Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

L’affrontement entre chrétiens et musulmans

Le rôle de la vraie Croix dans les images de croisade (xiiie-xve siècle)

Fanny Caroff

Texte intégral

  • 1 P. Paris. Guillaume de Tyr et ses continuateurs. Texte français du xiiie siècle revu et annoté, Pa (...)
  • 2 Ibid., livre VI, chap. 14.
  • 3 Hoc vero signum sanctae crucis, quo munitur et sanctifìcamur, procul dubio spirituale nobis scutum (...)
  • 4 A. Frolow, La relique de la Vraie Croix. Recherches sur le développement d’un culte, Paris 1961, n (...)

1Les reliques de la Passion ont joué un rôle essentiel dans le déroulement de certains affrontements entre croisés et musulmans. La sainte Lance fut ainsi opportunément redécouverte pendant le long et douloureux siège de la ville d’Antioche (1098)1. Ce signe envoyé par Dieu, « qui en toutes ses œuvres ne peut oublier miséricorde », devait raffermir le cœur des croisés, leur apporter « trop grant confort » et finalement leur donner la victoire, ainsi que le rapporte la traduction de la chronique de Guillaume de Tyr2. Un fragment de la vraie Croix, miraculeusement conservé, devait également galvaniser les croisés au cours de plusieurs combats. Lors de la bataille d’Ascalon (1099), pour la première fois, le bois de la Croix aurait été porté pour protéger les combattants et leur servir de bouclier, comme l’écrit Albert d’Aix dans l’Historia hierosolymitana3. Parfois, plusieurs reliques sont portées au combat : au cours de la deuxième bataille d’Ascalon, en 1124, la vraie Croix, mais aussi la sainte Lance et une pyxide contenant la relique du lait de la Vierge ont accompagné les croisés4.

  • 5 Sur l’iconographie des croisades et du monde musulman, nous renvoyons à notre thèse soutenue le 5 (...)
  • 6 Ce dépouillement a été réalisé dans le cadre de notre thèse. Sur un corpus de plus de 600 images d (...)

2Les historiens des croisades ont toujours mentionné la participation des reliques au combat et la vraie Croix, relique majeure de la chrétienté, a été particulièrement sollicitée depuis la première expédition jusqu’à sa capture par les musulmans à la bataille de Hattin en 1187. Ainsi, la problématique religieuse des guerres de croisade a été régulièrement réaffirmée par les auteurs des récits de croisade. Les artistes ayant eu à illustrer ces textes entre le xiiie et le xve siècle, essentiellement en France du Nord et en Flandre, ont-ils eu les mêmes intentions que les historiens et révélé le caractère sacré de l’entreprise en retenant les épisodes guerriers mettant en scène les saintes reliques ? À une période où l’idée de croisade s’essouffle, quelle fonction les enlumineurs ont-ils attribuée aux reliques dans les engagements guerriers entre croisés et musulmans ? Cette question mérite d’être posée car les images de croisade, qui constituent une source historique à part entière encore trop rarement interrogée, proposent une vision des affrontements différente de celle produites par les textes : en particulier, l’impact de l’argument religieux dans le traitement du thème de l’adversité y est moins développé5. À partir d’un vaste corpus d’images extraites de différentes sources historiques consacrées aux croisades, il est permis d’étudier la représentation de la sainte Croix et ses incidences sur les enjeux des expéditions6.

  • 7 F. Caroff, La croix prêchée et la croix du croisé. Le moment de la prise de croix dans les manuscr (...)
  • 8 Par exemple dans la Conquête de Jérusalem : « Quant li vesque del Pui i est venus poignant ; / La (...)

3De façon générale, les symboles chrétiens, tels que les insignes ou les reliques, sont peu représentés au regard du grand nombre d’images illustrant des épisodes de croisade7. Ce décalage constitue une première information pertinente. Mais on peut également observer que les reliques, telles que la vraie Croix, sont véritablement mises en scène dans quelques épisodes opposant chrétiens et musulmans et jouent un rôle dans la définition figurée donnée des affrontements. Dans les textes, la Croix sert à exhorter les chrétiens qui peuvent éprouver de la lassitude au combat8. Dans les images, la Croix portée au combat joue divers rôles en partie déterminés par le comportement des combattants. Ainsi, à l’instar d’une arme, la vraie Croix paraît offensive en même temps que protectrice pour les chrétiens. Dans ces épisodes, la sainte relique apparaît comme une manifestation de la participation divine. Mais la vraie Croix peut aussi être bafouée : c’est le cas lors de sa capture à la bataille de Hattin. Dès lors on peut se demander si ces différentes fonctions de la Croix ont une incidence sur la représentation du monde musulman en tant qu’adversaire.

LA CROIX OFFENSIVE

  • 9 Par exemple : Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 12558, fol. 184v.
  • 10 Par exemple : Genève, Bibliothèque publique et universitaire, ms. fr. 85, fol. 98v ; Paris, Biblio (...)

4La vraie Croix est, visuellement et symboliquement, l’attribut le plus puissant de la chrétienté. De façon générale, la Croix a une place déterminante dans la composition des images : elle peut être en partie sécante par rapport aux encadrements9 ou figurée au centre de la scène10. De forme variée (latine, en tau, recroisetée ou à deux traverses, en bois façonné ou de couleur), elle est presque toujours tenue par un membre du clergé qui prend part à l’affrontement.

  • 11 Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 12558, fol. 184v.
  • 12 « Moult bien est achesmée la sainte conpaignie / Encontre la bataille, ne l’ont pas resoignie. / D (...)
  • 13 Ibid., chant VII, 30-34, vers 7195-7409, p. 284-291.

5Une peinture extraite de la Conquête de Jérusalem, réalisée en France du Nord dans la première moitié du xiiie siècle, représente la bataille d’Ascalon (1099) qui suivit la prise de la ville de Jérusalem par les croisés. Arnoulf, l’évêque de Martarana en Calabre, porte la vraie Croix11 (fig. 1). De nombreux vers de la chanson se rapportent à la Croix, conviée pour la première fois à une expédition : le poète décrit notamment la vénération dont elle fut l’objet lorsqu’elle fut apportée, encore toute imprégnée du sang du Christ, peu avant la bataille12, les prières des différents contingents passant devant elle13, et la façon dont elle fut portée au combat par le patriarche, armé d’un haubert, d’un heaume éclatant et paré, sous l’écu, de son étole :

  • 14 Ibid., chant VII, 34, vers 7397-7399, p. 291.

Le vesque de Mautran firent la crois porter,
Où Dex laissa son cors travailler et pener,
Et ferir de la lanche et plaier et navrer14.

  • 15 Ibid., chant VII, 34, vers 7401-7404, p. 291.
  • 16 On perçoit, au-dessus du bord de la peinture, l’esquisse de fers de lance du côté musulman, qui n’ (...)

6Le poète dit aussi que la Lance et le pilier auquel le Christ fut attaché pendant sa flagellation furent conduits à la bataille15. Mais l’imagier n’a retenu que la Croix, portée par le clerc coiffé de sa mitre. Dans l’enluminure, l’affrontement a déjà commencé, bien que les deux armées semblent s’élancer l’une contre l’autre : un cadavre gît au sol, les membres épars, et une lance est brisée. Seule une partie de la Croix (attribut religieux) et le fer d’une lance (attribut militaire) sont sécants par rapport au cadre de la peinture16. La croix est maintenue en évidence comme le rappelle le poète :

  • 17 La Conquête de Jérusalem, chant VIII, 10, vers 7635-7636, p. 303, et chant VIII. 39, vers 8525-852 (...)

Li vesques de Mautran a haut la crois levée ;
A no gent la mostra, si l’a desvoleppée17.

Fig. 1- Bataille d’Ascalon, dite de Ramla dans la Chanson de Jérusalem (1099). Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 12558, fol. 184v (© BnF)

  • 18 Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 12558. fol. 184v.
  • 19 Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5089, fol. 305v.
  • 20 Genève, Bibliothèque publique et universitaire, ms. fr. 85, fol. 98v.

7La Croix portée au combat est souvent associée à une victoire des chrétiens (à l’exception de Hattin). Dans l’illustration de la Conquête de Jérusalem, la supériorité des croisés est suggérée ; ils sont plus offensifs que les musulmans : leurs lances sont plus épaisses et l’une d’elles heurte un chevalier adverse18 (fig. 1). Cette association de la vraie Croix à des épisodes victorieux est également sensible dans des représentations plus tardives. Dans une enluminure datant de l’année 1462 extraite de la Chronique des Empereurs, vaste compilation historique rédigée en milieu bourguignon et attribuée à David Aubert, les musulmans sont massacrés ou fuient, alors que la Croix est tenue par un guerrier sur le champ de bataille19 (fig. 2). Dans un exemplaire de la traduction française de la chronique de Guillaume de Tyr enluminé dans les années 1450-1475, Évremar de Césarée est représenté portant la vraie Croix alors que les croisés chargent victorieusement les musulmans20 (fig. 3) ; deux d’entre eux, dans l’angle droit de la peinture, regardent la sainte relique et semblent freinés dans leur élan.

  • 21 Berne. Burgerbibliothek, ms. 115, fol. 1.

8Le rôle de la sainte relique dans les victoires chrétiennes est plus sensible encore lorsque la Croix matérialise une démarcation entre les protagonistes. Dans un exemplaire de l’Eracles d’Ernoul, continuation de la chronique de l’archevêque de Tyr, la vraie Croix portée par un chevalier est ainsi dirigée contre les adversaires : elle s’apparente alors véritablement à une arme offensive. Sa position centrale souligne la dualité entre les deux armées21.

Fig. 2- Bataille menée par l’armée de Baudouin Ier contre celle du connétable d’Égypte (1101). Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5089, fol. 305v (© BnF)

Fig. 3- Bataille de Tell Danith menée contre l’armée d’Ilghâzi par le roi de Jérusalem Baudouin II (1119-1120). Bibliothèque publique et universitaire, Genève, ms. fr. 85, fol. 98v (© B.p.u.)

  • 22 Paris. Bibliothèque nationale, ms. fr. 9081. fol. 280v.

9Dans une enluminure d’un exemplaire du xiiie siècle de la traduction française de la chronique de Guillaume de Tyr, l’armée de Baudouin IV remporte une pleine victoire contre celle de Saladin à Montgisard en 117722 (fig. 4). La vraie Croix est portée au combat et la détermination des croisés, se sentant aidés par Dieu, est immense :

  • 23 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, cité supra n. 1, livre XXI, chap. 20.

La vraie Croiz aloit devant, l’evesques Auberz de Bethleem la portoit [...] Se Nostre Sires ne les reconfortast, il ne fust mie merveille se il se doutassent d’aler en bataille encontre si grant gent come Salehadins conduisoit23.

  • 24 Ibid., livre XXI, chap. 21.
  • 25 « Coment li rois de Ierusalem se combat a pot de gent as Sarradins qui sont assez et .I. evesque p (...)

10L’épisode est logé au registre inférieur d’une initiale historiée introduisant le livre XXI de la chronique ; l’artiste a créé une division artificielle dans la panse de la lettre afin de pouvoir superposer les deux épisodes qui lui ont été commandés par une instruction marginale. Dans l’indication iconographique, comme dans le texte de la chronique, malgré le très grand nombre de musulmans assemblés lors de la bataille de Montgisard, les croisés parviennent à distribuer tous les coups, car « Nostre Sires leur envoia hardement et force », et chacun sent en son cœur que « Nostre Sires leur envéoit sa grace » ; le chroniqueur conclut que « ce fu uns des plus aperz miracles que Notres Sires eust fet en bataille24. » Pour mettre en scène la déroute des musulmans, l’imagier a largement dépassé le cadre de l’instruction qui lui a été laissée : elle signale seulement le déséquilibre numérique des forces et la présence de la Croix, mais non la part active d’Aubert de Bethléem au combat et la fuite des musulmans devant la sainte relique25. Deux offensives sont figurées, distribuées de part et d’autre du jambage de l’initiale : la première, militaire, est engagée par les croisés et le roi de Jérusalem Baudouin IV qui, dans la partie gauche de l’image, s’élancent vers leurs adversaires ; la seconde, symbolique et religieuse, est menée par l’évêque et un clerc tonsuré. Armés de la Croix, ils s’introduisent dans l’espace occupé par les musulmans. Les armes des croisés terrassent les adversaires tandis que la vraie Croix fait fuir les survivants. Dans la mise en scène, les ennemis sans armes fuient devant la Croix et non devant les armes des croisés. Leur échappée au grand galop s’effectue selon un mouvement ascendant (qui fait écho à la fuite figurée au registre supérieur de la lettre) ; dans leur élan, ils quittent l’espace de l’initiale historiée, les visages tournés vers leurs poursuivants qui ne redoutent aucun coup.

Fig. 4- Au registre inférieur de l’initiale historiée M, bataille de Montgisard menée par le roi de Jérusalem Baudouin IV (1177). Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 9081, fol. 280v (© BnF)

11Cette double analyse, militaire et religieuse, des victoires chrétiennes est également sensible dans une représentation de la bataille de Tell Danith (1119) extraite d’un exemplaire parisien du xive siècle de la chronique de l’archevêque de Tyr. Dieu et la vraie Croix portée au combat donnent la victoire aux croisés, comme le résume la rubrique qui accompagne l’enluminure :

  • 26 Paris. Bibliothèque nationale, ms. fr. 22495, fol. 106v.

Comment li roys assambla as Turquemains et par l’aide de Dieu et de la vraie crois il les desconfi à plain26.

12Le passage illustré de la chronique développe également la thématique du secours de Dieu face aux ennemis de la foi chrétienne. Les sermons d’Évremar de Césarée, porteur de la Croix, doivent donner aux croisés l’assurance de leur victoire :

  • 27 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, livre XII, chap. 12.

Uns preudom qui avoit non Ebremarz, archevesques de Cesaire, avoit convoié le Roi [Baudouin Ier] jusque ilec, et portait la vraie croiz. Icist fesoit le sermon au pueple et les amonestoit piteusement que il se tenissent bien fermement en la foi Jhesucrist, et bone esperance eussent que Nostres Sires leur aideroit. En ceste manière furent bien apareillié et bien armé au matin pour atendre les anemis Dame Dieu27.

13Les croisés, qui « avoient leur esperance en la foi crestienne et en la vraie Croiz qui là estoit entr’eus », repoussent les musulmans dans la partie droite de la peinture : les uns meurent et chutent, les autres fuient ; un seul se retourne pour tenter une ultime bravade. Mais les épées des croisés et la Croix, dressée au centre de la scène, établissent une limite entre les camps des vainqueurs et des vaincus et représentent les attributs offensifs de la lutte : les musulmans sont tués par les coups d’épée des croisés et repoussés par la Croix. La conjugaison de l’épée (le glaive) et de la Croix renvoie aux deux pouvoirs de l’expédition et renforce la symbolique de la victoire de la foi chrétienne.

  • 28 Paris. Bibliothèque nationale, ms. fr. 52, fol. 312.
  • 29 Dans d’autres sources, c’est le légat Pelage qui tient le bois de la Croix : P. Alphandery, A. Dup (...)

14Dans les images, la vraie Croix participe aux victoires chrétiennes. Les musulmans fuient les croisés et la Croix. Leur appréhension est significative dans une enluminure du Miroir historial de Vincent de Beauvais datant des années 1390-140028 (fig. 5). La peinture, associée au chapitre 79 du livre XXXI, représente un épisode de la cinquième croisade (1217-1221). Le patriarche de Jérusalem est figuré précédant l’armée des croisés et s’opposant aux musulmans. Il tient une croix provenant du fût de la vraie Croix, « lequel fust avoit esté garder aprez la perte de la saincte terre uisques à ce temps » rapporte l’auteur29. En dépit du caractère peu vraisemblable de cette conservation, le prélat aurait apporté à la bataille une partie de la sainte relique, convertie dans l’image, en croix « recroisetée » de type processionnel :

  • 30 Extrait du Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 52, livre XXXI, chap. 79.

Quant l’assault et la bataille fu des Sarrasins avecques les xpiens ou temps de Salhadin, la croix de Notre Seigneur fu coppée et en fu portée une partie à la bataille [... ] Et ainsy les compaignes furent ordonnées à celle baniere30.

Fig. 5- Confrontation entre les croisés conduits par le patriarche de Jérusalem et les musulmans, pendant la cinquième croisade. Paris, Bibliothèque nationale. ms.fr. 52, fol. 312 (© BnF)

  • 31 Il s’agirait du duc d’Autriche Léopold VI, d’André II de Hongrie et d’Hugues Ier de Chypre.
  • 32 Sur les « dragons héraldiques », voir F. Caroff, Différencier, caractériser, avertir : les armoiri (...)

15Dans sa mise en scène de l’épisode, l’enlumineur a joué sur une double partition, verticale (les armées et la Croix) et horizontale (les bannières et la Croix). Il a disposé les deux armées contre le cadre de l’image, l’espace central étant réservé à la représentation de la vraie Croix portée par le patriarche suivi d’un cardinal (le légat Pélage ?) ; il a également représenté trois souverains, sans doute inspiré par le texte qui évoque leur présence à l’assemblée de Saint-Jean d’Acre qui précéda le départ31. Le prélat, un cardinal et les croisés regardent tous la Croix brandie, élément axial de la scène. Elle sert de signe de ralliement comme le rappelle le texte. Elle est secondée par les bannières des parties affrontées : l’une portant une croix de saint André, l’autre un dragon contourné. L’opposition entre les deux armées est donc symbolisée par des motifs héraldiques antagonistes. Mais surtout, la Croix élevée par le patriarche semble être à l’origine du mouvement de recul des adversaires, repliés derrière leurs longues targes, qui s’inclinent en lignes obliques. Les musulmans (et le dragon armorié ?) craignent le symbole des chrétiens : quant au clerc qui porte la Croix, au centre de l’image, il ne redoute aucun assaut. Cette composition aboutie, qui interprète les données de l’écrit, propose une synthèse remarquable sur la dualité des symboles religieux (chrétiens et païens)32 et sur le rôle de la Croix dans l’affrontement avec l’adversaire musulman.

LA CROIX PROTECTRICE

  • 33 La Conquête de Jérusalem, chant VIII, 39, vers 8530, p. 336.
  • 34 Genève, Bibliothèque publique et universitaire, ms. fr. 85, fol. 98v.

16Dans ces images, les coups n’atteignent pas les chrétiens qui portent la Croix, même au plus vif de la mêlée. Comme le résume fort à propos un vers de la Conquête de Jérusalem au sujet de la chevauchée d’Adhémar de Monteil : « Si com li vesques vait, li Turc vont reculant33. » Une représentation de la bataille de Tell Danith (1119) conduite par Baudouin Ier, extraite d’un exemplaire de la traduction française de la chronique de Guillaume de Tyr datant des années 1450-1475, offre un intéressant témoignage34 (fig. 3). Évremar de Césarée, qui tient la sainte Croix, semble épargné par les coups d’épée qui fusent de tous côtés. Son rôle est d’enhardir les combattants chrétiens et dans cette mission, il est invulnérable :

  • 35 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, livre XII, chap. 12. les encouragements du clerc sont évoqu (...)

Icist fesoit le sermon au pueple et les amonestoit piteusement que il se tenissent bien fermement en la foi Jhesucrist, et bone esperance eussent que Nostres Sires leur aideroit35.

17De façon significative, le clerc qui tient la Croix, sûr de la protection de la sainte relique, ose braver l’adversaire. Cette peinture illustre en partie le troisième chapitre du livre XI de la chronique ; la bataille qui occupe la totalité du champ de l’image se déroule sur trois niveaux représentant les différents stades de la victoire des chrétiens et peut se lire de haut en bas. Au troisième plan, les combattants armés d’épées s’affrontent en mêlée et s’empoignent. Au milieu des fers des armes, le prélat porte la vraie Croix (à double traverse) conformément au texte qui rappelle comment « li Patriarches chevauchoit devant les batailles le Roi, la vraie Croiz tenoit en ses mains ». La sainte relique semble le protéger des coups échangés. La Croix domine, bien qu’elle soit partiellement dissimulée par l’ardeur des guerriers. Au second plan a lieu l’affrontement principal, probablement conduit par Baudouin II qui combat à la lance, alors que le premier plan est occupé par les corps mutilés des adversaires musulmans. Ainsi, la moitié inférieure de l’image montre la défaite des ennemis, alors que la moitié supérieure expose l’âpreté du combat sous le signe de la Croix.

  • 36 Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5090, fol. 110v.

18Une peinture de loyset liédet datant de 1462, extraite du second volume de la Chronique des Empereurs de David Aubert offre également un témoignage intéressant sur la supériorité de la Croix protectrice36 (fig. 6). À la bataille de Montgisard, Aubert de Bethléem est représenté précédant l’armée des croisés, se tenant courageusement face à Saladin qui charge un javelot à la main. L’artiste a mis en valeur cet épisode central en le situant devant un paysage dégagé. Il a opposé de façon très symbolique, et sur deux plans légèrement décalés, le chrétien et le chef musulman, chacun suivi d’une armée nombreuse. L’élan guerrier de l’adversaire contre un clerc non armé s’oppose à la sérénité affichée des chrétiens : la Croix les protège, les rassure sans doute aussi. Dans cette image, la Croix est mise en valeur par différents artifices : Aubert de Bethléem la tient face à Saladin, monté sur un cheval blanc, sa cape figée dans un drapé flottant ; la pose digne et convenue du clerc fournit un « support » majestueux à la Croix, ainsi valorisée.

Fig. 6-Amorce de la bataille de Montgisard (1177). Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5090, fol. 110v (© BnF)

Fig. 7- Miracle près de Bosrâ entre l’armée chrétienne et celle de Nûr al-Dîn (en 1146). Amiens, Bibliothèque municipale, ras. 483, fol. 125 (© IRHT)

  • 37 Par exemple : Genève, Bibliothèque publique et universitaire, ms. fr. 85, fol. 98v ; Paris. Biblio (...)
  • 38 Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 483, fol. 125.

19Dans cette peinture, le clerc ne porte pas d’armes, mais n’a pas à craindre la confrontation avec les musulmans37. La Croix joue pleinement son rôle protecteur. Parfois aussi elle est associée à des miracles, comme dans une peinture provenant d’un exemplaire de la traduction française de la chronique de Guillaume de Tyr enluminé au milieu du xve siècle38 (fig.7). Dans la région de Bosrâ, en 1146, l’armée de Nûr al-Dîn ne parvient pas à anéantir les croisés encerclés par un feu de broussaille : la vraie Croix portée par Robert de Nazareth protège les chrétiens, unis dans la prière. Comme le dit la chronique : « Quant li granz besoinz est et les aides des homes faillent, lors doit-l’en requerre l’aide Nostre Seigneur et li crier merci, que le suen conseil i mete. » la vraie Croix, médiatrice de la puissance divine, est ici l’unique recours des croisés :

  • 39 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, livre XVI. chap. 11.

[Les chrétiens] apelerent l’arcevesque Robert de Nazareth qui portoit la vraie croiz devant eus, et li requistrent qu’il priast Nostre Seigneur, qui por eus sauver avoit mort souferte encele crois, que il les gitast de ce peril ; car il ne pooient soffrir, ne n’atendoient mes secors se le suen non [...] l’arcevesques descendi et se mist à genous ; Nostre Seigneur pria à granz lermes que il eust pitié de son pueple ; puis se dreça et tendi la vraie Croiz encontre le feu que li venz amenoit efforcieément contre eus. Nostre Sires par sa merci regarda segent au grant peril qu’il soffroient ; car li venz torna tantost qui flati le feu et la fumée enz enmi les vis à ceus qui alumé l’avoient, si que par force les fist foïr touz esparpeilliez parmi les chans. Li nostre, quant il virent ce, comencierent à plorer de joie, car bien aperceurent que Nostre Sires ne les avoit mie obliez39.

20L’artiste, connu sous le nom de Maître de Créquy, a sans doute eu quelque peine à représenter ce miracle ; il a principalement retenu la ferveur des chrétiens et l’ardeur à combattre des musulmans. Ces derniers ne réagissent pas au miracle : ils ne sont ni incommodés par la fumée et le feu, ni effarés par le miraculeux retournement de situation, alors que la chronique les décrit fuyant, « esbahi » et incapables de savoir « coment contenir de ce miracle qu’il avoient veu ». Dans sa composition, l’imagier a toutefois pris soin d’anticiper sur l’issue de l’affrontement : la densité des croisés s’oppose à l’éparpillement des archers musulmans ; la perspective des chrétiens, ramassés derrière la Croix, évoque la protection divine ; enfin, l’ouverture du premier plan brise l’effet d’encerclement. Dans cette mise en scène, dont la perspective est légèrement décalée, la Croix demeure toutefois centrale : c’est partant d’elle que se construit le mouvement de la scène.

LA CROIX BAFOUÉE : LA DÉFAITE DE HATTIN

21Dans la plupart des images de croisade, la vraie Croix participe aux victoires des croisés. Les images mettant en scène la violence des musulmans envers les symboles chrétiens sont très peu nombreuses, en particulier celles concernant l’atteinte à la croix, symbole de la chrétienté. Dans ces images, les musulmans sont véritablement désignés comme les adversaires des chrétiens, puisqu’ils détruisent, volent ou injurient leurs signes. la violence exercée à rencontre du symbole vivant de la chrétienté, ressentie sans doute trop douloureusement, n’est donc exprimée que de manière très marginale et, comme nous allons le voir, il faut attendre la seconde moitié du xve siècle pour que ce type de sujet soit illustré.

  • 40 J. Prawer, La bataille de Hattin. Israel Exploration Journal 14, 1964, p. 160-179 ; J. Richard, Ab (...)
  • 41 Ibn al-Aṯῑr, par exemple, rapporte qu’au cours de la bataille contre les croisés, « les musulmans (...)
  • 42 [Les musulmans] « se rendirent par tel condition que il eschaperoient saus leur cors et leur vies (...)
  • 43 Frolow, la relique de la Vraie Croix, cité supra n. 4, n° 377, p. 347-349 ; A. M. L. Prangsma-Haje (...)
  • 44 « Dont il avint au tens dou conte Henri [Henri II de Champagne] que un frere dou Temple vint a lui (...)
  • 45 Frolow, la relique de la Vraie Croix, n° 377, p. 347-349.
  • 46 Ainsi, dans la traduction française de la chronique de Guillaume de Tyr, on lit que les musulmans (...)

22À la bataille de Hattin, en 1187, une relique de la vraie Croix, placée dans une grande croix de bois et portée au cours de nombreuses expéditions, tomba entre les mains des musulmans. Cette défaite militaire, précédant de peu la chute de Jérusalem, a suscité une vive émotion40. La perte de la Croix a d’ailleurs probablement plus ébranlé les consciences que l’aveu de la défaite militaire. De façon significative, les chroniqueurs musulmans ont pleinement mesuré la portée de leur victoire et compris la résonance symbolique de la perte de la vraie Croix pour les chrétiens41. Le sort de la relique a inspiré aux chroniqueurs diverses hypothèses. Si la plupart s’accordent à dire qu’elle fut définitivement perdue, y compris pour les musulmans, certains ont envisagé sa restitution à des chrétiens : ainsi pour les auteurs des Grandes Chroniques de France, Saladin était supposé la rendre à l’occasion de la reddition de la ville de Saint-Jean d’Acre (1191)42 ; pour Matthieu Paris, elle fut rendue à louis IX, et pour le continuateur anonyme de Caffaro de Caschifellone, elle fut déposée à Saint-Laurent de Gênes43. L’auteur de la continuation française de la chronique de Guillaume de Tyr se fait l’écho d’une autre rumeur selon laquelle un templier l’aurait enterrée le jour même de la défaite ; mais les fouilles entreprises à la demande de l’intéressé, qui s’était confié à Henri II de Champagne, restèrent vaines44. Quelles qu’aient été les hypothèses, cette disparition a été ressentie très cruellement par les chrétiens et, pour ajouter au caractère dramatique de la perte de la vraie Croix, quelques auteurs n’ont pas hésité à décrire les outrages que les musulmans lui firent subir. Par exemple, dans le Narré de la croix du mont Saint-Quentin, petit texte rédigé au xive siècle, on lit qu’elle fut fouettée durant trois jours dans les rues de Jérusalem conquise45. Ce thème se rencontre d’ailleurs dans les textes avant l’épisode d’Hattin : le mépris des musulmans pour la croix est régulièrement évoqué par les auteurs46.

  • 47 Citons par exemple : Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 483, fol. 202 ; Berne, Burgerbibliothek, (...)

23Il est intéressant d’observer que dans les images de croisade, les représentations de la bataille de Hattin sont peu nombreuses47. En outre, toutes ne révèlent pas son issue désastreuse pour l’armée croisée. Seules trois d’entre elles se réfèrent directement à la capture de la Croix, parfois associée à celle de Guy de Lusignan.

  • 48 Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 483, fol. 202.

24Les imagiers qui ont illustré cet épisode ont choisi différentes formules pour caractériser la dépossession de la Croix. Dans un exemplaire du milieu du xve siècle conservant les continuations françaises de la chronique de Guillaume de Tyr, les captures de la Croix et du roi sont associées48 (fig. 8). Conformément au texte qui mentionne brièvement l’épisode, la disparition de la Croix est privilégiée : dans la partie gauche de l’image (à l’écart de l’action principale ?), un soldat l’enterre en la glissant à l’envers dans une étroite trouée. Alors que les continuateurs de la chronique écrivent qu’après la capture de la Croix, « on ne sot qu’elle devint fors grant tamps après... », le Maître de Créquy a proposé d’élucider les raisons de cette disparition en figurant la dissimulation de la Croix. Il est possible qu’il se soit inspiré de la version du continuateur de Guillaume de Tyr selon laquelle la Croix fut enfouie par un templier sur le champ de bataille. Par cette mise en scène, il n’a pas accentué le caractère dramatique de la perte de la Croix, mais il a privilégié une narration plus anecdotique.

Fig. 8- Défaite de Hattin (en 1187). Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 483, fol. 202 (© IRHT)

Fig. 9- Défaite de Hattin (1187). Chantilly, Musée Condé, ms. 722, fol. 356 (© Musée de Condé)

  • 49 Chantilly, Musée Condé, ms. 722, fol. 356.

25Dans un volume du Miroir historial de Vincent de Beauvais datant de 1463, quatre épisodes sont cette fois associés49 (fig. 9). Au premier plan figure le champ de bataille jonché de morts, essentiellement croisés, après la défaite de Hattin ; au second plan, les musulmans s’emparent de Jérusalem tandis que Guy de Lusignan, fait prisonnier, est contraint de céder la Croix. Les différents moments se combinent pour former une synthèse narrative habile. La composition, rythmée par des ouvertures fortuites entre les différents espaces de la narration, souligne l’effet d’intrusion progressive des musulmans dans l’espace des chrétiens (Ville sainte et autel). La capture de la Croix, tirée sans ménagement par un soldat musulman, semble constituer l’étape ultime de la défaite des chrétiens.

  • 50 Paris. Bibliothèque nationale, ms. fr. 6463, fol. 46v.
  • 51 « L’evesque d’Acre fu navré à mort qui portoit la vraye et saincte Croix de nostre seigneur Jesus (...)

26Le caractère dramatique de la bataille est en revanche davantage manifeste dans un exemplaire de la Chronique abrégée des rois de France de Guillaume de Nangis peint par loyset liédet, qui a également peint les volumes des Chroniques des Empereurs50 (fig. 10). Le récit du combat est rapporté quelques feuillets plus loin, au chapitre 53 de la chronique, et est introduit par une rubrique très explicite : « Ycy povez entendre comment la sainte terre et la cite de Jerusalem des Sarrazins fu prinse et la Croix nostre seigneur fu perdue. » Dans cette peinture, la vraie Croix portée au combat est figurée au centre de la composition. L’évêque d’Acre qui la porte reçoit un coup de lance à la gorge, tandis qu’un soldat la saisit. Le personnage qui s’empare de la Croix n’est pas signalé comme étant un musulman ; l’historien rappelle d’ailleurs qu’après la mort de l’évêque d’Acre, la Croix passa entre les mains de plusieurs croisés avant d’être perdue51. Mais il est également possible que l’imagier ait renoncé à caractériser le soldat pour atténuer la violence de la capture. Malgré l’ambiguïté de la narration, la construction de la scène est dramatique : l’évêque, vêtu de blanc et monté sur un cheval blanc, est saisi dans une position stéréotypée ; le pan de l’habit qui se soulève crée un effet de mouvement qui contraste avec l’arrêt brutal imposé par la lance adverse. En outre, placé au centre de la composition et au premier plan, il a une stature plus imposante que les autres personnages. Tous les éléments de la mise en scène tendent à mobiliser l’attention sur lui. La place accordée à l’évêque frappé par un coup fatal et à la Croix, se détachant au milieu d’une bataille farouche, laisse présager l’issue du combat. En outre la Croix est visuellement « enfermée » par deux longues flèches adverses. Ici, la capture de la vraie Croix est l’argument central autour duquel s’articule l’affrontement.

  • 52 Cette conclusion s’adapte également à d’autres scènes d’exactions qui sont contemporaines.
  • 53 Voir par exemple, F. Cardini, Europe et Islam. Histoire d’un malentendu, Paris 2000, p. 175-194.

27En prêtant aux musulmans un comportement violent, les enlumineurs comme Loyset Liédet libèrent leur propre virulence, traduisent leur propre hostilité à l’égard des adversaires musulmans. Les accusations portées sont graves, en même temps qu’elles favorisent une célébration des chrétiens, victimes exemplaires d’une lutte contre des ennemis redoutables. Dans ces séquences, le conflit se radicalise. La confrontation mise en scène par les artistes dépasse l’argument de l’affrontement militaire pour révéler l’antagonisme idéologique et religieux entre chrétiens et musulmans52. Ce raidissement du discours dans le courant du xve siècle n’est pas anodin. En effet, c’est essentiellement à partir des années 1450 que les artistes montrent les chrétiens subissant les outrages de musulmans. Le caractère parfois spectaculaire des violences subies par les héros chrétiens semble donc avoir une valeur exemplaire : signaler la menace que représente l’adversaire musulman, à une période où les succès du sultan ottoman Mehmet II (1451-1481), dit « le Conquérant », ravivent l’idée d’un « péril Turc »53. Bien que les exactions montrées par les enlumineurs se rapportent à des événements antérieurs, il est sans doute permis d’y percevoir l’écho des sévices rapportés en Occident après la chute de Constantinople. L’adversaire qui, dans les images de croisade, outrage la chrétienté pourrait être le Turc, qui vient de faire tomber la « Rome orientale » et suscite un sentiment de peur, et donc renvoyer à l’actualité plus immédiate des artistes et de leurs destinataires.

Fig. 10- Bataille de Hattin (1187). Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 6463, fol. 46v (© BnF)

28Toutefois, dans la majorité des scènes parcourues dans cette étude, les musulmans craignent la Croix et fuient devant elle. Indirectement, les artistes ont voulu signifier que les adversaires reconnaissent la supériorité et la valeur emblématique de ce signe. Nous avons vu, en revanche, qu’ils sont aussi capables de blasphémer la Croix. Loyset Liédet, qui a illustré vers 1470 l’exemplaire de la chronique de Guillaume de Nangis (fig. 10), paraît avoir trouvé une intéressante formule pour conjuguer à la fois le caractère violent des adversaires et leur crainte face aux signes et aux représentants de la chrétienté : il a figuré, dans le cadre de la bataille de Hattin, un cavalier musulman fermant les yeux alors qu’il tue l’évêque d’Acre tenant la vraie Croix. L’adversaire a-t-il honte ou peur de son forfait ?

Notes

1 P. Paris. Guillaume de Tyr et ses continuateurs. Texte français du xiiie siècle revu et annoté, Paris 1879-1880, livre VI, chap. 14, et livre VII, chap. 18.

2 Ibid., livre VI, chap. 14.

3 Hoc vero signum sanctae crucis, quo munitur et sanctifìcamur, procul dubio spirituale nobis scutum est contra omnia jacula inimicorum, et in eodem signo sperantes, tutius adversus cuncta pericula stare audemus (éd. RHC Occ, IV, Paris 1879, p. 493) ; P. Rousset, Origines et caractères de la première croisade, Neuchâtel 1954, p. 77.

4 A. Frolow, La relique de la Vraie Croix. Recherches sur le développement d’un culte, Paris 1961, n° 259, p. 287-290.

5 Sur l’iconographie des croisades et du monde musulman, nous renvoyons à notre thèse soutenue le 5 avril 2002 sous la direction de M. Michel Balard : L’adversaire, l’Autre, l’Oriental. L’iconographie du monde musulman dans le contexte des croisades. Manuscrits enluminés en France du Nord, en Flandre et dans les États latins d’Orient entre le xiiie et le xve siècle (3 vol.). Je salue M. Balard qui a toujours manifesté son intérêt pour les questions d’iconographie dès lors que les images sont analysées avec rigueur au regard de leur contexte.

6 Ce dépouillement a été réalisé dans le cadre de notre thèse. Sur un corpus de plus de 600 images de croisades nous avons retenu quelques scènes significatives où la vraie Croix a été représentée : ces enluminures sont extraites de la traduction française de la chronique de Guillaume de Tyr : Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 483 (France du Nord, vers 1440-1445) ; Genève. Bibliothèque publique et universitaire, ms. fr. 85 (France du Nord ou Flandre, vers 1450-1475) ; Paris, Bibliothèque nationale, mss fr. 9081 (Paris, vers 1240-1250) ; fr. 22495 (Paris, vers 1337) ; de la chronique d’Ernoul : Berne, Burgerbibliothek, ms. 115 (France du Nord, seconde moitié du xiiie siècle) ; de la Conquête de Jérusalem : Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 12558 (France du Nord, première moitié du xiiie siècle) ; de la Chronique abrégée des rois de France de Guillaume de Nangis : Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 6463 (France du Nord, vers 1470) ; de la Chronique des Empereurs attribuée à David Aubert : Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, mss 5089 et 5090 (Bruxelles, 1462) ; de la traduction française du Speculum historiale de Vincent de Beauvais : Chantilly. Musée Condé, ms. 722 (France du Nord, 1463) ; Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 52 (France du Nord, 1390-1400).

7 F. Caroff, La croix prêchée et la croix du croisé. Le moment de la prise de croix dans les manuscrits enluminés du xiiie au xve siècle, Revue Mabillon, n.s. 12 (t. 73), 2001, p. 65-96.

8 Par exemple dans la Conquête de Jérusalem : « Quant li vesque del Pui i est venus poignant ; / La vraie crois tenoit devant lui en estant ; / Par la bataille vait no gent reconfortant » (éd. C. Hippeau, La Conquête de Jérusalem faisant suite à la Chanson d’Antioche, composée par le pèlerin Richard et renouvelée par Graindor de Douai au xiiie siècle, Genève rééd. 1969, chant VIII, 39, vers 8515-8517, p. 335).

9 Par exemple : Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 12558, fol. 184v.

10 Par exemple : Genève, Bibliothèque publique et universitaire, ms. fr. 85, fol. 98v ; Paris, Bibliothèque nationale, mss fr. 52, fol. 312 ; fr. 6463, fol. 46v ; fr. 22495, fol. 106v.

11 Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 12558, fol. 184v.

12 « Moult bien est achesmée la sainte conpaignie / Encontre la bataille, ne l’ont pas resoignie. / De par Deu fu au vesque une raison nonchie / Qu’il portassent la crois, où sa chars fu plaïe » (La Conquête de Jérusalem, cité supra n. 8, chant VII, 29, vers 7141-7144. p. 282).

13 Ibid., chant VII, 30-34, vers 7195-7409, p. 284-291.

14 Ibid., chant VII, 34, vers 7397-7399, p. 291.

15 Ibid., chant VII, 34, vers 7401-7404, p. 291.

16 On perçoit, au-dessus du bord de la peinture, l’esquisse de fers de lance du côté musulman, qui n’a pas été reprise : l’imagier a délibérément choisi de retenir deux des attributs des croisés.

17 La Conquête de Jérusalem, chant VIII, 10, vers 7635-7636, p. 303, et chant VIII. 39, vers 8525-8529, p. 335-336.

18 Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 12558. fol. 184v.

19 Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5089, fol. 305v.

20 Genève, Bibliothèque publique et universitaire, ms. fr. 85, fol. 98v.

21 Berne. Burgerbibliothek, ms. 115, fol. 1.

22 Paris. Bibliothèque nationale, ms. fr. 9081. fol. 280v.

23 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, cité supra n. 1, livre XXI, chap. 20.

24 Ibid., livre XXI, chap. 21.

25 « Coment li rois de Ierusalem se combat a pot de gent as Sarradins qui sont assez et .I. evesque porte la voire croiz » (Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 9081, fol. 280v).

26 Paris. Bibliothèque nationale, ms. fr. 22495, fol. 106v.

27 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, livre XII, chap. 12.

28 Paris. Bibliothèque nationale, ms. fr. 52, fol. 312.

29 Dans d’autres sources, c’est le légat Pelage qui tient le bois de la Croix : P. Alphandery, A. Dupront, la chrétienté et l’idée de croisade, Paris 1954-1959, rééd. 1995, p. 404.

30 Extrait du Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 52, livre XXXI, chap. 79.

31 Il s’agirait du duc d’Autriche Léopold VI, d’André II de Hongrie et d’Hugues Ier de Chypre.

32 Sur les « dragons héraldiques », voir F. Caroff, Différencier, caractériser, avertir : les armoiries imaginaires attribuées au monde musulman, Médiévales 38, 2000, p. 137-147.

33 La Conquête de Jérusalem, chant VIII, 39, vers 8530, p. 336.

34 Genève, Bibliothèque publique et universitaire, ms. fr. 85, fol. 98v.

35 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, livre XII, chap. 12. les encouragements du clerc sont évoqués au livre précédent : « Li Patriarches chevauchoit devant les batailles le Roi, la vraie Croiz tenoit en ses mains, à nos genz enjoignoit en pardon de leur pechiez que il bien se contenissent en cele bataille, por desresnier l’enneur de la foi Jhesucrist ; et de celui lor souvenist qui por eus avoit receue mort en cele croiz que il portoit ; car cil sires estoit bien poissanz et volontéis de bien guerredoner le servise que il li feroient » (livre XI, chap. 3).

36 Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5090, fol. 110v.

37 Par exemple : Genève, Bibliothèque publique et universitaire, ms. fr. 85, fol. 98v ; Paris. Bibliothèque nationale, mss fr. 52, fol. 312 ; fr. 12558, fol. 184v ; Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5089, fol. 305v et ms. 5090, fol. 110v.

38 Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 483, fol. 125.

39 Guillaume de Tyr et ses continuateurs, livre XVI. chap. 11.

40 J. Prawer, La bataille de Hattin. Israel Exploration Journal 14, 1964, p. 160-179 ; J. Richard, About an account of the battle of Hattin referring to the Frankish mercenaries in Oriental Moslem States, Speculum 27, 1952, p. 168-177 (= Orient et Occident au Moyen Âge. Contacts et relations[xiie.xvesiècle], Londres 1976, XIII).

41 Ibn al-Aṯῑr, par exemple, rapporte qu’au cours de la bataille contre les croisés, « les musulmans s’emparèrent de leur grande croix, appelée “la vraie Croix”, qui, disent-ils, contient un morceau de bois sur lequel, selon eux, aurait été crucifié le Messie. Cette prise leur porta un coup très grave car elle les confirma dans la mort et le désastre » (trad. F. Gabrieli, Chroniques arabes des croisades, Paris 1977, rééd. 1996, p. 150). ’Imād ad-Dῑn al-Isfahānῑ évoque aussi cette prise fameuse : « Dès que le roi [Guy de lusignan] fut fait prisonnier, la “vraie Croix” fut également prise et les idolâtres qui la défendaient exterminés. Quand cette croix est plantée et dressée, tout chrétien doit se prosterner et s’incliner devant elle. [...] Sa capture fut pour eux plus douloureuse que celle du roi ; ce fut le coup fatal qu’ils subirent en cette bataille car la Croix constituait une prise irréparable... » (trad. ibid., p. 163).

42 [Les musulmans] « se rendirent par tel condition que il eschaperoient saus leur cors et leur vies tant seulement et rendroient à noz crestiens la sainte Croiz que Salehadin avoit... » (éd. J. Viard, les Grandes Chroniques de France. 6, louis VII le Jeune et Philippe II Auguste, Paris 1930, livre II. chap. 7, p. 208-209).

43 Frolow, la relique de la Vraie Croix, cité supra n. 4, n° 377, p. 347-349 ; A. M. L. Prangsma-Hajenius, la légende du bois de la Croix dans la littérature médiévale, Assen 1995.

44 « Dont il avint au tens dou conte Henri [Henri II de Champagne] que un frere dou Temple vint a lui. et li dist que il avoit esté en la grant desconfiture [Hattin], et avoit enfoïe la Sainte Crois, et savoit bien ou ele estoit, et se il avoit conduit, il la iroit querre. Li cuens Henris li dona congié et conduit. Il alerent priveement et saperent par .III. nuiz, ne riens ne porent trover. » (éd. M. R. Morgan, la continuation de Guillaume de Tyr [1184-1197], Paris 1982, chap. 42, p. 54).

45 Frolow, la relique de la Vraie Croix, n° 377, p. 347-349.

46 Ainsi, dans la traduction française de la chronique de Guillaume de Tyr, on lit que les musulmans crachaient (« escopissoient ») sur les croix et « faisoient autres hontes assez por corocier notre gent » (Guillaume de Tyr et ses continuateurs, livre VII, chap. 9).

47 Citons par exemple : Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 483, fol. 202 ; Berne, Burgerbibliothek, ms. 115, fol. 1 ; Bruxelles. Bibliothèque royale, ms. 9045, fol. 287v ; Chantilly, Musée Condé, ms. 722, fol. 356 ; Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 6463, fol.46v ; Paris. Bibliothèque de l’Arsenal. ms.5090, fol. 149. Nous avons rencontré un exemple antérieur provenant de la Chronica majora de Matthieu Paris : Cambridge. Corpus Christi College, ms. 26, fol. 140 : Guy de lusignan (Guida rex) est figuré à la renverse sur son cheval, tentant de maintenir la vraie Croix (Cria sancta) tirée de part et d’autre, notamment par Saladin (Salaadin). L’auteur a mis en présence les acteurs principaux de la bataille bien que la capture de la Croix, ici enjeu de l’affrontement, ne revienne pas au sultan.

48 Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 483, fol. 202.

49 Chantilly, Musée Condé, ms. 722, fol. 356.

50 Paris. Bibliothèque nationale, ms. fr. 6463, fol. 46v.

51 « L’evesque d’Acre fu navré à mort qui portoit la vraye et saincte Croix de nostre seigneur Jesus Christ, laquelle Eracle le patriarche de Jhérusalem avoit apportée et lui avoit baillée et livrée pour porter en celle bataille contre les Sarrazins. Icellui evesque, quant il se sentist navré, la bailla a ung autre [...] le roy Guy [Guy de lusignan] fut prins et la sainte et vray Croix de notre seigneur Jésus Christ fut prinse des Turcz, et emportée. » (Extrait du Paris. Bibliothèque nationale, ms. IV. 6463, fol. 48v-49).

52 Cette conclusion s’adapte également à d’autres scènes d’exactions qui sont contemporaines.

53 Voir par exemple, F. Cardini, Europe et Islam. Histoire d’un malentendu, Paris 2000, p. 175-194.

Table des illustrations

Légende Fig. 1- Bataille d’Ascalon, dite de Ramla dans la Chanson de Jérusalem (1099). Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 12558, fol. 184v (© BnF)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Légende Fig. 2- Bataille menée par l’armée de Baudouin Ier contre celle du connétable d’Égypte (1101). Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5089, fol. 305v (© BnF)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3924/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Légende Fig. 3- Bataille de Tell Danith menée contre l’armée d’Ilghâzi par le roi de Jérusalem Baudouin II (1119-1120). Bibliothèque publique et universitaire, Genève, ms. fr. 85, fol. 98v (© B.p.u.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3924/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Légende Fig. 4- Au registre inférieur de l’initiale historiée M, bataille de Montgisard menée par le roi de Jérusalem Baudouin IV (1177). Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 9081, fol. 280v (© BnF)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3924/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 639k
Légende Fig. 5- Confrontation entre les croisés conduits par le patriarche de Jérusalem et les musulmans, pendant la cinquième croisade. Paris, Bibliothèque nationale. ms.fr. 52, fol. 312 (© BnF)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3924/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Légende Fig. 6-Amorce de la bataille de Montgisard (1177). Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 5090, fol. 110v (© BnF)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3924/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Légende Fig. 7- Miracle près de Bosrâ entre l’armée chrétienne et celle de Nûr al-Dîn (en 1146). Amiens, Bibliothèque municipale, ras. 483, fol. 125 (© IRHT)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3924/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Fig. 8- Défaite de Hattin (en 1187). Amiens, Bibliothèque municipale, ms. 483, fol. 202 (© IRHT)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3924/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Légende Fig. 9- Défaite de Hattin (1187). Chantilly, Musée Condé, ms. 722, fol. 356 (© Musée de Condé)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3924/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Légende Fig. 10- Bataille de Hattin (1187). Paris, Bibliothèque nationale, ms. fr. 6463, fol. 46v (© BnF)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3924/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 887k

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540