Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Les territoires de la grâce : l’évêché de Mazara (1430-1450)

Henri Bresc

Texte intégral

  • 1 A. Vauchez (dir.). Lieux sacrés, lieux de culte, sanctuaires, Rome 2000.
  • 2 The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford 2000.

1L’étude des sanctuaires médiévaux, animée par l’École française de Rome1, débouche sur l’exploration de ce que l’on appelle la « spatialisation du sacré ». Dans la tradition de recherche héritière des travaux pionniers d’Alphonse Dupront, on peut envisager maintenant des études régionales qui traitent l’ensemble d’un territoire. Il conviendra cependant de se dégager d’une perspective « naturaliste », qui a longtemps été adoptée par les chercheurs, ainsi que d’un certain finalisme des historiens modernistes. On peut se référer aux critiques présentées par Peregrine Horden et Nicholas Purcell dans un ouvrage méthodique, quelque peu provocateur, mais éclairant par les comparaisons systématiques qu’il apporte2. C’est à eux que j’emprunte ce titre de « territoires de la grâce », qui a pour intérêt de bien marquer le refus de la continuité entre passé païen et monde chrétien. Ce refus a été particulièrement fort en Sicile et les chercheurs qui ont envisagé l’hagiographie locale, Salvatore Pricoco et Francesco Scorza Barcellona en particulier, l’ont amplement mis en lumière. Le livre d’Horden et Purcell synthétise de nombreuses études et constitue une précieuse « boîte à outils » ; on en retiendra trois remarques essentielles : la topographie fragmentée de l’espace méditerranéen, l’émergence conjointe des lieux saints et des centres politiques, le caractère sauvage des sites montagneux et forestiers, de la mer. Les lieux saints ont donc, pour les auteurs cités, une triple fonction : assurer la connexion générale entre les terroirs, assurer la cohérence de ces unités, domestiquer et rendre familière la nature sauvage. L’ensemble est placé sous l’égide du concept de « connectivité ». L’élaboration de ces hypothèses a été menée à partir d’études qui portent sur l’Antiquité, sur la période moderne et sur l’Islam syrien subcontemporain. Le Moyen Âge, pauvre d’informations globales, ne permet guère de les vérifier.

  • 3 P. Sella, Rationes decimaram Italiæ ; nei secoli xiii e xiv. Sicilia, Cité du Vatican 1944.
  • 4 D. Taranto, La diocesi di Mazara nel 1430 : il « Rivelo » dei benefici, Mélanges de l’École frança (...)
  • 5 R. Pirri, Sicilia sacra, troisième édition revue par A. Mongitore, Palerme 1733.
  • 6 Il manque pour la Sicile l’équivalent de l’inventaire et de l’interprétation réalisés pour la Prov (...)

2L’évêché de Mazara, choisi pour cette tentative, dispose de sources relativement abondantes : décimes apostoliques3 et Rivelo de 1430-14354 s’ajoutent à l’ouvrage de Rocco Pirri5 et aux monographies locales pour permettre l’élaboration d’un fichier des dédicaces d’églises, de chapelles et d’autels. Il comporte, entre 1100 et 1460, 286 invocations, concentrées sur les années 1430-1460. Une vingtaine de dédicaces, autels et chapelles, sont concentrées dans les églises principales des bourgs et des villes. Dans l’ensemble, la part rurale est faible : 70 dédicaces, une sur quatre, mais la proportion est plus élevée si l’on ne tient compte que des églises. Les lieux de culte ruraux sont les plus difficiles à localiser ; l’absence d’habitat dispersé limite la continuité du culte et du toponyme. La localisation, en Sicile, est d’ailleurs toujours difficile et quelquefois incertaine, faute d’étude en aval6.

3On envisagera successivement le rôle des sanctuaires ruraux dans la construction de l’espace de l’évêché, puis des terroirs municipaux, enfin la relation avec la nature. Les caractères originaux de l’histoire de la Sicile sont bien connus : rechristianisation tardive, après la longue période de l’islamisation, abandon de nombreux sites habités au xiiie siècle, renouvelé par les désertions du début du xive, immensité des terroirs agricoles de chacune des villes et des bourgs que l’on nomme « terres ». L’évêché de Mazara est ainsi divisé en vastes unités ; une première hypothèse partira de la nécessité de multiplier les églises rurales pour lier un pays vide en établissant fêtes et pèlerinages. Les terroirs municipaux, immenses, ne présentent aucune cohérence et on supposera l’exigence d’établir une liaison entre le centre du terroir et sa périphérie en établissant des familles de noms et de dévotions, en rattachant l’église de campagne à celle qui est à l’intérieur des murs, le for et l’intus par un lien rituel (procession, « litanie », rythme des fêtes). Quant à la nature sauvage, dans cet espace, elle est d’abord représentée par la mer.

LES ÉGLISES DU DIOCÈSE DE MAZARA

  • 7 Al.- Harawî, Guide des lieux de pèlerinage, trad. J. Sourdel-Thomine, Damas 1957, p. 124.

4On n’ignorera pas la préhistoire du culte dans l’évêché de Mazara : le voyageur musulman Harawî, qui rédige en 1190 un précis des ziyâras, lieux vénérés et visités de tout le monde islamique7, et qui a parcouru personnellement la Sicile, signale en particulier les pèlerinages des musulmans aux tombes de Marsala et de Trapani. Dans les premières sont ensevelis sept compagnons de la conquête (il ne peut évidemment s’agir de Compagnons du Prophète), et le second lieu est l’oratoire où est enterrée ̒Â’isha, fille du frère d’Abû Dharr, Compagnon et patron de l’ascétisme et des pratiques du mysticisme sûfî. Il signale ainsi l’originalité de la dévotion musulmane sicilienne : vénération des héros fondateurs et conquérants, adhésion précoce à l’ascétisme et à la contemplation. Notons la profondeur de la rupture qui se place sous Frédéric II, la disparition des lieux de culte et de vénération musulmans et l’effacement massif des toponymes qui étaient liés à ces cultes.

  • 8 J. Johns, Una nuova fonte per la geografia e la storia della Sicilia nell’xi secolo : il Kitâb gha (...)

5Cette islamisation n’a sans doute pas été totale et des transmissions de dévotion ou la vénération d’un lieu de culte peuvent relier le xiie siècle à la chrétienté arabe et byzantine : une « contrada » Chinisia (« église » en arabe) sépare ainsi les territoires municipaux de Marsala et de Trapani. Nous savons également maintenant que le site de San Vito lo Capo a gardé son nom, et probablement une forme de vénération, sous la domination musulmane8. Mais il ne reste par exemple aucun souvenir du puissant monastère byzantin de Saint-Jean de l’île de Pantelleria, ravagé vers 800, sauf le toponyme Monastir, et la rareté des générations les plus anciennes de noms, des saints siciliens et africains caractéristiques de la Sicile ostrogothique, vandale et byzantine, confirme la netteté de la rupture.

Les saints du diocèse

6Une brève étude des dédicaces montre une forte présence du culte mariai : 43 invocations, dont 20 vont à la Vierge, et 23 à des figures particulières (Santa Maria de Jhesu, la Vierge de Misericordia, Montserrat, la Vierge de Partu, la Vierge de Pietate, la Riccumandata, la Vierge del Soccorso, l’Annunciata). Les autres saints majeurs sont Nicolas (vingt invocations), Jean (seize), Antoine et Pierre (neuf), André, Côme et Damien, Catherine, Jacques et Léonard (huit). Parmi les saints qui ont une attache locale plus forte, on compte Julien (qui donne son nom à Monte San Giuliano, aujourd’hui Erice), Gui (Vito), Olive, mais les dédicaces qui leur sont consacrées ne sont pas nombreuses.

  • 9 Dans son mémoire inédit de l’École française de Rome, La re-christianisation de la Sicile et le cu (...)

7Les saints proprement siciliens (Agathe, Calogero, Cataldo, Gandolfo, Lucie, Olive, Placide, sans doute aussi Grégoire, Léon et Sylvestre) occupent des places au bas de l’échelle. On note que manquent ici les saints de la Sicile orientale, présents dans d’autres diocèses. Cette configuration confirme la reconstitution du sanctoral au xiie siècle sur une base universelle et sans volonté de « recoudre » une histoire religieuse déchirée, comme l’a noté Annliese Nef9. Le culte est ancré sur un fondement catholique, c’est-à-dire universel. On retrouvera l’absence de souci de favoriser les saints locaux dans l’échec d’Albert, qui n’a d’église aux xive et xve siècles qu’à Monte San Giuliano, sa « terre » de naissance et qui ne s’implante nulle part dans l’évêché, même dans les couvents carmélitains.

8Les saints à forte connotation grecque (Dominica, Élie, Georges, Pantaléon, Théodore, Théodose, Venera) sont moins nombreux encore, et fort mal représentés : une seule dédicace à Pantaléon, le monastère grec établi dans l’île de Mozia. La base grecque ici est étroite et peu diversifiée ; le culte en langue grecque est faiblement implanté : on ne compte que deux églises dites de la Madone de Grecis (Monte San Giuliano et Trapani).

9Au contraire, le groupe des Auxiliateurs (Agathe, Catherine, Christophe, Érasme, Pantaléon, Sébastien) est présent dans tous les échelons de la gamme. Antoine, qui leur est apparenté, est encore plus populaire, présent dans chacune des « terres », sauf à Carini ; en Sicile, comme partout, il est lié à l’ordre viennois, donc à la cure du « feu Saint-Antoine ». Les saints médecins, comme dans toute la Sicile, paraissent de manière capillaire : les Anargyres Côme et Damien, Pantaléon. Si l’on ajoute Léonard et Julien, invoqués par les prisonniers, ou encore Nicolas, souvent compté parmi les Intercesseurs, on déduit que la recherche de l’intercession joue un rôle majeur dans la pratique religieuse du diocèse.

La géographie des intercessions

10La cité de Mazara et les « terres » anciennes (Alcamo, Calatafimi, Carini, Marsala, Monte San Giuliano, Salemi, Trapani) auxquelles viennent s’ajouter trois « terres » nouvelles, Castelvetrano, et Gibellina se distinguent par des dévotions particulières ou par des constellations d’invocations originales. On peut proposer un regroupement suivant plusieurs modèles.

11Mazara et Marsala sont ancrées dans des dévotions traditionnelles, qui remontent au xiie siècle et témoignent d’une présence grecque efficace : Mazara compte ainsi une invocation à Venera, une à Agathe, une à Calogero, une à Théodore, une à Gui (Vito), tandis que Marsala (vingt-deux églises, dont cinq rurales) manifeste une forte présence monastique grecque (monastère de la Grotta, métoque de Saint-Pantaléon, Santa Venera hors les murs) et honore aussi les saints siciliens (Olive, Pancrace lié ici à André). Elle présente aussi la forte originalité d’une dédicace de la Matrice à Thomas Becket, saint introduit et honoré par la dynastie normande.

12Au contraire, Trapani, Monte San Giuliano et Salemi constituent un pôle de l’innovation religieuse, dévotion mariale, perméabilité aux mouvements et aux cultes venus de l’extérieur, appel multiforme aux Intercesseurs. Trapani, très riche d’églises et de chapelles (soixante-dix dédicaces) manifeste une intense dévotion à la Vierge (onze églises ou chapelles), à Jean également (quatre églises ou chapelles) et à Catherine (deux). L’appel aux Intercesseurs est exceptionnellement dense (un Saint-Érasme, deux Saint-Léonard) ainsi que le culte de saint Julien : ce dernier compte quatre églises, trois à l’intérieur du périmètre urbain (de la discipline, de l’Isula, de Lukisi), et une hors les murs, Saint-Julien de la Punta. Ouverte sur le monde par son port très actif, Trapani adopte précocement des cultes et les titres nouveaux : l’Ascension, Élizabeth, Jésus. Monte San Giuliano se caractérise également par un grand nombre d’églises, quarante-deux, et par des dévotions exceptionnelles (Albert, Gui/Vito, Sébastien, Ursule). Une nouveauté est remarquable à Salemi, la précocité d’une dédicace à la Conception de la Vierge. Castel vetrano, « terre » minuscule (huit églises également), est remarquable par l’adoption de saint Gandolfo comme patron de l’église en 1346 et de la confrérie en 1458, et de sainte Claire, dans un simple bénéfice. Ces dévotions sont sans doute importées par la famille baronniale des Tagliavia qui a assuré le croissance de l’habitat.

Les fonctions des saints

13Peut-on distinguer à travers les dédicaces des fonctions spécifiques ? Les paroisses majeures, les matrici, sont dédiées, comme dans toute la Sicile, à la Vierge et à saint Nicolas de Bari. On compte quatre invocations à Marie : Alcamo, Carini, Castelvetrano, Monte San Giuliano, plus deux sites abandonnés, Bonifato et Calathamet. Les Nicolas sont trois, Castellammare del Golfo, Gibellina et Salemi. L’originalité réside dans deux dédicaces au Sauveur, à Mazara (cathédrale, il est vrai) et à Partanna. On note enfin une certaine dispersion : saint Pierre à Trapani (mais le rôle d’une forte église de Saint-Nicolas, siège des assemblées communales, fait soupçonner une ancienne matrice), saint Sylvestre à Calatafimi, saint Thomas Becket à Marsala.

14Le mouvement confraternel est massif dans l’évêché comme dans toute l’île au xive et au xve siècle ; le diocèse compte au moins trente confréries, attestées par notre documentation au tournant du siècle, entre 1435 et 1450. L’implantation en est particulièrement forte à Trapani (huit sociétés de discipline) et à Salemi (sept), plus modeste à Monte San Giuliano, Marsala et Alcamo (trois), légère à Mazara, Calatafimi et Castelvetrano (deux). La confrérie semble inconnue enfin à Carini. On retrouve, à l’évidence, les deux pôles, d’innovation et de tradition, que les invocations avaient dessinés. Les saints patrons diffèrent des invocations d’églises et surtout de paroisses : Jean, Michel, Antoine, Barthélemy, Gilles et Lucie sont les plus populaires. La Madone ne manifeste ici aucune hégémonie ; les saints auxiliateurs sont deux seulement. La dispersion est extrême, sans lien fort avec les dévotions mendiantes. Mais deux au moins de ces saints patrons sont liés à la gestion hospitalière : Antoine et Michel, tous deux à Calatafimi. Ce sont des confréries urbaines. Une seule a son siège dans une église sise hors les murs, à Mazara, celle de Saint-Barthélemy dans les grottes qui bordent le fleuve Mazaro.

Église et connectivité

15Foires et pèlerinages assurent des relations à courte et à longue distance. Aucun lien ne semble s’établir entre eux. Les foires attestées sont d’abord liées aux invocations des églises matrici : le 6 août à Mazara pour la fête du Sauveur, le 9 mai à Salemi pour l’anniversaire de la dédicace de Saint-Nicolas de Myre. D’autres posent problème : à Trapani, la foire d’août pourrait être dédiée à saint Albert, honoré le 7 ; ce serait un indice de sa popularité hors de sa ville natale. À Alcamo, enfin, la foire de mai, organisée entre le 16 et le 26, ne semble pas liée à un culte local. Foires de printemps, avant la moisson, et d’été, aussitôt après celle-ci, scandent avec bonheur l’année agricole. Elles s’accordent avec le rythme de l’année marchande, importation des draps aux foires de printemps, exportation des grains à la fin de l’été. Ce n’est pas toujours le cas dans le reste de l’île : fêtes et foires peuvent ne pas concorder.

  • 10 A. Giuffrida, Itinerari di viaggi e trasporti, Storia della Sicilia 3, Naples 1980, p. 470-481, p. (...)

16D’autres églises accueillaient des pèlerins. Elles ouvrent largement le diocèse sur la Sicile : le grand pèlerinage à Monte San Giuliano pour l’Assomption10 se rattache sans doute à l’église matrice, on y vient au xve siècle depuis Palerme ; le monastère de Santa Maria de l’Abita reçoit en 1438 des pèlerins de Termini. Quant à l’Annunciata d’Alcamo, construite vers 1360, les miracles qui y sont survenus et l’affluence des pélerins justifient les indulgences accordées. Une autre église, rurale celle-ci, Santa Maria de Mariviridi, dans une île près de Marsala, avait été construite par des pèlerins ; en ruine en 1449, elle est restaurée. Il est probable en outre que le sanctuaire de saint Gui, au Capo San Vito, recevait déjà des visiteurs au long cours. Le pèlerinage et la foire s’accordent donc bien, ici, pour assurer une circulation et une respiration plus vaste de l’évêché.

17La surprise est de ne rencontrer aucun hôpital de campagne dans le diocèse. On en compte quelques-uns en Sicile depuis le xiie siècle, liés aux ordres de Saint-Antoine et de Saint-Jacques d’Altopascio ; ici, tous les établissements identifiés sont urbains.

LES TERROIRS MUNICIPAUX

Églises de casaux et établissements ruraux

18L’établissement des églises dans les casaux s’est généralement accompli entre xiie siècle (à l’est) et xiiie (à l’ouest de l’île). Dans le diocèse de Mazara, les notices sont tardives et les casaux rares : un Saint-André apparaît dans un document très incertain de 1139 sur les limites d’Entella et de Misilindino pour devenir une des églises de Partanna. Saint-Nicolas est l’église du casal de l’Abita en 1308, à 3 km de l’actuelle Gibellina et le titre est transmis à Gibellina lors de sa fondation ; quant à Arcudaci, signalé en 1308 comme archiprêtré, le titre en est sans doute conservé par le toponyme Cozzo San Giovanni, à 500 m du bourg disparu.

19La présence d’églises dans certains casaux du xiie ou du xiiie siècle peut se déduire aussi des hagiotoponymes que prennent des fiefs bien attestés comme casaux. Ils portent un nom arabe, puis adoptent un nom de saint, mais la date de fondation de la chapelle reste inconnue : ainsi de San Bartolomeo, nom du fief qui remplace le casal Abdelvachate attesté en 1111 (aujourd’hui La Bianca au terroir de Mazara). Le fief Farchina de Marsala, attesté en 1131 et possession du monastère de Sainte-Marie de la Grotta, prend le toponyme de Sant’ Angelo au xve siècle. On compte enfin trois fiefs dont on ne sait encore rien : San Leonardo à la limite de Montelepre ; Saint-Nicolas de Cursono à Salemi, peut-être possession de la Matrice, consacrée à Nicolas, et Saint-Hippolyte à Calatafimi.

20Certaines églises, hors les murs, portent des noms typiques des paroisses de casal : Saint-Nicolas près du fief Cirasia à 2 km au sud de Carini, et, dans le terroir de Trapani, Saint-Nicolas de Menta, prieuré en 1308, et Sainte Marie de Custonaci, attestée en 1435. D’autres sont liées au nom du fief, sans qu’on sache si c’est un casal ancien : Saint-Jacques de Rachalia (Racalia, à 5 km de Marsala), peut-être identique à l’église « normande » des Saints-Philippe-et-Jacques encore visible sur ce site, et Santa Maria de Succurso de Bufatati, à 6 km au nord-est de Marsala.

21L’ensemble suggère une faible Christianisation des habitats ruraux, semblable à celle de l’archevêché de Monreale, qu’on peut opposer à une présence intense de l’église de casal en Valdemone, dans les diocèses de Messine et de Cefalù, et à une christianisation irrégulière, mais dense en certains points, dans les diocèses de Girgenti, de Catane et de Syracuse. Deux raisons concourent à expliquer ce désert : la forte présence musulmane jusqu’en 1240 et la faible recréation d’habitats dispersés à la fin du xiiie et au début du xive siècle. Peu d’églises rurales, donc, ont été construites au xiie, et les casaux abandonnés vers 1325 paraissent plutôt de grosses fermes que des villages. Si des chapelles y avaient été construites, elles n’ont guère laissé de traces.

Monastères et prieurés ruraux

22Le diocèse de Mazara comptait seulement trois monastères tardifs et quelques prieurés ruraux, au total une dizaine d’établissements ruraux. Le monastère bénédictin de Sainte-Marie de l’Abita avait été construit, en 1383, par Enrico Vintimille, seigneur du casal Abita. Celui de Sainte-Marie de Belripayri, dans le bois de Berribaida, avait été fondé en 1403. Quant à celui de Saint-Benoît de Borgetto, construit à la fin du xive siècle, il gravite sur Palerme. Mais d’autres établissement sont anciens : la Sainte-Trinité de Delia était un monastère cistercien, d’origine normande probable, réduit au statut de dépendance du Spirito-Santo de Sornione. Santa Maria delle Giummare, établissement de moines grecs, sans doute du xiie siècle, était passé à l’ordre bénédictin et avait été donné comme dépendance au monastère de Gangivecchio. Saint-Pantaléon, fondé en 1128, Saint-Ange, à huit milles de Mazara, Saint-Jean au cap Boeo et Sainte-Vénéra hors les murs de Marsala étaient des dépendances de Santa Maria della Grotta de Marsala, elle-même rattachée au monastère grec de Palerme du même titre. Saint-Nicolas de Menta, enfin, au terroir de Trapani, était une grange du monastère cistercien de Fossanova et Saint-Jean-Baptiste de Castelluzi, près de Calatafimi, un prieuré de Santa Maria de Positano (dans la péninsule amalfitaine).

23Très peu de monastères ruraux, donc, mais d’assez nombreuses dépendances qui fonctionnent comme centres d’administration des revenus. Un « maître » y perçoit les terrages et les charnages, redevances à part de fruit, sur les entrepreneurs de cerealiculture et d’élevage, locataires de la terre. Le rôle joué par les établissements monastiques peuplés en permanence paraîtra donc ici plus économique que religieux : il n’y a pas de population dispersée à prendre en charge et seul le pèlerinage, stimulé par l’obtention d’indulgences, raccorde le monastère de l’Abita au réseau de dévotions du diocèse et de la Sicile.

La christianisation du terroir

24Elle paraît plus ou moins intense selon les terroirs, mais il faut rester prudent, les sources sont loin d’être parfaites. La présence de chapelles est plus forte, ou mieux attestée dans les terroirs de Mazara (neuf églises rurales sur trente-huit), d’Alcamo (sept sur vingt-neuf), de Carini (quatre sur huit), de Castelvetrano (quatre sur huit également), de Monte San Giuliano (neuf sur quarante-cinq), de Salemi (six sur trente-neuf) et de Trapani (seize sur soixante-treize). Cette présence est plus faible dans les terroirs de Calatafimi (quatre sur quinze) et de Marsala (cinq sur vingt-trois), mais la proportion de chapelles rurales oscille toujours autour de 25 %.

25Les chapelles connues ne semblent pas constituer un réseau de défenses, un glacis, comme dans la Provence moderne : les dédicaces aux Auxiliateurs (Catherine, Érasme, Georges, Gui, Marguerite, Pantaléon) sont peu nombreuses, à peine onze, une sur six, et, même en leur ajoutant des saints militaires (Ange, Théodore), protecteurs des pèlerins (Julien et Léonard) et guérisseurs (Côme et Damien), on n’atteint qu’à vingt sur soixante-dix. On ne repère en particulier ni chapelle dédiée à Roch, ni à Sébastien. Pas de saints « pesteux », ni de saints médecins, en dehors des Anargyres et de Pantaléon. A Trapani, seulement deux des onze églises sont consacrées à des Auxiliateurs, Érasme et Georges, et cinq à des saints qui peuvent passer pour leurs substituts (Ange, Côme et Damien, Julien, Léonard, Théodore).

26Quelle est donc la liaison qui unit la population du centre habité et les chapelles de périphérie ? En Sicile, les confréries sont rares à s’installer dans une église hors les murs, et il n’y a de lien local entre propriété et protection assurée par le lieu saint que dans les quartiers de vignes, autour de Trapani (la Madeleine, Saint-Placide). Mais il peut y avoir une mémoire d’anciens habitats et vénération collective, quasi confrérique, pour un lieu de culte conservé ou ruiné. À Calatafimi, en 1442, un notaire et deux autres habitants recrutent un maçon de Trapani pour construire l’église de Saint-Léon sur le Monte Barbaro de Ségeste. La minuscule chapelle est bâtie sur l’emplacement de l’église de l’habitat du xiie siècle. C’est l’indice d’une longue tradition renouée.

  • 11 Dans sa préface à Frœschlé-Choppard, La religion populaire, cité supra n. 6, p. 10-11.

27Alphonse Dupront voyait dans l’hagiotoponymie des écarts « le souvenir des plus anciens lieux de culte, [...] églises-mères plus ou moins enfouies dans un mystère de mémoire11 ». La Provence oppose en effet les saints anciens, locaux, des vieux établissements et un réseau appauvri d’églises paroissiales consacré aux nouveaux saints universels. C’est aussi le cas en Sicile là où la rechristianisation du xiie siècle a pris appui sur les structures subsistantes de l’église grecque. Il n’en va pas de même dans le diocèse de Mazara, où l’hagiotoponymie rurale est pauvre en saints « grecs » (Léon, Pantaléon, Philippe et Jacques) et « siciliens » (Gui. Vénéra) ; l’ensemble ne compte que sept églises. Si les invocations comprennent des saints anciennement révérés en Sicile (Hippolyte, Théodore, Théodose, trois églises au total), elles se réfèrent plus largement au xiie siècle (Antoine, Cataldo, Laurent, Léonard, Nicolas, Placide, Tous les saints, au total vingt sanctuaires). Mais elles n’ignorent pas des dévotions plus modernes (l’Annunziata carmélitaine, la Madone del Soccorso, à Bufalati, « contrada » de Marsala, et Santa Maria di Gesù, invocation typique des observants franciscains). Ce qui indique un certain taux de renouvellement, de nouvelles fondations, dans un paysage globalement conservateur.

Fêtes, pardons (et foires ?)

28Le rôle des églises de 1430-1435 signale un certain nombre d’églises qui ont pour revenu la fête, « quand on y va », quandu sinchi va, et les chandelles qui sont achetées à cette occasion, festa di candili ; on en compte cinq à Salemi, dont deux chapelles rurales, Saint-Georges et Saint-Gui, deux à Trapani, toutes deux dans le terroir, Saint-Ange de Bonagia et la Madeleine, et une à Monte San Giuliano, Saint-Gui à San Vito lo Capo. Il est probable que d’autres églises disposaient aussi d’un pardon annuel, d’un perdonarium selon la formule locale, et donc d’indulgences.

  • 12 Archivio di Stato di Trapani, notaire G. de Nuris. 8567, fol. 151v-I52v ; 13octobre 1421.

29La position d’un certain nombre d’églises rurales sur les limites des terroirs est d’autre part remarquable. C’est le cas de la Madonne di lu Ponti à Alcamo, à la limite de Partinico, et de Santa Maria extra (probablement la Madonna del Fiume), de Saint-Léonard de Carini, de Saint-Élie entre Belripayri et Belice et de Saint-Nicolas del Bosco à Castelvetrano, de Sainte-Marie di Mariviridi à Marsala, de San Vito lo Capo à Monte San Giuliano, de San Cusimano et de Saint-Georges à Salemi, de Saint-Laurent in agro, à Ummari, pour Trapani. Elle a sans doute pour fonction de marquer fortement la possession municipale, mais aussi de faire circuler la grâce sur le terroir. Une protestation de l’archiprêtre de Trapani, en 1421, décrit la procession qui unit les croix et le peuple des églises de Trapani -non sans compétitions qui font l’objet de la protestation – pour aller demander des grâces à Dieu et à ses saints, dans les sanctuaires situés hors les murs. C’est le lendemain de la Saint-Placide qu’a lieu la procession contestée, sans doute à l’église de Saint-Placide, au pied de Monte San Giuliano12.

30La présence de nombreux doublons pourrait aussi consolider la prise sur le sol, par des processions simultanées ou réciproques, ou simplement par l’appartenance de l’église et de son petit lot de vigne et de terre à la même institution. Sept églises sont dédiées à la Vierge à Alcamo, dont trois à l’extérieur des murs, Santa Maria de Stella au mont Bonifato, Santa Maria extra et la Madone di lu Ponti, et on compte également à Alcamo deux Saint-Antoine, deux Saint-Léonard et deux Saint-Sauveur, en couples, intus et extra. Alcamo illustre ainsi la thèse du renforcement des liens entre le centre urbain et le terroir par le redoublement des dédicaces et une forte implantation d’églises dans les diverses contrade rurales. On retrouve deux San Cusimano à Salemi, l’un intra muros et l’autre à 6 km au nord-est, et deux Sainte-Catherine, deux San Cusimano, deux Saint-Léonard et deux Sainte-Lucie à Trapani, également réparties entre ville et terroir.

31Le contrôle des églises rurales de la part de clercs originaires de l’une ou l’autre des grandes « terres » peut permettre d’élargir le territoire municipal utile : en 1435, un clerc de Trapani touche ainsi les revenus de l’église de Sainte-Marie de Custonaci, et le rôle du Rivelo classe les thonaires de Bonagia, de San Cusimano et de San Teodoro dans l’aire de la même ville. Les autorités municipales ont sans doute profité de la confusion des limites religieuses et de l’indétermination des bornes communales pour procéder à une captation discrète sur le terroir de Monte San Giuliano, à l’origine commun, par le détour des églises rurales.

LA NATURE : SAINTETÉ ET ENVIRONNEMENT

L’environnement sanctifié ?

32L’hypothèse d’une sacralisation des éléments grandioses ou périlleux de la nature est très imparfaitement applicable à la Sicile et au diocèse de Mazara en particulier. Les hauteurs reçoivent quelques églises, Monte San Giuliano, Saint-Léon à Monte Barbaro, mais ce sont des habitats perchés, non des hauts lieux. Les grottes accueillent un monastère à Marsala (Santa Maria della Grotta) et des ermitages probables à Mazara (grottes du Mazaro). Les sources chaudes de Calathamet ont fixé un habitat au xiie siècle, mais n’ont pas donné lieu à un établissement religieux, à un ermitage, comme ailleurs dans l’île quelques San Calogero et Santa Venera ; les bains y sont dédiés à sainte Marguerite. Il n’existe même dans cette partie de la Sicile occidentale aucune légende hagiographique qui rattache le thermalisme au culte des saints ; une unique source curative est liée à un culte, celui de saint Gui, le bujuto de San Vito sur la plage de Mazara. Quant à la fixation d’un monastère dans la forêt royale de Biribaida, Sainte-Marie de Belripayri, site d’un château de Frédéric II, au nom classique (« Beaurepaire »), c’est un modèle classique de donation d’une foresta, ici décalée : c’est le donataire qui institue le monastère. Un seul cas d’église apparaît enfin lié à la forêt sauvage, Saint-Nicolas del Bosco sur le Modione (S. Nicola et Mulino S. Nicola). L’ensemble serait décevant si l’hypothèse avait emporté la conviction, mais elle apparaît bien un héritage frazérien à vérifier de très près.

Le territoire vide ? La mer

33Le littoral apparaît au contraire riche de chapelles au rôle ambigu, protection contre périls de la mer et zones neutres. Les sanctuaires marins sont nombreux et les invocations significatives : elles réunissent auxiliateurs (Érasme, Gui, Marguerite, Pantaléon), saints militaires (Michel, Théodore) et protecteurs des pèlerins et des captifs (Julien et Léonard). Ce sont saint Pantaléon dans l’île de Mozia, Gui à Mazara et au Capo San Vito, Érasme à Trapani, Léonard à Favignana, Mazara et Trapani, Marguerite et Nicolas, protecteurs de deux caps. Julien, Théodore et les saints Côme et Damien donnent leur nom en particulier aux thonaires de Trapani ; Léonard, Michel, Nicolas et Tous les Saints sont également présents comme églises dîmières des madragues de Bonagia, de Castellamare, de Favignana et de Scopello. Leur bénédiction et leur protection sont incontestables : la madrague est extrêmement vulnérable aux accidents météorologiques comme aux violences venues de la mer, comme la pêche en général.

  • 13 C. Trasselli, Sicilia, Levante e Tunisi, Trapani 1952, rééd. dans Mediterraneo e Sicilia all’inizi (...)

34Mais le littoral peut apparaître également comme une zone neutre : l’interreligiosité des sanctuaires marins est illustrée par la chapelle de San Vito, sur la plage de Mazara. Les capitaines de la flotte hafside y déposent un message en 142513. Plus tard, à l’époque moderne, des marins maghrébins laisseront des ex-voto dans celle de San Vito lo Capo, seule église, à notre connaissance, ou au moins seul site religieux à avoir victorieusement traversé l’époque musulmane.

35Le diocèse de Mazara dessine clairement le modèle d’un monde tardivement christianisé, sans autre transmission d’un passé lointain que l’exception de San Vito lo Capo. C’est aussi un monde relativement conservateur, peu ouvert sur les piétés nouvelles et solidement ancré dans les dévotions du xiie siècle. L’église rurale y joue un rôle modeste, mais elle assure la circulation de la grâce, elle attire processions et pèlerinages. Elle participe bien du tissu connectif de l’île, du diocèse et de chacun de ses terroirs. Elle rattache même, mais discrètement, la Sicile occidentale aux grandes expériences monastiques de la France et de l’Italie. Nous ne devons pas sous-estimer le rôle des périphéries et des terroirs : l’église hors les murs, celle du Carmel ou des observants franciscains, est ici un acteur essentiel du renouvellement de la piété et de la contestation de l’ordre urbain. Elle rapproche des villes et des bourgs un érémitisme ancien dont les traces sont ici presque effacées. Elle participe ainsi à la fois à la tradition et à l’élaboration de l’ordre dévotionnel de la Sicile moderne.

Notes

1 A. Vauchez (dir.). Lieux sacrés, lieux de culte, sanctuaires, Rome 2000.

2 The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford 2000.

3 P. Sella, Rationes decimaram Italiæ ; nei secoli xiii e xiv. Sicilia, Cité du Vatican 1944.

4 D. Taranto, La diocesi di Mazara nel 1430 : il « Rivelo » dei benefici, Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge 92/2, 1980, p. 511-554, et 93/1, 1981, p. 189-214 : liste des églises, autels et chapelles, valeur fiscale et noms des bénéficiers.

5 R. Pirri, Sicilia sacra, troisième édition revue par A. Mongitore, Palerme 1733.

6 Il manque pour la Sicile l’équivalent de l’inventaire et de l’interprétation réalisés pour la Provence par H. Frœschlé-Choppard. La religion populaire en Provence orientale au xviiie siècle, Paris 1980, élargis et renouvelés dans Espace et sacré en Provence (xvie.xviiie siècles). Cultes, images, confréries, Paris 1994.

7 Al.- Harawî, Guide des lieux de pèlerinage, trad. J. Sourdel-Thomine, Damas 1957, p. 124.

8 J. Johns, Una nuova fonte per la geografia e la storia della Sicilia nell’xi secolo : il Kitâb gharâib al-funûn wa- mulah al-̒uyûn, La Sicile à l’époque islamique, École française de Rome, 25-26 octobre 2002, sous presse.

9 Dans son mémoire inédit de l’École française de Rome, La re-christianisation de la Sicile et le culte des saints au xiie siècle, 2002.

10 A. Giuffrida, Itinerari di viaggi e trasporti, Storia della Sicilia 3, Naples 1980, p. 470-481, p. 477.

11 Dans sa préface à Frœschlé-Choppard, La religion populaire, cité supra n. 6, p. 10-11.

12 Archivio di Stato di Trapani, notaire G. de Nuris. 8567, fol. 151v-I52v ; 13octobre 1421.

13 C. Trasselli, Sicilia, Levante e Tunisi, Trapani 1952, rééd. dans Mediterraneo e Sicilia all’inizio dell’epoca moderna, Cosenza 1977, p. 142-143.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 782k

Auteur

Université Paris X

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540