façonnement des gens » ne semble avoir aucun rapport avec le projet des styles de raisonnement scientifiques. En effet il est facile de voir que classer les individus n’est pas suffisant pour établir des « types de personnes ». La statistique joue un rôle fondamental dans la quantification et le tri des individus. Des valeurs standard sont indiquées, des lignes sont tracées qui permettent d’inclure ou d’exclure un certain individu d’une certaine catégorie. Sur la base de ces données, des attentes et des prédictions sont faites par rapport au pourcentage d’individus qui sont censés tomber dans une certaine catégorie ou dans une autre. Un modèle est donné pour certains comportements, déviants ou normaux, pour prévoir la ligne de développement d’un individu. Le sujet ainsi catégorisé intériorise, fait sienne cette catégorisation, il attribue lui-même certaines des ses actions à son modèle catégoriel. La catégorisation engendre alors ce que Hacking appelle des « effets de boucle » (looping effects) : le sujet qui se reconnaît comme classé réagit et modifie son comportement de manière conséquente, de sorte que les scientifiques se trouvent face à un « type » lui-même dévié. Ils sont donc obligés de modifier les classements, de les ajuster, de les préciser peut-être, mais également de les rejeter pour en élaborer des nouveaux. Et ainsi de suite. Certaines manières d’être (une personne) ne sont simplement pas disponibles à certaines époques : façonner les gens change l’espace de possibilité pour la personnalité (personhood). Les espèces humaines, à la différence des espèces naturelles, sont des « cibles en mouvement » car la description d’un être humain peut toujours affecter son comportement intentionnel (ce qui par exemple ne se produit pas avec un atome, qui reste totalement indifférent à toutes nos théories ou descriptions). Les sciences humaines et sociales se basent donc selon Hacking sur un nominalisme dynamique qui les rend plus instables que les sciences de la nature. C’est précisément sur ce point que le projet du « façonnement de gens » croise celui des styles de raisonnement scientifique : le mécanisme de façonnement de gens est dans un certain sens le résultat de deux styles récents, le style taxinomique et le style statistique. À partir du xixe siècle en effet le raisonnement taxinomique normalement appliqué au règne animal, végétal et minéral est employé sur les hommes en tant qu’êtres sociaux26. C’est précisément cela, l’aspect « subversif », sous-jacent et de « longue durée » de la biopolitique : l’introduction subreptice de classes, de types de personnes, qui organiseront notre ontologie sociale bien au-delà des simples nécessités liées aux régulations statistiques.

  • 27 M. Foucault, « Qu’est-ce que les Lumières ? » [1984], dans Dits et écrits, t. 4, 1980-1988, Paris, (...)
  • 28 I. Hacking, Historical Ontology, op. cit., p. 4.

13Les déplacements continus de Hacking par rapport à ses formules semblent avoir trouvé dans le terme « ontologie historique » la description la plus englobante pour ses recherches. Avec cette expression, Hacking vise à souligner la nécessité pour l’épistémologie historique de dépasser la limitation traditionnelle de l’épistémologie aux mots et aux concepts. Si, par « ontologie historique de nous-mêmes », Foucault visait les manières dans lesquelles nous nous constituons en tant que sujets de connaissance, de pouvoir et en tant que sujets moraux27, l’ontologie historique de Hacking est une généralisation de l’ontologie foucaldienne, car elle prend comme objet propre « toutes les manières de constituer » (all manners of constituting). C’est-à-dire, tous les processus qui font venir à l’être des « objets » – et par ce terme, Hacking entend des entités théoriques, des idées, des concepts, mais aussi des types de personnes, de faits, de phénomènes et d’institutions – qui n’existent dans aucune forme spécifiable avant de devenir objets de recherche scientifique28. La probabilité, en tant que concept organisateur d’un domaine de savoir, a été constituée à un moment précis de l’histoire. L’étude de sa constitution rentre alors au même titre que l’étude des personnalités multiples dans l’ontologie historique ainsi définie, et le concept de style semble être particulièrement adapté pour appréhender d’une façon cohérente l’entrecroisement entre le processus de façonnement des objets de la connaissance et celui des sujets de la connaissance, entrecroisement qui constitue le trait fondamental de l’épistémologie historique, entendue au sens large. Il est donc probablement vrai que Hacking n’appartient pas pleinement à l’épistémologie historique, mais c’est peut-être grâce au fait d’être un « point sur la tangente » qu’il a pu exercer une influence structurante et durable sur le champ de l’épistémologie contemporaine.

Notes

1 L. Daston « Historical Epistemology », dans J. Chandler, A. I. Davidson, D. Harootinian (dir.), Questions of Evidence. Proof, Practice, and Persuasion across the Disciplines, Chicago, The University of Chicago Press, p. 283.

2 Voir l’entretien « Ian Hacking: The Philosopher of the Present. An Interview with Matteo Vagelli », Iride. Filosofia e discussione pubblica, 27/72, 2014, p. 265. Pour le rapport de Hacking à l’épistémologie historique, voir aussi I. Hacking « Historical Meta-Epistemology », dans W. Carl, L. Daston (dir.), Wahrheit und Geschichte. Ein Colloquium zu Ehren des 60. Geburtstages von Lorenz Kruger, Göttingen, Dordrecht, 1999, p. 53-77 et « Historical Ontology » dans I. Hacking, Historical Ontology, Cambridge, Harvard University Press, 2002, chap. 1.

3 Sur le rapprochement problématique entre archéologie et épistémologie historique, voir P. Sabot « Archéologie du savoir et histoire des sciences : y a-t-il un “style Foucault” en épistémologie ? » dans P. Cassou-Nogués, P. Gillot (dir.), Le concept, le sujet et la science. Cavaillès, Canguilhem, Foucault, Paris, Vrin, 2009, p. 109-124.

4 A. C. Crombie, Styles of Scientific Thinking in the European Tradition, Londres, Duckworth, 1994.

5 Voir A. Desrosières, « Les recherches de Ian Hacking sur l’histoire des usages des probabilités et des statistiques dans le raisonnement inductif », Journal électronique d’histoire des probabilités et de la statistique, 2/1, juin, 2006.

6 I. Hacking, Logic of Statistical Inference, Cambridge, Cambridge University Press, 1965, p. 1.

7 Ibid., p. 56.

8 I. Hacking, The Emergence of Probability. A Philosophical Study of Early Idea About Probability, Cambridge, Cambridge University Press, 1975 ; trad. fr. par M. Dufour, L’émergence de la probabilité, Paris, Seuil, 2002.

9 Bernard Cohen a souligné à ce propos que l’analogie de l’émergence permet a Hacking de se démarquer tant du modèle de l’« évolution » – très répandu parmi les historiens des sciences influencés par la méthodologie de l’histoire des idées – que de celui de « révolution », très commun à l’époque, grâce au célèbre livre de Thomas Kuhn (T. Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press, 1962). I. B. Cohen, Revolutions in Science, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1985, p. 7. Voir aussi, sur le même point, I. B. Cohen, « Scientific Revolutions, Revolutions in Science and a Probabilistic Revolution 1800-1930 », dans L. Krüger, L. Daston, M. Heidelberger (dir.), The Probabilistic Revolution, Cambridge/Londres, The MIT Press, 1987, vol. 1, p. 37.

10 M. Foucault Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1961. Pour l’anecdote concernant la lecture de Foucault par Hacking voir M. Vagelli, « Ian Hacking: The Philosopher of the Present. An Interview with Matteo Vagelli », art. cité, p. 259.

11 M. Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966 et L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969. Voir I. Hacking, « The Archaeology of Knowledge », Cambridge Review, 2 juin 1972, p. 166-170. Document très intéressant qui témoigne des modalités de la réception de Foucault par Hacking, ce compte rendu du livre de Foucault est l’un des premiers en langue anglaise.

12 L. Daston, « The History of Emergences », Isis, 98/4, décembre 2007, p. 802.

13 I. Hacking, The Emergence of Probability, op. cit., p. 9.

14 Ibid., p. 16.

15 Révélant, sur ce point aussi, la volonté de rejoindre le projet foucaldien d’expliquer comment « Hume est devenu possible » (M. Foucault, Les mots et les choses, op. cit., p. 74).

16 I. Hacking, The Emergence of Probability, op. cit., p. 16.

17 C’est à l’occasion du congrès de l’International Union of History and Philosophy of Science de 1978 que Hacking écoutera pour la première fois Crombie parler du concept de « style de pensée scientifique ».

18 Du groupe de Bielefeld ont fait partie, parmi d’autres, Lorraine Daston et Lorenz Krüger, cofondateurs en 1994 du Max Planck Institute for the History of Science de Berlin. Si l’on regarde la série de publications directement connectées au travail du groupe de Bielefeld, comme The Probabilistic Revolution (L. Krüger, L. Daston, M. Heidelberger [dir.], op. cit.) et The Empire of Chance (G. Gigerenzer et al., Cambridge, Cambridge University Press, 1989), ou les publications successives de ses membres (T. Porter, The Rise of Statistical Thinking 1820-1900, Princeton, Princeton University Press, 1986 ; S. Stiegler, The History of Statistics, Cambridge [Mass.], Harvard University Press, 1986 et L. Daston, Classical Probability in the Enlightenment, Princeton, Princeton University Press, 1988), on peut affirmer non seulement que Hacking a contribué à introduire la probabilité et la statistique comme objets de l’épistémologie historique contemporaine, mais que l’épistémologie historique contemporaine en tant que telle ne s’est initialement formée qu’en rapport avec ces objets.

19 I. Hacking, The Taming of Chance, op. cit., voir chap. 15 (« The Astronomical Conception of Society ») en particulier.

20 Voir I. Hacking, « Biopower and the Avalanche of Printed Numbers », Humanities in Society, 5, 1982, p. 279-295.

21 I. Hacking, « Statistical Language, Statistical Truth and Statistical Reason: The Self-Authentification of a Style of Reasoning », dans E. MacMullin (dir.), The Social Dimensions of Science, Notre Dame, Notre Dame University Press, 1992, p. 130-157 : 1640-1693, l’émergence de la probabilité ;
1693-1756, la doctrine des chances ;
1756-1821, la théorie de l’erreur et les sciences morales I ;
1821-1844, l’avalanche des nombres imprimés et les sciences morales II ; 1844-1875, la création d’objets statistiques ;
1875-1897, l’autonomie des lois statistiques ; 1897-1933, l’époque de la modélisation et de l’ajustement.

22 M. Foucault, Histoire de la sexualité, t. 1, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 183.

23 I. Hacking, Rewriting the Soul. Multiple Personality and the Sciences of Memory, Princeton, Princeton University Press, 1995 ; trad. fr. L’âme réécrite. Étude sur la personnalité multiple et les sciences de la mémoire, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 1998. Le livre de Hacking qui accompagne Rewriting the Soul est Mad Travellers. Reflections on the Reality of Mental Illnesses, Charlottesville, The University of Virginia Press, 1998 ; trad. fr. Les fous voyageurs, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 2002. Les fous voyageurs a été originalement conçu comme un chapitre de L’âme réécrite, un chapitre qui a développé jusqu’au point de devenir autonome. Lui aussi prend comme point de départ une « épidémie » : il s’agit d’une épidémie de fugueurs, parmi lesquels Hacking se concentre sur le cas de Jean-Albert Dadas, qui s’est produit en 1887.

24 Le cas le plus connu de « conscience double » est Félida X., de Bordeaux, analysé par Hippolyte Taine (1828-1893) et Théodule Ribot (1839-1916). Pierre Janet (1859-1947), titulaire de la chaire de psychologie expérimentale et comparée du Collège de France (1902-1934), présente le cas de Lucie et de ses doubles, Blanche (spontané ?) et Adrienne (provoqué par Janet).

25 I. Hacking, « Making Up People », paru en 1986 et repris dans I. Hacking, Historical Ontology, op. cit., chap. 6 et « The Looping Effects on Human Kinds », dans D. Sperber, D. Premack, A. Premack (dir.), Causal Cognition: An Interdisciplinary Approach, Oxford, Oxford University Press, 1995, p. 351-383. Dans ses cours au Collège de France, Hacking souligne à plusieurs reprises qu’il n’y a pas une seule théorie générale du façonnement des gens : « il n’y a pas deux manières identiques de façonner les gens ». Hacking ne croit pas avoir élaboré une théorie définitive des espèces humaines, et il ne pense pas non plus qu’une telle théorie puisse jamais exister car l’existence et la dynamique des espèces humaines se fonde sur une complexité d’institutions et de pratiques quotidiennes qui rendent chaque manière de « façonner les gens » différente et irréductible aux autres.

26 Hacking soutient à ce propos que les sciences de la vie ont fourni un modèle aux premières générations de sociologues (I. Hacking, Façonner les gens II. Cours au Collège de France, 2004-2005, leçon du 29 mars 2005, « Choix-Nominalisme », p. 12. Voir : https://www.college-de-france.fr/site/ian-hacking/course-2005-03-29.htm, consulté le 6 juin 2018). C’est pour cela que, sur le modèle des « espèces naturelles », Hacking parle d’« espèce humaines », au lieu de « genres humains ».

27 M. Foucault, « Qu’est-ce que les Lumières ? » [1984], dans Dits et écrits, t. 4, 1980-1988, Paris, Gallimard, 1994, p. 1395.

28 I. Hacking, Historical Ontology, op. cit., p. 4.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search