Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’enregistrement des données en archéologie

 | 
Candice Del Medico
, 
Marion Dessaint
, 
Camille Gorin

Normalisation de l’enregistrement des sépultures mérovingiennes alsaciennes

Objectifs, méthodologie et perspectives

Normalization of the Registration of Merovingian Burials in Alsace: Objectives, Methodology and Prospects

Thomas Fischbach

Résumé

Un projet collectif de recherche intitulé « Espaces et pratiques funéraires en Alsace aux époques mérovingiennes et carolingiennes (ve-xe siècles) » a été entamé en 2014. Réunissant les trois opérateurs d’archéologie préventive en Alsace que sont l’INRAP, Archéologie Alsace et Antea Archéologie, sa direction est également assurée par un représentant de chacun de ces opérateurs. Le partage et la mise en commun des données sont donc les piliers de ce projet de recherche.
Dès le début de ce projet, de nombreux thèmes de recherche ont été définis puis portées par les différents participants. Certains d’entre eux s’intéressent aux ensembles funéraires dans leur globalité, en abordant par exemple la question de leur gestion ou de leur environnement, alors que d’autres thématiques abordent certains aspects bien précis des pratiques funéraires du haut Moyen Âge. C’est notamment le cas en ce qui concerne les données biologiques des populations ou bien certains types d’objets découverts dans les sépultures. D’autres enfin nécessitent une synthèse et un regroupement de ces différents aspects.
Afin de pouvoir amorcer ces travaux de synthèse, il était indispensable que les données concernant les sites et les sépultures du corpus soient toutes décrites et enregistrées uniformément. Il fallait tout d’abord déterminer des critères et un vocabulaire descriptif commun, puis de collecter les données selon cette nomenclature. Ce travail concernait les ensembles funéraires mais aussi les sépultures en elle-même.
Pour les ensembles funéraires, des fiches et de notices de sites ont été créées selon un modèle préétabli. Ces fiches et notices regroupent les informations, les descriptions et les points d’intérêts propres à chaque ensemble funéraire de façon synthétique. En ce qui concerne les sépultures, plusieurs points ont été abordés. Tout d’abord, les squelettes nécessitant un réexamen ostéologique ont été réétudiés afin de déterminer leur sexe et leur âge selon les mêmes méthodes d’un site à l’autre.
L’architecture funéraire à quant-à-elle fait l’objet d’une réunion de travail afin de s’accorder sur sa description et sa terminologie. Le but était ici de déterminer précisément les critères descriptifs de l’ensemble des éléments touchant à l’architecture funéraire et leur méthode d’enregistrement.
Enfin, un travail analogue a été réalisé pour le mobilier funéraire. L’enjeu pour ce dernier était de trouver le juste milieu entre la donnée objective et la précision typologique trop précise pour être pertinente.
La finalité de ce travail est la mutualisation de l’ensemble de ces informations au sein d’une base de données commune ainsi que la mise en ligne de cette base sur un site internet dédié. Ainsi, les données concernant les ensembles funéraires alsaciens seront accessibles, en totalité ou en partie, aux chercheurs travaillant sur ces thématiques.

Texte intégral

Remerciements : cet article a été préparé avec la collaboration de Franck Abert (Archéologie Alsace), Hélène Barrand-Emam (Antea Archéologie, UMR7044 Archimède), Madeleine Châtelet (INRAP, UMR7044 Archimède), Fanny Chenal (INRAP, UMR7044 Archimède) et Amandine Touzet (Antea Archéologie).

1L’Alsace compte actuellement environ 470 sites funéraires du haut Moyen Âge. Parmi ces sites, une cinquantaine ont été fouillés selon une approche archéo-anthropologique. Malheureusement, les publications les concernant sont restées relativement limitées et il manquait jusqu’à présent une réflexion globale et synthétique sur ces données (Waton, 2006 ; Blaizot, 2012). C’est en ce sens qu’un projet collectif de recherche (PCR) intitulé « Espaces et pratiques funéraires en Alsace aux époques mérovingiennes et carolingiennes (ve-xe siècles) » a été amorcé en 2014 puis entamé en 2015. Les thématiques de ce projet de recherche ont en commun d’être des études synthétiques qui nécessitaient avant tout un enregistrement normalisé de la documentation à toutes les échelles, allant du site à l’objet. Il était donc essentiel de mettre en place un vocabulaire commun et des outils de saisies adaptés au corpus de sites.

Description du projet de recherche

2Dès le début, ce projet s’est voulu pluridisciplinaire et interinstitutionnel. La cinquantaine d’ensembles funéraires fouillés depuis les vingt dernières années l’ont été par les trois opérateurs d’archéologie préventive présents dans la région, à savoir l’Inrap (et l’Afan pour les fouilles antérieures à 2001), Archéologie Alsace (nommé pôle d’archéologie interdépartemental rhénan, ou PAIR, jusqu’en 2016, qui est un service territorial) et Antea Archéologie (opérateur privé). Dans ce contexte, il était également essentiel que la direction de ce PCR soit collégiale avec un représentant de chacun de ces trois opérateurs d’archéologie préventive. Chacun de ces trois opérateurs s’est donc également engagé dans ce projet en termes de moyen et de temps alloués.

3Il était impossible, dans le cadre de ce PCR, de traiter l’intégralité des presque 470 sites funéraires alto médiévaux de la région ; il a donc été d’emblée décidé de se concentrer sur les ensembles funéraires bénéficiant d’une description précise du contexte de découverte. Ainsi, 51 sites ont été retenus pour un total de 1960 sépultures. Parmi ceux-ci, dix bénéficiaient d’une étude récente et plus aboutie, notamment en ce qui concerne le mobilier funéraire.

4Cinq axes de recherche thématiques et transversaux ont ainsi été définis, regroupant chacun plusieurs thèmes. Les différentes thématiques ont été proposées par les différents participants au PCR, selon leurs propres travaux et/ou leurs intérêts scientifiques :

  • l’axe 1 intitulé « Typologie et chronologie » regroupe des thèmes portant sur la typologie régionale des sépultures à inhumation et la typochronologie du mobilier ;

  • l’axe 2 s’intéresse à la population inhumée et son identité biologique. Dans cet axe sont développés deux thèmes qui portent sur la caractérisation biologique de la population et sur la validation statistique de la détermination sexuelle reposant sur la valeur discriminante du mobilier archéologique ;

  • l’axe 3 se veut plus général et touche aux rites funéraires et aux identités sociales et culturelles, dans lequel se développent deux thèmes : l’un portant sur l’apport du mobilier à ces problématiques, l’autre sur les dépôts alimentaires et les inhumations de chevaux ;

  • l’axe 4 ne comporte pas de sous-thèmes et se consacre à l’étude du pillage des sépultures mérovingiennes et aux ré-interventions anthropiques ;

  • enfin, l’axe 5 a pour vocation d’étudier l’organisation et l’évolution des espaces funéraires. Les thèmes qui y sont développés touchent à l’organisation interne des aires funéraires et à la gestion de l’espace sépulcral, aux sépultures dans l’habitat, à la durée d’occupation des sites funéraires et à la topographie des espaces funéraires.

Problématiques de recherches

5Les problématiques de ce projet de recherche touchent ainsi à l’archéologie funéraire alto-médiévale alsacienne à toutes les échelles, du site aux données biologiques des défunts, en passant par l’architecture funéraire et le mobilier.

Les ensembles funéraires

6Concernant les sites eux-mêmes, les questions qui se posaient relevaient notamment d’interrogations sur les dates de fondations et d’abandons, leur durée d’occupation ainsi que la taille des ensembles. En outre, il convenait également de vérifier le lien entre ces nécropoles et d’autres aspects tels que la topographie, la toponymie, la première mention dans les sources historiques du village auquel ils sont rattachés et la présence à proximité d’une éventuelle église d’origine médiévale. L’analyse synthétique de toutes ces données devait permettre d’appréhender les modalités d’implantation de ces populations et la dynamique de peuplement dans la région. Une partie de ces questions ont été abordées pour le Sud Ouest de l’Allemagne dans les travaux de C. Theune qui a mis en évidence plusieurs cas de figures (Theune, 2004, p. 238) :

  • des petits ensembles funéraires utilisés sur une courte période au ve siècle ;

  • les premières nécropoles à tombes en rangées (traduction du terme allemand Reihengräberfeld largement employé par les chercheurs germanophones) s’implantent vers la fin du ve ou au début du vie siècle ;

  • des ensembles installés durant la seconde moitié du vie siècle ;

  • des petits groupes de sépultures créées dans le milieu du viie siècle.

7Afin de pouvoir entamer ce type d’étude pour les sites alsaciens, un travail d’inventaire et d’enregistrement normalisé des informations pour chaque site était donc nécessaire en amont.

La sépulture

8À l’échelle de la sépulture, l’architecture funéraire était un des premiers thèmes à aborder. La multiplication des fouilles d’ensembles funéraires en Alsace depuis le début des années 2000 a mis en évidence la grande variété dans les formes de sépultures et leurs architectures funéraires. Le principal problème résidait dans la multiplication des typologies de sépultures en raison de l’absence d’une terminologie commune. Ainsi, chaque site avait plus ou moins sa propre typologie de sépultures. Afin de pouvoir identifier des types d’architectures funéraires communs d’un site à l’autre et de pouvoir étudier leur éventuelle chronologie, il était donc nécessaire de déterminer une terminologie commune et des critères déterminant les objectifs de classification typologique.

Le mobilier funéraire

9Enfin, le thème portant sur la validation statistique du « sexe archéologique » nécessitait des informations homogènes d’un point de vue de l’anthropologie, mais également du mobilier.

10La méthode qui consiste à attribuer un genre à un défunt en fonction de son mobilier – généralement l’armement pour les hommes et la parure pour les femmes –, a été utilisée dès les premières études de sépultures mérovingiennes au xixe siècle (Lucy, 1997, p. 155). Avec l’essor de la gender archaeology dans les années 1980, dans les milieux anglo-saxons et scandinaves, cette méthode a été remise en question puisqu’elle met en lien un facteur naturel et biologique – le sexe – et un objet artificiel – un artefact – qui a été déposé dans la sépulture pour une raison bien précise (Belard, 2015, p. 25). Une différenciation est ainsi faite entre le sexe qui est une caractéristique biologique, et le genre qui relève du social. En outre, admettre qu’à la période mérovingienne tous les hommes sont inhumés avec des armes et les femmes avec de la parure présuppose que les rôles sociaux liés aux genres n’ont pas changés du ve siècle à nos jours (Knüsel, Ripley, 2000, p. 158). Des études visant à comparer le mobilier funéraire et les données biologiques ont déjà été entreprises notamment en Angleterre (Lucy, 1997 ; Effros, 2000) et pour certains sites de la moitié nord de la France (Perez, 2013, p. 530-532). Le principal problème pour ces études repose sur l’absence d’une méthode de diagnose sexuelle biologique clairement énoncée. On sait pourtant que certaines des anciennes méthodes ne fournissent pas un taux de validité acceptable (Murail et al., 2005, p. 169), alors que celles développées par J. Bruzek (2002) ou celle de la diagnose sexuelle probabiliste (DSP ; Murail et al., 2005) permettent d’atteindre un taux de fiabilité supérieur ou égal à 95 %. Le développement des études génétiques depuis une dizaine d’années permettent également d’obtenir des données biologiques fiables.

11Pour le corpus alsacien de ce PCR, le but était de vérifier la validité du « sexe archéologique » en se basant sur des données anthropologiques les plus fiables possibles. Cela nécessitait, par exemple, un réexamen archéoanthropologique des individus des sites qui n’ont pas bénéficiés des méthodes de J. Bruzek, de la DSP ou d’analyses ADN.

12Cela nécessitait également que la description du mobilier funéraire soit homogène afin de pouvoir chercher à identifier l’association de certains types d’objets avec l’un ou l’autre des sexes. Si l’enregistrement du mobilier funéraire selon des critères typologiques précis aurait été la solution idéale, cela semblait, toutefois, difficilement faisable, puisqu’il aurait fallu créer une typologie régionale pour l’ensemble du mobilier funéraire alsacien, chose impossible en termes de temps dans le cadre de ce projet. Certains types d’objets, comme la céramique (Châtelet, 2003) ou le verre (Feyeux, 2003), disposent déjà d’une typologie régionale, alors que d’autres, comme l’armement ou les garnitures de ceintures, sont en cours d’étude (Barrand-Emam, Châtelet, 2016, p. 59-61).

13En plus de la nécessité d’avoir un inventaire homogène du mobilier pour la validation statistique du « sexe archéologique », le but était également d’avoir à disposition un inventaire du mobilier permettant des recherches concernant le mobilier sur la base de requêtes. Il fallait que n’importe quel objet puisse être retrouvé dans l’inventaire, que ce soit pour une recherche de parallèles à l’échelle régionale d’un objet en particulier ou pour la constitution d’un corpus. Il fallait donc que les critères d’enregistrement soient assez précis pour être pertinents pour la validation statistique du « sexe archéologique », mais qu’ils soient également absolument objectifs pour permettre à tout un chacun de trouver n’importe quel type d’objet dans la base de données.

Méthodologie

14L’ensemble de ces axes et thèmes de recherche abordés dans le PCR sont pluridisciplinaires et regroupent ainsi divers spécialistes : archéoanthropologues, archéozoologues ou spécialistes du mobilier, notamment. La principale difficulté de départ reposait sur l’hétérogénéité de la documentation. Les descriptions des sites ou des sépultures, l’organisation des inventaires et de rapports finaux d’opérations, ou encore les méthodes d’analyses du mobilier et du matériel osseux, étaient différentes d’un site à l’autre et parfois d’un opérateur à l’autre.

15Au fil de la première triennale du PCR, le principal travail réalisé a été la création de méthodes d’enregistrement normalisées. Un certain nombre de données ont ainsi pu être saisies selon ces procédés, concernant principalement les informations générales sur les ensembles funéraires ainsi que les données anthropologiques.

L’enregistrement des ensembles funéraires

16Le recensement des informations relatives aux ensembles funéraires a été réalisé d’après deux supports : des fiches de sites et des notices de site.

17Un des premiers travaux engagés lors du démarrage du PCR a été la rédaction de fiches synthétiques appelées « fiches de sites » (fig. 1). Chaque site a fait l’objet d’une fiche, remplie par le responsable d’opération ou, à défaut, par la direction du PCR. Le but de ces fiches était de réaliser un premier état des données et de synthétiser les informations qui devaient ensuite servir aux responsables des thèmes de recherche pour pouvoir cibler les sites les concernant.

Figure 1 : Exemple d’une fiche de site

Figure 1 : Exemple d’une fiche de site

Les fiches ont été divisées en cinq rubriques. La première regroupe les informations générales sur le site, principalement les données administratives.

18La deuxième rubrique renseigne sur les caractéristiques générales de l’ensemble funéraire, le nombre de sépultures et d’individus, ou la durée d’occupation par exemple. Elle permet également de renseigner sur le type d’ensemble funéraire. Il a été convenu d’un vocabulaire commun pour désigner les différents types de lieux d’inhumation. Au cours d’une réunion de concertation avec les membres du PCR, cinq termes ont été discutés puis choisis, en se basant sur plusieurs travaux (voir notamment Blaizot, 2008 ; Lauwers, 2016 ; Treffort, 1996) (fig. 2).

Figure 2 : Définitions de la terminologie employée pour décrire les lieux d’inhumation

Figure 2 : Définitions de la terminologie employée pour décrire les lieux d’inhumation

19La troisième rubrique est consacrée aux caractères remarquables du mobilier funéraire, aux éventuelles influences culturelles observées, aux dépôts alimentaires ou à la présence, ou non, de restes textiles observés. Un tableau synthétique du mobilier funéraire complète cette rubrique afin de permettre un coup d’œil rapide et une vision synthétique et chiffrée du mobilier funéraire (fig. 3).

Figure 3 : Exemple d’un tableau synthétique du mobilier accompagnant une fiche de site

Figure 3 : Exemple d’un tableau synthétique du mobilier accompagnant une fiche de site

20Une quatrième rubrique est destinée à renseigner sur les analyses et les études qui ont été menées sur le site en question. Cela concerne notamment les datations radiocarbones, les analyses paléogénétiques, paléopathologiques ou xylo-dendrochronologiques, mais recense aussi les études qui ont été réalisées, que cela concerne le mobilier funéraire, les restes osseux humains ou animaux, les restes textiles, l’architecture funéraire ou le pillage. Cette rubrique permet notamment de faire rapidement le point sur les études complémentaires à éventuellement mener sur l’un ou l’autre des ensembles funéraires.

21Enfin, une cinquième rubrique recense le contexte du site, qu’il soit géographique, historique ou archéologique. Sont ainsi notamment renseignées la situation du site, en limite de territoire communal ou en limite d’un village actuel, la proximité d’un village disparu connu ou d’une église, mais également la première mention du village actuel dans les sources historiques ainsi que les occupations d’autres périodes identifiées aux abords de l’ensemble funéraire alto-médiéval.

22À la suite de ce premier état de la recherche, des notices de sites ont été rédigés dès la deuxième année du PCR. Comme pour les fiches de site, elles ont été rédigées par les responsables d’opérations et, lorsque cela a été possible, par les archéoanthropologues qui étaient présents sur le terrain.

23Un document d’orientation pour la rédaction des notices ainsi qu’un canevas de « notice type » ont été envoyés à chaque responsable d’opération (fig. 4).

Figure 4 : Canevas des notices de sites pour les ensembles funéraires collectifs

Figure 4 : Canevas des notices de sites pour les ensembles funéraires collectifs

24Les notices se structurent autour de cinq points : le site et son environnement, l’organisation, l’aménagement et le pillage des tombes, les données anthropologiques, le mobilier funéraire et la datation de l’ensemble. L’objectif était de cerner les caractéristiques propres aux sites et leurs durées d’occupation afin de pouvoir servir aux différents membres du PCR pour leurs études respectives. Bien que synthétiques, ces notices ont pour vocation d’être plus détaillées que les fiches, notamment concernant les données nouvelles ou importantes. En outre, plusieurs illustrations complètent ces notices avec notamment un plan masse du site, un plan découpé en phase, ainsi que des documents choisis par les auteurs pour leur pertinence (photographies d’objets ou de tombes, graphiques ou restitutions par exemple).

25Deux canevas de notices de sites différents ont été réalisés : un pour les ensembles funéraires collectifs et un autre pour les sépultures dans l’habitat, ce cas particulier nécessitant des éléments d’informations différents (fig. 5).

Figure 5 : Canevas des notices de sites pour les sépultures dans l’habitat

Figure 5 : Canevas des notices de sites pour les sépultures dans l’habitat

L’enregistrement des sépultures

26Afin de pouvoir enregistrer les informations relatives à l’architecture funéraire en vue de la création d’une typologie des sépultures alsaciennes, il était indispensable de déterminer une terminologie et une méthode de classification des sépultures selon leurs modes de construction.

27Il convenait tout d’abord de s’entendre sur le vocabulaire relatif à la structure funéraire dans sa globalité. En se basant sur la définition du Petit Robert et du dictionnaire de la Préhistoire (Leclerc, Tarrête, 1988), la sépulture a été définie par :

  • la présence des restes d’un ou plusieurs défunts ;

  • un lieu défini, circonscrit et définitif ;

  • l’intentionnalité du dépôt ;

  • l’existence d’un contexte funéraire.

28Le terme « tombe » englobe quant à lui la structure sépulcrale, mais aussi les éventuelles constructions ou autres éléments marquant la présence de la sépulture (stèle ou tumulus par exemple). Dans le cadre du PCR, il a été décidé que les termes de « sépulture » et de « tombe » puissent toutefois être utilisés comme synonymes, en raison d’une nuance jugée comme minimale entre ces deux mots.

29Le vocabulaire descriptif de la tombe a également été défini selon certains critères bien précis (fig. 6).

Figure 6 : Définitions de la terminologie employée pour décrire les différents aspects de la sépulture

Figure 6 : Définitions de la terminologie employée pour décrire les différents aspects de la sépulture

30Les critères d’identification ont également été listés afin que la caractérisation des architectures funéraires soit faite selon la même méthode pour l’ensemble du corpus. À titre d’exemple, la définition de la forme de la fosse sépulcrale se fait en se référant à la morphologie du défunt. Ainsi une fosse sépulcrale peut être :

  • large (sous-entendu « trop » large par rapport au défunt) ;

  • étroite (adaptée à la morphologie du défunt) ;

  • longue (sous-entendu « trop » longue pour le défunt : fosse proportionnée à la largeur du corps – donc étroite –, mais avec un espace aménagé à la tête et/ou aux pieds) ;

  • avec des limites non perceptibles.

31Les termes de « fosse ajustée » et « anthropomorphe » ont également été retenu lorsque la fosse est trop étroite pour le défunt et que ce dernier est en contact avec les parois dans le premier cas et quand la fosse présente une logette céphalique dans le deuxième cas.

32Afin d’identifier les différentes architectures funéraires, un tableur au format .xlsx a été conçu. Il permet de décrire les sépultures selon la terminologie évoquée et d’après cinq catégories : l’identification de la structure, la fosse, l’aménagement interne, le contenant rigide et l’enveloppe souple. Les différentes informations recensées dans ces cinq catégories répertoriées permettent, une fois croisées, de définir des types d’architecture funéraire. Par exemple, pour qu’une sépulture puisse être qualifiée de « chambre funéraire de type Morken », il faut au moins retrouver les critères « fosse large », « coffrage de la fosse en bois », « présence d’un système de couverture » et « organisation bipartite ».

L’enregistrement du mobilier funéraire

33En ce qui concerne le mobilier funéraire, l’élaboration d’un système d’enregistrement et de classification répondait à deux principaux objectifs :

  • utiliser ces données pour la validation statistique du « sexe archéologique » ;

  • faciliter les recherches sur le mobilier.

34La classification définie n’avait pas pour finalité, en revanche, la création d’une typochronologie régionale du mobilier funéraire, puisque cela représenterait un travail bien trop important pour être réalisable dans le cadre du PCR. En revanche, la base de données du mobilier funéraire pourra être complétée ultérieurement par de nouvelles rubriques pour être exploitée en vue d’une telle sériation. Comme cela a déjà été mentionné, des typochronologies existent déjà pour la céramique et le verre, alors que d’autres sont en cours d’élaboration pour l’armement et les garnitures de ceinture. Le lien entre la base de données mobilier du PCR et ces études typologiques pouvant ainsi être fait.

35Afin de faciliter la saisie dans la base de données, notamment pour les non-spécialistes, il a été décidé de se concentrer sur des critères descriptifs les plus objectifs possibles. Une description basée sur quatre principales catégories a ainsi été créée.

36La première catégorie correspond à l’objet en lui-même, ou à un élément constitutif d’un objet. L’objectif de cette catégorie est de décrire précisément l’artefact, qu’il s’agisse d’un objet complet – d’un scramasaxe, par exemple – ou d’un élément constitutif d’un ensemble – d’une perle provenant d’un collier ou d’un manipule de bouclier, par exemple. Des termes descriptifs généralistes ont également été retenus, des termes comme « tige » ou « plaque », afin de pouvoir également enregistrer les fragments indéterminés. À ce titre, chaque champ de saisie comprend le terme « indéterminé » afin de ne pas forcer la classification de l’objet dans une catégorie.

37La deuxième catégorie sert à caractériser l’objet complet si ce dernier est connu. Par exemple, le critère « collier » peut être attribuée à une perle provenant d’un ensemble de perles découvertes au niveau du cou du défunt, ou bien « bouclier » à un manipule de bouclier. Dans ce dernier cas, cela permet d’enregistrer séparément les différents éléments d’un bouclier, son umbo, son manipule ou d’éventuels rivets et appliques, mais de retrouver tous ces éléments en recherche simplement « bouclier » dans la base de données. Pour certains cas, ce champ contiendra la répétition de la saisie de la première catégorie. C’est par exemple le cas pour un scramasaxe, qui sera enregistré comme « scramasaxe » dans les deux catégories. Cette saisie a néanmoins été voulue obligatoire. En effet, si le critère « scramasaxe » est uniquement saisie dans la première catégorie et que la deuxième est laissée vide, quelqu’un faisant une recherche dans la deuxième catégorie pourrait ainsi passer à côté d’entrées de la base de données.

38La catégorie « matériaux » correspond au troisième niveau de description de l’objet. Il est ici possible de renseigner un seul matériau, pour une boucle de ceinture en alliage cuivreux, par exemple, ou plusieurs matériaux, pour une plaque-boucle en fer à décors damasquinés bichrome argent/laiton.

39Enfin, le critère « techniques des décors » permet d’identifier la présence ou non de décors et, si des décors sont présents, les techniques employées pour ces derniers. Là aussi, il est possible de renseigner plusieurs techniques en même temps. Il a été décidé de ne se concentrer que sur la technique et non sur la représentation les décors. La première paraissait en effet plus objective, alors que la deuxième peut laisser place à une part de subjectivité de la part de l’auteur de la saisie, notamment pour les décors animaliers très stylisés de la fin du viie siècle. Rendre la description des décors obligatoire pouvait mener ainsi à des descriptions différentes de même décors et biaiser les résultats lors de la recherche d’objets dans la base.

40Un cinquième champ de saisie libre « description » permet de décrire l’objet en quelques lignes.

41Ces cinq champs de saisie ont été voulus obligatoires, permettant d’avoir une description technique de l’objet, sans rentrer dans son interprétation typologique.

42Cinq autres champs facultatifs ont été également été créés. Ils ont été voulus facultatifs, car ils reposent sur une part d’interprétation, mais ils peuvent également permettre de préciser certaines informations éventuellement importantes :

  • « domaine » : il s’agit des grandes familles fonctionnelles dans lesquelles s’insèrent les objets (armement, parure, habillement, etc.) ;

  • « association d’objets » : si l’objet appartient à un ensemble, il permet d’en indiquer la provenance. Cela permet d’associer un couteau ou un peigne à une châtelaine, ou bien encore des forces ou une pierre à feu à une aumônière ;

  • « typologie » : permet de renseigner l’éventuelle attribution typologique d’un objet ;

  • « localisation dans la tombe » : cette catégorie est, pour le moment, uniquement destinée à préciser si l’objet était déposé sur le défunt ou directement auprès du corps, ou s’il était placé à distance de celui-ci dans la sépulture.

43Les champs obligatoires permettent ainsi une description objective et technique de l’objet, alors que les champs facultatifs permettent d’apporter des renseignements complémentaires, pour partie subjectifs ou liés à l’interprétation de l’objet. Le but est avant tout d’avoir un inventaire aisément consultable et dans lequel la recherche d’objet se fait selon des critères communs. Cet inventaire se veut comme le point de départ de recherches plus approfondies, que ce soit concernant la validation statistique du « sexe archéologique » ou concernant les études typologiques d’objets. S’il ne sera pas possible, dans l’immédiat, d’accéder à des données précises concernant un certain type d’objet, un chercheur qui travaille sur un certain type d’objet pourra néanmoins identifier les sites et les sépultures le contenant, lui évitant ainsi le dépouillement systématique de l’ensemble des rapports d’opération des nécropoles alto-médiévales.

Une base de données commune

44Toutes les informations présentées ci-dessus seront, à terme, consignées dans un seul et même système de gestion de base de données (SGBD).

45Les données brutes sont stockées dans un SGBD MySQL, et les utilisateurs y accèdent par une interface visuelle à base de formulaires développée en PHP. Cette application propose une consultation des données accessible aux visiteurs et la possibilité d’effectuer la saisie de données supplémentaires pour les utilisateurs enregistrés.

46Le squelette de la base a été conçu « en cascade », du général au particulier, en commençant par le chantier, viennent ensuite la structure, l’individu et enfin le mobilier. Chaque table possède une clé primaire (Primary Key ou PK), identifiant unique à laquelle sont reliées les données des tables filles grâce à une clé étrangère (Foreign Key ou FK).

47Ce système permet de faire des requêtes sur l’ensemble des données, à partir de n’importe quelle information qui y est stockée. Pour l’utilisateur, l’intérêt est de pouvoir croiser les données des différents thèmes au moyen de requêtes paramétrables.

Conclusion

48L’objectif principal de ce travail est donc la mise en commun, sur une même base, de différentes données concernant les sites funéraires et les sépultures du haut Moyen Âge en Alsace, en utilisant un vocabulaire et des méthodes de classification communs.

49Ainsi, pour les fouilles futures, les ensembles funéraires pourront être décris de façon homogène d’un site à l’autre, et d’un opérateur à l’autre.

50L’architecture funéraire sera décrite selon les méthodes évoquées précédemment, en tenant compte de critères communs aux sites funéraires de la région. La création d’une typologie des sépultures alsaciennes dans le cadre du PCR permettra également d’insérer facilement, dans cette typologie, les tombes des futurs ensembles funéraires.

51Il en va de même pour le mobilier funéraire. La base de données qui a été élaborée et les critères qui ont été définis pourront être utilisés par les spécialistes du mobilier travaillant dans la région. Il suffira ainsi que chacun intègre les critères obligatoires et facultatifs à sa propre base de données pour pouvoir facilement alimenter la base commune. Comme pour l’architecture funéraire, cela va permettre un enregistrement normalisé du mobilier funéraire provenant des futures fouilles d’ensembles funéraires alto-médiévaux de la région, quel que soit l’opérateur ou l’institution qui réalise les fouilles. Les analyses synthétiques devraient ainsi être facilitées à l’avenir.

52Il est également prévu que l’ensemble de ces données alimentent le projet ArkéoGIS (http://arkeogis.org/​). Ce projet pluridisciplinaire porté par l’université de Strasbourg a pour but la mise en commun de données archéologiques, environnementales ou historiques, ainsi que le géoréférencement et la cartographie de ces données. Il est ainsi possible de questionner ces bases en ligne et d’afficher les recherches sur un fond de carte.

53Les fruits du travail du PCR pourront ainsi profiter à l’ensemble des chercheurs qui s’intéressent aux problématiques liées à l’archéologie funéraire alto-médiévale. C’est également dans cette perspective que la base de données du PCR sera mise en ligne sur le site internet du PCR. Il est pour le moment prévu un accès complet à la base aux membres du projet pour la consultation, les requêtes et la saisie des données, et un accès restreint (consultation et requêtes paramétrables) aux chercheurs extérieurs, qui pourront néanmoins demander un accès complet si cela s’avère nécessaire.

54Ce projet collectif de recherche a été dès le début élaboré comme un projet collaboratif, interinstitutionnel et pluridisciplinaire et la suite logique de ce travail est donc le partage des données afin qu’elles servent à l’ensemble de la communauté scientifique.

Bibliographie

Barrand-Emam H., Châtelet M., Espaces et pratiques funéraires en Alsace aux époques mérovingienne et carolingienne (ve-xe siècles), projet collectif de recherche 2015-2018, rapport d’activités, 2016.

Belard C., « La notion de genre ou comment problématiser l’archéologie funéraire », Les Nouvelles de l’archéologie, 140, 2015, p. 23-27. DOI : 10.4000/nda.2983.

Blaizot F., « Réflexions sur la typologie des tombes à inhumation : restitution des dispositifs et interprétations chrono-culturelles », Archéologie Médiévale, 38, 2008, p. 1-30. DOI : 10.4000/archeomed.21021.

Blaizot F., « Archéo-anthropologie funéraire », dans Commissions Interrégionales de la Recherche Archéologique – Inter-région Est. Bilan du mandat 2007-2010, Paris, p. 80-95.

Böhner K., « Das Grab eines frankischen Herren aus Morken im Rheinland », dans Krämer W., Neue Ausgrabungen in Deutschland, Berlin, Mann, 1958, p. 432-468.

Bruzek J., « A Method for Visual Determination of Sex, Using the Human Hip Bone », American Journal of Physical Anthropology, 117, 2002, p. 157-168.

Châtelet M., La céramique du haut Moyen Âge du sud de la vallée du Rhin supérieur (Alsace et Pays de Bade). Typologie, chronologie, technologie, économie et culture, Montagnac, Monique Mergoil, 2002.

Effros B., « Skeletel Sex and Gender in Merovingian Mortuary Archaeology », Antiquity, 285, 2000, p. 632-639.

Feyeux J.-Y., Le verre mérovingien du quart nord-est de la France, Paris, de Boccard, 2003.

Knüssel C., Ripley K., « The Berdache or Man-Woman in Anglo-Saxon England and Early Medieval Europe », dans Frazer W. O., Tyrrell A. (dir.), Social Identity in Early Medieval Britain, Londres/New York, Leicester University Press, 2000, p. 157-192.

Lauwers M., « Sépulcre, sépulture, cimetière. Lexique, idéologie et pratiques sociales dans l’Occident médiéval », dans Id., Zemour A. (dir.), Qu’est-ce qu’une sépulture ? Humanités et systèmes funéraires de la Préhistoire à nos jours, Antibes, APDCA, 2016, p. 95-111.

Leclerc J., Tarrête J., s. v. « Sépulture », dans Leroi-Gourhan A., Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Quadrige/PUF, 1988, p. 1002-1003.

Lucy S., « Housewives, Warriors and Slaves? Sex and Gender in Anglo-Saxon Burials », dans Moore J., Scott E. (dir.), Invisible People and Processes: Writing Gender and Childhood into European Archaeology, Londres/New-York, Leicester University Press, 1997, p. 150-168.

Murail P., Bruzek J., Houët F., Cunha E., « DSP: A Tool for Probabilistic Sex Diagnosis Using Worldwide Variability in Hip-Bone Measurements », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 17, 2005, p. 167-176.

Perez É., L’enfant au miroir des sépultures médiévales (Gaule, vie-xiie siècle), thèse de doctorat dirigée par Luc Buchet et Michel Lauwers, université Nice Sophia Antipolis, 2013.

Theune C., Germanen und Romanen in der Alamannia: Strukturveränderungen aufgrund der archäologischen Quellen vom 3. bis 7. Jahrhundert, Berlin/New York, De Gruyter, 2004.

Treffort C., « Du cimiterium christianorum au cimetière paroissial : évolution des espaces funéraires en Gaule du vie au xe siècle », dans Galinié H., Zadora-Rio E. (dir.), Archéologie du cimetière chrétien. Actes du 2e colloque ARCHEA (Orléans, 29 septembre-1er octobre 1994), Tours, FERACF, 1996, p. 55-64.

Waton M.-D., « Les ensembles funéraires au haut Moyen Âge », dans Bilan Scientifique de la région Alsace, hors-série 2/2, Strasbourg, p. 101-107.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Exemple d’une fiche de site
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Figure 2 : Définitions de la terminologie employée pour décrire les lieux d’inhumation
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38772/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 3 : Exemple d’un tableau synthétique du mobilier accompagnant une fiche de site
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38772/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Figure 4 : Canevas des notices de sites pour les ensembles funéraires collectifs
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38772/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Figure 5 : Canevas des notices de sites pour les sépultures dans l’habitat
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38772/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 6 : Définitions de la terminologie employée pour décrire les différents aspects de la sépulture
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38772/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

Auteur

Université de Strasbourg/Albert-Ludwigs-Universität Freiburg
UMR7044 Archimède
Thèse sous la direction de Eckhard Wirbelauer et Sebastian Brather : « Les garnitures de ceinture du haut Moyen Âge (fin ve-début viiie siècle) en contexte funéraire dans le sud du Rhin supérieur ».

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search