Version classiqueVersion mobile

L’épistémologie historique

 | 
Jean-François Braunstein
, 
Iván Moya Diez
, 
Matteo Vagelli

Historicités, objectivités, rationalités

Relations entre logique, mathématiques et langage

Bachelard et l’empirisme logique

Sandra Pravica

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple P. Bourdieu, J.-C. Chamboredon, J.-C. Passeron, Le métier de sociologue. Préalable (...)
  • 2 Toutes les citations en anglais et en allemand sont traduites par Franck Loric, sauf mention contra (...)

1De la fin du xxe siècle jusqu’en ce début de xxie siècle, quelle importance revêt Gaston Bachelard pour la philosophie des sciences ? Dans les décennies suivant la Seconde Guerre mondiale, période durant laquelle l’empirisme logique et le positivisme logique ont connu d’importantes révisions et développements de leurs hypothèses de base, la philosophie des sciences, jusque-là très analytique, s’est différenciée sous l’impulsion de la philosophie du langage et du pragmatisme et a, sous le nom de Philosophy of Science, établi une sorte de paradigme de l’épistémologie. La réception de l’œuvre épistémologique de Gaston Bachelard s’est faite en dehors de ces courants dominants de la philosophie des sciences1. Par contraste avec les personnalités associées à l’empirisme logique telles que Philipp Frank, Moritz Schlick, Otto Neurath ou encore Hans Reichenbach, il n’existe pratiquement aucune référence à Gaston Bachelard dans les ouvrages collectifs, les articles de revues et les publications concernant la philosophie des sciences en anglais et en allemand2.

  • 3 Voir par exemple H.-J. Rheinberger, « A Plea for a Historical Epistemology of Research », Journal f (...)
  • 4 Voir G. Gutting (dir.), Continental Philosophy of Science, Malden (Mass.), Blackwell, 2005 ; voir I (...)
  • 5 Voir par exemple D. Lecourt, L’épistémologie historique de Gaston Bachelard, Paris, Vrin, 2002, p.  (...)
  • 6 Voir sur ce sujet S. Pravica, Bachelards Tentative Wissenschaftsphilosophie, Vienne, Passagen, 2015

2La reconnaissance de ses écrits épistémologiques est un fait récent, et ce à deux égards : tout d’abord par sa contribution à repenser historiquement l’épistémologie3, et ensuite en tant que partie prenante d’une prétendue orientation « continentale » de la philosophie des sciences4. Ce récent réexamen de Bachelard met au jour, certes graduellement, son originalité et la capacité de son approche à tisser des liens, bien que l’auteur ne soit pas si rarement associé à une position qui, selon moi, reste dépourvue d’un rapport positif avec les courants majeurs de la philosophie des sciences des dernières décennies ; par exemple quand l’empirisme logique et la philosophie de Bachelard sont associés en tant que « contre-programme », se limitant à une opposition réciproque5. Dans ce cadre et au vu des considérations de Bachelard sur les importants problèmes de la philosophie de son époque comme l’induction, le rôle de la logique et des mathématiques dans les sciences naturelles ou encore la question d’un « langage des sciences naturelles », celles-ci font partie intégrante de la philosophie des sciences. Afin de comprendre les contributions de Bachelard en tant que solutions proposées aux problèmes très discutés de la philosophie des sciences, de permettre un débat de fond et de ne pas se placer dès le départ dans l’optique d’un discours plus contemporain sur la philosophie des sciences, il semble opportun de proposer une vue différenciée de son approche et de ses références à l’empirisme logique6. Dans ce texte, j’examine le rôle joué par la logique et les mathématiques dans la philosophie des sciences de certains auteurs des débuts de l’empirisme logique, dans les années 1930, et le débat autour des travaux de Bachelard traitant de la même évaluation.

  • 7 En français dans le texte. Voir R. Carnap, H. Reichenbach (dir.), Einheit der Wissenschaft. Prager (...)
  • 8 Voir F. Stadler « Wien-Berlin-Prag. Zum Aufstieg der wissenschaftlichen Philosophie », dans R. Hall (...)

3À partir du milieu des années 1930, les représentants des débuts de l’empirisme logique ont qualifié leur programme de « philosophie scientifique7 ». La philosophie scientifique était conçue par les philosophes viennois et berlinois comme un programme positif qu’on peut brièvement et essentiellement résumer en trois points. Elle visait d’abord à poursuivre l’héritage du conventionnalisme et du positivisme épistémologique, elle s’inscrivait donc dans la continuation des positions de Pierre Duhem, Ernst Mach et Henri Poincaré. Ensuite, une primauté méthodologique de l’« analyse logique » a été formulée, appliquée aux assertions scientifiques comme philosophiques, faisant donc explicitement référence aux travaux de Bertrand Russell et Gottlob Frege. L’utilisation généralisée de l’« analyse logique » constituait le véritable signe d’une nouvelle philosophie des sciences qui, d’une façon pas nécessairement uniforme, intégrait des éléments des traditions positivistes et empiristes8. À cet égard, le processus formellement nécessaire de « scientifisation » de la philosophie signifie que les modes de présentation philosophique doivent être guidés par des normes associées à la présentation des connaissances des sciences naturelles, par exemple de rigueur logique, de clarté, de précision du langage et de l’argumentation. Enfin, la « philosophie scientifique » supposait également un lien étroit entre le travail philosophique et les recherches scientifiques en cours, qu’il se soit agi d’une orientation théorique ou d’une collaboration effective avec les scientifiques.

  • 9 Voir G. Bachelard, Le rationalisme appliqué, Paris, PUF, 1986, p. 47.

4Bachelard opère aussi de façon affirmative quand il utilise l’expression « philosophie scientifique ». Sous ce nom, il présente sa « nouvelle » philosophie dans des ouvrages aux titres aussi explicites que Le nouvel esprit scientifique, Le rationalisme appliqué ou La philosophie du non. Malgré l’ouverture offerte à la philosophie des sciences par les approches conceptuelles de Bachelard tirées de la physique quantique et des théories de la relativité, les problématiques de la fondation et de la légitimation de la connaissance dans les sciences naturelles ne sont pas pertinentes – son approche exclut par exemple tout échec radical des connaissances scientifiques9 – mais, pour les auteurs associés à l’empirisme logique, développer un fondement solide pour les sciences naturelles était une préoccupation majeure. Car, même si l’établissement solide des fondations des sciences naturelles n’est pas la préoccupation de Bachelard, son travail s’inscrit pourtant au sein de ce courant central de la philosophie des sciences dans la première moitié du xxe siècle. Je veux établir comment sa position et ses concepts s’accordent pour les circonscrire. Mais il s’agit d’abord de caractériser en termes généraux l’importance du lien entre la fondation des sciences naturelles et l’empirisme logique afin d’exposer les références que Bachelard y fait, et éventuellement, les différences de son évaluation. Une attention toute particulière sera portée aux relations entre mathématiques, logique et langage.

  • 10 Voir S. Körner, Philosophie der Mathematik. Eine Einführung, Munich, Nymphenburger Verlagsbuchhandl (...)
  • 11 Voir B. Russell, My Philosophical Development, Londres/New York, George Allen/Unwin Simon and Schus (...)
  • 12 Voir S. Körner, Philosophie der Mathematik, op. cit., p. 38.
  • 13 Voir A. D. Irvine, « Principia Mathematica », dans Edward N. Zalta (dir.), The Stanford Encyclopedi (...)
  • 14 Voir S. Körner, Philosophie der Mathematik, op. cit., p. 38-39 ; voir G. Frege, Grundlagen der Arit (...)
  • 15 Voir S. Körner, Philosophie der Mathematik, op. cit., p. 60.

5J’ai déjà mentionné la primauté de « l’analyse logique » dans l’empirisme logique. Cette approche méthodique spécifique à la philosophie des sciences est étroitement liée à la façon dont sont conçus les fondements des sciences naturelles. En toile de fond, les projets de Frege et Russell concernant la logique et la philosophie des mathématiques occupent une place centrale. Les mathématiques devaient se fonder sur la logique et ainsi offrir une base sûre car fondée sur des vérités indéniables10. La notion connue sous le nom de « logicisme » cherche à montrer (selon la formulation générale de Russell) que « tout ce qui est mathématiques pures est déductible des prémisses d’une logique pure et nécessite seulement des concepts qui peuvent être définis comme des conditions logiques11 ». Il s’agit donc de montrer l’« unité de la logique et des mathématiques12 ». Ainsi, la traductibilité de toutes les vérités mathématiques en vérités logiques et la possibilité de former toutes les preuves mathématiques à partir de démonstrations logiques s’en trouvent affirmées. Dans ces processus, le « vocabulaire des mathématiques » apparaît comme un « sous-ensemble » du vocabulaire logique, et les théorèmes mathématiques se présentent comme un sous-ensemble des théorèmes logiques13. En ce sens, Frege a montré le caractère analytique de l’arithmétique et l’a démontré à l’aide des conclusions issues des « théorèmes fondamentaux » et des définitions14. Dans les domaines de la connaissance des mathématiques, cela signifie que la mise en pratique effective de la philosophie logiciste se réalise comme des « systèmes » mathématiques15.

6Le moment décisif de cette « démonstration », son sommet pour ainsi dire, ce pourquoi la logique représente un si « solide fondement », est qu’elle offre la possibilité de s’appliquer absolument, car elle se fonde sur des vérités analytiques indéniables. Si désormais la philosophie des sciences repose sur un tel fondement, le but sera donc de fournir aussi aux sciences naturelles un même « fondement solide ». Antonia Soulez cite Russell à ce propos :

  • 16 A. Soulez, « Der Neurath-Stil, oder: der Wiener Kreis, Rezeption und Rezeptionsprobleme auf den Kon (...)

Les vrais problèmes commencent quand le débat entre logiciens et mathématiciens se déplace dans le champ de la philosophie et suggère une méthode de « reconstruction rationnelle » qui prétend pouvoir fonder notre connaissance du monde extérieur sur la logique16.

  • 17 Voir H. Reichenbach, Grundzüge der symbolischen Logik (Gesammelte Werke, t. VI, éd. par A. Kamlah e (...)

7Les recherches dans le domaine de l’empirisme logique peuvent être considérées comme une « reconstruction rationnelle », dans le sens où elles ne constituent pas un processus de pensée subjective « direct », mais qu’avec elles un « résultat de pensée » est analysé et la logique opère comme une « pierre de touche.17 »

  • 18 Ibid., p. 2.

Dès qu’un résultat de pensée est acquis, nous pouvons réorganiser nos pensées de manière convaincante en construisant une chaîne de pensée entre notre point de départ et notre résultat. Cette reconstruction rationnelle de la pensée, sous le contrôle de la logique, et dont la recherche mène à l’établissement de lois, est ce que nous nommons lois de la logique18.

  • 19 Voir M. Friedman, « Coordination, Constitution, and Convention. The Evolution of the A Priori in Lo (...)
  • 20 Voir M. Friedman, « Coordination, Constitution, and Convention », art. cité, p. 91-92.

8Der logische Aufbau der Welt, de Rudolf Carnap, représente une tentative conséquente pour rendre féconde une approche logiciste de la « connaissance empirique » comme philosophie de la science19. Alors que Frege et Russell ont, selon Michael Friedman, expliqué « la possibilité d’une connaissance mathématique par la réduction à un fondement plus solide » par le biais de la logique, Carnap explique « la connaissance empirique en général par la réduction au fondement solide de l’expérience sensorielle immédiate »20. Et :

  • 21 Ibid., p. 92.

tout comme la réduction logiciste de Frege et de Russell est essentiellement véhiculée par des définitions logiques des concepts fondamentaux des mathématiques, la réduction phénoménaliste parallèle de Carnap est véhiculée par des définitions, pour reprendre le langage des Principia Mathematica, de tous les concepts empiriques (y compris les concepts hautement théoriques) saisis comme base primitive dans une expérience sensorielle subjective21.

  • 22 Voir M. Tiles, Bachelard, op. cit., p. 74.

9Il convient en outre de noter que l’adoption des prémisses des mathématiques basées sur la logique dans la philosophie des sciences établit justement que les mathématiques jouent un rôle épistémologique particulier dans les sciences naturelles. Les connaissances mathématiques sont ici d’abord discutées dans leurs fonctions fondatrices et démonstratives. Elles sont utilisées afin de mettre en place un fondement solide à l’usage des sciences naturelles. Dans ces fonctions, il incombe aux connaissances mathématiques un rôle épistémologique plutôt secondaire, ce qui est également évident car les mathématiques peuvent être « éliminées » par l’emploi de définitions22.

  • 23 Voir ibid., p. 73-74.
  • 24 Voir H. Hahn, « Die Bedeutung der wissenschaftlichen Weltauffassung, insbesondere für Mathematik un (...)
  • 25 Voir S. Körner, Philosophie der Mathematik, op. cit., p. 25.
  • 26 Voir F. P. Hansen, Geschichte der Logik des 19. Jahrhunderts. Eine kritische Einführung in die Anfä (...)

10Deux autres caractéristiques de cette tentative de développer des fondations sûres et objectives pour les sciences sont pertinentes pour la question présente : d’un côté la stricte séparation entre la forme même de la logique formelle et le contenu même de la connaissance empirique, de l’autre côté, le rôle superficiel du langage. Pour que l’usage scientifique des mathématiques garantisse effectivement une « sécurité objective », il faut garantir que l’application des mathématiques n’affecte en aucune façon le sujet de la recherche empirique23. Pour y parvenir, la séparation stricte entre les deux « uniques moyens de connaissance » qu’il reconnaît (« l’expérience et la transformation tautologique ») est entérinée par l’empirisme logique car « dans les mathématiques rien ne [provient] de l’expérience24 », comme le déclarait l’empiriste logique Hans Hahn. La « théorie de la différence entre les vérités de raison et les vérités de fait et leurs caractères mutuellement exclusifs et collectivement exhaustifs » a déjà été formulée dans des philosophies précédentes25. Selon Frank Peter Hansen, l’empirisme logique accroît cette séparation des deux côtés à la fois, logique formelle et empirisme, il la « creuse26 ». Pour moi, il est intéressant de voir comment, dans ces circonstances, est impliqué le « langage », notamment du côté formel. Je me préoccupe moins ici du linguistic turn généralement constaté, c’est-à-dire du glissement vers le langage comme objet principal des recherches philosophiques, qui émanait entre autres des travaux de Russell, Frege et d’empiristes logiques comme Carnap et Ludwig Wittgenstein et, sous cette forme, constitutif de la philosophie analytique ou de la philosophie analytique du langage. Concernant ce qui y rattache Bachelard, il est bien plus intéressant de savoir quelles relations sont établies entre mathématiques et logique en ayant recours au « langage » dans l’argumentation.

  • 27 Voir O. Neurath, Wissenschaftliche Weltauffassung, Sozialismus und Logischer Empirismus, Francfort- (...)

11Se fondant sur les travaux contemporains sur la logique, les auteurs affiliés à l’empirisme logique élaborèrent donc une philosophie des sciences exigeant une dualité spécifique, qui, précisément, consiste essentiellement en différents types d’« énoncés » – les vérités formelles de la logique et des mathématiques d’une part et les vérités de fait des sciences empiriques de l’autre27. En d’autres termes, des deux « côtés » de la séparation le langage est constitutif et au cœur de la philosophie. Quant aux contenus, à l’aspect empirique, cette tâche est dévolue à la philosophie des sciences dans – je cite ici Tiles :

  • 28 M. Tiles, Bachelard, op. cit., p. 6-7.

l’analyse des structures de la pensée scientifique car celles-ci sont manifestes dans le langage de la science et plus spécifiquement, car celles-ci sont manifestes dans les assertions concernant le monde physique par des scientifiques, qu’elles soient proposées en tant qu’affirmations théoriques ou sous forme de rapports de découvertes expérimentales28.

  • 29 Voir F. P. Hansen, Geschichte der Logik des 19. Jahrhunderts, op. cit., p. 117 ; M. Tiles, Bachelar (...)

12Sont notamment ici en jeu les énoncés protocolaires, les descriptions empiriques et les ensembles d’assertions29.

  • 30 Voir O. Neurath, Wissenschaftliche Weltauffassung, op. cit., p. 89.
  • 31 Cité d’après F. P. Hansen, Geschichte der Logik des 19. Jahrhunderts, op. cit., p. 120 ; F. Waisman (...)
  • 32 Voir F. P. Hansen, Geschichte der Logik des 19. Jahrhunderts, op. cit., p. 114.
  • 33 Voir H. Roos, F. Schmidt, G. Behse, « Grammatik », dans J. Ritter (dir.), Historisches Wörterbuch d (...)
  • 34 Ibid., p. 855.
  • 35 Voir ibid., p. 850.

13Je m’intéresse cependant plus encore à la manière dont le domaine de la conscience analytique, qui « régit » le maniement des propositions empiriques, s’associe au « langage ». Car ce domaine donne en fin de compte au « penser » l’attribut d’une sorte de « forme pure30 ». Avec la logique symbolique moderne, telle que proposée par Frege, cela implique un langage formel « artificiel » distinct d’un langage « naturel ». Dans ce contexte, il veut parler d’une « grammaire ». Par exemple, pour Waismann, cela signifie qu’en philosophie on « se mouvrait dans le domaine de la grammaire » puisque la « clarification du sens » implique un « processus grammatical »31. Ici, ce qui est appelé « grammaire » du « langage » artificiel de la logique, est, comme on peut s’y attendre, indépendant et autonome de l’expérience32 – même si cela provient, dans sa genèse, d’un « métalangage » issu du langage naturel. « Grammaire » n’a pas ici le sens qui lui est attribué dans les sciences linguistiques, et se trouve largement découplé d’un langage évolué dont l’usage entraîne des transformations. Les considérations logiques étant traditionnellement appliquées aux assertions, aux conclusions et à l’argumentation, et donc aux structures linguistiques, logique et linguistique sont par conséquent historiquement et étroitement liées33. Sans pour autant aborder les rapports historiques entre logique et linguistique ainsi que leur rôle dans la « grammaire », il faut cependant noter que l’usage spécifique du terme mentionné ci-dessus, détaché de ses considérations dans le domaine des sciences linguistiques, représente un trait caractéristique de la façon dont est employée la « grammaire » par ceux qui ont adopté la logique de l’empirisme logique : « Ce par quoi G. Frege renforce la nouvelle logique en tant que système ouvert de calcul, qui se sépare des sciences du langage en général, car, d’un point de vue linguistique, le langage ne pouvait être représenté comme un tout rationnel34. » Au xviie siècle, Leibniz avait conçu une grammatica rationalis comme nouvelle logique, une « grammaire » qui ne se souciait pas de linguistique, qui ne pouvait être « directement tirée du langage35 ». La « grammaire » d’un langage artificiel « logique », utilisée dans l’empirisme logique, est déterminable arbitrairement :

  • 36 F. P. Hansen, Geschichte der Logik des 19. Jahrhunderts, op. cit., p. 114-115.

La logique s’est épuisée dans la détermination arbitraire d’une grammaire, c’est-à-dire dans les diverses formes et règles de l’usage de la langue, dans laquelle rien des objets réels n’est connaissable en principe. Il s’agit toujours d’une définition donnée par la langue à elle-même et jamais de l’objectivité de la connaissance36.

14Les structures du langage – qu’il soit « naturel » ou « artificiel » – sont, dans cette optique, entendues comme étant contingentes et basées sur des « conventions ». Elles se basent sur une conception conventionnaliste du langage. La « grammaire » de la logique en tant qu’ensemble de règles et de lois d’un système de langage artificiel doit être présupposée directement façonnable.

  • 37 M. Schlick, Philosophische Logik, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1986, p. 279 ; cité d’après F. P (...)

Les règles grammaticales ne se trouvent pas dans la nature, mais sont l’œuvre de l’homme et fondamentalement arbitraires ; par conséquent, on ne peut attribuer un sens à une proposition en découvrant une méthode pour la vérifier, mais seulement en constatant comment elle doit être vérifiée37.

  • 38 Voir H. Roos, F. Schmidt, G. Behse, « Grammatik », art. cité, p. 860.

15Ce sont les conditions pour construire une « langue parfaite38 ». La possibilité de fixer « arbitrairement » leurs règles et leurs éléments est une caractéristique qui distingue les langues artificielles des langues naturelles. Parce que même si ces dernières sont considérées comme conventionnelles, on ne peut pas conclure qu’elles puissent être arbitrairement influençables. Ainsi, la conscience de la « fabricabilité » existante d’une langue n’implique pas son immédiate plasticité.

16Pour évaluer l’attitude de Bachelard envers le projet de fondation des connaissances en sciences naturelles dans l’empirisme logique, il faut souligner encore une fois que, pour les philosophes de Vienne et Berlin, les mathématiques devaient être approchées sous un angle épistémologique spécifique. Leur fonction pour la connaissance scientifique est, dit simplement, soumise à la médiation – sur le fondement solide – de la logique. D’un point de vue mathématique, ce schéma ne propose aucune véritable contribution épistémologique à la connaissance scientifique – au moins pas superficiellement. En outre, la mise en œuvre de la séparation entre contenu empirique et forme logique est liée à une primauté de la langue en tant qu’objet de la philosophie. Les deux côtés de cette distinction proposent un concept conventionnaliste du langage. La position conventionnaliste se place du côté de la « conscience analytique » – parce qu’ici les langages artificiels sont construits – qui se base fondamentalement sur la capacité de manipuler et de fixer arbitrairement les règles et les conditions préalables du langage. Le terme « grammaire » – qui fait ici référence aux « langages » parfaits, idéaux – est employé dans un sens indépendant des considérations linguistiques et de la grammaire des langages naturels, mais qui se rapproche en même temps d’un a priori des structures de pensée.

  • 39 Voir G. Gutting, « Scientific Methodology », dans W. H. Newton-Smith (dir.), A Companion to the Phi (...)
  • 40 Voir A. Soulez, « Der Neurath-Stil », art. cité, p. 124, 131-132.
  • 41 Voir ibid., p. 132.
  • 42 Voir ibid.
  • 43 Voir ibid., p. 131.

17On objecte souvent que les avancées de la philosophie des sciences réalisées avec l’apport de l’empirisme logique réduisent et restreignent le rôle de la philosophie en raison de la primauté méthodique accordée à l’« analyse logique ». Gutting propose un exemple plus récent de cette critique selon laquelle les « techniques de la logique formelle […] attestent d’une importance [très] limitée dans l’analyse des théories scientifiques existantes39 ». Comme le montre Antonia Soulez, en son temps des réserves analogues ont été soulevées contre cette philosophie des sciences40. Le mathématicien français Jean Cavaillès, qui s’intéressait particulièrement à la première philosophie de Wittgenstein, a exprimé la crainte que la logique soit une arme contre la philosophie elle-même41. En lien avec cela, Soulez souligne également les réserves de Poincaré concernant le logicisme42. La nouvelle logique résume donc les objections des philosophes, et allait fondamentalement transformer le sens même du mot « connaissance »43.

  • 44 Ibid., p. 124.

Le cercle de Vienne mettait ses espoirs d’une syntaxe et d’une sémantique de la science dans le devenir scientifique de la philosophie, de sorte qu’il incombait aux philosophes [du point de vue des critiques d’une telle conception, S.P.] d’endosser le rôle ingrat de « grammairien de la science »44.

18Peut-on ranger l’opposition de Bachelard à l’orientation méthodique et fondamentale de l’empirisme logique sous l’étendard de ce scepticisme français ?

  • 45 Voir G. Bachelard, Le nouvel esprit scientifique [1934], Paris, PUF (Quadrige), 1991, p. 64, 114, 1 (...)
  • 46 Voir ibid.
  • 47 Voir H. Reichenbach, « Sur les fondements logiques de la probabilité », Recherches philosophiques, (...)
  • 48 Voir P. Schöttler, « 13, rue du Four: Die “Encyclopédie Française” als Mittlerin französischer Wiss (...)
  • 49 Voir par exemple G. Bachelard, « Hans Hahn. Logique, mathématiques et connaissance de la réalité, 1 (...)
  • 50 Karl Popper occupe une position particulière par sa critique de l’empirisme logique, il est pour au (...)
  • 51 Voir G. Bachelard, « Karl Popper. Logik der Forschung. Zur Erkenntnistheorie der modernen Naturwiss (...)
  • 52 Voir ibid., p. 446.
  • 53 Voir ibid.

19En établissant le « nouvel esprit scientifique », Bachelard revient au sens affirmatif des travaux des empiristes logiques45. Richard von Mises et Hans Reichenbach sont cités dans le débat sur la causalité dans la nouvelle physique46. On peut cependant trouver des déclarations plus concrètes sur la logique rédigées par Bachelard dans la revue Recherches philosophiques – sous la rubrique « Logique et épistémologie » – dont il fut membre du comité éditorial à partir de 1934. Peu après que Bachelard a rejoint le comité de rédaction, Reichenbach publia un résumé de sa théorie des probabilités dans cette revue47. La publication du texte de Reichenbach dans les Recherches philosophiques a ceci de remarquable que cette revue n’était pas habituellement le lieu où les auteurs de l’empirisme logique publiaient en France. La situation s’avère différente concernant la Revue de synthèse. Schlick, Carnap et Frank y ont publié plusieurs de leurs textes programmatiques48. Mais dans les Recherches seulement quelques critiques de livres de l’École de Vienne ont paru à côté de l’essai de Reichenbach. La plupart d’entre elles furent écrites par Bachelard49. Ses leçons sur la logique des probabilités de Reichenbach et sur Popper montrent qu’il voyait dans les travaux sur la formalisation logique une contribution fondamentalement positive à la philosophie des sciences50. Bachelard reconnaissait dans la Logik der Forschung de Popper de nombreux thèmes de la « philosophie viennoise51 ». Toutefois, « les arguments personnels de l’auteur » étaient nombreux et l’orientèrent vers la présentation d’une « philosophie originale52 ». Bachelard a considéré l’introduction de Popper au calcul probabiliste comme positive et a mis l’accent sur sa clarté et sa précision53.

  • 54 Voir H. Reichenbach, Wahrscheinlichkeitslehre. Eine Untersuchung über die logischen und mathematisc (...)
  • 55 Voir G. Bachelard « Hans Reichenbach. Wahrscheinlichkeitslehre, 1935 », Recherches Philosophiques, (...)
  • 56 Voir ibid., p. 447.
  • 57 Voir ibid.
  • 58 Voir G. Bachelard, « Hans Reichenbach. Atom und Kosmos », art. cité, p. 377-378.
  • 59 Voir ibid.

20Il fit également un accueil particulièrement enthousiaste à la Wahrscheinlichkeitslehre de Reichenbach54. Dès lors, selon Bachelard, « ce nouvel essai » constituerait le « point de départ des recherches philosophiques et scientifiques sur les probabilités55 ». Le livre, qui a pour intention d’enrichir la philosophie d’un « territoire entièrement nouveau », est, selon lui, « un modèle de philosophie scientifique et de science philosophique »56. « La fondation d’une forme purement logique du calcul des probabilités », représentait un besoin urgent, parce que l’« impression » que « nous avons du probable » influence trop souvent « nos calculs »57. Bachelard était donc également ouvert au rôle nouveau de la logique dans la philosophie des sciences. Il admet, comme le montre ce dernier article, que l’approche de l’empirisme logique possède un potentiel de renouveau, au sens épistémologique, qu’il défend lui-même. Il encense également le Atom und Kosmos de Reichenbach pour la « clarté de sa langue, toute pénétrée de logique58 ». Dans une traduction en français, selon Bachelard, aucun mot ne nécessiterait d’être altéré59.

  • 60 Voir G. Bachelard, « Hans Reichenbach. Wahrscheinlichkeitslehre, 1935 », art. cité, p. 447.

21Bachelard n’objecte donc aucunement à l’utilisation de la logique en philosophie des sciences en général. Pour lui, il n’y a aucun risque que l’exercice de la philosophie des sciences s’en trouve restreint ; la nouvelle approche méthodologique ne représente pas plus une menace pour la philosophie en général. Mais puisqu’il conserve certaines objections, il faut introduire une distinction supplémentaire. Pour cela, nous devons présenter les quelques lignes critiques qu’il a écrites sur certains livres des auteurs de l’empirisme logique. N’ignorons pas que Bachelard, malgré son attitude généralement positive envers les travaux de Reichenbach, fut aussi légèrement sceptique à son propos. Bachelard demande donc, après avoir souligné l’« élargissement » que représente pour la pensée l’extension de la logique classique par la logique des probabilités : « Cet élargissement est-il réel ? Est-il vraiment fondamental ? L’avenir en décidera60. »

  • 61 Voir F. Stadler, Studien zum Wiener Kreis, op. cit., p. 693-703.
  • 62 G. Bachelard, « Hans Hahn », art. cité, p. 448.
  • 63 Ibid., p. 449.

22Une critique manifeste transparaît cependant dans l’article de Bachelard sur le livre Logique, mathématiques et connaissance de la réalité de Hans Hahn – mathématicien et membre fondateur du Cercle de Vienne –, qui, à l’inverse de Schlick, Reichenbach ou Frank, ne s’est pas penché sur « l’application » des mathématiques à la nouvelle physique, mais s’est concentré sur les recherches en mathématiques elles-mêmes61. Le sujet principal du livre de Hahn est le problème résultant du dualisme entre contenus empiriques et forme logique mentionné ci-dessus : « Comment rendre compte du fait que les assertions logiques et mathématiques s’appliquent à la réalité62 ? » Le recul des « Viennois » face à l’expérience ainsi que le « principe fondamental », voulant qu’on ne puisse constater aucun a priori pour cette expérience, poussent Bachelard à demander d’où proviennent finalement les « certitudes absolues de la logique et des mathématiques63 » qu’on invoque comme justification. La référence au langage par Bachelard joue un rôle dans la polémique qui a suivi :

  • 64 Ibid.

Allons donc tout de suite au caractère formel et nous trouverons en deux mots la base de la logique et des mathématiques, d’après les Viennois : la logique « ne s’introduit qu’avec le langage ». La mathématique aussi – on l’avait dit avant eux – n’est qu’un langage64.

Nous reviendrons très vite sur ce point.

  • 65 Voir ibid.
  • 66 Voir ibid., p. 450.
  • 67 Ibid.
  • 68 L. Wittgenstein, Remarks on the Foundations of Mathathematics, Oxford, Basil Blackwell, 1967, p. 84 (...)
  • 69 Voir, pour plus de détail, S. Pravica, Bachelards Tentative Wissenschaftsphilosophie, Vienne, Passa (...)

23Par ailleurs, Bachelard regrette que Hahn ne s’étende pas sur le léger doute qu’il laisse paraître dans son livre sur le logicisme – après tout, le projet logiciste n’aboutit pas – mais qu’il renvoie à des démonstrations plus détaillées par Wittgenstein, Russell et Carnap65. Un élément déterminant pour la suite de mes recherches est, outre la référence polémique de Bachelard aux mathématiques en tant que « langage », la question qu’il pose en conclusion de son article sur Hahn où il déclare que « les objections pourraient couvrir trois long chapitres », mais qu’il n’avait pas la place de les aborder66 : « [Si] les mathématiques sont tautologiques pourquoi sont-elles si variées, si difficiles, si intéressantes67 ? » Par cette remarque critique, Bachelard semble se démarquer – à l’instar de Wittgenstein – en endossant la nature théoriquement pluraliste et non uniforme des mathématiques : « Les mathématiques sont un mélange COLORÉ de techniques de démonstrations. – C’est là-dessus que se fonde la diversité de leur applicabilité et leur importance68. » Bachelard ne serait probablement pas en désaccord avec cela. Le rôle épistémologique des mathématiques va bien au-delà de leurs – protéiformes – fonctions démonstratives. La manière dont se construisent les mathématiques dans un sens positif, selon Bachelard, ne peut être exposée en détail dans le cadre de cette contribution69. Notons au moins que Bachelard n’a aucune objection d’ordre général contre l’usage de la logique formelle dans la philosophie des sciences, mais qu’il voit dans le logicisme une réduction inacceptable des mathématiques. Dans la suite de ce texte, seuls les jugements de Bachelard sur la logique feront l’objet de considérations plus détaillées.

  • 70 G. Bachelard, « Physique et métaphysique », dans Septimana Spinozana : Acta conventus oecumenci in (...)
  • 71 Voir ibid., p. 77.

24Il faut tout d’abord noter que Bachelard, dans ses remarques sur sa conception des mathématiques dans le contexte de la logique, utilise régulièrement le mot « langage » dans un sens péjoratif. Dans l’article sur Hahn, il se réfère de façon critique au fait que ces mathématiques n’auraient « rien d’un langage ». Considérant que Bachelard a été l’auteur d’autant de livres sur la littérature, la poétique et les images linguistiques que sur l’épistémologie, s’agissant des mathématiques, ce type de polémique semble déconcertant. Cette première impression d’un discrédit jeté sur le « langage » doit donc être examinée. En même temps que ses considérations sur les mathématiques comme langage, il critiquait aussi la séparation épistémologique entre forme et contenu : « tantôt on dit que les mathématiques ne manient que des formes vides, prêtes à informer n’importe quoi ; tantôt on va jusqu’à dire que les mathématiques ne constituent qu’une langue bien faite70 ». Si l’on prétend que les mathématiques sont un langage, selon Bachelard, on doit au moins admettre que « le langage de la raison » est un « langage naturel »71. Bachelard ne semble pas non plus approuver que les mathématiques, par l’entremise de la logique, soient « jetées dans une marmite » avec un langage conventionnaliste quand elles jouent un rôle dans les sciences naturelles.

25Puisque les déclarations de Bachelard concernent seulement les mathématiques, cela ne révèle rien de sa conception du langage en général. On retrouve un avis plus positif dans Le rationalisme appliqué. Il relève encore une fois l’impossibilité d’éliminer le contenu et la forme – et Bachelard semble insister sur le fait que les mathématiques sont un langage à part entière :

  • 72 G. Bachelard, Le rationalisme appliqué, op. cit., p. 180 (en italique dans l’original).

On a trop vite dit que la mathématique était un simple langage qui exprimait, à sa manière, des faits d’observation. Ce langage est, plus que tout autre, inséparable de la pensée. On ne peut parler les mathématiques sans les comprendre mathématiquement72.

26La portée de la critique de la conception des mathématiques comme « langage », également associée aux objections apportées contre la conception du langage en général par l’empirisme logique, et à la façon dont celles-ci peuvent être énoncées, ne peut pas, à ce stade, être formellement évaluée.

  • 73 Voir A. Soulez, « Der Neurath-Stil », art.  cité.
  • 74 Voir ibid., p. 129.
  • 75 Voir ibid., p. 132-133. Voir L. Couturat, « Sur la structure logique du langage », Revue de métaphy (...)

27En ce qui concerne la possibilité spécifique de se référer à la « logique » et au « langage » dans l’épistémologie du début du xxe siècle, il existe une thèse intéressante d’Antonia Soulez que je tiens à examiner dans la suite de ce texte, en étudiant notamment la mesure dans laquelle elle s’applique à la philosophie des sciences de Bachelard73. Soulez suggère une compréhension différente de la logique dans des contextes germanophones et anglophones, vis-à-vis de celle qui peut prévaloir dans un contexte francophone. Cela doit nécessairement conditionner une conception différente de ce qu’on entend par « structure de la langue ». Soulez s’intéresse à cette distinction comme une des causes possibles de la lente réception de l’empirisme logique en France au début des années 1930. L’aspect décisif, selon son argument, est qu’en France la « logique du langage » est considérée comme une infrastructure linguistique plutôt que logique74. Par exemple, les scientifiques Louis Couturat et Charles Serrus soutenaient la variante linguistique de la logique75.

  • 76 Voir A. Soulez, « Der Neurath-Stil, oder »,art. cité, p. 131.
  • 77 Voir ibid.
  • 78 Voir ibid., p. 133.

28Soulez montre que les objectifs des deux côtés allaient dans le même sens et que Carnap et Couturat se citaient réciproquement. Il devait donc exister une sorte d’unanimité pour qu’une nouvelle logique de « relations » remplace les formes plus traditionnelles de la logique76. Mais, en France, c’est la découverte que la linguistique pouvait être une logique en tant que telle qui suscita cette prise de conscience77. De plus, comme Soulez, Couturat et Serrus ainsi que les logiciens anglais et autrichiens rejetaient l’idée « que les formes du langage reflètent les formes de la pensée de manière directe78 ». Soulez déclare en outre que, du côté français, la nécessité de créer un « langage artificiel » était devenue visible :

  • 79 Ibid.

Dans les deux domaines, on a découvert que la prétendue transparence des relations entre les structures grammaticales et logiques de la langue n’existe pas et donc, qu’un langage artificiel est nécessaire pour mettre au jour « la structure logique du langage » car elle représente une forme extérieure du langage79.

29Soulez estime alors que la différence décisive réside dans la façon dont la relation entre langage artificiel et naturel était pensée par chacun. Alors que pour les logiciens anglophones et germanophones le langage « naturel » ou « langage familier » constituait la contrepartie d’un langage « construit », en France, la « langue naturelle » est une « langue grammaticalement différente » :

  • 80 Ibid., p. 141.

Cette différence qui se présente à nous Français comme une différence entre cultures nationales, est considérée par les Anglais et les Autrichiens comme une différence entre deux formes d’utilisation de la langue et fait que la variante linguistique de l’idéal logique ne coïncide en aucune manière avec la variante symbolique du même idéal80.

  • 81 Voir ibid.
  • 82 Voir ibid., p. 141-142.
  • 83 Voir ibid., p. 142.

30Comme le souligne Soulez, ni le mot anglais language, ni le mot allemand Sprache ne sont porteur d’une telle distinction, comme elle peut être faite en français entre langue et langage81. En français, il s’établit donc une différence entre le langage entendu comme « moyen d’expression en général » et une langue particulière, qui ne correspond pas à la « distinction anglo-allemande » entre langage « naturel » et « familier »82. Notamment, la notion d’une langue idéale logique, qui se distinguerait d’une part d’« une langue familière déficiente » et de l’autre serait construite à partir de langues particulières, n’aurait aucun sens83.

  • 84 Voir G. Bachelard, « Pensée et langage », Revue de synthèse, 1934, p. 81-86 et 237-249.
  • 85 Voir ibid., p. 81 ; voir Charles Serrus, Le parallélisme logico-grammatical, Paris, Alcan, 1933.

31Afin d’examiner jusqu’à quel point la thèse de Soulez s’applique à la conception de la logique par Bachelard, il faut revenir à l’article de ce dernier dans la Revue de synthèse, où il décrit de façon détaillée les thèses de Charles Serrus, lequel est mentionné comme un auteur ayant pensé la logique à partir de la linguistique84. Bachelard se félicite que Serrus, dans son Parallélisme logico-grammatical, procède à une critique de la logique classique d’un point de vue linguistique, et qu’il ait conscience à la fois des « transformations de la linguistique » et du « développement de la logique »85. Il se range à la conclusion négative du livre concernant le parallélisme entre grammaire et logique, c’est- à-dire le rejet de la thèse selon laquelle « les structures de la pensée » et la raison se trouvent dans les structures de la grammaire. De la même manière, il rejette la tentative d’accéder à un a priori du raisonnement par l’entremise d’un langage artificiel ou d’un métalangage. Il apparaît donc clairement que Bachelard et Serrus utilisaient le terme « grammaire » uniquement dans son sens linguistique :

  • 86 G. Bachelard, « Pensée et langage », art. cité, p. 81-82.

[La] réciprocité du logique et du grammatical n’est pas un parallélisme ; le parallélisme logico-grammatical est une erreur fondamentale. On peut certes rationaliser l’enseignement de la grammaire mais on ne doit pas mettre de la raison dans la grammaire. […] En tout cas, il faut se méfier des correspondances de détail entre logique et grammaire, car c’est en tant que totalité que la logique a un sens et l’on ne peut mettre en regard d’un système logique clos aucune grammaire achevée86.

  • 87 Ibid., p. 82.

32Il en vient donc à considérer l’idée d’une logique close et systématisable, et la conception d’une « grammaire » conçue linguistiquement comme incompatibles. Bachelard met en lumière l’irréductible « diversité linguistique » reconnue dans les sciences linguistiques modernes87.

  • 88 Ibid., p. 85.
  • 89 Ibid.

33Que Bachelard considère la conception de la logique de Serrus, en particulier pour la philosophie des sciences, est pertinent pour notre propos. La philosophie de Serrus, selon Bachelard, est « parfaitement applicable à la pensée scientifique88 ». Bachelard souligne notamment sa flexibilité89. Aux aspirations à une logique « pure », issue d’invariants universels de la pensée, ambitionnant une « grammaire générale » qui, selon Bachelard, « renouvellerait l’ancienne métaphysique de l’identité de l’esprit humain », il oppose les variations et la diversité des « grammaires » :

  • 90 Ibid., p. 86. Bachelard cite ici Serrus, Le parallélisme logico-grammatical, op. cit., p. 73.

Ceux qui s’attachent à la pensée d’une logique pure sont ceux qui s’attendent à découvrir des invariants universels de la pensée. Ils renouvellent plus ou moins gratuitement la vieille métaphysique de l’identité de l’esprit humain. Ce sont ceux qui poursuivent avec foi le rêve d’une grammaire générale, qui doit révéler, sous la diversité des constructions et des vocabulaires, les mêmes catégories essentielles. […] D’autres estimeront au contraire que les variations de la grammaire servent la réflexion philosophique beaucoup mieux que les permanences90.

  • 91 Voir G. Bachelard, « Pensée et langage », art. cité, p. 85.
  • 92 Voir ibid.
  • 93 Ibid.
  • 94 Ibid.
  • 95 Ibid.

34Conformément à son approche non réductrice des sciences naturelles, Bachelard s’oppose aussi à la « projection » d’une « logique grammaticale » sur la « logique scientifique »91. Car cela signifierait « mesurer » une nouvelle connaissance « à l’aune d’anciens concepts92 ». Bachelard a une conception qui lui est propre de la façon dont une « logique scientifique » doit être générée. Cela concerne, pour lui, la « logique » d’un langage irréductible et propre à la science. Ainsi donc, pour Bachelard, il n’y a pas correspondance entre « les schémas de langage et les catégories de connaissances scientifiques », car il part du principe que la science « compose » elle-même sa logique93. Les sciences naturelles ont de fait leur propre logique, leur langue et leur grammaire selon Bachelard94. De plus, il insiste sur le fait que les mathématiques fabriquent langage et notions : « Qu’on réfléchisse simplement à la création progressive de l’idée de fonction mathématique en prenant le point de départ dans l’idée de causalité, on verra que les mathématiques créent notions et langage95. » La thèse de Soulez sur les différences de conception de la « structure du langage » pour les penseurs francophones d’un côté et les philosophes anglophones et germanophones de l’autre, peut maintenant être évaluée d’après son application à Bachelard. Celui-ci utilise aussi bien langage que langue péjorativement lorsqu’il est question des mathématiques en tant que langage dans son acception conventionnaliste. Cela se confirme par le fait que Bachelard, dans son soutien à l’approche de Serrus concernant la « logique » des structures ou des systématisations d’un langage particulier, y pense comme à une langue. Il pousse cette notion plus avant, quand il fait valoir qu’une logique des sciences naturelles ou une logique des mathématiques ne saurait être développée que sur les bases d’une langue propre et irréductible. Ainsi, Bachelard prend sans doute en compte la distinction soulignée par Soulez. Cela « soumet » ses pensées sans toutefois « passer inaperçu ». Sa réflexion sur, d’une part, les divergences d’un langage idéal artificiel et, de l’autre, une logique prenant en compte la diversité linguistique, fait à la fois office de critique de l’état des lieux de l’épistémologie du premier, et montre clairement que la deuxième est bien plus féconde, car elle représente une variante non réductrice pour la philosophie des sciences.

  • 96 Voir G. Bachelard, Le nouvel esprit scientifique, p. 11.
  • 97 Ibid.

35Les remarques où Bachelard tient compte de ces exigences dans ses réflexions sur la philosophie des sciences sont rassemblées dans Le nouvel esprit scientifique. Cela correspond à la transition d’une géométrie euclidienne vers une géométrie non euclidienne en physique96 : « Si l’on croit qu’il n’y a là que moyens d’expressions, que langages plus ou moins commodes, on attachera bien peu d’importance à cette floraison de langues nouvelles97. » La juxtaposition comparative de Bachelard est du plus grand intérêt dans le contexte des mathématiques appliquées à la physique car elle s’oppose aux représentations nominalistes et conventionnalistes :

  • 98 Ibid., p. 35.

Qu’on parte donc du nominalisme hilbertien, qu’on accepte pour un instant le formalisme absolu ; tous ces beaux objets de la géométrie, toutes ces belles formes, effaçons-les de notre souvenir, les choses ne sont plus que des lettres ! Qu’on se soumette ensuite à un conventionnalisme absolu : toutes ces claires relations ne sont que des syllabes qui s’associent d’une manière strictement abracadabrante ! Et voilà résumées, symbolisées, épurées toutes les mathématiques ! Mais voici alors l’effort poétique des mathématiciens, l’effort créateur, réalisateur : subitement, par une inflexion révélatrice, les syllabes associées forment un mot, un vrai mot, qui parle à la Raison et qui trouve, dans la Réalité, une chose à évoquer98.

36Bachelard ne perçoit donc dans l’usage de la logique en philosophie des sciences aucune menace pour la philosophie. Si toutefois les valeurs cognitives sont trop étroitement soumises à la logique, les mathématiques et les sciences naturelles deviennent, selon lui, vulnérables comme des « idiomes », et l’extraordinaire « rationalité » qu’elles fournissent est négligée. Alors que langage et mathématiques dérivent des vérités analytiques de la logique de l’empirisme logique, pour Bachelard, la relation entre logique, mathématiques et langage doit privilégier les mathématiques.

37Dans sa relation avec l’empirisme logique et d’autres positions de la philosophie des sciences de son époque, la philosophie de Bachelard est marquée par son volontarisme envers la prise en compte épistémologique du rôle spécifique des mathématiques dans les sciences naturelles. J’ai montré que Bachelard a développé cette position dans une confrontation différenciée et active avec les conceptions de l’empirisme logique. S’il ne faut pas négliger les implications considérables de l’épistémologie bachelardienne pour la philosophie des sciences, cette thèse veut différencier, sinon réviser, sa « position antagoniste » à l’empirisme logique.

Notes

1 Voir par exemple P. Bourdieu, J.-C. Chamboredon, J.-C. Passeron, Le métier de sociologue. Préalables épistémologiques, Berlin/New York, Mouton De Gruyter, 2005 ; ainsi que M. Sanner, Du concept au fantasme, Paris, PUF, 1983. Sur la réception de Bachelard par le biais de celle de Louis Althusser, voir par exemple : R. Pfaller, Althusser : Das Schweigen im Text. Epistemologie, Psychoanalyse und Nominalismus in Louis Althussers Theorie der Lektüre, Munich, Fink, 1997.

2 Toutes les citations en anglais et en allemand sont traduites par Franck Loric, sauf mention contraire.

3 Voir par exemple H.-J. Rheinberger, « A Plea for a Historical Epistemology of Research », Journal for General Philosophy of Science, 43, 2012, p. 105-111.

4 Voir G. Gutting (dir.), Continental Philosophy of Science, Malden (Mass.), Blackwell, 2005 ; voir Id., « What Have We Been Missing? Science and Philosophy in Twentieth-Century French Thought », dans B. Leitner, M. Rosen (dir.), The Oxford Handbook of Continental Philosophy, Oxford, Oxford University Press, 2007, p. 180-209.

5 Voir par exemple D. Lecourt, L’épistémologie historique de Gaston Bachelard, Paris, Vrin, 2002, p. 114 ; G. Gutting (dir.), « Introduction: What Is Continental Philosophy of Science? », dans G. Gutting. Continental Philosophy of Science, op. cit., p 1-16, ici p. 2. Pour confronter d’une manière plus générale l’épistémologie de Bachelard à l’approche analytique de la philosophie des sciences voir M. Tiles, Bachelard. Science and Objectivity, Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

6 Voir sur ce sujet S. Pravica, Bachelards Tentative Wissenschaftsphilosophie, Vienne, Passagen, 2015.

7 En français dans le texte. Voir R. Carnap, H. Reichenbach (dir.), Einheit der Wissenschaft. Prager Vorkonferenz der internationalen Kongresse für Einheit der Wissenschaft : 1934, Leipzig, Meiner, 1934, p. 1-2.

8 Voir F. Stadler « Wien-Berlin-Prag. Zum Aufstieg der wissenschaftlichen Philosophie », dans R. Haller, F. Stadler (dir.), Wien-Berlin-Prag. Der Aufstieg der wissenschaftlichen Philosophie, Vienne, Hölder/Pichler/Tempsky, 1993, p. 17, 28, 31-33.

9 Voir G. Bachelard, Le rationalisme appliqué, Paris, PUF, 1986, p. 47.

10 Voir S. Körner, Philosophie der Mathematik. Eine Einführung, Munich, Nymphenburger Verlagsbuchhandlung, 1968, p. 25, 37, 38. Bien que le programme logiciste n’ait pu aboutir, son influence sur les orientations méthodologiques, le débat et les problèmes de l’empirisme logique a cependant été durable.

11 Voir B. Russell, My Philosophical Development, Londres/New York, George Allen/Unwin Simon and Schuster, 1959, p. 74.

12 Voir S. Körner, Philosophie der Mathematik, op. cit., p. 38.

13 Voir A. D. Irvine, « Principia Mathematica », dans Edward N. Zalta (dir.), The Stanford Encyclopedia of Philosophy (édition hiver 2010, http://plato.stanford.edu/archives/win2010/entries/principia-mathematica/, consulté le 5 avril 2017)

14 Voir S. Körner, Philosophie der Mathematik, op. cit., p. 38-39 ; voir G. Frege, Grundlagen der Arithmetik : Eine logisch-mathematische Untersuchung über den Begriff der Zahl [1884], Hildesheim et al., Olms,1990) ; et Id., Grundgesetze der Arithmetik : begriffsgeschichtlich abgeleitet I/II [1893-1903], Paderborn, Mentis, 2009.

15 Voir S. Körner, Philosophie der Mathematik, op. cit., p. 60.

16 A. Soulez, « Der Neurath-Stil, oder: der Wiener Kreis, Rezeption und Rezeptionsprobleme auf den Kongressen 1935 und 1937 in Paris », dans E. Nemeth, N. Roudet (dir.), Paris–Wien. Enzyklopädien im Vergleich, Vienne/New York, Springer, 2005, p. 121-149 ; ici p. 130-131. Voir B. Russell, Our Knowledge of the External World. As a Field for Scientific Method in Philosophy, Londres, Allen & Unwin, 1926.

17 Voir H. Reichenbach, Grundzüge der symbolischen Logik (Gesammelte Werke, t. VI, éd. par A. Kamlah et M. Reichenbach), Brunswick/Wiesbade, Vieweg, 1999, p. 1/2.

18 Ibid., p. 2.

19 Voir M. Friedman, « Coordination, Constitution, and Convention. The Evolution of the A Priori in Logical Empiricism », dans A. Richardson, T. Uebel (dir.), The Cambridge Companion to Logical Empiricism, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 191-227, ici p. 191 ; voir R. Carnap, Der logische Aufbau der Welt [1928], Hambourg, Felix Meiner, 1998.

20 Voir M. Friedman, « Coordination, Constitution, and Convention », art. cité, p. 91-92.

21 Ibid., p. 92.

22 Voir M. Tiles, Bachelard, op. cit., p. 74.

23 Voir ibid., p. 73-74.

24 Voir H. Hahn, « Die Bedeutung der wissenschaftlichen Weltauffassung, insbesondere für Mathematik und Physik », Erkenntnis, 31/1, 1930, p. 96-105, ici p. 100.

25 Voir S. Körner, Philosophie der Mathematik, op. cit., p. 25.

26 Voir F. P. Hansen, Geschichte der Logik des 19. Jahrhunderts. Eine kritische Einführung in die Anfänge der Erkenntnis- und Wissenschaftstheorie, Wurtzbourg, Königshausen & Neumann, 2000, p. 114.

27 Voir O. Neurath, Wissenschaftliche Weltauffassung, Sozialismus und Logischer Empirismus, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1979, p. 89 ; ainsi que L. Krüger (dir.), Erkenntnisprobleme der Naturwissenschaften. Texte zur Einführung in die Philosophie der Wissenschaft, Cologne/Berlin, Kiepenheuer und Witsch, 1970, p. 14-15.

28 M. Tiles, Bachelard, op. cit., p. 6-7.

29 Voir F. P. Hansen, Geschichte der Logik des 19. Jahrhunderts, op. cit., p. 117 ; M. Tiles, Bachelard, op. cit., p. 8.

30 Voir O. Neurath, Wissenschaftliche Weltauffassung, op. cit., p. 89.

31 Cité d’après F. P. Hansen, Geschichte der Logik des 19. Jahrhunderts, op. cit., p. 120 ; F. Waismann, Logik, Sprache Philosophie, Stuttgart, Reclam, p. 43.

32 Voir F. P. Hansen, Geschichte der Logik des 19. Jahrhunderts, op. cit., p. 114.

33 Voir H. Roos, F. Schmidt, G. Behse, « Grammatik », dans J. Ritter (dir.), Historisches Wörterbuch der Philosophie, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, t. 3, 1974, p. 846-860.

34 Ibid., p. 855.

35 Voir ibid., p. 850.

36 F. P. Hansen, Geschichte der Logik des 19. Jahrhunderts, op. cit., p. 114-115.

37 M. Schlick, Philosophische Logik, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1986, p. 279 ; cité d’après F. P. Hansen, Geschichte der Logik des 19. Jahrhunderts, op. cit., p. 122-123 (en italique dans l’original).

38 Voir H. Roos, F. Schmidt, G. Behse, « Grammatik », art. cité, p. 860.

39 Voir G. Gutting, « Scientific Methodology », dans W. H. Newton-Smith (dir.), A Companion to the Philosophy of Science, Malden (Mass.) et al., Blackwell, 2000, p. 423-432, ici p. 427.

40 Voir A. Soulez, « Der Neurath-Stil », art. cité, p. 124, 131-132.

41 Voir ibid., p. 132.

42 Voir ibid.

43 Voir ibid., p. 131.

44 Ibid., p. 124.

45 Voir G. Bachelard, Le nouvel esprit scientifique [1934], Paris, PUF (Quadrige), 1991, p. 64, 114, 123-125.

46 Voir ibid.

47 Voir H. Reichenbach, « Sur les fondements logiques de la probabilité », Recherches philosophiques, 35/4, 1934, p. 361-370.

48 Voir P. Schöttler, « 13, rue du Four: Die “Encyclopédie Française” als Mittlerin französischer Wissenschaft in den 1930er Jahren », dans E. Nemeth, N. Roudet (dir.), Paris–Wien op. cit., p. 179-204, ici p. 193.

49 Voir par exemple G. Bachelard, « Hans Hahn. Logique, mathématiques et connaissance de la réalité, 1935 », Recherches philosophiques, 36/5, 1935, p. 448-450 ; Id., « Hans Reichenbach. Wahrscheinlichkeitslehre, 1935 », Recherches philosophiques, 36/5, 1935, p. 446 ; Id., « Hans Reichenbach. Atom und Kosmos. Das physikalische Weltbild der Gegenwart, 1930 », Recherches philosophiques, 1/32, 1931, p. 377-378.

50 Karl Popper occupe une position particulière par sa critique de l’empirisme logique, il est pour autant acceptable de se référer à lui en tant que membre du mouvement. Voir F. Stadler, Studien zum Wiener Kreis. Ursprung, Entwicklung und Wirkung des Logischen Empirismus im Kontext, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1997, p. 512-524.

51 Voir G. Bachelard, « Karl Popper. Logik der Forschung. Zur Erkenntnistheorie der modernen Naturwissenschaft, 1935 », Recherches philosophiques, 36/5, 1935, p. 446-448.

52 Voir ibid., p. 446.

53 Voir ibid.

54 Voir H. Reichenbach, Wahrscheinlichkeitslehre. Eine Untersuchung über die logischen und mathematischen Grundlagen der Wahrscheinlichkeitsrechnung, Leyde, Sijthoff, 1935.

55 Voir G. Bachelard « Hans Reichenbach. Wahrscheinlichkeitslehre, 1935 », Recherches Philosophiques, 36/5, 1935, p. 446-448, ici p. 448.

56 Voir ibid., p. 447.

57 Voir ibid.

58 Voir G. Bachelard, « Hans Reichenbach. Atom und Kosmos », art. cité, p. 377-378.

59 Voir ibid.

60 Voir G. Bachelard, « Hans Reichenbach. Wahrscheinlichkeitslehre, 1935 », art. cité, p. 447.

61 Voir F. Stadler, Studien zum Wiener Kreis, op. cit., p. 693-703.

62 G. Bachelard, « Hans Hahn », art. cité, p. 448.

63 Ibid., p. 449.

64 Ibid.

65 Voir ibid.

66 Voir ibid., p. 450.

67 Ibid.

68 L. Wittgenstein, Remarks on the Foundations of Mathathematics, Oxford, Basil Blackwell, 1967, p. 84 (en italique et majuscules dans l’original). La référence à un passage correspondant dans Wittgenstein se trouve dans M. Tiles, Bachelard, op. cit., p. 114. Il faut aussi remarquer que Wittgenstein a repris et développé la notion de « grammaire » – y compris dans la confrontation critique avec la philosophie de l’empirisme logique, à laquelle il a lui-même beaucoup contribué – de manière spécifique pour conduire à une nouvelle approche philosophique du langage. Sur la pensée de Wittgenstein concernant les mathématiques, voir par exemple L. Wittgenstein, Philosophische Grammatik, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1973, p. 243-485.

69 Voir, pour plus de détail, S. Pravica, Bachelards Tentative Wissenschaftsphilosophie, Vienne, Passagen, 2015, p. 83-136.

70 G. Bachelard, « Physique et métaphysique », dans Septimana Spinozana : Acta conventus oecumenci in memoriam Benedicti de Spinoza diei natalis trecentissimi Hagae Comitis habiti, Hagae Comitis, Nijhoff, 1933, p. 74-84, ici p. 76-77.

71 Voir ibid., p. 77.

72 G. Bachelard, Le rationalisme appliqué, op. cit., p. 180 (en italique dans l’original).

73 Voir A. Soulez, « Der Neurath-Stil », art.  cité.

74 Voir ibid., p. 129.

75 Voir ibid., p. 132-133. Voir L. Couturat, « Sur la structure logique du langage », Revue de métaphysique et de morale, 1912, p. 1-24.

76 Voir A. Soulez, « Der Neurath-Stil, oder »,art. cité, p. 131.

77 Voir ibid.

78 Voir ibid., p. 133.

79 Ibid.

80 Ibid., p. 141.

81 Voir ibid.

82 Voir ibid., p. 141-142.

83 Voir ibid., p. 142.

84 Voir G. Bachelard, « Pensée et langage », Revue de synthèse, 1934, p. 81-86 et 237-249.

85 Voir ibid., p. 81 ; voir Charles Serrus, Le parallélisme logico-grammatical, Paris, Alcan, 1933.

86 G. Bachelard, « Pensée et langage », art. cité, p. 81-82.

87 Ibid., p. 82.

88 Ibid., p. 85.

89 Ibid.

90 Ibid., p. 86. Bachelard cite ici Serrus, Le parallélisme logico-grammatical, op. cit., p. 73.

91 Voir G. Bachelard, « Pensée et langage », art. cité, p. 85.

92 Voir ibid.

93 Ibid.

94 Ibid.

95 Ibid.

96 Voir G. Bachelard, Le nouvel esprit scientifique, p. 11.

97 Ibid.

98 Ibid., p. 35.

Auteur

Technische universität Berlin - Hochschule für gestaltung, Karlsruhe

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search