Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemins d'outre-mer

 | 
Damien Coulon
, 
Catherine Otten-Froux
, 
Paule Pagès
, 
et al.

Préface

Hélène Ahrweiler

Texte intégral

1La sobriété s’impose pour l’éloge académique d’un spécialiste du pays génois dont les navigateurs intrépides, les marchands entreprenants et les pirates troublaient le cours de l’histoire de Byzance. Je parle, bien sûr, de Michel Balard, du médiéviste qui étudia avec minutie archives et sources de toute nature se rapportant à Gênes pour montrer d’une manière magistrale que le monde méditerranéen de cette époque trouvait à travers et malgré de rudes conflits les éléments d’un quotidien solidaire.

2La civilisation chrétienne a unifié les rives septentrionales de la Méditerranée. Paradoxalement, le sentiment d’unité s’est maintenu plus qu’on ne l’a longtemps pensé, au-delà même du début des croisades ; il fallut la prise de Constantinople en 1204 par les croisés et le partage de l’Empire byzantin qui s’ensuivit pour exacerber les rapports entre l’Empire et le monde latin. Gênes y a joué un rôle important, soit comme rivale de Venise (grande bénéficiaire des événements de 1204), soit comme adversaire puis comme alliée, d’abord de l’empire de Nicée créé en Asie Mineure après la chute de Constantinople, ensuite de Byzance. Je fais allusion notamment au fameux traité de Nymphée qui fit de Gênes l’alliée privilégiée de l’Empire byzantin restauré en 1261. Jusqu’à la fin de Byzance et de l’empire de Trébizonde (1461), les intérêts génois, s’ils n’étaient pas contrecarrés par les agissements vénitiens, s’étendirent dans le Pont-Euxin, à Caffa et ailleurs ; et les Génois s’installèrent en maîtres dans maints territoires de l’Empire déclinant : l’île de Chios en fournit sans doute le meilleur exemple.

3Cette « Romanie génoise » n’a plus aucun secret pour cet érudit que notre maître commun, Paul Lemerle, baptisa « le Génois » en lui confiant l’étude de ce vaste domaine. Grâce à son œuvre (une trentaine de livres et de très nombreux articles dans des revues spécialisées), œuvre qui n’a pas négligé la vulgarisation de qualité, le monde génois médiéval est devenu familier non seulement aux spécialistes et à nos étudiants (comme Michel Balard me succéda en Sorbonne, je connais bien leur engouement pour son enseignement), mais encore au grand public. En outre les services que ce professeur exceptionnel a rendus à la communauté scientifique en assumant la présidence de diverses associations savantes (Fédération des Sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Ile-de-France, Society for the Study of the Crusades and the Latin East, Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public) montrent, s’il en était besoin, son attachement à défendre les intérêts d’une discipline parfois injustement remise en cause ajourd’hui.

4La carrière scientifique de Michel Balard reste à mon sens exemplaire à tout point de vue. Plus encore que ses titres - l’agrégation d’histoire, l’École française de Rome ou sa thèse ès lettres, dont j’ai eu l’honneur de présider le jury –, je mentionnerai la qualité de son enseignement aux Universités de Paris I. Paris-Val-de-Marne et Reims : ce service exigeant temps, caractère et dévouement, n’a pourtant pas empêché Michel Balard de devenir, grâce à son travail dans les Archives de Gênes et Prato, et comme Paul Lemerle l’avait prévu, « le Génois » que j’évoquais plus haut. Les élèves qu’il a formés pendant sa longue et fructueuse carrière (l’apport de plusieurs d’entre eux à ce volume montre la qualité de leur formation) continueront la tradition qui veut que le bon enseignement et la recherche aillent de pair, pour l’intérêt de la science et pour le bonheur de nos étudiants.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540