Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les hommes et la terre à Byzance du vie au xie siècle

 | 
Michel Kaplan

Préface

Hélène Ahrweiler

Texte intégral

1L’étude de l’économie de l’Empire byzantin, et plus particulièrement du problème agraire, a connu des progrès décisifs grâce aux travaux des byzantinistes français ; initiée par notre maître Paul Lemerle, confirmée avec succès par Nicolas Svoronos, voilà qu’elle trouve maintenant avec le présent ouvrage de Michel Kaplan une nouvelle dimension, dans sa thèse d’Etat dont est issu ce livre.

2En effet, Michel Kaplan étend ses investigations à la vie rurale byzantine dans son ensemble. Il place le monde paysan dans son cadre géographique, institutionnel, social et économique et ceci pour une longue période de l’histoire byzantine : du vie au xie siècle. On le sait, à cette époque, l’Empire a vu l’établissement d’un nouveau régime agraire, fondé sur le souci de répondre aux besoins économiques et militaires à la fois. Il a eu l’occasion de procéder à des ajustements et à des réformes dictés par les nouvelles conditions historiques qui ont modifié le statut des personnes et des biens mais aussi la nature et la densité de l’exploitation de la terre.

3Michel Kaplan, dans cette étude désormais classique, pour situer les cadres et l’évolution de la vie des campagnes à Byzance, a su tenir compte des contraintes physiques, des particularités régionales, de l’organisation de la production, notamment des unités d’exploitation et, bien entendu, du système administratif et de son évolution. Mais il a su également dégager une analyse d’ensemble de l’économie et de la société rurales byzantines à l’époque considérée. Bref, le livre qu’on va lire est sans doute l’étude la plus exhaustive que nous ayons sur cet aspect majeur de l’économie byzantine qui, on le sait, fut toujours fondée sur la richesse de la terre. Cet important effort de synthèse n’a pas empêché Michel Kaplan d’écrire un ouvrage aéré et agréable à lire.

4Pour établir et développer ses réflexions et ses conclusions, l’auteur n’a pas épargné son temps ; il a procédé au dépouillement de l’ensemble des sources de l’époque. Elles sont variées ; des inscriptions et des sceaux complètent les textes hagiographiques, particulièrement mis en valeur par Michel Kaplan ; elles sont difficiles à interpréter et les textes législatifs, qui constituent l’ossature institutionnelle de l’étude, sont souvent susceptibles d’appréciations erronées, à cause des anachronismes et archaïsmes qu’ils contiennent. Michel Kaplan a su déjouer tous ces pièges, grâce à la rigueur avec laquelle il a mené son enquête, et surtout grâce à l’ample connaissance de l’histoire byzantine qu’il possède et qu’il transmet dorénavant à ses nombreux étudiants. Son travail, patient, fourni et intelligent, nous offre, et pour longtemps, le livre de référence tellement attendu sur un sujet clé du monde byzantin.

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540