Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’enregistrement des données en archéologie

 | 
Candice Del Medico
, 
Marion Dessaint
, 
Camille Gorin

Changshan (Chine) : l’enregistrement du corpus céramique par la MAFNEC

Changshan (China): Record of the Ceramic Corpus by the MAFNEC

Pauline Duval, Pauline Sebillaud et Zhongwei Jing

Résumé

Le site de Changshan, dans la province du Jilin en Chine, occupé périodiquement du Néolithique à l’époque médiévale, a fait l’objet d’une seconde campagne de fouille en 2017. Ce chantier résulte d’une coopération entre le département d’archéologie de l’université du Jilin et la Mission Archéologique Franco-chinoise dans le Nord-Est de la Chine (la MAFNEC).
La partie française de l’équipe était en charge de l’étude préliminaire du corpus céramique et de la mise en place d’un système d’enregistrement homogène. Or, la conception de l’archéologie en Europe contraste de celle appliquée en Chine, nécessitant l’adaptation des méthodes. C’est dans la conciliation de ces différents modèles que nous avons développé deux fiches d’enregistrement : l’une pour les objets isolés et l’autre de quantification.

Texte intégral

1En 2017, une coopération entre le département d’archéologie de l’université du Jilin (deuxième au rang national) et la mission archéologique dans le Nord-Est de la Chine (la MAFNEC) a été mise en place sous la direction de monsieur Jing Zhongwei, professeur à l’université du Jilin, et madame Pauline Sebillaud, chargée de recherche au CNRS et enseignante à l’université du Jilin. Ce projet s’est concrétisé l’été dernier par un premier chantier, à Changshan.

2Ce site, occupé périodiquement du Néolithique à l’époque médiévale, se situe dans la province du Jilin, dans le Nord-Est de la Chine. Deux campagnes de fouilles y ont été menées en 2016 et en 2017, livrant un ensemble complexe de structures sur une superficie fouillée de 3 225 m2, dont vingt-trois fonds de cabanes néolithiques bien conservés. L’ensemble du corpus céramique présente, quant à lui, un taux important de fragmentation : en 2017, on a compté soixante mille et deux tessons pour un poids d’environ 440 kg et vingt-deux vases remontés.

3Lors de la fouille, la partie française de l’équipe a été chargée de l’étude préliminaire du corpus céramique, et plus particulièrement de mettre en place un système d’enregistrement homogène pour ce matériau. En effet, jusqu’à récemment, sur les chantiers de l’université du Jilin, l’enregistrement du mobilier céramique consistait principalement à réaliser une fiche d’objet pour les isolations, le reste – les tessons – n’étant pas toujours étudié. Or, nos manières de faire reflètent une conception française de l’archéologie qui diffère de l’approche méthodologique chinoise. Comment, dans ces conditions, adapter une méthode d’enregistrement exogène dans le contexte du terrain de la Chine du Nord-Est ?

Histoire de l’archéologie chinoise

  • 1 Pour plus de détails sur le développement de l’archéologie en Chine, voir Liu et Chen 2012, Pirazzo (...)
  • 2 考古圖. Écrit par Lü Dalin 呂大臨, ce catalogue présente 210 objets en bronze et 13 objets en jade datés (...)

4La Chine possède une longue tradition archéologique et historique1. Dès la dynastie des Han (206 av. J.-C. – 220 apr. J.-C.), les lettrés cherchèrent à collectionner et étudier les textes de l’antiquité, en particulier de la dynastie des Zhou (env. 1045 – 256 av. J.-C.) qui aurait vu naître la tradition confucéenne. Plus tard, au ixe siècle, les objets aussi séduisirent les connaisseurs, tout particulièrement les jades et les bronzes anciens comportant des inscriptions. Ainsi, le premier catalogue d’objets anciens, le Kaogu tu2, fut publié en 1092 durant la dynastie des Song (960 – 1279 apr. J.-C). Dans cet ouvrage, chaque bronze et tout objet antique provenant de collections impériales et privées était représenté sous la forme d’un dessin associé à une notice.

5L’archéologie chinoise comme science moderne ne se développa qu’au xxe siècle de manière discontinue. Entre 1928 et 1937, l’Institut d’histoire et de philologie de l’Academia Sinica fut fondé et, sous son égide, les premières fouilles scientifiques réalisées par des archéologues chinois furent ouvertes. L’archéologue Li Ji 李济 notamment débuta, dès 1928, la fouille du chantier emblématique de Yinxu 殷墟 à Anyang, dernière capitale de la dynastie des Shang (env. 1570 – 1045 av. J.-C.) (Li, 1957). C’est à cette époque que les archéologues chinois créèrent leur propre méthodologie, synthèse entre les traditions érudites locales, dont l’épigraphie et les méthodologies occidentales telles que, par exemple, le système des trois âges de Christian Thomsen et le concept de typologie et de chronologie relative par sériation. Ce premier développement de l’archéologie prit fin en 1937 lors de la guerre sino-japonaise et ne regagna de l’importance qu’avec l’avènement du parti communiste.

6De 1949 à 1979, la Chine se replia sur elle-même et les chercheurs furent déconnectés de la communauté scientifique internationale. Les publications, toujours en nombre important, s’imprégnèrent d’idéologie marxiste évolutionniste et cherchèrent à corroborer ses théories et doctrines sociales. Moyennant une utilisation idéologique, l’archéologie connut un développement considérable : de nombreux archéologues locaux furent formés et plusieurs musées et instituts ou organismes de recherche virent le jour. Néanmoins, le début de la Révolution culturelle, en 1966, marqua une interruption brutale des publications, qui ne reprirent qu’en 1972.

Méthodes actuelles d’enregistrement

  • 3 Chapitre 3, règle 5.7、« 写工地工作日记。主持绘制发掘区平、剖面图。 »
  • 4 Chapitre 5, règle 5.2、« 要尽最大努力复原器物,尤其是陶器。»

7Lors de la réouverture économique de la Chine à partir de 1978, le domaine archéologique renoua progressivement des relations internationales. Ces multiples échanges entraînèrent le développement d’une nouvelle réflexion méthodologique des pratiques de terrain et de la recherche, phénomène encore d’actualité. En effet, dès 1984 le ministère de la Culture lança une réforme profonde de l’archéologie de terrain en publiant un premier guide méthodologique nommé Tianye kaogu gongzuo guicheng – shixing (田野考古工作规程 - 试行, règlement de l’archéologie de terrain ; Wenhua bu, 1984). Cet écrit préliminaire donne les bases de l’archéologie sous forme de règles générales à suivre aussi bien lors de la prospection que de la fouille ou de la publication des résultats. Par exemple le règlement no 5.7 dit : « Écrivez l’enregistrement dans le carnet de fouille quotidiennement, dessinez les plans et les coupes3 », ou encore le règlement no 15.2 : « Faites le plus d’efforts possible pour restaurer les objets, en particulier la céramique4. »

8Le but de ce recueil était de donner les clés nécessaires à la pratique archéologique ainsi que d’uniformiser les méthodes, afin de faciliter la compréhension lors de publications. De cette façon, le règlement no 9 explique comment créer un numéro d’US en trois parties, selon les règles traditionnelles chinoises. Le premier bloc donne l’année, le district et le nom du chantier. La partie centrale indique la structure dans laquelle on se trouve : F pour fángwū (房屋, maison), T pour tànfāng (探方, carré ou sondage), M pour mùzàng (墓葬, tombe), Z pour zào (灶, foyer). En dernier, on indique le numéro de la couche inscrit dans un cercle (afin de le différencier du numéro d’inventaire). Toutefois cette partie finale n’est nécessaire que si le remplissage dans la structure comporte plus d’une couche.

Par exemple :

17LCF1Z5 ③

Couche 3 du remplissage du foyer 5 de la maison 1, fouille du site de Changshan, district de Lishu, 2017.

9Le numéro d’US est donc interprétatif. Ce système est, à notre connaissance, le seul utilisé sur tout le territoire chinois.

10Une nouvelle version du règlement fut publiée en 2009 par le Service national des biens culturels sous l’égide du ministère de la Culture (Guojia wenwu ju, 2009). Plus détaillée, elle est enrichie d’un système d’enregistrement. Elle est composée de vingt fiches types couvrant la prospection, la fouille, l’échantillonnage et la post-fouille (fig. 1). Ce procédé d’enregistrement par fiche est novateur dans le monde de l’archéologie chinoise et se met en place progressivement. À l’exception de quelques universités ou instituts, les archéologues lui préfèrent encore très largement « le journal de carré de fouille » où l’on vient décrire et commenter de manière journalière l’avancée de la fouille. D’ailleurs, le règlement de 2009 propose ces fiches comme un support complémentaire aux carnets afin d’expliciter certains aspects complexes de la fouille et le journal de carré reste le système d’enregistrement dominant (Guojia wenwu ju, 2009, p. 26-30).

  • 5 En Chinois : Jílín shěng tiányě kǎogǔ shùjùkù吉林省田野考古数据库.

11À la suite de la publication du nouveau règlement et à l’initiative du professeur Wang Lixin, le Centre de recherche en archéologie des frontières de la Chine de l’université du Jilin créa en 2010 un système d’information archéologique (SIA) sous forme de fiches formant la base de données d’archéologie de terrain de la province du Jilin5 (Sebillaud et Liu, 2014 ; Wang et al., 2016, p. 117-119). Ce système a été financé par l’administration culturelle de la province du Jilin et lui appartient. Il se fonde sur les modèles proposés par le règlement de 2009 dans sa structure, comme le montre la comparaison entre les deux types de fiches d’US (fig. 1). Néanmoins cette base de données évolue et continue de s’enrichir d’année en année. Elle est à la fois facile à prendre en main et adaptable à de nombreux contextes de fouille et de post-fouille en vue de convenir à l’apprentissage des élèves et à l’utilisation par les institutions provinciales pour tous les types de chantiers ou de structures.

Fig. 1 : Comparaison des deux modèles de fiche US

Fig. 1 : Comparaison des deux modèles de fiche US

1 : Contexte de fouille (date, fouilleur, numéro de photo, etc.) ; 2 : Relations stratigraphiques ; 3 : Forme de l’US ; 4 : Description du remplissage ; 5 : Description des objets in situ.

Centre de recherche archéologique à la frontière de l’université de Jilin. 吉林大学边疆考古研究中心

Mise en place de la coopération

  • 6 Pour plus d’informations sur cette coopération : https://mafnec.hypotheses.org/ (consulté le 09 avr (...)
  • 7 La première étant la coopération dans le Xinjiang MAFCX dirigée par Madame Corinne Debaine-Francfor (...)

12La réflexion méthodologique de l’université du Jilin prit une nouvelle forme en 2017 avec la mise en place de la coopération franco-chinoise, la MAFNEC (Mission Archéologique Franco-chinoise dans le Nord-Est de la Chine)6. Cette mission est la quatrième coopération archéologique franco-chinoise débouchant sur des fouilles depuis l’abrogation de la loi interdisant les coopérations sino-étrangères en 19917. Son but est de permettre un échange constructif sur nos conceptions de l’archéologie, aboutissant à la mise en œuvre de méthodes plus performantes. Toutefois, la nécessité d’adapter deux démarches contraires est problématique : un transfert de connaissances au sein d’une coopération est coûteux en termes d’investissement, de formation et de coordination. Il est primordial de justifier l’utilité de chaque changement, et ce rapidement, afin qu’il soit appliqué de façon pérenne. En effet, d’après Douglas C. North, « chaque organisation est culturellement marquée et présente des modes de fonctionnement spécifiques plus ou moins implicites (savoir-faire, valeurs, manières de percevoir et d’interpréter, routines, coutumes…) constitués sur une longue période et donc difficilement réorientables par une action délibérée ». (North, 1990, cité dans Buffet et Sisaykeo, 2014). Le concept socio-économique de path dependence (ou dépendance au sentier) explique ce phénomène où les choix historiques pèsent sur les décisions présentes et tendent à freiner les innovations.

13Dans le cas qui nous occupe, celui de la mise en place d’un enregistrement afin de réaliser une étude céramique, la notion même « d’étude céramique » n’est pas perçue de la même manière par les deux protagonistes de la coopération. En France, « étude céramique » sous-entend « céramologie », soit, et d’après la définition donnée sur le site de l’INRAP : « L’étude systématique des objets de terre cuite, embrassant toutes les périodes chronologiques, depuis le Néolithique (de 6 000 à 2 000 av. J.-C. en Europe) jusqu’au xxie siècle8. » En Chine, on parle de táoqì lèixíngxué (陶器类型学, étude typologique des céramiques), où plutôt que d’étudier l’ensemble des tessons, les chercheurs se concentrent sur les vestiges céramiques considérés comme remarquables – les formes complètes, les bords, les fonds et les décors – afin d’établir des classements morphologiques. Cette classification est principalement fondée sur la terminologie des bronzes anciens, telle qu’elle fut établie par les lettrés durant la dynastie des Song (960 – 1279 apr. J.-C), elle-même tirée des textes et des inscriptions de la dynastie des Zhou (1046 – 256 av. J.-C.) originaires de la Chine centrale (Hein, 2016, p. 21). Encore employée de nos jours, cette nomenclature prévaut lorsque l’on s’intéresse aux bronzes comme aux céramiques et à leur morphologie. Cette vision de l’étude du corpus céramique guide l’enregistrement des objets en terre cuite dès les prémices de la post-fouille, et c’est pourquoi la mise en place d’un enregistrement des ensembles céramiques proche de ce que l’on connaît en France est difficile à ajuster aux pratiques chinoises.

Création de fiches d’enregistrement céramique

14De fait, les chantiers auxquels la MAFNEC participe peuvent être perçus comme des sortes de laboratoires, où l’on teste différentes méthodes ou stratégies d’une année sur l’autre, afin d’améliorer peu à peu la recherche. À chaque innovation, il faut pouvoir obtenir un résultat à la hauteur de la « dépense », en termes de place, de travail et de temps, si l’on ne veut pas revenir aux anciennes méthodes. Ces différentes contraintes liées à la prise en considération des différences méthodologiques entre la France et la Chine ont modelé notre approche du corpus céramique et de l’enregistrement mis en place en 2017. Deux nouvelles fiches d’enregistrement ont été créées : une fiche d’objet pour le mobilier céramique dite « tesson remarquable » et une fiche de quantification statistique du corpus céramique dans son ensemble appelée « tesson ». Les deux ont été construites sur FileMaker dans le but de correspondre au format du SIA informatisé de l’université du Jilin, où ce logiciel a été choisi en raison de sa flexibilité d’un point de vue du partage, du choix des langues et pour sa facilité de manipulation et d’accès.

Fiche d’objet « tesson remarquable »

  • 9 De son nom chinois : qìwù biāoběn jìlù kǎpiàn, 器物标本记录卡片.

15Les objets céramiques isolés étaient, et sont encore, enregistrés dans une fiche d’objet identique pour toutes les isolations, quel que soit le matériau9. Cette fiche est succincte, mais complète, afin de convenir à tout type d’objet isolé (fig. 2). L’intérêt de cette fiche est qu’elle s’adapte aisément au format très réglementé du rapport de fouille chinois. Par ailleurs, elles permettent d’obtenir une vue générale et complète de tous les objets isolés.

16Le choix de créer une fiche d’objet supplémentaire pour le mobilier céramique dans l’enregistrement est justifié : nous avions constaté les années précédentes que les descriptions entre les différentes fiches de mobilier céramique étaient hétérogènes. D’un document à un autre, on ne retrouvait pas les mêmes types d’informations, voire le même vocabulaire (en particulier pour la description de la pâte et de sa couleur). Ce phénomène compliquait la compréhension globale de l’ensemble, les descriptions des fiches d’objets avaient besoin d’être uniformisées et harmonisées en créant une étape intermédiaire. La fiche « tesson remarquable » a donc pour but d’accompagner et d’enrichir les fiches d’objet préexistantes.

Comparaison des rubriques contenues dans les deux fiches :

  • 10 Les informations intrinsèques sont toutes sur liste déroulante dont les termes sont fixés en amont. (...)

Fiche d’objet, SIA de l’université du Jilin (voir fig. 2)

Fiche « tesson remarquable », MAFNEC 2017 (voir fig. 3)

Contexte de fouille

site, année, date, nom du ou des fouilleur(s), contexte stratigraphique

carré et numéro d’US où l’objet a été trouvé

Information intrinsèque

type d’objet (pointe de flèche, fragment de hache polie, tesson de panse à décor incisé,…), numéro d’étude, hypothèse de datation relative, matériau, taille

numéro d’étude, forme identifiable (col, bord, fond,…), type de céramique (tesson, vase, tripode, jeton), motif (décor incisé), type de pâte, traitement de surface, éléments ajoutés (bandeau rapporté, mamelon), taille, hypothèse de datation relative10

La description détaillée

oui

oui

Dessin et photo

oui

oui

Fig. 2 : Exemple de fiche d’objet

Fig. 2 : Exemple de fiche d’objet

SIA Université du Jilin
1 : Type d’objet ; 2 : Numéro d’étude ; 3 : Datation ; 4 : Description détaillée ; 5 : Dessin et photo ; 6 : Remarque ; 7 : Relations stratigraphiques.

Centre de recherche archéologique à la frontière de l’université de Jilin. 吉林大学边疆考古研究中心

Fiche statistique « tessons »

17La seconde fiche « tessons » de quantification a été la plus compliquée à concevoir. L’objectif était de traiter et d’enregistrer l’ensemble du corpus céramique afin de visualiser les différents types de céramiques par pâte et les proportions de chacun sur le site. Or, il n’y a aucun équivalent dans le SIA de l’université du Jilin et les deux modèles proposés par le règlement de 2009 ne nous conviennent pas. Le premier consiste à caractériser les tessons selon la pâte (couleur et qualité) et le décor afin de former de grandes catégories. Le second presque identique, reprend les groupes définis dans la première fiche et les subdivise selon la forme supposée de la céramique (fig. 4). Ces fiches associées ne permettent de prendre en compte qu’une faible partie de l’ensemble du corpus céramique, car, quelles conclusions tirer de la masse de tessons sans forme reconnaissable et sans décor ? La finalité de fiches, telles que le propose le règlement de 2009, reflète une conception essentiellement typologique, dominante dans l’archéologie chinoise.

18Dans notre cas, la fiche « tessons » a été construite autour des différents types de pâtes contenus dans une US. Pour cela, les tessons ont été triés à l’œil nu en fonction du dégraissant et de la densité de celui-ci, de la couleur, de l’épaisseur de la pâte, du traitement de surface et du décor. Les premières observations ont été fondées sur l’analyse du mobilier céramique collecté lors du décapage de la terre arable, puis sur le tri des tessons issus des US du grand fossé daté de l’âge du bronze (17LCG001) qui comprend près d’un sixième du total de tessons. De cette façon, nous avons défini dix-huit catégories, réparties en quatre groupes (fig. 5) :

  • céramique à dégraissant coquiller : faible concentration de dégraissant, forte concentration de dégraissant, à cuisson relativement haute ;

  • céramique à sable fin : jaune à paroi fine, gris-brun à paroi fine, gris-brun à paroi épaisse, rouge-brun à paroi fine, rouge-brun à paroi épaisse, noire à paroi fine ;

  • céramique à sable grossier : gris-brun à paroi fine, rouge-brun à paroi fine, rouge-brun à paroi épaisse, noire à paroi fine ;

    • 11 La terre rubéfiée est incluse dans le mobilier céramique car, dans certains cas, ces fragments font (...)

    céramiques éclectiques : grise limoneuse, noire glaçurée, porcelaine blanche poudrée, porcelaine bleue et blanche, terre rubéfiée11.

19Chaque US fait l’objet d’un tri, puis les sous-groupes sont comptés et pesés. Une fois ces informations entrées dans la fiche « tesson », le logiciel FileMaker calcule automatiquement les proportions de chaque catégorie par rapport à l’ensemble.

Fig. 4 : Modèle de fiche statistique pour les corpus céramiques proposé dans le règlement de 2009

Fig. 4 : Modèle de fiche statistique pour les corpus céramiques proposé dans le règlement de 2009

1 : Couleur et qualité de la pâte ; 2 : Décor ; 3 : type de céramique (vase, tripode, verseuse, etc.).

Procédures de travail archéologiques. 田野考古工作规程 2009, p. 62.

Fig. 5 : Fiche « tessons »

Fig. 5 : Fiche « tessons »

1 : Céramique à dégraissant coquiller ; 2 : Céramique à sable fin ; 3 : Céramique à sable grossier ; 4 : Céramiques éclectiques.

MAFNEC, 2017.

Résultats préliminaires et discussion

20Ces catégories, par comparaison avec les données publiées précédemment sur cette région, ont pu être approximativement datées. Par exemple, sur le site de Changshan, les tessons à dégraissant de poudre de coquillage correspondent à la phase finale du Néolithique moyen, les céramiques brun-rouge à surface polie datent de l’âge du bronze et les céramiques grises limoneuses appartiennent à la période médiévale. Ce tri du corpus céramique appliqué à une chronologie relative a permis, au sein d’un faisceau d’indices, et grâce au recoupement avec les données stratigraphiques, d’établir un phasage des structures. En effet, chaque fiche de quantification « tessons » a fait l’objet d’un graphique historié réalisé sur le logiciel R avec en abscisse les types de pâtes, et en ordonnée la quantité, aboutissant à une hypothèse de datation pour chaque structure. Cette supposition a ensuite été transposée sur le plan du site en suivant un code couleur (le jaune et rouge correspondent au Néolithique moyen et final, le vert à l’âge du bronze et le bleu sombre à l’époque médiévale).

21De cette manière, certaines configurations spatiales, qui n’avaient pas été formellement perçues durant la fouille, ont été mises en évidence. Le fossé G002 d’abord identifié comme médiéval lors de la fouille en 2016 daterait plutôt de l’âge du bronze et dans ce cas, il pourrait être associé aux tombes à proximité, formant un enclos funéraire. D’autre part, une série de fosses-silos du bas Moyen Âge a été repérée dans la partie est du site par grâce aux vestiges céramiques : elles constituaient un aménagement cohérent de structures de stockage. À une échelle plus fine, les graphiques obtenus des fiches « tessons » mettent en lumière le remaniement de plusieurs structures dont des fonds de cabane. Par exemple, dans le cas de la maison F001, de 85 m2, qui comporte 122 trous de poteau dont 42 comptaient des tessons, l’étude de la structure et des tessons semble démontrer une occupation longue avec au moins une phase à la fin du Néolithique moyen et une phase au Néolithique final (fig. 6).

Fig. 6 : Maison F001, photo et plan

Fig. 6 : Maison F001, photo et plan

Centre de recherche archéologique à la frontière de l’université de Jilin. 吉林大学边疆考古研究中心

22Ce premier chantier fouillé et étudié en coopération a rencontré des problèmes logistiques. La fouille de Changshan en 2017 a duré près de quatre mois. Cependant, du fait de la nouvelle politique de visa, le séjour pour un chercheur étranger en mission n’est que de 30 jours, et seule Madame Sebillaud a pu participer au chantier de bout en bout. De plus, l’équipe de la MAFNEC a été envoyée sur un autre site afin de procéder à une fouille de sauvetage d’un cimetière catholique de la fin du xixsiècle dans la municipalité de Siping. Dans les faits, les premières observations, la mise en place du traitement de l’ensemble céramique (aussi bien le nettoyage, le séchage, le marquage et l’inventaire) et l’élaboration des fiches ont été réalisées en peu de temps. C’est pourquoi après le départ de l’équipe française, les deux fiches ont été remplies par les étudiants chinois.

23La fiche « tessons remarquables » est une réussite en demi-teinte. Toutes les pièces du mobilier céramique ont fait l’objet d’une fiche, cependant les photos et les dessins n’ont pas été associés à celle-ci et les descriptions détaillées manquent. Les étudiants leur ont préféré la forme plus habituelle de la fiche d’objet. Il est vrai que l’équipe française n’a pas non plus eu le temps d’achever quelques fiches afin de guider les élèves pour la suite. Au cours de la prochaine campagne, il sera important d’insister sur l’intérêt de cette fiche, qui reste une étape intermédiaire indispensable dans l’enregistrement, et d’accentuer les efforts pour la faire accepter progressivement et complètement par tous les participants du chantier, Chinois comme Français. À l’inverse, la fiche statistique des tessons, la moins courante et la plus complexe à mettre en place, a été très bien reçue et respectée. Les élèves ont traité toutes les US et les tessons ont été marqués, triés, comptés et pesés.

24Pour conclure, cette étude préliminaire du corpus est un relatif succès pour un premier essai. Le contexte de la coopération est favorable à ces transferts de connaissances, et l’équipe franco-chinoise semble capable de composer avec les contraintes liées à la recherche internationale. La méthode et les premiers résultats ont été présentés devant l’ensemble des chercheurs et archéologues du Jilin durant la présentation du site de Changshan, au cours de la conférence annuelle récapitulant les découvertes archéologiques de la province. La mise en place des fiches et leur intérêt ont été dans l’ensemble acceptés, même si celles sur les artefacts remarquables demandent à être encore complétées. Cependant, cette étude préliminaire reste succincte et doit être approfondie avec une étude plus fine de l’ensemble du mobilier céramique. Il serait par exemple intéressant de tester la pertinence des catégories de céramiques établies à travers une étude techno pétrographique. De plus, de nombreux sites ont été découverts et fouillés dans la région ces dernières années, il serait judicieux d’ouvrir la recherche à une échelle plus vaste afin de comparer toutes les données.

Bibliographie

Boëda É. et Hou Y.-M. (dir.), « Le site de Longgupo. Chongqing, Chine », L’Anthropologie, numéro spécial, 115/1, 2011. En ligne : https://www.sciencedirect.com/journal/lanthropologie/vol/115/issue/1.

Buffet J. et Sisaykeo P., « “When History Matters”, Sentiers de dépendance, isomorphismes et pressions adaptatives : connaître l’histoire pour comprendre le présent, dans Batou J. (dir.) Deux mondes, une planète. Mélanges offerts à Bouda Etemad, Lausanne, Éditions d’en bas, 2014, p. 91‑108.

Guojia Wenwu Ju 国家文物局, tiányě kǎogǔ gōngzuò guīchéng 田野考古工作规程 (Règlement des pratiques archéologiques de terrains), Pékin, 2009.

Hein A., « The Problem of Typology in Chinese Archaeology », Early China, 39, 2016, p. 1 - 32. DOI: 10.1017/eac.2015.18.

Li J., The Beginnings of Chinese Civilization: Three Lectures Illustrated with Finds at Anyang, Seattle, University of Washington Press, 1957.

Liu L., Chen X., The Archaeology of China: From the Late Paleolithic to the Early Bronze Age, Cambridge, Cambridge University Press, 2012. DOI : 10.1017/CBO9781139015301.

Falkenhausen L. V., « On the Historiographical Orientation of Chinese Archaeology », Antiquity, 67/257, 1993, p. 839849. DOI : 10.1017/S0003598X00063821.

Mission archéologique franco-chinoise au Xinjiang, Debaine-Francfort C., Idriss A. (dir.), Kériya. mémoires d’un fleuve : archéologie et civilisation des oasis du Taklamakan, Suilly-la-Tour, Findakly, 2001.

Pirazzoli-T’Serstevens M., « Du collectionnisme et de la science des antiquités à l’archéologie scientifique en Chine », Journal Asiatique, 298/1, 2010, p. 115-131. DOI : 10.2143/JA.298.1.2055068.

Sebillaud P., Liu X. 刘晓溪, Hòutàomùgā yízhǐ tiányě kǎogǔ shùjùkù de jiànshè 后套木嘎遗址田野考古数据库的建设 (Création de la base de données archéologique de terrain pour le chantier de Houtaomuga), biānjiāng kǎogǔ yánjiū, 14, 2014, p. 89‑102.

Thote A., Michel K., « Une coopération franco-chinoise : les fouilles du site de Gongying », Archeopages, hors-série 2, 2010, p. 79‑84. DOI : 10.4000/archeopages.787.

Wang L. 王立新, Sebillaud P., Huo D. 霍东峰, Dà’ān Hòutàomùgā yízhǐ fājué fāngfǎ, jìshù yǔ jìlù shǒuduàn de xīn chángshì大安后套木嘎遗址发掘方法, 技术与记录手段的新尝试 (Nouvelles méthodes et techniques de fouille et d’enregistrement appliquées sur le site de Houtaomuga à Daan), Jilin daxue shehui kexue xuebao, 56/1, 2016, p. 113‑119.

Zhonghua Renmingong Heguo Wenhua Bu 中华人民共和国文化部, tiányě kǎogǔ gōngzuò guīchéng - shìxíng 田野考古工作规程-试行 (Règlement des pratiques archéologiques de terrains – essai), Pékin, 1984.

Notes

1 Pour plus de détails sur le développement de l’archéologie en Chine, voir Liu et Chen 2012, Pirazzoli-t’Serstevens 2010 ou Falkenhausen, 1993.

2 考古圖. Écrit par Lü Dalin 呂大臨, ce catalogue présente 210 objets en bronze et 13 objets en jade datés de la dynastie des Shang (1570 – 1045 av. J.-C.) à la dynastie des Han (206 av. J.-C. – 220 apr. J.-C.).

3 Chapitre 3, règle 5.7、« 写工地工作日记。主持绘制发掘区平、剖面图。 »

4 Chapitre 5, règle 5.2、« 要尽最大努力复原器物,尤其是陶器。»

5 En Chinois : Jílín shěng tiányě kǎogǔ shùjùkù吉林省田野考古数据库.

6 Pour plus d’informations sur cette coopération : https://mafnec.hypotheses.org/ (consulté le 09 avril 2018)

7 La première étant la coopération dans le Xinjiang MAFCX dirigée par Madame Corinne Debaine-Francfort, directrice de recherche à ArScan, CNRS (Debaine-Francfort, 2001) et Monsieur Idriss Abduressul alors directeur de l’Institut provincial d’archéologie du Xinjiang, la deuxième étant la fouille du site de Gongying dans le Henan par la mission « Royaume de Chu » codirigée par Monsieur Alain Thote, directeur de recherche à l’EPHE et Monsieur Yang Baocheng, alors professeur à l’Université du Wuhan (Thote et Michel, 2010) et la troisième étant celle de Monsieur Eric Boëda (professeur à l’Université Paris X Nanterre) et de Monsieur Hou Yamei, chercheur à l’Institut de recherche en paléontologie et en paléoanthropologie à l’Académie des Sciences de Chine, à Longgupo (Boëda et Hou 2011).

8 https://www.inrap.fr/les-sciences-de-l-archeologie/La-ceramologie, consulté le 4 juillet 2019.

9 De son nom chinois : qìwù biāoběn jìlù kǎpiàn, 器物标本记录卡片.

10 Les informations intrinsèques sont toutes sur liste déroulante dont les termes sont fixés en amont. Le but est d’obtenir un corpus cohérent et en accord avec le SIA du département d’archéologie de l’Université du Jilin.

11 La terre rubéfiée est incluse dans le mobilier céramique car, dans certains cas, ces fragments font partie d’objets en terre cuite (on a eu plusieurs cas de plaques près des foyers néolithiques dont les fragments pouvaient passer pour de la terre rubéfiée).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Comparaison des deux modèles de fiche US
Légende 1 : Contexte de fouille (date, fouilleur, numéro de photo, etc.) ; 2 : Relations stratigraphiques ; 3 : Forme de l’US ; 4 : Description du remplissage ; 5 : Description des objets in situ.
Crédits Centre de recherche archéologique à la frontière de l’université de Jilin. 吉林大学边疆考古研究中心
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 2 : Exemple de fiche d’objet
Légende SIA Université du Jilin1 : Type d’objet ; 2 : Numéro d’étude ; 3 : Datation ; 4 : Description détaillée ; 5 : Dessin et photo ; 6 : Remarque ; 7 : Relations stratigraphiques.
Crédits Centre de recherche archéologique à la frontière de l’université de Jilin. 吉林大学边疆考古研究中心
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38632/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Crédits MAFNEC, 2017.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38632/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 773k
Titre Fig. 4 : Modèle de fiche statistique pour les corpus céramiques proposé dans le règlement de 2009
Légende 1 : Couleur et qualité de la pâte ; 2 : Décor ; 3 : type de céramique (vase, tripode, verseuse, etc.).
Crédits Procédures de travail archéologiques. 田野考古工作规程 2009, p. 62.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38632/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 5 : Fiche « tessons »
Légende 1 : Céramique à dégraissant coquiller ; 2 : Céramique à sable fin ; 3 : Céramique à sable grossier ; 4 : Céramiques éclectiques.
Crédits MAFNEC, 2017.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38632/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 6 : Maison F001, photo et plan
Crédits Centre de recherche archéologique à la frontière de l’université de Jilin. 吉林大学边疆考古研究中心
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/38632/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

Auteurs

EPHE/CRCAO
Thèse sous la direction d’Alain Thote : « étude technique des céramiques dans le Nord-Est de la Chine du Néolithique à l’Âge du bronze »

Chargée de recherches au CNRS/CRCAO, chargée de cours à l’université du Jilin, codirectrice de la Mission Archéologique Franco-chinoise dans le Nord-Est de la Chine, la MAFNEC, « Hommes et environnement dans la vallée de la rivière Dongliao, Chine du Nord-Est ».

Professeur à l’université du Jilin, directeur du département d’archéologie, codirecteur de la MAFNEC, directeur du projet d’étude des cultures archéologiques pré-impériales dans la vallée de la Dongliao (16JJD780007).

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search