Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

La dévotion envers les Lieux saints dans la Catalogne médiévale

Pierre-Vincent Claverie

Texte intégral

  • 1 T. Deswarte, Rome et la spécificité catalane. La papauté et ses relations avec la Catalogne et Nar (...)

1L’hommage qui suit en faveur de l’œuvre méditerranéenne de Michel Balard ne revendique aucun caractère exhaustif en raison de l’immensité de la tâche et de l’isolement relatif de la Catalogne dans ses premières années d’existence. Aussi ignorera-t-on volontairement l’ouverture de cette zone aux influences orientales, avant l’émergence de la Catalogne historique au ixe siècle sous l’égide de la maison de Barcelone. La papauté est incontestablement responsable de l’ouverture de cette marca Hispanica sur le reste de la méditerranée à travers le rattachement de ses évêchés au siège métropolitain de Narbonne en attendant la libération de Tarragone. L’encadrement du monachisme pyrénéen a en effet rapidement introduit des voyageurs étrangers en Catalogne comme le démontre clairement l’étude de la correspondance pontificale. La multiplication de ces échanges a amené dès les années 960 l’abbé de Sainte-Marie d’Arles à gagner Rome par mer afin d’enrichir son monastère biséculaire de reliques édifiantes. Le pape Jean XIII aurait remis à Arnulf selon la légende les reliques des saints persans Abdon et Sennen, inhumés dans le cimetière de Saint-Laurent-hors-les-Murs depuis leur martyre sous l’empereur Dèce. L’expulsion des musulmans de Provence en 973 sécurisa la via maris empruntée par l’abbé d’Arles et son successeur Garin en 968, malgré la persistance de raids épisodiques jusqu’à la fin du xiie siècle1.

L’OUVERTURE DE LA CATALOGNE AUX INFLUENCES MÉDITERRANÉENNES

2Les moines italiens qui séjournèrent dès lors dans les abbayes pyrénéennes comme saint Romuald y introduisirent un goût de l’Orient attesté par le développement d’un style italo-byzantin dans la région de Valltarga. Cette école spécialisée dans les devants d’autel cerdans ou roussillonnais semble avoir influencé jusqu’au xiie siècle les sculpteurs locaux dont le Christ habillé de la chapelle de la Trinité est un des plus beaux exemples. Ce courant d’influence renforcé par la première croisade charria dès le xiie siècle un nombre appréciable de reliques constantinopolitaines en Europe occidentale à l’exemple de Cluny (1112 et 1120).

  • 2 J. Ainaud de Lasarte, Catalogne romane, la Pierre-qui-Vire I9943, n° 39 p. 252 et 295 ; P. Ponsich(...)

3La recherche incessante de notoriété poussa certaines abbayes comme Sant Cugat del Vallès à orchestrer de véritables mises en scène hagiographiques comme lors de l’invention des reliques de saint Candide de Thèbes en 1292. Les contacts entre l’Orient et la Catalogne furent dès les premiers temps placés sous le signe de la réciprocité même si Rome et Saint-Jacques de Compostelle drainaient vraisemblablement trois à quatre fois plus de pèlerins. L’abbé de Saint-michel de Cuxa, Garin, demeura ainsi trois ans à Jérusalem entre 990 et 993 dans le cadre d’une mission caritative définie par le pape Jean XV. Ce dernier confirma à son retour en Italie son autorité sur les établissements de Saint-Pierre de Lézat, Saint-Pierre du Mas-Grenier, Sainte-Marie d’Alet et Saint-Hilaire en Carcassès qui faisait de lui le chef d’une puissante congrégation. Son action en Terre sainte conquit le marquis de Toscane Ugo II (961-1001) qui lui céda d’importants domaines du contado d’Orvieto en vue de soutenir les pèlerins faisant relâche dans le monastère de Sainte-Marie-Latine2.

  • 3 Ibid. ; P. de Marca, marca Hispanica, Paris 1688, n° CCLXXII col. 1148-1149 (sur l’indication grac (...)

4Le contexte eschatologique de l’An Mil favorisa dans les années suivantes la multiplication des voyages outre-mer, réservés au clergé et à la noblesse. L’’exceptionnel fonds documentaire de la Seu d’Urgell conserve le souvenir d’une demi-dizaine de ces départs dans la première moitié du xie siècle, que durent relayer dans les plaines des vagues encore plus importantes. La vicomtesse Sança d’Urgell légua ainsi le 13 avril 1017 un bracelet ou diadème d’or au Saint-Sépulcre que son époux Guillem Ier visita dix ans plus tard avant d’expirer à Jérusalem en 1036. Ces voyages entrepris au seuil de la vieillesse visaient à attendre dans la Jérusalem terrestre le jugement dernier qui devait la faire coïncider avec la Jérusalem céleste. Aussi ne faut-il pas attribuer à l’hostilité des musulmans les nombreux décès de pèlerins observés durant cette première vague de départs même si la pratique testamentaire revêtait un caractère obligé lors de pèlerinage hasardeux. L’évêque Berenguer II d’Elne (1014-1030) aurait profité d’un de ces voyages pour rapporter un plan du Saint-Sépulcre, destiné à servir de modèle à la cathédrale Sainte-Eulalie régulièrement pillée par les troupes de Muğāhid de Dénia selon un acte de consécration tardif3.

  • 4 Ponsich. Les Catalans et les croisades, cité supra n. 2, p. 70 ; Gran Enciclopedia Catalana 10, Ba (...)

5Cet engouement s’étendit en 1037 au prêtre et sacristain de la Seu d’Urgell, Seniofred, qui rédigea ses dernières volontés avant de gagner le Saint-Sépulcre où il fut inhumé quatre ans plus tard. Le comte Ermengol II marcha dans ses pas en 1038 lors d’un pèlerinage fatal qui lui valut le surnom posthume de Pelegrί. Cette fièvre toucha deux ans plus tard l’évêque d’Urgell, Eribau de Cardona, qui prit la route de la ville sainte après avoir rédigé tout aussi scrupuleusement son testament et opéré une donation en faveur de la cathédrale de Narbonne. Son itinéraire indirect répondit au désir de rendre visite à son métropolitain Guifred de Cerdagne (1019-1079) avant de gagner l’Italie, où il s’éteignit en odeur de sainteté en 1042 à la veille de son embarquement pour le levant4.

LA CONTRIBUTION CATALANE À LA PREMIÈRE CROISADE

  • 5 Ponsich. Les Catalans et les croisades, p. 70-71 ; Id., e Pays catalan, dir. J. Sagnes. Pau 1983.1 (...)

6Le pontificat de Grégoire VII (1073-1085) marqua une nouvelle étape dans l’expression de la dévotion catalane en voie de démocratisation et d’intensification. Les cartulaires d’Elne ou de Cuxa ne signalent pas moins de neuf départs dans la décennie 1081-1092 aux côtés des archives capitulaires d’Urgell. Leur signification évolue quelque peu si l’on prend pour exemple le voyage de Pere Bernat de Cornellà, amorcé durant la grossesse de sa femme, et les velléités de reconquête de la papauté. Ce courant amena le comte Guillem Ramon de Cerdagne à envisager le 7 octobre 1095 son départ en Orient, plus de sept semaines avant le concile de Clermont à titre purement individuel (in itinere quo iturus sum). Si la mort l’empêcha de mener à bien son entreprise, le fils de Guilabert II de Roussillon, Girard se joignit en 1096 à l’ost de Raimond de Saint-Gilles en partance pour la Terre sainte avec plusieurs de ses fidèles dont Guillem Bernat de Montesquiu. Nous savons grâce à Albert d’Aix qu’il s’engouffra dans Jérusalem en juillet 1099 derrière Godefroy de Bouillon aux côtés des comte de Flandre, d’Orange et de Saint-Pol, du duc de Normandie, du bouillonnant Tancrède de Hauteville et du futur roi de Jérusalem Baudouin de Bourcq ( 1018-1031). Cette entreprise militaire reçut l’adhésion dans le midi de Guilhem V de Montpellier, Bernard-Aton IV de Béziers et du comte de Barcelone Berenguer Ramon II. Girard Ier de Roussillon fut néanmoins le seul à regagner l’Orient en 1108 ou 1109 aux côtés du comte et héritier présomptif de Raimond de Saint-Gilles, Bertrand de Toulouse (1065-1012)5.

  • 6 N. Jaspert, Stift und Stadt. Das Heiliggrabpriorat von Santa Anna und das Regularkanonikerstift Sa (...)

7Une deuxième vague de pèlerinage secoua la Catalogne après la création du royaume de Jérusalem par Baudouin de Boulogne à la mort de Godefroy de Bouillon (1100). La conquête de la Palestine facilita le départ de femmes, trop exposées auparavant aux aléas du voyage, ou de prélats comme le nouvel évêque de Vic, Guillem Berenguer. Les archives du prieuré augustin de Serrabona (Serrabone) mentionnent à cet égard les noms de deux converses de retour des lieux saints en 1102. Les besoins militaires des jeunes États latins d’Orient poussèrent nombre de cadets restés au pays à suivre la même destination entre 1100 et 1102. Un vassal du comte Guislabert II au nom évocateur de Rosselló (Roussillon) releva le défi au mois de juillet 1100 dans la foulée du seigneur de la Roca d’Albera (la Roque-des-Albères), proche du comté d’Empúries. Cet élan toucha en 1102 le jeune comte de Cerdagne Guillem Jordà, qui répondit à l’appel de son oncle Raymond IV de Saint-Gilles aux côtés d’une troupe nombreuse dont seuls émergent à présent les noms de Guillem Pons de Sant Maurici et Ramon Ermengol de Sant Martí, possessionnés de part et d’autre des Pyrénées. Guillem régla sa succession en confiant la garde de ses comtés à son frère Bernat Guillem qui devait assurer la pérennité du lignage jusqu’en 1117. Son testament en date du 13 avril 1102 ne laisse, a priori, rien filtrer de ses intentions belliqueuses en affichant le désir classique « de se mettre en marche, si Dieu veut, pour le pèlerinage au sépulcre du Seigneur ». Cette formulation illustre en fait à merveille le concept de pèlerinage armé en vigueur en Occident avant sa supplantation par la notion de croisade ou negotium Crucis au tournant des xiie et xiiie siècles6.

LA GESTE D’« AS-SARDĀNĪ »

  • 7 Ibid., p..71-72: Catalunya Romànica 7, éd. J. Ainaud i de Lasarte, Barcelone 1995. p. 37. Raymond (...)

8Le testament de Guillem Jordà révèle certains des expédients financiers utilisés par les combattants en partance pour l’Orient. Aux traditionnelles donations, réparations et garanties s’ajoute dans le cas du comte de Cerdagne un emprunt assez original sous la forme de devants d’autel massifs en argent cédés par le monastère de Saint-michel de Cuxa à hauteur de 36 livres de fin. Guillaume-Jourdain aliène à l’abbé Pere Guillem, en échange, les revenus de ses moulins sud-pyrénéens de Ribes et de Meferreres ainsi que le domaine d’Escaró en Confient que complète un revenu de 200 sous, prélevable sur le marché de Villefranche. Ces dispositions révèlent l’étendue des possessions de la maison de Cerdagne qui contrôlait alors un vaste ensemble allant de la ligne des Corbières au comté de Berga et au Vall de Ribes sur le versant méridional des Pyrénées. Cet engagement temporaire dut s’accompagner de clauses annexes, passées sous silence, si l’on estime la somme prêtée conforme à la réalité. Guillaume-Jourdain gagna l’Orient dans les semaines qui suivirent pour épauler son oncle qui s’épuisait depuis près de trois ans dans le siège de la ville de Tripoli7.

  • 8 Ponsich, les Catalans et les croisades, p. 72 ; musulmans i Catalunya, dir. M. Barceló, Barcelone (...)

9L’absence de soutien naval prolongeait indéfiniment l’opération malgré l’édification par Raymond de Saint-Gilles d’une forteresse bloquant son accès terrestre : Mont-Pèlerin. C’est là que Guillaume assista à la naissance de son neveu Alphonse-Jourdain qui fut baptisé à en croire Guillaume de Tyr dans les eaux du fleuve sacré. Pierre Ponsich a souligné il y a quelques années la fragilité de cette explication au regard des traditions onomastiques alors en vigueur en Occident. Il se pourrait en effet fort bien que Guillaume-Jourdain ait porté sur les fonts baptismaux l’enfant qui aurait gardé l’épithète de Jourdain en souvenir de cet épisode, son prénom Alphonse rendant directement hommage à son grand-père Alphonse VI de Castille. Cette hypothèse n’exclut nullement l’éventualité que son oncle ait été baptisé en son temps avec de l’eau rapportée du Jourdain en raison de l’étrangeté de son cognomen au sein de l’onomastique cerdane. Guillaume-Jourdain s’investit, quoi qu’il en soit, dès son arrivée au Liban dans la conquête de l’arrière-pays, ponctuée en 1104 par la reddition de Gibelet, l’antique Byblos. Il prit le commandement des forces toulousaines pendant la maladie de son oncle qui lui confia sur son lit de mort la garde d’Alphonse-Jourdain en attendant la venue de son fils aîné Bertrand, resté en Europe. Le comte de Cerdagne exerça sa tutelle pendant quatre ans en parvenant à subjuguer la cité d’Arcas (1108) qui avait résisté à son oncle ainsi qu’à Godefroy de Bouillon. Il gagna dans ces hauts faits le surnom d’as-Sardānī (le Cerdan) de la part des auteurs musulmans qui connaissaient sa région d’origine depuis la rébellion du wālī de Gijón munúsa au viiie siècle contre le pouvoir omeyyade8.

  • 9 Ponsich, les Catalans et les croisades, p. 75-76 ; Catalunya Romànica 7, cité supra n. 7, p. 34-35 (...)

10Les exploits de Guillaume-Jourdain s’achevèrent en 1109 lorsque son cousin Bertrand franchit la méditerranée en compagnie de Girard de Roussillon dans l’espoir de recouvrer son héritage. Le retour précipité du comte à la mort de Bertrand de Toulouse en 1112 démontre une connivence réelle entre les deux hommes qui nourrissaient sans doute des ambitions territoriales à l’encontre du patrimoine oriental de la maison de Cerdagne. Girard Ier, dont l’expansionnisme dans les Pyrénées était irrémédiablement bloqué, dut rêver d’un destin aussi prestigieux que son voisin en Orient. Peut-être voulut-il laver l’affront infligé à son père Guilabert II en 1085 lorsque ce dernier avait dû se reconnaître vassal de la maison de Cerdagne aux côtés du comte de Besalú ? Les deux hommes transitèrent par Gênes, Constantinople puis le port d’Antioche avant d’aborder à Tortose qui s’offrit à eux par fidélité à la mémoire de Raymond de Saint-Gilles. Bertrand manqua cruellement de diplomatie en sommant dès le lendemain son cousin de lui remettre la « terre de la Chamelle », c’est-à-dire d’Homs, dont la capitale restait à conquérir. C’était faire peu de cas du soutien ancien de Guillem lors d’un raid du duc d’Aquitaine sur Toulouse auquel s’était ajouté une régence avisée de près de quatre ans en Syrie. La situation faillit tourner à l’affrontement armé après l’irruption sur le théâtre des opérations du régent d’Antioche, Tancrède de Hauteville, en froid avec les deux nouveaux venus9.

  • 10 Ponsich, les Catalans et les croisades, p. 74-75 ; R.R.H., n° 58 p. 13 (acte final de 1110). La mo (...)

11Bertrand qui était venu mettre le siège devant Tripoli avec l’aide d’une escadre génoise en appela à l’arbitrage du roi Baudouin Ier de Jérusalem. Sa venue à la tête d’une armée d’un millier d’hommes contraignit les deux parties à convenir d’une partition du comté de Tripoli. Le nord devait revenir à Guillaume-Jourdain tandis que Bertrand s’emparerait du sud centré sur les cantons de Gibelet et de Tripoli. Cette union sacrée permit d’obtenir la reddition de Tripoli le 12 juillet 1109, quelques jours avant le décès mystérieux du comte de Cerdagne. On ne sait si la flèche qui le transperça alors qu’il essayait de juguler une rixe entre deux écuyers lui était destinée en raison de la coexistence de nombreuses versions de cet événement. Sa disparition profita en tout cas à Bertrand qui culpabilisa suffisamment pour opérer une donation à l’ordre du Saint-Sépulcre en son honneur, suspendue après le départ du roi Baudouin... Le souvenir d’as-Sardānī survécut en Catalogne jusqu’à la compilation au début du xive siècle des Gestes des comtes de Barcelone dans lesquelles il apparaît comme « un vaillant guerrier tenu pour très avisé et très fort en armes par les Turcs et les Sarrasins ». Le destin voulut que son cousin Alphonse-Jourdain héritât par droit de succession trois ans plus tard du comté de Toulouse à la mort de son demi-frère, que suivit presque immédiatement dans la tombe son allié Girard de Roussillon10.

LA STRUCTURATION DE LA PIÉTÉ CATALANE (xiie-xiiie SIÈCLES)

  • 11 Ibid., n° s 107 p. 25-26 et 922 p. 245 ; A. Lecoy de La Marche, Les relations politiques de la Fra (...)

12Les États latins d’Orient drainent vers leurs côtes durant les années qui suivent un nombre constant de Catalans, animés par la volonté de visiter les lieux saints, comme l’abbé de Sant Feliu de Gérone en 1125 ou le comte Girard II de Roussillon au seuil de son existence (1172). Ce dernier s’engage en effet dans son testament à rejoindre l’abbaye cistercienne de Fontfroide qui disposera de sa dépouille s’il décède en deçà de la mer... Si sa mort prématurée l’empêcha de mettre son plan à exécution, tel ne fut pas le cas de son cousin Hug IV d’Empúries qui se distingua en Orient durant la cinquième croisade avec l’appui de négociants génois. Ces exemples ne doivent pas masquer l’institutionnalisation du soutien à la Terre sainte qui s’opère dès le premier tiers du xiie siècle à travers les différents ordres religieux nés outremer. Le plus ancien est incontestablement l’ordre du Saint-Sépulcre, fondé en 1099 par Godefroy de Bouillon avant de se rallier à la règle de saint Augustin en 111411.

  • 12 N. Jaspert, Die Ritterorden und der Orden vom Heiligen Grab auf der Iberischen Halbinsel, Militia (...)

13Nikolas Jaspert a récemment mis en évidence la vigueur de son implantation en Catalogne avec cinq prieurés à une époque où les autres royaumes ibériques n’en comptaient qu’un seul. La charte de cession de l’église conflentoise de Marcevol nous renseigne sur les méthodes d’action de l’ordre, représenté en Occident par un prieur du nom de Jean (24 janvier 1129). Jean était probablement catalan à l’instar du grand prieur Pierre de Barcelone qui accéda au siège archiépiscopal de Tyr en 1151 après vingt et une années de bons et loyaux services. L’évêque d’Elne conféra, quoi qu’il en soit, à la donation de Marcevol un faste indéniable en l’effectuant devant le comte de Barcelone et son supérieur Oleguer de Tarragone, de retour d’un pèlerinage en Orient. Oleguer avait tiré profit de ce voyage pour rapporter des reliques du Saint-Sépulcre après avoir fondé une confrérie militaire dans sa propre cité dans une dynamique expansionniste. La mention du patriarche Gormond de Picquigny en marge de la donation de Marcevol plus de six mois après son obit donne un aperçu de la longueur de la tournée réalisée par le prieur Jean en parallèle avec celle du grand maître du Temple, Hugues de Payns12.

  • 13 K. Elm, Umbilicus Mundi, Sint-Kruis 1998, p. 181-184, 226-227 et 230-232 ; N. Jaspert, Un vestigio (...)

14Leurs ordres naissants bénéficieront dans les années 1130 de la générosité des testateurs catalans ou aragonais dont le plus célèbre reste Alphonse Ier le Batailleur (m. 1134). Le legs de son royaume en faveur des deux ordres renforcés par l’Hôpital aboutira, comme on le sait, à un rapprochement dynastique avec le comté de Barcelone après le règne éphémère de son frère arraché à la vie religieuse (1134-1137). La ferveur de ses sujets poussa l’ordre du Saint-Sépulcre à ouvrir dès les années 1140 deux couvents de chanoinesses à Calatayud et Saragosse avant d’enrichir leur maison d’Anglesola d’un fragment de la Vraie Croix conservée à Jérusalem. Les ordres militaires du Temple et de l’Hôpital accumulèrent à la même époque de nombreuses donations dans les États de la Couronne d’Aragon qui en firent les seconds possesseurs terriens après la monarchie selon Marie-Claude Gerbet (cf. infra Carte). Cet essor entraîna en 1239 la dissociation des provinces templières de Provence et d’Aragon tandis que l’Hôpital se structurait autour du prieuré d’Amposte à l’embouchure de l’Èbre. L’esprit de croisade anima les souverains de la Couronne d’Aragon tel Pierre II le Catholique qui reçut son surnom du pape au lendemain de sa victoire de Las Navas de Tolosa sur les Almohades. Son décès prématuré lors de la croisade albigeoise entraîna la mise sous tutelle de son fils Jacques Ier, qui voua son existence à l’expansion maritime de son royaume13.

LE SIÈCLE D’OR DE JACQUES LE CONQUÉRANT

  • 14 Guide art gothique, cité supra n. 2, nos 2-4 p. 21-25 ; Jacques Ier, Crònica o Llibre dels Feits, (...)

15Le siècle de Jacques le Conquérant (1213-1276) incarne le triomphe en Catalogne de l’idée de croisade, mise en scène à travers la chronique de Jacques le Conquérant et la décoration du palais Caldes de Barcelone. Cet hôtel édifié par un lignage curial de la fin du xiiie siècle évoque dans de longs bandeaux ornés de caractères coufiques la campagne du roi contre Majorque en 1229-1230. Ce cycle pictural aujourd’hui conservé au Musée d’Art de Catalogne présente une vision idéalisée de la monarchie catalane, subordonnée à la réunion des Corts de Barcelone en septembre 1228. L’ouverture des Baléares à l’influence catalane incita Jacques le Conquérant à tourner son regard vers l’Orient dans les dernières années de sa vie en nouant des contacts avec l’ilkhan de Perse Abaga et l’empereur Michel Paléologue afin de venir en aide à la Terre sainte (1267). L’ancien commandeur du Temple d’Aragon, Guillem de Montanyana semble avoir devancé cet intérêt en 1262 en occupant la charge de commandeur du royaume de Jérusalem après avoir dirigé la commanderie de Sidon14.

  • 15 Ibid., passim.

16De nombreux autres templiers catalans se distingueront jusqu’à la disparition de la Terre sainte par une contribution soutenue à la défense du pays. Les maîtres du Temple de Catalogne, comme Berenguer de Santjust ou Berenguer de Cardona, expédiaient un tiers des revenus de leur province au titre de responsiones en Orient tout en sollicitant auprès du roi l’autorisation d’acheminer des montures fraîches jusqu’au siège de leur ordre, replié à Acre. Ce soutien logistique atteignit en 1304 la somme non négligeable de 1 000 marcs qu’un marchand de Barcelone s’engagea à transférer en Orient après avoir soldé sur place la cargaison de son navire. Ces revenus étaient le plus souvent associés comme en 1307 à des expéditions de blé vitales pour le royaume de Chypre depuis l’abandon de la Terre sainte en 1291. Le système fonctionnait d’autant mieux qu’un Catalan, frère Pere de Castelló, occupait à cette époque la charge de trésorier de l’ordre15.

  • 16 Ibid.

17L’Arxiu Reial de Barcelone nous livre le nom d’une multitude de frères tombés aux mains des Mamelouks au tournant des xiiie et xive siècles. Beaucoup tardèrent à recouvrer la liberté malgré les bonnes relations entretenues depuis 1290 par la Couronne d’Aragon, alors excommuniée, avec l’Égypte mamelouke. Le très emblématique Dalmau de Rocabertí, frère de l’archevêque de Tarragone Guillem (1307-1315) ne fut ainsi libéré qu’après la suppression du Temple au début de l’année 1315. La présence outre-mer de nombreux templiers catalans se manifeste encore en mai 1310 au début du procès instruit contre leur ordre à Chypre. Sept templiers, dont quatre chevaliers, se déclarent alors aragonais ou catalans : Guillem de Soler, Berenguer de Riusec, Pere Sánchez de Navarre, Ximen Pérez d’Aragon, Bertran de Pinyana, Berenguer de Montoliu et Ramon de Montagut. Les interrogatoires menés à Lleida trois mois plus tôt mentionnent deux autres sergents du Temple d’une quarantaine d’années intronisés en Orient, Joan de Vistabella et Pere de Tamarit, en charge de la commanderie de Xalamera16.

LES ORDRES MILITAIRES DANS LA COURONNE D’ARAGON VERS 1300

LES ORDRES MILITAIRES DANS LA COURONNE D’ARAGON VERS 1300
  • 17 Jacques Ier, Crònica, cit2 supra n. 14, § 484-493 p. 378-383 et 531 p. 404 (500 chevaliers et 2 00 (...)

18La détermination de Saint Louis, qui entendait mener dès 1266 une seconde expédition en Orient, contamina en 1269 Jacques le Conquérant dont le départ fut contrarié par une tempête d’une longueur inhabituelle. Le roi commua son vœu de croisade en un pèlerinage symbolique à Sainte-Marie de Vauvert, qui passait pour avoir présidé à sa naissance, avant de regagner la Catalogne. Le passage en Orient de deux de ses bâtards devait laisser planer un doute pendant plus de cinquante ans dans l’esprit de la papauté sur l’engagement possible de son lignage, représenté au concile de Lyon II par le roi en personne. La supervision d’une croisade devint en effet le préalable obligé aux différentes tentatives de rapprochement que l’Aragon et la papauté ébauchèrent après leur rupture en 1282 lors des Vêpres siciliennes. Le nouveau monarque de l’île, Jacques, à qui Nicolas IV demandait l’envoi de 40 galères porteuses de 400 chevaliers, échafauda durant l’été 1290 un projet plus ambitieux, développant celui formulé par son grand-père en 1274. Jacques s’engageait selon cet accord à envoyer sans plus tarder un corps de 1 000 almogàvers, spécialisés dans la lutte contre les infidèles, renforcé de 1 000 arbalétriers. Ce contingent voué à défendre Acre sans provoquer les alliés mamelouks des Catalans devait être renforcé au printemps suivant par un corps d’armée équivalent, appuyé par 400 chevaliers. Jacques de Sicile posa les premiers jalons de son entente future avec la papauté en sollicitant son soutien financier pour l’entretien de ses troupes durant les deux tiers de l’année17.

  • 18 O. Guyotjeannin, Archives de l’Occident. 1, Le Moyen Âge, Paris 1992, n° 152 p. 478-482 ; C. Mutaf (...)

19Ce principe fut en effet reconduit lors de son investiture de la Sardaigne en1297 par le pape Boniface VIII avec qui un rapprochement avait été esquissé deux ans plus tôt à Anagni. Le roi qui avait succédé à son frère Alphonse III en Catalogne accepta d’équiper soixante galées en vue de combattre en Orient contre un soutien annuel de 225 000 livres de Barcelone. Il exigea toutefois au titre de « capitaine et amiral général de l’Église » le droit de refuser le convoyage de personnes tenues pour non gratae dans ses États de la même façon qu’il avait demandé sept ans plus tôt à disposer d’un pouvoir absolu à son arrivée en Terre sainte. La papauté dont les appuis en Méditerranée s’étiolaient alla jusqu’à lui concéder la moitié des prises réalisées outre-mer, amplifiée d’une décime triennale en cas de passage personnel du roi en Orient. La Couronne d’Aragon bénéficia l’année suivante des conseils avisés d’un dominicain vallespirien mandaté en Occident par le roi Smbat de Petite-Arménie afin de poursuivre la politique conciliante développée par ses prédécesseurs18.

LA DÉVOTION ENVERS LES LIEUX SAINTS AU BAS MOYEN ÂGE

  • 19 Claverie, « La cristiandat en mayor péril », cité supra n. 17, p. 105-106, 116 et 120-121.

20Ces conditions favorables incitèrent Jacques II à dépêcher dès le mois de mai 1300 un ambassadeur extraordinaire auprès de l’ilkhan de Perse Ghazan qui venait de subjuguer la Syrie du Nord. Jacques aspirait à entrer en guerre aux côtés des Mongols en échange d’un cinquième du pays et d’une liberté absolue de pèlerinage aux Lieux saints pour ses sujets. La chute de l’îlot de Rouad sur lequel les Latins avaient établi une tête de pont le 26 septembre 1302 compromit le bon déroulement des opérations, parachevé en avril 1303 par la défaite des Mongols dans la plaine du Marğ aṣ-Ṣuffar. Jacques le Juste ne se désintéressa pas pour autant de la question d’Orient que le nouveau pape Clément V considéra dès son investiture en 1305 comme une priorité pour la chrétienté. Jacques transmit son avis sur la question le 17 mars 1309 à ses représentants à la curie après avoir été consulté par l’ordre de l’Hôpital, en quête d’appuis en Occident. Le projet de passage particulier développé par les hospitaliers semble avoir séduit le roi, sensible à l’idée de contrarier le commerce maritime égyptien19.

  • 20 Á. Masiá de Ros, La Corona de Aragón y los estados del Norte de África : Política de Jaime li y Al (...)

21Cette idée avait été avancée trois ans plus tôt par son ambassadeur en Égypte Eimeric Dusai au retour d’une mission infructueuse à Alexandrie. Ce dernier après avoir rompu diplomatiquement avec les autorités égyptiennes entendait opérer un blocus de leurs côtes à l’aide d’une galée prêtée par le roi de Sicile et de quatre ou cinq galères avancées par la Couronne d’Aragon. Ce projet finit par gagner l’adhésion du roi au début de janvier 1309 durant lequel il accorda son pardon à son ambassadeur peu scrupuleux. Jacques qui préparait une guerre en bonne et due forme contre le royaume de Grenade ne fournit cependant aucune aide aux hospitaliers, impliqués dans la conquête de l’île de Rhodes. Les succès remportés par la prédication de la croisade le poussèrent même à réclamer le 25 mars la commutation des vœux prononcés par ses sujets en faveur de sa propre entreprise. Clément V s’alarma de la chose le 14 mai en réclamant un assouplissement de la politique douanière du roi qui compromettait de plus en plus ouvertement les préparatifs des hospitaliers20.

  • 21 A. S. Atiya, Egypt and Aragon : Embassies and Diplomatie Correspondance between 1300 and 1330 A.D. (...)
  • 22 M. A. Alarcón y Santón, R. García de Linares, Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la (...)

22La fin du règne de Jacques II fut marquée par un renouveau diplomatique avec l’Égypte mamelouke, assorti de libérations de prisonniers après son mariage avec la sœur du roi de Chypre, Henri II. Le roi soutint à la même époque les efforts des dominicains de Jérusalem comme Jacques d’Arles-sur-Tech pour administrer le Saint-Sépulcre avant de réclamer un espace autonome à l’attention de leurs coreligionnaires franciscains. Jacques profitait de ces occasions pour charger ses nonces de l’acquisition de bézoards, aux vertus anti-vénéneuses, ou de reliques détenues par les autorités égyptiennes à l’instar du calice de la Cène et des restes de sainte Barbe (1322), que ses successeurs ne parvinrent pas à rapatrier en Catalogne21. La monarchie aragonaise appuyait chacune de ces demandes par l’envoi de gerfauts particulièrement appréciés en Orient. Sa sphère d’influence n’excluait pas l’Aeméno-Cilicie d’où un émissaire avait rapporté en 1320 des reliques de sainte Thècle pour le compte de l’Eglise de Tarragone. Le marchand Guillem de Treps profita d’un de ces voyages en 1323 pour rédiger le plus ancien récit de pèlerinage en catalan connu au contact de ses compagnons dominicains. La mort de Jacques II en 1327 marqua la fin du mythe de croisade en Aragon, où le contrôle de la Méditerranée occidentale accapara ses successeurs, avant un repli sur la péninsule Ibérique à la fin du xve siècle. La reprise du commerce avec la Syrie au lendemain de la Peste noire permit le rapatriement en Catalogne de reliques indirectes provenant du Sinaï, de Jérusalem et de Notre-Dame de Saydnaya, célèbre pour son icône suintante22.

  • 23 Guide art gothique, n° 18 p. 212-213 et n° 17 p. 261 ; C. Otten-Froux, Une enquête à Chypre au xve(...)

23C’est au bénéfice de cette expansion économique que la famille plébéienne des Montcada offrit à la Chambre de Commerce de Barcelone dans la seconde moitié du xive siècle une relique de la Vraie Croix insérée dans une staurothèque en argent doré. L’expansion économique de la ville n’épargna pas la corporation des cordonniers qui put s’offrir une pièce équivalente en 1420, aujourd’hui conservée au Musée National d’Art de Catalogne. Cet afflux de reliques accompagna une installation massive de Catalans à Constantinople et Chypre, en butte à l’hostilité grandissante de ses voisins sous le règne du roi Janus (1398-1432). La barrière semble avoir été mince, à cet égard, entre la piraterie et le mercenariat, comme l’illustre l’exemple des Catalans Íñigo Nadal et Joan Pere Fàbregues, qui terrifièrent la ville de Famagouste avant de rejoindre la bannière du roi Jacques II dans les années 1460. Plus de 2 200 sanctuaires contemporains conservent au-delà de ces quelques exemples le souvenir de l’attachement ancien de la Catalogne à « la terre rougie par le sang du Christ »23.

Notes

1 T. Deswarte, Rome et la spécificité catalane. La papauté et ses relations avec la Catalogne et Narbonne (850-1030), Revue historique 294, 1995, p. 3-43 ; UMR 5648, Pays d’islam et monde latin (xe.xiiie siècle). Textes et documents. Lyon 2000. nos 2 p. 11-13 et 28 p. 94-97. Signalons que la translation des restes de saint Abdon et de saint Sennen donna naissance à des légendes similaires à Soissons, Rome et Florence qui en revendiquaient la possession concurremment (cf. P. Saintyves [ =E. Nourry], En marge de la légende dorée : songes, miracles et survivances, Paris 1930 (rééd. Paris 1987]. p. 742-746).

2 J. Ainaud de Lasarte, Catalogne romane, la Pierre-qui-Vire I9943, n° 39 p. 252 et 295 ; P. Ponsich, Catalunya Romànica 14. Barcelone 1993, p. 322-323 ; R. Manote i Clivilles et alii. Guide art gothique. Barcelone 2000. n° 7 p. 40-41 ; P. Bonnassie. La Catalogne au tournant de l’an mil, Paris 1990. p. 161-163 ; P. Ponsich, Les Catalans et les croisades, Perpiniani Archivant 1, 1995, p. 69.

3 Ibid. ; P. de Marca, marca Hispanica, Paris 1688, n° CCLXXII col. 1148-1149 (sur l’indication gracieuse d’A. Catafau). La mention du « royaume de Portugal » institué en 1139 dans ce supposé acte de 1069 jette un sérieux doute sur son authenticité, que confirme la date d’obit erronée de Bérenger d’Elne (« 1020 ») !

4 Ponsich. Les Catalans et les croisades, cité supra n. 2, p. 70 ; Gran Enciclopedia Catalana 10, Barcelone 19872, p. 70. Eribau disparut avec le titre, somme toute laïc, de co-vicomte d’Osona.

5 Ponsich. Les Catalans et les croisades, p. 70-71 ; Id., e Pays catalan, dir. J. Sagnes. Pau 1983.1, p. 185.

6 N. Jaspert, Stift und Stadt. Das Heiliggrabpriorat von Santa Anna und das Regularkanonikerstift Santa Eulalia del Camp im mittelalterlichen Barcelona (1145-1423), Berlin 1996 (Berliner Historische Studien 24. Ordensstudien 10), n. 76 p. 61 ; Ponsich. Les Catalans et les croisades, p. 76-77 et 71.

7 Ibid., p..71-72: Catalunya Romànica 7, éd. J. Ainaud i de Lasarte, Barcelone 1995. p. 37. Raymond était en effet le demi-frère de la mère de Guillaume. Sança de Barcelone, malgré l’entêtement de dom Vaissète à en faire un cousin éloigné

8 Ponsich, les Catalans et les croisades, p. 72 ; musulmans i Catalunya, dir. M. Barceló, Barcelone 1999. p. 55-58.

9 Ponsich, les Catalans et les croisades, p. 75-76 ; Catalunya Romànica 7, cité supra n. 7, p. 34-35 ; J. Richard, le comté de Tripoli sous la dynastie toulousaine (1102-1187), Paris 1945, p. 5-6 et 16-17. Bertrand s’était en effet reconnu durant sa halte à Byzance le vassal de l’empereur Alexis Comnène. À la grande colère du Normand, opposé à tout dialogue.

10 Ponsich, les Catalans et les croisades, p. 74-75 ; R.R.H., n° 58 p. 13 (acte final de 1110). La mort violente de Girard en 1113a poussé les historiens à y voir un possible règlement de comptes.

11 Ibid., n° s 107 p. 25-26 et 922 p. 245 ; A. Lecoy de La Marche, Les relations politiques de la France avec le royaume de Majorque. Paris 1892, n° I p. 399.

12 N. Jaspert, Die Ritterorden und der Orden vom Heiligen Grab auf der Iberischen Halbinsel, Militia Sancli Sepulcri (Idea e Istituzioni), éd. K. Elm, C. D. Fonseca, Cité du Vatican 1998, p. 381-410 ; Catalunya Romànica 7, p. 306 ; Jaspert, Stift und Stadt, cité supra n. 6, p. 61-62 (que je remercie de ses suggestions précieuses).

13 K. Elm, Umbilicus Mundi, Sint-Kruis 1998, p. 181-184, 226-227 et 230-232 ; N. Jaspert, Un vestigio desconicido de Tierra Santa : la Vera Creu d’Anglesola, Anuario de Estudios Medievales 29, 1999, p. 447-475 ; F. X. Hernàndez Cardona, Histària militar de Catalunya, 2, Barcelone 2002, p. 53-107. Ce dernier auteur propose une intéressante relecture de la bataille de Muret, fatale au roi.

14 Guide art gothique, cité supra n. 2, nos 2-4 p. 21-25 ; Jacques Ier, Crònica o Llibre dels Feits, éd. F. Soldevila, Barcelone 20004, § 475 p. 373-374 et 481 p. 376-377 : P.-V. Claverie, La contribution des templiers de Catalogne à la défense de la Syrie franque (1290-1310). Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras 3, éd. U. Vermeulen, J. Van Steenbergen, Louvain 2001, p. 171-192.

15 Ibid., passim.

16 Ibid.

17 Jacques Ier, Crònica, cit2 supra n. 14, § 484-493 p. 378-383 et 531 p. 404 (500 chevaliers et 2 000 piétons) ; P.-V. Claverie, « La cristiandat en mayor péril » ou la perception de la question d’Orient dans la Catalogne de la fin du xiiie siècle. Les Templiers en Pays catalan, éd. R. Vinas et alii. Perpignan 1998, p. 92.

18 O. Guyotjeannin, Archives de l’Occident. 1, Le Moyen Âge, Paris 1992, n° 152 p. 478-482 ; C. Mutafian, La Catalogne et le royaume arménien de Cilicie (xiiie-xive siècles), L’expansió catalana a la Mediterrània a la Baixa Edat Mitjana, éd. M. T. Ferrer i Mallol, D. Coulon, Barcelone 1999. p. 109.

19 Claverie, « La cristiandat en mayor péril », cité supra n. 17, p. 105-106, 116 et 120-121.

20 Á. Masiá de Ros, La Corona de Aragón y los estados del Norte de África : Política de Jaime li y Alfonso IV en Egipto, ifriquía y Tremecén, Barcelone 1951, nos 31 p. 296-299 et 33-34 p. 301-302 ; Claverie, « La cristiandat en mayor peril », p. 121-122.

21 A. S. Atiya, Egypt and Aragon : Embassies and Diplomatie Correspondance between 1300 and 1330 A.D., Leipzig 1938 (Abhandlungen für die Kunde des Morgenlandes 23, n° 7), p. 7-73 ; A. López de Meneses, Pedro el Ceremonosio y las reliquias de Santa Bárbara. Estudios de Edad Media de la Corona de Aragón 3, 1962, p. 299-357 (avec plusieurs confusions chronologiques).

22 M. A. Alarcón y Santón, R. García de Linares, Los documentos árabes diplomáticos del Archivo de la Corona de Aragón, Madrid 1940, n° 152, p. 370-371 (lettre de remerciements du 20/02/1330) ; Mutafian, La Catalogne et le royaume arménien, cité supra n. 18, p. 113-114 ; J. Pijoan, Un nou viatge a Terra Santa en catalá [1323], Institut d’Estudis Catalans. Anuari 1, 1907. p. 370-384.

23 Guide art gothique, n° 18 p. 212-213 et n° 17 p. 261 ; C. Otten-Froux, Une enquête à Chypre au xve siècle. Le sindicamentum de Napoleone Lomellini, capitaine génois de Famagouste (1459), Nicosie 2000, n. 159 p. 235 et n. 174 p. 237 (notamment).

Table des illustrations

Titre LES ORDRES MILITAIRES DANS LA COURONNE D’ARAGON VERS 1300
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 642k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540