Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Byzance et l’Orient latin : le legs de Manuel Comnène

Jean-Claude Cheynet

Texte intégral

  • 1 C. M. Brand, Byzantium confronts the West (1180-1204), Cambridge. Mass. 1968 (désormais Brand, Byz (...)
  • 2 M. Angold, The Byzantine Empire 1025-1204, Londres-New York 19972, p. 224-225.
  • 3 N. Oikonomides. The Role of the Byzantine State in the Economy, EHB, p. 1057.
  • 4 P. Lamma, Comneni e Staufer. Ricerche sui rapporti fra Bisanzio e l’Occidente nel secolo xii. Rome (...)
  • 5 M. Hendy, Byzantium. 1081-1204: An Economie Reappraisal, Transactions of the Royal Historical Soci (...)
  • 6 A. Harvey, Economic Expansion in the Byzantine Empire 900-1200. Cambridge 1989.
  • 7 R.-J. Lilie. Byzantium and the Crusader Stales 1096-1204. Oxford 1993 (désormais Lilie. Byzantium)
  • 8 P. Magdalino, The Empire of Manuel I Komnenos 1143-1180, Cambridge 1993 (désormais Magdalino. Manu (...)

1Le règne de Manuel Ier (1143-1180) marque l’apogée de la dynastie des Comnènes qui a redressé la situation de l’Empire, compromise par les invasions normandes, petchénègues et turques de la fin du xie siècle. Le jugement porté sur la politique étrangère de cet empereur a été longtemps plutôt négatif, notamment chez l’un de ses meilleurs biographes, Ferdinand Chalandon qui écrivit, il y a près d’un siècle, une histoire des Comnènes. Cette condamnation reposait sur l’idée que Manuel, qui avait ambitionné de restaurer l’Empire dans son ancienne grandeur, en voulant notamment reprendre le contrôle de l’Italie, avait complètement échoué et que, plus grave, en voulant réaliser ce rêve impossible, il avait épuisé les ressources de l’Empire, préparant son déclin rapide après 1180. Ce sentiment de l’échec profond de Manuel s’ancra si bien qu’il se maintient encore largement dans l’introduction de l’ouvrage de Charles Brand sur les relations entre Byzance et l’Occident de la mort de Manuel à la quatrième croisade et qu’il n’a pas disparu aujourd’hui des manuels et, parfois, des écrits des spécialistes des croisades, dont un trop grand nombre laissent de côté l’Empire byzantin. Charles Brand, tout en reconnaissant que Manuel avait préparé du mieux possible sa succession, suggère qu’il laissait l’Empire dans une position médiocre, depuis le désastre de Myrioképhalon1. Même Michael Angold, dans son excellente histoire politique de l’Empire byzantin, conclut au caractère irréaliste des aspirations de Manuel Comnène lors des dernières années de sa vie2. Nicolas Oikonomidès estimait aussi que l’Empire sous les Comnènes « was much smaller than it had been but its ambitions were the same, if not greater » et ajoutait que l’ambitieuse politique de Manuel était fondée sur d’amples réserves monétaires, obtenues par une pression fiscale « almost intolerable »3. Cependant, Paolo Lamma4 sur le plan de la politique étrangère, puis Michael Hendy5, Alan Harvey6 et Ralph-Johannes Lilie7 du point de vue du développement économique avaient déjà contribué à nuancer ce pessimisme avant que Paul Magdalino, dans sa magistrale monographie sur Manuel Comnène, ne le remette complètement en cause8.

2On pourrait s’étonner de cette évolution, puisque aucune nouvelle source importante n’a été découverte depuis l’époque de Chalandon. Tout repose en effet sur la façon d’apprécier les deux principaux historiens byzantins du xiie siècle, Jean Kinnamos et Nicétas Chôniatès. Le premier, contemporain de l’empereur, dont il fut un temps le secrétaire, position qui lui permit de collecter des informations de première main, rédigea son œuvre sans doute peu après la mort de Manuel. Son ouvrage nous est parvenu incomplet, car il s’arrête avant la campagne de Myrioképhalon : aussi nous manque-t-il le récit des dernières années de Manuel Comnène. Nicétas Chôniatès, nettement plus jeune que Kinnamos, avait à peine terminé ses études en 1180 et n’occupa de postes élevés que sous les empereurs de la dynastie des Anges. À ce titre, il eut lui aussi accès à nombre de documents officiels. Il résidait à Constantinople quand la ville fut prise d’assaut par les latins et finit donc sa vie réfugié dans l’empire de Nicée. Sa grande œuvre historique, les Annales, retrace l’histoire des trois derniers empereurs Comnènes et celle des Anges pour s’achever peu après la chute de la « Reine des Villes ». Chôniatès se montre beaucoup plus critique à l’égard de Manuel que Kinnamos. Les savants eurent donc à choisir entre deux visions opposées du règne de Manuel et celle, défavorable, de Chôniatès l’emporta, pour deux raisons. Tout d’abord, l’auteur des Annales se révèle un esprit supérieur, meilleur écrivain et surtout vrai philosophe de l’histoire, offrant une réflexion approfondie sur les causes de la décadence byzantine durant le quart de siècle précédant 1204. En second point, le récit de Chôniatès flattait le dangereux penchant qui conduit trop d’historiens à donner de l’histoire une vue téléologique. Paul Magdalino a réévalué l’apport de Kinnamos et prouvé qu’en plusieurs points, lorsqu’on peut comparer les faits décrits par Kinnamos et par Chôniatès, le premier se montre plus exact. A la lumière des recherches récentes, il est donc possible de nuancer le bilan de la politique de Manuel Comnène à l’égard de l’Occident, en particulier vis-à-vis des latins d’Orient, trop vite condamnée pour son incapacité à avoir séduit durablement les intéressés. En même temps, on sera conduit à souligner que ce réel succès fut l’une des causes de la déviation de la quatrième croisade.

3La politique latine de Manuel visait deux objectifs principaux, maintenir une forte influence byzantine en Italie et apparaître comme le protecteur des États latins d’Orient, ce qui la situait dans la ligne traditionnelle de la diplomatie byzantine des siècles précédents. Ainsi, les empereurs du xie siècle s’étaient efforcés de conserver les provinces d’Italie du Sud pour contrer l’avance arabe, protéger les Balkans et rester des acteurs actifs dans le jeu romain. De même en Orient, si Basile II n’avait pas jugé utile de réagir vivement à la destruction du Saint-Sépulcre par le calife fatimide al-Hakim, Romain III Argyre et Constantin IX Monomaque avaient fourni l’argent nécessaire à la reconstruction du sanctuaire.

MANUEL ET LES ÉTATS LATINS D’ORIENT

  • 9 Lilie, Byzantium, p. 142-221. Cette orientation nouvelle, décidée par Manuel, vient peut-être d’un (...)
  • 10 Le premier à avoir souligné ce double caractère de l’expédition de 1176 fut R.-J. Lilie, Die Schla (...)
  • 11 La version française du texte est plus explicite que la version latine : Guillaume de Tyr, Chroniq (...)

4Ralph-Johannes Lilie a souligné le changement d’attitude des Byzantins à l’égard des latins d’Orient, lorsque Manuel était monté sur le trône9. Les premiers effets ne furent guère probants puisque, lors de l’effondrement du comté d’Édesse, le jeune empereur ne sut pas conserver les quelques forteresses qui lui avaient été confiées. Fort de cette expérience, il ne s’aventura plus en Orient sans avoir, auparavant, assuré une solide base arrière par la domination de la Cilicie, province agitée dont le gouverneur pouvait compter sur des secours en hommes et en argent venus de Chypre voisine. Manuel s’assura l’amitié des rois de Jérusalem, qui exerçaient alors une sorte de prépondérance sur les autres États croisés, par les moyens traditionnels de la diplomatie byzantine : la distribution de grosses sommes d’argent, le mariage avec des princesses impériales, les renforts de la flotte et de l’armée byzantines. Le résultat de cette offensive de charme est bien connu, qui fit de Manuel le premier interlocuteur des princes francs lorsque ceux-ci se sentirent menacés par Nur ed-Din, puis davantage encore par Saladin. Il est maintenant admis que l’expédition malheureuse, qui aboutit en 1176 à l’échec humiliant de Myrioképhalon, avait pour objectif non seulement de soumettre un sultan seldjoukide devenu trop puissant et susceptible de couper la route impériale qui conduisait directement de Constantinople à Antioche et d’empêcher l’empereur d’envoyer des renforts vers la Cicilie et vers la Syrie, mais aussi d’intégrer l’Empire à l’effort de croisade contre les musulmans10. Lorsque Guillaume, l’archevêque latin de Tyr, évoque la déconfiture de Manuel dans les passes de Myrioképhalon, il marque sa sympathie envers Manuel, « le bon empereur de Constantinople, qui fut si sage et si courtois que tout le monde doit parler de lui en bien, et qui vainquit en largesses tous les princes du monde », et note bien la double finalité de la campagne : « Il le faisait pour accroître la puissance de la Chrétienté et pour élargir les bornes de son empire11. »

  • 12 L’importance de Byzance dans cette survie a été récemment soulignée par J. Phillips, Defenders of (...)
  • 13 Guillaume de Tyr, Chronique, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout 1986 (Corpus Christianorum. Continuati (...)
  • 14 Annali Genovesi di Caffaro e de’ suoi continuatori dal MXCIX al MCCXCIll, vol. I a cura di L. T. B (...)

5Il est remarquable que Myrioképhalon n’ait pas modifié les rapports entre le royaume de Jérusalem et l’Empire. Les ambassadeurs grecs, accompagnés d’une flotte importante, furent accueillis avec faveur dans le royaume de Jérusalem. Ils reçoivent une appréciation flatteuse du chancelier, Guillaume de Tyr, qui note la patience et la sagesse dont ils firent preuve à l’égard des atermoiements de Philippe de Flandre. Le revers subi par Manuel n’a donc pas réduit l’importance de sa contribution dans la survie des États croisés12. On comprend dès lors que la mort de l’empereur soit déplorée en termes très chaleureux : « Quand mourut le seigneur Manuel, l’empereur de très heureuse mémoire, lui succéda par le testament de son père et par droit de l’hérédité, son fils impubère nommé Alexis, âgé d’à peine treize ans13. » De même, selon les Annales de Gênes, lorsque l’empereur fut rappelé à Dieu, il en résulta la ruine la plus extrême de toute la chrétienté14. L’éditeur, dans une note du texte, estime que l’auteur des Annales fait allusion au massacre de 1182 et à la chute de Constantinople en 1204, mais il est hors de doute qu’il faut y inclure aussi la chute de Jérusalem en 1187.

6En résumé, Manuel Comnène s’efforça de faire reconnaître les droits de l’Empire sur les États francs d’Orient en se montrant un allié indispensable face aux Zengides, puis à Saladin. Les moyens matériels furent distribués par plusieurs canaux, d’abord en complément de la diplomatie matrimoniale, puis à l’occasion du rachat des prisonniers francs qui ne pouvaient payer les rançons très élevées qu’exigeaient les souverains musulmans. Sur le plan militaire, les largesses impériales servirent à soutenir plusieurs expéditions maritimes et aussi, de façon plus ordinaire, à ravitailler les Francs d’Orient par l’intermédiaire de la Cilicie, de Chypre et d’Attaleia.

  • 15 Le jeune Baudouin V, qui était encore en vie à cette date, se trouvait être le neveu du gendre de (...)
  • 16 Brand, Byzantium, p. 84.

7N’est-ce pas également Manuel qui introduisit au sein de la famille impériale les Montferrat, vassaux de Frédéric Barberousse, et soucieux, depuis la seconde croisade, du sort des États latins ? Au reste, le geste fut renouvelé par Isaac II Ange. Boniface, l’un des chefs de la quatrième croisade, était donc le benjamin d’une fratrie dont le destin fut intimement lié à Byzance et à Jérusalem : l’aîné, Guillaume, épousa Sybille et devint l’héritier présomptif de Baudouin IV de Jérusalem, avant de mourir prématurément, laissant un fils nouveau-né, Baudouin V ; Rénier obtint la main de Marie, fille de l’empereur Manuel15 ; Conrad qui, en 1179, avait capturé le chancelier de Barberousse pour le compte de Manuel, devint fort brièvement l’époux de la sœur d’Isaac et Alexis Ange, avant de prétendre au trône de Jérusalem16.

8Manuel a emprunté à ses prédécesseurs la plupart de ses outils, mais il est le premier à les utiliser de manière systématique pour séduire, et non pour contraindre. On peut parler d’un vrai succès de Manuel car les latins, désormais, comptèrent profondément sur l’alliance grecque sous la forme d’hommes et de subsides.

LES SUCCESSEURS DE MANUEL ET L’ORIENT LATIN

  • 17 Magdalino, Manuel Komnenos, p. 76-78.
  • 18 Cl. Cahen, la Turquie pré-ottomane, Istanbul-Paris 1988, p. 46-47.
  • 19 Nicetae Choniatae Historia, éd. I.A. Van Dieten, Berlin-New York 1975 (CFHB 9), p. 262 et 367-368 (...)
  • 20 C. M. Brand, The Byzantines and Saladin. 1185-1192: Opponents of the Third Crusade, Speculum 37, 1 (...)

9À la cour de Manuel, tous n’appréciaient pas les options prises par l’empereur, jugées trop favorables aux latins. Cette division des sphères dirigeantes n’était pas propre à l’Empire et, dans le royaume de Jérusalem aussi, s’opposaient les partisans de l’alliance byzantine et ceux qui attendaient les secours de l’Occident. Si Marie d’Antioche, veuve de Manuel, s’appuyait plus que jamais sur les latins et l’élément pro-latin de la cour, Andronic Comnène, désireux de s’emparer du pouvoir, ne pouvait que choisir l’autre camp. Lorsqu’il fut à son tour renversé par Isaac Ange, on aurait attendu que le nouvel empereur, populaire en Asie Mineure, reprît les positions de Manuel. De fait, il renoua des liens avec les Montferrat, donnant sa sœur Théodora en mariage à Conrad, comme on l’a dit. Mais, plusieurs faits nouveaux lui interdirent de poursuivre dans cette voie : le départ précipité de Conrad, la perte de Chypre et de la Cilicie intervenue sous Andronic Comnène, la fragilité de son pouvoir enfin, soulignée par la rébellion d’Alexis Branas et les troubles suscités par les Bulgares. L’importante réorientation diplomatique, contrecoup de l’échec de Myrioképhalon, n’a pas encore été suffisamment mise en évidence jusqu’ici. Manuel Comnène avait établi une sorte de protectorat sur le sultanat d’Ikonion, qui s’était traduit, lors de la visite du sultan Kilidj Arslan à Constantinople en 1161, par l’attribution au sultan d’un trône plus bas que celui de l’empereur. Kilidj Arslan s’était aussi reconnu, comme son rival danishmen-dide, le doulos de Manuel17. En conséquence, Manuel ne considérait plus le sultan comme un adversaire potentiel ; il pouvait dès lors s’attaquer au maître de la Syrie, ennemi qu’il partageait avec les Francs d’outre-mer. Or Myrioképhalon avait souligné le danger que représentait le sultanat seldjoukide, puisque ce dernier rassemblait désormais l’ensemble des Turcs d’Asie Mineure. Cependant, Manuel, tant qu’il était resté en vie, avait obtenu de Kilidj Arslan que le lien d’allégeance à lui-même et à son fils Alexis II fût maintenu, parce que les forces byzantines restaient efficaces et parce que le sultan était préoccupé de renforcer les positions seldjoukides à l’est18. Après 1180, les Byzantins furent incapables de s’opposer à l’expansion du sultanat. Les Turcs attaquèrent Attaleia, la haute vallée du Méandre et les abords de la Bithynie19. Désormais, pour Isaac Ange qui devait protéger les populations micrasiatiques où il trouvait son principal soutien, l’adversaire musulman prioritaire, c’étaient les Seldjoukides. S’il devait rechercher contre eux une alliance de revers, l’empereur ne pouvait guère songer aux Francs d’Orient, dont il était séparé par une Cilicie indépendante, et qui avaient déjà trop à faire pour lutter contre Saladin. Il était naturel qu’il se tournât vers la seule puissance susceptible de faire contrepoids au Seldjoukide et qui l’affrontait en Haute Mésopotamie, l’État ayyoubide. Mais une alliance avec Saladin faisait resurgir chez les latins le thème de la perfidie grecque et compromettait tout accord entre eux et Constantinople20. Lorsque Alexis III renversa son frère Isaac, en 1195, l’Empire devait combattre dans les Balkans la rébellion des peuples serbe et bulgare. En Asie Mineure, contenir la poussée des Seldjoukides vers l’ouest empêchait tout autre projet.

LES FRANCS VISENT À MAINTENIR LES ACQUIS DU TEMPS DE MANUEL

  • 21 La flotte d’une centaine de navires, que Manuel avait employée en Palestine et en Égypte, fut en g (...)
  • 22 Tatikios, le représentant d’Alexis, se rendit dans l’île pour chercher de la nourriture et des che (...)

10Les partisans de l’alliance byzantine ne disparurent pas à la mort de Manuel, mais nous venons de voir que l’Empire byzantin fut rapidement privé de moyens d’intervention directe dans l’Orient latin21. Il suffit de reprendre point par point les avantages accordés par Manuel pour constater que les latins ont tenté de les conserver par les voies les plus diverses. Ainsi, dès la première croisade, Chypre avait servi de base arrière aux troupes byzantines et d’entrepôt pour ravitailler les armées croisées en difficulté devant Antioche22. L’expédition malheureuse du prince d’Antioche, Renaud de Châtillon, en 1156 contre l’île de Chypre, manifeste certes le ressentiment de l’intéressé à l’égard de manuel, mais peut aussi s’analyser comme un prélèvement nécessaire pour faire face à un Nur ed-Din qui venait d’accroître considérablement son potentiel militaire en s’emparant de Damas, deux ans auparavant.

  • 23 Après son expédition victorieuse de 1159, manuel pardonna à Thoros, son adversaire malheureux, et (...)

11La Cilicie constitua durant le règne de manuel la base d’intervention dans les affaires des États croisés, non seulement lorsque manuel souhaitait faire sentir son autorité directe sur Antioche, mais aussi lorsque l’empereur envoyait des secours en hommes. La lutte contre la faction arménienne des Roupénides vint troubler les ambitions impériales, mais manuel était prêt à bien des concessions pour pacifier la province et lui faire jouer son rôle stratégique23. En 1164, c’est au duc de Cilicie, Constantin Kalamanos, que manuel avait confié le soin de seconder le prince d’Antioche, Bohémond III, contre Nur ed-Din.

  • 24 Ioannis Cinnami Epitome rerum ab loanne et Alexio Comnenis gestarum, éd. A. Meineke, Bonn 1836 (CS (...)
  • 25 En 1206, Aldebrandini était alors attaqué par le sultan d’Ikonion (Nicétas Chômatès, p. 639-640).

12L’idée d’associer Chypre, la Cilicie, mais aussi le duché d’Attaleia pour constituer une base d’action des armées byzantines destinées à agir en Syrie et en mésopotamie est ancienne, puisqu’elle remonte à Jean II Comnène, qui projetait de confier ces territoires à son plus jeune fils, manuel, alors en quatrième place dans la succession au trône, mais chef des troupes latines de l’armée impériale24. En effet, les troupes stationnées dans ces provinces pouvaient intervenir rapidement et indépendamment des relations que l’empereur entretenait avec le sultan d’Ikonion, puisqu’elles n’avaient pas à emprunter la route directe qui traversait les terres du sultan. Dans l’esprit de Jean, il s’agissait de soumettre les princes francs d’Antioche, mais les mêmes forces pouvaient aussi être mises au service des latins d’Orient. Au début du xiiie siècle, le « programme » de manuel avait été réalisé, mais d’une manière bien différente : un royaume arménien en Cilicie assistait, bon gré mal gré, la principauté d’Antioche, le frère d’un roi de Jérusalem gouvernait Chypre, et un corsaire latin occupait Attaleia, cherchant l’appui des Chypriotes25.

  • 26 Sur les rapports entre Frédéric Barberousse et Byzance, voir l’exposé commode de K.-P. Todt. Kaise (...)
  • 27 Brand, Byzantium, p. 193-194.
  • 28 Soit 115 200 hyperpères (Nicétas Chôniatès, p. 478). Henri VI avait d’abord réclamé 50 kentènaria (...)
  • 29 The Conquest of Jerusalem and the Third Crusade, trad. P. Edbury, Aldershot 1998, § 175, p. 138-13 (...)

13La mobilisation des ressources de l’Empire au service de la future croisade est désormais une demande constante qui se retrouve lors des négociations en vue de nouvelles expéditions de secours en Terre sainte, même celles restées à l’état de projet. Lors de la troisième croisade, Frédéric Barberousse, sûr de la force de son armée, se contenta de négocier le ravitaillement de ses hommes26. Son fils, Henri VI, se prépara également au voyage d’outre-mer et envoya une ambassade à Constantinople pour exiger une énorme contribution byzantine destinée à solder mille cinq cents chevaliers et mille cinq cents fantassins en Terre sainte27. Nicétas Chôniatès révèle qu’Alexis III, pour assouvir les exigences financières d’Henri VI, avait levé une taxe spécifique, l’alémanikon, et que les Grecs s’apprêtaient à expédier 16 kentènaria d’or en Sicile, avant d’apprendre la mort de l’empereur germanique28. Le Continuateur de Guillaume de Tyr décrit l’ambassade allemande, la situation difficile où se trouvait Alexis, mais rapporte que l’empereur aurait finalement promis d’aider Henri VI et de participer à la reprise de Jérusalem, en suivant le modèle de ses ancêtres, notamment l’empereur manuel29.

  • 30 PL 214, col. 1125, et 216, col. 1185. Dans un autre contexte, celui d’une nouvelle menace d’invasi (...)
  • 31 Magdalino, Manuel Komnenos, p. 103.

14Deux ans plus tard, le nouveau pape. Innocent III, reprenait le projet de croisade et écrivait à Alexis III Ange pour l’inciter à se porter au secours des latins d’outremer en fournissant de l’argent et des hommes. Dans l’esprit d’Innocent III, la reprise de Jérusalem ne peut s’accomplir sans le soutien des Grecs et le pape se réfère aussi à l’œuvre de manuel dont il salue la mémoire30. Alexis III n’était pas en mesure d’intervenir et ne fit rien de concret, sinon tenter de négocier le retour de Chypre au sein de l’Empire. Le pape insistait également sur la nécessaire reconnaissance de la primauté romaine, ce qui ne facilitait guère un accord éventuel, mais cette demande n’était pas nouvelle car, depuis la rupture de 1054 et depuis Grégoire VII, au siècle précédent, les papes y avaient constamment fait allusion. Manuel Comnène avait aussi montré dans ce domaine une certaine souplesse à la fin de sa vie31, puisqu’il avait, semble-t-il, renoncé à un projet qui irritait la hiérarchie latine, imposer la présence d’un patriarche grec à Jérusalem, et avait rappelé Léonce parti occuper cette charge.

LES PROMESSES DU FUTUR ALEXIS IV

15Lorsqu’Alexis Ange, le jeune fils d’Isaac II échappé des geôles de son oncle Alexis III, s’efforça d’enrôler les croisés pour reprendre le trône paternel et chasser celui qui, à ses yeux, avait usurpé le trône de Constantinople, il promit de fournir aux croisés 200 000 marcs d’argent, le ravitaillement de leur armée, le service de dix mille hommes pendant un an (qu’il vienne ou non personnellement les commander) et d’entretenir à ses frais, sa vie durant, cinq cents chevaliers. À l’exception de la première clause, ces conditions s’inscrivent dans la continuité des promesses faites par les empereurs précédents, qui eurent à affronter le passage d’une croisade, et ne dépassent pas l’effort financier consenti antérieurement.

  • 32 Alexiade, éd. Leib, 3, p. 33 ; éd. Reinsch, p. 343. Alexis les recevant à Constantinople leur octr (...)
  • 33 J. Shepard a retracé la carrière de deux de ces croisés dévoués à la cause impériale : Guillaume d (...)
  • 34 Bohémond III d’Antioche. beau-frère de l’empereur, fut capturé par Nur ed-Din. Celui-ci le libéra (...)
  • 35 Magdalino, manuel Komnenos, p. 70.
  • 36 Guillaume de Tyr, XXII, 5. p. 1012.
  • 37 B. Hamilton, manuel I Comnenus and Baldwin IV of Jerusalem, KAΘHΓHTPIA, Essays presented to Joan H (...)

16Alexis Ier Comnène avait assuré plutôt convenablement l’approvisionnement des croisés, leur avait offert le concours permanent d’un corps de troupes sous la direction de son fidèle Tatikios et avait entrepris de conduire en personne une armée de secours qui excédait sûrement les dix mille hommes promis par Alexis Ange. Il avait également racheté les chevaliers francs faits prisonniers par les Fatimides32 et, s’il s’était obstinément opposé aux Normands d’Antioche, avait souhaité se constituer un réseau de partisans parmi les autres croisés33. De ce point de vue, son petit-fils ne faisait que reprendre sa politique. Si manuel Comnène s’était d’abord montré plus réservé à l’égard de la seconde croisade, il avait ensuite financé le royaume de Jérusalem et la principauté d’Antioche en payant les rançons de nobles illustres34, ou bien en dotant convenablement ses parentes mariées aux princes francs. Nous ignorons la hauteur de la dot de marie, l’épouse d’Amaury, mais celle de Théodora, unie à Baudouin III, avait atteint la valeur exceptionnelle de 100 000 hyperpères35. Il faut à celles-ci ajouter la dot de Théodora, princesse d’Antioche donnée à Bohémond III36. Manuel pensionnait aussi les Courtenay pour les dédommager de la perte du comté d’Édesse37. Tout au long du règne, les transferts ont représenté des centaines de milliers d’hyperpères.

  • 38 Nous n’avons de données sur les soldes que pour le début du xiiie siècle. Cependant, sous Michel V (...)
  • 39 Chypre, au xiie siècle, rapportait au Trésor impérial une somme de l’ordre de 50 000 hyperpères, m (...)
  • 40 Tout dépend du taux retenu : cinq hyperpères pour un marc d’argent (Hendy, Studies, p. 199). mais (...)
  • 41 À titre de comparaison, souvenons-nous que la déviation de la croisade trouve son origine dans l’i (...)
  • 42 Nicétas Chôniatès, p. 357.
  • 43 C’était le montant de la rançon que le roi Richard d’Angleterre avait dû verser (The Conquest, cit (...)
  • 44 Georges Pachymèrès, Relations historiques. Vol. 4, éd., trad. A. Failler, Paris 1999, p. 549.
  • 45 Nicétas Chôniatès, p. 556. D’après le texte, on ne peut déterminer si le paiement a seulement été (...)
  • 46 Sur les fortunes privées qui atteignaient plusieurs dizaines de milliers d’hyperpères, cf. J.-Cl. (...)

17Mobiliser une armée de dix mille hommes constituait un effort de guerre inférieur à celui qu’avaient impliqué les campagnes récentes contre les Normands, les Hongrois ou les Bulgares. Si l’on admet une solde d’une livre d’or par cavalier38, ce qui, à cette date, représente sans doute une limite supérieure, on constate que l’entretien des cinq cents chevaliers aurait engendré une dépense de l’ordre de 37 500 hyperpères, que les revenus d’une seule province de l’Empire suffisaient à couvrir39. Le coût des autres promesses n’était pas disproportionné aux ressources de l’Empire, même en 1203. Restent les 200 000 marcs d’argent, soit 1 000 000 d’hyper-pères (ou 600 000)40, somme qui correspondait à l’embauche de la nombreuse armée des croisés en vue de l’établissement d’Alexis (IV) sur le trône de Constantinople. L’importance de cette revendication41 ne s’apprécie que par rapport aux dépenses militaires qu’avaient effectuées les empereurs précédents ou du moins ce qu’on pouvait en savoir en Occident. D’après Nicétas Chôniatès, Isaac II, à peine maître du palais impérial, fit parvenir 4 000 livres d’or (288 000 hyperpères) aux troupes qui combattaient les envahisseurs normands42. Selon le même historien, la campagne de manuel Comnène en Italie aurait été ruineuse, puisque l’empereur, entre les dépenses purement militaires et les subsides pour se gagner des alliés, aurait dépensé 300 kentènaria (2 160 000 nomismata). Il ne faut pas suivre aveuglément les informations de Nicétas, mais il est probable qu’il se fait l’écho d’une rumeur qui circulait en Italie et qui était connue des latins. Aussi la promesse de verser 200 000 marcs ne devait-elle pas paraître extravagante aux négociateurs croisés43. Le Vénitien Henri Dandolo aurait pu être mieux au fait de la situation, mais il avait surtout séjourné dans l’Empire aux beaux jours de l’empereur Manuel. La situation de l’Empire s’était incontestablement détériorée depuis 1180, mais l’empereur conservait tout de même les meilleures terres des Balkans et d’Asie mineure et le déclin byzantin n’était sans doute pas encore perceptible pour des négociateurs étrangers. Lorsque Isaac II, en 1194, avait perdu une grande partie de son armée au désastre d’Arkadioupolis, il avait pu, dès l’année suivante, en reconstituer une nouvelle. Sous Andronic II, alors que l’Empire avait perdu l’essentiel de ses territoires asiatiques, l’Épire, la Grèce centrale, une partie des îles de l’Egée, l’aventure catalane n’avait-elle pas coûté environ un million d’hyperpères44 ? Enfin à l’été 1203, Alexis IV, qui ne tenait guère que Constantinople et qui avait hérité d’un trésor vidé par son prédécesseur, prit à son service Boniface de Montferrat au prix de 16 kentènaria45, car il ne faut pas oublier que la confiscation des biens des opposants politiques issus de la haute aristocratie pouvait rapporter des centaines de milliers d’hyperpères46.

  • 47 Cependant, rappelons-le, au moment où le traité est signé, Constantinople n’avait pas encore été r (...)
  • 48 Guillaume de Tyr, XXII, 11 (10), p. 1020-1021 ; Le Roman d’Éracle, 2, p. 436-437.

18En revanche, comme on le sait, ce traité était marqué par l’irréalisme politique, car il reposait sur le présupposé qu’Alexis Ange serait bien accueilli dans l’Empire et que l’ensemble des provinces se rallierait à lui, une fois la capitale dans ses mains, illusions que partageaient le prétendant et ses partenaires latins. Il semble en effet que les latins aient eu du mal à percevoir à quel point les Grecs se méfiaient d’eux, en dépit de l’avertissement qu’avait constitué le massacre de 118247. Il est vrai qu’après ce drame, lors du retour progressif des latins à Constantinople, les empereurs Anges assurèrent leur sécurité et, à la veille de la quatrième croisade, une importante communauté, notamment de Pisans, vivait paisiblement à Constantinople. Seul Guillaume de Tyr, le meilleur connaisseur des affaires de l’Empire, avait noté qu’il existait à la cour de manuel une faction, animée par des membres de la famille impériale, qui jalousait et critiquait les faveurs octroyées par l’empereur manuel à ses conseillers latins48.

  • 49 Basile II mourut alors qu’il s’apprêtait à conduire une armée vers la Sicile (loannis Scylitzae Sy (...)
  • 50 Villehardouin, La conquête I, § 96, p. 97.

19La politique de manuel fut finalement couronnée de succès puisque le royaume de Jérusalem le considérait comme son principal recours et, après Hattin, rétrospectivement, l’échec du projet de conquête de l’Égypte, fondement de l’alliance byzantino-franque, apparaissait bien comme l’une des causes du désastre subi par les Francs. Paradoxalement, ce succès même fut en partie cause des malheurs postérieurs de l’Empire. On pourrait, sans invraisemblance, comparer de ce point de vue, Basile II et manuel Comnène. Tous deux conduisirent souvent leurs armées à la victoire, davantage par leur ténacité et leur courage personnel que par leur génie militaire. Tous deux estimèrent que l’avenir de l’Empire passait par le contrôle et la prospérité des Balkans, ce qui supposait une forte présence byzantine en Italie49. Tous deux également laissèrent une succession impériale délicate, l’un, faute d’avoir marié ses nièces, l’autre, par malchance d’avoir obtenu un héritier si tardif. Tous deux enfin symbolisèrent la puissance retrouvée de l’Empire, même si le règne de manuel fut trop longtemps considéré à tort comme un simple temps de redressement dans un déclin de l’Empire jugé déjà irréversible. L’exemple de Basile II fut en partie fatal à ses successeurs, qui modelèrent leur politique sur le patron de la sienne, au point de manquer la nécessaire adaptation de l’Empire à la situation nouvelle de la seconde moitié du xie siècle. De même, la popularité de manuel en Occident et dans les États francs d’Orient avait persuadé les latins qu’un partenariat avec l’Empire byzantin pouvait seul sauver ces mêmes États menacés d’être balayés par les Ayyoubides. La recherche des sentiments et des objectifs qui animaient les participants de la quatrième croisade a généré une abondante littérature et n’a pas abouti à un accord entre des savants qui se partagent toujours en deux camps : ceux qui croient au plan machiavélique du doge vénitien pour une attaque préméditée contre l’Empire, et les tenants de la déviation accidentelle. Qu’on admette l’une ou l’autre théorie, elles ont en commun de supposer que les latins ont cru indispensable de disposer des ressources financières et militaires de l’empire d’Orient et de reprendre l’Égypte, objectif secret de la nouvelle expédition. Villehardouin rapporte que les partisans de la déviation de la croisade en faveur d’Alexis Ange ont avancé l’argument qui se révéla finalement déterminant : « Sachez que c’est par la terre de Babylone ou par la Grèce que sera recouvrée la terre d’outre-mer, si elle est jamais recouvrée50. » Soutenir les États francs avec l’or byzantin, ou les aider à s’emparer des richesses de l’Égypte, et s’attacher les Montferrat, avaient bien été les axes de la politique du grand empereur Comnène qui, en ce sens, a préparé, à son corps défendant, les égarements de la quatrième croisade.

Notes

1 C. M. Brand, Byzantium confronts the West (1180-1204), Cambridge. Mass. 1968 (désormais Brand, Byzantium), p. 14-30.

2 M. Angold, The Byzantine Empire 1025-1204, Londres-New York 19972, p. 224-225.

3 N. Oikonomides. The Role of the Byzantine State in the Economy, EHB, p. 1057.

4 P. Lamma, Comneni e Staufer. Ricerche sui rapporti fra Bisanzio e l’Occidente nel secolo xii. Rome 1955-1957.

5 M. Hendy, Byzantium. 1081-1204: An Economie Reappraisal, Transactions of the Royal Historical Society 20, 1970, p. 31-52 (= Id., The Economy, Fiscal Administration and Coinage of Byzantium, Northampton 1989, II), et ’Byzantium, 1081-1204’: The Economy Revisited Twenty Years On, The Economy, op. cit.. III.

6 A. Harvey, Economic Expansion in the Byzantine Empire 900-1200. Cambridge 1989.

7 R.-J. Lilie. Byzantium and the Crusader Stales 1096-1204. Oxford 1993 (désormais Lilie. Byzantium).

8 P. Magdalino, The Empire of Manuel I Komnenos 1143-1180, Cambridge 1993 (désormais Magdalino. Manuel Komnenos), p. 491.

9 Lilie, Byzantium, p. 142-221. Cette orientation nouvelle, décidée par Manuel, vient peut-être d’une meilleure appréciation de la place croissante des latins en Méditerranée orientale, sans compter une familiarité avec les soldats latins dont il commandait le contingent à la fin du règne de son père.

10 Le premier à avoir souligné ce double caractère de l’expédition de 1176 fut R.-J. Lilie, Die Schlacht von Myriokephalon (1176). Auswirkungen auf das byzantinische Reich im ausgehenden 12. Jahrhundert. RÉB 35, 1977, p. 257-275. Plus récemment A. Stone s’est appuyé sur les panégyristes de l’année 1176 pour souligner cet aspect de la campagne de Myrioképhalon (Dorylaion revisited. Manuel I Komnenos and the refortification of Dorylaion and Soublaion in 1175, RÉB 61, 2003. p. 197).

11 La version française du texte est plus explicite que la version latine : Guillaume de Tyr, Chronique du royaume franc de Jérusalem, trad. G. et R. Métais (désormais Roman d’Eracle). 2, p. 389.

12 L’importance de Byzance dans cette survie a été récemment soulignée par J. Phillips, Defenders of the Holy land. Relations between the latin East and the West, Oxford 1996, p. 208-213, 231-236, passim.

13 Guillaume de Tyr, Chronique, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout 1986 (Corpus Christianorum. Continuatio mediaevalis 63A), p. 1020. L’auteur du Roman d’Éracle évoque en Manuel « le meilleur et le plus entreprenant prince du monde » (2, p. 436).

14 Annali Genovesi di Caffaro e de’ suoi continuatori dal MXCIX al MCCXCIll, vol. I a cura di L. T. Belgrano, Gênes 1890, p. 14-15 : Hoc siquidem anno dominus Emanuel dive memoriae Constantinopolitanus beatissimus imperator, sicut divine placuit majestati, proh dolor, obiit mense septembris, festo beate Tecle virginìs et marturis, secundum quod retulit Willielmus Arnaldus, nobilis Ianue civis, qui venit de Peyra cum navi honerata frumento, linde Christianitas universa ruinam extremam et detrimentum recurrit.

15 Le jeune Baudouin V, qui était encore en vie à cette date, se trouvait être le neveu du gendre de l’empereur Manuel.

16 Brand, Byzantium, p. 84.

17 Magdalino, Manuel Komnenos, p. 76-78.

18 Cl. Cahen, la Turquie pré-ottomane, Istanbul-Paris 1988, p. 46-47.

19 Nicetae Choniatae Historia, éd. I.A. Van Dieten, Berlin-New York 1975 (CFHB 9), p. 262 et 367-368 (désormais Nicétas Chôniatès).

20 C. M. Brand, The Byzantines and Saladin. 1185-1192: Opponents of the Third Crusade, Speculum 37, 1962, p. 167-191.

21 La flotte d’une centaine de navires, que Manuel avait employée en Palestine et en Égypte, fut en grande partie détruite lorsque Isaac II voulut débarquer un corps expéditionnaire pour reprendre Chypre à l’usurpateur Isaac Comnène (Lilie, Byzantium, p. 240). Elle ne fut pas reconstituée et Alexis III ne put opposer qu’une flotille dérisoire aux croisés de 1203 (H. Ahrweiler, Byzance et la mer. la marine de guerre, la politique et les institutions maritimes de Byzance aux viie.xve siècles, Paris 1966, p. 288-297).

22 Tatikios, le représentant d’Alexis, se rendit dans l’île pour chercher de la nourriture et des chevaux (J. Shepard, When Greek meets Greek : Alexius Comnenus and Bohemond in 1097-98, BMGS 12, 1988, p. 271-272).

23 Après son expédition victorieuse de 1159, manuel pardonna à Thoros, son adversaire malheureux, et lui offrit une grande quantité d’or et d’argent (Armenia and the Crusades Tenth to Twelfth Centuries. The Chronicle of matthew of Edessa. Translated from the Original Armenian with a Commentary and Introduction by A. E. Dostorian, New York-Londres 1993, p. 273). Thoros reçut également la dignité de sébaste (ibid., p. 276).

24 Ioannis Cinnami Epitome rerum ab loanne et Alexio Comnenis gestarum, éd. A. Meineke, Bonn 1836 (CSHB), p.23.

25 En 1206, Aldebrandini était alors attaqué par le sultan d’Ikonion (Nicétas Chômatès, p. 639-640).

26 Sur les rapports entre Frédéric Barberousse et Byzance, voir l’exposé commode de K.-P. Todt. Kaiser Friedriech I. Barbarossa und Byzanz. Hellenika (Bochum) 1993, p. 132-172.

27 Brand, Byzantium, p. 193-194.

28 Soit 115 200 hyperpères (Nicétas Chôniatès, p. 478). Henri VI avait d’abord réclamé 50 kentènaria (360 000 hyperpères). Rappelons qu’Alexis Ier Comnène avait envoyé à Henri IV, l’empereur d’Allemagne dont il recherchait l’alliance contre Robert Guiscard, 360 000 pièces d’or, cent coupons de soie pourpre et la roga de vingt dignités (Anne Comnène, Alexiade, éd. B. Lieb, Paris 19672, 1, p. 134 [désormais Alexiade. éd. Leib] ; Annae Comnenae Alexias. Pars prior. Prolegomena et textus. éd. D. R. Reinsch, A. Kambylis, Berlin-New York 2001 [CFHB 40/1] [désormais Alexiade, éd. Reinsch], p. 113).

29 The Conquest of Jerusalem and the Third Crusade, trad. P. Edbury, Aldershot 1998, § 175, p. 138-139. Peu importe qu’en fait Alexis III n’ait pas compté manuel au nombre de ses ascendants. Tous deux étaient des Comnènes.

30 PL 214, col. 1125, et 216, col. 1185. Dans un autre contexte, celui d’une nouvelle menace d’invasion de l’Empire byzantin par la Sicile. Innocent III évoque à nouveau a tempore inclite memorie manuelis, tut predecessoris... (Die Register limocenzlll. 5. Pontifikatsjahr 12021203, éd. O. Hageneder et alii, lettre n° 121, p. 242).

31 Magdalino, Manuel Komnenos, p. 103.

32 Alexiade, éd. Leib, 3, p. 33 ; éd. Reinsch, p. 343. Alexis les recevant à Constantinople leur octroya de « grandes sommes d’argent ».

33 J. Shepard a retracé la carrière de deux de ces croisés dévoués à la cause impériale : Guillaume de Cormery (Cross-purposes : Alexius Comnenus and the First Crusade, The First Crusade, Origins and Impact, éd. J. Phillips. manchester 1997, p. 107-129) et Odon Arpin de Bourges (The ‘muddy road’ of Odo Arpin from Bourges to la Charité-sur-loire, The Experience of Crusading. 2, Defining the Crusader Kingdom, éd. P. Edbury, J. Phillips, Cambridge 2003, p. 11-28).

34 Bohémond III d’Antioche. beau-frère de l’empereur, fut capturé par Nur ed-Din. Celui-ci le libéra assez vite et Bohémond vint à Constantinople où manuel lui « donna généreusement de son argent » (Guillaume de Tyr, XIX, 11, p. 878).

35 Magdalino, manuel Komnenos, p. 70.

36 Guillaume de Tyr, XXII, 5. p. 1012.

37 B. Hamilton, manuel I Comnenus and Baldwin IV of Jerusalem, KAΘHΓHTPIA, Essays presented to Joan Hussey for her 80th birthday. londres 1988, p. 367.

38 Nous n’avons de données sur les soldes que pour le début du xiiie siècle. Cependant, sous Michel VIII. nous le savons, un stratiote recevait l’équivalent de 24 à 36 hyperpères et, au début du xive siècle, le cavalier catalan, qui percevait pour assurer son entretien deux livres d’or, était jugé extrêmement coûteux (C. Morrisson, J.-Cl. Cheynet, Prices and Wages in the Byzantine World, EHB, p. 862). À titre de comparaison, lorsque Guy de lusignan inféoda les terres vacantes de Chypre, il distribua pour des chevaliers des fiefs valant 400 besants blancs, soit un peu plus d’une livre d’or en comptant le besant pour 1/5 d’hyperpère (Éraclès, RHC Occ, II, p. 191-192). Il put ainsi créer 300 fiefs de chevaliers et 200 autres pour des hommes d’armes.

39 Chypre, au xiie siècle, rapportait au Trésor impérial une somme de l’ordre de 50 000 hyperpères, montant corroboré par les 200 000 besants dont disposait Aimery de lusignan à sa mort (Éraclès, ibid., p. 190-191). L’île de Corfou aurait rapporté deux fois plus que Chypre, ce qui est suspect. Au xe siècle, les revenus des ports d’Attaleia et de Trébizonde étaient respectivement de 21 600 et 72 000 nomismata (toutes les références dans M. F. Hendy, Studies in the Byzantine monetary Economy c. 300-1450, Londres-New York 1985, p. 174). Le chroniqueur anglais Roger de Coggeshall prétend que le revenu journalier était de 30 000 hyperpères pour tout l’Empire, nombre qui ne paraît pas « totalement impossible » à C. Morrisson (monnaie et finances dans l’Empire byzantin, xe-xvie siècle, Hommes et richesses dans l’Empire byzantin, éd. V. Kravari, J. Lefort, C. Morrisson, 2, Paris 1991, p. 308).

40 Tout dépend du taux retenu : cinq hyperpères pour un marc d’argent (Hendy, Studies, p. 199). mais en 1190, le taux de change retenu dans le traité conclu par Frédéric Barberousse avec Isaac II prévoyait seulement une valeur de trois hyperpères pour les marcs dont le taux d’argent n’était pas vérifié (C. Morrisson, Appendix à A. E. Laiou, Byzantine Trade with Christians and muslims and the Crusades, The Crusades from the Perspective of Byzantium and the muslim World, éd. A. E. Laiou, R. P. Mottahedeh, Washington 2001, p. 195-196).

41 À titre de comparaison, souvenons-nous que la déviation de la croisade trouve son origine dans l’impossibilité pour les croisés de verser les 34 000 marcs d’argent qui manquaient sur les 85 000 demandés par les Vénitiens pour le transfert de l’armée en Palestine (Villehardouin, la conquête de Constantinople, éd. É. Faral, Paris 1938 [désormais Villehardouin, la conquête], I, § 61, p. 65).

42 Nicétas Chôniatès, p. 357.

43 C’était le montant de la rançon que le roi Richard d’Angleterre avait dû verser (The Conquest, cité supra n. 29, § 146).

44 Georges Pachymèrès, Relations historiques. Vol. 4, éd., trad. A. Failler, Paris 1999, p. 549.

45 Nicétas Chôniatès, p. 556. D’après le texte, on ne peut déterminer si le paiement a seulement été promis ou si une partie a été versée. Villehardouin, qui fait allusion à l’expédition, précise que la majorité des croisés était restée dans son camp (la conquête, I, § 201, p. 204-206).

46 Sur les fortunes privées qui atteignaient plusieurs dizaines de milliers d’hyperpères, cf. J.-Cl. Cheynet, Fortune et puissance des grandes familles (xe-xiie siècle). Hommes et Richesses 2, cité supra n. 39, p. 199-213. Alexis V, après avoir renversé Alexis IV, s’appropria le patrimoine des sébastokratores et des césars pour mener la lutte contre les latins (Nicétas Chôniatès, p. 566).

47 Cependant, rappelons-le, au moment où le traité est signé, Constantinople n’avait pas encore été ravagée par les deux terribles incendies de juillet et surtout d’août 1203 qui dévastèrent la cité et qui contribuèrent fortement à exaspérer la population.

48 Guillaume de Tyr, XXII, 11 (10), p. 1020-1021 ; Le Roman d’Éracle, 2, p. 436-437.

49 Basile II mourut alors qu’il s’apprêtait à conduire une armée vers la Sicile (loannis Scylitzae Synopsis Historiarum, éd. I. Thurn, Berlin-New York 1973 [CFHB 5]. p. 368).

50 Villehardouin, La conquête I, § 96, p. 97.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540