Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Les listes de chargement de navires vénitiens (xve-début du xvie siècle) : un essai de typologie

Benjamin Arbel

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le quinzième siècle représente sans aucun doute une période au cours de laquelle le commerce méditerranéen avait atteint un stade de développement bien avancé. Étant donné cette évolution, les marchands européens n’étaient plus dans l’obligation d’accompagner personnellement les marchandises qu’ils envoyaient outre-mer, mais ils pouvaient les confier au capitaine du navire (au patron dans la terminologie vénitienne) qui les conduisait à bon port. Ces conditions ont conféré une importance primordiale à l’enregistrement des cargaisons à bord des navires.

2L’importance des listes de chargement de navires pour l’étude du commerce international en général et plus particulièrement des rapports commerciaux entre l’Europe et les pays avec lesquels l’ensemble du commerce s’effectuait par mer, n’est plus à démontrer. En effet, ces documents permettent non seulement d’établir le type de marchandises échangées entre diverses régions à une période précise, mais aussi de comparer la nature des échanges à différentes époques et entre divers réseaux commerciaux, d’évaluer les quantités et l’importance respective des divers produits, de fixer le rythme et les saisons des envois, d’étudier les unités d’emballage, les poids et les mesures, et les différents types de navires utilisés pour telle ou telle catégorie de chargement, etc. En outre, ces listes représentent des sources importantes pour l’histoire de la culture matérielle des pays intéressés, leur niveau de vie, les réseaux d’informations, la mode et bien d’autres domaines encore.

  • 1 B. Arbel, The Last Decades of Venice’s Trade with the Mamluks : Importations into Egypt and Syria, (...)

3Ayant eu l’occasion récemment d’utiliser des listes de chargement pour une étude sur les rapports commerciaux entre Venise et les territoires mamelouks à la fin du Moyen Âge1, je me suis rendu compte que ce genre de sources posait quelques problèmes méthodologiques. Le terme « liste de chargement », employé de temps en temps dans des études historiques, n’a pas de contenu juridique ou diplomatique bien précis. En effet, l’historien du commerce méditerranéen du Moyen Âge et de la Renaissance dispose de plusieurs types de « listes ». Eu égard aux circonstances de leur rédaction et à leurs fonctions particulières, chaque catégorie de listes accuse des différences qui méritent d’être prises en considération. Dans l’étude présente, je me propose d’établir une typologie préliminaire de ces listes. Mon attention se portera plus particulièrement sur le monde de la navigation commerciale entre Venise et les territoires mamelouks pendant le quinzième et le début du seizième siècle. Toutefois, des sources analogues, provenant d’autres réseaux méditerranéens, seront également prises en considération.

LE REGISTRE DE BORD (QUATERNUS, SARIATO) ET LE CAHIER DE CHARGEMENT (QUATERNUS, LIBRETTO DI CARGO)

  • 2 M. Balard, Navigations génoises en Orient d’après des livres de bord du xive siècle, Comptes rendu (...)
  • 3 J. M. Pardessus, Collection de lois maritimes antérieures au xviiie siècle, 2, Paris 1831, p. 66-6 (...)

4Parmi les divers documents comprenant un inventaire de marchandises chargées à bord d’un navire, il faut tout d’abord prendre en considération le livre de bord tenu par le scribe du navire. Dès 1150, les lois génoises imposaient la présence d’un scribe (scriba navis) à bord de chaque navire2. Le fameux recueil des lois maritimes, Le consulat de la mer, consacre plusieurs chapitres aux fonctions du scribe et à la gestion du registre de bord. Dans ce registre ou cartolari (en catalan, langue utilisée pour la première édition imprimée en 1494), le scribe devait à la fois enregistrer tout chargement et consigner par écrit les engagements des matelots vis-à-vis du maître du navire. Considéré comme plus fiable qu’une convention écrite3, le registre de bord avait une importance primordiale car il faisait foi dans des cas de contestations.

5La loi vénitienne prescrivait aussi au patron de prendre un scribe à son bord pour effectuer l’enregistrement régulier des chargements. En fait, cette tâche (de legaliter scribendo caricum et merces navis). ainsi que la remise des attestations (connaissements) de chargement aux expéditeurs représentaient son domaine d’activité essentiel. Selon les statuts maritimes du milieu du treizième siècle, le scribe de bord prêtait le serment d’administrer ce cahier, ou quaternus de la manière suivante :

  • 4 R. Predelli, A. Sacerdoti, Gli statuti marittimi veneziani fino al 1255, Nuovo archivio veneto 5, (...)

...Et cum merces caricabuntur et ponderabuntur, aut de concordia mercatoris et patroni in nave ponentur, [...] me vel socio meo presente, scribam in meo quaterno nomen illius cuius merces fuerint, et signabo signum illius quod erit in collo suo, aut fasce vel balla. Et dabo et presentabo cuilibet merchatori et marinano, si recipere voluerit, scriptum omnium suorum collorum, vel fascium aut ballarum, et omnium aliarum rerum suarum, sicut scriptum invenero in meo quaterno...4

  • 5 Ibid., p. 195 : Mandamus quod quelibet navis vel aliud lignum de ducentis milliariis et inde supra (...)
  • 6 Ibid., p. 197 ; D. Stöckly, Le système de l’incanto des galères du marché à Venise (fin xiiie-mili (...)

6Dans les cas où les navires atteignaient une capacité supérieure à 2 000 milliaria, ces mêmes statuts exigeaient, sans doute pour des raisons d’efficacité et de rapidité, la présence de deux scribes. Selon ce principe, il devait donc y avoir deux cahiers de chargement5. En effet, une fois le chargement terminé, chaque scribe était dans l’obligation de transcrire dans son propre cahier les données enregistrées par son collègue6. Par conséquent, au terme du voyage, les deux cahiers devaient comporter des renseignements similaires.

  • 7 ASV, Senato Mar, reg. 10, fol. 118.
  • 8 E. Bensa, Francesco di Marco da Prato. Notizie e documenti sulla mercatura italiana del secolo xiv(...)
  • 9 ASV, Senato Mar. reg. 6, fol. 112 (incanto des galères de Flandre, 1459). Le prêtre-notaire des ga (...)

7Toutefois, il est peu probable que ces règlements aient été suivis à la lettre au cours des siècles suivants, et en particulier pendant la période qui nous intéresse ici. Sur les galères marchandes, il y avait à cette époque un « grand scribe » (scrivan ou scrivan grando). et un scribe adjoint ou « petit scribe » (scrivan pizollo ou scrivanello). Le premier était un personnage assez important à bord des navires vénitiens. À partir de 1422, ceux qui occupaient cette fonction devaient appartenir à la classe des cittadini et être agréés par les conseils républicains. Selon une loi de 1477, le scribe de chaque galère marchande devait déposer des garanties équivalant à 2 000 ducats, et recevoir l’approbation du conseil de la Quarantia criminal7. Bien que les scribes de navire aient rempli des fonctions publiques en partie similaires à celles des notaires réguliers, les registres de bord dont ils étaient responsables ne ressemblaient pas aux habituels minutiers notariaux. Pour ce qui touchait à la rédaction des contrats et des testaments, ainsi que pour d’autres fonctions, le capitaine du convoi était parfois assisté par une autre personne, un prêtre-notaire dont les tâches étaient différentes de celles du scribe8. En fait, une telle distinction entre les scribes des galères et le notaire du capitaine avait une certaine importance, car, hors de Venise, c’était ce notaire qui, au nom du capitaine du convoi, émettait des bolettini, c’est-à-dire des attestations confirmant le droit de l’expéditeur d’envoyer sa marchandise sur les galères d’État et le règlement du nolis. Sans un tel bollettino, il était interdit au scribe d’accepter à bord aucune marchandise9. Quoi qu’il en soit, la position primordiale du scribe de bord est liée à l’importance du cahier de chargement dont il avait la charge. En revanche, le « petit scribe » ou scribe adjoint paraît avoir été un officier subalterne.

  • 10 ASV. Procuratori di San Marco, Commissarie de ultra, busta 100 (Commissaria Francesco Contarini), (...)
  • 11 Ce squarzafoio était probablement une espèce de brouillon, servant pour une notation préliminaire (...)
  • 12 D. Durante, G. F. Turato, Dizionario etimologico veneto-italiano, Padoue 1975, p. 662 (s.v. « zest (...)
  • 13 Se fondant sur l’incanto des galères de Romanie en 1424, Stöckly mentionne « l’obligation de faire (...)

8Les comptes d’une galère marchande qui faisait route vers la Flandre en 1504 comprennent les frais effectués à Venise pour le scribe et son adjoint à la veille du départ10. Pour le premier, on avait acheté trois livrets pour la chiourme (libreti da zurme). un livret de chargement (libreto del chargo) avec son squarzafoio11 et deux livrets de comptes (sariatti). ainsi que de l’encre et du papier. L’association entre ce type de matériel et les fonctions de scribe paraît évidente. En revanche, les achats destinés au scribe adjoint ne comprenaient ni cahiers ni livrets, mais une mesure de blé (staieta per pexar). trois couffes (coffe). un panier (zestta)12. quatre pale (balles/balles de fusil/récipients ronds ?) et cinq sacs de toiles pour une tente (sachi 5 chanevaza per una ttenda). Ce matériel était, semble-t-il, moins destiné à répertorier les denrées sur le navire qu’à des opérations de mesure ou à d’autres fonctions. Par conséquent, il n’y a sans doute pas eu deux scribes qui auraient tenu parallèlement deux livres de bord, mais un seul scribe rédigeant un seul livret de chargement. Quant au scribe adjoint, hormis l’assistance qu’il prêtait au scribe principal, il remplissait sans doute d’autres fonctions13.

  • 14 ASV, Senato Misti, reg. 41. fol. 14 (3 juin 1389).
  • 15 Supra, n. 9.
  • 16 ASV, Senato Mar, Incanti di galere, reg. 1, fol. 116 (1486).

9La législation vénitienne concernant les galères marchandes dévoile quelquefois l’activité bureaucratique qui accompagnait le chargement des marchandises. D’après les ordines spectantes omnibus capitaneis galearum a mercato de 1389, les scribes de chaque galère étaient tenus de noter minutieusement tous les pactes et les accords conclus entre leur patron et les expéditeurs de marchandises. Ces données devaient être transmises, sous forme de cedula, au capitaine du convoi qui, à son tour, les notait, ou les faisait noter, dans son propre quaderno14. Rappelons que « faire naviguer » (navigare) des marchandises à bord des galères d’État était le privilège de groupes sociaux bien définis à Venise. À ce propos nous avons vu que l’incanto des galères de Flandre de 1459 interdit au scribe de charger des marchandises hors de Venise sans le bollettino du capitaine, émis par son prêtre-notaire. À Venise, selon le même ordre, c’était le bureau des Extraordinarii qui devait émettre ces bulletins15, attestant le droit de la personne concernée de « faire naviguer » sa marchandise, ainsi que le règlement du nolis. Cette procédure pouvait, cependant, subir de petites variations d’ordre bureaucratique, comme il apparaît dans la législation réglant la mise aux enchères des galères de Flandre en 1486, selon laquelle chaque marchand désirant charger quelque chose à bord d’une galère, soit à Venise soit l’étranger, devait d’abord obtenir du scribe de bord un bulletin détaillant la marchandise à transporter. Ce bulletin devait par la suite être contresigné par le capitaine du convoi, et ce n’est qu’alors qu’on pouvait charger la marchandise à bord16. C’est peut-être à partir des copies de ces mêmes bulletins que le scribe enregistrait les cargaisons dans son cahier au cours du voyage en mer.

  • 17 ASV, Senato Mar, reg. 10, fol. 118 (1477).

10Les cahiers de chargement, ou les sections du livre de bord qui remplissaient cette fonction, se distinguaient de tous les autres documents relatifs à cette activité par leur caractère exhaustif et systématique. Ils constituaient le compte rendu final des activités de transport maritime effectuées par chaque bateau. Une loi vénitienne de 1477 enjoignait aux capitaines des convois de galères marchandes de vérifier, avant leur arrivé en Istrie, si les scribes avaient consigné dans leurs livrets toutes les marchandises transportées. Le dépôt de ces livrets au bureau de la douane faisait également partie des obligations des capitaines17.

  • 18 Folger Shakespeare Library, Washington. Ms. 1317-1 (V.a. 259), fol. lv, 2v (à bord du navire Bona (...)
  • 19 Ibid., fol. 1v (...noliza la nave, tien li conti et scrive tutto quello che fa bisogno per essa na (...)
  • 20 Ibid., fol. 2v (...agiuta el scrivali tenendo conto del carico).
  • 21 Marin Sanudo, De origine, situ et magistratibus urbis Venetae, ovvero La città dì Venetia (1493-15 (...)
  • 22 ASV, Cinque Savi alla Mercanzia, busta 22 ter, fol. 63 (1428).

11Les procédures de chargement des navires privés sont plus difficiles à saisir. Il est probable que, dans ce cas également, des bulletins détaillant la marchandise à affréter aient été rédigés dans un premier temps et que par la suite ils aient servi de données de base à l’enregistrement dans le cahier de bord. Le journal tenu par Alessandro Magno, un jeune noble vénitien, au cours de trois voyages maritimes en Méditerranée orientale entre 1557 et 1561, confirme qu’à bord des grands navires vénitiens il n’y avait qu’un seul scribe et un adjoint (scrivanello)18. Selon Magno, le premier était responsable des nolis, de la comptabilité du navire, ainsi que de tout ce qui devait être enregistré dans le livre de bord19, tandis que le second l’assistait en tenant les comptes des cargaisons20. Il est donc évident que, contrairement aux anciens statuts du treizième siècle qui exigeaient qu’au-delà d’un certain tonnage deux registres soient tenus parallèlement, les navires privés et les galères marchandes du quinzième siècle ont accueilli non pas deux scribes mais un seul officier de ce type et un adjoint. À l’instar de leurs homologues travaillant sur les galères marchandes, les scribes des navires privés étaient tenus de déposer les livrets de chargement à la douane, au contrôle des officiers aux extraordinarii, après leur retour à Venise21. Ces magistrats avaient, entre autres choses, la responsabilité de répartir les revenus provenant des nolis entre les propriétaires de chaque bateau22.

  • 23 Michel Balard mentionne trois exemplaires de ce type datant du xive siècle. L’un d’eux fait l’obje (...)
  • 24 ASV. Procuratori di San Marco, Commissarie de ultra, busta 218, commissaria Bertucci Pisani. Je re (...)

12Malheureusement, le nombre de cahiers ou livrets de chargement de cette époque qui sont encore conservés, tant à Venise qu’ailleurs, est assez restreint23. À ma connaissance, il ne subsiste qu’un exemplaire vénitien, unique en son genre, de ce type de document. Il provient d’un bateau privé défini comme une galiaza, qui effectuait un aller-retour entre Venise et Jaffa en 140824. C’est un manuscrit mesurant 24 x 30 cm, dont la reliure en parchemin porte le titre de Quaderno della galiazza patron ser Andrea Arian per el segondo viazo da Zafo. Dans son état actuel, il contient 16 feuillets, mais, d’après l’abécédaire qui lui est adjoint, à l’origine il devait être composé de 27 feuillets.

  • 25 Ce secteur est transcrit dans L. Fincati. Splendore e decadenza della marina mercantile di Venezia (...)

13La première partie de ce quaderno (fol. lr-lv) consiste en un journal de bord, dans lequel sont rapportés les mouvements du navire, les rencontres avec d’autres bateaux et quelques événements survenus à bord au cours du voyage25 ; la seconde partie (fol. 2v-7r) contient la comptabilité de l’équipage ; la troisième (fol. 8v-13r), qui nous intéressera particulièrement, est consacrée aux chargements ; tandis que la quatrième (fol. 16r-16v) comptabilise les « dépenses effectuées » (spexe fate). Les autres sections de ce manuscrit peuvent seulement être reconstruites schématiquement à l’aide de l’abécédaire qui y est attaché. On y trouve des rubriques diverses offrant des informations variées sur chaque membre de l’équipage, sur les frais engagés dans chaque escale abordée au cours du voyage, aussi bien à l’aller qu’au retour, sur les dépenses effectuées à Venise au départ et au retour du bateau, sur les nolis reçus des pèlerins qui voyageaient en Terre sainte et sur ceux payés pour les marchandises, sur les comptes de l’administration du bateau, sur la rémunération des membres de l’équipage au terme du voyage (refoxure) et sur le roulement des matelots au cours du voyage.

Fig. 1 - Une page du cahier de bord de la galiaza d’Andrea Arian (1408) ASV, Procuratori di San Marco de ultra, Commissarie, b. 218, fol. 8v. (Photographie exécutée par la Section de Reproduction de l’Archivio di Stato de Venise. Autorisation : Ministerio per i Beni Culturali ed Ambientali, n° 66/2003)

14Examinons de plus près la troisième section de ce document, consacrée aux cargaisons. Comme on peut s’en apercevoir sur la photographie publiée ici, chaque page est divisée en deux colonnes. Du côté gauche, encadrés dans des rectangles, les chargements ont été enregistrés. Les données inscrites dans chaque rectangle mentionnent tout d’abord le lieu et la date du chargement. Puis, après la mention du mot charga (charge) apparaissent le nom de l’expéditeur, la description des cargaisons et leurs quantités respectives, le nom du destinataire et le port dans lequel il devait se trouver, ainsi que les nolis dus pour le transport. A côté de chaque rectangle, apparaît la marque individuelle du commerçant qui est identique à celle dessinée sur les colis du marchand en question. Du côté droit, dans des rectangles juxtaposés, ont été notés les lieux et les dates des livraisons, les noms des personnes auxquelles les chargements ont été livrés, et les données sur les marchandises en question, y compris, bien que non systématiquement, les marques (identiques à celles aux marges des rectangles juxtaposés). Chacun des rectangles à gauche et à droite est barré d’une ligne diagonale, ce qui signifie dans la comptabilité en partie double la fermeture d’un compte.

15Il semble donc qu’à bord du navire géré par Andrea Arian il n’y avait qu’un seul registre de bord, où le scribe, un certain Anthonio di Grifalconi, inscrivait toutes les informations relatives au voyage. Dans ce cas au moins, le « cahier de chargement » ne représente qu’une section de l’ensemble du registre, dont la majeure partie, bien qu’elle contienne également d’autres éléments, est conçue comme une comptabilité en partie double. Deux caractéristiques de ce document sont dignes d’une attention particulière en vue de ce qui va suivre : la première consiste dans le fait que la section consacrée aux chargements englobe toutes les données nécessaires au fonctionnement normal d’une expédition commerciale outre-mer, et la seconde, que les données renfermées dans cette section concernent aussi bien le voyage aller que le retour.

  • 26 C.Ciano, Abordo della nave di Giovanni Carrocci nel viaggio da Porto Pisano a Palermo (1388-1389). (...)

16Cette manière d’inclure le cahier de chargement dans le registre de bord en forme de comptabilité en partie double se trouve aussi dans un autre exemplaire, certes rare, originaire du monde toscan. C’est le registre de bord des années 1388-1389 provenant d’un bateau appartenant à un certain Giovanni Carrocci26. Après une brève invocatio, ce manuscrit est divisé en cinq sections : la première contient les comptes personnels de l’équipage du bateau ; la seconde, les comptes des revenus et des dépenses du navire (les frais de transports en constituant les principaux revenus) ; la troisième, les comptes des marchandises transportées par le navire ; la quatrième, les comptes du patron du navire ; et la cinquième et dernière section, les comptes de la gestion du navire.

17Comme dans le cahier de la galiaza vénitienne, le scribe de ce navire toscan notait les mouvements des cargaisons dans la section consacrée à cette activité en deux colonnes juxtaposées : du côté gauche, il notait la date et le lieu du chargement, et – après le verbe carica (charge) – le nom de l’expéditeur, la nature et la quantité de la marchandise, le port de destination, le nom du destinataire et les informations sur les nolis. En marge de ces données, apparaît également la marque du destinataire ou bien de la personne responsable de la cargaison. Du côté droit, dans une colonne accolée, nous trouvons le lieu et la date auxquels la même marchandise avait été livrée, suivis du verbe : consegniamo (délivrons) ; ensuite, figurent le nom de la personne à laquelle la marchandise a été remise, la nature et la quantité de la cargaison (semblables à celles qui apparaissent dans l’enregistrement juxtaposé), et des indications sur le paiement des nolis. La marque figure aussi de ce côté, identique à celle représentée en face.

18Aussi bien dans le registre vénitien de 1408 que dans l’exemplaire toscan de 1388-1389, les parties consacrées aux chargements comprennent tous les renseignements nécessaires au contrôle des mouvements de marchandises – de l’embarquement jusqu’à la livraison. De fait, sans ces données il aurait été impossible d’assurer le mouvement des cargaisons maritimes. Il est peu probable qu’à bord de ces navires il y ait eu un autre registre consacré uniquement aux chargements de marchandises. En effet, ces sections du registre de bord remplissaient deux fonctions : la comptabilité des marchandises convoyées et l’enregistrement des chargements. Cependant, comme nous l’avons déjà observé, il semble qu’à bord des galères marchandes, ainsi que des navires de plus grandes dimensions, il y ait eu un cahier spécial, distinct de la comptabilité du navire, servant uniquement aux notations relatives aux cargaisons. Les exemples suivants tendent à confirmer cet état de fait.

  • 27 Quaderno del viazo de 1414, asv, Miscellanea di atti diversi manoscritti, busta 134, brièvement pr (...)
  • 28 Ibid., p. 62-63.

19Deux livres de comptes de galères vénitiennes, conservés aux Archives d’État de Venise, ont déjà été analysés par Ugo Tucci. Le premier, provenant d’une galère de pèlerins faisant route entre Venise et la Terre sainte en 141427, est un « cahier » (quaderno est le terme utilisé dans ce document) de forme allongée (110 x 290 cm) contenant 61 feuillets de papier reliés par une couverture en parchemin. Ce quaderno est un livre de comptes, divisé en sections avec des colonnes juxtaposées « à la vénitienne ». Cette comptabilité concerne un voyage d’aller et retour entre Venise et la Terre sainte. Sa première partie est consacrée à la comptabilité de l’équipage du navire. Les sections suivantes procèdent à la description détaillée des dépenses pour l’administration de la galère : l’alimentation (spexa de la mexa de popa) qui représente une rubrique importante vu le grand nombre des membres d’équipage et des pèlerins à bord ; les revenus provenant du transport des pèlerins et d’autres voyageurs (homeni de pasazo). et, assez marginalement, des revenus provenant du transport de marchandises. Mais ce dernier élément ressemble très peu à la partie bien ordonnée des deux registres décrits plus haut. On notera en particulier l’absence des noms des destinataires, des marques commerciales, et quelquefois même des noms des propriétaires-expéditeurs. Signalons également l’absence de la mention des nolis perçus sur les cargaisons chargées au cours du voyage de retour28.

  • 29 E. Ashtor, Venezia e il pellegrinaggio in Terrasanta nel basso medioevo. Archivio Storico Italiano (...)

20Bien que la vocation première des galères de pèlerins ait été le transport de passagers, on sait que très souvent, comme dans le cas de la galiaza mentionné plus haut, les marchands les utilisaient également pour convoyer des quantités considérables de marchandises29. Tucci a déjà remarqué que dans le cas de cette galère, les nolis pour le transport de marchandises s’élevaient à 845 ducats, tandis que ceux perçus pour les nolis d’espèces étaient de 646 ducats. Quoi qu’il en soit, ce mode d’enregistrement et les lacunes qui le caractérisent indiquent que dans ce cas l’enregistrement des chargements, avec tous les renseignements identiques à ceux qui sont fournis dans le registre toscan de la fin du xive siècle ainsi que dans celui de la galiaza vénitienne de 1408, était probablement consigné dans un cahier à part. Ces données étaient indispensables à l’identification des cargaisons, au paiement des frais de transport, à la remise des marchandises et des sachets de monnaies à leurs destinataires, à la répartition des avaries, ainsi que pour le contrôle fiscal des échanges commerciaux. En cas d’accident ou d’infortune, ces registres pouvaient servir de preuve pour d’éventuelles réclamations de dédommagement ou faire fonction de pièces justificatives dans des conflits judiciaires.

  • 30 Tucci, Costi e ricavi, cité supra n. 10.
  • 31 Ibid.,p. 181-183.
  • 32 Scialoja, Le galee grosse della Repubblica Veneta. Un precedente medioevale dei « pools » marittim (...)
  • 33 Supra, n. 10.

21Un autre livre de comptes, utilisé par Tucci dans son étude sur les coûts et les revenus d’une galère marchande, confirme cet état de fait. Il est question cette fois d’une galère, déjà mentionnée plus haut, qui naviguait vers la Flandre en 150430. Bien que dans ce cas il s’agisse d’un navire à vocation marchande, pas plus que dans l’exemple précédent la comptabilité de la galère au cours du voyage en question ne comprend le cahier de chargement. Le terme employé pour désigner ce livre est sariato31. L’absence des nolis peut s’expliquer par le fait que dans les convois des galères marchandes, qui voyageaient ad inum denarium, la comptabilité des nolis n’était pas tenue dans chaque galère, mais par le capitaine du convoi32. Mais l’absence de l’enregistrement des cargaisons signifie que le cahier ou livret de chargement, qui est d’ailleurs mentionné explicitement dans la comptabilité de cette galère, était un document à part, malheureusement perdu33.

  • 34 ASV. Procuratori di San Marco. Commissarie miste, busta 116 (commissaria Alvise Baseggio). ins. xi (...)

22Notre troisième et dernier exemple provient d’un bateau privé de grandes dimensions qui faisait voile entre Venise et l’Angleterre en 1458-1459. Un cahier conservé aux Archives d’État de Venise est dédié à la comptabilité des chargements effectués pendant ce long voyage. De temps en temps on y trouve des références explicites au livret de chargement (libro del cargo) du même bateau34. Dans ce cas aussi, il y avait donc un livret de chargement bien distinct de la comptabilité du navire.

  • 35 Bensa, Francesco di Marco da Prato, cité supra n. 8, p. 170 ; Tucci, Costi e ricavi, p. 162.
  • 36 Supra, n. 21. La magistrature des Extraordinarii était responsable des affaires douanières, voir F (...)

23Comment expliquer la disparition presque totale de ces cahiers de chargement, au moins jusqu’à aujourd’hui, des archives de la République maritime ? Enrico Bensa et Ugo Tucci suggèrent que, les cahiers de bord étant par nature éphémères, il est normal que dans la plupart des cas leurs traces soient perdues35. Il est aussi probable que beaucoup de ces cahiers aient disparu avec les autres documents conservés dans le fonds des Ufficiali extraordinarii où, selon la loi vénitienne, ils devaient être déposés pour le contrôle fiscal et la répartition des nolis36. En fait, excepté deux registres de capitolari (collections de lois relatives au fonctionnement d’un organe gouvernemental), tous les documents qui avaient été conservés dans ces bureaux ont disparu, sans doute à la suite du grand « nettoyage » effectué aux Archives de Venise au cours du xixe siècle. Dans la mesure où les propriétaires des navires conservaient des copies de ces documents pour suivre les dettes et les crédits en cours et pour se défendre contre d’éventuelles revendications, c’est plutôt dans les archives privées, ou bien dans les administrations d’héritages (commissarie) que l’on peut encore espérer trouver d’autres cahiers de chargement.

LE LIVRET DE CHARGEMENT (LIBRETTO DI CARGO) EN COPIE ET LA NOTE (NOTA) DE CHARGEMENT

  • 37 Melis, Documenti, cité supra n. 34, p. 326 et planche 97.
  • 38 Ibid., p. 328 et planche 98.

24Dans sa collection de documents relatifs à l’histoire économique (xive-xvie siècles) Federico Melis a publié le texte et la reproduction photographique d’une liste de chargement datant de 1399. Ce document détaillait l’enregistrement de diverses marchandises envoyées à bord d’un navire qui faisait route entre Southampton et Pise37. Il présente presque tous les éléments caractéristiques du cahier de chargement. Cependant, l’absence de référence aux nolis et le fait que nous ayons affaire à un document constitué de deux feuilles, dont la première comprend aussi des indications concernant d’autres marchandises envoyées sur d’autres navires, suggèrent qu’il s’agit plus d’une copie préparée en vue d’un objectif inconnu que d’une feuille arrachée d’un cahier de bord. Une autre liste, publiée dans la même collection, provient du milieu vénitien, et plus précisément des archives de Biagio Dolfin, consul vénitien à Alexandrie d’Égypte pendant les années 1418-1420. Dans ce cas, il s’agit d’un bateau provenant de Venise, Modon et Candie – un trajet régulier des bateaux de commerce navigant entre Venise et l’Égypte38. Examinons de plus près ce précieux exemplaire.

  • 39 Sur les droits perçus par les consulats vénitiens du Levant sur les marchandises appartenant aux V (...)

25Comme le montre la reproduction photographique de ce document, publiée par Melis, les cargaisons y sont divisées en douze sections, chacune d’elles étant consacrée à un marchand différent. Huit cargaisons sont constituées de marchandises diverses, tandis que quatre comprennent des sachets (gropi) d’espèces. Dans le groupement d’articles appartenant au marchand Francesco Giorgi, nous trouvons des marchandises chargées à Modon et à Venise. Toutefois, elles ne semblent pas avoir été enregistrées dans l’ordre logique du trajet maritime régulier entre Venise et Alexandrie. Cet élément, auquel on peut ajouter l’absence d’information concernant le port de destination, le nom du destinataire et les marques commerciales, fait penser que, même si elle s’inspire directement du cahier de bord, cette liste n’en reproduit que les éléments nécessaires à un objectif particulier : dans ce cas. Le paiement des droits perçus par le consul vénitien d’Alexandrie sur les mouvements commerciaux des Vénitiens. Par conséquent, l’expression meso a so’conto, figurant au bas des groupements de marchandises de chaque marchand (non au bas des listes des sachets d’espèces), ne se réfèrerait pas au paiement des nolis, comme l’a suggéré Melis, mais plutôt au paiement des taxes dues au consulat, comme nous le verrons plus bas39.

  • 40 B. Arbel, Attraverso il Mediterraneo nel 1499 : una nave veneziana naufragata a Cipro e il suo car (...)
  • 41 Ibid., p. 112.
  • 42 Ibid., p. 110-115 (avec les reproductions photographiques des deux listes).

26J’avais déjà eu l’occasion de publier un autre exemplaire rare d’une liste de chargement d’un navire privé, provenant d’un bateau naufragé sur la côte chypriote en 149940. Bien que rédigé par le scribe du bateau, il ne s’agit pas du cahier de bord original ou même d’une partie de celui-ci, mais plutôt d’une copie préparée par le scribe à la suite de l’accident, comme l’indique son titre (qui ne semble pas être interpolé ou ajouté à un document préexistant) : Libretto del cargo della nave fo patron ser Pasqual Vidal, naufragata a Salline, de man del suo scrivan Zuan Pasqualigo41. Au-dessous du titre figure la liste de chargement, rédigée selon un ordre chronologique. Chaque groupement d’articles est précédé de la date de son chargement dans le port d’origine, du nom de l’expéditeur, du nom du destinataire et du port dans lequel il devrait se trouver, ainsi que des renseignements concernant le paiement des nolis – déjà payés ou dus selon les cas. Sur les marges, à côté de chaque cargaison, apparaît la marque qui figurait aussi, selon l’indication du scribe (segnadi de l’avanti). sur les emballages des cargaisons correspondantes. Les sachets (gropi) contenant des monnaies d’or ou d’argent étaient énumérés séparément, de la même manière42. Apparemment, les circonstances particulières qui avaient amené à la rédaction de ce document nécessitaient une reproduction minutieuse de tous les renseignements relatifs aux cargaisons qui se trouvaient à bord. Le cahier à partir duquel ce livret a été reproduit ne nous est pas parvenu. Cependant, cet extrait très détaillé, envoyé de Chypre à Venise dans le dossier contenant toutes les informations sur le navire coulé, nous permet de nous faire une idée des caractéristiques du cahier original.

  • 43 ASV, Procuratori di San Marco, Commissarie miste, busta 181. M. Georg Christ, de Bâle, est actuell (...)

27Dans les Archives d’État de Venise sont conservés des exemplaires similaires, appelés libretti di cargo (en italien moderne : di carico). Quelques dizaines de documents de ce type proviennent des archives de Biagio Dolfin, déjà mentionné plus haut43. Ce sont souvent des petits livrets contenant quelques feuilles de papier étroites et allongées, liées par un fil. Leur couverture extérieure dépourvue de reliure en parchemin porte assez souvent la marque du patron du navire, sans doute pour confirmer l’authenticité du document.

28Dans plusieurs de ces exemplaires, les cargaisons sont ordonnées selon leur port de départ et leur port de destination. Par exemple, pour les navires qui parcouraient la route entre Venise et Alexandrie et faisaient escale à Corfou et en Crète, le livret contient des sections séparées pour les cargaisons envoyées de Venise à Corfou, de Venise en Crète, de Venise à Alexandrie, de Corfou à Alexandrie, et de Crète à Alexandrie. Dans chacune de ces sections, le nom de l’expéditeur apparaît en tête, suivi par l’indication de la marchandise ou des espèces et de leurs quantités respectives. En marge, du côté de chaque groupement de ce genre, sont dessinées les marques qui apparaissaient sur les colis correspondants. Quand le bateau ne faisait pas autant d’escales, la liste suivait simplement l’ordre chronologique des chargements dans le port d’origine. De toute façon, à la suite de ces renseignements sur l’expéditeur et les cargaisons apparaissent le nom du destinataire ainsi que le port dans lequel il devait se trouver. Finalement, le scribe notait les nolis de transport relatifs à la cargaison en question, mentionnant aussi s’ils avaient été payés. Dans le cas contraire, il stipulait par qui la transaction de paiement devait se faire. Comme dans le cas du navire coulé à Chypre, cette organisation des données sur les cargaisons dans les livrets de chargement reproduit, très vraisemblablement, celle qui apparaissait dans le cahier de bord. En fait, comme nous le verrons tout de suite, ces libretti di cargo ne sont pas des cahiers de bord originaux.

29Plusieurs de ces livrets ne possèdent qu’une partie de ces données et omettent de consigner des éléments essentiels comme le nom du destinataire ou les nolis de transport. Évidemment, dans ces cas, en préparant un extrait à partir de son cahier de bord pour la fiscalité consulaire, le scribe du bateau avait exclu les renseignements considérés comme inutiles pour cet objectif, tandis que d’autres scribes, peut-être plus consciencieux, transcrivaient à la lettre toutes les informations relatives aux cargaisons arrivées sur le bateau en question. Les exemplaires les plus complets sont assez similaires au libretto de 1499, décrit plus haut.

30D’autres listes de chargement conservées dans la commissaria de Biagio Dolfin n’ont pas l’aspect d’un cahier, mais plutôt de feuilles individuelles de diverses dimensions, dont quelques-unes ne sont que de petites fiches, provenant sans doute de modestes embarcations qui transportaient peu de marchandises. Les archivistes les appellent note di carico.

  • 44 Supra, n. 39.

31En marge de chaque groupe de données relatives à une cargaison enregistrée dans ces livrets et notes apparaissent les mots : meso a so conto (mis à son compte) ou bien : meso in libro (noté dans le livre), écrits par une autre main. Il s’agit, sans doute, d’une indication de l’administration consulaire, relative aux droits – le consolazzo ou bien le cottimo – que les marchands provenant des territoires vénitiens devaient payer sur les marchandises qu’ils exportaient à Alexandrie et en importaient44.

  • 45 Scialoja, Le galee grosse, cité supra n. 32 ; Tucci, Costi e ricavi, p. 183-184 ; Stöckly, Le .sys (...)
  • 46 Sacerdoti, Note sulle galere da mercato, cité supra n. 8. p. 97. Pour une raison mystérieuse, parm (...)

32Plusieurs de ces livrets de chargement proviennent de galères marchandes. Parmi les papiers du consul Biagio Dolfin nous trouvons, par exemple, un carnet allongé (7 x 22 cm) contenant quatre feuilles, où nous pouvons lire les noms des propriétaires des marchandises et le chargement d’une galère arrivée à Alexandrie le 11 octobre 1419. Dans ce cas, il est clair qu’il s’agit d’un extrait partiel du cahier de chargement tenu à bord, puisqu’il y manque les noms des destinataires, l’indication des cargaisons destinées aux ports intermédiaires, et les marques commerciales. En revanche, dans le livret provenant d’une galère amarrée à Alexandrie en mai 1418 figurent, en plus des marques commerciales, des détails sur les cargaisons destinées à Corfou et à Modon, ainsi que les noms des destinataires à Alexandrie. Les nolis de transport ne sont jamais mentionnés, car dans le cas des galères marchandes c’était à l’office des Extraordinari à Venise qu’on devait en principe régler ces paiements, tandis que pendant le voyage, comme il a été déjà signalé, cette fonction était réservée au capitaine du convoi45. De toute façon, cette information n’était évidemment pas nécessaire pour la comptabilité fiscale du consulat d’Alexandrie46.

33Par ailleurs, toutes ces listes appartenant aux papiers du consul Biagio Dolfin, autant celles relatives à des navires privés que celles provenant de galères d’État, sous forme soit de livrets, soit de fiches, ont une petite perforation au milieu de la page. Ce percement par une filza, sorte de clou servant à rassembler des papiers détachés, pourrait indiquer que leur transcription dans les livres de compte avait été effectuée. Mais surtout, ce qui nous a amené à conclure que tous ces documents ne sont que des copies, réside dans le fait que les renseignements contenus dans les livrets et notes de chargement de cette collection concernent uniquement le voyage à destination d’Alexandrie. Il paraît évident qu’au cours de leur voyage de retour, ces mêmes bateaux, chargés maintenant d’épices et d’autres produits de grande valeur, possédaient également des cahiers de chargement, et que leurs patrons étaient obligés de remettre les cahiers relatifs aux voyages d’aller et de retour au bureau des Extraordinarii à Venise. En fait, dans le cahier original de la galiaza gérée par Andrea Arian sont énumérées les cargaisons transportées en deux directions.

  • 47 Lane, The Mediterranen Spice Trade, cité supra n. 18, p. 27. n. 8.

34Il est également évident que les produits exportés à partir d’Alexandrie étaient aussi soumis à la fiscalité du consulat. L’absence de données relatives à ces exportations dans les livrets et notes de chargements de la commissaria Dolfin s’explique par le fait que l’enregistrement des marchandises exportées d’Égypte s’effectuait sans doute à la douane ou bien au fondaco des Vénitiens avant le chargement du bateau. Par conséquent, le consul ne dépendait pas des extraits des cahiers de bord pour noter dans ses propres livres de comptes les cargaisons et les droits imposés sur les mouvements commerciaux de ses compatriotes. C’est ainsi qu’Alessandro Magno pouvait copier en 1561 les listes des cargaisons que le navire Croce exportait d’Égypte tant à partir des papiers du consulat vénitien à Alexandrie qu’à partir du cahier de bord du même navire47.

35Pour résumer cette partie de notre étude, on pourrait conclure que les livrets de chargement et les notes de chargement dont il a été question dans ces derniers paragraphes ne sont évidemment pas les cahiers de bord originaux, pas même, du moins dans la plupart des cas, des copies précises des cahiers originaux. Il s’agirait plutôt d’extraits partiels de ces registres, relatifs à un voyage spécifique dans une direction unique, établis, entre autres choses, pour des motifs fiscaux. Ainsi, bien que contenant tous les éléments qui devaient normalement être consignés dans le cahier de chargement par le scribe officiant sur chaque bateau commercial, le libro di cargo du navire coulé aux abords des côtes de Chypre en 1499 ne représenterait qu’une copie du document original, indiquant les informations relatives au dernier voyage, et rédigée afin de régler les affaires touchant à cette fâcheuse traversée. Les autres documents de ce genre qui se trouvent dans la commissaria de Biagio Dolfin avaient un autre objectif et, par conséquent, ne présentent pas toujours un aspect aussi complet.

NOTICES DE CHARGEMENT

  • 48 J. Heers, Il commercio nel Mediterraneo alla fine del sec. xiv e nei primi anni del xv, Archivio S (...)
  • 49 Heers, Il commercio, cité note précédente, p. 158 ; Meus. Documenti, p. 324 et planche 96.
  • 50 Heers, Il commercio, p. 159.

36Un autre type de listes de chargement peut être défini comme « notices de chargement ». Ce sont en grande partie des renseignements sur les cargaisons de navires, fournis dans les lettres envoyées par des agents commerciaux stationnés en divers points du réseau concerné. Beaucoup de listes, appelées carichi di navi, appartenant à cette dernière catégorie, sont présentes dans la correspondance du marchand toscan Francesco Datini da Prato48. Ce sont pour la plupart des feuilles allongées et étroites qui, comme les listes des prix (un autre outil essentiel dans le monde des marchands), accompagnaient les lettres commerciales49. En plus de ces lettres, les archives Datini contiennent aussi quelques registres où étaient notés systématiquement les cargaisons de navires et les prix des produits, souvent énumérés dans un même ordre50.

  • 51 Ibid., p. 181.

37Les listes de chargement de ce type n’étaient donc ni des cahiers de cargaisons qui accompagnaient les marchandises d’un navire particulier à sa destination, ni des copies de livrets de chargement du type trouvé parmi les papiers de Biagio Dolfin, mais plutôt des rapports dont l’envoi n’engendrait pas forcément une opération dans le champ commercial ou fiscal. Bien qu’elles fussent destinées à un entrepreneur privé, elles remplissaient, pour ainsi dire, les fonctions des pages financières et commerciales de nos quotidiens actuels. Malgré la durée considérable de la transmission des nouvelles par mer, ces listes, comme d’autres genres d’informations, permettaient aux entrepreneurs de prendre leurs décisions quant aux acquisitions, achats, investissements et envois des marchandises. Dans ce milieu mercantile, où chaque bribe d’information, et pas uniquement des renseignements de nature purement économique, était considérée comme vitale pour l’activité commerciale, les notices de chargement occupaient, semble-t-il, une place d’honneur. Jacques Heers a supposé que ces notices de chargement provenaient de l’administration douanière, plutôt que des cahiers des scribes des bateaux, sans exclure, tout de même, l’existence d’autres sources d’information51. Quoi qu’il en soit, nous pouvons imaginer ces marchands avides de recueillir le plus d’informations possible sur chaque navire qui partait ou arrivait.

  • 52 Ibid., p. 160.
  • 53 Ibid., p. 174.

38Jacques Heers avait aussi signalé quelques problèmes inhérents à ce type de renseignements. Ainsi, dans l’une desdites listes, on rapporte que le chargement de poivre contenait « 111 pondi, altro dice 143 », ou, autre exemple, qu’un chargement de sucre contenait « 27 pondi, altro dice 22 »52. Dans un autre cas, la liste des chargements d’un navire catalan est agrémentée d’un commentaire selon lequel il semblait que le navire en question avait un chargement une fois et demi plus grand que celui déclaré aux autorités53. En fait, très souvent il s’agit d’informations recueillies par différentes voies par des marchands en place, informations qu’ils n’avaient d’ailleurs pas toujours moyen de vérifier. Étant donné que les autorités elles-mêmes se contentaient généralement des déclarations des marchands sur le contenu de leurs caisses et autres emballages, cette pratique n’est pas étonnante.

  • 54 D. Malipiero, Annali veneti dall’anno 1457 al 1500 del senatore Domenico Malipiero, ordinati e abb (...)
  • 55 G. Priuli, Idiarii (1494-1512). éd. A. Segre [vol. I] et R. Cessi [vol. 2], Città di Castello-Bolo (...)
  • 56 M. Sanudo, . diarii di Marino Sanuto, éd. F. Stefani et alii, 58 vol. , Venise 1879-1902.

39Pour la fin du quinzième et le début du seizième siècle, nous disposons de listes semblables relatives aux chargements des galères marchandes vénitiennes, mais provenant de sources de nature différente. Il s’agit de trois chroniques vénitiennes : celle de Domenico Malipiero, qui s’étend des années 1457 à 150054 ; celle de Girolamo Priuli, couvrant les années 1494-1512 (mais partiellement perdue)55, et le fameux journal de Marin Sanudo, écrit entre 1496 et 153356. Ces trois auteurs étaient des patriciens vénitiens, et tous les trois ont choisi d’inclure dans leurs chroniques, quand ils pouvaient le faire, des informations sur les cargaisons des galères marchandes qui partaient de Venise ou y revenaient. Malipiero et Priuli étaient eux-mêmes des marchands, ce qui n’est pas le cas de Sanudo, mais dans le milieu vénitien, tout ce qui concernait le commerce, et le commerce maritime en particulier, était digne d’attention.

  • 57 Arbel, The Last Decades, cité supra п. 2. Le journal de Sanudo continue jusqu’à 1533, mais pour le (...)
  • 58 Cf. Priuli, . diarii, cité supra n. 55, 1, p. 59-60 (galères de Beyrouth, d’Alexandrie et de trafe (...)
  • 59 Ibid., 10, col. 95-96.
  • 60 Ibid., 54, col. 131 (cargaisons de 3 navires arrivés le 5 août 1530 à Lisbonne) ; ibid., 55, col. (...)

40Au cours de ma recherche sur les exportations vénitiennes vers les territoires mamelouks à la fin du quinzième et au début du seizième siècle, j’ai pu trouver dans ces chroniques sept listes détaillées de chargement, ainsi que neuf autres descriptions moins précises des cargaisons des galères partant de Venise vers Alexandrie et Beyrouth entre 1495 et 151357. Bien entendu, les chargements des galères qui revenaient du Levant musulman y sont documentés aussi58. En effet, ces chroniqueurs nous fournissent des renseignements sur les cargaisons de toutes sortes de navires, vénitiens et autres, qui voyageaient aux quatre vents. Par exemple, Sanudo rapporte des informations sur la cargaison d’un navire génois à Beyrouth, dont le patron était Antonio Jula de Franchi59. Le même journal contient aussi deux listes relatives aux chargements de navires portugais qui revenaient des Indes à Lisbonne chargés d’épices60. Bien entendu, ces nouvelles étaient suivies avec un intérêt mêlé d’inquiétude par les milieux commerciaux de Venise, et nous pouvons supposer que, même si à l’origine elles étaient destinées à un usage privé, dès leur arrivée dans la cité lagunaire, ces listes passaient vite dans la sphère du domaine public. Dans ce cas aussi, il s’agit de renseignements recueillis par l’intermédiaire de tierces personnes, avec tous les aléas qui peuvent en résulter au niveau de la crédibilité ou de la précision de telles sources. Naturellement ceci n’exclut pas la possibilité que ces listes aient authentiquement reflété la réalité.

  • 61 Sur le problème des retards des galères, voir B. Doumerc, La crise structurelle de la marine vénit (...)
  • 62 Sanudo, . diarii, 9, col. 536 : In questi zorni vene lettere di Puola de le galie di Alexandria, e (...)
  • 63 Ibid., 14, col. 25 : In questa matina se intese le galie di Alexandria esser zonte in Istria, a Pr (...)

41Mais c’étaient surtout les bateaux qui sillonnaient la mer entre Venise et le Levant musulman, et particulièrement l’Égypte et la Syrie, qui attiraient l’attention de nos chroniqueurs. Le commerce avec ces pays constituant dans une large mesure la base de beaucoup d’autres mouvements commerciaux, il était au centre des intérêts des milieux marchands de la cité lagunaire. Quelques observations faites par ces chroniqueurs nous permettent de retracer la provenance de ce type de listes de chargement. À un moment donné, à la veille de leur départ, les galères marchandes devaient quitter la lagune pour les ports d’Istrie - Pola, ou bien Parenzo61. Puisque ces ports n’étaient pas trop éloignés de Venise, il est probable que, tant qu’elles n’avaient pas largué définitivement les amarres, on pouvait encore y charger des marchandises, en se servant de petites embarcations qui faisaient la navette entre la lagune et les côtes istriennes. Ceci paraît vraisemblable, puisque, selon Sanudo, c’était seulement avant de quitter l’Istrie que le capitaine du convoi envoyait à Venise la liste de chargement des galères mises sous sa responsabilité62. Pour les voyages de retour, c’est aussi à partir de l’Istrie que le capitaine envoyait à Venise la liste des chargements, c’est-à-dire avant que les galères n’aient atteint la lagune63.

42Comment se présentent ces notices de chargement ? Chaque produit y est énuméré avec la quantité correspondante, les unités d’emballage étant souvent indiquées laconiquement par des abréviations. Pour les produits importés du Levant, Priuli indique aussi leurs prix en Syrie ou en Égypte. Il n’y a pas de subdivision par galère individuelle ou par marchand. Les quantités sont signalées globalement, le but étant d’offrir un tableau d’ensemble plutôt qu’une liste très détaillée. Il est évident que ces notices ne reproduisent pas les cahiers de chargement tenus par les scribes de chaque navire. Elles représentent plutôt soit des résumés établis à partir du livret de chargement tenu par le capitaine, reproduites à l’usage du gouvernement vénitien, soit une reconstruction approximative, qui prend appui sur les nouvelles qui circulaient au Rialto.

  • 64 P. ex. Sanudo, Il diarii, 14, col. 25 (1512, poivre en tête) ; ibid., 32, col. 297 (1521, gingembr (...)

43Les listes rapportées par les chroniqueurs ne suivent pas un ordre uniforme. Les produits les plus importants sont généralement cités en tête de liste, quoique cet usage ne soit pas rigoureux. Dans les listes de produits exportés, ce sont tantôt les toiles, tantôt les plaques ou les pains de cuivre qui ouvrent la liste. Les quantités d’argent liquide, en revanche, sont toujours enregistrées à la fin. Dans les listes relatives aux galères revenant du Levant, ce sont les épices qui apparaissent en tête, surtout le poivre, mais pas systématiquement, car il y avait parfois à bord des quantités plus grandes d’autres produits, par exemple du gingembre64. Ensuite, apparaissent les autres épices (y compris, naturellement, les produits médicaux et cosmétiques et les matières colorantes).

  • 65 Scialoja, Le galee grosse, p. 279-280.
  • 66 G. Luzzatto, Vi furono fiere a Venezia Recueils de la Société Jean Bodin. 5, Les foires, Bruxelles (...)

44Le but de ces dépêches d’Istrie est assez évident. Les galères marchandes qui appartenaient à la République étaient surveillées très attentivement tant au niveau de leur déplacement que de leur gestion. Le capitaine du convoi était un représentant de l’État qui devait veiller aux intérêts publics relatifs aux navires placés sous sa responsabilité. Par ailleurs, rappelons que les droits de douane s’appliquaient aux exportations ainsi qu’aux importations et que la République touchait quelquefois une partie des nolis payés sur les cargaisons des convois officiels65. Pour les cargaisons provenant du Levant, les motifs de l’envoi des listes à partir d’Istrie ne sont pas moins évidents. A côté des raisons déjà signalées à propos des galères voyageant vers l’Orient, rappelons que celles qui en revenaient transportaient des articles de très grande valeur. Leur arrivée changeait le rythme de vie dans la grande ville portuaire, créant une espèce de foire. Les marchandises apportées à leur bord n’étaient pas seulement attendues à Venise, mais dans un rayon qui couvrait l’Europe entière66. Puisque l’entrée des galères dans la lagune pouvait parfois être retardée par des conditions atmosphériques ou d’autres facteurs (une rumeur de peste, par exemple, qui impliquait la quarantaine), l’envoi des listes d’Istrie était d’une importance capitale.

  • 67 Priuli, . diarii, 1. p. 73.

45C’est sans doute pour éviter cette attente que les marchands quittaient les galères avant l’accostage à Venise. Ainsi, bien avant le déchargement des cargaisons dont ils connaissaient le détail, ils se rendaient rapidement au marché. Détenteurs d’informations inconnues des autres, ils avaient toutes les chances de faire de bonnes affaires. Par exemple, Priuli écrit que le 9 novembre 1497, à quatre heures de l’après-midi, arriva une embarcation (gripo) de Modon, à bord de laquelle se trouvaient des personnes qui venaient justement de quitter les galères de Beyrouth et d’Alexandrie. Cependant, il semble qu’il n’était pas facile de tenir secret ce genre d’information, puisque juste après cette nouvelle notre chroniqueur nous fournit les listes des cargaisons de ces mêmes galères67.

  • 68 Toutes ces listes sont rassemblées en annexe dans Arbel, The Last Decades.
  • 69 Priuli. I diarii, l. p. 109.

46Mais ce n’était pas toujours le cas. Malgré leur intérêt pour ce domaine, les trois chroniqueurs, bien qu’appartenant au patriciat, ne parvenaient pas toujours à accéder aux listes détaillées, et devaient souvent se contenter de renseignements plus succincts. Malipiero ne rapporte jamais de listes détaillées dans sa chronique, se limitant à mentionner les articles les plus importants à bord des galères et leurs quantités. Priuli nous fournit des listes qui paraissent assez complètes pour les galères d’Alexandrie en 1500 et en 1503, et pour celles qui partaient pour Beyrouth en 1500 et en 1502, mentionnant seulement les détails essentiels relatifs à ces deux lignes en 1495, 1498, 1501, 1503 et 1504. Chez Sanudo nous trouvons des listes détaillées concernant les galères d’Alexandrie datant des années 1510 et 1511, un résumé de liste pour l’année 1509, ainsi qu’une seule liste détaillée relative au voyage de Beyrouth qui eut lieu en 151368. Priuli a même laissé des espaces vides après l’énumération des produits importés par les galères de Beyrouth et de trafego en 1498, signe qu’il conservait l’espoir de compléter plus tard les données concernant leurs quantités et leurs prix69.

FACTURES (FATTURE) ET CONNAISSEMENTS (POLIZZE)

  • 70 Voir Arbel, Venetian Trade in Fifteenth-Century Acre : The Letters of Francesco Bevilaqua, Asian a (...)
  • 71 P. ex. F. Braudel, A. Tenenti, Michiel da Lezze, Marchand vénitien, 1497-1514, Wirtschaft, Geschic (...)
  • 72 Voir, par exemple, Melis, Documenti, p. 296 ; E. Ashtor, The Venetian Cotton Trade in Syria in the (...)
  • 73 Jal, Glossaire nautique, s. v.

47Les factures de chargement (en italien : fattura) représentent un autre type de liste70. Comparé aux autres types de listes présentés plus haut, ce genre de documents est beaucoup plus fréquent dans les Archives vénitiennes, surtout dans les séries contenant des lettres commerciales, comme la Miscellanea Gregolin, ou les commissarie des Procuratori di San Marco (où sont conservés, entre autres, des papiers appartenant à des marchands décédés)71. Très souvent, il s’agit de listes de chargement concernant un seul type de marchandise. C’est par exemple le cas des chargements de coton et de fil de coton provenant de Syrie et de Palestine, envoyés par les bateaux de la muda dei gotoni72. Ces fatture sont pour la plupart des petits billets de papier insérés dans la correspondance commerciale. Leur fonction était de faire parvenir au destinataire une facture relative à une certaine marchandise, qu’ils accompagnaient le plus souvent. Bien qu’ils puissent être utiles à l’étude des activités de négociants particuliers, ces documents ne présentent qu’un intérêt limité pour l’historien qui se propose d’étudier l’ensemble des mouvements commerciaux. De toute façon, dans ce cas, nous n’avons pas affaire à des connaissements (polizze). c’est-à-dire à des reçus, rédigés par le scribe du bord lors du chargement de la marchandise, contenant l’engagement de la remettre à un destinataire dans un port déterminé73.

  • 74 Bensa, Francesco di Marco Datini, p. 173-77, 363, 395-96 (le terme espagnol, figurant quelquefois (...)
  • 75 Cf. ibid., p. 173-74, 176, 363, 395-396.
  • 76 ASV, Procuratori di San Marco, Commissarie miste, busta 116 (commissaria Alvise Baseggio), ins. XI

48Dans la collection de documents de la commissaria Dolfin, il y a six petites fiches (7,5 x 15 cm), datées de l’année 1434, contenant des listes de chargement d’étain (un produit importé régulièrement en Égypte par les Vénitiens), mentionnant l’indication du navire qui l’avait convoyé et les noms du destinataire et de l’expéditeur. Comparées aux polizze du Trecento étudiées par Bensa74, elles sont plutôt rudimentaires puisque le nom du patron ou du scribe et leurs marques, ainsi que l’indication explicite du port de destination, n’y figurent pas. En outre, il faut signaler l’absence de la formule d’engagement de la part des autorités du bateau75. C’est pourquoi, même si un archiviste anonyme les a définies comme des polizze, ces fiches ne sont pas des connaissements, mais plutôt une espèce de bollettini, dont la fonction reste encore à étudier. En revanche, des véritables polizze, le plus souvent écrites sur des petites fiches de papier, se trouvent parmi les documents de la commissaria Baseggio. Elles portent la date et le lieu d’émission, le nom du navire, le nom de l’expéditeur, la nature, la quantité et la destination de la marchandise, le nom du destinataire (avec engagement implicite de lui remettre le chargement en question), ainsi que sa marque commerciale, des précisions sur le nolis (pas toujours), le nom du scribe qui les avait signées ou du patron76. Sur le verso d’un ou deux de ces documents apparaît même l’indication polizza.

CONCLUSION

49Dans le milieu vénitien du quinzième et du début du seizième siècle, les listes de chargement de navires constituent un corpus varié de documents élaborés dans des circonstances diverses et en vue d’objectifs différents. En fait, pour la période qui va jusqu’au début du seizième siècle, nous ne sommes en possession, à ma connaissance, que d’un seul et unique manuscrit original de cahier de chargement, à savoir celui de la galiaza qui prenait la route entre Venise et l’Orient méditerranéen en 1408. Quant aux copies des livrets de chargement (libretti di carico). partielles ou complètes, dont nous disposons, elles étaient pour la plupart destinées à la comptabilité des consulats vénitiens localisés outre-mer et avaient principalement une fonction fiscale. Les notes de chargement de navires, plus modestes, ne sont qu’une version rudimentaire de ces copies de livrets. En revanche, ce que nous avons appelé les notices de chargement, que l’on trouve dans la correspondance commerciale de Francesco Datini et dans les chroniques vénitiennes de Malipiero, Priuli et Sanudo, contenaient soit des renseignements recueillis par des marchands, agents et autres informateurs, qui n’avaient pas forcément de rapport direct (ou une quelconque responsabilité) avec le chargement des cargaisons qui y sont décrites, soit des données provenant de rapports officiels envoyés d’Istrie par les capitaines des convois des galères marchandes. Enfin, les factures de chargement qui accompagnaient les envois de diverses marchandises sur les bateaux vénitiens, ainsi que les connaissements (polizze) qui attestaient les chargements sur ces navires, ne se rapportaient généralement qu’à des cargaisons spécifiques.

  • 77 Ceci se voit clairement dans plusieurs documents de ce genre, où les données sur la nature et les (...)
  • 78 Cf. le voyageur juif Meshulam de Volterra, qui cacha ses espèces dans ses souliers en arrivant à A (...)
  • 79 Priuli, . diarii, l, p. 30.
  • 80 Ibid., 1, p. 94.
  • 81 F. C. Lane, Venetian Shipping during the Commercial Revolution, Venice and History, p. 7 (réimpres (...)

50En utilisant tous ces types de listes, l’historien doit toutefois prendre en considération la question de la fraude fiscale. Ce problème se pose surtout pour les galères marchandes, qui transportaient des marchandises très chères mais peu volumineuses, ce qui rendait le contrôle plus difficile. Rappelons aussi que les cahiers de chargement étaient fondés sur les déclarations des marchands sur le contenu de leurs colis77. De plus, compte tenu de la tentation d’éviter le paiement des nolis, des droits douaniers et consulaires, il est plus que probable que les quantités et la nature même des différentes cargaisons ne correspondaient pas toujours à ce qui était répertorié dans les cahiers de chargement et dans les listes rapportées par les capitaines des convois. Nous pouvons supposer qu’au moins une partie des marchandises de petite taille et de grande valeur, comme les pierres précieuses, les diamants et même les espèces pour lesquelles on payait aussi des nolis, ne figuraient pas sur ces listes78. Dans certains cas, ces fraudes fiscales pouvaient atteindre des sommes considérables. Faisant référence aux grandes quantités de marchandises et d’espèces qui étaient convoyées sur les galères en partance pour Beyrouth en 1495, Priuli avoue qu’il lui est impossible de rapporter des chiffres exacts, « perché non se intende la veritade »79. De même, à propos des quantités d’or et d’argent à bord des galères d’Alexandrie en 1498, il dit que leur valeur réelle pouvait être bien plus élevée que les 240 000 ducats officiellement déclarés, car : « sempre se dice de menno (sic) per el pagar del nolo »80. En dernier lieu, il faut prendre en considération les petites cargaisons des marins et des officiers des bateaux, qui ne s’en tenaient pas toujours aux quantités que les règlements officiels leur permettaient de convoyer81.

51Un autre problème susceptible de créer une certaine confusion chez un chercheur non averti est que, dans ce monde de navigation commerciale, on employait souvent les mêmes termes pour désigner des documents de nature différente. Ainsi, quatemus pouvait aussi bien signifier le cahier de comptabilité, appelé quelquefois sariato, que le livret de chargement. De même, le terme « livret de chargement » (libretto de cargo) pouvait indiquer soit le cahier de bord tenu par le scribe du navire, soit un extrait de celui-ci, reproduit par le même scribe. Quoi qu’il en soit, il est raisonnable de supposer que les originaux de ces documents, ou au moins leurs copies, ont été conservés par les propriétaires de navires pour des motifs évidents. Ce fait rend plus surprenante encore la disparition presque totale de cette précieuse documentation, dont nous ne possédons généralement que des copies, pour la plupart partielles. Eu égard à la complexité et aux lacunes caractérisant le corpus des listes de chargement, l’historien qui se sert de ces différents types de sources ferait bien de prendre en considération ces diversités, avec toutes les conséquences qui en découlent pour la connaissance du commerce maritime au quinzième et au début du seizième siècle.

Notes

1 B. Arbel, The Last Decades of Venice’s Trade with the Mamluks : Importations into Egypt and Syria, Mamluk Studies Review 8/2, 2004, p. 37-86.

2 M. Balard, Navigations génoises en Orient d’après des livres de bord du xive siècle, Comptes rendus de l’Académie des Insriptions & Belles-Lettres, 1988. p. 51.

3 J. M. Pardessus, Collection de lois maritimes antérieures au xviiie siècle, 2, Paris 1831, p. 66-68 ; A. Jal, Glossaire nautique, 1, Paris 1848, p. 433.

4 R. Predelli, A. Sacerdoti, Gli statuti marittimi veneziani fino al 1255, Nuovo archivio veneto 5, 1903, p. 197-198.

5 Ibid., p. 195 : Mandamus quod quelibet navis vel aliud lignum de ducentis milliariis et inde supra habere debeant duos scribanos qui debeant scribere omnes merces, numero et pondere, que in navi caricabuntur, cas eorum signo signantes...

6 Ibid., p. 197 ; D. Stöckly, Le système de l’incanto des galères du marché à Venise (fin xiiie-milieu xve siècle). Leyde 1995 (The medieval Mediterranean 5), p. 60.

7 ASV, Senato Mar, reg. 10, fol. 118.

8 E. Bensa, Francesco di Marco da Prato. Notizie e documenti sulla mercatura italiana del secolo xiv. Milan 1928. p. 174-175 ; A. Sacerdoti, Note sulle galere da mercato veneziane nel xv secolo. Bolletino dell’Istituto di Storia della Società e dello Stato veneziano 4, 1962, p. 81, 90-91 ; G. Cassandro, La formazione del diritto marittimo veneziano, Venezia e il Levante fino al secolo xv. 1/1, éd. A. Pertusi, Florence 1973, p. 196-197 ; U. Tucci, Il documento del mercante, ASLi, n. s. 29, n° 2, 1989, p. 558-559. Doris Stöckly (Stòckly, Le système de l’incanto, cité supra n. 6. p. 290, n. 95) se réfère à Giovanni Manzini, qu’elle appelle « scribe et notaire sur les galères de Barbarie et de Flandre entre 1472 et 1476 ». Manzini était le prêtre-notaire, et non le scribe de ces galères. De toute façon, son cahier, publié récemment, n’est pas le cahier de bord des galères concernées. Cf. Quaderno di bordo di Giovanni Manzini, prete-notaio e cancelleire (1471-1484). éd. L. Greco, Venise 1997. Pour la distinction entre le prêtre-notaire et le scribe, voir, par exemple, Stöckly, Le système de l’incanto, p. 367, 369 (incanto des galères de Tana, 1424), et ASV, Senato Misti, reg. 55. fol. 119-121 (incanto des galères de Romanie, 1425).

9 ASV, Senato Mar. reg. 6, fol. 112 (incanto des galères de Flandre, 1459). Le prêtre-notaire des galères qui émettait des bollettini à Giacomo Badoer à Constantinople ne le faisait donc pas en guise de scribe ; cf. J.-Cl. Hocquet. Ships, Sailors and Maritime Activity in Constantinople (1436-1440), Journal of European Economic History 30, 2001. p. 541-542.

10 ASV. Procuratori di San Marco, Commissarie de ultra, busta 100 (Commissaria Francesco Contarini), Sanato de la galea di Fiandra de mi Francesco Contarmi, fol. 19. Voir aussi U. Tucci, Costi e ricavi di una galera veneziana ai primi del Cinquecento, Mercanti, navi, monete nel Cinquecento veneziano. Bologne 1981. p. 161-230. Suite à la réorganisation du fond en question, le numéro de la busta fourni par Tucci n’est plus valable.

11 Ce squarzafoio était probablement une espèce de brouillon, servant pour une notation préliminaire des cargaisons ; voir G. Patriarchi, Vocabolario veneziano e padovano, co’ termini e modi corrispondenti toscani, Padoue 1775, p. 308 (s.v. « squarzo ») ; S. B Attaglia, Grande dizionario della lingua italiana 19, Turin 1998, p. 1092 (s.v. « squarciafoglio »).

12 D. Durante, G. F. Turato, Dizionario etimologico veneto-italiano, Padoue 1975, p. 662 (s.v. « zesta-zesto »).

13 Se fondant sur l’incanto des galères de Romanie en 1424, Stöckly mentionne « l’obligation de faire noter par le scribe les marchandises dans deux cahiers différents » (Stöckly, Le système de l’incanto, p. 60), mais le texte de cet incanto, publié in extenso en annexe de son livre (ibid.. p. 364-369), ne comprend pas une telle clause.

14 ASV, Senato Misti, reg. 41. fol. 14 (3 juin 1389).

15 Supra, n. 9.

16 ASV, Senato Mar, Incanti di galere, reg. 1, fol. 116 (1486).

17 ASV, Senato Mar, reg. 10, fol. 118 (1477).

18 Folger Shakespeare Library, Washington. Ms. 1317-1 (V.a. 259), fol. lv, 2v (à bord du navire Bona sur la route de Chypre en 1557) ; ibid., fol. 82r-82v (à bord du navire Croce sur la même route en 1561) ; ibid., fol. 110r-110v (à bord du navire Croce sur la route d’Alexandrie en 1561). Sur le voyage de Magno en Egypte, voir F. C. Lane, The Mediterranen Spice Trade : its Revival in the Sixteenth Century, Venice and History. The Collected Papers of F. C. Lane, Baltimore 1966, p. 25-28 (article publié originellement dans American Historical Review 45, 1940, p. 581-590).

19 Ibid., fol. 1v (...noliza la nave, tien li conti et scrive tutto quello che fa bisogno per essa nave).

20 Ibid., fol. 2v (...agiuta el scrivali tenendo conto del carico).

21 Marin Sanudo, De origine, situ et magistratibus urbis Venetae, ovvero La città dì Venetia (1493-1530). éd. A. Caracciolo Ariò). Milan 1980. p. 134, 274 (A questo officio vien presentato tutti li libreti delle merci tenuti per li scrivani delli navilii che intrano in Venetia, acciò la Signoria non sia inganna’, et etiam galie grosse, et nave).

22 ASV, Cinque Savi alla Mercanzia, busta 22 ter, fol. 63 (1428).

23 Michel Balard mentionne trois exemplaires de ce type datant du xive siècle. L’un d’eux fait l’objet de son étude sur la navigation génoise en Orient ; mais, comme il en convient lui-même, la source qu’il utilise ne saurait être considérée comme « un véritable livre de bord », car elle ne contient aucune inscription afférente à la cargaison et aucun contrat d’enrôlement. Il semble d’ailleurs que ce soit aussi le cas des deux autres exemplaires qu’il mentionne, au moins en ce qui concerne l’enregistrement de marchandises à bord. Voir Balard, Navigation génoise, cité supra n. 2, p. 782-783.

24 ASV. Procuratori di San Marco, Commissarie de ultra, busta 218, commissaria Bertucci Pisani. Je remercie le Professeur R. C. Mueller de l’Université Ca’ Foscari de Venise de m’avoir aidé à retrouver ce document.

25 Ce secteur est transcrit dans L. Fincati. Splendore e decadenza della marina mercantile di Venezia, Rivista marittima 1 (2), 1878. p. 171-174.

26 C.Ciano, Abordo della nave di Giovanni Carrocci nel viaggio da Porto Pisano a Palermo (1388-1389). Economia e Storia 13, 1966, p. 141-183.

27 Quaderno del viazo de 1414, asv, Miscellanea di atti diversi manoscritti, busta 134, brièvement présenté dans U. Tucci, Il servizi marittimi veneziani per il pellegrinaggio in Terrasanta nel medioevo. Studi Veneziani, n. s. 9, 1985, p. 60-63.

28 Ibid., p. 62-63.

29 E. Ashtor, Venezia e il pellegrinaggio in Terrasanta nel basso medioevo. Archivio Storico Italiano, anno 143, n° 525, 1985, p. 220-223 ; Tucci, i servizi marittimi, p. 47. 59.

30 Tucci, Costi e ricavi, cité supra n. 10.

31 Ibid.,p. 181-183.

32 Scialoja, Le galee grosse della Repubblica Veneta. Un precedente medioevale dei « pools » marittimi. Saggi di storia del diritto marittimo, Rome 1946. p. 249-307.

33 Supra, n. 10.

34 ASV. Procuratori di San Marco. Commissarie miste, busta 116 (commissaria Alvise Baseggio). ins. xi. La première feuille du même cahier, traitant le trajet entre Venise et la Crète, est publiée dans Documenti per la storia economica dei secoli xiii-xiv. éd. F. Melis, Florence 1972, p. 452 et pl. 149.

35 Bensa, Francesco di Marco da Prato, cité supra n. 8, p. 170 ; Tucci, Costi e ricavi, p. 162.

36 Supra, n. 21. La magistrature des Extraordinarii était responsable des affaires douanières, voir F. C. Lane, Maritime Law and Administration. 1250-1350. Vertice and History, cité supra n. 18, p. 250 (réimpression de l’article paru dans Studi in onore di Amintore Fanfani, Milan 1962. 3, p. 21-50) ; M. F. Tiepolo. Archivio di Stato di Venezia. Guida generale degli Archivi di Stato italiani 4, Rome 1994, p. 937.

37 Melis, Documenti, cité supra n. 34, p. 326 et planche 97.

38 Ibid., p. 328 et planche 98.

39 Sur les droits perçus par les consulats vénitiens du Levant sur les marchandises appartenant aux Vénitiens, voir E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Ages, Princeton 1983, p. 401-402 ; cf. É. Vallet, Marchands vénitiens en Syrie à la fin du xve siècle, Paris 1999, p. 155-159.

40 B. Arbel, Attraverso il Mediterraneo nel 1499 : una nave veneziana naufragata a Cipro e il suo carico, Le vie del Mediterraneo : idee, uomini, oggetti (secoli xi-xvi). éd. G. Airaldi, Gênes 1997, p. 103-115.

41 Ibid., p. 112.

42 Ibid., p. 110-115 (avec les reproductions photographiques des deux listes).

43 ASV, Procuratori di San Marco, Commissarie miste, busta 181. M. Georg Christ, de Bâle, est actuellement engagé dans une étude d’ensemble de cette riche collection. Je le remercie pour ses indications sur les listes de chargement qui y sont conservées.

44 Supra, n. 39.

45 Scialoja, Le galee grosse, cité supra n. 32 ; Tucci, Costi e ricavi, p. 183-184 ; Stöckly, Le .système de l’incanto, p. 215-216.

46 Sacerdoti, Note sulle galere da mercato, cité supra n. 8. p. 97. Pour une raison mystérieuse, parmi les documents de la commissaria Dolfin se trouve aussi un livret de chargement (en copie) des galères de Flandre de 1420.

47 Lane, The Mediterranen Spice Trade, cité supra n. 18, p. 27. n. 8.

48 J. Heers, Il commercio nel Mediterraneo alla fine del sec. xiv e nei primi anni del xv, Archivio Storico Italiano 113, 1955, p. 157. Sur Francesco Datini et ses archives, voir Bensa, Francesco di Marco da Prato, cité supra n. 8 ; I. Origo, The Merchant of Prato, Harmondsworth 1975.

49 Heers, Il commercio, cité note précédente, p. 158 ; Meus. Documenti, p. 324 et planche 96.

50 Heers, Il commercio, p. 159.

51 Ibid., p. 181.

52 Ibid., p. 160.

53 Ibid., p. 174.

54 D. Malipiero, Annali veneti dall’anno 1457 al 1500 del senatore Domenico Malipiero, ordinati e abbreviati dal senatore Francesco bongo, con prefazione e annotazioni di Agostino Sagredo, Archivio Storico Italiano 7, 1843-1844, p. 1-1138.

55 G. Priuli, Idiarii (1494-1512). éd. A. Segre [vol. I] et R. Cessi [vol. 2], Città di Castello-Bologne 1912-1936 (Rerum Italicarum Scriptores. Nuova ed. 24,3).

56 M. Sanudo, . diarii di Marino Sanuto, éd. F. Stefani et alii, 58 vol. , Venise 1879-1902.

57 Arbel, The Last Decades, cité supra п. 2. Le journal de Sanudo continue jusqu’à 1533, mais pour les années entre la chute des Mamelouks et 1533, j’ai réussi à y trouver seulement deux autres listes de ce genre, concernant les galères d’Alexandrie en 1525 et celles de Beyrouth en 1532 : Sanudo, I diarii, cité note précédente, 40, col. 175-176 ; ibid., 56, col. 787-788.

58 Cf. Priuli, . diarii, cité supra n. 55, 1, p. 59-60 (galères de Beyrouth, d’Alexandrie et de trafego, 1496) ; ibid., p. 73 (galères de Beyrouth et d’Alexandrie, 1497) ; ibid., p. 109 (galères d’Alexandrie et de trafego. 1498) ; ibid., 2, p. 273-274 (galères de Beyrouth, 1503) ; Sanudo, . diarii, cité supra n. 56, 14, col. 25-26 (galères d’Alexandrie, 1512) ; ibid., 25, col. 621 (galères de Beyrouth, 1518) ; ibid., 32, col. 297 (liste partielle, galères de Beyrouth, 1521) ; ibid, col. 438 (galères d’Alexandrie, 1521).

59 Ibid., 10, col. 95-96.

60 Ibid., 54, col. 131 (cargaisons de 3 navires arrivés le 5 août 1530 à Lisbonne) ; ibid., 55, col. 63 (cargaisons de quatre caravelles arrivées à Lisbonne en 1531).

61 Sur le problème des retards des galères, voir B. Doumerc, La crise structurelle de la marine vénitienne au xve siècle : le problème du retard des mude, Annales 40, 1985, p. 605-623.

62 Sanudo, . diarii, 9, col. 536 : In questi zorni vene lettere di Puola de le galie di Alexandria, et mandò il cargo... (12 février 1510) ; ibid., 17, col. 79 : Da sier Marc Antonio da Canal, capitanio di le galie di Baruto, date a... a Puola. Avisa il cargo di le do galie sue... ; la liste, rapportée peu après, est précédée par la date et le lieu de sa rédaction originale : 1513, a dì 18 settembre, ai scogi di Puola. ibid., 17, col. 82.

63 Ibid., 14, col. 25 : In questa matina se intese le galie di Alexandria esser zonte in Istria, a Prenzo, molto carge... e si ave il cargo di le galie, qual noterò qui avanti... (12 mars 1512).

64 P. ex. Sanudo, Il diarii, 14, col. 25 (1512, poivre en tête) ; ibid., 32, col. 297 (1521, gingembre en tête). Cf. Heers, Il commercio, p. 160, selon lequel le poivre figurait toujours en premier dans les listes Datini, car il reflétait les conditions du marché entier, étant aussi employé en guise d’argent.

65 Scialoja, Le galee grosse, p. 279-280.

66 G. Luzzatto, Vi furono fiere a Venezia Recueils de la Société Jean Bodin. 5, Les foires, Bruxelles 1953, p. 267-279 ; F. C. Lane, Fleets and Fairs : The Functioning of the Venetian Muda, Studi in onore di Armando Sapori, Milan 1957. 1. p. 651-653, republié dans Venice and History, p. 128-141.

67 Priuli, . diarii, 1. p. 73.

68 Toutes ces listes sont rassemblées en annexe dans Arbel, The Last Decades.

69 Priuli. I diarii, l. p. 109.

70 Voir Arbel, Venetian Trade in Fifteenth-Century Acre : The Letters of Francesco Bevilaqua, Asian and African Studies 22, 1988, p. 266, 283-284.

71 P. ex. F. Braudel, A. Tenenti, Michiel da Lezze, Marchand vénitien, 1497-1514, Wirtschaft, Geschichte und Wirtschaftsgeschichte, Festschrift zum 65. Geburtstag von Friedrich Lütge, éd. W. Abel et alii, Stuttgart 1966, p. 41 -46.

72 Voir, par exemple, Melis, Documenti, p. 296 ; E. Ashtor, The Venetian Cotton Trade in Syria in the Later Middle Ages, Studi Medievali 17/2, 1976, p. 714-15 ; Arbel, Venetian Trade, p. 266, 283-284.

73 Jal, Glossaire nautique, s. v.

74 Bensa, Francesco di Marco Datini, p. 173-77, 363, 395-96 (le terme espagnol, figurant quelquefois aussi dans la documentation italienne, est alberano).

75 Cf. ibid., p. 173-74, 176, 363, 395-396.

76 ASV, Procuratori di San Marco, Commissarie miste, busta 116 (commissaria Alvise Baseggio), ins. XI.

77 Ceci se voit clairement dans plusieurs documents de ce genre, où les données sur la nature et les quantités des cargaisons sont précédées des paroles : disse esser. P. ex. Melis, Documenti, p. 326 (dans la liste de 1399) ; Quaderno della galiazza, fol. 8v-13 (le registre de bord de 1408) ; Arbel, Una nave, p. 112-113 (le livret des chargements du bateau coulé en 1499).

78 Cf. le voyageur juif Meshulam de Volterra, qui cacha ses espèces dans ses souliers en arrivant à Alexandrie en 1481 à bord d’un navire génois : Meshulam de Volterra, Le voyage de Meshulam de Volterra en Eretz Israel en 5241, éd. A. Ya’ari. Jérusalem 1948, p. 45 (en hébreu).

79 Priuli, . diarii, l, p. 30.

80 Ibid., 1, p. 94.

81 F. C. Lane, Venetian Shipping during the Commercial Revolution, Venice and History, p. 7 (réimpression de l’article paru dans American Historical Review 38, 1933, p. 219-399) ; Id., Merchant Galleys, 1300-1334 : Private and Communal Operation, ibid, p. 220 (réimpression de l’article paru dans Speculum 38, 1963, p. 179-205) ; cf. Sacerdoti, Note sulle galere da mercato, p. 92-94.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Une page du cahier de bord de la galiaza d’Andrea Arian (1408) ASV, Procuratori di San Marco de ultra, Commissarie, b. 218, fol. 8v. (Photographie exécutée par la Section de Reproduction de l’Archivio di Stato de Venise. Autorisation : Ministerio per i Beni Culturali ed Ambientali, n° 66/2003)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k

Auteur

Université de Tel Aviv

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540