Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Timeas Danaos et dona ferentes

Remarques à propos d’un épisode méconnu de la troisième croisade

Franck Collard

Texto completo

  • 1 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à F. Collard, Une arme venue d’ailleurs. Portrait de l (...)
  • 2 Voir par exemple Guido da Vigevano, Texaurus regis Francie acquisitions Terre Sancte de ultra mare (...)

1Dans l’imaginaire médiéval de l’Autre construit siècle après siècle par les mentalités occidentales, la part négative l’emporte toujours de loin, qui afflige le voisin ou l’étranger de vices abominables et de mœurs haïssables pour mieux faire ressortir les qualités insignes du groupe d’où provient l’image ainsi constituée. Nous avons eu l’occasion de montrer que, parmi les stéréotypes de la xénophobie nourrie par l’Occident à l’encontre de ses rivaux orientaux, tant musulmans que byzantins, l’inclination de ceux-ci à user de poison, entre eux ou surtout aux dépens de l’adversaire latin, occupait une certaine place encore soulignée, à la fin du xive siècle, par le poète Eustache Deschamps dans l’envoi de sa balade des empoisonneurs : En Orient servent telz buvrages1. Dans diverses œuvres du début du même siècle destinées à ranimer la flamme de la croisade chez des princes hésitants, la mise en garde de ces derniers contre les venimeux périls des contrées orientales n’est pas absente2. La réputation toxique des Sarrasins et des Byzantins n’est alors plus à faire. Elle s’est bâtie durant les siècles précédents, notamment à la faveur des expéditions chrétiennes à destination de la Terre sainte. Les chroniqueurs ont généreusement accusé l’ennemi infidèle et le faux allié schismatique de recourir à des moyens insidieux pour nuire aux combattants de la foi, purs, quant à eux, de ce genre de déloyauté et tellement supérieurs par les armes que seules la ruse ou la perfidie pouvaient les vaincre. Telle hécatombe épidémique, telle disparition de puissant due à la maladie ou à l’épuisement, tel retour précipité pouvaient être mis au compte du venin adverse pour commodément expliquer renoncements, déroutes et défaites.

  • 3 Liutprand de Crémone, Relatio de legatione Constantinopolitana, Opera omnia, éd. P. Chiesa, Turnho (...)

2À y regarder de près, le cas des Grecs est le plus grave. Passe encore que l’ennemi islamique utilise le poison au lieu du glaive. Cela traduit son indéracinable inimitié en même tant que sa lâche faiblesse. En revanche, il est scandaleux que des chrétiens, en principe solidaires de leurs frères d’Occident dans la lutte contre l’Islam, retournent leur alliance supposée en inqualifiable perfidie. Les racines de pareille horreur sont anciennes, antérieures à la confrontation des croisades. Les légations de Liutprand de Crémone à Constantinople en 949 puis 968 inspirent Paris, Publications de la Sorbonne, 2004 (Byzantina Sorbonensia 20) déjà à celui-ci des réflexions significatives de la défiance latine vis-à-vis d’une civilisation dont les mœurs alimentaires, mal interprétées, passent pour de la malfaisance destinée à perdre les visiteurs venus de l’Ouest3. Les contacts rugueux des Occidentaux avec les Grecs depuis la fin du xie siècle ont évidemment considérablement amplifié la réputation de toxicité de ces derniers. L’objet de cette brève contribution aux mélanges réunis en l’honneur d’un éminent spécialiste des rapports entre Latins et Byzantins n’est pas de dresser l’inventaire des imputations d’empoisonnement faites par les premiers aux seconds au cours du terrible xiie siècle, mais de s’arrêter sur une mention relative à la troisième croisade et peu relevée à notre connaissance, significative pourtant du lien étroit établi entre venenum et Graecus par les mentalités occidentales. Cette mention s’inscrit dans un schéma culturel « latin » que nous chercherons à reconstituer. Elle pose aussi un problème d’ordre administratif et économique qu’un non-byzantiniste comme l’est l’auteur de ces quelques pages se contentera de poser à plus savant que lui, faute d’avoir trouvé de quoi le traiter dans la littérature existante.

  • 4 P. Lemerle, Byzance et la croisade, Relazioni del X° congresso internationale de scienze storiche, (...)
  • 5 Voir la mise au point ancienne mais toujours utile d’A. Chroust, Tageno, Ansbert und die Historia (...)
  • 6 A History of the Crusades. 2, The Later Crusades, 1189-1311, Londres 1969, p. 95 s. Ne souhaitant (...)
  • 7 Historia de expeditione Friderici imperatoris, éd. A. Chroust. Berlin 1928 (MGH, Script. Rer. Germ (...)
  • 8 Historia peregrinorum, éditée à la suite de l’œuvre citée dans la note précédente.

3L’expédition de Frédéric Barberousse en Terre sainte, via l’Empire byzantin (1189-1190), a été relatée par maints historiens, essentiellement à partir de sources narratives et épistolaires. Du côté grec, on ne dispose guère que du récit de Nicétas Choniatès, gouverneur du thème de Philippoupolis4. Du côté latin, la documentation est un peu plus riche5, mais le classique qu’est l’History of the Crusades, dirigé par Kenneth M. Setton6, ne se fonde guère que sur un récit, largement cité : l’Historia de expeditione Friderici imperatoris attribuée à un certain Ansbert7. C’est dans ce témoignage cardinal sur les événements de la fatale expédition de Barberousse car insérant la correspondance de l’empereur avec son fils Henri, que l’on peut lire le premier passage qui va retenir notre attention. Selon toute vraisemblance, ce texte a inspiré une autre œuvre appelée Historia peregrinorum que nous examinerons synoptiquement8.

  • 9 L’ère du soupçon a commencé dès l’édition viennoise donnée en 1863 par Tauschinki et Pangerl sous (...)
  • 10 Voir par exemple la célèbre chronique de Guillaume de Tyr dénonçant à longueur de pages la malicia (...)

4Il n’est pas utile de refaire l’histoire du texte de l’Historia de expeditione Friderici ni de donner sa tradition manuscrite. L’édition la plus récente du récit (1928) a montré avec force détails qu’il s’agissait d’une œuvre composite – seule sa première partie par ailleurs connue sous deux versions nous intéresse –, mise au compte d’un certain Ansbert, clerc autrichien, dont l’éditeur doute qu’il ait vraiment tenu la plume9. Pour Anton-Hermann Chroust, il ne fait en revanche aucun doute que le rédacteur a participé à l’expédition, connu de fort près les événements et appartenu à la chancellerie impériale, d’où l’insertion de lettres dans la trame narrative. Le témoignage est donc direct, ce qui ne veut en rien dire neutre : bien au contraire, la haine des Grecs suinte de chaque ligne, ce qui n’a rien en soi d’extraordinaire pour l’époque10. Mais si les faits reçoivent une interprétation partiale, leur constat semble bien correspondre à des données réelles. L’Historia peregrinorum, écrite peu après 1200 par un auteur sans doute souabe, contemporain mais pas témoin des faits, à tout loisir d’interpréter ceux-ci. Quels sont-ils ?

  • 11 Ch. Brand, Byzantium confronts the West, 1180-1294, Cambridge, Mass. 1988, p. 182. La réaction est (...)
  • 12 Voir n. 3.

5Partie au printemps 1189, l’armée germanique a progressé sans trop de difficultés à travers les territoires hongrois et serbes. La situation change du tout au tout aussitôt franchies, en juillet, les limites de l’Empire byzantin alors aux mains d’Isaac II Ange. Commencent alors d’éprouvantes semaines de traversée de contrées à tous égards inhospitalières. Les populations balkaniques, plus ou moins bien tenues par le régime de Constantinople en proie à l’instabilité, harcèlent les croisés, leur tendent des embûches, multiplient les entraves, couchant des troncs d’arbre en travers des chemins. Les chevaliers ont vu, peintes sur les murs des églises de Philippoupolis (actuelle Plovdiv) investie le 24 août, des images interprétées comme autant d’ordres de massacre des latins11 : malentendu traduisant une extrême méfiance, pour ne pas parler de paranoïa, que l’on peut rapprocher de la réaction de liutprand de Crémone deux siècles plus tôt, devant le vin résiné de ses hôtes pris pour un breuvage empoisonné12.

  • 13 Historia de expeditione, cité supra n. 7, p. 28 : Sed neque hoc malicie ipsorum (Graecorum) suffec (...)
  • 14 L. Lewin, Die Pfeilgifte, Berlin 1894, p. 4-9 ; G. Lagneau, De l’usage des flèches empoisonnées ch (...)
  • 15 Robert le Moine, Historia Iherosolimitana, RHC Occ, III, Paris 1866, p. 717-882, voir p. 756, 760, (...)
  • 16 Historia de expeditione, p. 28 : Quorum plures, dum comprehenderentur, confessi sunt iussu domni s (...)
  • 17 Historia peregrinorum, cité supra n. 8, p. 132.

6Parmi les périls qui guettent le corps expéditionnaire, le moindre n’est justement pas le poison, utilisé d’une grande variété de façons. Des archers montés ou embusqués - certains sont perchés sur des arbres - envoient des pluies de flèches enduites de venin sur les soldats de Dieu13. Répandu dans l’Antiquité14, ce poison de flèche reflète bien la lâcheté de l’ennemi qui se dérobe au combat frontal, agit caché et de loin, de façon imprévisible et imparable. Ces agissements, situés à mille lieues de l’éthique de la confrontation chevaleresque, ne sont certes pas imputés directement aux Byzantins, mais à des populations « semi-barbares » (Bulgares, Serbes et Valaques) ; ils sont assurément moins caractéristiques des Grecs que des peuples de la steppe ayant migré dans la région où l’on trouve aussi des Coumans et des Arméniens. Dans son histoire de la première croisade, Robert le Moine multiplie les mentions de ce mode de combat singulièrement prisé par les Turcs15. En 1189, la responsabilité du basileus n’est pas pour autant écartée. L’auteur indique en effet, d’après les aveux de leurs auteurs capturés, que ces agressions sont encouragées sinon orchestrées par le faux allié de Constantinople16. Les croisés châtient sans merci ces archers vénéneux. En un endroit, plusieurs dizaines sont pendus par les pieds comme de vulgaires loups17.

  • 18 Itinerarium peregrinorum, éd. E. Meyer, Stuttgart 1962 (Schriften der MGH 18), p. 292.
  • 19 Aubry de Trois-Fontaines, Chronique, MGH, SS, 23, Hanovre 1874, p. 805 ; Roger de Hoveden, Chroniq (...)
  • 20 Guillaume de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, éd. R. Huygens, Turnhout 1986 (...)
  • 21 Brocardus, Directorium, cité supra n. 2, p. 431 ; Eudes de Deuil, La croisade de Louis VII roi de (...)
  • 22 Itinerarium peregrinorum, cité supra n. 18, p. 292.

7L’antiquum et inexorabile odium des Grecs contre les Latins, pour reprendre l’expression d’un autre témoin des événements18, n’implique pas que les turbulents « clients » de Byzance. Ces manifestations venimeuses engagent aussi directement le basileus et ses sujets. Et la troisième croisade s’inscrit, à cet égard, dans la parfaite continuité des expéditions précédentes. Inquiet des projets normands, le premier empereur Comnène, Alexis, passe dans plusieurs sources occidentales, et à tort, mais qu’importe, pour avoir fait périr l’invincible Robert Guiscard par le venin19. Le fils de ce dernier, Bohémond, se méfiait tellement de la gens perfida des Grecs qu’il se refusa à consommer des vivres mis à sa disposition par le souverain byzantin, par crainte qu’ils ne fussent empoisonnés20. Ce grief se retrouve lors de la deuxième croisade : en fait de pain, les Grecs présentent aux croisés en perdition dans les contrées d’Asie Mineure un infect mélange de chaux ou de plâtre, difficile à digérer, y compris au sens trivial de l’expression, de la part d’un supposé allié21. La situation de dépendance dans laquelle se trouvent toujours les armées croisées passant en terre byzantine fait que le cas de figure revient en 1189 : à l’image de ses prédécesseurs, le trouble Isaac II, acoquiné par ailleurs avec Saladin, combat non par les armes mais par la ruse : arte non armis dimicat22.

  • 23 J. Richard, Histoire des croisades, Paris 1996, p. 282 ; M. Pacaut, Frédéric Barberousse, Paris 19 (...)
  • 24 La syntaxe incite à penser que cette notation s’applique non pas à l’empoisonnement du vin (ce qui (...)
  • 25 Historia de expeditione, p. 54 : mirum dictu : inox ut cibalia penetrava vinum illud nocivum, ocul (...)
  • 26 Historia de expeditione, p. 55.
  • 27 Ibid., p. 54 : accidit ibi quoddam memorabile quod silentio est nequaquam tegendum.
  • 28 Ibid., p. 55 : Nunc etiam non minori miraculo vinum Grecorum veneno infection et nostris ad exitiu (...)

8Le surlendemain de l’investissement d’Andrinople (22 novembre 118923) laissée vide de ses occupants, des guerriers germaniques, arrivent dans la place de Dimotika et tombent sur une immense marmite (ingens olla) remplie de vin selon la coutume du pays (juxta morem terre)24. Ils en boivent à pleine goulée devant des Grecs pris d’un mauvais rire (dolosus risus). Cette réaction déclenche le soupçon des consommateurs : le vin plein d’un poison très atroce (veneno atrocissimo erat fucatum) est immédiatement administré de force à un des rieurs autochtones qui s’écroule à moitié mort, les yeux exorbités, alors que les latins sont simplement enivrés de ce breuvage hautement nocif25. Peu après, les hommes de Barberousse sont avertis par des éclaireurs sachant le grec que le vin d’un endroit voisin est à éviter car empoisonné. Un édit proclamé dans la troupe en interdit la consommation, mais de jeunes écervelés suivant l’armée (sans doute des clergeons ou des damoiseaux) n’en tiennent aucun compte et étanchent leur soif. Ils n’en subissent eux non plus aucune conséquence alors qu’un autre cobaye indigène, abreuvé de force, présente exophtalmie, pâleur et écume de rage : protinus in pallorem versus et spumans ac oculos furiose regirans26. Il apparaît désormais clair aux croisés que, depuis l’entrée en territoire byzantin, le vin généreusement mis à leur disposition était empoisonné sans que, pourtant, les chevaliers germaniques en aient ressenti le moindre mal. Un tel miracle ne peut bien sûr être passé sous silence27. Vient à l’esprit du pseudo Ansbert l’épisode biblique de l’immunisation du Peuple Élu contre l’eau insalubre, fatale aux Égyptiens, mais salutaire aux Juifs. Le venin grec est en quelque sorte un poison d’épreuve qui révèle la vérité. Il accable les hérétiques tandis que la sainteté des milites Dei est prouvée par leur santé, selon un schéma emprunté aux Écritures et à l’hagiographie : celui du poculum mortis transformé par la Providence en poculum salutis28. Mais là n’est pas en l’occurrence l’essentiel.

  • 29 Historia de expeditione, p. 54.

9L’épisode exemplaire illustre la toxicité générique des Grecs perfides. L’Historia de expeditione Friderici pousse l’association du venin aux Byzantins à un point encore plus avancé en indiquant l’intégration du poison au système politique et administratif de l’Empire. Le récit qui raconte les opérations militaires menées par les croisés aux alentours d’Andrinople, évoque une place dominée par un castellum assiégé ou occupé, selon les textes, par le sénéchal Marquard d’Anweiler. Elle est nommée « Nikiz ». Cet endroit et la région environnante sont connus, lit-on, pour confectionner du poison livré à Constantinople au service de l’empereur : castellum Nikiz [...] cum omni circumiacente regione in toxici vel veneni confectione Constantinopolitano imperatori servire dignoscitur29. Le vocabulaire assez flou du pseudo Ansbert est beaucoup plus précis dans l’œuvre qui s’en inspire. L’auteur de l’Historia peregrinorum écrit qu’il s’agit d’un véritable tribut dû annuellement au monarque byzantin : expugnaverunt oppidum Nikiz unde Constantinopolitano imperatori annua pensione tributum toxici mittebatur. Soit des sources d’information perdues ont permis une telle formulation qui, à vrai dire, ne comporte pas vraiment d’information supplémentaire ; soit, et notre préférence va à cette hypothèse, l’utilisateur de l’Historia de expeditione Friderici, avec la liberté de celui qui réécrit des choses qu’il n’a pas vues, interprète sa source dans le sens d’une « byzantinophobie » aggravée qui « institutionnalise » la fourniture et l’usage de poison au bénéfice du souverain grec.

  • 30 E. Eickhoff, Friedrich Barbarossa im Orient. Kreuzzug und Tod Friedrichs I., Tübingen 1977, p. 72.
  • 31 Thrakien, éd. P. Soustal, Vienne 1991 (TIB 6), p. 374-375 ; voir aussi C. Asdracha, la Thrace orie (...)
  • 32 Anne Comnène, Alexiade, éd. et trad. B. Leib, 2, Paris 1967, p. 201.

10Quoi qu’il en soit, il faut bien en venir à tenter de cerner cette particularité exclusive, semble-t-il, des deux sources étudiées et sur laquelle ne s’est penché aucun des historiens de Byzance ou de la troisième croisade que nous avons pu consulter. Plusieurs questions se posent. La première, d’ordre géographique, est l’identification de la place de « Nikiz », située en une région disputée où la succession des dominations a entraîné des mutations toponymiques. Chroust renvoyait son lecteur à un lieu portant le nom sans doute turc de Chap Koï, nom repris par l’historien de la croisade de Barberousse, Ekkehard Eickhoff30. Il est proche d’une cité appelée Hafsa dans la toponymie turque. La consultation de la Tabula imperii byzantini indique l’existence d’une « Nikè » autrement appelée « Nikitza » et située à 26 kilomètres au sud-est d’Andrinople, dans la vallée de la Maritza. Un évêché dépendant du métropolite de cette dernière ville puis, à partir du ixe siècle un archevêché, y eurent leur siège. Depuis la fin du xie siècle, Nikè dépend du thème de Thrace et Macédoine31. Elle apparaît dans d’autres sources narratives. Anne Comnène la mentionne en son Alexiade sous le nom de Mikra Nikaia ou « petite Nicée », par opposition à la cité d’Asie Mineure32.

  • 33 Voir K. Gagova, The Third Crusade in Thrace. Toponyms, Études historiques 13, 1985, p. 98-112, ici (...)
  • 34 V. Velkov, Geschichte und Kultur Thrakiens und Moesiens, Amsterdam 1988, p. 203 : une loi de 403 d (...)
  • 35 Geoffroy de Villehardouin, la conquête de Constantinople, éd. et trad. E. Faral, Paris 19735, 2, p (...)

11Faut-il pourtant reconnaître cette ville derrière la « Nikiz » de nos sources latines ? L’interrogation naît de ce que celles-ci ne parlent pas d’une cité mais seulement d’une forteresse33. Or, « castellum » correspond, dans la tradition du Bas-Empire en Orient, à une réalité militaire qu’on ne saurait confondre avec une agglomération34. Villehardouin permet d’y voir plus clair. Dans sa Conquête de Constantinople, il mentionne une « cité que on appelle Nequise qui ere mult bele et mult ferme et mult bien garnie de toz biens [...] Et cele citez ere a IX liues françoises prés d’Andrenople. » Or, le chevalier français précise qu’elle est pourvue d’un « chastel » où réside, au printemps de 1205, un certain « Joffrois li mareschau » qui n’est autre que lui-même35. Il faut donc imaginer une ville, sa citadelle et son plat pays d’où est acheminé le poison vers la capitale relativement proche de l’Empire.

  • 36 Les traités de « toxicologie » occidentaux de la fin du Moyen Âge mentionnent l’aconit comme poiso (...)
  • 37 Lewin, Die Pfeilgifte, cité supra n. 14, p. 5. Ajout dû à un Grec de la fin du viie ou du début du (...)
  • 38 A. Guillou, la civilisation byzantine, Paris 1974, dans son développement sur les paysages et les (...)

12De quel venin peut-il bien s’agir ? La mention du poison de flèche dans les passages précédents pourrait conduire à penser qu’il s’agit d’une décoction de substances certainement végétales destinées, tel l’aconit, à enduire des traits36. L’usage, par l’un et l’autre des auteurs, du mot toxicum, originellement lié au vocable grec désignant la flèche (comme le rappelle le pseudo Dioscoride au livre VI de la fameuse Materia medica)37, renforcerait le sentiment si le pseudo Ansbert n’établissait pas une équivalence entre venenum et toxicum et si les cas d’empoisonnement de vin n’étaient pas relatés dans le même passage du récit. En réalité, dans la latinité occidentale, l’emploi de toxicum est depuis longtemps (Suétone) indifférent au type de poison concerné. Il ne préjuge pas de la nature exacte de la substance. Sans doute le produit toxique en question est-il polyvalent ; sans doute est-il lié également aux ressources naturelles locales, sans que nous soyons parvenu à repérer l’existence d’une plante vénéneuse propre à la Thrace. Dans l’Antiquité, ce sont plutôt la Colchide, le Pont ou la Thessalie qui étaient réputés producteurs de poison. La Macédoine passait également pour recéler des fontaines aux eaux toxiques mais rien de tel ne semble avoir caractérisé la région qui nous retient38. Comme elle n’est pas un carrefour commercial, il paraît toutefois douteux que le venin ait été confectionné à base de produits d’importation.

  • 39 Les classiques de la littérature byzantiniste ne mentionnent rien, non plus que la Cambridge Medie (...)
  • 40 Eustathios de Thessalonique écrit que, lors du siège de la ville par les Normands (1185), le bruit (...)
  • 41 Historia de expeditione, p. 45 : partent terre illius sub tributo incolebant.

13La question la plus délicate qui se pose est d’un autre ordre, encore que l’hypothèse la moins incertaine pour la régler soit liée à la provenance du poison : c’est celle du statut exact de cette livraison pour ainsi dire « fiscalisée » de toxiques au régime de Constantinople. L’Historia de expeditione Friderici et plus encore, on l’a dit, L’Historia peregrinorum, l’assimilent à une contribution assez ancrée dans la tradition administrative du lieu pour passer pour une caractéristique notable de la région. Les principaux ouvrages sur les institutions et l’économie byzantines n’ayant pas laissé voir d’étude sur le sujet39, on en est réduit à des conjectures que nous soumettons à la sagacité des spécialistes. Le vocabulaire des récits latins invite à voir dans l’envoi de confections empoisonnées une prestation de service assurée régulièrement, dans le cadre du riche et imaginatif système de prélèvement byzantin. Mais on ne cerne pas bien, en raison de la variation de sens de tributum, de quoi il s’agit exactement. On peut penser à un impôt en nature payé par des sujets grecs sur la base de la récolte et de l’élaboration de produits du sol un peu particuliers. L’autre possibilité est que la charge corresponde stricto sensu à un tribut qui aurait été imposé à des populations non grecques installées dans cette région par la puissance impériale et dépositaires de savoirs particuliers en matière de poison. Les récits latins signalent, on l’a dit, la présence de populations slaves ou slavisées, de populations turques (Coumans) ainsi que d’Arméniens – eux aussi adeptes du venin40 – dans la zone balkanique. L’Historia de expeditione Friderici mentionne des Bulgares tributaires dans la région de Philippoupolis41. Il n’est pas impossible que ce soit cette indication qui ait autorisé, par analogie, l’Historia peregrinorum à parler de tribut pour une aire géographique située plus à l’est.

  • 42 Voir A. Touwaide, les poisons dans le monde antique et byzantin : introduction à une analyse systé (...)
  • 43 Guillaume de Nangis, Chronique latine de 1113 à 1300, et continuation, éd. H. Géraud, Paris 1843, (...)
  • 44 Voir Daremberg, Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, V, 436.

14Toujours est-il que la confection et le recours au venin apparaissent intégrés au système de gouvernement byzantin ainsi vicié et fondamentalement disqualifié aux yeux des latins. Doit-on voir là aussi l’interprétation plus ou moins complaisamment biaisée d’une réalité administrative incomprise dans sa nature ou dans sa finalité ? Il faut reconnaître que les narrateurs latins n’indiquent pas explicitement l’usage du poison, après tout peut-être destiné à des activités pacifiques comme la pharmacopée42 ou aux chasses impériales. En un passage puisé à d’autres sources, la chronique latine de Guillaume de Nangis mentionne bien le trépas de Jean Comnène, victime en 1143 d’une blessure consécutive au mauvais maniement d’un arc dont les flèches avaient été empoisonnées pour la chasse43. Mais le silence de nos auteurs reflète moins, nous semble-t-il, leur ignorance qu’il n’invite le lecteur, instruit par les passages qui précèdent, à déduire par lui-même à quoi peut bien servir le venin. Le principe d’une participation en nature des sujets à l’effort militaire existait dans le Bas-Empire romain : bronze, fer étaient ainsi à expédier à l’empereur par les habitants des régions minières pour la fabrication des armes44. Le poison serait ici une autre fourniture de guerre, aussi insolite que scandaleuse.

  • 45 L’uomo hizantino, éd. G. Cavallo, Bari 1992.
  • 46 Pour reprendre le titre d’une étude de Gilbert Dagron dans TM 10, 1987, p. 207-232, à propos de la (...)
  • 47 Travail esquissé par Michel Balard dans sa notice Byzance vue de l’Occident, rédigée pour le Dicti (...)
  • 48 Itinerarium peregrinorum, p. 293 : la gens perfida a perdu sa gloire antique, passée aux latins et (...)
  • 49 Par exemple dans l’Historia peregrinorum, p. 132.

15Dans le volume consacré voici quelques années à « l’homme byzantin », toute la place était légitimement occupée par les différentes catégories sociales de l’Empire, saisies et décrites dans l’objectivité de leur existence historique45. Il ne serait pas sans intérêt d’ajouter à la liste déjà riche de ces catégories le Byzantin tel que le voient « ceux d’en face »46, c’est-à-dire les auteurs occidentaux47. Dans leur peinture aux teintes les plus sombres, le motif de la haine antilatine occupe une place primordiale. L’auteur anonyme de l’Itinerarium peregrinorum la rapporte à l’envie conçue par des héritiers dégénérés de la Grèce vis-à-vis de la supériorité du studium et de l’imperium de l’Occident48. L’expression de cette haine passe notamment par le recours au poison, symbole de la multiséculaire malicia Grecorum. Les latins ne doivent jamais oublier le fameux vers de Virgile qui sert de titre à cette contribution49. Mais en signalant la coutume du tribut en venin, le témoin de la croisade de Barberousse ne stigmatise pas la seule latino-phobie vénéneuse de Constantinople ; il met en relief l’essence même du régime byzantin, criminel en plus que d’être hérétique, et donc légitimement voué à la destruction. On sait que, devant les multiples déloyautés du basileus, Frédéric Ier eut un temps l’intention de prendre la capitale de l’empire d’Orient avant de se laisser séduire par les promesses d’Isaac II (traité d’Andrinople, mars 1190). Quinze années plus tard, toute hésitation fut abolie. D’une certaine manière, dans des proportions qu’il convient évidemment de laisser à leur juste niveau, l’image du Grec empoisonneur bien enracinée dans l’esprit de ceux d’Occident n’est pas étrangère à leur volonté d’éradiquer un autre empire du mal.

Notas

1 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à F. Collard, Une arme venue d’ailleurs. Portrait de l’étranger en empoisonneur, L’Étranger au Moyen Âge. Actes du XXXe congrès de la SHMESP (Göttingen, mai 1999), Paris 2000, p. 95-106, et Id., Le crime de poison au Moyen Age, Paris 2003. p. 118, 235, 272.

2 Voir par exemple Guido da Vigevano, Texaurus regis Francie acquisitions Terre Sancte de ultra mare necnon sanitatis corporis ejus et vite ipsius prolongations ac etiam cum custodia propter venenum, 1335, BNF ms. Lat. 11015, en particulier f. 32-41 ; Brocardus, Directorium ad passagium faciendum, trad, sous le titre de L’advis directif pour faire le passage d’oultremer. éd. Ch. Kohler (fçs et lat.), RHC Arm., II, Paris 1906, p. 367-517.

3 Liutprand de Crémone, Relatio de legatione Constantinopolitana, Opera omnia, éd. P. Chiesa, Turnhout 1998 (Corpus Christianorum, Continuatio mediaevalis 156), p. 185, 196, 200, 205 puis 207. Il a pris pour un breuvage toxique le vin résiné ; voir O. B. Rader, Becher oder Tod. Richtig und falsch verstandene Zeichen bei Tisch, Mahl und Repräsentation. Die Kult ums Essen, éd. L. Kolmer, Paderborn 2000, p. 113-123 ; T. Weber, Essen und Trinken im Konstantinopel des 10. Jahrhunderts nach den Berichten des Liutprand von Cremona, Liutprand von Cremona in Konstantinopel, éd. T. Weber, J. Koder, Vienne 1980 (Byzantina Vindobonensia 13), p. 71-99.

4 P. Lemerle, Byzance et la croisade, Relazioni del X° congresso internationale de scienze storiche, Rome 1955, 3, p. 594-620, p. 608. Nicétas Choniatès : ouvrage consulté dans l’édition gréco-latine du RHC Grecs, II, p. 524-547.

5 Voir la mise au point ancienne mais toujours utile d’A. Chroust, Tageno, Ansbert und die Historia Peregrinorum. Drei kritische Untersuchungen zur Geschichte des Kreuzzuges Friedrichs I.. Graz 1892.

6 A History of the Crusades. 2, The Later Crusades, 1189-1311, Londres 1969, p. 95 s. Ne souhaitant pas alourdir ce bref travail d’une bibliographie surabondante sur la troisième croisade, nous nous en tiendrons à cet ouvrage pour la trame événementielle par ailleurs très précisément reconstituée par K. Zimmert, Der deutsch-byzantinische Konflikt vom Juli 1189 bis Februar 1190, BZ 12,1903, p. 42 s.

7 Historia de expeditione Friderici imperatoris, éd. A. Chroust. Berlin 1928 (MGH, Script. Rer. Germ., n.s.5),p. 1-115.

8 Historia peregrinorum, éditée à la suite de l’œuvre citée dans la note précédente.

9 L’ère du soupçon a commencé dès l’édition viennoise donnée en 1863 par Tauschinki et Pangerl sous le titre Codex Strahoviensis. Il est question du « sogenannte Ansbert ». L’édition pragoise de Dobrowskij, antérieure de 36 ans (1827), indique, conformément à une mention figurant dans le manuscrit du couvent prémontré de Myleusk (Mühlhausen) et attribuée pour partie à l’abbé Gerlach : Historia de expeditione Friderici imperatoris edita a quodam austriensi clerico qui eidem interfuit, nomine Ansbertus. Vérification faite, ces deux éditions n’apportent rien de plus que celle de 1928.

10 Voir par exemple la célèbre chronique de Guillaume de Tyr dénonçant à longueur de pages la malicia Graecorum.

11 Ch. Brand, Byzantium confronts the West, 1180-1294, Cambridge, Mass. 1988, p. 182. La réaction est bien sûr la destruction des lieux de culte.

12 Voir n. 3.

13 Historia de expeditione, cité supra n. 7, p. 28 : Sed neque hoc malicie ipsorum (Graecorum) suffecit, quin in ipsa silva longissima Bulgarie quam V. idus iulii a Brandiez permetientes intravimus, Greculos, Bulgares, Servigios et Flachos semibarbaros in insidiis ponentes ut ex abditis repentinis incursibus extremos in castris, sed et servientes in gramine seu pabulo equorum colligendo progredientes sagittis toxicatis ferirent ; p. 35 : iterum quidam latrunculi sagittarii secus stratam publicum in condensis veprium latitantes ex improviso sagittis toxicatis plerosque ex nostris inermes et minus caute incedentes affligere non cessarunt. Ces faits, rapportés pour ce qui est des derniers d’après une lettre du 16 novembre de l’empereur à son fils Henri (insérée dans la narration du pseudo Ansbert, p. 40-43), sont recoupés par la lettre du 13 novembre 1189 de l’évêque Dietpold de Passau au duc Léopold d’Autriche, lettre insérée dans le Chronicon Magni Presbyteri, Hanovre 1861 (MGH, SS, 17), p. 509-510.

14 L. Lewin, Die Pfeilgifte, Berlin 1894, p. 4-9 ; G. Lagneau, De l’usage des flèches empoisonnées chez les anciens peuples d’Europe, CR des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, année 1877, Paris 1878, p. 342-350.

15 Robert le Moine, Historia Iherosolimitana, RHC Occ, III, Paris 1866, p. 717-882, voir p. 756, 760,784, 786 et 831.

16 Historia de expeditione, p. 28 : Quorum plures, dum comprehenderentur, confessi sunt iussu domni sui ducis de Brandiez et principaliter imperatoris Graecorum edicto ad hec se perpetrando coactos.

17 Historia peregrinorum, cité supra n. 8, p. 132.

18 Itinerarium peregrinorum, éd. E. Meyer, Stuttgart 1962 (Schriften der MGH 18), p. 292.

19 Aubry de Trois-Fontaines, Chronique, MGH, SS, 23, Hanovre 1874, p. 805 ; Roger de Hoveden, Chronique, éd. W. Stubbs, Londres 1868-1871 (Rolls Series 51), 3, p. 162. Sur la fin véritable du Normand, voir H. Taviani-Carozzi, La terreur du monde. Robert Guiscard et la conquête normande en Italie, Paris 1996, p. 477 et 493.

20 Guillaume de Tyr, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, éd. R. Huygens, Turnhout 1986 (Corpus Christianorum, Continuatio mediaevalis 63-63A) ; éd. et trad. franc. (L’estoire de Eracles empereur) dans RHC Occ, I-II, Paris 1844, II, p. 92) ; Anne Comnène, Alexiade, RHC Grecs, I, Paris 1875, partie II, p. 1-204, p. 32.

21 Brocardus, Directorium, cité supra n. 2, p. 431 ; Eudes de Deuil, La croisade de Louis VII roi de France, éd. H. Waquet, Paris 1949, p. 36, rapporte un curieux incident survenu à des Allemands de passage à Philippoupolis en 1147 ou 1148. Apeurés par le lâchage d’un serpent au milieu des leurs par une sorte de jongleur grec, ils lynchent sans merci l’amuseur et, formule remarquable exprimant bien l’état d’esprit général des Occidentaux à l’encontre des chrétiens d’Orient, scelus unius omnibus imputant, ils disent quod eos occidere Greci veneno volebant ; pour l’auteur, Greci magis prevalerent dolis quam viribus (p. 48).

22 Itinerarium peregrinorum, cité supra n. 18, p. 292.

23 J. Richard, Histoire des croisades, Paris 1996, p. 282 ; M. Pacaut, Frédéric Barberousse, Paris 1990 (éd. augmentée), donne fin octobre (p. 261).

24 La syntaxe incite à penser que cette notation s’applique non pas à l’empoisonnement du vin (ce qui irait trop bien dans le sens de notre propos), mais à l’exposition du vin en de grandes jarres.

25 Historia de expeditione, p. 54 : mirum dictu : inox ut cibalia penetrava vinum illud nocivum, oculi ejusdem miseri vi veneni exilierunt cadensque in terram semivivus est relictus, cum de eodem vino aliqui ex nostris inebrietati fuissent. Sur les yeux sortant de la tête des empoisonnés, voir notre Crime de poison, cité supra n. 1, p. 77.

26 Historia de expeditione, p. 55.

27 Ibid., p. 54 : accidit ibi quoddam memorabile quod silentio est nequaquam tegendum.

28 Ibid., p. 55 : Nunc etiam non minori miraculo vinum Grecorum veneno infection et nostris ad exitium procuratum Greets fuit exitiale, nostris vero poculum salutis. Cognitum nunc fuit a nostris quod ab introitu Bulgarie et deinceps venenum nobis saepius fuit procuratum, sed Dei dementia illud nobis mutatimi in antidotum salutis. Voir notre Crime de poison, ch. VI.

29 Historia de expeditione, p. 54.

30 E. Eickhoff, Friedrich Barbarossa im Orient. Kreuzzug und Tod Friedrichs I., Tübingen 1977, p. 72.

31 Thrakien, éd. P. Soustal, Vienne 1991 (TIB 6), p. 374-375 ; voir aussi C. Asdracha, la Thrace orientale et la mer Noire : géographie ecclésiastique et prosopographie (viiie-xiie siècles), Géographie historique du monde méditerranéen, dir. H. Ahrweiler, Paris 1988 (Byzantina Sorbonensia 7), p. 221-309.

32 Anne Comnène, Alexiade, éd. et trad. B. Leib, 2, Paris 1967, p. 201.

33 Voir K. Gagova, The Third Crusade in Thrace. Toponyms, Études historiques 13, 1985, p. 98-112, ici p. 107 ; sans aller plus loin que nos récits latins, l’auteur s’interroge sur la réelle taille de ce lieu.

34 V. Velkov, Geschichte und Kultur Thrakiens und Moesiens, Amsterdam 1988, p. 203 : une loi de 403 distingue bien les urbes, vici et castella et l’auteur pense que ce dernier terme désignait un lieu indépendant d’importance stratégique et militaire, différent d’une ville.

35 Geoffroy de Villehardouin, la conquête de Constantinople, éd. et trad. E. Faral, Paris 19735, 2, p. 154 puis 158.

36 Les traités de « toxicologie » occidentaux de la fin du Moyen Âge mentionnent l’aconit comme poison de flèche pour la chasse. Antonio Gaynerio de Pavie, Opus praeclarum, lyon 1525, f. 230, à propos de l’usage de populations piémontaises.

37 Lewin, Die Pfeilgifte, cité supra n. 14, p. 5. Ajout dû à un Grec de la fin du viie ou du début du viiie siècle.

38 A. Guillou, la civilisation byzantine, Paris 1974, dans son développement sur les paysages et les ressources naturelles de l’empire, décrit assez longuement la Thrace, sans rien mentionner qui concerne notre problème. L’ouvrage de Velizar Velkov cité plus haut ainsi que la thèse de Michel Kaplan sur les hommes et la terre ne fournissent pas de solution.

39 Les classiques de la littérature byzantiniste ne mentionnent rien, non plus que la Cambridge Medieval History ni l’Oxford Dictionary of Byzantium ; même constat à la lecture du pourtant riche ouvrage de M. F. Hendy, Studies in the Byzantine Monetary Economy, c. 380-1450, Cambridge 1985. S. N. Troianos, Zauberei und Giftmischerei in mittelbyzantinischer Zeit, Fest und Alltag in Byzanz, éd. G. Prinzing, D. Simon, Munich 1990, p. 37-51, n’aborde la question du poison dans l’Empire byzantin que sous l’angle juridique et pour une période antérieure.

40 Eustathios de Thessalonique écrit que, lors du siège de la ville par les Normands (1185), le bruit courut que les Arméniens, suspects de collusion avec les latins, avaient empoisonné du pain (Histoire du Christianisme. 5, Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté [1054-1274], éd. A. Vauchez et alii, Paris 1993, p. 347). Avicenne signale les Arméniens comme adeptes du poison de flèche (liber canonis, Venise 1500, p. 920).

41 Historia de expeditione, p. 45 : partent terre illius sub tributo incolebant.

42 Voir A. Touwaide, les poisons dans le monde antique et byzantin : introduction à une analyse systémique, Revue d’histoire de la pharmacie 290, 1991, p. 265-281.

43 Guillaume de Nangis, Chronique latine de 1113 à 1300, et continuation, éd. H. Géraud, Paris 1843, 1, p. 35.

44 Voir Daremberg, Saglio, Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, V, 436.

45 L’uomo hizantino, éd. G. Cavallo, Bari 1992.

46 Pour reprendre le titre d’une étude de Gilbert Dagron dans TM 10, 1987, p. 207-232, à propos de la vision des autres par les Byzantins. Il est intéressant de relever que, précisément, la vision byzantine du latin laisse de côté, d’après les sources que nous avons pu consulter, l’imputation d’empoisonnement. Cette absence de réciprocité s’explique par le fait que c’est l’image de la barbarie brutale qui s’applique le mieux aux gens d’Occident. Elle est incompatible avec l’usage d’une arme qui contourne justement la violence.

47 Travail esquissé par Michel Balard dans sa notice Byzance vue de l’Occident, rédigée pour le Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, éd. J. Le Goff, J.- Cl. Schmitt, Paris 1999, p. 126-135.

48 Itinerarium peregrinorum, p. 293 : la gens perfida a perdu sa gloire antique, passée aux latins et n’a gardé que la ruse d’Ulysse et l’atrocité des Atrides.

49 Par exemple dans l’Historia peregrinorum, p. 132.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540