Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

De Chypre à la Prusse et à la Flandre

Les aventures d’un chevalier poitevin : Perceval de Couloigne, seigneur de Pugny, du Breuil-Bernard et de Pierrefitte (133.-141.)

Philippe Contamine

Texte intégral

  • 1 M. Balard, les croisades, Paris 1988 ; Id., Croisade et Orient latin, xie-xive siècle, Paris 2001. (...)
  • 2 Guillaume de Machaut, la prise d’Alexandrie ou chronique du roi Pierre Ier de lusignan, éd. L. de (...)

1En septembre 1365, ayant obtenu les concours qu’il jugeait indispensables, Pierre Ier de Lusignan, depuis une demi-douzaine d’années roi de Chypre et roi titulaire de Jérusalem, s’apprêtait avec ardeur et conviction à relancer la croisade contre les infidèles1. Alors qu’il reposait dans son lit, il fit appeler un sien chambellan. Perceval de Couloigne, « sages et hardis, preus, vaillans en fais et en dis ». « Perceval », lui dit-il en substance (on notera le tutoiement, signe de familiarité), « tu es l’homme du monde en qui j’ai le plus confiance, il me faut maintenant passer la mer profonde, mais j’ignore dans quelle direction. Toi qui t’es rendu maintes fois au Caire et à Alexandrie ainsi qu’en Syrie, donne-moi un conseil car je serais à la fois désespéré et ridicule si je m’embarquais en vain. » Perceval lui répondit « sagement » : « Sire, je suis votre créature. Bien que je ne sois pas digne de savoir vos secrets desseins, toutefois je vous conseillerai de mon mieux au nom de l’amour que je vous porte. Et de fait j’ai été longtemps prisonnier à Alexandrie, mais je pouvais librement circuler dans la ville, grande et large, plate et bien fortifiée. Il est vrai que sa nombreuse population a peu de vertus guerrières. Au demeurant, superstitieuse, elle est persuadée que la ville sera prise un vendredi à partir d’un emplacement tout proche appelé le Vieux Port. C’est là que vous devez débarquer. » Une semblable suggestion fit d’abord rire le roi puis il la prit au sérieux et décida que ce serait là l’objectif premier de l’opération. Telle est l’anecdote que raconte Guillaume de Machaut dans son poème la prise d’Alexandrie composé à la mémoire de Pierre 1er peu après son assassinat en 13692.

  • 3 Ibid., p. 207.

2Le même Perceval se trouve cité dans d’autres passages du poème. C’est ainsi que nous apprenons que ce chevalier était originaire du Poitou3 et qu’il fut l’un des tout premiers à débarquer à Tripoli, toujours en compagnie du roi de Chypre, en 1367. Florimont, sire de Lesparre, était un chevalier gascon renommé que le roi de Chypre avait courtoisement accueilli. Mais précisément lors des préparatifs de l’expédition de Tripoli, pour des raisons demeurées mystérieuses, Pierre de Lusignan Paris, le cassa aux gages, lui et la vingtaine de gens d’armes qui l’accompagnaient. Il leur interdit formellement d’embarquer dans une des galères de sa flotte. Florimont ressentit ce refus comme une insulte. Pour se venger, il décida d’appeler le roi en champ clos, pour le combattre « corps a corps », de hache, de glaive et d’épée. Comme arbitre de ce gage de bataille, il songea d’abord au prince de Galles « qui se dit duz de Guienne » (le Prince noir), dont il était le sujet et le vassal, ou, à défaut, au roi de France Charles V. Par une lettre écrite à Rhodes le 3 août 1367, Florimont rappela à Pierre de Lusignan qu’il l’avait envoyé quérir à Constantinople. « Et si je vous ay servi par l’espasse de dix mois entiers ou plus », six mois aux frais du roi et quatre à ses propres dépens. Face à l’attitude du roi, il avait fait part de sa surprise à Perceval de Couloigne, rencontré à Rhodes : le service de Dieu n’est-il pas commun en sorte que nul chrétien ne peut en être écarté ? Puisque vous avez voulu mon déshonneur, à mon tour, je pourchasserai votre déshonneur. « Dieux vous donne le guerre don selonc voz merites. »

  • 4 L’épisode porte un éclairage singulier sur la notion si importante de gentilhomme : dans les quest (...)

3Dans une deuxième lettre à Pierre Ier, cette fois du 4 août, Lesparre rappelle que le roi affirmait volontiers deux choses : d’abord qu’il n’avait jamais menti, ensuite que, si quelqu’un mettait en cause son honneur, il se défendrait par devant le roi de France. Il s’agit donc de le prendre au mot en lui proposant un combat singulier devant le roi d’Angleterre (Edouard III), devant le prince de Guyenne son fils ou devant le roi de France, d’ici à la Saint-Michel 1368. Ne dites pas que je ne suis pas digne de vous combattre « car je me tien aussi gentis hom de pere et de mere comme vous estes et en vous n’a de noblesse plus qu’en moy fors que vous avez une couronne de roy, laquelle j’ay oy dire a mains preus hommes que nuls homs n’est digne de la porter qui soit faus et mauvais et mensongier si comme vous estes »4. Prière de me répondre d’ici Noël. Quel ton, quelle insolence !

4Ayant pris connaissance de ces insultes, le roi réunit son conseil et répondit sèchement le 15 septembre : d’ici à la Saint-Michel 1368, vous trouverez à la cour de France « qui vous respondera si comme il vous affiert et en tele maniere que jamais n’aurez volenté d’escrire a roy crestien par la maniere que escript nous avez ».

  • 5 B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la maison de Valo (...)
  • 6 W. Paravicini, Die Preussenreisen des europäischen Adels,t. I, Sigmaringen 1989, p. 97, et, du mêm (...)

5C’est à Perceval de Couloigne que Pierre Ier se confia en premier : signe de grande folie et d’outrage, ce Florimont m’appelle de gage de bataille, comme s’il s’adressait à un simple page. Comme arbitre, je fais choix du roi de France. Rendez-vous à Paris et veillez à nous pourvoir largement, nous et nos gens. Surtout, que je sois armé sûrement et que ma monture soit belle, bonne et sûre. Perceval accepta la délicate mission, reçut cent mille livres pour l’accomplir (on n’est pas obligé d’ajouter foi à ce chiffre) et gagna Paris. À la cour de France, on le connaissait bien car il l’avait fréquentée en 1364 avec le roi de Chypre, en grand arroi. Déjà la nouvelle de ce combat hors normes se répandait. Conscient de ses responsabilités, le pape Urbain V intervint pour l’empêcher, mettant en avant qu’il était indigne d’un roi d’affronter en champ clos un aussi mince seigneur. Sous la pression, Pierre Ier accepta les excuses de Florimont à condition que ce dernier le reconnaisse publiquement comme bon prudhomme et loyal chevalier. La réconciliation eut lieu le 8 avril 1368, en présence du pape, qui promulgua une bulle à ce sujet, et peut-être de Perceval. Par mandement du 25 juillet 1368, ce dernier reçut 160 francs du duc de Bourgogne Philippe le Hardi, pour se rendre « outremer par devers le roy de Chippre »5. Perceval regagna-t-il effectivement Chypre, auquel cas il serait demeuré en la compagnie de son maître jusqu’à l’assassinat de ce dernier, survenu le 17 janvier 1369 ? Même si, comme on le verra, Jean d’Arras l’atteste dans son roman Mélusine, il y a là un problème de chronologie, dès lors que sa présence est attestée à Koenigsberg, dans le cadre de la « rèse » de Prusse, les 11 janvier et 11 février 13696.

***

  • 7 T. IV, 1369-1376, correspondant au t. 19 (1888) des Archives historiques du Poitou, p. 200, n. 1. (...)

6En hommage à Michel Balard, je souhaiterais retracer la longue carrière de ce personnage à la fois exemplaire et inattendu, en allant un peu plus loin que la solide notice jadis établie par Paul Guérin dans l’un des volumes de la magnifique collection Recueil des documents concernant le Poitou contenu dans les registres de la chancellerie de France7.

  • 8 Deux-Sèvres, ar. Bressuire, cant. Saint-Varent.
  • 9 BNF, Clair. 33, p. 2481 : quittance de gages datée de Niort le 26 mai 1351 (guerres de Poitou, Lim (...)
  • 10 AN, X2a 6, f. 17v, 50, 89, 112, 202v et X1a 15, f. 253v.
  • 11 Deux-Sèvres, ar. Parthenay, cant. Moncoutant. BNF, lat. 5450, f. 70v : « Sachent touz que nous Gef (...)
  • 12 Ph. Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris 1997, p. 229
  • 13 AN, X1a 35, f. 11v-12r (1386). Allusion à un procès entre Perceval et Marguerite Trousselle. Dans (...)
  • 14 Deux-Sèvres, ar. Niort, ch.-l. cant.
  • 15 Deux-Sèvres, ar. Parthenay, cant. Moncoutant.
  • 16 Deux-Sèvres, ar. Bressuire, cant. Saint-Varent.

7Perceval était issu d’une noble famille poitevine que l’on rattache habituellement à la localité de Coulonges-Thouarsais8. Son père, Geoffroy de Couloigne, chevalier, dont les armes, selon son sceau, étaient un burelé à la fleur de lys brochant, servit Jean le Bon en ses guerres du Centre-Ouest9. Ce Geoffroy, que mentionnent pour les années 1353-1355 les archives du Parlement de Paris10, était seigneur de Pugny11. Sa mère, elle aussi de bonne famille poitevine, s’appelait Pernette ou Pétronille Brun ou le Brun. On peut bien sûr rêver sur le prénom prédestiné de Perceval, bien plus rare qu’on ne le croit même dans la noblesse de la fin du Moyen Âge12. Perceval était le principal héritier de Geoffroy13. Il avait un frère nommé Hugues qui épousa en premières noces Marie, fille de Simon, seigneur de Lezay14, et en secondes noces Isabeau Chabot, laquelle se remaria après la mort de Hugues, avec Renault Chenin, dont elle était veuve en 1416. Il avait aussi une sœur, Héliette, qui épousa Guillaume d’Appelvoisin : ce fut cette sœur qui hérita à sa mort (car il n’avait pas ou plus de descendance directe) de ses seigneuries de Pugny, du Breuil-Bernard15 et de Pierrefitte16, les faisant ainsi passer dans l’une des branches de la notable famille des Appelvoisin. À une date inconnue, Perceval épousa Jeanne de la Grésille, issue d’un noble lignage tourangeau.

8On ignore dans quels contexte, circonstances et conditions, Perceval, sans doute avant la mort de son père, animé et imprégné par l’esprit de croisade, chercha fortune en Orient, bien qu’évidemment l’origine poitevine des Lusignan ait pu lui servir d’introduction. La sagesse que Guillaume de Machaut lui attribue dès 1365, les responsabilités qui lui furent confiées par Pierre Ier en 1367-1368 suggèrent qu’il n’était pas alors tout jeune : peut-être faut-il le faire naître à la fin des années 30 du xive siècle.

  • 17 Jean Froissart, Chroniques , éd. S. Luce, t. vii, Paris 1878, p. 189. 18.
  • 18 Id., Ibid., p. 243.
  • 19 Id., Ibid., t. viii, Paris 1888, p. 19.

9Le meurtre de Pierre de Lusignan le laissa désemparé. Le voyage de Prusse ne fut qu’un bref intermède. La guerre s’étant rallumée entre France et Angleterre, Perceval vint se mettre tout naturellement au service d’Edouard, prince d’Aquitaine et de Galles. Si l’on en croit Froissart, à l’automne 1369, Jean de Hastings, comte de Pembroke, fit une chevauchée en Anjou, jusqu’aux Ponts-de-Cé, dont il s’empara pour les fortifier. Il était accompagné de plusieurs nobles poitevins dont le sire de Parthenay, messire Guichard d’Angles et « messire Perchevaus de Coulongne »17. Ce dernier fit aussi partie de l’expédition du Prince noir en 1370, marquée par l’assaut de la ville de Limoges18. On le retrouve aux côtés du duc Jean de Lancastre au siège de Montpont (en Périgord) et, en 1371, à la prise de Moncontour-du-Poitou, cette fois sous Thomas de Percy19.

  • 20 Id., Ibid., 57.
  • 21 D. F. Secousse, Recueil de pièces sur Charles II, roi de Navarre, t. ii, Paris 1755, p. 650. M. H. (...)

10En juillet 1372, Bertrand du Guesclin ayant assiégé Sainte-Sévère, Thomas de Percy et le captai de Buch rassemblèrent des forces pour secourir la place, d’ailleurs vainement. Perceval figurait au sein de ce contingent20. La même année, un certain nombre de seigneurs français, dont le sire de la Jaille, messire Guy Oudart et messire Pierre de la Haye, livrèrent un combat dans un lieu-dit appelé la Roche entre la Motte de Bourbon et Montreuil-Bellay contre des Poitevins pro-anglais dont les chefs étaient Tristan Rouault, Perceval de Couloigne et Gadifer de la Salle : ces derniers furent battus21.

  • 22 Froissart, Chroniques, cité supra n. 17. t. viii, p. lii et 91-92. De fait, Perceval fut partie pr (...)

11Les barons du Poitou se replièrent alors sur la place forte de Thouars. Suivant le conseil de Perceval, les assiégés conclurent, après quinze jours de négociations, la trêve dite de Surgères, en date du samedi 18 septembre 1372, avec Jean, duc de Berry et d’Auvergne, comte de Poitou et de Maçonnais, d’Angoulême et de Saintonge, lieutenant du roi de France. Ils s’engageaient à rendre la place avant le 30 novembre s’ils n’étaient pas secourus par des forces anglaises suffisantes. Ainsi advint-il. « Au jours emprins et accordé vindrent a toute puissance devant Touars de par le roy de France les ducs de Berry et de Bourgoigne ses freres qui la journee se tindrent sur les champs en bataille ordonnee et a bannieres desployees jusques au vespres. » Enfin arriva Pernelle, vicomtesse de Thouars, accompagnée de nobles barons et dames, qui mit sa seigneurie en l’obéissance du roi. « Et au giste vint avec eulx a Lodun auquel lieu elle fist hommage lige de sa viconté avec serment de loyauté au duc de Berri duquel est tenue ladicte viconté à cause de sa conté de Poitou22. » C’est à cette occasion que Froissart place le discours de messire Perceval, qui, dit-il, « fu uns sages et imaginatis chevalier et bien enlangagiés » : nous avons pleinement tenu notre loyauté envers le roi d’Angleterre, comment se tirer de ce mauvais pas en préservant notre honneur ? Si le roi d’Angleterre nous secourt avec assez de force, « nous demorrons anglés a tous jours més », sinon « nous serons bon François de ce jour en avant ». On ne pouvait mieux parler.

  • 23 Id., Œuvres, éd. J. B. M. C. Kervyn de Lettenhove, Chroniques, t. viii, Bruxelles 1869. p. 261.
  • 24 G. Dupont-Ferrier, Gallia regia, t. iv, Paris 1954, nos 17593 et 17593bis.
  • 25 Ibid., n° 17593ter.
  • 26 F. Lehoux, Jean de France, duc de Berri, sa vie, son action politique (1340-1416), t. i. De la nai (...)
  • 27 Ibid., 346, n. 2.
  • 28 Ibid., 362, n. 4.

12Somme toute, messire Perceval sut bien négocier son changement d’obédience. Il alla aussitôt assiéger avec Olivier de Clisson La Roche-sur-Yon que les Anglais occupaient encore23. On le trouve désormais, jusqu’à fort avant dans le siècle, dans le sillage de son seigneur supérieur Jean de Berry, en l’occurrence comte de Poitou. Toutefois, il ne fut pas le premier sénéchal du Poitou « libéré ». Avant lui, il y eut Jean La Personne, vicomte d’Aunay, en 1372-1373, puis le Breton Alain de Beaumont, compagnon d’armes de Du Guesclin24. À son tour, il occupa l’office de sénéchal un an, de juin 1374 à juin 137525. La comptabilité ducale nous apprend que le 6 mai 1374, Jean de Berry, alors à Clermont en Auvergne, fit porter des messages à la vicomtesse de Thouars ainsi qu’à Perceval26. En novembre 1374, le duc retint son « amé et feal chevalier et seneschal de Poictou messire Perceval de Culoigne a tenir certain nombre de genz d’armes en sa compaignie pour aller et chevaucher par tout nostre dit païs de Poitou pour la garde et deffense d’icellui ». Les effectifs, au témoignage du registre de Barthélemy de Noces, furent variables : 4 chevaliers et 40 écuyers le 7 novembre, 7 chevaliers et 52 écuyers le 7 décembre, le même effectif en janvier mais seulement 4 chevaliers et 15 écuyers en février 137527. En mai 1375, le duc se rendit à Thouars, y demeura huit jours, en compagnie de Perceval28.

  • 29 BNF, n.a.fr. 7414, f. 210-237.

13Le compte de Jacques Renart, trésorier des guerres de Charles V, atteste son service cette même année 137529.

  • 30 BNF, Clair 35, n° 150. Son sceau, assez prestigieux, est le suivant : un écu burelé à la fleur de (...)

14Même après la pacification du Poitou, Perceval continua à suivre les guerres du roi, cette fois dans un autre théâtre d’opérations. C’est ainsi que le 11 septembre 1383, il donne quittance au trésorier des guerres de Charles VI Guillaume d’Enfernet d’une somme de 33 livres 10 sous tournois en prêt sur les gages de lui, 3 autres chevaliers bacheliers et 14 écuyers desservis et à desservir « en ces presentes guerres du roy pour le servir au pays de Flandres contre ses ennemis en la chevauchée qu’il fait de present sur les champs audit pays », en la compagnie et sous le gouvernement du duc de Berry30.

  • 31 Lehoux, Jean de France, cité supra n. 26, t. ii, De l’avènenement de Charles VI à la mort de Phili (...)
  • 32 BNF, fr. 25765, n° 69.

15En 1386, Perceval et d’autres fidèles du duc ne purent éviter de lui servir de caution pour un emprunt contracté à l’occasion du magnifique mariage dans la cathédrale de Bourges de l’une de ses filles avec le comte de Blois31. Nous avons conservé la liste des « noms des gens d’armes que nous Jehan, fils de roy de France, duc de Berry et d’Auvergne, conte de Poitou, avons tenuz en la compaignie et service de monseigneur le roy es parties de Flandres pour le passage de la mer » en octobre et novembre 1386 « qui sont touz de nostre hostel ». Cette liste commence par les noms de deux chevaliers bannerets, le comte de Sancerre et messire Roger d’Espagne. Puis viennent 32 chevaliers bacheliers (dont Perceval, huitième nommé, ce qui semble un rang honorable), enfin 37 écuyers32.

  • 33 Jean d’Arras, Mélusine ou la noble histoire de Lusignan, roman du xvie siècle, éd. J.-J. Vincensin (...)

16Un autre indice de l’intimité de Jean de Berry avec Perceval se trouve dans Mélusine ou la noble histoire de Lusignan que Jean d’Arras acheva en 1393 pour l’offrir au duc. À la fin de son roman, Jean d’Arras raconte que chaque fois que la forteresse de Lusignan doit changer de seigneur, « la serpente s’appert trois jours devant ». Il donne l’exemple de John Cresswell qui tenait Lusignan pour les Anglais. Il était couché avec sa concubine, dont le nom même est fourni – indice du sérieux du témoignage. Alors que toutes les portes étaient fermées, Cresswell vit devant son lit « une serpente grande et grosse merveilleusement et estoit la queue [armoriée] longue de VII a VIII piez burlee d’azur et d’argent ». Il y avait un grand feu dans la cheminée. Jamais il n’eut aussi peur. Au bout d’un long moment, la serpente se changea en femme, puis de nouveau en serpente, pour disparaître ensuite mystérieusement. Tel est le récit que Cresswell fit au duc de Berry en affirmant sa véracité. Autre capitaine bien connu, Yvain de Galles jura l’avoir vue à deux reprises sur les murs de Lusignan avant que la forteresse ne soit rendue. À son tour, messire Perceval de Couloigne, « qui fu chambellan du bon roy de Chippre », jura plusieurs fois à monseigneur de Berry que, quand il était à Chypre, la serpente apparut à Pierre Ier, lequel lui dit : « Perceval [...], je me doubte trop fort » car j’ai vu la serpente, quelque fort de grave va m’arriver, à moi ou à mon fils Perrin. Et de fait trois jours après il périt assassiné33.

  • 34 AN, JJ 138, n° 118, f. 148v. Guérin, Recueil de documents, cité supra n. 7, t. v (1376-1390) (Arch (...)

17En 1390, Perceval est encore signalé comme châtelain pour le duc de Berry de la ville et château de Fontenay-le-Comte34.

  • 35 AD Deux-Sèvres, E 517. « Premierement, a la Buschellerie une borderie de terre herbergee appelle l (...)

18On peut penser qu’à partir de cette date, ayant largement dépassé la cinquantaine, il résida de préférence dans l’une ou l’autre de ses seigneuries poitevines. Car il ne manquait pas de biens fonciers. C’est ainsi qu’un document sur papier de la fin du xive ou du début du xve siècle énumère une longue liste de « borderies », masures et tenures tenues « de mons, de Puygné es parroisses du Bruil Bernart et de Puygné »35.

  • 36 AN, X1a 1472, f. 157r : arrêt du Parlement de Paris de novembre 1384 pour un procès entre messire (...)
  • 37 AD Deux-Sèvres, E 517.
  • 38 Deux-Sèvres, ar. Parthenay, cant. Moncoutant.
  • 39 Châteaumur faisait de fait partie de la « terre de Belleville », appartenait à Olivier de Clisson. (...)
  • 40 BNF. fr. 20684, p. 897. Copie classique. Plus tard seulement, un héritier et successeur de Perceva (...)

19Il semble que, pour défendre ses droits ou ce qu’il considérait comme tels, il se soit montré plus procédurier, plus pugnace, que la moyenne des nobles de son temps et de son rang36. Il eut de nombreux démêlés avec le puissant Louis de Beaumont, seigneur de Bressuire, dont il était le vassal pour plusieurs fiefs37. Notamment dans plusieurs « villages » et lieux-dits des paroisses du Breuil-Bernard, de Pugny, de Largeasse38 et d’ailleurs, le seigneur de Bressuire soutenait avoir seul la haute et la moyenne justice, ne reconnaissant à Perceval, qui manifestement ne se laissait pas faire, que la basse justice, la justice foncière et la « basse voyerie ». Un procès eut même lieu en 1391 entre Perceval et le connétable de France Olivier de Clisson. Ce dernier était entre autres seigneur et baron de Châteaumur39. Or Perceval tenait de la baronnie en question le fief du Breuil-Bernard qui lui venait de son oncle Hugues, frère de Geoffroy. Le connétable ne le contestait pas mais pour lui Perceval n’y avait ni haute ni moyenne justice, qui revenait au connétable « seul et pour le tout ». D’autant que « par la coutume du pays nul n’a haute justice s’il ne l’a du droit du baron ». L’argumentation du pugnace Perceval est différente : il est seigneur du Breuil-Bernard et de ses appartenances. Comme ses prédécesseurs depuis cent ans, il y détient haute justice, basse et moyenne et a d’ailleurs plusieurs plaids. Tout cela laisse penser à une certaine frustration. Perceval, en raison de son expérience, des offices qui lui avaient été confiés et de ses capacités, se rêvait sans doute un seigneur haut-justicier, un chevalier banneret, un baron, alors qu’il n’était qu’un chevalier bachelier, dont la demeure, à Pugny, ne devait avoir rien d’impressionnant40.

20Perceval de Couloigne n’en demeurait pas moins un bon chrétien, à la mode du temps. Ainsi le montre ce que nous savons de ses fondations pieuses.

  • 41 Vienne, ar. Châtellerault, ch.-l. cant.
  • 42 AD Vienne, 1 H 18, liasse 14, copie xvie siècle.

21L’installation du couvent des carmes à Loudun41 date des environs de 1334. Le terrain leur fut donné par Amaury de Bauçay, seigneur de La Motte-Champ-deniers, la dame de Benais, Guillaume de Saint-Pierre et d’autres. Ce n’était là qu’un début. Un demi-siècle plus tard, en 1388, « très noble et très puissant seigneur Perceval de Couloigne, chevalier », seigneur de Pugny au diocèse de Poitiers, par révérence envers Dieu et sa glorieuse Mère, donna 100 livres monnaie courante pour achever l’édifice de leur église. En échange, les carmes de Loudun s’engageaient à dire chaque jour la première messe chantée avant la messe conventuelle pour lui, Jeanne de la Grésille, son épouse, et leurs enfants. D’autres services, plus légers et plus épisodiques, étaient également prévus. En mars 1411, frère Nicolas Pinaud, humble prieur local, et les autres frères du même couvent donnèrent et concédèrent à perpétuité à ceux qu’ils appellent leurs fondateurs une messe quotidienne, tantôt avec note, tantôt sans note, s’ajoutant à la précédente, cette fois pour le remède et le salut de l’âme de Pierre de Lusignan, jadis roi de Jérusalem et de Chypre : pieuse et touchante pensée ! En échange les fondateurs, en vue de l’édification de la salle du chapitre, avaient fait don de cent écus d’or du coin du roi42.

  • 43 Deux-Sèvres, ar. Parthenay, cant.Moncoutant.
  • 44 Deux-Sèvres, ar. et cant. Bressuire.
  • 45 Deux-Sèvres, ar. Parthenay, cant. Moncoutant.
  • 46 AD Deux-Sèvres, G 28. Airvault : Deux-Sèvres, ar. Parthenay, ch.-l. cant.

22Plus important encore apparaît le document du 13 décembre 1411 par lequel Perceval de Couloigne, chevalier, seigneur de Pugny, du Breuil-Bernard et de Pierrefitte, pour le salut et la rédemption de lui et de sa femme Jeanne de la Grésille (à cette date les enfants ne sont pas mentionnés), a ordonné, « pour contemplacion et augmentacion du divin service », avec la permission de l’évêque de Maillezais, de faire construire et édifier une chapelle au cimetière de Pierrefitte, auprès de la grande croix dudit cimetière appelée la chapelle de Toussaint. Dans cette chapelle seront célébrées perpétuellement chaque semaine trois messes, l’une, le lundi, des morts, l’autre, le mercredi, de tous les saints, la troisième, le samedi, de Notre-Dame. Là encore d’autres services s’ajoutaient. De quoi occuper raisonnablement un chapelain que lui ou sa femme ou ses successeurs seigneurs de Pierrefitte présenteront à l’évêque de Maillezais. Pour financer cette chapellenie, Perceval abandonne la dîme des blés, des bêtes et autres fruits qu’il peut avoir en commun avec l’abbé de l’Absie en Gâtine43, soit douze setiers de blé ou environ, les dîmes des paroisses de Chiché44 et de Clessé45, les cens et rentes qu’il peut avoir à Airvault46.

  • 47 Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique du Poitou, cité supra n. 7. Par ce codic (...)
  • 48 Bernard, bâtard de Couloigne, écuyer, donne quittance pour ses services de guerre, à Paris, le 29 (...)

23L’érudition poitevine date son testament du 10 mars 1407, auquel s’ajouta un codicille en date du 25 mai 141647. Il dut mourir, octogénaire, peu de temps après. Sa plus grande tristesse fut sans doute de mourir sans descendance directe légitime48, qu’elle soit féminine ou masculine.

***

24Dans l’espace français du xive siècle, Perceval de Couloigne aurait pu être un chevalier comme bien d’autres : chambellan d’un prince des fleurs de lis, chambellan du roi, détenteur à tel ou tel moment de tel ou tel office, majeur ou mineur, répondant régulièrement aux semonces d’armes émanées de ses souverains seigneurs successifs, préoccupé de ses revenus dans une conjoncture économique franchement difficile, notamment pour le monde des seigneurs. Toutefois, quelques traits le font sortir de l’anonymat : le voyage de Prusse (une aventure plus rare, peu commune sans être pour autant exceptionnelle), la sagesse, l’ingéniosité, l’éloquence qui lui sont généreusement attribuées, et surtout le long séjour en Orient et dans l’île de Chypre, aux côtés de Philippe de Mézières, qu’il connut immanquablement. Ce séjour aurait pu se prolonger et déboucher du même coup sur des responsabilités encore plus éminentes, sans le meurtre du fantasque Pierre de Lusignan. Grâce à Jean Froissart, à Guillaume de Machaut et à Jean d’Arras, on peut suivre sa trace, reconstituer son parcours, entrevoir quelques bribes de sa personnalité par d’autres sources que documentaires.

Notes

1 M. Balard, les croisades, Paris 1988 ; Id., Croisade et Orient latin, xie-xive siècle, Paris 2001. N. Housley, The later Crusades, from lyons to Alcazar, 1274-1580, Oxford 1992. Sur le royaume de Chypre : G. H. Hill, A History of Cyprus, 4 vol., Cambridge 1940-1952 ; W. H. de Collenberg, les Lusignan de Chypre, Ἐπετηρὶς τοῦ Κέυτρου Ἐρπιστημονικῶν Eρευνῶν 10, Nicosie 1980, p. 85-319. Sur Pierre Ier de Lusignan, notice de J. Richard dans le Lexikon des Mittelalters, 6, Munich-Zurich 1993, col. 1932, et P. W. Edbury, The Crusading Policy of King Peter I of Cyprus 1359-1369, The Eastern Mediterranean lands in the Period of the Crusades, éd. P. M. Holt, Warminster 1977, p. 90-105, et du même auteur. The Murder of King Peter I, Journal of Medieval History 6, 1980, p. 219-233.

2 Guillaume de Machaut, la prise d’Alexandrie ou chronique du roi Pierre Ier de lusignan, éd. L. de Mas Latrie, Genève 1877. p. 60-64

3 Ibid., p. 207.

4 L’épisode porte un éclairage singulier sur la notion si importante de gentilhomme : dans les questions relatives à l’honneur, l’égalité était de mise entre tous les authentiques gentilshommes, quel que fût leur rang.

5 B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la maison de Valois (1363-1477), t. i, Philippe le Hardi, 1367-1377, Paris 1902-1904, p. 163, n° 930. Renseignement aimablement fourni par Jacques Paviot, que je remercie vivement.

6 W. Paravicini, Die Preussenreisen des europäischen Adels,t. I, Sigmaringen 1989, p. 97, et, du même, le document 5 de son catalogue, encore inédit, qu’il a bien voulu mettre à ma disposition, ce dont je le remercie bien vivement.

7 T. IV, 1369-1376, correspondant au t. 19 (1888) des Archives historiques du Poitou, p. 200, n. 1. Il ne serait sans doute pas impossible de préciser son rôle à Chypre en tant que chambellan du roi. Voir aussi H. Beauchet-Filleau, Ch. de Chergé et alii, Dictionnaire historique et généalogique du Poitou, t. ii, Poitiers 1895, p. 577.

8 Deux-Sèvres, ar. Bressuire, cant. Saint-Varent.

9 BNF, Clair. 33, p. 2481 : quittance de gages datée de Niort le 26 mai 1351 (guerres de Poitou, Limousin, Saintonge, etc.). Ibid. p. 2481 : quittance de gages du 13 février 1356 (services de guerre entre la Loire et la Dordogne). G. Demay, Inventaire des sceaux de la collection Clairambault à la Bibliothèque nationale, t. i, Paris 1885, p. 303.

10 AN, X2a 6, f. 17v, 50, 89, 112, 202v et X1a 15, f. 253v.

11 Deux-Sèvres, ar. Parthenay, cant. Moncoutant. BNF, lat. 5450, f. 70v : « Sachent touz que nous Geffroy de Couloigne, chevalier, sire de Puygné, confesse avoir donné en donoyson perpetuelle a frere Jehan Chuyllau, priour de Puygné, ordre S. Benoist, moisne de Noailhé, le droit des dismes en la paroisse de Puigné le dimanche aprés la feste de Touz saintz » 1357.

12 Ph. Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris 1997, p. 229.

13 AN, X1a 35, f. 11v-12r (1386). Allusion à un procès entre Perceval et Marguerite Trousselle. Dans ce document, Perceval est dit chambellan du roi Charles VI. Il l’était encore en 1391 et 1396.

14 Deux-Sèvres, ar. Niort, ch.-l. cant.

15 Deux-Sèvres, ar. Parthenay, cant. Moncoutant.

16 Deux-Sèvres, ar. Bressuire, cant. Saint-Varent.

17 Jean Froissart, Chroniques , éd. S. Luce, t. vii, Paris 1878, p. 189. 18.

18 Id., Ibid., p. 243.

19 Id., Ibid., t. viii, Paris 1888, p. 19.

20 Id., Ibid., 57.

21 D. F. Secousse, Recueil de pièces sur Charles II, roi de Navarre, t. ii, Paris 1755, p. 650. M. H. Keen, Nobles, Knights and Men-at-Arms in the Middle Ages, Londres-Rio Grande 1996, p. 122. Cet ouvrage contient une belle évocation de Gadifer de la Salle, le conquérant des Canaries.

22 Froissart, Chroniques, cité supra n. 17. t. viii, p. lii et 91-92. De fait, Perceval fut partie prenante au traité de Surgères.

23 Id., Œuvres, éd. J. B. M. C. Kervyn de Lettenhove, Chroniques, t. viii, Bruxelles 1869. p. 261.

24 G. Dupont-Ferrier, Gallia regia, t. iv, Paris 1954, nos 17593 et 17593bis.

25 Ibid., n° 17593ter.

26 F. Lehoux, Jean de France, duc de Berri, sa vie, son action politique (1340-1416), t. i. De la naissance de Jean de France à la mort de Charles V, Paris 1966, p. 332, n. 2.

27 Ibid., 346, n. 2.

28 Ibid., 362, n. 4.

29 BNF, n.a.fr. 7414, f. 210-237.

30 BNF, Clair 35, n° 150. Son sceau, assez prestigieux, est le suivant : un écu burelé à la fleur de lys brochant, penché, timbré d’un heaume, cimé d’un buste de damoiselle, supporté par deux cygnes. Demay, Inventaire des sceaux, cité supra n. 9, t. i, n° 2863. Dans les mêmes circonstances, il est signalé parmi « les gens du conte de Blois au conduit du seigneur de Maulevrier » (Istore et Cronicques de Flandres éd. J. B. M. Kervyn de Lettenhove, 2, Bruxelles 1880, p. 325).

31 Lehoux, Jean de France, cité supra n. 26, t. ii, De l’avènenement de Charles VI à la mort de Philippe de Bourgogne, Paris 1966, p. 179, n. 4.

32 BNF, fr. 25765, n° 69.

33 Jean d’Arras, Mélusine ou la noble histoire de Lusignan, roman du xvie siècle, éd. J.-J. Vincensini, Paris 2003, p. 810-814. Sur la signification de ces épisodes, voir les intéressantes remarques de Françoise Autrand dans Jean de Berry, l’art et le pouvoir, Paris 2000.

34 AN, JJ 138, n° 118, f. 148v. Guérin, Recueil de documents, cité supra n. 7, t. v (1376-1390) (Archives historiques du Poitou 21, 1881), p. 413.

35 AD Deux-Sèvres, E 517. « Premierement, a la Buschellerie une borderie de terre herbergee appelle la Buschellerie », etc. La plupart des noms de lieux cités existent encore. En 1764, le trésor des chartes du château de Pugny, appartenant alors au comte de Mauroy, lieutenant général des armées du roi, conservait entre autres pièces un aveu du seigneur de la Blanchardière à Perceval de Couloigne en date du 12 février 1386 (BNF, PO 80, dossier 1607, Appelvoisin, n° 86).

36 AN, X1a 1472, f. 157r : arrêt du Parlement de Paris de novembre 1384 pour un procès entre messire Perceval de Couloigne, d’une part, Pierre Brun et sa femme, d’autre part. Ibid., f. 359v : arrêt du Parlement en date du samedi 18 février 1385 pour un procès entre Perceval de Couloigne, appelant, et le seigneur de Tonnay sur Vertune, défendeur. Ibid., f. 220 : arrêt du Parlement pour un procès entre Pierre Gabart et sa femme, d’une part, messire Perceval de Couloigne, de l’autre.

37 AD Deux-Sèvres, E 517.

38 Deux-Sèvres, ar. Parthenay, cant. Moncoutant.

39 Châteaumur faisait de fait partie de la « terre de Belleville », appartenait à Olivier de Clisson. J. B. Henneman, Olivier de Clisson and Political Society in France under Charles V and Charles VI, Philadelphia 1996. « Des habitans de la paroisse et terre du Brueil de Puigné, excepté la terre de Chasteaumur eu du Fié l’Evesque, V escus » (R. Lacour, Une incursion anglaise en Poitou en novembre 1412. Compte d’une aide de 10 000 écus accordée au duc de Berry pour résister à cette incursion. Archives historiques du Poitou 48, 1934, p. 50. Voir aussi ibid., p. 101, dans le compte de la part imposée au Poitou sur l’aide d’un million accordée à Charles VII par les états généraux réunis à Poitiers le 1er novembre 1424 : « La parroisse et terre du Breuil de Puigny, excepté la terre de Chasteaumur et du Fief l’Evesque, XXX l.t. »). Le document signalé infra (une copie du xviiie siècle) parle de Châteaudun : mais sans doute est-ce une erreur pour Châteaumur.

40 BNF. fr. 20684, p. 897. Copie classique. Plus tard seulement, un héritier et successeur de Perceval, Guillaume d’Appelvoisin, écuyer d’écurie de Louis XI, obtint de ce roi, sans doute grâce à Philippe de Commynes, seigneur d’Argenton. la permission d’instituer le jour de la Saint-Pierre une foire annuelle à Pugny et d’y édifier une « maison et place forte », munie, selon la formule classique, de tours, de murailles, de barbacanes, de portes, de portaux, d’un pont-levis, de boulevards, de douves, de fossés et de fausses braies, sans pour autant y obtenir le droit de guet et de garde, qui demeurait au seigneur de Bressuire. Archives historiques du Poitou 41. 1919, p. 4-8.

41 Vienne, ar. Châtellerault, ch.-l. cant.

42 AD Vienne, 1 H 18, liasse 14, copie xvie siècle.

43 Deux-Sèvres, ar. Parthenay, cant.Moncoutant.

44 Deux-Sèvres, ar. et cant. Bressuire.

45 Deux-Sèvres, ar. Parthenay, cant. Moncoutant.

46 AD Deux-Sèvres, G 28. Airvault : Deux-Sèvres, ar. Parthenay, ch.-l. cant.

47 Beauchet-Filleau, Dictionnaire historique et généalogique du Poitou, cité supra n. 7. Par ce codicille, Perceval de Couloigne donnait aux curés du Breuil-Bernard et de Pierrefitte et au prieur de Saint-Pierre de Pugny, à chacun un setier de seigle mesure de Bressuire (BNF, lat. 5450, f. 71r).

48 Bernard, bâtard de Couloigne, écuyer, donne quittance pour ses services de guerre, à Paris, le 29 janvier 1416. Il avait sous ses ordres dix autres écuyers, en la compagnie de Jean Robert, écuyer, sous le gouvernement du comte Bernard d’Armagnac, connétable de France. Ecu burelé au bâton en bande brochant à la fleur de lys sur le tout, penché, timbré d’un heaume à lambrequins, cimé d’un col de cygne, dit Demay, Inventaire des sceaux, n° 2860.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540