Version classiqueVersion mobile

L’épistémologie historique

 | 
Jean-François Braunstein
, 
Iván Moya Diez
, 
Matteo Vagelli

Qu’est-ce que l’épistémologie historique ?

Des « échantillons » plutôt que des « manifestes »

Jean-François Braunstein, Iván Moya Diez et Matteo Vagelli

Texte intégral

  • 1 G. Canguilhem, « Le rôle de l’épistémologie dans l’historiographie scientifique contemporaine », da (...)

À qui entreprend d’examiner les rapports entre épistémologie et histoire des sciences une première constatation s’impose, et ce fait lui-même est instructif pour une position correcte de la question. C’est qu’à l’heure actuelle on dispose, en cette matière, de plus de manifestes ou de programmes que d’échantillons.
Georges Canguilhem1

  • 2 Voir par exemple le numéro special de Erkenntnis, U. Feest, T. Sturm (dir.), What (Good) Is Histori (...)
  • 3 Voir J.-F. Braunstein « Abel Rey et les débuts de l’Institut d’histoire des sciences » dans M. Bitb (...)
  • 4 Voir I. Hacking, « The Disunities of the Sciences », dans P. Galison, D. J. Stump (dir.), The Disun (...)
  • 5 Voir J.-F. Braunstein, « Bachelard, Canguilhem, Foucault. Le “style français” en épistémologie », d (...)

1Le champ de l’épistémologie historique fait aujourd’hui l’objet d’un renouveau sans précédent. Une simple recension des titres d’ouvrages et d’articles montrerait une progression considérable du nombre d’occurrences de l’expression « épistémologie historique » (surtout dans sa version anglaise, l’historical epistemology). Les auteurs qui emploient cette expression visent à reproduire une approche, ou un style, en histoire des sciences qui se présente à la fois comme historique et philosophique. Il est pourtant difficile de définir ce qu’est exactement l’épistémologie historique et donc d’en retracer l’histoire, alors même que la question est relancée par un nombre toujours croissant de colloques et de publications récents2. Bien que l’invention du terme « épistémologie historique » soit en fait attribuable à Abel Rey, dans sa thèse de doctorat publiée en 19073, c’est à Gaston Bachelard que l’on a souvent attribué la paternité de ce type d’épistémologie, qui a ensuite été illustrée et renouvelée par Georges Canguilhem et Michel Foucault, parmi d’autres. Il ne manque sans doute pas de raisons pour situer les commencements de ce qu’on a désigné comme un « style français en épistémologie » dans la philosophie positive d’Auguste Comte4. Mais il serait évidemment paradoxal de tenter d’identifier un sujet fondateur, des précurseurs et des continuateurs pour un projet qui est justement caractérisé, on le sait bien, par la critique du « virus du précurseur » et du mythe du sujet fondateur, comme par l’accent mis sur la reconnaissance de ruptures dans le progrès du savoir. S’il est en effet possible de donner une unité à ce « style de pensée » par la reconnaissance d’un certain nombre de principes méthodologiques, comme l’ambition d’une histoire « jugée », régionale et récurrente des sciences ou des savoirs, il serait vain de tenter d’annuler les différences qui séparent ces auteurs5.

  • 6 Voir M. Vagelli, « Historical Epistemology and the ‘Marriage’ Between History and Philosophy of Sci (...)
  • 7 Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris.
  • 8 En cours aux éditions Vrin depuis 2012.
  • 9 Un réseau de recherches international s’est désormais créé autour de l’université Paris 1 Panthéon- (...)

2Depuis les années 1990 on peut parler d’une renaissance de l’épistémologie historique dans le monde anglo-saxon, particulièrement grâce aux travaux de Ian Hacking, Arnold Davidson, Lorraine Daston, Peter Galison et Hans-Jörg Rheinberger, qui nous invitent à nous interroger sur les reprises aussi bien que sur les décalages introduits par ce nouveau présent6. Le développement actuel de cette new school d’épistémologie historique dans le monde a cependant longtemps été accompagné d’une sorte de vide paradoxal dans le lieu de naissance de l’épistémologie historique old school que fut la France. Sans doute des raisons socio-institutionnelles y sont elles pour quelque chose, car l’Institut d’histoire des sciences et des techniques avait été, depuis les années 1970 et le départ à la retraite de Georges Canguilhem, « déshistoricisé », dans une tentative d’imitation, avec un temps de retard, de la philosophie des sciences anglo-saxonne : il fut un temps où les noms de Bachelard et Canguilhem n’étaient plus guère évoqués dans l’Institut qu’ils avaient illustré. Les choses commencent à changer en France, comme veut en témoigner ce volume. Sans doute est-ce dû pour une part au renouveau d’intérêt pour l’œuvre de Georges Canguilhem, à la suite de la mise à disposition de ses archives au Caphés7 et du travail collectif de publication de ses Œuvres complètes8. L’épistémologie historique a aussi retrouvé sa place à la Sorbonne, cent ans après la thèse d’Abel Rey, autour du « Séminaire Foucault/Épistémologie historique » depuis 2010 puis des « Journées annuelles d’épistémologie historique » de Paris 1 Panthéon-Sorbonne depuis 20159. La reconnexion de ce type d’épistémologie au cadre philosophique originel de son émergence permettra sans doute d’ouvrir à nouveau le débat en France sur ce type d’approche en philosophie des sciences.

3Le présent volume est issu des journées « Épistémologie historique » de 2015 et 2016. Ces rencontres avaient pour but de comprendre non seulement ce que l’épistémologie historique avait été, ses « commencements », mais aussi ce qu’elle est aujourd’hui, les formes et les directions qu’elle est en train de prendre, ses « enjeux actuels ». Le volume rassemble une série de contributions qui composent un portrait complexe de l’épistémologie historique en entrecroisant plusieurs approches qui vont de l’histoire de la philosophie des sciences à la méthodologie de l’histoire des sciences.

  • 10 Voir M. Foucault, « La vie : l’expérience et la science », Revue de métaphysique et de morale, 90/1 (...)

4Dans l’Ouverture, François Delaporte, témoin particulièrement important – il fut le seul à avoir soutenu une thèse de doctorat sous la direction de Michel Foucault –, retrace les points de partage et de rupture du style français en histoire des sciences à travers la reconnaissance de la dette de Foucault envers Auguste Comte, Gaston Bachelard, Alexandre Koyré et Georges Canguilhem. Il présente ainsi un bref aperçu de l’histoire de ces axiomes méthodologiques sans lesquels on ne peut comprendre ni l’archéologie foucaldienne du regard médical, ni, comme le disait Foucault dans un texte célèbre en hommage à Canguilhem, la plupart des débats philosophiques et historiographiques du dernier demi-siècle en France10.

5Le reste du volume est organisé selon deux axes, qui donnent deux perspectives différentes et toutefois intégrées sur l’épistémologie historique, son histoire, ses méthodes et ses objets.

6Dans la section « Historicités, objectivités, rationalités », ce sont différents portraits des figures les plus représentatives de l’histoire de l’épistémologie historique qui sont présentés. Dans chaque cas, la reconstruction d’un profil est l’occasion de mettre en lumière les enjeux historiographiques liés aux différentes manières de mettre en pratique l’épistémologie historique.

7Les premières décennies du xxe siècle sont une période extrêmement formatrice pour l’épistémologie historique, qui se nourrit, on s’en rend mieux compte aujourd’hui, de nombreuses confrontations et échanges avec des courants philosophiques et des programmes de recherche bien établis, comme l’empirisme logique ou la phénoménologie. Sandra Pravica propose à cet égard une comparaison éclairante entre, d’un côté, la philosophie des sciences de Gaston Bachelard et, de l’autre, celle, longtemps mainstream, de certains auteurs de l’empirisme logique du Cercle de Vienne, autour de leurs conceptions respectives du langage, de la logique et des mathématiques. Dégageant les mathématiques du programme logiciste, Bachelard met en avant une conception des mathématiques comme activité synthétique de création. Gerardo Ienna fait remonter cette position bachelardienne à une inspiration spinoziste, qu’il reconstruit à l’aide d’un texte très peu connu de Bachelard, « Physique et métaphysique », une intervention au colloque de la Societas Spinoziana en 1932 au Pays-Bas. S’agissant du programme phénoménologique, Gabriele Vissio concentre son étude sur Cavaillès et sa confrontation critique avec la doctrine de la science de Husserl, qui a donné lieu à son livre posthume, Sur la logique et la théorie de la science. La « philosophie du concept » qui en résulte marquera la suite de l’épistémologie historique jusqu’à Foucault.

  • 11 Sur cette question voir le numéro sur Canguilhem et la biologie de la Revue d’histoire des sciences(...)

8Les années 1950-1960 ont représenté un deuxième moment de transformation pour l’épistémologie historique, avec l’élection en 1955 de Canguilhem à la chaire d’histoire et de philosophie des sciences de la Sorbonne et à la direction de l’Institut d’histoire des sciences et des techniques de Paris, où il succède à Bachelard. Dans sa thèse de doctorat en philosophie, La formation du concept de réflexe aux xviie et xviiie siècles, publiée en 1955 et moins connue que sa thèse de médecine, l’Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique de 1943, Canguilhem a appliqué les principes de l’histoire récurrente de Bachelard à l’histoire des sciences du vivant. Samuel Talcott met en évidence l’aspect proprement polémique du travail de Canguilhem, en entendant son effort de restitution du réflexe à l’authenticité de la vie comme une critique indirecte de la mécanisation et de l’automatisation croissantes imposées par la civilisation industrielle. Fiorenza Lupi approfondit cette critique du déterminisme par le biais d’une discussion des concepts de milieu et d’adaptation, faisant dialoguer Canguilhem avec ses propres références, comme Simondon et Goldstein, mais aussi avec des références plus récentes issues de la biologie, de Richard Lewontin à Stephen Jay Gould11.

  • 12 P. Macherey, De Canguilhem à Foucault. La force des normes, Paris, La Fabrique, 2009, p. 110.

9Il a été souvent remarqué que Canguilhem avait exercé un véritable « magistère intellectuel » sur plusieurs générations de philosophes et en particulier sur deux figures très influentes dans les années suivantes, Louis Althusser et Michel Foucault12. Audrey Benoit montre comment Canguilhem a effectivement inspiré une forme de « matérialisme conceptuel » qu’on retrouve à la fois chez Foucault et chez Althusser. Cette approche, évitant aussi bien les écueils du réductionnisme externaliste que de l’internalisme idéaliste, consiste à décrire l’émergence de structures conceptuelles et d’objets discursifs à partir des conditions de leur production à l’intérieur du discours.

10Si dans le cas de Bachelard l’intérêt pour les avancées des sciences physico-chimiques de l’époque est facile à saisir et à justifier, la question se pose de savoir comment ont été appréciées, au sein de l’épistémologie historique entendue au sens large, les normes et les valeurs scientifiques organisant le champ des sciences humaines. Daniel Rodriguez-Navas fournit des repères pour répondre à cette question, en concentrant son étude sur le cas de Foucault. Il décrit précisément une « rupture » relativement peu étudiée dans le parcours du jeune Foucault, celle qui sépare une approche positive de la psychologie, surtout existentielle, de Binswanger dans Maladie mentale et personnalité et la critique qui en est faite dans « La psychologie entre 1850 et 1950 ». C’est en revanche en adoptant une perspective plus large que Ferhat Taylan fournit une analyse de l’appropriation et de la « transformation » foucaldiennes de la méthodologie de l’épistémologie historique. Taylan décrit cette transformation dans les termes d’une extension et d’un dépassement par rapport à certains principes de l’épistémologie historique de Bachelard, Cavaillès et Canguilhem. D’après Taylan, Foucault achève le passage d’une histoire des concepts à une histoire des rationalités qui porte à la fois sur des pratiques discursives et non discursives.

11Traiter de questions de méthode permet d’ouvrir cette section à d’autres auteurs et traditions, en montrant que certains problèmes et préoccupations ne se conforment pas aux partages traditionnellement reçus, comme celui qui sépare la philosophie dite anglo-saxonne et la philosophie dite continentale. Eugenio Petrovich en donne un exemple à propos d’une question tout à fait centrale pour l’épistémologie historique : l’histoire des sciences, dans la mesure où elle s’intéresse aux normes qui structurent le domaine de la pratique scientifique, peut-elle être elle-même normative, c’est-à-dire représenter un idéal régulateur ? L’analyse de la normativité proposée par Petrovitch ne suit de près ni les lignes canguilhemiennes et bachelardiennes, ni les lignes foucaldiennes, puisqu’elle se sert, d’une part de l’empirisme logique de Reichenbach, et, de l’autre, des travaux de Peter Galison et Lorraine Daston sur l’objectivité. Elle entre pourtant en résonance avec elles et démontre la permanence de certains thèmes au sein de l’épistémologie historique entendue au sens large, à la fois dans son moment « classique » et dans son moment « contemporain ». Dans la même direction, Matteo Vagelli contribue à faire un état des lieux de l’historical epistemology contemporaine en s’appuyant sur l’analyse de l’œuvre de Ian Hacking, souvent considéré comme un des initiateurs de l’épistémologie historique contemporaine. Sans vouloir réduire la richesse et l’autonomie des contributions de Hacking à des disciplines très différentes, Vagelli restitue l’originalité du projet philosophique hackingien au prisme de la notion, novatrice en histoire des sciences, de « style de raisonnement scientifique ».

12Les textes de la deuxième section, « Objets épistémiques, sciences, savoirs », nous interrogent sur les procédures de constitution des objets que va étudier l’épistémologie historique et sur les problèmes méthodologiques concrets auxquels sont à cette occasion confrontés ses principes.

13Une histoire épistémologique des techniques de l’observation dans les sciences sociales en période révolutionnaire est proposée par Martin Herrnstadt et Laurens Schlicht. La période étudiée marque une discontinuité épistémologique dans la production de connaissances entre l’âge classique et l’époque moderne. Les auteurs montrent comment les différentes épistémologies des sciences de l’homme sont liées à différentes pratiques de l’observation, à travers les projets de deux membres de la Société des observateurs de l’homme, d’une part le projet de l’abbé Sicard d’une observation « utopique » des sourds-muets et d’autre part celui de Gérando d’une observation « utile » à l’administration des hommes.

14Les limites de l’épistémologie historique quant à ses objets d’étude sont mises en question dans le texte de Juan Luis Gastaldi qui critique les arguments par lesquels Foucault exclut de son archéologie les mathématiques en tant que savoir formel. La question qui se pose alors est de savoir si, pour surmonter les difficultés énoncées par Foucault, le projet d’historiciser les mathématiques doit passer par un refus de leur caractère formel, ou non empirique, ou s’il serait possible de faire une analyse historique de l’organisation même de leur formalisation.

15L’un des domaines privilégiés de l’épistémologie historique a longtemps été constitué par les études sur l’histoire de la médecine et les sciences de la vie. Dans ce domaine, Jonathan Sholl examine les problèmes méthodologiques essentiels de la philosophie de la médecine, autour de la définition de la santé et de la maladie, en mettant en lumière l’actualité de la démarche de Canguilhem dans sa thèse de 1943. Au sujet de l’usage présent des outils computationnels en médecine, Mathieu Corteel examine les conditions de possibilité de l’émergence et du développement actuel d’une épistémè computationnelle liée au traitement statistique des données médicales. Il retrace ainsi l’histoire d’une série de transformations discursives et techniques qui commencent au xviie siècle et qui s’accentuent lors de la constitution de l’approche anatomo-clinique au xixe siècle, bien avant le bouleversement produit par le développement des théories de l’information et des techniques computationnelles puis par le traitement des données massives dans la seconde moitié du xxe siècle. Dans le domaine des sciences de la vie, Nicola Bertoldi s’interroge sur la possibilité d’une épistémologie historique de la génétique des populations, en considérant celle-ci comme une « région épistémologique » au sens bachelardien. Enfin, à l’occasion de l’histoire du concept de cellule cancéreuse, Laurent Loison souligne l’importance qu’il y a à considérer le présent du savoir scientifique au moment d’interroger son passé, et les conséquences méthodologiques d’une telle approche. En rendant manifeste la nécessité de réécrire l’histoire de ce concept à la lumière des découvertes récentes en cancérologie, l’analyse de l’auteur nous invite indirectement à constituer non seulement des histoires récurrentes des différents objets scientifiques mais aussi de l’épistémologie historique elle-même.

16Globalement considérées, les études rassemblées ici forment un sorte de tissu, dont la chaîne rend visibles les différences et les décalages entre les différentes phases ou moments de l’épistémologie historique, classique et contemporaine, mais dont la trame permet aussi une comparaison synchronique avec d’autres types d’approches des sciences, par exemple les Science and Technology Studies. L’épistémologie historique apparaît ainsi comme une alternative à la fois aux épistémologies formelles et « internalistes » et aux épistémologies contextualistes ou relativistes. Les contributions retenues dans ce volume donnent ainsi un aperçu de l’épistémologie historique qui veut en préserver le style de questionnement ouvert, non dogmatique, qui est évidemment une des raisons essentielles de son succès. Le but de ce volume n’est donc pas tant celui de répondre à la question : « qu’est ce que l’épistémologie historique ? », en énonçant des « manifestes » et « programmes » tonitruants, mais plutôt de fournir, comme le souhaitait Canguilhem en 1977, des « échantillons », témoignant des différentes chantiers ouverts par l’épistémologie historique.

Notes

1 G. Canguilhem, « Le rôle de l’épistémologie dans l’historiographie scientifique contemporaine », dans Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, Paris, Vrin, 1977, p. 11.

2 Voir par exemple le numéro special de Erkenntnis, U. Feest, T. Sturm (dir.), What (Good) Is Historical Epistemology?, Erkenntnis, novembre 2011, 75/3 ou J.-F. Braunstein, P. Schöttler, H. Schmidgen (dir.), Epistemology and History. From Bachelard and Canguilhem to Todays’s History of Science, Berlin, Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte (Preprints 434), 2012.

3 Voir J.-F. Braunstein « Abel Rey et les débuts de l’Institut d’histoire des sciences » dans M. Bitbol, L’épistémologie française, 1830-1970, PUF, 2006.

4 Voir I. Hacking, « The Disunities of the Sciences », dans P. Galison, D. J. Stump (dir.), The Disunity of Science: Boundaries, Contexts and Power, Palo Alto, Stanford University Press, 1996 ; J.-F. Braunstein (dir.), L’histoire des sciences. Méthodes, styles et controverses, Paris, Vrin, 2008.

5 Voir J.-F. Braunstein, « Bachelard, Canguilhem, Foucault. Le “style français” en épistémologie », dans P. Wagner (dir.), Les philosophes et la science, Paris, Gallimard, 2002 ; M. Vagelli, An Archaeological Study of Historical Epistemology, thèse université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Scuola alti studi Fondazione San Carlo, 2015 ; I. Moya Diez, M. Vagelli, « L’unità della filosofia di Georges Canguilhem. Dalla norma medica alla normatività storica », Lessico di etica pubblica, 1, 2015.

6 Voir M. Vagelli, « Historical Epistemology and the ‘Marriage’ Between History and Philosophy of Science », dans E. Herring et al. (dir.), The Past, The Present, The Future of Integrated History and Philosophy of Science, Londres, Routledge, à paraître.

7 Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris.

8 En cours aux éditions Vrin depuis 2012.

9 Un réseau de recherches international s’est désormais créé autour de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, composé de doctorants, jeunes chercheurs et chercheurs confirmés, venant de plus de dix pays différents. Le site web www.episthist.hypotheses.org diffuse depuis 2015 les activités de ce réseau.

10 Voir M. Foucault, « La vie : l’expérience et la science », Revue de métaphysique et de morale, 90/1, Canguilhem, janvier-mars 1985.

11 Sur cette question voir le numéro sur Canguilhem et la biologie de la Revue d’histoire des sciences (2018, 71/2).

12 P. Macherey, De Canguilhem à Foucault. La force des normes, Paris, La Fabrique, 2009, p. 110.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search